Version classiqueVersion mobile

Alfaia agrícola portuguesa

 | 
Ernesto Veiga de Oliveira
, 
Fernando Galhano
, 
Benjamim Pereira

Résumé

Texte intégral

1Malgré l’importance croissante de l’industrie et de la problématique qu’elle suscite, au Portugal l’agriculture est encore une activité économique primordiale et qui concerne le plus grand nombre d’individus. L’agriculture portugaise est caracterisée par la prédominance des culturas céréalifères, et les différents types de celles-ci – le maïs, le seigle, et le blé – recouvrent de façon très expressive les trois paysages géo- et fito-climatiques qui définissent le pays, et que nous nommerons, d’accord avec le schéma du Professeur Orlando Ribeiro : I) le Portugal Atlantique, au NW, à relief inquiet mais de basses atitudes, oú prépondèrent les característiques atlantiques, notamment un climat humide et frais, avec agriculture dominante du mais, et qui, historiquement, correspond à la zone qu’occupèrent les peuples germaniques qui envahirement la Péninsule Ibérique au V.’ siècle, en spécial les Suèves et-ensuite les Wisigoths ; II) le Portugal Transmontain, au NE, sur prolongement portugais du plateau mésétique ibérique, oú prépondèrent les caracteristiques continentales, notamment un climat sec et excéssif, étoufant en été et glacial en hiver, avec culture dominante (et surtout dans un passé proche) du seigle, et qui, à son tour, correspond historiquement à la zone la plus archaisante du pays, oít subsistèrent, jusque très tard, des vestiges de culturas pré-romaines ; et III) le Portugal Méditerranéen, au Sud, oú prépondèrent les caractéristiques méditerranéennes (avec parfois de traits nord-africains), notamment un climat sec et chaud, avec culture dominante du blé, et qui corespond historiquement à la zone où la domination romaine et plus tard l’occupation arabe furent plus longues et plus profondes.

2Au point de vue agricole, le NW – et plus concisement la province du Minho – est caracterisée par une polyculture intensive et rotative – le champ-pré, pré en hiver, champ en été – rendue possible par un fumage et une irrigation très abondants, et que est dominée par le mais, introduit ici au XVIe siècle, et dont le cycle agraire conditionne aujourd’hui décisivement la vie locale. Dans le passé, il en était autrement : les céréales – le millet.et le seigle – se cultivaient dans les terrains secs, et les terrains irrigués étaient uniquement lieux de pâturages ; le boeuf avait une très grande importance – qu’il conserve ailleurs, comme facteur de fumier et élément de traction –. En rapport avec ce type d’agriculture, le NW est la région typique de la petite (parfois très petite) propriété, exploitée en regime famiiial ; les travaux qui demandent beaucoup de monde ou de bêtes de tir – semailles, sarclages, moissons, battages, vendanges, et autres – sont faits par entre-aide vicinale.

