Version classiqueVersion mobile

Un trésor à l'Université d'Avignon

 | 
Françoise Moreil
, 
Catherine Vieillescazes

Mobilier et décor de la pharmacie de l’Hôpital Sainte-Marthe

Marie-Claude Léonelli

Texte intégral

  • 1 À la suite de cet article, et pour en illustrer le propos, le lecteur pourra se plonger au cœur de (...)
  • 2 Pansier, BMA, ms 5699, fol. 251‑252 : délibération du 14 mai 1756, travaux en cours en mars 1757. L (...)
  • 3 Dans les documents de Sainte‑Marthe, elle est nommée « boutique » ; ailleurs en France, on trouve « (...)
  • 4 Le laboratoire est attesté peu après 1756 par l’inventaire de son mobilier. Ibert, Contribution…, o (...)
  • 5 Je n’ai rencontré aucune mention indiquant la fonction du couloir nord. En observant le plan de 179 (...)
  • 6 La porte de communication est murée. Derrière, le local bas de plafond a été subdivisé pour y insta (...)
  • 7 Pansier, BMA, ms 5699, fol 184.
  • 8 En 1806 on dut aménager l’ancienne église des Trinitaires en salles militaires, qui furent entre 18 (...)

1Les archives de l’Hôpital Sainte‑Marthe permettent de dater de 1756 le transfert de sa pharmacie à l’emplacement qu’elle occupe encore aujourd’hui1. Face à l’ampleur de l’ordonnance architecturale du premier, on peut être étonné de la modestie des dimensions et du confinement de la seconde. La comparaison avec l’Hôtel‑Dieu de Carpentras est à cet égard d’autant plus édifiante que les réalisations sont concomitantes : fondateur de l’hôpital en 1750, Mgr d’Inguimbert meurt deux ans avant l’aménagement de l’apothicairerie en 1759, mais certainement avait‑il prévu la place et les dispositions qui lui seraient accordées, l’entier rez‑de‑chaussée d’une aile du bâtiment, comportant une vaste boutique et trois pièces annexes desservies par un même couloir. À Avignon, lorsque les sœurs hospitalières ont pu disposer d’une véritable chapelle, construite entre 1751 et 1755, qui rendait vacant l’espace de leur ancien lieu de culte, mis à leur disposition depuis 1680, on transforma celui‑ci en pharmacie. Le registre des délibérations mentionne deux justifications de cette nouvelle affectation : cette partie du bâtiment est à l’abri des crues du Rhône et se trouve au cœur du fonctionnement de l’Hôpital, car très proche des salles des malades, et accolée au vestibule donc directement accessible aux personnes de l’extérieur venant se fournir en médicaments2. Ajoutons deux autres facteurs favorables. Placée au nord, la salle répondait aux habituelles préconisations visant à garantir une meilleure conservation des médicaments déjà élaborés et des produits permettant leur confection, en évitant une exposition trop ensoleillée. D’autre part le large couloir bordant l’ancienne chapelle en angle droit, sur les côtés nord et ouest, permettait de loger les dépendances indispensables au fonctionnement de toute pharmacie hospitalière3. Réserve et laboratoire occupaient sur deux niveaux l’un de ces espaces, sur le flanc ouest de la pharmacie proprement dite4. Aujourd’hui à l’abandon mais bien conservé, le premier manifeste par la bassesse de sa voûte sa qualité d’entresol ; cette pièce toute en longueur, faiblement éclairée par une unique fenêtre, est encore munie de deux longues rangées de coffres en bois blanc, dont les compartiments abritaient les provisions de végétaux (racines, feuilles, fruits et graines) et produits dérivés (huiles, miels) ; elle communique avec la boutique par un escalier ouvrant près de l’angle sud‑ouest de celle‑ci. Le laboratoire5, dans lequel étaient effectuées les décoctions, sirops et autres préparations nécessitant un fourneau et des instruments encombrants tels que chaudrons et bassines, tamis, mortiers, alambics, ouvrait de plein pied avec la boutique, par la deuxième porte de ce même côté ouest. Rien n’en subsiste actuellement6. Ces avantages − situation au sein de l’établissement, orientation, locaux annexes − expliquent à la fois le choix de cet emplacement et la pérennité de son utilisation. Reste que ces espaces relativement réduits devaient abriter une intense activité, si l’on en croit le nombre de patients accueillis à Sainte‑Marthe : 2 241 personnes, soit 47 727 journées de soin, pour la seule année 17887, chiffres augmentés dans les décennies suivantes par l’afflux de so ldats blessés8. Il est également possible qu’en 1756 les administrateurs de l’Hôpital, en bons gestionnaires soucieux de limiter les dépenses, aient vu un autre avantage dans les dimensions modestes de l’ancienne chapelle : leur permettre de réutiliser, moyennant quelques adaptations, les boiseries commandées en 1730 lors d’une précédente relocalisation de la pharmacie, dans l’aile orientale. Faut‑il pour autant, ainsi que l’ont suggéré ou considéré comme acquis tous les historiens de l’Hôpital, assigner les mêmes dates au mobilier visible actuellement ? Deux éléments, les boiseries elles‑mêmes et le décor peint qui les surmonte sous le plafond, me semblent devoir ramener au début du xixe siècle l’aménagement actuel de la pharmacie.

  • 9 9. J. de Font‑Réaulx, « L’Hôpital Sainte‑Marthe (suite) », Le guide illustré. Avignon, sa foire de (...)
  • 10 Ainsi à l’apothicairerie de la Miséricorde d’Aix‑en‑Provence, les boiseries remplacées vers 1730 le (...)

2Tout entretien des bâtiments et du mobilier avait été suspendu pendant la période révolutionnaire : dès 1790 les délibérations mentionnent les difficultés de fonctionnement, en 1796 les ressources sont épuisées, on manque de nourriture et de médicaments9. Ailleurs aussi de nombreux établissements hospitaliers connaissent les mêmes problèmes et doivent se livrer à des travaux, une fois la tranquillité revenue10.

  • 11 Par exemple P. Guillaume, « Hôpital et médecine dans la première moitié du xixe siècle. L’exemple d (...)
  • 12 AMA, 1S 248, p. 1‑15, Rapport relatif aux lois et règlemens (sic) qui régissent les hospices, 16 ja (...)
  • 13 D. Hibernie, « Histoire de la communauté des religieuses hospitalières de Saint‑Joseph d’Avignon », (...)
  • 14 À Carpentras, les religieuses n’ont regagné l’Hôtel‑Dieu qu’en 1816.
  • 15 AMA, 1S 248 p. 51, faits et argumentaire dans la note récapitulative Budget des hospices en 1825 (B (...)
  • 16 Un petit cahier intitulé Réponses aux questions posées (sur le fonctionnement de l’Hôpital) décrit (...)

3En de nombreux endroits, l’Hôpital reste au début du xixe siècle le lieu d’accueil – et parfois de mise à l’écart – des indigents, sans abri et dénutris. Leur redonner des forces relève plus d’une bonne alimentation que de la médecine11. Cependant à Avignon le soin de ces personnes dans le besoin est dévolu à l’établissement appelé l’Aumône ; l’Hôpital Sainte‑Marthe, parfois désigné sous le nom de « Grand hôpital », est, lui, vraiment dédié aux malades. Les administrateurs sont les mêmes ; les délibérations, les projets et les comptes leur sont présentés conjointement mais bien distincts les uns des autres. Les deux maisons sont régies par des règlements spécifiques. La différence est également marquée par le fait que deux congrégations s’y dévouent : à l’Aumône ce sont les religieuses de Saint‑Charles, à Sainte‑Marthe celles de Saint‑Joseph, que les textes n’appellent jamais que « sœurs hospitalières », présentes depuis 1672. Toutes deux ont en commun la surveillance des salles, la distribution de la nourriture et l’entretien du linge, mais les secondes sont de plus impliquées dans le domaine médical : elles apportent les remèdes au pied du lit et les administrent12. La conception de l’assistance fondée sur la charité, le dévouement envers son prochain, continue à être mise en pratique par les sœurs de Saint‑Charles. Celles de Saint‑Joseph, après avoir subi confiscations, mise sous séquestre de leurs biens, puis expulsion en 1794, sont réinstallées à Sainte‑ Marthe dès la fin de l’année 180213. Ce retour est précoce, car le décret rétablissant les congrégations hospitalières dans le soin des malades et des indigents date du 18 février 180914. Les sœurs vont bénéficier des bonnes dispositions à leur égard des administrateurs et même recevoir une formation en vue d’exercer elles‑mêmes la pharmacie, pratique jusque‑là réservée aux hommes. Au tout début du xixe siècle, officiaient à l’Hôpital d’Avignon deux pharmaciens, un garçon apothicaire et un intendant chargé de surveiller les achats de drogues et la composition des médicaments. Mais « les dames religieuses hospitalières ayant bien voulu céder aux instances réitérées de l’administration et se charger de la pharmacie », les deux postes de pharmaciens internes sont supprimés en septembre 1825. L’intendant et le garçon conservent provisoirement leurs missions, le premier pour « guider par ses avis les dames pharmaciennes dans leurs commencements », le second « pour les aider dans les travaux les plus pénibles » au laboratoire. Les religieuses ne perçoivent pas de gages, mais la communauté recevra une somme forfaitaire annuelle (2 400 francs en 1826), quel que soit le nombre de ses membres. Elles ont sous leur responsabilité neuf infirmiers ou servants qui s’occupent des malades hommes, et dix infirmières ou servantes chargées des femmes. Les patients qu’elles prennent en main se répartissent pour l’année 1825 en 91 hommes, 30 soldats et 105 femmes, totalisant 33 347 journées de soin15. Le conseil n’a qu’à se louer de cette nouvelle organisation et en prend acte dès 182616.

