Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires franciscaines à Assise

 | 
Chiara Frugoni

Les Histoires franciscaines dans la Basilique supérieure d’Assise

Chiara Frugoni

Texte intégral

  • 1 Je conserve volontairement le ton familier de la conférence originelle, délivrée oralement. Pour u (...)

1François d’Assise (1181/1182– 1226) voulait une application radicale de l’Évangile. Il prêcha pour cette raison la paix et l’amour envers le prochain, envers tous, même envers les malades les plus repoussants comme les lépreux, même envers ceux d’une autre religion, comme les musulmans1.

2Quand François a environ vingt-deux ans, les croisés de la quatrième croisade (1203-1204) conquièrent Constantinople ; quatre années plus tard, l’Église déclenche la croisade contre l’hérésie cathare qui durera jusqu’en 1229, provoquant d’horribles massacres et destructions dans les splendides villes d’Albi, Toulouse, Carcassonne. En 1212, les chrétiens espagnols défont dans le sang les arabes musulmans à Las Navas de Tolosa (Andalousie). Et partout la guerre, la papauté contre l’empire, les villes contre les villes, et au sein d’une même ville les factions contre les factions. À Assise aussi, combien de luttes et de batailles ! La paix semblait donc un mot nouveau et impossible. Et pourtant François la prescrivit comme son salut et celui de ses compagnons, où qu’ils allassent. Pendant la cinquième croisade, François passa plusieurs mois en Égypte ; de retour en Italie, il consacra un chapitre de la règle de 1221 – fait incroyable pour cette époque – à la façon dont ses frères devaient vivre parmi les musulmans : sans conflit et sans dispute, en paix !

3En outre, François – comme le Christ et les apôtres – voulut se faire pauvre parmi les pauvres, partager l’incertitude matérielle et psychologique de leur vie. Les frères, au début, n’arboraient aucune devise qui pouvait les faire reconnaître parce qu’ils étaient vêtus de la charité d’autrui. Ils marchaient pieds nus, habitaient dans des cabanes de branchages, ou dans des léproseries, où ils soignaient et prenaient soin de ces pauvres malades. Ils ne devaient pourtant pas conserver de quoi manger pour le lendemain. Aux frères, il était interdit de demander l’aumône, de demander de l’argent. Cela aurait été voler les pauvres. Les frères devaient survivre avec leurs mains, travailler, et depuis le début nous les trouvons qui aident les paysans dans les champs, qui font les tailleurs, ou les forgerons, recevant en échange seulement un peu de nourriture.

  • 2 Règle « non bullata », chap. III, dans François d’Assise, Écrits, Vies, témoignages. Édition du ce (...)

4On dit souvent que François fut un homme inculte. C’est faux : outre sa langue, l’italien, il parlait le français, savait écrire en latin et savait écrire la musique. Il lisait les romans chevaleresques d’Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Il voyait pourtant à quel point la science menait souvent à l’orgueil et faisait évanouir la charité envers le prochain, devenant un instrument de répression. Il pensait que lui et ses frères devaient surtout prêcher par l’exemple et avec un langage simple, sans se préoccuper de se procurer les beaux codex coûteux puisque « la science gonfle d’orgueil tandis que la charité édifie » (ici François cite Paul, dans sa première Épître aux Corinthiens, 8, 2). Pour cette raison, il ne voulut pas que les frères laïcs analphabètes apprissent à lire2. Il ne voulut personnellement jamais se faire ni prêtre ni moine et sa communauté était ouverte à tous, aux laïcs et aux clercs.

  • 3 Sur les interprétations diverses de la prédication aux oiseaux, voir mon Saint François d’Assise, (...)

5Je voudrais remarquer à présent un fait assez étrange. François, qui a passé sa vie à prêcher, n’a jamais devant lui – dans les images – un public d’hommes, mais seulement des oiseaux (fig. 1). L’absence d’une foule humaine, remplacée au contraire par une foule à plumes, peut se qualifier comme une censure en bonne et due forme : elle trahit le malaise de l’Église eu égard à un religieux très particulier, qui ressemble encore de trop près à un laïc. Et l’Église dénie aux laïcs la permission de prêcher, qu’ils réclament avec beaucoup d’énergie du temps de François : elle tient que seul le clergé est adapté à la difficulté de la tâche, à savoir expliquer la profondeur des Saintes Écritures. Au contraire, pouvoir prêcher est de la part des laïcs une requête très dangereuse à formuler, facilement qualifiée comme manifestation pure et simple d’hérésie. La représentation de la Prédication aux oiseaux rend présent le projet de François – diffuser partout la parole de l’Évangile jusqu’aux créatures privées de raison – mais en supprime la signification, montrant non pas la rencontre quotidienne du saint avec les autres hommes, comme cela s’était produit dans la réalité, mais au contraire la rencontre, qui n’était possible que dans son seul cas, avec un groupe d’oiseaux3.

