Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Leçon

p. 19-63


Texte intégral

Alexis Grüss. Je remercie de leur présence Monsieur Roubaud, Président du Grand Avignon, Madame Santoni, Vice-Présidente du Conseil Départemental, et je remercie Monsieur Ellerkamp, Président de l’Université d’Avignon, pour son accueil.

Pour moi c’est un grand jour, déjà les mots me manquent… C’est un grand jour parce que j’ai reçu ce matin même mon diplôme d’État de professeur de cirque ! J’ai donc désormais officiellement le droit d’enseigner ! On m’appelle professeur ! Et puis il y a le lancement de ce Pôle d’Action Culturelle Équestre. Ce nom n’est pas un hasard : Pôle d’Action Culturelle Équestre, ce n’est pas seulement le mot PACE, comme vous l’avez si bien dit, Natalie, c’est aussi une expression qui contient avant tout le mot « action »… Je suis un inconditionnel de l’éducation, or pour moi l’éducation c’est de l’action. Il faut partir de l’étymologie du mot, qui vient du latin ex ducere. Si on le traduit en français, cela veut dire conduire à l’extérieur pour grandir. L’éducation, c’est tout ce qui est contre nature. L’éducation, quand on parle du travail de mes chevaux, ou du travail avec mes enfants, mes petits-enfants, ou avec les Farfadais dans les spectacles créés durant ces dernières années, c’est sublimer le naturel de la nature, là est le rôle de l’humain.

Si je vous résume un peu mon histoire, elle est très liée à la ville d’Avignon. Pourquoi ? En 1974, quand j’ai rencontré Silvia Monfort, l’histoire de notre cirque avait commencé depuis 1854 : c’est au départ l’histoire d’un tailleur de pierre alsacien qui a épousé une saltimbanque italienne, Maria Martinetti. De génération en génération, dans la famille, on s’est toujours retransmis le geste, et aussi notre culture, notre savoir-faire, notre identité. Or Silvia Monfort était à l’origine de la création du Festival d’Avignon avec Jean Vilar. Un jour, sollicitée par la ville de Paris, elle devient directrice du Carré Thorigny, installé dans la rue du même nom, en plein cœur du Marais, dans les anciens entrepôts de tubes Weber, je m’en souviens comme si c’était hier. Elle entend dire que deux siècles auparavant, un Anglais, Philip Astley, avait importé d’Angleterre un espace scénique de 13 mètres de diamètre, qu’on appelle la piste. Il avait installé cet espace scénique rue des Vieilles Tuileries, dans un premier temps, ensuite il a construit un bâtiment boulevard du Temple. Et Silvia, qui en entend parler – il faut rappeler qu’au faubourg du Temple il y a aussi le Cirque d’Hiver de Napoléon III – organise une exposition pour fêter cet événement dans son centre culturel. Celle-ci remporte un succès extraordinaire, si bien que Silvia Monfort cherche un spectacle vivant pour l’illustrer et la prolonger. Mon beau-père, Firmin Bouglione, qui est venu au centre de la rue de Thorigny, rencontre Silvia Monfort qui lui demande s’il connaît un cirque qui pourrait répondre à son attente. Firmin Bouglione répond que le cirque de son gendre serait susceptible de l’intéresser. J’ai donc pris contact avec Silvia Monfort et le 25 mai 1974 je créais mon premier spectacle du Cirque à l'Ancienne, en plein cœur du Marais, dans un lieu prestigieux, l’Hôtel Salé, qui est aujourd’hui le célèbre Musée Picasso. Voilà comment toute mon histoire a commencé.

Dès les premières semaines, nos discussions avec Silvia portaient sur ce que l’on pourrait faire pour le cirque. Silvia découvrait avec étonnement que notre tutelle était le ministère de l’Agriculture. Et Silvia Monfort nous a ouvert la porte du ministère de la Culture, c’est elle qui a fait passer le cirque de l’agriculture à la culture. Mais elle se demandait ce que l’on pouvait faire d’autre pour le cirque. Je répondais que si elle voulait que le cirque se transmette, il fallait créer une école. Et le 14 octobre de la même année, j’ai créé à Paris la première école de cirque en France, que j’ai dirigée pendant près de dix ans. Le Cirque à l'Ancienne a passé ces années, nous avons créé depuis 1974 un spectacle par an. En 2017, nous en arrivons à la 43e création, dont trois créations supplémentaires au Théâtre Antique d’Orange, dans le cadre des Équestriades : l’une avec les Farfadais, Pégase et Icare, une autre avec le Cadre Noir de Saumur, qui était basée sur l’équilibre, une troisième avec la Garde Républicaine, Cheval et musique sur tous les airs.

