Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Chapitre I – Les grammairiens du Siècle d’Or : conscience linguistique et conscience littéraire

Texte intégral

1Nous nous proposons de réfléchir à ce que l’on a convenu d’appeler la « conscience linguistique » des grammairiens du Siècle d’Or, en postulant qu’à partir du XVIe siècle, cette conscience qui se transforme pour devenir « romano-castillane », se consolide de manière progressive et est en quelque sorte observable à travers les contenus des grammaires, des œuvres littéraires, et de manière plus générale, au prisme de tous les traités qui, à cette époque, s’intéressent à la question de la langue.

2Cette notion de « conscience linguistique » n’est pas aisée à saisir, ne serait-ce que parce que les faits de conscience nous échappent. C’est pourquoi les behavioristes ou comportementalistes considèrent que ne peut être scientifique qu’une étude du comportement s’attachant uniquement à ce qui est observable ou quantifiable.

3Il n’empêche – et c’est le point de vue qui sera défendu ici – que les productions langagières que sont les textes grammaticaux ou littéraires peuvent être tenus, au moins en partie, pour des observables indirects projetés par des consciences singulières qui sont celles des « lettrés », lesquels, non seulement pratiquent la langue, mais la conceptualisent aussi.

4De manière plus globale, et en dépit du fait que peu de linguistes se soient vraiment intéressés à ces questions, il semble important de s’y pencher pour tenter de mieux cerner ce que l’on peut entendre par « conscience linguistique ».

5De toute évidence, le postulat premier est le suivant : on considère que la pratique d’une langue, à l’oral et à l’écrit, forge une connaissance de cette langue -interprétable aussi en termes de compétence, nous y reviendrons- qui permet à tout locuteur, de façon sans doute intuitive dans un premier temps, d’exercer des jugements de grammaticalité sur sa langue, de formuler des hypothèses et des rapprochements entre les mots, ou en tout cas, de se sentir en droit de le faire.

  • 1 Dante ALIGHIERI, De vulgari eloquentia, [1304], 1965, André PÉZARD (trad.), Œuvres complètes, Pari (...)

6Si l’époque du Siècle d’Or paraît particulièrement apte à soutenir une réflexion sur la notion de « conscience linguistique », c’est qu’à ce moment-là, s’exerce en Espagne une intense activité intellectuelle, entretenue par l’émergence d’une réflexion grammaticale qui prend pour objet la langue castillane. S’élabore ainsi, en castillan, une norme grammaticale que l’on peut corréler à des préceptes rhétoriques et littéraires, sans qu’il soit aisé de déterminer précisément ce qui, de la grammaire, de la rhétorique ou de la littérature, oriente le mouvement. Il m’importe ainsi de réfléchir aux rapports que ce que l’on dénomme, peut-être un peu rapidement, à partir de la fin du XVe siècle, « grammaire1 » entretient avec la rhétorique et la littérature. S’éprouvant dans la pratique de la traduction qui induit une forme de rivalité par rapport aux modèles latins, la langue castillane que la grammaire tente de normaliser, est au cœur d’un processus inédit de conceptualisation. Les XVIe et XVIIe siècles sont aussi le moment où la res literaria se mue en littérature et où les débats sur le style font se rencontrer grammaire et rhétorique, dans des relations ambiguës qui annoncent la réorganisation des savoirs au siècle suivant. La grammaire qui, au début du XVIe siècle, se présente encore comme un champ en cours de construction, nourrit un dialogue avec la rhétorique qui, elle-même, connaît une forme de délitement, dans le sens où l’elocutio tend à y occuper toute la place, au détriment de l’inventio. Ces diverses mutations signeront à terme l’émergence des « disciplines » séparées que sont, depuis le XIXe siècle, la grammaire et la stylistique littéraire, laquelle, en évinçant la rhétorique, signera le triomphe de la littérature.

7Nous nous intéresserons donc au développement progressif, chez l’ensemble de ces lettrés, d’une forme de conscience de la langue castillane qui, de manière paradoxale, se forge au creux du rapport prolongé et exigeant qu’ils entretiennent avec le latin et/ou le grec, mais surtout avec le latin. Cette notion de « conscience linguistique » que nous tenons ici, comme celle de « sentiment linguistique », pour un outil heuristique, nous chercherons à examiner comment elle se constitue et s’affine au fil de ces deux siècles, jusqu’à devenir une conscience grammaticale, non plus épilinguistique, mais métalinguistique et construite. La distinction entre épilinguistique et métalinguistique renvoie à la différence qui se donne entre un locuteur qui effectue une manipulation correcte de règles grammaticales sans en avoir conscience et un grammairien qui maîtrise les règles et est capable de les expliciter voire de les fonder, en toute conscience.

8Comment et quand émerge une « pensée grammaticale », consciente d’elle-même en Castille ? Jusqu’à quel point est-elle façonnée par la rhétorique et la res litterata (« chose littéraire » ou littérature) et comment, à l’inverse, contribue-t-elle à modeler la conscience littéraire ? Comment participe-t-elle d’une invention de l’éloquence en Espagne ?

Entre sentiment et conscience linguistique

9Il nous est naturel aujourd’hui d’envisager la grammaire, la rhétorique et la littérature comme des disciplines séparées, au point d’établir des frontières presque étanches entre elles. Pourtant, si l’on examine, vers la fin du XIVe siècle-début du XVe siècle, dans les studia humanitatis, les conditions de mise en œuvre d’une discipline comme la philologie en tant qu’étude des textes anciens, il apparaît que s’y entremêlait étroitement ce que nous aurions tendance à considérer aujourd’hui comme des champs distincts du savoir, c’est-à-dire la littérature, la grammaire, la rhétorique et la réflexion sur la traduction. Pour rappel, à l’origine, en grec ancien, le terme philologia sert à désigner un goût pour l’apprentissage ou la littérature.

10Pétrarque ouvre la voie à la vaste entreprise de transmission des textes de la littérature classiques (restitutio latinitatis), à laquelle se livrent les humanistes du XVe siècle. Ceux-ci, à son imitation, se mettent en quête de manuscrits, jusqu’alors considérés comme perdus, afin de les copier, de les corriger et de les traduire. C’est le cas, par exemple, des manuscrits de l’Antiquité grecque, redécouverts dans les collections byzantines : les humanistes les traduisent en latin, étudient le bon usage des deux langues et produisent leurs propres grammaires. Évoquons en particulier les cas de Laurent Valla qui, en 1444, publie l’Elegantiae linguae latinae, trésor d’observations et d’analyses sur le lexique, la syntaxe, l’étymologie et la stylistique du latin, et de Giovanni Tortelli qui, vers 1451, fait paraître un ouvrage intitulé De orthographia. Pensons aussi aux traductions du latin ou du grec vers le castillan des œuvres d’Homère, de Virgile et de Sénèque promues par le Marquis de Santillane.

11Ce rapide survol a pour objet de faire observer que la pratique philologique des humanistes s’articule autour de la lecture critique de textes, de la traduction, de la réflexion sur le bon usage dans les langues grecques et latines, c’est-à-dire autour de ce qui va constituer l’armature de la littérature, de la grammaire et de la rhétorique, sans oublier tout le travail réflexif qui sera développé sur la pratique de la traduction. Au XVe siècle et jusque dans la première moitié du XVIe  siècle, le latin reste central. Pour acquérir le vrai latin, il faut imiter les bons auteurs, par la lecture et l’exercice, d’où l’importance de la mémoire.

12Une question se pose, s’agissant des « lettrés » qui travaillent en permanence sur le grec et le latin écrits voire parlent latin, tout en s’exprimant aussi dans une langue qui n’est autre que le castillan : comment s’articulent, chez eux, ces différentes langues ? Quel est le spectre de leur « compétence plurilingue » et quelle place est laissée au castillan ? En quoi les notions de « sentiment » et de « conscience » linguistique aident-elles à mieux appréhender ce qui se joue dans ce rapport complexe des « lettrés » à ces diverses langues ?

Élucidation des notions de sentiment et de conscience linguistique

13Gilles Siouffi, dans son ouvrage, Sentiment de la langue et diachronie, définit comme suit la notion de « sentiment de la langue » ou « sentiment linguistique » :

  • 2 Gilles SIOUFFI, Sentiment de la langue et diachronie, in : Diachroniques, 2, Paris : PUPS, 2012, p. (...)

Sans doute y a-t-il bien des façons de comprendre ce qu’on peut appeler « sentiment de la langue » ou « sentiment linguistique ». La lecture la plus « linguistique », la plus « objective », pour ainsi dire, est d’en faire chez le locuteur, une instance de compréhension et d’appropriation des faits mi-consciente, mi-inconsciente, susceptible de donner naissance à des explicitations plus ou moins rationalisées, plus ou moins subjectivement assumées – allant le cas échéant jusqu’à d’authentiques raisonnements linguistiques […]2.

