Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires franciscaines à Assise

 | 
Chiara Frugoni

Préface

Guy Lobrichon

Texte intégral

1Le 7 mai 2010, Chiara Frugoni a présenté à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse une conférence qui a fait date. Chiara Frugoni, une grande dame venue de Pise en Italie, porte un nom déjà inscrit au panthéon de l’historiographie internationale. Tout historien de l’art du Moyen Âge l’aura déjà croisée, comme tout historien des sociétés médiévales et bien d’autres également. Car la professeure émérite aux Universités de Sienne et de Rome, d’une compétence rare, sait associer merveilleusement les deux talents de l’historienne qui fascine la gent académique et de l’éveilleuse qui émeut le grand public.

2Sous le masque d’une limpidité qu’on ne vantera jamais assez, un art d’écrire se dévoile. Il prend son vol dans une immense curiosité, qui a mené Madame Frugoni à courir du pavement d’Otrante avec son initiation cosmologique, aux fresques du Palais Communal à Sienne chargé de propagande politique, au décor pictural des grandes demeures qui révèle le statut symbolique de leurs occupants, à l’iconographie de la femme, du couple et du mariage, aux images de la ville, aux deux frères Lorenzetti, Pietro et Ambrogio, à François d’Assise, aux lunettes et autres objets étranges et mieux vaut ne pas en dire davantage. Ce serait étourdissant. De la curiosité, Chiara Frugoni sait tirer le meilleur, parce qu’elle détient une incroyable maîtrise dans l’étude précise et combinée des archives, des textes historiques et/ou littéraires, des images. Elle est ainsi l’une des meilleures initiatrices au travail de l’historien.

  • 1 Les traductions françaises sont trop rares : on ne trouve guère que le Saint François d’Assise : l (...)

3L’historienne ne s’arrête pas aux bornes de l’écriture scientifique. Elle manifeste une grande propension à écrire des chefs d’œuvre : il suffit d’évoquer quelques ouvrages indépassés que sont Francesco : un’altra storia (Genova, Marietti, 1988), Francesco e l’invenzione delle stimmate. Una storia per immagini e parole fino a Giotto ed a Bonaventura (Turin, Einaudi, 1993, doté du Prix « Viareggio per la saggistica »), L’affare migliore di Enrico. Giotto e la Cappella Scrovegni (Turin, Einaudi, 2008) et, tout récemment publié, La voix des images du Moyen Âge (Turin, Einaudi, 2010)1. Mais comment écrit-on un chef-d’œuvre ? En conjuguant un objet intrigant et qui résiste à tout simplisme, une complicité avec cet objet, une érudition sans faille, une méthode rigoureuse, une pensée énergique et, enfin, un style personnel et enthousiaste. Ecrire un chef d’œuvre en histoire, c’est ainsi un art. Et cet art, Chiara Frugoni le possède jusqu’à illuminer d’un jour sans pareil des chefs d’œuvre d’autrefois.

4Ainsi comprend-on que l’œuvre de Chiara Frugoni enrichit l’histoire de l’art, l’histoire des idées, l’histoire sociale, l’histoire du patrimoine de l’humanité, l’Histoire tout court, autant dire chacun de ses acteurs et lecteurs. En somme, « la meilleure affaire » d’Enrico Scrovegni n’a pas été de construire la chapelle qui porte aujourd’hui son nom et qu’il a fait décorer par un certain Giotto en 1303 : la meilleure affaire d’Enrico a été de réserver à Chiara Frugoni le soin de l’expliquer enfin. A quoi j’ajouterai que la venue de Chiara Frugoni compte parmi les meilleures affaires de l’Université d’Avignon. Elle a fait souffler le vent de la science, de l’imagination et de la grâce et pour tout cela, les Editions Universitaires d’Avignon expriment une très vive reconnaissance à Chiara Frugoni.

Notes

1 Les traductions françaises sont trop rares : on ne trouve guère que le Saint François d’Assise : la vie d’un homme, préf. de Jacques Le Goff, trad. de l’italien par Catherine Dalarun-Mitrovitsa, Paris, Hachette littératures, 1999.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540