Notre histoire est très liée à la création, c’est par la création que les choses vivent, il faut se remettre en question, tout en pérennisant les choses, et pour les pérenniser, il faut rester ensemble. 20 ans après 1974, en 1994, date de l’installation à Piolenc... je remonterais même un peu avant, je remonterais à 1989, là encore notre histoire est liée à Avignon. Alain Crombecque vient voir notre spectacle, nous étions à Balard, sur les anciens terrains des usines Citroën, nous donnions un spectacle en hommage à la Révolution française. Alain Crombecque était alors le directeur du Festival d’Avignon et me demande si je pourrais faire ce spectacle dans le cadre du Festival In. J’ai répondu « oui », parce que j’aimerais bien que mes chevaux hennissent « in » ! Et on a installé notre piste dans la cour de l’ancien archevêché ! Ça a été un succès phénoménal. Nous avions nos quartiers d’été au Parc des Équipages, à l’emplacement de l’actuel Palais de justice. Et la deuxième année, en 1990, nous revenons au Festival d’Avignon dans le cadre d’un film que nous avons tourné avec l’extraordinaire et regretté Claude Santelli, un personnage absolument formidable. On a tourné ce film sur les bords du Rhône, du côté de Villeneuve, dans la cour de l’ancien archevêché, sous notre chapiteau sur le Pourtoul à Orange et dans le Théâtre Antique. Il y avait trois espaces scéniques extraordinaires, tous différents.

Cette histoire d’Avignon a donc toujours été le détonateur de toute ma vie. J’ai rencontré alors, en 1989, le Président du Conseil général, M. Garçin, et qui est venu nous féliciter à la fin du spectacle. Je lui dis que j’aimerais le rencontrer pour lui parler de mon projet. Il me fixe un rendez-vous, je vais le voir, et il demande à en savoir plus. Je lui réponds que le mieux est de lui montrer ce que nous faisons. Et un matin à six heures et demie, il est arrivé avec sa voiture, sans chauffeur, et il s’est installé au Parc des Équipages où je faisais mes répétitions avec les chevaux. Là, il a vu les chevaux debout, en équilibre, non pas des chevaux dressés, mais des chevaux éduqués.

Il était stupéfait de voir avec quelle facilité les chevaux se mettaient debout. Il me demande comment je fais. « C’est simple, Monsieur le Président, je vous donne une grande cravache, vous la levez, le cheval se met debout, vous baissez la cravache, le cheval descend ». Il me dit « Vous croyez que ça va marcher ? ». « Faites-le, vous verrez bien », et je lui envoie un cheval, Diego, et il appelle le cheval, il a levé la cravache, le cheval s’est mis debout, il me regardait, tant que la cravache était levée, le cheval était debout, il a baissé la cravache, le cheval est descendu. Je l’ai séduit ainsi et on a commencé à travailler sur notre projet. Il a voulu rattacher mon projet de centre d’éducation à un projet d’autoroute qui n’a pas fonctionné, dans les années 1990.

Mais j’avais toujours cette intention de m’installer dans le sud de la France. Parce que c’est l’axe Nord-Sud et en plus le Vaucluse est le cœur de l’Europe du Sud. J’ai voyagé beaucoup dans ma vie : 1 500 kilomètres, jusque dans le Nord de la Hollande, pour trouver des chevaux, ou la même distance jusqu'au sud de l'Espagne. Or, entre les deux, il y a Orange…

Un jour, Michel de Bonadona me demande si je connais le château de Piolenc. Je rétorque que je n’ai guère la tête à vivre dans un château ! Mais Bonadona insiste pour que je vienne visiter les lieux… Nous sommes passés par dessus le mur, le château était désert, je me suis retrouvé dans cet espace extraordinaire où j’ai eu aussitôt envie d’installer ma piste de 13 mètres. C’était le commencement.

Maintenant je vais vous parler un peu de ma passion du cirque. Parce que le cirque pour moi, ce n’est pas un spectacle ; c’est un lieu, et un lieu qui est d’une forme circulaire, qui s’appelle la piste, qui mesure 13 mètres de diamètre et qui est composé de terre végétale. Le spectacle que nous avons fait l’année dernière, ici, dans la cour de l’université, était dans un cercle de 13 mètres de diamètre composé de terre végétale. Cette piste mérite réflexion : un ami, Michel Pollaco, qui a été journaliste à France Info et à la direction de Radio France, est aussi un aviateur chevronné, il a fait de nombreuses fois le tour de la terre. Lors de l’une de nos discussions, je l’ai interrogé sur la circonférence de la terre : 40 000 km. Or ma piste fait 40 mètres ! Et quel est le diamètre de la terre ? 13 000 kilomètres. La piste fait 13 mètres... Cela a complètement changé toute mon histoire, j’ai compris pourquoi cet espace scénique est un espace magique. Parce qu'en réalité sa forme est infinie et sa matière l’est aussi. Et en plus, comme notre petite planète, c’est un espace fertile. Je ne vous cache pas que j’ai d’ailleurs un fertilisant infaillible qui est le crottin de cheval… Et si vous ajoutez cela dans la terre, les racines prennent !

