Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Chapitre IV – Villalón et le concept de « phrase » : quelle approche de la syntaxe dans les grammaires du XVIe siècle ?

Texte intégral

  • 1 ANÓNIMO, Gramática de la Lengua Vulgar de España (Lovaina, Bartholomé Gravio, 1559), Rafael BALBÍN, (...)

1Tous les historiens de la grammaire convergent à reconnaître que la syntaxe qui concerne l’insertion et l’agencement des mots dans des unités supérieures (propositions, phrases, périodes) a reçu, au moins jusqu’au XVIIe siècle, une attention beaucoup moins soutenue que celle qui a pu être accordée à l’orthographe ou à la morphologie. On peut même faire le constat d’une absence totale de traitement indépendant de la syntaxe dans certaines grammaires de la Renaissance. C’est le cas, par exemple, de la grammaire de l’Anonyme de Louvain1 publiée en 1559 qui ne comporte pas de partie dédiée à la syntaxe. Quand il n’en va pas strictement ainsi, les quelques observations syntaxiques qu’on peut trouver dans les grammaires, se situent dans les chapitres consacrés aux parties du discours. Il n’est donc pas exagéré d’affirmer que la syntaxe a pu être considérée, au moins jusqu’au XVIIe siècle, comme un simple aspect de la morphologie.

2En France, les premières grammaires s’occupent exclusivement d’orthographe ou de phonétique et de morphologie. Il faut attendre la grammaire rédigée par Ramus en 1562 pour que la syntaxe apparaisse comme partie indépendante.

3En Espagne, l’intérêt pour la syntaxe semble plus marqué, dans la mesure où Antonio de Nebrija, dès1492, divise sa grammaire en quatre parties, parmi lesquelles une qu’il consacre à la syntaxe (orthographe, prosodie, morphologie et syntaxe). Encore faut-il savoir ce que l’on doit précisément entendre par « syntaxe » dans le contexte de la fin du XVe siècle, mais aussi dans celui du XVIe siècle, voire du XVIIe  siècle. Nous y reviendrons.

4La Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón, publiée en 1558 fait, elle aussi, partie des rares grammaires du XVIe siècle à consacrer un livre entier au traitement de la syntaxe, perçue comme partie spécifique de la grammaire. Si Villalón divise sa grammaire seulement en trois parties, ce n’est pas la syntaxe qu’il évince mais la prosodie (orthographe, morphologie, syntaxe), s’efforçant tout à la fois, comme on le verra, de mettre ses pas dans et hors de ceux de Nebrija.

5Les grammairiens de la Renaissance ont hérité du latin les termes syntaxis et constructio que l’on retrouve tous deux dans la grammaire de Priscien. Au départ, constructio est un mot relevant du domaine de la rhétorique qui renvoie à l’assemblage et à l’arrangement des mots. Il est utilisé par Priscien pour désigner la construction syntaxique, lequel emploie aussi le terme syntaxis dans un sens voisin. Ces précisions montrent bien que, dans les grammaires latines, la syntaxe ne concerne guère, comme c’est le cas dans la grammaire actuelle, l’unité intermédiaire entre le mot et le discours, c’est-à-dire ce que, de nos jours, l’on appelle communément « phrase », mais bien ce que l’on entend couramment par « parties du discours » (pars orationis). Il s’agit avant tout de voir comment s’assemblent entre elles ces parties, et ce, dans une perspective qui n’est pas nécessairement celle d’une unité supérieure aux mots ou aux groupes de mots. Les grammairiens de cette époque qui n’ont pas encore réussi à mettre en œuvre une théorie grammaticale (non logique) de la proposition, n’ont d’autre choix en réalité que d’envisager la syntaxe comme l’étude juxtaposée, c’est-à-dire non articulée entre elles, des « parties du discours » et des catégories grammaticales.

6Ainsi, dans le livre qu’il consacre à la syntaxe dans sa grammaire de 1492, Nebrija s’intéresse essentiellement aux vices du langage au niveau des mots, en distinguant, par exemple, la lexis qu’il définit comme « parfaite diction », du « barbarisme » qui renvoie au vice que comporte un mot.

  • 2 Olivier MILLET, « Entre grammaire et rhétorique : à propos de la perception de la phrase au XVIe  (...)

7Cette situation se perpétuera dans les premières grammaires des langues romanes, et même au-delà, au moins jusqu’au milieu du XVIIe siècle, où l’on verra apparaître peu à peu des désignations renvoyant à des catégorisations proches de celles du concept de « phrase », tel que nous le connaissons aujourd’hui2.

  • 3 O. MILLET, art.cit., p. 2 : « Le mot « phrase », attesté en français dès 1530, semble plus encor (...)

8Mais l’absence, au XVIe siècle, d’un terme désignant ce que l’on entend de nos jours par « phrase »3, signifiait-elle pour autant l’absence de ce concept ? Peut-on trouver chez un grammairien comme Villalón qui accorde une place importante à ce qu’est devenue en castillan l’oratio latine, une première formalisation de ce concept et une ou des proposition(s) de désignation gravitant autour de lui ?

  • 4 José Jesús GÓMEZ ASENCIO, « Marcos teóricos de la gramática española (siglos XV a XIX) », Carabela, (...)

