Desktop versionMobile version

Les sources du funéraire en France à l'époque contemporaine

 | 
Bruno Bertherat

CHAPITRE 1 : panorama

La crémation en France (1794-2014) Des sources multiples et diversifiées

Jacqueline Lalouette

Full text

  • 1 La Flamme, n° 36, 2e trimestre 1981.
  • 2 D’après Jean Chabert, chargé de communication à la Fédération française de crémation, http://www.fu (...)
  • 3 Certes, le domaine n’est pas vierge et il existe déjà un certain nombre de travaux, tous cités dans (...)

1Oubliée depuis des siècles, l’idée de crémation resurgit sous la Révolution française, qui ne la concrétisa pas, disparut derechef avant d’émerger discrètement sous le Second Empire, puis d’être défendue vigoureusement dès les premières années de la Troisième République. Légalisée en 1887, la crémation ne conquit cependant pas les Français : la barre du un pour cent d’incinérations, sur le nombre annuel des décès, ne fut franchie qu’en 19801. Depuis cette date, la pratique crématiste progresse à une vitesse toujours accrue ; en 2014, la moyenne nationale dépasse 32% des obsèques2 et des voix autorisées annoncent qu’elle atteindra 50% en 2025. Si certains grands moments de cette histoire sont connus – on cite toujours les rapports de Daubermesnil et de Cambry, la loi de 1887, etc. – de nombreux points doivent être précisés, ce qui est possible grâce à des sources abondantes et diverses touchant à maints sujets, qui devraient permettre de rédiger l’histoire de la crémation en France, qui manque encore3.

  • 4 L’usage de désigner par le terme de « cendres » les restes d’un défunt inhumé (Voir É. Littré, Dict (...)
  • 5 Bulletin de la Société pour la propagation de l’incinération, 13e année, n° 13, note 1 attachée au (...)

2Avant tout, il semble essentiel de s’intéresser à la terminologie, notamment à l’emploi des deux termes concurrents « crémation » et « incinération » (renvoyant respectivement à l’action de brûler et aux effets de cette action)4, dans le nom des sociétés crématistes (ainsi, en mars 1894, la Société pour la propagation de la crémation remplaça ce terme par celui d’« incinération », que Francisque Sarcey, instigateur du changement, jugeait plus agréable et plus poétique)5. Certains usages de ces mots (les fours crématoires de la Shoah ou les incinérateurs de déchets) contribuèrent certainement à les discréditer tour à tour.

Les publications des sociétés crématistes

  • 6 Le terme de « propagation » alors choisi signifiait qu’il fallait diffuser l’idée de crémation ; un (...)

3La source fondamentale est constituée par les revues du mouvement crématiste. Deux ans après sa fondation, la Société pour la propagation6 de la crémation (puis de l’incinération) lança un bulletin annuel, publié de 1882 à 1920, puis de 1931 à 1939. La Société avait à son actif d’autres publications ; ainsi, en 1895, sous son égide parut une plaquette intitulée Putréfaction ou purification, comprenant des poèmes de Maurice Rollinat et des textes de Jules Simon et de Frédéric Passy.

4En avril 1947, au Bulletin succéda un organe trimestriel, La Flamme purificatrice, conçu pour assurer un « lien moral et spirituel entre crématistes de France » et « faire pénétrer l’idée de l’incinération dans les milieux qui l’ignorent ». Le titre, expliquèrent-ils, semblait pléonastique, le feu étant par excellence le grand purificateur, mais l’adjectif « purificatrice » visait à éviter tout risque de confusion avec la société d’anciens combattants rallumant quotidiennement la flamme à l’Arc de triomphe. Le lien avec la publication précédente et avec la Société de la propagation pour l’incinération (SPI) demeurait affirmé par le sous-titre : Correspondance crématiste. Bulletin trimestriel de la SPI.

  • 7 Voir le n° 100, 1er trimestre 1972.
  • 8 Néanmoins certains sites crématistes donnent la préférence à des couleurs dites « reposantes », le (...)
  • 9 Transition-La Flamme, n° 1, premier trimestre 1995.

5À partir de 1972, La Flamme purificatrice fut présentée comme l’« organe de la Fédération française de crémation » (FFC)7, qui succéda à la Fédération nationale des sociétés françaises de crémation, formée en 1924 par la réunion de la SPI et des deux sociétés provinciales existant alors, celles de Lyon et de Strasbourg, fondées respectivement en 1913 et 1922. À partir du troisième trimestre 1972, démarra une nouvelle série : le titre perdit l’adjectif « purificatrice », car l’on estima qu’aucune confusion n’était plus à redouter. Puis, à partir du quatrième trimestre 1976, le journal se modernisa, adopta une couverture de couleur – le rouge fut choisi, cette couleur est privilégiée par les crématistes pour une raison symbolique évidente8 – et prit la devise « Garder le sol pour les vivants » ; sa modernisation s’accentua en 1984, puis en 1986. À compter de cette date, la couverture, imprimée en quadrichromie, offre généralement la photographie d’un crématorium ou d’un colombarium, ce qui permet de disposer d’un riche ensemble iconographique, auquel s’ajoutent tous les clichés en noir et blanc publiés dans les pages intérieures. En 1995, un nouveau titre, Transition, surplombant la devise « La terre aux vivants », éclipsa La Flamme, transformé en sous-titre tout juste visible9.

  • 10 Son siège se trouve 17 rue Feutrier, 75018 Paris.

6La SPI, quant à elle, disposa d’un bulletin d’informations trimestriel, Des nouvelles de la SPI, de 1992 à 2003. En mars 2003, elle prit le nom d’Association nationale crématiste (ANC), bien que les sociétés la composant ne soient installées qu’en Île-de-France10. Elle possède toutes les archives de la société primitive, a hérité du statut de société reconnue d’utilité publique conféré à la SPI en 1897 et confirmé en 1952 et 2003 et continue de publier un bulletin trimestriel.

