Version classiqueVersion mobile

Ex ducere

 | 
Alexis Gruss
, 
Firmin Gruss

Introduction

Natalie Petiteau

Texte intégral

1Merci à Madame la Vice-Présidente Santoni, au Président Roubaud de leur présence, merci à Monsieur le Président de cet accueil et d’avoir permis la rencontre de ce soir. Il est tout d’abord essentiel d'exprimer notre gratitude à tous les services de l’Université sans lesquels cet événement n'aurait pu avoir lieu : le service de la communication, celui de la culture, le service technique, immobilier et logistique, le service de la sécurité, le service audiovisuel, et puis aussi Gaëtan Rivière, doctorant engagé sur l’histoire du cirque. Merci également à Fathie Boubertekh, notre Directeur Général des Services, dont le soutien a également été primordial. Merci aussi, tout particulièrement, à Anne-Lise Rosier pour son aide et pour son soutien. Merci à Élisa Moya d’être là, merci également à Isabelle Peynet. Merci à tous les amis des chevaux, du cirque et de l’Université d’Avignon d’être présents ce soir.

2Merci, surtout, à Alexis Grüss et à Firmin Grüss d’honorer une fois encore de leur présence notre établissement identifié comme Université de la Culture et qui revêt donc ce soir, pour briller une fois de plus en tant que telle, les atours particulièrement beaux du monde circassien et du monde des arts équestres, lesquels sont étroitement liés.

3Il y a à peu près un an, le 9 juin 2016, Alexis Grüss, son épouse Gipsy et ses trois enfants, Stephan, Firmin et Maud, étaient venus donner en nos murs un spectacle magnifique dans le cadre d’un afterwork. Je suis très heureuse que nous permettions, par l’événement de ce soir, de les remercier encore et encore de ces instants magiques en leur offrant le cadre de notre belle université pour la mise en route du Pôle d’Action Culturelle Équestre. De m’avoir fait confiance pour cela, cher Alexis, je ne vous remercierai jamais assez.

4Philippe Ellerkamp comme vous-même avez considéré que je prendrais la parole pour vous présenter. Mais présente-t-on Alexis Grüss ? ! ! Doit-on, devant vous tous, rappeler que vous représentez la quatrième génération de l’une de nos plus prestigieuses dynasties circassiennes, et plus encore si l’on remonte votre arbre généalogique en ligne féminine ? Qui, ici, ne sait pas que vous avez fondé, riche de l’héritage de votre père, André, et de votre oncle, Alexis, le Cirque à l'Ancienne, en 1974, reconnu cirque national en 1982 ?

5Qui a oublié que vous avez créé, avec Silvia Monfort, en 1974, la première École nationale du Cirque et du Mime ? Vous n’êtes officiellement professeur de cirque diplômé du Centre national des arts du cirque que depuis janvier dernier, de même que Firmin. Bizarrerie de notre temps ? En réalité comment être diplômé d’une école dont on est en quelque sorte le créateur ? Quoi qu’il en soit, ce n’est pas parce que vous êtes désormais aussi Monsieur le Professeur Alexis Grüss et Monsieur le Professeur Firmin Grüss que nous vous accueillons dans cet amphithéâtre universitaire. Votre place s’y imposait comme une évidence bien avant cette reconnaissance pédagogique ! Car notre université, lieu emblématique de la culture et du patrimoine, est tout aussi fière d’accueillir en vous maître écuyer, artistes circassiens et directeurs de cirque, qui avez su préserver la piste comme le cercle des heures d’émotions magiques qui enthousiasment aujourd’hui encore petits et grands spectateurs.

6En ce cercle de 13 mètres, vous honorez chaque jour l’art des écuyers de votre lignage. De ce fait, Alexis, vous avez été non seulement consacré par le Clown d’Or en 2001 – mais gageons que Firmin le sera très bientôt aussi ! -, vous avez été reconnu par ailleurs par les grandes institutions équestres que sont le Cadre noir et la Garde républicaine.