9S’il nous est apparu pertinent d’analyser le concept de « phrase » dans la grammaire de Villalón, c’est précisément parce que sa grammaire présente quelque singularité à ce niveau. S’il est évident que Villalón reprend des éléments de la tradition grammaticale gréco-latine telle qu’elle fut réinterprétée par les grammairiens médiévaux4 – en ce sens, sa grammaire a nécessairement un intertexte commun avec les autres grammaires de son époque –, il est évident qu’il en propose un traitement différent et qu’il a l’intuition de l’importance du traitement de la syntaxe dans la mise en évidence de la singularité du castillan par rapport au latin. En effet, Villalón pressent, voire a la certitude que le castillan, en tant que langue dépourvue de système casuel, pose un redoutable problème de description au grammairien qui tente de « réduire en art » cette langue :

Pour ma part, je crois qu’une des raisons, voire la principale, qui a empêché les sages de réduire en art la langue castillane est la suivante : c’est que cette langue n’a pas de déclinaisons qui permettent de traiter par des règles l’ordre de la construction5.

10De fait, aborder la conception de la syntaxe chez Villalón au prisme du concept de « phrase » permet d’examiner, non seulement comment ce grammairien envisageait la réinterprétation dans la langue castillane de l’oratio latine, mais aussi comment il se situait par rapport à d’autres questions brûlantes telles que la déclinaison en castillan, la classification des verbes, la diathèse, la « congruence » (ou concordance). Ainsi, tout en s’inspirant d’une tradition bien établie, Villalón parvient à inscrire sa touche personnelle en prenant le parti de fonder sa syntaxe sur une unité qui renvoie peu ou prou, ainsi que nous le verrons, à celle que nous dénommerions vraisemblablement aujourd’hui « phrase » en français et oración en espagnol. Son unité de référence, à la différence de Nebrija, n’est donc pas la pars orationis, mais l’unité qui naît de la combinaison de celles-ci, à savoir la « proposition ».

11Villalón s’efforce, en effet, par des considérations de structure, de signification et de ponctuation, de distinguer deux types de structures phrastiques qu’il dit dériver du latin oratio et qu’il désigne au moyen de termes distincts clausula et oraçion, afin de bien marquer qu’il ne leur attribue pas la même organisation. Ce faisant, il annonce déjà, en matière de syntaxe, une réflexion plus novatrice, qui ne s’achèvera pas avant le siècle de la révolution industrielle, mais connaîtra néanmoins, au XVIIe siècle, quelques avancées décisives.

12Villalón met ainsi le traducteur contemporain au défi de traduire en français de manière non totalement anachronique les termes castillans qu’il emploie pour référer à l’oratio latine, l’obligeant alors à se frayer un chemin dans la métalangue balbutiante de ce qui, au final, sera désigné en français par le terme de « phrase ».

13Les questions qui traversent cette réflexion pourraient se formuler de la façon suivante : comment penser la syntaxe du castillan en dehors du système des cas du latin ? Comment traduire au mieux en français, c’est-à-dire en respectant les schémas de pensée propres au XVIe et au XVIIe siècle, les termes castillans clausula et oraçion ?

La structure de la proposition

14Un bref détour s’impose à travers ce que propose Nebrija, pionnier en la matière. C’est, en effet, lui qui propose une approche de la syntaxe du castillan dans sa grammaire de 1492.

Nebrija

  • 6 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 13 : « [a la sintaxis] pertenece ordenar entre si las palabras et par (...)
  • 7 Ibid., p. 128 : « Qué es de sintaxi et orden de las doze partes de la oración ».
  • 8 Loc. cit. : « De los preceptos naturales de la gramatica ».
  • 9 Ibid., p. 130 : « De la orden de las partes de la oración ».
  • 10 Ibid., p. 131 : « De la construcción de los verbos después de sí ».
  • 11 Ibid., p. 135 : « De la construcción de los nombres después de sí ».

15Pour Nebrija, « [L]a syntaxe a pour objet d’ordonner entre eux les mots et les parties du discours » 6. Le livre IV que ce pionnier consacre à la syntaxe reçoit l’intitulé suivant : « De la syntaxe et de l’ordre des dix parties du discours »7. Ce livre se décompose à son tour en sept chapitres dont trois concernent les barbarismes, solécismes, métaplasmes et toutes les autres figures de rhétorique. Les quatre autres traitent respectivement :
« Des préceptes naturels de la grammaire »8 (chapitre I)
« De l’ordre des parties du discours »9 (chapitre II)
« Du régime des verbes »10 (chapitre III)
Du « régime des noms »11 (chapitre IV)

16Dans le chapitre I, Nebrija aborde la question de la concordance sur laquelle je reviendrai :

  • 12 Ibid., p. 128 : « En el libro passado diximos apartadamente de cada una de las diez partes de la or (...)

Dans le livre précédent nous avons traité séparément de chacune des dix parties du discours. Maintenant, dans le présent livre, nous dirons comme ces dix parties doivent s’articuler et s’accorder entre elles, ce qui, ainsi que nous l’avons dit au commencement de cet ouvrage, a été appelé par les Grecs « syntaxis » ; quant à nous, nous pouvons dire ordre ou arrangement des parties12.

17Il établit donc trois niveaux de concordance et d’accord (concordia et concierto) qu’il tend à hiérarchiser entre eux : le premier niveau concerne la concordance entre le nom et l’adjectif, le deuxième niveau, la concordance entre le nom et le verbe, tandis que le troisième niveau s’intéresse à la concordance entre le pronom relatif et son antécédent :

  • 13 Ibid., p. 128-129 : « Assi que la primera concordia et concierto es entre un nombre con otro, et es (...)

De sorte que la première forme de concordance ou accord a lieu entre un nom et un autre, quand le nom qui signifie quelque accident -ce que les grammairiens appellent « adjectif »-, s’unit avec le nom qui signifie la substance, lequel est dit « substantif » […] ; la deuxième forme d’ accord a lieu entre le nom et le verbe, parce qu’ils doivent s’accorder en nombre et en personne […] ; La troisième forme d’accord concerne le relatif avec son antécédent, parce qu’ils doivent s’accorder en genre, nombre et personne […]13.

