Version classiqueVersion mobile

La Naissance des langues romanes

 | 
Maria Selig

Conférence

Maria Selig

Texte intégral

1Les recherches portant sur les débuts de la transmission écrite des langues romanes nous font comprendre la nécessité impérative d’un « travail » intellectuel, et d’une « énergie » sociale intenses, avant qu’on n’arrive à l’état de choses qui nous est familier : l’existence incontestée des langues romanes comme langues nationales, standardisées, satisfaisant à des besoins communicatifs de plus en plus complexes. Mais commençons par une autre vision du problème.

Peut-on fêter l’anniversaire d’une langue ?

  • 1 Schiaffini, Alfredo, I mille anni della lingua italiana, Milano, Scheiwiller, 1961.

2En 1960, on a célébré en Italie le millième anniversaire de la langue italienne1. L’occasion en était donnée par les célèbres Placiti Capuani, six chartes rédigées, à partir de 960, à l’abbaye du Mont Cassin. Insérées dans ces documents latins, on trouvait quelques lignes, rapportant des formules prononcées à l’occasion par ceux qui témoignèrent en faveur de l’abbaye. Les formules étaient écrites dans une langue qui, sans aucun doute, n’était plus du latin et qui ressemble par beaucoup de traits à l’italien. On en a conclu que l’italien était né exactement l’année de la mise par écrit de ces chartes.

3Je concède qu’à l’occasion de ces célébrations, on accordait une valeur uniquement symbolique à ces petits textes. Ce dont on voulait s’assurer, c’était l’identité de la nation italienne, et on le faisait en cherchant une date reculée pour la naissance de la langue nationale. Mais tout le problème est là. Est-ce qu’il est judicieux de parler de langue italienne quand on se rapporte à ces textes médiévaux ? Est-ce qu’il est judicieux de penser l’évolution de la langue italienne par le biais de métaphores de naissance, insinuant par là que son évolution ressemble à l’apparition brusque d’un organisme qui évoluera avec une identité constante à travers le temps ?

4À cette question, la linguistique moderne répond par la négative. Non, l’évolution d’une langue n’a rien de semblable avec la vie d’un organisme, parce que la langue est une pratique sociale, non pas une entité substantielle, voire organique. On continue, par commodité, à utiliser les métaphores en question. Même aujourd’hui, on parle couramment de naissance, de vie et de mort en se référant à des langues. Mais on sait qu’il faut avoir présent à l’esprit que ce ne sont que des raccourcis, qui résument des processus sociaux lents, multidimensionnels, non-linéaires, qui, en tant que processus sociaux, peuvent changer de caractère en cours de route, peuvent avorter, bref sont plutôt le contraire de ce que les métaphores organicistes semblent impliquer. De même, on parle toujours d’« ancien italien », d’« ancien français » et d’« ancien occitan », mais on utilise ces termes en tant que concepts métahistoriques. La continuité formelle d’un ensemble de traits linguistiques dans le temps nous permet de regrouper rétrospectivement celles-ci sous des dénominations telles que « ancien français ». Mais nous savons que ni le choix des noms ni le regroupement exact des traits linguistiques ne correspondent à la réalité des locuteurs historiques. La pratique langagière de ces temps suit une organisation qui lui est particulière et qui est indépendante des évolutions ultérieures.

  • 2 Haugen, Einar, « The Implementation of Corpus Planning : Theory and Practice », in Progress in Lang (...)
  • 3 Cerquiglini, Bernard, Une langue orpheline.

5Les coordonnées de notre approche de l’histoire des langues romanes ont donc changé. Nous savons désormais que les langues romanes telles que nous les connaissons aujourd’hui ne sont pas nées, mais qu’elles sont l’aboutissement de changements pluriséculaires, dont les phases s’enchaînent suivant une logique que l’on peut saisir à l’aide du modèle de la standardisation2. Par « standardisation », on entend un processus complexe qui se déroule sur plusieurs plans : on constate d’abord la multiplication des contextes d’emploi des formes linguistiques dans le domaine de la communication formelle et dans le domaine de la communication écrite ; ensuite on observe une complexification des structures linguistiques pour répondre aux besoins de ces nouveaux domaines ; on note en outre l’émergence d’une norme supra-régionale ; finalement, le processus de standardisation comporte un processus de normalisation et de délimitation explicite du système linguistique standardisé. Ces différents aspects de la standardisation peuvent se manifester synchroniquement - dans le cas de la planification linguistique, par exemple - mais en ce qui concerne l’histoire des langues romanes, ils se répartissent sur plusieurs étapes d’une évolution qui commence par l’émergence des nouveaux systèmes et aboutit aux langues modernes standardisées, en passant par ce que l’on peut appeler le passage à l’écrit. L’époque à laquelle on situe la genèse des nouveaux systèmes est l’antiquité tardive, période où les différences entre latin écrit et variétés parlées se sont accrues jusqu’à ce qu’une situation de diglossie en résulte. L’époque de la normalisation et de la codification ne commence qu’à l’époque de la Renaissance3. Le Moyen Âge, par contre, est caractérisé par l’apparition des langues écrites vernaculaires, par l’emploi des variétés romanes dans le domaine de l’écrit. Je me concentrerai sur cette deuxième période, le passage à l’écrit des langues romanes au Moyen Âge. Mais il est nécessaire de s’arrêter d’abord sur la genèse des variétés romanes. Car tout commence par là.

L’émergence de la rustica romana lingua (400-750 après J.-C.)

  • 4 Chaurand, Jacques, « Préhistoire, protohistoire et formation de l’ancien français ».

6On le sait, les langues romanes descendent du latin, non pas du latin classique, mais du latin vulgaire, du « langage de tous les jours, du sermo quotidianus mouvant, souple, indéfiniment adaptables aux contextes et aux situations, et en incessante évolution comme le sont les langues parlées ». Cette citation du dialectologue français Jacques Chaurand4 fait état d’une distinction qui est à la base de toute théorie moderne de la genèse des langues romanes : la séparation de la langue écrite, c’est-à-dire le latin classique, d’avec la langue parlée - le sermo quotidianus de Jacques Chaurand, le latin vulgaire des philologues du XIXe siècle. Cette distinction recourt à l’intuition d’une différence fondamentale entre deux dynamiques langagières. D’abord celle de la langue écrite et formelle - la langue de la distance communicative

7 Peter Koch et Wulf Oesterreicher, « Langage parlé et langage écrit ».

8En distinguant ces deux dynamiques, la linguistique historique a réussi à expliquer la contradiction apparente entre une production écrite latine, qui ne cesse pas pendant l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge, et l’apparition des premiers documents romans à partir du milieu du VIIIe siècle. La langue parlée latine, comme toute langue parlée, avait évolué, en élargissant la distance structurale qui la sépare du latin classique et en se fragmentant par la diffusion régionalement limitée de quelques innovations. Le latin classique nous cache cette évolution parce qu’il ne participe pas aux changements. Les nouvelles formes linguistiques existent déjà depuis assez longtemps, quand on se met à écrire pour la première fois en roman. On ne fait qu’attester leur existence.

