Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Chapitre III – Usage(s) et norme(s) dans les grammaires des langues vulgaires au XVIe siècle et dans la grammaire de Villalón

Texte intégral

1La grammaticalisation d’une langue n’est jamais chose simple, et a fortiori quand cette langue reste dans la dépendance d’une langue prestigieuse comme ce fut le cas des langues romanes à l’égard du latin. On sait que vers la fin du XVe siècle, l’intérêt porté aux langues dites vulgaires s’accroît dans la mesure où il s’avère de plus en plus difficile d’enseigner le latin sans recourir aux langues vernaculaires parlées au quotidien par les apprenants. À cet égard, la parution en 1492 de la première grammaire en langue vulgaire – la Gramática de la lengua castellana d’Antonio de Nebrija – marque bien un virage, une rupture. Jusque-là, en effet, il était communément admis que le castillan -pas plus que les autres langues vulgaires- ne pouvait être « réduit en art ». Toutefois, cette grammaticalisation, il faut le reconnaître, s’effectue encore dans le giron du latin. Cette idée que les langues vulgaires ne peuvent être normalisées, déborde largement le début et le milieu du XVIe siècle. Progressivement, cependant, et surtout dès le second tiers de ce siècle, elle apparaît comme une posture traditionnaliste qui ne résiste guère à la forte impulsion de « réduction en art » des langues vulgaires qui caractérise l’époque de la Renaissance.

2De nombreuses grammaires du français, du castillan, de l’italien et du portugais sont donc publiées dans le courant du XVIe siècle, sans doute avec des finalités diverses. En effet, tandis que certains manuels grammaticaux, plus succincts, ont pour visée de faciliter la communication entre marchands et voyageurs et se présentent davantage comme des ouvrages pratiques de langue pour étrangers, d’autres semblent plus tournés vers la description de la langue : c’est le cas, par exemple, de la grammaire du français de Meigret, publiée en 1550. Enfin, d’autres manuels encore, à l’instar de celui rédigé par Cristóbal de Villalón en 1558, affichent une ambition plus prescriptive, semblant alors inscrire leurs pas dans ceux initialement tracés par Antonio de Nebrija.

3Nous nous intéresserons plus spécifiquement ici aux grammaires de type « descriptif-prescriptif », puisqu’il s’agit pour nous d’interroger la manière dont les grammairiens s’essaient à « dire la norme », ce qui bien entendu supposent qu’ils parviennent également à formuler la règle. Au-delà donc de l’opération de description, prend place une démarche de codification. Cette distinction entre « règle » et « norme », quoiqu’elle ne soit pas toujours aisée à expliciter, n’en reste pas moins très rentable au plan heuristique, et ce, surtout face à l’acte singulier, que constitue l’écriture des premières grammaires des langues vernaculaires.

4Il est coutume, en effet, dans le champ des études linguistiques, de considérer que la notion de norme au sens moderne où nous l’entendons, ne surgit véritablement qu’au tournant du XIXe siècle. C’est donc la notion de règle qui semblerait avoir accompagné le parcours historique de la grammaire, en l’absence explicite de celle de norme.

5Les choses sont-elles pour autant si tranchées ? En effet, même si le terme de « norme », avec son acception moderne, ne saurait être explicitement revendiqué, ce qui se joue dans la rédaction de ces premières grammaires, ne relève-t-il pas plutôt d’une démarche prescriptive ? Peut-on tenir que la volonté affichée de Villalón de produire une grammaire qu’il présente lui-même comme « art ou grammaire de savoir parler et écrire dans la langue castillane1 » ne témoigne pas d’une volonté d’édicter des règles renvoyant à des usages valorisés, c’est-à-dire normés ? Autrement dit, il s’agira de tenter de cerner les liens complexes qui s’établissent entre la régularité décrite qui renvoie à ce que nous appellerons provisoirement « l’usage commun » et la règle prescrite qui n’est pas sans relation avec ce qui a été désigné précédemment comme « usage valorisé » sous-tendu par un système de valeurs historiquement situé.

6Quelles sont les sources de l’autorité grammaticale ? Jusqu’à quel point se manifeste-t-il un conflit de normes et comment l’examen des modes du « dire la règle » met-il en évidence une parole prescriptive, voire injonctive, interprétable, en réalité, comme un « dire la norme » ?

Réduire la langue en art ou la transposer dans un ensemble de règles

Dire la règle ou la norme ?

7La ligne de partage entre « dire la règle » et « dire la norme » n’est guère aisée à délimiter. Si on ne peut que souscrire à l’affirmation de Rowe (1974) selon laquelle l’objectif principal des premiers grammairiens européens, en rédigeant leurs traités, ait été de « normaliser » et de « standardiser » le dialecte dominant, il n’en demeure pas moins que leur intentionnalité grammaticale n’est guère facile à cerner. Quelle frontière établir entre « normaliser » et « normer » ?

  • 2 José María POZUELO YVANCOS, « Norma, uso y autoridad en la teoría lingüística del siglo XVI », in :(...)

8On ne peut que partager l’avis de J. M.  Pozuelo lorsqu’il écrit : « La délimitation de la norme et sa relation avec l’usage se présente comme un problème essentiel de la théorie linguistique du XVIe siècle »2.

9Il faut bien reconnaître, en effet, que cette difficulté procède principalement des ambigüités qui sont attachées à la notion de norme elle-même, qu’elle soit appréhendée à travers le terme français « norme » ou le terme espagnol norma. Dans tous les cas, affleure une redoutable polysémie, et ce, d’autant que les différentes acceptions de ce terme tendent souvent à se conjoindre au sein d’un seul et même emploi. En effet, selon qu’on l’aborde dans son acception usuelle ou au travers des diverses définitions qu’ont pu en donner les linguistes, le terme de « norme » n’arrive pas à se défaire de ce qui est déjà sémantiquement contenu dans le terme de « règle » lui-même, à savoir cette incessante oscillation entre la régularité et la régulation.

10Il en découle que dire la norme, c’est a minima expliciter la règle dans les régularités qui précisément la fondent. Mais c’est aussi sans doute de manière plus implicite et sournoise, tenter de réguler la langue, en privilégiant certaines règles par rapport à d’autres, ce qui, chez le grammairien, revient à stimuler l’intériorisation de ce qu’est la règle, pour lui-même et sans doute aussi pour les autres.

  • 3 Gilles SIOUFFI, Agnès STAUCKARDT (éd.), Le linguiste et la norme. Aspects normatifs du discours lin (...)

11Nous postulons alors, en prenant appui sur les nombreuses études menées, et en particulier celle coordonnée par Gilles Siouffi et Agnés Stauckardt3, qu’aucune cloison étanche ne sépare l’acte de « dire/décrire l’usage commun » et celui d’énoncer le « bien dire ». Autrement dit, il n’est pas donné de distinguer aisément ce qui relève de l’usage commun et ce qui a trait à l’usage valorisé.

12Dans son article intitulé « La norma idiomática del español : visión histórica », Elena Mendez García de Paredes rappelle que :

  • 4 Elena MENDESGARCÍADEPAREDES,« Lanormaidiomáticadelespañol : visiónhistórica »,Philologia hispalensi (...)

En espagnol courant, le mot « norme » est polysémique, car, bien qu’il regroupe deux sens procédant de mots d’origine distincte, la proximité sémantique de ces termes et leur interdépendance les ont fait apparaître comme deux acceptions d’une même entrée lexicale. Une des acceptions est patrimoniale […]. De là, ‘règle sur comment on doit faire ou comment il est établi que l’on doit faire quelque chose’ […], c’est-à-dire ‘règle par rapport à laquelle on doit adapter sa conduite’, à savoir, ‘canon’, ‘modèle’, ‘guide’, ‘exemple’ […]. Ces significations sont celles qui sont le mieux passées dans la science linguistique : « norme de correction », « grammaire normative ». En réalité, cette signification de la langue courante est celle dont s’est inspiré le concept traditionnel de « norme » comme modèle de langue par rapport auquel les locuteurs instruits doivent régler leur conduite linguistique. L’autre signification de norme dans la langue courante est plus moderne, car elle dérive de l’emprunt du mot « normal » au français, non attesté en espagnol jusqu’au XIXe siècle, ‘ce que l’on tient pour courant, ordinaire et usuel’. Cette acception du mot « norme » dans la langue quotidienne est celle que sous-tend le technicisme linguistique d’E. Coseriu en 1952 dans son fameux article « Système, norme, parole » […] La norme de Coseriu réunit toutes les occurrences de la parole qui se présentent comme régularité, habitude […]. Il s’agit, donc, d’une conception du terme fort distincte de la conception traditionnelle que l’on retrouve dans l’expression « grammaire normative » ou « norme prescriptive »4.

Ainsi, l’on retrouve bien les deux acceptions du mot « norme » : l’une qui renvoie à ce qui est normatif ou canonique et l’autre qui réfère plutôt à ce qui est courant, habituel, usuel. En ce sens, Elena Mendés García De Paredes a bien fait de souligner que :

  • 5 Ibid. Le texte espagnol est : « En resumen, dentro del metalenguaje científico existen dos sentidos (...)

En résumé, au sein de la métalangue scientifique coexistent deux sens apparemment opposés du mot « norme […]. Le premier, de nature prescriptive, obsolète, en raison des connotations négatives qu’il implique, vu que la norme s’y définit comme « ce qui doit être ». Le second, issu de Coseriu, comme fait habituel, se définit comme « ce qui est ». Toutefois, le plus remarquable est que ces significations se conjoignent et interfèrent tant dans la langue courante que dans la métalangue scientifique5.

  • 6 Pascal DUBOURG GLATIGNY, Hélène VÉRIN (éd.), Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux L (...)

13En effet, si l’on en revient, à la démarche des premiers grammairiens des langues vernaculaires, il est certain que leur préoccupation première est de « réduire » ces langues « en art », c’est-à-dire de découvrir les règles, et donc les régularités, qui les régissent. Il s’agit donc en quelque sorte de rationaliser autant le savoir sur les langues que sur leurs usages, en les décrivant. Du latin ad artem redigere, réduire en art (reduzir a arte o en artificio), consiste à rassembler des savoirs épars, fragmentaires et souvent non-écrits dans les domaines les plus divers (architecture, danse, grammaire, etc.), à les mettre en ordre méthodique à l'aide des mathématiques, de la rhétorique, de la figuration6. Ce fut une grande entreprise de la Renaissance qui ne toucha pas que la grammaire et qui s’inscrit, on l’a dit, dans une démarche plus globale de rationalisation des savoirs dispersés.

  • 7 Louis MEIGRET, Le Traité de la Grammaire française , [1550], 1980, Franz Josef HAUSMANN (éd.), Tu (...)