6François n’avait pas pensé fonder un Ordre : ce furent ses compagnons qui vinrent à lui ; au départ, des hommes de grande vertu, capables de partager la proposition chrétienne de François, fondée sur l’Évangile, certainement, mais si difficile à mettre en pratique ! Les frères furent très vite des milliers et le succès inattendu perturba François. Il était difficile de maintenir tant d’hommes dans des cabanes de bois. Les frères prêtres devinrent bientôt la majorité ; ils soutenaient avoir besoin de livres pour se préparer à prêcher ; en général, ils étaient des hommes moins héroïques que les premiers compagnons de François et ils voulaient vivre avec moins de privations. Dès lors François commença à être contesté. Il écrivit de nombreuses règles qui ne furent pas approuvées ou qui finirent par disparaître.

7Le texte de la première règle, qu’Innocent III approuva seulement oralement, est perdu. Celle que nous appelons la première règle est en réalité la seconde. Elle fut présentée à l’assemblée générale des frères en 1221 et suscita tellement d’exceptions et de réserves, autant de la part des frères que de la Curie romaine, qu’elle demeura non bullée, c’est-à-dire privée du sceau pontifical de validation. François dut la réécrire. Après une série de tentatives et de pesants compromis, une nouvelle règle fut approuvée en 1223 par les frères et le pape Honorius III, et appelée bullée pour cette raison. Or elle ne respectait plus les premières propositions du saint. Du reste, François, dès 1220, très malade et en crise, démissionna de sa fonction de chef spirituel, mais restait dans l’Ordre comme sa mauvaise conscience, continuant de rappeler, par sa seule présence, la proposition initiale de son engagement religieux.

8Les stigmates se révélèrent poser également un gros problème. Miracle éclatant, il était pourtant profondément contesté : soutenir qu’un être humain fût devenu semblable à Dieu, que sa chair, destinée à se corrompre, fût devenue celle du Christ, semblait un blasphème. Grégoire IX, le pape qui promut en 1228, seulement deux ans après la mort du saint, sa rapide canonisation, n’y crut pas et n’en parla pas dans la bulle de canonisation. Il changea d’avis ensuite, mais il lui fallut environ dix ans. À partir de 1237, date de la première bulle dans laquelle Grégoire IX mentionne, pour la première fois, les stigmates, en affirmant leur véracité, jusqu’en 1291, ce sont bien neuf bulles qui sont publiées par le Saint Siège contre ceux qui ne croyaient pas au miracle des stigmates. L’opposition venait de plusieurs côtés, surtout celui du clergé sacerdotal, qui craignait la concurrence d’un Ordre tel que celui des Mineurs, nouveau et dynamique ; elle venait aussi des envieux Dominicains, qui commencèrent une longue lutte pour soustraire aux franciscains l’exclusivité du privilège, en vantant les stigmates invisibles de leur sainte, Catherine de Sienne. Jusqu’à certains franciscains qui étaient contestataires ; mais les peintres également s’obstinaient à ne pas peindre les signes des stigmates, et s’ils les peignaient, ils étaient très souvent effacés par les mains de fidèles ignorants.

9Quand saint Bonaventure devint ministre général des franciscains en 1257, il trouva un ordre profondément divisé à diriger. Un Ordre qui s’était complètement cléricalisé : les frères laïcs avaient, pour ainsi dire, disparu. La quasi totalité était constituée de prêtres, qui habitaient des couvents confortables, étudiaient, possédaient des livres, ne travaillaient plus manuellement et vivaient des offrandes généreuses des fidèles. Ils enseignaient dans les chaires universitaires ; nombre d’entre eux n’étaient absolument pas disposés à suivre la vie âpre et pauvre voulue par François.