4Ce sont donc ces femmes qu’il faut imaginer s’affairant dans la pharmacie telle qu’elle est parvenue jusqu’à nous.

Les boiseries

  • 17 Voir M. Plouvier, « Le décor intérieur des apothicaireries hospitalières, xviie, xviiie et xixe siè (...)

5La structure des boiseries d’apothicaireries, combinant lambris et meuble à deux corps, couvrant tout autour de la salle la quasi‑totalité de la hauteur des murs et intégrant les portes de communication, est fixée depuis le milieu du xviie siècle. De très nombreux exemples en sont encore conservés sur le territoire français. Le corps inférieur est fermé par des portes pleines ; il abrite les ingrédients d’un emploi prochain, les linges, pansements et autres accessoires. Un peu en retrait, le corps haut est composé d’étagères ouvertes sur lesquelles sont alignés pots et bocaux, qui contiennent les préparations liquides ou molles. Des rangées de tiroirs sont normalement intégrées dans le meuble, soit horizontalement au‑dessus ou au‑dessous de l’appui, soit verticalement en travées scandant les étagères ; leurs tiroirs renferment les matières sèches, en morceaux ou en poudres. Dans un petit placard, que certains textes dénomment « cabinet de chimie » ou « armoire aux poisons », sont mis sous clef les produits rares ou dangereux. Ce revêtement de bois, intégral lorsque plancher et plafond le complètent, est censé constituer un isolant naturel et garantir les meilleures conditions de conservation17.

  • 18 Sa forme cintrée et ses petits bois laissent penser qu’elle a été exhaussée au xviiie siècle, peut‑ (...)
  • 19 Ce fut le cas en 1760 quand l’architecte Bondon dessina les armoires de la salle des archives de l’ (...)

6Ce schéma général est globalement respecté à Sainte‑Marthe. Le plafond, composé de petites solives très rapprochées les unes des autres, est celui de la construction de l’Hôpital de la fin du xviie siècle. Au sol, des lattes de bois neuves ont remplacé celles d’origine. Les boiseries couvrent les quatre parois, ne s’interrompant que pour laisser place à quatre portes de communication et une grande fenêtre18. La parfaite symétrie imposée par les emplacements de ces ouvertures est renforcée par l’ordonnancement de la menuiserie. Selon l’usage il est probable que ce n’est pas l’artisan du bois qui en est responsable, mais plutôt qu’un architecte en a donné le dessin19. Sur les deux longs côtés, les portes pleines des meubles bas occupent la hauteur d’appui ; celui‑ci est marqué par la mince tablette ménagée par le recul de la partie haute. Au‑dessus sont superposées deux rangées de tiroirs, puis deux étagères ouvertes présentant des pots de porcelaine, et encore deux autres rangées de tiroirs. Cette disposition se retrouve sur le petit côté nord de la pièce, en retours continus jusqu’aux ébrasements de la haute fenêtre centrale.

  • 20 Dans la plupart des apothicaireries ayant conservé intégralement leurs boiseries, l’espace au‑dessu (...)

7La corniche qui surmonte le tout épouse le rythme des boiseries, par sa mouluration, et renforce leur mouvement, dans la mesure où elle s’incurve selon les différences de profondeur des travées. En effet, les meubles à deux corps sont en forte saillie par rapport aux portes de communication, naturellement ouvertes au droit du mur ; les angles formés sont adoucis par une sorte de pilastre concave, marqué en son milieu par un médaillon circulaire. Par ailleurs la différence de hauteur entre les portes et les meubles est comblée par des tableaux carrés surmontés d’un fronton triangulaire20 ; les premiers sont peints de scènes historiées, les seconds laissés nus.

  • 21 Ces portes ferment à clef, alors que toutes celles des corps bas sont munies de targettes.

8Contre la paroi sud, la boiserie haute ne comporte ni tiroirs ni étagères, mais trois armoires aux portes vitrées21 abritant fioles, petits bocaux et piluliers. Celle du milieu étant plus haute et plus profonde, des pilastres concaves assurent la liaison avec celles qui la cantonnent, et ces dernières, plus basses, sont surmontées d’un compartiment carré. Ainsi retrouve‑t‑on ici, comme sur les deux longs côtés, la continuité et le mouvement de la corniche, une travée centrale en saillie, le rattrapage des hauteurs par des formes géométriques identiques et disposées symétriquement. Mais les carrés sont creusés en niche pour présenter les deux grands « pots de monstre » traditionnels.

9Le travail de menuiserie est soigné ; l’absence de déformations montre la justesse de la coupe et la solidité des assemblages. Sobre mais bien présente, la ligne droite des moulures souligne finement les articulations des divers éléments des boiseries. Le bois ciré, du noyer dirait‑on, est laissé nu, à deux détails près : l’appui entre corps bas et hauts est peint en noir, et chaque tiroir porte en lettres dorées le nom de son contenu. Le but est utilitaire : nettoyer plus facilement les tablettes des traces des objets qu’on y pose, identifier et localiser les produits.

  • 22 À titre de comparaison, la pharmacie de l’Hôtel‑Dieu de Carpentras compte 180 tiroirs, et ses étagè (...)
  • 23 Une même évolution s’observe ailleurs, ainsi à la pharmacie de Châtillon‑sur‑Chalaronne (Ain), cons (...)

10Parmi les contenants à disposition des utilisateurs, les tiroirs occupent plus d’espace que les cases des pots (quatre rangées au lieu de deux) et sont plus nombreux, même en tenant compte de leur plus grande largeur (deux tiroirs correspondent à trois cases). On compte ainsi 96 tiroirs et 72 casiers ouverts22. En ce qui concerne la double enfilade de ces derniers, on doit remarquer l’absence des colonnettes tournées ou torses soutenant les arcatures, qui ailleurs enjolivent les simples planches et mettent en valeur les faïences en les encadrant une à une : très fréquemment présentes dans les pharmacies hospitalières du xviiie siècle, dans la France entière comme dans la région (Tarascon), elles sont abandonnées au début du siècle suivant. Les boiseries de Sainte‑Marthe en conservent néanmoins le souvenir, grâce au cintre des fausses niches23. Chacune d’entre elles est bien individualisée par une moulure, de petites impostes soutenant un arc également mouluré, tandis que ses écoinçons, sculptés en pointe de diamant à trois pentes, prouvent le souci du détail et la qualité de l’exécution.

  • 24 ADV, 3E 12/1176, fol. 338v‑340v, prix‑fait passé par les recteurs le 29 avril 1760, quittance final (...)
  • 25 Est également manifeste l’évolution, d’un ensemble à l’autre, de la quincaillerie des portes (fiche (...)

11On peut se livrer à une comparaison entre ces boiseries et celles de la pièce dénommée naguère bibliothèque, aujourd’hui annexe de la salle des thèses, et désignée dans les documents des xviiie et xixe siècles comme la salle des archives de l’Hôpital. C’est pour abriter ces registres que furent commandées en 1760 au maître menuisier François Imbert les grandes armoires aux portes grillagées24 qui se trouvent encore sur trois côtés de la pièce. Les moulures chantournées de leurs portes basses et de leurs corniches et leur fort relief, caractéristiques du xviiie siècle, ont cédé la place, au sein de la pharmacie, à une mouluration simple et droite, plus plate. Le motif circulaire placé à mi‑hauteur des pilastres évidés des armoires des archives s’observe aussi sur les éléments de liaison concaves de la pharmacie, mais la parenté s’arrête là : une rosace est sculptée à l’intérieur du cercle sur les premiers, mais il est plein et nu sur les seconds. Ce double processus de simplification incite à placer l’exécution des boiseries de la pharmacie après la période révolutionnaire, lors de la réorganisation de la vie de Sainte‑ Marthe25.

