Version classiqueVersion mobile

La Bible en latin, intangible ?

 | 
Peter Stotz

Notes par chapitre

Texte intégral

1/ La Parole de Dieu et les textes des hommes

1Au sujet des conceptions médiévales de la relation entre auctorialité divine et humaine en ce qui concerne l’attribution des textes bibliques, voir : MINNIS, Theory, passim.

2/ La triade des langues véhiculaires ou sacrées

2À ce sujet, voir : HILLE-COATES, « Bibelsprachen », passim ; EAD., « Auffassungen », p. 139ss. – Au sujet de la relativisation de la notion des trois langues bibliques chez Roger Bacon, voir : Pascale BOURGAIN, « Le sens de la langue et des langues chez Roger Bacon », Traduction et traducteurs au Moyen Âge, Actes du colloque … 1986, éd. Geneviève CONTAMINE, (Documents, études et répertoires publiés par l’Institut de recherche et d’histoire des textes), Paris, CNRS, 1989, p. 317–331, ici p. 321s. ; chez Érasme : HILLE-COATES, « Bibelsprachen », p. 237.

3– Pour la citation d’Isidore, voir : Orig. 9, 1, 3. – L’inscription sur la croix : Lc 23, 38 ; Jn 19, 20. – La théorie des trois langues a joué un rôle dans le conflit au sujet de l’introduction du slavon en Moravie ; cf. Christian HANNICK, « Dreisprachenhäresie, -doktrin », Lexikon des Mittelalters, 3, München, Artemis, 1986, col. 1392ss. Au bas Moyen Âge, en ce qui concerne l’interprétation de la Bible, la valeur du latin a été mise en avant au détriment des langues vernaculaires et de la participation des laïcs à l’activité de l’interprétation de la Bible ; cf. HILLE-COATES, « Bibelsprachen », p. 216ss., voir de plus à ce sujet le chapitre 39.

3/ Au sujet de la notion de « Vulgate »

4Au sujet de Vulgata (particulièrement vulgata editio et termes analogues ) : BOGAERT, Bible, p. 288ss. (également p. 291, note 150) ; STOTZ, HLSMA 2, V § 57.4. – Il semble que dans les encycliques de l’église catholique, le substantif Vulgata n’ait été autorisé que tardivement (et occasionnellement), comme dans les encycliques de 1893 et de 1943 ; cf. DENZINGER / HÜNERMANN, Enchiridion § 3280 ( 2e mention), en particulier § 3825 (et plus fréquemment). Les formules usuelles sont vulgata editio ou versio vulgata.

4/ La Vetus Latina

5À ce sujet, voir : WIKENHAUSER / SCHMID, Einleitung, p. 105–114 ; GRIBOMONT, « Traductions » ; BOGAERT, « Bible », p. 143–156. Quelques indications (comportant des références supplémentaires) figurent dans : STOTZ, HLSMA 1, I §§ 10ss. et 17 ; cf. également BATAILLON [et al.],« Bible ». – Au sujet de la terminologie : SPARKS, « Jerome », p. 518 ; SUTCLIFFE, « Jerome », p. 99 ; BOGAERT, ibid., p. 139s.

5/ Les travaux de Jérôme sur le texte biblique

6Voir : WIKENHAUSER / SCHMID, Einleitung, p. 115–120 ; SPARKS, « Jerome », passim ; SUTCLIFFE, « Jerome », passim ; GRIBOMONT, « Traductions », p. 58–62 ; BOGAERT, « Bible », p. 156–159 ; MARTI, Übersetzer, passim.

  • La révision des évangiles, effectuée par Jérôme avec une grande rapidité, contient de nombreuses incohérences ; SPARKS, ibid., p. 523s. ; voir l’exemple cité dans le chapitre 27. – En ce qui concerne le rôle de Damase, on peut à bon droit douter de ce qu’en dit Jérôme, cf. GRIBOMONT, ibid., p. 59 ; BOGAERT, ibid., p. 157 ; de plus GRIBOMONT « Cassiodore et ses bibles », p. 275 et note 41. (Aux p. 275–278 se trouvent d’importantes observations au sujet de l’origine et de la première réception des travaux de traduction de Jérôme.) – Au sujet de l’attribution de la révision des autres textes néo-testamentaires, voir : GRIBOMONT, « Traductions », p. 61 ; SPARKS, ibid., p. 519s. ; BOGAERT, ibid., p. 159, 291. – À côté des textes du canon hébraïque, Jérôme a traduit les livres deutérocanoniques de Tobie et Judith ; cf. BOGAERT, ibid., p. 158. – On ignore dans quelle mesure sa propre connaissance de l’hébreu était suffisante pour ce faire. Suivant une conception tardivement et largement répandue, il passait en tant que vir trilinguis (homme trilingue) pour compétent en hébreu. On peut supposer qu’il s’est servi des traductions grecques des Hexapla, surtout celles d’Aquila et de Symmachus, en se référant au texte originel ; voir par exemple GRIBOMONT, « Traductions », p. 60 ; ESTIN, « Traductions », p. 83–88 ; BOGAERT, ibid., p. 158. – Pour un extrait de la Genèse (6, 1s.), voir : Vetus Latina (Vetus latina. Die Reste der altlateinischen Bibel, 2 : Genesis, édité par Bonifatius FISCHER, Freiburg, Herder, 1951–1954, p. 101s.) : Et factum est, postquam coeperunt homines multi fieri super terram et filiae natae sunt eis, videntes autem angeli Dei filias hominum, quod essent formosae, acceperunt sibi mulieres ex omnibus, quas elegerunt. – Dans la Vulgate : Cumque coepissent homines multiplicari super terram et filias procreassent, videntes filii Dei filias eorum, quod essent pulchrae, acceperunt uxores sibi ex omnibus, quas elegerant.

  • Citons également, dans ses deux versions du Psautier (Ps 2, 1s.), le Psautier gallican : Psalmus David. Quare fremuerunt gentes et populi meditati sunt inania, adstiterunt reges terrae et principes convenerunt in unum adversus Dominum et adversus christum eius. – Dans la version hébraïque : Quare turbabuntur gentes et tribus meditabuntur inania, consurgent reges terrae et principes tractabunt pariter adversum Dominum et adversum christum eius. – Au sujet des trois versions du Psautier mentionnées : ESTIN, « Traductions », p. 72 s. et 77–88 ; LOEWE, « History », p. 111 ; BOGAERT, ibid., p. 157s. ; LOBRICHON, « Bible de la réforme », p. 98s. – Jusqu’à une époque récente, le Psalterium Romanum a été généralement envisagé comme le résultat de la première révision des psaumes mentionnée ci-dessus, effectuée par Jérôme ; cf. SUTCLIFFE, ibid., p. 84ss. Quant au sujet traité ici, voir en outre KAMESAR, « Jerome », dans The New Cambridge History of the Bible (voir ci-dessus) 1, p. 653–675.

6/ La consuetudo et sa rupture

7Au sujet de la place de Jérôme : GRIBOMONT, « Traductions », p. 61 ; SPARKS, « Jerome », p. 520s. ; au sujet de l’opposition fondamentale et virulente à son travail de traduction, voir également : MARTI, Übersetzer, p. 135–139. Une résistance s’était déjà élevée contre la révision modeste des textes évangéliques ; ibid., p. 132. – Les auteurs patristiques, Jérôme y compris, ne citent que rarement d’après ses traductions ; BOGAERT, « Bible », p. 149. 152. – Au sujet du développement progressif de l’usage des textes de Jérôme : SPARKS, ibid., p. 521s. ; BOGAERT, « Bible », p. 289–291 ; GRIBOMONT, « Cassiodore et ses bibles », p. 275–278. – Au sujet des résidus de la Vetus Latina dans les manuscrits en circulation : BOGAERT, ibid., p. 293–295. – Au sujet du maintien de la consuetudo par Jérôme lui-même : HIER. praef. in euang., VULG. ed. WEBER, 2, p. 1515s., ici lignes 30–32. – Au sujet de la position d’Augustin vis-à-vis de Jérôme : SPARKS, ibid., p. 521 ; MARTI, ibid., p. 50s.