10Comme si cela n’était pas suffisant, de nombreuses biographies étaient mises en circulation, même des biographies officielles, qui, sur beaucoup d’événements de la vie de François et ses intentions, donnaient des interprétations parfaitement discordantes. C’était des biographies dans lesquelles les auteurs s’étaient vus contraints de mettre François à jour en fonction de l’évolution historique de l’Ordre. En 1263 Bonaventure écrivit une nouvelle biographie, connue comme Légende majeure et, au Chapitre général de Paris en 1266, il obtint que cette biographie restât la seule à véhiculer le souvenir de François, la seule qui fût officielle et fiable. Au même moment fut ordonnée, et avec grand succès, la destruction de toutes les autres Vies précédentes. Des centaines et des centaines de manuscrits disparurent ainsi et pendant des siècles, le François connu fut celui de Bonaventure et de Giotto, son interprète génial. C’est seulement à la fin du XIXe siècle que quelques copies des biographies condamnées furent par hasard, et heureusement, retrouvées et que les historiens commencèrent à découvrir d’incroyables divergences de dates et de faits, donnant vie à un débat sur la figure de François qui n’est pas encore éteint aujourd’hui.

  • 4 Voir les avis de Bruno Zanardi et Federico Zeri dans B. Zanardi, Il cantiere di Giotto. Le storie (...)

11Nous savons maintenant que les fresques de la Basilique supérieure d’Assise furent exécutées sous le pontificat de Nicolas IV (1288-1292), le premier pape franciscain. Depuis des années les historiens de l’art débattent sur l’attribution ou pas des fresques à Giotto. Un cycle aussi vaste vit certainement de nombreux peintres à l’œuvre, guidés par plusieurs chefs de chantier, sous la supervision d’un Maître du projet. Un programme pictural si calibré et si pensé dans le choix des sujets et dans la façon de les représenter eut sans doute, à son tour, un commanditaire responsable du projet, certainement un membre, ou plusieurs membres de l’Ordre franciscain4. J’utilise donc par commodité le nom rassembleur de Giotto, sans que cela signifie ni une prise de position concernant la paternité picturale des différentes scènes, ni une distinction nette dans la responsabilité du programme entre le commanditaire (le responsable du projet) et l’exécuteur (les peintres à l’œuvre).

  • 5 W. Schenkluhn, San Francesco in Assisi : Ecclesia specialis, Edizioni Biblioteca Francescana, Mila (...)

12Je voudrais rappeler que l’église de San Francesco se compose en réalité de deux églises superposées l’une sur l’autre, la Basilique inférieure et la Basilique supérieure. La Basilique inférieure est conçue comme église sépulcrale et est donc destinée aux pèlerins qui seraient venus manifester leur dévotion personnelle au saint. La Basilique supérieure est destinée aux cérémonies officielles, aux réunions solennelles entre les frères, où le pape pouvait intervenir, de son trône situé dans l’abside5. C’est pour cette raison que le programme des histoires franciscaines de la Basilique inférieure est très simple ; il commence depuis l’entrée et accompagne pas à pas le visiteur jusqu’à la tombe de François (la tombe, même si elle est invisible, est posée sous l’autel, au centre de l’abside). Le cycle de saint François de la Basilique supérieure est en revanche très complexe et plein d’allusions. Aujourd’hui, les touristes se déversent dans la Basilique supérieure depuis l’entrée située dans la façade, mais les frères et le pape n’utilisaient pas cette entrée : ils y accédaient directement par le transept qui communiquait à travers deux portes avec le couvent et avec le logement où le souverain pontife et sa suite résidaient, quand ils se trouvaient à Assise. Les histoires de François ne commencent pas là où le fidèle (ou le touriste) s’y attend, à l’entrée principale de la Basilique supérieure : le cycle commence à la hauteur de l’abside, où les frères et le pape commençaient à le regarder, à la hauteur du pilastre qui signale l’accès au transept (fig. 2).

  • 6 A. Franchi, Nicolaus Papa IV 1288-92 (Girolamo d’Ascoli), Edizioni Porziuncola Santa Maria degli A (...)

