Version classiqueVersion mobile

Envoûtant Ventoux

 | 
Franck Petit

IX – Annexes

Texte intégral

Annexe 1

Mon ascension sur le Mont Ventoux

Pétrarque

Lettre à François Denis, moine Augustin de Borgo San Sepolcro, 1335

Lettres familières, IV, 1 (Traduction de Pierre Julian, 1937)

1De la plus haute montagne de ce pays, que l’on nomme non sans raison le Ventoux, j’ai fait aujourd’hui l’ascension, poussé par le désir de voir la remarquable altitude du lieu. Voilà bien des années que j’avais cette excursion en tête. Depuis mon enfance, comme vous le savez, ces lieux sont, de par la volonté du destin qui gouverne les hommes, mon séjour ordinaire. Cette montagne, que l’on découvre au loin de toutes parts, se trouve toujours devant les yeux.

2Une irrésistible envie m’a donc pris de faire une bonne fois la promenade que je faisais chaque jour en pensée, surtout que la veille, en relisant l’histoire romaine de Tite-Live, j’étais par hasard tombé sur le passage où Philippe de Macédoine, celui qui fit la guerre au peuple romain, gravit l’Hémus. Du sommet de cette montagne en Thessalie, on aperçoit, disait- on, deux mers, l’Adriatique et le Pont-Euxin. Philippe l’avait cru. Est- ce vrai ou faux ? Je ne puis rien affirmer, parce que le mont Hémus se trouve loin de notre région et que le désaccord des auteurs rend la chose douteuse. Pour ne point les citer tous, le cosmographe Pomponius Méla rapporte sans hésitation que le fait est exact ; Tite-Live estime que c’est une légende. Pour moi, si l’expérience de ce mont m’était aussi facile que me l’a été celle du Ventoux, je ne laisserais pas le doute persister si longtemps. Au surplus, pour quitter cette montagne, et en venir à la nôtre, j’ai pensé qu’on excuserait chez un simple particulier ce qu’on ne blâme point chez un roi âgé.

3Je songeais au choix d’un compagnon, et chose étonnante, c’est à peine si parmi mes amis, un seul me paraissait convenir en tous points, tant est rare, même entre des êtres qui se chérissent, ce parfait accord des sentiments et des caractères ! L’un était trop flegmatique, l’autre trop éveillé ; un tel était trop lent, tel autre trop prompt ; l’un était trop triste, l’autre trop gai. Enfin celui-ci était trop fou, celui-là plus sage que je ne voulais. Le mutisme de l’un, le bavardage de l’autre, la lourdeur et l’embonpoint de celui-ci, la maigreur et la débilité de celui-là, m’effrayaient ; de cet autre, la froide insouciance me rebutait, de même l’ardente activité de tel autre. Quelque fâcheux qu’ils soient, ce sont là inconvénients tolérables à la maison, car la charité souffre tout et l’amitié ne refuse aucun fardeau ; mais, en voyage, ces mêmes défauts sont plus pénibles à supporter.

4C’est ainsi que mon esprit difficile, avide d’un plaisir honnête, en quête de tous côtés, pesait les dispositions de chacun, sans que l’amitié eût à s’en froisser, et condamnait en silence tout ce qu’il prévoyait devoir être une gêne pour l’ascension projetée. En fin de compte, je me tourne vers l’assistance que m’offre la famille et c’est à mon frère unique, plus jeune que moi et que vous connaissez bien, que je m’ouvre de mon projet. Il ne pouvait entendre proposition plus agréable et se montra ravi de tenir auprès de moi la place d’un ami en même temps que d’un frère.

5Au jour fixé, nous quittâmes la maison et arrivâmes le soir à Malaucène : c’est une localité sise à la racine du mont, du côté du nord. Nous y sommes restés un jour. Aujourd’hui, accompagnés chacun d’un serviteur, nous fîmes l’ascension de la montagne. Ça n’a pas été sans grandes difficultés. C’est en effet une masse de terre rocheuse abrupte et presque inaccessible. Mais le poète l’a bien dit :

Un travail opiniâtre vient à bout de tout.

6La longueur du jour, la douceur de l’air, la vigueur de l’esprit, la force et l’agilité du corps et autres semblables avantages, tout favorisait notre entreprise. Nul autre obstacle que la nature des lieux.

7Sur les croupes de la montagne, nous rencontrâmes un pâtre d’âge très reculé qui, avec bien des discours, s’efforça de nous détourner de notre ascension. Cinquante ans auparavant, disait-il, la même ardeur juvénile l’avait porté à gravir le pic culminant et il n’en avait rapporté que regret et fatigue, le corps et les habits déchirés aux roches et aux buissons d’épines. Jamais, ni avant ni après, on avait entendu dire dans le pays que quelqu’un eût risqué pareille escalade. Mais il avait beau s’égosiller. Pour nous, en jeunes gens sourds aux conseils, devant son opposition nous sentions s’accroître notre désir. Aussi quand il s’aperçut de l’inutilité de ses efforts, le vieillard avança-t-il quelques pas avec nous dans les rochers et nous désigna du doigt un sentier escarpé, en multipliant ses recommandations qu’il réitérait dans le dos de notre groupe déjà loin. Comme nous lui avions laissé en les mains ce qui de nos vêtements et de nos bagages nous aurait embarrassé, pour ne conserver que l’équipement strictement nécessaire à l’ascension, nous grimpions d’un pied alerte.

8Mais, comme il arrive souvent, à notre grand effort succède vite la fatigue, et non loin de là nous nous arrêtons sur un rocher. Puis en route de nouveau ; mais nous avançons plus lentement ; moi surtout je parcourais ce chemin de montagne d’une allure déjà plus modérée. Mon frère, par des raccourcis coupant droit à travers les crêtes même du mont, grimpait vers la région supérieure ; moi, plus mou que lui, j’inclinais vers les pentes, et comme il me rappelait et me montrait un chemin plus direct, je lui répondais que je comptais trouver d’un autre côté un accès plus facile et que je n’avais pas répugnance pour un chemin plus long, où je pourrais marcher plus à plat.

9C’était une excuse pour couvrir ma mollesse et les autres occupaient déjà les arêtes que j’errais encore à travers les combes, sans que d’ailleurs s’ouvrit sous mes pas une voie d’accès plus douce. Au contraire, le chemin s’allongeait et ma peine s’aggravait inutilement. Cependant, complètement dégoûté, je regrettai bientôt de m’être attardé en va-et- vient sinueux et tout de bon, je décidais de gagner les hauteurs.

10Mon frère m’attendait. Il avait repris des forces par un long repos assis, lorsque, harassé et inquiet, je le rejoignis. Un moment nous cheminâmes côte à côte. Mais à peine avions-nous délaissé cette crête, voici qu’oubliant mes précédents détours, je me jette de nouveau vers la descente. De nouveau je parcours les combes et tandis que je recherche les commodités des longs chemins, je tombe dans un long embarras. Je différai ainsi la fatigue de la montée ; mais l’esprit humain ne saurait supprimer les lois de la nature et il ne peut arriver qu’un corps parvienne à s’élever en descendant.

11Bref, non sans faire rire mon frère et me rendre furieux, cette mésaventure m’échut à trois reprises et plus en quelques heures. Après avoir de la sorte été maintes fois déçu, je m’assieds dans une combe. Là, ma pensée s’envole, rapide, du monde des choses matérielles vers celui des choses immatérielles et je m’apostrophe moi-même en ces termes ou à peu près :

Les épreuves que tu as endurées tant de fois aujourd’hui dans l’ascension de cette montagne, sache bien que tu les rencontres aussi, toi comme tant d’autres, sur le chemin du bonheur. Mais il n’en va pas moins qu’on ne les discerne pas aussi facilement, parce que les mouvements du corps tombent sous les yeux, tandis que ceux de l’âme sont invisibles et cachés. Oui, la vie que nous appelons heureuse est située en un lieu élevé ; étroite, dit-on est la route qui y conduit. Nombre d’escarpements s’y dressent aussi et il faut avancer de vertu en vertu par de glorieux degrés. Au sommet est la fin suprême, le terme de la route auquel tend notre voyage. Tout le monde peut y parvenir ; mais, comme dit Ovide : Vouloir est peu, pour triompher, il faut désirer ardemment.

Et toi sans doute, à moins qu’ici tu ne t’abuses aussi, comme en bien des cas, non seulement tu veux, mais tu désires avec passion. Qu’est-ce donc qui te retient ? Rien d’autre à coup sûr que la route qui, à travers les plaisirs terrestres et grossiers, s’offre plus unie et de prime abord plus aisée. Mais après avoir beaucoup erré, il te faudra ou bien, sous le poids d’un effort sottement différé, monter au faîte du bonheur même, ou bien tomber lâchement dans le bas-fond de tes péchés ; et (je frémis à le prévoir), si les ténèbres de la sombre mort te trouvent en ces lieux, tu devras vivre une nuit éternelle dans des tourments sans fin.

12Vous ne sauriez croire combien ces pensées rendirent courage à mon âme et à mon corps pour ce qu’il me restait à faire. Dieu veuille que mon âme puisse accomplir le beau voyage après lequel je soupire jour et nuit, comme mes pieds, après avoir enfin surmonté toutes les difficultés, achevèrent aujourd’hui la route matérielle. Et je ne sais si ce qui peut se réaliser par l’âme même, agile et immortelle, sans mouvement et en un clin d’œil, n’est pas beaucoup plus facile que ce qu’il faut exécuter dans la durée du temps, avec un corps mortel et périssable et sous le pesant fardeau des membres.

13Une hauteur s’élève au-dessus de toutes les autres : les montagnards l’appellent Filiole (Fiole) ; pourquoi, je ne sais, à moins que ce ne soit par antiphrase, comme il arrive en certains cas, j’imagine. Ce piton paraît être vraiment le père de toutes les montagnes du voisinage. Au sommet se trouve une petite plate-forme. C’est là enfin que nous vînmes reposer notre fatigue.

14Et puisque vous avez écouté les réflexions qui ont assailli mon âme durant mon escalade, écoutez aussi le reste, mon Père, et, je vous en prie, accordez-moi une heure de votre temps pour lire mes actes d’une journée.

15Tout d’abord vivement impressionné par l’étrangeté de l’air qui souffle et par l’étendue du panorama, je demeure immobile, comme frappé de stupeur. Je promène mes regards : des nuages flottent à mes pieds. Et déjà je suis moins incrédule au sujet de l’Athos et de l’Olympe au moment où ce que j’en avais entendu dire ou lu. De là, je dirige ma vue du côté de l’Italie où mon cœur incline plus volontiers. Hérissées et neigeuses, les Alpes elles-mêmes où jadis, le farouche ennemi du nom romain s’ouvrit un passage en brisant les rochers avec du vinaigre, si l’on en croit la renommée, paraissent tout près de moi, malgré la distance. Je soupirai, je l’avoue, après le ciel d’Italie, visible à mon cœur plus qu’à mes yeux et je fus saisi avec une force inexprimable de revoir et mon ami et ma patrie. Ce ne fut pas toutefois sans me reprocher sévèrement la mollesse de ce sentiment peu viril surgi en pensant à l’un et à l’autre, encore que pour l’un et l’autre cas, je pusse invoquer une excuse, appuyée sur l’autorité de témoignages considérables.