Image 10000000000009D7000009662D42B5265F760CAB.jpg

Nous venons de faire une tournée dans 18 Zénith en France. Je cite quatre villes seulement, pour que vous ayez une idée de l’ampleur de l’itinéraire : Nice, Lille, Strasbourg, Brest. Dans tous les Zénith où nous avons déplacé notre spectacle Quintessence, j’ai transporté mes 40 mètres cubes de terre végétale. Et l’on peut mettre 13 chevaux les uns derrière les autres dans une piste. Or un cheval, du nez au bout de la queue mesure à peu près 3,14 mètres… Et quand vous mettez un cheval en mouvement dans un rond de 13 mètres de diamètre, vous pouvez constater que la nature ne lui a pas appris à chercher son équilibre, mais, nous, nous le lui apprenons. Un cheval qui galope parfaitement sur la piste main gauche, main droite, à une allure normale, sans compter les alllures accélérées, développe un sens de l’équilibre extraordinaire, et son cavalier encore plus.

La piste est un lieu de formation, d’éducation extraordinaire pour toute forme de culture. Sur la piste de mon père ou sur celles que j’ai pu voir à travers les villes d’Europe, je crois que j’ai vu toutes les espèces humaines, toutes les couleurs, toutes les religions, de femmes et d’hommes, et toutes espèces d’animaux, à plumes, à poils et même quelquefois des animaux aquatiques. Ce lieu est pour moi un univers.

Piolenc, pour moi, et avec le PACE, c’est justement le lieu de la retransmission de toutes ces choses-là. Il suffit d’y ouvrir les yeux sur des choses qui sont accessibles à tous, sans avoir forcément conscience qu’elles sont disponibles, parce qu’on n’a pas appris tout simplement à les voir, parce qu’on n’a pas appris à apprendre. Apprendre à apprendre est essentiel, mais il est vrai qu’il faut se « soumettre » pour apprendre, « se situer sous le maître », ce qui ne veut pas dire être soumis ! Mais il faut à un moment reconnaître la supériorité de celui qui est le maître, de cela je suis convaincu, l’exemple joue un rôle fondamental. Avant de poursuivre cette explication, j’aimerais vous montrer quelques images de ce que nous sommes.

Sont alors projetés les teasers de Quintessence et d’Empreintes, créé en 2011, ainsi que la vidéo du montage de Quintessence, à Nice, qu’il est possible de retrouver ici : http://www.alexis-gruss.com/spectacles/

Le cirque Alexis Grüss, c’est donc une recherche permanente de création, avec des formes, avec des matières. Tout cela se fait grâce à un potentiel humain qui est à Piolenc aujourd’hui et qui est un potentiel artistique extraordinaire. Je le dis depuis des années, mais c’est la première fois que l’on m’écoute… Nous avons besoin de vous pour retransmettre cela.

Piolenc, c’est un espace extraordinaire, on peut tout y faire, nous avons cette particularité, nous, la famille Grüss, la famille Alexis Grüss, parce qu’il y a d’autres familles Grüss, de tout faire nous-mêmes, de A à Z. Or, nous sommes dans un monde où l'on a tendance quand même à s’attribuer de plus en plus le mérite du travail des autres, ce qui conduit à un déséquilibre : ceux qui savent faire comme nous ont beaucoup de mal à expliquer qu’ils sont généreux. Nous avons envie de transmettre tout ce que nous avons acquis. Venez passer une journée avec nous, et vous verrez que ce n’est pas quelque chose d’anodin. En voyant tout ce que nous nous avons appris depuis des générations et des générations, on repart de Piolenc en ayant appris beaucoup de choses. Nous avons cette particularité, dans mon cirque Alexis Grüss, de mettre dans la bouteille ce qui est inscrit sur l’étiquette ! ! Et ça, c’est quelque chose qui n’est pas facile. Ou plutôt si, c’est facile à condition de se remettre en question à chaque fois… Et nous en sommes à la 43e création !

Il est difficile de rendre compte de la somme de travail que cela représente chaque année ! Je pense par exemple à la première année de notre expérience avec les Zénith : on a commencé au palais Nikaïa à Nice, ensuite nous sommes partis au Zénith de Strasbourg, une salle encore différente, les contraintes du montage de la piste y sont donc différentes... Ensuite nous avons participé au saut Hermès, au Grand Palais, à Paris, un moment aussi extraordinaire. De là, nous sommes rentrés à Piolenc pour présenter un spectacle dans le Théâtre Antique d’Orange où nous avons créé Les Équestriades… J’aurais tant aimé avoir les moyens de pérenniser cette rencontre, mais les pouvoirs publics sont restés sourds à nos magnifiques propositions de créations. L’année dernière, nous avons quand même invité la Garde républicaine avec ses 50 chevaux qui se sont joints aux 40 chevaux de ma cavalerie, cela faisait 90 chevaux en plein cœur de la ville d’Orange, sans un seul crottin sur la route. C’était des moments de partage extraordinaires. Pourtant, et pour entrer dans le concret, que ce soit la première année avec le Cadre noir de Saumur, ou la deuxième année avec la Garde républicaine, c’est moi qui les ai subventionnés... Sinon cela ne pouvait pas se faire. Cette année avec mes enfants, ma famille, mon équipe, faute du moindre soutien, nous avons refusé de reprendre ce risque énorme. Il n’y a donc pas eu d’Équestriades cette année.

Pourtant si l’on n’établit pas de rencontres, il ne peut pas y avoir de naissance. C’est par les rencontres que se font les naissances, pas par les mélanges. Si vous mélangez deux bonnes choses, vous en faites toujours une mauvaise. En revanche, de la rencontre entre deux choses totalement différentes, qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre, naîssent les choses. Et il en va de même pour les idées : il faut que les idées se rencontrent pour que naissent d’autres idées.

