Version classiqueVersion mobile

Grammaire castillane de Cristóbal de Villalón

 | 
Cristóbal de Villalón

Introduction

Présentation de l’atelier de traduction et de ses contributeurs

Texte intégral

Descriptif et objectifs

1Il s’agissait, après avoir réalisé les éditions semi-paléographique et modernisée de la Gramática castellana de Cristóbal de Villalón, de traduire en langue française, sa grammaire, publiée en 1558.

2Pourquoi traduire une grammaire du castillan du XVIe siècle en langue française ?

  • 1 René PELLEN, Francis TOLLIS, La grammaire castillane de Nebrija (1492), Limoges : Lambert-Lucas, 20 (...)

3La grammaire de Nebrija a été traduite en français par René Pellen et Francis Tollis1. Les traducteurs ont précisé que leur traduction s’adressait en priorité aux historiens de la grammaire exclusivement francophones qui n’y avaient pas directement accès. Il est évident que la traduction permet de rendre accessible un texte à des lecteurs qui ne peuvent le lire directement dans la langue de sa première écriture. Précisons qu’elle ouvre ainsi un champ des possibles en matière d’études grammaticales comparées, puisqu’elle permet à des chercheurs qui s’intéressent à l’histoire des grammaires des langues romanes et qui n’ont pas la maîtrise de toutes ces langues, de pouvoir lire et analyser un texte grammatical rédigé dans l’une d’entre elles, afin de voir comment a émergé et s’est consolidée la terminologie grammaticale héritée de la tradition gréco-latine, comment ont été formulées les explicitations métalinguistiques, les gloses sémantiques, et surtout, comment le grammairien envisageait la description de la langue, par rapport au modèle latin qui était disponible.

4Si Nebrija nous apparaît comme un précurseur en matière de grammaticalisation des langues romanes, il faut noter qu’il a été davantage perçu à son époque comme un brillant latiniste. En ce sens, quoiqu’il ait le premier « réduit en art » le castillan, il n’en est pas moins appréhendé par les « grammairiens » du XVIe siècle comme un chantre de la langue latine, doté en quelque sorte d’une conscience linguistique différente de la leur. Ajoutons à cela que La gramática de la lengua castellana de Nebrija a eu un faible écho à son époque et dans la période immédiatement postérieure, et que c’est surtout la version bilingue (latin-castillan) de ses Introductiones latinae qui a été la plus diffusée. Il y a donc une forme d’hiatus entre l’imaginaire linguistique de Nebrija, encore tourné, au moins en partie, vers le latin, et celui de « grammairiens » comme Villalón qui, vers le milieu du XVIe siècle, cherchent à affirmer le prestige et l’autonomie de la langue castillane.

5La grammaire de Cristóbal de Villalón reste mal connue, en dehors du champ étroit des spécialistes. Elle constitue pourtant une des premières grammaires complètes du castillan au XVIe siècle et rend possible des comparaisons fructueuses, certes avec la grammaire de Nebrija, le Dialogue de la langue de Valdés et les autres grammaires castillanes du XVIe siècle, mais aussi avec des grammaires ou traités sur la langue, en français et portugais, de la même époque. Il est, en effet, intéressant de voir comment, en cette période de floraison d’études sur les langues vulgaires, les auteurs se positionnent face à l’usage et à la règle, comment ils justifient la détermination du nombre de parties du discours, tout autant que les désignations et définitions qu’ils en donnent, comment ils font ou non allusion aux textes dont ils se sont inspirés, comment ils bâtissent leurs exemples et construisent une subtile argumentation autour de la notion de « norme » qui apparaît rarement de façon explicite.

6La traduction en français de la grammaire de Villalón répond donc à l’objectif d’assurer une meilleure diffusion de ce texte dans l’espace de la romanité (non hispanophone) et de sensibiliser un public de linguistes romanistes, diachroniciens ou non, à la connaissance d’un texte qui a sa place dans l’histoire de la langue castillane et des langues romanes. Une connaissance plus approfondie de ce texte permettra ainsi de le mettre en regard d’autres grammaires ou traités sur la langue, plus connus, et qui font parfois figure de modèles du genre, et ce, afin de mesurer les convergences et les divergences.