  • 14 Ibid., p. 132-133.

18Dans le chapitre II, Nebrija s’intéresse à la notion de dépendance entre les parties du discours en distinguant entre les parties « dignes » et les parties « indignes » et en insistant sur la nécessité de respecter « l’ordre naturel » d’apparition des termes dans la phrase. Dans le chapitre III, il présente une classification des verbes qu’il répartit en « verbes personnels » et « verbes impersonnels » ; au sein des verbes dits personnels, il identifie les verbes « transitifs » et les verbes « absolus », dont les constructions sont abordées à partir des cas du latin qui sont transposés dans la langue castillane14.

19Enfin, dans le chapitre IV, Nebrija s’intéresse aux rapports de dépendance qui peuvent s’instaurer au sein de ce que nous appellerions aujourd’hui le syntagme nominal : d’une part, entre le nom et l’adjectif et, d’autre part, entre l’antécédent et le relatif.

  • 15 María Luisa CALLERO VAQUERA, « Desarrollo de la sintaxis en la tradición gramatical hispánica », in (...)
  • 16 A de NEBRIJA, Gramática…, p. 138 : « Si en ayuntamiento de las partes de la oración, no hay vicio a (...)

20Dans le chapitre V où il aborde les notions de « barbarisme » et de « solécisme », Nebrija n’énonce pas les règles d’agencement des éléments dans la phrase, en dehors de ce qu’il a déjà dit des règles de concordance entre les parties du discours constitutives de la phrase, des règles de hiérarchisation et de dépendance au sein du syntagme nominal15. Il ne décline pas la structure de la proposition mais oriente fermement ses propos sur la caractérisation des fautes de syntaxe, en plus de celles relatives aux erreurs sur les mots eux-mêmes (barbarismes). On peut ainsi lire : « Si dans l’arrangement des parties du discours, il n’y a aucun vice, cela est dit « phrasis » qui veut dire ‘propos parfait’16. 

21On voit donc que Nebrija ne propose aucune analyse de la « phrase » en elle-même. Il se contente d’indiquer ce que sont les expressions bien formées en castillan, c’est-à-dire sans barbarisme, ni solécisme, mais ne cherche pas, sans doute faute de théorie grammaticale de la proposition, à expliquer comment les construire.

22Il n’évoque pas la structure de la proposition, se contentant d’examiner les rapports de dépendance et de concordance entre les constituants de la phrase. Il s’intéresse aussi aux modes de construction des verbes en restant très proche des modalités d’analyse propres au latin, puisqu’il recourt aux cas. L’analyse de la syntaxe se résume, dans sa perspective, à l’agencement des mots et des syntagmes entre eux, sans prise en compte de l’unité intermédiaire entre le mot et le discours, représentée par la « proposition » ou « phrase ».

23Il est intéressant, en revanche, pour bien comprendre la perspective d’analyse syntaxique de Nebrija, d’examiner le terme phrasis qu’il reprend au latin. Nebrija appelle « phrasis », un propos parfait. Suivant la définition de Quintilien (VIII, i, 1), par « phrasis » chez les Grecs, il faut entendre ce qui, en latin, est appelé « elocutio ». Nous voilà donc passés dans le champ de la rhétorique, vu que l’elocutio constitue la troisième partie de la rhétorique, celle dans laquelle se voient déclinée la liste des virtutes orationis, c’est-à-dire les qualités dont doit disposer tout discours pour être considéré comme parfait : la pureté ou la correction, la clarté ou la perspicacité, la propriété ou la bienséance. Nebrija, en envisageant la disposition des mots dans la langue du point de vue de la production d’un effet agréable, ne semble percevoir le problème de l’organisation syntaxique qu’en termes de jugement esthétique.

Villalón

24On peut noter de prime abord que la stratégie de Villalón est tout autre, vu que le plan de sa grammaire montre d’emblée qu’il n’envisage pas le traitement de la syntaxe selon la même visée que Nebrija. Ayant exclu la prosodie de sa grammaire, il conserve, on l’a dit, une division en trois parties – l’orthographe, la morphologie et la syntaxe – organisées néanmoins en quatre livres. Voilà ce qu’il en dit dans le chapitre intitulé « Division de l’œuvre » :

Notre art ou grammaire comportera quatre livres ou quatre parties principales. Notre intention première est d’enseigner un ordre et un art grâce auxquels on puisse parler congrûment dans notre langue castillane sans barbarisme ni incongruité. Et ceci se fait communément au moyen de clausules que le latin appelle « oratio »17 et cette clausule ou proposition se compose d’un nom, d’un verbe, de conjonctions, d’adverbes et d’autres parties qui constituent la proposition et que le latin appelle « indéclinables », parce que ce sont des parties moins importantes de la proposition18.

  • 19 Loc. cit. La texte espagnol est le suivant : « […] composición de las palabras, cláusulas y oracion (...)

Les deux premiers livres traitent du nom et du verbe ; le troisième de ce qu’en latin, on appelait « construction » (syntaxe) en lien avec l’élocution ; quant au quatrième, il est dédié à l’orthographe. Dans le troisième livre qui va nous intéresser plus particulièrement ici, Villalón entend étudier la « composition des mots et « propositions », ainsi que la manière dont ils doivent s’ordonner pour éviter les barbarismes dans le propos »19.

