Version classiqueVersion mobile

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

 | 
Cristóbal de Villalón

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

S’ensuit la quatrième partie, et livre final de la Grammaire castillane où l’on traite de l'orthographe1, qui est l’ordre que l'on doit respecter pour bien écrire en langue castillane

Texte intégral

  • 1 L’orthographe constitue la dernière partie du livre de Villalón, alors que c’est la première partie (...)
  • 2 Figura semble désigner la forme de la lettre. Chez Nebrija, la figure concerne aussi les phénomènes (...)
  • 3 La lettre est le signifiant graphique d’un contenu phonique que Nebrija et Villalón appellent voz  (...)

1[59] L'une des grandes sagesses qu'un homme peut et doit posséder est le bien écrire, lequel fut entre les Anciens tenu pour chose de grande prudence pour les hommes occupés à l’exercice du savoir. Et par bien écrire, je ne dis pas que j'entends savoir bien former les caractères et les figures2 des lettres3 : qu'elles soient bien polies, bien coupées, égales et dûment proportionnées. Car cela, tout enfant soumis à la discipline constante d'un bon maître peut le réussir à l'école. Je veux plutôt dire que bien écrire s’entend, chez les hommes avisés, comme ce qui touche à la connaissance de la propriété des lettres avec lesquelles on écrira chaque vocable de la langue, ce qui n'est pas une mince difficulté. Pour cela, il convient avant toute chose que l’écrivain avisé connaisse bien les lettres. Je veux dire qu'il doit bien [60] percevoir et entendre le son et la valeur propres à chaque lettre dans cette langue. Car de là on tirera deux choses nécessaires : la première, avec quelle lettre on doit écrire chaque chose, chaque vocable ou mot ; la seconde, dans quel cas il sera possible de mettre une lettre à la place d'une autre, ce qui n'est pas moins nécessaire pour une écriture avertie. Et ainsi, avant toute chose, nous traiterons du nombre des lettres et de leurs inventeurs, du son et de la prononciation de chacune d'elles. Et nous traiterons des diphtongues que possède la langue castillane. C’est ainsi que nous établirons les règles du bien écrire.

Des inventeurs des lettres

  • 4 Il s’agit vraisemblablement d’Épigène de Byzance, spécialiste grec d’astronomie chaldéenne des IIIe(...)
  • 5 Diodore de Sicile, historien grec du premier siècle apr. J.-C.
  • 6 Sacando Gelio, el cual haze inventor de las letras a Mercurio en Egipto [“En se fondant sur Aulu-Ge (...)
  • 7 Il s’agit très vraisemblablement du dieu Theuth considéré comme l’inventeur de l’écriture. Dans le (...)
  • 8 Selon Hérodote, Cadmos a introduit l’alphabet phénicien en Grèce vers 2000 av. J.-C.
  • 9 Palamède : Prince grec qui participa à la guerre de Troie.
  • 10 Simonide de Ceos, poète mélique (556-468 av. J.-C.).
  • 11 Épicharme (h. 540-h av. J.-C.), poète comique et philosophe présocratique.
  • 12 Todos los otros autores dan la invención de las letras a los fenices, los cuales no fueron menos in (...)

2Quant au premier point, je dis que, selon différents auteurs, divers furent les inventeurs des lettres. Pline dit que les Assyriens les découvrirent car Epigène de Babylone4 nous a laissé le discours des étoiles de soixante-dix mille ans écrit sur des briques de terre cuite. Et Diodore de Sicile5 dit que Mercure6 fut, parmi les Égyptiens, celui qui les découvrit. Platon dit qu'un dieu d’Égypte appelé Tentanes7 les inventa. [61] D'autres disent que Cadmos8, roi de Tyr en Phénicie, inventa seize lettres, auxquelles Palamède9 en ajouta quatre pendant la guerre de Troie : t, x, ph, y. Après Palamède, Simonide10, le poète mélique, en ajouta quatre autres : ps, z, n, o. Aristote dit qu’il y en avait dix-huit, auxquelles Épicharme11 ajouta deux. Lucain dit aussi que les Phéniciens12 furent les inventeurs des lettres, comme le montrent ces vers :

Phoenices primi, fame si credimus, ausi,
Mansuram rudibus vocem signare figuris.

  • 13 Eusèbe : évêque de Césarée (265-339 apr. J.-C), auteur d’une importante Histoire ecclésiastique.
  • 14 Eupolème est un historien juif hellénistique, auquel Eusèbe de Césarée fait référence.
  • 15 Es cosa mui constante que de Fenicia las traxo a Grecia Cadmo, hijo de Agenor, cuando por la forços (...)
  • 16 Les Pélasges furent les premiers habitants de la Grèce. Ils sont dits « préhellènes ». On considère (...)

3Eusèbe13 dit que, selon l’écrivain Eupolème14, le premier inventeur des lettres fut Moïse, lequel était plus ancien que Cadmos. Selon Eusèbe, en effet, Moïse libéra le peuple d’Israël à l’âge de quatre-vingts ans et le gouverna pendant quarante ans jusqu’à sa mort, en l’an trois mille sept cent dix de la création du monde, à l’âge de cent-vingt ans, comme on le lit dans le dernier chapitre du Deutéronome. Cadmos15 descendit de Thèbes en Égypte afin de régner à Tyr en Phénicie, en l’an 3740 de la création du monde. Ainsi, selon Eusèbe, Cadmos vint trente ans après Moïse. [62] Et ainsi il faut croire que ces Indiens que sont les Syriens furent ceux qui transmirent les lettres aux Phéniciens. Flavius Josèphe veut attribuer la gloire de cette invention à Seth, fils d’Adam, car il dit dans le premier livre de ses Antiquités judaïques que Seth laissa écrites sur deux colonnes de marbre la science et la spéculation des choses célestes en astrologie. Il dit que, avant la guerre de Troie et avant Homère, les Grecs n’usèrent pas de lettres, mais cela est erreur manifeste comme le montre Eusèbe dans son livre de préparation à l’Évangile. Diodore de Sicile dit que les lettres étaient très anciennes chez les Éthiopiens et que c’est d’eux que les obtint Mercure pour les donner aux Égyptiens. Les lettres latines que nous utilisons maintenant semblent avoir existé avant, chez les Grecs, comme le montre une tablette manuscrite de cuivre déposée dans le temple de Delphes puis transportée à Rome au temps de Pline, comme celui-ci le rapporte. Elle se trouve aujourd’hui dans la bibliothèque de Minerve. De sorte que les Pélasges16 apportèrent les lettres en Italie, lesquelles restèrent pures un long moment jusqu’à ce que la barbarie des Lombards les corrompît, les mélangeant à des caractères étrangers, comme cela est dit aujourd’hui dans [63] leurs histoires. C’est de là que nous vinrent ces lettres qu’aujourd’hui nous utilisons dans notre Espagne. Nous écrivons, comme le faisaient les Latins, des lettres expurgées et empruntées par eux.