7Cette approche vise également à enrichir de manière conjointe le champ de la traductologie et de l’histoire des grammaires, en donnant à voir comment s’est fabriquée pas à pas, dans l’Europe du XVIe siècle, une terminologie grammaticale qui, quoique liée à des langues vulgaires spécifiques, se rattache à un même modèle gréco-latin. En ce sens, l’exercice de traduire une grammaire requiert des mécanismes et des ressorts qui ne sont pas ceux que l’on convoque pour d’autres types de textes. La terminologie grammaticale est spécifique et elle s’avère toujours complexe à transposer d’une langue à une autre, et plus encore, quand la description de la langue est dans sa phase de gestation. Au XVIe siècle, d’un grammairien à l’autre, les mêmes termes – traduits généralement du latin – renvoient souvent à des contenus notionnels différents. Il arrive aussi, qu’au sein d’une même grammaire, les définitions fluctuent ou que les exemples semblent ne pas être en concordance avec la définition donnée. Il n’est pas rare non plus que des contradictions s’instaurent ; cela rend difficile la tâche du traducteur qui cherche à maintenir partout de la cohérence et peut être tenté de « corriger » ou d’amender le texte du grammairien, intervention, à notre avis, non souhaitable, n’est pas souhaitable. Une fois encore, il s’agit de respecter autant que possible les fluctuations de la description grammaticale, lesquelles trahissent les difficultés inhérentes à la description d’une langue vulgaire par des grammairiens qui ont été nourris au latin et tendent à appréhender ces langues, à travers le prisme de cette seule langue savante.

8Le travail de traduction en français d’une grammaire ancienne castillane suppose donc une bonne connaissance des grammaires du français et du castillan de la même époque et de la terminologie grammaticale qui s’y trouve déployée. Elle implique aussi un savoir sur les grammaires latines qui ont servi de modèles (Donat, Priscien), sur les idées les plus en vogue sur les langues vulgaires, tant du point de vue des mythes sur leur origine et leur légitimité, que de celui de la perception des littératures qui ont permis leur fixation et leur développement. Elle présuppose également la prise en compte de l’imaginaire sémiotique qui présidait à la description grammaticale et qui était inséparable des imaginaires linguistiques de l’époque, dominés par les notions de prestige et d’autonomie des langues vulgaires par rapport au latin et au grec.

Poétique de notre traduction

9Il peut paraître étrange de parler de « poétique », s’agissant de la traduction d’une grammaire, laquelle s’apparenterait a priori davantage à un pur exercice technique, dépourvu de la dimension stylistique que l’on prête plus volontiers aux textes littéraires. Pourtant, la grammaire de Villalón, à l’instar de bien d’autres, présente une variété de styles, entre le proême, l’introduction, les passages d’explicitation métalinguistique, l’énoncé des règles, l’argumentation en faveur d’une certaine esthétique de l’écriture liée au tracé et à la forme des lettres. Pour chacun de ces styles qui s’entrecroisent parfois au sein d’un même chapitre, nous avons dû déployer des stratégies spécifiques de traduction, tout en nous efforçant de trouver une cohérence stylistique d’ensemble. Nous avons cherché ainsi à maintenir un équilibre entre notre volonté de traduire dans une langue française, empreinte d’une patine de l’ancien temps, et notre souci de veiller à une bonne intelligibilité du texte traduit pour les lecteurs contemporains. Respecter la distance entre la langue du texte et la langue d’aujourd’hui, mais en la réduisant en partie.

10Nous nous sommes aussi montrés attentifs à ne pas tomber dans le piège de l’anachronisme grammatical ou linguistique, surtout quand le texte semblait nous solliciter en ce sens. À titre d’exemple, la traduction de termes tels que ceux de denotación et denotar que l’on trouve abondamment dans le texte de Villalón, mais avec des significations qui ne sauraient être celles que revêtent ces mots dans la terminologie linguistique contemporaine, n’a pas manqué de poser problème. Inversement, nous avons fait le choix de respecter les désignations que retient Villalón pour telle ou telle autre partie du discours, précisément parce que tout l’intérêt de l’étude de ces textes grammaticaux réside dans ce qu’ils nous disent et montrent de la perspective de description que privilégie le grammairien. Ainsi avons-nous traduit, par exemple, le terme artículo par « article », alors même que la définition que propose Villalón de ce terme est en rupture avec la conception dominante à son époque et avec celle qui est la nôtre aujourd’hui.