14Pour asseoir la légitimité de l’énoncé grammatical qu’il entend forger, le grammairien de la Renaissance n’a d’autre choix que de mettre à jour les régularités des langues vernaculaires, en organisant un discours capable de rassembler trois éléments fondamentaux : la règle, l’usage et l’exemple. Pour ce faire, il doit être en mesure de « découvrir les règles », lesquelles constituent l’armature même de cet art qu’est la grammaire, tandis que les exemples sont là pour témoigner de sa référence à des usages attestés. En France, Louis Meigret considère que la langue est en quelque sorte régie par un ordre, qu’on peut la décomposer en « parties » qui sont articulées selon des règles7. Ce faisant, il est sans doute l’un des premiers grammairiens à expliciter le principe de grammaticalité d’une langue.

15Mais précisément que veut bien dire « découvrir des règles » ?

  • 8 Diccionario de Autoridades : « Arte : conjunto de preceptos y reglas necesarios para hacer algo / L (...)
  • 9 Ibid. : « Predominio de la elaboración artística sobre la naturalidad ».
  • 10 Ibid. : « Objeto construido para un determinado fin ».

16Un premier élément de réponse peut nous être donné par l’analyse des termes arte et artificio (« art » et « artifice »), en relation de parasynonymie dans ce contexte. Selon le Diccionario de Autoridades, arte, dans les acceptions qui nous intéressent ici, se définit comme suit : « Ensemble de préceptes et de règles nécessaires à l’accomplissement de quelque chose/Livre qui contient les préceptes de la grammaire latine »8. Quant à artificio, il répond dans ce même dictionnaire à la définition suivante : « Prédominance de l’élaboration artistique par rapport à la dimension naturelle »9. De fait, quand on se place du côté de l’objet ainsi élaboré, il est perçu comme artefacto (« artéfact ») c’est-à-dire comme « objet construit en vue d’une fin déterminée »10.

17Quelques remarques : on peut noter que dans son acception initiale, le terme arte était strictement réservé aux grammaires latines, ce qui souligne une fois de plus, la dimension transgressive que revêt l’acte de « réduire en art » les langues vulgaires. Il apparaît aussi que ce mot implique le déploiement d’un ensemble de règles qui font sens, ce qui renvoie aussi à l’acception technique, contenue dans ce terme qui est, rappelons-le, un calque latin du mot grec technè. Le terme artificio ne fait qu’amplifier cette dimension de technicité, ainsi que le démontrent les liens de parasynonymie existant entre les deux termes. Il en va de même des mots arte et artefacto, ce dernier mot disant littéralement l’existence d’un objet produit dans une intentionnalité bien précise.

  • 11 Paul RICŒUR, Temps et récit II : La configuration dans le récit de fiction, Paris : Seuil (Coll. «  (...)

18Il faut donc en déduire que l’arte qu’est la grammaire (ou qu’est aussi le palais ou encore la danse) est le produit d’une intentionnalité humaine – celle du grammairien ou de l’architecte ou du danseur – qui utilise divers moyens en vue d’une fin qui est celle de re-produire quelque chose qui existe naturellement, sans que cette re-production ne soit un décalque ni une imitation. Nous ne sommes pas loin de ce qu’Aristote entend par mimèsis et que Paul Ricoeur dans Temps et récit11 recommande de traduire en français par « imitation créatrice », et éventuellement « représentation » plutôt que par « imitation ». En effet, le terme « imitation » suppose un rapport mimétique au modèle, alors qu’il est plutôt question ici des techniques de transposition de ce modèle. De même, le terme de « représentation » peut aussi, selon Ricoeur, revêtir des ambigüités, s’il est compris comme « redoublement de présence ».

  • 12 Cette question du modèle est récurrente chez tous ceux qui se sont intéressés à la problématique de (...)

19De fait, l’art qu’est la grammaire doit être entendu comme une production qui s’inspire d’un modèle existant naturellement (modèle qu’à titre conservatoire, nous dénommerons « langue ») mais le transpose par des techniques propres qui justifient précisément le recours au mot « art ». Évoquer « la réduction en art » de la langue castillane revient donc à admettre la possibilité de transposer un modèle « naturel » (initial) en un produit/objet construit. Encore convient-il de définir le modèle qui est retenu comme « naturel » et qui sert donc de base à la transposition grammaticale12. Si les usages diffèrent, lequel prendre pour modèle ?

Quel modèle « naturel » pour quel art (grammatical) ?

20De ce qui a été dit précédemment découle une forme d’opposition entre ce qui relèverait de la « nature » et ce qui ressortirait de l’« art ». Les termes arte ou artificio qui définissent la grammaire comme l’ensemble des règles d’une langue, supposent en effet que le grammairien se sert de ces règles pour fournir une certaine « représentation » de la langue. La langue, telle qu’elle existe à l’état spontané (Villalón parle ainsi du castillan comme une langue qui « est demeurée libre de contrainte et ne s’est soumise à aucune règle ni aucune loi »13), constitue ainsi à ses yeux une sorte de « modèle naturel » qu’il tente de reconstruire au moyen de règles qu’il « découvre »14. Il en donne alors une forme de modélisation artificielle, au sens où l’entend Littré pour le mot « art », à savoir, une modélisation qui est faite par art, par opposition en quelque sorte au modèle naturel.

21Mais ce modèle naturel qui ne saurait être qu’une fiction, quel est-il ? Que nous en disent les grammairiens de l’époque ?

  • 15 A. de NEBRIJA, Institutiones…, III, 1 : « […] scientia recte loquendi recteque scribendi ex doctiss (...)

22Antonio de Nebrija, dans ses Introductiones latinae publiées à Salamanque en 1481, donne de la grammaire la définition suivante, à savoir, « la science de parler et d’écrire correctement, inspirée de l’usage et de l’autorité des plus grands savants »15. Il n’est pas inutile de rappeler que, ce faisant, Nebrija manifeste sa solidarité avec Quintilien, en regard notamment de ce que cet auteur latin dit de l’autorité linguistique dans son Instituto Oratoria. En effet, dans ce texte, Quintilien se prononce en faveur de l’usage issu du « consensus des érudits » (consensum eruditorum). Nebrija reprend cette idée d’une forme de communauté des savants ou érudits dont l’usage doit faire autorité pour la codification de la langue.

  • 16 Reinhard KARTMANN, Francis Colin STORK, “Use”, in: Dictionnary of language and linguistics, Londres (...)

23De fait, le modèle à imiter et à recréer ou représenter pour Nebrija semble bien être celui d’une langue conforme à celle que parlent les savants, et non pas le modèle que pourrait constituer la langue de l’usage commun (lequel peut être interprété comme l’usage ordinaire de la langue). Dans ces conditions, les règles grammaticales servant à décrire et à reconstruire ce modèle tiendront essentiellement compte des régularités qui sont inspirées de l’usage des érudits. Or, comme il n’y a pas nécessairement de consensus entre les divers grammairiens, le modèle idiomatique de référence peut varier selon chacun d’eux, en fonction de l’interprétation qu’ils font du mot « usage ». La distinction natura/arte (« nature » / « art ») se trouve donc redoublée par l’opposition uso/arte (« usage » / « art »), l’usage semblant se situer inévitablement du côté de la nature. Dans son acception la plus commune, le terme « usage » peut se définir comme « la manière par laquelle les membres d'une communauté linguistique utilisent leur langue maternelle »16.

  • 17 J. de VALDÉS, op. cit., p. 43 : « […] he aprendido la lengua latina por arte y libros, y la castell (...)
  • 18 Ibid. : Sin embargo, a pesar de las declaraciones de Valdés en defensa del uso común ejemplificado (...)
  • 19 Jean-Claude ANSCOMBRE, « Grandeurs et misères linguistiques de la parémiologie », in : Alexandra OD (...)

24C’est précisément ce qu’explicite Juan de Valdés dans El diálogo de la lengua : « [...] J’ai appris la langue latine au moyen de l’art (grammatical) et des livres, et la langue castillane par l’usage »17. Valdés semble donc instaurer une forme d’opposition entre « art » et « usage commun » ou « manière commune de parler » (arte y uso común de hablar18), ce qui implique alors que la réduction en art dont il est question se fonde, pour lui, sur la mise à jour ou découverte des régularités caractérisant un « modèle naturel » représenté par la façon commune de parler. Toutefois, María Dolores Martínez Gavilán a su montrer comment, influencé par Érasme et sa conception du savoir naturel et sans renier les proverbes19 comme paradigme du « modèle naturel », Juan Valdés, n’en reconnaissait pas moins un autre modèle concurrent, constitué par un certain usage savant et courtisan de la langue, au sens où l’entendait Castiglione :

  • 20 María Dolores MARTÍNEZ GAVILÁN, « Normativismo y antinormativismo en la tradición gramatical españo (...)

Toutefois, en dépit des déclarations de Valdés en faveur de l’usage commun illustré par les proverbes, il ne faut pas oublier que, dans le même temps, il fait appel à l'usage savant et courtois pour justifier certaines de ses préférences. Et le fait est, comme le dit R. Lapesa, que l'intérêt pour les proverbes n'implique pas chez Valdés un « penchant envers ce qui est populaire », car, pour statuer sur les questions de langue, il brandit ses garanties d’homme élevé dans le royaume de Tolède et à la cour d'Espagne. La langue qu'il préconise est celle utilisée par les chevaliers de la cour impériale. Par conséquent, le modèle linguistique qu'il revendique est celui du courtisan, archétype social de la Renaissance tel qu’il fut décrit par Castiglione, et dont les manières réfléchies et soignées, mais dépourvues d'affectation, sont en harmonie avec une expression claire et simple, qui fuit l'affectation, et prend pour modèle une langue naturelle, et en même temps, sélective, ce qui suppose tout à la fois de soumettre au crible ce qui est vulgaire et grossier et d’éviter les artifices latinisants20.

25Le modèle idiomatique « naturel » retenu par Juan de Valdés semble donc relever d’une forme de négociation entre divers modèles aboutissant à une forme de modèle mixte constitué par l’usage commun, privé de toute tendance grossière ou rustique, et par l’usage courtisan, dépouillé de toute forme d’affectation.

  • 21 Nous ne partageons pas totalement l’opinion de J. M. Pozuelo sur Villalón ; une analyse attentive d (...)
  • 22 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 4 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espag (...)
  • 23 A. de NEBRIJA, Gramática, p. 35 : « De là nous démontrerons de manière manifeste que le castillan n (...)

