Version classiqueVersion mobile

Bosquet des malades - Admiration des œuvres de Dieu

 | 
Thérèse de Carthagène

Admiration des œuvres de Dieu

Texte intégral

Fig. 3 : Première page de la copie unique de l’Admiration des œuvres de Dieu. Cliché : Patrimonio Nacional, Biblioteca del Real Monasterio de El Escorial, ms. h-III-24, fol. 50r°.

  • 1 Ces deux derniers mots sont en latin dans le texte.
  • 2 Sic : le copiste a omis ici le nom de l’ordre sans laisser de blanc ni utiliser le moindre signe d’ (...)
  • 3 Ce chapeau de présentation a manifestement été composé par le copiste Pierre Lopez del Trigo.

1Ici commence un bref traité que l’on peut convenablement appeler « Admiration des œuvres de Dieu »1. Thérèse de Carthagène, religieuse de l’ordre de2, le composa à la demande et sur la prière de dame Jeanne de Mendoza, femme du seigneur Gomez Manrique3.

 

2Je me rappelle, vertueuse dame, que je me suis offerte pour écrire à votre discrétion. Si j’ai tant tardé à mettre cela en œuvre, vous ne devez pas vous en étonner car la volonté est particulièrement réduite lorsque la disposition de la personne ne concorde pas avec elle et qu’au contraire elle l’empêche et la contrarie. Si vous considérez, vertueuse dame, les maladies et les souffrances corporelles que j’ai continuellement comme compagnons, votre discrétion reconnaîtra bien qu’elles sont une grande gêne pour les mouvements de la volonté et un non moins grand trouble pour l’entendement qui, fatigué et troublé par ce que la mémoire et le sentiment naturel lui offrent au présent et contraint par nécessité propre, réduit en lui-même la décision de la volonté avec tous les mouvements intérieurs. Et il l’empêche et la retarde d’autant plus dans l’exécution de l’œuvre lorsqu’il voit que ses forces intellectuelles sont amoindries en raison de ces susdites épreuves extérieures.

3Et même avec tout cela, cette dette dont je suis débitrice par ma parole serait déjà remboursée si ma solitude se contentait de mes seules épreuves corporelles et ne me causait pas une compagnie secrète néfaste, pleine de combats intérieurs et de dangers spirituels, avec une foule de pensées vaines et variables qui, comme une troupe de gens armés, assiègent de toutes parts mon âme accablée. Et puis, que peut faire l’entendement maigre et féminin lorsqu’il se voit pris entre des pièges aussi nombreux et aussi dangereux ? En effet, il a déjà suffisamment de peine à se défendre contre ce qui est clairement mauvais et ses forces sont tellement amoindries pour reconnaître ce que notre adversaire lui offre sous l’apparence du bon que, si la vertu souveraine ne le renforce pas et ne l’éclaire pas, il n’y aura plus en lui la moindre vertu ni la moindre santé.

4Ainsi donc, très discrète dame, que votre sens de la discrétion perçoive la diversité et la qualité de ces désordres spirituels et occultes, ainsi que d’autres de non moindre qualité et quantité que votre prudence peut bien comprendre. Lesquels maux, avec leur grande force, comme les crues de grandes eaux, ont corrompu le mur de ma maigre discrétion et ont emporté jusqu’aux fondations tout ce qu’ils ont trouvé et ce que mon entendement avait préparé pour le confier à la plume. Et la mémoire me rappelle seulement la cause à propos de laquelle j’avais projeté d’écrire et puisque les fondations demeurèrent inachevées, l’édifice n’est pas tel et aussi bon qu’il devait être présenté à votre grande discrétion, mais aussi petit et fragile qu’on l’attend de mes pauvres facultés.

  • 4 Allusion à Mt 7,17 : « Ainsi tout bon arbre donne de bons fruits, mais le mauvais arbre donne de ma (...)
  • 5 Ps 121,1 : « J’ai levé les yeux vers les montagnes d’où me viendra le secours ».

5En effet, puisque le mauvais arbre, selon le verdict de la souveraine vérité, ne peut donner de bons fruits4, quelle bonne parole ou quelle œuvre dévote devez-vous attendre d’une femme ainsi malade dans son corps et ainsi blessée dans son âme ? Mais je lèverai les yeux vers les montagnes d’où me vient le secours5, pour que Celui qui donne la force aux faibles et l’entendement aux petits veuille ouvrir l’arche de sa divine largesse en laissant se répandre la source de son abondante grâce sur cette terre stérile et sèche, afin que la femme pécheresse et éloignée de la vertu sache former des mots à la gloire du Saint des saints et du Seigneur des vertus et à sa louange. Et pour ne pas m’éloigner beaucoup de l’objectif et du fondement de mon écriture, la cause est ce qui suit.

 

  • 6 Il est impossible de savoir si l’on doit ce titre à Thérèse de Carthagène ou bien au copiste Pierre (...)

6Introduction6

 

On m’a fait comprendre à de nombreuses reprises, vertueuse dame, que certains des hommes prudents ainsi que des femmes discrètes s’étonnent ou se sont étonnés d’un traité que ma main a écrit, la grâce divine gouvernant mon maigre entendement féminin. Et comme c’est une petite œuvre de peu de substance, je suis étonnée, car on ne croirait pas que les hommes prudents s’abaissassent à vouloir s’étonner de si peu de chose. Mais si leur étonnement est avéré, il apparaît bien que c’est indubitablement une insulte envers moi, puisque cette admiration ne se manifeste pas pour le mérite de l’écriture mais pour le défaut de l’auteur, celle qui l’a composée, comme nous le voyons par l’expérience : lorsque quelque personne à l’entendement simple et grossier dit quelque mot qui nous paraît quelque peu sensé, nous nous en étonnons, non pas parce que ce qu’il a dit ou fait est digne d’admiration, mais parce que la propre nature de cette personne est à ce point réprouvée, vile et tenue en une estime telle que nous n’attendons rien de bon d’elle. Et pour cela, lorsqu’il arrive par la miséricorde de Dieu que de telles personnes simples et grossières disent ou fassent quelque chose qui, sans être tout à fait bon, soit seulement commun, nous nous étonnons beaucoup pour la raison susdite.

