Version classiqueVersion mobile

Construções primitivas em Portugal

 | 
Ernesto Veiga de Oliveira
, 
Fernando Galhano
, 
Benjamim Pereira

Résumé

Texte intégral

1Tout en reconnaissant la difficulté de préciser le concept de «cons truction primitive », les auteurs proposent une définition qui permette la délimitation du sujet: Les formes les plus simples, morphologiquement élémentaires et chronologiquement primaires, de la construction, existantes en Portugal, utilisant fondamentalement les matériaux locaux tels qu’ils se présentent dans la nature, ou, tout au plus, avec un lèger façonnement, selon des systèmes ou procédés plus ou moins elaborés mais de type archaï que et étrangers à des concepts purement technicistes.

2Le travail se divise en deux Parties: Dans la première sont etudiées les constructions primitives propement dites – abris plus au moins rudimen taires; constructions à plan circulaire en matériaux végétaux (couverture conique) on entièrement en pierre (fausse coupole) (exceptées seules celles dont cette forme relêve non d’un courant culturel ou histórique, mais d’im positions fonctionnelles, telles que moulins à vent, etc.); constructions en matériaux végétaux; certaines catégories de constructions à plan quadran gulaire. Dans la seconde partie, sont etudiées fondamentalement les diffé rents systèmes primitifs de couverture, en chaume, en pierre, en terre, en usage dans les maisons plus evoluées quoique de type archaïque, spéciale ment dans le Nord du Pays.

1ère Partie. Construtions primitives

3ABRIS – constructions sommaires et normalement très exigües, d’habi tation temporaire ou même occasionnelle, parfois mobiles.

4Abris naturels et demi-naturels (abris sous-roche) , cavernes, grottes, rochers en porte à faux. Le trogloditisme pré histórique. Les grottes comme lieux d’habitation au Néo énéolitique, et comme lieux funérarie à l’Âge du Bronze. Les principales grottes portugaises pré históriques. Les abris sous roche actuels (rares).

5Les abris creusés sous des roches tendres, utilisés comme anexes agricoles, surtout pour garder les chars et les outils, et parfois le petit bétail.

6A) Abris actuels en pierre – Des petits abris rudimentaires, généra lement pour les bergers ou les gardes des champs, vignobles, etc. Description de quelques exemples, qui se présentent soit comme des cas sporadiques, soit comme types locaux, selon les régions. Les « Casarotas » de la Serra Amarela (Nord); quelques hypotèses. 2) Abris dans des murs, ou des « terrasses » (socalcos); Trás os Montes (schiste), Sintra (calcaire), etc. 3) « Malhões » (pierres ammoncelées), dans les champs, servant d’abris con tre le vent.

7B) A bris en pierre et matériaux végétaux – Quelques exemples.

8C Abris en matériaux végétaux – a) Fixes – (à deux versants). Quelques exemples; description. Les abris des cultivateurs du melon (Tage). b ) Mobiles –1) les panneaux et auvents des bergers (Est du Pays): sim ples, à un panneau, à deux panneaux, avec paravents de protection latérale, triangulaires ou en petite « abside ». Types complexes, comprenant panneaux, auvents, etc. Systèmes de fixation des matériaux. Abris huttes coniques ou demi coniques. Différents systèmes et leur localisation. Abris sur des chars.

9Cas spéciaux: Barraques du maïs; abris sous des meules de paille; abris faits de vieux bateaux.

10CONSTRUCTIONS À PLAN CIRCULA IRE – A) Constructions à cou verture conique en matériaux végétaux, des formes couverture parois, ou couverture et parois differenciées.

11B) Constructions en pierre (fausse coupole, ou coupole en encorbel lement).

12Malgré que les aires de ces deux types se superposent, on doit les considérer comme deux classes différentes, provenant d’origines indépen dantes.

