Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire le OFF

 | 
Quentin Amalou
, 
Damien Malinas

Faire le OFF

Quentin Amalou et Damien Malinas

Texte intégral

  • 1 E. Ethis, J-L. Fabiani, D. Malinas, Avignon ou le public participant, Montpellier, L'entretemps, 20 (...)

1Au début d'Avignon ou le public participant1, les auteurs relatent une anecdote. En 1995, au commencement de la série d'enquêtes sur les publics du Festival d'Avignon par les équipes de l'université de la même ville, les sociologues se rendent à la Maison Jean Vilar et y trouvent « un minuscule, mais ô combien précieux ouvrage, la première étude sur le public du Festival, en trente pages, très simplement et justement intitulé "Le public du Festival d'Avignon 1967'' ». Il y a, caché dans ce petit livre, un papier où quelques phrases sont notées et notamment celle-ci :

« Les gens de théâtre qui croient connaître [le public] ne connaissent que ses défauts et ils les flattent. »

  • 2 Voir A. Arno Sanchez, S. Gaillard, M. Galéra, P. Payan (dir.), Les Carmes : théâtre et patrimoine à (...)

2Ce qui est intéressant à observer ici c'est la date de publication de ce premier travail sur les publics : 1967, au lendemain de la création du Festival OFF, qui avait débuté un an plus tôt à l'initiative d'André Benedetto ouvrant son théâtre - le Théâtre des Carmes2 - en parallèle du Festival d'Avignon de Jean Vilar. S'il y a du sens à ce que cette première enquête se fasse vingt ans après la création du festival de Vilar afin de pouvoir en mesurer les impacts, il faut noter que l'intérêt pour les publics se fait à une période où le Festival d'Avignon se transforme, entre 1966 et 1968, quand il sort de la Cour d'honneur et que le Festival OFF se crée.

  • 3 Par souci de clarté, le Festival d'Avignon dit « IN » sera nommé Festival d'Avignon, avec une majus (...)
  • 4 Les exemples, qui forcent une opposition entre les deux festivals ou entre leurs publics, ne manque (...)

3L'enquête produite pour ce travail, en partenariat avec le Festival OFF, s'inscrit dans la lignée des travaux de l'université d'Avignon sur les publics de la culture et plus spécifiquement des festivals. Il sera ici question de comprendre simultanément qui sont les festivaliers ainsi que les différentes pratiques qu'ils ont du festival. Si le OFF a, depuis plus de cinquante ans, changé la physionomie du mois de juillet à Avignon, il ne s'agit pas de créer une opposition entre deux types de publics, ceux du Festival d'Avignon3 dit « IN » et ceux du Festival OFF, comme cela a pu être le cas dans différents travaux4, mais au contraire d'envisager ces deux festivals comme faisant partie du même écosystème qui englobe Avignon et ses publics pendant le mois de juillet. Dans ce travail, l'usage, de l'outil statistique n'a pas pour but de faire oublier la singularité de chaque festivalier dans sa pratique. Nous rappelons

  • 5 Ethis, Fabiani, Malinas, Avignon ou le public participant, op. cit., p. 152.

« qu'il n'y a pas de héros qui incarnerait les statistiques du Festival, mais des modalités singulières [...] qui se déploient partiellement dans ce que peuvent décrire les statistiques5 ».

4Ce n'est pas tant non plus la relation esthétique au théâtre qui sera questionnée mais bien les relations que les publics entretiennent avec le festival. L'expression « faire le OFF » indique bien, dans sa formulation, l'idée même que la pratique de ce festival se construit et se façonne. Il peut sembler risqué de vouloir décrire le Festival OFF et ses publics tant les témoins de sa création et de ses évolutions sont nombreux et ses publics pluriels. C'est d'ailleurs précisément la profusion des acteurs et des publics qui rend le OFF difficile à appréhender. Plutôt que d'envisager une linéarité dans les façons dont le festival se construit avec ses publics, il s'agit ici de comprendre que chaque partie prenante du festival, l'organisation, les publics, les médias, les artistes, etc. joue ensemble et simultanément une partition, s'accordant chacun les uns avec les autres.

  • 6 Le questionnaire comprenait cinquante-huit questions, dont neuf questions ouvertes. Il s'organisait (...)
  • 7 Nous entendons par « publics locaux » ceux qui déclarent habiter le Grand Avignon, qu'ils vivent da (...)
  • 8 Il est toujours délicat d'envisager les publics au travers d'une catégorisation par tranche d'âge c (...)

5Ce court ouvrage s'appuie, en partie, sur une enquête où plus de trois mille questionnaires6 furent récoltés durant l'édition 2017 du Festival OFF. De nombreux entretiens et observations viennent également compléter l'analyse. Nous nous intéresserons en premier lieu à une présentation sociologique générale des publics du Festival OFF ainsi qu'aux différentes dynamiques de relation avec ce dernier. Nous avons ensuite fait le choix de porter notre focale sur trois catégories de publics qui, par leur singularité, permettent d'envisager les différentes manières de faire le OFF. En premier lieu les publics locaux7, puis les publics jeunes, qui ont entre 15 et 30 ans8. Enfin, les publics plus passagers, ceux qui entretiennent avec le Festival un rapport occasionnel, en prenant notamment comme indicateur le fait qu'ils ne font pas l'acquisition de la carte OFF.

Diversité des publics : pluralités des relations au festival

6Commençons par présenter de manière générale les publics du Festival OFF à travers leurs sociodémographies, c'est-à-dire par le biais des grandes catégories sociales que sont le genre, l'âge, la provenance territoriale, le niveau de diplôme et le rapport aux différentes pratiques culturelles comme le cinéma, le théâtre ou la musique.

  • 9 O. Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l'ère du numérique, enquête 2008, Paris, La Déc (...)

7Les enquêtes menées par l'université d'Avignon depuis de nombreuses années sur le terrain du Festival d'Avignon font état d'une représentativité stable du public féminin, à 64,5 % contre 34,5 % d'hommes, un chiffre qui est corroboré par les enquêtes menées par les équipes du Festival OFF. Cette répartition genrée reproduit celle que l'on a étudié à l'échelle nationale pour ce qui est de la pratique du spectacle vivant9. Si les femmes marquent, en France, un intérêt plus élevé pour la sortie au théâtre que les hommes, il est intéressant de remarquer que pour les publics du Festival OFF, l'intérêt porté au théâtre durant l'année est équivalent chez les hommes et chez les femmes. C'est-à-dire qu'à partir du moment où les publics font la démarche d'aller au festival, les différences genrées d'investissement dans la sortie au théâtre s'effacent. Autrement dit, si les hommes vont moins au théâtre que les femmes à l'échelle nationale, ce qui explique leur part minoritaire dans notre enquête, les festivaliers vont cependant autant au théâtre que les festivalières. De plus, si les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français commandées par le Ministère de la Culture soulignent que les femmes sont plus présentes dans le cadre des sorties liées au spectacle vivant telles que la danse, l'opéra ou le théâtre, tandis que les hommes sont plus portés vers les sorties en lien avec la musique live ou le sport, la répartition par genre des catégories de spectacles recherchées est sensiblement équivalente, à quelques légères variations près. Ainsi, si la question du genre des individus est éclairante à l'échelle des Français en tant que variable caractéristique dans le rapport aux pratiques culturelles, le Festival OFF se distingue davantage comme un évènement qui vient rassembler des publics aux pratiques culturelles similaires, principalement autour d'une passion commune pour le théâtre. Le Festival OFF se caractérise donc tout autant par la pluralité de ses publics que par sa capacité à réunir en un même lieu des personnes aux intérêts similaires. La constitution d'une communauté éphémère de festivaliers que permet le OFF se mesure également à travers sa capacité à créer du commun et des rapprochements entre individus différents.