7/ La courge ou le lierre ?

8Au sujet de l’épisode d’Oea : AUG. epist. 71, 5, sur le thème en général :§§ 3–6 (cf. aussi epist. 82, 35) ; et la réponse de Jérôme : HIER. epist. 112, 20s. On trouvera aisément les textes dans : Augustinus – Hieronymus, Epistulae mutuae / Briefwechsel, traduction et introduction d’Alfons FÜRST, 2 tomes (Fontes christiani 41/1–2), Turnhout, Brepols, 2002, p. 160–167. 218–231, 332s. ; cf. SPARKS, « Jerome », p. 521 ; MARTI, Übersetzer, p. 75, 135s. (avec les textes 59 et 62).

8/ Comment le travail de Jérôme gagna en notoriété

9Cette légende remonte à la lettre d’Aristée (environ 130/100 avant J.-C.) ; on la trouve chez Josèphe (Contra Apionem) ; du côté chrétien elle apparaît pour la première fois chez Irénée (Adversus haereses, transmise dans l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée), ainsi que chez Augustin dans le De doctrina christiana (2, 15, 22) et ailleurs. Cf. par exemple SUTCLIFFE, « Jérôme », p. 95 ; MARTI, Übersetzer, p. 132–137, et BORST, Turmbau, p. 142s. 230, 293, 394 et à maintes autres reprises (classé sous le [Pseudo ] Aristée).

9/ L’image de Jérôme dans la Bible de Vivien

10Sur les différents types de manuscrits bibliques – la série en plusieurs tomes (bibliotheca) et la Bible complète (pandectes) – voir par exemple BOGAERT, « Bible », p. 276–285. – Au sujet de l’illustration de la Bible de Vivien sur laquelle figure Jérôme : Paris, BnF lat. 1, f. 3v ; cf. notre reproduction, d’après Gallica (BnF) et Walter CAHN, La Bible romane. Chefs-dœuvre de l’enluminure, Fribourg-Paris, Office du Livre-Vilo, 1982, p. 51. En couleur : J. N. D. Kelly, Jerome : his Life, Writings and Controversies, London, Duckworth, 1975, frontispice et couverture ; Florentine MÜTHERICH/ Joachim E. GAEHDE, Karolingische Buchmalerei, (Die großen Handschriften der Welt), München, Prestel, 1976, Abb. 21 (cf. p. 75, 77). Une illustration similaire se trouve dans la Bible de la basilique de Saint-Paul-Hors-les-Murs (réalisée vers 870). Au sujet des deux illustrations : Renate JUNGBIUT, Hieronymus. Darstellung und Verehrung eines Kirchenvaters, Disp. phil. Tübingen, Bamberg, 1967, p. 7–9. – Au sujet de Hieronimus translata … : dans son édition des légendes versifiées qui accompagnent les illustrations (Carm. biblioth. 3, 2, MGH Poetae 3, p. 248), Ludwig TRAUBE renforce encore ce sens dans la mesure où il insère le terme sibi dans le texte à la place de sui qui y figurait (« dont l’Être suprême lui a donné la traduction » ) . – Au sujet de la différence de nature des parties qui composent la Bible de Jérôme : SPARKS, « Jerome », p. 518s. ; BOGAERT, ibid., p. 156s. – Au sujet de l’élaboration des premières bibles complètes et des choix textuels effectués alors : LOEWE, « History », p. 108–110 ; BOGAERT, ibid., p. 289–291. – ISID. eccl. off. 1, 12, 8, PL 83, col. 748BC. – veracior, clarior : Il s’agit des versions plus fidèles, plus claires, que les versions reposant sur l’Ancien Testament en grec. – Au sujet des versions mélangées et du devenir des Bibles de Jérôme au Moyen Âge en général : voir le schéma chez LOEWE, ibid., p. 104s. et p. 112ss. ; également GRIBOMONT, « Traductions », p. 62 ; BOGAERT, ibid., p. 293–295. – Au sujet de telles projections qui envisagent rétrospectivement le texte comme une unité, on pourra consulter par exemple (en lien avec les psaumes de la liturgie) ESTIN, Traductions, p. 79.

10/ L’Esprit Saint comme auteur y compris de la Bible latine

11Concernant la notion de « langue des pêcheurs », il est probablement possible de distinguer plusieurs aspects : la langue des chrétiens est d’abord, au plan sociolinguistique, une langue simple, de la bouche – et pour l’oreille – de gens simples. On a pu dire également que Dieu avait choisi des gens simples qui s’expriment de ce fait simplement. Une autre position, celle-ci théologico-téléologique, qui irait plus loin consiste à considérer que Dieu / l’Esprit Saint aurait lui-même fondé une langue simple pour porter son message. – Au sujet de la langue chrétienne précoce, cf. les recherches de Joseph Schrijnen et Christine Mohrmann, dont on trouvera une synthèse dans : STOTZ, HLSMA 1, I § 14s. – Sur la remarque au sujet de manducare : cf. SÜSS, « Problem », p. 7. Ici, du reste, il faudrait nuancer quelque peu ; cf. Stotz, HLSMA 1, I § 24.6. Un exemple presque encore plus parlant est eruct(u)are, qui signifie littéralement « roter », employé dans la traduction biblique au sens d’« exprimer » ; ibid., 2, V § 8.3. – La citation de Cassiodore : CASSIOD. inst. 1, 15, 5 ; voir sur ce point LOEWE, « History « , p. 119 ; cf. également Michele C. FERRARI, Manu hominibus praedicare. Cassiodors Vivarium im Zeitalter des Übergangs, (Bibliotheken im Altertum, ed. par Elke BLUMENTHAL – Wolfgang SCHMITZ, Wolfenbütteler Schriften zur Geschichte des Buchwesens 45), Wiesbaden, Harrassowitz, 2011, p. 223–249, ici p. 245. Il faut ajouter que dans d’autres passages (Inst. 1, 15, 9), Cassiodore est tout à fait favorable aux corrections linguistiques. La manière dont il aborde le texte biblique est remplie de contradictions, qu’il s’agisse de ses intentions ou du résultat. À ce sujet, voir par exemple FERRARI, ibid., p. 244–247. – Au sujet de la place de Cassiodore dans le processus de transmission de la Bible latine : LOEWE, ibid., p. 115–120 ; GRIBOMONT, « Cassiodore et ses bibles », passim ; ID., « Cassiodore et la transmission de l’héritage biblique antique », Le monde latin, p. 143–152. – La pensée point par point décrite ci-dessus – et le fait de faire (au moins provisoirement) abstraction du processus de traduction – se trouve probablement ici et là dans des propos écrits au Moyen Âge au sujet du caractère inspiré des Saintes Écritures. C’est le cas peut-être dans les réflexions sur l’inspiration littérale des prophètes et des apôtres que Fridugise, élève et successeur d’Alcuin comme abbé de Saint-Martin de Tours (†834) aurait exprimées à Agobard de Lyon (vers 769–840). Dans sa réponse « Contra obiectiones Fredegisi » (AGOB. 18, 12, CCM 52, p. 291), cela semble transparaître ne serait-ce que légèrement, lorsqu’il est écrit : apparet … in his verbis vestris, quod ita sentiatis de prophetis et apostolis, ut non solum sensum praedicationis et modos vel argumenta dictionum Spiritus sanctus eis inspiraverit, sed etiam ipsa corporalia verba extrinsecus in ora illorum ipse formaverit. Cf. BORST, Turmbau, p. 502s. – Dans d’autres passages bien sûr (AGOB. 18, 7, p. 287s.), il est évident que Fridugise a dû penser à inclure d’une manière ou d’une autre le rôle d’intermédiaire du traducteur. Cf. Erich AUERBACH, Literatursprache und Publikum in der lateinischen Spätantike und im Mittelalter, Bern, Francke, 1958, p. 39. – Au sujet de Godescalc, nous donnerons seulement deux exemples (cf. BORST, ibid., p. 525). Dans la phrase Nemo virorum illorum qui vocati sunt, gustabunt cenam meam (Lc 14, 24 [variante]), il défend la forme plurielle d’abord d’une manière « séculière » comme étant une figure rhétorique (GODESC. SAXO gramm. 1, 41, p. 390s.). Cependant, après avoir énuméré d’autres libertés prises avec la langue çà et là dans la Bible latine, il tire la conclusion suivante :… sic etiam hic dimisit numerum singularem et se licite transtulit spiritus sanctus ad pluralem … Et après avoir justifié dans un autre passage (gramm. 1, 26, p. 381) l’expression Vos vocatis me magister et domine (Jn 13, 13) et d’autres expressions semblables, il émet la mise en garde générale : Hoc enim nobis est vehementer observandum, ut, quicquid ab spiritu sancto cognoscitur esse dictatum simul ac dictum, nullatenus audeamus dicere, quod absit, inmutandum, nam magnopere nobis apostolus iubet vitare ‘novitates vocum’ (cf. 1 Tim 6, 20).

