Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Introduction

Texte intégral

1On le sait bien : traduire une grammaire castillane du XVIe siècle, après l’avoir éditée, ne saurait se résumer à la transposition du texte grammatical d’une langue (le castillan) vers une autre (le français). Plus sans doute que tout autre texte, traduire une grammaire rappelle que l’on s’affronte à la traduction d’un discours, et non pas seulement, d’une langue. Comment donc traduire un tel discours sans le trahir ? Qu’est-ce, d’ailleurs, que traduire un discours grammatical relevant du XVIe siècle ?

2Vers le milieu du XVIe siècle, en Espagne comme dans les autres aires romanes, le discours grammatical sur les langues vulgaires est encore balbutiant, dans la mesure où, comme le rappelle Dante dans le De vulgari eloquentia, le mot grammatica en latin médiéval désigne une étude de la langue latine, et ne s’applique pas à la langue vulgaire qui s’apprend de manière spontanée. Il n’est donc pas si évident, à cette époque, de parler de « grammairien » pour les langues vernaculaires, à moins de consentir à une forme de transgression. Le latin reste omniprésent dans l’imaginaire linguistique de la Renaissance, même si sa toute-puissance est peu à peu grignotée par la place de plus en plus importante que vont prendre les langues vulgaires. Il n’empêche que le lettré reste d’abord celui qui maîtrise le latin et/ou le grec.

  • 1 Nous emploierons le terme de « grammaticalisation » pour évoquer la « réduction en art » du castill (...)

3C’est la raison pour laquelle, dans la présente étude, un chapitre est consacré à l’émergence d’une conscience linguistique « romane », et plus spécifiquement « castillane », de manière à retracer le contexte d’émergence de la grammaire de Villalón, non seulement en Espagne, mais aussi dans l’Europe du XVIe siècle. Il importait de montrer, qu’en dépit de la reconnaissance de plus en marquée des langues vulgaires, le latin continuait d’occuper une place importante, place qui allait de manière paradoxale se trouver confortée par le processus de grammaticalisation1 des langues vulgaires. En effet, comment « réduire en art » les langues romanes sans s’inspirer fortement des modèles grammaticaux latins ?

4L’analyse du discours grammatical en castillan, qui est un préalable à toute traduction, ne peut s’effectuer en dehors de celle des modèles latins disponibles ; comme telle, cette analyse se doit de prendre appui sur le discours des grammaires latines les plus connues et usitées à l’époque, à savoir celles de Donat et de Priscien. Il n’est pas possible, en effet, et ce, quelle que soit l’aire romane considérée, de prétendre traduire, de manière contemporaine, la grammaire d’une langue romane, écrite au XVIe siècle, sans avoir une connaissance approfondie de la métalangue utilisée pour le latin. Les traducteurs contemporains que nous sommes, avons donc été confrontés à la nécessité de maîtriser cette métalangue latine, par ailleurs non nécessairement uniforme, mais aussi à celle de bien connaître les modalités de constitution de la métalangue grammaticale du français et du castillan, par les « grammairiens » de cette époque, les modèles latins en circulation étant les mêmes pour tous. Pour ce faire, le grammairien du XVIe siècle est tenu de s’appuyer sur les usages en vigueur dans la langue vulgaire qu’il veut « réduire en art », alors que ces usages n’ont rien de commun avec le latin. Comme le précise Javier Suso López :

  • 2 Javier SUSO LÓPEZ, « Norme et bon usage au XVIIe siècle en France », in : Emilia ALONSO MONTILLA, M (...)

L'entreprise du grammairien est ainsi doublement problématique : il essaie de rendre compatibles deux domaines en principe antithétiques, celui de l'irréfléchi (l'usage) et celui de la conscience, de la volonté réglée sur une décision2.

5Il n’est donc pas étonnant que les ressources métalinguistiques que les grammairiens « créent » pour les langues vulgaires soient éparses et ne se recoupent pas nécessairement, vu qu’ils ne se fondent pas tous sur le même « modèle de langue ». Il en découle un foisonnement de termes et de définitions métalinguistiques qui rend encore plus complexe la tâche du traducteur contemporain.

