Version classiqueVersion mobile

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

 | 
Cristóbal de Villalón

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

[Première partie. Du nom et du pronom]

Texte intégral

Chap. I Du nom

  • 1 Villalón choisit le singulier pour évoquer le nom et le verbe et le pluriel pour parler des article (...)
  • 2 Villalón réinterprète la notion d’« article » en la reliant à celle de préposition dont il établit, (...)
  • 3 Le terme castillan est diçion (dicción). René PELLEN et Francis TOLLIS définissent ce terme de la s (...)

1Concernant le castillan, je considère qu’il y a trois parties principales et que ce sont elles qui constituent et composent la proposition : nom, verbe et articles1 ; pour ma part, je dénomme « article2 » tous les vocables et dictions3 que le latin appelle « indéclinables ». Et pour en venir à la première partie, qui est le nom, je dis que le nom doit se définir ainsi.

Définition du nom

  • 4 B. COLOMBAT, art.cit., p. 52, donne la traduction suivante de la définition du nom par Nebrija dans (...)
  • 5 Nous avons fait le choix de respecter la curieuse redondance du texte.
  • 6 Il faut reconnaître ici l’influence de Priscien sur nombre de grammairiens du XVIe siècle. Pour rap (...)

2Le « nom » est une voix ou un vocable qui signifie ‘les choses de manière propre ou commune’ et qui, n’exprimant pas le temps4, ne signifie ni agir ni pâtir, ainsi Pedro, hombre, tabla, madero. En tant que voix, le nom a quelque chose en commun avec la lettre, parce que tous deux sont des voix5, mais l’un et l’autre diffèrent en ce que la lettre en soi ne signifie aucune chose, alors que le nom [14] qui est un assemblage de lettres et que le latin appelle « diction », signifie toujours quelque chose. Il dit les choses de manière propre pour les noms propres, Pedro, Martin qui signifient une chose singulière ou une personne singulière ; et il [les] dit de manière commune pour les noms qui, par leur lettre finale, signifient plusieurs choses de la même espèce comme tabla, madero, hombre et d’autres, qui, pris ainsi, ne signifient pas ‘un seul homme’, ‘une seule planche’, ou ‘[une seule] bûche’ mais communément ‘toute sorte de planche, d’homme et de bûche’. Mais si nous ajoutions à ces noms communs un article démonstratif, esta, nous ferions de ce nom, jusqu’alors commun par nature, un nom propre et singulier, du fait de cet article, comme si nous disions este hombre, esta tabla, este madero. Et la définition dit encore que le nom ne signifie ni action ni passion, ni agir, ni pâtir, ce qui se dit au moyen du verbe, lequel, en cela diffère du nom, comme on le verra à l’endroit et au chapitre où il est question du verbe6. Quant au nom, il est accompagné et entouré de nombre de choses dont la connaissance particulière nous est nécessaire pour bien comprendre sa nature et sa signification ; nous traiterons de cela dans les chapitres suivants. [15]

Chap.II. De la déclinaison du nom

  • 7 Le texte comporte le terme nominativo qui, en castillan, peut désigner tout à la fois le nom et le (...)
  • 8 Il est intéressant de souligner ici le choix de l’imparfait qu’opère Villalón, comme pour manifeste (...)
  • 9 Le texte castillan comporte nominativo que nous traduisons ici par « nominatif » car il s’agit ici (...)
  • 10 Villalón se réfère ici au sens étymologique de l’ablatif. L’ablatif se disait ablativus (ou ablativ (...)
  • 11 Le texte castillan emploie le terme sentencia dans la séquence suivante : [por ninguna mudança] de (...)

3Il convient qu’à ce point du déroulement de notre art nous usions de ce vocable « déclinaison », qui signifie une manière de procéder par variation de la lettre finale en raison des cas dont dispose déjà le nom en lui-même. Et, afin que celui qui n’a jamais vu ni appris le latin comprenne notre intention, je tiens à m’exprimer mieux et je dis ainsi : que le latin, pour bien ordonner ses clausules en son discours, usait de noms7 ordonnés en six cas de déclinaison, c’est-à-dire de variation de la lettre finale, seule manière par laquelle il différenciait les cas les uns des autres. Les cas qui, comme je viens de le dire, sont six, s’appellent comme suit : « nominatif », « génitif », « datif », « accusatif », « vocatif », « ablatif » ; lesquels diffèrent tous, comme je l’ai dit, par la lettre finale, car chaque cas terminait8 par une lettre différente, comme le sait qui a appris le latin. Et en cette manière de procéder on pouvait distinguer cinq déclinaisons différentes, c’est-à-dire, [cinq] variations de la lettre finale pour les cas. Cela posé, et dès lors clair pour chacun, je dis que dans la langue castillane on ne peut mettre de déclinaison, qu’il n’y en a pas, car pour [16] aucune clausule ni aucun propos, le nom ou vocable ne varie en sa lettre finale, et ce, pour aucune façon de dire. En effet, si le latin a le nominatif9 pour nommer, et si au génitif, il dit à qui appartient la chose, et au datif, celui à qui nous donnons quelque chose, et à l’accusatif, ce qui subit, et s’il met au vocatif la personne que nous appelons, et à l’ablatif celui à qui nous ôtons quelque chose10 ; et même si la clausule castillane a et offre tout cela, il faut remarquer que le latin le différencie et le donne à voir en la lettre dernière de la déclinaison. Et, puisque le vocable castillan, par aucun changement ni dans la pensée11, ni dans la manière ou l’intention de dire, ni dans le propos, ne fait varier de lettre finale, je dis que la différence des cas se montre en langue castillane par les différents articles auxquels est accroché le nom après qu’on les a prononcés. Ainsi se trouve-t-il qu’au nominatif nous disons en castillan Pedro, et au génitif de Pedro, et au datif para Pedro, et à l’accusatif a Pedro, et au vocatif o Pedro, et à l’ablatif, nous disons esto quite a Pedro. De sorte qu’au moyen de cet exemple nous voyons qu’en aucun cas un changement dans la pensée ne fait varier le nom en sa lettre finale. Mais [17] on modifie le propos et la pensée par la variation de l’article à la suite et aux côtés duquel est placé le nom ou vocable, comme de, para, a, o. C’est par ces lettres et dictions que nous distinguons la signification ou le propos dans le discours. De sorte que, puisqu’en aucun nom ou vocable de la langue castillane il n’y a de variation, il n’est pas nécessaire de recourir à la déclinaison.