11/ Est-il possible de mettre « sang » au pluriel ?

12Au sujet de la discussion sur l’écart vis-à-vis des normes linguistiques en général, voir : MARTI, Übersetzer, passim, en particulier p. 61ss. et 102ss. ; cf. par exemple HIER. epist. 29, 1, 3 (voir le texte 11, p. 158) ou 48, 4, 3 (texte 26, p. 184). Les observations d’Agobard de Lyon dans ses Contra obiectiones Fredegisi (cf. chapitre 10), AGOB. 18, 7, CCM 52, p. 287s. sont également remarquables. – Les passages de la Bible : Ps 5, 7 et 50 (51), 16, cf. également Ps 15 (16), 4 ; à ce sujet : AUG. in psalm. 50, 19, CCL 38, p. 613s., et doctr. christ. 4, 10, 24, CCL 32, p. 132s., ainsi que CASSIOD. inst. 1, 15, 5. Cf. MARTI, ibid., p. 80. – Le passage d’Ermenrich discuté dans la suite de ce chapitre se trouve dans : ERMENR. ad Grim. 12 ; Ermenrich d’Ellwangen, Lettre à Grimald, Texte latin édité, traduit, annoté et introduit par Monique GOULLET, (Sources d’histoire médiévale 37), Paris, CNRS, 2008, p. 86–89. – Le passage de Grégoire qu’il invoque et qui fait partie de la topique de l’exorde se trouve dans : GREG. m. moral. epist. 5, CCL 143, p. 7, l. 220–222. – Au sujet de perfodiri (cf. également chapitre 12) : ERMENR. ad Grim. 11, p. 86 ; cf. STOTZ, HLSMA 4, VIII § 108.2.

12/ Le texte de la Bible dégagé des normes linguistiques du latin

13Smaragdus, Liber in partibus Donati, cura et studio Bengt LÖSTEDT … [et al.] (CCM 68), Turnholti, Brepols, 1986, p. 47. – La lettre de 1432 : Veterum scriptorum … amplissima collectio, prodiit … studio et opera Edmundi MARTÈNE et Ursini DURAND, 9 tomi, Parisiis, 1724–33, ici 8, col. 177AB (cf. DU CANGE, Glossarium mediae et infimae Latinitatis, Niort 1883–87, 8, col. 371c) ; à ce sujet : STOTZ, Alte Sprache, p. 30.– MARTI (Übersetzer, p. 88), attire l’attention sur un tel raccourci dans l’Antiquité tardive, suivant lequel Jésus aurait parlé grec. – Au sujet des réflexions sur la kainótes (d’après Christine Mohrmann) : STOTZ, HLSMA 1, I § 10.5. – Au sujet du mot de Pierre Damien : PETR. DAM. epist. 21, p. 203, 11. On trouve un grand nombre de passages similaires ; cf. par exemple Pierre RICHÉ, « Instruments de travail et méthodes de l’exégète à l’époque carolingienne », Le Moyen Âge et la Bible, p. 147–161, ici p. 148. – GODESC. SAXO gramm. 1, 14, p. 359–374, resp. p. 498–503, voir Hennig BRINKMANN, Mittelalterliche Hermeneutik, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1980, p. 26. Contre Donat, il ne cite en réalité pas directement la Bible, mais des au(c)tores neot(h)ericos ; cependant ses documents proviennent pour une large part de la Bible. – RABERT. Matth. 5, 26, CCM 56, p. 326–328. Voici le passage qui suscite la polémique (l. 2940–47) : Unde hoc loco ‘donec’ pro infinito ponitur. Quod pravi homines nolentes considerare, voluerunt non suos sensus Scripturis divinis, sed eas pravis sensibus applicare. Nulla locutionum genera neque Spiritum Sanctum sua potestate loquentem adtendere volentes, finxerunt sibi ex eloquentia falsam sapientiam. Ceterum hi qui sane sapiunt, intellexerunt, quod semper rerum verba et eloquentia velut ancilla servit sapientiae divinae, prout placuit utentibus ea loqui. – Au sujet de iuvavit

14EKKEH. iv. bened. I 42, 49 : ille (Servius) legat ‘iuvit’, legat ista (fides) canatque ‘iuvavit’ ; à ce sujet, voir STOTZ, ibid.,p. 29s. ; sur iuvav(isse) id., HLSMA 4, VIII § 112.1. – Au sujet de fodiri (cf. chapitre 11) EKKEH. IV. bened. I 42, 40 : Dixerit ille (Priscianus) ‘fodi’, translatio fida ‘fodiri’. – Au sujet de l’absence de mention d’un traducteur : l’expression per os sanctorum suorum loquitur chez Ermenrich (cf. chapitre 11) renvoie certainement aux auctores initiaux des textes bibliques et non à leurs traducteurs. Il en va d’ailleurs de même pour des cercles qui n’étaient en rien familiers de tels raccourcis intellectuels : le concile de Trente, en justifiant le monopole de la Vulgate (voir chapitre 37) ne se réfère pas à l’autorité considérable dont l’auteur de cette traduction jouissait au sein de l’église, mais uniquement au fait que cette version « s’est imposée depuis tant de siècles dans l’église ».

13/ La Bible latine privilégiée par Dieu

15PHIL. HARV. epist. 17, PL 203, col. 154AB ; vgl. BORST, Turmbau, p. 727s. – Heinrich von Langenstein : ici d’après BORST, ibid., p. 1014.

16– IOH. BELETH. summ. 98, l. 91–94, CCM 41A, p. 180 ; HILLE-COATES, « Auffassungen », p. 144.