25Plusieurs remarques s’imposent : tout d’abord, Villalón semble désireux de marquer une distinction entre le domaine de la grammaire proprement dite qui traite de la syntaxe (constructio) et celui de la rhétorique qui traite de l’élocution (elocución). Ensuite, Villalón fait de l’oratio latine, devenue en castillan, sous sa plume, clausula et oraçion l’objet même du livre qu’il consacre à la syntaxe. Il indique ainsi clairement que les locuteurs d’une langue s’expriment à partir de « propositions » et non pas de mots. La « proposition » est donc vue par lui comme la structure élémentaire de la parole, ce qui renvoie à un des théorèmes essentiels de Platon, qui fera la fortune de l’histoire même de la proposition. C’est ce que nous en dit Sylvain Auroux dans son article « Brève histoire de la proposition » :

  • 20 Sylvain AUROUX, « Brève histoire de la proposition », in : Patrick SÉRIOT, Didier SAMAIN (éd.), Cah (...)

C’est à Platon, dans le Sophiste, qu’il revient d’avoir posé les premiers éléments de la notion de proposition : « Des noms tout seuls énoncés bout à bout ne font donc jamais un discours (logos) pas plus que des verbes énoncés sans l’accompagnement d’aucun nom (362a) ». On ne dira jamais assez l’importance de ce « théorème de Platon ». Il est essentiel pour la définition du langage humain. Il y a langage s’il y a logos, autrement dit phrase ou proposition : une liste de signes n’est pas du langage20.

  • 21 Frédérique ILDEFONSE, La naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris : Vrin, 1997, p. (...)

26La définition de la proposition que retient Villalón correspond à la structure prédicative de l’énoncé telle que l’ont définie Platon et Aristote, comme étant constituée d’un nom et d’un verbe. Identifiés comme les deux parties essentielles de l’énoncé dans toute la tradition gréco-latine, puis au Moyen- Age où le primat de ce binôme est conservé, le nom et le verbe demeurent les deux parties du discours à partir desquelles seront décrites ensuite les expansions, c’est-à-dire les constituants minimaux de l’énoncé. Ainsi, chez Aristote, le nom et le verbe deviennent « les constituants distincts et minimaux de la proposition simple qui est la première structure de complétude logique »21. Dans Le Cratyle, Socrate déclare que le logos est composé de noms et de verbes. Mais c’est dans le Sophiste que ceux-ci sont identifiés comme éléments minimaux, le logos devenant l’énoncé minimal pourvu d’un sens.

  • 22 Voir à ce propos Jean LALLOT, « Parties du discours et catégories grammaticales dans la Technè de D (...)

27Villalón, à l’instar de Nebrija et de nombreux autres grammairiens du XVIe siècle, semble très proche des positions de Denys de Thrace qui avait pris soin d’établir, dans sa grammaire, une distinction entre les parties de phrases qui sont fléchies : nom (onoma), verbe (rhema), participe (metokhe), pronom (antonymia), et celles qui ne le sont pas : préposition (prothesis), adverbe (epirrhema), conjonction (sundesmos)22.

  • 23 Jean-Claude CHEVALIER, Histoire de la syntaxe. Naissance de la notion de complément dans la grammai (...)

28C’est toutefois à Priscien qu’il revient d’avoir imprimé le couple nom-verbe dans toute la tradition grammaticale antérieure à Villalón, en évacuant la terminologie de la prédication retenue par les Stoïciens pour affirmer la prédominance ontologique et syntaxique du nom et du verbe parmi les autres parties du discours. Villalón, on l’a vu, leur consacre, chacun un livre entier. Alexandre de Villedieu qui rédigea la grammaire la plus diffusée dans tout l’Occident chrétien – le Doctrinale puerorum – fut aussi sans doute un vecteur essentiel de la reconnaissance de la description de la proposition comme opposition fondamentale entre un nom et un verbe. L’essentiel de la syntaxe va désormais reposer sur les rapports du nom et du verbe qui en sont les pivots. Comme le rappelle Jean-Claude Chevalier23, ce sont le nom et le verbe qui, par la richesse de leurs accidents permettent de déterminer et de fonder des unités supérieures de discours.

  • 24 Valérie RABY, La proposition dans la Grammaire générale française (1660-1803), 2000, p. 45. Thèse d (...)

29Ainsi, par la définition qu’il propose de la structure héritée de l’oratio latine, Villalón se rattache à toute une tradition grammaticale qui, dès la fin de l’Antiquité gréco-latine, « a transformé le couple substance/accident en opposition nom/verbe24 ». Cette structure de base reconnue à la proposition justifie pleinement l’intérêt qui sera progressivement porté par les grammairiens aux questions de construction.

  • 25 Voir M. L. CALLERO VAQUERA, art. cit.

30S’il est donc clair que, pour Villalón, la « proposition » est l’unité de base de la syntaxe, il semble néanmoins naviguer entre deux termes qui y renvoient en castillan cláusula et oración, termes qu’il tend à présenter dans un premier temps comme équivalents, étant donné qu’à travers le choix de la conjonction u pour les relier (clausula u oraçion), il sous-entend qu’ils sont interchangeables. À cet égard, dans la brève introduction qui précède leur définition, Villalón manifeste que la désignation clausula serait une innovation lexicale castillane, tandis que celle de oraçion renverrait plus directement à la traduction littérale en castillan d’un mot latin (clausula que llama el latin « oratio »). Il paraît réduire la distinction entre les deux termes à une pure question d’étymon, postulant ainsi leur équivalence sémantique. Il donne, en effet, de la clausula25 qu’il assimile à la oraçion, une définition qui correspond à celle de la « proposition », comme si les deux termes désignaient une seule et même « entité » :

Il convient avant toute chose de savoir que toute clausule ou proposition est composée d’un nom, d’un verbe et d’un pronom, comme parties principales et de nombreux autres vocables et dictions, comme parties de moindre importance, tels les adverbes, prépositions, interjections et conjonctions, dont nous avons déjà parlé26.

