Version classiqueVersion mobile

Correspondances de femmes et diplomatie

 | 
Isabella Lazzarini
, 
José Manuel Nieto Soria
, 
Patricia Rochwert-Zuili

Enjeux et stratégies diplomatiques dans la correspondance des femmes du Moyen Âge

Introduction

Isabella Lazzarini et Patricia Rochwert-Zuili

Texte intégral

  • 1 Nous souhaiterions remercier l’École Française de Rome, qui nous a fait l’honneur d’accueillir cett (...)
  • 2 Le projet d’étude de la correspondance des femmes a plus précisément vu le jour à l’Université d’Ar (...)
  • 3 Jean-Pierre JARDIN, Annabelle MARIN, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Corre (...)
  • 4 Ángela MUÑOZ FERNÁNDEZ et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Saberes, cultura y mecenazgo en la correspo (...)

1Cet ouvrage réunit les actes du colloque MISSIVA 3, qui s’est tenu à l’École Française de Rome, dans le cadre du réseau des écoles françaises à l’étranger, ainsi qu’à l’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo à l’automne 20191. Cette rencontre était la troisième du programme international et interdisciplinaire MISSIVA, « Lettres de femmes dans l’Europe médiévale (Espagne, France, Italie, Portugal, VIIIe-XVe s.) »2. Destiné à valoriser le rôle politique, social, familial ou culturel que purent jouer les femmes du Moyen Âge à travers leur correspondance, MISSIVA, qui regroupe plus de soixante chercheurs français et étrangers, a précédemment donné lieu à plusieurs manifestations scientifiques qui se sont tenues, pour la plupart, à la Casa de Velázquez de Madrid, et qui ont permis de distinguer, dans les lettres de femmes, certains domaines et modalités de communication et d’intervention spécifiquement féminins. Intitulée « Correspondances entre femmes, échanges et médiations épistolaires », la rencontre MISSIVA 1 a révélé en particulier l’aspect émotionnel de ce type de documents à travers la présence d’un registre sur l’amour et la douleur, et mis en valeur certains conseils pratiques que s’échangeaient les femmes (sur l’accueil dans un monastère, la prudence à observer pendant la grossesse, le respect du mari, ou encore sur l’éducation et le comportement des filles). De même est-il apparu que les lettres des Aragonaises et des Italiennes étaient vraisemblablement plus prolixes en détails et manifestations émotionnelles que celles des Castillanes. On a également pu observer comment se créaient, à travers cette correspondance, de véritables chaînes de médiation entre femmes3. Le colloque MISSIVA 2, qui était consacré à la question des savoirs, de la culture et du mécénat a permis, quant à lui, de relever l’importance qu’accordaient les femmes à la fondation de monastères et de chapelles, à la demande de matériel pour la célébration des offices, ou à la préservation de la mémoire des défunts. Certains documents issus de monastères féminins ont montré par ailleurs que la transmission de savoirs et de conseils pratiques ainsi que la dimension communautaire étaient plus affirmées dans les correspondances de femmes que dans celle des hommes. D’autres lettres ont aussi permis de voir comment les femmes pouvaient faire montre, à travers un vocabulaire parfaitement adapté à leur interlocuteur, d’un savoir mercantile ou juridique, et comment elles manifestaient aussi leur intérêt pour la littérature4.

2Le propos de MISSIVA 3 était de poursuivre l’enquête en portant une attention particulière sur l’action diplomatique des femmes afin de dresser une typologie de leurs interventions en ce domaine et de voir s’il était possible de distinguer certains champs ou contextes qui leur étaient réservés, d’observer leurs modes d’action et leurs stratégies, ainsi que le lexique auquel elles avaient recours.

  • 5 Frederick Karl von MOSER, « Die Gesandtin nach ihren Rechten und Pflichten », in: Id., Kleine Schri (...)