16Une nouvelle méditation vint ensuite occuper mon esprit : délaissant les lieux, elle m’entraîna à des considérations de temps. Je me disais en effet :

Voici aujourd’hui dix ans accomplis qu’au sortir des études de ton enfance, tu as quitté Bologne. Et ô Dieu immortel ! ô sagesse immuable ! que de changements et combien importants se sont opérés dans ta conduite pendant cet intervalle ! Mais ma course n’est pas finie, laissons cela. Je ne suis pas encore, en effet, arrivé au port pour évoquer en sûreté le souvenir des tempêtes passées ; le temps viendra peut-être où je passerai en revue, dans leur ordre, toutes mes actions et prendrai pour texte ce mot de Saint Augustin : Je veux me rappeler mes souillures passées et les corruptions charnelles de mon âme, non que je les aime, mais pour que je vous aime, ô mon Dieu. En vérité, sur ma route incertaine et ardue, je reste encore en face de bien des tracas ! Ce que j’aimais, je ne l’aime plus ! Je mens : Je l’aime, mais avec plus de modération. Voilà que de nouveau je me prends à mentir. J’aime, mais avec plus de retenue, mais avec plus de tristesse. Voilà la vérité. Oui, j’aime, mais j’aime ce que j’aimerais ne point aimer, ce que je désirerais haïr. J’aime cependant, mais malgré moi, mais forcé, mais dans l’affliction et dans les larmes et je fais sur moi-même dans ma misère l’expérience de ce petit vers si célèbre :

Je haïrai si je peux ; sinon, j’aimerai, mais malgré moi.

Il ne s’est pas écoulé plus de trois ans depuis que le sentiment pervers et coupable qui me possédait tout entier et régnait dans le palais de mon cœur seul et sans opposant, a commencé d’éprouver la résistance d’un sentiment rebelle, et entre les deux, depuis longtemps, dans le champ de mes pensées, se livre pour la prééminence de l’un des deux hommes qui sont en moi, une bataille très dure et maintenant indécise.

17Ainsi roulait ma pensée à travers cette décade écoulée. Ensuite, entraînée par mes soucis, elle sauta bientôt vers l’avenir et je m’interrogeais :

Si tu avais l’heur de prolonger durant deux lustres cette vie éphémère et pendant ce temps de t’approcher de la vertu proportionnellement autant que tu as pu, au cours de ces deux dernières années, grâce à la lutte de tes dispositions nouvelles contre les anciennes, t’écarter de ton obstination première, est-ce que alors tu ne pourrais pas, quoique sans certitude, mais riche au moins d’espérance, affronter la mort à quarante ans et renoncer à ce reste de vie qui s’écoule dans la décrépitude ?...

Voilà les pensées qui, avec d’autres semblables s’agitaient dans mon esprit, mon Père. Mon progrès me réjouissait, mon imperfection me faisait pleurer et je plaignais l’inconsistance ordinaire des actions humaines, et le lieu où j’étais, pour quelle raison j’y étais venu, je paraissais en quelque sorte l’avoir oublié. Cela dura jusqu’au moment où, abandonnant les préoccupations auxquelles un autre endroit eût mieux convenu, je me mis à regarder autour de moi et à voir ce que j’étais venu voir, – car il pressait de partir, le soleil déjà bas et l’ombre croissante de la montagne m’en avertissaient. Je me réveille pour ainsi dire, et je me retourne pour porter mes regards vers l’occident. Les frontières de la France et de l’Espagne, les cimes pyrénéennes ne se distinguent pas de là, non qu’aucun obstacle que je sache, s’interpose, mais à cause de la seule faiblesse de la vue humaine. Par contre les monts de la province lyonnaise sur la droite, sur la gauche la mer de Marseille et les flots qui battent Aigues-Mortes, à quelques jours de distance, se voyaient très nettement. Le Rhône lui-même était à nos pieds.

Tandis que j’admirais ce tableau en détail, tantôt m’abandonnant à cette jouissance terrestre, tantôt élevant mon âme, à l’exemple de mon corps vers les cimes, l’idée me vint de regarder les Confessions d’Augustin, présent de votre affection, que je conserve en mémoire et de l’auteur et du donateur, et que j’ai toujours entre les mains ce qui me tomberait sous les yeux. Qu’y pourrais-je trouver qui ne fut piété et dévotion ? Or par hasard le sixième livre de l’ouvrage s’offrit à ma vue. Mon frère désireux d’entendre de ma bouche quelque chose de Saint Augustin, se tenait debout, l’oreille attentive. J’en prends Dieu à témoin et mon frère lui-même qui était là ; le passage où mes premiers regards sont tombés contenaient ces lignes : Les hommes s’en vont admirer les cimes des montagnes, les vagues de la mer, le vaste cours des fleuves, les circuits de l’Océan, les révolutions des astres, et ils se délaissent eux-mêmes.

18Je demeurai interdit, je l’avoue ; et priant mon frère impatient de m’entendre lire, de ne pas me déranger, je fermai le livre. J’étais irrité contre moi-même d’admirer encore les choses de la terre, quand depuis longtemps j’aurais dû apprendre des philosophes, mêmes des Gentils, que rien n’est admirable que l’âme et que pour l’âme, lorsqu’elle est grande, rien n’est grand.

19Alors rassasié du spectacle de la montagne, je tournais sur moi-même mes regards intérieurs et à partir de ce moment personne ne m’entendit prononcer un mot jusqu’à ce que nous fussions parvenus au bas. C’était assez pour moi de l’occupation d’esprit que m’avait apportée la parole d’Augustin. Je ne pouvais croire que cette rencontre fut l’effet du hasard, au contraire, j’étais persuadé que tout ce que j’avais lu dans ce passage s’adressait à moi et non à un autre. Je me rappelais ce que la même pensée était venue à Saint Augustin à son propre sujet, lorsqu’à la lecture du livre de l’Apôtre, ainsi qu’il le rapporte lui-même, il tomba sur ces lignes :

Fuyez la débauche et l’ivrognerie, les plaisirs du lit et l’impudicité, les dissensions et la jalousie ; mais revêtez-vous de notre Seigneur Jésus-Christ et ne faites point cas de la chair dans vos concupiscences.

20Même aventure était arrivée à Saint Antoine, quand il entendit ces paroles de l’Évangile :

Si tu veux être parfait, va et vends tous tes biens et donne-les aux pauvres et, viens, suis-moi, et tu auras un trésor dans le ciel.

21Et comme si ces lignes avaient été lues pour lui, au dire de son biographe Saint Athanase, il alla se soumettre à la toute-puissance du Seigneur. Tout comme Saint Antoine, après avoir entendu ces paroles, n’en demanda pas davantage, tout comme Saint Augustin, après avoir lu ces mots, ne poursuivit pas plus avant, je me bornai pour toute lecture au passage cité ci-dessus. Et en silence, je réfléchissais sur l’extrême disette de la sagesse des hommes qui, négligeant la plus noble partie de leur être, se répandent en une foule de choses, se dissipent en vains spectacles et s’en vont chercher au dehors ce qu’ils pourraient trouver en eux.

22J’admirai aussi la noblesse de notre âme, lorsqu’elle ne s’écarte pas, par une dégradation volontaire, de sa première origine, et que les dons qui lui ont été faits par Dieu, elle ne les tourne pas elle-même à sa honte. Que de fois ce jour-là, vous n’en doutez pas, durant le retour, ai-je regardé derrière moi pour considérer la cime du mont. C’est à peine si elle ne me paraissait pas haute d’une coudée en comparaison de la hauteur de la pensée humaine, quand on ne la plonge pas dans la fange et les souillures terrestres.

23À chaque pas cette autre réflexion se présentait aussi à mon esprit : si tant de sueur et de peine pour amener ton corps encore plus près du ciel, si peu que ce soit, tu n’as pas hésité à subir l’épreuve, quelle croix, quelle prison, quel chevalet pourraient effrayer ton âme quand elle approche de Dieu et foule aux pieds le sommet orgueilleux de l’insolence et les destins mortels ? Et cette autre encore : en est-il beaucoup, auxquels il arrivera, au moment de s’engager dans cette voie, de n’en être pas détourné par la crainte des aspérités et l’attachement passionné aux voluptés ? Ô trop heureux, s’il en est un quelque part ! C’est à lui que pensait à mon avis le poète :

Heureux, celui qui a pu connaître les causes premières des choses et mettre sous ses pieds toute crainte superstitieuse et le destin immuable et le bruit de l’insatiable Achéron.

24Avec quelle ardeur ne faudrait-il pas s’évertuer à fouler aux pieds non les hauteurs terrestres, mais les passions que soulèvent en nous les instincts de l’homme !

25C’est parmi ces mouvements d’un cœur agité qu’insensible aux cailloux du sentier, je regagnai à la nuit close cette humble auberge rustique d’où j’étais parti avant le jour. La lune, qui brille toute cette nuit, favorisait agréablement notre marche. Pendant que les domestiques s’occupent à préparer le repas, je me suis retiré, tout seul dans une pièce à l’écart pour vous écrire à la hâte et sans désemparer : je crains, si je différai mes sentiments, que mon envie de vous écrire ne s’attiédisse.

26Voyez donc, mon très cher Père, combien je tiens à ne rien cacher à vos yeux de ce qui se passe en moi, puisque je vous ouvre non seulement ma vie tout entière, mais chacune de mes pensées. Priez pour elles, de grâce, pour que, si longtemps vagabondes et inconstantes, elles se fixent un jour et qu’après avoir été vainement ballottées en tous sens, elles se tournent à la seule poursuite du bien, du vrai, du certain et de l’immuable. Adieu.

Malaucène, le six des Calendes de Mai 1336

Annexe 2

Ascension du Mont Ventoux

Jean-Henri Fabre,

Souvenirs entomologiques, Paris, Delagrave, 1879, Ie Série, Chapitre 13, p. 181-193.

27Par son isolement, qui lui laisse, sur toutes les faces, exposition libre à l’influence des agents atmosphériques ; par son élévation, qui en fait le point culminant de la France en deçà des frontières soit des Alpes, soit des Pyrénées, le mont pelé de la Provence, le mont Ventoux, se prête, avec une remarquable netteté, aux études de la distribution des espèces végétales suivant le climat. À la base, prospèrent le frileux olivier et cette multitude de petites plantes demi-ligneuses, telles que le thym dont les aromatiques senteurs réclament le soleil des régions méditerranéennes ; au sommet, couvert de neige au moins la moitié de l’année, le sol se couvre d’une flore boréale, empruntée en partie aux plages des terres arctiques. Une demi- journée de déplacement suivant la verticale fait passer sous les regards la succession des principaux types végétaux que l’on rencontrerait en un long voyage du sud au nord, suivant le même méridien. Au départ, vos pieds foulent les touffes balsamiques du Thym, qui forme tapis continu sur les croupes inférieures ; dans quelques heures, ils fouleront les sombres coussinets de la Saxifrage à feuilles opposées, la première plante qui s’offre au botaniste débarquant, en juillet, sur le rivage du Spitzberg. En bas, dans les haies, vous avez récolté les fleurs écarlates du grenadier, ami du ciel africain ; là-haut, vous récolterez un petit Pavot velu, qui abrite ses tiges sous une couverture de menus débris pierreux, et déploie sa large corolle jaune dans les solitudes glacées du Groenland et du cap Nord, comme sur les pentes terminales du Ventoux.