11La syntaxe de Villalón n’a pas manqué non plus de poser quelques difficultés : ellipses, accords sémantiques, longues périodes au sein desquelles il n’est guère aisé de retrouver la cohérence des articulations internes, ruptures de constructions, etc. Là encore, la tentation est grande de réécrire le texte en « aplanissant » sa syntaxe pour le rendre plus intelligible, en supprimant par exemple quelques subordonnées, par l’usage des deux points et l’emploi de formes non verbales, notamment le gérondif. Si, parfois, pour l’intelligibilité littérale du texte, le recours à ces stratagèmes s’est révélé nécessaire, nous avons autant que possible essayé de respecter le « déroulé » de la syntaxe qui traduit aussi une manière de penser, de construire du sens et de déployer, de façon étagée, une argumentation complexe.

12C’est pourquoi il nous a paru indispensable de mettre en œuvre un appareil paratextuel composé essentiellement de deux éléments :
– des notes de bas de page qui explicitent certains choix de traduction, fournissent des informations sur des données linguistiques ou historiques de l’époque de rédaction de la grammaire, justifient quelques amendements apportés au texte, notamment la correction de certaines coquilles ;
– une étude portant sur la description grammaticale du castillan par Villalón, étude qui s’attache à en souligner les aspects remarquables et à mettre en exergue le climat et les modèles de raisonnement linguistique d’une époque.

Conception et organisation du projet

13Le travail de traduction a été mené sous la forme d’un atelier collectif composé d’enseignants-chercheurs, linguistes et non-linguistes, de doctorants et d’étudiants de master. Des équipes ont été constituées. Le texte a été découpé en chapitres et chaque équipe a reçu un chapitre à traduire. Au cours de séances plénières, la traduction des équipes a été révisée et discutée de façon collective jusqu’à l’établissement d’une proposition consensuelle. Il a fallu ensuite veiller à une harmonisation de la traduction des termes ou expressions récurrents, des temps verbaux, des choix syntaxiques, de la ponctuation.

14La proposition de traduction a été ensuite soumise par parties à un comité de validation externe qui était en charge de formuler des critiques et des propositions. Quatre séances s’étalant sur une journée complète ont été ainsi organisées avec ce comité dont le travail préparatoire s’est révélé essentiel.

Responsabilité scientifique du projet

15Ce projet est né d’une idée originale de Maria Jiménez. Sa responsabilité scientifique a été assumée par Corinne Mencé-Caster, en collaboration avec Maria Jiménez et Marie-Pierre Lavaud-Verrier. Il a pu être mené à bien par la forte implication d’enseignants-chercheurs linguistes et non linguistes qui s’y sont investis pleinement en constituant une sorte de « cellule permanente », fonctionnant dans le cadre d’un double atelier d’édition et de traduction (voir infra « Contributeurs au projet »).

Perspective scientifique

16Ce projet collectif s’inscrit dans le cadre du séminaire de linguistique ibéro-romane RELIR de l’unité de recherche CLEA (UR 4083) de Sorbonne Université. Il comporte, de ce fait, une dimension scientifique évidente. Éditer, puis traduire un texte « ancien » qui est lui-même dans un étroit rapport d’intertextualité avec l’ensemble des grammaires en langue vulgaire et avec les grammaires latines de Priscien et Donat, suppose de s’approprier les éléments de langage de ces hypotextes, de les analyser, de les mettre en perspective dans le contexte d’émergence d’une terminologie grammaticale « romane ». En cette période où cohabitent encore latin et langues vernaculaires, les enjeux sont considérables : il s’agit d’accélérer le processus de reconnaissance des langues « romanes » et de déclarer la fin du monopole de la langue latine, dépositaire jusque-là de l’entier du prestige linguistique.

17En ce sens, la publication d’une grammaire du castillan pose la question de la place d’une discipline générale – l’art grammatical constitué dans le cadre de la tradition gréco-latine – face à une discipline particulière qui est en voie de constitution – les arts grammaticaux des langues vernaculaires qui cherchent à s’affirmer dans une égale dignité avec le latin. Elle met aussi en question les autorités, leurs méthodes, leurs concepts : comment le grammairien du castillan que prétend être Cristóbal de Villalón prend-il position par rapport à Antonio de Nebrija ? Selon quelles démarches et quelles méthodologies entreprend-il de décrire le castillan et d’en trouver les régularités ? Comment la description du castillan qu’il propose est-elle en mesure de questionner la linguistique d’aujourd’hui, tant au plan de la terminologie grammaticale qu’à celui des contenus notionnels qui lui sont associés ? En quoi la traduction d’une grammaire ancienne peut-elle être un outil au service de la réflexion traductologique actuelle et des théories sur la langue et l’histoire de la langue ? Quelles intertextualités fructueuses sont-elles susceptibles d’entretenir avec les grammaires françaises et portugaises du XVIe siècle ?

