Version classiqueVersion mobile

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

 | 
Cristóbal de Villalón

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

[Prologue et division de l’œuvre]

Texte intégral

[3] Lettre à l’intention du licencié Sanctander Rapporteur fort illustre du Conseil de sa Majesté, que le licencié Villalón, auteur de cette œuvre, lui envoie en le suppliant de prendre cette dernière en considération et d’en être le protecteur :

1Seigneur, dans cette bourgade, dans les moments perdus et dans ceux dérobés à mon étude continuelle de la Sainte Écriture, j’en suis venu à imaginer cette ébauche, dans laquelle je prétends réduire en art la langue castillane, à l’imitation des langues latine et grecque. Et parce que nul n’est aussi bon juge de ses affaires que de celles d’autrui, je vous l’envoie, confiant dans le fait que vous ne laisserez quiconque se gausser de votre ami et serviteur. Ce serait me faire grand honneur que de vous engager à l’approuver et en partager l’intérêt. Veuillez considérer ce travail qui, s’il apparaissait dépourvu de toute valeur, gagnerait à être déchiré.
Vale in eternum [5]

Prologue au lecteur

  • 1 Le texte castillan comporte le verbe criar qu’il n’est pas aisé de traduire en français sans perte (...)
  • 2 Villalón reprend ici un argument récurrent de son temps, tout en reconnaissant à la langue vulgaire (...)
  • 3 Il semble y avoir une confusion (volontaire ?) ici entre les Introductiones latinae, grammaire lati (...)

2Ayant pensé maintes fois à la valeur, l’élégance et la perfection de la langue castillane et étant en quête de son inventeur en raison de l’estime et de la vénération que mérite l’auteur d’un tel trésor, tous ceux qui tiennent les langues et leur autorité en estime disent que l’on apprécie et devine la perfection et la valeur d’une langue à partir de sa capacité à être réduite en art. C’est pourquoi tous ont dit que les langues hébraïque, grecque et latine sont de la plus haute perfection, ce qui m’a blessé tellement que j’en suis resté sans voix face à cette offense, m’étonnant de ce qu’aucun de ces hommes sages et savants que la Castille a élevés1 dans sa langue natu-[6]relle, n’ait tenté de la rétablir dans son honneur, en lavant entièrement par son talent, cette injure qui lui a été faite jusqu’ici. Et plus encore, quand j’en suis venu à considérer que notre langue n’était pas en faute ; en effet, en elle-même et au vu de sa richesse2, elle a tout ce que possède n’importe quelle autre langue, pour se conformer à cette règle et à cet ordre qu’on voudrait lui donner, en matière de genre et de prononciation. Antonio de Nebrija traduisit en langue castillane, l’art3 qu’il avait élaboré pour la langue latine. Et parce qu’il y traita de nombreuses choses sans aucune pertinence, ce n’est plus un art de la langue castillane et on le tient pour une traduction de son art latin, ce qui fait que notre langue est demeurée, selon la commune opinion, dans sa barbarie originelle, alors que moyennant l’art, la démonstration aurait pu être faite de sa perfection. [7]

  • 4 Les rois de Castille et Léon avant le règne d’Alphonse X Le Sage.
  • 5 Ce discours fut prononcé en espagnol en 1536 et fut considéré par l’historiographie politique et li (...)
  • 6 Villalón recourt au mot latin Albis et non pas au mot espagnol Elba.

