Version classiqueVersion mobile

Pirandello 150

 | 
Valentina Garavaglia
, 
Paola Ranzini

Études

Pirandello à Avignon : un patrimoine en vitrine à la Maison Jean Vilar

Lenka Bokova et Lavinia De Rosa

Texte intégral

La mémoire du Festival d’Avignon

1Grâce à l’heureuse rencontre entre un homme (Paul Puaux), la ville d’Avignon et une importante institution publique (la Bibliothèque nationale de France), le Festival d’Avignon bénéficie d’un lieu dédié à sa mémoire : la Maison Jean Vilar.

2C’est en 1971, après la mort de Jean Vilar et pour accueillir des archives rassemblées par sa veuve, que Paul Puaux, administrateur permanent du Festival d’Avignon à partir de 1966, puis son directeur de 1971 à 1979, crée avec d’autres amis l’Association pour une Fondation Jean Vilar. Il imagine alors la future Maison Jean Vilar comme un lieu de mémoire et d’animation, un lieu vivant et vivifiant. Dès 1973, il associe à son projet la ville d’Avignon et la Bibliothèque nationale. La première achète à cet effet l’Hôtel de Crochans, tandis que la seconde s’engage dans le travail de programmation : aménagement, collections, services… Une convention tripartite est signée en 1977 et la Maison Jean Vilar peut finalement ouvrir ses portes en septembre 1979. Ses missions — conservation et valorisation de l’œuvre de Jean Vilar et de la mémoire du Festival d’Avignon — se développent à partir des collections, dont le fonds Jean Vilar constitue l’apport originel.

3Au sein de la Maison Jean Vilar, c’est l’antenne de la Bibliothèque nationale de France rattachée au département des Arts du spectacle qui prend en charge la collecte de cette mémoire. Lors de chaque édition du festival, elle collecte les documents d’actualité et les affiches du Festival d’Avignon et du Festival Off et établit les revues de presse des spectacles des deux festivals. Des archives administratives, photographiques et audiovisuelles enrichissent aussi régulièrement les collections patrimoniales qui s’adossent à une bibliothèque riche de 34 000 livres, textes dramatiques et documentaires spécialisés en arts de spectacle.

Les « Patrimoines en vitrine » : recherche, valorisation, médiation

4De nos jours, les bibliothèques patrimoniales ne se contentent plus de conserver et de signaler les collections, puis éventuellement de les exploiter pour faire avancer la recherche, en attendant leurs lecteurs. De plus en plus sensibles à leurs missions culturelles et actives dans leur mise en œuvre, elles développent des actions de valorisation, par la numérisation auprès des publics distants ou par des expositions destinées aux publics présents. Qu’il s’agisse de grandes expositions ou de montages légers, l’objectif reste le même : partager avec un large public des trésors qui, ordinairement, sont peu accessibles.

5C’est ainsi que depuis une quinzaine d’années, en complément de grandes expositions traditionnelles, la Bibliothèque nationale de France réinvente de nouvelles formules de valorisation des collections : la galerie des donateurs, l’abécédaire des collections, les trésors du mois, les présentations temporaires dans les départements spécialisés ou dans les salles de lecture du Haut-de-jardin du site François Mitterrand à Paris.

6Instaurés à l’occasion des Hivernales 2011, les « Patrimoines en vitrine » de la bibliothèque de la Maison Jean Vilar, à Avignon, fonctionnent comme une vitrine, espace médiateur entre les magasins aux boîtes grises qui cachent les collections conservées et la salle de lecture ouverte à tous. Parcours documentaires sinueux et escarpés, ces sélections de documents servent également de moyen pédagogique pour illustrer concrètement et autour d’un thème la variété des supports que les exigences de la conservation rendent en général invisibles au visiteur.

7En lien avec une manifestation avignonnaise, un colloque ou bien une commémoration, ces expositions, aux durées et aux sujets variés, mais toujours en lien avec l’actualité, constituent autant d’occasions de rétrospectives et panoramas. De plus, à partir des collections, elles proposent un encouragement à la recherche et à la production des savoirs qui, pierre après pierre, participent à la construction de l’histoire du Festival d’Avignon.

8Retracer, à travers une exposition de ce type, la présence de Luigi Pirandello à Avignon, au Festival comme dans le Off, apparaissait alors comme un écho évident aux journées d’étude sur l’écrivain organisées par Paola Ranzini à l’Université d’Avignon en décembre 2017, à l’occasion des 150 ans de la naissance du prix Nobel de littérature (1867-2017).