3Le NE – et plus concisement le Haut Trás-os-Montes – à sols pauvres et secs, fut une des grandes zones pastorales du pays, et, par l’action de l’isolement de la montagne, conserve de très expréssives survivances d’organisations communautaires très anciennes, qui allaient de pair avec ce type d’economie, et qui sous de multiples rapports donnent le ton de la Province. Le Sud – et plus concisement 1’Alentejo –, sur la vaste peneplaine intérieure, est la région de la grande propriété latifondiaire (aujourd’hui éteinte en tant que forme de propriété individuelle), qui eút à l’origine les grandes donations faites par le rois pour raffermir les victoires sur l’Arabe ; dans un schéma simpliste, la population rurale se divisait entre les grands propriétaires fonciers, et les travailleurs qui ne possédaient rien. La realité est plus nuancée, mais ce diptique n’en est pas moins un aspect réel, qui fût à la base de l’atmosphère sociale de l’Alentejo. La grande propriété a determiné quelques caractères essentiels de l’agriculture de la Province : culturas extensives de céreales de terrains secs (blé et seigle), en champs ouverts, en régime d’assolements et jachères intercalaires, élevage de petit bétail également en regime extensif, production de liège ; et, dans son evolution, on peut distinguer nettement trois périodes : a) période ancienne, ou de la charneca, oú l’on ne cultivait regulièrement que les meilleurs sois, oú predominait 1’élévage du petit bétail, et où l’on pratiquait, comme système normal, les cultures episodiques sur des traits de charneca et de montado par le procédé des brúlis ; b) période qui ouvre avec 1’inauguration de l’emploi des engrais industrieis, qui eút lieu en 1884, et qui permit d’étendre 1’aire cultivée aux terrains de charneca jusque là improfitables pour 1’agriculture regulière, et oú donc la prodution cerealifère prit le pas sur l’élevage ; et c) periode présente, de la pleine mécanisation de l’agriculture, oú les procédes traditionnels, le travail manual, et 1’outillage qui leur correspond, sont entièrement substitués par la machine. Devant les acquisitions de l’agriculture appellée biologique ou écologique et des resultats catastrophiques sous tant d’aspects – ambientaux, sociaux, economiques, au point de vue qualitatif et même quantitatif de la production d’aliments – de l’emploi à outrance des engrais industriels et des machines, il y a lieu de se demander si ces deux éléments réprésentant vraiment un avantage et un progrès, ou si, au contraire, la révision de leur usage ne s’impose.

4La seigle, au NW et au Sud, fut aussi une culture traditionnelle très importante ; d’ailleurs, dans les zones montagneuses du NW il continue de l’être encore de nos jours. Par contre, au NE, il cède le pas devant 1’importance du blé, que des procedés plus devellopés ont permit de semer dans les terrains oú, autrefois, seul le seigle croissait.

5L’outillage agricole s’expliquant essentiellement par son utilisation dans les différents travaux ou phases du processus agricole, on a jugé necéssaire de faire préceder sa description d’une briève description des activictés rurales fondamentales de chacune de ces trois régions agro-climatiques : les labours du maïs (et aussi celles du seigle) au NW, ceux du seigle au NE, ceux du blé au Sud ; en spécial, on décrit un battage du seigne au fléau à Tecla (Celorico de Basto), dans le NW, oú cette opération présente des aspects technologiques, cérémoniels et ludiques exceptionnellement riches.

6On décrit ensuite l’outillage agricole traditionnel portugais, groupé donc selon ses differentes catégories (et, pour chaque catégorie, selon les types et variantes sous lequels il se présente, et par aires géographiques), ordonnées d’accord avec les phases sucessives du processus agraire – les labours qui préparent le sol pour les semailles soit utilisant le bétail – araires, et herses (11 types, selon le nombre et disposition des traverses oú sont fixés les dents), ou autres systèmes d’émotter la terre – le rastro ou rastão (sorte de batteuse à rouleau), ou le maço (sorte de maillet) –, soit à bras d’homme – houes (14 types, selon la forme de la lame, distribués en 2 categories, selon que celle-là possède ou non de raccord), sarcloirs, des grosses houes (enxadões, alviões, alferces) pour terrains durs et secs ; et autres, à dents, du genre des râteaux (ou se distinguent ceux-là employés à la cueillette des algues pour engrais) ou des crocs et fourches pour, entre autres travaux, sarcler et nettoyer le terrain ; outillage pour la moisson – faux et faucilles – ; pour le battage et égrenage : fléaux et batteuses, à planches et à rouleaux, et autres de moindre importance ; pour les travaux dans les aires (généralement en bois) ; et, pour finir, outillage divers, pour la cueillette des fruits, notamment de l’olive, et l’extraction du liège, etc. ; et la vannerie à usage agricole, classifiée selon les materiaux employés (bois en bandes, en verges, en filaments de coco, de genêt ou autres, en roseau, en rouleaux en paille cosus en spirale), et groupées ensuite par aires géographiques.