4Il faut noter que le nom a deux nombres : “singulier”, qui parle d’un, comme hombre, et un nombre “pluriel”, qui parle de plusieurs, comme hombres. On établit ici une règle infaillible et générale : qu’en castillan aucun nom ne fait varier sa lettre finale selon les cas, mais selon le singulier et le pluriel, lesquels ne peuvent s’achever tous deux par une même lettre, mais par des lettres différentes. En effet, de quelque façon que finisse le singulier, le pluriel finit toujours en -s. Ainsi, pour connaître le nombre pluriel d’un nom quelconque, suivra-t-on cette règle selon laquelle tout nom qui au singulier finit par une voyelle fera son pluriel en ajoutant un –s, comme hombre, hombres. Et si le singulier finit par une consonne il fera son pluriel en ajoutant –es, comme muger, mugeres; bondad, bondades; razon, razones. [18]

Chap. III. Du genre

  • 12 Il est très rare que Villalón emploie le terme latin, même quand il annonce qu’il va y recourir. Il (...)
  • 13 Dans la Métaphysique d’Aristote (chapitre XXVIII, &5), on trouve la définition suivante pour les mo (...)
  • 14 Le terme castillan choisi par Villalón est linaje. Le Dictionnaire des Autorités en espagnol nous i (...)
  • 15 Nous avons choisi de traduire hay dos maneras de linaje par « l’espèce est de deux sortes », car on (...)
  • 16 La Téchnē grammatikḗ, un bref traité de didactique de grammaire grecque que la tradition manusc (...)
  • 17 Tout en considérant qu’il n’y a que trois genres (masculin, féminin, commun des deux), Villalón évo (...)

5Il faut noter que, quoique ce vocable genus en latin12 veuille dire moult choses, s’agissant du genre du nom, il désigne proprement la nature13 ou l’espèce14. De sorte que lorsque nous demandons de quel genre est un nom, nous voulons dire à quelle espèce ou nature il peut renvoyer par sa signification. Et puisque dans la génération, l’espèce est de deux sortes15, mâle et femelle, notre intention est de demander si la signification dudit nom renvoie au mâle ou à la femelle. Et ce point est très important, car le principal barbarisme qui, en langue castillane, peut se commettre est dû à l’ignorance que l’on a du genre qui convient au nom. Et je dis ainsi que seuls trois genres existent pour le nom dans la langue castillane et pas un de plus, c’est dire que tous les noms qu’il y a dans la langue castillane renvoient par leur signification soit au masculin qui est le mâle, soit au féminin qui est la femelle, ou bien ils sont communs aux deux, parce que leur signification renvoie aux deux, mâle et femelle. De sorte qu’il n’y a que trois genres dans la langue castillane, à savoir le masculin comme Pedro, Juan, le féminin [19] comme Maria, Isabel et le genre commun aux deux16 comme pobre et profeta, où le même nom renvoie à la fois au mâle et à la femelle sans que soit changée la dernière lettre. Ces trois genres, dans la façon commune de parler, ne s’expriment et ne se distinguent qu’au moyen des articles este, esta, aquel et aquella au singulier, et pour le nombre pluriel qui vaut pour plusieurs, par les articles estos, estas, aquellos et aquellas. De sorte que este et estos expriment le genre masculin pour signaler les noms dont la signification renvoie au mâle ou aux mâles. Et esta et estas expriment le genre féminin dont la signification renvoie à la femelle ou aux femelles. Ainsi, nous disons esta muger, esta tabla et nous disons este hombre et estos hombres, este madero et estos maderos. Et nous disons este pobre et esta pobre. D’aucuns sont d’avis et moi, je suis aussi de ce même avis, qu’il y a en castillan certains vocables qu’on peut dire de genre neutre17, considérant en cela que leur signification ne renvoie ni au mâle ni à la femelle, comme il en est de aquello, esto, lo et de tous les noms auxquels on joindrait cet article lo, tels que lo justo, lo bueno, lo malo, lo fuerte. Ainsi nous disons sennor oydme esto, ya se lo dixe, [20] ya le dixe aquello. On peut donc affirmer que ces vocables ou dictions sont de genre neutre, car il apparaît que, dans leurs manières de dire, ils ne désignent aucun être de genre mâle ou femelle. Et comme il n’y a pas plus de vocables dans la langue castillane qui semblent avoir une telle signification, je ne fais pas grand cas de ce genre et je conclus ainsi qu’il n’y a pas dans la langue castillane plus de trois genres lesquels sont : « masculin », « féminin » et « commun aux deux ».

6Maintenant venons-en à donner des règles permettant à chacun de savoir de quel genre sont les noms qui s’offriront à lui pour parler. Et comme cela peut être considéré à partir de la signification ou de la terminaison et de la lettre finale par laquelle un nom se termine, nous donnerons d’abord quelques règles pour reconnaître le genre selon la signification, puis nous donnerons des règles pour reconnaître le genre selon la terminaison et la lettre dernière de ce nom.

7Il faut noter que toutes les règles que nous donnerons s’entendent du nombre singulier, car tout nom aura au pluriel le même genre qu’il a au singulier. [21]

Règles du genre selon la signification du nom. 7 règles

Règle première

8Tout nom qui par sa signification renvoie au mâle sera de genre masculin et sera désigné par l’article qui lui est propre, este, comme Pedro, Martin, Françisco.

Règle 2

9Tout nom qui par sa signification renvoie à la femelle sera de genre féminin et sera désigné par l’article qui lui est propre, esta, comme : Maria, Catalina.

Règle 3

  • 18 Nous avons choisi de traduire comun de dos par « commun aux deux » plutôt que par « commun » dans l (...)

10Tout nom qui, par sa signification, renvoie aux deux choses mâle et femelle sera de genre commun aux deux18 et sera désigné par les deux articles qui déterminent ce genre, este et esta, comme pobre, hereje et profeta. Ainsi nous disons este pobre y esta pobre, este hereje y esta hereje et este profeta y esta propheta.

