Version classiqueVersion mobile

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

 | 
Cristóbal de Villalón

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

S’ensuit le troisième livre où on traite de la composition des clausules et des propositions1 que le latin nomme « constructio » et la rhétorique, « élocution »

Texte intégral

  • 1 Pour comprendre le choix des termes retenus en français « clausule » et « proposition » pour tradui (...)
  • 2 Pour rappel, Villalón, bien qu’il l’annonce, ne recourt guère aux termes latins et propose un équiv (...)

1Il faut noter que toute la difficulté de la langue castillane consiste à bien savoir composer une clausule qui, en latin, est appelée « oratio »2, sans provoquer de barbarisme ni d’incongruité dans la langue ; et ceci est enfin et surtout ce que, avec notre art, nous essayons de montrer.

De la clausule ou proposition3

  • 3 Villalón écrit Que cosa sea clausula o oraçion donnant l’impression qu’il s’agit de termes synonyme (...)
  • 4 Pour les notions de « règle », « norme » et « usage », voir le chapitre III de l’étude linguistique (...)

2Il convient avant toute chose de savoir que toute clausule ou proposition est composée d’un nom, d’un verbe et d’un pronom, comme parties principales et de nombreux autres vocables et dictions, comme parties [51] de moindre importance, tels les adverbes, prépositions, interjections et conjonctions, dont nous avons déjà parlé. Je dis maintenant que la clausule castillane peut être considérée de deux manières : soit en prenant chacun de ses mots isolément, soit en envisageant la composition d’ensemble que ces mots forment les uns avec les autres. Pour chacun d’eux considéré isolément, on doit veiller à ce qu’il soit du pur castillan, clair, usuel4 et approprié à ce que nous voulons qu’il signifie, et de manière générale, qu’il soit sans défaut, défaut qui, dans le vocable castillan, est souvent causé par l’ajout, le changement ou la suppression d’une lettre ou d’une syllabe, en dehors du commun usage de la langue.

  • 5 Dans ce passage, Villalón s’inspire très fortement de la Rhétorique en langue castillane de Miguel (...)
  • 6 Louis MEIGRET, Tretté de la Grammerre Françoeze, Paris : Charles Wechel, 1550, parle des « bons cou (...)

3Seront considérés comme du pur castillan5 tous les mots qui n’ont pas été récemment empruntés à d’autres langues ; en effet, de tels mots, bien que pris au latin, nous ne les approuvons pas, car le mélange du castillan et du latin n'est pas souhaitable, pas plus que celui du castillan et de toute autre langue, aussi estimée soit-elle parmi les hommes. Cette manière de parler, parce qu’elle est barbare, les savants anciens l’ont qualifiée de « macaronique ». Les courtisans avisés6 se doivent de la fuir, car Tullius et les orateurs latins l’avaient condamnée pour la langue latine. C’est ce qu’ont coutume de faire nombre d’idiots, d’imposteurs et de beaux parleurs qui, pour forcer l’admiration [52] des simples gens du peuple, par quelques puérilités qu’ils professent du haut de leurs chaires, usent d’une salade de vocables inconnus, non usuels, issus de langues étrangères, pensant ainsi forcer l’admiration et émerveiller leur auditoire, afin d’être considérés comme des savants et de faire croire que les choses dont ils parlent sont d’un grand mystère et d’une grande valeur.

  • 7 Cedaço est une sorte de tamis. Artesa est un pétrin de boulangerie. Villalón considère que pinnera (...)
  • 8 Les termes visés dans cette phrase sont : hortuna, hatiga et hiesta en lieu et place de fortuna, fa (...)

4De tous les mots qui sont censés appartenir à la langue castillane, seront considérés comme usuels ceux qui n’auront pas été délaissés parce que trop anciens ou grossiers, ni rejetés parce que trop nouveaux ; en particulier, lorsque dans l’usage de ceux qui parlent bien, il en existe d’autres pouvant servir là où sont employés les mots tenus pour non usuels. Il en est ainsi dans certaines montagnes où les gens n’ont guère l’esprit subtil et ne sont pas versés dans le parler castillan : ensomo, conbusco, donde sodes, esto vos atanne, a esto soys tenudo. Et de même, lorsque pour çedaço, ils disent pinnera et pour artesa, masera7 ; on peut en dire autant d’autres vocables semblables à ceux-là qui corrompent la langue castillane. Et nombre de ces personnes vont jusqu’à penser qu’avec leur manière de dire, elles parlent de façon très élégante, comme il en est d’un gentilhomme de cette contrée qui m’a dit un jour, à l’approche de Pâques : Sennor con la hortuna del tiempo y la hatiga de la vestia, no pudimos llegar a la villa por comprar cosas para la hiesta8. Ceux-ci corrom-[53]pent le castillan en supprimant le f- là où ils doivent le mettre.