7Et je crois avec certitude que les hommes prudents se sont étonnés pour cette même raison du traité que j’ai écrit : non pas parce qu’il contient une chose très bonne et digne d’admiration, mais parce que ma propre nature et mon juste mérite, avec ma fortune adverse et mes souffrances accrues, crient contre moi et appellent tout le monde à s’étonner en disant : « Comment, en une personne où résident tant de maux, peut-il y avoir quelque bien ? ». Et de là s’est ensuivi que l’œuvre féminine et de peu de substance qui serait digne de répréhension à juste titre parmi les hommes ordinaires est devenue digne d’admiration avec grande raison aux yeux des hommes remarquables et puissants, car le prudent s’étonne non sans cause lorsqu’il voit que le niais sait parler. Et dise qui voudra que cette susdite admiration est une louange, à moi elle m’apparaît être une insulte. Et de ma propre volonté, je préfère que l’on m’offre des insultes injurieuses plutôt que de vaines louanges, parce que l’injure ne peut pas me blesser et la vaine louange ne peut pas me profiter : aussi je ne veux pas usurper la gloire d’autrui et je ne désire pas échapper à la véritable insulte.

  • 7 Ps 32,5 : « la Terre est remplie de la miséricorde du Seigneur ».

8Mais il y a une autre chose à laquelle je ne dois pas consentir, puisque la vérité n’y consent pas, car il semble que non seulement les hommes prudents s’étonnent de ce traité, mais qu’en outre certains ne peuvent croire qu’il soit vrai que j’aie fait tant de bien ; car s’il y a en moi encore moins que ce que l’on présume, on trouve de plus grands biens dans la miséricorde de Dieu. Et puisque l’on me dit, vertueuse dame, que le susdit tas de papiers griffonnés est arrivé à la connaissance du seigneur Gomez Manrique et à la vôtre, je ne sais si ce doute autour du traité s’est présenté à votre discrétion. Et comme de toute façon la bonne œuvre est véritable et authentique devant le sujet de la souveraine vérité, cela ne porte pas beaucoup préjudice que le discernement et le jugement des êtres humains la tienne pour douteuse – comme c’est le cas avec celle-ci. Mais cela peut ruiner et cela ruine la substance de l’écriture, et cela semble même diminuer grandement le bienfait et la grâce que Dieu me fit. C’est pourquoi, en l’honneur et pour la gloire de ce Seigneur souverain et libéral dont la Terre est remplie de la miséricorde7, moi qui suis un petit morceau de terre, j’ose présenter à votre grande discrétion ceci qui s’offre maintenant à la mienne, petite et maigre.

 

9Et il est vrai, très discrète et aimée dame, que toutes les choses que l’omnipotence de Dieu a faites et fait dans le monde sont d’une grande admiration pour nos sens humains et que la moindre chose que ce souverain et tout puissant Créateur a fait et fait n’est pas moins admirable que la plus grande. C’est que la plus petite chose qui est en ce monde ne pourrait pas plus s’y trouver que la plus grande si l’omnipotence de Dieu ne l’avait pas faite. Et si toutes les choses, autant les petites que les grandes, créées et faites par l’omnipotence de Dieu, sont merveilleuses et de grande admiration, ainsi que tout ce qui lui a plu et lui plaît de faire, tout ce qu’il a fait, fait et tout ce qu’il peut faire dans le Ciel et sur la Terre, pour quelle raison nous émerveillons-nous de certaines choses plus que d’autres ?

  • 8 AUGUSTIN D’HIPPONE, Sermons sur les Écritures, sermon CXXX (PL38, col. 725) : « C’est un grand mira (...)
  • 9  Ibid. : « Le fait n’étonne pas, non pas à cause de sa faible importance, mais parce qu’il se répèt (...)

10À cette simple question, il me semble que le glorieux docteur saint Augustin me répond de manière satisfaisante dans l’homélie sur l’Évangile qui raconte le miracle que réalisa notre Rédempteur avec les cinq pains. Et il dit ainsi : « C’est un plus grand miracle de gouverner que de rassasier cinq mille personnes avec cinq pains. Et de cela, personne ne s’émerveille et pourtant, la naissance de nombreux épis à partir de quelques grains n’est pas un moindre miracle que satisfaire et rassasier beaucoup d’hommes »8. Et ce saint docteur en ajoute encore à la phrase suivante en disant : « Ce fait paraît étonnant, non parce qu’il est plus important, mais parce qu’il se produit peu souvent ou rarement »9.

11Et il me semble qu’il veut conclure que la cause de notre émerveillement ne tient pas à ce que certaines œuvres réalisées par l’omnipotence de Dieu sont de moindre admiration que d’autres, mais au fait que celles que nous voyons quotidiennement, nous les considérons comme relevant du cours naturel des choses. Et celles qui ne se produisent jamais ou qui se produisent rarement provoquent en nous de l’admiration car elles ne sont pas coutumières ni habituelles dans le monde. Mais si nous voulons élever notre entendement pour contempler ou considérer attentivement les œuvres de Dieu, nous trouverons que ne sont pas moins merveilleuses ni moins dignes d’admiration celles que nous voyons se passer quotidiennement en suivant le cours naturel des choses, que celles qui surviennent rarement ou avec de longs intervalles de temps.