Règle 4

11Tout nom de mois et de fleuve est de genre masculin et sera désigné par l’article qui détermine ce genre, comme Enero, Hebrero, Março, et pour les fleuves, Duero, [22] Pisuerga, Arlança et tous les autres.

Règle 5

12Tout nom d’arbre est de genre masculin ; ainsi, nous disons mançano, durazno. Font exception certains noms qui sont de genre féminin ; ainsi, nous disons esta higuera, esta zarça, esta parra, de même que dans certaines parties de la Castille on dit esta peral, esta moral, esta nogal et on dit même estas arboles pour les désigner au pluriel.

Règle 6

13Tout nom de lettre est de genre féminin ; ainsi, nous disons esta a, esta b, esta c.

Règle 7

14Tout nom de ville et d’île est de genre féminin car nous disons esta Çamora, esta Palençia, esta Seuilla, esta Caliz, esta Çerdenna, Sycilia et Paris.

S’ensuivent les règles du genre selon la terminaison et la lettre finale du nom. 25 règles

Règle première

15Tout nom terminé en -a est de genre féminin, comme : Maria, arca, ta-[23]bla, madera. Font exception les noms qui sont de genre masculin aluala, maestresala, dia et cura, ainsi que ce nom qui est de genre commun aux deux profeta ; nous disons, en effet, este profeta pour l’homme et esta profeta pour la femme.

Règle 2

  • 19 Chiche : Corominas renvoie au mot chocho. Mais il s’agit sans doute du mot chinche. C’est cette lec (...)
  • 20 Villalón évoque les divergences existantes quant au genre à attribuer au mot castillan puente. Il f (...)
  • 21 Il existe un pont à cet endroit mais il ne semble pas passer au-dessus de Plasencia. D’après ce que (...)
  • 22 Villalón cite l’exemple d’un énoncé écrit comportant le mot fuente au féminin (esa fuente) et le mo (...)
  • 23 Le basque est considéré comme un substrat cantabrique. En effet, on tient qu’il y a eu des influenc (...)

16Tout nom terminé en –e est de genre masculin comme padre, pie, vientre, afeyte, deleyte, alarife, bonete, capaçete, borde, bayle. Font exception certains noms de genre féminin comme madre, podre, yunque, sangre, hambre, muerte, arte, parte, ave, chi[n]che19, puente, fuente, frente. Certains qui se targuent d’être de grands latinistes prétendent que nous devons dire este puente lorsque nous parlons castillan, car ils disent qu’en latin, puente20 est de genre masculin. Moi, je dis, en revanche, qu’en castillan, c’est un barbarisme, parce que si leurs raisons étaient bonnes, nous devrions aussi dire este fuente et este sangre, mais le commun ne dit pas autre chose que esta fuente et esta sangre. Et près du pont dit del Cardenal qui enjambe le Tage au-dessus de Plasencia21, je me rappelle avoir vu une borne ancienne portant des lettres, gravées sur une pierre dressée à côté d’une fontaine, lesquelles disaient : [24] « Pero Fernandez cantero fizo aqui esta fuente y labro este puente, anno de 151222 ». Et moi, j’ai demandé à un prêtre qui disait la messe depuis vingt ans et qui était natif de Vieille Castille ce qu’il lui semblait de cette manière de dire este puente. Et lui m’a répondu que cela lui semblait quelque corruption de Biscayen parlant castillan, parce que lui n’avait jamais entendu dire autre chose que esta puente. Et comme sa langue est la meilleure qui s’emploie entre les gens avisés sans corruption de la langue ancienne23, je dis qu’on doit dire esta puente comme nous disons esta fuente et esta sangre. Font exception les noms qui sont de genre commun aux deux, hereje, valiente, doliente, pobre, verde, libre, ainsi que tous les noms qui dans la langue castillane se terminent en –ble, comme noble, miserable, razonable. Fait exception le nom roble qui est de genre masculin.

Règle 3

17Tout nom terminé en –i est de genre masculin comme carmesi, açeytuni, albanni, behari, nebli, borni.

Règle 4

  • 24 Antoine MEILLET (« La catégorie du genre et les conceptions indo-européennes », Linguistique histor (...)
  • 25 Dans l’édition, abejarmo. Il s’agit plutôt, selon nous, de abejorro qui est l’équivalent de abejón.

18Tout nom terminé en –o est de genre masculin, comme madero, lenno, molino, castellano, toledano, ytaliano, barbero, [25] platero. Fait exception le nom mano qui est de genre féminin24. Et font exception les noms qui sont de genre commun aux deux comme : monstruo, milano, abejarro25, vencejo, pito.

Règle 5

19Tout nom terminé en –u est de genre masculin comme Belzebu.

Règle 6

20Tout nom terminé en –ad est de genre féminin comme trinidad, magestad. Fait exception le nom abbad qui est de genre masculin.

Règle 7

21Tout nom terminé en –ed est de genre féminin, comme pared, red, sed. Font exception les noms qui sont de genre masculin comme çesped, huesped.

Règle 8

22Tout nom terminé en –id est de genre masculin comme adalid, ardid. Font exception les noms qui sont de genre féminin comme vid, lid.

Règle 9

  • 26 Il s’agit d’une précision sémantique introduite par Villalón. Le texte comporte laud instrumento de (...)

23Tout nom terminé en –ud est de genre féminin comme juventud, salud, senetud, virtud. Font exception les noms qui sont de genre masculin comme ataud, almud, laud (instrument de musique)26. [26]

Règle 10

24Tout nom terminé en –al est de genre masculin comme punnal, pannal, caudal, pegujal, orinal, colegial, mal, corral, coral. Font exception les noms qui sont de genre commun aux deux comme animal, material, matrimonial, natural, prinçipal, çelestial, açidental.

Règle 11

  • 27 Nombre peut aussi renvoyer aux adjectifs qui sont définis à la règle 37 du chapitre consacré aux rè (...)

25Tout nom terminé en –el est de genre masculin comme batel, papel, alfilel, angel, cordel, chapitel. Font exception les noms qui sont de genre féminin comme miel, hiel, piel, ainsi que le nom27 fiel qui est de genre commun aux deux.