14/ Apprendre le latin d’après la Bible

17À ce sujet, voir par exemple : Franz BRUNHÖLZ, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters, 1, München, Fink, 1975, p. 18, 108, 210, 445s. (Histoire de la littérature latine du Moyen Âge, I, 2 volumes, Turnhout, Brepols, 1990 et 1991, I 1, p. 25s. / p. 108 / p. 204/ I 2, p. 193) ; Bernhard BISCHOFF, « Ein Brief Julians von Toledo über Rhythmen, metrische Dichtung und Prosa », ID., Mittelalterliche Studien, 1, Stuttgart, Hiersemann, 1966, p. 288–298, ici p. 291 ; Fidel RADLE, Studien zu Smaragd von Saint-Mihiel (Medium aevum. Philologische Studien 29), München, Fink, 1974, p. 57s. – Beda Venerabilis, De schematibus et tropis, (CCL 123A), p. 142–171. Soulignons que Bède le Vénérable s’occupe parfois même des figures rhétoriques qui ne sont pas résistantes à la traduction et donc de la langue des traductions latines. Il cite ainsi dans la rubrique Paronomasia (chap. 9, p. 147s.) le Psaume 21 (22), 6 iuxta Hebraicam veritatem : In te confisi sunt et non sunt confusi. – SMAR. part. Don. (cf. chapitre 12) 0T, p. 1(s.), l. 10ss. : ut cum auctoritatibus scripturarum octo partes exponendo concluderem. l. 15–20 : Quem libellum non Maronis aut Ciceronis vel etiam aliorum paganorum auctoritate fulcivi, sed divinarum scripturarum sententiis adornavi, ut lectorem meum iucundo pariter artium et iucundo scripturarum poculo propinarem, ut grammaticae artis ingenium et scripturarum divinarum pariter valeat conprehendere sensum. Suit une explication détaillée, dans laquelle on peut lire l. 34–36 : Et quoniam ars grammatica maxime cum nomine Domini in divinis scripturis principatus sui obtinet regnum … Cf. Bengt LÖFSTED, ed. SMAR. in Don., p. LXXXIII. – Au sujet des erreurs d’appréciation chez Smaragde lui-même, voir : RADLE, ibid., p. 54–57.

15/ Toutes sortes de contradictions

18Au sujet des effets de la langue biblique latine, voir par exemple STOTZ, HLSMA 1, I § 18 ; au sujet du « style biblique mimétique », cf. 1, I §§ 14.6 et 50.4.

16/ Vérifier, améliorer : l’impératif patristique

19AUG. doctr. christ. 2, 15, 22. – CASSIOD. inst. 1, 14, 4. – Pour l’hébreu, Cassiodore se repose – contraint et forcé pourrait-on dire – sur Jérôme ; cf. ibid., 1, 21, 1 : Beatus … Hieronymus Latinae linguae dilatator eximius, qui nobis in translatione divinae Scripturae tantum praestitit, ut ad Hebreum fontem paene non egeamus accedere …

17/ L’établissement du texte de la Bible à l’époque carolingienne

20Au sujet du travail de l’époque sur la Bible : LOEWE, « History », p. 126–140 ; LIGHT, « Versions », p. 56–65 ; BOGAERT, « Bible » p. 291– 293 ; GIBSON, Bible p. 5ss., 32–35. Cf. également DAHN, « Critique », p. 366s. ; LOBRICHON, « Traductions », p. 21–23. – Au sujet de la position d’Alcuin : il semble presque qu’à l’époque moderne, in nuce, se soit imposée ex post une perspective « intégrative » similaire à celle qui existait au Moyen Âge, en lien avec la commande supposée de Damase à Jérôme d’une traduction complète de la Bible. – Dans les six bibles complètes (au moins) dont l’élaboration a été supervisée par Alcuin, il n’a pas suivi (comme on aurait pu s’y attendre) une tradition textuelle northumbrienne, mais bien davantage les versions françaises. Il faudrait d’ailleurs identifier la tradition textuelle respective de chacun des livres bibliques. – Au sujet de la Bible à l’époque carolingienne et du rôle d’Alcuin, voir aussi : Guy LOBRICHON, « Le texte des bibles alcuiniennes », in : Alcuin, de York à Tours. Écriture, pouvoir et réseaux dans l’Europe du haut Moyen Âge, sous la direction de Philippe DEPREUX et Bruno JUDIC, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 209- 219 ( = Annales de Bretagne 111/3, 2004). – Cf. également GANZ, « Carolingian Bibles », The New Cambridge History of the Bible (voir ci-dessus), 2, p. 325–337.

18/ Les efforts pour maintenir le texte biblique au Moyen Âge central

21À ce sujet, globalement, voir : LOEWE, « History », p. 140–145 ; LIGHT, « Versions », p. 66–75. – Au sujet d’étienne Harding, voir également DAHN, « Critique », p. 367. 369. – Sur les Bibles géantes élaborées à la suite de la Réforme, voir : LOBRICHON, « Bible de la réforme », passim ; id., « Traductions », p. 23ss., également LIGHT, ibid., p. 69s. ; BOGAERT, « Bible », p. 300. Nous n’avons malheureusement pas pu faire référence à Lila YAWN, « The Italian Giant Bibles », The Practice of the Bible, p. 126–156. – On trouvera un exemple de Bible géante élaborée dans le nord chez GIBSON, Bible, p. 8s., 50s. – En ce qui concerne par ailleurs les causes des différences de teneur des textes bibliques énumérées – d’autres pourraient être ajoutées –, il n’est pas possible d’analyser ici des exemples précis. Mentionnons néanmoins un exemple de variation presque homophonique qui a pu mener à des interprétations très diverses : il s’agit de la variante -abit dans le passage suivant : paenitentiam agite, adpropinquavit enim regnum caelorum (Mt 3, 2 et 4, 17) ; à ce sujet, voir : Jacques DALARUN, « La Scrittura alla lettera. Del pericolo di una lettura letterale della Bibbia (Matteo III, 2, e IV, 17) », Studi medievali III ser., 32, 1991, p. 659–683). – On trouvera des exemples précis de l’influence exercée par le texte hébreu dans : BOGAERT, ibid., p. 295–297. – Une étude exhaustive des points de vue développés au Moyen Âge quant aux différentes formes textuelles de la Bible latine figure dans : Cornelia LINDE, How to Correct the Sacra Scriptura ? Textual Criticism of the Latin Bible Between the Twelfth and Fifteenth Century, (Medium aevum monographs 29), Oxford, The Society for the Study of Medieval Languages and Literature, 2012.

19/ Modifications pour des motifs théologico-téléologiques

22Il s’agit ici tout d’abord des recherches de Hans Hermann Glunz et de leur critique ; à ce sujet, voir : LIGHT, « Versions », p. 67ss.

23– Mentionnons un exemple de telles modifications suivant une perspective théologique, d’après LOEWE, « History », p. 145s. : Dans Mt 18, 10, Jésus dit des petites gens (pusilli) : quia angeli eorum in caelis semper vident faciem patris mei. Dans sa traduction, Jérôme renvoie cela aux anges gardiens des enfants, dont le « lieu d’intervention » naturel est la terre ; ainsi les mots in caelis ont disparu de certains manuscrits bibliques, ce qu’on retrouvera dans la Glossa ordinaria et dans les sentences de Pierre Lombard (vers 1095/1100–1160). On trouvera un autre exemple dans DAHN, « Méthode », p. 110 ( = ID., Lire, p. 170) : d’après Gen 37, 28, Joseph a été vendu par ses frères pour viginti argenteis ; cependant, comme il passait pour le type de Jésus trahi pour trente pièces d’argent, on trouve souvent dans les textes triginta argenteis. – MILO CRISP. Lanfr. 15, 36, PL 150, col. 55C ; à ce sujet, voir : LOEWE, ibid., p. 141s. ; LIGHT, ibid., p. 72s. – Au sujet de l’intrusion de variantes textuelles à partir de la Glossa ordinaria, voir : LIGHT, ibid., p. 81s. ; au sujet de son élaboration progressive, voir par exemple Guy LOBRICHON, « Une nouveauté : les gloses de la Bible », Le Moyen Âge et la Bible, p. 95–114, ici p. 101–114 ; on trouvera quelques indications pratiques dans : BATAILLON [et al.], « Bible », p. 22–25 ; au sujet de son autorité et de sa contestation, voir : daHan, « Méthode », p. 125–127 ( =ID., Lire, p. 191–193). Des exemples de pages figurent dans : Cambridge History of the Bible, 2, planche 14 ; GIBSON, Bible, p. 9, 52s. – Il faut également mentionner la monographie suivante consacrée à l’élaboration de la Glossa ordinaria : Lesley Smith, The Glossa Ordinaria : the Making of a Medieval Bible Commentary, Leiden, Brill, 2009. – cf. également : ead., « The Glossed Bible », The New Cambridge History of the Bible (voir ci-dessus) 2, p. 363–379. – ZIER, « Development », La Bibbia del XIII secolo (voir ci-dessus), p. 155–184.