  • 27 C’est le terme de « clause » qui est employé par Louis Meigret dans sa grammaire. L. MEIGRET, op. c (...)

Comme on le voit, dans l’extrait cité, nous avons choisi de traduire en français clausula par « clausule » et oraçion par « proposition », conformément à la manière dont les grammairiens français du XVIe siècle désignaient des structures de type comparable. Si le choix du terme de « proposition » pour traduire oratio ne pose guère problème, dans la mesure où, quoique relevant du domaine de la logique, ce terme est bien enraciné dans la tradition logico-grammaticale occidentale, celui de « clausule » ou de « clause » qui, depuis, a disparu de la terminologie grammaticale du français, mérite quelque explication. Or, ainsi que nous l’explique Olivier Millet, au XVIe siècle, le terme « clausule », tout comme celui de « clause »27 semble le plus adéquat pour traduire le mot castillan « clausula » :

  • 28 O. MILLET, art.cit., p. 7.

Ces deux termes [de « clause » et de « clausule »] sont même les plus fréquents au xvie siècle pour désigner l'équivalent grammatical ou rhétorique de la phrase- nous insistons sur ce point - et semblent avoir ensuite reculé, voire disparu au xvne siècle dans cet emploi, au bénéfice de termes d'origine également savante (« période »), mais aussi plus flous dans leur emploi (« phrase », etc.)28.

Millet avait pris soin de préciser auparavant :

  • 29 Loc. cit.

Quant à l'emploi de « clause » et de « clausule » pour désigner la réalité intermédiaire entre le mot et le discours, il s'agit à l'origine d'une notion latine classique (clausula), passée en français à travers ces deux termes et attestée par une solide tradition scolastique et vernaculaire29.

Ainsi Louis Meigret définit-il, dans son traité de grammaire de 1550, la clause (équivalent de « clausule ») comme suit :

  • 30 L. MEIGRET, op. cit., p. 139.

J'appelle une clause ou plusieurs ensemble membres d'un propos quand, à part soi, elle a quelque sentence en soi parfaite, quoiqu'elle semble être prémisse de quelque autre : comme tous animaux ont une âme sensitive est une clause qui a sentence parfaite en soi […]30.

31Le choix de deux termes distincts en français pour la traduction des deux termes castillans s’imposait d’autant plus que Villalón n’attribue pas exactement la même signification aux deux termes castillans qu’il emploie, quoiqu’il en donne l’impression, on l’a vu, dans un premier temps. Il faut, en effet, attendre le quatrième livre de sa grammaire, pour accéder à la distinction que propose Villalón des termes clausula et oraçion, montrant par là qu’il ne les assimile pas l’une à l’autre, la proposition étant toujours l’unité élémentaire de la « parole » et la clausule, une forme d’unité supérieure pouvant combiner plusieurs propositions :

Pour cela, il faut noter qu’il y a une différence entre clausule et proposition. Une proposition parfaite se compose, au moins pour sa part principale, d’une personne qui fait quelque action, d’un verbe, et d’une personne au moyen de laquelle est exprimée l’action que le verbe subit ou fait. Comme dans cette proposition : yo amo a Dios. Elle est parfaite parce que je suis la personne qui fait cette action d’aimer, qui est l’action du verbe amo. Et Dieu est la personne au moyen de laquelle est exprimé que s’accomplit cette action d’aimer et dont il est dit communément qu’elle est la personne qui subit. Et je dis qu’une clausule est parfois une propositionseule et parfois un groupement de plusieurs propositions, lesquelles toutes ensemble expriment et manifestent parfaitement la conception qu’adopte dans son propos, celui qui parle31.

  • 32 Loc. cit.
  • 33 Juan LOPE BLANCH, « Dos principios gramaticales de Villalón », Studia Linguistica in Honorem Eugeni (...)

32Les choses s’éclaircissent alors et l’on comprend que la variation introduite par Villalón dans le choix de la conjonction reliant les deux termes, à savoir, soit « et », soit « ou », (clausula u/et oraçion), dans les livres précédents, répond moins à un besoin d’expression de leur équivalence qu’à la possibilité que les deux termes puissent se confondre quand on a une seule structure « nom + verbe + autres éléments » répondant à un sens complet. En effet, dans ce cas, cette structure peut être appréhendée, soit comme « proposition », soit comme « clausule », vu que la clausule, nous dit Villalón, « est parfois une propositionseule »32. En revanche, quand la structure est composée de plusieurs propositions, elle ne peut être qu’une « clausule ». En ce sens, il est important de faire remarquer que la distinction établie par Villalón entre oración (= structure nom +verbe en relation prédicative ; unité formelle de la langue) et cláusula (= phrase ou ensemble de phrases dotés d’un sens complet ; unité du discours sans forme définie) est celle que soutiendra toute la tradition grammaticale du Siècle d’Or33. María Luisa Callero Vaquera signale qu’au XVIIe siècle, le terme período (période) sera introduit, comme variante de celui de cláusula (clausule) :

  • 34 M. L. CALLERO VAQUERA, art. cit., p. 101. Le texte espagnol est : « Un nuevo término para apelar a (...)

Un nouveau terme pour désigner l’une des unités syntaxiques est celui de « période ». Au début de la tradition grammaticale (Jiménez Patón, 1614 : 76; Correas, 1625 : 135-6; Villar, 1651 : 155), ce terme est utilisé comme une variante de « clausule », pour référer à l’expression ayant un sens complet34.