Règle 12

  • 28 Il s’agit ici d’une précision sémantique introduite par Villalón. Le texte original comporte mogil (...)
  • 29 Annil : bleu indigo. Il s’agit d’une précision sémantique introduite par Villalón. Le texte origina (...)

26Tout nom terminé en –il est de genre masculin comme barril, candil, menestril, beril, perexil, pernil, perfil, marfil, alguazil, annafil, badil, brasil, datil, mogil (étamine)28. Font exception les noms qui sont de genre commun aux deux comme vil, conçejil, gentil, annil (bleu indigo)29.

Règle 13

27Tout nom terminé en –ol est de genre masculin comme sol, apostol, alcohol, marmol, arbol. Fait exception le nom col qui est de genre féminin.

Règle 14

28Tout nombre terminé en –ul est de genre [27] masculin comme consul, baul. Fait exception ce nom azul qui est commun aux deux.

Règle 15

29Tout nom terminé en –an est de genre masculin, comme pan, can. On utilise souvent en castillan le vocable san, qui est une syncope de santo ; ainsi, nous disons San Pedro, San Pablo ; il sera toujours de genre masculin. Et on emploie aussi une autre syncope du nom mano, comme nous disons a manderecha. Cependant les gens avisés emploient toujours la forme composée et jamais la simple.

Règle 16

30Tout nom terminé en -en est de genre masculin, comme orden, bien, almazen, almotazen, crimen. Fait exception sarten qui est de genre féminin.

Règle 17

  • 30 Villalón dit ici : de genero commun ; d’où notre traduction par « de genre commun » et non pas, com (...)

31Tout nom terminé par -in est de genre masculin, comme mastin, francolin, çelemin, vergantin. Font exception les noms qui sont de genre commun30 comme ruin, &c.

Règle 18

32Tout nom terminé en -on qui comporte un i ou la lettre z avant cet -on est de genre féminin. Ainsi liçion, oraçion, generaçion, region, raçion, cançion, devoçion, passion, [28] ocasion, trayçion, naçion, representaçion, sazon, hinchazon, razon, começon, clavazon, trabazon, cargazon. Et tout nom terminé en –on qui ne comporte pas de i ni de lettre z avant cet –on sera de genre masculin. Ainsi coraçon, ladron, padron, leon, pendon, baldon, varon. Font exception ceux qui, tout en comportant un i [ou] la lettre z avant cet –on, sont de genre masculin : barzon, arzon, aguijon, abejon, et le nom dragon, qui est commun aux deux genres.

Règle 19

33Tout nom terminé en –un est de genre masculin, comme betun. Fait exception le nom comun, qui est commun aux deux genres.

Règle 20

34Tout nom terminé en -ar est de genre masculin. Ainsi mar, par, azucar, aljofar, azahar, quoiqu’en certaines contrées de la Castille, l’on dise esta mar au genre féminin, mais cela est mal dit. Font exception les noms qui sont des deux genres : singular, particular.

Règle 21

35Tout nom terminé en –er est de genre masculin. Ainsi alcazer, bachiller, chançiller. Font exception les noms qui sont de [29] genre féminin : muger, &c.

Règle 22

36Tout nom terminé en –ir est commun aux deux genres. Ainsi martir.

Règle 23

37Tout nom terminé en –or est de genre masculin. Ainsi calor, amor, dolor, sennor, matador, color. Font exception ceux qui sont communs aux deux genres : peor et mejor.

Règle 24

38Tout nom terminé en –ur est de genre masculin. Ainsi mur, albur. Fait exception le nom taur, qui est commun aux deux genres.

Règle 25

39Pour les noms terminés en –s, cette règle vaut avertissement de principe : presque tous ces noms sont de nombre pluriel. En effet, comme nous le disions au chapitre 2 de ce livre, tout nom terminé au singulier par une voyelle fait son pluriel en ajoutant un -s. Ainsi dama, hombre, mano : leur pluriel sera damas, hombres, manos. Et tout nom se terminant au singulier par une consonne fait son pluriel en ajoutant -es. Ainsi en est-il des noms suivants verdad, muger, razon dont le pluriel est verdades, mugeres, razones. Et, comme nous l’avons déjà dit, tout nom [30] au pluriel sera du même genre que son singulier ; par conséquent, avant de traiter du genre des noms terminés en -s, on doit s’assurer qu’ils sont de nombre singulier. Cela posé, je dis que tout nom terminé en -as est de genre masculin. Ainsi Sathanas, Blas, Ordas, Barrabas.

Règle 26

40Tout nom terminé en -es est de genre masculin. Ainsi Arnes, Andres, lunes, martes, miercoles, jueves, viernes. Fait exception le nom cortes commun aux deux.

Règle 27

41Tout nom terminé en -is est de genre masculin. Ainsi Luys, anis.

Règle 28

42Tout nom terminé en -os est de genre masculin. Ainsi Marcos.

Règle 29

  • 31 Actuellement, dans le dictionnaire de la Real Academia Española, on trouve bórax. La définition qui (...)

43Tout nom terminé en -ax est de genre masculin. Ainsi Borrax qui équivaut à atincar31.

Règle 30

44Tout nom terminé en -ex est de genre masculin. Ainsi almofrex.

Règle 31

45[31] Tout nom terminé en -ox est de genre masculin. Ainsi relox, box. Fait exception trox, de genre féminin.

Règle 32

  • 32 Il s’agit ici d’une précision sémantique de Villalón. Elle est formulée de manière plus explicite q (...)

46Tout nom terminé en -ux est de genre masculin. Ainsi flux ; talux, qui est une finition en termes de construction32. Fait exception le nom amoradux, de genre féminin, qui est une herbe.

Règle 33

47Tout nom terminé en -az est de genre féminin. Ainsi paz, faz. Font exception ceux qui sont masculins : agraz, solaz, rapaz, antifaz. Est commun aux deux genres sagaz.

Règle 34

  • 33 Il s’agit d’une précision sémantique de Villalón. Le texte original comporte pez licor.
  • 34 On trouve deux fois le mot ninnez dans la liste.
  • 35 Il s’agit d’une précision sémantique de Villalón. Le texte original comporte pez pescado.