9La matière semblait adaptée et suffisante pour le dispositif habituel composé de quatre vitrines, une vingtaine de cadres et quelques lutrins. L’exposition a pu être réalisée en des temps record grâce au concours de Lavinia De Rosa, étudiante en master à l’Université d’Avignon, à toutes les étapes du processus : recherches documentaires, sélection d’une centaine de documents, confection de la bibliographie, montage, rédaction de cartels et des textes de communication. Une très belle expérience de partenariat à plusieurs volets : recherche, pédagogie, valorisation.

Pirandello à Avignon : au Festival et dans le Off

10On ne peut envisager la présence de Luigi Pirandello à Avignon sans quelques rappels indispensables sur les deux manifestations qui ont fait d’Avignon la capitale mondiale du théâtre.

11Fondé par Jean Vilar en 1947, le Festival d’Avignon est, pendant deux décennies, un festival de théâtre porté par le TNP (Théâtre National Populaire), que le metteur en scène dirige entre 1951 et 1963. C’est lui qui choisit les textes qu’il monte lui-même, pour la plupart.

12Puis, à partir de 1966, le Festival s’ouvre à d’autres formes de spectacle vivant (danse, cirque, théâtre musical, etc.) et Jean Vilar, cessant de mettre en scène, en devient le directeur-programmateur. Dorénavant, le choix des œuvres représentées dépendra des metteurs en scène sélectionnés. Le Festival prend une ampleur qui demeurera stable par la suite, avec une cinquantaine de spectacles par édition. Il est pourvu d’une direction — six personnalités ont succédé à Jean Vilar après 1971 — et d’une programmation unique et cohérente, toujours plus internationale.

13Le Off, dont on date la naissance en 1966 avec un premier spectacle, Statues, présenté hors festival au Théâtre des Carmes par André Benedetto, est en revanche un festival sans directeur et sans programmation. Il est la fédération de lieux de spectacles plus ou moins grands, pour la plupart éphémères, avec des systèmes de gestion et de programmation très divers. La croissance du Off est exponentielle, atteignant plus de 120 lieux et 1 200 spectacles depuis une décennie. Il est à l’image du spectacle vivant tel qu’il se crée aujourd’hui, surtout en France.

14Dans ces conditions, il serait vain de chercher une logique intrinsèque à la présence de Pirandello dans le Festival d’Avignon et dans le Off. Ceci dit, à partir de la liste chronologique des textes de Pirandello figurant aux programmes des deux manifestations, il est possible de dessiner une trajectoire, si ce n’est un sens global et univoque.

15Sept spectacles issus de textes de Pirandello figurent au programme, parmi les 2 500 présentés lors des 71 éditions du Festival. Il s’agit d’une nouvelle et de quatre pièces théâtrales, dont – fait notable – trois sont des mises en scène ou des adaptations de Six personnages en quête d’auteur. La Cour d’honneur ne fait honneur à Pirandello que du temps de Jean Vilar, en 1957 avec Henri IV et en 1970 avec Ce soir on improvise. Les autres mises en scène de Pirandello sont présentées à la salle Benoît XII (1981), dans la Cour de la Faculté des Sciences (1988), au Théâtre municipal (deux spectacles en 1993) et, plus récemment, au Cloître des Carmes (2012).

16Quant au Off et à l’intérêt que ses théâtres ou compagnies accordent à l’auteur dramatique italien, plusieurs observations s’imposent : tout d’abord, une certaine régularité de la couverture chronologique des dix spectacles recensés (1984, 1988, 2000, 2002, 2008, 2009, 2010, 2014 et 2017) ; ensuite, l’importance des petits formats, telle La Fleur à la bouche, jouée quatre fois par trois compagnies différentes ; et enfin, la jauge des salles, en majorité restreinte, sauf pour Ce soir on improvise, jouée au Colibri en 2002, et pour La Fuite, montée aux Lucioles en 2017 (il s’agit, à bien y regarder, du même théâtre de 140 places qui, entre les deux représentations, a changé de nom).

Réception d’une œuvre, évolution d’un art

17Le simple répertoire des pièces de Pirandello jouées à Avignon montre assez clairement que le Festival d’Avignon et le Off font, en général, des choix divergents. En effet, si le premier semble privilégier les œuvres métathéâtrales qui mettent en abyme le théâtre et le processus de création artistique, le second monte davantage des actes uniques, souvent adaptés de nouvelles antérieures, qui contiennent une critique mordante des mœurs ou qui ouvrent vers un onirisme aux teints sombres.

  • 1 Outre la pièce de Pirandello - dont le spectacle a emprunté le titre ainsi que le schéma de la créa (...)

