Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Chapitre VI – La notion de complétude

Texte intégral

  • 1 Jean LALLOT, « La complétude dans la grammaire alexandrine », in : Sylvain AUROUX, Simone DELESALL (...)
  • 2 Frédérique ILDEFONSE, La naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris : Vrin, 1997, p. (...)

1Comme on l’a vu, Villalón s’intéresse à la question de la construction de la proposition, dans une perspective tout à la fois sémantique et syntaxique. La notion de « satisfaction de l’âme » renvoie à celle de « complétude », laquelle a connu une grande fortune dans la tradition grammaticale gréco-latine. En effet, Villalón relie l’idée de la perfection de la phrase à celle d’une satisfaction tout à la fois de l’oreille (sonido) et de l’âme/esprit (ánimo/entendimiento). Ce faisant, il reprend à son compte une problématique essentielle de l’analyse linguistique des grammairiens grecs que transmettra à sa façon Priscien. Comme le dit Lallot1, la complétude suppose que l’économie de la langue et du discours soit idéalement ordonnée à des formes « pleines », c’est-à-dire bien ajustées, sans excès ni défaut, à une juste mesure tant du signifiant que du signifié. Pour rappel, dans les textes de Platon et d’Aristote, la complétude du sens de l’énoncé est une condition nécessaire à la constitution d’un énoncé acceptable logiquement. Dans Le Cratyle, Socrate pose que le logos est composé de noms et de verbes mais c’est dans Le Sophiste, rappelons-le, qu’il inaugure la définition du logos comme énoncé minimal pourvu d’un sens, orthos logos, « énoncé droit ». Frédérique Ildefonse souligne ce « glissement décisif » qui s’opère du Cratyle vers le Sophiste et qui entraîne désormais que « la cellule d’expression des réalités sera désormais l’énoncé et non plus le nom2.

2Villalón ne dit pas autre chose quand il écrit, toujours dans le livre III consacré à la syntaxe : « À présent, puisque le véritable, pur et authentique parler castillan consiste à formuler une clausule ou proposition parfaite qui satisfasse l’oreille de celui qui l'entend […] »3. En effet, non seulement la « cellule d’expression des réalités » est la « phrase », et non pas le mot, mais de plus, seule la « phrase » parfaite, c’est-à-dire l’orthos logos de Platon qui satisfait tout à la fois l’oreille et l’entendement, a, selon Villalón, droit de cité dans la langue castillane. La complétude apparaît comme la condition essentielle de la définition de l’énoncé juste. Mais cet énoncé juste, pour se construire, a besoin de répondre à des règles précises d’agencement. Il est donc logique que la notion de complétude, essentiellement d’ordre sémantique, inséparable de la définition initiale de l’énoncé comme structure binaire composée d’un nom et d’un verbe, se soit progressivement enrichie d’une dimension syntaxique. On est ainsi passé peu à peu de la complétude comme sémantisme de l’énoncé à la complétude comme construction adéquate des constituants de l’énoncé. Ce sont, en effet, les Stoïciens qui ont proposé une signification plus syntaxique de la notion de complétude dans la théorie de la prédication qu’ils ont élaborée, en l’étendant à toutes les relations linguistiques considérées comme saturées, notamment celle entre cas et verbe.

3La complétude implique alors la nécessité sémantico-syntaxique pour une « proposition » d’être complète, c’est-à-dire de permettre l’élaboration d’un propos satisfaisant dont le sens ne doit présenter aucun élément manquant (complétude sémantique), mais elle renvoie de plus en plus à des structures syntaxiques précises. Villalón, à travers les exemples qu’il prend, nous invite à reconnaître ces deux formes de complétude qui constituent, selon lui, le socle de la phrase parfaite :
– la complétude de la phrase entendue comme une structure : « nom ou pronom » sujet suivi d’un verbe personnel ;
– la complétude du groupe verbal qui atteint sa perfection dans la structure prédicative que nous définirions de nos jours comme étant celle du verbe « transitif » suivi de son complément direct, quoique Villalón ne la nomme pas, se contentant de l’identifier au travers des deux exemples qu’il cite :

  • 4 Loc. cit. Le texte espagnol est : « Para lo cual es de notar que en tal cláusula, o es perfecta, qu (...)

