Version classiqueVersion mobile

Révolutionner les cultures politiques

 | 
Nicolas Soulas

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue la version repensée, amendée et actualisée d’une thèse de doctorat intitulée « Pouvoir(s), conflits et recompositions sociopolitiques. L’exemple du couloir rhodanien (17501820) » soutenue à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse le 11 octobre 2017. De l’ouverture du premier carton d’archives à l’achèvement de ce livre, j’ai contracté de nombreuses dettes que je dois aujourd’hui honorer en exprimant ma gratitude à tous ceux qui ont contribué à l’aboutissement de cette recherche.

2En premier lieu, il convient de remercier chaudement Stéphane Durand, sans qui ce travail n’aurait jamais vu le jour. Directeur de thèse qui n’a jamais été directif, il a toujours su être à l’écoute et disponible, même après la soutenance. Je lui suis extrêmement redevable pour ses conseils méthodologiques pertinents qui m’ont véritablement appris ce que « faire de l’histoire » signifie. Je tiens également à remercier les membres du jury, Mmes les professeurs Natalie Petiteau et Valérie Sottocasa, MM. les professeurs Michel Biard et Elie Pélaquier. Avant d’accepter de juger mon travail, ils en ont alimenté la réflexion par leurs ouvrages et ont continué à l’enrichir par leurs conseils lors de la soutenance. Je remercie également les Éditions Universitaires d’Avignon de m’avoir fait confiance en acceptant de publier mes recherches, et plus particulièrement son directeur, Guido Castelnuovo, pour sa grande disponibilité et sa grande patience face à un auteur toujours rétif à supprimer du texte.

3À l’achèvement de ce travail, j’ai une pensée particulière pour Françoise Moreil qui a su me transmettre le virus de l’histoire moderne. Guidant mes premiers pas dans la recherche, elle s’est toujours efforcée de garder un œil sur mon parcours, en dépit de son départ à la retraite. Son indéfectible soutien, sa bienveillance, ses nombreuses relectures et sa grande disponibilité ont été d’une aide inestimable. Ma dette envers elle est immense.

4Que les membres du personnel des fonds d’archives ou des bibliothèques soient également remerciés. Sans leur complaisance, il m’aurait été impossible de dépouiller tant de documents. Les pérégrinations archivistiques ont donné lieu à de belles rencontres et à des échanges intellectuels stimulants. Merci notamment à Alain Maureau, Stephen Clay, Olivier Tort et Michel Vovelle pour leurs conseils avisés. Il serait ingrat d’oublier ceux qui ont accepté la très rébarbative tâche de relecture. Que Natalie Petiteau, Catherine Ginguené et Roland Conti reçoivent toute l’expression de ma gratitude. Merci également à Jacques Mauduy qui a gentiment accepté de réaliser les cartes.

5Enfin, je ne saurais oublier ceux qui, présents depuis le début ou arrivés en cours de route, ont subi les désagréments de la vie quotidienne avec un chercheur. Cet ouvrage n’aurait jamais vu le jour sans le soutien permanent de Lucie. Elle a été ma lumière dans les moments les plus sombres de mes errances intellectuelles, ponctuées de découragements et de profondes remises en cause, acceptant tous les sacrifices pour que ce travail aboutisse. Pour elle, je n’aurais pas pu renoncer et grâce à elle je n’ai jamais cédé à cette facilité. À Louis, Arnaud et Roxane, pour les heures volées. À Paulette, Simone, JeanLouis et Pascal-André, partis sans voir l’aboutissement de ce travail.

6Ce livre leur est dédié.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search