Version classiqueVersion mobile

Enfants, animaux et idiots

 | 
Emma Dante

Préface

Laure Adler, Emmanuel Ethis et Damien Malinas

Texte intégral

1La proposition initiale de Vilar n’est pas seulement un grand projet de démocratisation. Vilar entreprend une communication politique des œuvres via le théâtre : il met en contact différentes couches de la société avec des idées contemporaines par le biais du théâtre. Aujourd’hui, il reste de cette ambition vilarienne la volonté de rencontrer une avant-garde afin d’être en place pour continuer sa vie de spectateur durant l’année à venir. La rencontre avignonnaise permet cette remise à l’heure précisément parce que le Festival est travaillé par son mythe originel : la mise en contact des idées contemporaines et du public.

2En coopération avec la direction du Festival d’Avignon, l’équipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias ainsi que la Maison de la culture et de la vie de campus, les Leçons de l’Université invitent de grandes figures de la scène nationale et internationale, des artistes, des chercheurs et des intellectuels, à donner une leçon magistrale d’une heure retraçant leur expérience, leur point de vue, leur posture et donc, en tout premier lieu, leurs idées.

3Grâce aux Éditions Universitaires d’Avignon et à la collection Entre-Vues, nous espérons fixer durablement quelques unes de ces précieuses idées étrangères par une retranscription fidèle des Leçons de l’Université d’Avignon afin de prolonger le plaisir, l’intérêt et la réflexion pour tous ceux qui y ont assisté et, pour ceux qui n’étaient pas là, de leur faire découvrir les mots et les paroles, si importants ici, de ceux qui définissent au mieux et dans tous les sens du terme, l’espace de la création et de la recherche.

4Comédienne, dramaturge, metteuse en scène de théâtre et d’opéra, auteure et réalisatrice, Emma Dante voit le théâtre comme un moyen de « révéler les malaises et les problèmes que les gens ont tendance à refouler. » (Festival d'Avignon, 71e édition, programme, Avignon, 2017, p. 38). Le corps est une dimension centrale de son esthétique de la transformation fortement marquée par l’insularité. Emma Dante affirme fabriquer un théâtre « débauché », au sens de « sans costume », pour reformuler un principe de comportement et de codes éthiques.

Aujourd’hui, le théâtre est de plus en plus le lieu des divertissements, d’histoires édulcorées ou d’intrigues façon « soap opera ». Quand moi, à l’inverse, je peux à peine trouver les mots, ni même tramer des histoires. Moi et mon théâtre nous nous taisons et cherchons à comprendre d’où vient ce silence, ce qu’il a à voir avec « l’environnement » autour de nous. Nous voulons sentir si ce silence envahissant a quelque chose à dire à ceux qui sont devenus sourds (Emma Dante, interview de E. Bouchez, Télérama, 16/07/2017).

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search