3Notre langue castillane prit commencement au temps des Rois de Castille et de Léon4 et montra sa valeur et sa vigueur à partir de l’époque du très grand et très puissant roi don Alphonse le Sage, digne de toute éternité, sur ordre duquel furent écrites dans cette bienheureuse langue les Sept Parties et la Générale Histoire d’Espagne. Mais jusqu’à présent notre langue est demeurée libre de contrainte et ne s’est soumise à aucune règle ni aucune loi, du fait de la diversité des étrangers qui, à différentes époques, sont venus dans notre Castille, et ont fait grandir notre langue -même s’ils l’ont fortement corrompue en y mêlant des vocables étrangers et venus d’ailleurs, et ce, jusqu’à notre époque, où elle est parvenue à une telle pureté et perfection que si nous voulions la comparer à [8] la langue d’il y a cinq cents ans, nous trouverions qu’elle la surpasse et s’en distingue autant que s’il s’agissait de deux langues différentes. Et ainsi, comme moi, je me suis toujours efforcé de faire croître tout ce qui touche à ma nation pour que les hommes n’effacent jamais de leur mémoire notre langue et ne portent jamais atteinte à sa perfection, mais que notre langue surpasse et devance toujours toutes les autres, et que toutes les nations puissent l’apprendre, le bien prospérant d’autant plus qu’il est partagé, pour toutes ces raisons, j’ai tenté présentement de la réduire en art avec des règles et des lois. Le fait de voir que nous sommes dans une époque où cela s’avère nécessaire m’a aussi amené à entreprendre ce travail, car nous voyons qu’au sein de toutes les nations, [9] des hommes emplis d’une grande sagesse se plaisent à écrire en langue vulgaire ; il en est de même de Castillans très éminents qui auraient pu écrire dans un style latin élégant. Par conséquent, voir que le commun des hommes a un penchant pour cette bienheureuse langue, qu’ils apprécient beaucoup et s’enorgueillissent parler, m’a forcé à m’engager dans cette entreprise. Il en est ainsi des Flamands, des Italiens, des Anglais, des Français. Et même en Allemagne ils se complaisent à la parler, même si l’on peut présumer que c’est en partie parce qu’ils ont vu que notre empereur Charles aime à dire qu’il est originaire d’Espagne5. Nous avons ainsi pu voir que lorsque sa majesté a remporté la bataille contre le Landgrave et contre le Duc de Saxe près du fleuve Elbe6, toutes les seigneuries et princi-[10]pautés d’Allemagne sont venues se soumettre à lui, lui obéir et implorer son pardon, et tous lui parlaient en espagnol, bien que ce fût semble-t-il juste pour lui plaire. Nous voyons aussi que la langue le mérite en soi, pour son élégance, son éloquence et sa richesse, parce qu’il ne fait aucun doute qu’elle est faite pour bien dire les choses.

4Je prie tous ceux dans les mains de qui ce travail viendrait à tomber de rassembler leur esprit, de bien le regarder, et de le prendre en considération minutieusement, en travaillant à corriger et à améliorer ce en quoi j’ai failli, et ce, afin que, grâce à cette possibilité d’une étude commune à nous tous, nous fassions œuvre qui puisse rendre plus nobles notre langue et notre nation. Pour ma part, je vous affirme et vous assure que j’en tirerai grand contentement et grand plaisir. [11]

Art ou grammaire pour savoir parler et écrire dans la langue castillane : colligé de l’autorité des Sages et conforme à la coutume et à l’usage commun de la langue non corrompue

  • 7 Villalón introduit ici les premiers éléments de son métalangage, en recourant au pluriel, choix que (...)
  • 8 Dans son texte, Villalón emploie les infinitifs hazer et padecer que nous avons décidé de rendre re (...)
  • 9 Nous avons choisi de traduire clausula par « clausule » et oraçion par « proposition ». Pour compre (...)

5Avant toute chose, au commencement de notre travail, je veux poser que, bien qu’il soit tout à fait vrai que nous prétendons offrir un art pour le pur castillan, largement affranchi du latin, nous ne pourrons pas totalement éviter de nous servir de quelques noms et vocables de la langue latine, pour que, dans notre manière de procéder et dans l’ordre que nous suivrons, nous nous fassions mieux comprendre ; c’est le cas de vocables comme « noms7 », « verbes », « déclinaison », « conjugaison », « genre », « masculin », « féminin », « neutre » et d’autres semblables qui apparaîtront dans notre discours. Et ceci, pour la simple raison que ce sont des vocables qui condensent dans une forme concise une grande signification. Et s’il fallait donner une telle signification, à chaque fois que l’on a besoin de ces vocables, [12] on se trouverait dans l’obligation de noircir des pages et des pages. Et comme, dans cet art, on doit traiter de la nature et de la signification des vocables en soi, s’ils conviennent aux mâles ou aux femelles, s’il s’agit d’action ou de passion8 pour l’ordre et la constitution de la bonne proposition ou clausule castillane9, il s’avérait nécessaire de concevoir pareils vocables qui, à l’instar de ceux-ci, pussent signifier avec brièveté nos idées. Comme ils ont déjà été conçus et forgés, bien que par la langue latine, empruntons-les-lui, elle nous les prêtera.