18En ce qui concerne le Festival, l’on constatera que, parmi les sept pièces pirandelliennes représentées, la plus récurrente est Six personnages en quête d’auteur. Le nombre de ses mises en scène se réduit de trois à deux, si l’on considère que le spectacle programmé en 1993 et intitulé Six personnages en quête de… est issu de plusieurs textes de nature variée et parfois très différents les uns des autres1. Né d’un voyage à Bucarest pendant lequel la metteuse en scène Sophie Loucachevsky a rencontré la troupe des comédiens roumains qui jouera, par la suite, dans le spectacle, Six personnages en quête de… parcourt les pages les plus récentes de l’histoire de la Roumanie, entre l’espoir de la révolution et la déception qui a suivi. La raison essentielle de l’intérêt pour l’œuvre de Pirandello réside dans le questionnement profond que les personnages portent sur leur identité. Comme ces derniers, les comédiens rassemblent les morceaux de leur vécu afin d’arriver à s’affirmer en tant que créatures existantes ici et maintenant et pourvues d’une voix propre. Si le texte de l’écrivain italien n’est pas une destination, mais seulement une étape du chemin, il est néanmoins significatif que son univers soit devenu une voie pour un peuple à la recherche de son âme, pour des individus en quête d’eux-mêmes. Car il s’agit, comme il est écrit sur le programme de salle du spectacle, de « relire une histoire pour entendre, au-delà des frontières, le désir de vivre libre et d’être soi. Enfin, en quête de soi. »

  • 2 « Six personnages en quête d’auteur. Anatoly [sic] Vassiliev : “Enfin une bouffée de liberté” », Le (...)
  • 3 « Fort et novateur. Six personnages en quête d’auteur de Pirandello par Anatoli Vassiliev », Vauclu (...)
  • 4 « Pirandello n’est ni bourgeois ni commercial, c’est un mystique. » : « Six personnages en quête d’ (...)

19En 1988, au début de l’ère Gorbatchev, les Six personnages en quête d’auteur avaient déjà été abordés par une troupe de l’Europe de l’Est. Interviewé par les journalistes, Anatoli Vassiliev, le metteur en scène, déclarait avoir choisi la pièce en raison de la réflexion artistique qu’elle développe. Puisque, comme il l’expliquait, « les problèmes fondamentaux en URSS sont les problèmes de l’art2 ». Longuement persécuté par la censure soviétique, il était question pour lui, comme pour les comédiens roumains, de remonter la ligne du temps et de retrouver l’essence intime d’un peuple, avant que les slogans et la rhétorique de régime ne deviennent les seules formes de communication autorisées : « Il nous faut à présent accomplir un extraordinaire saut de l’ange et, après le théâtre social de commande de ces dernières années, retrouver ce qu’était le théâtre soviétique des années Vingt3. » Le chef-d’œuvre pirandellien est interpellé quand des interrogations urgentes se posent, au niveau tant esthétique qu’identitaire. Dans une démarche expérimentale, la recherche de Vassiliev s’oriente, déclare-t-il, vers un théâtre « mystique », caractéristique qui d’ailleurs distingue, à son avis, non seulement sa mise en scène, mais aussi la dramaturgie de l’écrivain italien4. Il est toutefois curieux que la critique ait perçu le spectacle comme un coup de théâtre à la fois hilarant et passionnant, comme un moment de pur plaisir loin des élucubrations qui ont souvent été associées, à tort, au nom de Pirandello. Bien au contraire, Claudine Galea, envoyée spéciale de La Marseillaise, voit dans la régie de Vassiliev une panacée contre la maladie qui affecte la scène française contemporaine : la tendance à l’intellectualisme.

  • 5 « Pirandello par Vassiliev : un choc bouleversant de tous nos sens », La Marseillaise, 21 juillet 1 (...)

Nous sommes aux antipodes du vocabulaire laborieux français qui s’efforce désespérément de faire œuvre de « lecture » d’une pièce et de réaliser une « écriture » de mise en scène. […] Vassiliev nous invite à voir le théâtre, pas à le prévoir. Le théâtre du coup nous est enfin adressé. De quelque côté que nous tournions les yeux, nous le voyons, et ce que nous comprenons infiniment, c’est qu’il est un art vivant, qui nous parle directement, pas pour nous enseigner quelque chose, non, mais pour nous remettre un mouvement5.