7Une place considérable a été donnée à la discussion du problème de la classification typologique des araires portugais, nommément à l’appréciation des commentaires critiques de Haudricourt à celle tripartite proposée par Jorge Dias, oú les raisons morphologiques (en rapport avec le le point et le mode d’insersion du timon) recouvrent des raisons géographiques et historiques : A) araires quadrangulaires, grands et puissants, oú le timon s’insere dans le manche, utilisant en outre coutre et avant-train, d’origine germanique – donc introduit certainement par les Suèves – au NW, ajusté aux labours profonds de ces terrains frais et mobiles, du millet et plus tard du maïs ; B) araires radiaux, petits, oú le timon s’insère dans l’angle manche-sep, qui est la forme la plus simple et primitive d’araire – le vieil araire lusitanien –, dans le NE, ajusté aux labours en surface de ces terrains secs et durs, du seigle ; C) araires de garganta, où le timon – qui est composé – s’insere dans le soc, qui est 1’araire romain, d’origine mediterranéenne, possiblement, entre nous, à partir de la civilisation tartéssique, dans le Sud, ajusté aux labours profonds de ces terrains également secs et durs, du blé.

8Haudricourt, de son côté, établit trois groupes fondamentaux d’araires – chambige (ou le manche et le sep s’insèrent dans le secteur encurvé d’un timon composé – le chambige – ), manchep-sep (oú ces deux secteurs font une seule pièce où s’insère le timon) et dental (oú le manche et le timon s’insèrent dans le soc).

9Il y a encore l’araire quadrangulaire, que Haudricourt considère 1’aboutissement ou la phase evolutive finale des autres types, avec timon droit, soc horizontal, mancheron vertical indépendant et inseré dans le soc, et étançon vertical. Et partant de l’hipothèse que les formes à deux (ou trois) mancherons ont precedé celles à mancheron unique, qui en est la simplification elaborée, juge que les araires portugais (que Dias à distribué par trois types) appartiement tous au type manche-sep (sauf les chambiges de la zone frontière centrale avec l’Espagne, que Dias, sous le nom d’araire castillan, considère du type de garganta – le dental de Haudricourt –, puisqu’il présente effectivement un timon composé). Sur certains points 1’opinion et la critique de Haudriçourt nous paraissent contestables. Il nous semble hors de doute que la structure, la forme et l’expression des araires que Dias a considerés du type de garganta (d’Alentejo et d’Algarve), sont identiques à celles des araires que Haudricourt a considerés du type dental, avec la seule différence – importante sans doute et qui se vérifié dans la plupart des cas, mais pas toujours – que le soc se prolonge, du côté du mancheron, par un coude rudimentaire et court, oú s’attache le mancheron, lequel, de cette façon, ne s’insère pas rigouresement dans le soc. Nous ne croyons pas cependant que ce coude justifie que l’on considere la pièce comme étant un manche-sep, lequel definirait le type de l’araire contre l’évidence de tous les autres éléments de ces araires, qui sont visiblement ceux des araires dentaux de Haudriçourt.

10Les araires radiaux de Dias sont compris à peu prés dans le type manche-sep de Haudriçourt. Tontefois, ce demier Auteur considère également comme du type manche-sep d’autres araires – notamment ceux qui sont décrits dans le texte sous les n.” 14, 17, 20 et 25 (et encore quelques uns des n.os 19 et 22) (des. 29 à 32 et 49), et 26 e 32 (assimétriques) (des. 50 et 51), qui sont de purs araires quadrangulaires, d’après la definition de ceux-ci donnée par Haudriçourt.

11D’un autre côté, nous sommes d’accord avec Haudriçourt contre Topinion de Dias qui considère 1’araire castillan comme une variante du de garganta, s’attenant seulement à la forme composée de son timon : passant outre l’existence de cette garganta du timon (qui pour Dias définissait le type), il s’agit d’un araire fondamentalement différent des autres araires de garganta, et qui doit s’inscrire non comme une simple variante des de garganta, mais comme un type à part.

12En conclusion, nous pensons donc qu’en Portugal se trouvent effectivement les quatre catégories d’araires définies par Handricourt – le chambige (que Dias considera comme une variante du de garganta) le manche-sep (correspondant au radial de Dias), le dental (correspondant au de garganta de Dias, en tous ses éléments structuraux, sauf en ce qui concerne la manière d’insersion du manche dans le soc), et le quadrangulaire (que Dias a aussi consideré).

