Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épanouis et virevoltants

 | 
Thomas Quillardet

Avant-propos1

Olivier Py

Texte intégral

  • 1 Cet avant-propos est commun aux trois Leçons publiées celle année : Emma Dante, Enfants, animaux e (...)

1Le mot « leçon » est parfois difficile à entendre : on préfère toujours une leçon de piano à une leçon de morale, et on reste interrogateur à l’idée que les ténèbres puissent nous donner leçon. Dans la leçon, il y a la pesante volonté de convaincre, la certitude hiérarchisée, le savoir immobile inculqué au burin et un soupçon de résistance présumée chez l’élève. Le théâtre donneur de leçons est certainement le pire de tous ; ni dialectique ni sensuel, il fait de la culture un passeport d’inclusion et de la pensée une arme idéologique.

2Et pourtant, nous présentons ici trois Leçons, par trois metteurs en scène aussi différents que possible dans leurs anecdotes, mais qui se sont prêtés avec grâce et humilité aux jeux des questions subtiles de Laure Adler.

3Il s’agissait non pas de pousser Emma Dante, Thomas Quillardet et Tiago Rodrigues à théoriser leur travail, mais de nous en dévoiler l’origine diable. Et l’on constate que ces origines s’assemblent mystérieusement, un certain rapport à l’enfance, un incurable sentiment d’illégitimité, une impossibilité à suivre les chemins prescrits et un espoir du théâtre qui va au-delà de ses formes conventionnelles.

4C’est le contraire d’une leçon, c’est une leçon de lumière : on voit toute la fragilité, toute l’inquiétude, toute la vulnérabilité de l’intuition primitive d’un artiste. D’où qu’il soit, il essaie de concilier la vanité dérisoire et l’épreuve terrible de la vacuité. Dans une formule éblouissante, Tiago Rodrigues retourne la question de la vocation contre elle-même, au point que Thomas Quillardet note cette définition non définitive comme un viatique : « Je ne me pose pas la question de savoir si j’apporte quelque chose au théâtre, parce que je suis tellement heureux que le théâtre apporte quelque chose à moi. » La subjectivité réflexive balaie le doute et l’impuissance, le désir insoutenable d’une œuvre n’a point de borne. C’est cette enfance continuée au-delà de l’âge et plus agissante encore d’être exilée du présent qui réclame un dû.

5Tombant l’armure de la revendication esthétique, ces trois grands poètes de la scène avouent qu’ils n’auront trouvé repos que dans le tourment créateur. Avec une langue sans artifice et sans jargon, ils avancent héroïquement dans leurs ténèbres et nous y guident sans nous obliger. On touche au cœur de la sincérité. C’est le contraire d’une leçon, ou bien c’est une leçon de vie, chose difficile et suspecte qu’ils nous offrent avec la simplicité des grands.

6Encore une fois la passerelle de l’université et du théâtre tremble sous les vents de l’écoute. C’est un hors temps dont on sent la nécessité après coup, quand à la fin des entretiens une impression d’allégement répond à la joie de l’enrichissement intérieur. Quoi de plus salubre que cette parole libre de toutes les séductions intellectuelles et soucieuse uniquement de définir la puissance de son orbe.

Notes de fin

1 Cet avant-propos est commun aux trois Leçons publiées celle année : Emma Dante, Enfants, animaux et idiots ; Thomas Quillardet, Épanouis et virevoltants ; Tiago Rodrigues, Le spectacle, contrat imaginaire.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540