26À cet égard, dans le choix de son modèle de référence, Villalón occupe une position intermédiaire entre celle de Nebrija et celle de Valdés21, dans la mesure où il s’essaye à forger une norme qui repose sur l’usage « non corrompu » de la langue. Dans sa Grammaire castillane de 1558, il définit, en effet, sa vision des choses comme suit : « Art ou grammaire pour savoir parler et écrire dans la langue castillane : colligé de l’autorité des Sages et conforme à la coutume et à l’usage commun de la langue non corrompue »22. Si la première partie de la formulation retenue par Villalón reproduit en partie celle de Nebrija, il parle en effet de l’« autorité des Sages » (auctoridat de los Sabios), il ajoute néanmoins un autre modèle idiomatique dont l’identification semble se rapprocher de celle proposée par Valdés, quoiqu’elle puisse paraître un peu plus problématique. Il évoque, en effet, comme modèle « la coutume et l’usage commun de la langue non corrompue ». Cette langue non corrompue qu’évoque Villalón se confond-elle avec la langue épurée de xénismes, vulgarismes et de grossièretés de Valdés ? Comment ne pas voir, dans le choix du terme « corrompue »23qui servait encore vers la fin du XVe siècle à qualifier le castillan par rapport au latin, une volonté d’instituer un idéal de « pureté » de la langue castillane, à l’instar de ce qui fut pour la langue latine ?

  • 24 Françoise GADET, « La Norme qui a pu être fictive », La variation sociale en français, Paris : Ophr (...)
  • 25 Einar HAUGEN, « Dialect, language, nation », American Anthropologist, 68 (4), 1966, p. 922-935.
  • 26 Ibid., p. 933.

27Le choix de modèles [idiomatiques] « naturels » différents – modèle essentiellement monolithique chez Nebrija, modèles plus composites chez Valdés et Villalón – suffit à manifester que ces grammairiens entendent bien, non seulement découvrir les régularités de la langue castillane selon nature, mais proposer aussi par art, une forme de régulation ou réglage de ces régularités, à partir de la prise en compte d’un usage valorisé, renvoyant à une certaine réalité socioculturelle. À l’idée de fréquence ou tendance qui est corrélée à la notion de régularité s’ajoute donc celle d’un système de valeurs historiquement situé. Il n’y a souvent qu’un pas à franchir pour que cette modélisation soit considérée comme l’idéal auquel doivent tendre les pratiques, de sorte que les régularités décrites deviennent alors des règles prescrites. D’où vient que, pour ces grammairiens, la réduction en art du castillan ne consiste pas seulement à découvrir la règle qui se dissimule dans l’usage commun pour la formuler – sorte de « norme objective ou naturelle » –, mais à définir les axiomes dominants leur permettant de discriminer les usages qu’ils tiennent pour « valorisés » et donc légitimes, lesquels définissent la « norme subjective »24qui est leur vrai objet. Soit donc un processus de sélection des usages en concurrence et de codification qui renvoie à ce que Haugen25 définit comme étant les quatre aspects de la standardisation : sélection [du modèle], acceptation, codification et élaboration26. Il convient de trouver un compromis entre ce que le grammairien juge recevable et ce que l’usage commun reconnaît comme acceptable. Ainsi, comme on le voit, ce processus de sélection ne va pas de soi. Si on prend le cas de la réflexion grammaticale en France au XVIe siècle, il apparaît que la situation est encore plus complexe. L’étude menée par Danielle Trudeau est utile pour démêler les fils d’une histoire des idées grammaticales bien moins limpide qu’en Espagne. En effet, Trudeau met en évidence à quel point l’expression « langue françoise maternelle » reste empreinte d’ambiguïté au XVIe siècle :

  • 27 Danielle TRUDEAU, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris : Éditions de Minuit, 1992, p. 40.

Parler le bon français, d’après Bovelles, c’est donc parler selon l’usage du lieu où l’on réside. Suivant cette conception, tous les dialectes de France – les « vulgaires du pays » – auraient droit à l’appellation de langue française. C’est précisément en ce sens que certains juristes et historiens ont interprété, au XVIe siècle, les articles des ordonnances de Villers-Cotterêts qui stipulaient l’emploi du « langage maternel françois » dans toutes les procédures judiciaires, partout dans le royaume. D’après ces commentaires, les ordonnances ne pouvaient pas signifier que les dialectes ou les vulgaires régionaux étaient exclus car, pour la plupart des sujets, le patois était la seule langue maternelle, française, de par la géographie politique27.

28On mesure alors la différence qui peut exister entre Bovelles et Villalón. Pour ce dernier, la sélection du castillan parmi les autres « dialectes » ibériques ne fait aucun doute. La grammaire s’apparente ainsi pour lui à un acte de codification de la norme qu’il entend établir. Si, à l’instar de Valdés, il regrette dans son prologue, ainsi que nous l’avons montré, l’absence en castillan d’un corpus littéraire capable d’illustrer la fonction scripturale de la langue, il aspire à contribuer à édicter des règles du « bien dire » à l’oral comme à l’écrit.

  • 28 Pour rappel, le gascon, dialecte (nord) de l'occitan, fut exclu de l'ordonnance de Villers-Cotterêt (...)
  • 29 Geoffroy TORY, Champ fleury, auquel est contenu lart et science de la deue et vraie proportion des (...)
  • 30 Charles de BOVELLES [1533], Liber de differentia vulgarium linguarum et gallici sermonis varietate, (...)

29C’est pourquoi, dans son prologue, Villalón parle de « l’espagnol » pour référer au castillan, et ce, sans ambiguïté, au moment même, où, en France, la référence à la « langue françoise » peut renvoyer au picard, poitevin-saintongais, etc., tout aussi bien qu’à la langue parlée dans la région parisienne28. Il faut bien comprendre alors que l’ordonnance de Villers-Cotterêts, a été davantage promulguée pour mettre fin l’usage du latin que pour éliminer les dialectes. C’est aussi ce qu’entend Geoffroy Tory29, quand il se réfère à la « réduction en art » de la langue « françoise » ; il ne prétend pas grammaticaliser le dialecte central mais l’ensemble des dialectes d’oïl et d’oc parlés sur le territoire de la France. Il pourfend les « latineurs » mais pas les dialectes. De son côté, Charles de Bovelles30 reconnaît aux dialectes du territoire de la France une forme de stabilité, interprétable en termes de norme spontanée, qui, selon lui, rend inutile tout processus de grammaticalisation.

  • 31 D. TRUDEAU, Les inventeurs du bon usage, p. 41.

30Cette position n’est toutefois pas partagée par tous, dans la mesure où, dès le début du XVIe siècle, ainsi que le précise Trudeau, « la très forte diffusion du français […] s’accompagna d’une réelle dépréciation des dialectes qui tombèrent alors à l’état de patois […]31.

  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 39.
  • 34 Ibid.

31Si des auteurs comme Bovelles s’insurgent contre la réduction en art du français, c’est parce qu’ils défendent une position pluraliste où chacun est invité, en somme, à parler chez soi le dialecte qui lui correspond, sans hiérarchie possible, du fait de l’impossibilité d’un archétype. Ainsi, pour Bovelles, « Aucune variété de la langue française n’a droit au titre de la langue légitime »32. Toutefois, ces déclarations masquent les pratiques linguistiques à l’œuvre, et notamment le fait que « le français central se trouvait, au XVIe siècle, dans une situation semblable au latin, étant ‘exporté’ dans les provinces33 » et qu’il était devenu « langue commune [qui] se trouvait bien dans la condition des langues archétypes telles qu’il [Bovelles] les définissait »34.

  • 35 Cette question de l’usage en rapport avec le lieu, et donc du modèle, est récurrente chez tous ceux (...)

32Ces postures coexistent donc avec celles de grammairiens qui n’hésitent pas à définir le « bon usage », et donc la norme, non comme le faisait Bovelles en se fondant sur « le parler du lieu où l’on réside35 », mais bel et bien sur le parler de la région parisienne. Ainsi John Palsgrave prend pour modèle le français de Paris, et de la région Seine et Loire :

  • 36 John PALSGRAVE, [1530], Esclaircissement de la langue françoyse, livre I, ch. XLI, folio XIII, in  (...)

De quelque pays de France qu'on soit originaire, il faut toujours, en écrivant, employer le français de la région décrite ci-dessus, si l'on veut que ses écrits soient jugés estimables. Au surplus, les prédicateurs et les fonctionnaires, où qu'ils résident, parlent ce même français parfait36.

  • 37 Robert ESTIENNE, [1557], Traicté de grammaire, Colette Demazière (éd.), Paris : Honoré Champion, 20 (...)

33Il en va de même de Robert Estienne (1557)37, pour lesquels le beau et bon français est celui de la langue légitime qui est celle de la Cour, du Parlement à Paris, de la Chancellerie et de la Chambre des comptes. Le critère n’est pas seulement géographique, mais aussi social, puisque l’usage parisien dont il est question est d’abord celui de la Cour et du Parlement, par exemple. On verra qu’à l’instar de ses homologues français, Villalón établira son modèle normatif sur un critère géographique qui couvre globalement la région de la Vieille Castille et sur un critère social qui est celui des courtisans avisés, avec toutefois une posture distincte pour ce qui est de l’usage commun, auquel il paraît être attaché, dès lors que cet usage n’est pas « grossier » ni trop « rustique ».

34On peut aussi faire observer que la norme s’établit, au XVI siècle, principalement sur l’usage oral et non pas sur la langue écrite, comme c’était le cas pour les grammairiens grecs et latins. La diatribe de Villalón, au début de son prologue, contre l’inertie des Castillans qui n’ont pas enrichi leur langue, vise à dénoncer l’absence d’une littérature digne de ce nom. Elle renvoie en substance à celle de Valdés contre les écrivains espagnols qu’il traite de « latineurs » et à qui il reproche de n’avoir pas su « enrichir » ni « établir » la langue castillane. Nous y reviendrons plus avant.

35Décrire la langue, « dire la règle », c’est donc inévitablement en prescrire la norme légitime, même si cette norme peut avoir pour modèle « naturel » diverses conceptions fictives de la langue. Le modèle « naturel » mixte auquel se réfère Villalón manifeste la conscience qu’il a de la multiplicité des formes de normativité possibles. Elle traduit aussi son intention de ne pas rejeter en bloc des pratiques langagières qui s’inscrivent dans l’usage commun de la langue, tout en prenant soin de discriminer les usages « acceptables » des usages qu’il juge « grossiers », « rustiques » ou « latinisants », et qui, selon lui, sont donc « corrompus ».

36L’entreprise grammaticale de Villalón constitue donc un moment-clé de la standardisation du castillan, en ce que non seulement, parmi les dialectes existants, il sélectionne le castillan, en donnant à celui-ci le statut de « langue espagnole » mais qu’il choisit également d’effectuer une forme de standardisation interne au castillan lui-même, en privilégiant la zone de la Vieille Castille comme socle de son modèle normatif et en se moquant des usages des locuteurs issus des régions montagneuses. Cette sorte de sélection géographique, et sans doute aussi, sociale (le modèle urbain par rapport au modèle « rustique ») n’est pas sans rappeler les variations dialectales existantes à l’intérieur du castillan et justifie alors la démarche de codification.