12Donc, pour revenir à mon propos, moi je crois, très vertueuse dame, que la raison pour laquelle les hommes s’étonnent qu’une femme ait écrit un traité, c’est parce que cela n’est pas habituel pour l’état féminin mais seulement pour l’état masculin. En effet, pour les hommes, écrire des livres, apprendre les sciences et les employer est un usage qu’ils ont depuis des temps si anciens que cela semble être le cours naturel des choses et que personne ne s’en étonne. Et pour les femmes, pour qui cela n’est pas l’usage, qui n’apprennent pas les sciences et qui n’ont pas l’entendement aussi parfait que les hommes, on le tient pour un miracle. Mais ce n’est pas un plus grand miracle – et il n’est pas moins facile et rapide pour l’omnipotence de Dieu de réaliser l’un ou l’autre – car Celui qui a pu et qui peut infuser les sciences dans l’entendement des hommes peut, s’il le souhaite, les infuser dans l’entendement des femmes, même si celui-ci est imparfait, même s’il n’est pas aussi capable ni aussi apte à les recevoir et à les retenir que l’entendement des hommes.

  • 10 2Cor 3,5 : « Non que nous soyons capables de concevoir quelque chose par nous-mêmes, comme venant d (...)

13En effet, cette imperfection et cette aptitude réduite, la grandeur divine peut très bien y remédier ou même les effacer complètement et donner à l’entendement féminin la même perfection et la même capacité qu’à l’entendement masculin. En effet, l’aptitude qu’ont les hommes, elle ne vient pas d’eux-mêmes : Dieu la leur a donnée et la leur donne. C’est pourquoi l’Apôtre dit : « Nous ne sommes pas aptes ni capables de concevoir quelque chose par nous-mêmes, comme venant de nous-mêmes, car notre capacité vient de Dieu »10. Et si la capacité des hommes vient de Dieu et que Dieu la donne à chacun à la mesure de son don, pour quelle raison ne croirions-nous pas que les femmes peuvent l’avoir au moment opportun et convenable, lorsque Lui sait que c’est nécessaire ? Et vous devez considérer, ma grande dame, que Dieu créa la nature humaine alors qu’elle n’existait pas : et puisqu’Il créa une si grande chose à partir de rien, comment ne pourrait-Il pas faire quelque chose à partir de ce qui a déjà été créé ?

  • 11 Allusion à Gn 2,18 : « Le Seigneur Dieu dit : ‘Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Faisons-lui (...)
  • 12 Citation approximative d’un texte de Paschase Radbert qui, au Moyen Âge, était attribué à Jérôme de (...)

14Ce puissant Créateur créa le sexe viril en premier et en second le sexe féminin afin qu’il soit son aide11. Et s’il donna quelques prééminences à l’homme plutôt qu’à la femme, je crois en vérité qu’Il ne le fit pas parce qu’Il était obligé d’accorder plus de grâce à un état qu’à l’autre, mais qu’Il le fit pour ce même dessein secret que Lui seul connaît. C’est pourquoi saint Jérôme dit, dans son sermon sur l’Assomption de Notre Dame : « Ce Seigneur est tel et si grand, immense et bon, à un point et de telle manière que Lui seul se connaît et se comprend... »12, comme s’il disait ouvertement que l’omnipotence, la magnificence ou l’élévation de ce souverain Seigneur sont telles et si grandes, que la profondeur de ses divins et merveilleux secrets est si grande et que les fins et les desseins de ses saintes œuvres sont si nombreux, tels et si bénéfiques que Lui seul les connaît, Lui seul le sait.

15Mais laissant de côté ces secrets occultes et divins qui dépassent et excèdent de beaucoup l’entendement humain, je veux demander quelle est la plus grande et la principale prééminence que Dieu donna à l’homme plutôt qu’à la femme. Et ma simplicité me répond que parmi plusieurs prééminences dont Dieu voulut doter le sexe masculin plutôt que le sexe féminin, celle-ci est de mon point de vue la principale : c’est que l’homme est fort, vaillant, courageux, audacieux et d’un entendement plus parfait et plus sain que la femme, qui est faible, pusillanime, craintive et timorée. En effet, nous voyons que l’homme attendra un taureau sauvage avec plus d’audace et de valeur que la femme n’attendrait une souris qui passerait près de ses jupes. Et de même si nous, les femmes, voyons une épée nue, même si nous savons que l’on ne nous fera aucun mal avec elle : car nous sommes naturellement si timorées que le seul fait de la voir nous fait grand-peur. Et les hommes n’ont pas peur de l’utiliser ni même de recevoir sur leur corps les cruels et forts coups du fer.