48Tout nom terminé en -ez est de genre féminin. Ainsi ninnez, pez (poix)33, ninnez34, vejez, biudez, amarillez, calvez, redondez, hez, vez. Font exception ceux qui sont de genre masculin almirez, alferez, axedrez, pez (poisson)35, juez, jaez. Fait exception le nom soez, qui est commun aux deux genres.

Règle 35

49Tout nom terminé en -iz est de genre féminin. Ainsi nariz, çerviz, raiz, madriz, emperatriz. Font exception ceux qui sont de genre masculin : barniz, ainsi que [les noms] infeliz et perdiz qui sont communs aux deux. [32]

Règle 36

50Tout nom terminé en -oz est de genre féminin. Ainsi hoz, boz. Font exception les noms qui sont de genre masculin : coz, arroz, albornoz. Et ceux qui sont communs aux deux : atroz, &c.

Règle 37

51Tout nom terminé en -uz est de genre féminin. Ainsi luz, ruz, abestruz. Font exception ceux qui sont de genre masculin : arcabuz, altramuz, buz.

52Il faut noter que, dans la langue castillane, il y a deux sortes de noms : les uns sont des substantifs et les autres, des adjectifs.

53Le substantif est ainsi appelé parce que, dans la clausule castillane, il peut se suffire à lui-même, sans que rien ne lui soit ajouté, et il ne se termine pas par plus d’une lettre finale, ce pourquoi il ne peut convenir qu’au mâle ou qu’à la femelle, ou aux deux à la fois. Ainsi hombre, muger, tabla, madero.

54Le nom adjectif est celui qui signifie toujours un accident, et dans la clausule castillane il s’accole et s’adjoint toujours au substantif et se termine par deux lettres finales, le -o pour le mâle et le -a pour la femelle. [33] Ainsi blanco et blanca, negro et negra, bueno et buena, malo et mala.

55Fin du genre et des accidents du nom.

Chapitre V. Du pronom

  • 36 « Cristóbal l’a fait ».
  • 37 « Moi, je l’ai fait ».
  • 38 « Celui-ci l’a fait »
  • 39 « Celui-là l’a fait ».

56Le pronom est une diction ou un vocable castillan, qui se met à la place du nom propre, comme les vocables yo, tu, aquel. Ces derniers et d’autres vocables semblables ne signifient pas autre chose par eux-mêmes que ce qu’ils peuvent désigner, ou ce qu’entend représenter ou désigner ou [faire] comprendre par eux celui qui les prononce. Et nous usons de ces vocables à la place de Pedro, Juan, Martin, qui sont des noms propres de personnes déterminées que nous désignons ou entendons désigner lorsque nous parlons ; comme si quelqu’un me demandait Quien hizo esta escriptura, que ce fût Cristoval et que pour ne pas répondre « Cristoval la hizo36 », je répondais « Yo la hize37 ». Voici comment ce vocable yo se met à la place du nom propre « Cristoval ». Il en serait de même si je répondais « este la hizo38 », « aquel la hizo »39. Voici comment [34] ces vocables sont mis à la place du nom propre, puisqu’en eux-mêmes, ils ne signifient aucune personne ni aucune chose déterminée mais sont aptes à signifier ce que chacun voudra représenter ou désigner par eux.

57Les pronoms en castillan sont au nombre de douze, et ce sont : yo, tu, aquel ; nosotros, vosotros, aquellos ; mio, tuyo, suyo ; nuestro, vuestro et de aquellos. Tous ces vocables ou articles se mettent à la place des noms propres qui se trouvent ainsi représentés par chacune de ces dictions, chacun de ces articles ou vocables, comme il vous semblera bon de les appeler.

58Il faut noter que, de même qu’il y a deux nombres pour les noms, de même il y en a deux pour les pronoms. Le singulier qui vaut pour un ; ainsi yo, tu, aquel, mio, tuyo et suyo. Et le nombre pluriel, qui vaut pour plusieurs ; ainsi nosotros, vosotros, aquellos ; nuestro, vuestro et de aquellos.

59Deuxièmement, il faut noter que, semblablement, le pronom a trois genres, à savoir, le masculin, comme este, aquel, nosotros, vosotros, aquellos ; le féminin, comme esta, aquella, nosotras, vosotras, aquellas, et le genre commun aux deux comme yo, tu. Ces deux derniers pronoms, en effet, [35] sans aucun changement de leur lettre finale, représentent tout à la fois le mâle et la femelle, parce que la femelle, elle aussi, dit yo comme le mâle. Il en est de même pour le pronom tu.

60Troisièmement, il faut noter que ces douze pronoms se répartissent en trois [catégories de] personnes. À la première correspondent yo, mio, nosotros et nuestro. À la deuxième personne correspondent tu, vosotros, tuyo, vuestro. Et à la troisième personne correspondent aquel, suyo, aquellos et de aquellos.

  • 40 Le texte castillan emploie le terme sentencia. Voir note 11.
  • 41 Villalón élimine le « -s » final du mot latin emphasis qui a donné « emphase » en français. Le dict (...)

61Quatrièmement, il faut noter qu’à ces douze pronoms, on adjoint souvent un article, mesmo, qui, en soi, ne signifie rien mais qui, joint à n’importe lequel de ces pronoms au singulier ou au pluriel, ne fait que renforcer la pensée40, en signifiant avec plus de fermeté et de véhémence, l’intention de celui qui la prononce, ce que les Grecs et les Latins appellent « emphasi41 ». Ainsi disons-nous yo mesmo, tu mesmo, aquel mesmo, nosotros mesmos & cetera.

