Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Chapitre II – Approche comparée des prologues des grammaires de Nebrija (1492) et Villalón (1558) : quels défis pour la traduction ?

Texte intégral

1Antonio de Nebrija, comme on le sait, publia sa Grammaire de la langue castillane en 1492, à un moment où le latin était la langue de prestige et où les langues romanes n’étaient pas encore considérées comme totalement dignes d’être des langues de culture. C’est pourquoi l’initiative de Nebrija d’écrire une grammaire du castillan se doit d’être replacée dans son contexte, lequel, nous l’avons déjà souligné, est fort différent, de celui dans lequel prendra place, en 1558, la grammaire de Villalón.

2Pour rappel, le destin éditorial de la grammaire de Nebrija fut assez surprenant. Comme le soulignent Vicente Calvo Fernández et Miguel Ángel Esparza Torres :

  • 1 Vicente CALVO FERNÁNDEZ, Miguel ÁNGEL ESPARZA, « Una interpretación de la Gramática Castellana de N (...)

Le fait qu’elle [la grammaire castillane de Nebrija] n’ait fait l’objet d’une réédition que deux-cent-cinquante ans environ après sa date de publication est une donnée qui, mise en parallèle avec le nombre de réimpressions des autres œuvres de Nebrija, retient puissamment l’attention1.

3On sait aussi que Juan de Valdés ne se priva pas de critiquer le fait qu’un andalou comme Nebrija ait pu avoir l’ambition d’écrire une grammaire du castillan. Villalón qui ne fait officiellement allusion, dans sa grammaire, qu’à la version bilingue des Introductiones latinae de Nebrija, sans jamais mentionner la grammaire castillane de Nebrija 1492, tient à rattacher Nebrija à un imaginaire linguistique dominé par le latin. Villalón considère ainsi qu’il n’y a pas eu de grammaire du castillan digne de ce nom avant la sienne, ce qui le conduit à déclarer dans son prologue que le castillan, n’ayant pas été réduit en art avant lui, est resté dans « sa barbarie originelle » :

Et parce qu’il y a traité de nombreuses choses sans aucune pertinence, ce n’est plus un art de la langue castillane et on le tient pour une traduction de son art latin, ce qui fait que notre langue est demeurée, selon la commune opinion, dans sa barbarie originelle […]2.

4Il nous a donc paru intéressant de mettre en perspective les prologues des grammaires de Nebrija et de Villalón, afin de mesurer les convergences et les écarts existant entre deux discours produits à plus d’un demi-siècle de distance et examiner les modalités de présentation et de justification respectives des deux entreprises, tout en analysant la construction des figures auctoriales qui sont projetées dans ces avant-textes. Cette comparaison permet aussi de mieux percevoir la distance parcourue en termes de reconnaissance des langues vulgaires, entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe siècle.

  • 3 Bernard GUENÉE, « Histoire », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Jacques LE GOFF et Jean (...)

5En effet, le prologue en tant que pièce liminaire d’un texte nous renseigne sur la manière dont se positionne l’auteur, sur ses objectifs, sur sa stratégie d’écriture. Fortement codifié – il suffit de se référer au topos de modestie et à la captatio benevolentiae ? –, le prologue a, en effet, longtemps été relégué au rang de « ramassis de lieux communs dont on pouvait même s’épargner la lecture et la publication », je cite ici Bernard Guenée3. Nous considérerons néanmoins que le prologue, demeure un espace de liberté où l’auteur cherche à inscrire un « vouloir-dire » qui met en jeu, au moins partiellement, sa personne. Le propre du prologue en tant qu’énoncé n’est-il pas de mettre en tension des modèles hérités, définis par leur « fixité » ou conventionnalisme et une énonciation singulière qui relève du présent de l’auteur en question ?

6On tiendra donc que l’auteur projette une certaine image de lui-même dans le prologue, lequel peut donc être le lieu de l’expression d’une forme de subjectivité auctoriale dont on peut identifier et circonscrire les contours. En ce sens, s’agissant d’une grammaire qui peut être tenue pour un discours de type impersonnel, le prologue constitue un lieu à part où la figure de l’auteur peut être saisie différemment, du fait de l’inscription d’un discours plus personnel. L’abondance des marqueurs déictiques (démonstratifs, adverbes de lieu et de temps comme aquí, ahora, etc.) caractérise, en effet, le discours prologal, discours de présentation par excellence.

  • 4 Bernard MAGNÉ, « Métatextuel et lisibilité », Protée, Chicoutimi : Presses Universitaires Québec, 1 (...)