20/ Hugues de Saint-Victor et la tentative de revenir à la Bible de Jérôme

24Le texte introductif d’Hugues se trouve dans PL 175, col. 9–28, où on lit : Cuius (Hieronymi) translatio, quia Hebraicae veritati concordare magis probata est, idcirco ecclesia Christi per universam latinitatem prae ceteris omnibus translationibus, quas vitiosa interpretatio, sive prima de Hebraeo in Graecum, sive secunda de Graeco in Latinum facta, corruperat, hanc solam legendam et in auctoritate habendam constituit. Usu autem pravo invalescente, qui nonnunquam solita magis quam vera appetit, factum est, ut diversas diversis sequentibus translationes ita tandem omnia confusa sint, ut pene nunc, cui tribuendum sit, ignoretur (col. 18A ). – Au sujet des représentations de la Vetus Latina à cette époque : dans les écrits de critique textuelle, l’expression antiqu(issim)i ne renvoie pas au matériau de la Vetus Latina ; on s’y réfère au contraire parfois au moyen des termes Graeci ou septuaginta interpretes ; cf. DAHN, « Critique », p. 371, notamment p. 370s. – Sur la confusion entre les notions « ancienne » et « nouvelle », voir également le chapitre 25. – Au sujet d’André de Saint-Victor, voir Rainer BERNDT, André de Saint-Victor (†1175). Exégète et théologien, (Bibliotheca Victorina 2), Turnhout, Brepols, 1991 ; DHAN, « Méthode », p. 116s. ; ID., Lire, passim (Index) ; cf. également stotz, « Tötet », p. 88–90. Nous n’avons malheureusement pas pu faire référence à : Frans VAN LIERE, « Biblical Exegesis Through the Twelfth Century », The Practice of the Bible, p. 157–178.

21/ Un ardent partisan de l’amélioration du texte biblique

25Au sujet de Nicolas Maniacutia : LOEWE, « History », p. 144s. ; DAHN, « Critique », p. 367. 377s. ; STOTZ, « Tötet », p. 85–88. – Le traité mentionné est édité dans : Vittorio PERI, « Correctores immo corruptores. Un saggio di critica testuale nella Roma del XII secolo », Italia medioevale e umanistica 20, 1977, p. 19–125). – Un résumé du passage polémique se trouve dans : Libellus, ed. PERI, p. 97, l. 5–11 : Accedit ad hoc quorundam praesumptio, qui suo nimium credentes sensui correctores ecclesiasticorum librorum, immo corruptores se faciunt. Non enim, quid veritas habeat, sed quid sibi videatur, curantes errores ostendunt suos, dum emendare se aestimant alienos. Ego vero in eiusmodi proprium non sequar arbitrium, sed Ieronimi mandatum attendens, id in diversitatibus eligam, quod vel ipsum expresse respondet Hebraicum vel eius sensui amplius appropinquat. – Le Psalterium iuxta Hebraicum est évoqué dans cet ouvrage : ibid., p. 90, 30 – 91, 16. – Au sujet de sa préface au Psalterium Romanum, voir Robert WEBER, « Deux préfaces au psautier dues à Nicolas Maniacoria », Revue bénédictine 63, 1953, p. 3–17, p. 4–9 (Texte, p. 6s.). – Virgo : d’après Weber (ibid., p. 7), il s’agit probablement d’une nonne d’un couvent de la ville de Rome.

26– La préface et d’autres matériaux concernant le travail effectué par Nicolas Maniacutia sur le Psalterium iuxta Hebraicum se trouvent dans : WEBER, ibid., p. 9–17. – Voici une appréciation générale à son sujet : « Aucun chrétien, depuis Saint Jérôme, n’a montré pareille audace, pour l’amour du texte sacré ». D’après André WILMART, « Nicolas Manjacoria, cistercien à Trois-Fontaines », Revue bénédictine 33, 1921, p. 136–143, ici p. 136. Récemment est parue une édition critique du ‘Suffraganeus bibliothecae’ : Nicolaus Maniacoria. Suffraganeus bibliothecae, cura et studio Cornelia LINDE, (Corpus christianorum, Continuatio mediaevalis 262), Turnhout, Brepols, 2013. – Sur cette édition, voir les études suivantes : J. Cornelia LINDE, « Some observations on Nicola Maniacutia’s Suffraganeus Bibliothece », Retelling the Bible (voir supra), p. 159–168. – EAD., « Basic instruction and Hebrew learning. Nicolaus Maniacoria’s Suffraganeus bibliothece », Recherches de théologie et philosophie médiévales 80, 2013, p. 1–16.

22/ Un hébraïsant chrétien au Moyen Âge central latin

27Au sujet d’Herbert de Bosham, voir SMALLEY, Study, p. 186–195 ; cf. également LOEWE, « History », p. 145 ; Stotz, « Tötet », p. 87. Au sujet de son classement parmi les hébraïsants, voir Raphael Loewe, cité par SMALLEY, ibid., p. 190.

23/ Les bibles de Paris

28Sur ce thème, voir LOEWE, « History », p. 145–148 ; LIGHT, « Versions », p. 75–93 ; BOGAERT, « Bible », p. 297–299 ; LOBRICHON, « Traductions », p. 24 ; DAHN, « Critique », p. 375s. ; ID., « Méthode », p. 104s., 113– 115 ( = ID., Lire, p. 163 et 174–177) ; GIBSON, Bible, p. 11s. et 64s. Nous n’avons malheureusement pas pu faire référence à Laura LIGHT, « The Bible and the Individual : The Thirteenth-Century Paris Bible », The Practice of the Bible, p. 228–246. – Au sujet de la critique de Roger Bacon, voir LIGHT, ibid., p. 76–78 et 93 ; DAHN, « Critique », p. 375 ; ID., « Méthode », p. 106 ( = ID., Lire, p. 164–166).

24/ Les correctoires des ordres mendiants

29Une référence fondamentale : Heinrich DENFLE, « Die Handschriften der Bibel-Correctorien des 13. Jahrhunderts », Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelalters 4, 1888, p. 264–311 et 471– 601 ; ensuite : LOEWE, « History », p. 148–152 ; LIGHT, « Versions », p. 90 ; et surtout DAHAN, « Critique », passim (en annexe figurent les prologues d’Hugues de Saint-Cher et de Guillaume de la Mare ainsi que les inscriptions au sujet de six passages bibliques dans cinq correctoires différents) ; id., « Méthode », p. 104–113 ( =ID., Lire, p. 162–174. – Au sujet des attributions (incertaines) des termes antiqui (-iores, -issimi) et moderni dans les correctoires en général, voir DAHAN, « Critique », p. 371s. – Au sujet du verdict de Roger Bacon, voir ibid., p. 380. – Au sujet des correctoires de la Bible, voir en outre DAHAN, « Sorbonne II », La Bibbia del XIII secolo (cité supra), p. 113–153. – ID., « Les correctoires du XIIIe siècle du livre d’Esther », Amicorum societas. Mélanges offerts à François Dolbeau pour son 65e anniversaire. études réunies par Jacques ELFASSI/ Cécile LANERY / Anne- Marie TURCAN-VERKERK, (Millennio medievale 96, Strumenti e studi n. p. 34), Firenze, SISMEL - Edizioni del Galluzzo, 2013, p. 164–187.