13Le commanditaire et le programmateur du cycle franciscain dans la Basilique supérieure devaient assurer une mission très difficile : d’une part, il fallait, dans l’église-mère de l’Ordre, exalter le fondateur des franciscains. Les frères constituaient une réalité religieuse nouvelle qui avait connu un succès extraordinaire, à tel point que le pape, au moment de l’exécution des fresques, était justement un franciscain. D’autre part, il n’était plus possible de vanter toutes les nouveautés que François avait proposées avec tant de cohérence et de ténacité : la pauvreté radicale des frères, pour chacun et en commun, la faible préparation théologique de François, sa façon de prêcher dans un langage trop simple et sans ornement, privilégiant le public des paysans et des déshérités, par rapport à celui des villes. On ne pouvait plus exalter l’importance du soin aux lépreux, la grande ouverture de François envers les laïcs et envers ceux qui croyaient en une autre religion, son refus de la guerre : tout le pontificat de Nicolas IV fut employé en tentatives continuelles d’annoncer une nouvelle croisade en Terre sainte6. En outre, François, comme on l’a dit, n’avait jamais voulu devenir ni prêtre ni moine. Il était resté essentiellement un laïc, un laïc qui pourtant, durant toute sa vie, avait prêché sans relâche. Mais l’Église interdisait aux laïcs de prêcher ou, à tout le moins, elle était extrêmement méfiante à leur égard.

14En effet, jamais, dans le cycle franciscain, nous ne rencontrons François qui prêche devant les gens, ni un lépreux ou un pauvre. Le chevalier devenu pauvre, auquel François donne son manteau, (fig. 3) est déclaré comme tel par la légende en dessous de la fresque, mais il n’est certainement pas dépeint dans un vêtement de pauvre : il porte un habit rouge, couleur très coûteuse à obtenir, il est bien chaussé et porte sur la tête un chapeau couvert d’un luxueux pelage de petit-gris.

  • 7 C. Frugoni, Francesco, un vescovo e due pontefici : fonti scritte e iconografia del percorso agiog (...)

15Comme si cela n’était pas assez, l’Ordre commanditaire devait résoudre le gros problème de l’approbation de la règle. François, avec peu de compagnons, s’était rendu à Rome en 1209 pour proposer à Innocent III sa forma vitae composée d’une série de passages évangéliques. La réponse d’Innocent III avait été très prudente et le pontife s’était limité à une approbation orale. François et ses compagnons étaient donc revenus à Assise sans l’approbation écrite de la règle (qui sera confirmée par le pape Honorius III seulement en 1223)7.

16Le Concile de Latran IV en 1215 avait interdit la naissance de nouveaux ordres s’ils ne s’appuyaient pas sur des règles précédemment approuvées. Mais l’Ordre franciscain avait absolument besoin d’affirmer qu’une règle en bonne et due forme avait été approuvée avant 1215. Les commanditaires des fresques décidèrent alors que dans le cycle de fresques le plus étendu et le plus officiel, l’épineux problème serait résolu.

  • 8 C. Frugoni, Francesco, un vescovo e due pontefici cit., pp. 326-327. J’ai donné une première inter (...)

17De fait, Innocent III tend à François un parchemin où est copié le début de la bulle Solet annuere d’Honorius III, avec laquelle furent définitivement approuvés par expédition de bulle – non vers 1209 comme la peinture voudrait le faire croire, mais en 1223 – la règle et le début officiel de l’Ordre : « [Que] talis est : regula et vita/ minorum f[ratrum] haec / est silicet [domini n]o / stri Iesu [Christi] s(an)c(tu)m / evang(e)lium obser/vare vive(n)do i(n) / obedientia si/ne proprio et in ca/stitate » (« [Laquelle] est ainsi faite : la règle et la vie des frères mineurs est la suivante, à savoir observer le saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ, vivant dans l’obéissance, sans rien en propre et dans la chasteté ») (fig. 4-5). Nous assistons donc à une profonde altération historique, qui attribue à François, dès 1209, avec une prévoyance toute prophétique, car elle anticipe sur la réalité de quatorze années, un texte normatif de 1223. L’échange des pontifes manifeste par ailleurs à quel point, encore sous le pontificat de Nicolas IV, l’Ordre franciscain percevait le problème de la règle, se sentant contraint de rétrodater l’approbation et la substance de la règle elle-même8.