8Le Festival OFF fait preuve, dans la constitution de ses publics, d'un brassage des générations très fort, où les plus jeunes côtoient dans les mêmes salles de théâtre les publics plus âgés. 9 % des publics ont ainsi moins de 30 ans, faisant état du potentiel d'attraction du Festival auprès des jeunes. Il est cependant majoritairement pratiqué par des publics plus âgés, 54,3 % du public ayant plus de 56 ans. À noter que la passation du questionnaire, surtout quand elle se fait en ligne, laisse de côté les enfants et les adolescents qui constituent en vérité une part non négligeable du public, notamment par la pratique familiale du festival.

9Cette venue en famille des publics les plus jeunes se retrouve dans le nombre d'éditions auxquelles les festivaliers déclarent avoir participé. Si le Festival OFF 2017 marque pour 30 % des publics de moins de 30 ans leur première participation, c'est pour un peu plus de 10 % au moins la 10e édition. Ceci implique que la venue au Festival OFF se fait pour une partie du public jeune à travers une transmission familiale, et ce, dès un très jeune âge. Nous avons ainsi des publics qui déclarent être venus pour la première fois au festival aux alentours de 6 ou 7 ans.

10Si nous réduisons ces chiffres à la sous-population des festivaliers qui habitent le territoire avignonnais, la part des moins de 30 ans dont l'édition 2017 marque au moins la 10e participation grimpe à 22,6 %. Ainsi, à la question « à combien d'éditions du Festival avez-vous participé ? », la réponse semble être pour certains publics jeunes équivalente à « depuis combien de temps habitez-vous à Avignon ou aux alentours ? ». La participation au festival, à travers la transmission familiale, fonctionne pour certains publics comme une évidence, allant dans le sens d'un mois de juillet qui n'existe pas à Avignon : mars, avril, mai, juin, Festival, août, septembre, etc. Dans le sens de cette remarque, la participation au Festival OFF semble être une pratique qui s'envisage a posteriori, c'est-à-dire que ces publics prennent conscience de participer au festival seulement après leurs premières venues. Le rituel, familial et régional, qu'entraîne le festival pendant le mois de juillet crée un besoin de culture et de théâtre qui se fera ressentir au moment de l'émancipation culturelle des jeunes, à la période où les pratiques culturelles s'individualisent. C'est à ce moment que la fidélisation au festival prendra racine pour ces publics et que nous verrons l'émergence de réelles premières fois, dans le sens d'un accomplissement culturel qui marquera l'envie de renouveler la pratique afin de retrouver ces premières émotions. Concernant les publics les plus âgés, 94,4 % des plus de 66 ans ont déjà participé au festival. Ce chiffre monte même à 99 % lorsqu'on réduit l'échantillon aux publics qui habitent le territoire avignonnais. Il faut remarquer cependant que l'entrée dans le festival ne se fait pas qu'aux plus jeunes âges, mais tout au long de la vie, comme nous pouvons le voir avec l'exemple des 30-45 ans, dont c'est pour presque 20 % la première participation au festival.

11La répartition territoriale des festivaliers signale une forte proportion du public régional. Plus de 30 % des publics viennent de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur contre 18,7 % d'Île-de-France. La durée du festival, s'étalant sur trois semaines, favorise les publics locaux qui n'ont pas besoin de s'occuper de trouver un logement sur place, ce qui soulage leur engagement financier, tout en leur permettant un rapport plus sporadique avec le festival. Ils peuvent participer à une seule manifestation, ou intégrer la sortie théâtrale à leur quotidien, là où le rapport des publics non locaux s'organise généralement autour du festival. Ceci ne veut pas dire que ce temps de festival n'apporte pas un changement de regard pour les locaux. Nombreux sont les publics qui insistent sur le rapport différent à leur ville que le festival leur offre. Il ne s'agit pas ici de rentrer dans le jeu de l'évaluation des publics, où nous mesurerions les pourcentages afin d'indiquer ce qui relèverait d'un taux satisfaisant, mais plutôt de marquer la fidélité des publics locaux au Festival OFF. Face à une offre culturelle qui a presque doublé depuis le début des années 2000, la part du public local, elle, se maintient : il est le plus formé au festival, il revient le plus dans le temps et est celui pour qui la transmission familiale est la plus forte.

12La répartition du public par situation professionnelle nous indique qu'un tiers du public (33,4 %) est retraité. Ce fort taux s'explique premièrement par la sociologie des pratiques du spectacle vivant, qui fait état d'un public plutôt âgé, mais également par la durée du festival qui fait monter le taux de retraités. La durée de séjour, envisagée au travers de la situation professionnelle, montre bien que le taux de personnes en activité baisse au fur et à mesure que la durée du séjour augmente, tandis que, dans le même cas, le taux de retraités, lui, s'élève. De manière similaire, les étudiants ont également une durée de séjour au festival plus longue que le reste des publics. Il s'agit pour eux d'une disposition particulière à pratiquer le festival qui fonctionne à la manière d'un tiers-semestre culturel, ce moment étant aussi envisagé comme un temps de formation. Le festival fonctionne également, à travers le nombre de théâtres et de compagnies à la recherche de main-d'œuvre, comme un réservoir de jobs d'été et de stages pour un certain nombre d'étudiants.

13Pour poursuivre la question des variables sociologiques traditionnelles, l'enquête permet d'observer un public majoritairement diplômé de l'enseignement supérieur, avec environ 65 % qui sont au moins titulaires d'une licence. La répartition du public par niveau de revenu montre une réelle diversité : environ 15 % du public déclare un revenu annuel inférieur à 20 000 euros et 13 % du public un revenu annuel supérieur à 50 000 euros. Le niveau de diplôme et les fréquences de sorties culturelles témoignent d'un public qui se rassemble plus autour de l'idée d'une communauté de curiosité.

14Les données sur les publics permettent de dresser un portrait général de la relation qu'ils entretiennent avec le Festival OFF. Les chiffres indiquent qu'il s'agit pour 11,1 % des publics de la première édition à laquelle ils participent. Ils sont à mettre en parallèle avec le fait que 11,3 % des publics interrogés indiquent que l'édition 2017 du Festival OFF était au moins leur 20e édition. Cela indique deux choses : tout d'abord que le public se renouvelle à un rythme régulier, car plus d'un dixième vient pour la première fois. D'autre part, qu'il fait également preuve d'une fidélité renouvelée envers le festival : venir une première fois constitue, la plupart du temps, le début d'une série qui se répétera. Cette coprésence des générations associée au nombre d'éditions participées indique un festival avec lequel le public grandit. C'est­à-dire qu'on y apprend des choses qui nous accompagneront, dans nos vies, pendant longtemps, et qu'il est possible de vieillir avec le festival.