Piolenc pour moi c’est un lieu qui est fondamental, parce que si les gestes ne sont pas retransmis quand on sait les faire, c’est perdu. Nous avons toute l’équipe qui est capable de transmettre, et nous sommes prêts à accueillir des compagnies, on aimerait accueillir des personnes qui auraient toujours un rapport avec le spectacle vivant. Il faut absolument que le spectacle vivant soit reconnu plus qu’il l’est aujourd’hui. J’avais dit à notre ancienne Ministre de la Culture qu’elle avait investi formidablement bien dans les musées, pour nos chers disparus, mais qu’elle avait un peu négligé ceux qui vivent aujourd’hui. Or le spectacle vivant est fondamental. Parce qu’il est source d’émotions irremplaçables. Et parce que c’est un exemple, et un exemple de gens qui ont donné avant de recevoir. Pour faire du spectacle vivant, il faut en effet donner énormément avant de recevoir. Et j’en connais même qui ont donné et qui donnent encore et qui n’ont pas encore reçu…

Or le cheval est un moyen incroyable de transmission. D’abord parce que, à son origine, je pense qu’il a évité une grande consanguinité entre les humains. En permettant à l’homme de se déplacer plus facilement, d’aller plus loin, il a joué un rôle fondamental. Je pense aussi à la consanguinité de l’esprit, qui est encore plus importante. C'est une catastrophe. Regardez aujourd’hui nos tablettes que nous avons tous sur nos tables : à tous sans exception elles donnent les mêmes informations. Moi, je refuse de l’allumer... Je me lève le matin, j’arrive à Piolenc, et là je respire et j’entends les oiseaux, j’ai ces odeurs, dans cette région paradisiaque.

Alors on a envie d’entreprendre, on a envie de faire, on a envie de retransmettre. C’est cela que j’aimerais partager, aujourd’hui. Ouvrir les portes.

D’ailleurs elles ont toujours été ouvertes à Piolenc, depuis le premier jour. Mais on n’ose pas entrer, je ne sais pas pourquoi, comme s’il y avait une appréhension. Cela me fait penser à cette merveilleuse citation de l’écuyer François Baucher : pour ceux qui connaissent l’équitation, ils savent de qui je parle. Il était très mal vu par le premier écuyer du Cadre noir, le Comte d’Aure, qui avait fait écrire par George Sand, par voie de presse, qu’il fallait que ce saltimbanque ravale son titre d’écuyer : « A se donner en spectacle dans sa sphère obscure – c’est comme cela qu’il appelait la piste – il dénature l’équitation française ». Et Baucher lui a répondu, par voie de presse également : « Monsieur le Comte, vous qui souhaitez que je ravale mon titre d’écuyer lorsque je me donne en spectacle, je vous rappelle quand même que Molière et Shakespeare avaient eux aussi la bassesse de jouer leurs pièces en public. Et qu’en imitant ces deux grands génies dans ma sphère obscure, comme vous l’appelez, je ne fais que répondre à leurs voix qui me criaient sans cesse : "élevez votre intelligence sur la ruine des préjugés" ». J’aimerais voir cette phrase en sous-titre au fronton de l’université d’Avignon…

Le préjugé est un obstacle à l’éveil de l’intelligence. C’est un obstacle terrible, un mur que l’homme se construit pour ignorer totalement ce qui se passe de l’autre côté. Chez moi, les murs n’ont jamais existé, j’ai toujours laissé toutes les portes et toutes les fenêtres ouvertes.

Ce que je voulais vous dire pour terminer, parce que c’est important, c’est un peu plus de 160 ans d’histoire de ma famille qui se sont retransmis de génération en génération, j’ai commencé en 1974 grâce à cette grande dame de théâtre qu’était Silvia Monfort - et entre parenthèses qui était aussi une grande résistante, qui a été récompensée par le général de Gaulle pour son action dans la résistance, et par le général Patton pour son action dans la libération de Chartres, et qui s’est battu aussi pour que notre famille existe. C’est par les rencontres que l’on existe, l’indifférence est la pire des choses, et je crois qu’en ce lieu où nous sommes, nous sommes dans un lieu de bouillonnement de rencontres, de cultures, de vie, comme vous l’avez si bien dit, Monsieur le Président. Et il faut que cela s’élargisse, il faut sortir de chez soi.

On m’avait proposé il y a un moment à Avignon de faire quelques interventions dans les quartiers d’Avignon et j’avais répondu à la maire de l’époque : « Je ne suis pas là pour réparer les erreurs de vos prédécesseurs, et si vous voulez encore faire quelque chose pour les habitants de ces quartiers, et cela je l’accepterai volontiers, sortez-les de là où ils sont et amenez-les chez moi, ils verront autre chose ». C’est cela aussi la culture. Il faut combattre les idées par d’autres idées. Il n’y a pas d’autre moyen pour combattre une idée que d’en développer une autre.

