Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Chapitre V – Face à la tradition grammaticale « romane » naissante : Villalón et l’« article »

Texte intégral

  • 1 André JOLY, « Le problème de l'article et sa solution dans les grammaires de l'époque classique » (...)
  • 2 A. JOLY, art. cit., p. 16, énonce cette affirmation pour l’époque classique : « [La problématique d (...)

1La question de la description de l’article dans les grammaires anciennes est épineuse : les difficultés à mettre en œuvre sa description ont été, en effet, soulignées à de nombreuses reprises1. L’inconfort que suscite l’article concerne l’ensemble des premiers grammairiens des langues romanes qui doivent s’affronter à une « catégorie » qui n’existait pas en latin et pour lequel aucun outillage n’est disponible2. Pour le dire en termes simples, le latin n’a pas d’article et le castillan ne dispose pas de cas. Ce chassé-croisé suffit à expliquer pourquoi l’article, relié au nom, a souvent été vu comme exprimant les cas, en relation, par ailleurs, avec les prépositions. En effet, l’association de l’article et de la préposition a servi en quelque sorte à apporter une solution partielle à l’épineuse question de l’existence ou non d’un système casuel dans les langues vulgaires, comparable à celui du latin. André Joly souligne qu’à l’époque classique, soit plus d’un siècle après l’apparition des premières grammaires du français, la référence aux cas reste constante :

  • 3 A. JOLY, art. cit., p. 18.

On sait que ces grammaires sont à l'origine de notre propre grammaire scolaire. Prenons par exemple l'idée selon laquelle l'article servirait à indiquer les cas. Il n'est pas tout à fait exact qu'elle n'a plus cours après le milieu du XVIIIe siècle. Le débat sur l'existence ou la non-existence de cas en français – débat important puisqu'il conditionne en grande partie la vue qu'on a du système de la langue – traverse en fait toute la période classique. Si en 1660, Arnauld et Lancelot affirment, d'ailleurs sans succès, que les articles « n'ont point proprement de cas, non plus que les noms » (p. 39), cent cinquante ans plus tard, au moment où naissent la grammaire comparée et la grammaire historique, Girault-Duvivier estime utile de développer cette idée dans une longue note où il reprend les arguments avancés entre arécemment, par Lévizac, Marmontel et Sicard3.

Antonio Manzanares Pascual énonce la même idée quand il écrit :

  • 4 A. MANZANARES PASCUAL, art. cit., p. 235. Le texte espagnol est le suivant : « Un examen atento de (...)

Un examen attentif des textes (notamment des plus anciens) nous révèle immédiatement que, plus que de genre et de nombre, les grammairiens parlent de « cas » dans la relation de l’article avec le nom : ce qui retient l’attention, ce n’est pas tant que l’article indique le genre et le nombre du nom que le fait qu’il indique le cas4.

2Il faut donc comprendre que le XVIe siècle ne constitue pas une exception, vu que la problématique se posera le long des siècles suivants ; décrire l’article sans faire référence aux cas, en donner une définition générale, déterminer son rôle et identifier ses formes représenteront autant de défis pour les grammairiens des siècles suivants, qu’il s’agisse des XVIIe, XVIIIe, voire XIXe siècles. C’est dire à quel point la maturation d’une conscience linguistique en langue vulgaire s’effectuera sur un temps long et comment le modèle latin restera prégnant pendant plus de deux siècles après l’apparition des premières grammaires des langues romanes. Comme le dit Joly :

  • 5 A. JOLY, art. cit., p. 17.

Le débat sur l'article, qui renvoie à l'opposition du français au latin, s'inscrit en fait dans la longue querelle des Anciens et des Modernes. Il correspond à un développement récent de la conscience linguistique des grammairiens et de leur attitude à l'égard de leur propre langue5.

Et plus encore :

  • 6 Ibid., p. 18.

Le débat sur l'existence ou la non-existence de cas en français – débat important puisqu'il conditionne en grande partie la vue qu'on a du système de la langue – traverse en fait toute la période classique6.

  • 7 A. MANZANARES PASCUAL, art. cit., p. 235. Le texte espagnol est le suivant : « […] hay que reconoce (...)

3Manzanares énonce une idée similaire quand il affirme qu’« il faut bien reconnaître que, du fait de l’absence de l’article dans les grammaires, on ne sait pas très bien quoi faire de l’article « roman »7. Les difficultés qui se posent avec la question de l’article sont donc étroitement liées à la forme de carcan que représente, pour le grammairien, la connaissance approfondie de la grammaire latine qui lui impose une certaine manière de voir et de décrire les langues romanes. Tant que les catégories à décrire existent en latin, la création d’un métalangage en roman relève de la traduction-adaptation. En revanche, quand, comme c’est le cas de l’article, la catégorie n’existe pas en latin, le premier réflexe du grammairien consiste à essayer de « débusquer » cette catégorie dans la langue vulgaire, sous une forme ou sous une autre. C’est la raison pour laquelle les deux grandes innovations des langues romanes, à savoir l’article et la préposition, sont envisagées en priorité comme les formes nouvelles que prennent les cas latins et sont appréhendées comme telles, ce qui ne signifie pas pour autant qu’elles sont perçues de la même manière. Pour certains grammairiens, l’article et la préposition sont des parties du discours à part entière, pour d’autres grammairiens, ce n’est pas du tout le cas.

Qu’est-ce qu’une partie du discours et comment la définition qui en est donnée révèle une certaine perception de l’article ?

4Nombre d’historiens de la grammaire ont mis en évidence l’ambiguïté de la notion de pars orationis qui a été traduit en tant que parte de la oración en castillan et « partie du discours » en français. Ces modalités de traduction en disent déjà long sur la double signification possible de cette expression latine et sur la manière dont son interprétation déterminera l’objet même de la grammaire.

  • 8 Voir Irène ROSIER-CATACH, « La notion de parties du discours dans la grammaire spéculative », 3 t. (...)
  • 9 Ibid., p. 49 : « Une discipline, au XIIIe  siècle, pour être une science et non simplement un art, (...)
  • 10 Loc. cit.

5La traduction castillane parte de la oración du latin pars orationis renvoie, semble-t-il, à la notion de « proposition » (oratio en latin) : l’objet de la grammaire serait donc de traiter des différentes parties de la proposition, autrement dit, des unités linguistiques. En revanche, la traduction française tendrait plutôt à donner la priorité aux « mots », non pas seulement en tant qu’unités minimales de signification, mais en tant que « catégories grammaticales », selon une acception métalinguistique. Si pour Priscien, un mot est une partie du discours, pour Pierre Hélie8, un mot n’est pas une partie du discours, mais appartient à une partie du discours, la partie du discours étant à définir, selon lui, comme un ensemble de mots répondant à une même définition et comportant les mêmes accidents, ou dans la terminologie chère à la grammaire modiste9, les mêmes modes de signifier10.