28De tels contrastes ont toujours saveur nouvelle ; aussi vingt-cinq ascensions n’ont-elles pu encore amener en moi la satiété. En août 1865, j’entreprenais la vingt-troisième. Nous étions huit : trois dont le mobile était la botanique, cinq alléchés par une course dans les montagnes et le panorama des hauteurs. Aucun de nos cinq compagnons étrangers à l’étude des plantes n’a, depuis, manifesté le désir de m’accompagner une seconde fois. C’est qu’en effet l’expédition est rude, et la vue d’un lever de soleil ne dédommage pas des fatigues endurées.

29On ne saurait mieux comparer le Ventoux qu’à un tas de pierres concassées pour l’entretien des routes. Dressez brusquement le tas à deux kilomètres de hauteur, donnez-lui une base proportionnée, jetez sur le blanc de sa roche calcaire la tache noire des forêts, et vous aurez une idée nette de l’ensemble de la montagne. Cet amoncellement de débris, tantôt petits éclats, tantôt quartiers énormes, s’élève dans la plaine sans pentes préalables, sans gradins successifs, qui rendraient l’ascension moins pénible en la divisant par étapes. L’escalade immédiatement commence par des sentiers rocailleux, dont le meilleur ne vaut pas la surface d’un chemin récemment empierré ; et se poursuit, toujours plus rude, jusqu’au sommet, dont l’altitude mesure 1912 mètres. Frais gazons, gais ruisselets, roches mousseuses, grandes ombres des arbres séculaires, toutes ces choses enfin, qui donnent tant de charme aux autres montagnes, ici sont inconnues et font place à une interminable couche de calcaire fragmenté par écailles qui fuient sous les pieds avec un cliquetis sec, presque métallique. Les cascades du Ventoux sont des ruissellements de pierrailles ; le bruissement des roches éboulées y remplace le murmure des eaux.

30Nous voici à Bédoin, tout au pied de la montagne. Les pourparlers avec le guide sont terminés, l’heure du départ est convenue, les vivres sont discutés et se préparent. Essayons de dormir, car demain il y aura une nuit blanche à passer sur la montagne. Dormir, voilà vraiment le difficile ; jamais je n’y suis parvenu, et la principale cause de fatigue est là. Je conseillerais donc à ceux de mes lecteurs qui se proposeraient une ascension botanique au Ventoux, de ne pas se trouver à Bédoin un dimanche au soir. Ils éviteront le bruyant va-et-vient d’un café-auberge, les interminables conversations à haute voix, l’écho des carambolages dans la salle de billard, le tintement des verres, la chansonnette après boire, les couplets nocturnes des passants, le beuglement des cuivres du bal voisin, et autres tribulations inévitables en ce saint jour de désoeuvrement et de liesse. Reposeront-ils mieux dans le courant de la semaine ? je le souhaite, mais n’en réponds pas. Pour mon compte, je n’ai pas fermé l’œil. Toute la nuit, le tourne-broche rouillé, fonctionnant pour nos victuailles, a gémi sous ma chambre à coucher. Je n’étais séparé de la satanée machine que par une mince planche.

31Mais déjà le ciel blanchit. Un âne brait sous les fenêtres. C’est l’heure : levons-nous ! Autant eût valu ne pas se coucher. Provisions de bouche et bagages chargés, ja ! hi ! fait notre guide, et nous voilà partis. Il est quatre heures du matin. En tête de la caravane marche Triboulet, avec son mulet et son âne, Triboulet le doyen des guides au Ventoux.

32Mes collègues en botanique scrutent du regard, aux fraîches lueurs de l’aurore, la végétation des bords du chemin ; les autres causent. Je suis la bande, un baromètre pendu à l’épaule, un carnet de notes et un crayon à la main.

33Mon baromètre, destiné à relever l’altitude des principales stations botaniques, ne tarde pas à devenir un prétexte d’accolades à la gourde de rhum. Dès qu’une plante remarquable est signalée : « Vite, un coup de baromètre », s’écrie l’un ; et nous nous empressons tous autour de la gourde, l’instrument de physique ne venant qu’après. La fraîcheur du matin et la marche nous font si bien apprécier ces coups de baromètre, que le niveau du liquide tonique baisse encore plus rapidement que celui de la colonne mercurielle. Il me faut, dans l’intérêt de l’avenir, consulter moins fréquemment le tube de Toricelli.

34Peu à peu disparaissent, la température devenant trop froide, l’Olivier et le Chêne vert d’abord. Puis la Vigne et l’Amandier ; puis encore le Mûrier, le Noyer, le Chêne blanc. Le Buis devient abondant. On entre dans une région monotone qui s’étend de la fin des cultures à la limite inférieure des Hêtres, et dont la végétation dominante est la Sarriette des montagnes, connue ici sous le nom vulgaire de Pébré d’asé, poivre d’âne, à cause de l’âcre saveur de son menu feuillage, imprégné d’huile essentielle. Certains petits fromages, faisant partie de nos provisions, sont poudrés de cette forte épice. Plus d’un déjà les entame en esprit, plus d’un jette un regard d’affamé sur les sacoches aux vivres, que porte le mulet. Avec notre rude et matinale gymnastique, l’appétit est venu, mieux que l’appétit, une faim dévorante, ce qu’Horace appelle latrantem stomachum. J’enseigne à mes collègues à tromper cette angoisse stomacale jusqu’à la prochaine halte ; je leur indique, au milieu des pierrailles, une petite oseille à feuilles en fer de flèche, le Rumexscutatus ; et prêchant moi-même d’exemple, j’en cueille une bouchée. On rit d’abord de ma proposition. Je laisse rire, et bientôt je les vois tous occupés, à qui mieux mieux, à la cueillette de la précieuse oseille.

35Tout en mâchant l’acide feuille, on atteint les hêtres, d’abord larges buissons, isolés, traînant à terre ; bientôt arbres nains, serrés l’un contre l’autre ; enfin troncs vigoureux, forêt épaisse et sombre, dont le sol est un chaos de blocs calcaires. Surchargés en hiver par le poids des neiges, battus toute l’année par les furieux coups d’haleine du mistral, beaucoup sont ébranchés, tordus dans des positions bizarres, ou même couchés à terre. Une heure et plus se passe à traverser la zone boisée, qui, de loin, apparaît sur les flancs du Ventoux comme une ceinture noire. Voici que, de nouveau, les hêtres deviennent buissonnants et clairsemés. Nous avons atteint leur limite supérieure et, au grand soulagement de tous, malgré les feuilles d’oseille, nous avons atteint aussi la halte choisie pour notre déjeuner.

36Nous sommes à la fontaine de la Grave, mince filet d’eau reçu au sortir du sol dans une série de longues auges en tronc de hêtre, où les bergers de la montagne viennent faire boire leur troupeau. La température de la source est de 7°C, fraîcheur inestimable pour nous, qui sortons des fournaises caniculaires de la plaine. La nappe est étalée sur un charmant tapis de plantes alpines, parmi lesquelles brille la Paronyque à feuilles de serpolet, dont les larges et minces bractées ressemblent à des écailles d’argent. Les vivres sont tirés de leurs sacoches, les bouteilles exhumées de leur couche de foin. Ici, les pièces de résistance, les gigots bourrés d’ail et les piles de pain ; là, les fades poulets, qui amuseront un moment les molaires, quand sera apaisée la grosse faim ; non loin, à une place d’honneur, les fromages du Ventoux épicés avec la sarriette des montagnes, les petits fromages au Pébré d’asé ; tout à côté, les saucissons d’Arles, dont la chair rose est marbrée de cubes de lard et de grains entiers de poivre ; par ici, en ce coin, les olives vertes, ruisselantes encore de saumure, et les olives assaisonnées d’huile ; en cet autre, les melons de Cavaillon, les uns à chair blanche, les autres à chair orangée, car il y en a pour tous les goûts ; en celui-ci, le pot aux anchois, qui font boire sec pour avoir du jarret ; enfin les bouteilles au frais dans l’eau glacée de cette auge. N’oublions-nous rien ? Si, nous oublions le maître dessert, l’oignon, qui se mange cru avec du sel. Nos deux Parisiens, car il y en a deux parmi nous, mes confrères en botanique, sont d’abord un peu ébahis de ce menu par trop tonique ; ils seront les premiers tout à l’heure à se répandre en éloges. Tout y est. À table !

37Alors commence un de ces repas homériques qui font date en la vie. Les premières bouchées ont quelque chose de frénétique. Tranches de gigots et morceaux de pain se succèdent avec une rapidité alarmante. Chacun, sans communiquer aux autres ses appréhensions, jette un regard anxieux sur les victuailles et se dit : « Si l’on y va de la sorte, en aurons-nous assez pour ce soir et demain ? » Cependant la fringale s’apaise ; on dévorait d’abord en silence, maintenant on mange et on cause. Les appréhensions pour le lendemain se calment aussi ; on rend justice à l’ordonnateur du menu, qui a prévu cette famélique consommation et tout disposé pour y parer dignement. C’est le tour d’apprécier les vivres en connaisseur. L’un fait l’éloge des olives, qu’il pique une à une de la pointe du couteau ; un second exalte le pot aux anchois, tout en découpant sur son pain le petit poisson jauni d’ocre ; une troisième partie avec enthousiasme du saucisson ; tous enfin sont unanimes pour célébrer les fromages au Pébré d’asé, pas plus grands que la paume de la main. Bref, pipes et cigares s’allument, et l’on s’étend sur l’herbe, le ventre au soleil.

38Après une heure de repos : debout ! Le temps presse ; il faut se remettre en marche. Le guide, avec les bagages, s’en ira seul, vers l’ouest, en longeant la lisière des bois, où se trouve un sentier praticable aux bêtes de somme. Il nous attendra au Jas ou Bâtiment, situé à la limite supérieure de hêtres, vers 1550 mètres d’altitude. Le Jas est une grande hutte en pierres qui doit nous abriter la nuit, bêtes et gens. Quant à nous, poursuivons l’ascension et atteignons la crête, que nous suivrons pour gagner avec moins de peine la cime terminale. Du sommet, après le coucher du soleil, nous descendrons au Jas, où le guide sera depuis longtemps arrivé. Tel est le plan proposé et adopté.

39La crête est atteinte. Au sud se déroulent, à perte de vue, les pentes, relativement douces, que nous venons de gravir ; au nord, la scène est d’une grandiose sauvagerie : la montagne, tantôt coupée à pic, tantôt disposée en gradins d’une effrayante déclivité, n’est guère qu’un précipice d’un kilomètre et demi de hauteur. Toute pierre lancée ne s’arrête plus et bondit de chute en chute jusqu’au fond de la vallée, où se distingue, comme un ruban, le lit du Toulourenc. Tandis que mes compagnons ébranlent des quartiers de roche et les font rouler dans l’abîme pour en suivre l’épouvantable dégringolade, je découvre, sous l’abri d’une large pierre plate, une vieille connaissance entomologique, l’Ammophile hérissée, que j’avais toujours rencontrée isolée sur les berges des chemins de la plaine, tandis qu’ici, presque à la cime du Ventoux, je la trouve au nombre de quelques centaines d’individus groupés en tas sous le même abri.