14Comme on peut le voir au travers de cette définition, le « sentiment de la langue » s’élabore en priorité autour de la langue que l’on parle dans son environnement naturel – c’est-à-dire autour de la langue que l’on a coutume de désigner comme « maternelle ». Il concerne l’ensemble des locuteurs qui ont ladite langue pour langue de première socialisation. En ce sens, Siouffi ne s’écarte pas d’une certaine tradition linguistique qui analyse en priorité les rapports du locuteur à sa langue maternelle. C’est surtout la didactique des langues et des cultures qui, de nos jours, s’intéresse aux acquisitions liées à la pratique, par exemple, d’une langue seconde apprise à l’école. Pour rappel, les divers linguistes qui se sont intéressés à la question des connaissances que le locuteur ordinaire développe sur sa langue, ont tous pris pour repère un contexte monolingue et la langue maternelle dudit locuteur, en cherchant à montrer qu’il y acquiert une sorte de « conscience intuitive » lui permettant de « raisonner » dans cette langue, sans qu’il devienne pour autant un « sachant ».

  • 3 Ferdinand de SAUSSURE, Cours de linguistique générale, Paris : Payot, 1931. Voir chapitres 5, 6 du (...)
  • 4 Signalons, par exemple, en français, le cas de l’étymologie du mot « pavaner » qui vient de l'itali (...)

15C’est à Ferdinand de Saussure que l’on doit d’avoir mis en évidence le rôle de la conscience du sujet parlant dans les mécanismes linguistiques ; Saussure considère, en effet, que le sujet parlant développe, dans sa langue maternelle, une forme de « conscience » qui, loin d’être passive, peut être tenue pour l’une des causes du changement linguistique (notamment dans les domaines de l’analogie, de l’étymologie populaire et de la motivation relative)3. Nous ne reviendrons pas sur le rôle parfois déterminant du locuteur ordinaire dans l’assignation d’étymologies dites « populaires » qui ont contribué à la re-motivation de mots et conduit les lexicographes à prendre en compte ces propositions jugées a priori fantaisistes par les locuteurs savants, à savoir, les linguistes4.

16En reconnaissant au locuteur ordinaire un savoir sur sa langue, Saussure allait en quelque sorte à rebours de la séparation radicale – souvent revendiquée depuis la naissance de la science dite « moderne » – entre savoirs profanes et savoirs savants, séparation qui tend à disqualifier le savoir dit « profane ».

  • 5 Noam CHOMSKY, Reflexions on language, New Jersey : Pantheon, 1975.

17Noam Chomsky reprenait en partie ce postulat qui fonde sa grammaire générative, à partir de la notion de « compétence » du locuteur, laquelle renvoie, peu ou prou, à cette notion de « sentiment » linguistique ou « conscience intuitive ». En s’appuyant sur l’aspect créateur du langage, observable au travers de faits simples, Chomsky met en exergue que tout locuteur est capable de comprendre et de produire des phrases nouvelles qu’il n’a jamais entendues. C’est ainsi qu’il admet que les locuteurs disposent d’une « capacité cognitive5 », analysable, on l’a dit, en termes de « compétence », qui leur permet de juger ou non de la grammaticalité des phrases de leur langue, de leur acceptabilité. Si la critique de la théorie de Chomsky a pu démontrer que les choses, en réalité, sont loin d’être aussi simples et que Chomsky lui-même est revenu sur certaines de ces postulats initiaux, il n’en reste pas moins acquis qu’il n’a jamais renié le fait que tout locuteur a une certaine « compétence » de raisonnement dans sa langue. Cette notion de « compétence » recoupe donc, au moins en partie, ce que Siouffi dénomme, pour sa part, « sentiment de la langue », en ce qu’elle renvoie à la capacité de raisonnement linguistique, sous forme intuitive, déjà évoquée. En choisissant de parler de « sentiment linguistique », sans doute Siouffi cherche-t-il à insister sur la dimension subjective et intuitive de la démarche du locuteur ordinaire, plutôt que sur la dimension de « virtualité » qui peut, chez Chomsky, être rattachée à la notion de « compétence », dans son opposition avec celle de « performance ». Il n’empêche que, dans les deux cas, est reconnu au locuteur, un savoir sur/dans sa langue maternelle, assimilable à une forme de conscience intuitive qui se serait développée spontanément, suite à sa longue familiarité avec celle-ci.

18D’un point de vue critique maintenant, il peut être intéressant d’examiner les présupposés de ces différentes analyses : 1/ elles ne s’intéressent qu’au locuteur ordinaire, perçu de façon abstraite. Je renvoie au locuteur-auditeur idéal de Chomsky, par exemple ; 2/ elles postulent que ce locuteur ordinaire ne parle et ne maîtrise qu’une langue – sa langue maternelle – et donc qu’il est monolingue. Il n’est absolument pas question, dans ces diverses perspectives, d’élaborer une théorie du plurilinguisme ni même de tenir compte de la possibilité d’un sujet plurilingue.

19Qu’en est-il donc lorsque le sujet parlant n’est pas un locuteur ordinaire mais un « lettré » du XVIe siècle qui, outre la langue qu’il parle, maîtrise d’autres langues tenues pour savantes, au point de pouvoir enseigner la grammaire de ces langues, écrire dans ces langues et entreprendre des études critiques d’œuvres procédant de leurs littératures ? Comment, en pareil cas, réinterpréter les notions de « compétence » ou de « sentiment » linguistique ? Convient-il alors d’établir une distinction entre « sentiment » et « conscience » linguistique, en reconnaissant à ce locuteur une réelle compétence technique dans ces langues, distincte de la forme de « compétence » intuitive, acquise par le locuteur ordinaire ?

20Il peut s’avérer ainsi intéressant de relier les notions de « compétence » et de « sentiment » de la langue, pour mieux appréhender celle de « conscience linguistique » qu’il s’agirait ici de définir ci-après.

21Commençons par rappeler quelques évidences : comme tout sujet parlant, le « lettré » du tout début du XVIe siècle développe des connaissances dans sa langue maternelle, fondées sur l’intuition. De fait, pour caractériser son rapport au castillan, il semble plus opportun de parler de « sentiment linguistique », dans la mesure où ce « lettré » n’a pas nécessairement développé en castillan, de manière consciente, une capacité de raisonnement linguistique très poussée.

22Inversement, on peut le considérer comme une forme d’« expert » en latin et/ou en grec. En effet, la longue fréquentation de ce « lettré » avec des textes écrits dans ces langues savantes, a contribué à modeler son esprit, en lui permettant d’acquérir des compétences « techniques » de raisonnement linguistique repérables dans ses « performances » : fabrication de grammaires latines, rédaction de textes en latin, traduction commentée de ces mêmes textes, etc. Du fait de cette pratique intensive des lettres latines et/ou grecques, ce « lettré » est conduit à développer une conscience raisonnée de ces langues, que nous dénommerons « conscience linguistique » pour la distinguer du « sentiment linguistique » qui caractérise son rapport plus « intuitif » au castillan.

  • 6 Serge LUSIGNAN, « Le français et le latin aux Xllle-XIVe siècles : pratique des langues et pensé (...)

23S’il n’est pas exagéré de parler de « compétence plurilingue » pour le « lettré », en ce qu’il maîtrise le castillan, le latin, et souvent le grec, il est important de se demander quel type de conscience linguistique se forge au creuset de toutes ces langues. En effet, comme il a été posé, au savoir « savant » acquis pour ce qui est du latin et du grec, correspond un « savoir » bien plus intuitif pour le castillan, distinction que nous avons exprimée au travers de l’opposition relative des termes de « conscience » et de « sentiment » linguistique. C’est ce qu’explicite Serge Lusignan, lorsqu’il affirme : « si la rhétorique enseigne le contrôle de la mémoire et la grammaire le bon usage du latin, on ne connaît aucun savoir correspondant pour la langue vernaculaire6 », à savoir le castillan.

24Doit-on alors considérer que le « lettré », dans la compétence plurilingue qui lui est reconnue, posséderait une sorte de conscience linguistique scindée, laquelle, du côté du latin et du grec, ferait de lui un « sachant » et du côté du castillan, un locuteur totalement ordinaire ?

25On reconnaîtra aisément que les choses sont loin d’être aussi schématiques : les acquis récents de la neurolinguistique et de la psycholinguistique ont mis en évidence l’impact de la « bilingualité » sur les capacités cognitives des locuteurs qui vivent dans la familiarité de plus d’une langue :

  • 7 Josiane F. HAMERS, Michel BLANC, Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles : Pierre Mardaga, 1983.

Par bilingualité il faut entendre « un état psychologique d'un individu qui a accès à plus d'un code linguistique ; le degré d'accès varie sur un certain nombre de dimensions d'ordre psychologique, cognitif, psycholinguistique, sociopsychologique, sociologique, sociolinguistique, socioculturel et linguistique » […]7.

Il en découle un développement indéniable des capacités métalinguistiques :

  • 8 Josiane HAMERS, « Un modèle socio-psychologique du développement bilingue », Langage et société, 43 (...)