25/ Jérôme contre Priscien, ou :l’ancien et le moderne

30Au sujet de l’analyse de la place de (per)fodiri, voir ci-dessus, chapitres 11 et 12 ; au sujet de celle de paenitemini, voir STOTZ, HLSMA 1, I § 18.11/ 4, IX § 73.4. – Peter STOTZ, « Ein Grammatiktraktat nach dem Text des Hymnus Ut queant laxis » (2 parties), Archivum Latinitatis medii aevi 67, 2009, p. 175–227 ; 68, 2010, p. 109–160) : au sujet des passages traités par la suite, voir I, p. 187 et II, p. 121 (1, 38–41) ainsi que I, p. 212 et II, p. 143 (7, 26–32) ; à ce sujet, voir id., « Poesie auf dem Exerzierfeld. Über einen sprachlichen Kommentar zu dem Hymnus Ut queant laxis auf Johannes den Täufer », Italica Raetica Gallica. Studia linguarum litterarum artiumque in honorem Ricarda Liver, hg. von Peter WUNDERLI [et al.], Tübingen, Francke, 2001, p. 637–653, ici p. 640s., N° 3 et p. 643s., N° 7. – Au sujet de l’image de Jérôme, voir Berndt HAMN, « Hieronymus-Begeisterung und Augustinismus vor der Reformation : Beobachtungen zur Beziehung zwischen Humanismus und Frömmigkeitstheologie (am Beispiel Nürnbergs) », Augustine, the Harvest, and Theology (1300–1650) : Essays Dedicated to Heiko Augustinus Oberman, ed. Kenneth HAGEN, Leiden, Brill, 1990, p. 127–235, passim (surtout la première moitié).

26/ Sur les traces de la Bible hébraïque

31Au sujet du recours à des sources hébraïques ou à des experts juifs ainsi qu’aux aides correspondantes, voir Jacques VERGER, « L’exégèse de l’université », Le Moyen Âge et la Bible, p. 199–232, ici p. 214s. ; DAHAN, « Critique », p. 369s. ; ID., « Méthode », p. 115–117 ( = ID., Lire, p. 177–180) ; cf. également BATAILLON [et al.], « Bible », p. 20. – Un exemple de psautier en hébreu et en latin est donné par GIBSON, Bible, p. 12, 66s. – Au sujet des positions sur la naissance et la diffusion des langues, voir BORST, Turmbau, passim. – Sur la Superscriptio Lincolniensis, voir LOEWE, « History », p. 152s. ; cf. STOTZ, « Tötet », p. 90.

27/ Les forces de la persévérance

32Au sujet de quotidianum / supersubstantialem : Dans Luc (11, 3), Jérôme avait conservé la version de la Vetus Latina en usage ; dans Mathieu (6, 11) il l’avait remplacée par une autre ; SPARKS, « Jerome », p. 523, 524. – Au sujet de la polémique, voir Abelard epist. 10 ; Peter ABELARD, Letters IX–XIV. An Edition with an Introduction [by] Edmé Renno SMITS, Disp. phil. Groningen 1983, p. 239–247 (cf. p. 70–76 et 120–136) ; cf. Jan M. ZIOLKOWSKI, « Peter Abelard as Textual Critic and Historian », The Journal of Medieval Latin 17, Bouma’s Boekhuis, 2007, p. 361–371), ici p. 365–371.

28/ L’apparition de questionnements historiques

33L’interprétation que fait André de la prophétie concernant l’Emmanuel est emblématique de sa pensée (Is 7, 14) ; cf. les indications figurant dans STOTZ, « Tötet », p. 89. – Une analyse approfondie de la relation entre auctorialité divine et humaine des textes bibliques dans la pensée du Moyen Âge et du bas Moyen Âge se trouve dans MINNIS, Theory, passim. En ce qui concerne André lui-même, on trouvera quelques éléments dans STOTZ, « Tötet », p. 88s. – Au sujet de l’auteur du livre de Job : GREG. m. moral. praef. 1s., CCL 143, p. 8s. ; cf. MINNIS, ibid., p. 36s. – La représentation de la Sainte écriture comme une unité caractérise pleinement l’usage qui en est fait au Moyen Âge. Pour notre pensée, cela semble être une réduction et un appauvrissement. Cependant, il faut reconnaître par ailleurs qu’une telle conception a ouvert des possibilités considérables de penser de manière créative. Cette condition préalable – à savoir le fait que l’Esprit saint professe une vérité divine quand, comme et à travers qui il veut – rend justement possibles de nombreuses combinaisons de pensées suggestives qui – suivant nos règles strictes en matière d’analyse critique et historique et en matière de réflexion herméneutique – sembleraient probablement inacceptables. – Au sujet des discussions sur les indications d’auteur nommant un autre nom que David en tête de certains psaumes, voir : MINNIS, ibid., p. 43. 47s. et 90s. – Au sujet de l’attention renforcée portée à la contribution des auctores humains aux écritures bibliques, voir ibid., p. 40–159, passim. – Ce n’est pas un hasard que certains commentateurs novateurs de l’époque se soient consacrés aux textes profanes de l’Antiquité comme aux textes bibliques, ainsi que l’a fait le Dominicain Nicolas Trevet (vers 1258 – vers 1334). – Au sujet de Moïse comme auteur biblique, voir Oliver RAMONAT, Lesarten der Schöpfung. Moses als Autor der Genesis im Mittelalter, (Wissenskultur und gesellschaftlicher Wandel 36), Berlin, Akademie Verlag, 2010.

29/ L’élimination des rigidités au bas Moyen Âge

34Au sujet de Nicolas de Lyre, voir Nicolas DE LYRA, Postilla super totam Bibliam, réimpression de l’exemplaire de Strasbourg de 1492, 4 volumes, Frankfurt / Main, Minerva 1971, également Nicolas of Lyra, The Senses of Scripture, ed. Philip D. W. KREY and Lesley SMITH, (Studies in the History of Christian Thougth 90), Leiden, Brill, 2000 ; MINNIS, Theory, p. 86 et passim (voir l’index) ; DAHAN, « Méthode », p. 127s. ( = id., Lire, p. 193s.) ; GIBSON, Bible, p. 9ss, 54ss. Nous n’avons malheureusement pas pu faire référence à Bert ROEST, « Mendicant School Exegesis », The Practice of the Bible, p. 179–204. – Au sujet des deux exemples de la critique textuelle de Valla, voir BORST, Turmbau, p. 968. Dans l’édition critique de la Vulgate, on trouve aliis linguis même dans le texte. – Au sujet des positions de Valla quant à la Bible latine, cf. LINDE, How to Correct (voir chapitre 18), passim, également EAD., « Lorenzo Valla and the authenticity of sacred texts », Humanistica Lovaniensia 60, 2011, p. 35–63.

30/ Les corrections apportées à la Bible de Jérôme durant la Renaissance

35Sur ce point, voir HALL, « Scholarship », et DELVILLE, « évolution », passim. – Au sujet de Cajetan, Hall, ibid., p. 64ss. et 91s. ; DELVILLE, ibid., p. 75ss. – Au sujet des incunables de la Vulgate : DELVILLE, ibid., p. 72s. ; cf. GIBSON, Bible, p. 14, 80s. – Il faut mentionner les exemplaires de la Bible qui comprenaient la Glossa ordinaria ainsi que la Postilla litteralis de Nicolas de Lyre ; cf. par exemple GIBSON, ibid., p. 14, 56s.

