Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traduction n’existe pas, l’intraduisible non plus

 | 
René Agostini

Préface

Denise Merkle

Texte intégral

1Dans La traduction n’existe pas, l’intraduisible non plus : Synge, O’Casey, Joyce, Beckett, etc., René Agostini se révèle volontairement polémique lorsqu’il se penche sur la question épineuse de la traduisibilité, question qui arrive à point nommé du fait que la traduction… et la traductologie… prennent un grand essor à l’heure actuelle. De prime abord la question semble ici posée de façon plutôt catégorique, à savoir : « à quoi bon ajouter une théorie au nombre pléthorique des théories qui, jusqu’à preuve du contraire, ne servent que la personne du théoricien, n’ont rien à voir avec la vie du vivant et donc pas grand-chose à donner ? ». Il faut le reconnaître, si les théories abondent, ce ne sont pas toutes les théories qui contribuent à exercer ou à comprendre la pratique de la traduction. Celui qui pose la question a effectivement à son actif un grand nombre de traductions (par exemple, The Siege of Knocklong, la traduction anglaise de Seán Ó Duinn faite sur l’original de Forbhais Droma Dámhgháire écrite en gaélique médiéval) et d’adaptations littéraires (par exemple, un choix de poèmes de Nuala Ní Dhomhnaill écrits en irlandais et adaptés d’après leur traduction anglaise de Medbh McGuckian et Eiléan Ní Chuilleanáin, entre autres), ce qui lui a permis d’acquérir une familiarité intime avec « la vie du vivant » de la traduction. Or, sa réflexion n’est pas un simple « exercice pratique ». Au contraire, l’auteur, qui ne se veut, apparemment, surtout pas traductologue, fait preuve, et malgré lui semble-t-il, d’une grande science en matière de théorie de la traduction, car la pratique de cet art l’amène à réfléchir sur le potentiel et les limites d’une entreprise pleine d’embûches. Sur le plan personnel, la traduction le pousse à se reconnaître parmi les écrivains irlandais qu’il lit et étudie « par amour » pour leurs textes, ceux de John Millington Synge (dont René Agostini a fait, entre autres, la traduction d’un choix de poèmes publié aux Presses Universitaires de Caen en 1987), Seán O’Casey, anglicisation de O’Cathasaigh (dont René Agostini a écrit, entre autres, la traduction de Time to Go pour la Compagnie Solitaire, Festival d’Avignon, 1996), James Joyce et Samuel Beckett (dont René Agostini a écrit la traduction inédite du premier roman, Dream of Fair to Middling Women). Pour reprendre ses paroles, « la traduction bien comprise, bien vécue » sera « une fenêtre ouverte vers [ses] propres secrets » : l’autre irlandais – c’est lui. Le voilà métamorphosé en théoricien se préoccupant de connaissance quelque peu abstraite qui servira indubitablement à alimenter la pratique de la traduction.

2Réfléchir sur la traduction est d’actualité, du moins en partie, puisque nous semblons enfin appréhender que tout le monde en fait, que l’acte de traduire relève du quotidien. Le linguiste Roman Jakobson l’a constaté il y a plus de cinquante ans, la traduction intralinguistique, ou la reformulation, est un élément essentiel de toute communication humaine. En d’autres mots, la traduction fait partie intégrante de tout acte de communication, si imparfaite qu’elle puisse être, d’où l’inéluctable intraduisible. L’être humain s’efforce de mettre en mots, de façon compréhensible, soit de traduire, le cri primitif qui le hante. Tout en étant dissimulé derrière d’apparents comportements civilisés, le malaise essentiel devant l’incompréhensible du monde n’a pas disparu. Ce malaise a été effectivement mis en mots et reporté sur les injustices vécues par les écrivains et les traducteurs eux-mêmes, tels James Joyce qui déconstruisait la langue du colonisateur britannique pour venger les Irlandais des siècles d’injustices et Michel Garneau qui déconstruisait une œuvre canonique du colonisateur, à savoir Macbeth, pour venger les Québécois. Tout en sachant les limites de la communication, les écrivains écrivent et réécrivent, et les traducteurs – par générosité et amour dans bon nombre de cas – relèvent le défi de reformuler leurs écrits dans une autre langue afin de rendre l’« au-delà des mots », afin de donner un corps au « souffle ». Certains écrivains, comme Samuel Beckett, s’auto-traduisent, d’autres, comme J. M. Synge, trouvent leur langue « maternelle » en traduisant l’autre.

3Malgré une communication imparfaite, les traductions touchent souvent leurs lecteurs, les textes transcendant « le contexte même de l’histoire et des conflits pour atteindre à une sorte d’absolu de la pensée, de la langue », pour reprendre les mots de René Agostini.

4C’est dans ce potentiel d’« atteindre à une sorte d’absolu » que réside l’intérêt grandissant pour mieux comprendre la signification des affirmations du genre « la traduction n’est qu’exercice pratique ». Si « elle ne vit qu’en tant que pratique », la comprendre exige néanmoins une grande érudition, cet essai de René Agostini en faisant foi. Une richesse de la pratique de la traduction se trouve dans son potentiel à compléter une pensée inachevée ou à rendre une intraduisibilité intralinguistique dans le texte-source. Toutefois, la pensée étant déterminée par les mots, lorsqu’on change de langue, on change de système de pensée. Les traducteurs le savent : ils ne traduisent pas les mots ; ils tentent de dompter l’en-deçà de ce que l’auteur tentait de formuler, souvent avec beaucoup de peine, à l’écrit. Le traducteur découvre le potentiel à activer dans le texte-source – la pensée inachevée, l’intraduisibilité intralinguistique –, tout comme l’écrivain a puisé dans un potentiel à amorcer. Sans conteste, l’écrivain s’évertue à conquérir l’intraduisible, « cet intraduisible fondateur de la tradition écrite, c’est-à-dire de l’effort de représentation de l’irreprésentable », puis le traducteur à prendre la relève. Nous nous trouvons devant la pulsion de dire, d’écrire, de réécrire et de traduire, et c’est avec un brio singulier que René Agostini l’a décrite sans pour autant la nommer : c’est la volonté de dire « ce qu’on ressent ». Seul un critique écrivain lucide, perspicace et à la plume pénétrante (Presqu’île plein vent, Maison de terre toit de ciel et Pour amour des oiseaux) est en mesure de faire une fine analyse du carcan du langage, dont l’expression et la communication se révèlent habituellement insuffisantes.

5J’ai plaisir en tant que traductologue de vous présenter cette étude profonde qui nous amène à interroger le monde interne de l’écrivain et du traducteur de même que leur vie d’êtres vivants, étude qui réussit à élucider l’obscur du processus de l’écrire et du traduire. René Agostini mène avec maestria son argumentation qui fait preuve d’une grande culture puisée dans les traditions littéraires irlandaise et française, la théologie, la mythologie, la philosophie et, il faut le reconnaître,… la traductologie. C’est grâce à son rapport intime avec le vivant de la traduction qu’il se trouve en mesure de formuler une réflexion fort nuancée sur l’intraduisible, ce compagnon tenace et intraitable de la traduction.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540