Cet avantage inclut entre autres une plus grande capacité d'abstraction, une meilleure perception d'indices conceptuels et une plus grande utilisation de la pensée divergente ; en d'autres termes, l'additivité a trait au développement des capacités métalinguistiques et de la flexibilité cognitive. Comme le note déjà Vygotsky, « être capable d'exprimer la même pensée en différentes langues permet à l'enfant de percevoir sa langue comme un système parmi d'autres, d'en percevoir les manifestations comme des phénomènes de catégories plus générales ce qui l'amènera à développer une conscience plus grande des opérations linguistiques »8.

26Il est donc à parier que notre « lettré », loin d’avoir une conscience linguistique « scindée », a tendu, au contraire, du fait de sa « bilingualité », à développer une conscience linguistique « aiguë », capable de saisir les modèles grammaticaux, rhétoriques et littéraires du latin pour les « transposer » en castillan. Nous préférons le terme de « transposer » à celui d’adapter, parce que, comme on le verra, s’est posé avec acuité le problème de la re-contextualisation des modèles hérités du latin.

27Pour tenter d’appréhender le circuit complexe du développement d’une « pensée grammaticale » en castillan, nous nous appuierons sur la figure pionnière d’Antonio de Nebrija.

28Comme on sait, les faits sont têtus et l’histoire nous montre, à travers le parcours, en l’occurrence ici, exemplaire d’Antonio de Nebrija, que seule une solide culture savante de la langue, de la rhétorique et du vocabulaire latins pouvait soutenir la prétention de ce grand latiniste de « réduire en art » la langue castillane, c’est-à-dire d’en opérer la grammaticalisation. Il lui fallait, en effet, d’abord être en capacité de déceler les insuffisances des maîtres en latin de son temps, pour nourrir ensuite l’ambition d’entreprendre une réforme de l’enseignement du latin par le canal de la langue vernaculaire. Il lui fallait enfin être suffisamment rôdé à la fabrication de grammaires latines, être fin connaisseur de terminologie grammaticale et de rhétorique latines pour s’essayer à « traduire » sa propre grammaire latine en castillan. Autant d’opérations qui requièrent des « capacités métalinguistiques », de la « flexibilité cognitive » et une grande capacité d’abstraction qui ne viennent que d’un travail continu et passionné sur les langues.

  • 9 Francis TOLLIS, « Projet et maturation d’un traité sur le parler vulgaire : Elio Antonio de Nebrija (...)

29Qui, de mieux placé que Nebrija, en Espagne, pour le faire, dès la fin du XVe siècle9 ?

  • 10 Antonio de NEBRIJA, [1488], Introduciones latinas contrapuesto el romance al latín, Thomas BALDISCH (...)
  • 11 A. de NEBRIJA, Introductiones Latinae, Salamanque : Alonso de Porras, 1481.

30Dès 1488, dans le prologue de la traduction en castillan de ses Introductiones latinae10, publiées en 148111, Nebrija mettait en évidence la nécessité d’une méthode nouvelle d’apprentissage du latin, du fait de la distance de plus en plus marquée des locuteurs castillanophones à l’égard de cette langue. Cette méthode nouvelle que préconise Nebrija, il la met en œuvre lui-même, en traduisant, on l’a vu, sa grammaire latine en castillan, mais aussi en proposant un lexique bilingue (Vocabulario latín-romance) et, de manière encore plus radicale, une grammaire de la langue castillane, écrite en castillan.

31Il faut, à cet égard, souligner d’autres points de singularité : tout d’abord, Nebrija, originaire d’Andalousie, était habitué, au sein même de la langue castillane, à la maîtrise de plus d’une variété linguistique. Si Juan de Valdés le railla sur ce point en considérant que sa qualité d’andalou le disqualifiait en tant que « grammairien » du castillan, c’était précisément parce que Valdés ignorait que la compétence « polylectale » de Nebrija lui était, au contraire, précieuse au plan cognitif :

  • 12 Juan de VALDÉS, [1535], El diálogo de la lengua, Cristina BARBOLANI (éd.), Madrid : Cátedra, 1982, (...)

Vous ne voyez pas que Nebrija était un expert en latin (ceci personne ne peut le mettre en doute), mais on ne peut tout de même pas nier qu’il était andalou et pas castillan et qu’il écrivit son Vocabulaire avec si peu de soin qu’on dirait qu’il le fit pour se moquer ? […] Il a de nombreuses défaillances, dans ce qu’il dit des vocables castillans par rapport au latin, il se trompe si souvent que l’on est obligé de croire une de ces deux choses : ou qu’il ne comprenait rien à la véritable signification du latin (et cette hypothèse est, selon moi, la moins crédible) ou qu’il n’entendait rien à la signification du castillan, ce qui est plus possible, parce que, lui, était d’Andalousie où la langue n’est pas très pure12.

32Par « compétence polylectale », il faut entendre la capacité d’un locuteur à maîtriser les variantes que comporte, à l’oral, une langue et à les utiliser de manière adéquate en fonction de la situation de communication. Il est évident que Valdés ne reconnaît à Nebrija qu’une compétence monolectale lié à l’andalou, lui niant toute compétence en castillan. En revanche, il est admiratif devant sa haute maîtrise du latin.

  • 13 James S. HOLMES, Translated : papers on literary translation and translation studies, Atlanta : Rod (...)

33La flexibilité cognitive de Nebrija devait être d’autant plus remarquable qu’il maîtrisait aussi les codes du castillan écrit et qu’il était capable de naviguer dans la langue latine la plus « normée » qui soit, au point de repérer les insuffisances de ses contemporains en latin. Par ailleurs, il faut souligner que Nebrija était un traducteur accompli, même si cet aspect de son travail est rarement mis en exergue. Si on signale qu’il est l’auteur d’une auto-traduction en castillan de ses Introductiones latinae, si on le présente comme un lexicographe produisant des lexiques bilingues, sa compétence de traducteur du latin vers le castillan est, en elle-même, rarement mise en exergue. Or, cette pratique de la traduction que l’on pourrait dire « technique » chez Nebrija a nécessairement contribué à maximiser ses compétences métalinguistiques, sa fluidité interlinguistique et sa flexibilité cognitive. Les travaux récents sur l’apport de la traduction au niveau cognitif nous permettent de mieux approcher cet état de fait. James S. Holmes13, un chercheur très connu grâce à ses études sur la traduction, a, en effet, modélisé le processus de traduction en élaborant une carte mentale. Ce processus de modélisation est connu sous le nom de « théorie cartographique ».

  • 14 Ibid., p. 96.
  • 15 Danica SELESKOVITCH, Marianne LEDERER, Interpréter pour traduire, Paris : Klincksieck, 2001.

34D'après Holmes, le processus de traduction se déroule en plusieurs étapes ; lorsque nous traduisons des phrases, tout se passe comme si nous avions, tout en même temps dans l’esprit, une carte du texte original dans la langue source et une carte du type de texte auquel nous voulons aboutir dans la langue cible. Ainsi chaque phrase de notre traduction est construite, à partir, non seulement de la phrase du texte original sur laquelle nous travaillons, mais aussi à partir des cartes mentales respectives du texte en langue source et du texte en langue cible14. Il en découle -Seleskovitch et Lederer15 l’ont bien montré- un processus mental décomposable en trois phases : lecture-interprétation (première phase), déverbialisation (deuxième phase), recréation-cible (troisième phase). L’étape de « déverbialisation » fait passer le message du niveau verbo-linguistique au niveau logico-cognitif. Le traducteur doit alors se détacher des signifiants de la langue-source afin de n’en retenir que les signifiés, lesquels devront s’incarner ensuite dans les signifiants de la langue-cible (recréation).

35Mais précisément, quand il est question de traduire une grammaire latine en castillan, langue non encore formellement « grammaticalisée », le signifiant métalinguistique-cible est à inventer et à la dialectique mémorielle associée aux opérations de lecture et de déverbialisation, s’ajoute un processus de création néologique qui touche à l’invention d’un métalangage en castillan.

36Il faut donc bien comprendre que la « conscience linguistique » de Nebrija en castillan s’est forgée à partir de l’expertise qu’il a acquise en latin, laquelle lui a permis d’amorcer le développement d’une « pensée grammaticale » en castillan, articulé à la pratique de la traduction du latin vers sa langue maternelle, dont il a ainsi peu à peu découvert les virtualités.

37Si le modèle d’élaboration de la conscience linguistique de Nebrija est exemplaire, elle reste transposable en partie à l’ensemble des « lettrés » avec, toutefois, deux bémols : une connaissance du latin bien moins approfondie et un spectre de performances plus étriqué. Valdés et Villalón n’étaient pas à proprement parler des professionnels de la langue au sens où on l’entend pour Nebrija. Toutefois, s’est frayée chez eux, sur la base des savoirs spécifiques qu’ils ont acquis en matière linguistique, des lectures d’auteurs latins qu’ils ont effectuées et des grammaires latines ou en langue vernaculaire, qu’ils ont pu examiner, une certaine « pensée grammaticale » en castillan. On sait, par exemple, que Valdés a lu la grammaire du toscan de Bembo16 et que Villalón avait une bonne connaissance de la traduction en latin des Introductiones latinae17.

