Version classiqueVersion mobile

La traduction n’existe pas, l’intraduisible non plus

 | 
René Agostini

Introduction

Texte intégral

The speech of a community is for its members a hieroglyphical and shadowed lesson of the whole world.
Sir Thomas Browne

Le poète essuie son couteau : cette fois, l’éloquence est bien morte.
Haïku anonyme

1Pour René Agostini, les langues sont une musique qui l’accompagne depuis sa naissance en Algérie, où se parlaient l’arabe, l’hébreu, le français, l’italien, l’espagnol et un mélange de tout ça... Il a appris pas mal d’autres langues, l’anglais, l’allemand, le latin, s’est intéressé au russe, à l’italien des origines de son père et à l’hébreu de son grand-père maternel.

2Né d’un métissage entre l’Afrique du Nord et l’Europe du Sud, il a trouvé une culture presque familière en Irlande…, qui est devenue, après des études générales de littérature et de philosophie, son champ de recherche, surtout pour ses poètes et ses dramaturges fin 19e et début 20e siècles. Il a écrit une thèse sur le théâtre de John Millington Synge inspirée de ce qu’on appelle la théorie moderne (une tentative d’appliquer au théâtre certains aspects de la narratologie) ; il a littéralement corrigé cette thèse, en publiant des relectures du théâtre de Synge, pièce par pièce. Il avait, en ce temps, déjà traduit ses poèmes. Ces traductions, à peine modifiées, ne devaient se publier que bien plus tard. Aujourd’hui, il est parfois tenté de les reprendre…

3Son champ de recherche s’est ensuite élargi : Sean O’Casey, James Joyce, John B. Keane, Brian Merriman, Brian Friel ainsi que les poètes traditionnels de l’Irlande pré-chrétienne jusqu’au 17e siècle ; également certains textes anciens, anonymes pour la plupart. Parallèlement, il a dans ses voyages rencontré des poètes contemporains peu connus qu’il a traduits. Enfin, c’est-à-dire pour commencer, il s’est intéressé aux mythes et épopées d’Irlande : dans le chaos de notre monde, cette étude lui a ouvert les portes d’un retour vers les civilisations anciennes, notamment le celtisme, le druidisme et la civilisation mégalithique avec ses symboles tracés dans la pierre.

4C’est peut-être là le point de contact, aujourd’hui, entre sa recherche en tant qu’universitaire et sa quête personnelle, solitaire, nomadique. C’est encore un travail de traduction que de tenter de comprendre les symboles tracés dans la pierre par nos ancêtres avec l’Univers qu’ils représentent. Et ce qu’il fait en tant qu’écrivain et en tant que musicien (percussionniste), avec ses textes dits et les arrangements musicaux qu’il réalise, en duo ou en trio, c’est un autre type de travail de traduction, où la musique vient déplier, décrisper, déployer les mots avec leurs articulations toujours plus ou moins raidies par le dictionnaire, les conventions, l’usage banalisant, la dévoration ordinaire de l’existence, l’hypnose médiatique et, paradoxalement, les esthétisations galopantes.

5On peut citer parmi ses nombreuses publications :

  • adaptation de The Midnight Court de Brian Merriman, [Le Tribunal de Minuit], L’Harmattan, Poètes des Cinq Continents, Paris, 2000 (mise en scène par La Compagnie Solitaire) ;
  • traduction de Blood Earth and Medicine, one year in the life of a casual agricultural labourer, de James Crowden, [Art de Terre et de Sang, une année dans la vie d’un journalier agricole], L’Harmattan, Poètes des Cinq Continents, Paris, 2000 ;
  • édition bilingue de A Stillness at Kiowah de Maurice Harmon (suite poétique rapprochant les amérindiens et les celtes d’Irlande), [Nature Morte à Kiowah], N ° 3 des Numéros Spéciaux de Mythes Croyances et Religions, Avignon, 2006 ;
  • adaptation de The Old Woman of Beare, [La Vieille Femme de Beare], in Les créations ont-elles un sexe ?, [Les travaux de Gradiva], Edition de Michèle Ramond, RILMA 2 / ADEHL, Mexico et Paris, 2010.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search