16Et Dieu fit ces différences et ces contraires dans une même nature, c’est à savoir la nature humaine, pour cette seule fin et ce merveilleux secret que lui seul connaît. Moi, avec ma simplicité, je me risque à dire que le Père céleste les fit afin que chacun soit la protection et l’aide de l’autre. Parce que tout ce que fit et créa le Seigneur sur la face de la Terre, il le pourvut et le munit de merveilleuses provisions et de très fermes défenses. Et si vous voulez regarder les plantes et les arbres, vous verrez comment, à l’extérieur, l’écorce est très rugueuse, forte et résistante aux tempêtes que provoque le climat, à l’eau, au gel, à la chaleur et au froid. Elle est enchâssée et faite de telle sorte qu’elle ne semble pas être autre chose qu’une enveloppe ferme et rugueuse faite pour protéger et aider la moelle qui est placée à l’intérieur. Et l’une et l’autre sont unies de telle sorte et de telle manière que la force et la rugosité de l’écorce garde et protège la moelle en supportant ces tempêtes à l’extérieur. La moelle, comme elle est faible et délicate, étant recluse, agit à l’intérieur et donne vertu et vigueur à l’écorce. Et ainsi chacune protège et aide l’autre, et cela nous donne chaque année la diversité et la multiplicité des fruits que vous voyez.

17Et moi je crois que pour cette même raison le souverain et puissant Seigneur voulut et veut qu’en la nature humaine œuvrent ces deux contraires, c’est à savoir l’état masculin, fort et robuste, et l’état féminin, faible et délicat. En effet, les hommes, avec leur force, leur courage et leur capacité d’entendement, préservent et protègent les choses de l’extérieur, autant en recherchant, en gérant et en sachant gagner les biens de la fortune, qu’en dirigeant, gouvernant et défendant leur patrie et leurs terres face aux ennemis, et par toutes les autres choses qui sont indispensables pour la préservation et le profit de la république – et, par conséquent, de leurs propriétés individuelles et de leurs personnes. Pour cela, il convient tout à fait et il est nécessaire qu’ils soient robustes et forts, courageux et aussi d’un entendement important et très élevé. Et les femmes, étant faibles et pusillanimes, incapables de supporter les grandes épreuves et les dangers que la recherche, la gestion et la défense des choses susdites requièrent, étant seulement recluses et enfermées dans leur maison, donnent aux hommes les forces, la vigueur et une assistance indubitablement non négligeable par leur industrie, leurs travaux et leurs tâches domestiques et délicates.

  • 13 Ps 103,24 : « Seigneur, tu as fait toutes les choses dans ta sagesse, la Terre est remplie de tes b (...)

18C’est ainsi que se protège et se maintient la nature humaine, qui est dotée de si maigres provisions qu’elle ne pourrait survivre sans ces efforts et ces épreuves. C’est pourquoi les prééminences susdites des hommes – le fait d’être vaillants, courageux et d’entendement convenable, ou toute autre prééminence que Dieu leur aurait donnée – ne sont pas au préjudice des femmes : la faiblesse et la pusillanimité de l’état féminin n’entraînent pas pour autant l’excellence supérieure de l’état masculin. Ces contraires sont plutôt une merveilleuse disposition qu’a ordonnée la très grande sagesse de Dieu. C’est pourquoi le prophète dit : « Tu as fait toutes les choses dans ta sagesse... »13. Et donc, s’il plut à Dieu de faire le sexe viril ou masculin robuste ou vaillant et le sexe féminin fragile et de peu de force, il ne faut pas croire qu’il le fit pour donner plus d’avantages ou d’excellence à un état qu’à l’autre, mais, je crois, seulement pour la raison susdite : c’est à savoir pour que, l’un aidant l’autre, la nature humaine se conserve et prenne conscience des œuvres merveilleuses de son omnipotence, de sa sagesse et de sa bonté.

 

  • 14 Gn 2,7 : « Le Seigneur Dieu forma donc l’homme avec le limon de la terre et Il insuffla sur son vis (...)
  • 15 Gn 2,18 : « Le Seigneur Dieu dit : ‘Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Faisons-lui une aide qu (...)

19Que la femme est l’aide de l’homme, nous le lisons dans la Genèse lorsque, après que Dieu eut modelé l’homme avec le limon de la terre et qu’il eut insufflé en lui l’esprit de la vie14, Il dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Faisons-lui une aide qui lui soit semblable ! »15. Et l’on pourrait bien discuter ici de celui qui a le plus de force : celui qui est aidé ou celui qui aide ? Vous voyez bien ce qu’à cela répond la raison. Mais parce que ces discussions et ces débats relèvent de l’arrogance mondaine et vaine, qu’elles ne profitent en rien à la dévotion et qu’elles s’écartent beaucoup de mon objectif et de mon intention finale qui ne sont pas – qu’il plaise à Dieu qu’ils ne le soient pas ! – d’offenser l’état supérieur et honorable des hommes prudents ni de favoriser l’état féminin, mais seulement de louer l’omnipotence, la sagesse et la magnificence de Dieu qui peut inspirer et faire faire aux femmes aussi bien qu’aux hommes des œuvres de grande admiration et magnificence en louange et à la gloire du saint nom : car même s’Il voulait que les animaux sauvages Le louassent dans le langage courant, Il pourrait bien le faire.

20Qu’est-ce qui justifie donc de douter que la femme comprenne quelque bonne chose ou sache écrire des traités – ou quelque autre œuvre bonne et louable – même si ce n’est pas chose accoutumée pour l’état féminin ? En effet, ce puissant Seigneur souverain qui donna des prééminences à l’homme afin qu’il les possède naturellement et continuellement peut bien les donner à la femme gracieusement et au moment opportun, puisque sa profonde sagesse sait ce qu’il convient et puisqu’Il l’a fait quelques fois – et même s’Il ne l’avait pas fait, Il pourrait le faire. Et je crois avec certitude, très aimée dame, qu’il n’y a pas chose plus difficile et plus ardue que faire que la créature humaine contredise sa condition naturelle ou fasse quelque chose qui aille contre sa propre nature et sa propre force. En effet, que celui qui est naturellement faible et timoré vainque le courageux, que celui qui est simple et ignorant enseigne le prudent, vous voyez bien que c’est chose difficile et presque impossible pour les forces humaines. Donc, étant donné qu’il est une chose naturelle et exacte que la femme est faible, timorée et craintive, si nous la voyions maintenant manier l’épée, défendre sa patrie contre les ennemis ou faire une autre action d’une grande audace et d’une grande force, comme nous nous émerveillerions de cette chose ! Mais Celui qui est le seul qui a fait et qui fait les miracles l’a fait par le passé et Il peut le faire en notre temps quand il Lui plaira.