6Il faut ainsi rappeler que le travail des « grammairiens » des langues vulgaires a été essentiellement, du moins dans cette première étape de la grammaticalisation, un travail de traduction-adaptation, lequel a pu donner lieu à des néologismes formels ou sémantiques, mais toujours peu ou prou, dans le giron du latin. Nous aurons l’occasion dans le chapitre consacré à l’étude de l’article de montrer comment, en dépit de l’innovation « romane » qu’il constitue, l’article a pu, par exemple chez nombre de grammairiens, être appréhendé comme « signe » des cas, simplement parce que, maintenant son regard rivé au latin, le grammairien cherchait à établir des équivalences entre les deux langues, en « recréant » dans la langue vulgaire, le système casuel propre au latin. La conscience grammaticale « latine » constituait donc un écran qui masquait les spécificités de la langue vulgaire, cependant que, dans le même temps, la connaissance du latin était en net recul chez les étudiants et certains enseignants.

7Si l’on remonte un peu en amont du XVIe siècle, dans le contexte hispanique, Antonio de Nebrija, expert en grammaire latine, avait été très conscient de ce que les étudiants, notamment dans le dernier tiers du XVe siècle, n’étaient plus en mesure d’apprendre directement le latin à partir du latin lui-même. Le recours à la langue vulgaire, en l’occurrence le castillan, s’avérait désormais nécessaire. Nebrija qui avait publié en 1481, ses Introductiones latinae, allait en proposer, dès 1488, une version bilingue latin-castillan, afin de faciliter l’apprentissage du latin par ceux qui ne maîtrisaient plus cette langue et avaient besoin du truchement du castillan pour réussir à acquérir la maîtrise de cette langue prestigieuse.

  • 3 La Gramática de la lengua castellana de Nebrija fut élaborée bien avant que Christophe Colomb ne pr (...)

8On voit bien que, au moins jusqu’au début du XVIe siècle, le castillan avait encore vocation à servir de béquille au latin et n’était pas vraiment perçu dans son autonomie pleine et entière. Il semble pourtant, qu’en 1492, la situation avait déjà évolué, du moins dans la perspective de Nebrija. En effet, dans le prologue de sa Grammaire de la langue castillane, Nebrija, pressentant en quelque sorte la proximité de l’entreprise coloniale3, mettait en évidence que le « Nouveau Monde » qui était en train d’émerger, ne pouvait le faire qu’en célébrant dans le même temps l’avènement et la reconnaissance de langues nouvelles, parmi lesquelles le castillan, instrument politique par excellence. Dans ces conditions, l’élaboration d’une grammaire du castillan en langue castillane constituait en soi un événement, événement salué, par ailleurs, davantage par les époques suivantes que par les contemporains de Nebrija. Il n’empêche que l’irruption de cette grammaire, dans le paysage linguistique de la fin du XVe siècle, signa une rupture et annonça, de manière sans doute précoce, la progressive reconnaissance des langues vulgaires dans toute l’Europe.

9Dans le prologue de sa grammaire du castillan, Villalón, un demi-siècle plus tard, reprocha à Nebrija d’avoir simplement traduit une grammaire latine en castillan, ce qui n’était pas assimilable, selon lui, à la rédaction d’une grammaire du castillan. Temps nouveaux, exigences nouvelles. Ignorant (délibérément ou non ?) la publication de la grammaire castillane de Nebrija en 1492, Villalón signale la version bilingue des Introductiones latinae comme une imposture envers le castillan, imposture qu’il se propose de réparer en prenant l’initiative de rédiger une grammaire du « pur castillan ». Pour justifier sa démarche, Villalón n’a de cesse de vanter les mérites du castillan, reprenant par-là un certain nombre d’arguments sur le récent prestige accordé aux langues vulgaires.