A ce propos, il faut noter que telle clausule est parfaite quand, à l’ouïe, elle satisfait l’esprit de celui qui l'entend parce qu’il ne lui reste rien à prononcer qui manquerait à son entendement, comme lorsque nous disons yo amo a Dios, yo como el pan ou autres clausules semblables […]4

4Villalón parle ainsi de la perfection de la proposition qui, on l’a dit, « satisfait l’âme/l’esprit » parce qu’elle ne laisse aucun vide qui pourrait laisser l’entendement en attente, en suspens. Et pour illustrer ce que peut être cette proposition parfaite, il cite deux exemples de verbes qu’aujourd’hui on dirait « transitifs » : Yo amo a Dios ; yo como el pan.

  • 5 Loc cit. Le texte espagnol est : « Y otras cláusulas hay que son imperfectas porque oídas no satisf (...)

5Il est à noter qu’à la différence de Nebrija, Villalón ne recourt pas au terme de « verbes transitifs » (verbos transitivos). Il exploite plutôt implicitement la notion de séquence linguistique complète ou saturée (en grec, autotele), quand il écrit : « parce qu’il ne lui reste rien à prononcer qui manquerait à son entendement […] » ou encore incomplète ou insaturée (en grec, elleipe, incomplète) : « Mais il y a d'autres clausules qui sont imparfaites parce que, à l’ouïe, elles ne satisfont ni ne comblent l'entendement de celui qui les entend […] »5.

6L’écart de terminologie entre Nebrija et Villalón a de quoi interpeller. Tandis que Villalón qui entend étudier la proposition, privilégie un langage qui fait la part belle à la dimension sémantique et aux intuitions de l’âme, entrant ainsi en résonance avec la philosophie péripatécienne, Nebrija qui, pour sa part, ne s’intéresse guère à la structure de la proposition, recourt à une terminologie qui continue, de nos jours, d’irriguer l’analyse syntaxique, puisqu’il parle des « verbes transitifs » qu’il définit comme suit :

  • 6 Nous avons choisi de rester très proche dans la traduction du propos qui est tenu en castillan par (...)

Les verbes personnels, ou ils passent à autre chose ou ils ne passent. Ceux qui passent à autre chose, sont dits « transitifs », comme quand on dit : io amo a Dios, amo est un verbe transitif parce que sa signification passe à Dieu6.

  • 7 Ibid., p. 132-134.

7Nebrija n’hésite pas à décrire la construction des verbes, de manière extrêmement détaillée, passant en revue, les « verbes personnels » qui sont transitifs ou non, distinguant notamment les verbes « transitifs » des verbes « absolus »7.

8Comme on le voit, Nebrija reconnaît la double rection de certaines constructions verbales (ex : enseño la gramática al niño) anticipant déjà en quelque sorte ce que la tradition grammaticale postérieure identifiera comme double transitivité qui est dite en espagnol : transitividad preposicional.

9Que trouve-t-on dans la grammaire de Villalón ?

Rien de tout cela. Villalón semble s’intéresser exclusivement au classement des verbes selon la diathèse verbale. Cette notion de diathèse qui est, elle aussi d’ordre sémantique, est héritée d’Apollonius, telle que ce dernier la présente dans sa définition du verbe au livre III de sa grammaire, et devient, avec le temps, une des caractéristiques essentielles du verbe8. Les verbes sont distingués en trois principales catégories : actifs (je frappe), passifs (je suis frappé) et moyens ou neutres (je vis). Pour rappel, ce classement des verbes selon la diathèse est à l’origine du classement des verbes chez Priscien qui leur adjoindra deux autres catégories : les communs et les déponents. Chez Villalón, on retrouve ce classement des verbes selon la diathèse, tout autant que la définition du verbe exprimant le temps : « Le verbe est une voix qui déclare faire ou subir une action donnée dans un temps donné (« […] ce que le latin appelle « action » ou « passion ») […] »9. Soit donc ce qui semble de plus en plus se présenter comme un parti-pris sémantique plutôt que syntaxique dans la démarche d’un grammairien qui prétend, par ailleurs, que la syntaxe est le but ultime et principal de sa grammaire.