37De fait, la modélisation de la langue castillane qu’effectue Villalón ne manque pas à l’évidence d’être complexe. C’est pourquoi il s’avère particulièrement intéressant et instructif d’interroger la manière dont il la « met en mots » et la verbalise. Quels rapports instaure-t-il dans sa grammaire entre usages, règles, normes ? Cherche-t-il à masquer la subjectivité qui est à l’œuvre en adoptant une forme de neutralité axiologique ou inscrit-il de manière explicite son point de vue sur la langue ? Comment s’y prend-il pour projeter dans son texte, et par-delà ce dernier, un imaginaire linguistique, au sens où l’entend Anne-Marie Houdebine12, enté sur la romanité et fondé sur une nouvelle modélisation du castillan ?

Comment dire la norme dans la Gramática castellana de Villalón ?

Un idéal de pureté

38L’une des caractéristiques essentielles de la modélisation de la langue castillane dans la grammaire de Villalón concerne cet idéal de la pureté du castillan qui traverse l’entier de son texte et qui se trouve inscrit dès les premières pages. En effet, dans son introduction, Villalón exprime de manière tout à fait explicite sa volonté de couper le cordon ombilical entre le castillan et le latin, afin de pouvoir identifier et mettre à la lumière ce qui constituerait l’essence même du castillan : « nous prétendons offrir un art pour le pur castillan, largement affranchi du latin »38. Il est ainsi régulièrement amené à dénoncer la propension de certains locuteurs du castillan à se couler trop docilement dans le moule du latin et à contribuer ainsi à la corruption de leur propre langue :

Certains qui se targuent d’être de grands latinistes prétendent que nous devons dire este puente lorsque nous parlons castillan, car ils disent qu’en latin, puente est de genre masculin. Moi, je dis, en revanche, qu’en castillan, c’est un barbarisme, parce que si leurs raisons étaient bonnes, nous devrions aussi dire este fuente et este sangre, mais le commun ne dit pas autre chose que esta fuente et esta sangre39.

39Cette posture est essentielle à la démarche même de Villalón qui cherche à s’ériger en premier grammairien de la langue castillane. Toutefois, comme il soupçonne que cette place risque d’être – ou est déjà – occupée par un autre – en l’occurrence Nebrija –, il la confisque en quelque sorte par une restriction d’ordre idéologique. Il ne s’agit pas seulement de rédiger une grammaire du castillan (ce qu’a éventuellement fait Nebrija, en mêlant castillan et latin) mais une grammaire du « pur » castillan.

40On se souvient que, dès le prologue de sa grammaire, Villalón fait le reproche à Nebrija d’avoir seulement traduit sa grammaire du latin au castillan. Cette accusation lui permet de s’indigner du fait que jamais aucun grammairien, avant lui, Cristóbal de Villalón, n’avait écrit de grammaire du castillan :

[…] tous ceux qui tiennent les langues et leur autorité en estime disent que l’on apprécie et devine la perfection et la valeur d’une langue à partir de sa capacité à être réduite en art. C’est pourquoi tous ont dit que les langues hébraïque, grecque et latine sont de la plus haute perfection, ce qui m’a blessé tellement que j’en suis resté sans voix face à cette offense, m’étonnant de ce qu’aucun de ces hommes sages et savants que la la Castille a élevés dans sa langue naturelle, n’ait essayé de rétablir celle-ci dans son honneur, en lavant entièrement par son talent, cette injure qui lui a été faite jusqu’ici. Et plus encore, quand j’en suis venu à considérer que notre langue n’était pas en faute ; en effet, en elle-même et au vu de sa richesse, elle a tout ce que possède n’importe quelle autre langue, pour se conformer à cette règle et à cet ordre qu’on voudrait lui donner, en matière de genre et de prononciation40.

41Ce faisant, Villalón, on l’a dit, cherche à se poser comme le premier grammairien de la « pure » langue castillane, ce qui le conduit à discréditer toutes les entreprises qui auraient pu avoir été menées en ce sens et dont il déplore, au pire, qu’elles n’aient pas existé et au mieux, qu’elles se soient contentées de décrire un castillan intimement enlacé au latin.

42C’est cette posture de puriste, dont nous avons expliqué les motivations et enjeux, qui conduit Villalón, notamment dans le livre III, à recourir, avec une certaine récurrence à l’adjectif « pur » (puro) :

Pour chacun d’eux [les mots] considéré isolément, on doit veiller à ce qu’il soit du pur castillan, clair, usuel et approprié à ce que nous voulons qu’il signifie […]41.
Seront considérés comme du pur castillan tous les mots qui n’ont pas été récemment empruntés à d’autres langues ; en effet, de tels mots, bien que pris au latin […]42.

43D’autres formulations visent le même objectif. Nous pensons en particulier à des expressions, elles aussi récurrentes, telles que : « sans barbarisme ni incongruité43 », « la langue espagnole pure44 » (où, au passage, on peut noter le glissement du terme « castillan » vers le terme « espagnol », glissement perceptible dès le prologue). On trouve même, à propos de la prononciation du b et du v, la formulation : « aucun pur Castillan » dans laquelle le mot « castillan » (castellano) renvoie non plus à la langue mais aux locuteurs : […] parce que, dans la prononciation, aucun pur Castillan ne sait faire la différence45.

44Cette forme d’obsession envers la pureté de la langue met bien en exergue le fait que, pour Villalón, la priorité est d’abord de définir et circonscrire le territoire de la langue castillane, avant que d’en sélectionner et légitimer les usages concurrents. Cependant, bien qu’il n’y ait pas eu en Espagne, à la différence de l’Italie, de débat sur la modalité dialectale dominante à normaliser et standardiser, il n’est pas inutile de préciser que la conscience de possibles rivalités entre « dialectes » concurrents n’est pas totalement absente. Elle s’inscrit dans ce même imaginaire de « pureté », qui porte à croire que la corruption guette et que les autres langues en présence pourraient bien contribuer, malgré leur éviction, à corrompre le castillan.

45Ainsi Villalón n’hésite-t-il pas à reprendre à son compte l’expression de « corruption de Basque46 », et à l’opposer dans la même phrase à celle – à connotation fort positive – d’être « originaire de la Vieille Castille »47.

46Délimiter le périmètre du castillan équivaut donc à établir et distribuer des hiérarchies entre territoires linguistiques et locuteurs. Seulement cette opération de délimitation-sélection serait incomplète si elle n’était également orientée vers le latin qui est l’autre cible, cible d’autant plus dangereuse qu’elle semble habiter et posséder presque naturellement le castillan. Villalón n’a donc de cesse de traquer les impostures d’un castillan se parant de l’habit du latin et qui viendrait, de fait, occuper le territoire que Villalón en tant que « premier » grammairien, entend exclusivement assigner au castillan.

47C’est ainsi qu’il convient d’interpréter les charges plutôt violentes qu’il porte contre tous ceux qui lui paraissent prendre plaisir à prolonger la domination du latin sur le castillan, soit par la reconnaissance qu’ils font de déclinaisons au sein de la langue castillane, soit par les usages qu’ils sont amenés à privilégier du fait de cette proximité qu’ils semblent vouloir maintenir avec la langue latine. On peut citer à titre d’exemple la citation à propos des « latineurs » (grandes latinos), mais aussi celle-ci :

[…] je dis que la différence des cas se montre en langue castillane par les différents articles auxquels est accroché le nom après qu’on les a prononcés. Ainsi se trouve-t-il qu’au nominatif nous disons en castillan Pedro, et au génitif de Pedro, et au datif para Pedro, et à l’accusatif a Pedro, et au vocatif o Pedro, et à l’ablatif, nous disons esto quite a Pedro. De sorte qu’au moyen de cet exemple nous voyons qu’en aucun cas un changement dans la pensée ne fait varier le nom en sa lettre finale48.

Sont visés également les locuteurs qui emploient des tournures ou mots latinisants ou qui se complaisent dans les « mixtures » de mots, soit de latin et de castillan, soit de castillan et d’autres langues :

C’est ce qu’ont coutume de faire nombre d’idiots, d’imposteurs et de beaux parleurs qui, pour forcer l’admiration des simples gens du peuple, par quelques puérilités qu’ils professent du haut de leurs chaires, usent d’une salade de vocables inconnus, non usuels, issus de langues étrangères, pensant ainsi forcer l’admiration et émerveiller leur auditoire, afin d’être considérés comme des savants et de faire croire que les choses dont ils parlent sont d’un grand mystère et d’une grande valeur49.

48En pourfendant les latineurs et autres « écumeurs de latin », Villalón s’inscrit ici dans une tradition qui est assez vivace au XVIe siècle, tant en France qu’en Espagne. En France, elle est représentée, dès 1529, par Geoffroy Tory, mais surtout à partir du milieu du XVIe siècle, par Louis Meigret qui dénonce les abus des « savants étymologiseurs » qui veulent relatiniser ou re-helléniser la langue française. Dans ces conditions, c’est le peuple (que fustigera Vaugelas au XVIIe siècle qui est considéré comme le gardien du patrimoine linguistique « authentique », et non pas tous ces faux savants. En Espagne, cette tradition est incarnée aussi par Juan de Valdés et Miguel de Salinas. Les passages de la grammaire de Villalón sur les jargons et le charabia ne sont donc guère originaux : ils renvoient à la condamnation, courante à son époque chez les grammairiens et rhéteurs, de toute forme de parler empreinte d’affectations inutiles, d’hellénismes et de latinismes.

  • 50 Voir aussi Ralph LUDWIG, « Desde el contacto hacia el conflicto lingüístico : el purismo en el espa (...)

49L’idéal de pureté50 qu’exprime Villalón dans sa Grammaire castillane traduit donc sa volonté de détacher le castillan des autres langues en concurrence, parmi lesquelles le latin, mais elle est aussi au service d’une ambition personnelle qui est celle de se poser comme le premier grammairien d’un castillan qu’il veut « pur », précisément pour marquer son territoire de pionnier, capable de modéliser une langue neuve qu’il désigne comme étant « le pur castillan » (el puro castellano). Toutefois, pour réussir cette délicate entreprise, Villalón doit parvenir à s’imposer comme figure d’autorité majeure, ce qui implique, pour lui, de réussir à délégitimer les possibles autorités antérieures, en projetant dans le texte, un modèle de langue jamais institué jusqu’alors et forgé par sa seule autorité.

50Quelles sont donc les ressources dont se prévaut Villalón ?