40J’en étais à rechercher les causes de cette populeuse agglomération, lorsque le souffle du midi, qui déjà nous avait inspiré dans la matinée quelques vagues craintes, amène soudainement un convoi de nuages se résolvant en pluie. Avant d’y avoir pris garde, nous sommes enveloppés d’une épaisse brume pluvieuse, qui ne permet d’y voir à deux pas devant soi. Par une fâcheuse coïncidence, l’un de nous, mon excellent ami Th. Delacour, s’est écarté à la recherche de l’Euphorbe saxatile, l’une des curiosités végétales de ces hauteurs. Faisant porte-voix de nos mains, nous réunissons en un appel commun l’effort de nos poitrines. Personne ne répond. La voix se perd dans la masse floconneuse et dans la sourde rumeur de la nuée tourbillonnante. Cherchons donc l’égaré puisqu’il ne peut nous entendre. Au milieu de l’obscurité de nuage, il est impossible de se voir l’un l’autre, à la distance de deux ou trois pas, et je suis le seul des sept qui connaisse les localités. Pour ne laisser personne à l’abandon, nous nous prenons par la main, et je me mets moi-même en tête de la chaîne. C’est alors, pendant quelques minutes, un véritable jeu de colin-maillard, qui n’aboutit à rien. Delacour, sans doute, lui-même habitué du Ventoux, en voyant venir les nuages, aura profité des dernières éclaircies pour gagner à la hâte l’abri du Jas. Gagnons-le nous-mêmes au plus tôt, car déjà l’eau nous ruisselle à l’intérieur des vêtements tout aussi bien qu’à l’extérieur. Le pantalon de coutil est collé sur la peau comme un second épiderme.

41Une grave difficulté s’élève : les va et revient, tours et retours de nos recherches, m’ont mis dans l’état d’une personne à qui l’on bande les yeux et que l’on fait, après, pirouetter sur les talons. J’ai perdu toute orientation ; je ne sais plus, absolument plus, de quel côté est le flanc sud. J’interroge l’un, j’interroge l’autre : les avis sont partagés, très-douteux. Conclusion : aucun de nous ne saurait affirmer où est le nord, où est le sud. Jamais, non, jamais, je n’ai compris la valeur des points cardinaux comme en ce moment-là. Tout autour de nous est l’inconnu de la nuée grise ; sous nos pieds nous distinguons tout juste la naissance d’une pente d’ici et d’une pente de là. Mais quelle est la bonne ? Il faut choisir et se précipiter de confiance. Si par malheur nous descendons la pente nord, nous courons nous fracasser dans les précipices dont la vue seule tantôt nous inspirait l’effroi. Pas un n’en reviendra peut-être. J’eus là quelques minutes de poignante perplexité.

42Restons ici, disaient la plupart ; attendons la fin de la pluie. Mauvais conseil, répliquaient les autres, et j’étais du nombre ; mauvais conseil : la pluie peut durer longtemps, et mouillés comme nous le sommes, aux premières fraîcheurs de la nuit nous gèlerons sur place. Mon digne ami Bernard Verlot, venu tout exprès du Jardin des Plantes de Paris pour faire avec moi l’ascension du Ventoux, montrait un calme imperturbable, s’en remettant à ma prudence pour sortir de ce mauvais pas. Je le tire un peu à l’écart, afin de ne pas augmenter la panique des autres, et lui dévoile mes terribles appréhensions. Un conciliabule est tenu à nous deux : nous cherchons à suppléer par la boussole de la réflexion l’aiguille aimantée absente. « Quand les nuages sont venus, lui disais-je, c’est bien par le sud ? — C’est parfaitement par le sud. — Et, quoique le vent fût presque insensible, la pluie avait une légère inclinaison du sud au nord ? — Mais oui : j’ai constaté cette direction tant que j’ai pu me reconnaître. N’avons-nous pas là de quoi nous guider ? Descendons du côté d’où vient la pluie.

43J’y avais songé, mais des doutes me prennent. Le vent est trop faible pour avoir une direction bien déterminée. C’est peut-être un souffle tournant, comme il s’en produit au sommet de la montagne lorsque des nuages l’enveloppent. Rien ne me dit que la direction première se soit conservée, et que le mouvement de l’air n’arrive maintenant du nord.

44Je partage vos doutes. Et alors ? — Alors, alors, voilà le difficile. Une idée : si le vent n’a pas tourné nous devons surtout être mouillés à gauche puisque la pluie a été reçue de ce côté tant que n’a pas été perdue notre orientation. S’il a tourné, la mouillure doit être à peu près égale de partout. Que l’on se tâte et décidons. Ca y est-il ? — Ca y est. — Et si je me trompe ? — Vous ne vous tromperez pas. »

45En deux mots les collègues sont mis au courant de la chose. Chacun se palpe, non au dehors, exploration insuffisante, mais sous le vêtement le plus intime ; et c’est avec un soulagement indicible que j’entends déclarer à l’unanimité le flanc gauche bien plus mouillé que l’autre. Le vent n’a pas tourné. C’est bien : dirigeons-nous du côté de la pluie. La chaîne se reforme, moi en tête, Verlot à l’arrière-garde pour ne pas laisser de traînard. Avant de se lancer : « Eh bien, dis-je encore une fois à mon ami, risquons-nous l’affaire ? — Risquez ; je vous suis » — nous piquons aveuglément une tête dans le redoutable inconnu.

46Vingt enjambées n’étaient pas faites, vingt de ces enjambées dont on n’est pas maître sur les fortes pentes, que toute crainte de péril cesse. Sous nos pieds ce n’est pas le vide de l’abîme, c’est le sol tant désiré, le sol de pierrailles, qui croule derrière nous en longs ruissellements. Pour nous tous, ce cliquetis, signe de terre ferme, est musique divine. En quelques minutes est atteinte la lisière supérieure des hêtres. Ici l’obscurité est plus forte encore qu’au sommet de la montagne : il faut se courber jusqu’à terre pour reconnaître où l’on met les pieds. Comment, au sein de ces ténèbres, trouver le Jas, enfoui dans l’épaisseur du bois ? Deux plantes, assidue végétation des points hantés par l’homme, le Chénopode Bon- Henri et l’Ortie dioïque me servent de fil conducteur. De ma main libre, je fauche dans l’air, tout en cheminant. À chaque piqûre ressentie, c’est une ortie, c’est un jalon. Verlot, à l’arrière-garde, s’escrime aussi de son mieux et supplée la vue par la cuisante piqûre. Nos compagnons n’ont guère foi en ce mode de recherche. Ils parlent de continuer la descente furibonde, de rétrograder, s’il le faut, jusqu’à Bédoin. Plus confiant dans le flair botanique, qu’il possède si bien lui-même, Verlot se joint à moi pour insister dans nos recherches, pour rassurer les plus démoralisés et leur démontrer qu’il est possible, en interrogeant de la main les herbages, d’arriver au gîte malgré l’obscurité. On se rend à nos raisons ; et peu après, de touffe d’ortie en touffe d’ortie, la bande arrive au Jas.

47Delacour y est, ainsi que le guide avec nos bagages, abrités à temps de la pluie. Un feu flambant et des vêtements de rechange ont bientôt ramené l’habituelle gaieté. Un bloc de neige, apporté du vallon voisin, est suspendu dans un sac devant le foyer. Une bouteille reçoit l’eau de fusion ; ce sera notre fontaine pour le repas du soir. Enfin la nuit se passe sur une couche de feuillage de hêtre, qu’ont triturée nos prédécesseurs ; et ils sont nombreux. Qui sait depuis combien d’années n’a pas été renouvelé ce matelas, aujourd’hui devenu terreau ! Ceux qui ne peuvent dormir ont pour mission d’entretenir le foyer. Les mains ne manquent pas pour tisonner, car la fumée, sans autre issue qu’un large trou produit par l’écroulement partiel de la voûte, emplit la hutte d’une atmosphère à fumer des harengs. Pour obtenir quelques bouffées respirables, il faut les chercher dans les couches les plus inférieures, le nez presque à terre. On tousse donc, on maugrée, on tisonne, mais vainement essaie-t-on de dormir. Dès deux heures du matin tout le monde est sur pied, pour gravir le cône terminal et assister au lever du soleil. La pluie a cessé, le ciel est superbe et promet une admirable journée.

48Pendant l’ascension, quelques-uns éprouvent une sorte de mal au cœur, dont la cause est d’abord la fatigue et en second lieu la raréfaction de l’air. Le baromètre a baissé de 140 millimètres ; l’air que nous respirons est d’un cinquième moins dense, et par conséquent d’un cinquième moins riche en oxygène. Dans l’état de bien-être, cette modification de l’air, trop peu considérable, passerait inaperçue ; mais venant s’ajouter aux fatigues de la veille et à l’insomnie, elle aggrave notre malaise. On monte donc avec lenteur, les jarrets brisés, le souffle haletant. De vingt pas en vingt pas, plus d’un est obligé de faire halte. Enfin nous y voici. On se réfugie dans la rustique chapelle de Sainte Croix, pour reprendre haleine et combattre le froid piquant du matin par une accolade à la gourde, dont cette fois on épuise les flancs. Bientôt, le soleil se lève. Jusqu’aux extrêmes limites de l’horizon, le Ventoux projette son ombre triangulaire, dont les côtés s’irisent de violet par l’effet des rayons diffractés. Au sud et à l’ouest s’étendent des plaines brumeuses, où, lorsque le soleil sera plus haut, nous pourrons distinguer le Rhône, ainsi qu’un fil d’argent. Au nord et à l’est s’étale sous nos pieds une couche énorme de nuages, sorte d’océan de blanche ouate d’où émergent, comme des îlots de scories, les sommets obscurs des montagnes inférieures. Quelques cimes, avec leurs traînées de glaciers, resplendissent du côté des Alpes.

49Mais la plante nous réclame ; arrachons-nous à ce magique spectacle. L’époque de notre ascension, en août, était un peu tardive ; pour bien des plantes, la floraison était passée. Voulez-vous faire une herborisation vraiment fructueuse ? Soyez ici dans la première quinzaine de juillet, et surtout devancez l’apparition des troupeaux sur ces hauteurs : où le mouton a brouté vous ne récolteriez que misérables restes. Encore épargné par la dent des troupeaux, le sommet du Ventoux est en juillet un vrai parterre ; sa couche de pierrailles est émaillée de fleurs. En mes souvenirs apparaissent, toutes ruisselantes de la rosée du matin, les gracieuses touffes d’Androsace villeuse, à fleurs blanches avec un œil rose tendre ; la Violette du mont Cenis, dont les grandes corolles bleues s’étalent sur les éclats de calcaire ; la Valériane Saliunque, qui associe le suave parfum de ses inflorescences et l’odeur stercoraire de ses racines ; la Globulaire cordifoliée, formant des tapis compacts d’un vert cru semés de capitules bleus ; le Myosotis alpestre, dont l’azur rivalise avec celui des cieux ; l’Iberis de Candolle, dont la tige menue porte une tête serrée de fleurettes blanches et plonge en serpentant au milieu des pierrailles ; la Saxifrage à feuilles opposées et la Saxifrage muscoïde, toutes les deux serrées en coussinets sombres, constellés de corolles roses pour la première, de corolles blanches lavées de jaune pour la seconde. Quand le soleil aura plus de force, nous verrons mollement voleter d’une touffe fleurie à l’autre un superbe Papillon à ailes blanches avec quatre taches d’un rouge carmin vif, cerclées de noir. C’est le Parnassius Apollo, hôte élégant des solitudes des Alpes, au voisinage des neiges éternelles. Sa chenille vit sur les Saxifrages. Bornons là cet aperçu des douces joies qui attendent le naturaliste au sommet du mont Ventoux et revenons à l’Ammophile hérissée, blottie en nombre sous l’abri d’une pierre lorsque la nuée pluvieuse est venue hier nous envelopper.

