Version classiqueVersion mobile

Le théâtre, sensation du monde

 | 
Claude Régy
, 
Laure Adler

Préface

Emmanuel Ethis

Texte intégral

1Comme l’écrit le sociologue Georg Simmel : « L’homme est un être qui a l’étrange capacité de se passionner pour des choses qui ne concernent en rien ses intérêts. » En ce sens, nous pouvons être convaincus que s’il arrive du neuf, de l’innovation, de la nouveauté dans ce que nous vivons, c’est précisément parce que nous nous intéressons et que nous avons avec les êtres et les choses à construire, à un moment ou un autre, un rapport susceptible de dépasser véritablement, sans que nous sachions exactement pourquoi, le socle de ce qui devrait initialement constituer nos intérêts.

2L’université est le lieu privilégié pour s’ouvrir à ce que sont ces intérêts désintéressés ; mieux, c’est souvent un endroit où l’on prend conscience qu’il n’est pas tout à fait anormal que certaines idées viennent soudainement changer notre manière de voir ou de penser. Car c’est bien ainsi que les choses arrivent dans nos têtes. Pour dire les choses autrement, on a tous fait un jour l’expérience d’une idée étrangère (au sens de corps étranger) qui nous saisit sans qu’on s’y attende et qui est capable de bouleverser la routine de tout notre système de pensée, mieux on a souvent conscience de l’effort que nous devons faire pour accepter cette idée étrangère, pour la faire nôtre au point de recomposer l’ensemble de nos certitudes.

  • 1 Extrait de l’introduction de l’ouvrage De la culture à l’université, 128 propositions par la Commi (...)

3« On peut prendre goût à cela ou pas du tout, mais l’on sait parfaitement que prendre goût à cela risque définitivement de nous rendre plus ouverts, plus perméables à notre environnement, qu’il soit proche ou lointain. Comme le rappelle l’historien Paul Veyne : "Le rapport de l’homme aux choses ne s’explique pas seulement à partir de ce qu’il y a à l’intérieur de l’homme. Sinon l’altruisme serait de l’égoïsme, puisque l’altruisme se ‘plaît’ à n’être pas égoïste"… C’est aussi et précisément là que commencent notre intérêt pour l’autre, et plus fortement encore les formes de la pensée les plus généreuses que nous appelons "culture(s) ". Mais ne nous y trompons pas, notre besoin et notre nécessité de culture, de recherche ou de création commencent toujours par un tourment ; ainsi, est-ce bien d’un tourment qu’est née la volonté d’écrire de Stendhal, un tourment subsumé dans une question initiale et déterminante : "Comment me serais-je comporté à l’une de ces batailles de Napoléon où je ne me suis jamais trouvé ?" »1

4D’évidence, nos universités sont les lieux de prédilection de la transmission de toutes sciences et de toutes les cultures et de toutes ces « idées étrangères ». C’est pourquoi l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse a voulu ouvrir ses portes durant chaque Festival d’Avignon pour offrir chaque année aux publics, aux étudiants et à l’ensemble des participants de la manifestation estivale ses « Leçons de l’Université ». Le principe de ces Leçons est simple : en coopération avec la direction du Festival, l’équipe avignonnaise du Centre Norbert Elias, la mission Culture et Vie de Campus, nous proposons – Laure Adler, Damien Malinas et moi-même – à des grandes figures de la scène nationale et internationale, à des artistes, chercheurs et intellectuels, de donner une leçon magistrale d’une heure retraçant leur expérience, leur point de vue, leur posture et donc, en tout premier lieu, leurs idées.

  • 2 Que soient remerciés ici, tous ceux, qui à l’Université nous accompagnent chaque année dans l’orga (...)

5Grâce aux Éditions Universitaires d’Avignon, et à la collection Entre-Vues, nous espérons fixer durablement quelques-unes de ces précieuses « idées étrangères » par une retranscription fidèle des Leçons de l’Université d’Avignon2 afin de prolonger le plaisir, l’intérêt et la réflexion pour tous ceux qui y ont assisté et, pour ceux qui n’étaient pas là, de leur faire découvrir les mots et paroles, si importants ici, de ceux qui définissent au mieux et dans tous les sens du terme, l’espace de la création et de la recherche.

Notes

1 Extrait de l’introduction de l’ouvrage De la culture à l’université, 128 propositions par la Commission Culture et Université, Armand Colin, 2010.

2 Que soient remerciés ici, tous ceux, qui à l’Université nous accompagnent chaque année dans l’organisation des Leçons : le Laboratoire Culture et Communication / Centre Norbert Elias, la Mission Culture et vie de Campus et le service Communication de l’Université, les Éditions Universitaires d’Avignon, les services sécurité, le STIL, le Service audiovisuel et le Festival d’Avignon.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search