7Il en découle que la traduction du prologue d’une grammaire requiert sans doute, de la part du traducteur, d’autres ressources et stratégies que celles qu’il va déployer pour traduire l’énoncé grammatical proprement dit. Comme on l’a dit, le prologue constitue un énoncé à part, un texte qui n’est pas marqué au sceau de l’effacement énonciatif, comme c’est le cas de l’énoncé grammatical proprement dit qui, lui, se caractérise généralement par la prédominance du métalangage et l’inscription d’un discours tout à la fois didactique et impersonnel, associant des actes énonciatifs assertifs et descriptifs-prescriptifs. Le prologue est donc défini tout à la fois comme un énoncé paratextuel (il investit les parties liminaires du texte, dont il est un avant) et un énoncé métatextuel, dans la mesure où, comme le souligne Bernard Magné, est métatextuel, « tout énoncé qui, dans un texte, apporte une information dénotativement et/ou connotativement, sur la scription du texte et/ou sur son écriture et/ou sur sa lecture 4».

8Il revient donc au traducteur de bien cerner les procédés par lesquels le grammairien cherche, dans le prologue, à inscrire son autorité cognitive et énonciative, ce qui revient à bien marquer, dans sa traduction, les indices de sa présence et de sa subjectivité, tout autant que la distribution spécifique des temps verbaux. De cet examen attentif et minutieux, dépend en grande partie la qualité de la traduction et la production en langue cible d’un discours prologal qui se démarque du discours grammatical proprement dit.

La construction d’une image d’autorité cognitive et énonciative

Nebrija

  • 5 A. de NEBRIJA, Gramática… p. 3 : « Comiença la gramatica que nueva mente hizo el maestro Antonio d (...)

9Antonio de Nebrija se présente d’emblée dans les trois premières lignes du prologue comme maestro Antonio de Lebrixa, auteur de la « Grammaire […] sur la langue castillane5 » À quoi renvoie le terme maestro en cette toute fin du XVe siècle ?

  • 6 Diccionario de Autoridades : maestro : se dice de una persona que enseña una ciencia, arte u oficio (...)
  • 7 A. de NEBRIJA, Gramática… , p. 3. Voir n. 54.
  • 8 Loc. cit. : « una cosa hallo & saco por conclusion mui cierta […] ».
  • 9 Ibid., p. 27 : « […] cuanto io pienso […] ».

10Selon le Diccionario de Autoridades, « maestro » se dit d’« une personne qui enseigne une science, un art ou un métier ou qui a les titres requis pour le faire »6. On pourrait donc dire qu’Antonio de Nebrija se définit comme un expert qui n’hésite pas à se déclarer auteur unique de la grammaire qu’il va présenter. Si, au seuil de ce prologue, il le fait à la troisième personne « Commence ici la grammaire que fit récemment le maître Antonio de Lebrixa sur la langue castillane »7, il poursuit au sein du prologue proprement dit, à la première personne du singulier et au présent : « il y a une chose que j’ai remarquée et que tiens pour une conclusion très sûre8 ». Le texte du prologue est donc émaillé de ce repérage déictique (pronom personnel sujet « je », marques de temps présent « maintenant ») : on trouve ainsi « moi, je dis », « tout ce que je pense »9. S’affirme ainsi une présence auctoriale qui s’affiche comme autorité cognitive et énonciative en référant les assertions qu’il énonce à l’individualité qui est la sienne. On peut aussi remarquer que le « je » alterne avec un « nous » qui semble référer :

  • 10 Ibid., p. 6 : « Lo que diximos de la lengua ebraica, griega et latina, podemos mui claramente mostr (...)

– soit à Nebrija lui-même, lorsque le « nous » renvoie à ses propres dires dans le texte du prologue « Ce que nous avons dit de la langue hébraïque, grecque et la latine, nous pouvons très clairement le manifester pour la langue castillane »10auquel cas ce « nous » pourrait être perçu comme un « nous » de modestie ;

  • 11 Loc. cit. : « […] et fueron trasladados muchos libros de latín et arávigo en nuestra lengua castell (...)
  • 12 Loc. cit. : « I assi creció hasta la monarchía et paz de que gozamos ».

– soit à l’ensemble des locuteurs de la langue castillane qui sont aussi sujets du royaume : « et beaucoup de livres écrits en latin et en grec furent traduits dans notre langue castillane »11 ; « Et c’est ainsi que grandirent la monarchie et la paix dont nous jouissons »12, auquel cas Nebrija s’inclut dans une communauté historique, culturelle et linguistique.

  • 13 Loc. cit. : « […] et [la lengua castellana] començo a mostrar sus fuerzas en tiempo del mui esclare (...)

La référence à ce « nous » ne saurait être anodine, car cette communauté linguistique est aussi une communauté de savoir, dominée par des figures paradigmatiques telles que celle du roi Alphonse X le Sage : « et [la langue castillane] commença à montrer sa force aux temps du très éclairé et très digne roi don Alphonse X Le Sage […] »13.