3Dans son traité sur Die Gesandtin nach ihren Rechten und Pflichten, publié en 1752 (et traduit en français deux ans plus tard), le juriste allemand Friedrich Karl von Moser affirme que le vieux préjugé selon lequel les hommes sont plus doués que les femmes dans la gestion des affaires d’état est faux. Selon lui, les femmes sont au contraire bien plus subtiles que les hommes dans les « intrigues » qui constituent le fondement de la politique des états. Les études de Moser consacrées à l’action des épouses d’ambassadeurs se sont développées selon deux axes : le premier concerne la sociabilité diplomatique (l’organisation de la vie sociale de l’ambassadeur) et le second, la subtilité de l’approche politique de ces femmes et ce qu’elles peuvent apporter à leur époux en discutant avec lui des événements, des nouvelles et des entretiens auxquels le couple diplomatique a accès. Néanmoins, le traité de Moser reste une exception dans un domaine où règne le scepticisme quant aux capacités politiques des femmes5.

  • 6 Heide WUNDEL, He is the sun, she is the moon. Women in early modern Germany, Cambridge : Cambridge (...)

4Une longue tradition a en effet voulu tenir les femmes à l’écart de tout entretien diplomatique. Pour Jean Bodin (Les six livres de la République, 1576), par exemple, il est nécessaire de les exclure des affaires de l’état, contraires à leur sexe ; Abraham de Wicquefort, auteur d’un manuel sur l’ambassadeur publié en 1680-1681 (L’ambassadeur et ses fonctions), souligne, pour sa part, que le mot legatus est masculin, et que les lois qui interdisent aux femmes d’exercer des fonctions publiques les écartent aussi de la diplomatie. Cependant, la réalité est parfois différente et, dans la pratique, l’initiative diplomatique est souvent partagée. Le pouvoir étant géré par le duo prince-princesse, les affaires d’état sont même placées sous le signe de ce que l’on pourrait appeler, en empruntant un concept d’Heide Wunder pour l’Allemagne du premier âge moderne, la « diplomatic working couple » des deux souverains6.

5S’il est difficile d’entrevoir, au Moyen Âge, le rôle éventuel des femmes d’ambassadeurs, il est possible, en revanche, de mesurer l’action diplomatique des épouses de ceux qui règnent et gouvernent, c’est-à-dire des reines, des princesses et des aristocrates de haut rang. Cette action diplomatique s’exerce, du reste, à peu près de la même façon que celle que Moser a décrite en 1752. En effet, les princesses, les reines et les nobles dames dont il est question dans cet ouvrage jouissent d’une double agency diplomatique et forment souvent avec leurs époux un couple diplomatique au sein duquel elles agissent même de leur propre initiative et dans des domaines et contextes spécifiques.

6Le premier domaine sur lequel porte leur action diplomatique est lié à la place qu’elles occupent au sein de la société – à la cour, mais aussi dans leurs villes ou leurs monastères –, place qui implique nécessairement une intervention de leur part. La présence à la cour des épouses de rois et de princes et de leurs dames, ou même, quoique de façon plus indirecte et moins publique, des épouses d’aristocrates dans les villes marchandes, crée ainsi plusieurs réseaux de relations personnelles avec les ambassadeurs, les agents, ou les hommes (et les femmes) de confiance assurant des missions temporaires ou prolongées, de même qu’avec toute une série de figures de passage – marchands, artistes, médecins, intellectuels ou hommes et femmes d’Église. Or ce networking peut parfois prendre une orientation diplomatique et, de façon plus générale, construire et alimenter des circuits de relations internationales importantes.

7Les femmes peuvent aussi intervenir aussi de façon plus directe : les reines, les princesses, les nobles dames et les abbesses ont en effet – dans certaines conditions et durant certaines périodes – la possibilité de mener personnellement une action diplomatique, aux côtés ou à la place de leur époux, frère(s) ou fils et au nom de leurs consœurs. Le rôle qu’elles assument couvre plusieurs domaines et s’exerce selon diverses modalités. Elles peuvent, d’une part, contrôler les interactions diplomatiques en tant que régentes, c’est-à-dire de façon officielle, en tant que souveraines, quoique temporairement et partageant souvent ce rôle avec d’autres parents masculins ou avec les conseillers laïques et ecclésiastiques de leur mari ou père défunt. Tu es sûre de cet accord ? Il leur arrive, d’autre part, de mener une action diplomatique parallèle, complémentaire de celle de leur époux.