15Corrélativement à l'idée que les publics viennent à Avignon au mois de juillet notamment pour l'ambiance qui se dégage au sein de la ville pendant le festival, il semblerait que cette motivation ait un impact sur la manière dont les festivaliers organisent leur OFF. Cette façon de vivre le festival relève d'une forme d'improvisation lorsqu'il s'agit d'organiser ses pratiques culturelles en son sein, c'est-à-dire de gérer son emploi du temps de la journée. Ainsi, la majorité des publics réservent les places de leur spectacle le jour même de la représentation. D'autant plus que les publics interrogés voient, en moyenne, un peu moins de treize spectacles durant leur séjour, choisis, comme nous venons de le voir, au jour le jour. Ce nombre élevé, comparativement aux chiffres de sorties théâtrales des Français, corrélé aux modes et à la période de réservation, indique une façon de vivre le festival de manière libre. Ce qui ne veut pas dire que tous les éléments sont laissés à l'improvisation, mais plutôt que l'organisation de chaque jour repose sur un ensemble de variables sujettes à être bousculées au fil de la journée. Un déjeuner au restaurant qui dure un peu plus longtemps que prévu, une réservation de théâtre qui tombe à l'eau, une remontée dans la liste d'attente d'un spectacle, etc., tous ces éléments forment un festival qui s'invente au fur et à mesure pour les festivaliers, sans répondre nécessairement à un emploi du temps strict. Le mode d'organisation quotidien du Festival OFF, qui repose sur l'élaboration d'un cadre strict au sein duquel les publics feront preuve de souplesse, semble être l'élément principal que les publics doivent apprendre. C'est-à­dire qu'il va falloir, pour les publics dont c'est la première édition, gérer le fait que le festival se vit également en s'improvisant et qu'il est impossible de tout prévoir, car les impondérables sont nombreux.

16Cette façon de vivre le Festival de manière libérée semble prendre corps grâce à une organisation en amont. La moyenne de la durée de séjour se situe autour d'une semaine, celle du budget des festivaliers s'élève à 760 €, tandis que la part qui ne relève que des dépenses liées aux spectacles est de 265 €. Il est difficile de mesurer si ces budgets relèvent d'une dépense jugée exceptionnelle ou particulièrement élevée pour les festivaliers. De plus, si on additionne les publics qui logent au camping, à l'hôtel, ou qui ont loué leur logement à des particuliers, ce sont 54,6 % des publics qui ont réservé leur logement, souvent bien longtemps à l'avance compte tenu de la demande pendant le mois de juillet à Avignon. Ainsi, ce mode de préparation contraste avec l'organisation au jour le jour du festival. Il semblerait que les festivaliers privilégient l'élaboration d'un cadre strict de leur séjour avignonnais qui leur permette, ensuite, de naviguer à l'intérieur de chaque journée de manière libérée. En d'autres termes, il serait possible de concevoir un théorème où la rigueur de l'organisation en amont du festival serait corrélée à la capacité des publics d'improviser en son sein.

Les publics locaux

17Cette partie de l'enquête s'intéresse particulièrement aux publics habitant dans le territoire avignonnais, celui pour lequel le Festival fait irruption dans leur vie quotidienne. Ceux qui ne viennent pas à Avignon en vacances, dans le sens où ils se déplaceraient vers le Festival et son ambiance, mais ceux pour qui c'est bien le Festival et son ambiance qui viennent à eux.

18Le public local est à la fois, en comparaison au public global, le plus fidèle et celui qui a participé le plus de fois au Festival OFF. Le taux de primofestivaliers - ceux pour qui il s'agit de la première édition - est plus faible pour les publics locaux, mais invite surtout à réfléchir à la notion de fidélité et d'attachement. Nous pouvons mentionner les publics qui, une fois retraités, décident de venir s'installer à Avignon, le festival représentant ainsi une deuxième vie, une forme de nouvelle naissance à partir du culturel.

19Les réponses données à la question ouverte « pour quelles raisons participez-vous au Festival OFF ? » montrent que le fait d'habiter à Avignon va souvent de pair, pour ces publics, avec le fait de participer au festival. La question « depuis quand participez-vous au Festival OFF ? » revient à demander depuis quand ces publics habitent à Avignon. Ainsi, parmi les réponses qui expliquent la venue au festival nous pouvons citer : « j'habite Avignon depuis novembre 2012, je vais donc voir quelques spectacles depuis, à chaque festival », « j'habite à Avignon depuis 1963 » ou encore « j'habite à Avignon depuis 2 mois ». La participation au Festival OFF relève ainsi de l'évidence, voire de la tautologie : je fais le Festival OFF, car j'habite à Avignon. La ville se transformant pendant le festival, il n'est d'ailleurs pas nécessaire pour certains publics de se rendre dans un théâtre : vivre la ville pendant le mois de juillet suffit à avoir le sentiment d'avoir « fait le Festival OFF ». La forte part du public local qui a participé à au moins vingt éditions du festival montre également la fidélité du public local à « son » festival.

20Quand nous demandons aux festivaliers : « Pourquoi êtes-vous venus cette année au festival ? », les publics sont nombreux à insister sur l'ambiance : pendant un mois, la ville change, et c'est un nouveau regard qu'il est possible de poser sur elle. La notion d'ambiance implique qu'il se dégage quelque chose qui serait le fait d'une addition où le résultat serait supérieur à la somme de ses parties. C'est-à-dire que l'addition de la ville d'Avignon, des nombreuses pièces de théâtre, des affiches sur les murs, du renouvellement de la population pendant le mois de juillet, et tous les éléments qui caractérisent le festival créent, ensemble, une ambiance singulière qui ne se reproduit pas à d'autres moments ou dans d'autres lieux. De même, beaucoup de festivaliers locaux commencent leur réponse par « comme chaque année », « comme d'habitude », « comme les années précédentes » voire même « comme toujours ». Ces éléments viennent renforcer l'idée d'une fidélité renouvelée au festival qui se décline à travers des traditions personnelles, familiales ou amicales : chacun a sa façon de faire le Festival, avec ses habitudes et ses envies. Enfin, beaucoup de festivaliers locaux font remarquer que le festival marque pour eux le moment où ils vont pouvoir aller énormément au théâtre. Il s'agit ainsi pour certains de leur « bouffée culturelle annuelle », comme le note une festivalière. Le festival permet ainsi, pour ces publics, un rattrapage (ou un avancement) sur l'année culturelle passée ou à venir. Il permet au public de « faire le plein » d'expériences culturelles et artistiques.