 

  • 16 Allusion au livre vétérotestamentaire de Judith (Jdt). Pour sauver sa ville de Béthulie assiégée pa (...)

21Et dites-moi, vertueuse dame : quel homme au corps assez fort et vaillant, au cœur assez courageux, put-on trouver dans les temps passés (et je ne crois pas non plus que l’on pourrait en trouver un dans ce temps que nous appelons nôtre) pour oser prendre les armes contre un prince aussi grand et fort qu’Holopherne, dont l’armée couvrait toute la face de la Terre et ses confins, alors qu’une femme n’eut pas peur de le faire16? Et je sais bien que les hommes diront de cela que ce fut par la grâce spéciale et l’industrie que Dieu voulut donner à la prudente Judith – et moi aussi je le dis. Mais cela montre bien que l’industrie et la grâce souveraine surpassent les forces naturelles et masculines, car ce que ne put faire une grande troupe d’hommes armés, l’industrie et la grâce d’une seule femme put le faire. Et l’industrie et la grâce, qui les considère comme de petites prééminences, sinon celui qui ne sait pas ce qu’elles sont ? Ce sont certainement deux choses tellement singulières que celui à qui Dieu voudra les donner, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, comprendra et réalisera des choses merveilleuses avec elles s’il veut bien s’y efforcer et ne pas les abandonner à l’oisiveté et à la négligence.

22En effet, si Dieu refusa à l’état féminin la grâce et l’industrie pour faire des choses difficiles qui dépassent la force de sa condition naturelle, comment pourrait-il refuser aux femmes sa grâce afin que, avec elle ou par elle, elles sachent faire et puissent faire quelque autre chose qui soit plus facile et plus aisée à faire pour le sexe féminin ? Manifestement, il est plus à la portée de la femme d’être éloquente que d’être forte, il lui est plus convenable d’être savante que d’être audacieuse et il lui sera chose plus aisée de prendre la plume que l’épée. Les hommes prudents doivent donc remarquer que Celui qui donna l’industrie et la grâce à Judith pour réaliser un exploit aussi merveilleux et aussi célèbre peut très bien donner l’industrie, ou l’entendement, et la grâce à n’importe quelle autre femme pour faire ce que d’autres femmes, et peut-être quelques personnes de l’état masculin, ne sauraient faire.

23Et qui voudra pourra bien dire que ce n’est pas la même chose, et que c’est parce que cette prudente Judith était une femme vertueuse et sainte et qu’elle observait grandement la loi de Dieu que, pour ses bons mérites, Dieu lui accorda ce si singulier et célèbre bienfait, et que l’on ne doit pas croire pour cela que les autres femmes doivent recevoir une telle distinction en matière d’industrie et de grâce. À quoi je réponds que c’est vrai : Judith était une femme sainte, très scrupuleuse pour observer la loi de Dieu, grande amatrice des prières, du jeûne et de toute pratique sainte. Mais nous savons que Dieu n’accorde pas aux hommes bienfaits et grâces en proportion des mérites de chacun, mais seulement en fonction de son propre critère et de son inestimable bonté.

24Et si le Père céleste dispensait et répartissait ses bienfaits seulement en fonction de la sainteté, de la justice et des bons mérites des créatures humaines, je pense en vérité que tous les bienfaits que nous avons sur la Terre monteraient au Ciel. Il ne faut pas non plus croire que Dieu agit à la manière et suivant les habitudes des rois et des princes de la Terre, qui octroient grâces et privilèges à ceux en qui leur sont proches et qui les servent suivant leur volonté, et qui n’octroient aucun bien à ceux qui ne les servent pas suffisamment suivant leur volonté et qui ne se plient pas à leur volonté. Le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs ne procède pas ainsi, car tant aux pécheurs qu’aux justes, tant aux mauvais qu’aux bons, tant à ceux qui l’offensent qu’à ceux qui le servent bien, Il accorde privilèges et grâces à tous et Il le fait sur le seul critère de sa grande bonté et de sa grande miséricorde.

  • 17 Ac 10,34 : « Dieu ne fait pas de favoritisme mais dans toute nation, celui qui Le craint et œuvre à (...)
  • 18 Sg 11,24-25 : « Mais tu prends pitié de tous puisque tu peux tout et tu dissimules les péchés des h (...)

25C’est pourquoi l’Apôtre dit : « Il n’y a pas de familiarité de personnes auprès de Dieu... »17. En effet, ces liens de proximité et ces affections particulières sont étrangers à Dieu qui est le père de toute créature ; et en tant que père de tous, Il est généreux et miséricordieux pour tous. Et il me semble d’ailleurs que l’Église le chante dans le premier introït de Carême, où l’on dit : « Bienfaiteur de tous » ou « Aie pitié de tous, Dieu, toi qui jamais ne détestas la moindre chose de ce que tu fis dans le monde... »18. C’est ainsi que Dieu est très aimant envers la créature humaine et, pour mauvais et pécheurs que nous soyons, Il ne nous déteste pas et Il ne nous refuse pas les bienfaits de sa divine largesse et de sa grande miséricorde. C’est pourquoi, bien qu’il soit vrai que cette bonne dame, cette veuve honnête, Judith, était une sainte femme, les bienfaits, les grâces et les merveilles que Dieu accorde proviennent d’une source si élevée que personne, quelque saint qu’il soit, ne pourrait les mériter si la bonté de Dieu ne l’en rendait pas digne.