  • 18 Antonio GARCÍA DE SOLALINDE, « “Nuestro latín” en la General estoria de Alfonso el Sabio », in : Ho (...)
  • 19 Corinne MENCÉ-CASTER, Un roi en quête d’auteurité : Alphonse X et l’Histoire d’Espagne (Castille, X (...)
  • 20 Juan Ramón LODARES, « Las razones del castellano derecho », Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales(...)

38Pour autant, il serait erroné de croire que l’émergence d’une « pensée grammaticale » en castillan a pour point de départ la grammaire en castillan de Nebrija, ou son lexique bilingue ou encore les traductions du latin vers le castillan qui se multiplient au XVe siècle, à la faveur du mouvement humaniste. Il faut, en effet, remonter aux travaux d’Alphonse X pour en découvrir le ferment. Ce n’est, d’ailleurs, pas un hasard si, au XIIIe siècle, Alphonse X, comme d’autres intellectuels médiévaux, avait fait le pari de forger la langue castillane au creux de la traduction, dans des domaines aussi variés que la littérature, le droit, l’histoire, l’astrologie, etc. Il n’est pas non plus anecdotique qu’il ait désigné le castillan comme étant « notre latin18 ». Cette importance de la traduction dans la consolidation de langues qui sont engagées dans un processus de standardisation est désormais bien connue. Chaque standardisation s’appuie en effet sur un corpus et le legs d’Alphonse X à la postérité sera précisément d’en avoir constitué un pour le castillan, mêlant le droit, l’histoire, l’astrologie et la « littérature » au sens où on l’entend aujourd’hui. En s’essayant à faire traduire, dans ses ateliers et sous son contrôle direct, des textes ayant fondé les traditions littéraires des langues latine et arabe notamment, Alphonse X a décuplé les ressources de la langue-cible qu’était le castillan, vu qu’il a contraint en quelque sorte celle-ci à s’enrichir de « connecteurs » de toutes sortes (conjonctions de coordination, de subordination, marqueurs de reprise du discours, etc.) et de signifiants capables d’exprimer les « réalités » contenues dans le texte source. Ce faisant, ainsi que nous l’avons montré dans notre ouvrage Un roi en quête d’auteurité19, Alphonse X a aussi procédé à l’actualisation en castillan, des réalités latines, créant ou adaptant des mots capables de les signifier. Il a également renforcé l’armature syntaxique de la langue, en affinant, sur l’axe syntagmatique, les règles d’agencement des divers éléments entre eux, selon une méthode par tâtonnements induisant de nombreuses variantes. Toutefois, la préoccupation alphonsine pour un « castellano derecho » ne doit pas être mal interprétée, et encore moins, sur-interprétée. L’absence de commentaires métalinguistiques au sein des textes du Roi Sage tend à donner raison aux philologues qui ont interprété l’expression « castellano derecho20 », moins comme le signe d’un idéal alphonsin qui serait lié à une forme de purisme linguistique, que comme une volonté de sa part de mettre en adéquation les mots et les choses, conformément à la théorie de la signification médiévale. Alphonse X, en effet, ne se comporte pas en « grammairien » mais en « homme politique » désireux de réformer son royaume en rénovant la langue, et singulièrement le lexique, afin de mettre la réalité castillane en adéquation avec ses aspirations de gouvernant. Ses références à la langue latine ont pour objet principal d’enraciner le castillan dans la langue d’autorité qu’est le latin : le recours à l’étymologie devient ainsi pour lui le moyen de subvertir le processus de définition des mots en abusant des ressources propres à la néologie sémantique.

39L’abondance des variantes dialectales dans le corpus des textes alphonsins, l’introduction en grand nombre de latinismes, soit comme néologismes, soit comme lexèmes enregistrés à l’écrit pour la première fois (nous renvoyons au Diccionario español de documentos alfonsíes (DEDA), dénotent bien que le « castellano derecho » ne correspond en rien à un idéal de purisme linguistique. Comme le fait observer Juan Ramón Lodares, si Alphonse X a contribué, par ses écrits et ses traductions, à une normalisation et une uniformisation du castillan, c’est plus une conséquence de ses ambitions politiques réformatrices, que l’affirmation en soi d’une « conscience grammaticale » précoce qui aurait cherché à s’exprimer en castillan :

  • 21 Ibid., p. 316-317. Le texte de Lodares est le suivant en espagnol : « […] conviene considerar que A (...)

[…] Il convient de considérer qu’Alphonse X fut un homme politique et non pas un grammairien, pas plus que quelqu’un qui aurait été préoccupé par des considérations philologiques « stricto sensu » ; son œuvre se lit parfaitement comme l’expression écrite d’un projet politique initié par son père et qu’Alphonse prétendit poursuivre sans succès après lui ; si, au plan linguistique, son œuvre produisit une forme de normalisation qui donna à l’espagnol ses lettres de noblesse (et il en fut sans doute ainsi), ce ne fut jamais un objectif en soi mais la conséquence de motivations qui étaient assez éloignées de ce champ d’activité21.

  • 22 S. LUSIGNAN, art.cit., p. 961.

40Il faut donc éviter les interprétations anachroniques qui conduiraient à transposer, au XIIIe siècle, les préoccupations des lettrés du Siècle d’Or ou des académiciens du XVIIIe siècle. Alphonse X n’était pas en soi un philologue, quoi qu’il ait mis en scène, avant la lettre, une forme de « pensée grammaticale » du castillan. C’est pourquoi Lusignan a raison de nous inviter à ne pas sous-estimer « l’existence d’une pensée grammaticale de la langue [vernaculaire] chez les intellectuels médiévaux22 ». Cette pensée grammaticale sous-jacente dans l’œuvre alphonsine, évoluera encore au cours des siècles suivants, en s’incarnant à sa façon dans les œuvres littéraires des XIVe et XVe siècles (El conde Lucanor, El libro de buen amor, La Celestina) qui, loin d’être des traductions-adaptations, se présentent comme des compositions où l’inventio a toute sa place. Si l’on sent l’influence de la rhétorique latine dans la facture même de certaines de ces œuvres (La Celestina), il n’en reste pas moins qu’elles contribuent à forger une certaine autonomie langagière du castillan, d’autant que le latin, dans la littérature médiévale, n’apparaît pas comme une langue concurrente, mais plutôt comme la « grande absente ».

41Avec l’émergence de la pensée humaniste qui vise à récupérer l’héritage gréco-latin, s’opère un changement brutal de paradigme : le castillan semble soudain dans un face-à-face tendu avec le latin et le grec, au point que, plus on avance vers le XVIe siècle, plus se fait jour l’impression que la langue castillane est « immature » ou aurait été laissée dans un état d’abandon, vu qu’il n’existe aucune œuvre littéraire, digne de ce nom dans cette langue et capable de soutenir un édifice grammatical. Valdés, mais aussi, à sa façon, Villalón, nie l’existence d’un corpus littéraire en castillan, apte à soutenir une standardisation de la langue castillane :

  • 23 J. de VALDÉS, op. cit., p. 123. Le texte castillan est le suivant : « M. ¿ No tenéis por tan elegan (...)

M. Tenez-vous que la langue castillane est aussi élégante et noble que la toscane ?
V. Oui, mais je la tiens aussi pour plus vulgaire, parce que je vois que la toscane a été embellie et enrichie par un Boccace et un Pétrarque, lesquels, en excellents lettrés qu’ils étaient, se sont non seulement enorgueillis d’écrire de belles choses, mais ont essayé de le faire dans un style approprié et fort élégant. Comme vous le savez, la langue castillane n’a jamais connu d’auteurs ayant écrit avec un soin et une attention tels que ceux qui auraient voulu faire montre d’une écriture différente ou réparer les abus de la langue, auraient pu s’appuyer sur l’autorité de ces auteurs23.

42Valdés affirme de façon assez tranchante que la littérature castillane, à la différence de ce qui s’est passé en Italie, avec les figures de Boccace et de Dante, ne dispose d’aucune d’autorité littéraire ayant enrichi la langue ni l’ayant dotée d’une quelconque élégance. En ce sens, la langue castillane, à la différence de la langue toscane, n’est pas prête à soutenir une entreprise de grammatiscalisation.

43De son côté, Villalón ne cite que les Siete Partidas, sans faire aucune allusion aux œuvres littéraires qui ont été écrites entre l’époque alphonsine et la sienne, comme si, depuis Alphonse X, n’existait aucun corpus littéraire digne de ce nom :

Cette langue castillane qui est nôtre, prit commencement au temps des Rois de Castille et de Léon24 et montra sa valeur et sa vigueur à partir de l’époque du très grand et très puissant roi don Alphonse le Sage, digne de toute éternité, sur ordre duquel furent écrites dans cette bienheureuse langue les Sept Parties et la Générale Histoire d’Espagne25.