Du nombre et de la différence entre les lettres et les diphtongues

4Il est à noter que les Latins ont depuis l’Antiquité vingt-deux lettres, car le h n’est pas une lettre mais une aspiration, un souffle que nous prenons pour prononcer avec lui le vocable qui doit porter cet esprit. Ainsi prononce-t-on hombre avec un h au début, lequel vocable se prononcerait encore bien sans le h, ainsi que l’écrit Antonio de Nebrixa dans son vocabulaire du castillan, où il dit ombre et ombro. Mais nous disons hazanna et hablar, etc.

5Les Latins divisent les lettres en deux parties principales : voyelles et consonnes.

6Les voyelles sont cinq, a, e, i, o, u et il en est une autre que les Grecs appellent « ypsilon » et que nous pourrons nommer « grand y », que nous utilisons en début de mot. On appelle ces cinq lettres des voyelles, car chacune se peut prononcer seule, par sa voix propre et sans l’aide d’une autre lettre.

7Les consonnes sont seize, b, c, d, f, [64] g, k, l, m, n, q, r, s, t, x, z. Elles sont appelées « consonnes » car elles n’ont ni voix, ni son entier en elles-mêmes, mais chacune s’aide, pour sa prononciation, du son et de la voix de la voyelle.

8Ces seize consonnes se divisent encore en muettes et en semi-voyelles.

9Les muettes sont neuf b, c, d, f, g, k, p, q, t, et elles sont dites « muettes » parce que, comparées aux voyelles et aux semi-voyelles, elles ne produisent presque pas de son.

10Les semi-voyelles sont sept, l, m, n, r, s, x, z, et sont dites « semi-voyelles » parce qu’elles se rapprochent tant des voyelles dans leur son et dans leur prononciation qu’elles sont presque des voyelles. On les appelle donc « demi-voyelles », parce que toujours elles se prononcent avec un son de voyelle au début et à la fin.

Des diphtongues

  • 17 Il s’agit d’un concept important de « l’orthographe » de Nebrija et de Villalón : les sons (ou « le (...)

11Les Latins ont usé de lettres doubles, de caractères formés de lettres unies qu’ils appellent des « diphtongues », ce qui a été emprunté aux Grecs. Ils disent qu’une diphtongue est la réunion de deux voyelles en une même syllabe, chaque voyelle gardant sa force17. Ils disent aussi que l’on peut supprimer une voyelle de la prononciation en gardant l’autre. Et les Latins disent [65] qu’ils possèdent six diphtongues dans leur langue. Il est à noter que le castillan, imitant le latin, a douze diphtongues dans son parler commun ; ce sont les suivantes, accompagnées de leurs exemples : la première est le a avec le i, comme on le voit dans bayle et frayle. Le a forme aussi une diphtongue avec le u, comme dans causa. Le e en forme une diphtongue avec le i, comme dans ley et pleyto et avec le u, comme dans deudor et reuma. Le i en forme une avec le a, comme dans justiçia, avec le e, comme dans miedo, avec le o, comme dans dios et preçio, avec le u, comme dans çiudad. Le o forme une diphtongue avec le i, comme dans doy, soy. Le u en forme une avec le a, comme dans agua et cuanto, avec le e, comme dans cuerpo et muerto, avec le i, comme dans cuydado.

  • 18 La répétition de « ils nous les donnèrent » est le fait de Villalón.

12J’ai représenté la différence et le nombre des lettres par la forme susdite, parce qu’en tout cela nous nous accordons, nous autres Castillans, avec les Latins, parce qu’ils nous donnèrent cela même, annexé aux lettres, quand ils nous les donnèrent18.

De la prononciation des lettres

  • 19 Le texte castillan comporte el Latino.

13Il est à noter que les Latins19 font grand cas de la prononciation de la lettre, lorsqu’ils disent que la prononciation est son pouvoir, sa force et sa valeur. En cela [66] ils disent grande vérité, car c’est pour cela que furent inventés leur figure et leur caractère. Ainsi les Castillans doivent faire grand cas de la prononciation, car en la connaissant ils sauront avec quelles lettres ils doivent écrire la chose qui s’offre à eux, et quelle lettre leur sera, en cet endroit, inutile et superflue.

14Prenons ainsi la lettre b, qui est première dans l’ordre de l’abc, après le a qui est une voyelle. Je dis qu’en notre langue, les Castillans la distinguent et la différencient fort peu du v. En effet, ils ne font nulle différence en écrivant un mot avec b ou avec v, car entre eux ils écrivent ainsi bibir et bever. Et ils écrivent vien avec un v, et n’importe quel autre mot de ce genre, parce que, dans la prononciation, aucun pur Castillan ne sait faire la différence. Il est vrai que les anciens Latins eux-mêmes ne voyaient pas de grande différence entre ces deux lettres, car Raphael Volaterrano, dans son Orthographia, dit à ce propos que lui-même a vu à Rome une épitaphe ancienne sur un sépulcre qui disait ceci selon ces lettres : Bixit annis XXXV. Et pourtant je dis que, dans la prononciation de ces deux lettres, on verra la différence qu’il y faut faire dans leur écriture. [67] Le b se prononce en ouvrant la bouche après l’avoir tenue fermée et gonflée d’air. Le v se prononce en maintenant la bouche ouverte, les lèvres arrondies, en rejetant l’air de la gorge ouverte amoureusement et sans passion. Et ainsi, avec le même son, la même force ou saveur, nous prononçons les choses avec ces lettres-ci, dont nous reconnaîtrons la différence, si l’on y regarde bien. Nous disons ainsi : bueno, bienes, saber, sabor et nous disons venid, vays, vivid et d’autres vocables semblables dont la prononciation doit être sagement prise en compte par celui qui, en castillan, voudra bien parler et bien écrire.

