Version classiqueVersion mobile

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

 | 
Cristóbal de Villalón

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

S’ensuit la deuxième partie ou livre de la Grammaire castillane, dans laquelle il est question du verbe et de ses accidents

Texte intégral

Définition du verbe

  • 1 Le verbe enseñar signifie à la fois « montrer » et « enseigner ». L’absence de contexte ne permet p (...)
  • 2 « Je souffre » qui signifie ‘souffrir moi’.

1Le verbe est une voix qui déclare faire ou subir une action donnée dans un temps donné (ce que le latin appelle « action » ou « passion »), tel le vocable ou voix ensenno, qui signifie ‘hazer yo esta obra de ensennar1 dans le temps présent et la voix padezco qui signifie ‘padeçer yo2’ dans le temps présent.

  • 3 Villalón parle-t-il de la grammaire latine de Nebrija Introductiones latinae (1481) que ce dernier (...)
  • 4 Dans la Gramática de la lengua castellana, Nebrija évoque des temps composés (circunloquios del ver (...)

2Et pour mieux comprendre cette définition et cette nature du verbe, il faut noter qu’il n’y a que trois temps différents qui font varier le verbe dans la langue castillane : le présent, yo amo ; le passé, yo ame, et le futur, qui est le temps à venir, yo amare. C’est avec ces seuls trois temps que les Castillans expriment tout ce qu’ils ont à dire et mènent leur conversation, et ce, bien qu’Antonio de Nebrixa, dans sa Grammaire latine3, ait ajouté deux passés et deux futurs, parfaits, imparfaits et plus-que [37]-parfaits4. Mais s’il l’a fait, c’est parce qu’il l’a trouvé ainsi dans l’élégance latine et l’a repris comme précepte pour que, en présence d’un verbe chez un auteur latin, quiconque le lise, en comprenne la véritable signification et intention. Mais notre langue castillane n’a pas besoin de cette multiplication des temps et bien que parfois elle les emploie, tous font partie du temps passé et s’il s’agit de futurs, ils se trouvent rassemblés et inclus dans le temps à venir.

3Deuxièmement, il faut noter que le verbe varie en général à ces trois temps différents selon trois personnes. La première personne, yo amo, la deuxième personne, tu amas, la troisième personne, aquel ama.

4Troisièmement, il faut noter que le verbe varie également selon deux nombres. L’un est singulier, qui vaut pour un comme yo amo, tu amas, aquel ama. L’autre est pluriel, qui vaut pour plusieurs comme nosotros amamos, vosotros amais, aquellos aman.

5Quatrièmement, il faut noter que le verbe, dans la langue castillane, a trois conjugaisons, ou trois manières ou trois façons différentes d’être conjugué. La première concerne les verbes qui font leur infinitif en -ar, comme amar, ensennar, hablar.

6[38] Et ces verbes forment toujours leur infinitif sur la première personne du présent de l’indicatif en changeant le -o en -ar, comme amo, amar ; hablo, hablar.

7La deuxième conjugaison concerne les verbes qui font leur infinitif en -er, comme comer, beber, hazer. Et ces verbes forment leur infinitif sur la deuxième personne du présent de l’indicatif en changeant le -s en -er, comme bebes, beber ; hazes, hazer.

8La troisième conjugaison concerne les verbes qui font leur infinitif en -ir, comme herir, reyr, rennir, oyr, dezir. Et ces verbes forment leur infinitif à partir du prétérit en ajoutant un -r ; ainsi viui, viuir, rey, reyr ; renni, rennir.

9Et il faut noter que tous les verbes dans la langue castillane font leur infinitif en -r, de façon générale dans toutes les conjugaisons, et c’est à cela qu’on reconnaitra l’infinitif. Il est appelé « infinitif » parce que ce même mot terminé en -r peut servir dans la proposition ou clausule castillane à toutes les personnes auxquelles on voudra l’appliquer, que le nombre soit singulier ou pluriel ; ainsi nous disons bueno es yo amar, bueno es tu amar, bueno es amar aquel, bueno es nosotros amar, bueno es vosotros amar, bueno es [39] amar aquellos.