  • 26 Ibid. : La phrase espagnole est la suivante : « […] nuestra lengua hasta agora ha andado suelta […] (...)

44En considérant que « notre langue est demeurée libre de contrainte »26, Villalón tend à effacer l’histoire littéraire de l’Espagne entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle. Précisons qu’il reprend cette référence à Nebrija qui évoquait aussi uniquement, comme seuls ouvrages écrits en castillan, les textes d’Alphonse X le Sage, en citant Las Siete Partidas et la General Estoria.
Tout se passe alors comme si l’enjeu était d’inventer en castillan un canon littéraire, afin de légitimer la langue et soutenir la construction de normes grammaticales fondées sur des exemples tirées des œuvres des autorités littéraires castillanes, écrivant dans un castillan qui ne soit pas corrompu par le latin.

45Une coupure se donne qui n’a peut-être pas suffisamment été étudiée : celle que l’on crée entre un imaginaire littéraire ancien dominé par le primat de la langue latine et la figure de l’auctor et un nouvel imaginaire que l’on veut, dès le second tiers du XVIe siècle, instituer, à partir de nouvelles auteurités espagnoles, appelées à fonder la légitimité d’une littérature dans cette langue, hors de toute emprise du latin. La littérature du Moyen Âge est alors perçue comme une anté-littérature à qui est fait, de manière plus ou moins explicite, le procès d’être écrite dans un castillan emprunté, encore trop imbibé de latinismes. On ignore donc la littérature médiévale ; on la met entre parenthèses. C’est qu’elle est perçue essentiellement au prisme de la littérature humaniste du XVe siècle qui, par l’intimité qu’elle a recréée avec le latin, a contribué à la relatinisation de la langue castillane, laissant croire alors qu’il en fut toujours ainsi :

La relatinisation de la langue vernaculaire et la redécouverte du latin classique marquent les années 1400-1650 qui sont des périodes de transition entre le Moyen Âge, l’Humanisme et le Siècle d’Or. Dworkin (2010) met en évidence l’important flux de latinismes qui pénétrèrent la langue castillane à l’époque considérée, grâce des auteurs comme Enrique de Villena (1384-1434), Íñigo López de Mendoza, el Marqués de Santillana (1398-1458) y Juan de Mena (1411-1456)27.

  • 28 J. de VALDÉS, op. cit., p. 125. La phrase espagnole est : « […] en el estilo peca muchas vezes con (...)

46Juan de Valdés ne se prive pas de critiquer, non seulement l’auteur de l’Amadís de Gaula dont il dit qu’« il pêche très souvent au niveau du style par toutes sortes de froides affectations28 » mais aussi Juan de Mena pour son style obscur et ses latinismes :

  • 29 Ibid., p. 240. Le texte espagnol est le suivant : « […] escrivió tan escuro que no es entendido, y (...)

[…] il [Juan de Mena] a écrit de manière si obscure qu’il n’est pas compris et il a utilisé des vocables, dont certains, en raison de leur grossièreté, auraient dû être rejetés, et d’autres, de par leur caractère très latin, ne pouvaient être compris de tous29.

  • 30 Ibid., p. 255. La phrase espagnole est la suivante : « algunos vocablos tan latinos que no se entie (...)
  • 31 Ibid. La phrase espagnole est la suivante : « soy de opinión que ningún libro ay escrito en castell (...)
  • 32 Ibid. La phrase espagnole est la suivante : « […] librillos [que] están escritos sin el cuidado y m (...)
  • 33 Ibid. La phrase espagnole est la suivante : « […] por donde no se pueden alabar como alabaréis entr (...)

47Il critique aussi La Celestina pour l’usage de « quelques vocables si latin qu’ils ne sont pas compris en espagnol30 », mais il reconnaît néanmoins sa valeur littéraire : « je suis d’avis qu’aucun livre n’a été écrit en castillan qui présente une langue plus naturelle, plus appropriée, plus élégante31 ». Quoi qu’il en soit, hormis l’œuvre de Jorge Manrique qui trouve grâce à ses yeux, Valdés, se montre intraitable envers la production littéraire en castillan antérieure, allant jusqu’à qualifier la Question de amor y La cárcel de amor de « livres mineurs [qui] sont écrits sans le soin et l’attention nécessaires »32 et qui, comme tels, ne peuvent entrer dans la constitution d’un canon : « ce qui fait qu’ils ne peuvent être loués comme peuvent l’être parmi les Grecs, Plutarque, Lucien […] et parmi les Romains, Cicéron, César, Sallustre et Térence »33.

48On voit que vers 1535, les choses sont clairement posées. À l’intersection du monde ancien et du monde neuf, on trouve Nebrija qui, avec sa grammaire de la langue castillane, réfute la possibilité d’une Espagne plurilingue, tout en tenant encore le castillan pour du latin corrompu. Il représente alors, au moins en partie, un monde en voie de disparition qui vit encore dans l’enchantement du latin et entend développer la langue et la littérature castillanes à l’ombre des modèles latins. C’est pourquoi, Nebrija, dans sa grammaireà la différence de Juan de Valdés, illustre ses propos à partir d’exemples tirés de l’œuvre de Juan de Mena, reconnu par lui comme un auteur castillan majeur.

49Il n’est donc pas étonnant que, vers le milieu du XVIe siècle, la situation ait déjà fortement évolué : s’affirme, de plus en plus, outre cette conscience littéraire castillane mise en scène par Valdés dans son Diálogo, une conscience « grammaticale » castillane qui cherche à se libérer de l’emprise du latin. Le purisme linguistique qui affleure alors paraît devoir être interprété comme la manifestation d’une volonté de coupure radicale entre un monde ancien, dominé par le latin comme langue de l’éloquence et un monde nouveau qui entend construire une éloquence espagnole, fondée sur une langue dénuée de latinismes. Ainsi, puisqu’il faut définir ce qu’est le castillan pour l’affirmer en tant que langue souveraine, le mieux est de le définir par défaut, à partir de ce qu’il n’est pas : ni du latin, ni du grec, ni aucune des autres langues qui gravitent autour de lui.

50Villalón indique ainsi, dans le second prologue de sa grammaire, que son ambition est d’« offrir un art pour le pur castillan, largement affranchi du latin34 », mais ne peut s’empêcher de formuler aussitôt une sorte de constat d’échec : « nous ne pourrons pas totalement éviter de nous servir de quelques noms et vocables de la langue latine35 ». Pourtant, nul mot latin n’affleure dans sa liste. Par ailleurs, il importe de noter qu’aucune mention n’est faite des autres langues en présence dans la Péninsule.

  • 36 Nebrija procède autrement en donnant le mot en latin ; voir A. de NEBRIJA, [1492], Gramática de la (...)
  • 37 C. de VILLALÓN, Grammaire…., § 3 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espag (...)
  • 38 Loc. cit. Le texte espagnol est : « De la declinaçion del nombre ».

51Ce jeu de langues qui n’en est pas un nous dit beaucoup de la double « conscience linguistique » latino-castillane de Villalón. En réalité, l’emprise du modèle grammatical latin est telle, qu’il présente la terminologie grammaticale en castillan, traduite du latin, comme étant du latin36. Il ne réussit pas à créer de frontières étanches entre le latin et le castillan. Cela se voit également dans le traitement qu’il propose du nom dans sa grammaire : tout en énonçant clairement que « dans la langue castillane, on ne peut mettre de déclinaison, qu’il n’y en a pas37 », Villalón intitule son chapitre « De la déclinaison du nom38 ». Toutefois, même s’il reste prisonnier de la terminologie latine, il a le mérite de réussir à mettre en évidence l’absence de cas en castillan et une organisation distincte de celle du latin :

  • 39 Loc. cit., Le texte espagnol est, Gramática… : « […] digo que la differençia de los casos se muest (...)

[…] je dis que la différence des cas se montre en langue castillane par les différents articles auxquels est accroché le nom après qu’on les a prononcés. Ainsi se trouve-t-il qu’au nominatif nous disons en castillan Pedro, et au génitif de Pedro, et au datif para Pedro, et à l’accusatif a Pedro, et au vocatif o Pedro, et à l’ablatif, nous disons esto quite a Pedro39.

52En réalité, pour les « apprentis-grammairiens » en langue vernaculaire du milieu du XVIe siècle, le véritable enjeu consiste à inventer un modèle de description du castillan permettant de fonder sa singularité par rapport au latin. En dépit de cette ambition affichée, il s’est révélé ardu, pour un grammairien comme Villalón par exemple, de se détacher du latin pour déterminer les différentes parties du discours propres au castillan, ce qui revenait à décrire clairement la fonction de l’article et de la préposition dans une langue qu’il continuait à traiter comme une « langue à cas », même s’il savait et disait, on l’a vu, qu’il n’en était rien.

53Dans l’incapacité de forger une conscience méta-(morpho)syntaxique et méta-lexicale qui lui aurait permis de décrire précisément les règles de formation des unités phrastiques et des mots du castillan, l’apprenti-grammairien fera donc appel à sa « conscience rhétorique » qui est aussi une « conscience littéraire », pour suppléer l’insuffisance de sa description et de sa métalangue grammaticales.