21Le Festival OFF semble être vécu de manière moins organisée pour une partie du public local, ou tout du moins de manière moins rigide. La connaissance de la ville, le festival qui s'inscrit dans - et bouleverse - le quotidien des Avignonnais, le fait que pour 97 % des publics il ne s'agisse pas de la première participation, tous ces éléments vont dans le sens d'une appréhension plus souple du festival. Le public local va voir le même nombre de spectacles durant le Festival OFF que le public global, mais de manière différente. Il participe au Festival OFF bien plus « seul » (33,8 % contre 12 % pour le public pris dans son ensemble). Le fait de participer seul au festival laisse également plus de place à la sérendipité, au sens de se laisser porter par le hasard des découvertes. Les réponses ouvertes données par les festivaliers locaux indiquent qu'une bonne partie accompagne au théâtre des amis venus les voir. De plus, les pourcentages plus élevés dans plusieurs des catégories concernant l'accompagnement des festivaliers indiquent que ces modalités sont plus nombreuses et variées pour les publics locaux. Ces publics viennent à la fois seuls, en famille et avec leurs amis, selon les différents moments du festival. Ils prennent ainsi le rôle d'hôtes, hébergeant certains membres de leurs familles et leurs amis. Ces différentes modalités d'accompagnement se répercutent sur le nombre de spectacles vus, sensiblement similaires au public qui se déplace - de loin - spécifiquement pour le festival. Il s'agit aussi, en effet, d'accompagner les visiteurs au théâtre. Nous remarquons également que les publics locaux fréquentent plus le Festival d'Avignon que le public pris dans son ensemble. Ces chiffres peuvent s'expliquer notamment par une meilleure compréhension de l'organisation festivalière qui a cours à Avignon pendant le mois de juillet, c'est-à-dire de l'agencement des deux festivals, savoir ce que représente le OFF et le Festival d'Avignon, et pouvoir se repérer dans l'offre culturelle.

  • 10 À ce propos, voir la thèse de S. H. Han, Le public asiatique potentiel du Festival d'Avignon: l'app (...)

22Cependant, le public local va moins au théâtre pendant l'année que le reste des publics, ce qui invite à penser qu'il voit dans le festival la possibilité de faire le plein annuel de pratiques culturelles. Ce que pointent surtout ces données, c'est l'écart qu'il existe entre la vie et l'offre culturelle pendant le mois de juillet par rapport au reste de l'année. La présence, pendant un mois, du Festival d'Avignon et du Festival OFF crée, par le biais d'une véritable festivalisation de la ville10, une exigence et une soif culturelle que le niveau d'équipements culturels sur le territoire n'est pas en mesure de combler le reste de l'année, et ce, malgré le travail important effectué par les théâtres permanents d'Avignon et des alentours. Ceci se ressent dans le fait que le festival est davantage pour les publics locaux l'occasion de poursuivre des pratiques culturelles contemporaines, notamment à travers la fréquentation de la Collection Lambert, le musée d'art contemporain de la ville, que de redécouvrir le patrimoine avignonnais. Les publics, pris dans leur ensemble, indiquent fréquenter, pendant le mois de juillet, principalement le Palais des Papes et le Pont d'Avignon. La Collection Lambert est néanmoins le lieu préféré pour les publics du territoire. De plus, la fréquentation des autres festivals régionaux est également plus élevée pour les publics locaux, qu'il s'agisse des Chorégies d'Orange, du Festival de Vaison-la-Romaine ou des Rencontres de la Photographie d'Arles. Là où le Festival OFF et le Festival d'Avignon sont l'occasion pour les publics lointains de découvrir le patrimoine avignonnais, les deux festivals participent davantage, pour les locaux, au développement d'une envie de culture qui va se manifester à travers la fréquentation du reste de l'offre culturelle festivalière territoriale. Ces données indiquent une circulation des publics entre les différents festivals de la région, allant dans le sens d'une offre culturelle qui ne fonctionne pas sur un régime de concurrence, mais d'alimentation mutuelle.

23Il reste enfin à aborder la question du rapport - ou de la distance - entre l'Avignon intra-muros et l'Avignon extra-muros en temps de festivals. Cette question, bien réelle, relève aussi d'une forme d'obsession de la part de certains médias et commentateurs. Il s'agirait, alors, de faire sortir le festival des remparts afin, très schématiquement, de favoriser et d'accentuer la diversité des publics. En effet, une lecture sociologique un peu caricaturale de la répartition sociospatiale des Avignonnais laisserait penser que les remparts seraient étanches à la diversité sociale et économique. Or, Christèle Lagier vient de montrer, à partir des données des bureaux de vote avignonnais, que :

  • 11 C. Lagier, Le populisme en question. Élections et abstention vues d'Avignon, Avignon, Éditions Univ (...)

« l'intra-muros est [...] positionné sur une partie des bureaux [...] qui comptent parmi ceux où la précarité sociale et économique est forte. La ceinture des remparts n'est, de ce point de vue, pas totalement hermétique11 ».

24En outre, et surtout, il nous paraît essentiel de penser l'intra-muros au travers de la scénarisation qu'il permet du Festival d'Avignon et du Festival OFF, un élément que l'on retrouve, d'ailleurs, dans de nombreux autres festivals. Autrement dit, il convient d'insister sur l'importance, y compris pour la ville d'Avignon, de l'accueil des festivaliers au sein d'une même unité de temps et de lieu, ainsi que sur la capacité du festival à réactiver les lieux de l'intra-muros.

Les 15 - 30 ans au Festival OFF

25L'édition 2017 du Festival OFF marque pour 44,6 % des 15-30 ans au moins leur deuxième participation. Les publics jeunes sont ceux qui viennent le plus avec leurs parents et leur fratrie, indiquant une forme de transmission du festival qui passe par la famille. Ils sont, également, ceux qui viennent le plus avec leurs amis (51,6 % contre 44 % pour le public global). L'analyse des réponses à la question ouverte « Pourquoi êtes-vous venus au festival cette année ? » fait ressortir l'occurrence « ami » ou « amis », que l'on peut classer en deux catégories distinctes. Tout d'abord, les amis fonctionnent comme prescripteurs du festival : ce sont ceux qui seront acteurs de la transmission. Nous pouvons par exemple citer cette réponse :

« Une amie m'a proposé de loger avec elle chez sa tante à Avignon, pour assister au Festival d'Avignon. J'avais vaguement entendu parler de ce festival par ma famille, et j'ai eu envie de découvrir ce que c'était ».

26La transmission agit dans les deux sens, les spectateurs enquêtés jouant également le rôle de prescripteurs.

« Oh ben j'ai pris ungenre de rôle d'Avignonnais, de vrai Avignonnais parce que je ne suis pas rentré à Aix pendant un mois. Et là tu commences à conseiller les autres sur les chemins à prendre puisqu'on connaît bien la ville, c'est une nouvelle étape... »

  • 12 Les auteurs tiennent à remercier Coralie Silvestre pour la conduite des entretiens dans le cadre de (...)

Stéphane12

27La deuxième catégorie est celle qui regroupe les publics pour qui une des motivations premières de venue au festival relève d'un soutien à des amis qui vont jouer, potentiellement pour la première fois, au Festival OFF. Par exemple : « Amis acteurs suisses jouant au Chêne Noir », « Comme tous les ans, voir des pièces de théâtre au OFF. Et plus particulièrement la pièce d'un ami », ou encore « Pour soutenir un ami qui présente et joue une pièce au festival pour la première fois ». Cette seconde catégorie est importante quand on comprend l'aspect intimidant que peut avoir le festival lors d'une première participation en tant que comédien.

  • 13 G.Simmel, Le Conflit, Paris, Circé,1995 (1908), p. 113.