15Le c a en castillan, lorsqu’il n’est pas redoublé, la même prononciation que le q et ainsi les hommes avisés ne font communément pas de différence entre ces lettres. Comme nous voyons qu’Antonio de Nebrija dit cuarto, cuarta, cuarenta, cuaresma, cuando et pascua, ajoutant que le c et le q ont le même son, comme il apparaît dans cuerda et querer. Et parce qu’on ne peut pas toujours mettre c à la place de q, ni le contraire, on doit respecter cette règle d’écriture : le c se met toujours dans le vocable où il forme une syllabe avec la voyelle qui suit immédiatement, comme dans cuando, cuanto, cuar-[68]to, vocables où le c et le u voisins forment une syllabe. Et dans la dictionou le vocable où l’on met q, cette lettre forme toujours une syllabe avec les deux voyelles qui la suivent, comme dans quinze, quinientos, quebrantar, quintal. Mais il faut noter que le c simple a le même son que le q, parce que le castillan d’ordinaire écrit le c avec une cédille en bas, qui le fait devenir presque z. Et ainsi les Castillans écrivent d’ordinaire çebolla, çedaço, çelestial, çelada, çelebrar. Ce n’est pas alors un c simple, mais un cédille et l’on ne peut le mettre à la place du q, pas plus que le q ne peut être mis à sa place, car alors dans ces vocables on a un c qui est un demi z.

  • 20 Cette expression est curieuse : jusqu’ici Villalón n’avait employé la séquence puro castellano que (...)
  • 21 Ce livre dont Villalón nous dit qu’il est en préparation, ne fut jamais publié.

16Les Latins mettent souvent le t au lieu du c, comme dans ces vocables : conditio, amicitia, justitia. Les Latins ont emprunté cela au grec qui en use ainsi, ce que le castillan ne tolérera pas. Pour cette raison, les Latins écrivent beaucoup de mots avec ct, comme sancto et beaucoup d’autres. Et les purs Castillans20, ignorant cette raison, pensèrent que ce ct était ch. C’est ainsi que, là où ils trouvaient sancto, ils en vinrent à dire sancho, mot qui, selon moi, ne peut venir en Castille d’aucune autre dérivation, ni [69] descendre d’aucun autre vocable. Ainsi certains disent que Sancho se dit en latin Sanctius, ce qui veut dire ‘chose sainte’. De là provient selon moi la corruption de ce proverbe castillan qui dit : Al buen callar llaman Sancho, alors que les anciens disaient : Al buen callar llaman Sancto. Et il n’y a pas d’autre raison qui nous fasse dire que « bien se taire s’appelle Sancho », hormis celle-là. En effet, le propos semble contraire à la raison, car en Castille, la grive, qui est très bavarde, est appelée Sanchico. Ainsi, dans les livres anciens, au contraire, on trouve écrit : al buen callar llaman saxe, et al buen callar llaman sabio, et al buen callar llaman saggio, et al buen callar llaman sancto. De cela nous parlons plus longuement dans le livre de la glose des proverbes castillans que je suis présentement occupé à écrire21. Je devine que, pour cette même raison, l’on appelle Diego, celui qui porte le nom du saint de Castille Sanctiago. Et je dis ce qui me paraît en être la cause : les anciens Castillans ont pensé que ce ct, que l’on écrit, était un d. Ainsi, si l’on enlève le san, reste Diago. On transforme le a en e qui sonne mieux, et on appelle l’individu Diego. [70] Il faut aussi présumer que de l’orthographe elle-même naît la raison, car le saint s’appelant sancto Iacobo, on l’appelle en Castille Sanctiago.

17Les Latins avaient aussi pour habitude de mettre un c à la place de g, et vice-versa. Ils écrivent Secobrica, autant que Secobriga. Et cela parce que, pendant bien longtemps, ils ignorèrent le g et usèrent du c là où ils auraient dû mettre un g. Jamais le castillan ne fit cela, ni n’eut le besoin dans l’écriture de remplacer l’une de ces deux lettres par l’autre.

  • 22 Nous avons choisi de traduite par « esprit » et « âme », les mots espíritu et alma qui désignent to (...)

18Et il faut noter que souvent le castillan ajoute le h au c pour donner à celui-ci un peu plus d’esprit, de force et d’âme22. Mais il faut noter que la prononciation est alors différente. Je veux dire que le castillan ne prononce pas ces deux lettres de la même manière ni avec les mêmes sons selon leur place et selon le vocable où elles sont réunies. Comme dans ces vocables : Charlos, chançiller, chançelleria. En ces vocables, le ch n’a pas plus de son ni de force que le k qui, comme lettre, ne se différencie pas d’un c avec aspiration ; ainsi, nous disons Katalina, Katerina. Ainsi doit-on prononcer ces vocables : Carlos, cançiller, cançelleria , même s’ils sont écrits avec ch. Ainsi doit-on prononcer [71] cacón le vocable chacón, qui désigne une lignée de gens qui descendent de ce tyran ancien nommé Caco, qu’on doit écrire avec ch, Chaco, comme conchas, anchora, charon, qu’il faut prononcer ainsi : concas, ancora, caron.

19Les Latins, eux non plus, ne prononcent pas le ch avec plus de force en quelque mot où ils l’introduisent, bien qu’ils en usent peu, hormis dans les noms propres d’hommes et de provinces ou d’endroits, comme dans Christophorus, Christobolus, Christodorus, Chyseis, Chromatius, Christogonus, Chrisanthus, Chrisostomus, dans des noms de provinces et d’endroits tels Cheronea, Chersonesus, Chaonia, Chrysa, Chrisopolis, et dans quelques autres comme Anchora, Chirurgus, Chirographus, Chiragra. Les Grecs en usent beaucoup plus fréquemment, bien que le ch n’ait pas toujours le même son dans tous leurs vocables, parce que, dans quelques-uns, il a plus de son et d’âpreté. Comme dans ces mots : chilos, chilias, chiliarchos, chilismos, chiromantia, chima, chisis et beaucoup d’autres semblables. En revanche le castillan a beaucoup de vocables où il doit prononcer le ch avec force et âpreté, parce qu’[72] autrement ils perdraient leur signification et ne pourraient se comprendre. Comme dans ces mots : mucho, macho, hecho, pecho, derecho, et en bien d’autres semblables que le castillan prononce ainsi communément.