18Ces quelques questionnements, qui sont certes loin d’être exhaustifs, permettent d’envisager les études et analyses qui pourraient être menées sur le sujet dans une perspective scientifique.

Perspectives didactique et pédagogique

19Traduire un texte long, dans sa complétude, qui plus est, de manière collective, est une expérience qui se distingue assez radicalement de la traduction d’un bref extrait dans le cadre d’un cours de version. Réfléchir ensemble dans une « horizontalité » de tous les instants à la traduction de ce texte, être confrontés à des difficultés de traduction qui semblent parfois insurmontables, mettre en commun des compétences différentes, échanger, débattre, sont autant de moyens de « faire vivre » la traduction sous un angle distinct de la perspective plus « universitaire » et « académique » sous laquelle elle est généralement abordée.

20L’objectif est de montrer que l’exercice de la traduction suppose de l’endurance, de la ténacité, de la réflexion, tout autant que de la modestie et de la confiance en soi.

21L’atelier collectif de traduction a cela de bon qu’il met enseignants et étudiants sur un pied d’égalité, l’étudiant pouvant donner son avis, exprimer de manière argumentée tel ou tel désaccord, formuler des propositions de choix de traduction, ce qui l’engage lui-même dans une dynamique de réflexion sur l’objet « texte », ainsi que sur les modalités de description des langues espagnole et française.

Contributeurs au projet

22Le séminaire de linguistique hispanique (master) et le séminaire de recherche doctoral ont servi tous deux d’entrée au projet, dans sa double dimension scientifique et pédagogique. Les étudiants de master inscrits au séminaire ont participé à la traduction des extraits des deux textes (grammaires de Nebrija et Villalón), en réfléchissant dans le même temps aux problématiques scientifiques essentielles posées par la traduction d’un texte ancien qui, de plus, est une grammaire.

23L’atelier a fonctionné à partir d’une forme de « cellule permanente » d’enseignants-chercheurs, autour duquel ont gravité, selon leur disponibilité, des étudiants de licence et de master, des doctorants et des professeurs agrégés (anciens étudiants de Paris IV) intéressés par le projet et prêts à s’y investir.

24La traduction a été régulièrement soumise à un comité de validation externe composé comme suit :

  • Jean-Claude ANSCOMBRE

  • Nicole DELBECQUE

  • María Belén VILLAR DÍAZ

  • Ralph LUDWIG

  • María Antonia MARTÍN ZORRAQUINO.

Nous remercions Jean-Claude CHEVALIER de son accompagnement initial et de ses précieux conseils.

25Nous tenons à remercier chaleureusement les membres du comité de validation qui ont effectué un travail remarquable, où le dialogue et la bienveillance ont toujours prévalu. Merci pour leur disponibilité, pour leurs précieuses relectures et propositions d’amélioration qui ont grandement enrichi et consolidé notre travail.

Responsabilité scientifique

MENCÉ-CASTER Corinne (Sorbonne Université)

Coordination

  • JIMÉNEZ María (Sorbonne Université)

  • LAVAUD-VERRIER Marie- Pierre (Sorbonne Université)

Contributeurs permanents

  • BEAUMATIN Eric (Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3)

  • BENARROCH Myriam (Sorbonne Université)

  • DARBORD Bernard (Université Paris Nanterre)

  • LUCIEN Renée Clémentine (Sorbonne Université)

  • THIEULIN-PARDO Hélène (Sorbonne Université)

  • WEBER Élodie (Sorbonne Université)

*BLESTEL Élodie, Université Paris 3, a aussi contribué un temps à ce projet.

Étudiants de master et doctorants

  • AZCONA Marguerite

  • CLERC Eva

  • GARCÍA Gwladys

  • GARZÓN Natalia

  • LE GOFF Margotte

  • MOSCOGIURI Francesco

  • OLIVEIRA Chloé

  • PETRELLI Antonella

  • RICOUART Adrian

  • SEBBAGH Eva

  • THEUIL Cynthia

Notes

1 René PELLEN, Francis TOLLIS, La grammaire castillane de Nebrija (1492), Limoges : Lambert-Lucas, 2018.

© e-Spania Books, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search