7Les fédérations régionales ou départementales et certaines sociétés locales possèdent aussi leurs publications. Dans les années 1930, la Société pour la propagation de l’incinération de la région de l’Est disposait de Crematorium et la Société lyonnaise et régionale de propagande pour l’incinération des corps de L’Incinération. Dans les années 1990, l’Union départementale des associations crématistes de l’Isère lança La Lettre crématiste de l’Isère, puis, dans les années 2000, l’Association crématiste des Landes se pourvut d’un bulletin d’informations, Le Crématiste landais. Désormais, de nombreuses sociétés crématistes possèdent leur site sur lequel sont reportés le compte rendu des assemblées générales, les dates des permanences des bénévoles, des assemblées générales et des visites du crématorium, etc.11. D’autres sites ne contiennent que le strict nécessaire : le but poursuivi, les statuts et leurs éventuelles modifications12.

  • 13 Arnaud Esquerre a étudié la répartition socio-professionnelle des crématistes pour l’année 1886 (Le (...)
  • 14 Voir, par exemple, Jacques Monod, « Réflexions d’un biologiste sur la mort et la crémation », La Fl (...)
  • 15 Dans le n° 54 de La Flamme purificatrice, juillet-août-septembre 1960, sur la photographie d’un gro (...)
  • 16 Y compris de membres du clergé catholique : abbé M. Oraison, « Pourquoi j’ai choisi la crémation », (...)
  • 17 Voir Des nouvelles de la SPI, n° 10, décembre 1994 et le communiqué commun de la FFC, de l’ADMD et (...)
  • 18 Pendant longtemps, les publications crématistes écrivirent « colombaria »; le passage à « colombari (...)
  • 19 Achevé en 1903, le crématorium de Reims, situé dans le cimetière de l’Est, fut ruiné par les bombar (...)
  • 20 La Flamme purificatrice, n° 95, 4e trimestre 1970, p. 10 (2 ‰ en 1960).
  • 21 La Flamme purificatrice, n° 60, janvier-février-mars 1962.
  • 22 Transition-La Flamme, n° 4, octobre 1995, 4e de couverture.

8Toutes ces publications permettent aux chercheurs de partir dans de multiples directions et tout d’abord de s’intéresser à l’évolution du mouvement crématiste, en tenant compte des hommes, des structures, des idées, des formes de propagande… Durant les premières années, tant que les adhérents ne se comptaient que par centaines, il était possible de publier outre la liste des membres du Bureau, celle des adhérents. Les crématistes doivent être étudiés sous l’angle de l’âge, du sexe, de l’origine ou de l’appartenance religieuse, des opinions politiques et de la profession13 – la présence des médecins et des scientifiques14 doit être scrutée avec une attention particulière. Pour la place respective des hommes et des femmes au sein des associations crématistes et pour l’âge de leurs membres, on prêtera un intérêt tout particulier à l’identité sexuelle des personnes incinérées, mais aussi aux photographies de congressistes accompagnant les comptes rendus des congrès nationaux et internationaux15. La question des liens entre crémation et religions est souvent abordée, sous l’angle doctrinal – en ce qui concerne l’Église catholique, la levée de l’interdit en 1963 joua bien sûr un rôle important – mais aussi par le biais de points de vue de personnes appartenant à telle ou telle confession16. La personnalité des crématistes doit aussi être scrutée sous l’angle des convictions idéologiques et politiques. Les crématistes des premières générations étaient résolument républicains et appartenaient souvent à un organisme libre penseur ou anticlérical. Pour une période plus récente, on note que la SPI et la FFC entretiennent des relations avec des « sociétés de pensée » situées à gauche ou à l’extrême gauche (la Fédération nationale de la Libre Pensée, L’Union rationaliste) ou avec les associations les plus avancées en matière d’éthique, par exemple l’Association pour le droit de mourir dans la dignité17. Les informations crématistes présentes dans la presse et sur la Toile permettent de suivre la progression des installations crématistes, car l’inauguration des crématoriums, l’édification de colombariums18, la création de jardins du souvenir sont systématiquement mentionnées, de même que le nombre de crémations annuelles pour chaque monument crématoire. On suit ainsi la lente progression qui caractérisa la marche de la crémation en France. En 1962, il n’existait que six crématoriums (Paris, Rouen, Reims19, Marseille, Lyon, Strasbourg) et pendant longtemps on comptait les incinérations en « pour mille » et non en « pour cent »20: en 1959, le total des crémations était encore inférieur à 1 00021. La barre des 10% de l’ensemble des décès fut atteinte en 1994, tandis que les crématoriums sortaient de terre : leur nombre avait bondi à 78 en 199522; ils sont actuellement 154. On relève également de nombreuses statistiques sur le devenir des cendres. On trouvera aussi dans les publications des sociétés crématistes des suggestions de rituels, des articles à caractère historique, des poèmes, etc.

Les textes législatifs et réglementaires

  • 23 Voir par exemple les questions écrites n° 559 et 560 et n° 06623 posées par le sénateur UMP du Loir (...)

9Ces textes constituent un ensemble de lois, mais surtout de décrets, de circulaires ministérielles, d’articles du Code général des collectivités territoriales ; on y inclut des propositions de loi inabouties et des rapports ou des mémoires officiels et les réponses données aux questions posées par des députés ou des sénateurs, notamment sur le devenir des cendres, question très sensible, à propos de laquelle la réglementation changea à diverses reprises23.

  • 24 Rapport fait au nom d’une commission spéciale sur les inhumations, séance du 21 brumaire an V, Pari (...)
  • 25 F. V. Mulot, Discours qui a partagé le prix proposé par l’Institut national de France, au nom du Go (...)
  • 26 Il y eut bien une incinération sous la Révolution, mais elle fut antérieure aux textes mentionnés c (...)