10Il est, en effet, intéressant de noter que Villalón ne reprend absolument pas la terminologie d’Appolonius ou de Priscien sur la « diathèse transitive », ni sur la « diathèse active transitive » dont le caractère canonique est attesté dans ces ouvrages et dans toute la tradition grammaticale antérieure. Qu’est-ce qui peut donc expliquer un tel silence sur tout ce qui touche aux constructions du verbe, et même à la construction canonique en vigueur qu’il aurait pu aborder sous l’angle de la diathèse transitive active ?

11Notre hypothèse est que Cristóbal de Villalón qui a pris le parti de rédiger une grammaire du castillan qui soit déliée de tout lien avec le latin se trouve désarmé, c’est-à-dire, non outillé théoriquement et non pas seulement au plan terminologique, pour explorer le champ syntaxique, totalement dominé à son époque, et encore deux siècles plus tard, par ce que l’on pourrait appeler l’imaginaire des fonctions casuelles, si prégnante dans une langue à déclinaison comme le latin qui impose ses grilles aux langues vernaculaires.

12En mettant en relation la conception qu’a Villalón du castillan comme langue dépourvue de cas, avec ce que Villalón déclare à propos de la syntaxe, à savoir que c’est « et ceci [c’est-à-dire « savoir composer une clausule »] est enfin et surtout ce que, avec notre art, nous essayons d’enseigner »10, on comprend aisément sa difficulté à rendre compte de la syntaxe de la langue castillane, et des constructions verbales afférentes, dès lors qu’il refuse de prendre en compte les fonctions casuelles. Si l’on reste fidèle à la logique de Villalón, cette difficulté relève à la fois de l’approche erronée de la langue castillane à laquelle on continue d’attribuer des déclinaisons, ce qui conduit à reconnaître des fonctions casuelles là où, selon lui, il n’y en a pas, mais aussi d’un défaut intrinsèque d’outillage, dès lors que, comme lui, le grammairien refuse de recourir au métalangage en lien avec les cas.

13Villalón refuse la notion de cas : il ne peut donc se prévaloir dans son analyse grammaticale ni du cas direct ni des cas obliques hérités du latin et qui sont au fondement des approches syntaxiques des langues vernaculaires. C’est pourquoi, s’il retient la notion de « diathèse verbale » à partir de la reconnaissance de verbes actifs passifs et neutres, il ne reprend pas à son compte celle de « diathèse transitive » qui, selon le savoir grammatical de l’époque, impose un cas oblique comme le génitif, l’accusatif ou le datif, vu que l’on considère que la transition s’opère du cas direct (le sujet) au cas oblique (accusatif, génitif, datif) vers lequel transite l’action. De même, la notion de « transitivité » est absente en tant que telle de sa grammaire, quoiqu’elle reste sous-jacente dans son concept de « clausule parfaite (cláusula perfecta), parce que le cas « accusatif », qu’à l’instar de tous les autres cas il récuse pour la langue castillane, est le cas emblématique de la diathèse active transitive. C’est en effet la notion de transitivité qui trouve son origine dans la notion philosophique de metabasis (= le passage d’un lieu à un autre), qui permet alors de décrire la nécessité pour les verbes de se construire ou non avec un cas. Priscien va formuler un classement des verbes distinguant différents types de constructions mettant en jeu divers aspects de la transitivité. Les constructions verbales sont classées en trois catégories (transitifs actifs, passifs et neutres) que Villalón reproduit en éliminant le terme de « transitif » qui renvoie précisément au cas direct et aux cas obliques.

14Il n’est donc pas étonnant que Villalón consacre bien plus de pages à la diathèse passive qu’à la diathèse active, puisque la diathèse passive peut s’exprimer plus aisément dans une terminologie qui se prête davantage à une approche grammaticale en rupture avec l’imaginaire des fonctions casuelles. La diathèse passive, décrite comme renversée, permet d’interpréter ce qui fait alors figure de « génitif » avec une valeur causative, la catégorie de l’action chez Aristote étant à l’origine de la description de la diathèse active ou passive.