Division de l’œuvre

  • 10 Villalón, bien qu’il l’annonce, ne recourt presque jamais aux termes latins et propose un équivalen (...)
  • 11 Même remarque que précédemment : Villalón annonce un terme latin et emploie un terme espagnol.
  • 12 Nous avons choisi de ne pas introduire ici le terme latin elocutio, car Villalón emprunte vraisembl (...)

6Notre art ou grammaire comportera quatre livres ou quatre parties principales. Notre intention première est d’enseigner un ordre et un art grâce auxquels on puisse parler congrûment dans notre langue castillane sans barbarisme ni incongruité. Et ceci se fait communément au moyen de clausules que le latin appelle « oratio10 » et cette clausule ou proposition se compose d’un nom, d’un verbe, de conjonctions, d’adverbes et d’autres parties qui constituent la proposition et que le latin appelle « indéclinables », parce que ce sont des parties moins importantes de la proposition. Je dis qu’ensuite, dans le premier livre, nous traiterons de la [13] nature du nom et de tout ce qui l’accompagne et l’entoure. Dans la deuxième partie, nous traiterons du verbe, de ses conjugaisons et accidents. Dans la troisième partie, nous traiterons de la composition des clausules et des propositions, de comment elles doivent être ordonnées et composées pour éviter tout barbarisme quand nous parlons – ce que le latin nomme « constructio11 » et le rhétoriqueur « élocution12 ». Dans la quatrième partie, nous traiterons de l’orthographe qui consiste à savoir bien écrire ce que l’on dit en castillan.

Notes

1 Le texte castillan comporte le verbe criar qu’il n’est pas aisé de traduire en français sans perte sémantique. Nous avons choisi de rendre ce verbe criar par le verbe français « élever ». Il aurait été possible également de recourir au verbe français « nourrir », ce qui aurait donné : […] que la Castille a nourris de sa langue naturelle ».

2 Villalón reprend ici un argument récurrent de son temps, tout en reconnaissant à la langue vulgaire une élégance et une richesse comparables à celles du latin et du grec. Avant Villalón, Joachim Du Bellay, dans Défense et illustration de la langue française (1549) avait aussi reproché à ses prédécesseurs de ne pas avoir fait ce qu’il fallait pour cultiver la richesse de la langue française qu’il jugeait toutefois inférieure à celles des langues grecque et latine : « La langue n’est pas aussi copieuse et riche que la langue grecque ou latine, cela ne doit pas être imputé à un défaut qu’elle aurait […] mais on doit l’attribuer à l’ignorance de nos aînés ». Les références exactes se trouvent dans l’étude jointe : Corinne MENCÉ-CASTER, Après Nebrija, Villalón et le castillan. Des premiers grammairiens des langues romanes, Nouvelle édition [en ligne]. Paris : e-Spania Books, (n.d.) (généré le 04 octobre 2021). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/esb/3583>.

3 Il semble y avoir une confusion (volontaire ?) ici entre les Introductiones latinae, grammaire latine que Nebrija rédigea et que la reine Isabelle la Catholique lui demanda ensuite de traduire en castillan, dans une version bilingue, et la gramática de la lengua castellana que Nebrija publia en 1492. En effet, en 1488, Nebrija publia une version bilingue (latin-castillan) de ses Introductiones latinae. Voir note 59. Villalón semble toutefois plagier la Grammaire de la langue castillane de Nebrija, presque mot pour mot par endroits. Pour rappel, en 1488, Nebrija publia une version bilingue (latin-castillan) de ses Introductiones latinae. On peut aussi préciser que la tradition des ouvrages grammaticaux bilingues (latin-langue vulgaire) où le latin est employé comme métalangue de la langue vulgaire, était bien établie.