20Sans arriver à faire de « vivant » le contraire de « mystique », il est en tout cas singulier qu’une recherche portant sur un problème d’ordre philosophique et soi-disant assoiffée de spiritualité se décline, concrètement, dans un moment de fête débordante. Si, en effet, la candeur du dispositif scénique conçu par Vassiliev peut renvoyer, en raison de la valeur symbolique du blanc, à une dimension mystique, tous les autres éléments de sa mise en scène semblent vouloir garder les pieds des spectateurs bien ancrés au sol. Au moins, ceux des journalistes assis en salle, qui se sont laissé porter avec enthousiasme par le rythme fou de la pièce, un crescendo obtenu à coups de musiques, échanges de rôles et croisement de langues, s’il est vrai, comme nous pouvons le lire dans la revue de presse, que les comédiens alternaient le russe et l’italien.

21En 2012, les Six personnages en quête d’auteur deviennent le laboratoire de recherche d’un autre célèbre metteur en scène : Stéphane Braunschweig. À Avignon, l’actuel directeur du théâtre national de l’Odéon (Paris) reprend une création déjà réalisée en Allemagne et l’adapte à de nouveaux centres d’intérêt. Ainsi, le conflit entre dramatique et post-dramatique dont il était question dans la création allemande laisse la place, à Avignon, à une plus ample interrogation sur les enjeux de la scène théâtrale contemporaine.

  • 6 Entretien avec Stéphane Braunschweig paru dans le programme de salle du spectacle. Il est également (...)

22Par le truchement de la pièce pirandellienne, librement adaptée de l’italien par Braunschweig lui-même, l’artiste sonde les contradictions et les contrastes qui secouent l’univers théâtral en opposant, par exemple, personnages et interprètes, auteur et metteur en scène. Son travail dramaturgique est guidé par une ferme volonté d’actualisation du texte, ce qui permet de « réactiver la force de dérangement de la pièce de Pirandello6 », dont la critique du théâtre des années 1920 apparaît, aujourd’hui, aux yeux de Braunschweig, datée et inactuelle. Dans ce sillage s’inscrit non seulement la modernisation des personnages - qui doivent ressembler, dans les intentions du metteur en scène, aux personnes qui vont raconter leurs vies dans les reality shows - mais aussi la réécriture intégrale des répliques des comédiens. Pour ce faire, Braunschweig s’est appuyé sur les improvisations que les acteurs de sa troupe avaient faites, pendant les répétitions, autour des problématiques liées à leur métier.

  • 7 Le directeur de l’Odéon déclare par exemple, dans l’entretien cité, se sentir légitime à intervenir (...)
  • 8 Pirandello envisageait en effet la réalisation d’un film inspiré de la pièce. Ce projet n’aboutira (...)
  • 9 Entretien avec S. Braunschweig [cf. supra, note 6].

23Du respect absolu du texte de l’Henri IV de Vilar à la réécriture poussée des Six personnages de Braunschweig, l’étude des représentations avignonnaises des pièces de Pirandello permet d’observer, au fil des décennies, l’évolution du concept de régie théâtrale ainsi que la prise de conscience, de la part des metteurs en scène, de leur statut d’auteurs du spectacle à part entière, ce qui devient d’autant plus significatif quand l’on se confronte avec les ouvrages d’un écrivain primé du Nobel7. Si la présence de l’auteur Pirandello résulte donc affaiblie dans les Six personnages de Braunschweig, celle du personnage Pirandello acquiert, par contre, un relief inédit. En croisant la pièce théâtrale avec le scénario du film8, le metteur en scène place la figure de l’écrivain au centre de son spectacle. Les six personnages, dans la création de Braunschweig, n’existent qu’en fonction de l’auteur qui leur a donné la vie, ils ne sont qu’« une projection ou une dénégation de lui-même, un exutoire pour ses fantasmes ou une compensation de ses limites et de sa finitude9 ».

24Outre les Six personnages en quête d’auteur, une autre œuvre de la trilogie métathéâtrale a été jouée à Avignon. Il faut revenir au lointain juillet 1970, quand la Cour d’honneur assiste à une grande fête populaire. La pièce s’intitule Ce soir on improvise ; le metteur en scène, un jeune homme à l’affût de défis, s’appelle Gérard Vergez. Ne craignant ni la difficile adaptation d’une scénographie conçue pour un théâtre à l’italienne au plein air du festival avignonnais, ni les difficultés inhérentes au texte même, sa création s’inscrit sous le signe du spectaculaire. Voici alors que machinerie, musique, danse, décor, bref, tout choix artistique paraît volontairement exagéré, sensationnel. Vergez croit-il parvenir à envoûter le public à travers cette amplification systématique ? Quel résultat doit atteindre, dans ses vœux, le caractère hyperbolique de son spectacle ? Ce qui est sûr c’est que, en soulignant l’artificialité de la vie, le théâtre, artifice par antonomase, en résulte d’autant plus renforcé et, de ce fait, vivant :

  • 10 « Au festival d’Avignon Ce soir on improvise de Pirandello sans P… (.) respectueuse », L’Humanité, (...)