Le mobilier

  • 26 Nombreuses notations dans Regards sur le patrimoine hospitalier, Actes du colloque de l’Association (...)

12Le mobilier encore présent respecte lui aussi les canons imposés par les usages en vigueur dans toutes les apothicaireries d’hôpitaux26.

  • 27 AMA, 1S 556, p. 1 et 14, mentionnée dans les inventaires du laboratoire en 1756, 1910, 1949.

13La table à dessus de porphyre, roche très dure sur laquelle on peut se livrer à toutes sortes de broyages, hachis et mélanges, peut remonter au xviie siècle d’après son piètement. Les difficultés à se procurer du porphyre font que son plateau a continué à être utilisé bien que fendu. En même matériau, la « molette » servant grâce à son poids et à sa bonne prise en main à écraser les minéraux en poudre très fine est parvenue jusqu’à nous. À l’origine, cette table devait se trouver dans le laboratoire plutôt que dans la boutique27.

  • 28 Sa forme ovale est en vogue au xviiie siècle. Ce blason n’a pas été identifié ; le motif d’un puits (...)
  • 29 Ces objets sont parfois passés, par legs ou achat, d’une officine privée à une pharmacie hospitaliè (...)

14Il en est de même – ancienneté et emplacement primitif – pour les mortiers. Trois d’entre eux se remarquent par leur très grande taille et par la conservation de leur piédestal, qui assurait leur stabilité et les mettait à hauteur de la personne qui maniait le pilon. Deux sont en marbre blanc, l’un porte en relief un blason entouré de cuirs28. Le troisième est en bronze, comme les quatre petits mortiers de table subsistants. Sans décor, le grand est impossible à dater, sa forme évasée ayant été en vigueur pendant plusieurs siècles29 ; les petits présentent les contreforts de préhension, en forme de cariatides ou de balustres, qui font assigner à ces objets une fonte antérieure à la fin de l’Ancien Régime.

  • 30 Indication présente dans les inventaires du mobilier de l’hôpital dressés au xxe siècle et portée p (...)
  • 31 L’échange des emplacements a pu se faire après le classement Monument Historique en 1910, dans le s (...)
  • 32 Achats mentionnés par Ibert, Contribution…, op. cit., p. 718.
  • 33 Ibid. On peut noter que cet achat est fait auprès du fabriquant de faïences de Montpellier Jacques (...)

15Les deux pots de montre à décor bleu de grand feu sont considérés comme des faïences de Moustiers30 du xviiie siècle. Leurs motifs décoratifs diffèrent légèrement, mais ils ont manifestement été exécutés ensemble. Les noms portés en grosses lettres sur les panses, THERIACA et C. HIACINTAE, sont ceux de remèdes universels, préparés à l’avance car largement utilisés et ce, pendant plusieurs siècles. Sans doute encore prescrits à l’époque des boiseries, il faut les imaginer répartis dans d’autres contenants, car l’emplacement actuel de ces énormes vases est trop haut et leur poids trop lourd pour un usage quotidien ; ou alors supposer que ces pots étaient bel et bien utilisés, posés sur le comptoir, et remplacés dans les niches des boiseries de la paroi sud par les deux faux pots à thériaque en bois peint encore conservés dans la pharmacie31. Les « deux grandes urnes de faillance » mentionnées dans un inventaire du xviiie siècle et les urnes en bois tourné achetées vers 1731‑1732 au peintre en porcelaine Bosse32 doivent‑elles être confondues avec les vases subsistants ? Aucune des 36 chevrettes achetées en 1731 auprès d’un marchand de Montpellier n’a été conservée33 et, des 36 pots à canon, seuls deux petits vases, visibles aujourd’hui dans l’armoire vitrée gauche, peuvent prétendre constituer quelque vestige.

  • 34 Ce sont ceux, à Avignon comme ailleurs, qui ont toujours attiré l’attention des érudits, et en prem (...)

16Ainsi, à Avignon comme dans les autres établissements dont le patrimoine nous est connu, a‑t‑on conservé du vieux fonds de l’Hôpital des xviie et xviiie siècles, d’une part les éléments de prestige identitaire que sont les pots de montre, d’autre part les objets qui grâce à la solidité de leurs matériaux (porphyre, marbre, bronze) pouvaient passer de génération en génération bien qu’utilisés quotidiennement34.

17Cependant, de nouveaux achats sont venus au début du xixe siècle accompagner la réfection complète des boiseries.

  • 35 Les entrées de serrure en laiton des tiroirs, en forme d’écu à double échancrure en partie haute, c (...)

18Sans doute à peu près contemporain mais d’une autre essence de bois, le comptoir possède une façade pleine, scandée par quatre pilastres cannelés ; il s’ouvre à l’arrière, sur un même rythme tripartite, par des portes surmontées d’un rang de trois tiroirs35. Il est probable qu’à l’origine il était placé parallèlement au mur des armoires vitrées, empêchant ainsi l’accès du public à leur contenu et permettant de cacher leurs clefs dans l’un de ses tiroirs.

  • 36 Cette commande eut lieu « sans doute au moment de la réinstallation des sœurs dans l’Hôpital qu’ell (...)

19Les sept dizaines de pots couverts illuminant de leur blancheur les boiseries sont en porcelaine ; ce matériau, plus solide et plus sain que la faïence, remplace progressivement celle‑ci dans les pharmacies au cours des premières décennies du xixe siècle. D’un modèle courant, cylindrique et droit, ces pots ne portent ici que le nom du produit contenu, écrit sur deux lignes dans un cadre ovale dessiné d’un simple trait, sans aucune fioriture. Tous les mêmes, ils ont certainement fait l’objet d’une commande unique. De même, à l’Hôpital de l’Isle‑sur‑ la‑Sorgue, une série de pots de porcelaine blanche est achetée au début du siècle36 ; ceux qui subsistent sont d’un modèle très proche de celui d’Avignon. À Sainte‑Marthe, la série est conservée, couvercles compris, dans sa quasi intégralité : une seule case est aujourd’hui vide.

Le décor

  • 37 Expression employée dans un inventaire de 1806 à propos de douze vases placés au‑dessus des boiseri (...)

20En dehors des pots de montre, qui jouent un double rôle (être réellement utilisés, mais aussi « faire ornement37 »), nous n’avons jusqu’ici fait allusion qu’au fonctionnel, aux meubles et objets d’usage. La pharmacie de Sainte‑Marthe, dans son état actuel, ne fait pas l’économie d’autres aspects qui, quoique dépourvus d’utilité pratique, ont une réelle signification.

  • 38 Elle n’est pourtant mentionnée dans aucune des publications relatives à l’Hôpital d’Avignon. Ces pe (...)
  • 39 Nombreux exemples dans les planches des Albums Maciet à la bibliothèque du musée des Arts Décoratif (...)

21L’élément le plus moderne qui frappe le regard lorsque l’on pénètre dans la salle est la frise peinte en camaïeu de gris sur fond jaune, au haut des murs38. Cet emplacement, occupant le peu d’espace libre entre la corniche des boiseries et la poutraison, perpétue une tradition que de nombreux témoins attestent dans Avignon, depuis les constructions du xive siècle jusqu’aux aménagements du xxe. Une courte ombre portée souligne chaque motif pour lui donner du relief : on peut se demander si l’objectif n’était pas de peindre un trompe‑ l’œil de gypseries, reprenant là aussi, à moindres frais, une vieille habitude du Midi. Le vocabulaire décoratif de cette frise (guirlandes végétales, flots de rubans, vases, palmettes et patères antiquisantes), déjà à la mode sous Louis XVI, repris à son compte par le style Empire, est encore employé sous Louis XVIII et Charles X39. La grammaire qui régit ces motifs se caractérise, sur trois des côtés, par une alternance régulière et symétrique d’éléments courbes – les festons feuillagés – et verticaux – les vases –, tandis que des cartouches rectangulaires à angles abattus ou groupes d’instruments médicaux, disposés horizontalement, occupent le creux des guirlandes. Les espaces triangulaires ménagés entre les vases et la courbe des guirlandes sont remplis par des enroulements de rinceaux, caractérisés par la minceur de leur tige et le peu d’envergure de leur feuillage. Ces petits rinceaux assurent la continuité de la frise dans les angles de la pièce et en retour sur le quatrième côté, au nord où la fenêtre et deux compartiments en creux interrompent la frise, ainsi limitée à deux panneaux ; pour les garnir le peintre a su habilement combiner les différents motifs déjà utilisés, en une composition circulaire.

  • 40 Sur ces objets en étain, voir le catalogue de l’exposition Médecine ou miséricorde ? Des outils pou (...)
  • 41 Ne pas confondre avec le caducée, muni de deux serpents et de deux petites ailes, qui est l’attribu (...)
  • 42 Aucun achat d’escargots ne figure dans les comptes du xixe siècle que j’ai consultés. En revanche, (...)