Annexe 3 – Quelques « envoûtés » du Ventoux

Liste des femmes et hommes remarquables ayant grimpé ou célébré le Ventoux

  • 1 Plantevin (J.-B.), « Alibert, diseur-fantaisiste », Les Carnets du Ventoux, 4e trimestre 1998, p. 1 (...)

Henri Alibert (1889-1951), acteur, chanteur et librettiste, créateur de l’opérette marseillaise1, se rend sur le Ventoux en 1938.

Pierre Ambriogiani (1907-1985), peintre marseillais, aimait peindre les paysages du Ventoux. On lui doit par exemple : Coq faisan au pied du Ventoux (1960), Avril au Ventoux, Paysage du Ventoux, Village près du Ventoux, Scène champêtre près du Ventoux.

Gabriel d’Annunzio (1863-1938) est accueilli par François Vendran dans son hôtel au sommet du Ventoux en 1924.

Claude Arnoux a laissé un important ouvrage sur Maquis Ventoux : Quelques pages de la Résistance en Vaucluse (Les Presses universelles, 1974).

Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères luxembourgeois, a fait l’ascension du Ventoux en vélo en 2015.

Théodore Aubanel (1829-1886), imprimeur et poète d’expression provençale, a escaladé le Ventoux et a consacré à cette montagne un ouvrage, Lou Ventour, en 1882 (éd. Aubanel).

Jacques Balutin, acteur, a fait l’ascension du Ventoux en vélo avec Michel Drucker.

Guy Barruol, historien et archéologue, a beaucoup écrit sur la Provence romane. Il a dirigé avec Nerte Dautier et Bernard Mondon, une encyclopédie sur Le mont Ventoux (Alpes de Lumières, 2007).

Alfred Bergier (1881-1971) est un peintre dont plusieurs œuvres sont consacrées au Ventoux.

Pierre Benoît (1886-1962), écrivain et académicien, escalade le Ventoux avec une Hispano-Suiza en 1935.

Joseph Bidault (1758-1846), peintre, a laissé une très belle huile : Le Ventoux et l’aqueduc de Carpentras (Musée Duplessis, Carpentras). Elle est reproduite dans l’ouvrage de Jean-Paul Chabaud.

François-Auguste Blanc a été le premier garde de l’Observatoire duVentoux en 1884, faisant office également d’observateur météorologique. Gilbert Blanc (1906-1993) était un peintre habitant à Bédoin dont le thème privilégié a été de peindre le Mont Ventoux de sa propriété en tout temps et en toute saison.

Florie Boissy, peintre, a réalisé trente-six vues du Ventoux (Encre de chine et peinture à l’huile).

Jean Bouchet, peintre, a réalisé un tableau sur toile intitulé Le Ventoux (1983).

Jean Bouin (1888-1914), champion de course à pied, marseillais, fait l’escalade du Mont Ventoux en 1913.

Georges Brun est un auteur qui a consacré de nombreux ouvrages à l’histoire du Mont-Ventoux. On lui doit notamment : Le Mont Ventoux, Recueil de textes anciens et modernes ; 2eme éd., Carpentras, Le Nombre d’Or, 1977.

Jérôme Cahuzac, homme politique, a fait l’ascension du Ventoux en vélo en 2012.

Robert Caillet (1882-1957), docteur en droit et avocat, a laissé de nombreux articles et ouvrages sur le Comtat-Venaissin et le Ventoux. Il a publié avec Pierre de Champeville, alors qu’ils animaient ensemble le syndicat d’initiative de Carpentras, un guide original de 87 pages intitulé Carpentras et le Mont Ventoux.

Auguste Chabaud (1882-1955), peintre et sculpteur, a laissé plusieurs tableaux ayant pour sujet le Ventoux : Vue sur le Ventoux, 1925 ; Champ au pied du Ventoux, 1935.

Jean-Paul Chabaud est le fondateur des Études comtadines et l’auteur de plusieurs articles et ouvrages sur le Comtat-Venaissin, notamment d’un ouvrage sur Les peintres autour du Ventoux (Barthélémy, 2000), d’une biographie d’Alfred Naquet (1834-1916), éd. Les Études Comtadines, 2003, et d’une biographie d’Henri Alibert (1889-1951) – Alibert, La voix du soleil, éd. Les Études Comtadines, 2006.

René Char (1907-1988), poète habitant à l’Isle sur la Sorgue, aimait le Ventoux, qu’il comparaît à l’Olympe ou qu’il présentait comme un « miroir aux aigles ».

Pierre de Champeville (1885-1950), peintre et professeur de dessin, a été le promoteur du ski sur le Ventoux. Il a réalisé le plan de la chapelle Sainte Croix. Une plaque commémorative en fonte, avec son effigie, a été inaugurée en son honneur devant la station du chalet Reynard, en soulignant sa qualité « d’apôtre du tourisme » sur le Ventoux. Deux ouvrages rassemblent ses œuvres picturales (surtout des aquarelles), avec un texte de Michel Favier : Au pied du Mont Ventoux – L’évocation de l’âme comtadine, tomes 1 et 2 (Autoédition). On lui doit par exemple : Oliviers et Ventoux, aquarelle, 1930. Un square de Carpentras porte son nom. Une plaque commémorative rappelle son souvenir près du chalet Reynard.

Louis Charasse (1868-1927), écrivain provençal, a créé en 1899 L’Almanach du Ventoux.

Roland Chavenon (1895-1967), peintre, qui aimait représenter les paysages de Provence, a laissé une toile intitulé : Avignon, Vue sur le Ventoux.

Sylvestre Clap est en charge, en tant que conservateur, des archives de la ville d’Avignon. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur Avignon et, plus particulièrement, d’un ouvrage original et inédit sur le Mont Ventoux : L’Économie du Mont Ventoux comtadin au XVIIIe siècle.

Vincent Clap a laissé un ouvrage à succès sur Le Mont Ventoux au XVIIIe siècle (Déhan, Montpellier, 1976).

Clovis Cornillac s’élança sur le Ventoux en vélo, en vue de préparer le tournage du film La grande boucle (2012).

Maurice Couve de Murville (1907-1999), ancien Premier Ministre, vint déjeuner à l’auberge Vendran en 1970, au sommet du Ventoux.

Clément V (1264-1314), pape français, avait fait d’un monastère situé au Groseau, qu’il appelait « le jardin de ses délices », un lieu de retraite frais et paisible où il passa plus de 400 jours entre 1310 et 1314. Il ne subsiste de ce lieu qu’une très belle chapelle au pied du Mont Ventoux, à proximité de Malaucène.

Édouard Daladier (1884-1970), homme politique, s’est rendu plusieurs fois sur le Ventoux. Après avoir assisté à l’arrivée de la course de côte au sommet du Ventoux, il a présidé en 1932 à la cérémonie d’ouverture de la Route de Malaucène au Ventoux.

Gustave Daladier (1888-1974), reconnu comme un as de l’aviation française pendant la 1e guerre mondiale, a fait atterrir un avion sur le Col des Tempêtes.

Alphonse Daudet (1840-1897), écrivain, s’est inspiré des paysages du Ventoux – notamment de la chapelle de la Sainte Croix – pour rédiger son conte Les trois messes basses. En juillet 1927, son fils Léon Daudet (1867-1942), écrivain et homme politique, monte sur le Ventoux et rencontre François Vendran. Il fera par la suite plusieurs visites à son hôte en vantant sa gastronomie.

Nerte Dautier est une historienne d’art, passionnée de paysages et de jardins, ancien inspecteur régional des sites au ministère de l’Environnement. Elle a dirigé avec Guy Barruol et Bernard Mondon, une encyclopédie sur Le Mont Ventoux (Alpes de Lumières, 2007). Michel Drucker a réalisé plusieurs fois l’ascension du Mont Ventoux, notamment avec le journaliste Gérard Holtz ou le comédien Jacques Balutin.

René Duplan (1888-1943), dessinateur, participa en 1919 à une ascension collective du Ventoux en car.

Joseph Esseyric (1860-1932), peintre et dessinateur, a laissé plusieurs œuvres (peinture à l’huile, dessin) ayant pour objet le Ventoux ; on lui doit par exemple : Vue du Mont Ventoux, huile sur toile (reproduite dans l’ouvrage de Jean-Paul Chabaud) ; Situation de l’Observatoire au 30 novembre 1884 (Dessin).

Jean-Charles Eymard et son père Jean-Joseph Eymard, tous les deux maires de Bédoin au XIXe siècle, ont tous les deux encouragé le reboisement du Ventoux.

Jean-Henri Fabre (1823-1915), entomologiste, a participé à une soixantaine d’ascensions du Ventoux.

Jacques Faizant (1918-2006), le dessinateur du Figaro, fit l’escalade du Ventoux à vélo le 25 août 1970. Il recommença en 1974.

Victor Ferreri (1915-2009), peintre, a laissé un tableau intitulé : Bédoin et le Ventoux, 1970.

Roger Frison-Roche (1906-1999), alpiniste, explorateur, écrivain, auteur de Premier de cordée, grimpa sur le Ventoux en 1958.

Jacques Galas, ancien statisticien, est le fondateur des « Carnets du Ventoux » et l’auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur le Comtat Venaissin et le Ventoux.

Pascal Giroud, peintre, a laissé : Plaine du Comtat, vue sur le Ventoux, 2010.

Jean-Pierre Gras (1879-1964), sculpteur et peintre, aimait représenter la campagne entourant le Ventoux. On lui doit par exemple : L’amandier en fleurs, 1943, qui laisse apparaître sur le fond le Ventoux.

Pierre Grivolas (1823-1906), peintre, va représenter le Ventoux sous ses différentes faces. On lui doit par exemple : Paysage dans le Ventoux, Le Mont Ventoux.

Antoine Grivolas (1843-1902), peintre, s’est installé avec son frère Pierre Grivolas au cœur du Mont Ventoux dans la « Bergerie du Rat » puis à la « Combe de Clare ». Les deux peintres, reconnus comme les peintres majeurs du Ventoux y menèrent la même vie que les bergers, couchant sur la paille et se nourrissant de tranches de lard et de laitage. Ayant fait le plein d’esquisses, de croquis et de toiles, ils déménagèrent pour se fixer à Monieux. Une rue d’Avignon porte leur nom.

Édouard Herriot (1872-1957), Président du Conseil, va discrètement déjeuner à l’Hôtel Vendran en 1932, au sommet du Ventoux, à l’occasion de l’inauguration de la route de Malaucène (où il a retrouvé Daladier). Marthe Herse monte à vélo le Ventoux en 3 heures et 30 minutes (première cycliste à monter sur le Ventoux).

