Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie des troubadours : Un modèle européen de civilisation littéraire

 | 
Maurizio Perugi

Préface

Guy Lobrichon

Texte intégral

1La philologie romane appartient au trésor des sciences tel que les universités européennes l’ont constitué dans la seconde moitié du XIXe siècle. L’appellation recouvre l’étude historique et sémantique des langues qu’on disait alors « romanes », c’est-à-dire issues de la langue en usage dans ce qu’on appelait la civilisation romaine. Linguistes, historiens et historiens de l’art, unis dans la connivence d’une enquête sur l’archéologie de l’Europe, étaient ainsi conduits à réunir dans un même ensemble « langues romanes » et « art roman », comme les formes sensibles d’une « civilisation » dominée par le souvenir de la Rome antique. Au seuil du XXIe siècle, la discipline forgée autrefois dans les fourneaux des grandes universités, notamment allemandes, italiennes et françaises, ne survit plus en France qu’en quelques lieux épars et son nom a quasiment disparu des affiches et des programmes des universités de ce pays.

  • 1 Maria Selig, La naissance des langues romanes, Avignon, EUA, 2008 (Collection Entre-Vues).

2L’historien ne se repaît pas seulement des traces de la vie matérielle, des créations et des faits de la vie sociale : il s’alimente à l’arsenal de tous les signes laissés par les sociétés passées et présentes. Les arts-plastiques ou visuels et sonores, les langues, les littératures, les constructions philosophiques et religieuses, tout cela lui parle de formes en partie disparues, un puzzle qu’il lui faut reconstituer et revitaliser s’il veut comprendre la totalité d’une culture. En 2008, à l’invitation du Département d’Histoire de l’Université d’Avignon, Maria Selig, professeur à l’Université d’Erlangen, avait présenté « la naissance des langues romanes »1. Le relais a été confié en 2010 à Maurizio Perugi. Comme Maria Selig, il a pris ses grades et il enseigne hors de France ; il a la chance d’être affranchi des connotations parfois bizarres du concept de « civilisation ». Il l’emploie, et à bon escient. Il est venu présenter l’espace historique d’une créativité qui a laissé des marques indélébiles dans les littératures européennes : le monde des troubadours, où il repère, établit la réalité de ce qu’il appelle un « modèle de civilisation littéraire ». Le propos était audacieux, la démonstration impressionne. Ainsi, quelques générations, à peine plus d’un siècle et demi durant, ont jeté les fondations d’une littérature commune et, presque, d’une langue artificielle. Femmes et hommes, et c’est un premier fait original, tant les cultures des pays occidentaux se sont échinées par la suite à réserver aux mains des mâles les tâches de la création. Second fait curieux, la caution aristocratique aura favorisé la capture de l’expressivité troubadouresque par les élites de la France méridionale, mais il semble que jamais la langue des troubadours n’ait aidé à la construction d’identités culturelles et sociales avant le XIXe siècle.

3Seul un véritable philologue, doté d’une érudition éblouissante et sans failles, pouvait affronter des problèmes aussi vastes et dérangeants. L’attirail qu’il convie et présente dans les pages qui suivent pourra effrayer. Il faut s’y plonger cependant sans trouble, afin de déminer des impressions par trop vulgaires. La poésie méridionale ne survit pas seulement par l’éclat de quelques noms du XIIe au XIVe siècles – un Guillaume d’Aquitaine, un Bertrand de Born ou Peire Vidal, mais par le code qu’elle a livré, celui de l’amour courtois. Voici que, sur les ruines de la matière des sociétés passées et périmées, demeure ce code où toutes les sociétés de l’Europe ultérieure se sont reconnues, mais sans pouvoir se l’arroger. En somme, Maurizio Perugi a brassé et transmis aux étudiants d’Avignon un authentique petit manuel d’étude des troubadours ; il lègue désormais aux lecteurs de ce petit livre une gerbe propice à l’éclosion d’une histoire sans frontières. Qu’il en soit remercié, très chaleureusement.

Notes

1 Maria Selig, La naissance des langues romanes, Avignon, EUA, 2008 (Collection Entre-Vues).

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site