10Il nous a donc semblé utile de consacrer un chapitre à l’examen comparé des prologues de Nebrija et de Villalón, dans la perspective de la traduction en français du prologue de Villalón qui reprend un certain nombre d’arguments bien connus à son époque sur les langues vulgaires. On retrouve, en effet, des énoncés qui ne sont pas sans rappeler ceux de Du Bellay dans Défense et illustration de la langue française. La comparaison des prologues des grammaires de Nebrija et de Villalón permet ainsi de mesurer les écarts de leurs postures respectives. Par ailleurs, l’analyse du prologue de Villalón permet aussi de mieux comprendre son ambition, déclarée dès les premières lignes de sa grammaire, de décrire le castillan, en le déliant, autant que possible, du latin.

11Nous voilà donc, avec cette annonce liminaire de Villalón, au cœur des enjeux de la constitution du discours grammatical en langue vulgaire vers le milieu du XVIe siècle : il ne s’agit plus de considérer la langue vernaculaire comme une sorte de matrice de passage vers le latin, mais de l’envisager en elle-même et pour elle-même. Il est donc question, à proprement parler, de fonder une tradition grammaticale pour les langues vulgaires qui soit capable de forger un discours adapté aux systèmes qui sont les leurs, et ce, sans se laisser dominer entièrement par le latin qui pouvait apparaître comme un carcan, même si, dans le même temps, il fournissait une aide précieuse, notamment en matière de ressources métalinguistiques.

12Cette problématique qui représente un défi pour « l’apprenti-grammairien » du XVIe siècle est inscrite dans les premières pages de la Grammaire castillane de Villalón qui prétend vouloir produire une grammaire du « pur castillan », tout en reconnaissant dans le même temps l’impossibilité qu’il y a à se départir totalement du métalangage propre à la description de la langue latine :

  • 4 Cristóbal de VILLALÓN, [1558], Grammaire castillane, Corinne MENCÉ-CASTER et alii (trad.), Cristóba (...)

Avant toute chose, au commencement de notre travail, je veux poser que, bien qu’il soit tout à fait vrai que nous prétendons offrir un art pour le pur castillan, largement affranchi du latin, nous ne pourrons pas totalement éviter de nous servir de quelques noms et vocables de la langue latine, pour que, dans notre manière de procéder et dans l’ordre que nous suivrons, nous nous fassions mieux comprendre […]4.

13La difficulté qui se présente alors au traducteur contemporain qui entend traduire en français, comme c’est le cas ici, une grammaire du castillan du XVIe siècle, écrite en castillan, est de parvenir à bien retranscrire cette sorte d’entrelacs entre le métalangage propre au latin, déjà bien établi, et l’élaboration d’un métalangage « nouveau », ancré dans l’ancien mais conçu, dans le même temps, comme spécifique à la langue castillane. Cet embarras du « grammairien » ancien des langues vulgaires induit, en effet, dans le discours grammatical qu’il produit, des opacités, voire des contradictions, qu’il revient au traducteur contemporain de déceler et de maintenir, afin de rendre perceptibles les écueils auxquels, dans l’entreprise de rédaction de leurs grammaires, se trouvaient confrontés ces grammairiens d’un genre nouveau. Il n’était donc pas question de faire en sorte que la traduction en français « lisse » le discours grammatical ou lui confère une transparence dont il ne disposait pas, mais plutôt de chercher à le transcrire en français dans cette opacité relative qui est la sienne et qui laisse un certain nombre de zones d’ombre.

14En ce sens, l’édition de la grammaire qui a été menée préalablement à la traduction a été d’un grand secours : elle a permis de prendre conscience, en amont, de l’existence de divers « territoires » discursifs, nécessitant pour leur traduction, de stratégies diversifiées.

Le territoire de l’expression de la norme, des exemples et des illustrations

  • 5 S’il est vrai qu’en castillan, le verbe « fait phrase », comme le rappelle explicitement Jean-Claud (...)