18Les six premières scènes du cycle montrent en crescendo la sainteté providentielle de François, la nécessité, scellée par l’approbation divine, de sa mission évangélisatrice pour une Église en danger. Nous voyons de fait François, déjà saint (avec l’auréole), mais pas encore pleinement converti, aux pieds duquel un homme simple étend un manteau en disant que le jeune marchand devra accomplir de grandes entreprises (le modèle est l’entrée du Christ à Jérusalem). Puis François donne son manteau à un pauvre, se comportant mieux que saint Martin, qui avait offert au pauvre seulement la moitié de son manteau. La nuit suivante, le Christ apparaît et prédit à François que lui et ses frères deviendraient milites Christi, chevaliers du Christ. Il habitera bientôt dans le palais du paradis plein des armées croisées ; puis François écoute le commandement de la croix qui parle miraculeusement et lui ordonne d’aller et de réparer l’Église en ruine. Enfin François renonce à tous les biens, passe de la famille charnelle à celle de l’Église, approuvé par la main divine et, finalement, avec onze compagnons, va à Rome pour demander à Innocent III l’approbation du style de vie de sa jeune communauté. Innocent III approuve, car la nuit précédente il avait vu François soutenir le Latran, la cathédrale de Rome, qui menaçait de s’écrouler. L’Ordre franciscain se montre donc comme le soutien indispensable de l’Église, et il l’est tellement – peuvent penser complaisamment les frères de l’époque des fresques – qu’un franciscain est désormais devenu pape.

19Dans la fresque de l’audience concédée par Innocent III, François et ses compagnons (en tout douze, comme les apôtres) sont déjà tous vêtus comme des frères et quasi tous ostensiblement tonsurés (fig. 4). Nous nous serions attendus à ce qu’après l’approbation pontificale François annonçât la parole de Dieu, ainsi que nous pouvons le voir dans le Panneau Bardi d’environ 1243, à Santa Croce à Florence (fig. 5). Il s’agit d’une biographie figurée qui comprend vingt scènes : immédiatement après la rencontre avec Innocent III, François prêche aux fidèles pendant la messe de Noël à Greccio, prêche aux oiseaux et, enfin, prêche au sultan et à ses sujets qui l’écoutent avec attention (fig. 6).

20En revanche, dans les fresques d’Assise, aucune activité de prédication ne fait suite à l’approbation de la règle de la part d’Innocent III ; et François n’est pas non plus le protagoniste des histoires peintes à fresque. Ses compagnons sont par contre les protagonistes du cycle pour une bonne part, si vertueux qu’ils voient un ange et l’écoutent ; si vertueux qu’ils accomplissent avec succès l’exorcisme de la ville d’Arezzo et qu’ils assistent à l’extase de François dans le bois. Les frères de l’époque des fresques ne se reflètent pas dans le fondateur mais dans ses compagnons. Le cycle célèbre la glorification de l’Ordre.

21À partir de l’épisode de François devant le sultan commence une série de prêches tout à fait atypiques, qui ne sont jamais adressées à un public de gens du peuple, comme celui qui écouta réellement François, prédicateur infatigable. En outre, de telles prédications sont entrecoupées à chaque fois par un épisode qui rend difficile de saisir la séquence de l’activité homilétique du saint : prédication devant le sultan, extase de François ; prédication à Greccio (mais le pupitre est ostensiblement vide), miracle temporaire de la source ; prédication aux oiseaux, mort du chevalier de Celano ; prédication devant Honorius III, prédication aux frères (fig. 7). Le sujet de cet épisode est finalement un vrai prêche, mais ce n’est pas François qui parle : c’est un autre grand saint franciscain, Antoine, qui conseille les compagnons.

22En ce qui concerne la prédication devant Honorius III (fig. 8), Bonaventure, dans la Légende majeure (ch. XII, 7), raconte que François « une fois, en vue d’une prédication devant le pape et les cardinaux, sur suggestion du cardinal d’Ostie, avait appris par cœur un discours soigné le plus possible pour pouvoir prononcer devant eux des paroles édifiantes. Cependant, le moment arrivé, François oublia tout et ne réussit pas à prononcer la moindre parole. Alors, après avoir exposé avec humilité et sincérité ce qui était arrivé, il se mit à invoquer la grâce de l’Esprit Saint et immédiatement les mots commencèrent à affluer, si abondants et si efficaces pour émouvoir et adoucir le cœur de ces illustres personnages, que l’on voyait clairement que ce n’était plus lui qui parlait, mais l’Esprit du Seigneur ».

  • 9 Pour les didascalies, j’ai suivi la transcription récente de N. D’Acunto, Le didascalie del ciclo (...)