22Les grands vases antiquisants sont placés à l’aplomb des grosses poutres, contribuant ainsi à la division de la pièce en travées. Le caractère très grêle de leurs anses leur confère un rôle ornemental, sans autre lien avec la fonction de la pièce que leur forme d’amphore à piédouche qui les apparente à des récipients à thériaque, et les serpents qui forment les anses de deux d’entre eux. Plus explicites, les quatre trophées médicaux réunissent des branches de feuilles et fruits sans doute employés dans la pharmacopée et des objets certainement utilisés dans les apothicaireries de l’époque. La peinture en grisaille renforce leur réalisme, par analogie avec l’étain, matériau très couramment employé dans les hôpitaux pour la vaisselle et les instruments de soin40. On peut y voir un pot (à bouillon ?) surmonté en guise de couvercle d’une louche, une cloche demi‑sphérique, une coupe, une bouillotte en forme de gourde, ce qui est peut‑être un moule à préparations à base de cire, et – plus énigmatique – un disque plat timbré d’un œil duquel partent des rayons couvrant toute la surface. Ne comportant que le tracé d’un sourcil et des deux paupières, cet œil est aveugle. Deux des trophées incluent une baguette autour de laquelle sinue un serpent qui lève ou allonge la tête : il s’agit du bâton d’Esculape, emblème de la médecine41 ; à côté de l’un se trouve un crâne humain, de l’autre un livre ouvert. N’est sans doute pas dû au hasard le fait que ces sujets soient peints sur la paroi sud, au‑dessus des armoires à poisons : pour manier ces produits dangereux mieux vaut suivre une recette consignée par écrit, sinon il y a risque de provoquer la mort. Le règne animal est également présent ailleurs dans la frise grâce à trois escargots alignés sur un bâton ; les gastéropodes étaient très utilisés dans la confection de certains remèdes42.

  • 43 Sydenham a reformulé le laudanum, à base d’opium, et le nom d’Haller est porté par un élixir compos (...)

23Ces représentations, mêlant vie quotidienne et allégories, sont renforcées par les noms inscrits sur les cartouches alternant avec elles sur les deux longs côtés de la salle. Ce sont ceux, cités ici par ordre chronologique mais disposés dans la pièce de manière aléatoire et réduits au seul patronyme, de l’anglais Thomas Sydenham (1624‑1689), de l’italien Jean‑ Baptiste Morgagni (1682‑1771), du suisse Albrecht von Haller (1708‑1777) et du français Xavier Bichat (1771‑1802). Ce sont quatre des plus grands représentants européens de la science anatomique, branche alors essentielle de la médecine qui, s’appuyant sur la dissection, fait appel à la chirurgie et développe la physiologie ; dans l’enseignement de cette discipline, l’anatomie n’a été concurrencée par la chimie que peu à peu au cours du xixe siècle. Il s’agit bien pour les concepteurs de ce décor d’honorer la médecine, plus que la pharmacie, même si deux de ces médecins ont mis au point un médicament43.

  • 44 AMA, 1S 556, p. 1 et 14, leur identification est confirmée par les inventaires de la pharmacie dres (...)
  • 45 Usage attesté en 1947 : les deux bustes sont placés au‑dessus de la travée centrale du mur est, can (...)
  • 46 Ces deux ouvertures pourraient coïncider avec le document du 15 mai 1778 copié par Pansier : « Pour (...)

24La science médicale est également à l’honneur grâce à deux bustes de praticiens antiques, les grecs Hippocrate et Galien44. Ils sont en plâtre, peint de manière à leur donner l’apparence du bronze : comme pour les pots de montre en bois et les peintures imitant les gypseries, des matériaux pauvres et peu coûteux sont convoqués pour des éléments qui, placés en hauteur, ne sont pas visibles de près. On peut en effet faire l’hypothèse que ces bustes étaient posés sur le dessus des boiseries45 de la paroi ouest, devant les compartiments carrés entourant la fenêtre, en parfaite symétrie avec la paroi sud et ses niches des grands pots. Peut‑être même est‑ce la présence de ces petites baies aménagées en partie haute du mur46, qu’elles aient été bouchées avant, pendant ou après la période révolutionnaire, qui a inspiré le dessin du compartimentage des boiseries au‑dessus des quatre portes de communication et des deux portes d’armoires.

  • 47 Quelques objets peints sur la frise font également partie des symboles repris à son compte par la f (...)
  • 48 Quatre sentences pieuses avaient été peintes dans la pharmacie de 1730. On trouve trace d’inscripti (...)

25Après ces observations, on peut supposer que le concepteur de ce décor est un médecin de l’Hôpital plutôt que le responsable de la pharmacie ou, s’il s’agit bien de celui‑ci, qu’il entendait affirmer les aspects les plus scientifiques et actuels de l’art de soigner. Ce personnage était‑il franc‑maçon ? C’est l’œil rayonnant, symbole officiel depuis 1776 de ce courant de pensée à l’époque très présent dans Avignon, qui incite à se poser la question47. De même, la sélection de quatre savants de nationalités différentes reflète un certain désir d’universalisme. Il faut en tout cas remarquer qu’aucun signe d’obédience chrétienne n’apparaît dans la frise ; les sentences pieuses ou invocations à la miséricorde divine, habituelles en ces lieux aux siècles précédents48, sont remplacées par un hommage à des hommes de science.

  • 49 Aujourd’hui peu visibles, sales et opacifiées par un vernis oxydé, elles se distinguent beaucoup mi (...)
  • 50 Madrid, Musée du Prado.
  • 51 Une étude d’ensemble des thèmes iconographiques choisis par et pour les hôpitaux n’a, à ma connaiss (...)
  • 52 Pour la région Bourgogne, tableaux des Hôtels‑Dieu de Beaune (Côte‑d’Or), Chagny, Chalon et Mâcon ( (...)

26Toute référence à la foi et aux fondements chrétiens de l’assistance n’a pourtant pas disparu du décor figuré de la pharmacie. En effet ce sont des thèmes bibliques que présentent les quatre peintures en dessus de porte49, que leur technique en camaïeu de bruns et forts accents blancs intègre si parfaitement dans les boiseries qu’il est permis de se demander si elles aussi ne visaient pas à l’imitation – ici de reliefs sculptés. La première, surmontant la porte d’accès à l’escalier de la réserve, est issue du Livre de la Genèse (3, 1‑6) : Adam et Ève, séparés par un arbre autour duquel s’enroule un gros serpent au corps annelé et riveté, échangent le fruit défendu. Très construite, la composition reprend les positions respectives – Ève debout, Adam assis sur un rocher auquel il s’accoude de son bras droit – du tableau du Titien50, datant des environs de 1550 mais diffusé par de nombreuses copies ; elle s’en distingue par le rôle plus actif donné au couple, alors que le serpent n’est que témoin : Ève tient la branche de l’arbre de son bras gauche levé, et tend la pomme qu’Adam saisit. La représentation du péché originel n’est pas incongrue dans un établissement de soin51, puisque cet épisode fondateur est considéré comme la source des maux accablant l’humanité. La porte voisine, qui menait au laboratoire, est surmontée de la parabole du Bon Samaritain, empruntée à l’Évangile de Luc (10, 30‑37). Le peintre a couché le blessé sur le dos, tête renversée au premier plan, nu et comme vu de dessus, en raccourci ; le voyageur secourable, enturbanné, s’est agenouillé près de lui, tandis que de l’autre côté un homme retient un cheval rétif. Cette célébration d’un acte de pure charité avait toute sa place dans un hôpital ; de fait elle y a souvent été représentée, peinte sur un tableau de la chapelle ou d’une salle des malades, ou sculptée au fronton d’une façade, tout au long des xviie, xviiie et xixe siècles52. Ici l’accent est vraiment mis sur le soin : la blessure en pleine poitrine est bien visible, et le Samaritain verse dessus le contenu d’une fiole. Notons aussi que de nombreux exégètes et Pères de l’Église ont vu dans les deux protagonistes de cette scène Adam blessé par sa chute et le Christ rédempteur : ainsi ce tableau répondait au précédent, l’achevait en quelque sorte, et il était significatif de les placer sur un même mur.

  • 53 Je n’ai pu identifier le modèle gravé qui a vraisemblablement inspiré le peintre. Dans les quelques (...)
  • 54 Document transcrit par P. Pansier. Cet achat est conclu le 6 juillet, mais les étapes du processus (...)