20Le d, chez les Latins, a grande parenté avec le t, car, selon eux, ces deux lettres ont la même prononciation, laquelle fut empruntée aux Grecs. Ainsi, les Latins ne faisaient pas de différence entre dire Alexander et Alexanter, comme le dit Quintilien, et même Lucien, dans l’un de ses dialogues. En cela le castillan fait de même, parce qu’à toutes les troisièmes personnes du verbe au nombre singulier que le latin termine en t, le castillan prononce d, comme dans dicit, amat, cupit. En castillan, je ne vois pas de vocable où il advienne qu’on mette une de ces deux lettres à la place de l’autre, bien que, à la vérité, je trouve qu’elles ont toutes deux la même prononciation et requièrent la même position des lèvres et de la bouche. J’ai vu ainsi beaucoup de bègues qui, à la place de d, prononcent t.

  • 23 Villalón montre ici son respect de l’usage commun. Il indique, en effet, que c’est ce dernier qui d (...)

21Le f en castillan a le même son et la même prononciation que l’aspiration h et ainsi, partout où il pourrait mettre [73] le h, le castillan met le f, aussi bien dans fazer que hazer, fablar que hablar, filo que hylo, fijos que hijos, fincar que hincar. Et ainsi, si l’usage en était commun23 on pourrait mettre en tout lieu une de ces deux lettres à la place de l’autre. Mais, comme en bien des provinces et terres de Castille ce n’est pas l’usage en bien des vocables, quelques-uns paraissent laids et d’autres au contraire sonnent bien, comme les vocables que nous venons de citer. Hortuna ne sonne pas aussi bien que fortuna, ni hatiga aussi bien que fatiga. Et en certains endroits, on dit ahorro, alors que dans d’autres, on dit aforro, et dans d’autres encore, on dit hormas de çapatos, et ailleurs, formas. Nous concluons ainsi sur le sujet : puisque le son et la prononciation sont les mêmes pour ces deux lettres, on acceptera toute manière de les dire. Mais on doit s’attacher scrupuleusement à produire toujours le meilleur son qui se fera à l’oreille, suivant en cela la coutume de ceux qui sont les plus avisés et les plus avertis quant au parler de cette province, car ainsi cela paraîtra meilleur. C’est cette si grande parenté entre les lettres f et h qui a conduit les Latins, me semble-t-il, à suivre l’usage des Grecs pour qui le h avec le p vaut pour f comme dans en ces mots : philosopho, phylides, [74] Phylon et Phalaris.

22Le g en castillan n’est pas une lettre parce qu’il se retrouve dans le son et dans la prononciation de beaucoup d’autres lettres. Au début du mot, il sonne comme un h. Ainsi, beaucoup de Castillans ont pour habitude de dire guarte et huarte, guebos et huebos, huerta et guerta, fuente et guente, et d’autres mots de ce genre. Il apparaît donc qu’il s’agit du même son et de la même prononciation, bien que je n’approuve pas cette manière de parler. De même, en milieu de mot, le g vaut et sonne comme un j long. J’ai lu ainsi beaucoup d’anciens caractères d’imprimerie castillans qui transcrivent de la sorte mujeres et mujerilmente et autres vocables semblables. Et beaucoup de Castillans ont dit, avec les Latins qui affirment la même chose, que le g n’est pas une lettre, mais la réunion de cu.

23Ainsi, les uns et les autres disent qu’il n’y a pas de différence entre dire vigessimo et vicessimo, trigessimo et tricessimo.

24Le h, nous l’avons dit, n’est pas une lettre mais une aspiration, qui donne de l’âme, du souffle et de la force au mot dans lequel on le met et qui doit être prononcé avec véhémence. Et nous avons dit comment il remplace le f et comment il se doit d’être prononcé [75] en expirant par la bouche de manière forte et audible.

  • 24 Le mot « curieux » est à prendre ici au sens classique de ‘celui qui cherche avec soin’.

25Du k nous avons dit aussi que ce n’est pas une lettre, mais la réunion de ch. Il sert ainsi en castillan à peu de mots et le Castillan ne l’écrit presque jamais, si ce n’est l’homme curieux24 qui écrit ainsi : Katalina, Katerina.

26Le l en castillan a le même son que le r et sa prononciation en est la même, mais le r se prononce avec un peu plus d’âpreté. Cette ressemblance et cette similitude apparaissent clairement par expérience, car tous les bègues, qui ne peuvent prononcer le r, usent en son lieu du l et du fait de cette ressemblance nous voyons qu’en de nombreuses régions de la Castille, le commun des hommes dit cablito, glueso, glitador, prata, branca, praça, Flancisco, alors que l’on devrait dire : cabrito, grueso, gritador, plata, plaça, blanca, Francisco et bien d’autres mots. Et nous voyons aussi que ces mêmes hommes, s’ils doivent prononcer deux mots dont le premier se termine par un r et le suivant commence par un l, changent le dernier r, en l et ils prononcent d’un bloc un l double. Ainsi, nous disons mirarlos, comerlos, beberlos, mais le commun des hommes dit : mirallos, comellos, bebellos.

  • 25 Villalón distingue « le commun des hommes » (que l’on peut comprendre comme « le commun des Castill (...)

27Les Castillans usent fort du l double en parlant [76] et ils sont fondés à la faire, car leur langue possède des vocables équivoques qui signifient diverses choses selon qu’on prononce le l simple ou le l double. Il en est ainsi de polla, prononcé avec un l simple, qui désigne la femme de Lucain ; prononcé avec un l double, avec cette âpreté avec laquelle les Castillans le prononcent, ce mot désigne une jeune poule. On voit la même chose avec ces vocables : llana et lana, malla et mala, filla et fila, Sevilla et sevila, metello et metelo. Pour cette raison l’écrivain avisé doit veiller dans l’écriture à ne point pervertir l’orthographe au point de rendre confuse la signification. En effet, bien que les Latins écrivent beaucoup de vocables avec un l double, ils prononcent chaque lettre séparément, et non avec cette âpreté dont le castillan fait usage, comme dans Metello, polla, filla, nulla et bien d’autres mots de ce genre, principalement des noms propres d’hommes et de villes. Ces mots doivent être prononcés par les Castillans avisés25, dès lors qu’ils les trouvent dans leur lecture, avec le son du latin, pour ne pas en pervertir la signification. Et ils doivent prononcer les lettres, non point réunies comme en castillan, mais chacune séparément, l’une avec la première syllabe et l’autre avec la seconde, en divisant [77] le vocable en deux parties, trois lettres dans la première moitié et trois autres dans la seconde.