  • 5 Banniard, Michel, Viva voce. Communication écrite et communication orale du IVe au IXe siècle en Oc (...)
  • 6 Pour un survol des différentes hypothèses, cf. van Uytfanghe, Marc, « Le latin des hagiographes mé (...)

9Mais quand latin et roman se sont-ils séparés ? La datation du moment de rupture est controversée et aucune proposition n’a été acceptée unanimement par les spécialistes. Les romanistes ont tendance à placer la scission entre latin et roman à une époque précoce, au IIe ou IIIe siècle de notre ère. Car c’est là qu’ont surgi, d’après les datations hypothétiques des linguistes, les premiers changements structuraux décisifs qui séparent latin et roman : le bouleversement vocalique, la diphtongaison des phonèmes « e » et « o » ouverts, le changement du marquage des cas, la fixation de l’ordre des constituants etc. D’autres historiens, par contre, suggèrent le maintien de l’unité du latin jusqu’au VIIe, voire jusqu’au VIIIe siècle. Car les documents, disentils, nous montrent que jusqu’à cette époque, la communication verticale, entre lettrés et illettrés5, s’était maintenue, même dans le domaine scriptural. Pour cette raison, ils plaident en faveur d’une scission tardive entre latin et roman. Il existe aussi une solution moyenne, une troisième école, qui place le hiatus entre latin et roman entre les deux extrêmes et propose une datation à l’époque qui s’étend du VIe au VIIe siècle6.

  • 7 Lot, Ferdinand, « À quelle époque a-t-on cessé de parler latin ? ».

10Il est clair que la question restera à jamais sans réponse empirique sûre. Nous disposons de données, mais il faut interpréter ces données et les interprétations resteront controversées. Il faut souligner aussi que la réponse à la question de savoir quand on a cessé de parler latin - pour reprendre la célèbre formule de Ferdinand Lot7 - dépend de toute façon de l’optique qu’on choisit. Ou on privilégie avec les romanistes l’aspect structural et on parle de scission dès le moment où se manifestent les premiers changements linguistiques importants, ou on s’appuie sur le fonctionnement imperturbable de la communication écrite même en pleine période de crise. La question est-elle donc mal posée ?

  • 8 Ferguson, Charles, « Diglossia ».

11Je pense que oui. Il faut renoncer à chercher une coupure nette entre latin et roman parce que cette coupure s’estompe dès que l’on commence à réfléchir sérieusement sur les différents aspects en question : il y a rupture au niveau des systèmes linguistiques. Mais ce qui devrait être fixé, ce n’est pas seulement la date de la rupture, c’est aussi la question de savoir combien de traits divergents il faut pour pouvoir parler de plusieurs systèmes distincts. Il y a rupture au niveau de la conscience linguistique. Au IXe siècle, les locuteurs euxmêmes parlent de l’existence d’une lingua romana rustica. Mais cette lingua romana rustica est-elle perçue comme une langue à part ou comme une variété toujours intégrée dans l’espace variationnel du latin ? La sociolinguistique moderne nous a montré que la conscience linguistique n’est pas forcément guidée par des critères structuraux. Et troisièmement : il y a rupture au niveau de la communication. Peut-être est-ce là le critère décisif permettant de trancher la question de savoir à quel point de l’évolution latin et roman se sont séparés. Mais la sociolinguistique moderne connaît des situations linguistiques caractérisées par un clivage structural entre la langue utilisée à l’écrit et les variétés parlées sans que ce clivage mène à la rupture au niveau de la conscience linguistique et sans que ce clivage menace le fonctionnement des pratiques langagières de cette communauté. Je parle du concept de diglossie, proposé par Charles Ferguson, qui, lui, se base sur une conceptualisation variationnelle de la langue8.

12Il faut insister sur le fait que chaque langue parlée par une société disposant de structures d’une complexité minimale connaît une variation interne. Je ne parle pas des situations de multilinguisme. L’Empire romain connaissait une immense masse de sujets parlant celte, germanique ou grec. Cette diversité linguistique était contrebalancée, du moins dans la partie occidentale de l’Empire, par une majorité latinophone. Mais la langue latine que parlait cette population n’était pas toujours et partout la même. Elle connaissait des variantes, dialectales, sociolectales, stylistiques, qui se distinguaient par plusieurs traits phoniques, grammaticaux, lexicaux, mais sans que cette variation puisse entamer son unité fondamentale dans la conscience de ses locuteurs.

13À l’intérieur de cet espace variationnel nommé lingua latina ou lingua romana, la langue de la distance communicative, celle qui est utilisée dans des situations de communication formelle, se distingue nettement des autres variantes. Premièrement, elle sert de point de référence au diasystème, c’est-à-dire au système réunissant toutes les variétés. Tout est variante de cette langue de distance. C’est elle qui, par son nom, garantit l’identité de l’ensemble des variétés. Deuxièmement, seule la langue de distance est codifiée, normalisée par l’enseignement scolaire et par la transmission écrite d’une littérature canonisée. Troisièmement, seule cette langue de distance connaît une diffusion supra-régionale. La communication formelle devait se dérouler, partout et toujours, dans cette langue de distance commune, qui, par là, garantit l’unité de l’ensemble social en question.

14J’espère que vous aurez reconnu dans cette description de l’espace variationnel latin la relation entre la langue standard et ses variantes régionales, sociales ou stylistiques, typique de tant de sociétés modernes. Ce qui change par rapport à cette situation, disons, « normale » de variation à l’intérieur d’une langue, c’est que, dans le cas du latin, les échanges entre la langue de distance et les autres formes linguistiques se sont raréfiés au cours des siècles. D’abord par sa fixation rigoureuse. Sous l’influence d’une tradition littéraire et rhétorique vénérée, la langue de distance communicative s’immobilisa à partir du premier siècle de notre ère et se ferma aux changements linguistiques survenus dans les autres variétés. Mais la raréfaction des échanges entre les variétés se manifesta aussi dans un autre sens, par l’accès de plus en plus difficile et restreint à cette langue de distance. La maîtrise de la langue de distance dépend de la fréquentation des institutions éducatives, du moins en ce qui concerne sa compétence active. C’est le cas dans les sociétés modernes et c’était le cas dans la société antique, sans aucun doute. Il y a aussi la compétence passive, la connaissance des structures et du lexique propres à cette variété qui assure la compréhension de ce qui vient d’être dit en cas de communication verticale - entre lettrés et illettrés. La compétence passive est plus facile à acquérir et à maintenir. Il suffit du contact continuel avec des locuteurs maîtrisant la langue de distance. Mais dès le moment où le système éducatif entre en crise, où la communication supra-régionale se raréfie, où l’ancienne élite rhétorique se dissout, la langue de la distance communicative entre en crise, elle aussi.