  • 9 “Mes cheveux se sont dressés sur ma tête” pour signifier ‘j’ai eu peur’.
  • 10 “Il a froncé les sourcils” pour signifier ‘être irrité’.
  • 11 “Lever le doigt” pour signifier ‘être d’accord’.
  • 12 Vous voyez ce que je veux dire” pour ‘vous comprenez’.
  • 13 “Je flairais quelque chose” pour ‘je pressentais quelque chose’.
  • 14 “Je goûte” pour ‘faire l’expérience de’.
  • 15 “Je ne le sens pas” pour ‘cela ne me convient pas’.
  • 16 “Avalez-le” pour ‘supportez-le’.
  • 17 “Crachez le morceau” pour ‘dites-moi tout’.
  • 18 “Écoutez votre père” pour ‘obéissez-lui’.
  • 19 “Je le sens bien” pour ‘j’entends bien’.

5Les mots propres seront ceux qui signifient la chose que communément ils s'appliquent à signifier, sans user de jargons ni de baragouins faits des vocables impropres dont usent les scélérats vicieux et vagabonds pour se comprendre entre eux dans l'exercice de leurs vices et de leur mauvaise vie. Mais on acceptera une manière de parler avec des mots qui, au moyen de ce que les Latins appellent « tropes » ou « figures », signifient autre chose que ce qui leur est donné de signifier dans leur première attribution. Il en est ainsi quand le vocable n'est pas pris dans sa signification propre, mais que, en vertu d'une ressemblance, il en a reçu une autre qui n'est pas la sienne propre, ce qui dans les langues est tenu pour une élégante et subtile façon de parler. De ces figures ou tropes, il y a sept manières. La première se nomme « métaphore », lorsque nous faisons passer le vocable de sa signification propre à la signification d’autre chose qui n’a pas de vocable propre, comme on a coutume de dire espeluzaronse me los cabellos pour signifier ‘ove miedo’9, puso cenno pour signifier mostrarse sannudo10 et alçar el dedo pour 'prometer'11. Cette figure se fait de diverses manières. C'est une métaphore quand nous faisons passer vers l’esprit les sens du corps comme [54] quand nous disons veis lo que digo pour entendeis lo12. Bien lo olia yo pour bien lo sospechaba13. Et nous disons gusto pour esperimentar14, no me sabe bien pour no me contenta15, tragadlo ya pour sufridlo16, bomitadlo pour acabadlo de dezir17, oyd a vuestro padre pour obedeçedle18, bien lo siento pour bien lo entiendo19. Sont utilisés aussi des vocables propres aux affections des bêtes pour signifier les affections des hommes, comme lorsque nous disons d'un homme, qu’il grogne alors que grogner est le cri propre au porc, ou d’un homme, qu’il aboie pour dire que c'est un braillard.

6Le deuxième trope, ou figure, se produit dans la langue castillane quand le tout est mis pour la partie, ou que la partie est mise pour le tout. Cette figure s'appelle « synecdoque ». Ainsi nous disons cayosse la cassa alors qu'il n'en est tombé qu'un morceau, comi la mançana alors que je n'en ai mangé qu'un morceau.

  • 20 Le texte castillan comporte parte (quando se muda el vocablo de una parte a otra) qui pourrait être (...)

7Le tierce trope, ou figure, se produit dans la langue castillane quand on fait passer un vocable d’une désignation à une autre20 en vertu d'une affinité existante. Cette figure se nomme « métonymie ». Il en est ainsi lorsqu'on remplace l'inventeur par la chose inventée, comme quand nous mettons Baco pour vino, Ceres pour pan, et Cupido pour amor, [55] et Neptuno pour agua, et Venus pour la luxuria. Tous furent les inventeurs de ces choses.

8Le quatrième trope, ou figure, se produit dans la langue castillane lorsque, par excellence, nous mettons un nom commun à la place d'un nom propre. Et cette figure se nomme « antonomase » ; il en est ainsi quand, en disant el apostol dize esto, nous comprenons 'San Pablo'. Ou encore quand en disant el Poeta, nous comprenons 'Vergilio'.

9Le cinquième trope, ou figure, se produit dans la langue castillane lorsqu'apparaît une chose qui n'a pas de nom qui lui soit propre, ou si elle en a un, qu’il ne semble pas approprié pour signifier le son propre de cette chose. Cette figure se nomme « onomatopée ». Comme lorsque nous disons ladrido pour le cri des chiens, ronquido pour le son émis par celui qui dort, balar pour les brebis. Et mian pour les chats.