6En réalité, les choses se sont révélées beaucoup plus confuses chez les grammairiens latins, puis ensuite chez les premiers grammairiens des langues romanes, dans la mesure où, d’une part, les critères utilisés pour définir les parties du discours n’ont pas toujours été les mêmes et, d’autre part, le critère de définition des unités minimales de la grammaire a souvent été celui de la logique, à savoir le mot, comme unité minimale de signification. Pour Priscien, par exemple, la signification est le critère de définition des parties du discours, tandis que pour Donat, c’est l’énumération des accidents. Pour rappel, dans sa Poétique, Aristote retient comme pertinent le critère de la signification pour définir les parties du discours, ce qui le conduit, par exemple, à établir une distinction entre le nom, le verbe et la conjonction. Les deux premiers sont, selon lui, des parties du discours, parce qu’ils ont en quelque sorte une signification pleine, tandis que la conjonction ne l’est pas, parce qu’elle ne signifie pas. On sait aussi que ce critère de hiérarchie dans la signification sera repris par les dialecticiens à l’époque de Priscien. Ainsi n’est-il pas rare, en effet, que les mots dictio et pars orationis reçoivent la même définition : ils sont perçus, tous deux, comme des unités minimales de la signification alors que l’on s’attendrait à ce qu’une distinction claire soit établie entre les deux. Dictio, considérée comme unité minimale des logiciens, serait ainsi définie parce qu’elle tient compte de la signification et devrait se distinguer de pars orationis, qui serait l’unité minimale des grammairiens en tant que « constructible » destiné à former des unités syntaxiques supérieures. Selon cette vision des choses, une partie du discours n’aurait donc pas à « signifier » pour être définie comme « partie du discours » ; elle devrait se contenter d’être une catégorie grammaticale identifiée par son mode de signifier ou accident.

  • 11 Ibid., p. 49, n. 1 : On attribue à Robert Kiwadby, pré-modiste également, le Commentaire sur Prisci (...)

7On retrouve ici un des arguments développés par Robert Kilwardby11 au XIIIe siècle, et repris ensuite par les Modistes, selon lequel l’objet du grammairien n’est pas le mot isolé mais le mot en tant que se combinant avec d’autres mots, c’est-à-dire le « constructible » qui n’est autre que « partie du discours » vue comme catégorie grammaticale. Ce qui importe donc au grammairien, contrairement au logicien, ce n’est pas le signifié mais le mode de signifier :

  • 12 PSEUDO-ROBERT GROSSETESTE, [1306], « De interpretatione », La « vieille logique » des Communia. Ver (...)

À l'autre point, il faut dire que le nom et le verbe du point de vue des modes de signifier généraux sont des parties du discours diverses et distinctes, et parce que le grammairien considère les parties du discours du point de vue des modes de signifier généraux, à cause de cela les parties elles-mêmes du discours sont distinguées : c' est pourquoi il définit le nom et le verbe comme étant des parties du discours ; tandis que le logicien considère le nom et le verbe davantage du point de vue du signifié spécial, et à cause de cela, il les définit par le fait d'être un son vocal significatif12.

  • 13 ANONYME, (dans cette section = Anonymus Magister Artium Parisiensis) : Accessus philosophorum septe (...)

8Pour comprendre ce qu’est le mode de signifier, on peut s’intéresser au cas de l’adjectif par rapport au nom. Il faut retenir alors que la catégorie de l’adjectif se définit par un mode de signifier constitué par l’adjacence, tandis que la catégorie du nom se définit par un mode de signifier qui n’est autre que l’indépendance. C’est en ce sens que l’on parle de « nom adjectif » dans les premières grammaires des langues romanes pour manifester que l’adjacence est un mode subalterne du nom. En étudiant le mot comme « constructible » et non pas comme « doté de signification », le grammairien ne confère pas au nom et au verbe l’exclusivité de la modalité de signification générale. En réalité, dès lors qu’une relation de dépendance peut s’établir entre deux « constructibles », les deux sont appelés à être définis comme des « parties du discours ». Ainsi la conjonction est considérée par les grammairiens comme une « partie du discours » dans la mesure où elle a en elle un mode général de signifier, qui est la « "raison" d'ordonner <= l'aptitude formelle d'ordonner> les parties du discours les unes avec les autres »13.

  • 14 Selon le Larousse, ‘Catégorème’ se dit d’un terme qui a par lui-même une signification. Dans la sco (...)
  • 15 Selon le Larousse, le syntécatégorème est un terme privé de signification lorsqu’il est pris isolém (...)
  • 16 Le terme « invariable » qui est une traduction possible de l’adjectif castillan indeclinables, pren (...)

9Cette perception qui caractérise en particulier les grammairiens modistes du XIIIe siècle qui commentent les textes de Priscien et Donat en cherchant à définir rigoureusement ce qu’est la science grammaticale est loin d’avoir été toujours strictement appliquée, et ce, chez les modistes eux-mêmes. L’un des principaux écueils tient à la difficulté d’établir une rigoureuse séparation entre l’objet d’étude du logicien et celui du grammairien. Toujours vient hanter le grammairien le « vieux démon » de la signification qui brouille les frontières entre logique et grammaire. Tout semble, en effet, tourner autour des unités complètes composée d’une « voix » (support matériel des mots), d’un signifié et de modes de signifier, lesquelles, en latin, sont définies comme dictio ou vox, soit diction et voix en français et dicción et voz en castillan. Il faut en quelque sorte que quelque chose soit représenté à l’esprit pour que l’unité soit considérée comme une dictio, ce qui est bien moins évident lorsque l’on a affaire à une conjonction ou une préposition. Dans ces conditions, suivant une tradition qui remonte au moins à Abélard, la tendance a été de considérer comme parties du discours le nom, le verbe, le participe, l’adverbe, le pronom, mais d’en exclure les prépositions et conjonctions par exemple. L’opposition entre déclinables et indéclinables, qui renoue avec la distinction scolastique entre catégorèmes14 et syntécatégorèmes15, quoique morphologique, n’en est pas moins entée sur un critère de signification : les parties déclinables, plus riches de formes, sont aussi plus riches de signification16.

10Comme on le voit, l’expression pars orationis en latin, mais aussi, telle que traduite dans les langues romanes, reste ambiguë et le nombre de parties du discours s’avère alors relativement variable dans les différentes grammaires de la Renaissance. Cette variation reflète la fluctuation des critères sémantiques et syntaxiques et la hiérarchie qui leur est conférée par le grammairien.

Les parties du discours chez Nebrija et chez Villalón

  • 17 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 83 : Le texte espagnol est : « […] nombre, pronombre, artículo, verb (...)

11Antonio de Nebrija identifie dix parties du discours en castillan, à savoir, le nom, le pronom, l’article, le verbe, le participe, le gérondif, le nom participial indéfini, la préposition, l’adverbe et la conjonction17. Cette approche des parties du discours tend à manifester que Nebrija ne prend pas comme critère d’identification la notion de signification, vu que l’on retrouve dans sa liste tout aussi bien des « catégorèmes » (déclinables) que des « syntécatégorèmes » (indéclinables).

12Pour sa part, Villalón reconnaît trois parties du discours en castillan, le nom, le verbe et les articles qu’il range sous l’étiquette des « indéclinables » :

Concernant le castillan, je considère qu’il y a trois parties principales et que ce sont elles qui constituent et composent la proposition18 : nom, verbe et articles ; pour ma part, je dénomme « articles » tous les vocables et dictions que le latin appelle « indéclinables »19.