10Tout partit du rapport sur les inhumations remis au Conseil des Cinq-Cents par François-Antoine Daubermesnil le 21 brumaire an V (11 novembre 1798) et de celui sur les sépultures que le comte Cambry présenta à l’administration centrale de la Seine le 2 frimaire an VIII (23 novembre 1799); dans ces deux rapports, la crémation est explicitement mentionnée24. En germinal an VIII, l’Institut national de France ouvrit un concours sur les funérailles ; il reçut 41 mémoires. Couronné, celui de François Valentin Mulot comprend des développements sur la crémation, qui, écrivit-il, transforme les corps « en une substance diaphane à jamais incorruptible »25. Aucun de ces projets n’aboutit26, mais ils sont symboliquement importants, parce qu’ils se rapportent à la Révolution, et que, pendant plusieurs décennies, nombre de républicains crématistes s’y référèrent constamment.

  • 27 Plusieurs auteurs citent des articles de lui sous le Second Empire, sans donner de références préci (...)
  • 28 « Proposition de loi ayant pour objet de donner à tous les citoyens ou à leurs familles la faculté (...)
  • 29 Chambre des députés, 3e législature, session de 1822, n° 1295, annexe au procès verbal de la séance (...)
  • 30 Voir Collection complète des lois, décrets, ordonnances règlements et avis du Conseil d’État, Paris (...)

11Après des décennies de silence, sous le Second Empire, des voix se firent publiquement entendre en faveur de la crémation, notamment celle du docteur Paul-Louis Balthazar Caffe, dont le rôle pionnier devrait être étudié27. Toutefois la campagne d’opinion en faveur de la crémation ne s’engagea véritablement que dans les premières années de la Troisième République. Menée au sein du Conseil municipal de Paris par les conseillers Louis-Auguste Cadet, André-Saturnin Morin et Charles Périnelle, elle fut sans effet, en dépit du soutien du préfet de la Seine, Ferdinand Hérold. Le 8 août 1882, Paul Casimir- Périer et 18 autres signataires – parmi lesquels figuraient Gambetta, Paul Bert, Martin Nadaud…, tous connus pour leurs fermes opinions républicaines28 – déposèrent à la Chambre une proposition de loi « ayant pour objet de donner à tous les citoyens ou à leurs familles la faculté du choix entre l’inhumation ou la crémation des corps, dans des conditions déterminées par la loi et par des règlements d’administration publique ». La proposition de loi elle-même, composée de cinq articles, est précédée d’un préambule de 26 pages29. L’incinération devint légale durant la législature suivante, non sur la base de ce texte, mais grâce à la loi « sur la liberté des funérailles », issue d’une proposition du docteur Antoine Chevandier déposée le 24 mai 1880 et discutée durant trois législatures30. La question du « mode de sépulture » y fut introduite par un amendement du docteur Antoine Blatin, déposé le 30 mars 1886, qui donna lieu à de vifs échanges à la Chambre et perdit au Sénat sa référence explicite à l’incinération. Il est indispensable d’analyser les débats relatifs à ce texte, qui ne put entrer en application qu’avec le décret présidentiel du 27 avril 1889, suivie d’une circulaire ministérielle du 25 mai 1890.

12Il convient de mentionner un texte réglementaire de l’État français, le décret n° 41-5050 du 31 décembre 1941, codifiant les textes relatifs aux opérations d’inhumation, d’exhumation, d’incinération et de transport des corps, modifié par les décrets n° 48-653 du 7 avril 1948, n° 65-848 du 24 septembre 1965, n° 68-28 du 2 janvier 1968, n° 71-731 du 1er septembre 1971, sans omettre la « loi littoral » 86-2 du 3 janvier 1986, contenant une disposition relative à la dispersion des cendres en mer. Enfin, la loi 2008-1350 du 19 décembre 2008 vint conférer un statut juridique précis aux cendres, désormais protégées au même titre qu’un corps inhumé: elles ne peuvent plus être ni partagées, ni conservées dans un domicile, ni incluses dans un bijou ou un tableau et leur dispersion est strictement encadrée. Enfin, les communes de plus de 2 000 habitants durent créer un site cinéraire avant le 1er janvier 2013. Certaines dispositions de cette loi furent précisées par la circulaire 2009-32108 du 14 décembre 2009, émanant du directeur général des collectivités locales. Quant à la circulaire du 15 mars 2013 du ministre de l’Intérieur, elle se rapporte à l’obligation des devis que doit établir toute entreprise de pompes funèbres, y compris pour l’urne cinéraire ou le « cendrier », c’est-à-dire le récipient métallique dans lequel sont versées les cendres.

13On peut consulter ces textes sur le site de Légifrance31, certains figurent aussi sur les sites de l’Association française d’information funéraire (AFIF), créée en 1992, indépendante de « tout syndicat, fédération, société commerciale ou autre association »32, et de l’Association des maires de France33. Enfin, de nombreuses communes ont mis en ligne le texte des arrêtés municipaux relatifs à la construction d’un crématorium ou d’un colombarium, à la création d’un jardin cinéraire comprenant de petits caveaux, les caveautins ou les cavurnes, ou d’un jardin du souvenir destiné à la dispersion des cendres, versées dans un puits ou une rivière de cendres.

Publications relatives aux effets de la crémation

  • 34 Voir, par exemple, Dr P. de Pietra-Santa, « La crémation en France et à l’étranger », Annales d’hyg (...)
  • 35 Par exemple, J. O. Laurent, La crémation au point de vue historique et hygiénique, thèse soutenue d (...)
  • 36 Par exemple, Dr E. Monin, La Crémation, avec lettre-préface du Dr de Pietra-Santa, Paris, Administr (...)
  • 37 L. Malo, La Crémation, communication faite à l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyo (...)
  • 38 Voir par exemple dans le compte rendu du 19e congrès, tenu à Limoges en 1890, les discussions autou (...)