  • 9 « […] is learned largely by formal education and is used for most written and formal spoken purpos (...)
  • 10 Banniard, Viva voce, p. 531.

15Peut-être est-ce seulement à ce moment-là qu’on entre dans une situation de diglossie, c’est-à-dire dans une situation où la langue de niveau supérieur, la variété H, comme dit Ferguson, « est apprise essentiellement grâce à une éducation spéciale et employée pour la plupart des fonctions de communication écrite et de communication orale formelle, mais ne l’est dans aucun secteur de la communauté pour la conversation ordinaire »9. Peutêtre est-ce seulement au moment de la crise de l’apparat intellectuel antique que la langue spontanée de l’élite a commencé à diverger considérablement de la langue de la distance communicative traditionnelle et que les intellectuels abandonnent leur fonction médiatrice, ne réussissant plus à créer des formes intermédiaires entre elle et les variétés parlées. C’est l’avis de Michel Banniard, qui propose donc une vision plutôt optimiste des siècles avant la « débâcle de la compétence passive »10. Mais le polymorphisme à l’intérieur du système latin devait exister depuis fort longtemps. Et l’élitisme des couches ayant accès à la culture écrite s’était manifesté de bonne heure. S’il n’y avait pas crise, cela renfermait au moins les premiers germes de la situation diglossique postérieure.

16Je ne veux pas trancher la question. J’insisterai par contre sur deux aspects reliés au concept de diglossie et, selon moi, de première importance pour éclairer l’histoire des langues romanes. C’est d’abord le fait que le concept de diglossie et les observations empiriques de Ferguson nous convainquent qu’à l’intérieur d’un seul espace variationnel peuvent coexister des variétés d’un polymorphisme éclatant. Apparemment, il n’y a pas de degré fixe jusqu’où on réussirait à classer les variétés sous une même étiquette linguistique. Deuxièmement, le modèle de la diglossie nous montre que l’émergence des nouvelles variétés se place à l’intérieur d’un espace communicatif qui confère une certaine valeur aux formes associées. J’hésite toujours de parler de « langues romanes » quand je me réfère à l’époque des premières attestations à l’écrit. Le terme de « langue » suggère une équivalence avec le latin. Mais il n’en est rien. Ce qui surgit dans les premiers textes, c’est la rustica romana lingua, un ensemble de formes linguistiques qui n’est pas sur un pied d’égalité avec le latin.

Les premiers témoignages écrits du vernaculaire : la lingua romana rustica et le monde des clercs (750-1100 après J.-C.)

17J’ai proposé le concept de diglossie pour caractériser les derniers siècles de la société antique. J’aimerais le faire aussi pour les premiers siècles du monde médiéval. Car selon moi, il n’y a pas de rupture profonde en ce qui concerne les conditions sociolinguistiques quand apparaissent les premiers documents romans. C’est toujours une situation de diglossie, et ce scénario sociolinguistique, qui essaie de comprendre pourquoi un écart structural considérable entre la variété H et les variétés parlées par la majorité de la population ne mène pas forcément à la dissolution de la communauté linguistique en question, peut toujours être appliqué avec profit. Les exemples de situations diglossiques cités par Ferguson nous montrent que, dans certaines conditions socioculturelles, la société peut rester attachée à une langue de la distance communicative dont l’accès est devenu de plus en plus difficile même aux couches supérieures. Le poids d’une tradition littéraire et intellectuelle vénérée comme en Grèce, ou l’influence d’un texte religieux fondateur comme dans les pays arabes, tous ces facteurs peuvent déterminer le maintien de la langue de la distance traditionnelle, même si, du point de vue de l’acquisition, elle est dysfonctionnelle. J’ajouterais que, d’un autre point de vue, le maintien d’une langue de la distance élitiste peut remplir une fonction sociale bien déterminée, celle de garantir à une petite couche de fonctionnaires, d’intellectuels, de prêtres le monopole sur tout le domaine de l’écrit.

18Pour la société médiévale, ce monopole est décisif. La société se définit par la raréfaction de l’écrit, elle est semi-orale ou oligolittéraire, suivant la perspective. La société médiévale est caractérisée par l’opposition entre litterati et illitterati, qui témoigne d’une répartition des tâches entre d’un côté les prêtres, et de l’autre les guerriers et les paysans. Au Moyen Âge, les intellectuels sont devenus des clercs, des professionnels de l’écriture et de la gestion du patrimoine écrit, qui ne fraient plus avec les potentes, mais qui se tiennent à part. Il y a désormais deux sortes d’élites, l’une cléricale et l’autre laïque. Nous allons voir qu’il y a des différences fondamentales entre les différentes régions de la Romania en ce qui concerne le degré de séparation entre culture écrite et culture orale ainsi que la monopolisation de l’écrit par les institutions cléricales. L’opposition entre litteratus et illitteratus connaît des nuances importantes et le lettré n’est pas toujours et partout un clerc. Néanmoins, il me semble judicieux de partir, pour toutes les régions de la Romania, d’une situation de semi-oralité, si l’on veut analyser les évolutions médiévales.

  • 11 « … ut quislibet episcopus habeat omelias continentes necessarias ammonitiones, quibus subiecti er (...)

19Je viens de parler de la semi-oralité de la société médiévale. Comprendre cette situation particulière de la culture écrite me semble d’une importance cruciale pour comprendre le comment et le pourquoi des premières attestations des formes linguistiques romanes. Parlons d’abord des attestations par des énoncés métalinguistiques. Ce sont toujours les clercs qui nous parlent de l’existence d’une autre « langue », la lingua romana rustica, comme le dit le texte du concile de Tours en 813 : « Que chaque évêque dans ses sermons donne des exhortations nécessaires à l’édification du peuple ; et qu’il s’applique à traduire ces sermons en langue romane rustique, ou en allemand, afin que les fidèles puissent plus aisément en comprendre le contenu »11. Dans ce monde d’oligolittérarité, où très peu de gens savent lire et écrire, pratiquement tout ce qui nous est transmis provient du monde des clercs. Nous ne connaissons cette époque qu’à travers les clercs, à travers leur témoignage direct ou par les regards qu’ils jettent, eux, sur le monde des laïcs.