13Villalón utilise un critère reposant sur la fonction du mot dans une proposition, ce qui le conduit à identifier trois « parties principales ». Il rassemble la dernière « partie » sous la désignation d’« articles », tout en qualifiant ces articles d’ « indéclinables ». Il est sans doute important de faire observer que Villalón recourt au pluriel pour présenter cette « partie de la proposition » et qu’il ne la présente pas comme une partie secondaire : il parle, en effet, de « trois parties principales ». Le critère de la signification paraît donc ne jouer aucun rôle dans sa définition des parties du discours, même si l’emploi du terme « indéclinables » invite à nuancer cette interprétation. Toutefois, dans le troisième livre de sa grammaire, Villalón revient sur cette prise de position initiale et présente ces articles « indéclinables », non plus comme des parties principales de la proposition au même titre que le nom et le verbe, mais comme des « parties de moindre importance » :

Il convient avant toute chose de savoir que toute clausule ou proposition est composée d’un nom, d’un verbe et d’un pronom, comme parties principales et de nombreux autres vocables et dictions, comme parties de moindre importance, tels les adverbes, prépositions, interjections et conjonctions, dont nous avons déjà parlé20.

14Si son critère premier semble être « syntaxique », sa définition étant centrée sur ce qui constitue la structure de base de la « proposition », à savoir, le nom et le verbe, il n’en reste pas moins qu’il semble s’inscrire dans la tradition aristotélicienne qui ne reconnaît que le nom et le verbe, significatifs par eux-mêmes, comme « vraies » parties du discours. La position de Villalón est donc quelque peu ambiguë, vu qu’il présente ces « indéclinables » comme des parties du discours moins importantes, mais néanmoins, comme des parties du discours, vu qu’ils entrent dans la constitution de la proposition. Par ailleurs, il faut noter que, dans la seconde présentation qu’il fait des « parties du discours » comme « parties de la proposition », le terme « article » a disparu et il n’est plus question que de « vocables et dictions » qu’il présente comme suit : « préposition », « adverbe », « interjection », « conjonction ». L’emploi des termes « vocable » et « diction » pour désigner ce qu’il avait lui-même qualifié d’« indéclinables » ne manque pas de surprendre, surtout lorsqu’on voit la liste qu’il en établit juste après.

15Pour être exacte, rappelons que, juste avant de traiter des clausules et des propositions, Villalón, pour présenter les parties qui les constituent, avait adopté la formulation suivante qui présente encore des variations par rapport aux deux autres dont nous avons déjà fait mention : il parle désormais des « articles et parties indéclinables de la proposition », et non plus des « articles » dits « indéclinables » en latin. Doit-on alors considérer que (tous) les articles ne sont pas des « indéclinables » ?

16Cette fluctuation dans les termes peut être récapitulée comme suit, selon les différents temps de présentation de la troisième « partie de la proposition » que sont les « articles » :

– Présentation initiale : les articles qui sont dits « indéclinables » ; ils sont alors présentés comme une partie principale, au même titre que le nom et le verbe ;
– Présentation intermédiaire : « les articles et les parties indéclinables » ; les articles sont alors dissociés des « parties indéclinables » ;
– Présentation finale : « autres vocables et dictions », définies comme « parties moins importantes de la proposition ». Le terme « articles » n’apparaît plus : il a été remplacé par « vocables » et « dictions ».

17Nous tenterons dans l’analyse que nous mènerons plus avant d’expliquer ces « variations » dans les désignations et de leur attribuer une signification, en relation avec le projet grammatical global de Villalón.

18Pour l’heure, il nous paraît important de mettre en évidence que Villalón envisage les partes orationis héritées du latin comme des « parties de la proposition », semblant en ce sens considérer, à l’instar des modistes, que la raison d’être de la grammaire est bien la construction de la proposition (oratio). Ceci confirme ce que nous avons dit, dans le chapitre précédent, de l’intérêt particulier que Villalón accorde à la syntaxe et à la définition des unité(s) intermédiaires entre le mot et le discours, à savoir la clausule et la proposition. Il n’empêche que son approche trahit en quelque part une forme d’allégeance au critère de la signification, vu que les parties les moins importantes sont perçues comme dépourvues de signification, ainsi qu’en témoigne le choix du terme « indéclinables » pour les désigner par endroits.

19Quant à Nebrija, il paraît soucieux de définir des « catégories grammaticales », indépendamment du critère de la signification, même si là encore, l’intérêt accordé aux « parties du discours » significatives par elles-mêmes, à savoir le verbe et le nom, reste majeur.

Le traitement de l’article chez Nebrija et Villalón

  • 21 Pour une approche de ces grammaires, voir José Jesús GÓMEZ ASENCIO, « Los anónimos de Lovaina del s (...)

20Nous allons maintenant examiner le traitement de l’article chez Nebrija et Villalón, sachant que Nebrija est le premier grammairien des langues romanes à s’être affronté à la question de l’article, à la fin du XVe  siècle. Il est donc logique de penser que sa manière de traiter l’article a pu influencer, en Espagne et ailleurs, les autres grammairiens des langues romanes. Nous formulerons également quelques remarques ponctuelles sur le traitement de l’article dans la grammaire de l’Anonyme de Louvain, qu’il s’agisse de celle de 1555 ou de celle de 155921, dont nous avons déjà parlé. Nous pourrons ainsi voir quel(s) étai(en)t, au XVIe siècle, le(s) traitement(s) que recevait l’article dans les grammaires.

21Ainsi qu’on l’a dit, Antonio de Nebrija identifie l’article comme une des dix parties du discours qu’il répertorie. Pour sa part, Villalón définit l’article comme l’une des trois parties de la proposition, mais en l’intégrant dans un ensemble composite. C’est ce qui le conduit à parler « des articles » au pluriel et non pas de « l’article » au singulier.

22Villalón a-t-il lu Nebrija sur ce point ? Si oui, pourquoi s’écarte-t-il autant du traitement que le premier des grammairiens des langues romanes propose de l’article ?

23Nous tenterons de répondre à cette épineuse question par l’analyse attentive des exposés des deux grammairiens sur l’article.

Nebrija

  • 22 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 162 : « Los artículos del nombre son tres : el para los machos, como (...)

24Nebrija présente l’article comme intrinsèquement lié au nom.
Les articles du nom sont trois : el pour les mâles, comme el ombre, el cielo ; la pour les femelles comme la muger, la tierra ; lo pour les neutres comme lo justo, lo fuerte22.

  • 23 Ibid., p. 106 : « […] aquellos articulos que añadimos al nombre para demostrar de que genero es ».

Il le présente également comme ce qui permet de « montrer le genre du nom » 23 :

  • 24 Ibid., p. 98. Le texte espagnol est : « Masculino llamamos aquél con que se aiunta este artículo (...)

Nous appelons « masculin » le nom qui s’unit avec l’article el comme el ombre, el libro ; « féminin » le nom qui s’unit avec l’article la comme la muger, la carta ; neutre ce qui s’unit avec l’article lo comme lo justo, lo bueno […]24.