27Au‑dessus de la porte d’en face, sur le bord d’un quai en pierres de taille près duquel stationne un bateau aux voiles affalées, un homme barbu accroupi près d’un feu de bois est agressé par un serpent ; les témoins en présence portent une coiffure antiquisante de fantaisie. Narré dans les Actes des Apôtres (28, 1‑6), cet épisode se place au cours du trajet emmenant saint Paul à Rome pour y être jugé. Après une tempête ayant jeté leur navire sur une des îles de Malte, Paul et ses compagnons sont accueillis par les habitants qui préparent un feu pour réchauffer les naufragés : voici à nouveau, comme sur la scène en vis‑à‑vis, un geste concret de solidarité envers un étranger dans le besoin. Cependant, du bois mort sort une vipère qui mord la main de l’apôtre ; au grand étonnement de l’assistance celui‑ci n’en subit aucun désagrément53. Le caractère ambivalent du venin, à la fois poison et remède, est ainsi illustré. Les serpents entraient dans la composition de la thériaque ; les comptes de Sainte‑Marthe révèlent que pour confectionner celle de l’année 1700, douze douzaines de vipères « bien conditionnées » ont été acquises d’un marchand droguiste de Grenoble54. Au plan spirituel, l’expérience de saint Paul invite, par le caractère involontaire de son séjour à Malte, à accepter avec confiance les desseins de la Providence, et par sa résistance à la morsure à cultiver l’espérance du Salut. Ceux qui avaient lu la Bible se souvenaient qu’au cours des trois jours passés à Malte Paul avait opéré de nombreuses guérisons.

28Enfin, au‑dessus de l’entrée actuelle, côté est, un roi coiffé d’une couronne aux pointes acérées semble converser avec un ange, dans un grand jardin fleuri et arboré, limité par une balustrade mais communiquant avec un niveau plus bas, barré à l’arrière‑plan par un mur percé de deux arcs. On ne peut éviter de penser aux jardins suspendus de Babylone, que le roi Nabuchodonosor II fit construire pour complaire à son épouse. Parmi les descriptions émerveillées faites par les auteurs antiques, c’est le texte de Strabon (Géographie, XVI‑1) que semble avoir respecté le tableau de Sainte‑Marthe : il mentionne les terrasses étagées, les arcades supportant les amenées d’eau, qu’évoque le centre de l’image, et cette précision, « on arrive à la terrasse supérieure par les degrés d’un immense escalier » : le départ de la volée de marches et les premiers balustres de la rampe en sont bien visibles ici. C’est précisément ce plus haut palier que montre la composition du tableau, en inversant le point de vue des rares représentations connues des jardins suspendus : celles‑ci croquent frontalement l’étagement des terrasses en une sorte de pyramide à degrés s’élevant à partir du sol, alors qu’à Avignon le premier plan est constitué par le niveau supérieur, les autres s’apercevant ou se devinant à l’arrière et en contrebas.

29Cette mise en scène, à la fois inventive et rigoureuse, est‑elle due au peintre du début du xixe siècle ? Comme pour les trois autres dessus de porte, cela paraît peu probable ; celui‑ci a plutôt eu recours à un recueil de gravures du début du xviiie pour s’en inspirer. La manière dont le personnage de Nabuchodonosor tient sa canne, non à la verticale mais de biais, car éloignée de lui par son bras tendu, ainsi que sa main posée sur sa hanche semblent empruntées aux portraits en pied de Louis XIV, et les lambrequins de son vêtement évoquent les costumes d’opéra et les décors à la Bérain.

  • 55 Il semble possible de distinguer au premier plan, de gauche à droite : une ombellifère, un figuier (...)
  • 56 Lorsqu’il chasse Adam du Paradis, Dieu s’adresse à lui presque dans les mêmes termes : « Le sol te (...)

30Le choix du sujet peut se justifier, au premier abord, par l’importance de la botanique, considérée comme une composante de la culture de tout honnête homme mais aussi comme une branche essentielle de la science médicale55 ; la plus grande partie des remèdes et ingrédients conservés dans la pharmacie était d’origine végétale. Ce sujet acquiert un sens supplémentaire par son emplacement dans la pièce : en vis‑à‑ vis, sur la paroi ouest, se trouve le jardin d’Éden dans lequel vivaient Adam et Ève. Le parallèle s’imposait naturellement, car jusqu’aux fouilles archéologiques qui battirent en brèche le mythe des jardins suspendus de Babylone, l’imaginaire européen a vu en eux, à cause de leur beauté et du caractère luxuriant de leur végétation, une image du Paradis. S’ajoute une troisième lecture, grâce à un détail de la scène peinte montrant qu’elle illustre un moment précis, celui de la survenue de la folie de Nabuchodonosor racontée dans le Livre de Daniel (4, 25‑30) : il se promenait sur la terrasse supérieure en contemplant avec orgueil la ville qu’il avait construite, « quand une voix tomba du ciel », lui annonçant sa déchéance. Sur la peinture, l’ange émergeant d’un nuage incarne la voix, et le geste de son bras et de son index tendu désignant une touffe d’herbe correspond à l’injonction divine : « D’herbe, comme les bœufs, tu te nourriras56 ». « Et aussitôt la parole s’accomplit : il fut chassé d’entre les hommes » ; non seulement il perdit son trône, mais il revêtit une forme d’animalité : « comme les bœufs, il mangea de l’herbe », « ses cheveux poussèrent comme des plumes d’aigle et ses ongles comme des griffes d’oiseau ». L’Hôpital Sainte‑Marthe n’accueillant pas les aliénés, il faut se tourner vers la signification pénitentielle de cet épisode. La folie de Nabuchodonosor dura sept ans, jusqu’à ce qu’il accepte de glorifier Dieu et de le reconnaître comme seul arbitre du sort des humains. Un nouveau point commun avec la chute d’Adam et Ève se dessine : Dieu punit ceux qui par orgueil ont péché contre lui. Mais l’histoire de Nabuchodonosor montre, comme celle de saint Paul, que la maladie n’est pas incurable, ajoutant l’idée que la guérison ne sera obtenue que par le pardon divin.

31La subtilité des correspondances et jeux de miroir entre ces quatre scènes fait à nouveau deviner l’intervention d’un « troisième homme » aux côtés des recteurs de l’Hôpital, qui sont les commanditaires et au moins en partie les payeurs, et du peintre, qui exécute la commande : pour la frise murale c’était un professionnel de la médecine, pour les dessus de porte ce peut être l’aumônier de l’établissement ou le conseiller spirituel de l’un de ses principaux bienfaiteurs.

  • 57 Au conseil du 16 janvier 1826 le Président du tribunal commence son rapport sans ambages : « Nous n (...)
  • 58 Ibid., p. 39.
  • 59 Sur la compatibilité entre congrégations hospitalières et médecine progressiste au xixe siècle, O. (...)

32Une différence d’optique semble émaner des deux programmes iconographiques juxtaposés, celui des dessus de porte et celui de la frise murale. Faut‑il en déduire une opposition entre deux conceptions différentes du soin, voire une modification de la relation au patient ? L’objectif déclaré est toujours le service des pauvres, et la pharmacopée traditionnelle reste immuable. Mais celle‑ci a été, à partir de 1825, fabriquée par des religieuses. Formées à cet effet, elles restent placées, comme l’étaient auparavant leurs homologues masculins, sous l’étroit contrôle des médecins et chirurgiens, qui visitent les malades et dictent les traitements. Tous les règlements généraux le spécifient et le prévoient dans le détail et la frise peinte le justifie en suggérant l’importance du diagnostic, affiné par des connaissances renouvelées et reconnues internationalement. L’emplacement même de ce décor affirme la supériorité intellectuelle du prescripteur, basée sur l’observation, l’expérimentation et la raison, par rapport aux exécutantes de l’ordonnance qui, elles, peuvent s’en tenir à la perspective chrétienne de la charité et du salut illustrée par les dessus de portes. Si leçon il y a, elle paraît s’adresser, plutôt qu’aux religieuses, aux administrateurs de l’Hôpital. En plusieurs occasions se laissent deviner des frictions entre corps médical et Conseil : conflits récurrents autour des nominations de pharmaciens, instauration en 1810 d’un cours de médecine qui dut être conforté de différentes façons, freins divers57. Semble au contraire faire consensus la passation de 1825 : revendiquée par le Conseil comme répondant aux « vües paternelles de la Commission administrative58 », elle est aussi pour les médecins et chirurgiens un moyen d’accroître une autorité et un prestige que la modestie et l’absence d’ambition des sœurs hospitalières ne leur ont pas contesté59.

  • 60 Ainsi à l’apothicairerie de Saint‑Amour (Jura) au‑dessus des portes principales, peintures murales (...)
  • 61 Par exemple, dans le domaine de l’orfèvrerie, dans les créations de Jean‑Baptiste Odiot : A. Gay‑Ma (...)