10Cinquièmement, il faut noter que, dans la langue castillane, nous usons du verbe de cinq manières. La première, en montrant quelque chose, ce que le latin appelle « indicatif », comme lorsque j’indique ou que je manifeste à quelqu’un avec qui je parle que j’aime (yo amo) ou que je montre (ensenno).

11La deuxième manière consiste à donner un ordre, ce que le latin appelle « impératif », comme lorsque nous disons en donnant un ordre : Pedro, barre la casa, pon la messa, lee la liçion.

12La troisième manière consiste à exprimer un souhait, ce que le latin appelle « optatif », comme lorsque nous disons pluguiesse a Dios que yo fuesse santo, ou si yo fuesse sancto.

13La quatrième manière consiste à conjoindre, ce que le latin appelle « subjonctif », comme lorsque nous disons como yo comiere estare bueno y sano.

14La cinquième manière est infinie, ce que le latin appelle « infinitif », comme lorsque nous disons amar, comer, leer.

15Sixièmement, il faut noter que quatre genres de verbes sont en usage dans le parler commun de la langue castillane, à savoir le verbe « actif », qui concerne tout ce qui exprime ‘faire une action’, comme yo amo, yo leo, yo como, yo bebo. Chacun d’eux signifie que j’exerce ou produis l’action d’aimer, ou [40] l’action de lire, ou l’action de boire, sans que, par cette action, je subisse quoi que ce soit.

  • 5 Le texte castillan comporte los Latinos. À d’autres endroits, il comporte El Latino, pour désigner (...)

16Le deuxième genre de verbes est « passif » et c’est celui qui exprime ou signifie ‘subir’ pour celui qui le prononce ; c’est ce que le latin appelle « signifier la passion ». Et je trouve qu’il n’y a pas d’autre verbe passif en castillan que le verbe padezco, même si certains pensent que le verbe muero est lui aussi passif, ce qui ne me paraît pas faux, de sorte que nous pourrons dire que seuls deux verbes sont passifs dans la langue castillane. Et si quelqu’un dit que les clausules castillanes yo soy amado, yo soy herido, yo soy açotado expriment la passion, je lui réponds que c’est bien vrai, que la clausule toute entière exprime la passion. Mais il faut noter que le verbe qui unit ces clausules est le verbe soy, que les Latins5 appellent « irrégulier », considérant qu’il a été inventé juste pour manifester la passion contenue dans les verbes actifs, laquelle ne peut être exprimée, déclarée ni manifestée que par l’intermédiaire du verbe soy, au moyen d’un nom verbal exprimant ou contenant la signification du verbe. Il en va ainsi de amado, herido, açotado et des vocables semblables qui ne sont autres que [41] des noms verbaux car ils contiennent et expriment la signification de leurs verbes amo, hiero, açoto. Il ne me paraît pas non plus tellement éloigné de la raison d’affirmer que ce verbe soy puisse être passif, puisque quelle que soit la signification de ser, la personne qui la reçoit, la rapporte à elle-même ou à une autre, ce qui manifestement signifie la passion. En effet, le seul fait de dire yo soy signifie que je reçois en moi l’être que je tiens de Dieu et de la Nature, ce qui est effectivement subir, de même que dans la clausule yo soy açotado, le verbe soy exprime que je subis l’action du fouet. Et même dans la clausule yo soy letrado, le verbe soy signifie la passion, car il signifie que se trouve en moi l’art et l’exercice des lettres. Et il en va ainsi de tout autre clausule qui, en castillan, pourrait avoir une tournure et une signification semblables.

17Le troisième genre de verbes dont use la langue castillane est celui des neutres. Ce sont ceux qui, dans leur signification, ne sont ni actifs ni passifs, parce qu’ils n’expriment pas que quelqu’un est en train de faire ou de subir en soi aucune action, comme carezco, abundo, suplico, allego, et d’autres à eux semblables.

  • 6 « J’obéis », « Je sers », « Je pardonne ». Dans le texte, au moment de donner les exemples signifia (...)
  • 7 « Je suis servi par Pierre », « Je suis obéi de Pierre », « Je suis pardonné par Pierre », « Je sui (...)