C’est un grand jour pour moi que de vous avoir expliqué un peu… je ne dirai pas ce rêve. Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, Natalie : « Tu peux rester couché le matin pour poursuivre ton rêve, ou tu peux te lever pour le réaliser ». Moi je me suis levé et j’essaie de le réaliser, je pense que c’est important.

La parole est à la salle

Jean-Luc Thorigny. Vous avez donné des leçons de vie, mais aujourd’hui nous sommes dans un milieu de managers. N’avez-vous pas été sollicité pour donner des conférences à des cadres dirigeants ? Vous avez à apporter à celles et ceux qui sont des décideurs.

Alexis Grüss. On ne peut pas tout faire, moi je consacre ma vie, du matin au soir, à mes chevaux. Ce matin, en travaillant mes chevaux, j’ai eu une grande émotion, parce que j’avais mon fils Stephan, qui tenait le cheval, Louis, mon petit-fils, qui le tenait de l’autre côté, moi avec une troisième longe et je me suis rendu compte que pour commencer d’éduquer ce cheval, nous nous mettions à trois générations. Et quand vous réalisez cela, vous vous dites que vous avez fait un travail formidable, et c’est sur cela que nous ouvrons nos portes. Parce que le cheval a aussi un avenir formidable dans le domaine du spectacle vivant. Le spectacle vivant, c’est d’abord quelque chose qui est très éphémère, quand le spectacle est terminé, il ne reste plus rien, sauf ce qu’a souligné Natalie Petiteau tout à l’heure en disant que les gens, les enfants, les adultes avaient les larmes aux yeux à la fin du spectacle. Que voulez-vous de plus beau que ce remerciement-là ? Mais il est vrai que dans le monde d’aujourd’hui, il est très difficile de spéculer sur la larme du spectateur... Cela n’a pas de prix. C’est tout cela qui pousse toute ma famille, aujourd’hui encore, à continuer à faire ce qu’elle fait.

Il y a une chose incroyable, c’est que plus vous créez, plus vous avez envie de créer. Plus on fait, plus on avance, plus on apprend. C’est quelque chose d’infini. Et on retrouve à chaque fois ce principe de Victor Hugo : « L’étude du passé et la curiosité du présent donnent l’intelligence de l’avenir ». Une telle citation, comme celle de Baucher, fait partie de mon quotidien. Comme éduquer = ex ducere, soit conduire à l’extérieur pour faire grandir, pour faire pousser. Et pour éduquer il faut parfois savoir tailler les branches, mais ceux qui ne savent pas tailler mettent des tuteurs, c’est la différence entre l’éducation et le dressage. L’un agit par soumission, avec le tuteur, l’autre par réflexion, c’est l’éducation. Les deux méthodes sont bonnes, mais moi je préfère la deuxième, celle de l’éducation, celle qui fait le plus travailler les neurones. Et on obtient un résultat nettement supérieur, parce que l’on n’a pas décidé avant, on cherche à améliorer. Et quand on cherche, on trouve.

J’ai une image de mon père qui ne m’a jamais quitté, quand il se déplaçait avec son grand cirque, avec mon oncle Alexis Grüss senior. C’était alors le Radio-Circus, patronné par Radio Luxembourg, par L'Oréal également : on y présentait aussi des jeux radiophoniques, le Quitte ou double, le crochet radiophonique, cela a duré plus de 20 ans.

Tous les matins, je partais avec mon père, dans la voiture, il doublait tous les camions et il arrivait le premier sur la place. La première chose qu’il faisait était de se mettre dans un coin de la place et de regarder l’ensemble de cet espace. Moi, j’étais môme à l’époque, et je me demandais ce qu’il faisait... Et à un moment donné, avec sa chaîne d’arpenteur sur le bras, un petit piquet dans la main gauche, une massette dans la main droite, il se déplaçait, il tournait la tête une fois vers la droite, une fois vers la gauche, et il enfonçait le piquet.

Il avait trouvé le centre, et le centre, j’ai compris longtemps après, c’est le seul endroit où je ne me perds pas. Or cela, il faut le chercher. Et sur toutes les places où nous arrivions, c’était toujours la même réflexion, pour chercher le centre. Et quelques heures après, tout un monde était bâti autour. Or le centre, c’est aussi le centre de notre espace scénique, c’est de là que partent les 6,50 mètres de rayon. Quand vous avez été élevé dans ce monde là, il y a matière à réfléchir...

Mais je pense que les choses vont changer, on a besoin de complémentarité entre le savoir-faire des uns et le savoir-faire des autres, c’est ensemble que l’on peut partager et en faire profiter les autres. Moi tout seul, je n’arriverais à rien, je vais continuer avec ma famille, on y arrive entre Paris et Piolenc, mais ce n’est pas ce dont je peux me contenter. Nous avons un grand terrain à côté du parc de Piolenc, et je veux en trouver le centre, qui changera peut-être d’une année sur l’autre, ou plusieurs fois dans l’année… Je suis un bâtisseur de l’éphémère. Je ne veux pas un cirque en dur, je veux un cirque qui dure. Et ce lieu là est vraiment magique. Au temps de Baucher dont je vous ai parlé, le cirque n’était pas un lieu de démonstration ou de trapézistes ou autres, cela est venu bien plus tard. Tous les cirques se sont bâtis autour de la piste de 13 mètres, et si vous allez aujourd’hui dans tous les pays de l’Est, à l’époque de l’Union soviétique, on y a construit beaucoup de cirques, et encore en Russie, aujourd’hui, il y en a à peu près 120, toutes les pistes russes mesurent 13 mètres de diamètre. Cette piste, depuis ses origines et partout où elle a été installée, a d’abord été un lieu d’éducation.