10Le sixième trope, ou figure, se produit dans la langue castillane lorsque nous empruntons la signification d'un mot pour dire quelque chose qui ne pourrait être exprimé par un mot propre car il n'existe pas en castillan de vocable pour cela. Cette figure se nomme « catachrèse » ; il en est ainsi lorsque celui qui a tué son père, nous l'appelons homicida, qui veut dire ‘el que mato [56] hombre’, parce que nous n'avons pas dans notre langue de vocable propre, comme en possède le latin qui dit « parricida ».

11Le septième trope, ou figure, se produit dans la langue castillane quand le vocable signifie un peu plus que de coutume en raison des choses qui sont cachées en lui et qui remontent peu à peu. Cette figure se nomme « métalepse ». Comme quand nous disons yo ire despues de quatro septiembres a Sanctiago en campo estela pour dire ‘ire alla despues de quatro veranos pasados’ et par conséquent, ‘despues de quatro annos.

12Se produit aussi un vice dans les mots lorsque l'on ajoute ou que l'on supprime une lettre ou une syllabe de la diction ou du vocable. Comme les paysans qui disent vinon, ou vinioron, pour vinieron, dixon, ou dixoron pour dixeron, combreis pour comereis, et autres vocables semblables qui deviennent barbares si on ôte ou on ajoute des lettres par rapport à leur usage commun.

13Tout ce que nous avons dit concerne chacune des parties qui composent la clausule castillane.

14L'on peut également considérer la clausule castillane quant à son ensemble : comme nous l'avons dit, elle unit et relie le nom et le verbe comme parties principales, et d'autres parties, moins [57] principales. À ce propos, il faut noter que telle clausule est parfaite quand, à l’ouïe, elle satisfait l’esprit de celui qui l'entend parce qu’il ne lui reste rien à prononcer qui manquerait à son entendement, comme lorsque nous disons yo amo a Dios, yo como el pan ou autres clausules semblables ; mais il y a d'autres clausules qui sont imparfaites parce que, à l’ouïe, elles ne satisfont ni ne comblent l'entendement de celui qui les entend, comme lorsque nous disons yo mannana, yo prometo, clausules qui ne satisfont pas l'entendement. À présent, puisque le véritable, pur et authentique parler castillan consiste à formuler une clausule ou proposition parfaite qui satisfasse l’oreille de celui qui l'entend, nous édictons maintenant quelques règles que l’on se doit de respecter pour savoir la former et composer sans barbarisme ni incongruité dans la langue.

15La première règle est que, dans la clausule castillane, le nom et le verbe doivent s’accorder en nombre et en personne, je veux dire, que comme généralement tout nom est de la troisième personne, il convient que le verbe avec lequel il est joint dans la clausule, soit de la même personne. Et si le nom est au nombre singulier, le verbe doit être du même nombre ; il en va ainsi également quand il est au pluriel ; en accord avec cette règle, il sera juste de dire : Pedro ama a dios et el hombre ama a dios [58] et il ne sera pas juste de dire : Pedro amas a dios et el hombre aman a dios.

16La deuxième règle est que le pronom et le verbe présents dans la même clausule s’accordent en nombre et en personne. Ainsi il sera juste de dire : Yo amo, tu amas. Il ne sera pas juste de dire : Yo amas, tu amais, aquellos amamos.

17La troisième règle est que le nom et le pronom démonstratif, quand ils s’unissent dans la même clausule castillane, doivent s’accorder en genre et en nombre ; ces pronoms sont appelés en latin « articles qui déterminent le genre ». Ainsi il sera juste de dire : este hombre ; esta muger come el pan. Il ne sera pas juste de dire : esta hombre come ; este muger habla et estos mugeres corren.

18La quatrième règle est que le nom adjectif et le substantif qui sont dans la même clausule castillane doivent s’accorder en genre et en nombre. C’est pourquoi il sera juste de dire : el hombre blanco come ; la muger negra habla et qu’il ne sera pas juste de dire : el hombre blanca come, la muger negro habla et los hombres blanca leen.

Notes

1 Pour comprendre le choix des termes retenus en français « clausule » et « proposition » pour traduire les termes castillans, clausulas y oraçiones, voir le chapitre IV de l’étude de Corinne MENCÉ-CASTER, Après Nebrija, Villalón et le castillan…, https://books.openedition.org/esb/3608.

2 Pour rappel, Villalón, bien qu’il l’annonce, ne recourt guère aux termes latins et propose un équivalent espagnol. En effet, le texte castillan dit : una clausula que llama el latino « oraçion ». On est donc en droit d’attendre un terme latin tel que oratio, mais curieusement Villalón emploie un terme castillan : oraçion. Or, toute l’argumentation de Villalón consiste à distinguer clausula et oraçion. Pour respecter cette distinction que Villalón établit lui-même dans son texte (voir note 3 ci-dessous) et suppléer l’absence d’un équivalent adéquat, le choix a été fait, dans la traduction d’introduire le mot latin oratio et donc de ne pas traduire ici oraçion par « proposition ». Soit donc « […] une clausule qui, en latin, est appelée « oratio » ».