8Dans ce cas se met en place ce que l’on pourrait appeler une diplomatie « matrimoniale », liée à la sphère de contrôle des réseaux dynastiques et à la formation des enfants, un domaine qui couvre les rapports entre les différentes familles et dynasties unies par le mariage et qui concerne donc les affaires diplomatiques pouvant naître et être résolues, en cas de crise, en s’appuyant sur la solidité des réseaux dynastiques tissés et cultivés par les femmes.

9À ce premier cas particulier peut s’ajouter celui, seulement différent en partie, d’une activité diplomatique « territoriale », en rapport avec l’autorité d’une femme sur son domaine d’origine et qui la mène à gérer des relations diplomatiques relevant de son ressort. En la matière, la frontière séparant la diplomatie de la politique interne, déjà assez floue au Moyen Âge, devient encore plus confuse. Deux exemples permettent de l’illustrer : celui d’Isabelle de Castille, qui contrôla un royaume au sein du domaine composite qui ressortit de son union matrimoniale avec Ferdinand d’Aragon, et celui de Bianca Maria Visconti, qui ne sortit pas de son domaine, mais qui offrit sur un plateau d’argent tout son réseau politique milanais à son époux Francesco Sforza, en assurant et maintenant toute sa vie des « relations politiques » entre le duc, l’aristocratie locale et tous les réseaux liés à cette dernière.

10Certains cas relèvent également d’une diplomatie « thématique ». En effet, dans certaines circonstances – dynastiques et sociales –, une femme au pouvoir peut mener une activité diplomatique spécifique (on pense, par exemple, dans le cas de l’Italie, à la marquise Barbara de Brandebourg à propos du cardinalat de son fils, Francesco Gonzaga) ou bien être chargée d’une mission diplomatique particulière (telle que la mission à Venise de Beatrice d’Este, femme de Ludovic Sforza duc de Milan, en 1493), ou encore, monopoliser une interaction politico-diplomatique donnée sur une période plus ou moins longue (comme dans le cas des rapports entre Lorenzo de Medicis et Ippolita Maria Sforza, épouse d’Alphonse d’Aragon et duchesse de Calabre, dans les années 1470-1480).

11Il y a, enfin, quoique plus rarement, des contextes – monastiques, par exemple – ou des périodes – telles que le haut Moyen Âge des comitisse, ducisse, regine – où les femmes jouent un rôle diplomatique autonome en soi.

  • 7 Stéphane PÉQUIGNOT, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d (...)

12Or, comme l’écrit Stéphane Péquignot, la diplomatie est avant tout « œuvre de papier et de parchemin »7 et les correspondances sont donc au cœur de l’action diplomatique. Leur nombre – qu’il s’agisse de documents originaux ou de copies dans les registres – augmente progressivement à partir des siècles du Moyen Âge central pour connaître une explosion quantitative et qualitative à la fin du Moyen Âge. Si, pour les siècles du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central, le travail de l’historien ne repose que sur quelques lettres ou quelques dossiers, il s’appuie, pour le bas Moyen Âge, sur une riche documentation, l’écriture épistolaire envahissant tous les niveaux de la vie sociale. On peut même parler d’une épistolarité triomphante, car les lettres diplomatiques deviennent de plus en plus riches et détaillées grâce à la transformation de la diplomatie en activité politique à part entière, capable d’élaborer un langage innovant, lié au pouvoir et à la résistance, et d’offrir un terrain commun où les lettres peuvent être utilisées par des acteurs politiques d’envergure et de qualité variables.