15Villalón va donc rejeter hors de son métalangage tout ce qui pourrait l’amener à traiter des fonctions casuelles ou à recourir à une terminologie incluant les cas, et ce, afin de privilégier un vocabulaire renvoyant davantage à la dimension sémantique, au travers des notions de « complétude » ou « diathèse », et notamment de « diathèse passive ». En effet, la transitivité peut s’interpréter, dans la tradition grammaticale de cette époque comme une description scalaire de la complétude du verbe où le terme « incomplet » signifie « intransitif » et le terme « complet », « transitif ». C’est cette interprétation sémantique de la transitivité que retient Villalón, à travers ses formulations, lorsqu’il définit la proposition ou phrase parfaite comme étant celle qui crée ce sentiment de complétude et la phrase imparfaite comme celle qui laisse perdurer un sentiment d’incomplétude. Il refuse, on l’a bien compris, de la traduire ensuite en termes syntaxiques pour ne pas se retrouver englué dans une terminologie « casuelle » qu’il a pris le parti, dès le départ, de récuser.

16Cette posture de Villalón nous amène donc à tenter de faire une synthèse des problèmes syntaxiques posés par la grammaticalisation du castillan.

Les problèmes syntaxiques posés par la grammaticalisation du castillan

17La manière dont Villalón essaie de résoudre la difficulté qu’il rencontre face à sa certitude de non-existence de déclinaisons et de cas en castillan témoigne d’une problématique importante et trop souvent sous-estimée dans les travaux sur le sujet : les problèmes de description syntaxique posés par la grammaticalisation des langues vernaculaires, et en l’occurrence ici, le castillan. Comme nul ne l’ignore, c’est la grammaire latine qui va servir de modèle pour la grammaticalisation de tous les vernaculaires européens. Ce sont les catégories et le métalangage du latin qui vont servir à décrire la langue castillane. Il en est de même pour le français et le portugais.

18De fait, les grammairiens du XVIe siècle vont presque tous succomber à la tentation du calque, ce qui va se traduire par la reconnaissance de déclinaisons dans les langues vernaculaires. Nebrija n’échappe pas à ce « miroir aux alouettes » puisque, dans le chapitre VI du livre III, il aborde la question des déclinaisons du nom en identifiant cinq cas (nominatif, génitif, accusatif, datif, ablatif).

19En réalité, ce qui est vrai de Nebrija, l’est aussi des premiers grammairiens des langues vernaculaires qui établissent une forme de correspondance stricte entre les formes latines qui ont des flexions finales/terminaisons différentes selon les cas et le castillan dont ils considèrent que ce sont les morphèmes initiaux, à savoir les articles et prépositions, qui varient selon les cas. Cela transparaît clairement à travers les exemples que prend Nebrija qui, sans énoncer la moindre marque de distanciation, parle des cas du castillan.

20Enfermés dans la logique du latin comme langue présentant des déclinaisons, les grammairiens des langues vernaculaires sont donc conduits, ainsi qu’on l’a vu, à interpréter les articles et prépositions des langues vernaculaires comme des indices casuels placés à l’avant du mot, tandis que les variations que présentent les mots latins se trouvent placées, elles, en position finale. Ils en concluent ainsi que le nom en castillan ou en français par exemple obéit à une déclinaison qui est identifiable formellement à partir de ces marques « de l’avant » du mot, que sont l’article et la préposition.

21Cette assimilation de l’article et de la préposition à des marques de cas empêche ainsi une autonomisation de ces éléments, tout autant qu’elle nuit à la possibilité de penser le système des fonctions syntaxiques des langues vernaculaires autrement qu’au moyen du système des cas latins. Les grammairiens ne sont pas totalement dupes du caractère quelque peu artificiel de cette homologie et visent à adapter au mieux les correspondances qu’ils établissent ; on voit ainsi Nebrija reconnaître cinq cas au lieu de sept.