20Il y a d’autres témoignages de l’existence de la lingua romana rustica sur le sol de l’Empire carolingien. Car en ce qui concerne ces témoignages, nous sommes, au moins durant le IXème siècle, toujours dans le Nord de la France actuelle. Dans cette région, profondément marquée par la présence des Francs, la conscience linguistique semble plus aigüe. Peut-être parce que les différences structurales de la langue rustique par rapport au latin sont plus nettes, sans aucun doute sous l’influence des parlers germaniques. Peut-être parce que les laïcs, dans cette région marquée par les structures sociales germaniques, ont complètement abandonné la compétence de la langue écrite aux clercs. Peut-être parce que la renaissance carolingienne, qui vise à une restitution des anciennes normes de la langue de distance traditionnelle, à la rectitudo linguistique, avait brisé le lien qui réunissait malgré tout le registre utilisé à l’écrit à la compétence des illettrés. Quoiqu’il en soit, il faut tenir compte de l’écart temporel des différentes régions de la Romania. La France du Nord devance tous les autres territoires : l’Italie, l’Espagne, le Midi de la France, partout la prise de conscience d’une nouvelle réalité linguistique semble retardée d’au moins un siècle.

  • 12 Kramer, Johannes, Die Sprachbezeichnungen Latinus und Romanus im Lateinischen und Romanischen.
  • 13 Barbara Frank et Jörg Hartmann, Inventaire systématique des premiers documents des langues romanes

21L’écart est moins net en ce qui concerne les premières attestations écrites du vernaculaire, de la lingua romana rustica, car il faut insister : le nom que l’on donne à ces formes linguistiques non latines est partout le même. On les nomme lingua rustica, lingua romana, lingua vulgaris, sermo patricius12. C’est la différence d’avec le latin qui détermine les termes choisis, et non la provenance régionale de ces vernaculaires. Aux IXe-XIe siècles, la Romania ne connaît pas encore de catégorisation dialectale nette. Ce qui existe, ce sont des isoglosses d’étendue régionale différente. Et comme les textes eux-mêmes sont influencés par ces isoglosses - un texte vernaculaire écrit dans le Nord de la France actuelle ne présente pas les mêmes traits linguistiques qu’un texte écrit en Catalogne -, nous disons par commodité que tel ou tel document est écrit en ancien français ou en ancien catalan. Mais c’est une commodité, un nominalisme gratuit, qui ne correspond à aucune réalité bien délimitée. Au niveau de la conscience linguistique, ces différences régionales s’estompent face à l’unité « latine » héritée de l’Antiquité. Ce qui s’oppose au latin, c’est toujours un singulier, c’est le vernaculaire, la lingua romana rustica. S’y ajoute une deuxième observation qui s’oppose à une identification facile des premiers témoignages de la rusticitas aux futures langues romanes. De toute évidence, il faut distinguer la scripturalité vernaculaire des XIIIe et XIVe siècles de la première strate de mises par écrit romanes. Cette première strate n’est pas encore l’attestation de l’existence de langues écrites vernaculaires. Loin de là. Examinons d’abord les chiffres : Barbara Job et Jörg Hartmann ont fait l’inventaire de tous les documents romans transmis par des manuscrits antérieurs à 125013. Or, des 2347 textes qu’ils ont pu inventorier, seuls 6,5 % datent de l’époque comprise entre 750 et 1150. Autrement dit : un vingtième des textes couvre quatre cinquièmes du laps de temps analysé. Vient ensuite l’examen détaillé de ces textes : en les parcourant on s’aperçoit très vite que, pour la très grande majorité des cas, il ne s’agit pas de textes étendus. Ce sont plutôt des bribes, des fragments de textes, quelques mots glosant un texte latin, de petits passages en roman insérés dans un texte latin. Les premières attestations des vernaculaires romans ne sont pas des textes autonomes, il s’agit, pour la plupart, de textes plurilingues où latin et vernaculaire se côtoient. J’aimerais citer ici quelques exemples : les Placiti capuani mentionnés ci-dessus, les serments de féodalité du Sud de la France, écrits en vernaculaire et insérés dans des chartes latines, les Serments de Strasbourg, transmis par la chronique latine de Nithard, l’Alba de Fleury, chanson bilingue mélangeant latin et roman, l’Indovinello veronese, petite devinette écrite en roman avec une bénédiction latine ajoutée à la fin, finalement la Parodie de la Loi salique, texte satirique ajouté comme apostille à un manuscrit de la loi latine et mélangeant habilement latin juridique et traits vernaculaires. La liste n’est pas complète, mais les exemples suffiront à prouver l’importance du phénomène du plurilinguisme pour les premiers documents des langues romanes.

22Pourquoi ce phénomène est-il aussi fréquent ? Rappelons-nous : les structures de la culture écrite sont fortement imprégnées d’une répartition des tâches. D’un côté, il y a les professionnels de l’écriture, les clercs, de l’autre, il y a les illitterati, qui n’utilisent pas ce canal de communication. Cela veut dire que pour les clercs il n’existe a priori aucune raison de choisir le vernaculaire comme moyen de communication. S’ils communiquent entre eux, le latin remplit son rôle de code pour initiés, s’ils communiquent avec des laïcs, ils ont recours à des procédés de médiation tels que la lecture à haute voix ou la glose qui leur permettent de changer de niveau linguistique sans que nous en gardions de trace. L’esquisse que je viens de tracer pèche peut-être par excès de simplicité. Mais l’essentiel est là : le domaine de l’écrit reste, dans ces sociétés semi-orales, le domaine du latin. Les formes vernaculaires n’y ont pas encore droit de cité ; elles ne s’y manifestent que de façon ponctuelle. Et, très souvent, elles devront se greffer sur un texte latin afin d’apparaître en représentation graphique.

  • 14 Cerquiglini, Bernard, La naissance du français.

23Prenons un exemple de cette relation étroite entre latin et vernaculaire. Je viens de mentionner les Serments de Strasbourg, acte de naissance du français, comme l’ont dit certains14, première manifestation d’un emploi digne de la future langue nationale, puisque c’est un emploi dans le domaine de la distance communicative, et non un emploi parodique ou strictement pragmatique comme les premières attestations romanes dans les autres régions de la Romania. Mais il faut insister : les formules que prononcent les fils de Louis le Pieux à Strasbourg en 842, en romana lingua et teudisca, figurent dans la chronique latine de Nithard, qui relate les guerres entre Lothaire, Louis le Germanique et Charles le Chauve. Seul l’intérêt de cette chronique, Histoire des fils de Louis le Pieux, comme l’a intitulée son éditeur moderne, Philippe Lauer, a fait copier le texte au IXe siècle, et c’est là l’unique exemplaire qui nous soit parvenu. D’ailleurs, c’est la narration historiographique latine qui domine le texte. On n’a donc pas retrouvé les Serments de Strasbourg parmi les documents officiels de l’Empire carolingien.