62Cinquièmement, il faut noter qu’en castillan, le pronom, pas plus que le nom, n’a de déclinaisons, puisqu’aucun d’entre eux ne varie en sa lettre finale, à raison de cas. [36]

Notes

1 Villalón choisit le singulier pour évoquer le nom et le verbe et le pluriel pour parler des articles.

2 Villalón réinterprète la notion d’« article » en la reliant à celle de préposition dont il établit, pour le castillan, un parallèle avec l’usage des cas en latin. Il range les articles sous la catégorie « indéclinables » ; toutefois il évoque, au moins une fois, dans sa grammaire l’« article démonstratif, esta », « déclinable », semblant se rapprocher ainsi de la vision plus commune à son époque. À titre de comparaison, dans la grammaire de L’Anonyme de Louvain (1555), l’article est considéré comme un indicateur de cas. Dans la version de 1559 de cette grammaire, l’article est rangé dans les parties du discours « déclinables » aux côtés du nom, du pronom et du verbe. Nebrija, pour sa part, considère qu’il y a trois articles en castillan : el pour le genre masculin, la pour le genre féminin, lo pour le genre neutre. Pour plus d’informations sur cette notion d’« article », voir le chapitre V consacré à l’article dans l’étude de Corinne MENCÉ-CASTER, Après Nebrija, Villalón et le castillan…, https://books.openedition.org/esb/3613.

3 Le terme castillan est diçion (dicción). René PELLEN et Francis TOLLIS définissent ce terme de la sorte : « Le terme [dicción] sert d’abord à désigner n’importe laquelle des ressources de la langue […] Ce serait le vocable pris en lui-même et pour lui-même, dans son existence aboutie et constatée, mais en dehors ou en deçà de toutes les analyses dont il peut encore faire l’objet. Voir René PELLEN, Francis TOLLIS, La Gramática castellana d’Antonio de Nebrija. Grammaire d’une langue, langue d’une grammaire. Un système descriptif pour le castillan, 1, Limoges : Lambert-Lucas, p. 29. On peut aussi se référer à ce que dit Bernard COLOMBAT : « Les « parties du discours » (partes orationis) et la reconstruction d'une syntaxe latine au XVIe siècle », Langages, 92, 1988, p. 51-64, p. 53 : « Les deux mots pars et oratio sont utilisés dans la définition du « mot » (dictio) reprise par Perotti et Nebrija à Priscien : minima pars orationis constructae. La dictio n'est pas définie à partir des unités inférieures (littera, syllaba), mais comme oratio, unité supérieure, dont la définition est aussi reprise à Priscien. C'est donc la composante syntagmatique qui apparaît comme essentielle, mais Despautère et Aide sont soucieux de réintroduire la signification au niveau du mot. Le premier définit la dictio comme suit : « minima pars orationis aliquid significans » et le second, reprenant les termes de Diomède en propose la définition suivante : « uox articulata cum aliqua significatione ex qua instruitur oratio et in quam resoluitur », laquelle cumule les éléments définitoires en référant à la voix, au sens et à la syntaxe ».

4 B. COLOMBAT, art.cit., p. 52, donne la traduction suivante de la définition du nom par Nebrija dans sa grammaire de 1492 : « Nebrija fait précéder une définition du nom très proche de celle de Donat (32 r°) de la définition simplifiée suivante : « ce qui se décline par le cas et ne signifie pas avec le temps (15 r°) ». La définition en castillan est la suivante : Nombre es una de las diez partes de la oración, que se declina por casos, sin tiempos […]. Voir aussi Irène ROSIER-CATACH, « La notion de parties du discours dans la grammaire spéculative », Histoire Épistémologie Langage. Sémantiques médiévales : Cinq études sur la logique et la grammaire au Moyen Âge, 3 (1), 1981, p. 49-62, p. 53 : « Le nom est défini, entre autres, par le mode de l’étant (modus entis) et le verbe par le mode de l’être (modus esse), modes tirés des propriétés de mouvement et de repos établis par Aristote dans la Physique ».

5 Nous avons fait le choix de respecter la curieuse redondance du texte.

6 Il faut reconnaître ici l’influence de Priscien sur nombre de grammairiens du XVIe siècle. Pour rappel, Priscien était l’héritier du stoïcien Apollonius Dyscole. Les grammairiens médiévaux, à la faveur de la réception de la Physique d’Aristote et des innovations dans les domaines de la logique et de la théologie des siècles précédents, ont défini les classes de mots grammaticales en s’inspirant, soit de la réflexion aristotélicienne, soit de celle des néo-platoniciens. Le monde était ainsi perçu à travers le langage et la raison comme composé d’étants en puissance ou en acte qui subissent l’effet du temps : ils naissent, changent et se corrompent. Il en découle que le nom et le pronom signifient chacun à sa façon la substance, le verbe, l’action ou la passion et le participe, une combinaison des deux. La substance du nom, tout autant que celle du pronom, est analysée dans ses relations avec l’acte du verbe et inversement.

7 Le texte comporte le terme nominativo qui, en castillan, peut désigner tout à la fois le nom et le cas. Le terme français « nominatif » est seulement apte à désigner le cas, mais pas le nom. Nous avons traduit par « nom » ici, car il ne s’agit pas du cas, mais bien du nom.

8 Il est intéressant de souligner ici le choix de l’imparfait qu’opère Villalón, comme pour manifester une mise à distance du fonctionnement du latin (monde ancien) par rapport à celui du castillan (monde nouveau).

9 Le texte castillan comporte nominativo que nous traduisons ici par « nominatif » car il s’agit ici de désigner le cas.

10 Villalón se réfère ici au sens étymologique de l’ablatif. L’ablatif se disait ablativus (ou ablativus casus), terme issu du supin du verbe aufĕro, auferre, abstŭli, ablātum, dont le sens est ‘emporter loin de’, ‘éloigner’, ‘enlever’.

11 Le texte castillan emploie le terme sentencia dans la séquence suivante : [por ninguna mudança] de sentencia ni manera ni proposito de hablar, qu’il n’est guère aisé de traduire en français. Le Dictionnaire de Huguet indique pour « sentence » des exemples relevant de l'acception moderne de « pensée », « opinion », « avis », mais aussi de « phrase ». Le terme français « sentence » n’étant plus employé actuellement dans cette acception de « pensée » et d’« opinion », nous avons choisi de traduire le mot sentencia par « pensée ».

12 Il est très rare que Villalón emploie le terme latin, même quand il annonce qu’il va y recourir. Il convient donc de souligner cet emploi ici d’un terme latin.

