Version classiqueVersion mobile

Conquérir l’humanité

 | 
Madeleine Louarn

Préface

Laure Adler, Emmanuel Ethis et Damien Malinas

Texte intégral

1Les festivals, comme les campus, sont des scénarisations palimpsestes, une sorte de chaîne de collaboration réunie en un monde organisé par des ingénieurs de l’enchantement. Organisées en coopération avec la direction du Festival d’Avignon, l’équipe avignonnaise du Centre Norbert Elias et la Maison de la culture et de la vie de campus, les Leçons de l’Université invitent, depuis 2005, de grandes figures de la scène nationale et internationale, des artistes, des chercheurs et intellectuels, à donner une leçon magistrale d’une heure retraçant leur expérience, leur point de vue, leur posture et donc, en tout premier lieu, leurs idées.

2Enfant du théâtre public, révélé au Festival d’Avignon avec Henry VI et avec le feuilleton sur l’histoire du Festival, Thomas Jolly est passé en moins de dix ans du statut de jeune espoir à celui de metteur en scène d’envergure et populaire. Son approche des grands textes joue de la figure du monstre, de la difficulté de représenter l’irreprésentable et des grands formats. Avec La Piccola Familia, il pense le théâtre comme un art citoyen et cherche à interroger le fondement de l’être humain.

3Madeleine Louarn découvre le théâtre comme éducatrice spécialisée dans un centre pour personnes en situation de handicap mental à Morlaix. Elle y crée l’atelier de pratique amateur Catalyse et devient metteuse en scène. Depuis plus de trente ans, elle a fait entendre aussi bien Lewis Carroll que Christophe Pellet, William Shakespeare que Samuel Beckett, Danil Harms que Frédéric Vossier. Avec ses acteurs exemplaires et uniques, elle choisit des textes qui posent toujours la question du jeu de l’acteur, de sa vérité et de sa présence.

« Peut-être que ce qui me caractérise le plus c’est d’avoir travaillé sur le texte. […] La poésie a un effet objectif sur la manière dont nos ressentis et notre pensée se déplacent. […] Je crois que c’est profondément poétique de laisser de la place à une idée ou à quelque chose que nous n’avions pas pensé, et que nous ne sommes pas sûrs d’avoir compris, mais qui tout à coup fait son œuvre à travers le temps. […] Le théâtre est un savoir physique de l’espace, du temps et de la pensée. »

4L’idée du « texte », appliquée aux événements, est aiguisée et productrice de connaissances. Cette efficacité en est aussi la limite car, d’une manière ou d’une autre, le prisme du linguistique s’attarde sur les éléments, unités textuelles. La notion de scénarisation, par sa dimension temporelle, laisse mieux apparaître les discontinuités que le « dispositif », à la fois plus spatial et plus englobant.

5On le voit, il y a quelque chose de rassurant au travers de l’auteur qui équivaut au rapprochement avec le réel pour le langage de la fiction. Cependant, s’il y a un sentiment de fiction, il ne relève pas d’un langage de fiction, mais d’un langage de vie qui tient de la fiction par un enchantement entretenu par ses ingénieurs et une suspension volontaire de l’incrédulité de ceux qui y participent : on croit à ce petit monde auquel on participe.

6Grâce aux Éditions Universitaires d’Avignon et à la collection Entre-Vues, nous espérons, par une adaptation fidèle des Leçons de l’Université d’Avignon, fixer durablement et prolonger le plaisir, l’intérêt et la réflexion pour tous ceux qui y ont assisté et, pour ceux qui n’étaient pas là, faire découvrir les mots et les paroles, si importants ici, de ceux qui définissent au mieux et dans tous les sens du terme, l’espace de la création et de la recherche.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search