14Il s’agit ici d’un vaste ensemble de publications, très diverses, émanant des partisans, mais aussi des adversaires de la crémation. À l’origine, les thèses crématistes se développèrent essentiellement dans les milieux médicaux et hygiénistes: on le sait globalement, mais il conviendrait de dépouiller systématiquement, au moins pour les années 1870 et 1880, les revues de médecine et d’hygiène (Annales d’hygiène publique et de médecine légale34, La France médicale, L’Hygiène, L’Hygiène pratique, Revue d’hygiène et de police sanitaire, L’Union médicale, la Gazette médicale…), des thèses de médecine35, des brochures de médecins36, des conférences37, des revues de vulgarisation scien- tifique (La Nature…), les comptes rendus des congrès internationaux d’hygiène et de démographie, notamment ceux de Paris (1878), de Turin (1880) et de Genève (1882), des congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences38.

  • 39 Voir Dr H. Coutagne, Précis de médecine légale, Paris, G. Masson et Cie, 1896, p. 92-93. L’article (...)

15Puisque l’un des arguments anti-crématistes portait sur les dangers que la destruction de preuves par le feu faisait courir à la Justice, il serait judicieux de recueillir les avis des criminalistes et des médecins spécialisés en médecine légale39. La combustion des corps posant des problèmes techniques, il faut songer à consulter ce qui a trait aux divers systèmes de fours, par exemple dans des revues d’ingénieurs, comme Le Génie civil.

  • 40 Cependant, dans les premiers temps suivant la loi sur la liberté des funérailles, si la Libre Pensé (...)

16La presse nationale s’étant emparée de cette question de société, le dépouillement de titres nationaux (Le XIXe siècle, La Presse, Le Siècle, Le Temps, L’Illustration…) s’impose également, de même que celui de la presse maçonnique et libre penseuse40, puisqu’à l’origine les crématistes se recrutaient essentiellement dans ces milieux. Parmi les questions traitées, ce qui a trait aux cimetières, aux inconvénients ou aux dangers qu’on leur prêtait (encombrement de l’espace aux dépens des vivants, miasmes, infiltrations de liquides putrides dans la nappe phréatique…) occupant une place primordiale, on y sera particulièrement attentif.

  • 41 Voir par exemple la Semaine religieuse du diocèse d’Évreux, 1887, p. 715-716 et la Semaine religieu (...)

17Riches en plaidoyers pour la crémation, les premières décennies de la Troisième République le furent aussi en propos hostiles, souvent au nom de la dignité des morts et de la piété envers eux. Une prospection systématique dans des organes catholiques (La Croix, L’Univers, Le Pèlerin, les Semaines religieus41), des publications anti-maçonniques (La Franc-maçonnerie démasquée…), ou chez certains auteurs, par exemple, Louis Veuillot, devrait porter ses fruits.

  • 42 Voir le Rapport d’étude DRC-10-115494-09963A de l’Institut national de l’environnement et des risqu (...)

18De nos jours, est né un autre type de contestation. Dans quelques cas, à La Seyne-sur-Mer, à Lisieux, des habitants ou des associations ont déposé des recours contre le permis de construire délivré pour un crématorium. Il s’agit parfois d’un problème d’implantation : personne n’a envie de voir un crématorium depuis ses fenêtres et le passage fréquent de corbillards indispose ; mais la pollution est aussi souvent invoquée (curieux retournement de situation…): on redoute la fumée et, en dépit des techniques de filtrage adoptées, l’envoi de particules fines dans l’atmosphère42.

Autres sources

Les testaments crématistes et les textes choisis ou composés pour les rituels

  • 43 C’est ce qui se produisit dans le cas de Victor Schœlcher, décédé le 25 décembre 1893. Président de (...)
  • 44 Connu pour ses opinions républicaines, le poète Maurice Bouchor déploya de grands efforts en faveur (...)
  • 45 J. Bernard, [Passerieu] La Vie de Paris. [Chronique de 1929], Paris, Alphonse Lemerre, 1931, p. 28.
  • 46 Fiches données par M. Pascal Moreaux, ca 1995. Pour l’invention de nouveaux rituels, voir F. Michau (...)

19D’après la loi de 1887, la liberté des funérailles repose sur un testament olographe, faute de quoi les proches du défunt ne sont pas légalement tenus de respecter ses vœux43. Si des formules toutes faites circulent, certains testaments sont accompagnés de consignes relatives aux sentiments intimes ou à la célébration de la cérémonie ; Maurice Bouchor (1855- 1929)44 procéda ainsi45. En 1991, le directeur général du Groupement funéraire du Père-Lachaise, Pascal Moreaux, fit savoir aux « entreprises utilisant les services du Crématorium du Père-Lachaise » qu’il tenait à leur disposition des « conseils pour cérémonies spécialisées »; ceux-ci se présentent sous forme de fiches, composées en 1990, correspondant à la crémation d’un père, d’un ami, d’une jeune fille…, à caractère religieux ou civil; elles contiennent des suggestions de morceaux de musique (Bach et Haendel essentiellement, mais aussi Beethoven, Buxtehude, César Franck, Saint-Saëns, Vivaldi) et des textes en prose ou en vers (Victor Hugo pour un aïeul, Paul Éluard pour une jeune femme…)46.

Les témoignages privés

  • 47 Voir, par exemple, H. Dabot, Calendriers d’un bourgeois du Quartier latin du 1er janvier 1888 au 31 (...)
  • 48 A. Scheurer-Kestner, Souvenirs inédits, 1883-1888, BNF, manuscrits, fol. 290.