  • 14 L’expression espagnole est : « castellano drecho ». Voir J. R. LODARES, art. cit.
  • 15 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 7 : « I por que mi pensamiento et gana siempre fue engrandecer las co (...)
  • 16 Ibid., p. 8 : « […] io quise echar la primera piedra, et hazer en nuestra lengua lo que Zenodoto en (...)

11Quoiqu’il ne se réclame explicitement d’aucune filiation, la référence à Alphonse X qui renvoie à une des grandes figures de fixation du « castillan droit »14induit une continuité du savoir : Nebrija se pose en quelque sorte comme l’autorité qui rassemble tous les savoirs du passé, lesquels culminent dans sa grammaire castillane, mais aussi dans tous les textes et traités qu’il a écrits, et qui, à l’instar des productions alphonsines, contribuent hautement à la grandeur du royaume d’Espagne : « et parce que mon intention et mon désir ont toujours été de donner aux choses de notre nation plus de grandeur et à ceux qui parlent ma langue des œuvres grâce auxquelles ils puissent occuper au mieux leur temps libre »15. Il s’érige ainsi en « inventeur », à l’instar de Zénodote et Crates, affirmant ainsi pleinement la dimension novatrice de sa production : « […] j’ai voulu poser la première pierre et faire dans notre langue ce que Zénodote et Crates avaient fait respectivement pour la langue grecque et la langue latine »16.

  • 17 Álvaro d’ORS, « El servicio del derecho romano a la libertad », Revista chilena de historia del der (...)

12Nebrija peut donc se prévaloir d’un corpus de productions individuelles qui légitime pleinement son pouvoir d’énonciation et construisent, tout en la renforçant, son autorité de sachant. En dédiant sa grammaire à la Reine Isabel et en s’adressant, dans son prologue, directement à elle, Nebrija relie la potestad propre à la souveraine, en tant que « pouvoir socialement reconnu » à l’autorité qui est la sienne en tant que grammairien et expert en matière de langue, autorité que l’on peut définir, à la suite d’Álvaro d’Ors, comme « savoir socialement reconnu »17.

Villalón

13Il faut souligner, en premier lieu, la brièveté du prologue de Villalón en regard de celui de Nebrija. On peut, par ailleurs, faire observer que la stratégie de Villalón est tout à fait différente de celle de ce dernier, en ce que Villalón ne se pose pas d’entrée de jeu comme une autorité énonciative et cognitive, mais cherche à construire de lui-même, l’image d’un « messie » venu sauver la langue castillane de son état de barbarie et lui conférer la dignité qui lui revient. Pour mettre en évidence cette dimension messianique, Villalón fait d’emblée le constat d’un grand vide : après des siècles de négligence, il ne s’est trouvé aucun Castillan qui ait manifesté le souci de « réduire en art » sa langue. Il est ainsi conduit à fustiger l’inertie et l’ingratitude de ceux qui l’ont précédé :

[…] tous ceux qui tiennent les langues et leur autorité en estime disent que l’on apprécie et devine la perfection et la valeur d’une langue à partir de sa capacité à être réduite en art. C’est pourquoi tous ont dit que les langues hébraïque, grecque et latine sont de la plus haute perfection, ce qui m’a blessé tellement que j’en suis resté sans voix face à cette offense, m’étonnant de ce qu’aucun de ces hommes sages et savants que la Castille a nourris de sa langue naturelle, n’ait essayé de la rétablir dans son honneur, en lavant entièrement par son talent, cette injure qui lui a été faite jusqu’ici18.

14Ce faisant, Villalón reprend toute une série d’arguments de son époque sur les langues vulgaires, et notamment celui consistant à manifester que la langue vulgaire possède en elle-même toutes les qualités requises pour être réduite en art, ce qui fait qu’on ne peut lui imputer la faute d’être restée dans son état primaire :

  • 19 Loc. cit. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « Y prinçipalmente cuando vine a considera (...)

Et plus encore, quand j’en suis venu à considérer que notre langue n’était pas en faute ; en effet, en elle-même et au vu de sa richesse, elle a tout ce que possède n’importe quelle autre langue, pour se conformer à cette règle et à cet ordre qu’on voudrait lui donner, en matière de genre et de prononciation19.

Un tel argument se retrouve chez Du Bellay, lequel, tout en reconnaissant que « La langue [française] n’est pas aussi copieuse et riche que la langue grecque ou latine », s’empresse de rappeler que « cela ne doit pas être imputé à un défaut qu’elle aurait […] mais […] à l’ignorance de nos aînés ». En réalité, une dizaine d’années avant Villalón, puisque le traité Défense et illustration de la langue française paraît en 1549, Du Bellay avait, lui aussi, fait le procès de ses prédécesseurs en rappelant, à travers toute une série de métaphores végétales qu’une langue ne saurait cultiver, seule, sa richesse :

  • 20 Joachim du BELLAY, [1549], Défense et illustration de la langue française, Louis HUMBERT (éd.), Par (...)