22Or, au milieu du XVIe siècle, Villalón est l’un des rares grammairiens à considérer cette adoption d’une déclinaison comme inadéquate à la description des langues vulgaires, ce qui le conduit, on l’a vu, à la rejeter. De fait, il est amené à proposer une vision qui, tout en paraissant intégrer cette approche casuelle, s’en distingue fortement, de par les conclusions qu’il tire : « De sorte que, puisqu’en aucun nom ou vocable de la langue castillane il n’y a de variation, il n’est pas nécessaire de recourir à la déclinaison »11. Si Villalón parle toutefois de « déclinaison » et « cas », il le fait à défaut, et non par conviction, vu qu’il en revient toujours à la même conclusion que le castillan n’a pas de variation de la lettre finale due aux cas.

23Villalón procède ainsi à une analyse fine de la situation du castillan par rapport au latin : le long de cette analyse, si l’on ne peut nier qu’il reprend en partie le métalangage latin, l’attention qu’il porte à l’absence de variations finales des noms castillans selon les cas, le conduit, à l’inverse des défenseurs de la déclinaison, à rejeter l’idée du castillan comme langue pourvue d’un système casuel. Il n’est pas inintéressant de rapprocher la position de Villalón de celle de John Palsgrave qui a publié, en 1530, dans sa langue – l’anglais –, mais avec un titre en français, un énorme ouvrage sur la grammaire du français, Lesclarcissement de la langue francoyse. Palsgrave formule un certain nombre de remarques dont le caractère novateur retient l’attention. Il affirme – tout comme Villalón le fera pour l’espagnol un quart de siècle plus tard – que le français n’a pas de cas, se contentant de réduire la déclinaison du nom à l’opposition du nombre singulier/pluriel et du genre masculin/féminin. Voici ce qu’il en dit :

  • 12 J. C. CHEVALIER, Histoire de la syntaxe…p. 140. Chevalier cite Palsgrave, op. cit.

Pour les substantifs, la déclinaison n'est rien d'autre que l'expression de la différence qui sépare les terminaisons du singulier et du pluriel, grâce à l'adjonction d'un article ou d'un adjectif, et d'un article du genre et du nombre exigé par le substantif. Car, pour ce qui est des cas, le français n'en a pas : un bon homme, une bonne femme, les bons hommes, les bonnes femmes12.

24On peut aussi citer Ramus qui publie en 1562 sa première édition de la Grammaire française et qui évacue, lui aussi, la déclinaison casuelle du nom, en la ramenant à une simple variation finale.

25Cette volonté perceptible chez Villalón, tout autant que chez les grammairiens cités, de prendre leurs distances avec le latin, se heurte très rapidement à l’inadéquation de l’appareillage théorique existant, conçu fondamentalement pour le latin. En réalité, Villalón ne réussit pas – encore faudrait-il qu’il l’ait tenté – à formuler des catégories de fonctions qui soient détachées des cas et qui puissent rendre compte de la spécificité de la langue castillane qu’il cherche à mettre en exergue. Il identifie les prépositions qu’il définit comme « articles » en les présentant comme les parties dites « indéclinables » en latin, ce qui montre à quel point il cherche à se dégager de cette influence du latin et de cette terminologie casuelle, en lien avec la variation de la lettre finale due aux cas.

26Une fois qu’il a posé la non-existence de la déclinaison, Villalón se retrouve livré à une forme d’impuissance devant la nécessité de « découvrir un système nouveau de détermination des fonctions du nom dans la phrase »13. En effet, il ne réussit absolument pas à proposer dans le livre qu’il consacre à la syntaxe une analyse des fonctions syntaxiques qui serait fondée sur autre chose que la différenciation des cas. Pris à son propre piège en quelque sorte, il va finalement escamoter la difficulté, en consacrant l’essentiel de ce livre III, centré sur la syntaxe, à une étude de l’élocution, étant donné qu’il va très longuement expliquer ce que sont les mots castillans purs, avant de passer en revue brièvement les figures rhétoriques : « Seront considérés comme du pur castillan tous les mots qui n’ont pas été récemment empruntés à d’autres langues en effet, de tels mots, bien que pris au latin, nous ne les approuvons pas […] »14.