13Constructions à plan circulaire avec couverture conique en matérieaux végétaux – a) genre couverture parois – (cabanes en ruche) qui si doccumentent depuis les plus vieux âges à partir du Mésolitique et surtout du Néolitique, dans les fonds de cabane. Divers exemples en Europe et en spécial au Portugal ; les exemples des Castros.

14Constructions à plan circulaire avec couverture conique et parois diffe renciées – Ces constructions peuvent avoir de vrais parois en pierre, ou un simple petit mur très bas. Dans ses exemples les plus reculées, elles se doccumentent surtout dans les maisons des Castros du NW.

15La maison des Castros, à plan circulaire. Son aire. L’apareil : l’opus incertum et recticulatum. Les parois. L’absence de coins et de jonctions. Le foyer. Les problèmes de la hauteur des murs, de la nature des parois, de la forme et nature de la couverture, et de la porte d’entrée et sa locali sation. Les anexes de la maison.

16Les origines. Les thèses celtique et pré celtique. L’hipothése eclectique de Jorge Dias.

17Les formes actuelles:

18A) Entièrement en matériaux végétaux. Beira Alta, Alentejo – les curveiros pour le petit bétail (à couverture et parois differenciées). Les greniers à maïs en vannerie (NW).

19B) Constructiions à plan circulaire, avec couverture conique en matériaux végétaux, et murs en pierre. Cas actuells: Algarve, Alentejo – le vil lage des Cabeçudos (Marvão) – Beira Alta – aire de Vizeu et Dão, et aire du Mondego.

20Construction à plan circulaire et toit à un ou deux versants, dérivées de ces maisons. Différentes Solutions et explications. Les « barraques » des «sargaceiros» du NW.

21Constructions en fausse coupole. La « fausse coupole », c’est à dire la coupole en encorbellement, est un système de construction très primitif, qui se doccumente à partir de la civilisation d’Arpatchiya, au IVème millé naire a. C., et qui subsiste dans beaucoup de pays, sourtout dans le monde mediterranéen – les nuraghi sardes les trulli de la Pouille, les garriottes du Quercy, les kazum d’Istrie et les bunja de la Dalmatie, les baraques cata lanes et les talayots des Baléares, etc., et, en dehors de l’Europe, parmi les Berbéres, en Algérie, en Arabie, dans le Turkestan, etc. Elle existe aussi en dehors du monde mediterranéen, par exemple dans les Shetlands, dans le Perthshire, en Irlande, etc. La plupart des auteurs considère ce système – qui apparaît ensuite dans les tholoï égéens –, en rapport avec le phe noméne général du mégalitisme, suivant une diffusion par voie maritime. La fausse coupole antique se voit surtout dans les monuments funéraires de la côte; les dolmens seraient une forme simplifiée de ce système. En Por tugal, cependant, la chronologie se présente autrement: la fausse coupole apparaîtrait après les dolmens simples. Elle est très répandue, dans les monuments funéraires de certains sites énéolitiques. Mais elle ne semble pas avoir été la solution générale de la maison des Castros énéolithiques, car, dans les maisons effondrées, on n’en trouve pas de vestiges.

22Dans les exemples actuels, excéption faite des trulli de la Pouille, qui sont des maisons d’habitation normale, la fausse coupole ne se voit guère que dans des abris temporaires, en rapport avec la vie rurale ou pastorale. Tel est le cas du Portugal, où elle est particulièrement abbondante dans les montagnes du Minho, pour les abris des bergers qui accompagnent le bétail qui, en été, est enmené vers les « brandas » (hauts alpages). Ces lieux peuvent être formés uniquement de huttes de ce genre, ou bien, quand ils ont autour des terres profitables (pour le foin, le seigle et les pommes de terre), montrer aussi des rudes maisons élémentaires, à plan quadrangulaire, avec toiture en chaume. Ici, et dans les meilleurs cas, ces abris en fausse cou pole sont divisés par de larges dales en deux étages, celui d’en bas pour les veaux. Dans la « branda » de Real, ou l’on trouve les plus grandes de ces constructions, l’étage d’en haut, ou l’on garde le foin, a un vrai plancher en planches.