33Ce contexte permet de supposer que la frise peinte a été réalisée peu après cette nouvelle organisation de la pharmacie. Elle est de toute façon postérieure à 1802, date de la mort de Bichat, mis sur le même plan que les trois autres savants, tous décédés. Le fait de représenter des instruments médicaux groupés en une sorte de nature morte se trouve dans le décor peint de quelques autres apothicaireries de la fin du premier quart du xixe siècle60. Quelques détails précis des feuillages peints, comme le côté systématique des petites feuilles identiques et très serrées des festons, ou de certains vases, aux feuilles d’eau dressées autour de leur fond, se remarquent sur divers supports entre 1810 et 183061, ainsi que sur les planches des recueils gravés au cours de cette période.

34Pour leur part les dessus de porte ont été peints quand les ateliers utilisaient encore comme modèles des gravures diffusant des compositions d’Ancien Régime. Est‑ce à dire que leur réalisation, et donc celle des boiseries, est antérieure à la frise ? Il serait alors tentant de la placer peu après la réorganisation administrative de l’Hôpital en l’an V.

  • 62 Elles ont été vues au‑dessus des boiseries par des électriciens. Je dois ce renseignement à M. Jean (...)
  • 63 AMA, 1S 247, p. 103‑104, registre des Délibérations du Conseil de Charité de 1826 à 1838.

35Des traces d’un premier décor peint subsistent sous la couche actuelle62. Cette observation peut s’interpréter de deux manières : soit il s’agit d’un vestige du décor de la chapelle des sœurs réalisé entre 1680 et 1756, soit c’est bien le signe d’un premier état du début du xixe siècle. Cependant, un « devis des ouvrages en maçonnerie et de simple entretien, à exécuter à l’Hôtel‑Dieu de cette ville d’Avignon pendant l’année », annexé à la délibération du Conseil du 25 mai 1827, détaille les surfaces concernées par un « blanchissage au lait de chaux à deux couches » dans la pharmacie, le « cabinet à côté » et « une chambre au‑dessus » : est indiquée la « hauteur moyenne compris le plafond63 ». On connaît bien ces badigeons de chaux, destinés tout à la fois à faire la propreté des locaux, à les désinfecter et prévenir le retour de certains insectes et à permettre un meilleur éclairage. Ici, il pourrait signifier des travaux d’entretien du laboratoire et de la réserve et précéder l’aménagement complet de la boutique. Dans l’attente de la remise au jour d’autres documents d’archives plus complets, on peut s’arrêter à l’hypothèse d’une réalisation simultanée des boiseries et des peintures murales de la pharmacie, vers 1828.

  • 64 Par exemple dans l’œuvre de Voltaire, sa tragédie Sémiramis et ses romans Zadig et La Princesse de (...)
  • 65 Voir le catalogue de l’exposition Babylone (Paris, musée du Louvre, 14 mars‑2 juin 2008), Paris, Mu (...)
  • 66 Un exemplaire de cet ouvrage se trouve à la BMA cote Fol. 7.556 mais, acquis dans la seconde moitié (...)

36Ces deux ensembles témoignent de la qualité intellectuelle du milieu avignonnais dans lequel se recrutent administrateurs et praticiens : écho de l’émotion soulevée par la mort prématurée de Xavier Bichat et conscience de son apport scientifique, d’un côté ; attrait pour l’Antiquité et pour l’Orient lointain, de l’autre. Les grands vases rythmant la frise peinte sont à l’époque qualifiés d’étrusques. L’orientalisme, présent en France tout au long du xviiie siècle et notamment focalisé sur Babylone64, culmine dans la première moitié du xixe siècle en une véritable « assyriomanie65 » : la petite peinture de Nabuchodonosor montre que l’élite avignonnaise n’y échappe pas. Peut‑être y était‑elle prédisposée par son propre passé. Rappelons en effet que la première tentative pour approcher la ville historique, par‑delà l’imaginaire mythique babylonien, est due au jésuite Athanase Kircher dans son ouvrage Turris Babel paru à Amsterdam en 1679. Le Père Kircher avait vécu à Avignon, bien antérieurement certes, mais son ouvrage pouvait se trouver dans la bibliothèque des Jésuites de la ville66. Que la pharmacie de Sainte‑Marthe suggère ainsi un double phénomène d’enracinement et d’actualisation de la culture locale n’est pas le moindre de ses intérêts.

Notes

1 À la suite de cet article, et pour en illustrer le propos, le lecteur pourra se plonger au cœur de l’ancienne pharmacie au travers d’un port‑folio de photographies. Abréviations utilisées : ADV = Archives départementales du Vaucluse ; AMA = Archives municipales d’Avignon ; BMA = Bibliothèque municipale d’Avignon ; ms = manuscrit. Pour l’essentiel, et notamment pour les documents originaux des xviie et xviiie siècles, la bibliographie générale sur l’Hôpital Sainte‑Marthe est tributaire des recherches du docteur P. Pansier, Histoire de l’hôpital SainteMarthe d’Avignon (13541789), manuscrit préparé pour la publication en 1934 mais resté inédit (BMA, ms 5699) et de l’ouvrage du docteur M. Ibert, Contribution à l’étude historique de l’hôpital SainteMarthe d’Avignon (16701740), thèse (dir. G. Serratrice), Université de Marseille, 1979, 2 volumes. Pour ce qui concerne l’architecture, voir en dernier lieu B. Gaillard, « Les Franque et les bâtiments hospitaliers d’Avignon au xviiie siècle : entre tradition et mutation », Patrimoines de la santé : essais de définition, enjeux de conservation, In situ, 31, 2017, journals.openedition.org/insitu/14242. Le xixe siècle n’a guère retenu l’attention des historiens, en dehors de l’épisode de l’expulsion brutale des religieuses qui a enflammé l’opinion en 1845.

2 Pansier, BMA, ms 5699, fol. 251‑252 : délibération du 14 mai 1756, travaux en cours en mars 1757. Le mur est de cette pièce rectangulaire est accolé à la cage de l’escalier construit en 1667 ; c’est sa volée supérieure qui s’appuie contre lui, laissant au‑dessous, derrière le mur plein qui soutient les marches côté vestibule, toute la place nécessaire pour les accès à la chapelle et à la cave où se sont trouvées plus tard les bombonnes de vin et d’eau de vie. Encore visible au fond de ce couloir mitoyen, une petite niche devait abriter une statuette de la Vierge ou d’un saint (peut‑être saint Joseph, patron de la congrégation ?) et marquer ainsi l’entrée de la chapelle des sœurs.

3 Dans les documents de Sainte‑Marthe, elle est nommée « boutique » ; ailleurs en France, on trouve « pièce de représentation », « pièce de distribution », « magasin » et plus tard le mot « officine ».

4 Le laboratoire est attesté peu après 1756 par l’inventaire de son mobilier. Ibert, Contribution…, op. cit., p. 718‑719.

5 Je n’ai rencontré aucune mention indiquant la fonction du couloir nord. En observant le plan de 1796, peut‑être est‑il permis d’y voir une section de la galerie de la cour nord, qui avant 1756 aurait servi de porche à la chapelle des religieuses. Mais une fois celle‑ci transformée en pharmacie, que devint cet espace ? Il est probable que les arcs furent bouchés pour l’utiliser en annexe du laboratoire ou en souillarde. On sait aussi que les religieuses disposaient d’une sacristie, d’un parloir et d’un couloir d’accès à leur clôture, contigus à la chapelle : délibération de décembre 1680, citée par Ibert, Contribution…, op. cit., p. 545.

6 La porte de communication est murée. Derrière, le local bas de plafond a été subdivisé pour y installer des toilettes. Remarquons que, comme aux siècles précédents, les remaniements liés à l’usage tirent parti de l’architecture existante plutôt que d’en modifier les structures.

7 Pansier, BMA, ms 5699, fol 184.

8 En 1806 on dut aménager l’ancienne église des Trinitaires en salles militaires, qui furent entre 1823 et 1835 démolies ou remaniées pour la prolongation de l’aile droite de Sainte‑Marthe. M. Ibert, « Chronologie de l’hôpital Sainte‑Marthe (1353‑1994) », Études Vauclusiennes, 57, 1997, p. 65‑67.

9 9. J. de Font‑Réaulx, « L’Hôpital Sainte‑Marthe (suite) », Le guide illustré. Avignon, sa foire de printemps, Avignon, Édition Michel, 1957, p. 29‑35.

10 Ainsi à l’apothicairerie de la Miséricorde d’Aix‑en‑Provence, les boiseries remplacées vers 1730 le sont à nouveau au début du xixe siècle. M. Desnuelle, « Apothicaireries en Provence, Bouches‑du‑Rhône, Vaucluse », Cahiers du Comité du Vieux Marseille, 67, 1995, p. 115‑177 (voir p. 147 et 173). Cet article ignore totalement la pharmacie de Sainte‑Marthe.