31/ La « Complutense »

36Biblia sacra. Vetus testamentum multiplici lingua nunc primo impressum… / Novum testamentum grece et latine noviter impressum …, 6 tomi, [Alcalá], Arnaldus Guillelmus de Brocario, 1514–1517 ; cf. HALL, « Scholarship », p. 50–52 (et p. 54–63, passim) ; DELVILLE, ibid., p. 73s. ; fac-similés dans Cambridge History 3, planche 12 ; GIBSON, Bible, p. 84s. ; Biblia, planche en couleur IV.

32/ Des philologues se rendent utiles

37Au sujet des travaux d’Érasme sur le texte biblique, voir : HALL, « Scholarship », p. 59–61 ; DELVILLE, « évolution », p. 74. On trouvera aisément la reproduction suivante de l’édition du Nouveau Testament de 1516 : Erasmus Von Rotterdam, Novum instrumentum. (Mit einer historischen, textkritischen und bibliographischen Einleitung von Heinz HOLECZEK ), nouvelle édition en fac-similé, Stuttgart 1986. Pour les Annotationes des différentes éditions, voir Erasmus’ Annotations on the New Testament, Facsimile of the Final Latin Text (1535) with all Earlier Variants (1516, 1519, 1522 and 1527), ed. Anne REEVE and M. A. SCREECH, 3 vol. (1 : The Gospels ; / 2 : Acts, Romans, I and II Corinthians ; / 3 : Galatians to the Apocalypse), (2, 3 : Studies in the History of Christian Thought 42. 52), London 1986 (1) ; Leiden, Brill, 1990–93 (2, 3).

38– Sur Lefèvre d’étaples, voir : HALL, ibid., p. 80s. ; DELVILLE, ibid., p. 74. – Sur les Bibles latines anciennes d’Estienne, voir : HALL, ibid., p. 65–67 ; DELVILLE, ibid., p. 75, 76. également : Bernard ROUSSEL « La Biblia éditée par Robert Estienne à Paris, en 1532 », Biblia, p. 107–127.

33/ On revient à la correction de la Bible de Jérôme

39Au sujet de ce nouvel objectif d’Estienne, voir : DELVILLE, « évolution », p. 77s.

34/ La Vulgate est concurrencée : le Nouveau Testament

40Sur les nouvelles traductions du Nouveau Testament, voir DELVILLE, « évolution », p. 84–86, 90s., 92–106. – Au sujet de la traduction du Nouveau Testament effectuée par érasme, voir le chapitre 32.

35/ De nouvelles traductions de l’Ancien Testament

41Le degré d’intérêt pour les traductions de l’Ancien Testament ou du Nouveau Testament se reflète par exemple à travers leur différence de traitement dans les « règles tridentines » au sujet de l’interdiction de certains livres (1564). Suivant ces règles, les évêques avaient le droit d’autoriser l’utilisation de traductions de l’Ancien Testament réalisées par des auteurs mis à l’index à des « hommes savants et pieux », et ce du reste uniquement afin de les aider à interpréter la Vulgate, et non comme « texte sain » ; en ce qui concerne le Nouveau Testament, il n’existait pas de telles précautions. Cf. DENZINGER / HÜNERMANN, Enchiridion § 1853. – Au sujet de Pagnini, Münster et de la Biblia sacrosancta zurichoise, voir HALL, « Scholarship », p. 69–71 ; DELVILLE, « évolution », p. 87–89. – Au sujet de Castellion, voir HALL, ibid., p. 71s. ; DELVILLE, ibid., p. 89s.

36/ Révision et fixation de la Vulgate : le stade initial

42Au sujet de l’édition de la Vulgate de Wittemberg, voir : DELVILLE, « évolution », p. 75. L’attachement de Luther à la Vulgate toute sa vie durant est souligné par SÜSS, « Problem », p. 22–24. – On trouvera un résumé des différents points de vue exprimés lors de la révision de la Vulgate dans : DELVILLE, ibid., p. 83s. – À propos du point de vue de Luther sur la langue latine à côté des langues bibliques originelles et des langues vernaculaires, voir Gottfried HAMMANN, « Martin Luther et le latin », ‘Nomen latinum’. Mélanges de langue, de littérature et de civilisation latines offerts à André Schneider …, Neuchâtel / Genève, Université de Neuchâtel, 1997, p. 329-342.

37/ Les Pères du concile de Trente et les érudits de Louvain

43Au sujet de ce qui est exposé ici et dans le chapitre suivant, voir F. J. CREHAN, « The Bible in the Roman Catholic Church from Trent to the Present Day », The Cambridge History, 3, p. 199–237, ici p. 207–211 ; HALL, « Scholarship », p. 67s. ; WIKENHAUSER / SCHMID, Einleitung, p. 120–122 ; DELVILLE, « évolution », p. 77–80. – On trouvera un extrait du décret de 1546 dans : DENZINGER / HÜNERMANN, Enchiridion § 1506 :… ut haec ipsa vetus et vulgata editio, quae longo tot saeculorum usu in ipsa Ecclesia probata est, in publicis lectionibus, disputationibus, praedicationibus et expositionibus pro authentica habeatur, et quod nemo illam reicere quovis praetextu audeat vel praesumat. Voir également § 1508 : … ut posthac sacra Scriptura, potissimum vero haec ipsa vetus et Vulgata editio quam emendatissime imprimatur. – Au sujet de la notion d’« authentique », il a été précisé plus tard que la Vulgate n’était authentique qu’au plan juridique, ce qui n’excluait pas des variantes par rapport au texte originel et, est-il ajouté, des variantes vis-à-vis des traductions anciennes ; DENZINGER / HÜNERMANN, ibid., § 3796 (cf. également § 3825).

38/ Gravée dans le marbre : la Vulgate Sixto-Clémentine

44Au sujet de ce chapitre, voir les indications bibliographiques du chapitre précédent. – L’indication de variantes textuelles dans les marges était formellement interdite, pourtant l’on donna en 1921 l’autorisation de les ajouter en bas de page ou à la fin du texte ; Acta apostolicae sedis 14, 1922, p. 27 ; Biblia sacra, ed. COLUNGA / TURRADO (voir chapitre 42), p. XXIb.

39/ Le peuple a-t-il le droit de lire la Bible dans sa langue ?

45Sur ce thème, voir sept contributions sur « The Vernacular Scriptures », Cambridge History, 2, p. 338–491, également un ensemble de quinze contributions sur les traductions européennes et anglaises de la Bible, ibid., 3, p. 94–174, 339–382, ainsi que trois contributions pertinentes dans The Practice of the Bible, p. 272–337 ; voir également : LARÈS, « Traductions » ; LOBRICHON, « Traductions », p. 25– 28 ; HILLE-COATES, « Bibelsprachen », p. 215–227 ; GIBSON, Bible, p. 7, 12s., 39–47, 70s. ,74s., 86.

40/ Une souplesse tardive – et le succès d’Allioli

46Au sujet de la règle régissant la lecture de la Bible par des profanes, voir : DENZINGER / HÜNERMANN, Enchiridion § 1854. – On trouvera la déclaration de Pie VII ibid., §§ 2710–12. – Dans une encyclique de 1844, dans laquelle il s’oppose tout d’abord aux traductions des sociétés bibliques (non catholiques), Grégoire XVI (1831–46), s’appuyant sur un édit de Benoît XIV (1740–58), autorise expressément les traductions qui sont approuvées par le siège apostolique – qui comprennent des annexes explicatives – ou celles qui sont tirées des écrits des Pères de l’église ou élaborées par des érudits catholiques ; ibidem § 2771s. – Au sujet d’Allioli, voir Joseph Franz von Allioli, 1793–1873, Leben und Werk. Stadtmuseum Sulzbach-Rosenberg, Sonderausstellung, 8. Mai–27. Juni 1993, (Schriftenreihe des Stadtmuseums und Stadtarchivs Sulzbach-Rosenberg 2), Amberg, Buch & Kunstverl. Oberpfalz,1993.