26Et même si les justes et les bons sont plus dignes, et même beaucoup plus, de recevoir ces bienfaits de grâce que les pécheurs et s’ils ont en eux une meilleure disposition pour cela, toutefois, plus quelqu’un est mauvais et grand pécheur, indigne de recevoir ces bienfaits, plus la bonté, la miséricorde et la magnificence de Dieu se montrent à nous profondes, grandes et merveilleuses. Et si d’aventure quelqu’un disait que, même s’il est vrai que Dieu a toujours accordé et accorde de grands biens et de grands privilèges aux pécheurs autant qu’aux justes, mais que ces grâces singulières et de grande renommée se produisent rarement et que pour cela nous ne les voyons jamais dans l’état féminin, c’est exact. Mais plus Dieu réalise ces choses rarement, plus elles sont merveilleuses ; et plus elles sont merveilleuses, plus elles causent une grande admiration à notre entendement ; et plus l’admiration qu’elles nous causent est grande, plus elles nous donnent à connaître, à vénérer et à louer entièrement la magnificence, l’omnipotence, la sagesse et la bonté de Dieu.

  • 19 Ps 8,2 : « Seigneur, notre Seigneur ! Que ton nom est admirable dans toute la Terre ! ».

27C’est pourquoi, très fortunée dame, il ne me semble pas qu’il y ait une autre cause à cet étonnement des hommes prudents qui s’étonnent, que celle qui est dite au commencement de ce bref traité, c’est à savoir que cet acte de composer des livres et des traités n’est pas usuel pour l’état féminin, car toutes les choses nouvelles ou inaccoutumées provoquent toujours de l’étonnement. Mais ceux qui s’étonnent doivent remarquer qu’il y a une admiration ou une manière de s’étonner par laquelle le Créateur et l’inspirateur de ce fait dont nous nous étonnons est loué et vénéré, et qu’il y a une autre admiration par laquelle le souverain Créateur n’est ni loué ni servi mais qui est plutôt une injure et une offense envers lui. De ce fait, il convient que nous examinions bien de quoi nous nous étonnons, comment et pourquoi, afin que notre étonnement soit en l’honneur et à la gloire de Celui dont le nom est admirable et très merveilleux dans toute la Terre19.

  • 20 Thérèse de Carthagène a repris ces deux métaphores (en les détournant du culte marial) de l’hymne d (...)

28Et l’admiration par laquelle le souverain Seigneur est loué, vénéré et je crois aussi servi, c’est lorsque l’admiration que nous avons pour ses saintes œuvres et ses merveilleuses inspirations se mélange avec la dévotion et la foi, lorsque nous croyons que son omnipotence et sa sagesse peuvent et savent tout faire. Et comme son omnipotence et sa sagesse peuvent et savent tout faire, Il l’a fait et le fait par sa seule bonté souveraine. Et Il a voulu et Il veut que tout soit pour notre utilité et notre profit. Et si de ces susdites excellences divines, de l’omnipotence, de la sagesse et de la bonté de Dieu, tant de biens descendent sur les enfants d’Ève exilés dans cette vallée de larmes20, quels bienfaits abondants et quelles grâces singulières recevons-nous de sa grande miséricorde et de sa parfaite charité ! Certainement, aucun entendement humain ne pourrait le comprendre, aucune langue ne pourrait le dire et aucune main ne pourrait l’écrire.

29Donc, si nous voulons nous émerveiller avec ferveur et dans une saine disposition des merveilleuses œuvres de Dieu, nous devons premièrement élever notre admiration aux susdites excellences du très excellent et très éminent Père et, de là, abaisser notre entendement pour nous émerveiller des biens et des privilèges, des miséricordes et des grâces qu’il a accordés et qu’il accorde aux créatures humaines. Et nous devons nous émerveiller premièrement des biens généraux, c’est-à-dire des biens de nature et des biens de fortune, qui sont très grands et merveilleux. Et nous trouverons certainement en eux un territoire suffisamment vaste sur lequel notre admiration pourra s’étendre. Et après cela, nous nous émerveillerons encore plus et beaucoup plus des biens singuliers et spéciaux que l’on appelle les biens de grâce.

30La grâce, de qui est-elle sinon de Dieu ? Et bien que toutes les choses que Dieu créa dans le monde sont siennes, il n’y a aucune chose dans le monde que l’on puisse singulièrement et spécifiquement dire « de Dieu » en dehors de celle-ci seule, c’est à savoir la grâce. En effet, bien que nous sachions que tous les biens de nature et de fortune, ainsi que tout ce qui est dans le ciel et au-dessous du ciel, Dieu les fit et les créa, les dirige et les gouverne par sa haute et merveilleuse providence et Lui seul, le Seigneur principal et naturel de tout cela. Pourtant, ces biens de nature et de fortune susdits, nous ne les disons pas spécialement « de Dieu » comme la grâce, car nous trouvons toujours quelqu’un sur la Terre pour les lui attribuer.