7Or par vos créations presque annuellement renouvelées, vous avez inlassablement magnifié les arts équestres. Vous êtes l’un des très rares cirques, vous êtes les deux très rares directeurs de cirque à n’avoir jamais oublié que le cirque commence à cheval.

8Et c’est bien le cheval qui est la très grande vedette de la dernière née de vos créations, Quintessence. Cette 43e création du cirque Alexis Grüss achève tout juste sa tournée dans les Zénith. Ce spectacle, époustouflant, a été créé et mis en scène par votre fils Stephan et par le directeur de la Compagnie les Farfadais, Stéphane Haffneur. Il a été géré et monté par votre fils Firmin, directeur technique et administratif. Ce spectacle, qui met en piste trois générations de Grüss, a été accueilli partout par d’émouvantes standing ovations et salué, je cite la presse, comme un spectacle parfait. Les remerciements enthousiastes se sont multipliés sur votre page Facebook, où des spectateurs précisent que leurs enfants ont pleuré d’émotion…

9Beauté, rigueur, dépassement de soi, exigence, persévérance, harmonie, respect de l'autre, équilibre, joie, légèreté, émotion, amour... C’est tout cela et bien plus encore qu’inspirent vos créations. C’est-à-dire, en fait, la quintessence même de ce que doit être la vie. Finalement chaque citoyen devrait avoir l'obligation de bénéficier au moins une fois dans sa vie de ces heures magiques autour de votre piste. Et parce que ces valeurs que vous transmettez en scène sont essentielles, parce qu’elles sont l’essence même des arts équestres, je crois fondamentalement à la nécessité de les installer au cœur d’une université comme la nôtre : chacune d’elle est utile à nos étudiants, car ce sont des valeurs d’éducation. Cirque et équitation sont d’indéniables et irremplaçables écoles de vie. C'est pourquoi vous avez tant à nous apprendre sur l'éducation au sens où les écuyers l'entendent : ex ducere... « conduire à l'extérieur pour grandir ». Vous comme nous, finalement, pratiquons le même métier, ce sont juste les cadres qui changent un peu d'un lieu à l'autre, de la piste à l'amphithéâtre.

10Vous comprenez donc pourquoi l’enseignante que je suis vous remercie du fond du cœur de la collaboration que nous tissons ici.

11Attachés aux valeurs du Cirque à l'Ancienne, soucieux de pérenniser le patrimoine de l’âge d’or du cirque équestre, vous et vos enfants avez renouvelé sans cesse les arts du cirque en nouant des partenariats créatifs dans le monde de la musique, de la danse, de l’opéra, du théâtre, du sport ou du cinéma. Mais dans tous les cas, ce sont les arts équestres qui font la marque de fabrique de votre famille et de votre cirque.

12De peur que ce patrimoine se perde, vous avez conçu votre PACE. Vous l’avez en effet inventé bien avant de rencontrer l’université, et en avez déposé les statuts dès 2014. Mais puisque votre beau château de Piolenc attend d’être restauré, il fallait un toit provisoire à votre PACE, et je suis heureuse que l’université d’Avignon, située à quelques dizaines de kilomètres du lieu de votre sédentarisation estivale, puisse vous offrir cela. Patrimoine, culture et spectacle vivant sont au cœur du travail de l’université d’Avignon : il était donc tout naturel que celle-ci souhaite offrir son écrin au Pôle d’Action Culturelle Équestre pour son lancement et aussi, désormais, chaque fois que de besoin. En fait, pour résumer, le PACE sera organisé autour de l’équitation de tradition française. Inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2011, celle-ci est devenue une pièce maîtresse de la vie culturelle et du spectacle vivant. Le PACE aura un volet théorique et un volet pratique autour des arts du cirque.

13En attendant que nous ayons peut-être établi à demeure, dans notre cour minérale où vous vous étiez produits l’an passé, ce rond de terre et de sciure de 13 mètres de diamètre qui vous est si cher, nous pourrons être le lieu de la théorie dispensée dans le cadre du PACE. Pour la pratique, Piolenc a déjà suffisamment de ressources pour que bien des choses puissent y commencer.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/eua/docannexe/image/2056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 789k

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search