15Au sein de ce « territoire », Villalón se réfère aux traditions grammaticale, rhétorique et logique antérieures, afin d’énoncer la « norme », ou à tout le moins, l’usage qu’il entend valoriser. Dans la mesure où la confection du discours grammatical sur les langues vulgaires en est encore, ainsi qu’on l’a dit, au stade expérimental au milieu du XVIe siècle, nous avons été, dans notre traduction, particulièrement attentifs aux modalités d’expression de la « norme », à partir de la référence que fait Villalón à des usages qu’il choisit de valoriser ou de discréditer. Nous avons ainsi tenu à rendre compte, dans la traduction, de la valeur expressive de l’emploi du pronom sujet yo, non obligatoire en espagnol, quand il est employé devant le verbe conjugué lorsque celui-ci dit explicitement la personne5, en le rendant autant que possible en français par « Moi, je (dis)… ». Nous avons tâché parallèlement de recourir en français à des formulations impersonnelles quand le texte de Villalón faisait le choix de celles-ci. Nous avons aussi cherché à respecter la systématicité que déploie Villalón, dans sa manière d’introduire les exemples et illustrations en renvoyant à un usage verbal partagé, comme en témoignent l’usage quasi systématique de l’expression como decimos, où le choix du pluriel « nous » (nosotros) traduit sa volonté de rendre compte d’un usage commun. Ainsi, bien que le « territoire » des exemples et illustrations ne se trouvait pas a priori concerné par l’entreprise de traduction, à l’exception des explicitations sémantiques que nous avons choisi de traduire, tout en mettant en note de bas de page le passage en castillan, nous nous sommes montré attentifs à la traduction du co-texte qui entoure ces exemples et illustrations, parce que Villalón prend soin de les introduire d’une certaine façon qui vise, en réalité, à les légitimer. Pour rappel, le choix des exemples n’est jamais évident pour un grammairien, dans la mesure où ceux-ci fournissent un certain nombre d’indices sur la perception des usages qu’il désire valoriser. C’est pourquoi la traduction attentive du « co-texte » s’avère essentielle pour respecter les desseins que poursuit le grammairien en introduisant ces exemples.

16Il en va de même des contre-exemples auxquels recourt Villalón pour rendre compte des usages qu’il entend disqualifier ; pour ce faire, dans le co-texte, il caractérise de manière négative les « locuteurs » à qui il attribue ces « mauvais » usages, en les nommant de manière péjorative et en les localisant dans des espaces géographiques reconnus comme « rustiques ». Là encore, la traduction minutieuse du co-texte dans lequel apparaissent ces contre-exemples s’est avérée importante pour bien transcrire la démarche du grammairien.

17Nous avons donc choisi de consacrer un chapitre de la présente étude à l’expression de la norme et à la valorisation ou disqualification des usages dans la grammaire de Villalón, afin de mieux faire comprendre les enjeux traductifs qui s’y trouvaient rattachés.

Le territoire du métalangage

18Nous avons pu ainsi identifier un « territoire » que nous dirons « du métalangage » pour bien marquer sa différence à l’égard des autres. Disséminé à travers tout le texte, ce « territoire » est la marque propre du discours grammatical. C’est, au sein de cet espace discursif que Villalón s’efforce de nommer, puis de définir ce qu’il a nommé. Ce faisant, il explicite la démarche qui le conduit à retenir telle nomination plutôt que telle autre ou à proposer telle catégorisation plutôt que telle autre. Dans la mesure où cette entreprise de nomination qui, on l’a dit, relève d’une opération de traduction-adaptation, renvoie à la manière dont le grammairien perçoit cette « catégorie » précise mais aussi toutes les autres, il était important, pour réussir à traduire, de comparer son entreprise à celle des grammairiens français de la même époque. Quel était le métalangage grammatical disponible en français au XVIe siècle ? Quels étaient les lieux de conjonction avec le métalangage proposé par Villalón en castillan et les lieux de disjonction ?

19Cette question s’est avérée centrale et complexe, dans la mesure où l’identification d’un équivalent en termes formels ne présumait en rien d’une équivalence en termes sémantiques. Dans le domaine de la syntaxe par exemple, il existe bien un mot « phrase » en français ancien, de même qu’existent aussi les mots « clausule », « proposition », « clause », « sentence », etc. Pour autant, il n’y a nulle automaticité en matière d’équivalence et de correspondance avec les termes castillans suivants : cláusula, oraçión, sentencia, etc. Afin de savoir quel était le terme le plus adapté, il importait de se tourner vers les définitions respectives des grammairiens français et castillans, lesquelles, non exemptes de contradictions et d’ambiguïtés, ne permettaient pas de dégager de manière évidente le choix du bon terme.