18[42] D’où il me paraît que tous les verbes qu’Antonio de Nebrixa appelle « neutres » ne le sont pas en castillan. En effet, il met parmi les neutres, les verbes obedezco, faborezco, sirvo, perdono et bien d’autres qui leur sont semblables, lesquels signifient l’action lorsque nous disons yo obedezco, yo sirvo, yo perdono6. Or ils signifient que j’exerce l’obéissance, que je sers et que j’accorde le pardon. Dans les clausules castillanes yo soy servido de Pedro, yo soy obedeçido de Pedro, yo soy perdonado de Pedro, yo soy faboreçido de Pedro7, on exprime et on signifie la passion, ce qui n’apparaît pas de manière aussi manifeste quand on parle castillan et que l’on emploie les verbes carezco, abundo, suplico et d’autres verbes semblables, lesquels, d’aucune manière que ce soit quand on parle castillan, n’expriment ni action ni passion. Partant, seuls ces derniers et ceux qui leur sont semblables seront dits, le cas échéant, véritablement neutres. Et les autres ne le seront pas, à proprement parler, en raison de la signification du nom neutro : bien que, en latin, les faiseurs de préceptes les appellent ainsi ; tout au moins ne le sont-ils pas selon l’étymologie véritable du vocable.

19Le quatrième genre de verbes dont use la [43] langue castillane est celui des impersonnels. Ce sont ceux qui ne varient pas en leur terminaison à diverses personnes, mais qui, sous une même terminaison et lettre finale, peuvent exprimer la convenance de leur signification à plusieurs personnes. Ainsi les verbes plaze, pessa, aconteçe, deleyta, conviene et d’autres qui leur sont semblables. Par exemple, nous disons a mi conviene esto, a ti conviene leer, a Pedro conviene comer, a nosotros conviene amar, a vosotros conviene caminar, a aquellos conviene dormir ; où l’on voit que sous cette seule terminaison de conviene, sans même faire varier aucune autre terminaison, on peut faire varier les personnes au singulier et au pluriel. Ce qui, dans la langue castillane, n’arrive avec aucun autre verbe actif ou passif, si ce n’est avec ces verbes-là et ceux qui leur sont semblables. En effet, pour tous les autres verbes, nous disons yo amo, tu amas, aquel ama et, en faisant varier la personne, nous faisons varier et modifions leur terminaison en leur lettre finale au singulier et au pluriel, comme c’est le cas de la première personne en o, de la deuxième en as, et de la troisième en a.

  • 8 Ici, Villalón emploie le terme speçies (« espèces »). Voir notes 13 et 14 de la deuxième partie con (...)

20Il ne convient pas non plus et point n’est besoin de désigner des espèces8 de verbes en leurs genres, car, dans la langue [44] castillane, et pas plus que les noms, les verbes ne se déclinent en faisant varier leur terminaison finale, à raison des cas, comme nous l’avons vu dans le deuxième chapitre du premier livre. C’est pourquoi il est impossible de distinguer des espèces dans les genres du verbe. En regard de sa construction et de sa place dans la phrase, aucun verbe de la langue castillane ne détermine à sa suite une quelconque terminaison en lettre finale qui exprimerait un cas du nom avec lequel il pourrait s’articuler ou s’assembler dans la clausule castillane ; dès lors, on ne peut pas dire que tel verbe exigerait d’être suivi de l’accusatif, du vocatif, du datif ou de l’ablatif, puisque les cas en question ne peuvent être indiqués par leur lettre finale dans la langue castillane, à la différence du latin. Pour ma part, je crois qu’une des raisons, voire la principale, qui a empêché les sages de réduire en art la langue castillane est la suivante : c’est que cette langue n’a pas de déclinaisons qui permettent de traiter par des règles l’ordre de la construction.

  • 9 Dans le texte de Villalón, c’est le terme particula qui est employé. Nous avons choisi, pour plus d (...)

21Une fois admis ce qui a été dit à propos du verbe, sa définition est désormais très claire, car, grâce à tout ce que nous avons établi précédemment, ses parties9 apparaitront clairement à qui le considèrera avec attention.

22Il reste maintenant à exposer selon quelles formes et manières il faut poursuivre, c’est-à-dire conjuguer [45] le verbe à chacune des trois conjugaisons, d’abord en général, et ensuite en particulier, à tous ses modes et temps, de façon à ce que chacun ait connaissance de comment il convient de parler, ainsi que de toutes les manières et différences par lesquelles chaque verbe et conjugaison font varier la terminaison de la lettre finale au singulier et au pluriel, et selon les personnes.