25Il met aussi en évidence comment l’article, associé ou non à la préposition, permet de « construire » les cas en castillan. Ainsi, après avoir présenté les cinq cas, « nominatif », « génitif », « datif », « accusatif » et « ablatif », il explicite le rôle qu’il joue dans la construction des cas :

  • 25 Ibid., p. 161 : « El primero caso se pone con sólo el artículo del nombre, como el ombre. El segu (...)

Le premier cas [nominatif] se construit uniquement avec l’article du nom, comme el ombre. Le deuxième cas, avec la préposition de et ce même article comme del ombre. Le troisième se construit avec la préposition a et ce même article, comme a el ombre ; le quatrième, avec la préposition a, ou avec le seul article comme a el ombre ou el ombre ; le cinquième avec un adverbe ou sans aucun article comme ¡o ombre !25

  • 26 Ibid., p. 106 : « Todas las lenguas cuantas he oido tienen una parte dela oracion: la cual no sient (...)

26Toutefois, Nebrija prend auparavant le soin d’expliquer l’origine du mot « article », issu du grec arteon et traduit par le terme « article » en latin. Il rappelle aussi que le latin ne connaissait pas l’article26.

Villalón

27Ce qui caractérise le traitement de l’article chez Villalón – et nous l’avons précédemment indiqué –, ce sont d’abord des fluctuations dans la définition et l’identification des « entités » aptes, selon lui, à recevoir une telle désignation. Ainsi, après avoir rangé les « articles » dans la catégorie des « indéclinables », puis avoir distingué les articles des indéclinables, avant que d’en fournir une liste où n’apparaissent finalement comme éléments de la classe que des indéclinables (« préposition », « adverbe », « interjection », « conjonction »), Villalón n’hésite pas à qualifier esta d’« article démonstratif », considérant ainsi comme « article », une unité déclinable.

28De même, il présente à certains endroits de sa grammaire les « pronoms démonstratifs » comme des articles, mais dans la liste plus générale qu’il donne des pronoms, il renonce à les désigner, tous, par le terme « article », choisissant de les présenter sous l’appellation de « vocables ou articles », mais sans exposer le critère de distinction qui le conduit à ne pas tous les rassembler sous l’étiquette d’« articles » :

Mais si nous ajoutions à ces noms communs un article démonstratif, esta, nous ferions de ce nom, jusqu’alors commun par nature, un nom propre et singulier, du fait de cet article, comme si nous disions este hombre, esta tabla, este madero27.
Et, puisque le vocable castillan, par aucun changement ni dans la pensée, ni dans la manière ou l’intention de dire, ni dans le propos, ne fait varier de lettre finale, je dis que la différence des cas se montre en langue castillane par les différents articles auxquels est accroché le nom après qu’on les a prononcés. Ainsi se trouve-t-il qu’au nominatif nous disons en castillan Pedro, et au génitif de Pedro, et au datif para Pedro, et à l’accusatif a Pedro, et au vocatif o Pedro, et à l’ablatif, nous disons esto quite a Pedro. De sorte qu’au moyen de cet exemple nous voyons qu’en aucun cas un changement dans la pensée ne fait varier le nom en sa lettre finale. Mais on modifie le propos et la pensée par la variation de l’article à la suite et aux côtés duquel est placé le nom ou vocable, comme de, para, a, o. C’est par ces lettres et dictions que nous distinguons la signification ou le propos dans le discours28.
Les pronoms en castillan sont au nombre de douze, et ce sont : yo, tu, aquel ; nosotros, vosotros, aquellos ; mio, tuyo, suyo ; nuestro, vuestro et de aquellos. Tous ces vocables ou articles se mettent à la place des noms propres qui se trouvent ainsi représentés par chacune de ces dictions, chacun de ces articles ou vocables, comme il vous semblera bon de les appeler29.
La troisième règle est que le nom et le pronom démonstratif, quand ils s’unissent dans la même clausule castillane, doivent s’accorder en genre et en nombre ; ces pronoms sont appelés en latin « articles qui déterminent le genre30.

29Sont ainsi considérés, dans la perspective de Villalón, comme articles, et ce, indépendamment des définitions ou désignations générales « floues » qu’il propose :

  • 31 Nous reprenons ici la classification opérée par Villalón et selon laquelle o serait une préposition

30– les prépositions de, para, a, o31 ;
– le pronom démonstratif, défini comme « article qui détermine le genre » ;
– les pronoms en général, mais avec quelques réserves non explicitées pour certains d’entre eux et dont on ne sait pas lesquels.

  • 32 La pragmatique se saisira de ces petits mots et montrera leur utilité et leur rôle essentiel dans l (...)

31Il serait donc juste de considérer que Villalón propose une double définition de l’article : l’une, restrictive, limitée aux unités que nous venons d’énumérer, l’autre, plus étendue selon laquelle sont des « articles », tous les petits mots ou particules de la langue castillane qu’il a du mal à définir et à classer précisément32. La prise en compte de cette seconde définition, plus large, suffit alors à expliquer pourquoi il recourt parfois à des expressions telles que « articles ou indéclinables » ou encore « vocables ou articles » pour désigner toute une série d’unités linguistiques, parfois déclinables, qu’il reconnaît comme « parties de la proposition », mais sans réussir pour autant à les rattacher à une fonction précise.

32Pour bien comprendre la conception que Villalón développe de l’article, il faut donc rechercher les intertextes grammaticaux qui sous-tendent son énoncé et font qu’il oscille entre une approche de l’article comme « catégorie grammaticale » et une approche de l’article en tant que « partie de la proposition », c’est-à-dire comme « unité linguistique ». Quand il aborde l’article implicitement comme « catégorie grammaticale », Villalón range dans cette catégorie ce qu’il désigne comme « indéclinables », à savoir les prépositions, les conjonctions, les adverbes et les interjections. En ce sens, il se rapproche de la délimitation des « parties du discours » telle que l’a proposée Nebrija. Lorsque, en revanche, il saisit l’article comme « partie de la proposition », il tend à rattacher l’article au nom, ce qui explique sans doute pourquoi il en vient à présenter les « articles » comme relevant des parties principales de la proposition et à les appréhender par moments comme « article démonstratif », « pronoms (démonstratifs) » et prépositions qui « répondent » en castillan à ce qu’était la déclinaison du nom en latin.