28Au sujet du m, on pose cette règle pour bien écrire en castillan : dans aucun vocable castillan, le m ne peut précéder les lettres d, f, q, f, t, comme on le voit avec les vocables condenado, confiança, conquista, santa. Le m ne peut se trouver là où se trouve le n, mais il peut se trouver, si l’on écrit bien, devant toutes les autres consonnes.

  • 26 Villalón raisonne ici en phonologue et comprend ce qu’est un trait distinctif, tout en séparant mal (...)

29Le n, en castillan, est une lettre très utile que l’on emploie parfois simple et parfois redoublée. Et cela fait une grande différence dans la signification que de la prononcer double ou simple, comme dans anno, annadir, annagaza, annal, aranna, lesquels vocables, si on leur ôtait un n, ne signifieraient rien en castillan26. Les Latins aussi écrivent bien des vocables avec n double ; cependant, ils ne les prononcent pas avec autant de force qu’en castillan, mais avec plus de douceur, comme annosus, annuntio, annuo. Toutefois, quand les Latins mettent g avant n, ils prononcent avec cette force et cette ferveur avec lesquelles les Castillans prononcent le n double, comme dans gnatus, gnarus, gnosco. Pour bien écrire en employant le n en castillan, que l’on respecte donc cette règle : dans aucun vocable castillan, [78] devant b et p, n ne peut être mis à la place de m, comme dans ces vocables : cambio, campo, tampoco, tammal, quammal. N ne peut en aucun cas apparaître en aucun de ces vocables qui contiennent tous m.

  • 27 Villalón écrit : « […] de una letra que vale tanto como ph. »

30Du p, on n’a rien d’autre à noter, hormis que les Latins en usent beaucoup, joint au h-aspiration, au lieu du f. Cette combinaison leur a été inspirée par le grec, qui leur a fourni un caractère ayant la forme d’une lettre de même valeur [phonique] que le phi27. Cela leur sert principalement pour les noms propres d’hommes et de villes, comme Aristophanes, Phalaris, Phaeton, Phedro, Philo, et Philosophia, Orthographia, et dans des positions semblables comme nous l’avons dit quand nous parlions du n. Dans cette manière d’écrire, il ne sera pas dépourvu de raison que nous, les Castillans, imitions les Latins, puisque nous leur avons emprunté le principal de cette doctrine, surtout en écrivant en langue castillane des choses graves et spéculatives. Je dis cela parce qu’un notaire qui a pour office d’établir des contrats royaux ne sera pas obligé de faire preuve de cette prudence et de ce discernement, même si on lui en offre l’opportunité.

31Du q nous avons déjà dit ce que nous avons pu noter quand nous avons parlé du c qui, semble-t-il, ne vaut pas plus que cu. Beaucoup [79] ont dit que, pour écrire quelque chose avec le q, il n’était pas nécessaire de mettre u, parce que cette lettre lui est annexée dans sa prononciation. Et ainsi, ils ont pris pour habitude d’écrire ces mots : qerer, qien, qintal, qinientos et tous les autres qui apparaissaient avec un q, disant qu’il ne fallait pas mettre un u à côté du q. On doit respecter, lorsqu’on écrit en castillan, la règle que nous avons établie quand nous avons parlé du c et qui nous a permis de montrer comment on devait employer ces deux lettres, en les différenciant sans se tromper. Nous y avons dit que dans tout vocable, on doit mettre c là où le c fera syllabe avec la première voyelle. Le q sera mis là où il ne pourra faire syllabe sans deux voyelles dans la même diction et le même mot. C’est que, dans aucun mot, le q ne peut faire syllabe si ce n’est au contact de deux voyelles, alors que le c, où qu’il se mette, fait syllabe avec une seule voyelle. On écrira ainsi : cuarto, cuando, cuaresma, et nous dirons quinze, quinientos, quintal et les mots qui leur sont semblables.

  • 28 On trouve parte dans le texte castillan.
  • 29 Villalón ne distingue pas la position intervocalique, c’est pourquoi il écrit honrra et Ysrrael, le (...)

32Du r nous avons déjà dit ce qu’il fallait en parlant du l. Il faut noter cependant que le castillan le prononce parfois simple, comme dans les mots carga, tarde, mar, et d’autres fois double, comme dans les mots [80] amarra, parra, barra. Et pour bien l’écrire, il convient de suivre cette règle : un r simple, si petit soit-il, mis en début de mot28, vaut pour deux. Comme dans ces mots : razon, rennon, rumor, reuma, et les mots semblables. Mais au milieu du vocable, où il faut un r double pour la prononciation du vocable, il convient d’en mettre deux petits ensemble29, comme dans les vocables parra, barra, amarra, lesquels, s’ils n’en ont qu’un, changent de signification, car il y a une claire différence entre xara et jarra, vara et barra, entre autres.

33Les Castillans utilisent le s dans sa prononciation simple et double, bien que le vocable change rarement de signification quand le s est simple ou double. Mais, vu qu’il est fort raisonnable que l’écrivain avisé écrive comme il doit prononcer, on pose cette règle : quand le s se trouve entre deux voyelles différentes, il n’y a pas vice à le redoubler, comme dans les mots caussa, camuessa, camissa, gruessa. Mais quand le s se trouve entre deux voyelles semblables, de sorte que la voyelle qui suit est la même que celle qui précède, il est alors nécessaire de doubler le s, comme dans les mots fuesse, dixesse, pusiesse, et dans les mots semblables.

34[81] Du t nous avons déjà exposé notre savoir quand nous avons parlé du c et du d. Le lecteur intéressé pourra s’y reporter, pour éviter l’ennui.

  • 30 Le choix de l’écrivain se fonde donc sur l’euphonie (comme ici), sur la pertinence (comme à propos (...)

35Le x, en castillan, a la même prononciation que le j long que le latin nomme « consonne », parce qu’on n’établit guère de différence quand on dit jarro ou xarro, jornada ou xornada, car on trouve les deux écrits en castillan. Il est vrai que le x se prononce un peu plus âprement que le j consonne. C’est pourquoi je dis que l’écrivain avisé doit prendre conseil auprès de son oreille30 pour bien écrire, parce que le son prononcé lui indiquera la lettre à utiliser. Il dira jarro et non xarro. Il dira xabon et non jabon. Et ainsi pour les autres mots qui s’offriront à lui.