20Quelques particuliers ont couché dans leur journal intime, leurs souvenirs ou leur correspondance, les sentiments inspirés par l’idée de la crémation47 ou ressentis lors d’une crémation ; le sénateur Auguste Scheurer-Kestner, aux convictions républicaines fermement assises, assista à une crémation en Italie, en 1885, et le supporta mal comme il le relata dans ses souvenirs48.

Les témoignages oraux

21Quel que soit leur âge et leur sexe, tous les crématistes peuvent donner d’utiles informations sur les raisons qui les poussent à vouloir être incinérés plutôt qu’inhumés (conception sublime du feu, horreur de la putréfaction, question de coût, volonté de « laisser la terre aux vivants »…), sur leurs autres appartenances associatives, sur leurs croyances religieuses et leurs conceptions philosophiques. Quant aux plus âgés, ils constituent la mémoire vivante du mouvement crématiste. L’idéal serait aussi d’interroger des personnes non crématistes venant d’assister à une crémation pour recueillir leurs impressions et leurs sentiments, mais cela peut s’avérer indiscret et irrespectueux de la tristesse ou de la souffrance d’autrui.

Les sites commerciaux

22De nombreux sites commerciaux proposent du matériel funéraire. On peut voir sur la Toile maints modèles d’urnes en métal, granit, céramique…, de couleur rouge, noire, brune, parfois bleue ou verte, conçues pour les cendres d’une personne ou d’un couple, en forme de cube, de cylindre, de coquillage, de cœur…, décorées de motifs classiques ou « ethniques », portant des noms évocateurs, comme « Soleil couchant », « Bercail », « Borea », « Natura ». On trouve aussi des urnes biodégradables, des cercueils « customisés ». D’autres sites, comme ceux des sociétés Des cendres en mer et Les arbres de mémoire offrent des suggestions pour la dispersion des cendres.

La littérature

  • 49 Livret de E. Brickson et H. Farémont, musique de E. Brickson et E. Cabanne, Paris, L. Billaudot, 19 (...)
  • 50 F. Taillandier, Time to turn, Paris, Stock, 2010. L’auteur connaît parfaitement la réglementation l (...)

23La crémation a inspiré des romanciers, par exemple Paul Margueritte, auteur de La Flamme, en 1909. Le ton se fait parfois humoristique comme dans « Feu », extrait du Parapluie de l’escouade, l’une des « œuvres anthumes » d’Alphonse Allais, dans le vaudeville-opérette La Crémation de Zénobie49 ou dans le chapitre VI d’un roman récent de François Taillandier, Time to turn50.

  • 51 R. Delizy, « Allo! De La Fontaine », La Flamme, 2e trimestre 1987, p. 27.
  • 52 « Le crématorium ».
  • 53 « Privé de crémation pour cause d’obésité (ce sketche est inspiré d’un fait divers relatif à une fe (...)

24Aux poèmes déjà signalés du poète symboliste Maurice Rollinat, on ajoutera un long poème signé ED. A… (il pourrait s’agir d’Edmond About) publié dans le Bulletin de la Fédération française de Libre Pensée en août 1894, ou bien encore des pièces de vers publiées par La Flamme purificatrice o u L a F lamme, p arfois d ’un g oût douteux, comme « Rien ne sert de pourrir, il faut griller à point »51. La crémation nourrit les « blagues » ; on pourrait certainement en relever dans Le Rire ou l’Almanach Vermot, on en trouve actuellement sur des blogs. Des humoristes, Élie Semoun52, Jérémy Ferrari53 ont monté des sketches sur ce thème.

Les sites animaliers

  • 54 Depuis peu, à l’initiative de la Société allemande des cimetières, les villes de Braubach et Essen (...)

25Enfin, on ne peut ignorer que les cérémonies crématistes ne concernent pas seulement les humains. Un nombre croissant de maîtres d’animaux domestiques souhaitent que leur compagnon défunt soit incinéré individuellement et que leurs cendres leur soient rendues. Il existe un marché spécifique d’urnes pour animaux et certaines sociétés organisent des cérémonies de remise des cendres dans un cadre approprié54.

Sources monumentales et matérielles

  • 55 En 2011, trois chapelles funéraires dont la concession était échue furent retenues pour être transf (...)
  • 56 Voir B. Colas-Bouyx, « Le crématorium et le colombarium de Formigé », Le Père-Lachaise, éd. C. Heal (...)
  • 57 Voir texte de Véronique Belle.

26Pour se familiariser avec l’esthétique propre aux crématoriums et l’atmosphère de recueillement qu’elle tente de faire régner, rien ne vaut les visites in situ. Quelques crématoriums ont été confiés à d’éminents architectes. Jean Camille Formigé (1845-1926), conçut celui du cimetière du Père-Lachaise, dont la construction s’étala sur une vingtaine d’années. De style néo-byzantin, il comprend une vaste salle de cérémonie fermée par une abside en cul de four décorée d’une fresque aux tonalités bleu nuit et surmontée d’une coupole sur pendentifs couverte de mosaïques à l’intérieur et de panneaux de grès émaillés à l’extérieur; les vitraux aux tons jaunes, oranges et rouges y furent posés dans les années 1920. Au premier colombarium, composé de huit portiques, on ajouta en 1937 des salles en sous-sol55, où se trouve Le Retour éternel de Paul Landowski, sculpté en 1954. L’ensemble a été inscrit sur la liste supplémentaire des Monuments historiques le 17 janvier 199556. Le plus ancien crématorium de Lyon, érigé dans le cimetière de La Guillotière en 1913, à la demande d’Édouard Herriot, et élevé sur les plans de l’architecte Étienne Curny, a, quant à lui, reçu le label « Patrimoine du XXe siècle » le 10 mars 200357.