54Compte tenu de l’obsession envers les latinismes que Villalón partage avec ses contemporains, il était plus aisé d’emprunter les concepts rhétoriques relevant de l’elocutio latine et de les transposer à la langue castillane, parce qu’ils permettaient d’aller sur le terrain moins âpre et plus familier du style, et donc, de sortir de l’impasse de la description grammaticale et de l’insuffisance du métalangage disponible.

55C’est ainsi que Villalón, s’inspirant fortement de l’ouvrage de rhétorique de Miguel de Salinas en langue castillane (1541), introduit dans sa grammaire, un passage qui, en reliant le style et la langue, fait de la elocución – traduction que propose Salinas du latin elocutio – ce par quoi le castillan est le castillan, et pas le latin :

Je dis maintenant que la clausule castillane peut être considérée de deux manières : soit en prenant chacun de ses mots isolément, soit en envisageant la composition d’ensemble que ces mots forment les uns avec les autres. Pour chacun d’eux considéré isolément, on doit veiller à ce qu’il soit du pur castillan, clair, usuel et approprié à ce que nous voulons qu’il signifie, et de manière générale, qu’il soit sans défaut, défaut qui dans le vocable castillan, est souvent causé par l’ajout, le changement ou la suppression d’une lettre ou d’une syllabe, en dehors du commun usage de la langue. Seront considérés comme du pur castillan tous les mots qui n’ont pas été récemment empruntés à d’autres langues ; en effet, de tels mots, bien que pris au latin, nous ne les approuvons pas, car le mélange du castillan et du latin n'est pas souhaitable, pas plus que celui du castillan et de toute autre langue, aussi estimée soit-elle parmi les hommes. Cette manière de parler, parce qu’elle est barbare, les savants anciens l’ont qualifiée de « macaronique »40.

56Cet intérêt porté à l’elocutio, et donc à l’« identité » des mots castillans, à leur propriété, à leur enracinement dans un usage commun qui est celui de la langue parlée, au-delà même de l’idéologie puriste qu’il véhicule, rend compte d’une difficulté majeure du grammairien : celle de rester dans le strict champ de la description grammaticale.

57Vu que la rhétorique et la grammaire se rejoignent au sein de l’elocutio et qu’il existe un langage rhétorique disponible pour définir ce qui est constitutif de la correction de la langue, le grammairien emprunte cette voie, en mettant l’accent sur la propriété des mots dans l’usage commun de la langue. Incapable de décrire les mécanismes internes de formation des unités lexicales en castillan ou d’exposer les critères définitoires de ce qu’est ou doit être « un pur mot castillan », il n’a d’autre choix, on l’a dit, que d’investir le terrain du style, en reprenant à son compte le vocabulaire rhétorique cicéronien, rendu disponible en castillan par Salinas : « pureté ou correction », « clarté ou perspicacité », etc. Ce retournement stylistique n’est pas neutre. Il traduit la collision entre une conscience grammaticale en castillan encore balbutiante et une conscience « rhétorico-littéraire » plus élaborée, qui fustige les latinismes et les mots rares. C’est ainsi que doit être interprétée la diatribe de Villalón contre les emprunts, qu’il s’agisse de latinismes, d’hellénismes ou de mots provenant d’autres langues, mais aussi celle qu’il déploie contre les jargons et mots obscurs de toutes sortes. Elle n’est que la reprise d’un topos stylistique qui traverse tout le XVIe siècle, considérant que l’éloquence doit se fonder sur une langue claire, naturelle et libre de toute influence étrangère.

58En volant au secours de la conscience grammaticale, la conscience rhétorico-littéraire s’accapare en partie le lieu grammatical, révélant ainsi, que ce dernier reste obsédé par la question de l’adéquation du style (bas, moyen, élevé) au genre de discours. S’il en est ainsi, c’est que le modèle d’éducation en latin, fondée sur l’étude des textes anciens dont on doit, grâce à l’action de la mémoire, imiter le style, demeure prégnant. Le grammairien du XVIe siècle reste prisonnier de ce modèle et se trouve alors dans l’incapacité de définir un objet-langue, entièrement distinct de celui de la littérature, du fait de l’emprise de sa conscience rhétorique.

  • 41 María Dolores MARTÍNEZ GAVILÁN, « La originalidad de Gonzalo Correas y su influencia en la tradició (...)

59Le primat des modèles latins a donc pour conséquence la production de ce que María Dolores Gavilán dénomme fort pertinemment « une grammaire romane fortement latinisée41 ». Précisons que par « fortement latinisée », il faut entendre calquée sur le métalangage latin mais aussi encore trop préoccupée par la question du style, et donc par des considérations rhétoriques.

  • 42 Gonzalo CORREAS, [1625], Arte de la lengua española castellana, Emilio ALARCOS GARCÍA (éd.), Madr (...)
  • 43 Ibid., p. 144. La phrase espagnole est la suivante : « es entre xente de mediana i menor talla, en (...)

60Un siècle plus tard, Correas, réglera à sa façon la question de l’imbrication encore trop étroite des deux langues dans les consciences linguistiques du XVIe siècle. Reprenant à son compte la thèse de l’origine autochtone du castillan, telle qu’elle fut développée par Gregorio López de Madera en 1601, il renverse l’ordre de supériorité entre le latin et le castillan en affirmant que les traits de ressemblance existant entre les deux langues sont exclusivement dus à l’existence d’une grammaire générale commune à toutes les langues. Sans afficher aucune dette envers la tradition rhétorique latine (ce qui ne serait pas logique dans sa perspective, vu que c’est le latin qui procède du castillan), Correas fait de la propriété (propiedad) la marque de fabrique du castillan, en valorisant ce qui est en prise directe avec l’usage commun et le parler de l’homme ordinaire : « on doit éviter de latiniser la langue vulgaire, car ce serait un vice maladroit »42 ; « c’est parmi les moyennes et petites gens que se conserve le mieux la propriété de la langue »43.

61Que s’est-il donc passé entre 1492, date de publication de la grammaire de Nebrija et 1630, date de publication de la grammaire de Correas ? La question est complexe mais il est possible de répondre au moyen de quelques éléments-clés.

  • 44 Miguel Ángel ESPARZA, Ramón SARMIENTO (éd.), Introducción y notas. Gramática de la lengua castellan (...)

621/ À l’époque de publication de la grammaire de Nebrija prévaut la thèse de la formation des langues romanes, à partir de la corruption du latin : pour Nebrija, la langue castillane n’est rien d’autre que du « latin corrompu ». En ce sens, grammaticaliser le castillan, c’est-à-dire, le réduire en art, revenait à en freiner la corruption, de sorte qu’il demeure le plus ressemblant possible avec le latin. Nebrija avait l’ambition de construire l’objet-langue « castillan » dans une identité avec le latin. Sa conscience linguistique « grammaticale » était façonnée par la langue et la rhétorique latines, de sorte qu’un auteur comme Juan de Mena trouvait grâce à ses yeux comme auteurité castillane, les latinismes de la langue de cet auteur confortant l’idéologie linguistique de Nebrija favorable à un castillan imprégné de latin44.

632/ Vers la seconde moitié du XVIe siècle, date de la parution de la grammaire de Villalón (1558), il n’est plus question de construire l’objet-langue « castillan » dans l’identité du latin mais de chercher, au contraire à affirmer l’autonomie de langue vernaculaire avec le latin. L’objectif théorique consiste donc à décrire le castillan dans la perspective d’une déviance maximale par rapport au latin. On retrouve là le principe du contraste maximal sur lequel nous reviendrons dans le troisième chapitre du présent ouvrage. La difficulté est que les modèles de description et le métalangage restent à inventer, alors que la rhétorique via l’elocutio dispose de concepts disponibles, récemment traduits en castillan. Le modèle latin continue donc de s’imposer et le territoire de la grammaire se confond en partie avec celui de rhétorique. Soit une conscience linguistique « mi-grammaticale, mi- rhétorico-littéraire », qui se veut néanmoins normative, aux plans des usages et du style. Elle cherche à définir à la fois le « bien parler » et le « bien écrire », c’est-à-dire à inventer une éloquence en castillan fondée sur une langue naturelle, claire et épurée de latinismes et de mots étrangers, conforme à l’idiosyncrasie du castillan.

  • 45 Voici la définition du dictionnaire CNRTL. « Optatif » : IVe siècle. Emprunté du latin tardif optat (...)
  • 46 M. D. MARTÍN GAVILÁN, art. cit., p. 93 : « Une illustration claire de cette attitude est le traitem (...)
  • 47 « llana y natural » .

