Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre et faire vivre la laïcité

 | 
Abdennour Bidar
, 
Gérard Delfau

Conclusion

Alain Simon

Texte intégral

1Vous me permettrez de renouveler nos remerciements, en votre nom, à tous pour les deux leçons qui viennent d’être prononcées par nos deux orateurs, Abdennour Bidar et Gérard Delfau.

2À les entendre, vous aurez compris que la laïcité s’inscrit résolument dans notre modernité. Pourtant, dans le monde, partout, et même en France, l’intégrisme et le fondamentalisme progressent, la pression des églises, des dogmes et des sectes sur la vie des peuples ne se relâche pas. Autant de dérives qui bafouent la dignité de la femme et mettent en danger les libertés chèrement acquises, notamment les droits à la contraception, à l’avortement, voire à la mixité, au divorce ou au mariage pour tous… Nous aurons retenu, en tout cas, que la laïcité, toujours menacée aujourd’hui, même en France, est essentiellement un principe juridique et politique d’organisation des institutions, le seul qui permette à chaque citoyen le plein exercice de sa liberté de conscience, qu’il soit croyant, athée, agnostique ou libre penseur. Mais la laïcité est aussi une ouverture d’esprit devant les interrogations de notre temps et il était fondamental que l’Université, école de la pensée libre, de la culture désintéressée, réfléchisse aux origines et à l’histoire de la laïcité, et à ses enjeux modernes et contemporains.

3S’inscrivant dans le droit fil de la Réforme, de Descartes et des Lumières, comme dans celui du libre examen et du rationalisme, la laïcité entretient un rapport singulier avec la morale, qu’elle veut circonscrite à l’humain, affranchie de tout dogme, de toute parole sacrée. Une morale civique et républicaine qui n’exclut pas, mais n’impose pas de références religieuses.

4L’histoire de la laïcité nous a permis de mesurer ses enjeux d’aujourd’hui : de la Révolution française au Concordat de 1801, de l’école laïque de Jules Ferry, en 1885, à la loi de séparation de 1905. Mais cette fresque, dont nous remercions les auteurs, nous a fait pénétrer dans la complexité des XXe et XXIe siècles : de l’entrée du principe de laïcité dans la Constitution de 1946 à la loi Debré de 1959 ; de la loi de 2004 sur le port de signes religieux dans les établissements scolaires aux grands débats actuels sur éthique et politique, mais aussi respect de la laïcité dans les établissements de la petite enfance ou dans l’entreprise.

5D’ores et déjà, je vous indique que, dès la rentrée prochaine, ce premier cycle va se poursuivre par l’organisation d’un second, sur laïcité et entreprise, en sollicitant des chercheurs et des chefs d’entreprises, notamment de la région.

6Merci à tous de votre présence, et bon Gala de l’Université.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540