23Le cardinal d’Ostie est le puissant cardinal Ugolin, futur Grégoire IX ; le pape devant lequel prêche François est évidemment Honorius III. Je ne peux pas m’arrêter sur les raisons de cette visite de François au pape et, de nouveau, je renvoie à l’une de mes publications. Je me limite à citer le commentaire écrit, qui comme dans chaque scène explique le sujet de la scène qui la surmonte : « Le bienheureux François prêcha de façon si dévote et efficace devant le seigneur pape et les cardinaux de sorte qu’il fût clair pour tous que ce n’était pas lui qui parlait, bénéficiant de la sagesse humaine, mais que c’était l’Esprit Saint qui parlait en lui » (« B(ea)t(u)s Fra(n)cisc(us) cora(m) d(omi)no papa et cardi[nalibus] ta(m) devote et efficacit(er) predicavit, ut pate(n)ter claresceret q(uo)d ip(s)e n(on) i(n) doctis hu(m)ane sapie(n)tie verbis set divino spiritu loqueretur »9). Comme on le voit, c’est un jugement très limité : sans culture, à moins de ne pas jouir d’une faveur divine particulière dont François avait bénéficié en tant que saint – un mérite évidemment non généralisable à tous les frères – personne ne pouvait prêcher de façon valide et utile. En d’autres termes : François avait prêché avec tellement de succès seulement parce qu’on pouvait constater à quel point il était inspiré directement par Dieu. L’inscription est un message précis pour marginaliser le « simplex et idiota » François comme modèle actuel pour les frères contemporains des fresques.

24La scène suivante représente le chapitre d’Arles où saint Antoine de Padoue (représenté de manière réaliste comme un homme corpulent, et déjà saint (fig. 9) : il avait été canonisé en 1232) est en train de prêcher aux frères à propos de l’inscription que Pilate fit poser sur la croix (« Jésus de Nazareth roi des Juifs »). Un des frères présents, Monaldo, voit entrer François, physiquement absent d’Arles, qui bénit les frères de ses mains ouvertes en croix.

25Que veut-on souligner ? En premier lieu, que l’Ordre s’est déjà si étendu que cette réunion officielle, ce Chapitre général, se produit en France. Ensuite, que l’activité de prédication passe par la bouche d’un homme extrêmement cultivé qui enseigne la théologie, comme l’est saint Antoine. Il fallait affirmer l’importance d’une préparation religieuse adéquate. Si, pour aider François, l’Esprit Saint n’était pas intervenu, il n’aurait pas trouvé les mots appropriés pour prêcher devant Honorius III et les cardinaux. Pour prêcher aux hommes, et surtout, pour « former » les frères, il fallait étudier et se faire ordonner prêtre, comme Antoine. Et c’est Antoine et non François que les franciscains devront prendre comme modèle.

26Après la mort de François, en fait, l’Ordre avait abandonné totalement le style de vie du fondateur, fait de pauvreté évangélique et de simplicité : il appréciait non seulement la vie confortable des couvents (nous l’avons déjà vu), mais aussi la culture théologique. Dans le miracle d’Arles, la bénédiction de François est justement le centre de la scène : le fondateur, avec sa bénédiction, montre qu’il approuve la nouvelle direction de l’Ordre, entièrement, peut-on dire désormais, composé de frères-prêtres, souvent de grande culture : de nombreux frères occupaient des chaires universitaires.

27Remarquons avec quelle habileté, dans le cycle d’Assise, la proposition chrétienne de François – qui, aux yeux des frères commanditaires des fresques, apparaissait complètement anachronique – fut reformulée : elle devenait l’éloge que le fondateur d’un Ordre au succès aussi tonitruant formulait au sujet du changement en acte de l’Ordre lui-même ; François approuvait totalement Antoine.

28François l’illettré, ni prêtre ni moine, est un nouveau prophète, nouvel Élie ravi dans le chariot de feu (quand il apparaît aux frères à Rivo Torto sur un chariot de feu), nouveau Moïse qui fait jaillir l’eau pour le peuple assoiffé (quand il fait surgir l’eau de la roche pour le paysan assoiffé qui l’accompagnait dans la montée à l’Alverne) (fig. 10).

  • 10 Bonaventure de Bagnoregio, La Légende Majeure de François d’Assise, chap. XI, 14, dans François d’ (...)

29Dans sa Légende majeure, Bonaventure ne manque pas de souligner que Dieu aime révéler ses mystères « aux simples et aux petits », c’est-à-dire à David, « le plus sublime des prophètes », à Pierre « le prince des apôtres » et enfin à François, « le petit pauvre du Christ ». « Ils étaient simples et illettrés, mais l’Esprit Saint les rendit illustres avec son magistère. […] Il choisit Pierre, le pécheur, pour qu’il remplisse les filets de l’Église avec une multitude de croyants ; François le marchand, pour que, vendant et donnant tout pour le Christ, il achète la perle de la vie évangélique »10.