11 Par exemple P. Guillaume, « Hôpital et médecine dans la première moitié du xixe siècle. L’exemple de Bordeaux », in L’hôpital et la ville, Actes du colloque de Dijon, 1er octobre 2004, C. Lamarre (éd.), CHU de Dijon, Éditions Virgile, s.d., p. 163‑171.

12 AMA, 1S 248, p. 1‑15, Rapport relatif aux lois et règlemens (sic) qui régissent les hospices, 16 janvier 1826.

13 D. Hibernie, « Histoire de la communauté des religieuses hospitalières de Saint‑Joseph d’Avignon », Études Vauclusiennes, 65, 2001, p. 5‑9. Voir le registre des Délibérations de l’an V à 1810 (AMA, 1S 51, p. 97, 100, 147 sv).

14 À Carpentras, les religieuses n’ont regagné l’Hôtel‑Dieu qu’en 1816.

15 AMA, 1S 248 p. 51, faits et argumentaire dans la note récapitulative Budget des hospices en 1825 (BMA, ms 6490, fol. 32‑34). Les religieuses sont cinq.

16 Un petit cahier intitulé Réponses aux questions posées (sur le fonctionnement de l’Hôpital) décrit les améliorations apportées par les sœurs hospitalières : « Plus de propreté dans les salles, plus d’ordre et de douceur dans le service des malades, plus de surveillance dans toutes les parties qui leur sont affectées » (BMA, ms 6490, fol. 3). Le rapport présenté à l’administration le 31 mars 1826 émet « le vœu de voir le Conseil exprimer sa satisfaction et voter des remerciements aux charitables Dames religieuses (…) se dévouant au service de la pharmacie » (AMA, 1S 248, p. 36‑39).

17 Voir M. Plouvier, « Le décor intérieur des apothicaireries hospitalières, xviie, xviiie et xixe siècles », Le Moniteur des pharmacies et des laboratoires, 1514, p. 1728‑1729 ; 1515, p. 1834‑1836 ; 1516, p. 1931‑1932, 1934, 1937 ; 1517, p. 2028‑2029 ; 1520, p. 2334‑2336 ; 1522, p. 2583‑2585 ; 1523, p. 2633‑2636, 2641, de mai à juillet 1982. La pharmacie de Sainte‑Marthe est présente dans la liste de répartition géographique des 120 pharmacies hospitalières connues (p. 1932), mais aucune allusion n’y est faite dans les commentaires.

18 Sa forme cintrée et ses petits bois laissent penser qu’elle a été exhaussée au xviiie siècle, peut‑être lors de l’aménagement de 1756‑1757.

19 Ce fut le cas en 1760 quand l’architecte Bondon dessina les armoires de la salle des archives de l’Hôpital Sainte‑Marthe.

20 Dans la plupart des apothicaireries ayant conservé intégralement leurs boiseries, l’espace au‑dessus des portes est meublé par des étagères ouvertes de faible profondeur (exemples bourguignons : Alise‑Sainte‑Reine, Dijon, Tournus) ou par un panneau de bois nu (Auxonne, Beaune, Mâcon). Des moulures déterminant un tableau carré et encadrant une peinture de la Déploration se trouvent à Chagny au‑dessus de la petite porte menant au laboratoire (Saône‑et‑Loire).

21 Ces portes ferment à clef, alors que toutes celles des corps bas sont munies de targettes.

22 À titre de comparaison, la pharmacie de l’Hôtel‑Dieu de Carpentras compte 180 tiroirs, et ses étagères pouvaient présenter 300 pots.

23 Une même évolution s’observe ailleurs, ainsi à la pharmacie de Châtillon‑sur‑Chalaronne (Ain), construite vers 1814, les colonnettes ont disparu mais chaque alvéole est cintrée. À Saint‑Claude (Jura), au début du xixe siècle, aucune séparation verticale entre les pots, mais au‑dessus d’eux une planche taillée en festons, pointes vers le bas, rappelle les formes primitives.

24 ADV, 3E 12/1176, fol. 338v‑340v, prix‑fait passé par les recteurs le 29 avril 1760, quittance finale du 31 janvier 1761. Je remercie Françoise Moreil de m’avoir communiqué sa transcription de ces documents. Un premier devis avait été exécuté quelques mois plus tôt, le 5 avril 1760, par le menuisier Capeau, BMA, ms 3222, pièce 39. Une photo ancienne d’un dessin de ces boiseries se trouve dans le ms 5699, BMA, fol. 328.

25 Est également manifeste l’évolution, d’un ensemble à l’autre, de la quincaillerie des portes (fiches et entrées de serrures).

26 Nombreuses notations dans Regards sur le patrimoine hospitalier, Actes du colloque de l’Association des conservateurs des antiquités et objets d’art, Arles, Actes Sud, 2003, et notamment B. François, « Le mobilier hospitalier », p. 117‑128 ; ainsi que dans l’ouvrage piloté par l’Inventaire régional, Patrimoine hospitalier en Bourgogne, Paris, Somogy, 2011, pour une région particulièrement riche en hôpitaux et apothicaireries historiques, étudiés par une enquête méthodique en 2008‑2011.

27 AMA, 1S 556, p. 1 et 14, mentionnée dans les inventaires du laboratoire en 1756, 1910, 1949.

28 Sa forme ovale est en vogue au xviiie siècle. Ce blason n’a pas été identifié ; le motif d’un puits (poulie et corde au‑dessus d’une cuve godronnée) oriente peut‑être vers des armoiries parlantes. On peut noter qu’une vasque de formes et proportions analogues à ce puits figure sur le frontispice du registre des délibérations du bureau de l’Hôpital, commencé en 1628 (ADV, H dépôt Avignon, Sainte‑Marthe, E 4) ; reproduit dans J. de Font‑Réaulx, « L’Hôpital Sainte‑Marthe (À propos de son sixième centenaire) », in Guide illustré de la foire de printemps, Avignon, 1956, p. 39.

29 Ces objets sont parfois passés, par legs ou achat, d’une officine privée à une pharmacie hospitalière. Ainsi, en Vaucluse, est documenté le grand mortier en bronze de l’Hôtel‑Dieu de l’Isle‑sur‑la‑Sorgue : fondu en 1603, il a été acheté par l’Hôpital en 1683, soit vingt ans après l’aménagement de l’apothicairerie. L’ancien Hôpital d’Orange possédait un grand mortier fondu en 1682 pour un parfumeur de Montpellier.

30 Indication présente dans les inventaires du mobilier de l’hôpital dressés au xxe siècle et portée par l’arrêté de classement en 1910. La reconsidération récente des fabriques du Midi (Saint‑Jean du Désert et Montpellier, notamment) invite à vérifier toutes les vieilles attributions aux ateliers de Moustiers. J. Rosen, « Les céramiques d’apothicairerie », in Regards…, op. cit., p. 129‑147.

31 L’échange des emplacements a pu se faire après le classement Monument Historique en 1910, dans le souci de mettre à l’abri les deux grands vases ; il était réalisé en 1947, date des clichés Molinard où ceux‑ci figurent au même endroit qu’aujourd’hui, flanqués des mêmes bocaux d’eau de naphe. Certains de ces clichés sont accessibles sur la base Mémoire du Ministère de la culture ; d’autres ont été acquis par la BMA (Est. 4° 98, n° 189559, 570 et 571).

32 Achats mentionnés par Ibert, Contribution…, op. cit., p. 718.

33 Ibid. On peut noter que cet achat est fait auprès du fabriquant de faïences de Montpellier Jacques Olivier, chez qui se fournit également l’Hôpital de Tarascon.

34 Ce sont ceux, à Avignon comme ailleurs, qui ont toujours attiré l’attention des érudits, et en premier lieu de ceux qui étaient en charge des protections Monument Historique au titre des objets mobiliers. Tous les éléments remarquables de la pharmacie de Sainte‑Marthe sont classés : depuis janvier 1910 pour les deux vases de montre et le mortier armorié, et avril 1923 pour la table à dessus de porphyre, le deuxième mortier de marbre, et sept mortiers en bronze. L’ensemble des boiseries, incluant les quatre dessus de portes, figure sur le même arrêté ministériel de 1923.

35 Les entrées de serrure en laiton des tiroirs, en forme d’écu à double échancrure en partie haute, confirment la datation. Les portes pleines, elles, ferment au moyen de targettes, plus commodes car d’ouverture plus rapide. Ces détails permettent de restituer certains des gestes des religieuses affairées entre comptoir et armoires.

36 Cette commande eut lieu « sans doute au moment de la réinstallation des sœurs dans l’Hôpital qu’elles avaient dû quitter à la Révolution », Desnuelle, « Apothicaireries… », art. cité, p. 170.

37 Expression employée dans un inventaire de 1806 à propos de douze vases placés au‑dessus des boiseries de la pharmacie de l’Hôtel‑Dieu de Seurre (Côte d’Or), Patrimoine hospitalier…, op. cit., p. 236.