33Les fluctuations de Villalón n’ont pas de quoi étonner, en regard de ce que nous avons dit, d’une part, des difficultés des premiers grammairiens à concevoir une langue dépourvue de système casuel et, d’autre part, du « vieux démon » de la signification induisant des confusions entre unités signifiantes et unités « constructibles ». L’attachement de Villalón à une approche de la grammaire en tant que science des unités « constructibles » le conduit à privilégier une définition des parties du discours en tant que « parties de la proposition ». L’héritage reçu des grammairiens latins, et en particulier de Priscien, l’incite parallèlement à reconnaître comme parties principales de la proposition, les « dictions » ayant une signification pleine, parmi lesquelles le nom et le verbe et à rejeter du côté des parties secondaires, les petits mots « indéclinables », dépourvus de variations et donc, de signification, que sont, par exemple, les prépositions et les conjonctions. Dans le même temps, la relégation à un plan secondaire de certaines prépositions (a, de, para, o*) et de certains « présentateurs » du nom comme les adjectifs démonstratifs lui paraît quelque peu absurde, dans la mesure où ceux-ci sont intrinsèquement attachés au nom, et en tant que tels, devraient être intégrés aux parties principales de la « proposition ». Inversement, partageant la même « nature » que d’autres éléments qui ne jouent pas ce rôle auprès du nom, ils devraient recevoir le même traitement que ces derniers et être considérés, dès lors, comme des parties secondaires. C’est le cas, par exemple, de la préposition qui a des traits communs avec la conjonction mais dont le rôle semble plus stratégique que celui attribué à cette dernière.

  • 33 A. JOLY, art. cit., p. 16.
  • 34 Ibid., p. 18-19.

34Les historiens de grammaire qui se sont intéressés au traitement de l’article dans les traités grammaticaux des XVIIe et XVIIIe  siècles n’ont pas manqué de souligner le flou et la diversité dans les classements qui lui sont relatifs : « Ce qui frappe à la lecture de ces grammaires c'est, outre la diversité des classements de l'article, l'imprécision de la terminologie dont on se sert dans l'analyse »33. Ce qui est vrai des siècles postérieurs l’est encore plus du XVIe siècle où les grammairiens défrichent le terrain et sont confrontés de plein fouet à la difficulté de théoriser l’article qui n’existait pas en latin. Comme on l’a vu, Nebrija qui fait figure de pionnier, à la fin du XVe siècle, définit essentiellement l’article comme une catégorie grammaticale, intrinsèquement liée au nom et chargée d’exprimer le genre, le nombre et le cas du nom, auquel il est antéposé. La définition de l’article que propose Nebrija est donc formelle34 et l’article, dans la perspective qui est la sienne, est essentiellement appréhendé, comme le nouveau « signe » des cas du latin, soit donc comme un indice de la morphologie du nom en castillan.

35Ce qu’il faut noter, c’est que Villalón ne répertorie jamais el, la, lo en tant qu’ articles, rompant ainsi avec la tradition initiée par Nebrija, selon laquelle il existerait trois articles en espagnol : el, la, lo. Même lorsqu’il traite du genre des noms en castillan, Villalón cite les articles démonstratifs este, esta, comme étant ce qui permet d’identifier le genre des noms, sans jamais mentionner les articles el et la. Pas un mot sur el, la, lo.

36Il n’est guère cohérent de considérer que Villalón, à la différence de Nebrija, n’a pas vu ni identifié, les formes el, la, lo de la langue castillane ou qu’il a omis d’en parler. Nebrija, on l’a dit, désigne ces formes comme étant les seuls « articles » du castillan. Même en admettant que Villalón n’ait pas lu toute la grammaire de 1492 de Nebrija, son acuité grammaticale et les diverses lectures qu’il a pu faire, par ailleurs, ont nécessairement attiré cette attention sur cette forme problématique que tous les grammairiens de son époque tendent à voir comme des expressions des cas.

37Comment expliquer, dès lors, que Villalón traite l’article dans sa grammaire, en passant sous silence les articles el et la, en n’en faisant jamais référence, alors même qu’il se montre extrêmement soucieux de la question des cas, laquelle, on l’a dit, est constamment reliée, à son époque, à ces mêmes « articles » ?

38Villalón revient, en effet, à plusieurs reprises dans sa grammaire sur la question des déclinaisons et des cas, pour affirmer de manière plutôt péremptoire que le castillan n’est pas une langue « à cas », ce qui ne l’empêche pas d’utiliser dans sa métalangue, tout en les réfutant, les termes « déclinaison » et « cas » :

Cinquièmement, il faut noter qu’en castillan, le pronom, pas plus que le nom, n’a de déclinaisons, puisqu’aucun d’entre eux ne varie en sa lettre finale, à raison de cas35.

  • 36 Gramática de la Lengua Vulgar, op. cit., p. 7. Le texte espagnol est le suivant : « El artículo, e (...)

39Villalón a l’intime conviction que la langue castillane n’a pas de déclinaison, et donc pas de cas. En prétendant, dès l’ouverture de son traité, tout juste après le prologue, vouloir offrir un « art grammatical » castillan, entièrement détaché du latin, il a manifesté d’emblée son intention de placer la problématique de la non-existence de cas en castillan, au cœur de sa grammaire. L’une des manières de démontrer que le castillan ne présente pas de système casuel, est d’évacuer, dans le traitement qu’il propose de l’article, des formes telles que el et la qui, à son époque, sont vus comme les « articles » par excellence, précisément en tant qu’ils sont les « signes » des cas. Ainsi, selon L’Anonyme de Louvain de 1555, « l’article, est une partie du discours qui s’unit au nom pour faire connaître la variation des cas ». Dans la même page, l’auteur décline ainsi l’article : nominatif : el, la, lo ; génitif : del, déla délo ; datif : al, ala, alo ; accusatif : al/el, la, lo ; ablatif : del, déla, délo »36.

  • 37 Cela est vrai parfois aussi de l’accusatif.
  • 38 A. JOLY, art. cit., p. 19.

40Dans cette même perspective, une des interprétations du « nominatif »37, par exemple chez Nebrija, mais aussi chez de nombreux autres grammairiens jusqu’au XVIIe siècle au moins, est d’être, dans les langues romanes telles que le français ou le castillan, représenté par l’article sans préposition (cas direct). Si l’article, à travers des formes telles que el ou la par exemple, est perçu comme apte à « représenter », seul, le nominatif, c’est-à-dire, un cas, il s’avérerait compliqué, pour Villalón, s’il faisait de même, de déclarer, que le castillan n’a ni déclinaisons ni cas. Il lui serait, en effet, immédiatement objecté que l’article est l’indice du cas, en tant qu’ « indicateur de morphologie nominale »38, vu que les articles el et la sont susceptibles de causer une « variation de la lettre finale » du nom.

41Un contre-argument aussi puissant à son postulat de la non-existence d’un système casuel en castillan ne pouvait laisser Villalón indifférent, d’autant que le nominatif est l’un des cas, pourrait-on dire, remarquable. Il est donc logique de penser que, dans sa volonté de forger une grammaire du castillan aussi « détachée » que possible du latin, Villalón n’avait d’autre choix que de faire l’impasse sur les articles el et la et de se concentrer sur les prépositions qui, elles, n’entraînent aucune variation de la lettre finale et ne peuvent être donc directement reliées aux cas. Considérant que le principal « signe » des cas est la « variation de la lettre finale », Villalón, soucieux de démontrer que le castillan ne comporte pas de cas, déplace donc son intérêt vers la préposition qui « répond » aux cas du latin, sans en être le signe, vu que son emploi n’entraîne pas de variation de la lettre finale du mot, à la différence des formes el et la qui peuvent en entraîner une.