Ainsi puys-je dire de nostre Langue, qui commence encores à fleurir, sans fructifier: ou plus tost comme une Plante, & Vergette, n'a point encores fleury, tant se fault qu'elle ait apporté tout le fruict, qu'elle pouroit bien produyre. Cela certainement non pour le default de la Nature d'elle aussi apte à engendrer, que les autres: mais pour la coulpe de ceux, qui l'ont euë en garde, & ne l'ont cultivée à suffisance: ains comme une plante sauvaige, en celuy mes mes Desert, ou elle avoit commencé a naitre, sans jamais l'arrouser, la tailler, ny defendre des Ronces, & Epines, qui luy faisoint umbre, l'ont laissée envieillir, & quasi mourir. Que si les anciens Romains eussent eté aussi negligens à la culture de leur Langue, quand premierement elle commenca à pululer, pour certain en si peu de tens elle ne feust devenue si grande20.

Il faut noter, toutefois, que Villalón se refuse à toute comparaison du castillan avec le latin ou le grec, comparaison qui pourrait jouer en défaveur du castillan dont il affirme haut et fort, à la différence de Du Bellay « l’élégance, l’éloquence et la richesse »21.

  • 22 Antonio RAMAJO CAÑO, Las gramáticas de la lengua castellana desde Nebrija a Correas, Salamanca : Ed (...)
  • 23 Ibid.

15La stratégie de Villalón consiste donc à se présenter comme le pionnier de la grammaticalisation du castillan, comme le fondateur d’une tradition grammaticale que Nebrija n’a pu initier, en raison de son attachement à la langue latine qui ne lui a pas permis de rédiger une grammaire du castillan digne de ce nom. Ainsi, lorsqu’il évoque cette grammaire traduite du latin au castillan, parle-t-il exclusivement du texte des Institutiones Latinae que Nebrija a traduit en castillan, ou fait-il allusion de manière plus insidieuse à la Gramática castellana de Nebrija ? Il semble peu vraisemblable que Villalón n’ait pas eu connaissance de cette grammaire castillane publiée en 1492. Antonio Ramajo Caño, dans son commentaire sur l’article de J.M Sola-Solé intitulé « Villalón frente a Nebrija » (Villalón face à Nebrija)22écrit ceci : « Mais il est évident que le ‘Prologue’ de Nebrija et le livre I qu’il consacre à l’‘Orthographe’ trouvent un écho chez Villalón, comme le reconnaît Solá-Solé qui, malgré tout, s’obstine à défendre une thèse indémontrable : que Villalón ne connaissait pas la Grammaire de Nebrija »23.

  • 24 A. de NEBRIJA, Gramática…Voir n. 64. « I por que mi pensamiento et gana siempre fue engrandecer las (...)

16Il semblerait que, loin d’ignorer l’existence de la grammaire de 1492 de Nebrija, Villalón ait plutôt fait le choix de la passer sous silence pour réussir à se présenter comme le « Messie » qu’il prétend être au plan de la réduction en art du castillan. En effet, le prologue de la grammaire de Villalón est émaillé de références éparses au prologue de la grammaire de 1492 comme, par exemple, l’expression de son désir d’accroître la grandeur de sa nation où la reprise est quasi littérale24 ou encore la mention des Sept Parties et de La Générale Histoire d’Alphonse X dans des termes à peu près équivalents.

17Dans tous les cas, il est évident qu’en regard de la stratégie qui est la sienne, Villalón n’a aucun intérêt à citer de manière explicite la grammaire castillane de 1492 de Nebrija qui est une figure concurrente redoutable, en ce qu’il a, le premier, rédigé une grammaire du castillan. Villalón se contente donc d’effacer le nom de Nebrija, en le reliant par la référence à sa grammaire bilingue à un monde ancien, dominé par le latin.

18L’autorité cognitive et énonciative de Villalón se construit donc par l’effacement de la figure de Nebrija et par la diatribe qu’il mène contre tous ceux qui, avant lui, n’ont pas jugé utile d’entreprendre de réduire en art le castillan. Seul en lice, Villalón a donc toute légitimité pour se lancer dans une telle entreprise. Toutefois, il avance avec prudence et circonspection. Le « je » renvoyant à sa figure auctoriale n’apparaît qu’assez tardivement dans le prologue, et encore se trouve-t-il modalisé par le verbe « tenter de » :

  • 25 Loc. cit.

Et, comme moi, je me suis toujours efforcé de faire croître tout ce qui touche à ma nation pour que les hommes n’effacent jamais de leur mémoire notre langue et ne portent jamais atteinte à sa perfection […], j’ai tenté présentement de la réduire en art avec des règles et des lois25.

  • 26 Loc. cit. Pour le texte espagnol, C. de VILLALÓN, Gramática… : « Tambien me movio a este trabajo ve (...)