  • 31 Dans la partie consacrée à la lettre c, Villalón présente le c avec une cédille comme équivalant à (...)

36Le z en castillan a la même prononciation que le c cédille, prononcé deux fois. En effet, comme nous l’avons dit en traitant du c, le castillan utilise le c de deux manières : simple, il équivaut à un q, et nous avons dit que lorsque le castillan l’utilise avec cédille, il équivaut presque à un demi z31. C’est pourquoi nous disons maintenant que le z vaut, dans la prononciation castillane, autant que deux c cédille. Ainsi nous écrivons [82] avec cette lettre les vocables zangano, zaque, zebra, zorzal, zebratana, zorra, zumbido et leurs semblables.

  • 32 Dans le texte castillan, on trouve « […] reglas y doctrinas, y documentos […] ». Les termes doctrin (...)

37Ainsi donc, après avoir parlé du son et de la prononciation des lettres en particulier qui ont cours dans la langue castillane, j’expose maintenant quelques règles, doctrines et enseignements32pour toute l’orthographe en général, dont doit être avisé le maître en orthographe.

38Je dis, en premier lieu, que nous devons, quand nous écrivons dans la langue castillane, nous conformer à la prononciation qu’en fait l’homme du commun en imitant le son de la langue pure ordinaire non corrompue. C’est une règle générale dans toutes les langues qui existent dans le monde. C’est pourquoi l’écrivain avisé doit continuellement garder à l’esprit et prendre en compte la valeur et la force avec lesquelles on prononce le vocable castillan, et lui assigner les lettres pour l’écrire proprement en langue castillane, afin d’être compris du lecteur. Autrement, son écriture serait barbarie. Ainsi, selon cette règle, quand il écrit dans notre langue, si un vocable d’une langue étrangère se présente, il doit veiller à ce que celui-ci s’écrive avec les lettres que la langue castillane a pour habitude de prononcer, et non avec [83] les lettres qu’emploie sa nation d’origine, si celles-ci ne le font pas comprendre mieux. On doit principalement veiller à cela pour les mots qui, s’ils étaient écrits avec les lettres qui sont utilisées dans leur langue d’origine, changeraient de signification en castillan. C’est le cas, si, en écrivant en castillan, on avait à parler de Metello ou de Sylla, princes romains, ou de Polla, femme de Lucain, lesquels mots sont écrits en latin avec un l double. Je dis qu’il convient que les Castillans, ou bien les écrivent avec un l simple, ou, s’ils venaient à les écrire avec les deux, qu’ils ne les prononcent pas ensemble comme en castillan, mais chacun séparément, l’un avec la première syllabe et l’autre avec la deuxième, divisant en deux moitiés le vocable, trois lettres dans la première moitié et trois autres dans l’autre. En effet, si l’on prononce le l double comme on le prononce en castillan, sylla signifie ‘un siège’ où nous nous asseyons et polla signifie une jeune poule. Ainsi, en raison de cet inconvénient qui peut se présenter pour de nombreux autres vocables, il faut bien veiller à pratiquer une bonne prononciation pour ne pas se tromper.

39Le maître en orthographe doit aussi, pour bien écrire en la langue castillane, s’aviser de ne mettre en milieu de [84] mot aucune lettre gothique, majuscule ou petite capitale. Car cela est grandement inconvenant et incongru, et manifestation de peu de sagesse. Mais il doit toujours les mettre au début de la clausule et non ailleurs, s’il ne s’agit pas d’un nom propre d’homme ou de ville, car il convient que tous les noms propres d’hommes et de villes s’écrivent avec une lettre gothique, en majuscule ou en petite capitale.

  • 33 Nous avons choisi de traduire bondad de la letra par « belle forme de la lettre », le critère esthé (...)
  • 34 Il faut comprendre ici « écrire mal » comme « mal former ses lettres ».

40Il convient aussi que le maître en orthographe prenne en compte la belle forme33 de la lettre. Je dis qu’il doit être fier de produire de beaux caractères, propres, égaux, et conforme à l’écriture commune. En effet, c’est assurément grande sagesse et marque d’habileté et d’esprit que de bien écrire. Je ne sais sur quoi se sont fondés les princes et les seigneurs qui se vantent continuellement d’écrire mal34. Et je crois que c’est pour nous montrer qu’ils ont été peu de temps assujettis à la doctrine et à la discipline de leur maître.

  • 35 Côlon : on trouve, sous l’entrée « côlon », dans le dictionnaire d’Hatzfeld et Darmester (Paris : D (...)

41On doit veiller semblablement à ce que les lignes soient droites, que chaque mot soit isolé et ne soit ni emmêlé, ni pris dans un désordre capable de semer la confusion. On doit également veiller à ce que les clausules et propositions soient séparées, avec les signes que le moule utilise pour mettre à part et distinguer. Pour cela, que l’on connaisse et sache se servir du pied-de-mouche, du point, des deux points, du côlon35, [85] de la barre, de la parenthèse, de la césure, du point d’interrogation. Car il convient aussi de bien savoir comment disposer tous ces signes dans l’écriture. Et il convient de les entendre, pour savoir bien lire, afin que ceux qui entendent lire le lecteur le comprennent et ne le tiennent pas pour un ignorant.

42Pour cela, il faut noter qu’il y a une différence entre clausule et proposition. Une proposition parfaite se compose, au moins pour sa part principale, d’une personne qui exerce quelque action, d’un verbe, et d’une personne qui reçoit ou subit l’action exprimée par le verbe. Comme dans cette proposition : yo amo a Dios. Elle est parfaite parce que je suis la personne qui exerce cette action d’aimer, action portée par le verbe amo. Et Dieu est la personne au moyen de laquelle est exprimé l’accomplissement de cette action d’aimer et dont il est dit communément qu’elle est la personne qui subit. Et je dis qu’une clausule est parfois une propositionseule et parfois un groupement de plusieurs propositions, lesquelles toutes ensemble expriment et manifestent parfaitement la conception qu’adopte dans son propos, celui qui parle.

43Cela acquis, je dis que le pied-de-mouche est ceci : « ¶ », lequel doit se mettre au début de la matière ou du propos dont on [86] veut à nouveau parler et qu’on propose.

44Le point est ceci : « . », lequel se met à la fin de chaque clausule et sentence finale.