13 Dans la Métaphysique d’Aristote (chapitre XXVIII, &5), on trouve la définition suivante pour les mots « genre » et « espèce » : « En un sens, il [le genre] exprime la génération continue et successive de la même espèce ; en un autre sens, il exprime le moteur initial qui produit le semblable en espèce ; et enfin, il exprime la matière ; car ce qui reçoit la différence et la qualité est précisément le sujet que nous appelons la matière ». Autrement dit, et le dictionnaire CNRTL l’exprime clairement, le genre s’étend à plusieurs espèces tandis que l’espèce comprend les attributs du genre. Ainsi, l’animalité est le genre, l’humanité, l’espèce. Dans le dictionnaire de Furetière (1690, t. 2), voici les définitions qui sont données des mots « genre » et « espèce » : « Terme de Logique. Nature universelle qui contient sous soy deux ou plusieurs especes. La bonne definition consiste en genre & en difference. Le genre superieur est celuy qui peut estre divisé en plusieurs especes, dont chacune est un genre à l'égard des autres especes plus basses, comme le corps, qui a sous luy le vivant, l'animal. Le genre inferieur est celuy qui n'a sous luy que des especes qui ne se peuvent plus subdiviser, si ce n'est en individus. On dit particulierement le genre humain, pour signifier tous les hommes, quoy qu'il n'y ait sous luy que des individus, & point d'especes differentes […]. En termes de Grammaire, on appelle Genres, la division en des noms selon leurs différents sexes ou naturels. Le genre masculin. Le genre féminin. Il y a aussi le genre neutre en latin, le genre commun & le genre douteux ».

14 Le terme castillan choisi par Villalón est linaje. Le Dictionnaire des Autorités en espagnol nous indique que linage signifie ‘le genre, la classe, la condition de quelque chose. Latin : Genus. Species’. Nous avons choisi de traduire par « espèce » dans la mesure où, comme l’indique la note 24, le genre « exprime la génération continue et successive de la même espèce », ce que dit à sa façon le terme linaje. Précisons toutefois que Villalón emploie le terme speçies (« espèces ») lorsqu’il traite des genres du verbe (p. XX de la traduction). Voir note 8 de la troisième partie consacrée au verbe et aux éléments de la proposition. Pour rappel, dans le contexte culturel du XVIe siècle, la question du lignage est à relier à celle de la « pureté du sang » (limpieza de la sangre). Le terme ne semble guère employé, par ailleurs, dans des discours grammaticaux.

15 Nous avons choisi de traduire hay dos maneras de linaje par « l’espèce est de deux sortes », car on ne saurait dire qu’il y a deux espèces, mâle et femelle, mais plutôt que l’espèce humaine comporte deux genres, mâle et femelle.

16 La Téchnē grammatikḗ, un bref traité de didactique de grammaire grecque que la tradition manuscrite attribue à Denys le Thrace (c. 170 – 90 av. J.-C.), expose la doctrine de l'école : - « Il y a trois genres : le masculin, le féminin et le neutre (οὐδέτερον). Certains en ajoutent deux autres : le commun et l'épicène». Dans la Téchnē grammatikḗ, un nom « épicène » est un nom d'animaux de genre féminin – tel « hirondelle » en français ou de genre masculin tel « aigle » qui peut désigner, sans variation dans l'accord, le mâle ou la femelle (« une hirondelle mâle ou femelle »). L’adjectif « épicène » est un emprunt au latin classique « qui s'emploie également pour les deux genres », de ἐπί / epi- et κοινός / koinos, « commun ». La classe des noms « épicènes » a été introduite, par les grammairiens grecs de l’école philologique alexandrine pour désigner un éventuel cinquième genre grammatical distinct tant des trois genres – le masculin, le féminin et le neutre – que de l'éventuel « genre commun ». Dans la Grammaire de la langue castillane, Nebrija identifie, en plus des genres masculin et féminin, cinq autres genres en fournissant les exemples suivants : « neutre » (ex : lo justo, lo bueno), « commun des deux » (el infante, la infante), « commun des trois » (el fuerte, la fuerte, lo fuerte), « douteux » (el color, la color) et « épicène » (el ratón, la comadreja, el milano, la paloma).

17 Tout en considérant qu’il n’y a que trois genres (masculin, féminin, commun des deux), Villalón évoque ici un genre neutre que l’on pourrait interpréter comme la reconnaissance implicite d’un quatrième genre. Pourtant, il réaffirme sa position en faveur de la reconnaissance de seulement trois genres : « On peut donc affirmer que ces vocables ou dictions sont de genre neutre, car il apparaît que, dans ces manières de dire, ils ne désignent aucun être de genre mâle ou femelle. Et comme il n’y a pas plus de vocables dans la langue castillane qui semblent avoir une telle signification, je ne fais pas grand cas de ce genre et je conclus ainsi qu’il n’y a pas dans la langue castillane plus de trois genres lesquels sont : masculin, féminin et commun aux deux » (voir § 5 de ce même chapitre, p. 18 facsimilé). Pour rappel, Nebrija inclut dans les cinq genres qu’il identifie, un genre neutre : voir note 13.

18 Nous avons choisi de traduire comun de dos par « commun aux deux » plutôt que par « commun » dans la mesure où Nebrija distingue dans sa grammaire un genre « commun aux trois ».

19 Chiche : Corominas renvoie au mot chocho. Mais il s’agit sans doute du mot chinche. C’est cette lecture que nous avons privilégiée ici.

20 Villalón évoque les divergences existantes quant au genre à attribuer au mot castillan puente. Il fait référence, pour mieux le réfuter, à l’argument selon lequel l’étymon latin, pons, pontis étant de genre masculin, le mot castillan qui en découle, devrait, lui aussi, être de genre masculin. Les arguments de Villalón en faveur du genre féminin de puente sont les suivants : il utilise un premier argument fondé sur la comparaison ; selon lui, puente est féminin, parce que d’autres mots terminés en -e comme lui, tels fuente et sangre sont féminins en castillan. Il s’appuie ensuite sur un second argument lié à l’usage commun : si les gens, dans leur parler, utilisent le féminin pour ce mot, alors il est logique de considérer que ce mot est féminin, dès lors que cet usage ne correspond pas à celui de la « langue corrompue ». Son informateur, étant originaire de la Vieille Castille, l’usage du féminin ne peut, selon lui, en aucun cas, relever de la « corruption » de la langue (voir note 36). Signalons qu’une fois de plus, Villalón annonce un mot latin, mais n’en donne que l’équivalent castillan.