13Dans ce contexte, l’augmentation des documents écrits et transcrits nous permet de compter sur un nombre croissant de lettres de femmes de pouvoir ; face à l’importance incontestable des données quantitatives, la richesse narrative de la correspondance du Moyen Âge tardif nous donne aussi l’opportunité d’analyser de façon assez fine les procédés discursifs mis en œuvre. La nature des échanges épistolaires, leur nombre et leur diversité révèlent en outre la physionomie des circuits diplomatiques utilisés par les femmes de pouvoir et permettent de voir à qui, dans quelles circonstances et à quel sujet elles écrivent, ainsi que d’examiner les formules, registres et codes qu’elles convoquent dans leurs écrits.

14Il est donc apparu qu’un état de l’art et une réflexion d’ensemble s’imposaient. Les études proposées ici reposent sur une question centrale à laquelle se greffe toute une série d’interrogations : la correspondance des femmes du Moyen Âge nous permet-elle d’entrevoir l’existence d’une diplomatie au féminin ou le pouvoir politique et, dans ce cas, l’initiative diplomatique, sont-ils uniquement masculins, les femmes ne faisant qu’utiliser ses formes et ses registres types lorsqu’elles sont en condition de dicter leur volonté ?

15Si une diplomatie au féminin existe, peut-on distinguer, dans les lettres, des éléments ou des arguments qui pourraient être propres aux femmes, ou du moins, à l’action diplomatique menée par certaines d’entre elles dans des situations particulières ? Quels domaines et/ou contextes privilégiés de l’action diplomatique des femmes la documentation épistolaire permet-elle d’identifier ? À quels types de stratégies les femmes ont-elles recours dans leur correspondance, à qui font-elles appel et de quelle façon ? Peut-on, d’un point de vue chronologique et géographique, repérer des variantes quant aux modèles et aux formes de l’épistolarité féminine ?

  • 8 Nous regrettons l’absence de deux contributions présentées lors du colloque : María NARBONA CÁRCELE (...)

16Telles sont les questions sur lesquelles se sont penchés les auteurs des contributions réunies dans ce volume. Présentées selon un ordre chronologique, elles portent sur des sources de nature pleinement ou partiellement diplomatique, dictées, écrites et adressées à des interlocuteurs ou des interlocutrices par des femmes du IXe siècle au XVe siècle dans les régions de l’Europe méditerranéenne et latine, en particulier en Italie, en France, et en péninsule Ibérique8.

17La première enquête nous plonge dans un contexte chronologique et social tout à fait particulier : Tiziana Lazzari analyse en effet les lettres de Thiatilde, abbesse de Remiremont, écrites entre 825 et 840 et conservées dans un manuscrit du Xe siècle, époque où l’autonomie des communautés féminines était menacée tant par la réforme de la vie monastique que par la croissance des pouvoirs seigneuriaux locaux. La correspondance de l’abbesse – qui gouvernait une abbaye proche d’un palais impérial très cher à Louis le Pieux, autrement dit, un lieu de pouvoir – apporte un éclairage particulier sur le rôle politique des abbesses carolingiennes au sein de la société aristocratique de l’empire et sur leur langage épistolaire, mais aussi sur les modalités de transmission – ou d’oubli – de leur correspondance.