27Aux Joncherolles (cimetière intercommunal d’Épinay-sur-Seine, de Pierrefitte, de Saint-Denis, de Saint-Ouen et de Villetaneuse), comme l’ensemble de cette vaste nécropole, le crématorium construit en béton et en briques est l’œuvre de l’architecte-urbaniste Robert Auzelle (1913-1983), qui avait déjà à son actif la réalisation du cimetière intercommunal du Parc, à Clamart. Le peintre Attila Biro (1931- 1987) conçut les cartons des mosaïques de la salle omnicultes, séparée de la partie technique du crématorium par les « Portes de l’Au-delà », en fait une porte monumentale en étain argenté, dont « les deux battants, abondamment découpés, semblent avoir triomphé de l’action corrodante du temps ou de la lutte avec le feu »58. À défaut de visites in situ, on peut trouver de nombreux clichés dans les publications crématistes et accomplir des visites virtuelles sur la Toile, par exemple sur le site de la Société des crématoriums de France. Déjà mentionnées plus haut, les urnes cinéraires sont elles aussi porteuses d’une valeur archéologique qui s’enrichira avec le temps.

28Les pratiques crématistes ont transformé les traditions funéraires et sans doute aussi la conception de la mort. Ce faisant, le « territoire des morts » subit de profondes modifications : aux rangées de sépultures bien alignées succèdent les cases de colombariums, les cavurnes, les puits ou les rivières de cendres des jardins cinéraires. C’est ainsi toute la mémoire des morts qui se trouve bouleversée. Depuis longtemps déjà, les épitaphes étaient devenues concises et avaient perdu leur développement grandiloquent. Mais, par la force des choses, les épitaphes de défunts dont l’urne est placée dans une case de colombarium ou dans un cavurne sont réduites au strict minimum. A fortiori dans le cas d’une dispersion dans la nature, où une épitaphe pourrait-elle être inscrite ?

29On a beau répéter, avec Jean Cocteau, que « le vrai tombeau des morts, c’est le cœur des vivants », n’en est-il pas moins vrai que les « vrais tombeaux », ceux qui sont taillés dans le granit, la pierre ou le marbre ou se présentent sous la forme d’un simple tertre permettent, durant quelques décennies ou quelques années, la survie mémorielle des défunts ? Les espaces funéraires virtuels qui se créent actuellement sur la Toile pourront-ils jamais compenser la disparition des espaces funéraires réels, partie intégrante de notre civilisation depuis de longs siècles ? Par ailleurs, si l’expansion de la crémation se poursuit, le jour de morts – en fait célébré à la Toussaint – qui amène chaque famille à visiter rituellement « ses morts » perdra inévitablement de son importance, processus d’ailleurs déjà entamé, ne serait-ce qu’à cause de la dispersion géographique des familles.

30La brièveté de cet article n’a pas permis d’évoquer toutes les pistes de recherche ouvertes par l’histoire de la crémation. Il conviendra d’approfondir tout ce qui a trait aux religions, dont certaines (le judaïsme, l’islam) demeurent fondamentalement hostiles à cette pratique et de mentionner les premiers usages de la crémation dans l’histoire contemporaine, qui portèrent sur les « déchets anatomiques » et, dans un tout autre contexte, sur les morts des champs de bataille.

Notes

1 La Flamme, n° 36, 2e trimestre 1981.

2 D’après Jean Chabert, chargé de communication à la Fédération française de crémation, http://www.funeraire-info.fr/federation-francaise-cremation-respect-volontes-22125/

3 Certes, le domaine n’est pas vierge et il existe déjà un certain nombre de travaux, tous cités dans la bibliographie générale, à laquelle nous renvoyons.

4 L’usage de désigner par le terme de « cendres » les restes d’un défunt inhumé (Voir É. Littré, Dictionnaire de la langue française, Librairie Hachette et Cie, tome premier, 1873, p. 522, 4e acception) provoque parfois de regrettables confusions

5 Bulletin de la Société pour la propagation de l’incinération, 13e année, n° 13, note 1 attachée au nouveau titre et p. 26.

6 Le terme de « propagation » alors choisi signifiait qu’il fallait diffuser l’idée de crémation ; une fois que celle-ci l’aurait emporté, la Société pourrait changer de nom et s’appeler plus simplement Société française de crémation, Bulletin de la Société pour la propagation de la crémation, n° 1, janvier 1882, « Appel au public », p. 19.

7 Voir le n° 100, 1er trimestre 1972.

8 Néanmoins certains sites crématistes donnent la préférence à des couleurs dites « reposantes », le bleu et le vert.

9 Transition-La Flamme, n° 1, premier trimestre 1995.

10 Son siège se trouve 17 rue Feutrier, 75018 Paris.

11 Voir, par exemple, le site de l’Association crématiste de Vichy et sa région (Avermes, Moulins, Yzeure), http://cremation-vichy-moulins.fr/association_crematiste_vichy_moulins_yzeure.php?f=52

12 Voir par exemple http://www.net1901.org/association/ASSOCIATION-CREMATISTE-DE-CORSE-PER-ETERNITA,812586.html

13 Arnaud Esquerre a étudié la répartition socio-professionnelle des crématistes pour l’année 1886 (Les Os, les cendres et l’État, Paris, Fayard, 2011, p. 76).

14 Voir, par exemple, Jacques Monod, « Réflexions d’un biologiste sur la mort et la crémation », La Flamme, n° 25, 3e trimestre 1978. Il ne faut toutefois pas négliger les représentants d’autres professions (pharmaciens, architectes…). Parmi les crématistes de la première heure, Georges Salomon était ingénieur des Mines et Alfred Koechlin-Schwartz filateur.