4 Les rois de Castille et Léon avant le règne d’Alphonse X Le Sage.
Image 100000000000013100000133F1FA36C9F83B094B.jpg

5 Ce discours fut prononcé en espagnol en 1536 et fut considéré par l’historiographie politique et linguistique comme le « certificat de naissance » de l’espagnol comme « langue universelle » (lengua universal), ainsi que le montrent les titres d’au moins quatre essais majeurs du XXe siècle : Morel-Fatio (1913), García Blanco (1958), Lapesa (1981), Álvar (1997) et Fontán (2008). Toutefois, cette sorte de « récit linguistique » fut fondée par Menéndez Pidal qui évoqua l’anecdote dans El lenguaje del siglo XVI (Ramón MENÉNDEZ PIDAL, El lenguaje del siglo XVI, Madrid : Cruz y Raya, 6, 1933, p. 7-63, p. 35) et dans Ideal imperial de Carlos V qu’il lut d’abord dans un discours original à la Havane en 1937, avant de l’inclure dans un livre du même titre (R. Menéndez Pidal, Madrid : Espasa Calpe, 1941, p. 30-31). Ce « récit » repris par Rafael LAPESA, Historia de la lengua española, Madrid : Gredos, 1981, p. 296-297) devint une référence. La première remise en cause de cette vision quelque peu triomphaliste véhiculée par les récits canoniques de l’historiographie linguistique fut réalisée par Alfred Morel-Fatio qui apporte des éléments permettant de nuancer fortement cette approche de l’espagnol comme « langue internationale » qui sera transmise plus tard. Ce lundi de Pâques, Paul III, assure au lecteur dans sa célèbre Historiarum sui temporis que « el emperador dijo que hablaría en español para que más gente pudiera entenderle en una lengua tan próxima al italiano » [« l’empereur dit qu’il parlerait en espagnol pour que davantage de gens puissent le comprendre dans une langue si proche de l’italien »] (Alfred MOREL-FATIO, Historiographie de Charles-Quint, Paris : Honoré Champion, 1913, p. 216).

6 Villalón recourt au mot latin Albis et non pas au mot espagnol Elba.

7 Villalón introduit ici les premiers éléments de son métalangage, en recourant au pluriel, choix que nous avons préféré maintenir dans la traduction. Nous avons, par ailleurs, pris le parti de mettre des guillemets pour indiquer qu’il s’agit bien d’un emploi métalinguistique.

8 Dans son texte, Villalón emploie les infinitifs hazer et padecer que nous avons décidé de rendre respectivement, pour plus de clarté, par les substantifs « action » et « passion ».

9 Nous avons choisi de traduire clausula par « clausule » et oraçion par « proposition ». Pour comprendre ces choix de traduction, il convient de se reporter au chapitre IV de l’étude de C. MENCÉ-CASTER, Après Nebrija, Villalón et le castillan. Des premiers grammairiens des langues romanes, op. cit., https://books.openedition.org/esb/3608.

10 Villalón, bien qu’il l’annonce, ne recourt presque jamais aux termes latins et propose un équivalent espagnol ; en effet, le texte castillan dit : una clausula que llama el latino « oraçion », là où on s’attendrait à lire « oratio ». Pour respecter la distinction que Villalón établit entre clausula et oraçion (voir note 10) et suppléer l’absence d’un équivalent adéquat, le choix a été fait d’introduire le mot latin oratio et de ne pas traduire ici oraçion par « proposition », vu que, d’après la structure de l’énoncé, cela pourrait tout aussi bien renvoyer à clausula

11 Même remarque que précédemment : Villalón annonce un terme latin et emploie un terme espagnol.

12 Nous avons choisi de ne pas introduire ici le terme latin elocutio, car Villalón emprunte vraisemblablement le terme elocución au premier ouvrage de rhétorique rédigé en castillan (1541) par Miguel de Salinas qui propose une traduction en castillan de tous les termes de la rhétorique latine. On sait que Villalón a lu Salinas et s’est inspiré de lui : voir § 2-4 de notre traduction du livre III (https://books.openedition.org/esb/3578) correspondant aux § 2-4 de notre édition (cf. https://books.openedition.org/esb/2847). Ces passages reprennent presque mot pour mot des passages de l’ouvrage de Salinas. Voir note 5 du livre III consacré à la composition des propositions et des clausules.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search