Villalón ou l’affirmation de soi comme source d’autorité majeure de la norme

51La stratégie de Villalón n’est pas dénuée d’ambiguïtés, quoiqu’elle puisse s’aborder au travers de deux axes principaux :
– la disqualification, corrélative de la valorisation, de certaines figures et des normes qu’elles revendiquent ;
– le masquage des sources du savoir, combiné à l’inscription de sa propre figure comme figure d’autorité projetant un imaginaire linguistique nouveau, en rupture avec les possibles existants.

La disqualification, corrélative de la valorisation, de certaines figures et des normes qu’elles revendiquent

52Le modèle « mixte » que Villalón veut formaliser dans sa grammaire suppose qu’il navigue entre divers usages, qu’il en disqualifie certains et en valorise d’autres. Ces usages sont aussi représentés dans le texte à travers des figures de locuteurs fictifs, qui sont en quelque sorte modélisés. On trouve ainsi les figures négatives de ceux qui sont désignés par l’expression « Certains qui s’enorgueillissent d’être de grands latinistes […] »51où l’emploi du verbe « s’enorgueillir de » traduit l’ironie mordante voire le sarcasme du propos. Cette disqualification portée à la figure du locuteur latinisant faussement savant est filée dans le reste du texte au moyen des termes « idiots », « imposteurs », « beaux parleurs »52 qui disent l’illégitimité dans laquelle le grammairien tient ceux qui assument une telle position, en ce qu’ils cherchent aux yeux des naïfs à se faire passer pour sages, en usant d’un langage macaronique.

53Une autre figure s’inscrit dans une forme d’homologie inversée avec celle des faux savants, puisqu’elle se trouve inscrite dans une authenticité, qui contraste avec la facticité et l’affectation qui sont reconnues à cette dernière. Cette figure est celle de l’homme du commun ou du commun des hommes (el vulgo) (« […] le commun des hommes dit cablito, glueso, glitador, prata, branca, praça, Flancisco, alors que l’on devrait dire : cabrito, grueso, gritador, plata, plaça, blanca, Francisco »53) et bien d’autres mots, dont une autre désignation générique est « l’homme du commun »54 (el común). Elle peut renvoyer à un sous-type négatif, incarné par le vulgus rusticus, ancré dans une figure empirique désignée par la périphrase : « simples gens du peuple »55. Elle est étroitement solidaire d’un lieu « les montagnes » (las montañas), et donc d’un marquage géo-linguistique : « comme on dit dans certaines montagnes56 », plus que d’une unique catégorie sociale, en ce qu’on peut y trouver aussi des hidalgos :

Et nombre de ces personnes vont jusqu’à penser qu’avec leur manière de dire, elles parlent de façon très élégante, comme il en est d’un gentilhomme de cette contrée qui m’a dit un jour, à l’approche de Pâques : Sennor con la hortuna del tiempo y la hatiga de la vestia, no pudimos llegar a la villa por comprar cosas para la hiesta57.

54Elle répond également à une qualification qui met cette figure du vulgus rusticus en marge des usages susceptibles d’être valorisés, incapable que ce vulgus est d’avoir conscience du caractère impropre ou vulgaire des usages qui sont les siens. Pour disqualifier cette figure de locuteur, Villalón ne manque pas de recourir à des adjectifs connotés négativement « [gens » simples (simples), à l’esprit peu subtil » (no agudas). Il n’hésite pas non plus à l’exclure de la sphère des locuteurs castillanophones compétents : « Il en est ainsi dans certaines montagnes où les gens n’ont guère l’esprit subtil et ne sont pas versés dans le parler castillan »58. Les usages du locuteur vulgus rusticus ne sont donc pas recevables à ses yeux, car ils corrompent le castillan. Ceci dit, le discours grammatical construit reste très cohérent, puisque, dès l’introduction de sa grammaire, Villalón avait pris soin de préciser que l’usage commun qu’il serait amené à reconnaître et légitimer se situerait nécessairement hors des frontières de la langue corrompue : « conformément […] à l’usage commun de la langue non corrompue »59.

55La disqualification qui est ainsi proposée des figures, d’une part, des imposteurs et autres charlatans et, d’autre part, de l’homme du commun à la langue rustique suppose que soient projetées en retour des figures positives de locuteurs susceptibles d’incarner les usages qui seront valorisés et légitimés. Nous avons pu montrer antérieurement que Villalón faisait allusion à une sorte de locuteur idéal, au travers de la désignation de « pur Castillan »60 qui fait écho à d’autres désignations connotées positivement. Ainsi en est-il de celles de « courtisans avisés »61, d’« écrivain avisé »62 et de « maître en orthographe »63 . Ces désignations inscrivent donc dans le texte des figures fictives de locuteur idéal qui ne sont pas sans rappeler celle du courtisan de Castiglione dont la langue se caractérise précisément par son caractère naturel, sans affectation ni archaïsmes, mais aussi par son absence de traits grossiers ou vulgaires.

56Il faut donc opposer cette figure fictive de locuteur idéal dont la construction est abstraite aux figures empiriques qui parcourent le texte, telle celle du prêtre, natif de La Vieille Castille qui semble répondre à celle du parfait informateur. Le passage mérite d’être reproduit dans son intégralité :

Certains qui se targuent d’être de grands latinistes prétendent que nous devons dire este puente lorsque nous parlons castillan, car ils disent qu’en latin, puente est de genre masculin […]. Et moi, j’ai demandé à un prêtre qui disait la messe depuis vingt ans et qui était natif de Vieille Castille ce qu’il lui semblait de cette manière de dire este puente. Et lui m’a répondu que cela lui semblait quelque corruption de Biscayen parlant castillan, parce que lui n’avait jamais entendu dire autre chose que esta puente. Et comme sa langue est la meilleure qui s’emploie entre les gens avisés sans corruption de la langue ancienne, je dis qu’on doit dire esta puente comme nous disons esta fuente et esta sangre64.

57En cas de discordance d’usages, Villalón nous fait comprendre que le « bon usage » recoupe toujours celui des « purs Castillans », idéalement originaires de la vieille Castille. C’est sur cette figure empirique qu’est projetée celle du locuteur idéal et ce sont sur les usages validés par les locuteurs de cette vieille Castille que le grammairien entend enraciner le modèle de langue idéale qu’il veut projeter dans son texte : « Et comme sa langue [celle de la Vieille Castille] est la meilleure qui s’emploie entre les gens avisés sans corruption de la langue ancienne »65. Il y a donc bien une volonté de se fonder sur l’usage commun de la langue, ce que Villalón désigne aussi comme « parler commun »66, dès lors que cet usage n’est pas vulgaire, qu’il correspond à « l’usage de ceux qui parlent bien »67 : « Je dis, en premier lieu, que nous devons, quand nous écrivons dans la langue castillane, nous conformer à la prononciation qu’en fait l’homme du commun en imitant le son de la langue pure ordinaire non corrompue »68. La norme idéale, selon Villalón, se situe donc à l’articulation de l’usage des locuteurs doctes mais sages et de l’usage commun non vulgaire. Elle se trouve incarnée dans sa grammaire, par la figure du prêtre, natif de la Vieille Castille, qui s’oppose, d’une part, à celle des prédicateurs, dont la langue est affectée, maniérée et faussement savante, et d’autre part, à celle du vulgus rusticus naïf et à l’esprit grossier, ainsi qu’à celle du locuteur basque.

Le masquage des sources du savoir, combiné à l’inscription de sa propre figure comme figure d’autorité projetant un imaginaire linguistique nouveau, en rupture avec les possibles existants

58Pour imposer cette norme idéale, le grammairien doit réussir à la légitimer, ce qui suppose qu’il veille, dans son texte, à maintenir une continuité avec les savoirs grammaticaux antérieurs, pour ne pas courir le risque de se délégitimer lui-même. Or, l’un des objectifs avoués de Villalón est de forger un modèle du castillan, épuré en particulier du latin, ce qui a pour corollaire le balisage de nouvelles voies et l’ancrage d’un certain imaginaire de la rupture.

59Outre le jeu de disqualification-qualification qui vient d’être mis en évidence, comment s’y prend-il donc pour concilier ce double impératif contradictoire ?

60La stratégie essentielle de Villalón consiste dans une alternance savamment construite entre neutralité axiologique et marquage subjectif. De même, on peut signaler qu’au sein de ce marquage subjectif, il fait alterner le « je » et le « nous », de manière à créer une connivence autour d’un usage commun, donc partagé, de la langue. Ceci lui permettra ensuite de légitimer de manière plus personnelle et avec une forme d’autorité plus individualisée, les usages, et par-delà eux, la norme qu’il entend valider.

61Aussi la grammaire se trouve-t-elle émaillée de formulations qui relèvent de la modalité aléthique, de manière que les informations qu’elles véhiculent, apparaissent comme naturellement vraies, coupées de toute source subjective, de tout savoir potentiellement questionnable. En voici quelques exemples :

Il faut noter que le nom a […]69.
On peut donc affirmer que ces vocables ou dictions sont de genre neutre […]70.
Et comme sa langue est la meilleure qui s’emploie entre les gens avisés sans corruption de la langue ancienne […]71.
Le pronom est une diction ou un vocable castillan, qui se met à la place du nom propre, comme les vocables yo, tu, aquel72..
Cinquièmement, il faut noter qu’en castillan, le pronom, pas plus que le nom, n’a de déclinaisons, puisqu’aucun d’entre eux ne varie en sa lettre finale, à raison de cas73.

62L’inscription de ce savoir qui est énoncé comme allant de soi, non problématique et non questionnable, a pour vertu d’installer le « lecteur » dans un certain confort dogmatique, de façon à asseoir la légitimité de l’entreprise grammaticale de Villalón. Ce masquage des sources du savoir va de pair avec une démarche qui consiste à forger, au plan discursif, un imaginaire de communauté linguistique, comme en témoigne l’emploi de la première personne du pluriel. Mais quel est le périmètre exact de cette première personne du pluriel ?

63En effet, se posant en tant que locuteur hispanophone ou castillanophone, Villalón met en avant la forme de connivence qui le lie à tous ceux qui, avec lui, ont en partage cette même langue castillane qu’il tente de modéliser par la sélection de certains traits et le rejet d’autres. Les trois marqueurs principaux de cette connivence sont constitués par le choix du pronom personnel « nous », par la formule servant à introduire des exemples, à savoir, « ainsi, nous disons » (como decimos) et par l’emploi récurrent de l’expression « notre langue » ((esta) nuestra lengua) et de l’adjectif « castillan » (castellano(a)).