Première conjugaison du verbe en général

23Amo, amas, ame, amar, de amar, en amando, a amar.

La manière de montrer

24Au temps présent : yo amo, tu amas, aquel ama. Au pluriel : nosotros amamos, vosotros amais, aquellos aman.

25Au temps passé : yo ame, tu amaste, aquel amo, nosotros amamos, vosotros amastes, aquellos amaron.

26Au temps à venir : yo amare, tu amaras, aquel amara, nosotros amaremos, vosotros amareis, aquellos amaran.

La manière de donner un ordre

27Au temps présent : ama tu luego, ame aquel, [46] amemos nosotros, amad vos, amen luego aquellos.

28Au temps qui est à venir : amaras tu despues, amara aquel despues, amaremos nosotros, amareis vosotros, amaran aquellos despues.

La manière d’exprimer un souhait

29Au temps présent : o si yo amasse, tu amasses, aquel amasse, nosotros amassemos, vosotros amassedes, aquellos amassen.

  • 10 Pour comprendre la classification des verbes que fournit Villalón, et notamment le fait que aya ama (...)

30Au temps passé : o si yo aya amado10, o si tu ayas amado, o si aquel aya amado, o si nosotros ayamos amado, o si vosotros ayais amado, o si aquellos ayan amado.

  • 11 Le facsimilé comporte amais mais il est logique de considérer, en regard de la présence de oxala, q (...)

31Au temps qui est à venir : oxala yo ame, oxala tu ames, oxala aquel ame, oxala nosotros amemos, oxala vosotros amais11, oxala aquellos amen.

La manière de conjoindre12

32Au temps présent : como yo ame, como tu ames, como aquel ame, como nosotros amemos, como vosotros ameis, como aquellos amen.

33Au temps passé : como yo aya amado, como tu ayas amado, como aquel aya amado, como nosotros ayamos amado, como vosotros ayais amado, com [47] aquellos ayan amado.

34Au temps qui est à venir : como yo amare, como tu amares, como aquel amare. Como nosotros amaremos, ouieremos y auremos amado. Como vos amaredes, ouieredes y aureis amado. Como aquellos amaren ouieren y auran amado.

La manière la manière infinie et indéterminée

35Au temps présent : amar.

36Au temps passé : auer amado.

37Au temps qui est à venir : auer, ou esperar de amar.

38Les gérondifs substantifs sont : de amar, en amando, et siendo amado. A amar et ser amado.

39Supins : a amar, de ser amado.

  • 13 Villalón emploie le pluriel « Les participes du présent sont » mais ne cite pourtant qu’un seul exe (...)

40Les participes du présent sont13 : el que ama.

41Les participes du temps à venir : el que a, ou espera de amar.

Deuxième conjugaison

42Bebo, bebes, bebi, beber, de beber, en bibiendo, a beber.

Troisième conjugaison

43Hiero, hieres, heri, herir, de herir, en heriendo, a herir.

44On reprendra pour ces deux conjugaisons le même modèle donné pour la première. [48]

S’ensuivent les articles et les parties indéclinables de la proposition

45Il faut noter que la langue castillane use également d'un grand nombre de vocables et de dictions qui permettent à l'homme d'exprimer ses conceptions et affections de l'âme, et qui ne sont ni noms, ni verbes, ni pronoms. Le latin les nomme « prépositions », « adverbes », « interjections », « conjonctions » et celui qui souhaite apprendre notre langue castillane doit en être averti et instruit.

De la préposition

  • 14 Le texte comporte Quanto a lo primero. Dans la mesure où nous ne retrouvons aucune mention d’un deu (...)
  • 15 La présence de mi ou dans cette liste de prépositions pose question. On peut imaginer que Villal (...)

46Avant toute chose14, il faut savoir que la langue castillane possède des mots que le latin nomme « prépositions », parce qu’ils se préposent au nom ou au verbe dans la clausule, pour mieux exprimer les passions humaines de qui la prononce, comme cerca, lexos, con, por, de, mi15, ante, contra, junto, apar, detras, delante, entre, debajo, ençima, aliende, aquende.