15 Dans le n° 54 de La Flamme purificatrice, juillet-août-septembre 1960, sur la photographie d’un groupe de congressistes on distingue une vingtaine de femmes et une quarantaine d’hommes, tous d’un âge certain. Des portraits de groupes mis récemment en ligne tendraient à prouver que l’importance numérique des femmes s’est accrue et que l’âge moyen des crématistes s’est nettement abaissé.

16 Y compris de membres du clergé catholique : abbé M. Oraison, « Pourquoi j’ai choisi la crémation », La Flamme, n° 24, 2e trimestre 1978, p. 2 et Père M. Riquet, « Déclaration », La Flamme, n° 34, 4e trimestre 1980, p. 4.

17 Voir Des nouvelles de la SPI, n° 10, décembre 1994 et le communiqué commun de la FFC, de l’ADMD et de la FNLP mis en ligne par la FNLP le jeudi 8 novembre 2012, http://www.fnlp.fr/spip.php?article806

18 Pendant longtemps, les publications crématistes écrivirent « colombaria »; le passage à « colombariums » est certainement un indice de l’expansion et de la popularisation de la crémation.

19 Achevé en 1903, le crématorium de Reims, situé dans le cimetière de l’Est, fut ruiné par les bombardements de la Première Guerre mondiale. Il fut reconstruit en 1929. Devenu hors d’usage, il ferma en 1972. Un nouveau crématorium ouvrit dans le cimetière paysager de La Neuvillette en octobre 2002.

20 La Flamme purificatrice, n° 95, 4e trimestre 1970, p. 10 (2 ‰ en 1960).

21 La Flamme purificatrice, n° 60, janvier-février-mars 1962.

22 Transition-La Flamme, n° 4, octobre 1995, 4e de couverture.

23 Voir par exemple les questions écrites n° 559 et 560 et n° 06623 posées par le sénateur UMP du Loiret Jean-Pierre Sueur, respectivement en juillet 2012 et mai 2013.

24 Rapport fait au nom d’une commission spéciale sur les inhumations, séance du 21 brumaire an V, Paris, Imprimerie nationale, Brumaire an V, p. 5, art. V et VII ; Rapport sur les sépultures présenté à l’Administration centrale du département de la Seine, Paris, Imprimerie de Pierre Didot l’Aîné, an VII, p. 81, article XXI.

25 F. V. Mulot, Discours qui a partagé le prix proposé par l’Institut national de France, au nom du Gouvernement et décerné le 15 vendémiaire an IX de la République française sur cette question « Quelles sont les cérémonies à faire pour les funérailles et le règlement à adopter pour le lieu de la sépulture », À Paris, an IX, p. 39-40. Sur ce concours, voir P. Hintermeyer, Politiques de la mort tirées du concours de l’Institut, germinal an VII-vendémiaire an VIII, Paris, Payot, 1981 et A. Esquerre, Les Os, les cendres et l’État…, op. cit., p. 28-29.

26 Il y eut bien une incinération sous la Révolution, mais elle fut antérieure aux textes mentionnés ci-dessus. Le médecin Charles Nicolas Beauvais de Préau, conventionnel montagnard, représentant en mission fut incinéré à Montpellier le 29 mars 1794 ; l’urne contenant ses cendres fut envoyée à la Convention. L’épisode, et le souvenir qui en a été conservé, mérite une étude. Par ailleurs, le 1er floréal an VIII (21 avril 1800), le préfet de la Seine, Frochot, autorisa la citoyenne Dupré-Geneste à faire brûler le corps de son jeune fils, mais, finalement, celle-ci le fit inhumer.

27 Plusieurs auteurs citent des articles de lui sous le Second Empire, sans donner de références précises. Le docteur de Pietra-Santa indique les dates de 1856 et 1867.

28 « Proposition de loi ayant pour objet de donner à tous les citoyens ou à leurs familles la faculté du choix entre l’inhumation ou la crémation des corps, dans des conditions déterminées par la loi et par des règlements d’administration publique », Troisième législature, session de 1882, n° 1295, annexe au procès-verbal de la séance du 8 août 1882, p. 28.

29 Chambre des députés, 3e législature, session de 1822, n° 1295, annexe au procès verbal de la séance du 8 août 1882.

30 Voir Collection complète des lois, décrets, ordonnances règlements et avis du Conseil d’État, Paris, Larose et Forcel – Noblet et Fils, 1887, notes, p. 451-462.

31 www.legifrance.gouv.fr

32 http://www.afif.asso.fr/francais/Default.htm

33 http://www.amf.asso.fr

34 Voir, par exemple, Dr P. de Pietra-Santa, « La crémation en France et à l’étranger », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, deuxième série, t. XLII, 1874, p. 197-235.

35 Par exemple, J. O. Laurent, La crémation au point de vue historique et hygiénique, thèse soutenue devant la faculté de médecine et de pharmacie de l’Université de Lille, Lille, imprimerie Robbe, 1882. Des thèses de médecine sur la crémation ont été soutenues plus récemment, par exemple Y. Martin, La crémation, Université de Bordeaux II, UER de Sciences médicales, thèse pour le doctorat en médecine présentée le 20 décembre 1974, Amicale corporative des Étudiants en médecine de Bordeaux.

36 Par exemple, Dr E. Monin, La Crémation, avec lettre-préface du Dr de Pietra-Santa, Paris, Administration de L’Hygiène pratique, 1883 ; Dr G. Barrier, L’Incinération, Paris, J.-B. Baillière et ses fils, 1930.

37 L. Malo, La Crémation, communication faite à l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon dans sa séance du 10 avril 1883, Lyon, Imprimerie du Salut Public, 1883.

38 Voir par exemple dans le compte rendu du 19e congrès, tenu à Limoges en 1890, les discussions autour de la communication du Dr Thouvenet, Paris, Au Secrétariat de l’Association, 1890-1891, p. 323-325.