Dans mes réflexions sur la piste, j’ai eu une grande surprise : quand nous avons monté le spectacle au Théâtre Antique d’Orange, j’ai constaté que l’orchestra de ce théâtre mesure 13 mètres de diamètre… Ainsi, à ma grande surprise, en installant une piste que j’avais d’ailleurs achetée à un cirque russe, j’ai pu voir que la scène du Théâtre Antique fait exactement sa dimension. Il y a quand même un mystère avec ces 13 mètres. On a beau dire ce que l’on veut, c’est un nombre particulier, on ne sait pas pourquoi…

Autre question de la salle, portant sur le lien entre équitation et chorégraphie, puisque le but est de créer du spectacle vivant.

Alexis Grüss. Il faut venir voir, on est dans un monde où on dit tout et où l’on ne fait rien, moi je vais vous montrer comment on fait et on va essayer de le faire ensemble. Car c’est ainsi seulement que les choses peuvent se retransmettre. Elles se transmettent d’abord en regardant, l’exemple est fondamental. Si je ne faisais que des discours depuis 1994, il y a longtemps que je n’existerais plus. Il a bien fallu concrétiser ce que j’ai dit par des actes physiques. Dans ma famille, et avec toute mon équipe, nous avons un style et un savoir-faire totalement différents de toutes les autres formes d’équitation.

La raison première en est que nous avons toujours travaillé dans ce rond de 13 mètres de diamètre, qui nous a donné un sens de l’équilibre extraordinaire. De plus, c’est ce qui nous a permis de développer d’autres créations : la rencontre avec les Farfadais est une chose que l'on n’aurait jamais pu imaginer, car ce sont deux mondes totalement différents. La rencontre a pourtant donné naissance à un spectacle créé pour deux jours au Théâtre Antique, Pégase et Icare, qui a finalement duré un an et demi et qui a donné suite à un autre enfant, Quintessence. Parce que quand on fait un enfant et qu’il est beau, on a envie d’en faire un deuxième ! Ce spectacle sera encore présenté à Paris durant l’hiver 2017-2018. C’est comme cela que les choses se font.

Aujourd’hui, on ne commence à faire quelque chose qu’à condition d’avoir des garanties. La seule garantie que je peux vous donner, c’est ma définition de l’art : « Le travail effacé par le travail ». Après, les boniments… Mais nous devons nous poser des questions, nous devons échanger. Qui vous dit que je n’ai pas envie d’apprendre, qui vous dit que vous n’avez pas des choses à m’apporter pour faire changer mes habitudes ? C’est Gabin qui faisait sur cela une belle réflexion à Suzanne Flon, dans Un singe en hiver : « Prendre une habitude, c’est mourir sur place ». Ces petites citations qui me guident…

J’ai envie d’avoir des rencontres avec d’autres, mes enfants voyagent énormément, nous voyons beaucoup de spectacles, c’est par ces rencontres là, en allant voir les autres, que nous inventons d’autres choses. Alors encore une fois, il faut bien retenir la citation de Baucher : « Élevez votre intelligence sur la ruine de vos préjugés », enlevez vos préjugés, faites-en une ruine.

Pour tous ceux qui sont intéressés, vous êtes tous les bienvenus à Piolenc, depuis maintenant jusqu’à la fermeture au mois de septembre. Si vous avez envie de venir, ce n’est pas encore organisé pour s’adresser à un public large, mais on pourra venir avec ses chevaux, on pourra venir avec ou sans chevaux, tout est possible, dans la mesure où ça va dans le bon sens.

Je vais maintenant passer la parole à mon fils Firmin.

Image 1000000000000285000004ADF8ED28768EEB140D.jpg

Firmin Grüss. Mesdames et messieurs bonjour, merci de votre accueil, merci à Natalie pour toute son action. Je veux vous raconter l’origine de notre présence aujourd’hui.

Il y a deux ans, j’ai été invité par Olivier Hibon, directeur du garage Peugeot à Orange qui m’a dit : « Il y a un afterwork à l’université, il faut que tu y viennes ». À la fin du spectacle de danse contemporaine d’Angelin Preljocaj, qui était en 2015 le spectacle de l’afterwork, je demande d’où viennent les artistes. On me rappelle que cette compagnie vient d’Aix-en-Provence… J’ai répondu que de nombreuses ressources sont disponibles en Vaucluse même. Et le Président d’alors, Emmanuel Ethis, me demande si nous serions capables de faire notre spectacle dans la cour de l’université afin que nous puissions nous inscrire dans la suite de ce ballet prestigieux… Après un moment de discussion, nous avons trouvé comment introduire la piste de 13 mètres, cette fameuse piste. Et c’est comme cela que l’an dernier, nous étions présents et que nous avons donné un spectacle dans la cour minérale, derrière. Et suite à cette présence, Natalie nous a demandé : « Que pouvons-nous faire pour vous aider ? De quoi avez-vous besoin ? ». J'ai alors évoqué ce Pôle d’Action Culturelle Équestre, cette volonté de mon père, qui est une chose essentielle pour notre avenir, parce que la transmission est primordiale.