64Pour rappel, les exemples, au sein d’une grammaire, viennent illustrer a posteriori la règle dont il est question. En ayant fait le choix de la tournure « ainsi, nous disons » pour introduire ces exemples, Villalón institue et exalte l’imaginaire d’un usage commun et partagé de la langue. Quant à la récurrence de la formule « notre langue » et à la fréquence d’emploi de celle de l’adjectif « castillan », elles promeuvent une nouvelle conception de la langue commune, souveraine et autonome :

Notre langue castillane prit commencement au temps des Rois de Castille et de Léon74.
Mais notre langue castillane n’a pas besoin de cette multiplication des temps75.
Quatrièmement, il faut noter que le verbe, dans la langue castillane, a trois conjugaisons, ou trois manières ou trois façons différentes d’être conjugué76.
Il faut noter que toute la difficulté de la langue castillane consiste à bien savoir composer une clausule qui, en latin, est appelée « oratio » […]77.
Je dis78 maintenant que la clausule castillane peut être considérée de deux manières […].

65De fait, en forgeant un discours qui assure une fonction identitaire, unifiante, véhiculant un imaginaire de pratiques communes et partagées, Villalón peut, par la complicité qui s’instaure entre lui et son lecteur, s’affirmer progressivement comme autorité, comme figure en surplomb pouvant départager les usages en concurrence et définir un nouveau modèle du castillan.

D’où un recours stratégique à la première personne du singulier :

[…] je veux m’exprimer mieux et je dis ainsi79.
Et je trouve qu’il n’y a pas d’autre verbe passif en castillan que le verbe padezco80.
Et si quelqu’un dit que les clausules castillanes yo soy amado, yo soy herido, yo soy açotado expriment la passion, je lui réponds que c’est bien vrai […]81.

66L’affirmation de ce « je » du grammairien peut être péremptoire, contribuant ainsi fortement à mettre en exergue le savoir et l’autorité clairement individualisés d’un moi, qui ne craint pas de prendre position, de trancher, de hiérarchiser et de distribuer des positivités et des négativités. Mais il arrive aussi que ce « je » adopte une position plus nuancée, soit par rapport à un savoir problématique ou en regard d’une posture qui peut s’avérer en contradiction avec celle tenue jusque-là :

Il ne me paraît pas non plus tellement éloigné de la raison d’affirmer que ce verbe soy puisse être passif […]82.
D’où il me paraît que tous les verbes qu’Antonio de Nebrixa appelle « neutres » ne le sont pas en castillan83.
Dans cette manière d’écrire, il ne sera pas dépourvu de raison que nous, les Castillans, imitions les Latins, puisque nous leur avons emprunté le principal de cette doctrine […]84.

Toutefois, il faut noter que ce recours à la première personne du singulier s’effectue, non pas de manière exclusive, mais en combinaison avec une première personne du pluriel qui n’est autre, cette fois, qu’une extension de ce « je », soit un « nous » de majesté. La fonction essentielle de ce « nous » étendu est sans doute de conférer au « je » plus de poids et d’autorité. Il n’empêche que, dans une sorte de collusion des valeurs portées par le « nous » de majesté et le « nous » à valeur communautaire, le recours fréquent à la première personne du pluriel offre à Villalón, un double levier : amplifier l’autorité du « je » et assurer la fonction identitaire et communautaire :

[…] nous prétendons offrir un art pour le pur castillan, largement affranchi du latin, nous ne pourrons pas totalement éviter de nous servir de quelques noms et vocables de la langue latine85.
En effet, pour tous les autres verbes, nous disons yo amo, tu amas, aquel ama et, en faisant varier la personne, nous faisons varier et modifions leur terminaison en leur lettre finale au singulier et pluriel […]86.

67De même, il est intéressant de noter que Villalón recourt à la valeur « prophétique » du futur simple, en lien avec sa valeur « injonctive » pour poser une réalité qu’il veut donner l’impression de faire advenir, comme pour démontrer la dimension performative ou créatrice de sa parole : « seront considérées comme du pur castillan »87.

68Il en découle que « dire la norme » relève d’une procédure complexe où le grammairien du XVIe siècle est sommé de produire la règle tout en lui conférant dans le même temps une dimension prescriptive. Le modèle idiomatique qu’il tient pour « naturel » et qui sert de son socle à l’art qu’il veut écrire n’est pas aisé à définir, dans la mesure où la langue vernaculaire, en l’occurrence ici, le castillan, n’est pas encore totalement déliée de la tutelle du latin et reste en compétition avec des langues ou dialectes qui l’irriguent aussi de leurs usages et pratiques. Définir le territoire propre à cette langue s’avère donc être sa première mission, l’idéal de pureté étant sans doute d’abord à appréhender comme un enjeu d’identification. Toutefois, dans le cas particulier de Villalón, l’affirmation de cet idéal vise aussi à permettre à l’auteur d’« occuper une place », celle du grammairien pionnier qui entreprend l’immense tâche de doter le castillan d’une grammaire.

  • 88 G. CORREAS, op. cit., p. 130. Le texte espagnol est le suivant : « hablar natural ó usual de las xe (...)

69On sait que l’Histoire a surtout retenu la figure de Nebrija. On sait aussi que Correas, au XVIIe siècle, fera une distinction entre art naturel et art grammatical, distinction qui n’est pas sans rappeler celle que les linguistes opèrent aujourd’hui entre savoir épilinguistique (art naturel) et savoir métalinguistique (art grammatical). La reconnaissance d’un « art naturel » que Correas définira lui-même comme « parler naturel ou usuel des gens dans leurs langues »88, ne fut possible chez ce grammairien, que parce qu’il prit l’usage commun comme modèle idiomatique « naturel », à la différence de la plupart de ses contemporains. Nous pensons en particulier à Villar.

  • 89 Claude FAVRE DE VAUGELAS, [1647], Remarques sur la langue française Paris : Veuve Jean CAMUSAT, Pi (...)
  • 90 En se fondant sur l’opposition existant en latin entre les mots populus et plebs, Vaugelas rappelle (...)
  • 91 D. TRUDEAU, op. cit., p. 172 : « Le bon usage est ainsi enfermé au cœur de la cour, comme un trésor (...)

70On voit alors toute la distance qui sépare Correas des réformateurs français du XVIIe siècle dont il convient de dire quelques mots. Alors que Correas reconnaît les usages et n’énonce pas de jugement de valeur sur « l’usage du plus grand nombre », pour Vaugelas, « [l]e mauvais [usage] se forme du plus grand nombre de personnes », tandis que « le bon au contraire est composé, non pas de la pluralité, mais de l'élite des voix »89. S’éloignant des positions qu’avaient prises Palsgrave ou Estienne au XVIe siècle concernant l’établissement de la norme sur des critères géographiques et sociaux « généraux » tels que Paris ou la Cour, Vaugelas édifie sa norme, définie comme « bon usage », en se fondant sur « la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d'écrire de la plus saine partie des autheurs du temps ». Il faut retenir ici la notion de « minorité »90 qui est constituée par les « honnêtes gens » qui ne sont autres qu’une certaine partie des gens de la Cour et des auteurs contemporains dépositaires du « bon usage »91. Seuls ces gens peuvent être dépositaires de la langue légitime. Les Remarques de Vaugelas sont exclusivement destinées à cette minorité, restriction qui, outre sa conception de la fluctuation permanente de la langue dont les usages évoluent si rapidement qu’il était, selon lui, vain de chercher à les fixer, explique en grande partie pourquoi il n’a pas produit de grammaire.

71Correas tenta de combler l’écart existant entre « dire la règle » et « dire la norme », de par son refus d’une position normative, qui ouvrait déjà la voie à la démarche descriptive de la science linguistique.

72Auparavant, Villalón, pour sa part, avait choisi de concilier l’usage ordinaire de l’homme du commun avec celui du « courtisan avisé », selon une posture quelque peu acrobatique qui avait pourtant le mérite de ne pas disqualifier totalement l’usage commun, sans pour autant se soumettre à sa tyrannie.

73En ce sens, il n’a pas manqué de jouer un rôle majeur dans la standardisation du castillan au XVIe siècle.

Notes

1 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 4 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est tiré de Gramática… : « […] arte o gramática para saber hablar y escrevir en la lengua castellana ».

2 José María POZUELO YVANCOS, « Norma, uso y autoridad en la teoría lingüística del siglo XVI », in : Antonio QUILIS, Hans-Josef NIEDEREHE (éd.), The History of Linguistics in Spain, Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing, 1986, p. 77-94. La phrase en castillan est la suivante : « La delimitación de la norma y su relación con el uso se presenta como un problema clave en la teoría lingüística del XVI […] ».

3 Gilles SIOUFFI, Agnès STAUCKARDT (éd.), Le linguiste et la norme. Aspects normatifs du discours linguistique, Berne : Peter Lang, 2007.

4 Elena MENDES GARCÍA DE PAREDES, « La norma idiomática del español : visión histórica », Philologia hispalensis, 13, 1999, p. 109-132, p. 110. Le texte espagnol est : « En el español común la palabra norma es polisémica, pues aunque aúna dos sentidos procedentes de orígenes distintos, la proximidad semántica y la dependencia mutua los convierte en dos acepciones de una misma entrada léxica. Una de las acepciones es patrimonial […]. De ahí ‘regla sobre la manera como se debe hacer o está establecido que se haga cierta cosa’ […] ‘regla con respecto a la que ajustar la conducta’, es decir, canon, modelo, guía, ejemplo. Tales significados son los que mejor se avienen en la ciencia linguística con norma de corrección y gramática normativa. Es decir, este significado de la lengua común es el que inspira el concepto tradicional de norma, ‘modelo idiomático con respecto al cual debe ajustarse la conducta lingüística de los hablantes instruidos’, equivalente, pues, a canon lingüístico o ejemplaridad idiomática ».
El otro significado de norma en la lengua común es más moderno, pues deriva de un préstamo francés, la palabra normal, no documentada para el español hasta el siglo XIX : ‘lo que se tiene como corriente, ordinario y usual’. Esta acepción de la palabra norma en la lengua diaria es la que late en el tecnicismo lingüístico acuñado por E. Coseriu en 1952 en su conocido artículo « Sistema, norma y habla » […] La norma de Coseriu reúne todas las ocurrencias que en el habla se manifiestan como regularidad, como hábito, […] Se trata, pues, de una concepción del término bien distinta a la tradicional que subyace en gramática normativa o norma de prescripción […]

5 Ibid. Le texte espagnol est : « En resumen, dentro del metalenguaje científico existen dos sentidos aparentemente opuestos del término norma […]. El primero, de carácter prescriptivo, obsoleto ya por las connotaciones negativas que implica, pues norma se define como lo que debe ser. El segundo, el coseriano de norma, como hecho consuedinario que se define como lo que es. Pero lo más significativo es que sus significados colisionan y se interfieren tanto en la lengua común como en el metalenguaje científico ».