27Le vide conceptuel et terminologique qui découle de l’élimination de la déclinaison embarrasse en quelque sorte Villalón qui n’est pas armé pour mener à bien l’examen des fonctions phrastiques, alors même qu’il a eu l’intuition de l’importance de la préposition, en tant que préposition, c’est-à-dire comme forme permettant l’accès au renouvellement de la pensée grammaticale relative aux langues vernaculaires.

Pour rappel, il écrit :

Mais on modifie le propos et la pensée par la variation de l’article à la suite et aux côtés duquel est placé le nom ou vocable, comme de, para, a, o. C’est par ces lettres et dictions que nous distinguons la signification ou le propos dans le discours15.

  • 16 Juan VILLAR, Arte de la lengua española, reducida a reglas, y preceptos de rigurosa gramática, con (...)

Ces propos ne sont guère éloignés de ceux que tiendra le Père Villar un siècle plus tard : « […] mais parce que nous, les Espagnols, n’avons pas de cas [hormis le pronom], notre [syntaxe] traitera des prépositions, car, avec elles sont pour nous ce que sont les cas pour que les Latins »16.

28La lucidité et l’intuition de Villalón, quant au caractère impropre et inadapté de la déclinaison pour les langues vernaculaires, et en l’occurrence, castillane, auraient pu lui permettre de produire des analyses novatrices, s’il n’était resté enfermé, comme malgré lui, dans ce primat du mot qui l’empêche d’examiner les relations existant au sein des phrases et les fonctions qu’il est permis d’y découvrir. Refusant de recourir à la terminologie des cas, mais dans le même temps, dépourvu de moyens pour explorer les relations fonctionnelles à l’intérieur de la phrase castillane, Villalón va exploiter la notion de « congruence », tout à la fois pour évoquer la propriété des mots castillans et les rapports de concordance qui se nouent entre le nom et les autres éléments de la phrase. On peut remarquer, en effet, que les expressions « de manière congruente » (congruamente) et « incongruité » (incongruidad) reviennent souvent sous sa plume : « […] notre intention est d’enseigner […] un art grâce auquel on pourra savoir parler de manière congruente dans notre langue castillane sans barbarisme ni incongruité »17.

  • 18 J. LALLOT, « La complétude… », art. cit, p. 42.
  • 19 Ibid., p. 46.
  • 20 Ibid., p. 47.

29Villalón va s’intéresser aux règles de concordance entre le nom et le verbe, entre le pronom et le verbe, entre le nom et le pronom démonstratif et entre le nom et l’adjectif. À la différence de Nebrija, il n’envisage pas les rapports de concordance entre le relatif et son antécédent, rompant en cela avec la tradition hispanique depuis Nebrija. Villalón utilise le verbe convenir, mais peut-être convient-il de préciser que la terminologie la plus fréquente tournait alors autour des termes concordia, concierto, correspondencia, armonía, etc. Lallot a ainsi identifié trois significations pour la congruence : la cohérence sémantique « la convenance mutuelle des éléments de signifié associés dans une construction »18, la concordance ou coïncidence « les marques d’un même accident »19, « l’adéquation référentielle »20.

30Cette notion de « congruence » est exploitable pour Villalón, parce qu’elle est centrée sur le nom comme pivot de la « phrase », lequel peut imposer aux autres mots, les accidents que sont le genre et le nombre, sans nécessité de se référer à des cas.

  • 21 Guillermo ROJO, El lugar de la sintaxis en las primeras Gramáticas de la Academia, Madrid : Real Ac (...)

31Quoi qu’il en soit, et comme le fait remarquer Guillermo Rojo21, l’analyse syntaxique pêche, au XVIe siècle, par le manque d’outils capables d’aller au-delà des relations de dépendance entre les mots pour rendre compte véritablement des fonctions syntaxiques elles-mêmes au sein de la « phrase ». Par ailleurs, l’incapacité de penser véritablement les compléments, du fait de leur « enfermement » dans le modèle descriptif des grammaires latines, fait que les grammairiens restent comme prisonniers, pour ce qui est de la morphologie, de la logique des cas, des genres et des espèces verbales, et pour ce qui est de la syntaxe, de celles des régimes du verbe et de la rection du nom.