Pour l’amour fou du théâtre, Luigi Pirandello a entrepris de démontrer que ce temple artificiel n’est pas plus artificiel que la vie. Dans la confusion - organisée - il nous traite joyeusement de truqueurs. Pourquoi pas ? Cette joie, la mise en scène de Vergèze [sic] la traduit merveilleusement. Rythmé, bruyant […] le spectacle présenté […] dans la cour d’honneur du Palais des Papes a su « démonter la machine » en introduisant le public dans ses entrailles10.

25À partir de l’Henri IV de Vilar jusqu’aux Six Personnages de Braunschweig, en passant par Ce soir on improvise de Vergez, les metteurs en scène du Festival d’Avignon semblent mettre en avant, dans l’ensemble de l’œuvre pirandellienne, les pièces où le théâtre se montre dans l’acte de se regarder. La raison de cet intérêt particulier pour le métathéâtre réside, très probablement, dans la figure qui se dessine sur la surface lisse du miroir, c’est-à-dire non seulement celle d’un milieu artistique et des acteurs qui l’animent, mais aussi et surtout celle d’une société, d’un groupe d’individus qui cherchent leur essence intime et qui se questionnent sur le fonctionnement des interactions humaines, sur les rôles que nous sommes tous appelés à jouer, dans la comédie sans fin qu’est la vie.

26Seuls deux des textes de Pirandello représentés au Festival ne portent pas sur la mise en abyme du théâtre. Il s’agit d’une nouvelle, De soi-même, mise en scène et jouée par Gabriel Monnet en 1981 et de la pièce L’Homme, la bête et la vertu, mise en scène par Christian Schiaretti en 1993.

  • 11 Huit travaux d’acteurs par les comédiens du Centre dramatique national des Alpes », La Marseillaise(...)

27En ce qui concerne le premier, le choix semble être motivé par le contexte dans lequel le spectacle s’insère. De soi-même fait partie, en effet, d’un projet plus large mené par le Centre Dramatique National des Alpes et intitulé Huit travaux d’acteur. Comme son nom l’indique, il est composé de huit spectacles visant à repenser la fonction qui est associée, dans l’opinion commune, au comédien. Pour ce faire, le CDNA donne des règles précises : de courtes représentations (d’une durée d’environ trente minutes chacune) issues de textes non dramatiques et travaillées pendant un bref laps de temps. Ce pari devait permettre, dans les intentions de Georges Lavaudant, un des deux directeurs de l’école, « d’envisager un comédien sous un autre angle que celui auquel on pense11 ».

28Également inscrit dans un projet plus vaste, le choix de L’Homme, la bête et la vertu par Christian Schiaretti n’est pas dicté, pourtant, par des obligations vis-à-vis de la durée du spectacle. À l’intérieur de 1919-1924 - L’Europe des avant-gardes, la pièce de Pirandello est convoquée en tant que représentante à la fois du bouleversement des codes artistiques mené par les avant-gardes et d’un genre littéraire : la comédie. Comme l’explique Christian Schiaretti, qui est actuellement le directeur du TNP de Villeurbanne :

  • 12 « Schiaretti, dada et la pièce de monnaie », La Croix l’Événement, 11-12 juillet 1993.

J’ai choisi les avant-gardes du début du siècle parce qu’elles posent toutes les bases de ce sur quoi nous vivons encore. […] Ce qui m’intéressait, c’était d’interroger quatre dramaturgies, deux auteurs, Pirandello et Brecht, dont le champ d’investigation se limite à la critique de mœurs et qui sont dans la comédie au sens propre, dans l’une des deux faces de la pièce de monnaie. Et deux auteurs, Vitrac et Witkiewicz, qui interrogent le macrocosme et essaient d’inventer ce que pourrait être une tragédie du XXe siècle12.

29Mais Schiaretti n’est pas le seul à mettre au centre la critique de mœurs. Si nous quittons le Festival d’Avignon pour en venir au Off, il suffit de lire la liste des œuvres pirandelliennes jouées pour s’apercevoir que, sauf les deux représentations, respectivement en 2002 et 2014, de Ce soir on improvise, les pièces élues portent avant tout sur le dévoilement de l’hypocrisie qui règne dans notre société. L’Étau par exemple, mis en scène au Club de bridge en 1984, ou bien le Bonnet de fou, monté au Magasin en 1988, semblent répondre à un besoin pressant des artistes : la démystification du mensonge qui mine nos vies et qui se niche au sein même de la cellule familiale.