31Et la vaillance et le courage, la beauté et le bon entendement de quelqu’un, nous ne les disons pas « de Dieu », mais « de cette personne » elle-même, même si elle les tient de la nature qui la pourvut et la dota de tels biens. Et la richesse et l’avoir, les villages et les rentes que les hommes possèdent en ce monde, nous ne les disons pas non plus « de Dieu », mais « de la personne » même qui les possède. Et nous avons toujours l’habitude de dire que c’est la fortune qui les lui a donnés, même si ce n’est pas bien dit et que ce n’est pas tout à fait exact en réalité. Et c’est seulement la grâce que nous disons « de Dieu », car c’est une chose qui Lui est propre, sienne, réservée et conservée en son bienheureux sein pour que personne d’autre que Dieu seul ne puisse la donner ni la dispenser dans ses biens.

  • 21 Ps 8,7-8 : « Tu l’as établi sur les œuvres de tes mains, tu les as toutes mises à ses pieds ».

32Et nous voyons même que le Saint-Père, comme il est le lieutenant de Dieu et son vicaire, semble également procéder de cette manière, puisqu’il donne pouvoir aux prélats de l’Église pour accorder des bénéfices et des grâces et en pourvoir tout l’état clérical ainsi que l’état régulier, mais il se réserve toujours pour lui quelques cas et quelques sacrements considérés comme spéciaux et singuliers, afin que personne d’autre ne puisse les dispenser si ce n’est Sa Sainteté seulement. Et le Saint des saints, le Père des pères a fait et fait ainsi car Il a donné les biens naturels et Il donne à la nature la puissance et la force afin qu’elle puisse nous les donner. Et les biens temporels, une fois qu’Il les eut créés, Il les soumit immédiatement au pouvoir de l’homme. C’est pourquoi le prophète dit : « Tu as mis toutes les choses aux pieds de l’homme... »21. Et Il a donné et Il donne à l’homme l’industrie et l’art pour qu’il sache acquérir et posséder les biens temporels sous cette bannière que l’on appelle « fortune », mais qu’il vaut mieux appeler « bonne aventure ».

33Mais les biens de grâce, comme ils sont supérieurs et plus singuliers, Il se les est réservés car ceux-ci, nous ne les obtenons pas par la force de la nature ni par un bon coup de chance – et nous ne pourrions les obtenir par aucun autre art ou industrie humains – mais seulement par la bonté, la miséricorde et la grâce de Dieu. C’est pourquoi ils ont les prénom et nom, en vérité appropriés, de « biens de grâce ». Et il me semble que nous voulons dire « biens découlant de » ou « inspirés par la grâce spéciale de Dieu », ou « biens de Dieu, que Dieu donne gracieusement à qui lui plaît », puisque pour ceux-ci, il ne convient pas d’examiner la personne ni de tenir compte de son état (qu’elle soit homme ou femme), ni de la disposition et de la capacité de son entendement (qu’il soit très capable ou tout à fait insuffisant), ni du mérite de ses œuvres (qu’elle soit un juste ou un grand pécheur). En effet, la grâce divine dépasse et excède tout cela et plus encore et elle comble très abondamment les espaces vides de nos défectuosités.

  • 22 Rm 5,20.

34Et l’Apôtre dit : « Là où le délit abonda, la grâce surabonda... »22. Et puisque là où abonde le péché, qui est un défaut de l’âme, la grâce a surabondé et peut surabonder, pourquoi ne pourrait-elle pas surabonder là où abondent les autres défectuosités et souffrances corporelles, si celles-ci ne sont pas des péchés ? Et l’on peut certainement dire que là où abondent nos défauts, la grâce surabonde : car si nous voulons bien l’observer, nous trouverons que cette grâce que la nature et la fortune refusent ou dispensent parcimonieusement, l’abondante grâce du Seigneur la compense et y remédie généreusement. Et il semble pour cela évident que ces susdits biens de grâce sont supérieurs et plus singuliers que ceux de la nature et de la fortune, et cela pour trois raisons : la première, parce qu’ils surpassent la force de la nature humaine, car en elle ou contre elle, la grâce divine a fait et peut faire des choses merveilleuses ; la seconde, parce que ce sont des biens plus excellents et durables, de plus grand profit et plus apaisants pour l’âme que ceux de la fortune ; la troisième, parce qu’ils descendent d’une source supérieure, c’est à savoir la grâce de Dieu.

35Et pour ces raisons et pour d’autres, meilleures et plus satisfaisantes, que ma capacité réduite et mon entendement féminin ne peuvent appréhender ni deviner, je crois avec certitude que les biens de grâce sont supérieurs et plus singuliers que ceux de la nature et de la fortune. Et l’homme ou la femme qui sent qu’il est doté de tels biens, ou de l’un d’entre eux, en quelle estime doit-il les tenir et à quel prix ! Et comme il doit être attentif et diligent à les réserver et à les consacrer au service et en l’honneur de Celui dont émanent ces biens ! Non seulement celui qui les reçoit et les possède, mais également nous-mêmes, lorsque nous voyons briller en quelque personne certains de ces biens de grâce, nous devons nous émerveiller avec ferveur en dirigeant et en adressant notre admiration, non pas à la personne qui les possède – qu’elle soit un homme ou une femme, qu’elle soit intelligente ou simple – mais seulement au Père miséricordieux qui les donne.