Le recours au topos de la modestie qui correspond à l’introduction du « je » dans le discours permet précisément de renforcer la dimension messianique. Si le « je » a jugé utile d’entreprendre une telle aventure, c’est moins par ses qualités intrinsèques de grammairien que parce que l’heure était venue de réduire le castillan en art : « Le fait de voir que nous sommes dans une époque où cela s’avère nécessaire m’a aussi amené à entreprendre ce travail […] »26.

19Ainsi, la légitimité et l’autorité de Villalón viennent de ce qu’il est l’homme de la situation qui intervient au bon moment et rend un généreux service à sa nation et à la langue de celle-ci. Il se présente ainsi comme celui qui pallie un manque, comble un vide et sauve une langue de la barbarie.

Le savant mélange des temps (présent-passé-futur) au service d’un seul et même acte discursif

  • 27 Jacques DERRIDA, Marges de la philosophie, Paris : Éditions de Minuit, 1972, p. 13.

20Une des propriétés discursives fondamentales du prologue consiste à unir trois temps (passé-présent-futur) dans un seul acte de discours : l’acte passé d’écriture, l’acte présent de communication, l’acte futur de lecture. Jacques Derrida ne disait-il pas, à propos de la préface dont les points communs avec le prologue ne sont plus à démontrer que: « Le pré- de la préface rend présent l’avenir, le représente, le rapproche, l’aspire et en le devançant le met devant. Il le réduit à la forme de présence manifeste »27 ?

Nebrija

21Nous avons pu mettre en évidence précédemment que, dès le début du prologue, Nebrija s’affirme comme autorité légitime, prenant en charge un savoir partagé certes, mais aussi propre, qu’il pose comme certain. Une bonne part du contenu du prologue de la Grammaire castillane de Nebrija consiste ainsi à exposer l’histoire de la formation des langues et de leur enchevêtrement au cours du temps, et ce, de l’hébreu jusqu’au castillan. Ainsi, tout en inscrivant le castillan dans une généalogie linguistique prestigieuse, Nebrija travaille en même temps à développer une argumentation visant à manifester aux yeux de la reine Isabelle l’importance de « réduire en art » le castillan, à savoir de le soumettre aux règles d’une grammaire. C’est, en effet, un fil directeur constant durant cet exposé didactique, que le thème de la corruption des langues et de leur déclin, lorsqu’elles se trouvent soumises à l’influence de peuples étrangers et à une absence de formalisation grammaticale. Ce fut le cas, en particulier, de l’hébreu, du grec et du latin.

  • 28 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 3 et 4.

22De ce fait, pour manifester la continuité entre ce passé, marqué par la corruption des langues et le présent où il entend lutter contre la possible corruption du castillan, Nebrija entreprend d’inscrire un acte présent de communication, dont témoignent les marqueurs déictiques que nous avons déjà évoqués : « maintenant », « je », présent de l’indicatif « et, moi, j’appelle… », « tout ce que, moi, je pense… »28.

23Poser cet acte discursif de communication, nous l’avons vu, est essentiel, aux yeux de Nebrija, certes pour construire et renforcer son autorité énonciative, mais sans doute aussi pour attirer l’attention de la reine (qui est la dédicataire du prologue) sur le caractère inouï de ce qui est en train de se passer en cette toute fin du XVe siècle : la conquête de l’Amérique que Nebrija s’empresse de relier à l’entreprise de doter le castillan d’une grammaire. Deux faits exceptionnels qui sont mis en relief par ce présent qui projette l’image d’un grammairien, doté de l’autorité cognitive et énonciative suffisante pour accompagner, au plan linguistique, la reine dans son entreprise de conquête.

24Rien de plus facile ensuite pour Nebrija de glisser ensuite, de l’acte présent de communication vers l’acte futur de lecture, lequel précisément se confond avec l’acte de réception de sa grammaire par la reine Isabelle, acte de réception qu’il installe au cœur même du projet de conquête linguistique d’autres territoires soumis à la Couronne espagnole. La production de la première grammaire du castillan se voit ainsi étroitement corrélée à l’entreprise impériale :

  • 29 Ibid., p. 9 : « […] el tercer provecho deste mi trabajo puede ser aquel que…despues que vuestra Alt (...)

[…] le troisième avantage de mon travail peut être celui-ci…après que Votre Altesse aura placé sous son joug nombre de peuples barbares et de nations étrangères, une fois vaincus, ces derniers seront contraints de recevoir les lois que le vainqueur impose au vaincu, et avec elles, notre langue de laquelle, grâce à mon Art, ils pourront avoir connaissance29.