20En effet, traduire le métalangage est une entreprise délicate qui suppose que l’on ait bien cerné la définition de la catégorie que l’on se propose de nommer dans la langue cible. Il faut ainsi s’assurer que les termes choisis existaient bien dans la langue cible de l’époque et veiller à ne pas introduire de concepts ou notions « anachroniques ». Par ailleurs, quand, en nommant une catégorie, le grammairien choisit de déroger à la tradition grammaticale qui s’initie au XVIe siècle, il nous a semblé important de respecter ce choix en l’explicitant par une note de bas de page ou en lui consacrant un chapitre dans la présente étude qui vise à accompagner la traduction.

  • 6 José Jesús GÓMEZ ASENCIO, « Terminología gramatical luso-castellana de los comienzos. De Antonio de (...)

21L’excursion au cœur des grammaires latines, mais aussi des grammaires françaises et castillanes voire portugaises6 de la même époque et des époques suivantes, tout autant que l’exploration des travaux des historiens de la grammaire ou des idées linguistiques, s’est avérée féconde pour éclairer et déterminer nos choix de traduction.

22C’est pourquoi nous avons décidé de consacrer un chapitre à la « phrase » et un autre à « l’article », dans ses liens à la préposition et à la notion de « genre », car ces éléments structurent toute la grammaire de Villalón en montrant l’intérêt marqué qu’il a envers la syntaxe, intérêt qui n’est encore que balbutiant à son époque. Un bref chapitre final a été aussi dédié à la notion de « complétude », importante chez Villalón.

23On l’aura compris, la présente étude a pour ambition d’expliciter les aspects les plus délicats de notre traduction, en la rattachant à la démarche grammaticale de Villalón, mais aussi à celle des grammairiens français et castillans du XVIe siècle et, autant que possible, des siècles postérieurs. Elle vise aussi à éclairer les paradigmes grammaticaux les plus significatifs de l’époque, en les replaçant dans leur contexte. Si nous avons souvent fait le choix de nous projeter en aval du XVIe siècle, en regardant ce qui se passe aux XVIIe et XVIIIe siècles, c’est parce qu’il nous a semblé utile d’établir des comparaisons, de mesurer des écarts ou de mettre en évidence des circularités. Loin d’être linéaire, la construction du savoir grammatical lié aux langues vulgaires se caractérise par des redites, des retours en arrière, des avancées qui dépendent souvent des lectures que les grammairiens ont faites de leurs prédécesseurs, des grammaires qu’ils ont lues ou n’ont pas lues, mais aussi de l’émergence progressive d’une conscience linguistique « romane ». Il n’est pas rare pourtant que tel grammairien du XVIe siècle ait eu des intuitions précoces que l’on ne retrouvera pour certaines, reprises et retravaillées qu’au XVIIIe siècle. Autant dire que ces textes sériels que sont les grammaires ne peuvent être étudiés séparément les uns des autres, quoique la connaissance approfondie de chacun d’eux, dans sa singularité, soit nécessaire pour construire une histoire des idées linguistiques capable de rendre compte des apports de tous les grammairiens, quelle que soit l’aire linguistique considérée. Les traductions horizontales des grammaires anciennes des langues romanes sont donc un chantier à poursuivre et à étendre.

  • 7 René PELLEN, Francis TOLLIS (trad.), La grammaire castillane de Nebrija (1492). Un pas décisif de l (...)

24Nous tenons à préciser que nous avons procédé nous-même aux traductions de toutes les citations en espagnol, et ce, même quand des traductions étaient disponibles en français, afin de rester dans une démarche de restitution d’un savoir dans sa littéralité même. Dans notre volonté de « cerner » le métalangage, il nous importait, en priorité, de traduire « au plus près des textes », plutôt que de fournir une traduction élégante. Nous avons pris soin toutefois de signaler dans notre bibliographie les traductions disponibles en français pour les textes de Nebrija et de Valdés7.