  • 15 Selig, Maria, « Parodie et protocole. L’importance de la « citation » pour les premiers documents d (...)

24Dans ses chartes, ses cartulaires, ses actes de conciles, on trouve la trace du traité de Strasbourg, ainsi que d’autres prestations de serments, utilisant à peu près le même formulaire. Mais les serments ne sont pas cités en version originale, ils sont transcrits en latin, prêts à être lus par le personnel des chancelleries impériales. De même, Nithard nous dit expressément que la harangue de Louis le Germanique qu’il relate juste avant la cérémonie des serments, a été tenue en tudesque. Mais il en donne une version latine. Pour les clercs, la réalité tudesque ou romane de l’Empire est désormais un fait accompli, mais l’écrit reste le monopole du latin. Sauf à l’endroit où Nithard cite les serments en version originale, où il se tourne à l’intérieur de son texte latin vers les langues parlées. Pourquoi ? Par souci d’authenticité historique ? Parce que Nithard voulait souligner par l’opposition des langues dans son texte l’enjeu du traité de Strasbourg, le rétablissement de la paix malgré les différences linguistiques des différentes régions de l’Empire ? La question reste ouverte. Mais ce qui est sûr, c’est que seule la lecture de la chronique latine de Nithard, seule l’analyse de la valeur que les clercs attribuent au vernaculaire, seront capables de nous mettre sur la bonne voie15. Car dans le monde des clercs, le vernaculaire n’est pas encore apte à figurer de plein droit en représentation graphique. C’est l’exception à la règle, ce sont des facteurs spécifiques qui déterminent son apparition. Le vernaculaire qui apparaît dans les premiers documents des langues romanes n’a pas encore obtenu ses lettres de noblesse, il n’est pas encore langue écrite à part entière.

Des cours et des villes : L’écriture vernaculaire dans le Nord et dans le Sud de la France médiévale (1100-1300 après J.-C.)

25Le tournant décisif se situe au XIIe siècle. Avec la renaissance intellectuelle, le dynamisme retrouvé des villes et des marchés, les conditions de la communication écrite changent de manière irréversible. Désormais, la société médiévale aura besoin de l’écriture, de beaucoup d’écritures qui règlent les besoins juridiques, administratifs, culturels de cette société de plus en plus complexe. Certes, nous sommes encore loin de la culture écrite moderne. Mais le seuil est franchi. L’écrit ne restera plus l’arcane d’une élite cléricale, il s’intègre dans l’expression culturelle de l’autre élite, celle du pouvoir militaire et économique.

26Ces nouvelles élites se servent du latin. La croissance de la production écrite en latin est exorbitante au XIIe siècle. L’administration des villes, les règlements juridiques entre particuliers, tout cela passe désormais par les mains de ceux qui savent écrire. Mais les nouvelles élites demandent aussi que l’on écrive en vernaculaire. Un nouveau public entre en scène, un public qui demande la transmission de textes littéraires d’empreinte non-cléricale, qui acquiert des manuscrits écrits en vernaculaire, qui s’approprie lui-même la maîtrise de la lecture et de l’écriture. Pour les clercs, cela signifie qu’il faut compter avec le vernaculaire ; pour les variétés vernaculaires, cela signifie que les initiatives de mise par écrit se multiplient, qu’elles ne restent plus isolées, comme aux siècles précédents, mais qu’elles s’étendent et constituent de véritables traditions transmises à l’intérieur des structures émergentes d’une culture écrite vernaculaire.

  • 16 Les chiffres sont basés sur un dépouillement de l’Inventaire de Barbara Frank et Jörg Hartmann.

27Prenons un exemple. Les Serments de Strasbourg n’ont pas trouvé de successeur immédiat. Le texte de Nithard est resté sans successeur dans le monde carolingien. Même chose pour les Placiti Capuani. Les prochaines tentatives d’utiliser le vernaculaire dans le domaine juridique se situeront dans le Nord de l’Italie, en Toscane, et cela trois siècles plus tard. Nous constatons donc que les premières mises par écrit du vernaculaire de la période comprise entre 750 et 1100 sont dues à un changement de langue sporadique de la part des clercs. Les évolutions du XIIe siècle, par contre, s’accumulent en une véritable réorganisation du domaine de l’écrit. La tradition des chansons de geste, enracinée dans l’Angleterre angevine et dans la France du Nord, est documentée, entre 1100 et 1250, par une quarantaine de manuscrits ou de fragments de manuscrits, se répartissant sur l’Angleterre, le Nord, l’Est, et même le Centre et le Sud de la France. Le roman courtois apparaît dans une quarantaine de manuscrits, durant la même période et avec une diffusion régionale à peu près égale aux chansons de geste. Même le roman en prose, nouveau genre qui n’apparaît qu’au début du XIIIe siècle, nous est transmis par quatorze manuscrits provenant de la Picardie et de l’Est de la France16. Pour le moment, je ne parle que de la diffusion des manuscrits. Le rayonnement des traditions littéraires, même en dehors de l’espace francophone, est trop connu pour laisser des doutes. Le vernaculaire de la France du Nord est devenu la langue d’une expression littéraire ferme et durable. Il dispose de la continuité nécessaire pour pouvoir développer les caractéristiques d’une langue de la distance communicative, satisfaisant à la complexité spécifique de la communication écrite, planifiée, détachée du contexte situationnel et répondant aux besoins d’une communication suprarégionale. Le passage à l’écrit du vernaculaire du Nord de la France a franchi un seuil décisif.

  • 17 Koch, Peter, « Diskurstraditionen : Zu ihrem sprachtheoretischen Status und ihrer Dynamik » ; Wilhe (...)

28Avant d’en venir aux aspects purement linguistiques de ce processus, arrêtons-nous un instant sur la spécificité des genres - ou traditions discursives17 - qui sont impliqués dans cette seconde phase du passage à l’écrit des langues romanes. Ils ne sont pas partout les mêmes. La spécificité des régions en ce qui concerne les traditions d’écriture vernaculaire qui s’y développent à partir du XIIe siècle est patente, de même que le décalage temporel entre ces régions. L’Angleterre semble plus précoce, car plus de la moitié des manuscrits littéraires du XIIe siècle viennent de là. L’Italie, par contre, ne participe qu’assez tard au mouvement. Au XIIe siècle, nous ne disposons que de quelques chartes, notices ou fragments hagiographiques. L’essentiel de la documentation vernaculaire ne viendra qu’à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle.