25Enfin, par un tour de force argumentatif qui vise à neutraliser l’effet d’étrangeté créé par l’idée même d’une grammaire dédiée à une langue vulgaire, Nebrija établit une analogie entre les peuples soumis qui auront besoin d’une grammaire du castillan pour apprendre le castillan (projection dans un futur proche, on l’a dit) et les Castillans tels que lui ou la reine qui ont eu besoin de grammaires latines pour apprendre le latin. De fait, si la légitimité de cette grammaire repose fondamentalement sur cette nécessité d’apprendre le castillan aux peuples qui seront prochainement sous le joug de la Couronne espagnole, elle repose également sur le rayonnement de la langue castillane, dans et hors des frontières de l’Espagne :

  • 30 Ibid., p. 10 : « […] i cierto assi es que no sola mente los enemigos de nuestra fe, que tienen ia n (...)

et il est certain que non seulement les ennemis de notre foi à qui s’impose déjà la nécessité de connaître la langue castillane, mais aussi les Basques, Navarrais, Français, Italiens et tous les autres qui ont quelque commerce et fréquentation avec l’Espagne et ont besoin de notre langue, pourront l’apprendre au moyen de mon œuvre, s’ils ne l’ont pas appris, dès l’enfance, par l’usage30.

  • 31 Ibid.

26Cette visée prospective ne prend tout son sens que rapportée à une vision rétrospective, développée dans l’exposé didactique sur l’évolution historique des langues. Ainsi le texte du prologue, dans sa dimension d’acte discursif du passé, sert à manifester les erreurs commises par les Anciens et à proposer des voies de remédiation dans le présent et dans le futur. Nebrija invite ainsi subtilement la reine à ne pas reproduire ces erreurs, moyennant toute une série d’homologies, qui lui permettent de relier de manière étroite passé, présent et futur : « ce que nous avons dit des langues hébraïque, grecque et latine, nous pouvons très clairement le manifester pour la langue castillane »31. On peut noter aussi :

  • 32 Ibid., p. 8 : « Acordé ante todas las otras cosas reduzir en artificio este nuestro lenguaje castel (...)

J’ai décidé, avant toute autre chose, de réduire en art notre langue castillane […] comme nous voyons que cela s’est fait pour les langues grecque et latine, lesquelles pour avoir été soumises à un art, en dépit des nombreux siècles écoulés, ont maintenu jusqu’ici une homogénéité32.

Villalón

27Il est à remarquer que Villalón n’évoque que très brièvement le passé, à travers les références à Alphonse X qui lui permettent de remonter à l’origine du castillan qu’il ne relie pas explicitement au latin, se contentant d’évoquer les rois de Castille et de Léon. Si le temps qu’il privilégie est le passé simple, on peut observer que ce passé simple se trouve régulièrement associé à l’adverbe agora, comme pour marquer une sorte d’étagement chronologique du passé organisé en périodes distinctes : le passé lointain de l’origine du castillan (XIe-XIIIe siècles), le passé un peu moins lointain des Introductiones latinae en version bilingue de Nebrija (1488) et le passé très proche où, lui, Villalón a entrepris de rédiger une grammaire du castillan (1558) : « j’ai tenté présentement de la réduire en art avec des règles et des lois […] »33.

28De ce fait, Villalón s’inscrit, en tant qu’auteur de cette grammaire, dans un passé qui jouxte le présent et est en lien avec le futur. Ainsi juste après l’énoncé que nous venons de citer, s’installe dans son énoncé le présent, puis le futur, comme pour manifester qu’à la différence de Nebrija qui s’échine à retracer l’origine des langues hébraïque, grecque et latine, lui, Villalón est ancré dans le présent du milieu du XVIe siècle et que comme tel, il est déjà tourné vers le futur :

[…] nous voyons qu’au sein de toutes les nations, des hommes emplis d’une grande sagesse se plaisent à écrire en langue vulgaire ; il en est de même de Castillans très éminents qui auraient pu écrire dans un style latin élégant. Par conséquent, voir que le commun des hommes a un penchant pour cette bienheureuse langue, qu’ils apprécient beaucoup et s’enorgueillissent de parler, m’a forcé à m’engager dans cette entreprise34.

  • 35 Loc. cit. Le texte espagnol est : « Y todos le hablavan en espannol […] ».
  • 36 Ibid., § 3 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est Gramática: « (...)
  • 37 Loc. cit. Le texte espagnol est : « […] se preçian de hablar en ella […] ».
  • 38 Loc. cit. Le texte espagnol est, Gramática… : « […] la lengua lo mereçe en si, por su elegançia, (...)