De l'adverbe

47Il y a d'autres mots ou vocables dans la langue castillane que le latin nomme « adverbes », car, ajoutés au verbe, ils complètent, augmentent ou diminuent la signification de la clausule castillane dans laquelle ils s’emploient, comme donde, ya.

  • 16 Villalón recourt en castillan au terme denotaciones, puis au verbe denotar. Au XVIe siècle, ces ter (...)
  • 17 Pour comprendre pourquoi Villalón cite ces exemples comme moyens d’expression de l’ordre, il convie (...)
  • 18 Dans le texte original, un point d’interrogation est placé après acaso. Nous avons choisi de ne pas (...)

48[49] Et ceux-ci ont diverses dénotations16. Certains expriment le temps, comme oy, mannana, ayer, poco ha, mucho ha, agora, nunca. D'autres, le lieu, comme aqui, alli, aculla, alla, en ninguna parte, en alguna parte, aliende et aquende. Certains encore expriment l'affirmation, comme si, en verdad, ansi es, ciertamente. D’autres encore, la négation comme no, ninguno, en ninguna manera. Certains expriment le souhait comme o si, pluguiesse, oxala. D'autres expriment l'ordre17, comme de aqui adelante, despues, desde ay, desde aqui. Enfin certains servent à interroger, comme porque, acaso18. D'autres, à appeler, comme ha, eçe, çe et d’autres expriment la quantité, comme mas, menos, mejor, peor, mayor, menor, mucho, poco, grande, pequenno, algo, nada.

De l'interjection

49Il est dans la langue castillane d'autres mots que le latin nomme « interjections », parce que ce sont des voix qui, lorsqu'elles sont prononcées, dénotent les affections intérieures de l'âme. Ainsi celui qui a mal dit ay, ho. Celui qui a peur dit ah. Et celui qui rit dit ha, ha, he. Et celui qui appelle quelqu’un dit ce, ala, et d'autres voix semblables à celles-ci.

De la conjonction

50Il est dans la langue castillane d'autres mots que le latin nomme « conjonctions » parce qu’ils [50] joignent et relient une diction à une autre dans la clausule où ils se trouvent, comme la lettre y, lorsque nous disons Juan y Pedro comieron. Et d'autres semblables, que trouvera quiconque se penchera sur le sujet, comme les mots ni, tambien, o, juntamente, con.

Notes

1 Le verbe enseñar signifie à la fois « montrer » et « enseigner ». L’absence de contexte ne permet pas ici de trancher. « Je montre/J’enseigne » qui signifie ‘faire moi l’action de montrer/d’enseigner’.

2 « Je souffre » qui signifie ‘souffrir moi’.

3 Villalón parle-t-il de la grammaire latine de Nebrija Introductiones latinae (1481) que ce dernier a lui-même traduite en castillan en 1488 (Introductiones latinae contrapuesto el romance al latin) ou de la Gramática de la lengua castellana que Nebrija a publiée en 1492 ? La version bilingue de la grammaire latine de 1481 est, selon, Emilio RIDRUEJO (« La gramática latina y la gramática castellana de Nebrija, juntas y en contraste », José Jesús GÓMEZ ASENCIO (dir.), El castellano y su codificación gramatical, 1, 2011, p. 89- 111), une sorte de pré-projet de la grammaire castillane de 1492. On y retrouve donc des éléments « bruts » de la grammaire de 1492.

4 Dans la Gramática de la lengua castellana, Nebrija évoque des temps composés (circunloquios del verbo ou tiempos por rodeos) qui se déclinent comme suit : passé composé ; passé antérieur ; plus-que-parfait ; futur antérieur et conditionnel passé qu’il présente comme une forme relevant du subjonctif. Voir Sophie SARRAZIN, « Les tiroirs verbaux romans dans l'œuvre grammaticale de Nebrija : quelques remarques », José VICENTE LOZANO (dir.), Études de Linguistique ibéro-romane en hommage à Marie-France Delport, Publications Électroniques de l’ERIAC, 2018, p. 135-146 hal-03057799).