42En ce sens, pour démontrer que la préposition est, à elle seule, l’article par excellence, Villalón choisit avec grand soin ses exemples, de façon à ne pas avoir besoin d’associer la préposition aux formes el et la. Ainsi retient-il uniquement des exemples mettant en jeu un nom propre, lequel, comme on sait, n’a pas besoin de « présentateur » pour « entrer » dans la proposition : a Pedro, de Pedro, o Pedro, etc. Il peut ainsi, sur le fondement de ces exemples, définir les prépositions a, para, de, o*, comme des « articles auxquels est accroché le nom » et qui « montrent la différence de cas en castillan », sans remettre en cause son argument en faveur de l’absence de variation de la lettre finale dans la langue castillane, comme preuve de la non-existence de cas.

43C’est ce qui, semble-t-il, conduit Villalón, dès les premières pages de sa grammaire, à n’envisager les articles que comme des « prépositions », ou plus largement, comme des « indéclinables » pour couper tout lien entre « articles » et « variation de la lettre finale ». Ainsi, à la différence de Nebrija et de d’autres grammairiens du XVIe, mais aussi du XVIIe siècle, Villalón fait le choix, dans sa grammaire, de ne pas associer l’article à la préposition.

44Ce faisant, en évacuant comme « articles » les formes qui, dans la tradition grammaticale naissante, sont considérées comme les seuls articles, à savoir pour le castillan, el, la, lo*, Villalón affiche sa volonté de ne pas reconnaître, dans la langue vulgaire, l’existence d’un système casuel. Il se refuse ainsi, à la différence de nombre de ses homologues contemporains ou postérieurs, à lire l’article tout seul ou l’association « préposition + article » comme les signes des « cas » directs et obliques. En effet, comme le souligne Antonio Manzanares Pascual :

  • 39 A. MANZANARES PASCUAL, art. cit., p. 237. Le texte espagnol est le suivant : « En resumidas cuentas (...)

Pour certains grammairiens, l’article est, soit l’article sans préposition (nominatif [cas direct], et éventuellement, accusatif), soit l’article précédé d’une préposition (cas obliques). Et cet article ainsi conçu dans sa fusion avec la préposition est ce qui indique le cas du nom en castillan de la même forme que les désinences latines39.

45Comme on l’a vu, faire de l’article (el, la) le « signe » des cas, c’est, dans le même temps, associer l’article aux variations morphologiques du nom (genre, nombre), et donc à cette « variation de la lettre finale » qui témoigne de l’existence des cas en castillan. Or, l’argument principal de Villalón, on l’a dit, est justement de faire de cette absence de « variation de la lettre finale », le signe de la non-existence de cas en espagnol. C’est pourquoi, en définissant la préposition en tant qu’article, il met en place une stratégie argumentative qui lui permet de traiter ensuite la question du nombre, et donc de la « variation de la lettre finale » liée à la morphologie du singulier et du pluriel, indépendamment de celle des cas, vu qu’il a déjà affirmé, par ailleurs qu’il n’y a pas de variation morphologique en castillan due aux cas :

Il faut noter que le nom a deux nombres : « singulier », qui parle d’un, comme hombre, et un nombre « pluriel », qui parle de plusieurs, comme hombres. On établit ici une règle infaillible et générale : qu’en castillan aucun nom ne fait varier sa lettre finale selon les cas, mais selon le singulier et le pluriel […]40.

En attribuant les cas directement à la préposition, Villalón évacue donc la question de l’article représentée dans une certaine tradition naissante par les formes el, la, lo* et tranche en faveur de la langue castillane comme langue dépourvue de système casuel. Toutefois, ne pouvant éviter dans le traitement du nom, et plus spécifiquement du nom commun, de parler des « présentateurs » du nom dans la proposition, Villalón fait le choix de le faire en recourant à ce qu’il désigne lui-même comme l’« article démonstratif » (esta) :

Mais si nous ajoutions à ces noms communs un article démonstratif, esta, nous ferions de ce nom, jusqu’alors commun par nature, un nom propre et singulier, du fait de cet article, comme si nous disions este hombre, esta tabla, este madero41.

Cette présentation a lieu tôt dans sa grammaire, vu que le nom est la « partie de la proposition » qu’il commence à définir ; elle est donc antérieure à toute définition des « articles », définition au cours de laquelle il se garde bien d’évoquer les « présentateurs » du nom, quels qu’ils soient, se contentant, on l’a vu, de choisir des exemples où n’interviennent que des noms propres.

  • 42 A. JOLY, art. cit., p. 17.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.

46On peut faire remarquer, par ailleurs, que Villalón, en reconnaissant le démonstratif esta comme un « article » qui modifie la manière de signifier du nom, établit très clairement un rapport entre ce que Joly appelle respectivement « la théorie de l’article » et la « théorie du nom »42. En considérant que l’article est ce qui fait du « nom, jusqu’alors commun par nature, un nom propre et singulier »43, Villalón, bien avant la grammaire de Correas (1625) et, bien avant la grammaire de Port-Royal d’Arnauld et Lancelot (1660), met en rapport le démonstratif avec la fonction nominale et montre la nécessité de « déterminer la signification du nom qui est vague et générale, au moyen […] des articles »44. Ce n’est, d’ailleurs, pas un hasard si Villalón fait le choix de s’appuyer sur ce qu’il dénomme peu ou prou « l’article démonstratif », car, comme on le sait, l’article el procède du démonstratif latin ille et est en étroite relation avec le démonstratif aquel que Villalón reconnaît aussi, bien sûr, comme article, à la fois en tant qu’adjectif et en tant que pronom.

47Pour rappel, Nebrija avait pris le soin de rappeler de manière détaillée dans sa grammaire de 1492 les liens qui, selon lui, unissent article (au sens où il l’entend) et pronom (personnel ou relatif), formulant, de ce fait, un commentaire méta-métalinguistique sur la manière différente que les grammairiens peuvent avoir de désigner différemment des « entités » qui, ayant un même signifiant, ne se distinguent que par leur mode de signifier :

  • 45 A. DE NEBRIJA, Gramática …, p. 106-107. Le texte espagnol est : « I ninguno se maraville que. el. l (...)

Et que personne ne s’étonne que el, la, lo, nous les considérions ici comme des articles, alors que dans le chapitre précédent, nous les avons traités comme des pronoms. La diversité des parties du discours réside uniquement dans la diversité de leur mode de signifier […]. Et ainsi cette particule (el, la, lo) sert à montrer quelque chose dont nous avons déjà parlé, comme lorsque nous disons Pedro lee et el [=él] ensennael el [=él] est pronom démonstratif ou relatif, mais quand nous ajoutons cette particule à un nom pour montrer de quel genre il est, il n’est plus un pronom mais une autre partie du discours très différente que nous appelons « article »45.

48Des grammairiens tels que Andrés Bello, Vicente Salvá, Rodolfo Lenz ne diront pas autre chose aux XIXe et XXe siècles. Ainsi Lenz définit-il l’article comme :

  • 46 Rodolfo LENZ, La oración y sus partes, Estudios de gramática general y castellana, Santiago de Ch (...)

[U]n pronom adjectif démonstratif affaibli qui sert à indiquer que le substantif qu’il accompagne est connu de celui qui parle et de son interlocuteur […]46.

