Version classiqueVersion mobile

Après Nebrija, Villalón

 | 
Corinne Mencé-Caster

Préface – L’art de raisonner, de parler et d’écrire. À propos de l’œuvre de Cristóbal de Villalón, humaniste et grammairien de la langue espagnole

Bernard Darbord

Texte intégral

  • 1 Marcel BATAILLON, Erasmo y España. Estudios sobre la historia espiritual del siglo XVI [Édition en (...)
  • 2 Cristóbal de VILLALÓN, [1552-1556], 1982, El Crótalon, Asunción Rallo (ed.), Madrid : Cátedra, 1982 (...)

1Erasme et l’Espagne, le célèbre ouvrage de Marcel Bataillon1, a quelque peu jeté le discrédit sur le renom de Cristóbal de Villalón. Bataillon ne pensait pas en effet que El Crótalon fût l’œuvre de cet auteur. Il reconnaissait cependant que ce texte, encore que d’un intérêt secondaire, était bien l’œuvre d’un humaniste de la Renaissance, acquis aux idées d’Erasme. En outre, si les valeurs des humanistes étaient bien présentes dans le dialogue du Coq et de Miçilo, on n’en trouvait nulle trace dans les autres œuvres attribuées à Villalón, en particulier dans sa grammaire, dont est publiée dans les pages qui suivent une étude très approfondie par Corinne Mencé-Caster. Le regard défavorable de Bataillon, ainsi que son hypothèse d’un Crótalon écrit par un Italien, n’ont pas été retenus dans les débats ultérieurs. Il suffit de se reporter à l’analyse d’Asunción Rallo, éditrice du Crótalon, pour s’en convaincre2.

  • 3 Antonio de NEBRIJA, Gramática de la lengua castellana, Antonio Quilis (ed.), Madrid : Editora Nacio (...)
  • 4 Cinquante années tout de même après la Grammatichetta vaticana, de Leon Battista Alberti qui est la (...)

2Le livre de Marcel Bataillon a certes fortement renouvelé les études sur l’humanisme espagnol aux XVe et XVIe siècles, mouvement intellectuel fondé sur un retour à l’étude directe des textes classiques, sur une forme nouvelle de dévotion, nourrie de la lecture directe des Ecritures et sur l’influence prépondérante d’Erasme de Rotterdam. Une attitude nouvelle, par ailleurs, marquée par le refus de la scolastique ou de la culture réduite à des questions oiseuses. Parce qu’humaniste, le théologien, le philosophe et le poète devaient être aussi grammairiens. A l’inverse, les grammairiens, comme Antonio de Nebrija, furent aussi des poètes. La grammaire autorisait qu’on devînt philologue, puisque la lecture du latin, du grec et de l’hébreu permettait de redécouvrir une culture que la scolastique, par ses ignorances, avait occultée. En même temps, Nebrija et ses épigones voulurent offrir la culture au plus grand nombre. Nebrija traduisit pour cela sa grammaire latine, ou Introductiones latinae, offrant son ouvrage à la Reine Isabelle, en 1486, sur le conseil de Fray Hernando de Talavera, alors évêque d’Ávila3. Plus tard, Nebrija conçut et écrivit, encouragé par son mécène don Juan de Zúñiga, une Grammaire de la langue castillane (1492), la plus ancienne parmi les grammaires imprimées des langues romanes4. Ce modèle prototypique et novateur fut pourtant critiqué par les grammairiens qui suivirent : comme le décrit plus bas Corinne Mencé-Caster, Valdés reprocha à Nebrija d’être andalou et de ne pas connaître comme il fallait la langue castillane. Villalón, dans sa propre grammaire, ne reconnut que timidement l’excellence de Nebrija confondant la grammaire du castillan de l’humaniste andalou avec la traduction en castillan des Introductiones latinae.

3Quoi qu’il en soit, Valdés et Villalón, au XVIe siècle, n’ont fait que poursuivre le chemin de l’humanisme, faisant d’une langue naturelle l’objet d’une étude raisonnée.

4L‘argumentation d’Asunción Rallo permet d’affirmer que l’auteur du Crótalón est aussi celui de la Grammaire du Castillan (1558). La Gramática castellana éditée à Anvers en 1558, est bien l’œuvre d’un humaniste de la Renaissance qui pensait que bien parler une langue était la parler raisonnablement, avec humilité et naturel, en soignant la prononciation ou l’écriture des mots, la propriété des parties du discours. Villalón affirmait aussi, comme le faisait Nebrija, la capacité de l’espagnol à exprimer les pensées les plus sublimes, à l’image du latin. En 1558, la langue espagnole était alors devenue la langue d’un empire plus grand encore que du temps de Nebrija.

  • 5 Le terme de « barbares » est de Nebrija. Il est repris et décrit par Francisco RICO, Nebrija, frent (...)
  • 6 Cristóbal de VILLALÓN, El Crotalón, op. cit., p. 141 :  « Pero quiérote hazer saber que ninguno del (...)