Gérard Holtz, journaliste, a fait l’ascension du Ventoux en vélo avec Michel Drucker.

Olivier Hussenot (1913-1978), acteur, s’arrête en 1970 à l’auberge Vendran, au sommet du Ventoux.

Louis des Isnards (1805-1888), peintre, a laissé un tableau intitulé Le Ventoux au lever du soleil, qui fait partie des collections du musée Calvet. Gilbert Jouvaud, poète, peintre et créateur d’une célèbre pâtisserie portant son nom, aimait se rendre sur le Ventoux.

Marius Jouveau (1878-1949), félibre, aimait se rendre sur le Ventoux. Pierre Julian a fait paraître une traduction du texte latin de François Pétrarque sur L’ascension du Mont Ventoux suivie d’un essai de reconstitution de l’itinéraire du poète par Pierre de Champeville. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage La truffe du Ventoux (1941).

Henry de la Madelène (1825-1887), journaliste et écrivain, est un auteur dont le roman Jean des baumes tire son inspiration de la vie au grand air dans le Ventoux.

Jules de la Madelène (1820-1859), journaliste et écrivain, a laissé un roman célèbre dans le Comtat-Venaissin et au-delà – Le Marquis des Saffras – dont l’action se passe dans le périmètre du Ventoux.

Bonaventure Laurens (1801-1890), peintre, a laissé une très belle aquarelle, actuellement entre les mains du musée Duplessis, à Carpentras : Le Mont Ventoux, vue de Saint Didier. Elle est reproduite dans l’ouvrage de Jean-Paul Chabaud.

Jules Laurens (1825-1901), peintre, a laissé également deux tableaux ayant pour sujet le Ventoux : Vue de l’Auzon, de l’aqueduc de Carpentras et du Mont Ventoux (Musée Duplessis, Carpentras) ; Le Mont Ventoux (effet du matin) vu de la route de Carpentras à Bédoin au-dessus de Saint Pierre-de-Vassols (Musée Duplessis, Carpentras)

Franz Leenhardt (1846-1922), géologue, a publié une imposante Étude géologique de la région du Mont Ventoux (1883). Une plaque à son nom rappelle son souvenir sur la tour du Mont Ventoux.

Steffen Lipp est un photographe qui a consacré la majorité de ses oeuvres à la Drome provençale, au Mont Ventoux et au Comtat Venaissin.

François Césaire de Mahy (1830-1906), ministre de l’agriculture en 1882, est venu poser la première pierre de l’Observatoire du Ventoux le 16 mai 1882, à la suite d’un déjeuner servi à 80 officiels au lieu-dit La Grave.

Rémy Marcelin (1832-1908), Félibre Majoral, fondateur de l’Escolo dou Ventour, emmène en 1902 un groupe de félibres carpentrassiens au sommet du Ventoux.

Eugène Martel (1869-1947), peintre, a laissé un tableau intitulé La Porte du mistral où le plateau d’Albion y est présenté en fin d’après-midi, sous un ciel immense tandis que l’horizon est fermé par le massif du Ventoux. Robert Marty, peintre né en 1951, a laissé plusieurs œuvres consacrées au Mont Ventoux : Printemps couchant, 2006, huile sur panneau, avec le Ventoux représenté dans le fond ; Le peuple y est, représentant un paysage dominé par le Ventoux.

Marie Mauron (1896-1986), poète provençale et auteur du Dieu-Ventoux, et Firmin Meyer (1899-1976), photographe, firent une halte au sommet le 15 août 1960.

Frédéric Melsens (1808-1886), célèbre chimiste belge, fit généreusement un don pour la construction de l’Observatoire du Mont Ventoux, qui était équipé de ses paratonnerres.

Firmin Meyer (1899-1976), photographe, a souvent exercé son art sur le Ventoux, qu’il parcourait avec son ami Pierre de Champeville.

Bernard Mondon est un auteur contemporain qui a consacré la majorité de ses ouvrages au Mont Ventoux : Le Mont Ventoux et ses villages (1999), La flore du Mont Ventoux (1997), Petite anthologie du mistral (avec Steffen Lipp, 2004), Petite Anthologie de la cigale (1999), Les grandes heures du tour de France au Ventoux (2003), Voyage au mont Ventoux : florilège littéraire (2003), … Il a dirigé avec Nerte Dautier et Guy Barruol, une encyclopédie Le mont Ventoux (Alpes de Lumières, 2007).

Germaine Montero (1909-2000), actrice et chanteuse, vint admirer au sommet du Ventoux « cette Provence bénie des Dieux » pendant le festival d’Avignon de 1959.

Alfred Pamard (1837-1920), médecin, président de la commission météorologique du Vaucluse, a été un ardent défenseur du projet de construction de l’Observatoire sur le Ventoux.

Paul Pamard, médecin, a été président de l’Automobile Club vauclusien de 1904 à 1957. De même que fondateur en 1902 des courses de côte du Ventoux.

Paul Peyre, ancien professeur de lettres, de latin et de grec, est un conteur et auteur comtadin, qui s’est beaucoup intéressé aux légendes, aux mythes et à la symbolique du Ventoux, de même qu’à l’origine des noms de lieux (v. par exemple, Toponymie du Ventoux, Faire parler les noms de lieux, Les Editions du Toulourenc, 2012). Il est une grande mémoire du Ventoux.

François Pétrarque (1304-1374), poète et humaniste italien, a laissé une longue lettre émouvante, adressée à son confesseur, un père augustin, dans laquelle il fit part de son ascension sur le Ventoux et d’états d’âmes sur le parcours d’une vie. Il est le père de ce que certains appellent « l’alpinisme littéraire ».

Pablo Picasso (1881-1973) a esquissé le profil du Géant de Provence dans un tableau intitulé Bacchanale (1959) et un autre intitulé Bacchanale au taureau noir (1959).

Jean Proal (1904-1969), écrivain, a découvert le Ventoux lorsqu’il était en poste à Malaucène. Il se rendit souvent au Mont-Serein. Bagarres est un roman qui a pour cadre le Mont Ventoux que Jean Proal aimait à célébrer.

Gabriel Provane (1839-1921), chevalier de la légion d’honneur, était initialement chef cantonnier de la ville de Bédoin. Il a participé à la conception de la route Bédoin-Sommet du Ventoux.

Pierre Provane (1875-1922), chevalier des arts et des lettres, a été météorologue à l’observatoire du Ventoux, après François-Auguste Blanc.

Pierre Ramade a occupé la fonction de technicien en télécommunication sur le Mont Ventoux pendant 35 ans.

Esprit Requien (1788-1851), botaniste, accompagnera plusieurs fois Jean-Henri Fabre sur le Ventoux pour y récolter des spécimens aninaux, floraux et fossiles.

Luc Reynard est l’actuel maire de Bédoin.

André de Richaud (1907-1968), romancier et poète, a souvent choisi le Comtat-Venaissin et le Ventoux comme cadre de son œuvre romanesque (en particulier dans La barette rouge, qui est une propriété hantée au pied du Mont Ventoux).

Gottlieb Riekert est un aquarelliste qui a très souvent pris le Ventoux, ses attributs et ses villages comme sujets de ses tableaux.

Charloun Rieu (1846-1924), poète du Paradou, auteur des Chants des terroirs, aimait se rendre sur le Ventoux.

Le colonel Louis Romieu était président du comité paroissial qui a organisé la reconstruction en 1936 de la Chapelle de la Sainte Croix.

Auguste Roure (1878-1936), peintre, a beaucoup parcouru le Vaucluse à vélo et aimait la proximité du Ventoux. On lui doit notamment une toile intitulée : Le Ventoux vu des hauteurs de Malaucène, qui est conservée au Palais du Roure à Avignon.

Robert Sabatier (1923-2012), écrivain, a longtemps habité Saint Didier et a laissé quelques écrits sur le Mont-Ventoux, notamment un très beau poème intitulé Une escale dans l’été (extrait de L’oiseau de demain, 1981).

René Seyssaud (1867-1952), peintre qui a longtemps habité au pied du Ventoux à Villes-sur-Auzon, a parfois mis le Ventoux en couleur. On lui doit notamment : Paysages aux peupliers, Ventoux », 1903 ; « Trois paysages du Ventoux, 1914. En 1902, il monte sur le Ventoux et fait une visite à François Vendran, hôtelier (dans le livre d’or de l’auberge Vendran, il dessine Plantin, l’homme à tout faire du refuge Vendran). Une rue de Vitrolles et une autre à Marseille portent son nom.

Paul Surtel (1893-1985), peintre, a laissé une très belle peinture à l’huile intitulée : Le Mont Ventoux, Vaucluse, environs de Carpentras.

François Tichadou, inspecteur des Eaux et Forêts, est à l’origine des plantations de cèdres de l’Atlas sur le Ventoux. Une plaque rappelle son souvenir sur le pavillon Rolland. Une rue de Bédoin porte son nom.

Jean-Henri Turquin, peintre installé à Carpentras, a souvent trouvé son inspiration dans la vue, les couleurs et la proximité du Ventoux. Il se présente sur son site comme le « Peintre du Ventoux ». Il a peint par exemple : Coquelicot devant les oliviers (avec en arrière-plan le Mont Ventoux). Plusieurs de ses tableaux mettent en mouvement des skieurs ou des cyclistes sur le Ventoux.

Nicolas Ughetto, photographe animalier, est spécialiste de la représentation photographique de la faune du Ventoux.

Mgr Joseph Urtasun (1894-1980), Archévêque d’Avignon, se rend en haut du Ventoux en 1961.

Rama Yade, alors qu’elle était secrétaire d’État aux sports, s’est rendue le 25 juillet 2009 au sommet du Ventoux à l’occasion du passage du tour de France.

Annexe 4

Repères chronologiques autour du Ventoux

-25 millions d’années

Une mer peu profonde – dite mer miocène – pénètre dans l’actuelle vallée du Rhône et y reste pendant 20 millions d’années. Le Mont Ventoux, la crête du Lubéron et les Monts de Vaucluse formaient des îles qui émergeaient dans la région rhodanienne. La mer laisse en se retirant de nombreux sédiments.

1250 après JC

1 janvier 1250 : Les habitants de Bédoin acquièrent par donation du Seigneur de Bédoin, Barral des Baux, la propriété d’une grande partie du versant sud du Ventoux. « Le médiéviste affirme que cette donation du seigneur des Baux est en réalité une vente, à prix faible, déguisée en donation à cause de la présence des chapelles, pour ne pas encourir les foudres de l’évêque ».

Par cette donation, Barral des Baux permit aux habitants « d’y faire paître leurs troupeaux, d’y bâtir, d’y couper du bois, de défricher le terrain et de semer sur ses terres vierges sans être tenu d’aucune autre redevance que celle de la dîme envers l’Église ».

1335

26 avril 1336 : récit par le poète François Pétrarque de son ascension du Ventoux.

1500-1504

Construction de la chapelle de la Sainte Croix sur demande de l’Évêque de Carpentras, Pierre de Valétariis.

1518

En juin 1518, Marc de Froli, Joachim de Saze et Baudichon Falcon se rendent au sommet du Ventoux pour brûler un cierge à la chapelle sommitale du Ventoux, en vue d’obtenir la protection divine contre les épidémies de peste. Une messe y est célébrée.

