Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Conclusion

Texte intégral

1La grammaire castillane de Villalón mérite d’être connue, ne serait-ce qu’en raison du fait qu’elle se présente comme l’une des premières grammaires du castillan produite par un grammairien, sans doute bien plus conscient que Nebrija, de la nécessité de décrire les spécificités de la langue castillane par rapport au latin. Villalón est aussi le premier grammairien a à avoir pensé la « phrase » et à avoir perçu que l’approche du castillan, à partir du système casuel propre au latin, ne pouvait mener qu’à une impasse.

2Son approche des rapports entre l’usage et la norme méritent aussi d’être soulignée, dans la mesure où il adopte une démarche qui, à l’instar des sociolinguistes, emprunte la voie des « informateurs », capables de confirmer la légitimité d’un usage ou de l’invalider, de sorte que l’usage commun « non corrompu » et attesté, reste la seule source autorisée de la norme. En ce sens, sa manière de dire la norme, si distincte de celle de Nebrija, retient aussi l’attention par la mise en scène, dans son texte, de figures « typifiées » de locuteurs dont les énoncés remarquables sont déclinés, afin d’être validés ou disqualifiés, à l’aune des usages revendiqués par les « courtisans avisés » qui jouent le rôle d’arbitre, dans ces conflits d’usages qu’orchestre Villalón dans son discours de grammairien.

3Le caractère marqué de son attachement à la pureté du castillan montre aussi qu’il est un lettré de son époque, inscrivant ses pas dans ceux de Miguel de Salinas qui, tout comme lui, et avant lui, a cherché à imprimer à la rhétorique latine, un sceau castillan. Pour ces intellectuels du milieu du XVIe siècle, le temps est désormais venu d’inventer une éloquence en espagnol qui passe, en premier lieu, par la stricte délimitation du périmètre de ce qu’est et de ce que n’est pas le castillan et par une terminologie « castillane ». En ce sens, l’insistance de Villalón, quant à la pureté des vocables castillans, doit se comprendre à la lumière de cette volonté d’autonomie pleine et entière du castillan comme langue capable de créer une littérature de prestige, depuis une éloquence « vulgaire », et non latine, permettant d’accéder à l’entier de la fonction scripturale de la langue.

4Villalón, on l’a dit, a eu l’intuition que l’avenir de la langue castillane se jouait en dehors des déclinaisons et des cas, ce qui lui a donné une forme de lucidité, rare à son époque, quant à l’importance de la syntaxe. Ses efforts pour penser la syntaxe en dehors de l’imaginaire des cas, se sont heurtés à l’inadéquation de l’appareillage théorique disponible, tout autant qu’à celle d’un métalangage qui reste indubitablement celui du latin. Il a ainsi subodoré le rôle de la préposition mais sans réussir pour autant à extraire les fonctions syntaxiques des fonctions casuelles. Si Villalón a eu de belles intuitions, il n’a donc guère été en mesure d’élaborer un métalangage approprié à la description de la langue castillane.

5De fait, il est resté bien en-deçà des objectifs qu’il annonçait, en privilégiant, faute de ressources, une approche plus sémantique que syntaxique, fondée sur la complétude ou l’incomplétude, ainsi que sur la diathèse. Cette démarche lui permettait ainsi d’échapper au piège du commentaire de la construction des verbes, avec les incontournables notions de cas direct et de cas obliques, liée à la « transitivité ». C’est pourquoi, bien qu’ayant retenu le principe de « congruence », il s’est focalisé sur le nom, davantage que sur le prédicat verbal.

6Il faudra attendre la première moitié du XIXe siècle, avec la Gramática de Saqueniza (1828) pour que soit introduite la notion de « complément », mais seulement avec l’idée d’un mot qui complète la signification d’un autre.