Refusant de faire des formes telles que el et la les « signes » des cas, Villalón qui est convaincu que l’espagnol ne dispose pas de système casuel, choisit de définir la préposition comme « article ». Ce faisant, il prend ses distances avec ses homologues, tout en réussissant le tour de force d’établir un rapport entre « l’article démonstratif », la fonction nominale et la détermination. Là encore Villalón a été un précurseur.

Notes

1 André JOLY, « Le problème de l'article et sa solution dans les grammaires de l'époque classique », in : Histoire de la linguistique française, Langue française, 1980, 48, p. 16-27. Voir aussi Antonio MANZANARES PASCUAL, « El artículo y la historia de la gramática : la doctrina de la formación clásica », Philologica canariensia, 1, 1995, p. 223-252. 

2 A. JOLY, art. cit., p. 16, énonce cette affirmation pour l’époque classique : « [La problématique de l’article] ne s'inscrit dans aucune tradition solide, si bien que les grammairiens des langues modernes, et en particulier du français, sont obligés d'innover ou de s'appuyer sur une tradition toute récente, ce qui met nécessairement à l'épreuve leur capacité d'analyse ». Inutile de dire quelle acuité elle revêt pour les grammairiens de la Renaissance qui doivent, eux, fonder la tradition. De son côté, A. MANZANARES PASCUAL, art. cit., p. 236, écrit : « Le grammairien des langues vulgaires, comme on sait, quand il grammatise une de ces langues, a en quelque sorte un œil rivé sur elle et un autre, rivé sur la grammaire latine. Le latin n’est pas « une » langue, mais « la » langue, et les catégories que l’on observe dans la langue latine, doivent avoir, de quelque manière que ce soit, des équivalents dans les autres langues ». Le texte espagnol est : « El gramático de las lenguas vulgares, como es sabido, tiene, cuando hace la gramática de una de estas lenguas, un ojo puesto en ella y otro en la gramática latina, por así decirlo. El latín no es ‘una’ lengua, es «la» lengua, y las categorías observadas en ella, han de tener de una u otra forma su correspondencia en las demá »s.

3 A. JOLY, art. cit., p. 18.

4 A. MANZANARES PASCUAL, art. cit., p. 235. Le texte espagnol est le suivant : « Un examen atento de los textos (de los más antiguos especialmente) nos revela enseguida que, más que de género y número, los gramáticos hablan de caso en la relación del artículo con el nombre: no interesa tanto que el artículo indique el género y número del nombre como el hecho de que indique el caso ».

5 A. JOLY, art. cit., p. 17.

6 Ibid., p. 18.

7 A. MANZANARES PASCUAL, art. cit., p. 235. Le texte espagnol est le suivant : « […] hay que reconocer que, ausente el artículo de la gramática latina, no se sabe muy bien qué hacer con el artículo románico ».

8 Voir Irène ROSIER-CATACH, « La notion de parties du discours dans la grammaire spéculative », 3 t., Sémantiques médiévales : Cinq études sur la logique et la grammaire au Moyen Âge, 1981, 3 (1), p. 49-62, p. 49, n. 1 : Pierre Hélie est considéré comme un pré-modiste ayant écrit la Summa super Priscianum minorem.

9 Ibid., p. 49 : « Une discipline, au XIIIe  siècle, pour être une science et non simplement un art, doit remplir des conditions précises, tirées de l’enseignement d’Aristote : elle doit avoir des principes, une méthode, un sujet et un objet propre, être universelle. Ce sont ces conditions qui s’appliquent à la grammaire, qui devient alors spéculative, les ‘Modistes’ du nom de leurs traités De modis significandi qui enseignèrent à l’université de Paris à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle ».

10 Loc. cit.

11 Ibid., p. 49, n. 1 : On attribue à Robert Kiwadby, pré-modiste également, le Commentaire sur Priscien Mineur.

12 PSEUDO-ROBERT GROSSETESTE, [1306], « De interpretatione », La « vieille logique » des Communia. Version parisienne du Pseudo-Robert Grosseteste (= Pierre de Limoges, Pierre d’Auvergne ?), Claude LAFLEUR, Joanne CARRIER (éd. et trad.), Paris : Vrin / Québec : Presses Universitaires de Laval, 2019, § 377.

13 ANONYME, (dans cette section = Anonymus Magister Artium Parisiensis) : Accessus philosophorum septem artium liberalium – 5 manuscrits complets et 2 fragments, C LAFLEUR, et J. CARRIER (trad.), Les « guides de l’étudiant », § 429 et 433.

14 Selon le Larousse, ‘Catégorème’ se dit d’un terme qui a par lui-même une signification. Dans la scolastique, l'expression terme catégorématique est généralement réservée aux noms et aux verbes, qui peuvent constituer à eux seuls une phrase complète, les autres « parties du discours » étant nommées syncatégorématiques.

15 Selon le Larousse, le syntécatégorème est un terme privé de signification lorsqu’il est pris isolément et qui sert à déterminer d’autres termes ou propositions (ex : « quelque », « et », etc.).

16 Le terme « invariable » qui est une traduction possible de l’adjectif castillan indeclinables, prendra du temps à s’imposer et ne le fera véritablement qu’au XIXe siècle. Il faudra attendre le dernier tiers du XIXe siècle pour que la grammaire de l’Académie espagnole remplace l’expression declinables e indeclinables par variables e invariables.

17 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 83 : Le texte espagnol est : « […] nombre, pronombre, artículo, verbo, participio, gerundio, nombre participial infinito, preposición, adverbio, conjuncion […] ».

18 Pour notre choix de traduction de oraçion par « proposition », voir le chapitre consacré à « Villalón et le concept de ‘phrase’ ».

19 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 6 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est tiré de Gramática…, : « Y esto se hace comúnmente por cláusulas que el latín llama “oraciones”, y esta cláusula u oración se compone de “nombre”, “verbo” y “conjunciones” y “adverbios” y otras partes de que se compone la oración que el latín llama “indeclinables”, como de partes menos principales de la oración ».

20 Ibid., § 2 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est : « Para lo cual ante todas cosas conviene que sepamos que toda cláusula u oración es una composición de nombre y verbo y pronombre como de partes principales, y de otros muchos vocablos y dicciones como de partes menos principales, como adverbios, preposiciones, interjecciones y conjunciones que ya dijimos ».

21 Pour une approche de ces grammaires, voir José Jesús GÓMEZ ASENCIO, « Los anónimos de Lovaina del siglo XVI juntos y en contraste », Nicole DELBECQUE, et Christian de PAEPE (coord.), Estudios en honor del profesor Josse De Kock, Louvain : Leuven University Press, 1998, p. 855-869.

22 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 162 : « Los artículos del nombre son tres : el para los machos, como el ombre, el cielo; la para las hembras, como la muger, la tierra; lo para los neutros, como lo justo, lo fuerte ».