33Villalón sera sans doute aussi le premier grammairien du castillan à associer une définition structurelle à une définition sémantique de la proposition, comme expression d’une unité linguistique dotée d’un sens complet (sententiam perfectam), telle que l’a définie Priscien, suivant en cela Denys de Thrace :

À ce propos, il faut noter que telle clausule est parfaite quand, à l’ouïe, elle satisfait l’esprit de celui qui l'entend parce qu’il ne lui reste rien à prononcer qui manquerait à son entendement, comme lorsque nous disons yo amo a Dios, yo como el pan ou autres clausules semblables ; mais il y a d'autres clausules qui sont imparfaites parce que, à l’ouïe, elles ne satisfont ni ne comblent l'entendement de celui qui les entend, comme lorsque nous disons yo mannana, yo prometo, clausules qui ne satisfont pas l'entendement35.

De Nebrija à Villalón

34Pour en revenir à la comparaison entre Nebrija et Villalón, on peut remarquer que ce qui n’était qu’une sorte de conclusion chez Nebrija, à savoir, la possibilité de commettre des solécismes en formant des phrases incorrectes, devient chez Villalón l’objet d’un livre entier, mais dans la perspective inverse qui est celle de donner les règles de bonne composition de la phrase, au lieu de se limiter au signalement de la possibilité de solécismes (« […] toute la difficulté de la langue castillane est de savoir bien ordonner une clausule […] »36). Tout se passe donc comme si, pour Villalón, le fait de connaître les règles d’agencement et de concordance des différentes parties de la « phrase » 37ne suffisait pas à conférer une maîtrise des règles d’agencement de la « phrase ». En effet, tandis que Nebrija évoque séparément les rapports de concordance et de dépendance existant entre les parties du discours constitutives de la phrase, sans jamais les relier véritablement à l’unité phrastique elle-même, Villalón prend comme socle de son analyse syntaxique, cette unité qu’il dénomme en castillan clausula (ou oraçion), unité que Nebrija ne considère jamais en elle-même ni ne cherche à définir :

  • 38 Loc. cit. Le texte espagnol est tiré de : loc. cit. : « Agora digo que la cláusula castellana se p (...)

Je dis maintenant que la clausule castillane peut être considérée de deux manières : soit en prenant chacun de ses mots isolément, soit en envisageant la composition d’ensemble que ces mots forment les uns avec les autres […]38.

35De fait Villalón prend pour constat de départ – la nécessité de former de bonnes phrases – ce qui, chez Nebrija, n’était qu’un point d’arrivée – la possibilité de former de mauvaises phrases. En reconnaissant d’emblée que ce qu’il nomme cláusula ou oración peut être sujet à des agencements maladroits et erronés, Villalón inverse la perspective privilégiée par Nebrija en considérant que la « proposition » mérite une analyse spécifique, indépendamment de celle qu’il a consacrée à ses diverses « parties » dans les deux livres précédents. Étant donné que chez Nebrija ne sont précisées ni les limites de la proposition ni sa forme grammaticale, c’est Villalón qui est généralement considéré comme le premier grammairien à avoir tenté de donner en espagnol une définition de la phrase espagnole.

36Cet intérêt pour la phrase explique sans doute le choix de Villalón de traiter les « parties » de la phrase dans deux livres distincts (Livres I et II) et de réserver le traitement de la syntaxe à un autre livre – le livre III ­ dont l’objet est alors proprement la cláusula ou oración.

37En effet, les catégories du nom et du verbe sont abordées par Villalón dans les livres qu’il consacre à la morphologie. Toutefois, on peut remarquer que, même dans les chapitres dédiés à la morphologie, il n’a de cesse de faire le lien entre morphologie et syntaxe, par l’intermédiaire précisément de cette unité phrastique qui semble constituer le véritable fil directeur de son exposé grammatical. Ainsi, dans le premier chapitre consacré au nom au livre I, on peut lire :

Concernant le castillan, je considère qu’il y a trois parties principales et que ce sont elles qui constituent et composent la proposition : nom, verbe et articles ; pour ma part, je dénomme « article » tous les vocables et dictions que le latin appelle « indéclinables »39.

38Dans le livre II consacré au verbe, Villalón propose certes sa définition du verbe, des trois temps verbaux, de la conjugaison, de la classification des différents types de verbes, mais ne manque pas d’établir le lien avec la « phrase » :

Et si quelqu’un dit que les clausules castillanes yo soy amado, yo soy herido, yo soy açotado expriment la passion, je lui réponds que c’est bien vrai, que la clausule toute entière exprime la passion40.

  • 41 Villalón exprime les relations du tout à la partie de manière assez opaque. Pour avoir un élément d (...)

39Il y a donc chez Villalón un souci constant de l’énoncé phrastique qui oriente l’ensemble de son argumentation grammaticale et le conduit à rechercher, par-delà les composantes de la phrase, ce qui en définit la structure et le sémantisme, préoccupation que l’on ne retrouve pas chez Nebrija qui, on l’a vu, indique juste que la phrasis [qui n’est pas du tout la « phrase »] est « le propos parfait ». Nebrija se comporte ici plus en bon rhéteur qu’en grammairien. Villalón remporte ici la palme du grammairien-syntacticien. Il n’empêche qu’il a aussi consacré une partie de sa grammaire à l’analyse des figures de style, et notamment à la métaphore, la métonymie41 et la synecdoque.

Notes

1 ANÓNIMO, Gramática de la Lengua Vulgar de España (Lovaina, Bartholomé Gravio, 1559), Rafael BALBÍN, Antonio ROLDÁN PÉREZ (ed. facsímilar), Madrid : CSIC, Clásicos Hispánicos, 1977.