28Cependant, l'aspect primordial qui réunit ces publics autour de la question des amis et de l'accompagnement au festival relève d'une dimension à la fois festive et vacancière. Le festival constitue par exemple, pour une partie de ces publics d'une étape sur la route des vacances, la situation géographique d'Avignon jouant en la faveur de ce dernier. Cet aspect festif se retrouve dans les noms donnés par les publics qui ont entre 15 et 30 ans quand il s'agit de donner trois lieux qui sont importants pour eux durant le Festival OFF. Si le mot « théâtre » est celui qui revient le plus souvent, comme pour l'ensemble des publics, les mots « rue » et « place » sont les deux occurrences suivantes les plus citées par les publics jeunes. Ces données indiquent qu'en plus d'une fréquentation des salles de théâtre, le festival, pour ces publics, se passe dans la rue et sur les places. Il ne s'agit pas ici de la rue envisagée comme espace où peut avoir lieu une représentation de théâtre de rue, mais bien d'un endroit où il s'agit de se retrouver le soir. La rue des Teinturiers, avec ses bars, ses théâtres, ses pavés et son canal, est la plus citée par ces festivaliers. L'aspect festif, important pour ces publics, relève d'une socialisation importante en temps de festival : c'est à ce moment-là que les échanges prennent forme et qu'il est possible pour chacun de prendre la parole. On pourra y confronter son opinion avec celles de nos amis à propos des pièces vues pendant la journée ou le séjour. C'est également pendant ces moments-là que des conflits vont pouvoir naître, mais des conflits positifs qui permettent d'affiner ses goûts et son identité et de renouveler une envie culturelle. C'est par ces discussions qu'il va être possible de se situer dans un régime de valeurs par rapport aux personnes qui nous entourent. La culture est effectivement le meilleur moyen de se disputer avec ses amis sans que les conséquences soient négatives. Cette forme de conflit, comme l'a montré Georg Simmel13, contient en son sein une faculté de socialisation qui permet à un groupe d'évoluer collectivement tout autant qu'il permet un avancement individuel.

« Pour moi être dans la rue c'est vivre le festival. Après, les pièces, c'est une partie du festival, mais ce qui a fait sa réputation et le fait que tout le monde l'apprécie c'est tout ce qui se passe autour des pièces, justement. L'ambiance dans les rues, les 40 degrés constamment, tu ne peux pas faire 10 pas sans croiser quelqu'un qui est déguisé... pour moi, faire le festival c'est avant tout y aller, et les pièces c'est un peu un plus. »

Morgane

« Pour moi, faire le festival c'est être dans la rue et profiter de l'ambiance. Le peu de fois où j'ai fait le festival ça se passait comme ça : avec ma famille on venait 2-3 fois dans l'été, on se promenait dans Avignon, on voyait qu'il y avait le festival, on se calait pour boire un coup, on voyait des artistes de rues, c'était sympa ! »

Gabriel

29Enfin, les publics jeunes sont les plus nombreux à venir au festival seuls (27,8 % contre 15,2 % pour le public global). Ils sont également ceux qui ont donné le plus de réponses différentes à cette question à choix multiple, c'est-à-dire qu'ils ont un mode de fréquentation nettement plus varié que le reste du public. Ils vont, par exemple, passer une partie de la journée en famille pour la finir entre amis, ou passer quelques jours seuls pour être rejoints par des amis plus tard. Cette pluralité des modes de fréquentation, à laquelle s'ajoutent des séjours plus longs que la moyenne, corrobore l'idée que le public jeune laisse une plus grande part d'aléatoire dans son séjour.

30En ce qui concerne leur venue au festival, les publics qui ont entre 15 et 30 ans sont beaucoup plus nombreux que les autres à venir en train (TER et TGV) et nettement moins nombreux à utiliser un véhicule personnel. Ces données ne s'expliquent pas uniquement pas la provenance territoriale, puisque qu'ils sont aussi nombreux à venir des trois départements proches du festival, le Vaucluse, le Gard et les Bouches-du-Rhône. Cependant, les publics jeunes sont plus nombreux à venir de plus loin, plus spécifiquement de région parisienne (30 % contre 18 %). Ces données sont à mettre en lien tout d'abord avec le pourcentage d'étudiants présent dans les publics ayant entre15 et 30 ans (environ 5 %), ainsi qu'avec la répartition genrée des publics jeunes et la part de ce public qui déclare venir au festival en tant que professionnel. Il y a effectivement 76 % de femmes chez les 15-30 ans, contre 64,5 % pour le reste du public. Ces trois données concernant le public jeune - plus parisien, plus étudiant, plus féminin - mises en relation avec les effectifs à majorité féminine des formations universitaires menant aux métiers de la culture, nous permet de faire l'hypothèse d'un milieu professionnel en passe de se féminiser. À voir si ces données se concrétiseront, notamment aux postes de directions des théâtres, des festivals et des compagnies, toujours à grande majorité occupés par des hommes.

31Concernant l'hébergement, la principale différence relève de la fréquentation des hôtels, très peu occupés par les publics jeunes. Les écarts de budget entre les plus et les moins de 30 ans, s'ils justifient en partie les disparités de logement, n'expliquent cependant pas tout. Ils sont également révélateurs d'une diversité de temporalité dans l'organisation de son séjour en fonction de l'âge des publics. Les publics de moins de 30 ans semblent être, du fait de l'incertitude de leur emploi du temps à long terme, davantage dans une dynamique de « dernier moment ». Ainsi, les hôtels sont tous pris par les publics plus âgés, ayant une vision à plus long terme de l'organisation de leur année. Ce même schéma se retrouve également dans les abonnements des théâtres parisiens, principalement prisés par les publics plus âgés, là où les places achetées au dernier moment le sont davantage par les publics plus jeunes.

32Cette occupation des logements avant que les publics de moins de 30 ans puissent s'organiser semble être un problème, tant cette question du logement est pointée par ces publics quand ils donnent la raison de leur venue au festival cette année. Ces publics sont nombreux à indiquer le rôle décisif qu'a joué, dans leur venue, le fait d'avoir un logement à disposition, qu'il s'agisse d'un logement familial aux alentours ou d'amis pouvant les héberger. Même les étudiants avignonnais sont concernés, tant certains propriétaires préfèrent louer leur appartement au prix fort pendant le mois de juillet et leur font signer des baux allant de septembre à juin.

« Quand j'imagine le festival d'Avignon, ça sera vraiment le système D, je ne pense pas prendre un appart à 1000 € la semaine »

Pom

« Je ne pourrai pas venir au festival cette année, non. Mais j'aimerais, mais je ne peux pas, je dois rendre l'appartement à la fin du mois et c'est très cher d'en trouver un autre. »

Carla

« J'aimerai bien venir, mais je rends l'appartement fin juin. Mais je réfléchis comment venir en juillet pour voir le festival. Pour rester 2-3 semaines. »

Tobias

33Enfin, plusieurs éléments ressortent de l'utilisation du numérique par les publics de moins de 30 ans. Tout d'abord nous constatons la progressive baisse de l'impact de la presse, généraliste ou spécialisée, et de la radio, au profit des réseaux sociaux et des blogs. Quand il s'agit de s'intéresser aux réseaux sociaux pratiqués par les publics de moins de 30 ans, nous pouvons remarquer, sans surprise, que ces publics sont largement plus inscrits que les plus de trente ans. Facebook reste le réseau social privilégié, avec 90 % des moins de 30 qui y sont inscrits. Cependant, ces données étudiées sur des classes d'âge plus restreintes, c'est-à-dire en s'intéressant de plus près aux réseaux sociaux prisés par la frange la plus jeune de ces publics, font remarquer que Facebook n'est pas nécessairement le réseau social le plus prisé en termes de fréquence d'utilisation. Instagram, YouTube et Snapchat semblent être les plus en vogue en termes de croissance d'utilisateurs de moins de 30 ans et ceux où ils sont le plus entre eux. Ces données sont à mettre en parallèle avec l'équipement en smartphone des publics de moins de 30 ans, supérieur à celui du reste du public, ainsi qu'avec l'utilisation quotidienne d'internet, largement supérieure, également, pour la tranche d'âge la plus jeune.