18Les études suivantes portent, quant à elles, sur les XIIIe et XIVe siècles. L’examen de la correspondance de Marie de Molina avec Jacques II d’Aragon, entre les années 1304 et 1320, après la signature des accords de paix de Torrellas entre la Castille et l’Aragon, donne à voir les stratégies déployées par la reine pour protéger ses intérêts et ceux de son royaume. Si les procédés identifiés par Patricia Rochwert-Zuili sont, pour la plupart, les mêmes que ceux des hommes – adaptation du discours à l’interlocuteur, recours à des formules-types destinées à créer un lien étroit entre les interlocuteurs –, certains pourraient néanmoins relever d’une diplomatie au féminin, tels que la demande d’intervention d’une autre femme, le recours à un lexique affectif adapté aux circonstances et le maintien de la communication à travers la transmission d’une information très détaillée. De même voit-on comment s’impose, dans les lettres, en une période troublée par la minorité du roi, l’image de la pacificatrice. À travers l’étude de la correspondance de Marie d’Anjou, reine de 1311 à 1324 aux côtés de Sanche de Majorque, puis épouse de Jaime de Jérica, noble valencien, Stéphane Péquignot montre comment une femme, quoique moins puissante au regard d’autres figures féminines de cette période, notamment parce qu’elle n’eut pas d’enfants, joua un rôle diplomatique d’importance, en particulier lorsqu’elle se retrouva veuve. On découvre en effet divers aspects de son action diplomatique, reposant parfois sur un lexique affectif qui semble être propre aux lettres de femmes : intervention en faveur de réunions familiales et d’entrevues royales, négociation de son mariage, protection des sujets du royaume de Majorque, implication dans la circulation de l’information, notamment familiale, ou encore, médiation dans les conflits politiques. La correspondance témoigne ainsi de l’influence dont jouissent encore les femmes de pouvoir une fois veuves. C’est ce que démontre également María Jesús Fuente à travers l’analyse des lettres produites par Elisenda de Montcada, dernière épouse de Jacques II d’Aragon, d’une part, et Leonor de Castille, femme d’Alphonse IV, d’autre part, au cours de la première année suivant la mort de leur époux, soit respectivement en 1328 et 1336. Expédiées depuis son monastère de Pedralbes, les lettres d’Elisenda, adressées au fils de son époux défunt, montrent en particulier comment la reine veuve continue d’œuvrer pour la paix en s’attachant à régler les conflits entre lignages ou à rétablir la vérité sur les accusations portées sur certains membres de son entourage. Plus virulente, la correspondance de Leonor reflète son inimitié à l’égard de Pierre IV et met l’accent sur la défense des intérêts de ses fils.

19Parmi les documents de la chancellerie de Pierre IV d’Aragon, on trouve par ailleurs, dans la seconde moitié du XIVe siècle, de beaux exemples de médiation féminine, tels que ceux des troisième et quatrième épouses du roi, Éléonore de Sicile et Sibylle de Fortià, analysés par Diana Pelaz Flores. La documentation met particulièrement en valeur le rôle de médiatrices assuré par ces femmes et les modalités de leur action, comme lorsqu’elles justifient l’action entreprise par le roi, agissent à ses côtés ou sollicitent son intervention à la demande de tiers. De même retrouve-t-on des exemples de participation active des femmes au processus de communication, en particulier à travers les litterae de statu et les lettres de créance.

20On observe également, dans les premières années du XVe siècle, des situations où se manifeste la fermeté de la reine dans des périodes délicates. Quoique les lettres de Catherine de Lancastre conservées aujourd’hui soient peu nombreuses, on peut notamment y voir la pleine conscience que la reine avait des enjeux du Schisme d’Occident et le rôle qu’elle comptait jouer pour préserver la Castille et maintenir le royaume sous l’obédience d’un pape. Le corpus de lettres examiné par Óscar Villarroel, datant de la régence de la reine pendant la minorité de son fils Jean II, entre 1406 et 1418, prouve qu’elle était une interlocutrice privilégiée dans la chaîne d’information, mais qu’elle joua aussi un rôle actif en veillant au maintien de la communication entre régents pour les décisions à prendre. Elle mena par ailleurs une action indépendante, notamment vis-à-vis du roi aragonais Alphonse V le Magnanime, n’hésitant pas à le solliciter pour préserver les intérêts des Castillans en Aragon. La lettre autographe que Leonor d’Alburquerque, veuve de Ferdinand Ier d’Aragon envoie en 1417 à un destinataire dont le nom n’est pas mentionné mais que José Manuel Nieto Soria identifie comme étant Fernán Díaz de Toledo, archidiacre de Niebla est elle aussi un très bel exemple du rôle diplomatique que les femmes entendirent jouer à travers leur correspondance. La missive est destinée à transmettre à son fils Alphonse V l’information selon laquelle un complot destiné à servir les prétentions à la couronne d’Aragon de Louis III d’Anjou, appuyé par le dauphin de France, se prépare. Le document révèle en outre la présence d’un espion de la reine à la cour de France.