30Mais plus encore que la dénonciation des maux du vivre ensemble, c’est surtout l’exploration de la frontière entre rêve et réalité qui hante les compagnies du Off. Ce n’est pas un hasard, d’ailleurs, si ce thème est à la base de La fleur à la bouche, sans doute la pièce la plus récurrente de ce plus jeune festival avignonnais. Tiré d’une nouvelle publiée en amont, cet acte unique sonde la zone d’ombre entre factuel et imaginaire, à tel point que, à la fin du spectacle, le public ne peut s’empêcher de se demander si la longue confession d’un homme atteint par une maladie létale a effectivement eu lieu ou a seulement été rêvée par son interlocuteur.

31De 1957, date de la représentation de l’Henri IV de Vilar, jusqu’à aujourd’hui, suivre la réception de l’œuvre pirandellienne à Avignon permet non seulement d’observer les défis audacieux qui ont révolutionné la scène théâtrale européenne pendant les cinquante dernières années, mais aussi de passer en revue une ville entière, à partir de ses lieux symboliques pour en venir à ses endroits les plus cachés. La parole saisissante de Luigi Pirandello a résonné dans la cité des Papes transformée en ville-théâtre en traversant l’austérité de la Cour d’honneur et la solennité du Cloître des Carmes pour arriver jusqu’à l’ambiance mondaine d’un Club de Bridge.

Annexes

Spectacles présentés au Festival d’Avignon

Henri IV, pièce de Luigi Pirandello, version française de Benjamin Crémieux, mise en scène de Jean Vilar, décors et costumes de Léon Gischia, musique de Maurice Jarre. Avec Jean Vilar, Lucienne Le Marchand, Simone Bouchateau, Jean-Pierre Darras, Jean Topart, Jean- Paul Moulinot, etc.

Création présentée par le Théâtre National Populaire au Festival d’Avignon, dans la Cour d’honneur du Palais des papes, à partir du 15 juillet 1957 (direction de Jean Vilar).

Ce soir on improvise, pièce de Luigi Pirandello, adaptation française de Michel Arnaud, mise en scène de Gérard Vergez, décors de Françoise Darne, chorégraphie d’Anny Weinberger. Avec Gérard Vergez, Suzanne Flon, Claude Piéplu, etc.

Création présentée du 30 juillet au 12 août 1970 (huit représentations) dans la Cour d’honneur du Palais des papes par le Théâtre de la Région Parisienne et le Théâtre de l’Ouest Parisien (direction de Jean Vilar).

De soi-même, nouvelle de Luigi Pirandello, par Gabriel Monnet. Création présentée du 10 au 16 juillet 1981 (six représentations) à la salle Benoît XII par le Centre Dramatique National des Alpes, dans le cadre de Huit travaux d’acteurs, au Festival d’Avignon 1981 (direction de Bernard Faivre d’Arcier).

Six personnages en quête d’auteur, pièce de Luigi Pirandello, texte russe de Nikolaï Tomachevski, mise en scène d’Anatoli Vassiliev, décor de Igor Popov, costumes d’Igor Popov et Pavel Kaplevitch, régie lumières d’Ivan Danitchev, régie son d’Andreï Zatchiossov. Avec Oleg Belkine, Youri Yevsioukov, Vitaoutas Dapchis, etc.

Spectacle du Théâtre école d’art dramatique de Moscou, présenté au Festival d’Avignon 1988 du 17 au 21 juillet (cinq représentations) dans la Cour de la Faculté des sciences (direction d’Alain Crombecque). L’Homme, la bête et la vertu, pièce de Luigi Pirandello, traduction de Robert Perroud, mise en scène de Christian Schiaretti, décor de Renaud de Fontainieu, costumes d’Agostino Cavalca. Avec Laurent Poitrenaux, Catherine Pietri, Loïc Brabant, etc.

Spectacle présenté au Festival d’Avignon par la Comédie de Reims le 27 juillet 1993 (une seule représentation) au Théâtre municipal (direction de Bernard Faivre d’Arcier).

Six personnages en quête de… spectacle inspiré de la pièce de Luigi Pirandello, monté par Sophie Loucachevsky, avec six comédiens roumains, à partir de l’histoire immédiate de la Roumanie. Collage de textes de Paul Claudel, Gustave Flaubert, Karl Marx, Luigi Pirandello et Jean-Paul Sartre. Décor et costumes de Lou Goaco. Avec Micaela Caracas, Simona Maicanescu, Oana Pellea, Raluca Penu, Mihaï-Gruia Sandu, Gheorghe Visu.

Spectacle présenté au Festival d’Avignon par l’Association Française d’Action Artistique (AFAA) au Théâtre municipal du 11 au 19 juillet 1993 (huit représentations) (direction de Bernard Faivre d’Arcier).