1549

La déforestation du Ventoux inquiète : une délibération des États du Comtat, suivie d’un rescript du vice-légat, défendait de dépeupler les bois des montagnes pour les dommages que cela cause non seulement aux montagnes, mais encore au bas pays.

1561

Le botaniste Luigi Anguillaria vint herboriser sur les pentes du Ventoux.

1598

Thomas Platter (1574-1628), chirurgien de son état, donna quelques éléments de description de la Chapelle de la Sainte Croix à la suite de son ascension du Ventoux.

1624

Un bref apostolique du 18 janvier 1624 concéda des indulgences spéciales aux pèlerins qui se rendaient à la Chapelle de la Sainte Croix.

1632

Nicolas Fabri de Peiresc, Conseiller au Parlement de Provence, se rend sur le Ventoux et rédige une note décrivant la Baume de la mine située sur le versant nord.

1701

25 juin 1701 : Première ascension de nuit du Ventoux par le père de Laval.

César de Vervins, chanoine théologal du chapitre d’Avignon, fit reconstruire la chapelle de la Sainte Croix et laissa par testament, en date du 12 novembre 1701, une pension de 12 livres pour son entretien. C’est lui-même qui fit construire, près du sommet du Ventoux, le Bâtiment souvent visité par les pèlerins et les ascensionnistes, que l’on appelle le Jas des Pèlerins.

1711

10 et 11 août 1711 : le botaniste Antoine de Jussieu (1686-1758) a parcouru le Ventoux en vue d’effectuer une prospection botanique. Il établit son bivouac au Mont-Serein et grimpa sur le sommet.

1778

27 juin 1778 : premières études géographiques et botaniques du Ventoux par le Docteur Darluc.

1779

À la fin du printemps, Michel Adanson (1727-1806), botaniste, grimpa sur le Ventoux pour y mener une prospection.

1794

Forfait contre l’arbre de la liberté à Bédoin : après l’incendie et la destruction de toutes les maisons, décidés par le tribunal révolutionnaire, les habitants rescapés se réfugient dans les fermes isolées, errent dans la campagne ou occupent les grottes et abris sous roche du Ventoux.

1798

12 janvier 1798 : première ascension du Ventoux par Joseph Guérin (1773-1850).

1799

9 janvier 1799 : deuxième ascension du Ventoux par Joseph Guérin (1773-1850).

1807

Onze communes du Ventoux organisent une battue officielle en vue d’éradiquer le loup.

1811

Esprit Requien (1788-1851), fondateur du Musée d’Histoire naturelle d’Avignon, démontre que la végétation du Ventoux s’étage en altitude selon cinq zones, de 300 mètres au piémont à 1909 au sommet : la géographie botanique est née.

1829

Sortie de l’ouvrage de Joseph Guérin, intitulé Panorama d’Avignon, de Vaucluse, du Mont-Ventoux et du Col-Longet.

1842

Première ascension du Ventoux par Jean-Henri Fabre. Le récit de cette ascension fit l’objet d’une publication dans l’Indicateur d’Avignon du 29 septembre 1842.

1851

14 septembre 1851 : récit par Joseph Roumanille et François Seguin du pèlerinage de la Sainte-Croix menant au sommet du Ventoux.

1857

11 septembre 1857 : descente de la face nord du Ventoux par Frédéric Mistral, accompagné du poète Théodore Aubanel et du peintre Pierre Grivolas.

1861-1862

L’ingénieur des Eaux et Forêts François Tichadou introduit le cèdre de l’Atlas sur le Ventoux.

1865

Vingt-troisième ascension du Ventoux par Jean-Henri Fabre, avec ses amis scientifiques parisiens Théodore Delacour et Bernard Verlot. Son récit figure au chapitre XIII du tome I de ses Souvenirs entomologiques.

1874

24 août 1874 : récit de l’ascension du Ventoux par l’archiviste Félix Achard.

1875

Le docteur Alfred Pamard, président de la Commission météorologique du Vaucluse, propose de réaliser sur le Ventoux le 3ème observatoire français, après ceux du Puy-de-Dôme et du Pic du Midi.

1878

19 et 20 août 1878 : récit de l’ascension du Ventoux par le juriste Eugène Barrême.

1882

16 mai 1882 : M. de Mahy, Ministre de l’Agriculture, vient poser la première pierre de l’Observatoire, après avoir participé à un déjeuner champêtre organisé au niveau de la Grave.

Juillet 1882 : dans une lettre à Mignon, Théodore Aubanel raconte son ascension du Ventoux en voiture à cheval par la route.

1883

Sortie de l’ouvrage de Franz Leenhardt, intitulé Étude géologique de la région du Mont Ventoux.

1884

Premiers relevés météorologiques effectués sur le Ventoux par François- Auguste Blanc.

Septembre 1884 : Jean-Henri Fabre a poussé ce cri d’indignation en découvrant, horrifié, depuis son refuge de Sérignan, la construction jugée massive qui venait de se poser au sommet du Géant de Provence : « On a fienté sur le Ventoux ».

1889

27 juin 1889 : François Auguste Blanc, garde à l’Observatoire, se rendit devant l’officier d’État-Civil de Bédoin pour lui déclarer la naissance d’un enfant qu’il voulait prénommer « Ventoux ». Ce prénom n’étant pas dans le calendrier, l’agent communal refusa de l’enregistrer seul. On accola donc à Ventoux le prénom du grand-père : cela donna « Philippe- Ventoux Blanc ».

1893

Les carpentrassiens Rémy Marcellin (1832-1908), Gustave Barcilon, Léon Aymard et Alfred Caillet fondent un groupe félibréen qui porte le nom « d’Escolo dou Ventour ».

1899

Création de la revue L’Almanach du Ventoux par le félibre Louis Charasse.

1900

12 septembre 1900 : La première ascension en voiture – en réalité, en quadricycle à moteur – s’est faite sur une De Dion-Bouton, commandée par Marius Masse.

1901

Première ascension en vélo du Ventoux par Vélocio (Pierre de Vivie).

1902

16 septembre 1902 : première course de côte organisée sur le Ventoux par l’Automobile-Club Vauclusien, sur une idée du docteur Paul Pamard. Le départ se fait à la sortie de Bédoin. Paul Chauchard en est le vainqueur.

1903

Mai 1903 : Velocio monte en vélo avec cinq disciples, dont une femme, sur le Ventoux. Il effectua le parcours en 2 heures et 32 minutes. Marthe Herse monte en 3 heures et 30 minutes (première cycliste à monter sur le Ventoux)

20 septembre 1903 : Inauguration de l’Hôtel de l’Observatoire, exploité par François Vendran.

1904

En 1904, Louis Charasse ressuscite « l’École du Ventoux » (l’Escolo dou Ventour) qui devient une vivante société de félibres.

Aménagement par les Ponts et Chaussées de la route de Bédoin au Sommet du Ventoux : élargissement des virages de Saint Estève et du Bois ; construction d’un mur de soutènement dans le virage final, avant d’aborder la dernière rampe.

16 juillet 1904 : une montgolfière de M. Brochéry, de Marseille, s’élève au-dessus du Ventoux à environ 1000 mètres d’altitude.

1907

Construction d’un parapet au Col des Tempêtes.

1908

Organisation de deux courses par l’Union cyclopédestre carpentrassienne, la première à vélo, la seconde à pied : le bucheron Jacques Gabriel obtient en vélo un temps officiel d’ascension de 2 heures 29 minutes depuis le village de Bédoin.

1909

Jean-Henri Fabre, devenu Félibre di tavan, publie un poème intitulé « Lou Ventour », dans un recueil intitulé Lis oubreto Prouvençalo (Éd. Roumanille, Avignon, 1909).

1910

Construction du parapet à l’intérieur du virage de Saint Estève.

31 juillet 1910 : Francis Bouyer, futur président du Conseil général du Vaucluse, signe le registre de l’hôtel Vendran. Il est troisième au « Marathon cycliste du Ventoux ».

1913

Vélocio est l’équipier du premier tandem à se hisser sur le Ventoux.

25 août 1913 : visite de l’hôtel Vendran par le groupe de l’Escolo dou Ventour, avec notamment, Charloun Rieu, Louis Charasse (directeur de la revue l’Armana dou Ventour), l’Abbé Eugène Imbert, félibre de Notre- Dame.

1914-1918

L’Observatoire du Ventoux cesse son activité. Des militaires y sont logés.

1919

13 août 1919 : Émile Fenouil, pépiniériste à Carpentras invite son personnel à faire l’ascension du Ventoux dans un autocar affrété par Albert Josselme, garagiste ; Le dessinateur René Duplan (1888-1943) fait partie du voyage.

1921

7 aout 1921 : Gustave Daladier (1888-1974) fait atterrir un avion sur le Col des Tempêtes.

1926

14 février 1926 : débuts des sports d’hiver : Une équipe de Carpentrassiens

– composée de Marius Chabaud, Julien Ravaute et Pierre Rey – fit la première expédition en vue d’organiser une démonstration de ski. Une seule paire avait été montée, il fallait donc attendre patiemment son tour. Un film immortalisa ces premiers essais.

Construction du chalet Reynard (achevé en 1927) pour accompagner l’exploitation de la station de ski naissante.

1929

15 septembre 1929 : ascension du Vaucluse en vélo par Thérèse Roumanille, qui, en partant de Malaucène, décrit la route comme une voie étroite, dangereuse et encombrée d’éboulis.

Dernière ascension du Ventoux par Vélocio.

1930

L’Observatoire du Ventoux passe sous contrôle militaire (Armée de l’Air).

1931

15 juin 1931 : inauguration de l’Hôtel de la Forêt à Perrache.

17 juin 1931 : pose de la plaque en l’honneur de Velocio sur l’Hôtel Vendran.

Création du ski-club de Beaumont-Malaucène-Mont-Serein.

Soutien par Édouard Daladier – le « Taureau du Vaucluse » – du projet de construction d’une route complète entre Malaucène et le sommet du Ventoux ; il déclare que l’accès unique au sommet du Ventoux est « comme une bête à qui il manque une corne ».

1932

Aménagement à Saint Estève, d’après les plans de l’ingénieur Nury du Service vicinal de Carpentras, d’un virage bétonné incliné à 35 %, comme dans les vélodromes (qui fut supprimé en 1973, en raison du danger qu’il présentait pour les véhicules descendant du Ventoux).

Dès les premières neiges, la station de ski du Mont-Serein voit affluer les premiers adeptes. Raoul Chauvert, maçon à Malaucène, construit pour les skieurs un chalet de bois servant d’abri et de lieu de ravitaillement. Reconstruit en pierre, il deviendra le chalet Liotard.

1934

20 janvier 1934 : crash d’un avion de l’Aéropostale sur le Ventoux (territoire de Caromb).

Création du Club Alpin Français Carpentras-Ventoux, avec comme premier président Pierre de Champeville.

Premiers tronçons goudronnés de la route de Bédoin au sommet du Ventoux.

Abandon de l’exploitation de l’Hôtel de la forêt.

1936

Décès accidentel de M. Astier, cuisinier de l’Observatoire, et du soldat Garayt, attaché à l’Observatoire, dans la neige du Ventoux en janvier.

Goudronnage de la totalité de la route de Bédoin au sommet du Ventoux. Décès de François Vendran ; son fils Raoul Vendran, avocat, reprend la propriété de l’Hôtel.