45Les deux points ou coma sont ceci : « : », lesquels se mettent dans la clausule entre une proposition et une autre.

46Le côlon est ceci : « , », lequel se met dans la clausule après chaque verbe qui achève la proposition.

  • 36 Il est à noter que le typographe n’intègre pas ce type de « virgule » dans l’édition, il utilise un (...)

47La virgule est ceci : « / », laquelle remplace une conjonction quand s’accumulent beaucoup de choses ensemble. Il en est ainsi lorsque nous disons : yo quiero que tomeis todos mis libros, Augustinos, Hieronymos, Crisostomos, Theophilato, Cyrilo, Cypriano y Eusebio36. Vous voyez comme on la met entre chacune des parties, au lieu d’une conjonction. Il nous aurait fallu dire : Augustinos y Hieronymos y Crisostomos, etc.

48Les parenthèses désignent l’interposition de mots qui se présentent à celui qui tient quelque propos, lesquelles doivent être mises pour que cette matière soit mieux comprise. Et cette interposition ou parenthèse est signalée comme suit par deux virgules courbes : « ( ) » entre lesquelles se doit mettre et insérer l’interposition de mots en question.

49Le point d’interrogation est ceci : « ? », lequel se met à la fin de la proposition ou clausule par laquelle on [87] demande quelque chose, afin que celui qui le lit y signale, par le ton, l’interrogation.

50La césure est ceci : « „ » qui sont deux petites virgules jointes, lequel signe apparaît à la fin de la ligne chaque fois que le mot n’y tient pas en entier et qu’il s’achève à la ligne suivante.

51La césure est ceci : « „ » qui sont deux petites virgules jointes. Ce signe se met à la fin de la ligne et indique que la diction ou le mot n’y est pas achevé(e), mais se termine à la ligne qui suit.

52FIN

53[89]

Au lecteur

54Voilà, heureux lecteur, ce que, de ma leçon, de mon étude et de mon travail, j’ai pu rassembler, pour la réalisation et l’aboutissement de mon dessein. J’ai conscience que ce que je te livre est peu de chose, mais je fais œuvre suffisante si je suscite en toi le désir d’aller au-delà.
Vale.

Notes

1 L’orthographe constitue la dernière partie du livre de Villalón, alors que c’est la première partie de la grammaire de Nebrija. Il est plus usuel de commencer la description d’une langue par le signifiant et de s’intéresser ensuite au sens grammatical et lexical. Toutefois, ce n’est pas l’ordre de progression qu’a choisi Villalón qui a éliminé de sa grammaire, la prosodie.

2 Figura semble désigner la forme de la lettre. Chez Nebrija, la figure concerne aussi les phénomènes de dérivation : aquello por lo cual el nombre compuesto se distingue y aparta del senzillo [“ce par quoi le nom composé se distingue et s’écarte du nom simple”]. (Nebrija, A. (de), Gramática de la lengua…, p. 27).

3 La lettre est le signifiant graphique d’un contenu phonique que Nebrija et Villalón appellent voz  ou  pronunçiaçion  : De manera que no es otra cosa la letra, sino figura por la qual se representa la voz [« De sorte que la lettre n’est rien d’autre que la figure au moyen de laquelle on représente la voix »] Ibid., p. 111).

4 Il s’agit vraisemblablement d’Épigène de Byzance, spécialiste grec d’astronomie chaldéenne des IIIe-IIe siècles avant J-C, cité par Pline et par Sénèque.

5 Diodore de Sicile, historien grec du premier siècle apr. J.-C.

6 Sacando Gelio, el cual haze inventor de las letras a Mercurio en Egipto [“En se fondant sur Aulu-Gelle lequel fit de Mercure l’inventeur des lettres en Égypte”] (A. NEBRIJA, op.cit., p. 107). Aulu-Gelle (en latin Aulus Gellius) est un magistrat, compilateur et grammairien du IIe siècle.

7 Il s’agit très vraisemblablement du dieu Theuth considéré comme l’inventeur de l’écriture. Dans le Phèdre de Platon, Socrate raconte justement à Phèdre l’histoire de Theuth, un dieu égyptien, qui inventa en premier la science des nombres (l’algèbre, la géométrie, etc.) puis en second l’écriture. Ce dieu vint un jour à la rencontre du roi Thamous pour lui exposer l’ensemble de ses inventions, et lui proposer ensuite de les diffuser à tous les Égyptiens. Pour chacune des inventions, le roi lui demanda de lui fournir des arguments qui prouveraient son utilité, justifiant ainsi qu’il la diffuse dans son royaume. Voir PLATON, Phèdre ou de la beauté des âmes, Mario MENIER (trad.), Paris : Payot, 1922. Extrait du dialogue entre Socrate et Phèdre (Ibid, v. 274-275) :
SOCRATE
J'ai donc ouï dire qu'il existait près de Naucratis, en Égypte, un des antiques dieux de ce pays, et qu'à ce dieu les Égyptiens consacrèrent l'oiseau qu'ils appelaient « ibis ». Ce dieu se nommait Theuth. C'est lui qui le premier inventa la science des nombres, le calcul, la géométrie, l'astronomie, le trictrac, les dés, et enfin l'écriture (grammata). Le roi Thamous régnait alors sur toute la contrée ; il habitait la grande ville de la Haute-Égypte que les Grecs appellent Thèbes l'égyptienne, comme ils nomment Ammon le dieu-roi Thamous. Theuth vint donc trouver ce roi pour lui montrer les arts qu'il avait inventés, et il lui dit qu'il fallait les répandre parmi les Égyptiens. Le roi lui demanda de quelle utilité serait chacun des arts. Le dieu le renseigna ; et, selon qu'il les jugeait être un bien ou un mal, le roi approuvait ou blâmait. On dit que Thamous fit à Theuth beaucoup d'observations pour et contre chaque art. Il serait trop long de les exposer.
Mais, quand on en vint à l'écriture : « Roi, lui dit Theuth, cette science rendra les Égyptiens plus savants et facilitera l'art de se souvenir, car j'ai trouvé un remède (pharmakon) pour soulager la science (sophia) et la mémoire. »
Et le roi répondit :
– Très ingénieux Theuth, tel homme est capable de créer les arts, et tel autre est à même de juger quel lot d'utilité ou de nocivité ils conféreront à ceux qui en feront usage. Et c'est ainsi que toi, père de l'écriture (patêr ôn grammatôn), tu lui attribues, par bienveillance, tout le contraire de ce qu'elle peut apporter.
Elle ne peut produire dans les âmes, en effet, que l'oubli de ce qu'elles savent en leur faisant négliger la mémoire. Parce qu'ils auront foi dans l'écriture, c'est par le dehors, par des empreintes étrangères, et non plus du dedans et du fond d'eux-mêmes, que les hommes chercheront à se ressouvenir. Tu as trouvé le remède (pharmakon), non point pour enrichir la mémoire, mais pour conserver les souvenirs qu'elle a. Tu donnes à tes disciples la présomption qu'ils ont la science, non la science elle-même. Quand ils auront, en effet, beaucoup appris sans maître, ils s'imagineront devenus très savants, et ils ne seront pour la plupart que des ignorants de commerce incommode, des savants imaginaires (doxosophoi) au lieu de vrais savants.