21La deuxième moitié du XVe siècle est une période dont la richesse documentaire nous permet de saisir encore plus aisément la complexité des identités politiques et des rôles diplomatiques des femmes au pouvoir. Même si la correspondance des reines ibériques dont on dispose est moins fournie que celle des femmes de pouvoir italiennes, elle met au jour toutes les facettes de leur diplomatic agency. C’est notamment le cas de celle de Jeanne de Portugal, deuxième épouse d’Henri IV de Castille, mère de Jeanne la Beltraneja et rivale politique d’Isabelle de Castille, dont María del Pilar Carceller Cerviño analyse deux lettres autographes. Écrites entre 1466 et 1467, dans le contexte difficile des luttes pour la succession d’Henri IV, elles sont adressées à Juan Pacheco, marquis de Villena. L’analyse de ces documents souligne ici le poids de l’autographie de la reine : la parole de la reine y est à la fois plus nuancée et plus immédiate, et le contenu politique des lettres se revêt d’une patine d’authenticité où transparaît la stratégie de communication à laquelle la reine a recours. Cette correspondance révèle en outre l’intervention d’une autre femme dans la chaîne de médiation diplomatique et dévoile ouvertement le caractère féminin de leur action. Les missives qu’Isabelle la Catholique adresse à son beau-père Jean II d’Aragon entre 1472 et 1477, recensées par María del Pilar Rábade Obradó, nous permettent de saisir à la fois la complexité du rôle d’Isabelle au sein des royaumes de Castille et d’Aragon et sa capacité à utiliser la ressource épistolaire à des fins dynastiques et diplomatiques. Elles comportent à la fois des formules stéréotypées respectant les règles de courtoisie, certaines marques d’affection propres au langage des femmes dans leur correspondance, et une évolution de ton à partir du moment où elle accède au pouvoir.

22La profusion des sources épistolaires italiennes nous permet aussi de mesure l’ampleur de l’intervention des femmes en matière de diplomatie. Dans le contexte italo-ibérique du Royaume de Naples, sous le règne de l’Aragonais Ferrante Ier, la reine Isabella de Chiaromonte joua un rôle de lieutenance pendant la guerre de succession des années 1459-1465. À travers l’étude de sa correspondance avec le duc de Milan Francesco Sforza, meilleur allié de Ferrante Ier, Valentina Prisco met en relief l’engagement d’Isabella non seulement dans la régence politique, mais aussi dans la défense de la capitale, Naples, la reine se chargeant d’informer personnellement le duc de l’évolution de la situation militaire. La documentation permet aussi d’observer l’action des princesses italiennes de cette période, notamment à travers les réseaux qu’elles mettent en place et qu’elles alimentent. C’est le cas de ceux qu’observe Isabella Lazzarini, pour les années 1458-1461, en portant son attention sur la correspondance de Barbara Hohenzollern, marquise de Mantoue, qui œuvra pour que Francesco, deuxième fils des princes de Mantoue, accède à la dignité de cardinal. Barbara était du reste en charge des relations diplomatiques des marquis tant avec le réseau des princes impériaux dont elle faisait partie dès sa naissance, qu’avec le pape et les cardinaux qui avaient été ses hôtes à Mantoue pendant la diète déclarée par Pie II en 1459 dans la ville de Padoue pour bâtir une croisade contre Mahomet le Conquérant. Pour assumer leur rôle à la fois dynastique et diplomatique, les femmes des dynasties princières italiennes étaient d’ailleurs formées dès l’adolescence, comme en témoigne l’étude de Federico Piseri. Ainsi, à Milan, tout le monde attendait de Catherine Sforza, fille naturelle du duc de Milan Galeazzo Maria et jeune épouse de Girolamo Riario, seigneur d’Imola et neveu du pape Sixte IV – Francesco della Rovere –, qu’elle renseignât le duc sur ce qui se passait à Imola, lieu à la fois crucial pour les intérêts des Sforza en Romagne et principauté « papale » par définition.