29La rupture avec Nebrija s’inscrit dans le prestige que Villalón attribue à la langue castillane sans qu’il soit besoin d’établir de comparaison avec le latin ou le grec. En affirmant que le latin est délaissé au profit du castillan, Villalón définit de nouvelles exigences pour la réduction en art du castillan, lesquelles n’ont rien à voir avec celles établies par Nebrija. Le castillan, ou plutôt l’espagnol (c’est le terme qu’il emploie : « Et tous lui parlaient en espagnol […] »35) est désormais une langue internationale, ainsi que le montre la référence à l’empereur Charles Quint et à son discours en espagnol en 1536. Il présente aussi l’espagnol comme une langue parlée par des personnes qui ne sont pas des locuteurs de langue maternelle et qui, comme tels, peuvent être amenés à le corrompre. Si l’on retrouve un certain discours lié à la corruption des langues, il s’agit ici de tout autre chose. Le castillan, non seulement n’est plus perçu comme du latin corrompu, mais est présenté, au contraire, comme une langue de prestige, désormais menacée de corruption si on ne fixe pas ses règles. Les adjectifs, verbes et substantifs connotés positivement abondent dans le discours de Villalón : « bienheureuse langue36 », « s’enorgueillissent de la parler »37, « la langue le mérite en soi pour son élégance, son éloquence et sa richesse »38.

30L’arrière-plan linguistique qui, chez Nebrija, était constitué par l’imaginaire de l’hébreu, du grec et du latin, se voit tout entier recouvert, chez Villalón, par le castillan qui apparaît comme la langue véhiculaire par excellence.

31La traduction du prologue de la Grammaire castillane de Villalón se devait donc de mettre en exergue ces plans chronologiques distincts, organisés autour d’une figure qui ne se construit pas d’emblée en tant qu’autorité énonciative mais en tant que « messie » d’une langue qui jusqu’alors n’avait subi que mépris de la part de ses locuteurs naturels. Le caractère impersonnel et général du discours initial, destiné à créer l’impression de vérités allant de soi, l’irruption tardive du « je », répondent à une stratégie précise : manifester que Villalón énonce un constat objectif quant à un vide abyssal que lui, en tant que « je », vient combler, en réparant une faute : celle commise par ses prédécesseurs qui ont volontairement laissé dans l’abandon, la langue castillane, pourtant vouée comme le latin, à jouir d’un destin international. De même, la valeur polyvalente du passé simple supposait, dans la traduction française, un jeu sur les temps verbaux : entre présent, passé composé et passé simple.

Notes

1 Vicente CALVO FERNÁNDEZ, Miguel ÁNGEL ESPARZA, « Una interpretación de la Gramática Castellana de Nebrija a la luz de la tradición gramatical escolar », Cuadernos de Filología clásica. Estudios latinos, Madrid : Editorial Complutense, 5, 1993, p. 149-180, p. 150 : « El que no fuera objeto ni de una sola reedición hasta más o menos doscientos cincuenta años después de su publicación es un dato que, en contraste con el número de reimpresiones de las demás obras de Nebrija, llama poderosamente la atención ».

2 C. de VILLALON, Grammaire., § 2 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « Y por tratar allí muchas cosas muy impertinentes dexa de ser arte para lengua castellana y tienesse por traduçion de la latina, por lo cual queda nuestra lengua en su pristina barbaridad […].

3 Bernard GUENÉE, « Histoire », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Jacques LE GOFF et Jean-Claude SCHMITT (dir.), Paris : Fayard, 1999, p. 483-495, p. 486.

4 Bernard MAGNÉ, « Métatextuel et lisibilité », Protée, Chicoutimi : Presses Universitaires Québec, 1986, 14 (1-2), p. 77-88, p. 77.

5 A. de NEBRIJA, Gramática… p. 3 : « Comiença la gramatica que nueva mente hizo el maestro Antonio de lebrixã sobre la lengua castellana ».

6 Diccionario de Autoridades : maestro : se dice de una persona que enseña una ciencia, arte u oficio, o tiene título para hacerlo.

7 A. de NEBRIJA, Gramática… , p. 3. Voir n. 54.

8 Loc. cit. : « una cosa hallo & saco por conclusion mui cierta […] ».

9 Ibid., p. 27 : « […] cuanto io pienso […] ».

10 Ibid., p. 6 : « Lo que diximos de la lengua ebraica, griega et latina, podemos mui claramente mostrar en la castellana ».

11 Loc. cit. : « […] et fueron trasladados muchos libros de latín et arávigo en nuestra lengua castellana » .

12 Loc. cit. : « I assi creció hasta la monarchía et paz de que gozamos ».

13 Loc. cit. : « […] et [la lengua castellana] començo a mostrar sus fuerzas en tiempo del mui esclarecido et digno de toda la eternidad el Rei don Alonso el Sabio ».

14 L’expression espagnole est : « castellano drecho ». Voir J. R. LODARES, art. cit.

15 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 7 : « I por que mi pensamiento et gana siempre fue engrandecer las cosas de nuestra nación, et dar a los ombres de mi lengua obras en que mejor puedan emplear su ocio… ».

16 Ibid., p. 8 : « […] io quise echar la primera piedra, et hazer en nuestra lengua lo que Zenodoto en la griega et Crates en la latina […] ».