21 Il existe un pont à cet endroit mais il ne semble pas passer au-dessus de Plasencia. D’après ce que l’on sait de ce qui n’apparaît rien moins que comme la légende du Pont du Cardinal, vers 1450, Don Juan de Carvajal, Cardinal de Sant-Angelo et évêque de Coria et de Plasencia, donna l’ordre de construire le pont qui reçut son nom. Le pont fut édifié au-dessus du Tage, sur la route qui passe entre Plasencia et Trujillo, après l’embouchure du fleuve Tiétar, actuellement au beau milieu du Parc National de Monfragüe. [En ligne], consulté le 5 avril 2021. URL : http://www.extremaduramisteriosa.com/la-leyenda-del-puente-del-cardenal

22 Villalón cite l’exemple d’un énoncé écrit comportant le mot fuente au féminin (esa fuente) et le mot puente au masculin (ese puente). Il s’appuie sur cet énoncé pour expliquer la démarche qu’il a entreprise auprès d’un locuteur natif de la Vieille Castille, ce qui lui permet d’opposer des usages qu’il juge « légitimes » de la langue à des usages de celle-ci qu’il juge « illégitimes ». Il invalide ainsi les usages basques et valorise les usages de la Vieille Castille dont les locuteurs sont décrits comme « des gens avisés » qui parlent sans « corrompre la langue ». Bien avant l’Abbé Grégoire qui, au XVIIIe siècle, menait des enquêtes de terrain pour connaître l’exacte situation poly-dialectale de la France, Villalón semble anticiper les enquêtes de nature sociolinguistique.

23 Le basque est considéré comme un substrat cantabrique. En effet, on tient qu’il y a eu des influences d’un substrat basque en castillan, lesquelles dateraient de l’époque où le castillan a émergé dans le nord de la péninsule ibérique, avant de commencer son expansion vers le sud.

24 Antoine MEILLET (« La catégorie du genre et les conceptions indo-européennes », Linguistique historique et linguistique générale, Paris : Champion, 1982, p. 211-229, p. 213) note que manus en latin et « main » en français sont féminins, étant donné que « la main en général est féminin de manière évidente parce qu’elle sert à recevoir les objets ». En expliquant le processus d’aménagement du genre qui est survenu entre le latin et l’espagnol, Ángel ROSENBLAT (« Morfología del género en español. Comportamiento de la terminaciones -o, -a », NRFH, México : El Colegio de México, 16, 1962, p. 42, nota 12) propose l’interprétation suivante :  Las únicas formas que se han salvado del proceso analógico son la mano y el día. Esa doble excepción es sin duda espectacular. La única interpretación que se ha dado, y sólo vale a falta de otras, es la siguiente: la mano ha conservado invariable su femenino por oposición a el pie; el día ha conservado su masculino por oposición a la noche . La traduction française est la suivante : « Les seules formes qui ont échappé au processus analogique sont « la main » et « le jour ». Cette double exception est sans doute remarquable. L’unique interprétation qui en a été donnée et que l’on retient, faute de disposer d’autres, est la suivante : le mot « main » a conservé son féminin par rapport au genre masculin du mot « pied » ; le mot « jour » a conservé son masculin par rapport au mot « nuit ». La traduction est de nous ».

25 Dans l’édition, abejarmo. Il s’agit plutôt, selon nous, de abejorro qui est l’équivalent de abejón.

26 Il s’agit d’une précision sémantique introduite par Villalón. Le texte comporte laud instrumento de musica.

27 Nombre peut aussi renvoyer aux adjectifs qui sont définis à la règle 37 du chapitre consacré aux règles de genre comme des « noms adjectifs » : « Le nom adjectif est celui qui signifie toujours un accident, et dans la clausule castillane il s’accole et s’adjoint toujours au substantif et se termine par deux lettres finales, le -o pour le mâle et le -a pour la femelle ».

28 Il s’agit ici d’une précision sémantique introduite par Villalón. Le texte original comporte mogil atadero de caça.

29 Annil : bleu indigo. Il s’agit d’une précision sémantique introduite par Villalón. Le texte original comporte añil color.

30 Villalón dit ici : de genero commun ; d’où notre traduction par « de genre commun » et non pas, comme ailleurs, par « genre commun aux deux ».

31 Actuellement, dans le dictionnaire de la Real Academia Española, on trouve bórax. La définition qui en est donnée indique qu’il s’agit d’une substance blanche composée d’acide borique et de sodium, que l’on peut trouver à l’état naturel. Cette substance, qui se dit également en espagnol atíncar, porte en français le nom de « borax » ».

32 Il s’agit ici d’une précision sémantique de Villalón. Elle est formulée de manière plus explicite que les autres. Voir notes 44 et 46 par exemple.

33 Il s’agit d’une précision sémantique de Villalón. Le texte original comporte pez licor.

34 On trouve deux fois le mot ninnez dans la liste.

35 Il s’agit d’une précision sémantique de Villalón. Le texte original comporte pez pescado.

36 « Cristóbal l’a fait ».

37 « Moi, je l’ai fait ».

38 « Celui-ci l’a fait »

39 « Celui-là l’a fait ».

40 Le texte castillan emploie le terme sentencia. Voir note 11.

41 Villalón élimine le « -s » final du mot latin emphasis qui a donné « emphase » en français. Le dictionnaire CNRTL propose les définitions suivantes pour le terme « emphase » :  « XVIe siècle. Emprunté, par l'intermédiaire du latin, au grec emphasis, proprement, « action de faire paraître, apparence, explication », et aussi « signification, expression forte ».☆1. RHÉTOR. Figure de style consistant à faire valoir une idée par l'emploi d'un mot qui, dans son sens propre, la dépasse. On dit par emphase « être glacé d'effroi », « brûler de passion », « mourir d'amour », « tomber de fatigue ». Vieilli. Force, énergie mise dans l'expression d'une idée, d'un sentiment. Il parlait avec une admirable emphase ». (CNTRL, 2002 : s.v. « emphase »).

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search