Notes

1 Nous emploierons le terme de « grammaticalisation » pour évoquer la « réduction en art » du castillan à partir de la fin du XVe siècle, sachant que le terme de « grammatisation » rend compte aussi de ce processus de description grammaticale et de codification. L’emploi du terme « grammaticalisation » dans le contexte d’éclosion des grammaires, à la Renaissance, n’est donc absolument pas à relier à celui qu’il peut avoir dans le cadre de la théorie de la grammaticalisation, comme manière dont certains éléments lexicaux deviennent des outils grammaticaux, ou bien celle dont certains outils grammaticaux acquièrent un statut encore plus grammatical.

2 Javier SUSO LÓPEZ, « Norme et bon usage au XVIIe siècle en France », in : Emilia ALONSO MONTILLA, Manuel BRUÑA CUEVAS, María MUÑOZ ROMERO (dir.), La lingüística francesa : gramática, historia, epistemología, Séville : Grupo andaluz de pragmática, 1996, p. 175-188, p. 177.

3 La Gramática de la lengua castellana de Nebrija fut élaborée bien avant que Christophe Colomb ne projette son premier voyage dans ledit « Nouveau Monde ». Nebrija évoque, dans son prologue, l’expansion de la langue castillane à travers l’Espagne et les territoires européens de la nouvelle monarchie hispanique et son imposition aux classes dirigeantes comme instrument d’uniformisation. C’est en ce sens qu’il faut entendre la célèbre affirmation du grammairien siempre la lengua fue compañera del imperio, que l’on trouve dans le prologue de sa grammaire.

4 Cristóbal de VILLALÓN, [1558], Grammaire castillane, Corinne MENCÉ-CASTER et alii (trad.), Cristóbal de Villalón, Gramática castellana [en ligne]. Paris : e-Spania Books, 2021, URL : https://books.openedition.org/esb/3535. Le texte espagnol est tiré de Cristóbal de VILLALÓN, [1558], Gramática castellana, Corinne MENCÉ-CASTER (dir.), Cristóbal de Villalón, Gramática castellana : Editions semi-paléographique et modernisée, Nouvelle édition [en ligne]. Paris : e-Spania Books, 2021, URL : https://books.openedition.org/esb/2809. Voir p. 11 de l’édition (§ 5 du Prologue, https://books.openedition.org/esb/2839 : « Ante todas cosas para el prinçipio deste nuestro trabajo quiero presuponer, que aunque sea ansi verdad que pretendemos dar arte para el puro castellano muy desasido del latin, no nos podremos del todo escusar de nos aprovechar de algunos nombres y vocablos de la lengua latina, porque en el proçesso y orden nos demos mejor a entender ».

5 S’il est vrai qu’en castillan, le verbe « fait phrase », comme le rappelle explicitement Jean-Claude Chevalier, il ne dit pas toujours explicitement la personne. Ainsi, une forme comme cantaba est susceptible de renvoyer à la première ou à la troisième personne, ce qui, dans certains contextes, suppose une explicitation par le pronom sujet. En revanche, des formes comme cantaré ou canté disent explicitement la « personne ». Voir Jean-Claude CHEVALIER, Verbe et phrase. Les problèmes de la voix en espagnol et en français, Paris : Éditions Hispaniques, 1978.

6 José Jesús GÓMEZ ASENCIO, « Terminología gramatical luso-castellana de los comienzos. De Antonio de Nebrija a Joao de Barros », Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft, 25 (2), 2015, p. 177-220.

7 René PELLEN, Francis TOLLIS (trad.), La grammaire castillane de Nebrija (1492). Un pas décisif de la grammatisation de l’espagnol, Limoges : Lambert-Lucas, 2018. Juan de VALDÉS, Dialogue de la langue. Diálogo de la lengua (1535). Présentation en version bilingue et français, Anne-Marie CHABROLLE-CERRETINI (trad.), Paris : Honoré Champion, 2008.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search