7Vers la moitié du XIXe siècle, un autre pas est franchi avec la reconnaissance de la préposition et de la conjonction comme éléments servant à l’expression du « régime ». Mais il faut savoir que ces innovations cohabitent avec une terminologie et une conception grammaticales plus obsolètes, où les termes de déclinaison du nom et de l’article ne sont pas bannis. Ce n’est que très progressivement (et bien après la première moitié du XIXe siècle) que se perçoit le jeu des dépendances intra-phrastiques (syntaxe hiérarchique et non plus seulement linéaire), qui va de pair avec la reconnaissance de plus en plus affirmée de la notion de complément direct, indirect, etc, laquelle permettra d’éliminer la référence obligée aux cas. Dans cette même logique, la séquence « préposition + nom » sera de plus en plus appréhendée comme une unité intra-phrastique fonctionnelle, alors qu’auparavant elle n’était perçue que comme une relation binaire de « rection » entre deux mots.

8Traduire la Grammaire castillane de Villalón, c’est donc tenter de restituer ces intuitions et ces renoncements dont nous venons de parler. C’est naviguer entre des ellipses et des détours, lorsque le grammairien cherche à éviter la terminologie des cas, sans trouver le langage adéquat pour décrire ce qu’il pressent et voudrait exprimer. C’est aussi, et sans doute surtout, établir des comparaisons, d’une part, entre la métalangue qu’il s’essaie à construire et celle dont il a hérité, et, d’autre part, entre la métalangue disponible en castillan à son époque et la métalangue des grammairiens « français » du XVIe siècle, pris eux aussi dans la tourmente des cas et bien plus prolixes en matière d’invention de termes métalinguistiques dans leur langue.

9Notre traduction n’est sans doute pas parfaite : elle a au moins le mérite d’avoir essayé de restituer un discours grammatical dans ses fulgurances et son opacité.

10Nous voudrions terminer, en jetant un pont entre Cristóbal de Villalón et notre Jean-Claude Chevalier – l’hispaniste et non le françisant – à partir d’un exemple que commente Villalón. Cet exemple est le suivant : « […] tel le vocable ou voix ensenno, qui signifie ‘hazer yo esta obra de ensennar’ […] »1.

  • 2 Jean-Claude CHEVALIER, Verbe et phrase (les problèmes de la voix en espagnol et en français), Paris (...)
  • 3 Loc. cit.

11En commentant ainsi cet exemple, Villalón exprime ce que Jean-Claude Chevalier a appelé dans son ouvrage, Verbe et phrase, « la bonne vieille prédication des philosophes et des logiciens »2, laquelle consiste à « se donner un être (sujet) et à fournir [sur lui] une information (prédicat)3 ». Point n’est besoin pour cela en castillan – et Villalón l’avait bien compris et exprimé – de nom ni de pronom mais seulement d’une forme verbale conjuguée au mode personnel, ce qui permettra à ce même Jean-Claude Chevalier que je viens de citer, de déclarer que :

  • 4 Ibid., p. 19.

De là qu’il ne soit besoin en Discours de rien ajouter à canto [ou enseño] pour obtenir un énoncé complet, pour qu’il y ait prédication. Du canto [ou enseño] silencieux de la Langue au canto [ou enseño] « réalisé », il y a, et il y a seulement, sur le support ajout d’information notionnelle […]4.

Et nous d’ajouter que c’est ainsi que l’on passe de la prédicativité à la prédication.

12Villalón l’avait humé… Jean-Claude Chevalier l’a formulé près de quatre siècles après… la phrase… le verbe… la grammaire…c ’est du temps… et du temps long. La traduction aussi, mais lorsqu’elle est collective, elle en défie les lois.

Notes

1 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 1 du Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. La séquence en espagnol est tirée de Gramática: « […] como esta voz enseño que significa hacer yo esta obra de enseñar en este tiempo presente […] ».

2 Jean-Claude CHEVALIER, Verbe et phrase (les problèmes de la voix en espagnol et en français), Paris : Éditions Hispaniques, 1978, p. 15.

3 Loc. cit.

4 Ibid., p. 19.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search