39 Voir Dr H. Coutagne, Précis de médecine légale, Paris, G. Masson et Cie, 1896, p. 92-93. L’article 17 du décret du 27 avril 1889 précisait que, pour avoir le droit de faire incinérer un corps, il fallait présenter les rapports de deux médecins attestant que le décès du défunt était dû à une cause naturelle, l’un du médecin traitant, l’autre d’un médecin assermenté ; si le premier rapport manquait, le second médecin devait procéder « à une enquête sommaire ». Pour le docteur Coutagne, cette enquête devait aller jusqu’à l’autopsie.

40 Cependant, dans les premiers temps suivant la loi sur la liberté des funérailles, si la Libre Pensée soutenait théoriquement la crémation, peu de libres penseurs se firent incinérer; dans le billet du « Masque Rouge » de L’Action quotidienne anticléricale et socialiste du 14 octobre 1909, on relève ce mot: « le four crématoire est doublement un four »; toutefois, dans le petit nombre des incinérés, beaucoup étaient libres penseurs (Auguste Avrial, Victor Jaclard, Eugène Chatelain…); la police envoyait des observateurs à leurs funérailles, leurs rapports se trouvent dans la série Ba des archives de la préfecture de police. Voir J. Lalouette, « La Libre Pensée, l’Église et la crémation », Le Mouvement social, n° 179, avril-juin 1997, p. 81-91.

41 Voir par exemple la Semaine religieuse du diocèse d’Évreux, 1887, p. 715-716 et la Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 1887, p. 748-749.

42 Voir le Rapport d’étude DRC-10-115494-09963A de l’Institut national de l’environnement et des risques [INERIS], du 15 septembre 2010, intitulé Recherche des meilleures technologies disponibles afin de réduire les polluants atmosphériques des crématoriums (étude technico-économique). En ligne. Voir aussi « Fumées des crématoriums » et « Crémation et écologie », Bulletin de l’Association nationale crématiste, n° 71, septembre 2013.

43 C’est ce qui se produisit dans le cas de Victor Schœlcher, décédé le 25 décembre 1893. Président de la commission sénatoriale chargée d’examiner la proposition de loi sur la liberté des funérailles, il avait rendu « de signalés services à la cause crématiste ». D’après le Bulletin de la SPI, il souhaitait la crémation pour lui-même, mais n’avait pas laissé de testament et ses proches, auxquels il s’était trop fié le firent inhumer, Bulletin de la SPI, n° 13, p. 19.

44 Connu pour ses opinions républicaines, le poète Maurice Bouchor déploya de grands efforts en faveur de l’éducation populaire et des fêtes civiques. En collaboration avec Julien Tiersot, il composa plusieurs recueils de Chants populaires pour les écoles.

45 J. Bernard, [Passerieu] La Vie de Paris. [Chronique de 1929], Paris, Alphonse Lemerre, 1931, p. 28.

46 Fiches données par M. Pascal Moreaux, ca 1995. Pour l’invention de nouveaux rituels, voir F. Michaud Nérard, Une Révolution rituelle. Accompagner la crémation, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 2012.

47 Voir, par exemple, H. Dabot, Calendriers d’un bourgeois du Quartier latin du 1er janvier 1888 au 31 décembre 1900, Péronne, imprimerie de A. Doal, 1905, p. 29, 285, 329.

48 A. Scheurer-Kestner, Souvenirs inédits, 1883-1888, BNF, manuscrits, fol. 290.

49 Livret de E. Brickson et H. Farémont, musique de E. Brickson et E. Cabanne, Paris, L. Billaudot, 1925.

50 F. Taillandier, Time to turn, Paris, Stock, 2010. L’auteur connaît parfaitement la réglementation la plus récente et fonde partiellement son humour sur elle.

51 R. Delizy, « Allo! De La Fontaine », La Flamme, 2e trimestre 1987, p. 27.

52 « Le crématorium ».

53 « Privé de crémation pour cause d’obésité (ce sketche est inspiré d’un fait divers relatif à une femme pesant 140 kg qui ne put être incinérée dans le crématorium situé près de chez elle et dont il fallut transférer le corps à Toulouse) et « Piscine chauffée grâce au crématorium ».

54 Depuis peu, à l’initiative de la Société allemande des cimetières, les villes de Braubach et Essen permettent de placer dans un caveau commun des urnes contenant des cendres humaines et d’autres des cendres animales. Pour les protestants comme pour les catholiques, cette innovation pose un problème théologique (La Croix, 11 juin 2015).

55 En 2011, trois chapelles funéraires dont la concession était échue furent retenues pour être transformées en « minicolombariums »; les critères portèrent sur leur état, leur situation dans le cimetière et l’absence de signes religieux trop visibles, « Une deuxième vie pour les chapelles du Père-Lachaise », Le Parisien, 1er novembre 2011, http://www.leparisien.fr/paris-75/une-deuxieme-vie-pour-les-chapelles-du-pere-lachaise-01-11-2011-1696197.php

56 Voir B. Colas-Bouyx, « Le crématorium et le colombarium de Formigé », Le Père-Lachaise, éd. C. Healey, K. Bowie et A. Bos, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1998, p. 131-135.

57 Voir texte de Véronique Belle.

58 http://www.pierresabatier.com/oeuvres/art_sacre/1975-villataneuse.htm

Author

Jacqueline Lalouette est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Lille 3, membre de l’IRHIS (Université de Lille 3), et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Ses travaux concernent l’histoire politique et religieuse de la France contemporaine. Ses publications se rapportent à la Libre Pensée, l’anticléricalisme et la laïcité, aux rapports entre la République et les cultes, aux jours fériés, à Jean Jaurès…

The text and other elements (illustrations, imported files) may be used under OpenEdition Books License, unless otherwise stated.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search