Notes

1 Jean LALLOT, « La complétude dans la grammaire alexandrine », in : Sylvain AUROUX, Simone DELESALLE, Henri MESCHONNIC (dir.), Histoire et grammaire du sens : hommage à Jean-Claude Chevalier, Paris : Armand Colin, 1996, p. 30-40, p. 40.

2 Frédérique ILDEFONSE, La naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris : Vrin, 1997, p. 57.

3 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 16 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est tiré de Gramática… : « Pues agora porque el verdadero, casto y puro hablar castellano consiste en la cláusula u oración perfecta que satisface el ánimo del que la oye […] ».

4 Loc. cit. Le texte espagnol est : « Para lo cual es de notar que en tal cláusula, o es perfecta, que en su sonido satisface el ánimo del que la oye porque no le queda cosa alguna por pronunciar que le deje falto el entendimiento, como decimos « yo amo a Dios », « yo como el pan » y las semejantes ».

5 Loc cit. Le texte espagnol est : « Y otras cláusulas hay que son imperfectas porque oídas no satisfacen ni hartan el entendimiento del que las oye […] ».

6 Nous avons choisi de rester très proche dans la traduction du propos qui est tenu en castillan par Nebrija. En effet, le texte espagnol, tiré de A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 132 est : « Los verbos personales, o passan en otra cosa, o no passan. Los que passan en otra cosa, llaman se transitivos, como diziendo : io amo a Dios, amo es verbo transitivo, por que su significación passa en Dios ». Pour plus de clarté, un verbe transitif peut se définir comme un verbe qui exprime une action qui passe (ou « transite ») d’un sujet à un autre.

7 Ibid., p. 132-134.

8 J. LALLOT, Appollonius Dyscole, De la construction (syntaxe). Histoire des doctrines de l’Antiquité classique, 2 vol., Paris : Vrin, 2, 1977, p. 192.

9 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 1, Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. Le texte espagnol est tiré de Gramática…, « Verbo es voz que significa hacer o padecer (que llama el latín « acción » o « pasión ») alguna obra en alguna diferencia de tiempo ».

10 Ibid ., § 1 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est : « […] lo último y principal que con esta nuestra arte intentamos enseñar ».

11 Ibid., § 3 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est le suivant : « De manera que pues en ningún nombre ni vocablo de la lengua castellana no hay variación, no es menester poner declinación ».

12 J. C. CHEVALIER, Histoire de la syntaxe…p. 140. Chevalier cite Palsgrave, op. cit.

13 Ibid., p. 287.

14 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 3 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol tiré de Gramática… est : « Palabra pura castellana sea sino fuere traída nuevamente de otras lenguas porque aunque sea latina tal palabra no la aprobamos […] ».

15 Ibid., § 3 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est : « Pero múdase el propósito y sentencia por la variación del artículo que a la contina lleva el nombre o vocablo junto a sí, como de, para, a, o, por las cuales letras y dicciones diferenciamos la significación o propósito en el hablar ».

16 Juan VILLAR, Arte de la lengua española, reducida a reglas, y preceptos de rigurosa gramática, con notas y apuntamientos utilíssimos para el perfeto conocimiento de esta, y de la lengua latina, Valence : Francisco Verengel, 1651, p. 82 : « […] mas porque no tenemos casos los españoles [salvo en el pronombre], tratará la nuestra [sintaxis] de las preposiciones, pues por ellas conseguimos lo que por sus casos los latinos ».

17 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 6 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. La séquence espagnole tirée de Gramática…,est : « […] primera por quanto es nuestra intención enseñar un […] arte por donde se pueda saber hablar congruamente en esta nuestra lengua castellana sin barbarismo ni incongruidad ».

18 J. LALLOT, « La complétude… », art. cit, p. 42.

19 Ibid., p. 46.

20 Ibid., p. 47.

21 Guillermo ROJO, El lugar de la sintaxis en las primeras Gramáticas de la Academia, Madrid : Real Academia Española, 2001, p. 44.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search