8 Selon Hérodote, Cadmos a introduit l’alphabet phénicien en Grèce vers 2000 av. J.-C.

9 Palamède : Prince grec qui participa à la guerre de Troie.

10 Simonide de Ceos, poète mélique (556-468 av. J.-C.).

11 Épicharme (h. 540-h av. J.-C.), poète comique et philosophe présocratique.

12 Todos los otros autores dan la invención de las letras a los fenices, los cuales no fueron menos inventores de otras muchas cosas… [« Tous les autres auteurs attribuent l’invention des lettres aux Phéniciens qui furent aussi inventeurs de nombreuses autres choses »] (NEBRIJA, A. (de), op.cit., p.107).

13 Eusèbe : évêque de Césarée (265-339 apr. J.-C), auteur d’une importante Histoire ecclésiastique.

14 Eupolème est un historien juif hellénistique, auquel Eusèbe de Césarée fait référence.

15 Es cosa mui constante que de Fenicia las traxo a Grecia Cadmo, hijo de Agenor, cuando por la forçosa condición que su padre le puso de buscar a Europa, su hermana, la cual Júpiter avía robado, vino a Boecia, donde pobló la ciudad de Thebas [ « Il est établi que Cadmos, le fils d’Agénor, les apporta en Grèce quand, du fait de la contrainte que son père lui imposa de partir à la recherche de sa soeur, Europe, que Jupiter avait ravie, il vint en Boétie où il fonda la ville de Thèbes » ] (NEBRIJA, A. (de), op. cit.,., p.108).

16 Les Pélasges furent les premiers habitants de la Grèce. Ils sont dits « préhellènes ». On considère qu’ils ont été dispersés à l’âge de bronze, après l’arrivée des Grecs dans la péninsule. Homère les mentionne, ainsi que Hérodote (Histoires, I, LVII), lequel insiste sur le caractère barbare de leur langue.

17 Il s’agit d’un concept important de « l’orthographe » de Nebrija et de Villalón : les sons (ou « les lettres ») sont classés selon leur « force », notion qui annonce le trait d’aperture.

18 La répétition de « ils nous les donnèrent » est le fait de Villalón.

19 Le texte castillan comporte el Latino.

20 Cette expression est curieuse : jusqu’ici Villalón n’avait employé la séquence puro castellano que pour référer à la langue. Dans cet énoncé, puro castellano renvoie aux Castillans dont il est dit qu’ils sont « purs ».

21 Ce livre dont Villalón nous dit qu’il est en préparation, ne fut jamais publié.

22 Nous avons choisi de traduite par « esprit » et « âme », les mots espíritu et alma qui désignent tous les deux le souffle dont on se sert pour prononcer les mots.

23 Villalón montre ici son respect de l’usage commun. Il indique, en effet, que c’est ce dernier qui doit prévaloir, en accord avec le critère de l’euphonie. Précisons néanmoins qu’il s’agit précisément de l’usage commun renvoyant à la « langue non corrompue ». Voir chapitre III de l’étude : Après Nebrija, Villalón et le castillan…, https://books.openedition.org/esb/3605.

24 Le mot « curieux » est à prendre ici au sens classique de ‘celui qui cherche avec soin’.

25 Villalón distingue « le commun des hommes » (que l’on peut comprendre comme « le commun des Castillans ») et les « Castillans avisés ». Tout en tenant compte de l’usage commun, il affiche sa préférence pour certaines prononciations, considérant presque qu’il y aurait, au sens moderne du terme, des « informateurs » plus fiables et légitimes que d’autres, notamment parmi ceux de la Vieille Castille. Il y a là une démarche qui n’est pas sans évoquer celle qu’adoptera au XVIIIe siècle, en France, l’Abbé Grégoire.

26 Villalón raisonne ici en phonologue et comprend ce qu’est un trait distinctif, tout en séparant mal le trait graphique (double n) du trait palatal phonétique.

27 Villalón écrit : « […] de una letra que vale tanto como ph. »

28 On trouve parte dans le texte castillan.

29 Villalón ne distingue pas la position intervocalique, c’est pourquoi il écrit honrra et Ysrrael, le son vibrant étant en milieu de mot.

30 Le choix de l’écrivain se fonde donc sur l’euphonie (comme ici), sur la pertinence (comme à propos de annadir) et sur l’usage commun (voir quelques lignes plus bas).

31 Dans la partie consacrée à la lettre c, Villalón présente le c avec une cédille comme équivalant à « presque z » ou « demi z ». Il reprend ici la formulation de « demi z ».

32 Dans le texte castillan, on trouve « […] reglas y doctrinas, y documentos […] ». Les termes doctrinas et documentos fonctionnent comme un doublet sémantique, dans la mesure où le Dictionnaire des Autorités donne l’acception suivante pour documento : « doctrina o enseñanza » (« doctrine ou enseignement »).

33 Nous avons choisi de traduire bondad de la letra par « belle forme de la lettre », le critère esthétique étant ici prégnant, comme nous le montre l’expression buenos caratheres employée juste après.

34 Il faut comprendre ici « écrire mal » comme « mal former ses lettres ».

35 Côlon : on trouve, sous l’entrée « côlon », dans le dictionnaire d’Hatzfeld et Darmester (Paris : Delagrave, 1964) la définition suivante : « II. Membre d’un vers comprenant les deux premiers pieds et se terminant sur la fin d’un mot. Par extension, membre d’une période ».

36 Il est à noter que le typographe n’intègre pas ce type de « virgule » dans l’édition, il utilise une virgule ordinaire, plus usuelle.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search