23Enfin, le large éventail d’exemples de diplomatie au féminin présenté ici s’achève sur une ultime réflexion, menée par José Manuel Nieto Soria à travers quelques notes de conclusion relevant du défi face à l’ampleur de l'enquête.

Notes

1 Nous souhaiterions remercier l’École Française de Rome, qui nous a fait l’honneur d’accueillir cette troisième manifestation scientifique du programme pluriannuel de la Casa de Velázquez, MISSIVA. Nos remerciements vont tout particulièrement à la directrice de l’EFR, Mme Brigitte Marin, au directeur des études pour le Moyen Âge, M. Pierre Savy et à Grazia Perrino. Nous voudrions exprimer notre reconnaissance également à l’Istituto Italiano per il Medio Evo et à son directeur, M. Massimo Miglio. Nos remerciements vont, enfin, aux institutions qui soutiennent le projet MISSIVA depuis sa création : l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques de Madrid (Casa de Velázquez), les laboratoires CLEA (UR 4083) de Sorbonne Université, LECEMO (UR 3979) de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Textes & Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, ainsi que l’équipe de l’Université Complutense de Madrid dirigée par le Professeur José Manuel Nieto Soria et son projet HAR2016-76174-p financé par le gouvernement espagnol.

2 Le projet d’étude de la correspondance des femmes a plus précisément vu le jour à l’Université d’Artois, au sein d’un séminaire doctoral dont les actes ont été publiés dans la revue électronique L’Entre-deux (Patricia ROCHWERT-ZUILI et Sarah VOINIER (dir.), « L’écrit des femmes en Europe (Moyen Âge-Époque moderne) », in : Correspondances et paysages : premiers regards sur l’entre-deux, L’Entre-deux, 1 (1), janvier 2017, http://lentre-deux.com/index.php?b=numero1). Il a ensuite été suivi d’un colloque qui s’est tenu à la Casa de Velázquez en mai 2016 et dont les actes ont été publiés aux éditions La Ergástula : Jean-Pierre JARDIN, José Manuel NIETO SORIA, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Cartas de mujeres en la Europa medieval (s. XI-XV), Madrid : La Ergástula, mars 2018, 442 p., ISBN : 918-8416242-33-7.

3 Jean-Pierre JARDIN, Annabelle MARIN, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Correspondencias entre mujeres en la Europa medieval, Paris : e-Spania Books, Studies, 6, 2020, https://books.openedition.org/esb/2447.

4 Ángela MUÑOZ FERNÁNDEZ et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Saberes, cultura y mecenazgo en la correspondencia de las mujeres medievales, Paris : e-Spania Books, Studies, 8, https://books.openedition.org/esb/2788.

5 Frederick Karl von MOSER, « Die Gesandtin nach ihren Rechten und Pflichten », in: Id., Kleine Schriften Zur ErläUterung des Staats- und Völker- Rechts, wie auch des Hof- und Canzley- Ceremoniels, Frankfurt am Mein : 1752, III.310-1 (version française publiée chez Étienne de Bordeaux, Berlin : 1754).

6 Heide WUNDEL, He is the sun, she is the moon. Women in early modern Germany, Cambridge : Cambridge University Press, 1998.

7 Stéphane PÉQUIGNOT, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid : Casa de Velázquez, 2009, p. 23.

8 Nous regrettons l’absence de deux contributions présentées lors du colloque : María NARBONA CÁRCELES, « La actuación diplomática de Blanca de Navarra y María de Castilla a través de su correspondencia » et Francisco de Paula CAÑAS GÁLVES, « Diplomacia y alta política internacional en una carta memorial de instrucciones de Isabel la Católica a Gonzalo Fernández de Córdoba (ca. 1500) ».

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search