3 Villalón écrit Que cosa sea clausula o oraçion donnant l’impression qu’il s’agit de termes synonymes, alors que dans le quatrième livre, notamment à p. 85 de l’édition facsimilée (§ 39 du livre IV, https://books.openedition.org/esb/2809), il prend soin de les distinguer en les définissant séparément : « Pour cela, il faut noter qu’il y a une différence entre clausule et proposition. Une proposition parfaite se compose, au moins pour sa part principale, d’une personne qui fait quelque action, d’un verbe, et d’une personne au moyen de laquelle est exprimée l’action que le verbe subit ou fait, comme dans cette proposition : yo amo a Dios. Elle est parfaite parce que je suis la personne qui fait cette action d’aimer, qui est l’action du verbe amo. Et Dieu est la personne au moyen de laquelle est exprimé que s’accomplit cette action d’aimer et dont il est dit communément qu’elle est la personne qui subit. Et je dis qu’une clausule est parfois une proposition seule et parfois un groupement de plusieurs propositions, lesquelles toutes ensemble expriment et manifestent parfaitement la conception qu’adopte dans son propos, celui qui parle ».

4 Pour les notions de « règle », « norme » et « usage », voir le chapitre III de l’étude linguistique : Après Nebrija, Villalón et le castillan…, https://books.openedition.org/esb/3605,qui s’intéresse aux diverses significations de ces notions au XVIe siècle et au-delà.

5 Dans ce passage, Villalón s’inspire très fortement de la Rhétorique en langue castillane de Miguel de Salinas. Voir SALINAS, Miguel (de), Retórica en lengua castellana, Alcalá : Brocar, 1541. L’élocution (elocutio) devient une préoccupation majeure à l’époque. Miguel de Salinas (Ibid., fol. LXI r°) consacre une bonne partie de sa réflexion à la pureté des vocables : « La elocución se considera en cada una de las palabras en especial o en la composición de unas con otras. En cada una de ellas en especial se ha de mirar que sea pura castellana, clara y usada y apropiada a aquello que queremos que signifique […] Pura castellana sera si no fuere traida nuevamente al uso de otras lenguas : ni se aprueba quanque sea latina ». Comme on peut le constater, Villalón reprend presque mot pour mot les propos de Salinas. Notons également que, dans sa grammaire, on ne retrouve pas le terme castizo. Pour les différences entre les termes puro, casto, castizo en lien avec la notion de « purisme linguistique », voir Ralph LUDWIG, « Desde el contacto hacia el conflicto lingüístico : el purismo en el español. Concepto, desarrollo histórico y significación actual », BFUch, 38, 2000-2001, p. 167-196. Voir aussi Marie-Églantine LESCASSE, ¿Qué es el purismo?. Ideologías en obras sobre la lengua española (s. XV-XX), 8, 2018, p. 100-128.

6 Louis MEIGRET, Tretté de la Grammerre Françoeze, Paris : Charles Wechel, 1550, parle des « bons courtizans » (p. 10 v°) qu’il oppose aux « mignons efféminés » (p. 7 v°) à qui sont attribués les vices du langage et aux « étymologiseurs ». Le « bon courtizan » dispose de qualités euphoniques.

7 Cedaço est une sorte de tamis. Artesa est un pétrin de boulangerie. Villalón considère que pinnera est un équivalent de çedaço et masera, un équivalent de artesa, les deux étant des sortes de « géolectes » connotés négativement et s’employant dans les zones montagneuses.

8 Les termes visés dans cette phrase sont : hortuna, hatiga et hiesta en lieu et place de fortuna, fatiga et fiesta.

9 “Mes cheveux se sont dressés sur ma tête” pour signifier ‘j’ai eu peur’.

10 “Il a froncé les sourcils” pour signifier ‘être irrité’.

11 “Lever le doigt” pour signifier ‘être d’accord’.

12 Vous voyez ce que je veux dire” pour ‘vous comprenez’.

13 “Je flairais quelque chose” pour ‘je pressentais quelque chose’.

14 “Je goûte” pour ‘faire l’expérience de’.

15 “Je ne le sens pas” pour ‘cela ne me convient pas’.

16 “Avalez-le” pour ‘supportez-le’.

17 “Crachez le morceau” pour ‘dites-moi tout’.

18 “Écoutez votre père” pour ‘obéissez-lui’.

19 “Je le sens bien” pour ‘j’entends bien’.

20 Le texte castillan comporte parte (quando se muda el vocablo de una parte a otra) qui pourrait être traduit par « partie » en référence aux ouvrages de rhétorique. Toutefois, il semble qu’ici, il soit davantage question de « désignation » ; d’où notre traduction.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search