En réponse à ce que monsieur Thorigny a dit tout à l’heure, oui, nous sommes capables de faire des présentations devant les entreprises. Dans le parc, nous organisons des séminaires avec de grandes entreprises, qui investissent pour cela le château. Aujourd’hui, juste avant de venir à l’université, j’étais en train de faire un team building, de former un groupe à présenter un spectacle, tous les participants sont sur la piste et leurs familles les rejoindront jeudi soir. Une telle expérience est irremplaçable dans la gestion d’une dynamique de groupe. C’est une activité que nous avons particulièrement développée à Paris.

Mais ce qu’il faut comprendre, c’est que transmettre les choses par la parole est certes important, mais insuffisant. La particularité dans notre famille est que tout s’est transmis par le geste. Si j’ai la chance d’être à l’université aujourd’hui, c’est pour vous parler de notre projet, je n’ai jamais mis les pieds dans un amphithéâtre universitaire auparavant. Le savoir-faire que notre famille se transmet depuis six générations, s’il n’est pas transmis par le geste, se perdra. Et là est toute la difficulté, un amphithéâtre universitaire ne peut pas suffire et ne résoudra rien. Il y a d’un côté, comme le dit mon père, les manuels, et de l’autre ceux qui pensent. Or il faut savoir que le manuel est obligatoirement un intellectuel, il a besoin d’utiliser sa tête pour savoir ce qu’il va faire avec ses mains, mais il le fait instinctivement, par l’apprentissage. Quand on parle d’un autodidacte, c’est en réalité quelqu’un qui n’a pas appris tout seul, c’est quelqu’un qui a appris des autres et le Pôle d’Action Culturelle Équestre est essentiel pour que les futures générations puissent se transmettre un savoir équestre évolutif.

On parle aujourd’hui des difficultés des animaux sauvages dans les cirques sans comprendre le rapport des hommes à ces animaux. Moi je peux vous dire que ça fait 23 ans que je m’occupe de l’éléphante. J’ai appris avec mon père, et tous les jours je me fais un plaisir, pendant une heure, devant le public, à montrer ce qu’il faut savoir du comportement de l’éléphant. Parce que le problème est l’ignorance du public. Aujourd’hui on a l’impression avec internet que tout est à notre portée, qu’avec la télévision on sait tout. Or tout est relatif concernant les animaux sauvages. Quand vous vivez avec un éléphant comme je l’ai fait pendant 23 ans, comme mon père l’a fait auparavant, vous développez des choses avec eux. Venez voir notre travail et vous comprendrez notre manière de faire. Nous souhaitons vraiment que ce parc, qui est un lieu extraordinaire de création, trouve toute son utilité au-delà de notre famille. Il a permis de transmettre de la génération de mon père à la nôtre, de la nôtre à celle de nos enfants. Depuis 1994, il y a déjà trois générations qui se transmettent un savoir-faire qui évolue constamment.

Croire en ce projet est certes difficile. Un projet, ce sont avant tout des idées, mais pour avoir une idée il faut 1 000 pensées et qu’elles soient bonnes. Il faut transmettre et aller vers l’avant. Or aujourd’hui nous avons des difficultés à recruter par exemple des palefreniers. Il n’y a pas d’école de palefreniers, ou s’il y en a, elles ne sont pas efficaces. Mais si vous avez pratiqué, si vous avez été palefrenier-soigneur, vous allez mieux comprendre la philosophie de l’équitation parce que vous aurez une meilleure analyse de l’approche du cheval.

Alexis Grüss. On arrive à la fin de notre rencontre. Je crois qu’il a été dit beaucoup de choses. Je pense que nous allons faire des choses ensemble. Je persiste et je signe. Les portes de Piolenc s’ouvrent pour vous exceptionnellement à partir de 8 heures du matin, c’est l’heure à laquelle j’arrive avec ma bicyclette, car on ne roule pas en voiture à Piolenc, il faut pédaler ! C’est alors que je commence mes répétitions. On va vous montrer tout ce que l’on sait faire et tout ce que l’on apprend aux chevaux.

Ce n’est pas une démonstration comme dans un parc d’attraction. Nous ne sommes pas un parc d’attraction ! Et je me suis battu depuis le début pour que l’on reconnaisse la différence. C’est le parc Alexis Grüss, un lieu de création, de culture, de transmission. Je ne sais si vous avez repéré, dans les quelques images que nous vous avons montrées, tout ce qui est mobilisé : nous traitons les costumes, la musique, les harnais, les décors, tout un tas de sujets. Piolenc pour moi doit aussi être un lieu où l’on peut puiser dans les archives de famille, qui sont énormes, j’ai des centaines et des centaines de costumes, des centaines et des centaines d’affiches, de programmes, de photos, d’objets, d’accessoires, toutes choses qui n’existent même plus aujourd’hui, que l’on n’est même plus capable de faire. Je pense par exemple aux boules en bois fabriquées par de petits artisans qui taillaient de petits morceaux de bois à la main pour en faire une sphère sur laquelle Gipsy mon épouse, ma sœur Martine et une élève de l’école de cirque se produisaient. Ça a été le premier numéro que j’ai monté, en 1974, avec mes élèves, qui pouvaient gravir des pentes sur ces sphères fabriquées par des artisans entre les deux guerres.

