Version classiqueVersion mobile

La Bible en latin, intangible ?

 | 
Peter Stotz

40

Une souplesse tardive et le succès d’Allioli

Texte intégral

1Dans l’église catholique régna pendant longtemps le principe suivant lequel il n’était pas bon que les simples fidèles se consacrent de manière indépendante à la lecture de la Bible, sans qu’elle soit suivie par une interprétation de la part des ecclésiastiques. Suite au concile de Trente, l’autorisation pour les individus de lire des traductions de la Bible en langue vulgaire fut subordonnée à certaines conditions, y compris quand ces traductions provenaient d’auteurs catholiques. En 1816 encore, Pie VII (1800-1823) défendit avec la plus grande conviction l’enseignement de l’église suivant lequel le fait d’autoriser des traductions de la Bible serait contraire à l’exclusivité de la Vulgate, ouvrirait tout grand les portes à ce qui est pernicieux et « ébranle[rait] l’intangibilité dont sont parés les témoignages divins ». Toutefois, ce point de vue n’était pas tenable sur la durée : les profanes cultivés et émancipés qui se soumettaient peu volontiers à de telles injonctions furent de plus en plus nombreux. À cela s’ajoute le fait qu’ils pouvaient satisfaire aisément leurs intérêts au moyen de Bibles en langue vulgaire d’origine autre que catholique. Il sembla finalement de bon aloi que l’Église romaine autorise la diffusion de Bibles en langue vulgaire, en premier lieu bien entendu à partir de la Vulgate.

2Dans l’espace germanophone, Joseph Franz von Allioli (1793-1873) réalisa une telle traduction. En tant que première Bible selon la Vulgate en langue allemande, elle parut non seulement avec l’approbation de l’évêque local, mais aussi avec celle du pape. La base en était la Vulgate Sixto-Clémentine ; cependant, en tant qu’orientaliste et que fin connaisseur des langues bibliques, Allioli eut recours au cas par cas au texte originel. La Bible d’Allioli était accompagnée d’explications, ce qui correspondait à un postulat maintenu rigoureusement. Elle rencontra un succès sans pareil et connut aussi bien au temps de son auteur que par la suite une grande variété d’éditions et de versions ; plusieurs d’entre elles étaient illustrées. Son succès est lié au mouvement biblique catholique au XIXe siècle. Elle fut très largement utilisée encore pendant une bonne partie du XXe siècle ; elle fut définitivement remplacée par la traduction œcuménique qui repose sur le texte originel des écrits bibliques et résulte d’un effort conjoint d’un grand nombre d’érudits catholiques et protestants au cours des années 1962 à 1979.

3D’une manière générale, deux bouleversements significatifs se sont produits depuis. Dans le domaine de la philologie et de l’herméneutique, s’est établie la méthode historico-critique, qui a été adoptée également par les sciences bibliques. En outre, le travail intellectuel des philologues et des théologiens non-catholiques a été adopté par la science biblique du catholicisme (avec beaucoup de retard) au XIXe siècle.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search