Six personnages en quête d’auteur, d’après la pièce de Luigi Pirandello, adaptation, mise en scène et scénographie de Stéphane Braunschweig. Costumes de Thibault Vancraenenbroeck, création lumières de Marion Hewlett, collaboration artistique Anne-Françoise Benhamou. Avec Elsa Bouchain, Philippe Girard, Emmanuel Vérité, etc.

Création présentée au Festival d’Avignon par La Colline – Théâtre national du 9 au 19 juillet 2012 (10 représentations) au Cloître des Carmes (direction de Hortense Archambault-Vincent Baudriller).

Spectacles présentés dans le Off

L’Étau, pièce de Luigi Pirandello, traduction Myriam Tanant, mise en scène de Dominique Féret, lumières de Philippe Théaudière, avec Corinne Chiarelli, Marie-Catherine Conti, Alain Paris, Hervé Petit.

Spectacle présenté par la Compagnie Féret-Benhamou du 7 juillet au 5 août 1984 à 16h au Club de Bridge, 15 avenue de la République, Avignon.

La Fleur à la bouche, acte unique de Luigi Pirandello, mise en scène de Louis Guillaume, décors et lumières de Jean Bernard Duroy, musique de John Surmann, avec Isabelle Blondeau, Jean-François d’Andè, Louis Guillaume.

Bonnet de fou, pièce de Luigi Pirandello, mise en scène de Louis Guillaume, décors et lumières de Jean-Bernard Duroy, avec Isabelle Bloneau, Monique Letitre, Simone Arno, Valérie Voirol, Jean-François d’Andè, Thierry Audoli, Louis Guillaume.

Spectacles présentés par le Théâtre du Sable (Provence-Alpes-Côte d’Azur) respectivement du 9 au 22 juillet 1988 et du 23 juillet au 4 août 1988, à 21h, au Magasin, 31 rue des Teinturiers, Avignon.

La Fleur à la bouche, acte unique de Luigi Pirandello, mise en scène de Juliette Delfau, lumières Julien Duprat et Joëlle Dangeard, son de Loïc Tanier, décor de Catherine Dufaure et Marguerite Rousseau, costumes d’Isadora Steyaert et Coralie Chauvin, avec Cédric Michel, Anthony Poupard et Sébastien Lebert.

Spectacle des compagnies En dehors Théâtre et Soy Création représenté du 6 au 30 juillet 2000 à 14h au Théâtre Tremplin (70 places), 8 ter rue Cornue, Avignon.

Ce soir on improvise, pièce de Luigi Pirandello, mise en scène de Marie- Claude Morland. Création présentée par le Théâtre du Trèfle (Poitou- Charentes) du 5 au 27 juillet 2002 jours impairs sauf le 19, à 13h au Colibri (140 places), 10 rue du rempart Saint-Lazare, Avignon.

La Fleur à la bouche, acte unique de Luigi Pirandello, mise en scène de Jean-Marc Brunel, lumières de Loïc Virlogeux, costumes de Noël

Dandrimont, décor de Sylvie Decabane et Julien Chilou, avec Téo Sanzach et Jean-Marc Brunel.

Spectacle présenté par Heyoka compagnie et le Bastringue du parvis du 10 juillet au 2 août 2008 à 11h05 au Théâtre de l’Atelier 44 (44 places), 44 rue Thiers, Avignon.

La Fleur à la bouche et Déménagement, pièces tirées des nouvelles de Luigi Pirandello, mise en scène et musique de Jean-Marc Brunel, lumières de Loïc Virlogeux, costumes de Noël Dandrimont, décor de Sylvie Decabane et Julien Chilou, avec Téo Sanzach.

Spectacles présentés par Heyoka compagnie du 8 au 31 juillet à 16h au Théâtre de l’Atelier 44 (44 places), 44 rue Thiers, Avignon.

Je rêvais (peut-être...), acte unique de Luigi Pirandello, traduction de Marie-Anne Comnène (Gallimard, 1951), mise en scène de Vincent Lacoste, scénographie de Constance Arizzoli, lumières de Marie-Hélène Pinon, avec Gisèle Renard, William Mingau-Darlin et Vincent Lacoste.

Spectacle créé en mai 2008 (Le Catelier, Rouen) par Vincent Lacoste/ Groupe Expir (Seine Maritime) et présenté du 8 au 31 juillet 2010 à 20h15 à Présence Pasteur - Espace Marie Gérard (64 places), 13 rue du pont Trouca Avignon.

Ce soir on improvise, pièce de Luigi Pirandello, adaptation et mise en scène de Julien Guill, avec Dominique Léandri, Fanny Rudelle, Marc Baylet-Delperier, Camille Daloz, régie d’Olivier Privat.