47– Sa traduction de la Bible en six volumes est parue pour la première fois en 1830–1837 ; des rééditions ultérieures ont suivi. – Alors qu’aujourd’hui cette traduction a probablement fait son temps dans le domaine pastoral, elle reste un moyen souvent bienvenu (même s’il n’est pas tout à fait fiable) pour ceux qui s’intéressent à la période du Moyen Âge de se familiariser avec le sens supposé de passages difficiles de la Vulgate, ce pour quoi les traductions à partir du texte originel ne sont pas d’un grand secours. – Les activités de l’école biblique et archéologique française de Jérusalem (fondée en 1890 par les Dominicains) ont donné un nouvel élan aux études bibliques ; l’école est connue dans l’espace germanophone (depuis 1968) par la “Bible de Jérusalem”. Cf. désormais Neue Jerusalemer Bibel : Einheitsübersetzung mit dem Kommentar der Jerusalemer Bibel, 13e éd., augmentée, éditée en allemand par Alfons deissler [et al.], Freiburg, Herder, 2005. – On peut signaler une initiative toute récente dans ce domaine : le Vulgata-Verein Chur (domicilié à Coire [Suisse]) prépare actuellement une édition en latin et en allemand à laquelle participent de nombreux traducteurs et qui devrait paraître en 2018. Les éditeurs en sont Andreas Beriger, Widu-Wolfgang Ehlers et Michael Fieger. Voir : http://www.projekt-vulgata.ch/​Projekt Vulgata/Startseite.html On peut s’attendre à ce que l’apport scientifique de cette entreprise de traduction profite, au-delà de l’espace linguistique germanophone, à toutes les personnes qui s’intéressent à la Vulgate. [Les éditions du Cerf (Paris) ont mis en ligne l’ensemble de la dernière édition de la Bible de Jérusalem (1998) ; l’École biblique et archéologique française de Jérusalem anime par ailleurs un programme de recherches qui, sous le nom de « La Bible en ses traditions », construit un commentaire continu, historique, exégétique et littéraire de chaque livre de la Bible]. Mentionnons par ailleurs l’existence d’une traduction française de la Vulgate : La Sainte Bible selon la Vulgate, traduite en français par Jean-Baptiste GLAIRE, commentée par Fulcran VIGOUROUX. Nouvelle édition. Argentré-du- Plessis, éditions D.F.T., 2002.

41/ Une impasse : le Psalterium Pianum

48On trouvera des réflexions fondamentales sur la place du latin dans l’église moderne, rédigées à la veille de Vatican II dans Karl RAHNER, « Über das Latein als Kirchensprache », Zeitschrift für katholische Theologie 84, 1962, p. 257–299. – Pour des réflexions sur ce à quoi devrait ressembler le latin et sur son introduction par Jean XXIII (Constitution Veterum sapientia, 1962) comme “langue vivante de l’église”, voir Ezio FRANCESCHINI, « Latino dei cristiani e latino della Chiesa », dans id., Scritti di filologia latina medievale, 1 (Medioevo e umanesimo 26), Padova, Antenore, 1976 (paru pour la première fois en 1963), p. 36–47, surtout p. 42–47. – Psalterium Breviarii Romani cum excerptis e communi sanctorum secundum novam e textibus primigeniis interpretationem latinam Pii Papae XII auctoritate editum, Editio iuxta typicam Vaticanam, Regensburg, Pustet, 1945. – Voici un extrait du texte, Ps 66 (67), 2–5, Psalterium Gallicanum : Deus misereatur nostri et benedicat nobis, inluminet vultum suum super nos et misereatur nostri, ut cognoscamus in terra viam tuam, in omnibus gentibus salutare tuum. Confiteantur tibi populi, Deus, confiteantur tibi populi omnes. Laetentur et exultent gentes, quoniam iudicas populos in aequitate et gentes in terra diriges. Suivant la nouvelle traduction : Deus misereatur nostri et benedicat nobis, serenum praebeat nobis vultum suum, ut cognoscant in terra viam eius, in omnibus gentibus salutem eius. Celebrent te populi, Deus, celebrent te populi omnes. Laetentur et exultent nationes, quod regis populos cum aequitate et nationes in terra gubernas. – Analyses critiques, voir Christine MOHRMANN, « The New Latin Psalter : its Diction and Style », dans EAD., Études sur le latin des chrétiens, 2 (Storia e letteratura 87), Roma, Ed. di Storia e Letteratura, 1961, p. 109–131 ( publié pour la première fois en 1953 ; ici p. 122s. sur le rejet de confiteri au sens de “louer”, p. 123s. sur celui de salutare [voir notre exemple de texte] ) ; FRANCESCHINI, ibid., p. 41s.

42/ La Vulgate aujourd’hui

49L’encyclique de Léon XIII figure dans DENZINGER / HÜNERMANN, Enchiridion § 3280, celle de Pie XII, ibid., § 3825. – Pour des éditions maniables de la Clémentine de Sixte sur papier bible, assorties de compléments, on pourra consulter Bibliorum sacrorum iuxta vulgatam Clementinam nova editio …, curavit Aloisius GRAMATICA, Typis polyglottis Vaticanis 1959. Une édition avec des compléments à propos de décisions magistérielles de la part de l’église : Biblia sacra iuxta vulgatam Clementinam nova editio, logicis partitionibus aliisque subsidiis ornata a Alberto COLUNGA et Laurentio TURRADO, sexta editio (Biblioteca de autores cristianos 14), Matriti, BAC, 1982. – La grande édition critique, qui comprend, en 18 volumes, tous les livres de l’Ancien Testament, est la Biblia sacra iuxta Latinam vulgatam versionem ad codicum fidem... cura et studio monachorum sancti Benedicti commissionis pontificiae... sodalium… edita, Romae, Typis polyglottis Vaticanis, 1926-1995. Pour une version moins volumineuse, voir : Biblia sacra iuxta Vulgatam versionem adiuvantibus Bonifatio FISCHER, Iohanne GRIBOMONT [et al.] instruxit Robertus WEBER, 2 tomi, Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, 1969 ; depuis sont parues régulièrement des rééditions révisées. – La nouvelle édition révisée : Nova vulgata bibliorum sacrorum editio, sacrosancti oecumenici Concilii Vaticani II ratione habita, iussu Pauli PP. VI recognita, auctoritate Ioannis Pauli PP. II promulgata, [Città del Vaticano] Libreria Editrice Vaticana, 1979. – Voici un exemple : dans le Cantique des cantiques (4, 1. 3), on peut lire conformément au texte hébreu (d’après la Bible zurichoise de 2007) : « Tes yeux sont des colombes derrière ton voile » et « Ta tempe est derrière ton voile telle la tranche de la grenade ». Dans la Vulgate traditionnelle, les deux phrases se terminent ainsi : absque eo quod intrinsecus latet, dans la nouvelle version de la Vulgate, on trouve désormais : per velamen tuum.

43/ Bref bilan

50Au sujet de l’ensemble des textes appartenant à la Vetus Latina : là où il a été perçu comme tel, dans les correctoires bibliques du XIIIe siècle, on parlait de Septuaginta ; DAHAN, « Méthode », p. 105, 108 ( =ID., Lire, p. 164, 168). – Au sujet de l’appel de Bacon au pape, voir J. P. P. MARTIN, « La Vulgate latine au XIIIe siècle d’après Roger Bacon », Le Muséon 7, 1888, p. 88–107, 169–196, 278–291 et 381–393, ici p. 106 ; cf. DAHAN, « Critique », p. 375 ; ID., « Méthode », p. 105s. ( =ID., Lire, p. 164s.).

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search