29La philologie italienne en a longtemps porté le deuil. Pourquoi la tradition écrite vernaculaire en Italie n’a-t-elle pas commencé par des œuvres littéraires de l’envergure de la Chanson de Roland ? Aujourd’hui, nous dirions tout simplement : parce que la société médiévale de l’Italie était une autre que celle de la France du Nord.

  • 18 Armando Petrucci et Carlo Romeo, Scriptores in Urbibus. Alfabetismo e cultura scritta nell’Italia (...)
  • 19 Bonnassie, Pierre, La Catalogne du milieu du Xème à la fin du XIème siècle ; Rouche, Michel, L’Aqui (...)
  • 20 Meneghetti, Maria L., Il pubblico dei trovatori. Ricezione e riuso dei testi lirici cortesi fino al (...)

30L’Italie restait marquée par la culture écrite de l’Antiquité. Elle ne s’est jamais rangée du côté des régions où les structures sociales se sont adaptées à la raréfaction de l’écrit. La civilisation urbaine s’était maintenue, et même quelques institutions scripturales telles que le notariat ou l’administration centralisée des villes18. Même situation dans le Midi de la France, en Catalogne, dans l’Espagne du Nord19. Ces régions avaient connu, elles aussi, la débâcle de la civilisation antique. Mais la romanisation avait eu lieu si tôt et de manière si intensive que même après la perte de l’appareil administratif et judiciaire, quelques procédés scripturaux et quelques concepts clés de la civilisation écrite avaient survécu. Les chartes latines de ces régions nous parlent de la survivance de la notion de droit écrit, les nobles du Midi de la France résident en ville dès le Haut Moyen Âge, la société courtoise qui se développera n’est pas une société chevaleresque, mais une société urbaine, presque égalitaire, puisque les troubadours qui expriment l’éthique de cette société, viennent de toutes les couches de la population. Le troubadour, l’artisan raffiné maniant les mots, les rimes, les mélodies, n’avait rien en commun avec le jongleur du Nord de la France qui récitait les chansons de geste, toujours en quête d’aumônes. Attention : je ne parle pas de vrais jongleurs. Même dans le Nord, les chantres des textes épiques n’étaient probablement qu’une réminiscence, un topos qu’il fallait ajouter aux chansons afin d’en garantir l’authenticité. Mais l’image qu’on s’était forgée du poète avait gardé ces traces du passé oral, formulaire des chansons, tandis qu’au Sud, la poésie se présente comme un jeu de société des plus raffinés20.

  • 21 Selig, Maria, « Aneignungen der Schrift. Mediengeschichtliche Aspekte des romanischen Mittelalters  (...)
  • 22 . Selig, Aneignungen, pp. 14-16.

31La différence fondamentale entre Nord et Sud de la France se révèle aussi dans le domaine juridique. J’ai déjà parlé des serments de féodalité occitans et catalans. Il s’agit d’une série de chartes, provenant de la région comprise entre Montpellier et Barcelone et émises par des évêques, des comtes ou de petits seigneurs dans une période qui va de la fin du Xe siècle jusqu’à la fin du XIIe21. Ces chartes oscillent entre protocole de prestation du serment et traité écrit utilisant les formules qui, comme nous l’avons vu, datent de l’époque carolingienne. Jusque vers 1075, elles sont écrites en latin, au moins en ce qui concerne le corps de la charte, car les serments apparaissent tôt en version originale. Je ne suis pas historienne du droit, mais il me semble indéniable que ces chartes documentent l’entrelacement de procédures juridiques orales et écrites dans une société qui, vite, s’approprie les moyens graphiques pour stabiliser les relations sociales. Nous disposons là d’un premier indice de la présence précoce de l’écrit au sein de la société méridionale. Le deuxième nous est fourni par le fait que c’est en Occitanie qu’apparaissent les premiers exemples d’une tradition stable de chartes vernaculaires dans le monde roman, et cela dès le milieu du XIIe siècle22. Dans la France du Nord, les villes picardes ne commencent que cent ans plus tard à produire régulièrement des documents juridiques écrits en vernaculaire. Dans le Sud de la France, plus exactement dans le Rouergue, l’Albigeois et le Quercy, la tradition de stipuler des contrats non en latin, mais en vernaculaire, naît au milieu du XIIe siècle, tradition dont le point de départ semble être les possessions des Templiers et Hospitaliers dans la région, mais qui est vite relayée par des notaires laïques dans les petites villes des environs. Comme l’indique la localisation des serments de féodalité et des chartes vernaculaires, il n’y a de toute évidence pas de lien entre ces deux initiatives. L’emploi écrit du vernaculaire dans le Rouergue ne répond pas aux tentatives situées sur le littoral méditerranéen. La mise par écrit de l’ancien occitan est, pour ainsi dire, une polygénèse ; ce sont des contextes socioculturels différents qui donnent naissance à la scripturalité vernaculaire et il est très peu probable qu’un scribe rouergat ait pris conscience des initiatives montpelliéraines. Mais ajoutons tout de suite qu’à l’intérieur des contextes régionaux, les traditions sont stables. Écrire en vernaculaire est dès le XIIe siècle chose acquise dans ces régions.

  • 23 Raible, Wolfgang, « Relatinisierung », pp. 120-134 ; Frank-Job, Barbara, « Schriftkultureller Ausba (...)

32Mais nous sommes encore loin de la naissance des langues romanes, de la naissance des langues suprarégionales, élaborées, normalisées. Nous ne sommes qu’au début du processus qui, à son terme, mettra les langues romanes sur un pied d’égalité avec le latin, ou leur conféra même la suprématie sur ce rival. Pour le moment, aux XIIe -XIIIe siècles, le latin est incontesté dans ses fonctions de langue de l’administration, de la vie intellectuelle, de l’Église, de la politique. Le nombre de manuscrits vernaculaires est infime par rapport aux manuscrits latins. Et en ce qui concerne la complexité des structures linguistiques, il faut avouer que le vernaculaire est un instrument souple et splendide dans les mains d’un Chrétien de Troyes ou d’un Arnaut Daniel. Mais il ne dispose pas encore de tous les moyens syntaxiques et lexicaux nécessaires pour s’exprimer dans les domaines scientifiques ou philosophiques. Il se les appropriera, mais cela nécessitera du temps et de l’aide : les intellectuels qui, comme Nicole Oresme, écrivent en vernaculaire même s’ils traitent de sujets philosophiques, imiteront le latin médiéval. Le vernaculaire ne devient langue scripturale qu’en empruntant largement à son modèle longtemps inatteignable23.