6 Pascal DUBOURG GLATIGNY, Hélène VÉRIN (éd.), Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 2018.

7 Louis MEIGRET, Le Traité de la Grammaire française , [1550], 1980, Franz Josef HAUSMANN (éd.), Tubingen : GunterNarrVerlag, 1980. Voir en particulier, « Au lecteur », p. 2r°.

8 Diccionario de Autoridades : « Arte : conjunto de preceptos y reglas necesarios para hacer algo / Libro que contiene los preceptos de la gramática latina ».

9 Ibid. : « Predominio de la elaboración artística sobre la naturalidad ».

10 Ibid. : « Objeto construido para un determinado fin ».

11 Paul RICŒUR, Temps et récit II : La configuration dans le récit de fiction, Paris : Seuil (Coll. « Points »), 1984.

12 Cette question du modèle est récurrente chez tous ceux qui se sont intéressés à la problématique de la grammaticalisation. Ainsi J. M. Pozuelo Yvancos, art. cit., p. 91 aboutit à la classification suivante : « Dans la théorie linguistique espagnole, l’autorité normative s’établit en fonction de l’importance concédée à l’usage et du sens accordé à ce terme par chaque grammairien. Nous avons fondamentalement défendu et reconnu, à cet égard, l’existence de trois postures : a) ceux qui restent fidèles à l’idée d’usage héritée de Quintilien, qui se montrent normatifs et défendent la tradition doctrinale de la grammaire scolaire ( je donne à « scolaire » un sens large) ; b) ceux qui ne reconnaissent pas d’autre autorité que l’usage commun, soit dans le sens de la communauté linguistique (Valdés), soit comme usage individualisé de la langue ; c) ceux qui voient dans la raison le principe premier de l’autorité, la raison étant ce qui doit gouverner tout aussi bien la doctrine grammaticale que l’usage ». Le texte espagnol est le suivant : « En la teoría lingüística española la autoridad normativa se establece en función del grado de importancia concedido al uso y de sentido otorgado a este término porc ada gramático. Básicamente hemos defendido y recorrido la existencia de tres posturas al respecto : a) La de quienes mantienen la idea de uso heredada de Quintiliano, se muestran normativistas y defienden la tradición doctrinal de la gramática escolar (doy a « escolar » un sentido amplio) ; b) la de quienes no reconocen más autoridad que el uso común, entendido como ‘hábitos lingüísticos de los hablantes’, ya sean en el sentido de comunidad lingüística (Valdés), ya sea como uso individualizado de la lengua (Aldrete) ; c) la de quienes ven en la razón el principio rector de la autoridad, razón que debe gobernar tanto la doctrina gramatical como el uso ».

13 C. de VILLALÓN, C. (de), Grammaire…, § 3 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est le suivant, tiré de Gramática… : « […] esta nuestra lengua hasta agora ha andado suelta sin subjetarse a regla ni ley […] ».

14 M. D. MARTÍNEZ GAVILÁN, « Grammaire normative/grammaire descriptive dans la linguistique espagnole », 1992. [En ligne], mis en ligne en 1992, consulté le 12 février 2020. URL : https://benjamins.com/catalog/sihols.68.18gav ; https://doi.org/10.1075/sihols.68.18gav : « Outre l'attribution aux langues vulgaires d'un prestige semblable a celui des langues classiques, il existe une préoccupation commune a toutes ces langues : le choix du modèle idiomatique sur lequel il dut élaborer l'artifice grammatical ».

15 A. de NEBRIJA, Institutiones…, III, 1 : « […] scientia recte loquendi recteque scribendi ex doctissimorum virorum usu atque auctoritate collecta ».

16 Reinhard KARTMANN, Francis Colin STORK, “Use”, in: Dictionnary of language and linguistics, Londres : Applied Sciences Publishers Ltd, 1972, p. 246 : « The way in which the members of a speech community use their mother tongue ».

17 J. de VALDÉS, op. cit., p. 43 : « […] he aprendido la lengua latina por arte y libros, y la castellana por uso […].

18 Ibid. : Sin embargo, a pesar de las declaraciones de Valdés en defensa del uso común ejemplificado en los refranes, no hay que olvidar que, al mismo tiempo, apela al uso culto y cortesano a la hora de justificar algunas de sus preferencias. Y es que, como dice R. Lapesa, el interés por los refranes no implica "popularismo en Valdés, quien para dictaminar en materias de lenguaje alega los títulos de ser hombre criado en el reino de Toledo y en la corte de España". La lengua por la que él aboga es la usada por los caballeros de la corte imperial. En consecuencia, el patrón lingüístico que reivindica es el del cortesano, arquetipo social del Renacimiento descrito por Castiglione, cuyas maneras ponderadas y cuidadas, pero carentes de amaneramiento, se corresponden con su expresión llana y sencilla, que evita la afectación, modelada según el ideal de la naturalidad y, al mismo tiempo, de la selección, lo que supone tanto someter a criba lo vulgar y lo grosero como huir del artificio latinizante.

19 Jean-Claude ANSCOMBRE, « Grandeurs et misères linguistiques de la parémiologie », in : Alexandra ODDO, Bernard DARBORD (éd.), Nouvelles recherches sur le Refranero castillan, Crisol (Nouvelle série), 14, 2011, p. 59-76. [En ligne], mis en ligne en 2011, consulté le 21 mars 2021 : http://crisol.parisnanterre.fr/index.php/crisol/issue/view/9

20 María Dolores MARTÍNEZ GAVILÁN, « Normativismo y antinormativismo en la tradición gramatical española del siglo XVII », Contextos VIII, 15-16, 1990, p. 129-151, p. 133.

21 Nous ne partageons pas totalement l’opinion de J. M. Pozuelo sur Villalón ; une analyse attentive du discours grammatical de celui-ci montre que Villalón reste soucieux de l’usage commun, dès lors que ce dernier est épuré de tout trait rustique ou grossier. Voici ce que dit de Villalón, J.M. POZUELO, art. cit., p. 82 : « La position de Villalón diffère peu de celle de Nebrija, il se maintient dans la même lignée normative. C. García signale l’influence de Quintilien chez Villalón et comment pour ce dernier, la pureté de la langue primait sur tout usage déviant et sur l’emploi d’archaïsmes, de jargons et de charabias ». Le texte espagnol est le suivant : « La posición de Villalón difiere poco de la de Nebrija, se maintiene en la misma línea normativista. C. García señala la influencia quintilianesca en Villalón y como para él la pureza de la lengua primaba siempre sobre cualquier uso desviado y sobre el empleo de arcaismos, germanías y jerigonzas ».

22 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 4 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol tiré de Gramática… est le suivant : « Arte o gramática de saber hablar y escrevir en la lengua castellana colegida de la auctoridat de los Sabios, conforme a la costumbre y uso común de la lengua no corrompida ».

23 A. de NEBRIJA, Gramática, p. 35 : « De là nous démontrerons de manière manifeste que le castillan n’est rien d’autre que du latin corrompu ». Le texte espagnol est : « De donde manifiesta mente demostraremos que no es otra cosa la lengua castellana : sino latin corrompido ».

24 Françoise GADET, « La Norme qui a pu être fictive », La variation sociale en français, Paris : Ophrys, 2003, p. 19.

25 Einar HAUGEN, « Dialect, language, nation », American Anthropologist, 68 (4), 1966, p. 922-935.

26 Ibid., p. 933.

27 Danielle TRUDEAU, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris : Éditions de Minuit, 1992, p. 40.

28 Pour rappel, le gascon, dialecte (nord) de l'occitan, fut exclu de l'ordonnance de Villers-Cotterêts. Henri IV fut Gascon, et il demanda à Malherbe de « degasconniser la cour ».

29 Geoffroy TORY, Champ fleury, auquel est contenu lart et science de la deue et vraie proportion des lettres attiques, quon dit autrement lettres antiques, et vulgairement lettres romaines, proportionnees selon le corps et visage humain, Paris : Geofroy Tory et Gilles de Gourmont, 1529. [8], LXXX f. (sig. A6 B-N8 O6) ; in-folio.

30 Charles de BOVELLES [1533], Liber de differentia vulgarium linguarum et gallici sermonis varietate, Paris : Klincksieck, 1973.

31 D. TRUDEAU, Les inventeurs du bon usage, p. 41.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 39.

34 Ibid.

35 Cette question de l’usage en rapport avec le lieu, et donc du modèle, est récurrente chez tous ceux qui se sont intéressés à la problématique de la grammaticalisation. Ainsi J. M. POZUELO YVANCOS, art. cit., p. 91 aboutit à la classification suivante : « Dans la théorie linguistique espagnole, l’autorité normative s’établit en fonction de l’importance concédée à l’usage et du sens accordé à ce terme par chaque grammairien. Nous avons fondamentalement défendu et reconnu, à cet égard, l’existence de trois postures : a) ceux qui restent fidèles à l’idée d’usage héritée de Quintilien, qui se montrent normatifs et défendent la tradition doctrinale de la grammaire scolaire ( je donne à « scolaire » un sens large) ; b) ceux qui ne reconnaissent pas d’autre autorité que l’usage commun, soit dans le sens de la communauté linguistique (Valdés), soit comme usage individualisé de la langue ; c) ceux qui voient dans la raison le principe premier de l’autorité, la raison étant ce qui doit gouverner tout aussi bien la doctrine grammaticale que l’usage ». Le texte espagnol est le suivant : « En la teoría lingüística española la autoridad normativa se establece en función del grado de importancia concedido al uso y de sentido otorgado a este término porc ada gramático. Básicamente hemos defendido y recorrido la existencia de tres posturas al respecto : a) La de quienes mantienen la idea de uso heredada de Quintiliano, se muestran normativistas y defienden la tradición doctrinal de la gramática escolar (doy a « escolar » un sentido amplio) ; b) la de quienes no reconocen más autoridad que el uso común, entendido como ‘hábitos lingüísticos de los hablantes’, ya sean en el sentido de comunidad lingüística (Valdés), ya sea como uso individualizado de la lengua (Aldrete) ; c) la de quienes ven en  la razón el principio rector de la autoridad, razón que debe gobernar tanto la doctrina gramatical como el uso ». 

36 John PALSGRAVE, [1530], Esclaircissement de la langue françoyse, livre I, ch. XLI, folio XIII, in : Rickard Peter RICKARD (éd.), La langue française au seizième siècle, Cambridge : Presses Universitaires, 1968, p. 19-21.

37 Robert ESTIENNE, [1557], Traicté de grammaire, Colette Demazière (éd.), Paris : Honoré Champion, 2003.

38 C. d VILLALÓN, Grammaire…, § 5 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. La phrase espagnole, tirée de Gramática… est la suivante : « Prentendemos dar arte para el puro castellano desasido del latín ».