Record de vitesse établi par le motocycliste Georges Berthier sur une portion de la route de Bédoin au sommet (15 minutes, 25 secondes). Une plaque mentionne son exploit sur un rocher bordant un des 7 virages.

14 septembre 1936 : inauguration de la chapelle de la Sainte Croix devant 2 500 personnes.

1937

Installation d’un remonte-pente au Mont-Serein : il s’agit d’une sorte de luge géante sur laquelle 15 personnes, debout avec ski aux pieds, prennent place pour être hissées par un treuil en haut des pistes praticables.

Pierre Julian publie, aux Éditions du Mont-Ventoux, Le pèlerinage du Mont-Ventoux.

1939

Mai : Les félibres Marius Jouveau (1878-1949), Louis Béchet et Pierre Reynier montent sur le Ventoux pour chanter la Coupo Santo en l’honneur de la Santo Estello.

Création d’un syndicat des vins du Ventoux.

1940

Mont-Serein : Installation d’un téléski rudimentaire constitué d’une corde tournant autour de deux poulies, l’une en bas, l’autre en haut. Il fallait attraper la corde pour espérer monter.

1950

Création de la route forestière reliant le Mont-Serein au Chalet Reynard. Cette route horizontale située à environ 1 450 mètres d’altitude est très appréciée des skieurs de fond et de randonnée. Elle rejoint l’ancien chemin des Glacières, en passant devant le Jas des Pèlerins.

8 octobre 1950 : inauguration de la nouvelle route reliant Sault au chalet Reynard, en présence notamment de M. Dorges, Secrétaire général du Ministère des transports, des travaux publics et du tourisme, d’Édouard Daladier et de Charles Martel, président du Conseil général du Vaucluse.

1951

Premier passage du Tour de France sur le Ventoux.

1953

Les côtes du Ventoux obtiennent la qualification Vin Délimité de Qualité Supérieure (VDQS).

1954

Élévation d’une tour sur le mont Ventoux de 24 mètres (celle qui est actuellement entourée de bois) pour accueillir du matériel de télécommunication.

1956

21 mars 1956 : découverte sur le Ventoux des restes du corps d’Anne- Marie Pélissier, enlevée à Orange le 25 mai 1955 à 11 ans. Une stèle est élevée dans la forêt pour rappeler son souvenir.

1961

19 septembre : Mgr Joseph Urtasun (1894-1980), Archevêque d’Avignon, M. René Maury, Ingénieur des Eaux et Forêts, Mgr Robert, Vicaire général se rendent à l’auberge Vendran.

1965

Création par arrêté ministériel du 2 Novembre 1965 du Syndicat Mixte d’Aménagement et d’Équipement du Mont Ventoux.

1966

16 janvier 1966 : inauguration au Mont-Serein de la première chapelle œcuménique sur le monde.

Début des travaux de la grande tour blanche en forme de fusée (à l’ouest de l’ancien Observatoire) sur le sommet du Ventoux.

1967

13 juillet 1967 : mort de Tom Simpson lors du Tour de France sur le Ventoux.

19 novembre 1967 : un record de vitesse du vent a été enregistré au sommet du Ventoux à 320 km/h.

1970

Un escadron de transport de l’armée de l’air est créé avec la dénomination « Ventoux ».

1973

Devenue propriété de la Fédération des Œuvres Laïques, la chapelle œcuménique du Mont-Serein ferme sa porte aux cultes.

27 juillet 1973 : création de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) Côtes du Ventoux.

1974

En février, le Conseil général du Vaucluse finance l’aménagement vers le lieu-dit Le Contrat (Mont-Serein) d’un terrain de camping-caravaning.

1982

2 juin 1982 : réactivation de la Confrérie des Vignerons des Côtes du Ventoux.

1983

Mort du cyclotouriste Pierre Kraemer, dit le Gaulois, sur le Ventoux, retrouvé sous 1 mètre de neige. Une stèle sera érigée sur le Ventoux à sa mémoire.

1984

Création d’une ferme expérimentale de lamas sur les flancs du Ventoux pour évaluer leurs qualités de débroussailleurs et de producteurs de laine.

1985

Restauration du Jas Forest.

1986

Juillet 1986 : sortie du premier numéro des carnets du Ventoux.

1987

Création de l’association Parapente Vaucluse, qui organise des sorties au Mont Ventoux pour faire un saut dans les vallées.

Création de la première coupe du Ventoux pour les planeurs.

1990

Reconnaissance du Ventoux comme réserve de biosphère par l’UNESCO.

1994

Un décret du 3 novembre 1994 relatif à l’appellation d’origine contrôlée Côtes-du-Ventoux est paru au Journal officiel n° 257 du 5 novembre 1994.

1995

Restauration par le Conseil général du Vaucluse de l’ancienne maison cantonnière de la Grave (maison cantonnière près de la Fontaine de la Grave).

1996

1er janvier 1996 : 1e édition de la montée motorisée du Ventoux pour la Saint Sylvestre.

Restauration par le Conseil général du Vaucluse de l’ancienne maison cantonnière Jamet (1ere maison cantonnière sur la route de Bédoin au sommet du Ventoux).

1997

Le Muscat du Ventoux obtient comme raisin de table la qualité d’AOC (décret du 22 août 1997, complété par l’arrêté du 24 octobre 1997).

1998

Ascension du Ventoux par Dan Liotier, élève à l’école du cirque Annie Fratellini, sur un monocycle.

Automne 1998 : une centaine de 2 CV se lancent à l’assaut du sommet du Ventoux.

2001

Acquisition par la commune de Caromb du Domaine dit du Pré Fantasti. Octobre 2001 : rétablissement dans son état initial de la ligne de crête du Col des Tempêtes après démantèlement des relais hertziens qui faisaient le lien permanent avec le site de tir des armes nucléaires du plateau d’Albion.

2002

27 avril 2002 : bénédiction de la chapelle Notre-Dame des Anges du Ventouret, après restauration, en présence de Mgr Mestre, vicaire général de l’archevêché d’Avignon et du père Maurice Le Coutour, curé de Sault.

2003

18 mai 2003 : 1e édition de la fête de la forêt dans le secteur de Perrache. Records du monde de descente en streetluge (128,85 km à l’heure) et skateboard (118, 421 km à l’heure) au Mont Ventoux en 2003.

2004

Novembre 2004 : sortie du premier numéro des Études Comtadines.

2005

Lancement de la 1ere édition du Ventourist-Ventousiast avec 1200 cyclistes en majorité belge ; l’objectif de ces cyclistes vise à atteindre le sommet du Mont Ventoux autant de fois que possible durant le temps imparti, ceci à partir d’un des trois villages (Bédoin, Sault, Malaucène). Par la suite, cette course deviendra la Sporta ; Eddy Merckx accompagnera les partants plusieurs fois.

2006

Restauration de la fontaine de Fontfiole par Bédoin.

16 mai 2006 : Jean-Pascal Roux a gravi à 11 reprises le Mont-Ventoux en 24 heures, par Bédoin (descente en voiture).

7 au 29 juillet au Festival off d’Avignon : mise en scène de La victoire à Ventoux, pièce de théâtre.

23 septembre 2006 : Stéphane Rubio détient le record des montées en vélo par Malaucène (11 montées en 24 heures).

2007

16 mai 2007 : Lode De Paepe, ingénieur belge, a réussi quatre ascensions du Mont Ventoux en 24 heures, sur un unicycle.

Juillet 2007 : sortie du premier numéro de Ventoux Magazine.

2008

Première ascension du Ventoux en handbike par Hervé Morel.

2009

Restauration du jas du Mourre.

Les Côtes du Ventoux prennent désormais l’appellation « Ventoux ».

La compositrice Betsy Jolas a créé son opéra L’Ascension du Mont- Ventoux à partir de l’œuvre de Pétrarque.

4 juillet 2009 : Pascal Pons effectue sa centième ascension du Ventoux en vélo.

12 juillet 2009 : Serge Coutton effectue six montées du Ventoux en vélo- couché en moins de 24 heures.

Isabelle Esclangon est la première femme à avoir effectué huit montées en vélo par Bédoin en 24 heures.

Juillet 2009 : Un départ de feu a été rapidement maîtrisé à 5 km du col des Abeilles (Vaucluse) près du Mont Ventoux alors que des centaines de milliers de personnes attendaient le passage du Tour de France (5 hectares brûlés).

17-18 septembre : Philippe Balland a gravi à onze reprises le versant de Malaucène en moins de 24 heures.

Octobre 2009 : Tom Papay parvient en handbike à se hisser 2 fois au sommet à la seule force de ses bras.

2010

2 juin 2010 : le Ventoux reconnu site Natura 2000 par arrêté ministériel 10 novembre 2010 : le Ventoux reconnu « réserve biologique intégrale » par arrêté ministériel.

Création de la Montée du Ventoux, course pédestre, depuis Bédoin.

2011

Création du 1er festival de photographies animalières et de nature à Sault, organisé par l’Association « Les Silences du Ventoux » (création Nicolas Ughetto).

Création du semi-marathon Bédoin-Sommet du Ventoux.

Clovis Cornillac s’élance sur le Ventoux en vélo, en vue de préparer le tournage du film La grande boucle (2012).

2012

Restauration du jas des Mélettes.

30 janvier 2012 : découverte d’un loup tué par balle sur le Ventoux, à 1000 mètres sur le territoire de Bédoin, aux environs du Pavillon Rolland. 16 juin 2012 : 1e édition d’un défilé de tracteurs faisant l’ascension du Ventoux.

10 décembre 2012 : un père est tué accidentellement par son fils au cours d’une chasse au sanglier sur le Ventoux.

2013

Première descente du Ventoux en drift trike (tricycle). Août 2013 : restauration du jas de Pié Gros.

14 mai 2013 : avant d’affronter la course de côte de Pikes Peak aux Etats- Unis le 30 juin prochain, Sébastien Loeb a essayé sa Peugeot 208 T16 sur le mont Ventoux.

Décembre 2013 : le cycliste britannique Robert Holden a eu l’idée d’exécuter l’ascension du Mont Ventoux en Boris Bike, le Vélib’ londonien.

2014

Première descente du Ventoux en caisse à savon. Août 2014 : restauration du jas de Perrache.

9 au 12 septembre 2014 : tournage sur le Ventoux du film Ventoux, de Nicole van Kilsdonk.

14 octobre 2014 : Louis Bérenguer, de Sète, fait l’ascension du Ventoux en courant à reculons !

2015

Restauration du jas du Tomple et du jas du Compagnon.

14 mai : Betty Kals, cycliste belge, réalise huit ascensions du Mont Ventoux en seulement 24 heures.

16 mai 2015 : Christian Haettich, dans le cadre d’un handisport, monte quatre fois le sommet du Ventoux en 24 heures.

12 juin 2015 : Jérôme Adam et Guillaume Buffet parviennent à se hisser jusqu’au sommet en tandem handisport, Jérôme Adam étant non-voyant. Juillet 2015 : Nicolas Anciaux détient le record de vitesse au semi- marathon Bédoin-sommet du Ventoux avec 1 heure 37 minutes 52 secondes.

Notes

1 Plantevin (J.-B.), « Alibert, diseur-fantaisiste », Les Carnets du Ventoux, 4e trimestre 1998, p. 103.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search