Festivaliers occasionnels

34Un des dispositifs les plus forts mis en place par l'équipe organisatrice du Festival OFF est la carte OFF, qui relève d'une forme d'abonnement puisque chaque festivalier peut acheter une carte qui lui permettra d'obtenir une réduction de 30 % sur chaque spectacle. Pour cette partie de l'enquête, la focale a été mise sur les publics qui n'ont pas fait l'acquisition de la carte et ce, afin d'analyser les formes d'engagements plus faibles dans le festival, que nous nommerons, par souci de clarté, les publics occasionnels.

  • 14 G. Agamben, Qu'est-ce-qu'un dispositif ?, Paris, Payot & Rivages, 2007, p. 31.

35Sans surprise, le premier élément à observer concernant ces publics est qu'ils forment une plus grande part de primofestivaliers. 25 % des publics occasionnels viennent pour la première fois au Festival OFF. Ces chiffres expliquent en partie le fait qu'ils ne font pas l'acquisition de la carte OFF. Une première expérience de festival implique un apprentissage du dispositif qui passe notamment par la familiarisation avec les tarifs préférentiels et les dispositifs d'abonnement. Mais la carte OFF, en tant que dispositif au sens où l'entend le philosophe Giorgio Agamben14, c'est-à-dire notamment un objet qui a la capacité d'orienter et de modeler une pratique, fonctionne comme un marqueur d'investissement dans le festival. En effet, elle en permet une pratique plus aisée notamment en donnant accès à des tarifs préférentiels. Elle marque aussi une implication forte dans le festival : elle est nominative, il y a une photo, on la gardera en souvenir. De plus, la carte coûtant seize euros en tarif plein et permettant une réduction de 30 % sur les spectacles, ce qui correspond à entre cinq et sept euros, elle est rentabilisée au bout de trois spectacles. Une partie des publics dont c'est la première édition ne fait toutefois pas la démarche de faire l'acquisition de la carte OFF, préférant tout d'abord tremper leur orteil avant de plonger pour de bon. L'organisation du séjour des publics occasionnels se fait davantage pendant la dernière semaine du festival par rapport au reste du public, ce qui explique en partie les raisons du non-abonnement : plus la fin du festival approche, moins il paraît facile de la rentabiliser.

36Les publics occasionnels fréquentent également moins le Festival d'Avignon que les publics assidus. Les deux festivals ne se positionnent ainsi pas selon un régime de rivalité, mais plutôt dans une relation bénéfique, dans le sens où les publics assidus, plus investis dans le Festival OFF, sont ceux aussi qui fréquentent plus le Festival d'Avignon. Nous sommes face à ce que l'on appelle des pratiques entraînantes, où la fréquentation d'un festival mène au second. À partir du moment où la question de la potentielle concurrence entre le Festival OFF et le Festival d'Avignon est écartée, il s'agit de comprendre les raisons qui font qu'une partie du public ne fait pas l'acquisition de la carte OFF.

37La comparaison entre le public global du Festival OFF et les publics occasionnels fait émerger que ces derniers fréquentent moins le théâtre durant l'année que les publics assidus. Ce rapport plus distant au théâtre se retrouve dans l'ensemble des pratiques culturelles. À titre d'exemple, les publics occasionnels vont également moins au cinéma que le public du Festival OFF pris dans son ensemble. Ces pratiques culturelles moins fréquentes viennent appuyer la décision de ne pas s'abonner. L'acquisition de la carte OFF marque, plus encore qu'un investissement envers le festival, un désir ou une promesse d'investissement qu'on se fait à soi-même. Les publics sont alors nombreux à avoir le sentiment qu'ils ne pourront pas rentabiliser la carte OFF. La répartition des publics occasionnels par rapport à la durée de séjour fait émerger un public qui, majoritairement, ne reste qu'un ou deux jours à Avignon pendant la période du festival. Sachant que la carte OFF se rentabilise à partir de trois spectacles, les publics sont ainsi nombreux à considérer qu'en ne restant qu'un jour ou deux ils n'auront pas le temps de la rentabiliser. Cette hypothèse se retrouve dans la répartition des publics occasionnels par nombre de spectacles vus dans le OFF. Une majorité déclare ainsi aller voir trois spectacles ou moins, ce qui va dans le sens de l'hypothèse d'une carte OFF non rentabilisée.

38À partir de ces éléments, ces différences entre les publics occasionnels et le public global se répercutent sur les budgets alloués à la fois au séjour dans sa globalité ou uniquement aux spectacles. Les publics occasionnels, qui sont ceux qui restent le moins longtemps à Avignon et vont voir le moins de spectacles, ont naturellement des budgets moins élevés que le public pris dans sa globalité.

39Cependant, ces données n'expliquent pas la raison pour laquelle le reste du public, qui parfois va voir jusqu'à plus de cinq spectacles, ne s'abonne pas, contre une forme de rationalité budgétaire qui ferait prendre aux individus les décisions les plus sensées économiquement, d'autant plus à partir de budgets globalement plus resserrés. Bien sûr, une partie des publics peut ne pas être au courant de l'existence de la carte OFF, même si le taux reste difficile à évaluer. Toutefois, dès lors que l'on élargit la réflexion aux niveaux de connaissance que ces publics dits occasionnels ont de l'ensemble des dispositifs mis en place par le Festival OFF, on remarque, à titre d'exemple, qu'ils sont aussi nombreux que les publics assidus à réserver leurs places avec Ticket OFF, service de billetterie officiel du Festival. La majorité des publics occasionnels semble donc informée de l'existence de ces dispositifs, dont la carte OFF. La non-acquisition de cette dernière ne s'explique donc pas de manière pertinente par l'ignorance de son existence.

40De plus, les publics qui ne s'abonnent pas sont plus des publics locaux que des publics qui viennent de loin. Ainsi, ces publics occasionnels logent majoritairement à leur domicile. Les chiffres montrent aussi que ces derniers sont plus jeunes que le public global. L'analyse de ces données permet de dégager une des raisons pour laquelle le public ne s'abonne pas. Le Festival OFF se vit principalement à partir d'une organisation pratique en amont qui va fonctionner comme cadre à l'intérieur duquel la pratique festivalière va s'épanouir de manière quotidiennement improvisée. La carte OFF s'inscrit dans ce cadre pratique, car elle facilite les achats de places. Le cadre dédié au festival est important dans la prise de décision d'acquérir la carte OFF, car elle nécessite d'être rentabilisée. Or, pour les publics locaux, ce cadre existe moins dans le sens où le quotidien est moins rompu pour faire place au festival. La préparation en amont est moins forte et ces publics sont moins dans une démarche de faciliter leur pratique du festival. De la même manière pour le public jeune, moins enclin à le préparer en amont et à anticiper ses pratiques culturelles, l'acquisition de la carte OFF est moins sûre. Le cadre dans lequel s'inscrivent les festivaliers permet une fréquentation plutôt assurée des théâtres pendant la période de séjour avignonnais et la carte OFF se situe pleinement dans cette démarche. Pour un ensemble de publics occasionnels, la fréquentation des théâtres repose sur des éléments moins évidents, rendant plus incertaine la rentabilisation de la carte OFF et, par conséquent, son acquisition.