39 Ibid., § 16 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « Algunos que presumen de grandes latinos dicen que, hablando en castellano, hemos de decir « este puente » porque dicen que en el latín, ‘puentees del género masculino. Pero yo digo que en castellano es barbarismo porque si su razón fuese buena, también habíamos de decir ‘este fuent’ y ‘este sangre.

40 Ibid., § 3 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « Todos cuantos hacen cuenta de las lenguas y de su autoridad dizen que la perfección y valor de la lengua se deve tomar y deducir de poder ser reducida a arte. Y por esto dicen todos que las lenguas hebrea, griega y latina son de más perfección. Lo cual me lastimó tanto que de afrenta enmudecí, maravillándome que de tanto varón cuerdo y sabio que ha criado esa Castilla con su lengua natural no hubiesen intentado restituirla en su honra, satisfaciéndola de tanta injuria que se le ha hecho hasta aquí, y principalmente cuando vine a considerar que la falta no estaba en nuestra lengua, pues, de su parte y copiosidad tiene todo lo que otra para acomodarse a aquella regla y orden de género y pronunciación que la quieran dar ».

41 Ibid., § 2 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est le suivant : « […] en cada una dellas [las palabras] en especial se ha de mirar que sea pura castellana, clara, usada y apropiada […] ».

42 Ibid., § 3 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est le suivant : « Palabra pura castellana será si no fuere traída nuevamente de otras lenguas, porque aunque sea latina, la tal palabra no la aprobamos ».

43 Ibid., § 1 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578.La séquence espagnole est la suivante : « sin barbarismo ni incongruidad ».

44 Ibid., § 39 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580 La séquence espagnole est la suivante : « La lengua española pura […] ».

45 Ibid., § 16 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. La séquence espagnole est la suivante : « […] porque en la pronunciación ninguno puro castellano sabe hacer diferencia […] ».

46 Ibid., § 16 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est la suivante : « corrupción de vizcaíno ».

47 Ibid., § 16 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est la suivante : « natural de Castilla la vieja ».

48 Ibid., § 3 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est le suivant : « digo que en la lengua castellana no se puede poner declinación, ni la hay porque para ninguna cláusula ni propósito se varían el nombre o vocablo por letra final por ninguna manera de decir ».

49 Ibid., § 3 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est le suivant : « Esto acostumbran hacer muchos idiotas, echacuervos, charlatanes que para espantar […] a los simples populares labradores, usan de una ensalada de vocablos incógnitos, no usados, de lenguas extrañas pensando espantar y admirar los oyentes y que los tengan por sabios […] ».

50 Voir aussi Ralph LUDWIG, « Desde el contacto hacia el conflicto lingüístico : el purismo en el español. Concepto, desarrollo histórico y significación actual », BFUch, 37, 2000-2001, p. 167-196. Voir aussi Marie-Églantine LESCASSE, « ¿Qué es el purismo? », in : Francisco ESCUDERO PANIAGUA et alii (dir.), Ideologías en obras sobre la lengua española (s. XV-XX), Círcula, 8, 2018, p. 100-128.

51 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 16 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est la suivante : Gramática… : « […] algunos que presumen de grandes latinos […] ».

52 Ibid., § 3 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Les termes espagnols sont les suivants, Gramática… : « idiotas, echacuervos, charlatanes ».

53 Ibid., § 26 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « dice el vulgo cablito, glueso, glitador, prata, branca, praça, Flancisco aviendo de dezir cabrito, grueso, gritador, plata, plaça blanca, Francisco […] ».

54 Ibid., § 38 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. Le mot espagnol est, Gramática… : « el comun ».

55 Ibid., § 3 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. La séquence espagnole est la suivante, Gramática… : « simples populares labradores ».

56 Ibid., § 4 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. La séquence espagnole est la suivante, Gramática… : « como dicen en algunas montañas ».

57 Ibid., § 4 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. La séquence espagnole est la suivante, Gramática… : « Y aun piensan muchas de aquellas gentes que hablan muy pulidamente en su manera de decir, como un hidalgo de aquella tierra, me dijo un día junto a la pasqua de resurreción : ‘Señor, con la hortuna del tiempo y la hatiga de la bestia no pudimos llegar a la villa para comprar cosas para la hiesta’ ».

58 Loc. cit. Le texte espagnol est le suivant : « Como dizen en algunas montañas por ser gentes no agudas, ni miradas en el hablar castellano ».

59 Ibid., § 4 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « […] conforme […] al uso común de la lengua no corrompida ».

60 Ibid., § 16 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. texte espagnol est le suivant, Gramática… : « ninguno puro castellano ».

61 Ibid., § 3 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. La séquence espagnole est, Gramática… : « cuerdos cortesanos ».

62 Ibid., § 1 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. La séquence espagnole est, Gramática… : « cuerdo escritor ».

63 Ibid., § 36 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. La séquence espagnole est, Gramática… : « buen ortographo ».

64 Ibid., § 16 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est, Gramática… : « Algunos que presumen de grandes latinos dicen que, hablando en castellano, hemos de decir ‘este puenteporque dicen que en el latín, ‘puentees del género masculino […] Y yo pregunté a un sacerdote que avía veinte años que decía misa, natural de Castilla la vieja que le parecía esta manera de decir ‘este puente. Y él me respondió que le parecía corrupción de vizcaíno cuando habla en castellano porque él nunca oyó decir sino ‘esta puente’ ».

65 Ibid., § 16 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est : « Y pues aquella lengua es la mejor que mas se usa entre cuerdos sin corrupçion de la lengua antigua »

66 Ibid., § 14 du Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. La séquence espagnole est, Gramática…, « común locución ».

67 Ibid., § 4 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. La séquence espagnole est : en el uso de los que bien hablan […].

68 Ibid., § 39 du Livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « […] digo que devemos en el escrevir de la lengua castellana con la pronunciación que hace el común imitando el sonido de la lengua española pura, vulgar no corrompida ».

69 Ibid., § 4 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est, Gramática… : « Es de notar que el nombre tiene dos […] ».

70 Ibid., § 5 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est, Gramática… : « Entonces se puede decir que estos vocablos o dicciones son del género neutro […] ».

71 Ibid., § 16 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568.bLa séquence espagnole est, Gramática… : « Y pues aquella lengua es la mejor que se usa entre cuerdos sin corrupción de la lengua antigua […] ».

72 Ibid., § 57 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est, Gramática… : « Pronombre es una dicción o vocablo castellano que se pone en lugar del nombre propio, como estos vocablos ‘yo, ‘tú, ‘aquel ».

73 Ibid., § 63 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est, Gramática… : « Quinto es de notar que en el castellano tan poco tiene el pronombre declinaciones como el nombre, porque ninguno se varía en la letra final por casos […].

74 Ibid., § 4 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. La séquence espagnole est, Gramática… : « Esta nuestra lengua castellana tuvo principio de los reyes de Castilla […] ».

75 Ibid., § 2 du Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. La séquence espagnole est, Gramática… : « Pero nuestra lengua castellana no tiene necesidad de esta multiplicación de tiempos ».

76 Loc. cit. La séquence espagnole est, loc. cit. : « Quarto es de notar que el verbo en la lengua castellana tiene tres conjugaciones […] ».

77 Ibid., § 1 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. La séquence espagnole est, Gramática… : « Es de notar que toda la dificultad de la lengua castellana […] ».

78 Ibid., § 2 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. La séquence espagnole est, Gramática… : « Agora digo que la cláusula castellana se puede considerar en una de dos maneras […] ».

79 Ibid., § 3 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. La séquence espagnole est, Gramática… : « Y digo así que el latín […] ».

80 Ibid., § 15 du Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. La séquence espagnole est, Gramática… : « Y solo hallo que en el castellano no hay otro verbo pasivo si no este verbo ‘padezco’ ».

81 Loc. cit. La séquence espagnole est, loc. cit. : « Y si alguno dijere que estas cláusulas castellanas « yo soy amado », « yo soy herido », « yo soy azotado » significan pasión, respondo que así es verdad […] ».

82 Ibid., § 15-16 du Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. La séquence espagnole est, Gramática… : « Ni tampoco me parece que sería muy lejos de razón afirmar que este verbo ‘soy’ :l fuese pasivo […] ».

83 Ibid., § 17 du Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. La séquence espagnole est, Gramática… : « Por lo cual me parece que no todos los verbos que Antonio de Nebrija llama neutros lo son en el castellano […] ».

84 Ibid., § 30 du livre IV, https://books.openedition.org/esb/3580. La séquence espagnole est, Gramática… : « En la cual manera de escribir no será cosa muy fuera de razón que los castellanos imitemos a los latinos pues de ellos tomamos lo principal de esta doctrina ».

85 Ibid., § 5 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. La séquence espagnole est, Gramática… : « Pretendemos dar arte para el puro castellano desasido del latín, no nos podremos del todo escusar de aprovecharnos de algunos nombres […] ».

86 Ibid., § 18 du Livre II, https://books.openedition.org/esb/3573. La séquence espagnole est, Gramática… : « Porque dezimos en otro qualquier verbo, yo amo, tu amas, aquel ama, en el qual variandose por las personas variamos y mudamos la terminacion de la letra final en el singular y plurar […] ».

87 Ibid., § 3 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. La séquence espagnole est, Gramática… : « Palabra pura castellana será […] ».

88 G. CORREAS, op. cit., p. 130. Le texte espagnol est le suivant : « hablar natural ó usual de las xentes en sus lenguas ».

89 Claude FAVRE DE VAUGELAS, [1647], Remarques sur la langue française Paris : Veuve Jean CAMUSAT, Pierre LE PETIT, 1647, 2. Les pages de l’édition de Thomas Joly que nous utilisons, ne sont pas numérotées. La référence se fait donc par chapitre.

90 En se fondant sur l’opposition existant en latin entre les mots populus et plebs, Vaugelas rappelle qu’en latin, le mot populus, inclut les patriciens et les chevaliers, en plus des simples citoyens, tandis qu’en français, le mot « peuple » en renvoie qu’au mot latin plebs et ne concerne donc que la plèbe.

91 D. TRUDEAU, op. cit., p. 172 : « Le bon usage est ainsi enfermé au cœur de la cour, comme un trésor auquel on accède qu’en se dépouillant successivement de liens compromettants avec le peuple, la province, les individus vulgaires, les pédants et les fats […] Vaugelas nous conduit ainsi d’exclusion en exclusion au sommet de la hiérarchie sociale et politique, introduisant une hiérarchie dans le milieu courtisan lui-même, réduisant les représentants du bon usage à une infime minorité […] ».

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search