643/ En 1630, la situation a encore évolué : se dessine, chez Correas, une conscience linguistique qui se rattache à une conscience nationale bien plus affirmée. Le postulat de l’espagnol comme langue primitive fait que la description de la langue espagnole s’autonomise des modèles de description du latin. Correas adopte une posture descriptive et non normative en rendant compte des différents usages du castillan, sans chercher à en légitimer un par rapport aux autres. Une telle posture se fonde sur l’observation des traits linguistiques du castillan et non sur celle des grammaires latines, ce qui revient à identifier les traits saillants du castillan. Elle aboutit ainsi, par exemple, à l’élimination de l’optatif45 qui n’existait pas en castillan, mais que Nebrija avait introduit pour suivre le paradigme établi par la tradition grammaticale gréco-latine46. En découle l’émergence d’une conscience proprement grammaticale en castillan qui reste néanmoins attentive à la question du style qui ne doit pas trahir l’essence de la langue qui est d’être « simple et naturelle »47.

65L’analyse des principales grammaires du castillan entre la fin du XVe siècle et le premier tiers du XVIIe siècle fournit ainsi de précieux indices pour approcher le degré de conscience linguistique « grammaticale » castillane des « concepteurs » de grammaire, tout autant que les valeurs littéraires qu’ils promeuvent. En effet, un certain traitement stylistique de la langue dans les grammaires de Villalón et Correas, en particulier, montre que les grammairiens ne sont pas indifférents à la question du style et que la correction de la langue ne relève pas uniquement de la congruence ou de la concordance, mais de la clarté du style et la propriété des mots. D’où leurs développements visant à condamner l’affectation, l’obscurité du style et l’impropriété des mots.

66Ces divers éléments laissent donc entendre que l’invention d’une éloquence en espagnol est, selon eux, inséparable d’une langue claire, naturelle, simple et sans artifice, enracinée dans l’usage commun. On comprend donc pourquoi, à partir du derniers tiers du XVIe siècle, lorsque des auteurs tels que Fernando de Herrera (1534-1597) ou Luis de Góngora (1561-1627) chercheront à inventer une éloquence, fondée sur d’autres valeurs, telles la valorisation de latinismes et de cultismos, ils seront vivement décriés.

Notes

1 Dante ALIGHIERI, De vulgari eloquentia, [1304], 1965, André PÉZARD (trad.), Œuvres complètes, Paris : Gallimard (Bibliothèque de La Pléiade), 1, 1965, chap.1, n. 2 ; A. Pézard met en évidence que le mot grammatica en latin médiéval signifie la langue latine, par opposition à la langue vulgaire qui s’apprend au creux des seins de sa nourrice.

2 Gilles SIOUFFI, Sentiment de la langue et diachronie, in : Diachroniques, 2, Paris : PUPS, 2012, p. 13.

3 Ferdinand de SAUSSURE, Cours de linguistique générale, Paris : Payot, 1931. Voir chapitres 5, 6 du Cours, relatifs à l'analogie, l'étymologie populaire et à la « motivation relative ».

4 Signalons, par exemple, en français, le cas de l’étymologie du mot « pavaner » qui vient de l'italien dialectal pavana < padovana « danse de Padoue » et non pas du mot « paon ». Le mot « pavaner » a été relié par certains locuteurs ordinaires au radical de fr. paon (< lat. pavo, pavonis) (1611). Si ce rattachement est inexact, il n’en reste pas moins « attesté » en quelque sorte, comme en témoigne le Petit Robert qui définit le sens de « se pavaner » par un renvoi explicite au comportement de l'oiseau : « marcher avec orgueil, avoir un maintien fier et superbe (comme un paon qui fait la roue) ».

5 Noam CHOMSKY, Reflexions on language, New Jersey : Pantheon, 1975.

6 Serge LUSIGNAN, « Le français et le latin aux Xllle-XIVe siècles : pratique des langues et pensée linguistique », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 42 (4), 1987, p. 955-967, p. 962.

7 Josiane F. HAMERS, Michel BLANC, Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles : Pierre Mardaga, 1983.

8 Josiane HAMERS, « Un modèle socio-psychologique du développement bilingue », Langage et société, 43, 1988, p. 91-102. La référence à Vygotsky est la suivante : Lev VYGOTSKY, Studies in communication. Thought and language, Eugenia HANFMANN, Gertrude VAKAR (trad.), Cambridge : MIT Press, 1962.

9 Francis TOLLIS, « Projet et maturation d’un traité sur le parler vulgaire : Elio Antonio de Nebrija des "Introductiones latinae" (1481) à la "Gramática castellana" (1492) », in : Comment peut-on écrire une grammaire ?, Paris : L’Harmattan, 2012, p. 33-48 hal-02325309.

10 Antonio de NEBRIJA, [1488], Introduciones latinas contrapuesto el romance al latín, Thomas BALDISCHWIELER (éd.), Düsseldorf : Université de Düsseldorf, 2004, p. 5-303. Thèse inédite [En ligne], consulté le 15 février 2021, URL : http://corpusnebrissense.com/Files/baldischwieler2004.pdf.

11 A. de NEBRIJA, Introductiones Latinae, Salamanque : Alonso de Porras, 1481.

12 Juan de VALDÉS, [1535], El diálogo de la lengua, Cristina BARBOLANI (éd.), Madrid : Cátedra, 1982, p. 124. Le texte castillan est le suivant : ¿Vos no veis que, aunque Librixa era muy doto en la lengua latina (que esto nadie se lo puede quitar), al fin no se puede negar que era andaluz y no castellano, y que scrivió aquel su Vocabulario con tan poco cuidado que parece averlo escrito por burla? […] muchas vezes peca, en la declaración que haze de lo vocablos castellanos en los latinos se engaña tantas vezes que sois forçado a créer una de dos cosas: o que no entendía la verdadera sinificación del latín (y ésta es la que yo menos creo) o que no alcançava la del castellano, y ésta podría ser, porque él era de Andaluzía, donde la lengua ni sta muy pura.

13 James S. HOLMES, Translated : papers on literary translation and translation studies, Atlanta : Rodopi B.V., 1988.

14 Ibid., p. 96.

15 Danica SELESKOVITCH, Marianne LEDERER, Interpréter pour traduire, Paris : Klincksieck, 2001.

16 J. de VALDÉS, op. cit., p. 122 : « M. Et vous semble-t-il que Bembo ait perdu son temps en écrivant le livre qu’il a fait sur la langue toscane ?/V. Je ne suis pas suffisamment expert en toscan pour être en mesure de juger s’il leperdit ou non ». Le texte castillan est : M. ¿Y paréceos a vos que el Bembo perdió su tiempo en el libro que hizo sobre la lengua toscana ? / V. No soy tan diestro en la lengua toscana que pueda juzgar si lo perdió o lo ganó […]. La traduction est de nous.

17 C. de VILLALÓN, Grammaire…, § 2 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563 : « Antonio de Nebrija a traduit en langue castillane, l’art qu’il avait élaboré pour la langue latine ». Le texte castillan est le suivant : Gramática… : « Antonio de Nebrixa traduxo a la lengua castellana el arte que hizo de la lengua latina ».

18 Antonio GARCÍA DE SOLALINDE, « “Nuestro latín” en la General estoria de Alfonso el Sabio », in : Homenatge a Antoni Rubio i Lluch : miscellánia d’estudis literaris, histórics i linguistics, 3 t., (Barcelone : n. p.), 1, 1936, p. 133-140.

19 Corinne MENCÉ-CASTER, Un roi en quête d’auteurité : Alphonse X et l’Histoire d’Espagne (Castille, XIIIe siècle), Paris, e-Spania Books [En ligne], mis en ligne en 2011. URL : https://books.openedition.org/esb/260?lang=en ; DOI : 10.4000/books.esb.260.

20 Juan Ramón LODARES, « Las razones del castellano derecho », Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales, Paris : Klincksieck, 18-19, 1993, p. 313-334.

21 Ibid., p. 316-317. Le texte de Lodares est le suivant en espagnol : « […] conviene considerar que Alfonso X fue un político y no un gramático ni alguien a quien pareciera preocuparle las consideraciones filológicas ‘stricto sensu’; su obra se explica muy bien como expresión escrita de un proyecto gubernativo iniciado por su padre y que el propio Alfonso pretendió continuar sin éxito con sus sucesores; si, lingüísticamente, su obra produjo algún tipo de normalización e ilustración del español (y sin duda lo hizo) no fue un fin perseguido en sí mismo sino consecuencia de motivaciones alejadas en principio de ese campo de actividad ». La traduction est de nous.

22 S. LUSIGNAN, art.cit., p. 961.

23 J. de VALDÉS, op. cit., p. 123. Le texte castillan est le suivant : « M. ¿ No tenéis por tan elegante y gentil la lengua castellana como la toscana ? /V. Sí que la tengo, pero también la tengo por más vulgar, porque veo que la toscana sta ilustrada y enriquecida por un Bocacio y un Petrarca, los quales, siendo buenos letrados, no solamente se preciaron de scrivir buenas cosas, pero procuraron escrivirlas con estilo muy proprio y muy elegante ; y como sabéis, la lengua castellana nunca ha tenido quien escriva en ella con tanto cuidado y miramiento quanto sería menester para que hombre, quiriendo o dar cuenta de lo que scrive diferente de los otros, o reformar los abusos que ay oy en ella, se pudiesse aprovechar de su autoridad ».