41L'analyse des données fait émerger trois typologies de publics occasionnels, ou tout du moins deux raisons qui poussent les publics à ne pas acheter la carte OFF. Elles tournent autour de la notion de rentabilisation, à la fois financière et symbolique. Tout d'abord, cette carte représente pour une partie du public un engagement symbolique trop fort. C'est-à­dire que les pratiques culturelles annuelles des publics ne semblent pas suffisantes pour que la promesse, lors de l'acquisition de la carte OFF, d'aller voir au moins trois spectacles, soit tenue. L'implication symbolique dans le festival que permet la carte OFF semble trop forte pour certains publics qui ne préfèrent pas s'engager. Deuxièmement, les publics faisant à Avignon un court séjour ne font majoritairement pas l'acquisition de la carte OFF. Ici il s'agit moins d'une rentabilisation symbolique que d'une dynamique financière. En ne restant qu'un ou deux jours, la carte n'est pas sûre d'être amortie, et une partie de public décide de ne pas en faire l'acquisition. Enfin, la carte OFF, s'inscrivant dans un cadre qui permet de faciliter la pratique théâtrale durant le mois de juillet, ne semble pas nécessaire pour une partie du public qui ne souhaite pas faire cet investissement financier et symbolique. En d'autres termes, l'absence de volonté pour certains publics de solidifier le cadre de leurs pratiques festivalières, tout autant que d'envisager la contractualisation d'une relation symbolique avec le festival, se manifeste à travers la décision de ne pas s'abonner.

Conclusion

42Les plus de 3 000 questionnaires récoltés font émerger une pluralité de formes de relations entre les festivaliers et le Festival OFF d'Avignon. Certains décident de ne rester qu'une journée, d'autres y passent plusieurs semaines. Certains viennent seuls, d'autres avec leur famille ou leurs amis. Des festivaliers peuvent y dépenser plus de 3 000 euros, d'autres moins de 100 euros, et ainsi de suite. À travers toutes ces façons de faire le OFF d'Avignon, un certain nombre d'éléments rassemblent néanmoins les festivaliers.

43Notons, tout d'abord, une fréquentation des équipements culturels, et notamment des salles de théâtre, plus élevée que la moyenne des Français. Étant donné le nombre d'éditions du festival auxquelles les festivaliers ont participé, nous pouvons dire que cet amour du théâtre est à la fois la cause et la conséquence de la pratique du festival. Soit, que ce dernier crée un amour du théâtre autant que cet amour explique la raison de la venue à l'évènement. La fréquentation des salles de théâtre n'est pas la seule pratique que partagent les festivaliers, puisque c'est l'ensemble de leurs pratiques culturelles qui se situent au-dessus de la moyenne des Français. Le Festival OFF crée une envie de culture qui dépasse la simple fréquentation du théâtre et se mesure aussi à celle des cinémas, des salles de concert, etc.

44Ce qui apparaît singulier dans la façon de faire le OFF, en comparaison avec la pratique des salles de théâtres ou du Festival d'Avignon, est l'aspect à la fois souple et solide de son mode de fréquentation. Cette solidité se juge, par exemple, à la façon dont les festivaliers organisent leur séjour à Avignon. Le mode d'hébergement est pris à l'avance et est confortable, ce qui est aussi le cas pour les transports. En somme, tout est fait pour élaborer le cadre le plus ferme possible au sein duquel le festivalier va pouvoir s'épanouir durant son séjour. Dans le même temps, cette solidité se confronte à la souplesse dont les festivaliers font preuve au jour le jour dans la manière de vivre leur festival. Faire le OFF, à Avignon, c'est accepter les impondérables : les salles déjà pleines, les files d'attente, les restaurants bondés qui nous font rater la pièce, il faudra parfois courir, parfois il y aura du retard. Tous ces éléments, qui rendent le festival difficilement prévisible, font partie de l'aventure. Les festivaliers jouent avec ce caractère imprévisible, car au fond, c'est aussi cela qui fait, selon eux, le charme du OFF. La souplesse du quotidien est nécessaire pour laisser la place aux découvertes inattendues et remplir ainsi ses séjours de souvenirs. La tâche est d'autant plus compliquée que le nombre de spectacles programmés au Festival OFFest passé de 1 070 EN 2010 à 1 538 en2018, et ne cesse d'augmenter. Il n'est pas question ici d'évaluer ce que serait un nombre idéal de spectacles, mais s'il y a bien une tragédie qui se joue chaque année à Avignon, c'est celle que Georg Simmel appelle « la tragédie de la culture ». La vie subjective, celle des humains, est sans repos et limitée dans le temps. La vie des créations, quant à elle, est illimitée et immuable. Ce qui se traduit par la formule simple, mais déprimante à Avignon : il n'est pas possible de tout voir.

45Dès lors, que faire quand nous nous retrouvons, immanquablement chaque année, à n'avoir pas vu la pièce dont nos voisins de table parlent ? Le mieux dans ces cas-là, c'est d'assumer, voire de revendiquer le fait de parler des pièces que l'on n'a pas vues. La culture est toujours d'une certaine manière une discussion à partir de ce que nous ne sommes pas. C'est peut-être d'ailleurs là le rôle de la critique théâtrale, cinématographique ou littéraire, plus que de nous éclairer sur les œuvres à apprécier, de nous fournir un réservoir de discours qui nous permette de circuler dans un espace social. Au fond, de parler des choses qu'on n'a pas vues.

  • 15 L. Bohannan, « Hamlet chez les Tiv », Revue des sciences humaines, 240 , 199 5, p. 164, cité dans P (...)

46Pierre Bayard a écrit un ouvrage qui s'intitule Comment parler des livres qu'on n'a pas lus. Le livre, qui s'apparente à un éloge de la non-lecture, construit en fait une pensée singulière autour de la possibilité de tenir un discours passionnant sur les œuvres dont nous n'avons qu'une connaissance fragmentaire, voire aucune connaissance. Il y cite un article de 1966 de l'anthropologue Laura Bohannan qui a pour titre « Hamlet chez les Tiv15 ». Elle y raconte comment, lors d'un voyage en Afrique de l'Ouest chez une tribu Tiv, elle décide de leur raconter sommairement l'histoire d'Hamlet afin de prouver à un collègue anglais l'universalité de la pièce de Shakespeare. Elle se rendra compte cependant qu'à partir d'informations fragmentaires sur l'œuvre, les Tiv sont capables d'en donner une interprétation radicalement différente, mais tout aussi valable. Car, comme Pierre Bayard nous le rappelle :

  • 16 Bayard, Comment parler, op. cit., p. 153-154. .

« Le paradoxe de la lecture est que le chemin vers soi-même passe par le livre, mais doit demeurer un passage. C'est à une traversée du livre que procède le bon lecteur qui sait que chacun d'eux est porteur d'une partie de lui-même et peut lui en ouvrir la voie, s'il a la sagesse de ne pas s'y arrêter.16 »

  • 17 Ibid.