  • 24 Selig, Maria, « Koineisierung im Altfranzösischen ? Dialektmischung, Verschriftlichung und Überdach (...)
  • 25 Selig, Maria, « Überlegungen zur Erforschung der romanischen Urkundensprachen im Mittelalter », pp. (...)

33Il faut enfin se familiariser avec l’idée que ce qui s’oppose au latin, est toujours le roman, le vernaculaire, une langue définie par son opposition à la langue écrite dominante, mais pas encore délimitée par son origine régionale spécifique. Bien sûr, les Serments de Strasbourg sont écrits dans une langue dont les caractéristiques phoniques, morphologiques et lexicales se rattachent, par des étapes intermédiaires prévisibles d’après les lois de la linguistique historique, aux formes du futur français. Bien sûr, les manuscrits de Chrétien de Troyes sont écrits dans une langue qui n’est pas identique à la langue des poèmes troubadouresques. Mais ce qui est en jeu, ce n’est pas la diversité régionale indéniable des mises par écrit médiévales, c’est la conscience des scribes, des auteurs et des lecteurs concernant l’identité et la stabilité de ces formes. Un auteur qui choisit d’écrire, mettons, une chanson de geste essaiera d’« ennoblir » sa langue, il ne choisira pas un dialecte local qui n’a cours que dans un rayon de quelques kilomètres. Nous connaissons quelques mécanismes, dits de koinèisation24, par lesquels on peut éviter un particularisme linguistique trop grand. On évite par exemple tout ce qui est trop insolite par rapports aux parlers voisins, on s’oriente vers une langue supra-régionale déjà existante, dans notre cas le latin, on essaie de trouver ce qu’on peut appeler le dénominateur commun des parlers connus. Il sera difficile de voir ces mécanismes à l’œuvre dans les manuscrits médiévaux. Mais même la langue des chartes, textes qui ne circulent souvent que dans un rayon de quelques kilomètres, n’est pas une langue locale, elle mélange systématiquement des traits locaux, régionaux et suprarégionaux dès le commencement de la transmission écrite. Le vernaculaire ne se manifeste que sous forme de scripta, d’ensemble de normes linguistiques plus ou moins récurrentes dans les manuscrits produites dans un ou des centres d’une région aux confins plutôt flous25.

34Si nous décelons là l’intention de s’éloigner des formes trop marquées localement, nous rencontrons aussi une tendance en quelque sorte opposée. Les copistes des manuscrits vernaculaires ajustent pour ainsi dire la langue de leur modèle aux normes linguistiques de celui qui a commissionné le manuscrit. Nous connaissons Chrétien de Troyes en version picardisante et en version champenoise, les chansonniers provençaux transmettent les poèmes dans une forme linguistique adaptée au lieu de la transcription du manuscrit. Dès qu’un texte circule, il change. Sa forme linguistique n’est pas stable. La notion d’authenticité linguistique n’existe pas – du moins, dans le domaine du vernaculaire.

  • 26 Müller, Wulf, « Die Urkundensprache von Fribourg im 14. (und 15.) Jahrhundert », pp. 245-256.

35Il faut compter avec cette souplesse des vernaculaires écrits. Les limites entre ce qui est picard, ce qui est français de Paris et ce qui est particulier à la Lorraine ne font qu’émerger, pendant cette pratique suprarégionale qui cherche encore le ou les centres dominants, les formes rattachées à ces centres et les limites précises de leur validité. La pratique de l’écrit vernaculaire peut encore puiser dans un vaste répertoire de traits diasystématiquement hétérogènes. Le notaire qui écrit ses chartes dans la langue de sa ville natale, mais qui lit le Roman de la Rose en français de Paris, est une figure emblématique26. Les intellectuels médiévaux ont une compétence vernaculaire multiple, ils savent créer des effets de koinè quand ils s’adressent à des institutions suprarégionales, ils savent écrire une langue aux traits locaux pour soutenir les besoins identitaires de leurs villes, ils lisent et écrivent des œuvres littéraires en utilisant la norme littéraire attachée au genre en question. Pendant cette deuxième étape du passage à l’écrit, il y a polycentrisme et il y a variation par rapport aux traditions discursives où se manifeste le vernaculaire ; l’idée de langues vernaculaires délimitant par leur diffusion territoriale des entités politiques est encore loin.

Français triomphant, provensal évanescent : les langues vernaculaires à la fin du Moyen Âge (1300-1500 après J.-C.)

  • 27 Lusignan, Serge, La langue des rois au Moyen Âge.
  • 28 Oesterreicher, Wulf, « Historicismo y teleología », pp. 277-304.

36L’idée d’une langue homogénéisatrice, réunissant un peuple, n’est pourtant pas très éloignée. La monarchie française développera à partir de Philippe Auguste des idées linguistiques qui sont assez proches des conceptualisations modernes. Je n’ai pas le temps ici de préciser les diverses étapes du développement de cette « langue des rois »27. Disons simplement que l’idée d’une marche triomphale du dialecte de Paris, contaminant les régions avoisinantes ressort aux conceptions organicistes de la langue abandonnées depuis longtemps par la linguistique moderne. La « langue des rois » participe, elle aussi, à l’émergence lente et pénible des langues vernaculaires écrites et elle est dès le début marquée par le contact avec les autres vernaculaires. En outre : ne péchons pas en commettant l’erreur d’une téléologie inversée28. Que la langue des rois soit identique à la langue de Paris, personne ne pouvait le savoir dès le début. L’évolution des langues n’est pas un vecteur où les forces à l’œuvre seraient les mêmes du début jusqu’à la fin du développement.

  • 29 Meneghetti, Pubblico.
  • 30 Selig, Aneignungen, p. 16.

37Pour montrer le caractère contingent et ouvert des processus historiques examinés, j’aimerais terminer par l’exemple de l’occitan. Il est connu que la transmission écrite de la lyrique troubadouresque se concentre dans des régions extérieures au Midi de la France, en Italie du Nord et en Catalogne, et qu’elle ne commence qu’au milieu du XIIIe siècle, vers la fin de ce mouvement littéraire. Il y a des facteurs qui pourraient expliquer ce décalage. Pendant sa floraison, la poésie courtoise restait attachée à la performance, la transmission s’effectuait donc par voie phonique, non par l’écrit. En outre, la guerre contre les Albigeois avait réduit les ambitions des seigneurs du Midi. Il n’y avait qu’un public très restreint pour se porter acquéreur de manuscrits somptueux susceptibles d’être sauvegardés à travers les siècles. En tout cas, la tradition écrite de la poésie courtoise ne s’est pas poursuivie dans le pays où elle était née29. De même, la tradition administrative et juridique s’affaiblira lentement vers le début du XIVe siècle. Les universités qui diffusaient une meilleure connaissance du droit romain parmi les notaires qu’elles formaient, renouvelaient aussi l’emploi du latin. Même dans les petits centres où s’était développé, au XIIIe siècle, un notariat vernaculaire efficace, on retourne au latin – le passage de l’occitan au latin est d’ailleurs très souvent rattaché à la transition vers la nouvelle cursive gothique, autre signe d’un changement culturel important30 L’occitan, les différentes normes vernaculaires du Sud de la France, commence à se retirer dans les domaines de la littérature édifiante et religieuse, de l’historiographie d’intérêt local, de l’administration privée.