13Dias avait indiqué le mancheron double (ou triple) comme un trait secondaire (qui n’existe pas toujours) de son type quadrangulaire, ou plutôt : de l’aire de ce type. Contre l’hipothèse de Haudriçourt – qui, considérant le type quadrangulaire comme une forme finale, et la plus récente, de l’araire, issue des autres types par évolution, et le mancheron double comme une forme primaire de laquelle est derivé, par simplification plus elaborée, le mancheron simple, juge que les deux ou trois mancherons, qui, en Portugal, n’existent que dans les araires quadrangulaires, proviennent d’un araire pré-existant manche-sep à deux mancherons – Dias remarque que « l’araire à un mancheron se trouve dans les contrées les plus arrières du Pays, et les autres dans les fermes du littoral beaucoup plus progressives » ; et parle de stèles funéraires et gravures du XVIe siècle qui montrent des araires à un seul mancheron, dans des zones ou, quand ou y usait encore, en des temps beaucoup plus récents, des araires en bois, ceux-ci étaient déjà à deux mancherons.

14Haudriçourt, commentant cette remarque, entend, sans modifier sa position, que ce n’est pas étonnant « que les deux mancherons aient persisté, qu’on leur ait donné plus d’ampleur, que tout l’instrument se soit developpé, prenant apui ou non sur un avant-train et devenant par là même plus robuste et plus efficace et d’un aspect plus progressiste, qu’il ait remplacé dans certaines régions des araires à un mancheron (tout en étant technologiquement plus ancien... » ; « dans le Portugal nord-occidental, il était important, pour le cultivateur, étant donné le travail à affectuer, de pouvoir tenir bien en main l’araire, de pouvoir, grâce aux ailes hautes et larges, billonner en versant la terre d’un seul côté de l’instrument si nécessaire ». Et rappelle que « certains de ces araires, donc Instruments symétriques, sont appelés au Portugal et en Espagne vessadore, de versare, verser, retourner ». « Ce type d’araire ancien correspond donc bien à un instrument avec lequel on pouvait labourer efficacement d’un seul côté. On comprend son maintien et son extension. Il s’est conservé au Portugal (et en Galice) parce que le type de labour qu’il permet était utile dans la zone littorale humide oú la charrue, c’est à dire l’instrument dissymétrique, n’a pénétré que tardivement. » Tout en reconnaissant la justesse de ces considérations, nous jugeons toutefois que l’interprétation que Haudricourt fait de la parútion des deux mancherons n’est pas concluante et, en tout cas, qu’elle ne s’ajuste pas au cas portugais, notamment au cas des araires quadrangulaires portugais.

15Non seulement les raisons de Dias, en ce qui concerne la chronologie de la documentation présentée, ont un très grand poids (et on comprend mal pourquoi Haudricourt n’admet pas que les représentations rupestres de Fontanalba et Bohuslän signalent un modèle que existait déjà dans ces temps si reculés), mais, au Portugal, le mancheron double et triple dans les grands vessadoiros répond à une exigence réelle du travail, n’etant pas possible conduire ces araires avec un seul mancheron. L’araire à deux mancherons et apparu súrement comme la conséquence de la culture de certaines nouvelles espèces céréalifères – nous pensons dans le millet – – qui exigeait le retournement du billon dans les labours des semailles, et c’est cela qui a dù, à son tour, fait que soit adopté un modèle ajusté à ce travail. Il nous semble plus vraisemblable que l’araire avant ce moment soit du type radial à mancheron simple, comme celui que l’on voit aujourd’hui encore dans les zones les plus archaisantes de l’aire de 1’araire quadrangulaire à deux mancherons lui-même, en rapport avec 1’également archaique seigle, qui n’exige pas le retoumement du billon (ni donc le double mancheron), tandis que celui à deux ou trois mancherons est exclusivement en rapport avec le mais. Il est à remarquer en outre que en des zones de culture traditionnelle du seigle, où cependant aujourd’hui domine le maïs – par exemple à Lodeiro de Arque, dans les contreforts du Barroso – l’araire, tout en montrant certains traits du type quadrangulaire – les dimensions, le caractère général, le mancheron double, l’avant-train etc., conserve la structure basique du radial ; et aussi qu’en nulle autre part ailleurs qu’au NW (ou son voisinage) n’existe le double mancheron.