  • 11 C. Frugoni, Francesco e l’invenzione delle stimmate, Una storia per immagini e parole fino a Giott (...)

30François est inscrit dans le plan de la divine providence ; de fait, c’est un saint qui est le protagoniste d’un miracle unique, sans précédent pour aucun homme : les stigmates11.

31Bonaventure, racontant la miraculeuse vision divine sur l’Alverne, souligna la contemporanéité entre la disparition du Christ-séraphin et l’apparition des stigmates, suggérant de la sorte que le Christ avait imprimé ses plaies en François. Giotto, dans les fresques d’Assise, fit plus tard un pas en avant, en rendant encore plus explicite la description de Bonaventure (fig. 11). Il peignit effectivement des rayons qui liaient, en miroir, les mains, les pieds et le côté du Christ aux parties analogues du corps de François, de façon que l’observateur n’eût aucun doute : c’est bien le Christ qui blessa, et donc divinisa, la chair du futur saint. La robe de François est ouverte sur la poitrine, si bien que même la plaie de côté est visible.

  • 12 Voici ce qu’écrit Bonaventure sur le degré de perfection atteint par François : « In quo magis est (...)

32François, après les stigmates, écrit pourtant Bonaventure, est devenu un saint admirable mais qu’il n’est plus possible d’imiter parce que, pour ainsi dire, il s’est substitué au Christ sur la croix12. De cette manière le biographe tient compte de l’immense vénération que l’on doit porter envers le fondateur de l’Ordre, mais libère les frères du devoir de prendre François comme modèle, en tant qu’il est un homme à la sainteté inaccessible. Les frères peuvent en revanche suivre des saints plus traditionnels comme Antoine, plus en harmonie avec l’évolution de l’Ordre lui-même.

33De cette façon, François, alter Christus (l’expression fut utilisée seulement dans une source de la première moitié du XIVe siècle, les Actes de saint François et de ses compagnons, Actus beati Francisci et sociorum eius), pouvait être contemplé par ses doctes frères sans scandaliser ni troubler : fabuleusement saint et, pour cette raison, fabuleusement loin.

Notes

1 Je conserve volontairement le ton familier de la conférence originelle, délivrée oralement. Pour une présentation générale sur François d’Assise, je renvoie à mon Saint François d’Assise, la vie d’un homme. Préface de Jacques Le Goff, traduit de l’italien par C. Dalarun-Mitrovitsa, Hachette Litératures, Paris 1999.

2 Règle « non bullata », chap. III, dans François d’Assise, Écrits, Vies, témoignages. Édition du centenaire, sous la direction de J. Dalarun, Cerf-Éditions franciscaines, vol. I-II, Paris 2010, vol I, p. 193.

3 Sur les interprétations diverses de la prédication aux oiseaux, voir mon Saint François d’Assise, la vie d’un homme, o.c., pp. 104-109.

4 Voir les avis de Bruno Zanardi et Federico Zeri dans B. Zanardi, Il cantiere di Giotto. Le storie di San Francesco ad Assisi. Introduzione di F. Zeri, note storicoiconografiche di C : Frugoni, Skira, Milano 1996, pp. 9-11 et pp. 19-58.

5 W. Schenkluhn, San Francesco in Assisi : Ecclesia specialis, Edizioni Biblioteca Francescana, Milano 1994.

6 A. Franchi, Nicolaus Papa IV 1288-92 (Girolamo d’Ascoli), Edizioni Porziuncola Santa Maria degli Angeli 1990, pp. 193-203 ; F. Cardini, Niccolò IV e la crociata in Niccolò IV. Un pontificato tra Oriente ed occidente, a cura di E. Menestò, Centro di Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, Spoleto 1991, pp. 135-155.

7 C. Frugoni, Francesco, un vescovo e due pontefici : fonti scritte e iconografia del percorso agiografico da Assisi a Roma dans Francesco a Roma dal signor Papa. Atti del VI Convegno storico (Greccio, 9-10 maggio 2008), éd. A. Cacciotti-M. Melli, Edizioni Biblioteca Francescana, Milano, 2008, pp. 247-377.

8 C. Frugoni, Francesco, un vescovo e due pontefici cit., pp. 326-327. J’ai donné une première interprétation de l’inscription dans mon livre Due papi per un giubileo, Celestino V, Bonifacio VIII e il primo Anno Santo, Rizzoli, Milano 2000, pp. 225-226 et figg. 16-17.