5C’est précisément ce métier et ce savoir que possède le Coq, mentor de Miçilo, dans le Crótalon : comme faisait Nebrija, le Coq condamnait clairement les scolastiques, ces barbares5 qui ne connaissaient pas la langue que pourtant ils prétendaient enseigner : « Mais je veux te donner à savoir qu’aucun de ceux-là ne sait lire, ils savent au mieux déchiffrer, et ce qu’ils écrivent, tu dois le deviner par ta seule discrétion. Ces chapelains ne savent faire autre chose que manger ou boire, choses pour lesquelles ils sacrifient temps, mesure et raison. Avec l’un d’eux je vécus deux années pendant lesquelles il ne m’apprit qu’à mal faire et à mal dire, et à écrire d’une écriture qui ressemblait au labour laissé sur le papier par le pied d’un scarabée »6. Dans la grammaire de Villalón, le maître en orthographe voulait semblablement que la lettre fût bien dessinée.

  • 7 Antonio de NEBRIJA, Gramática de la lengua castellana, p. 113.

6Par l’étude, on acquiert cette puissance de la parole et du texte, condition de la bonne recherche pour un humaniste. Pour cela, il fallait que l’étude de la langue castillane devînt un art, ce que Villalón, comme Nebrija, nomme reduzir a artificio. Il fallait faire de l’étude de la grammaire d’une langue vulgaire un « art libéral ». Nebrija reprenait là une expression de Quintilien7. Le grammairien exerce un métier, appuyé sur l’enseignement des classiques (Donat, Priscien, et aussi Nebrija) mais également sur une réflexion personnelle, sur des intuitions pleines d’avenir. Sans parler bien sûr de phonologie, Villalón décrit ce qu’est une voyelle, une consonne, ce son qui vient à l’appui de la voyelle pour former une syllabe qui, elle, est indispensable à la production du sens. De même, parmi les parties du discours, Villalón insiste sur le verbe qui porte du temps, à la différence du nom qui ne peut l’exprimer. Il exprime aussi sa conception de l’orthographe, c’est-à-dire le moyen de choisir la graphie la plus apte à composer le mot et lui faire dire le plus de contenu.

7Ce qui réunit les auteurs classiques et modernes, c’est la transcendance du souffle de la voix : cette exhalaison venue de la gorge et des poumons, sous le contrôle de la raison et de la pensée. C’est pour cela que ANIMA et SPIRITUS ont acquis une dimension sacrée, tout en conservant longtemps, et chez Nebrija et Villalón notamment, le sens matériel, vaporeux, qu’ils avaient primitivement : le ‘souffle’.

8J’ai eu le privilège de participer à l’élaboration de ces travaux consacrés à Villalón, aujourd’hui édités par e-Spania Books. Ils sont le fruit du travail d’une équipe emmenée par Corinne Mencé-Caster et d’un effort de relectures enrichissantes pour chacun de nous. La grammaire de Villalón peut ainsi être lue dans sa forme originale (qui respecte l’état de la langue du XVIe siècle) mais aussi sous sa forme modernisée ainsi qu’au travers de sa traduction en français. Au long de la grammaire, de cet art du bien écrire en espagnol, chez Nebrija comme chez Villalón on aperçoit à tout instant la réflexion de l’humaniste. Je conseille maintenant au lecteur, de faire précéder sa lecture de la Grammaire de Villalón, par la lecture de l’étude qui suit cette préface. Corinne Mencé-Caster y situe Cristóbal de Villalón dans un courant intellectuel qui voulut « grammaticaliser » une langue vernaculaire sur le modèle de la grammaire latine, tout en observant que l’espagnol ne pouvait sans dommages utiliser le métalangage de la grammaire de Donat ou de Priscien. Nebrija puis Villalón durent donc tâtonner. Bien des outils qui nous sont familiers n’était pas à leur disposition. D’autres, comme l’article, ne l’étaient pas encore tout-à-fait. Nebrija et Villalón voulaient que le castillan égalât en élégance la langue latine. Ils voulurent aussi trouver les mots les meilleurs pour décrire la langue naturelle qu’ils parlaient.

Notes

1 Marcel BATAILLON, Erasmo y España. Estudios sobre la historia espiritual del siglo XVI [Édition en français : 1937], México-Buenos Aires : Fondo de Cultura Económica, 1950. Lire en particulier II, p. 263-271.

2 Cristóbal de VILLALÓN, [1552-1556], 1982, El Crótalon, Asunción Rallo (ed.), Madrid : Cátedra, 1982. Lire p.13-20 « La autoría ».

3 Antonio de NEBRIJA, Gramática de la lengua castellana, Antonio Quilis (ed.), Madrid : Editora Nacional, 1980.

4 Cinquante années tout de même après la Grammatichetta vaticana, de Leon Battista Alberti qui est la plus ancienne grammaire d’une langue vulgaire.

5 Le terme de « barbares » est de Nebrija. Il est repris et décrit par Francisco RICO, Nebrija, frente a los bárbaros, Salamanca : Universidad de Salamanca, 1978.

6 Cristóbal de VILLALÓN, El Crotalón, op. cit., p. 141 :  « Pero quiérote hazer saber que ninguno dellos sabe más leer que deletrear y lo que escriben haslo de sacar por discreçión. En ninguna cosa estos capellanes muestran ser aventajados, sino en comer y beber, en lo cual no guardan tiempo, medida nin razón. Con éste estuve dos años que no me enseñó sino a mal hazer, [y mal dezir], y mal pensar y mal perseverar. A leer me enseñó lo que él sabía, que era harto poco, y a escrebir una letra que no pareçía sino que era arado el papel con pies de escarabajos ».

7 Antonio de NEBRIJA, Gramática de la lengua castellana, p. 113.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search