38 Elle n’est pourtant mentionnée dans aucune des publications relatives à l’Hôpital d’Avignon. Ces peintures murales ont été restaurées, à une date indéterminée, car leur mauvais état, dû à de nombreuses fuites d’eau, apparaît sur les photographies prises en 1947 par Molinard (BMA, Est. 4o 98, no 189559) et en 1960 par Charles Hurault pour le Centre de Recherche des Monuments Historiques (clichés MH 0259938‑939).

39 Nombreux exemples dans les planches des Albums Maciet à la bibliothèque du musée des Arts Décoratifs à Paris (en particulier les albums « Frises, xixe s. » et « Intérieurs d’appartements, xixe s. »). Le Recueil de décorations intérieures des architectes Charles Percier et Pierre‑Léonard Fontaine, paru en 1812 et plusieurs fois réédité, comporte des exemples de guirlandes en festons, de vases utilisés en scansion verticale, d’éléments végétaux enroulés identiques à ceux de Sainte‑Marthe.

40 Sur ces objets en étain, voir le catalogue de l’exposition Médecine ou miséricorde ? Des outils pour le soin, les étains des hôpitaux, Tonnerre, musée municipal, 2008. L’inventaire des ustensiles de l’Hôpital d’Avignon, conservé pour les années 1838 et 1839, liste de nombreux étains (155 pots, 148 écuelles, 180 cuillers, etc.) sans préciser s’ils servent à la cuisine ou à la pharmacie, AMA, 1S 555. Pour ceux d’Ancien Régime à Sainte‑Marthe, voir Ibert, Contribution…, op. cit., p. 520‑521 (mentions de 1674 à 1730).

41 Ne pas confondre avec le caducée, muni de deux serpents et de deux petites ailes, qui est l’attribut d’Hermès, dieu du commerce et des transports.

42 Aucun achat d’escargots ne figure dans les comptes du xixe siècle que j’ai consultés. En revanche, le récapitulatif des dépenses de la pharmacie pour l’année 1809 mentionne 420 douzaines de grenouilles (AMA, 1S 51, p. 366).

43 Sydenham a reformulé le laudanum, à base d’opium, et le nom d’Haller est porté par un élixir composé d’esprit de vin et d’acide sulfurique. Sydenham est le seul des quatre à figurer dans O. Lafont (éd.), Dictionnaire d’histoire de la pharmacie, des origines à la fin du xixe siècle, Paris, Société d’Histoire de la Pharmacie, 2003, p. 403.

44 AMA, 1S 556, p. 1 et 14, leur identification est confirmée par les inventaires de la pharmacie dressés avant 1910 et en 1949. L’un est aujourd’hui brisé.

45 Usage attesté en 1947 : les deux bustes sont placés au‑dessus de la travée centrale du mur est, cantonnant un crucifix, ce qui semble signer un arrangement non conforme aux dispositions primitives (BMA, Est. 4o 98, no 189559) ; jusqu’à une date plus récente, sur les armoires de l’ancienne salle des archives se voyait un buste en plâtre, non peint (dossier de la Conservation régionale des Monuments Historiques, photographie datée 1987).

46 Ces deux ouvertures pourraient coïncider avec le document du 15 mai 1778 copié par Pansier : « Pour donner plus de jour à la pharmacie on a fait ouvrir deux fenêtres », BMA, ms 5699, fol. 252.

47 Quelques objets peints sur la frise font également partie des symboles repris à son compte par la franc‑maçonnerie : la tête de mort, le livre, la coupe, tous ici associés au serpent et peints sur la paroi sud, celle des produits dangereux. Mais il est possible que le disque portant l’œil soit un miroir, symbole de la Prudence, souvent associé au bâton d’Esculape, comme c’est le cas ici.

48 Quatre sentences pieuses avaient été peintes dans la pharmacie de 1730. On trouve trace d’inscriptions de ce genre à l’Hôpital d’Apt.

49 Aujourd’hui peu visibles, sales et opacifiées par un vernis oxydé, elles se distinguent beaucoup mieux sur les photos de 1947. Elles n’ont jamais fait l’objet d’une description ni même de l’identification de leurs sujets.

50 Madrid, Musée du Prado.

51 Une étude d’ensemble des thèmes iconographiques choisis par et pour les hôpitaux n’a, à ma connaissance, jamais été effectuée. Un premier éclairage, à l’échelle de la région Bourgogne, est dressé par B. Fromager et É. Réveillon, « Images de la charité et dévotions hospitalières », in Patrimoine hospitalier…, op. cit., p. 261‑285. L’article d’A. Bréjon de Lavergnée, « Le patrimoine pictural hospitalier lillois : quelques bribes », in La peinture en province de la fin du Moyen Age au début du xxe siècle (actes du colloque de Rennes, avril 2001), Rennes, PUR, 2002, p. 47‑55, ne comporte pas de synthèse iconographique.

52 Pour la région Bourgogne, tableaux des Hôtels‑Dieu de Beaune (Côte‑d’Or), Chagny, Chalon et Mâcon (Saône‑et‑Loire), Lyon et Villefranche‑sur‑Saône (Rhône) ; bas‑relief du fronton de l’Hôpital de Louhans (Saône‑et‑Loire) : Patrimoine hospitalier…, op. cit., p. 262. Ce sont les sœurs de l’Hôpital qui ont fait peindre le tableau de Lyon en 1809. À la cathédrale de Valence, un tableau de 1812 montre lui aussi que ce thème était toujours choisi au début du xixe siècle.

53 Je n’ai pu identifier le modèle gravé qui a vraisemblablement inspiré le peintre. Dans les quelques tableaux ou gravures repérés illustrant ce sujet, saint Paul est debout, parfois penché en avant, mais jamais accroupi.

54 Document transcrit par P. Pansier. Cet achat est conclu le 6 juillet, mais les étapes du processus très codifié de la fabrication de la thériaque se déroulent du 7 décembre 1700 au 15 février suivant, BMA, ms 5699, fol. 252.

55 Il semble possible de distinguer au premier plan, de gauche à droite : une ombellifère, un figuier de Barbarie, une plante à feuilles allongées et épi fleuri, un plant de ricin. On peut supposer que tous avaient leur place dans les tiroirs de la pharmacie.

56 Lorsqu’il chasse Adam du Paradis, Dieu s’adresse à lui presque dans les mêmes termes : « Le sol te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs » (Genèse, 3, 18).

57 Au conseil du 16 janvier 1826 le Président du tribunal commence son rapport sans ambages : « Nous nous sommes prémunis contre toute innovation » (AMA, 1S 248, p. 1).

58 Ibid., p. 39.

59 Sur la compatibilité entre congrégations hospitalières et médecine progressiste au xixe siècle, O. Faure, « Médecine et religion : le rapprochement de deux univers longtemps affrontés », Chrétiens et sociétés, 19, 2012, p. 7‑17.

60 Ainsi à l’apothicairerie de Saint‑Amour (Jura) au‑dessus des portes principales, peintures murales en grisaille, réalisées en 1823, groupant un alambic, divers instruments et ustensiles, un livre, un serpent, une poule …

61 Par exemple, dans le domaine de l’orfèvrerie, dans les créations de Jean‑Baptiste Odiot : A. Gay‑Mazuel, Odiot. Un atelier d’orfèvrerie sous le premier Empire et la restauration, catalogue de l’exposition Dessiner l’or et l’argent. Odiot orfèvre (17631850), Paris, musée des Arts Décoratifs, 2017.

62 Elles ont été vues au‑dessus des boiseries par des électriciens. Je dois ce renseignement à M. Jean‑Marie Abrieu et l’en remercie.

63 AMA, 1S 247, p. 103‑104, registre des Délibérations du Conseil de Charité de 1826 à 1838.

64 Par exemple dans l’œuvre de Voltaire, sa tragédie Sémiramis et ses romans Zadig et La Princesse de Babylone.

65 Voir le catalogue de l’exposition Babylone (Paris, musée du Louvre, 14 mars‑2 juin 2008), Paris, Musée du Louvre, 2008, et particulièrement S. Allard, « Le mythe de Babylone du xvie au xixe siècle », p. 437‑453.

66 Un exemplaire de cet ouvrage se trouve à la BMA cote Fol. 7.556 mais, acquis dans la seconde moitié du xxe siècle, il est de provenance inconnue.

Auteur

Marie‑Claude Léonelli, aujourd’hui conservateur honoraire des Antiquités et Objets d’Art du Vaucluse, est une historienne de la peinture médiévale ; elle a mis sur pied le Centre de documentation et de recherche du Petit Palais d’Avignon et été chargée de cours dans différentes universités. Parmi ses publications récentes : Le Couronnement de la Vierge de Simon de Châlons (avec S. Kovalevski), Arles, Actes Sud, 2015.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search