17 Álvaro d’ORS, « El servicio del derecho romano a la libertad », Revista chilena de historia del derecho, 1969, 5, p. 9-21, p. 13 : « L’autorité est le savoir socialement reconnu, et la potestas est le pouvoir socialement reconnu ». (« La autoridad es el saber socialmente reconocido y la potestas es el poder socialmente reconocido) ».

18 C. de VILLALÓN, Grammaire, § 2 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « Y por esto dizen todos que las lenguas hebrea, griega y latina son de mas perfeçion, lo qual me lastimo tanto que de afrenta enmudeçi, maravillando me de tanto varon cuerdo y sabio que ha criado esta Castilla con su lengua natural no huviessen intentado restituir la en su honrra, satisfaziendo la con sus ingenios de aquella injuria que se le ha hecho hasta aqui ».

19 Loc. cit. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « Y prinçipalmente cuando vine a considerar que la falta no estava en nuestra lengua pues de su parte y copiosidad tiene todo lo que otra para acomodarsse a aquella regla y orden de genero y pronunçiaçion que la quieran dar ». 

20 Joachim du BELLAY, [1549], Défense et illustration de la langue française, Louis HUMBERT (éd.), Paris : Librairies Garnier, 1914, p. 47.

21 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 3 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563.

22 Antonio RAMAJO CAÑO, Las gramáticas de la lengua castellana desde Nebrija a Correas, Salamanca : Ediciones Universidad Salamanca, 1987, p. 37. Le texte espagnol est le suivant : « Pero es evidente que el « Prólogo » de Nebrija y el libro primero dedicado a la ‘Orthographía’, encuentran eco en Villalón, como reconoce Solá-Solé quien, con todo, se aferra a una tesis indemostrable : que Villalón no conoció la Gramática de Nebrija ». A. Ramajo Caño fait référence à l’article suivant de : Josep M. SOLÁ-SOLÉ, « Villalón frente a Nebrija », Romance Philology, XXVIII, 1974, p. 35-43.

23 Ibid.

24 A. de NEBRIJA, Gramática…Voir n. 64. « I por que mi pensamiento et gana siempre fue engrandecer las cosas de nuestra nacion ». C. de VILLALÓN, Grammaire, § 3 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est tirée de Gramática… : « Y ansi agora yo como siempre procure engrandeçer la cosas de mi nacion ».

25 Loc. cit.

26 Loc. cit. Pour le texte espagnol, C. de VILLALÓN, Gramática… : « Tambien me movio a este trabajo ver que estamos en edad que es neçesario […] »

27 Jacques DERRIDA, Marges de la philosophie, Paris : Éditions de Minuit, 1972, p. 13.

28 A. de NEBRIJA, Gramática…, p. 3 et 4.

29 Ibid., p. 9 : « […] el tercer provecho deste mi trabajo puede ser aquel que…despues que vuestra Alteza metiesse debaxo de su iugo muchos pueblos bárbaros et naciones de pregrinas lenguas, et con el vencimiento, aquellos ternian necessidad de recebir las leies que el vencedor pone al vencido, et con ellas nuestra lengua, entonces, por mi Arte, podrían venir en el conocimiento della ».

30 Ibid., p. 10 : « […] i cierto assi es que no sola mente los enemigos de nuestra fe, que tienen ia necessidad de saber el lenguaje castellano, mas los vizcainos, navarros, franceses, italianos, et todos los otros que tienen algún trato et conversacion en España et necessidad de nuestra lengua, si no vienen desde niños a la deprender por uso, podrán la más aína saber por esta mi obra ».

31 Ibid.

32 Ibid., p. 8 : « Acordé ante todas las otras cosas reduzir en artificio este nuestro lenguaje castellano […] como vemos que se ha hecho en la lengua griega et latina, las cuales por aver estado debaxo de arte, aun que sobre ellas an pasado muchos siglos, toda via quedan en una uniformidad ».

33 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 3 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563.

34 Ibid., § 4 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « pues vemos que se preçian en todas las naçiones muy [9] sabios varones escrevir en sus lenguas vulgares, y ansi lo usan varones castellanos muy eminentes que pudieran1 en elegante estilo latino escrevir. Forçome por el consiguiente a esta empresa ver el comun de todas las gentes inclinadas a esta dichosa lengua, y que les aplaze mucho y se preçian de hablar en ella ».

35 Loc. cit. Le texte espagnol est : « Y todos le hablavan en espannol […] ».

36 Ibid., § 3 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est Gramática: « dichosa lengua ».

37 Loc. cit. Le texte espagnol est : « […] se preçian de hablar en ella […] ».

38 Loc. cit. Le texte espagnol est, Gramática… : « […] la lengua lo mereçe en si, por su elegançia, eloquençia y copiosidad […] ».

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search