24 Les rois de Castille et Léon avant le règne d’Alphonse X Le Sage.

Image 100000000000013100000133F1FA36C9F83B094B.jpg

25 C. de VILLALON, Grammaire…, § 3 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est le suivant tiré de Gramática… : « Esta nuestra lengua castellana tubo prinçipio de los reyes de Castilla y Leon, y començo a mostrar su valor y fuerças en tiempo del muy alto y muy poderoso rey don Alonso el Sabio digno de eternidad, por cuyo mandado se escrivieron en esta feliçissima lengua las Siete Partidas y General historia de Espanna. Pero esta nuestra lengua hasta agora ha andado suelta sin subjetarse a regla ni ley por la diversidad de gentes estrangeras que en diversos tiempos han venido a nuestra Castilla […] ». 

26 Ibid. : La phrase espagnole est la suivante : « […] nuestra lengua hasta agora ha andado suelta […] ».

27 Matthias RAAB, « Latinismos neológicos en el siglo XV: una propuesta metodológica a partir de la lingüística de corpus », Scriptum digital. Revista de corpus diacrònics i edició digital en Llengües iberoromàniques, [en línia], 4, 2015, p. 187-207, p. 191. Le texte espagnol est le suivant : « La relatinización de la lengua vernácula y el redescubrimiento del latín clásico marcan los años 1400-1650 que comprenden la transición entre el Medioevo y el Humanismo y los Siglos de Oro. Dworkin (2010) resalta el enorme aluvión de latinismos que penetró en castellano en la época en cuestión, gracias a autores como Enrique de Villena (1384-1434), Íñigo López de Mendoza, el Marqués de Santillana (1398-1458) y Juan de Mena (1411-1456) ».

28 J. de VALDÉS, op. cit., p. 125. La phrase espagnole est : « […] en el estilo peca muchas vezes con no sé qué frías afetaciones […] ».

29 Ibid., p. 240. Le texte espagnol est le suivant : « […] escrivió tan escuro que no es entendido, y puso ciertos vocablos, unos por groseros se devrían desechar, y otros que por muy latinos no se dexan entender de todos […] ».

30 Ibid., p. 255. La phrase espagnole est la suivante : « algunos vocablos tan latinos que no se entienden en el castellano ».

31 Ibid. La phrase espagnole est la suivante : « soy de opinión que ningún libro ay escrito en castellano donde la lengua ste más natural, más propia ni más elegante ».

32 Ibid. La phrase espagnole est la suivante : « […] librillos [que] están escritos sin el cuidado y miramiento necesarios […] ».

33 Ibid. La phrase espagnole est la suivante : « […] por donde no se pueden alabar como alabaréis entre los griegos a […] Plutarco, Luciano, y […] en latín a Cicerón, a César, a Salustio, a Terencio ».

34 C. de VILLALON, Grammaire…, § 5 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/3563. Le texte espagnol est le suivant, Gramática…, : « pretendemos dar arte para el puro castellano muy desasido del latin ».

35 Ibid., « […] no nos podremos del todo excusar de nos aprovechar de algunos nombres y vocablos de la lengua latina […] ».

36 Nebrija procède autrement en donnant le mot en latin ; voir A. de NEBRIJA, [1492], Gramática de la lengua castellana, Miguel Ángel ESPARZA, (ed.), Madrid : Fundación Antonio de Nebrija, 1992, p. 110 : « Optativo modo es aquel por el cual desseamos alguna cosa. por que optare es dessear. como o si amasses a dios ».

37 C. de VILLALÓN, Grammaire…., § 3 du Livre I, https://books.openedition.org/esb/3568. Le texte espagnol est le suivant, Gramática… : « […] en la lengua castellana no se puede poner declinaçion, ni la ay ».

38 Loc. cit. Le texte espagnol est : « De la declinaçion del nombre ».

39 Loc. cit., Le texte espagnol est, Gramática… : « […] digo que la differençia de los casos se muestra en la lengua castellana por differençias de articulos a que va arrimado el nombre a la contina en su pronunçiaçion. Ansi como aconteçe que en el nominativo dezimos en castellano Pedro, y en el genitivo de Pedro, y en el dativo para Pedro, y en el acusativo a Pedro, y en el vocativo ¡o Pedro!, y en el ablativo dezimos esto quite a Pedro ».

40 Ibid., § 2 du Livre III, https://books.openedition.org/esb/3578. Le texte espagnol est le suivant, Gramática…, : « Agora digo que la clausula castellana se puede considerar en una de dos maneras : o en cada una de las palabras en especial o en la composiçion junta de unas con otras en si. En cada una dellas en espeçial se ha de mirar que sea pura castellana, clara, usada y apropriada a aquello que queremos que sinifique y generalmente sin viçio, el que se causa en el vocablo castellano muchas vezes por annadir o mudar o quitar letra o silaba fuera del comun uso de la lengua. Palabra pura castellana sera sino fuere traida nuevamente de otras lenguas, porque aunque sea latina la tal palabra no la aprobamos, porque no es buena mezcla de castellano y latin, ni de otra lengua alguna por estimada que sea entre los hombres que la tal manera de hablar por ser barbara la llamaron los doctos antiguos “macarronea” ».

41 María Dolores MARTÍNEZ GAVILÁN, « La originalidad de Gonzalo Correas y su influencia en la tradición gramatical española », in : Beatriz GALLARDO et alii (coord.), Epistemologia del llenguatge. Història de la Lingüística. Joves investigadors, 4, 1997, p. 87-94, p. 88. La phrase espagnole est : « una gramática romance altamente latinizada ».

42 Gonzalo CORREAS, [1625], Arte de la lengua española castellana, Emilio ALARCOS GARCÍA (éd.), Madrid : CSIC, 1954, p. 385. Le texte espagnol est le suivant : « se deve huir de Latinizar el Rromanze, que seria torpe vizio ».

43 Ibid., p. 144. La phrase espagnole est la suivante : « es entre xente de mediana i menor talla, en quien mas se conserva la lengua i propiedad ».

44 Miguel Ángel ESPARZA, Ramón SARMIENTO (éd.), Introducción y notas. Gramática de la lengua castellana, Antonio de Nebrija (1492), Madrid : Fundación Antonio de Nebrija, 1992, p. 47 : « Nebrija era consciente de que restaurar la latinidad no er auna tarea nada fácil ».

45 Voici la définition du dictionnaire CNRTL. « Optatif » : IVe siècle. Emprunté du latin tardif optativus, « qui exprime un souhait, optatif », lui-même tiré de optare, « examiner avec soin, choisir ». GRAMM. Le mode optatif ou, subst., l'optatif, mode qui, dans certaines langues telles que le sanscrit et le grec ancien, sert, dans une proposition indépendante, à exprimer la possibilité et le souhait, et dont le thème est parfois distinct de ceux de l'indicatif et du subjonctif. En français, l'optatif est remplacé par le subjonctif, comme dans la phrase : « Que la volonté de Dieu soit faite ! » Optatif oblique, en grec ancien, forme qui, dans une proposition complétive dépendant d'un verbe principal au passé, peut remplacer le subjonctif normalement attendu.

46 M. D. MARTÍN GAVILÁN, art. cit., p. 93 : « Une illustration claire de cette attitude est le traitement du mode verbal, dans lequel les premiers auteurs de nos traités, depuis Nebrija, incluaient un optatif, inexistant en castillan, afin de se conformer au paradigme établi par la tradition gréco-latine. Correas, conscient de ce que le contenu du « désir » ne s’exprime pas au moyen de traits formels spécifiques, considère que ce contenu peut s’exprimer au moyen du subjonctif et non par un mode indépendant (1625, p. 243). Il nie, de plus, le statut de mode à l’infinitif et à l’impératif (1625, p. 245). Dans de nombreux cas, son analyse grammaticale ne consiste pas, par conséquent, à attribuer au castillan les caractéristiques d’un modèle catégoriel issu d’une autre langue, aussi prestigieuse soit-elle, mais est le fruit de l’observation de la propre réalité linguistique de sa langue ». Traduit par nous. Le texte espagnol est le suivant : « Ejemplo claro de esta actitud es el tratamiento del modo verbal, en el que nuestros primeros tratadistas, ya desde Nebrija, incluían un optativo, inexistente en castellano, por seguir el paradigma establecido por la tradición greco-latina. Correas, sin embargo, consciente de que el contenido de 'deseo' no se expresa por medio de unos rasgos formales específicos, lo considera un valor de contenido expresable por medio del subjuntivo y no un modo independiente (1625, p. 243). Y, además, niega el status modal al infinitivo y al imperativo (1625, p. 245). Su análisis gramatical no es, por tanto, en muchos casos, el resultado de endosar las características del castellano en el molde categorial procedente de otra lengua, por muy prestigiosa que ésta sea, sino el fruto de la observación de la propia realidad lingüística ».

47 « llana y natural » .

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search