16Poursuivant, Haudricourt écrit : « Dans les instruments du Portugal et d’Espagne appelés vessadore, les deux mancherons sont placés de part et d’autre d’une pièce centrale qui forme un troisième mancheron ou sert simplement de support au timon ». Et plus haut (p. 135), il avait écrit : « la pièce centrale, placée entre les deux mancherons, a beaucoups plus pour fonction de fixer le timon que de servir de mancheron ; à tel point que dans d’autres appareils à deux mancherons des mêmes régions, ou de régions plus lointaines, la pièce centrale subsiste toujours, mais qu’elle ne peut plus être saisie par une main, comme cela pouvait se produire avec 1’araire « à trois mancherons » pour faciliter certaines manoeuvres.

17Les deux mancherons, aujourd’hui parfois très développés dans leur partie inférieur, semblent donc bien être issus, au point de vue structural et fonctionnel des « mancherons » antiqúes et ne pas être des « ailes devenues des mancherons ». Dans ce dernier cas, il eût fallu que la pièce centrale, « troisième mancheron », ait été au début un mancheron-sep unique, puis qu’elle ait ensuite perdu son rôle d’appareil de gouverne et de travail, au profit de deux pièces latérales ; cette évolution parait technologiquement improbable : pour quelles raisons se serait-elle produite ? Par nécessité de tenir 1’appareil, travaillant en profondeur, des deux mains ? Mais dans ce cas, on observe en général l’adjonction de poignées fixées perpendiculairement au mancheron unique plutôt que celle de pièces latérales très encombrantes ».

18Contrairement à cette opinion, nous jugeons que le mancheron central existait seul primitivement, les mancherons latéraux, résultats précisément, selon toute apparence, du developpement des sont vennues s’y ajouter, imposés par les exigences du travail. Dans les grands vessadoiros portugais, pour les labours du mais, le mancheron central est indispensable, et joue un rôle fondamental. Sans lui, le maniement de 1’araire serait extrêmement difficile et pénible, forçant le conducteur à une position par trop incommode : bras très ouverts, le corps à demi penché vers le côté où l’araire retourne le billon. Le mancheron central permet que le conducteur gouverne l’araire, utilisant celui-là toujours, et l’un ou l’autre des latéraux, selon de côté oú le billon est retournée. Or, encore une fois, il nous semble que le vessadoiro est un araire introduit avec une culture plus récente que celle du seigle, cette dernière se faisant avec un araire à un seul mancheron.

19Resumant donc, nous pensons que l’adoption de 1’araire à deux mancherons est en rapport avec le besoin de retourner le billon dans les labours des semailles, et qu’il s’est verifié un mouvement inverse de celui qu’entend Haudricourt : sur un araire pré-existant manche-sep à un mancheron (pareil à celui qui persiste dans les régions les plus archaizantes du Pays) se sont greffés, avec 1’arrivée des peuplades germaniques porteuses d’une nouvelle tradition agraire, et avec le développement des cultures qui exigent le retoumement du billon, les caractères d’un araire qui répondait aux besoins de cette culture et s’ajustaient aux conditions du sol régional.

20Les instruments décrits dans le texte sous les n.°" 26 à 32, appartienement au groupe des araires assymétriques ou charmes (d’accord avec la terminologie de Haudricourt) : Dias les a inclus, toutes, dans le type quadrangulaire par la considération de point d’insertion du timon, de l’existence de ’avant-train, du coutre, du double mancheron, etc., selon les cas ; et, par cette raison, croit qu’ils ont été introduits dans le NW par les Suèves, qui sont arrivés là en 409 – avant la date indiquée par Haudricourt pour le commencement de leur diffusion en France.

© Etnográfica Press, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search