2 Olivier MILLET, « Entre grammaire et rhétorique : à propos de la perception de la phrase au XVIe siècle », L'Information Grammaticale, 75, 1997, p. 3-9.

3 O. MILLET, art.cit., p. 2 : « Le mot « phrase », attesté en français dès 1530, semble plus encore au XVIe siècle que par la suite étroitement spécialisé dans son acception rhétorique ; décalquant le latin phrasis, lui-même d'origine grecque, il est un équivalent d'elocutio, « manière de s'exprimer », qu'il s'agisse de désigner un mot, un groupe de mots, ou plus largement le style. Les exemples du Dictionnaire de Huguet illustrent les acceptions de « parole », « forme de langage », « expression » ou « locution » (acception la mieux représentée) ».

4 José Jesús GÓMEZ ASENCIO, « Marcos teóricos de la gramática española (siglos XV a XIX) », Carabela, 1998, 43, p. 147-154, p. 147 : « Personne, à aucune époque ne peut concevoir et rédiger une grammaire en marge de la théorie grammaticale de son temps ; toutes les grammaire de ce siècle s’élaborent à partir du capital théorique préexistant […] Ainsi, la Grammaire castillane de Nebrija devient une référence pour tous les traités postérieurs, qu’ils soient à destination des natifs ou réalisés pour des étrangers » qui n’est ni plus ni moins, selon les termes de Martínez Gavilán « celui qui plonge ses racines dans la tradition gréco-latine est revitalisé par les grammairiens latins de la Renaissance. Le texte espagnol est le suivant : « [N]adie en ninguna fecha puede concebir y escribir una gramática al margen de la teoría gramatical de su tiempo ; todas las gramáticas de este siglo se elaboran a partir del caudal teórico preexistente […] De este modo, la Gramática castellana de Nebrija se convierte en un referente para todos los tratados posteriores, sean hechos para nativos como realizados para extranjeros », M.ª Dolores MARTÍNEZ GAVILÁN, Las ideas lingüísticas en Espña en el siglo |VII: los tratados gramaticales, León: Universidad de León [Tesis Doctoral inédit] 2002, p. 344.

5 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 19 Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. Le texte espagnol est tiré de Gramática… : « Y creo yo, que una de las cosas, y aun la mas principal, que ha apartado los hombres sabios de reduçir esta lengua castellana al arte, es esta: no tener la lengua declinaçion para tratar por reglas el orden de la construçion ».

6 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 13 : « [a la sintaxis] pertenece ordenar entre si las palabras et partes de la oración […] ».

7 Ibid., p. 128 : « Qué es de sintaxi et orden de las doze partes de la oración ».

8 Loc. cit. : « De los preceptos naturales de la gramatica ».

9 Ibid., p. 130 : « De la orden de las partes de la oración ».

10 Ibid., p. 131 : « De la construcción de los verbos después de sí ».

11 Ibid., p. 135 : « De la construcción de los nombres después de sí ».

12 Ibid., p. 128 : « En el libro passado diximos apartadamente de cada una de las diez partes de la oración. Agora, en este libro cuarto, diremos cómo estas diez partes se an de aiuntar et concertar entre sí, la cual consideración, como diximos en el comienço de aquesta obra, los griegos llamaron syntaxis; nosotros podemos dezir orden o aiuntamiento de partes ».

13 Ibid., p. 128-129 : « Assi que la primera concordia et concierto es entre un nombre con otro, et es cuando el nombre que significa algún accidente, que los gramaticos llaman adjectivo, se aiunta con el nombre que significa substancia, que llaman substantivo […] ; La segunda concordia es del nominativo con el verbo, por que an de concertar en número et en persona […]. La tercera concordia es del relativo con el antecedente, por que an de concertar en género, número et persona […].

14 Ibid., p. 132-133.

15 María Luisa CALLERO VAQUERA, « Desarrollo de la sintaxis en la tradición gramatical hispánica », in : Josefa DORTA et alii (éd.), Historiografía de la lingüística en el ámbito hispánico. Fundamentos epistemológicos y metodológicos, Madrid : Arco/Libros, 2007, p. 89-118, p. 95 : « […] mais, en règle générale, l'approche prédominante dans une grande partie de la tradition syntaxique hispanique était fondée sur le mot (dans sa combinaison avec d'autres mots) : elle partait de celui-ci, et non de la phrase en tant qu'unité analysable, procédant du simple au complexe ». Le texte espagnol est le suivant : « […] pero, como norma general, el enfoque predominante en buena parte de la tradición sintáctica hispánica tuvo como referente la palabra (en su combinación con otras palabras): de ella partía, y no de la oración como unidad analizable, procediendo de lo simple a lo complejo ».

16 A de NEBRIJA, Gramática…, p. 138 : « Si en ayuntamiento de las partes de la oración, no hay vicio alguno, llámase « phrasis », que quiere dezir ‘perfecto habla’ ».

17 Villalón, bien qu’il l’annonce, ne recourt presque jamais aux termes latins et propose un équivalent espagnol ; en effet, le texte castillan dit : « una clausula que llama el latino ‘oraçion’ », là où on s’attendrait à lire « oratio ». Pour respecter la distinction que Villalón établit entre clausula et oraçion (voir note 10) et suppléer l’absence d’un équivalent adéquat, le choix a été fait d’introduire le mot latin oratio et de ne pas traduire ici oraçion par « proposition », vu que, d’après la structure de l’énoncé, cela pourrait tout aussi bien renvoyer à clausula

18 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 6 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol, tiré de Gramática… est le suivant : « Quatro libros o quatro partes principales torna esta nuestra arte o gramática. En la primera por quanto es nuestra intención enseñar un orden y arte por donde se pueda saber hablar congruamente en esta nuestra lengua castellana sin barbarismo ni incongruidad. Y esto se hace comúnmente por cláusulas que el latín llama ‘oraciones’, y esta cláusula u oración se compone de nombre, verbo yconjunciones y adverbios y otras partes de que se compone la oración que el latín llaman ‘indeclinables’ como de partes menos principales de la oración ».