23 Ibid., p. 106 : « […] aquellos articulos que añadimos al nombre para demostrar de que genero es ».

24 Ibid., p. 98. Le texte espagnol est : « Masculino llamamos aquél con que se aiunta este artículo el, como el ombre, el libro. Feminino llamamos aquél con que se aiunta este artículo la, como la muger, la carta. Neutro llamamos aquél con que se aiunta este artículo lo, como lo justo, lo bueno ».

25 Ibid., p. 161 : « El primero caso se pone con sólo el artículo del nombre, como el ombre. El segundo se pone con esta preposición de et el mesmo artículo, como del ombre. El tercero se pone con esta preposición a et el mesmo artículo, como a el ombre. El cuarto se pone con esta preposición a o con sólo el artículo, como a el ombre o el ombre. El quinto se pone con este adverbio o sin artículo alguno, como ¡o ombre! ».

26 Ibid., p. 106 : « Todas las lenguas cuantas he oido tienen una parte dela oracion: la cual no siente no conoce la lengua latina. los griegos llaman la. arteon los que la bolvieron de griego en latin llamaron le articulo […] ».

27 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 2 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est tiré de Gramática… : « Pero si annadiessemos a estos nombres comunes un articulo demostrativo, esta, hariamos que aquel nombre que hasta agora de su cogeça es comun fuesse (por razon de aquel articulo) proprio y singular, como si dixessemos este hombre, esta tabla, este madero ».

28 Ibid., § 3 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est : « Y pues el vocablo castellano por ninguna mudança de sentençia, ni manera, ni proposito de hablar no haze variaçion de letra final, digo que la differençia de los casos se muestra en la lengua castellana por differençias de articulos a que va arrimado el nombre a la contina en su pronunçiaçion. Ansi como aconteçe que en el nominativo dezimos en castellano Pedro, y en el genitivo de Pedro, y en el dativo para Pedro, y en el acusativo a Pedro, y en el vocativo ¡o Pedro!, y en el ablativo dezimos esto quite a Pedro. De manera que vemos por esperiençia deste exemplo como en ningun caso por la mudança de la sentençia no se varia el nombre quanto a la letra final. Pero mudasse [17] el proposito y sentençia por la variaçion del articulo que a la contina lleva el nombre, o vocablo, junto a si, como de, para, a, o, por las quales letras y diçiones differençiamos la sinificaçion, o proposito en el hablar ».

29 Ibid., § 58 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est : « Los pronombres en el castellano son doze y son estos yo, tu, aquel, nosotros, vosotros, aquellos ; mio, tuyo, suyo, nuestro, vuestro y de aquellos. Todos estos vocablos o articulos se ponen en lugar de nombres proprios que se sennalan orc ada qual destas diçiones, articulos o vocablos como mas los quisieredes llamar ».

30 Ibid., § 19 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est : « Terçera regla es el nombre y pronombre desmostrativo quando se pusieren juntos en la mesma clausula castellana, deven convenir en genero y en numero, los quales pronombres son llamados por el latino, ‘articulos’ que determinan el genero ».

31 Nous reprenons ici la classification opérée par Villalón et selon laquelle o serait une préposition.

32 La pragmatique se saisira de ces petits mots et montrera leur utilité et leur rôle essentiel dans la langue. Voir María MARTÍN ZORRAQUINO, Los marcadores del discurso. Teoría y análisis, Barcelone : Arco Libros/ Arco Muralla, 2008.

33 A. JOLY, art. cit., p. 16.

34 Ibid., p. 18-19.

35 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 63 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est : « Quinto es de notar que en el castellano tan poco tiene el pronombre declinaçiones como el nombre porque ninguno se varia en la letra final por casos ».

36 Gramática de la Lengua Vulgar, op. cit., p. 7. Le texte espagnol est le suivant : « El artículo, es vna parte de la oración, que se aiuncta a los nombres, para conocer la variación de los casos. Ütily breve institución para aprender los principios y fundamentos de la lengua española. Nominativo: el, la, lo. Genitivo: del, déla délo. Dativo: al, ala, alo. Acusativo: al/el, la, lo. Ablativo: del, déla, délo ».

37 Cela est vrai parfois aussi de l’accusatif.

38 A. JOLY, art. cit., p. 19.

39 A. MANZANARES PASCUAL, art. cit., p. 237. Le texte espagnol est le suivant : « En resumidas cuentas, el artículo para estos gramáticos es : artículo sin preposición (nominativo, y eventualmente acusativo) o artículo precedido de preposición (casos oblicuos). Y este artículo así concebido en su fusión con la preposición (o con lo que hoy llamaríamos “preposición cero”) es lo que indica el caso del nombre en castellano de la misma forma que las desinencias lo hacían en latín ».

40 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 4 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol tiré de Gramática… est : « Es de notar que el nombre tiene dos numeros: “singular”, que habla de uno, como hombre, y numero “plurar” que habla de muchos, como hombres. Agora se pone una regla infalible y general: que en el castellano en ningun nombre ay variaçion de la letra final en los casos, sino solo entre el singular y plurar […] ».

41 § 2 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est : « Pero si annadiessemos a estos nombres comunes un articulo demostrativo, esta, hariamos que aquel nombre que hasta agora de su cogeça2 es comun fuesse (por razon de aquel articulo) proprio y singular, como si dixessemos este hombreesta tablaeste madero ».

42 A. JOLY, art. cit., p. 17.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 A. DE NEBRIJA, Gramática …, p. 106-107. Le texte espagnol est : « I ninguno se maraville que. el. la. lo. pusimos aqui por articulo: pues que lo pusimos enel capitulo passado por pronombre: por que la diversidad delas partes dela oracion no esta sino en la diversidad dela manera de significar. como diziendo es mi amo. amo es nombre. mas diziéndo amo a dios. amo es verbo. E assi esta partezilla el. la.lo. es para demostrar alguna cosa delas que arriba dix̃imos: como diziendo pedro lee. & el enseña. el es pronom bre demonstrativo o relativo. mas cuando añadimos esta partezilla a algun nombre para demostrar de que genero es ia no es pronombre sino otra parte mui diversa dela oracion que llamamos articulo ».

46 Rodolfo LENZ, La oración y sus partes, Estudios de gramática general y castellana, Santiago de Chile : Nascimiento, 1944, p. 272. Le texte espagnol est le suivant : « Es un pronombre adjetivo demostrativo debilitado, pues ha perdido su fuerza localizadora y sirve sólo para indicar que el sustantivo al cual acompaña es conocido del que habla y del que oye […] ». Voir aussi Andrés BELLO, [1847], Gramática de la lengua castellana, Buenos Aires : Losada, 1949, n. 5 : « Je n’ai dit nulle part que l’article et le pronom personnel étaient une seule et même chose. Si l’on m’impute le fait d’avoir soutenu l’idée que l’article était un pronom démonstratif, ou que certains pronoms qu’on appelle communément « personnels » étaient des « articles », on n’aurait rien dit d’autre que la vérité […] ». Le texte espagnol est le suivant : « Yo no he dicho en ninguna parte que el artículo y pronombre personal sean una misma cosa. Si se me imputase haber sostenido que el artículo era un pronombre demostrativo, o que cierto pronombre que se llama comúnmente personal era un artículo, se habría dicho la pura verdad […] ».

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search