Création présentée par la Compagnie Provisoire (Languedoc- Roussillon) du 14 au 23 juillet 2014 à 20h dans le cadre de « Villeneuve en scène : théâtres en itinérance », à La Pinède, plaine de l’Abbaye, Villeneuve-lez-Avignon.

La Fuite, texte de Ciro Cesarano et Fabio Gorgolini, d’après la pièce de Luigi Pirandello On ne sait comment. Mise en scène de Fabio

Gorgolini, costumes de Pauline Zurini, création lumières d’Orazio Trotta, musique de Claudio Del Vecchio, décor de Claude Pierson, avec Ciro Cesarano, Laetitia Poulalion, Audrey Saad, Boris Ravaine, Fabio Gorgolini.

Spectacle créé en mai 2017 au Théâtre Berthelot (Montreuil) par la compagnie Teatro Picaro (Montreuil) et présenté du 7 au 30 juillet 2017 à 17h05 au Théâtre des Lucioles (salle 2, 140 places), 10 rue Rempart Saint-Lazare, Avignon.

Notes

1 Outre la pièce de Pirandello - dont le spectacle a emprunté le titre ainsi que le schéma de la création en train de se faire - des extraits de Claudel, Flaubert, Sartre et même Karl Marx.

2 « Six personnages en quête d’auteur. Anatoly [sic] Vassiliev : “Enfin une bouffée de liberté” », Le Figaro, 18 juillet 1988.

3 « Fort et novateur. Six personnages en quête d’auteur de Pirandello par Anatoli Vassiliev », Vaucluse Matin, 21 juillet 1988.

4 « Pirandello n’est ni bourgeois ni commercial, c’est un mystique. » : « Six personnages en quête d’auteur. Anatoly Vassiliev… », art. cit.

5 « Pirandello par Vassiliev : un choc bouleversant de tous nos sens », La Marseillaise, 21 juillet 1988.

6 Entretien avec Stéphane Braunschweig paru dans le programme de salle du spectacle. Il est également disponible, en format pdf, sur le site internet du festival : https://festival-avignon.com/fr/edition-2012/programmation/six-personnages-en-quete-d-auteur-21225

7 Le directeur de l’Odéon déclare par exemple, dans l’entretien cité, se sentir légitime à intervenir sur les Six personnages, car non seulement la fidélité à l’auteur n’implique pas nécessairement, selon lui, la fidélité au texte, mais surtout parce qu’il considère qu’à partir de la rencontre féconde entre écrivain et metteur en scène peuvent émerger des aspects cachés du texte, dont l’auteur même n’aurait pu soupçonner l’existence. Cependant, si le regard des artistes face à l’œuvre théâtrale a effectivement changé pendant les cinquante dernières années, les critiques se montrent encore souvent récalcitrants à accepter sa nature de création collective. Ainsi Philippe Lançon écrit sans ambages à propos de l’adaptation de Braunschweig : « Le metteur en scène a commis une faute, il s’est pris pour l’auteur. », « Six personnages en quête de metteur en scène », Libération, 11 juillet 2012.

8 Pirandello envisageait en effet la réalisation d’un film inspiré de la pièce. Ce projet n’aboutira jamais, mais il nous reste le scénario que l’écrivain avait rédigé, en 1928, avec Adolf Lantz.

9 Entretien avec S. Braunschweig [cf. supra, note 6].

10 « Au festival d’Avignon Ce soir on improvise de Pirandello sans P… (.) respectueuse », L’Humanité, 5 juillet 1970.

11 Huit travaux d’acteurs par les comédiens du Centre dramatique national des Alpes », La Marseillaise, 21 juillet 1981.

12 « Schiaretti, dada et la pièce de monnaie », La Croix l’Événement, 11-12 juillet 1993.

Auteurs

Conservatrice responsable de l’antenne avignonnaise de la Bibliothèque nationale de France depuis 2011, elle s’emploie à faire connaître au plus large public les collections de la Maison Jean Vilar consacrée au Festival d’Avignon et plus largement aux arts du spectacle. Par ailleurs, elle est arabisante de formation, docteure en Histoire et titulaire d’un Master en littérature tchèque.

Après une licence en Lettres Modernes et un master en Langue et Littérature Italienne à l’Université de Pise, elle obtient un diplôme de Master (Théâtre) à l’Université d’Avignon. Ses recherches concernent la dramaturgie italienne du XXe siècle et la scène théâtrale contemporaine, s’intéressant tout particulièrement à des manifestations culturelles internationales de renom telles que le Festival d’Avignon.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search