19 Loc. cit. La texte espagnol est le suivant : « […] composición de las palabras, cláusulas y oraciones, como se han de ordenar y componer para evitar barbarismos en el hablar ».

20 Sylvain AUROUX, « Brève histoire de la proposition », in : Patrick SÉRIOT, Didier SAMAIN (éd.), Cahiers de l’ILSL, 25, 2008, p. 15-34, p. 16.

21 Frédérique ILDEFONSE, La naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris : Vrin, 1997, p. 100.

22 Voir à ce propos Jean LALLOT, « Parties du discours et catégories grammaticales dans la Technè de Denys le Thrace », in : Histoire des idées linguistiques. La naissance des métalangages en Orient et en Occident, 1, Liège : Mardaga, 1989, 1, p. 586-587.

23 Jean-Claude CHEVALIER, Histoire de la syntaxe. Naissance de la notion de complément dans la grammaire française (1530-1750), Genève : Droz, 1968, p. 49.

24 Valérie RABY, La proposition dans la Grammaire générale française (1660-1803), 2000, p. 45. Thèse de doctorat, Paris 7, non publiée.

25 Voir M. L. CALLERO VAQUERA, art. cit.

26 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 2 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est tiré de Gramática… : « Para lo qual ante todas cosas conviene que sepamos que toda clausula o oraçion es una composiçion de nombre y verbo y pronombre como de partes principales, y de otros muchos vocablos y diciones como de partes menos principales, como de adverbios, preposiçiones, interjeçiones y conjunçiones que ya diximos ».

27 C’est le terme de « clause » qui est employé par Louis Meigret dans sa grammaire. L. MEIGRET, op. cit., p. 139.

28 O. MILLET, art.cit., p. 7.

29 Loc. cit.

30 L. MEIGRET, op. cit., p. 139.

31 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 39 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. Le texte espagnol est tiré de Gramática…, [85] : « Para lo cual debe notar que hay diferencia entre cláusula y oración. Que oración a lo menos perfecta se compone por la mayor parte de persona que hace alguna obra, y de verbo, y de persona en quien se denota pasar o hacer aquella obra del verbo. Como esta oración : yo amo a Dios. Es perfecta porque yo soy la persona que hace esta obra de amar, que es la obra del verbo amo. Y Dios es la persona en quien se denota pasar esta obra de amor, que dicen comúnmente que es la persona que padece. Y digo que ‘cláusula’ es a las veces una oración sola y otras veces es un ayuntamiento de muchas oraciones, las cuales todas juntas expresan y manifiestan cumplidamente el concebimiento del hombre en el propósito que tiene tomado para hablar ».

32 Loc. cit.

33 Juan LOPE BLANCH, « Dos principios gramaticales de Villalón », Studia Linguistica in Honorem Eugenio Coseriu, Logos Semantikos, Madrid : Gredos-Walter de Gruyter, 1981, 1, p. 323- 328.

34 M. L. CALLERO VAQUERA, art. cit., p. 101. Le texte espagnol est : « Un nuevo término para apelar a una de las unidades sintácticas es el de período. En los inicios de nuestra tradición gramatical (Jiménez Patón, 1614: 76; Correas, 1625: 135-6; Villar, 1651: 155) aparece utilizado como voz alternativa de cláusula, para referirse a la expresión de sentido completo ».

35 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 16 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est tiré de Gramática… : « […] para lo cual es de notar que en tal cláusula, o es perfecta, que en su sonido satisface el ánimo del que la oye, porque no le queda cosa alguna por pronunciar que le deje falto el entendimiento, como decimos yo amo a Dios, yo como el pan , y las semejantes. Y otras cláusulas hay que son imperfectas, porque oídas no satisfacen, ni hartan el entendimiento del que las oye, como decimos yo mañana, yo prometo de las cuales no queda satisfecho el entendimiento ».

36 Ibid., § 1 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est : « […] toda la dificultad de la lengua castellana está en saber bien ordenar una cláusula […] ».

37 Nous employons le mot « phrase » entre guillemets pour montrer que nous établissons par ce terme une correspondance entre deux « entités » convergentes au plan conceptuel, et ce, indépendamment des désignations distinctes qu’elles ont pu recevoir entre le XVIe siècle et maintenant.

38 Loc. cit. Le texte espagnol est tiré de : loc. cit. : « Agora digo que la cláusula castellana se puede considerar de dos maneras : o en cada una de las palabras en especial o en la composición junta de unas con otras en sí ».

39 Ibid., § 1 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est : « Acerca del castellano tres partes principales hallo que son las que constituyen y componen la oración : nombre y verbo y artículos que yo llamo a todas aquellas dicciones y vocablos que el latín llaman ‘indeclinables’ ».

40 Ibid., § 15 du Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. Le texte espagnol est : « Y si alguno dixere que estas cláusulas castellanas yo soy herido, yo soy azotado significan pasión, respondo que así es verdad que toda la cláusula entera significa pasión ».

41 Villalón exprime les relations du tout à la partie de manière assez opaque. Pour avoir un élément de comparaison sur la conception de cette relation, voir María Belén VILLAR DÍAZ, Una nueva perspectiva en el análisis de la meronimia. El criterio lexicográfico, Salamanca : Ediciones de la Universidad de Salamanca (Colección Vitor 149 [CD-ROM]), 2004.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search