23CONSTRUCTIONS À PLAN QUADRANGULAIRE – Le plan qua drangulaire est celui de la maison evoluée. Cependant, il y a des maisons avec ce plan typique qui doivent être considerées des constructions primi tives. d’accord avec le concept que nous avons défini – notamment, les mai sons entièrement en matériaux végétaux, et même certaines formes de celles à parois en pierre.

24A) Constructions à plan quadrangulaire entièrement en matériaux végétaux – a) du genre couverture parois, avec, dans ce cas, la couverture toujours à deux versants; b) du genre de couverture et parois différenciées, avec la couverture, dans la majorité des cas, à deux versants.

25Les deux types, dans leurs stades les plus anciens, sont également des formes primaires de l’habitation, directement derivées, sinon même fonda mentalement identiques, aux abris les plus anciens et les plus élémentaires. Au Portugal, on peut parler de cabanes de cette forme à partir du Néo lithique.

26Genre couverture-parois. Aujourd’hui, les constructions du genre cou verture parois sont peu fréquentes; exemples à Beira Alta et Ribatejo ; leurs descriptions et fonctions.

27Genre couverture et parois différenciées. Outre les «palheiros» du lito ral central du Portugal, plus evolués et que nous avons déjà etudiés dans un autre travail, cette catégorie se rencontre, en certains cas, en des types locaux, notamment dans deux groupes importants: 1) Haut Alentejo et Ribatejo Intérieur, grands, en rapport avec les activités agricoles et pecuaires; 2) Littoral du Sud Est de l’Algarve, Santo André (Alentejo) et Caparica (Sud de Lisbonne), avec couverture à deux versants, et dans des habitations permanentes ou temporaires de pêcheures. Dans la vallée inférieure du Sado, cette catégorie se documente aussi dans beaucoup de cas, qui se rapprochent de ceux du Littoral de l’Algarve par leur forme, mais qui sont l’habitation de gens ruraux et non de pêcheurs.

28Descriptions des barraques de l’Algarve; histoire de la formation de la ville de Olhão, de Santo André, Costa da Caparica et Fonte da Telha. La région du Sado ; les cabanes grandes et celles de fogo (du feu: la cuisine). Haut Alentejo, Ribatejo, Estremadura. Hypothèses explicatives; les raisons mésologiques, fonctionelles et économico sociales. Les facteures historiques diffusionnistes. Barraques de cette catégorie dans d’autres pays européens, surtout de l’aire mediterranéenne. Les deux types portugais – Littoral et Intèrieur– derivent ils de cette origine mediterranéenne? Diffusion du type littoral au long de la côte occidentale du Portugal.

29B) Constructions à plan quadrangulaire, avec parois en pierre et couverture en matériaux végétaux.

30Formes primitives et formes evoluées (qui ne seront pas comprises dans cette étude).

31Le plan guadrangulaire dans les stations pré historiques notamment dans les Castros. La généralité dans la maison actuelle, surtout dans le Nord du Pays, où d’un côté elle prolonge cette tradition plus ancienne, et de l’autre elle annonce la maison ultérieure normale de la région, à deux étages.

32Types primitifs qualifiés: Beira Alta et Moyen Tâmega et Douro Inférieur.

33Cas spéciaux: Malhadas (bergeries) pour les chèvres, brebis et porcs, de l’Alentejo et Beixa Baixa, ou l’on voit dans des ensembles unitaires des constructions des différents types qui nous avons décrits.

2ème Partie. Systèmes primitifs de construction:

34a) Couvertures – Toits en chaume; en pierre (schiste et granit); et en terre (île de Porto Santo).

35b) Éléments accéssoires de la constructions – 1) en matériaux végé taux (nattes); et 2) en pierre (colonnes, etc.).

36c) Divers – 1) Cloisons; 2) Pisé ou torchis, et adobes; 3) Murs en pasta (pilliers en granit).

© Etnográfica Press, 1988

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search