5 Le texte castillan comporte los Latinos. À d’autres endroits, il comporte El Latino, pour désigner celui qui parle et écrit le latin ; de même, celui qui parle castillan est désigné par Villalón au moyen de el Castellano. On trouve aussi Los Castellanos. Que Villalón emploie le singulier ou le pluriel, nous avons choisi, pour notre part, de traduire systématiquement par le pluriel, soit donc, « Les Latins » et « Les Castillans », et ce, même si la désignation « Les Latins » n’est guère courante. Pour rappel, elle désigne tout à la fois ceux qui parlent latin et ceux qui sont lecteurs de la littérature latine.

6 « J’obéis », « Je sers », « Je pardonne ». Dans le texte, au moment de donner les exemples signifiant l’action, Villalón ne donne pas d’exemple pour faboreçer qui faisait pourtant partie de la liste initiale des verbes cités.

7 « Je suis servi par Pierre », « Je suis obéi de Pierre », « Je suis pardonné par Pierre », « Je suis favorisé par Pierre ».

8 Ici, Villalón emploie le terme speçies (« espèces »). Voir notes 13 et 14 de la deuxième partie consacrée au nom et au pronom.

9 Dans le texte de Villalón, c’est le terme particula qui est employé. Nous avons choisi, pour plus de clarté, de le traduire par « partie ».

10 Pour comprendre la classification des verbes que fournit Villalón, et notamment le fait que aya amado soit perçu par lui comme un temps du passé, il est intéressant de se reporter à la classification des temps que propose Nebrija dans la version bilingue (latin-castillan) de ses Introductiones latinae et dans sa grammaire castillane de 1492. On y voit que Nebrija fait dériver aya amado de cum amaverim (parfait du subjonctif). Voir note 4, Sophie SARRAZIN, art. cit.

11 Le facsimilé comporte amais mais il est logique de considérer, en regard de la présence de oxala, qu’il s’agit de la forme ameis.

12 Il est intéressant de se reporter à la page 39 de l’édition facsimilée (§ 13, https://books.openedition.org/esb/2809) : « La quatrième manière consiste à conjoindre, ce que le latin appelle « subjonctif », comme lorsque nous disons : como yo comiere, estare bueno y sano (si je mange, je serai bien et en bonne santé »).

13 Villalón emploie le pluriel « Les participes du présent sont » mais ne cite pourtant qu’un seul exemple.

14 Le texte comporte Quanto a lo primero. Dans la mesure où nous ne retrouvons aucune mention d’un deuxième, pas plus que d’un troisième point, il nous a paru plus logique de traduire cette expression par “Avant toute chose”.

15 La présence de mi ou dans cette liste de prépositions pose question. On peut imaginer que Villalón ne dissocie pas ce qui est aujourd’hui pour nous un pronom, de la préposition qui le précède, démarche qui le conduit à l’introduire parmi les prépositions, vu le lien qu’il établit entre l’article et la préposition. Il peut aussi tout simplement s’agir d’une erreur.

16 Villalón recourt en castillan au terme denotaciones, puis au verbe denotar. Au XVIe siècle, ces termes ne revêtaient pas la même signification qu’aujourd’hui. Ils renvoyaient principalement au fait de « désigner par certaines marques ou notes » et à cette « désignation » elle-même (Littré). Nous avons choisi de traduire denotaciones par « dénotations » et tenons à rappeler que la signification du terme « dénotation » dans le texte de Villalón ne doit pas être confondue avec celle qu’elle a, de nos jours, en sémantique, notamment dans son rapport avec celui de « connotation ». Ce terme, chez Villalón, renvoie simplement à la désignation, à la manière d’exprimer quelque chose. C’est pourquoi nous avons préféré rendre denotar par « exprimer » pour éviter toute ambigüité supplémentaire.

17 Pour comprendre pourquoi Villalón cite ces exemples comme moyens d’expression de l’ordre, il convient de se reporter aux pages 45 et 46 du facsimilé (§ 24 du livre II, https://books.openedition.org/esb/2809) où, évoquant « La manière de donner un ordre », Villalón fait mention de luego et después : Ama tu luego ; amaras tu despues. Tout se passe comme si, pour Villalón, c’étaient ces adverbes, du fait de certains de leurs contextes d’emploi, qui exprimaient le fait de donner un ordre, et non pas le mode auquel ils se trouvent associés.

18 Dans le texte original, un point d’interrogation est placé après acaso. Nous avons choisi de ne pas le maintenir.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search