Piolenc, c’est aussi un lieu où l’on pourra puiser dans les livres, par exemple. J’ai une bibliothèque importante, et cette bibliothèque sera à disposition des visiteurs, elle porte sur l’art équestre, et sur le cirque équestre encore une fois, j’insiste sur « équestre », il faut faire la distinction entre le lieu, le cirque, et le spectacle. Aujourd’hui, les spectacles ce sont les enseignes… Il y a 75 cirques Zavatta et il est pourtant décédé il y a 15 ans ! Il y a des gens qui ont fait la notoriété de ce genre de spectacle, d’autres qui s’en sont attribué le mérite. Mais cela n’a plus rien à voir avec les origines de telles enseignes.

Alors le cheval pour moi est essentiel : on revient aux origines, et on revient à la raison pour laquelle cette piste a existé. Parmi les livres que je possède sur l’équitation française, il en est un qui a été écrit en 1804 et qui est dédié à Bonaparte, encore Premier Consul de la République. Il y est dit que la première chose chez l’homme d’alors est l’honneur, et la deuxième, la vie. 30 ans se sont écoulés depuis l’arrivée d’Astley en France, en 1774, et ce livre souligne que par la piste, l’homme a développé son sens de l’équilibre, et donc également son adresse, et sa capacité à sauver sa vie à la guerre. Car la piste, c’est un lieu pour former les chevaux et les hommes à la guerre, ce n’était pas un lieu pour créer des spectacles. Un cavalier qui est à main gauche, puis à main droite, apprend énormément de choses en piste. C’est d’ailleurs comme cela que Baucher a découvert les changements de pied. Le cheval, pour tenir son équilibre quand il change de main, naturellement il change de pied. Et cela se fait grâce à la force centrifuge qui est pour moi du magnétisme. Cette idée avait été développée par mon ami Klein, ce vétérinaire extraordinaire : il disait que tout mouvement dans l’espace provoque de l’électricité.

Dans un rond de 13 mètres, cela devient du magnétisme, on n’est pas poussé de l’intérieur vers l’extérieur, c’est l’extérieur qui vous attire. Et quand vous voyez mes petits-enfants qui jonglent debout sur deux cobs normands au grand galop avec cinq massues, imaginez comment tenir debout en équilibre sur un cheval qui tourne dans un rond de 13 mètres en regardant la coupole du chapiteau et en lançant les massues devant parce que le temps qu’elles montent et qu’elles descendent, le cheval a fait 4 mètres. Et ils jonglent avec cinq massues… Cela développe le sens de l’équilibre ! Et cela prouve que l’homme et l’animal sont illimités. Et plus vous allez chercher à developper tout cela, plus vous allez progresser, et pour un cheval c’est pareil, mais le centre de gravité est plus bas. Debout sur la croupe d’un cheval, c’est déjà plus compliqué.

Voilà à quoi sert cette piste de 13 mètres et cela est mon cheval de bataille. C’est grâce à cela que je me lève le matin et quand je suis dans cet espace scénique extraordinaire, je ressens ce qu’a si bien écrit Ernest Hemingway, le cirque est le seul endroit au monde où j’ai rêvé les yeux ouverts. Moi j’ai fait le ménage entre la croyance et la foi. J’ai une foi imperturbable, une foi qui déplace les montagnes, avec les croyances on ne fait rien, je crois de moins en moins, mais la foi cela vous donne quelque chose d’unique... Je terminerai sur ces cinq petits mots : l’éducation, cela donne l’espoir, l’espoir donne la foi, la foi donne l’amour et l’amour donne l’éternité…

Natalie Petiteau. Vous l’aurez compris, le PACE ne sera pas un centre équestre ! Le PACE sera un lieu où de jeunes artistes, issus éventuellement du monde de l’équitation traditionnelle, pourront venir se nourrir. Au PACE vous trouverez ce qui y est déjà, les spectacles, le musée - là aussi l’université devra aider la famille Grüss, car nous avons plein d’idées pour faire de nouvelles choses. Il faudra organiser la bibliothèque, mais aussi y construire des pistes, et y accueillir des artistes, en solo ou en troupe, pour apprendre et pour aller au-delà, pour faire des spectacles. Aujourd’hui n’est qu’un début, un début concret, puisque le PACE existe dans la tête d’Alexis depuis 2014 et même plus. Il y aura d’autres séances à l’Université, pour amener à Piolenc tous ceux qui trouveront à s’y éduquer, et puisque effectivement nous avons l’éternité devant nous, nous allons continuer. Merci à tous.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.