47C'est à ce genre de traversée qu'on peut assister face à un festivalier qui, n'ayant pas vu la pièce, décide quand même de s'en saisir « pour s'engager dans sa propre réflexion sans se soucier du reste, en prenant bien soin, ainsi, de ne pas se perdre de vue17 ». Oscar Wilde, à propos de son travail de critique, indiquait, non sans humour, qu'il préférait ne pas lire les livres qu'il devait critiquer, de peur de se laisser influencer. Il y a dans cet énoncé l'idée que tout discours sur une œuvre est un discours sur soi-même. C'est ce discours sur soi-même qui crée la puissance de la culture dans sa capacité à créer des disputes qui ne sont pas graves. Bien sûr qu'il faut aller voir les pièces si on le peut. Mais ne laissons pas le fait de ne pas les voir vues scléroser nos conversations. Il s'agit de revendiquer autant le fait, à Avignon, d'aller voir certaines pièces que de ne pas aller en voir d'autres.

48Dans Un ethnologue dans le métro, Marc Augé écrit :

  • 18 M. Augé, Un ethnologue dans le métro, Paris, Hachette, 1986, p. 8.

« C'est bien un privilège parisien que de pouvoir utiliser le plan du métro comme un aide­ mémoire, un déclencheur de souvenirs, miroir de poche où viennent se refléter et s'affoler un instant les alouettes du passé18. »

  • 19 L. Adler, Tous les soirs, Arles, Actes Sud, 2016, p. 58.

49Ce privilège dont parle Marc Augé, les festivaliers d'Avignon l'ont également. Sur la carte des théâtres et des rues d'Avignon, sur celle des cafés et des restaurants, peut se décalquer le palimpseste qu'est la vie du festivalier. Une carte où cohabitent les rencontres et les souvenirs ainsi que les marques laissées par les pièces qu'on y voit. Comme l'explique Laure Adler, « faire du théâtre est, le plus souvent, l'histoire d'un choix et une manière de vivre, mais voir du théâtre peut l'être aussi et laisser des traces indélébiles ». Si ces traces sont indélébiles, c'est que « nous les avons vécues dans une communauté19 ».

  • 20 Voir deux thèses en cours à Avignon Université (dir. E. Ethis, D. Malinas, R. Roth) : C. Royon, De (...)
  • 21 E. Ethis (éd.), Aux marches du palais, le Festival de Cannes sous le regard des sciences sociales, (...)

50Lors des enquêtes dans les différents festivals, aux Trans Musicales20 à Rennes, au Festival de Cannes21 ou à Avignon, nous observons que nombreux sont les festivaliers ne retrouvant certains de leurs amis qu'au cours de ces évènements. Les festivals sont des lieux de rencontres dont la force s'appuie sur l'ensemble de ce dispositif si particulier, dès lors qu'il englobe tout à la fois une journée éreintante et une nuit interminable. Les festivals sont des voyages pour lesquels on ne garde pas de force pour le trajet du retour. Et s'il est possible, pour le festivalier d'Avignon, de repérer dans les murs de la ville les sédiments de ses festivals précédents, c'est qu'on peut - et il peut - y voir les traces d'expériences esthétiques passées tout autant que la promesse des suivantes. Car ces expériences esthétiques ont cette double fonction de générateur et de réservoir à souvenirs. Et s'il vient à l'idée d'un festivalier de faire, à la façon de Joe Brainard ou de Georges Perec, une suite de Je me souviens concernant le festival, c'est en cherchant dans les programmes passés, dans les tickets rangés dans un tiroir ou qui dorment dans une enveloppe, ou encore dans les microcritiques postées sur les réseaux sociaux qu'il pourra sentir se révéler, à la manière d'une photographie, les rencontres et souvenirs qui y sont accrochés.

Notes

1 E. Ethis, J-L. Fabiani, D. Malinas, Avignon ou le public participant, Montpellier, L'entretemps, 2008, p. 14-15.

2 Voir A. Arno Sanchez, S. Gaillard, M. Galéra, P. Payan (dir.), Les Carmes : théâtre et patrimoine à Avignon, Avignon, Éditions Universitaires d'Avignon, 2019.

3 Par souci de clarté, le Festival d'Avignon dit « IN » sera nommé Festival d'Avignon, avec une majuscule à Festival.

4 Les exemples, qui forcent une opposition entre les deux festivals ou entre leurs publics, ne manquent pas, qu'il s'agisse de travaux universitaires ou médiatiques. Loin de l'idée de confrontation, les enquêtes indiquent au contraire une fluidité des publics entre ces deux festivals

5 Ethis, Fabiani, Malinas, Avignon ou le public participant, op. cit., p. 152.

6 Le questionnaire comprenait cinquante-huit questions, dont neuf questions ouvertes. Il s'organisait en trois parties : le rapport au Festival OFF, les pratiques culturelles à l'année et des questions d'identification (âge, sexe, provenance géographique, catégorie socioprofessionnelle, niveau de revenu).

7 Nous entendons par « publics locaux » ceux qui déclarent habiter le Grand Avignon, qu'ils vivent dans le Gard ou le Vaucluse.

8 Il est toujours délicat d'envisager les publics au travers d'une catégorisation par tranche d'âge choisie de manière arbitraire. Ici la tranche 15 – 30 ans a été privilégiée par souci de représentativité des chiffres et de taille de l'échantillon.

9 O. Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l'ère du numérique, enquête 2008, Paris, La Découverte, 2009.

10 À ce propos, voir la thèse de S. H. Han, Le public asiatique potentiel du Festival d'Avignon: l'approche de l'anthropologie de la communication, thèse (dir. Y. Winkin, D. Malinas), Avignon Université, 2018.

11 C. Lagier, Le populisme en question. Élections et abstention vues d'Avignon, Avignon, Éditions Universitaires d'Avignon, 2018, p.46.

12 Les auteurs tiennent à remercier Coralie Silvestre pour la conduite des entretiens dans le cadre de son mémoire : C. Silvestre, Les étudiants avignonnais et le Festival d'Avignon, mémoire de master (dir. D. Malinas, S. Pourquier-Jacquin), Avignon Université, 2017.

13 G.Simmel, Le Conflit, Paris, Circé,1995 (1908), p. 113.

14 G. Agamben, Qu'est-ce-qu'un dispositif ?, Paris, Payot & Rivages, 2007, p. 31.

15 L. Bohannan, « Hamlet chez les Tiv », Revue des sciences humaines, 240 , 199 5, p. 164, cité dans P. Bayard , Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?, Paris , Éditions de Minuit, 2007, p. 78.

16 Bayard, Comment parler, op. cit., p. 153-154. .

17 Ibid.

18 M. Augé, Un ethnologue dans le métro, Paris, Hachette, 1986, p. 8.

19 L. Adler, Tous les soirs, Arles, Actes Sud, 2016, p. 58.

20 Voir deux thèses en cours à Avignon Université (dir. E. Ethis, D. Malinas, R. Roth) : C. Royon, De la rencontre à la relation, les publics des Rencontres Trans Musicales de Rennes sous le regard des sciences sociales, et A. Delorme, Découvrir et se découvrir en Festival.

21 E. Ethis (éd.), Aux marches du palais, le Festival de Cannes sous le regard des sciences sociales, Paris, Ministère de la Culture, 2001.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540