Version classiqueVersion mobile

Maquiller les ténèbres

 | 
Thomas Jolly

Avant-propos

Olivier Py

Texte intégral

  • 1 Cet avant-propos est commun aux trois Leçons publiées cette année : Julien Gosselin, Faire vie de l (...)

1Les Leçons de l’Université1 chaque année au Festival d’Avignon offrent un espace de questionnement rare. Ce pont jeté entre les mondes du théâtre et de l’université donne à la pensée discursive une liberté débarrassée des rigueurs scientifiques autant que de l’indicibilité de la création.

2Le public toujours très présent y rencontre les artistes autrement, dans un exercice périlleux à la fois d’analyse et de sincérité nue. Si le théâtre pense, il pense différemment de l’essai et c’est cette différence précisément qui fait jour comme infiniment précieuse. L’oralité sous-entendue d’ailleurs dans le titre de Leçon est une porosité au temps, à la présence des spectateurs, aux surprises de la dialectique.

3L’artiste sous le feu toujours subtil des questions de Laure Adler fait souvent part de sa difficulté à analyser son geste et, sitôt cette réticence levée, il s’y adonne à sa manière, entre la confession inquiète et la paraphrase savante. Il s’agit ici à la fois de trouver les origines de la vocation au sens biographique autant que spirituel et par ce retour en arrière d’affiner sa démarche, fût-elle peu linéaire.

4L’interrogation nécessite un certain tact pour celui qui est interrogé, tout autant que pour celui qui interroge, surtout quand l’artiste est au lendemain d’une création, moment souvent obscur où il est difficile de retrouver les arcs-boutants de l’architecture intellectuelle. Mais cette difficulté qui confère à l’émoi donne aussi toute sa saveur à ces échanges aussi libres qu’ambitieux. « À quoi sert le théâtre ? » est la question la plus fondamentale et chacun y répond à sa manière, en rappelant que c’est son œuvre qui y répond le mieux. Pourtant la question semble inlassable car liée à l’humanisme le plus radical.

5Trois parcours, trois vies, trois styles, trois horizons aussi dissemblables les uns des autres, nous rappellent aussi la prodigieuse diversité esthétique du théâtre public. Pourtant pour Madeleine Louarn, Thomas Jolly et Julien Gosselin, il s’agit pareillement d’établir une ligne entre le politique et la scène, qui ne réduise pas le théâtre à une proclamation idéologique. Moins faire du théâtre politique que faire politiquement du théâtre. Pour Madeleine Louarn, c’est la voix de ceux qui n’en ont pas qui lui sert de guide politique et à travers eux tous les non-dits de la représentation normative. Pour Thomas Jolly, c’est déjouer les ressorts de la violence politique et aborder le crime contre l’humanité dans la monstration la plus angoissante. Pour Julien Gosselin, il s’agit d’inventer une forme contemporaine qui rende compte de l’état d’un monde où le danger s’accélère autant que les forces de salut.

6Suivons-les dans ce chantier passionné de leur pensée, en se souvenant que cette pensée a voulu être à l’épreuve de l’expérience des plateaux pour échapper au narcissisme intel­lectuel. Et ce n’est pas là sa plus petite vertu...

Notes

1 Cet avant-propos est commun aux trois Leçons publiées cette année : Julien Gosselin, Faire vie de la littérature ; Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres ; Madeline Louarn, Conquérir l’humanité.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search