38Français triomphant, occitan évanescent. Le contraste entre les deux développements souligne encore une fois que les langues n’ont pas d’identité autonome, mais qu’elles sont forgées par l’usage, par les conditions de leur usage, en un mot : par l’histoire. Le passage à l’écrit des langues romanes n’est donc pas un processus vectoriel, visant dès le début à la promotion du vernaculaire au rang du latin. C’est, par contre, un processus multidimensionnel et contingent, qui connaît des effets de rétroaction entre les différents contextes où le vernaculaire est employé à l’écrit. Les mises par écrit du vernaculaire répondent à des exigences communicatives précises, ancrées dans la réalité sociale et culturelle des différentes régions de la Romania. Une vision homogène telle qu’elle a été proposée par l’idéologie nationale des philologies d’autrefois ne saurait capter cette diversité. Ce qu’il faut, en revanche, c’est faire face à la réalité complexe de ce qu’est une langue, se plonger dans l’histoire des pratiques langagières, scruter la conscience des locuteurs historiques, les véritables agents du changement. Ce n’est qu’à cette condition que nous arriverons à créer une image vive et historiquement dense de la naissance - ou disons plutôt, de l’émergence - des langues romanes.

Notes

1 Schiaffini, Alfredo, I mille anni della lingua italiana, Milano, Scheiwiller, 1961.

2 Haugen, Einar, « The Implementation of Corpus Planning : Theory and Practice », in Progress in Language Planning, pp. 269-289 ; Kloss, Heinz, Die Entwicklung neuer germanischer Kultursprachen ; Krefe l d, Thomas, « Periodisierung ».

3 Cerquiglini, Bernard, Une langue orpheline.

4 Chaurand, Jacques, « Préhistoire, protohistoire et formation de l’ancien français ».

5 Banniard, Michel, Viva voce. Communication écrite et communication orale du IVe au IXe siècle en Occident latin.

6 Pour un survol des différentes hypothèses, cf. van Uytfanghe, Marc, « Le latin des hagiographes mérovingiens et la protohistoire du français. État de la question ».

7 Lot, Ferdinand, « À quelle époque a-t-on cessé de parler latin ? ».

8 Ferguson, Charles, « Diglossia ».

9 « […] is learned largely by formal education and is used for most written and formal spoken purposes but is not used by any sector of the community for ordinary conversation ». Ferguson, « Diglossia », p. 336.

10 Banniard, Viva voce, p. 531.

11 « … ut quislibet episcopus habeat omelias continentes necessarias ammonitiones, quibus subiecti erudiantur […]. Et ut easdem omelias quisque aperte transferre studeat in rusticam Romanam linguam aut Thiotiscam, quo facilius cuncti possint intellegere quae dicuntur ». Je cite d’après Helmut Berschin, Josef Felixberger, Hans Goebl, Französische Sprachgeschichte, p. 183.

12 Kramer, Johannes, Die Sprachbezeichnungen Latinus und Romanus im Lateinischen und Romanischen.

13 Barbara Frank et Jörg Hartmann, Inventaire systématique des premiers documents des langues romanes.

14 Cerquiglini, Bernard, La naissance du français.

15 Selig, Maria, « Parodie et protocole. L’importance de la « citation » pour les premiers documents des langues romanes », in Le passage à l’écrit des langues romanes, pp. 91-108.

16 Les chiffres sont basés sur un dépouillement de l’Inventaire de Barbara Frank et Jörg Hartmann.

17 Koch, Peter, « Diskurstraditionen : Zu ihrem sprachtheoretischen Status und ihrer Dynamik » ; Wilhelm, Raymund, « Diskurstraditionen », pp. 467-476.

18 Armando Petrucci et Carlo Romeo, Scriptores in Urbibus. Alfabetismo e cultura scritta nell’Italia altomedievale..

19 Bonnassie, Pierre, La Catalogne du milieu du Xème à la fin du XIème siècle ; Rouche, Michel, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781). Naissance d’une région ; Cheyette, Frédéric, Ermengard of Narbonne and the World of the Troubadours.

20 Meneghetti, Maria L., Il pubblico dei trovatori. Ricezione e riuso dei testi lirici cortesi fino al XIV secolo.

21 Selig, Maria, « Aneignungen der Schrift. Mediengeschichtliche Aspekte des romanischen Mittelalters ».

22 . Selig, Aneignungen, pp. 14-16.

23 Raible, Wolfgang, « Relatinisierung », pp. 120-134 ; Frank-Job, Barbara, « Schriftkultureller Ausbau des Französischen im 14. Jahrhundert : das Beispiel von Nicole Oresme », pp. 585-600.

24 Selig, Maria, « Koineisierung im Altfranzösischen ? Dialektmischung, Verschriftlichung und Überdachung im französischen Mittelalter », pp. 71-85.

25 Selig, Maria, « Überlegungen zur Erforschung der romanischen Urkundensprachen im Mittelalter », pp. 53-73.

26 Müller, Wulf, « Die Urkundensprache von Fribourg im 14. (und 15.) Jahrhundert », pp. 245-256.

27 Lusignan, Serge, La langue des rois au Moyen Âge.

28 Oesterreicher, Wulf, « Historicismo y teleología », pp. 277-304.

29 Meneghetti, Pubblico.

30 Selig, Aneignungen, p. 16.

Auteur

Professeure de linguistique et philologie romane à l’université de Ratisbonne (Allemagne). Elle a fait ses études à Wurzbourg (Allemagne), Rennes (France), Fribourg en Brisgau (Allemagne) et Munich (Allemagne), et a fait partie de l’équipe de recherche de la Deutsche Forschungsgemeinschaft « Oralité et scripturalité », à Fribourg. Actuellement, elle est membre de l’école doctorale « Textualité de la pré-modernité » (Textualität in der Vormoderne) au sein du réseau d’excellence « Elitenetzwerk Bayern ». Ses recherches portent en particulier sur la linguistique historique et sur le passage à l’écrit des langues romanes au Moyen Âge.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search