9 Pour les didascalies, j’ai suivi la transcription récente de N. D’Acunto, Le didascalie del ciclo francescano della Basilica Superiore di Assisi, dans Le immagini del francescanesimo, o.c., pp. 169-197, pp. 189-90.

10 Bonaventure de Bagnoregio, La Légende Majeure de François d’Assise, chap. XI, 14, dans François d’Assise, Écrits, o.c., vol. II, p. 2350.

11 C. Frugoni, Francesco e l’invenzione delle stimmate, Una storia per immagini e parole fino a Giotto ed a Bonaventura, Einaudi, Torino 1993.

12 Voici ce qu’écrit Bonaventure sur le degré de perfection atteint par François : « In quo magis est laudandus et admirandus quam imitandus ; unde non inepte filii eius addiscunt, quia scire per hominem non est omnium, sed privilegium paucorum » : Bonaventurae Sermones, Sermo V, dans Eiusdem Opera omnia, ex Typographia Collegii S. Bonavenurae, Ad Claras Aquas 1901, vol. IX, p. 592. Dans une nouvelle vie du saint composée après 1297 en vue de compléter les gestes, avant tout avec des épisodes post mortem, Bernard de Besse, secrétaire de Bonaventure, rejette l’idée de marcher sur les traces de François : « Puisque nous ne pouvons imiter [François] à la perfection, nous devons au moins le vénérer. Qui en effet pourrait suivre en tout les traces de saint François et des compagnons qui étaient avec lui ? C’est pour cette raison que [François] refusa d’imposer aux autres la rigueur de la pauvreté et de la perfection qu’il s’imposa à lui-même. Mais, respectant la parole divine, il établit une règle très parfaite que chacun pourrait suivre en tout temps ; celui qui la suivrait ne s’écarterait jamais de la volonté du père saint, quels que soient les changements de coutume au fil du temps. Car contempler la perfection des saints incite à la vertu et guide nos actes à la lumière de leur exemple. (« Debemus enim venerari, si perfecte non possumus imitari. Quis enim plene beati Francisci sibique assistentium sociorum vestigia sequi possit ? Unde nec ipse, qualem servabat paupertatis et perfectionis rigorem, imposuit ; sed regulam perfectissimam, quae tamen omnibus et omni foret observabilis tempore, divino instructus oraculo condidit ; qua servata, numquam a sancti Patris receditur disciplina, licet aliquae pro temporum varietate consuetudines varientur. Valet autem inspecta sanctorum perfectio ad incitamentum virtutis et mores nostros eorum lumine praevio dirigendos » : Bernardi de Bessa Legenda vel vita s. Francisci (Liber de Laudibus beati Francisci), Ex Typ. Collegii s. Bonaventurae, Ad Claras Aquas prope Florentiam 1897, Analecta Franciscana, vol. III, p. 666. On lira à ce propos les fines observations d’A. Vauchez, Saints admirables et saints imitables : les fonctions de l’hagiographie ont-elles changé aux derniers siècles du moyen âge ? dans Les fonctions des saints dans le monde occidental, IIIe-XIIIe siècles, École française de Rome, Rome 1991, pp. 161-172. L’auteur y montre le paradoxe du genre hagiographique : le saint doit être un héros, mais il doit en même temps servir d’exemple. (Le terminus post quem du Liber de Bernard de Besse, en 1279, se déduit du fait qu’y est mentionné John Peckam comme archevêque de Cantorbery, élu le 28 janvier 1279. On trouvera une longue étude des œuvres de Bernard de Besse et une discussion des quelques informations sur sa vie chez F. Uribe, Introduzione alle fonti agiografiche di san Francesco e santa Chiara d’Assisi (secc. XIII-XIV), Edizioni Porziuncola, Assisi 2002, pp. 384-398, ici p. 393.

Auteur

Originaire de Pise, a complété sa formation supérieure à l’École Normale supérieure de Pise. À partir de 1980, elle a exercé comme professeur ordinaire d’Histoire médiévale à l’Université de Pise, puis à l’Université de Rome 2 (Tor Vergata). Elle a enseigné aussi à Paris et travaillé à Princeton, grâce à une bourse de l’Institute for Advanced Study. Historienne, sa méthode consiste à unir texte et image, qu’elle tient pour des sources d’égale dignité. Ses livres ont été traduits en français, allemand, anglais (Angleterre et USA), portugais, espagnol, japonais et coréen.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540