36Et si nous adressons notre admiration et l’élevons à la hauteur et à l’unité inestimable de ce souverain Seigneur, nous ne nous étonnerons pas en doutant de ce que nous voyons, mais nous aurons plutôt à nous émerveiller en croyant que Dieu put et peut inspirer et réaliser dans ses créatures, non seulement les biens que nous voyons mais aussi ceux que nous ne voyons pas et auxquels nous ne pouvons pas penser. Et ainsi notre admiration et notre contemplation s’élèvera jusqu’à considérer l’omnipotence, la sagesse et la bonté de Dieu, et toutes ses autres excellences, et notre étonnement ira alors dans le droit chemin, car nous vénérerons et honorerons les choses créées et le souverain Créateur et, dans les bonnes œuvres que nous verrons ses créatures faire, l’inspirateur et le donateur de tous les biens.

  • 23 Ps 8,2.
  • 24 Allusion à la suite du Ps 8 (3-9) : « Ta majesté s’élève au-dessus des cieux. Par la bouche des enf (...)
  • 25 Ps 8,10.

37Et je crois en outre avec certitude que telle est la vérité que le prophète nous enseigne dans le psaume, là où il dit : « Seigneur, notre Seigneur, comme ton nom est merveilleux sur toute la Terre ! »23, car il y a ensuite un petit passage dans lequel il loue la magnificence de Dieu24– il faut comprendre les excellences divines et les biens qu’Il fit et qu’Il fait à l’homme, c’est-à-dire les biens de nature – et [où il dit] comment Il fit l’homme supérieur à tous les choses qui sont sur la Terre – ce que l’on peut comprendre comme les biens de fortune – et comment Il le visite continuellement avec des consolations et des dons spéciaux – ce sont les biens de grâce. Et c’est pourquoi, en conclusion de tout cela, il se met à répéter de nouveau son admiration en disant : « Ô Seigneur, notre Seigneur, comme ton nom est admirable et merveilleux sur toute la Terre ! »25, ce par quoi il apparaît qu’il nous donne clairement à comprendre que toutes les choses que Dieu fait dans le monde, toutes sont faites en l’honneur, à la gloire et pour la magnificence de son saint nom.

38Et il semble ainsi logique que pour tous les biens, autant ceux de nature ou de fortune que ceux de grâce, et autant nos biens propres et particuliers que ceux que verrions Dieu faire à notre prochain, pour tous nous devons élever notre admiration et notre dévotion vers la source souveraine d’où tous les biens descendent. Et de là il s’ensuivra que, lorsque nous aurons vu que Dieu a fait ou fait quelque chose à partir de rien, nous louerons son omnipotence ; et lorsque nous aurons vu que Dieu a transformé ou transforme de petites choses en grandes choses, nous louerons sa magnificence ; et lorsque nous aurons vu que Dieu transforme des entendements simples et grossiers en savants et en gardiens de la loi, nous louerons sa sagesse éternelle ; et lorsque nous aurons vu que Dieu fait comprendre et réaliser quelques biens aux mauvais, nous louerons sa bonté inestimable ; et lorsque nous aurons vu que les bons et les justes reçoivent de Dieu des prix et des récompenses, nous louerons sa justice ; et lorsque nous aurons vu qu’il accorde des grâces et des privilèges aux pécheurs, nous louerons sa grande miséricorde ; et si nous voyons que les femmes écrivent des traités, nous louerons les dons de sa sainte grâce et de sa libéralité divine.

  • 26 Ps 115,8(17) : « Tu m’honoreras par le sacrifice de la louange et j’invoquerai le nom du Seigneur »

39Et de même dans toutes les choses que Dieu a faites, fait et impose de faire aux créatures humaines – autant dans celles dont nous voyons qu’elles se font quotidiennement suivant un cours naturel que dans celles qui se produisent rarement et à de longs intervalles de temps – nous devons diriger notre admiration à la gloire et à l’honneur du nom de Dieu. Et cette admiration susdite est la vénération, la révérence et le sacrifice de la louange que l’entendement humain offre à l’altesse divine. C’est pourquoi le prophète, en tant que représentant du Seigneur des prophètes, dit : « Tu m’honoreras par le sacrifice de la louange... »26.

 

40Et il y a une autre admiration ou manière de s’étonner par laquelle le Seigneur qui fait les merveilles n’est ni loué ni servi et qui est plutôt une offense envers lui : et c’est lorsque nous nous étonnons de quelque grâce ou bienfait que Dieu accorde à nos prochains tant et tant et si énormément, qu’il semble que nous ne le croyons pas. Et cet étonnement douteux vient du fait que nous accordons plus d’attention à la chose que nous voyons qu’à la source dont elle descend, car nous considérons la faculté ou l’état de la personne humaine plutôt que la grandeur de la puissance divine. À partir du moment où notre entendement est totalement absorbé par cette considération, il devient si pesant, lourd et grossier que l’on ne pourra que tardivement, jamais ou à grand-peine le conduire à la compréhension de la finesse et de la subtilité des biens découlant de la grâce divine.

  • 27 « Études » : à comprendre sans doute ici dans le sens latinisant de « studia » (generalia), c’est-à (...)

41Ainsi, avec cette charge pesante de considérations humaines, certaines personnes s’étonnent ou se sont étonnées – et ils considèrent encore douteux et presque impossible – qu’une femme écrive des traités et s’y entende à réaliser quelque œuvre sensée qui soit bonne. Et si des hommes écrivent des livres et des traités compendieux, ils ne s’étonnent pas car ils l’attribuent à l’intelligence et à la capacité d’entendement propres à ceux qui les écrivent et aux sciences importantes et naturelles qu’ils connaissent. Et ils ne se réfèrent en rien à la gloire de Dieu et je ne crois pas non plus qu’ils se rappellent d’où vinrent les sciences naturelles que les hommes apprennent dans les études27 et, pour ceux qui les connaissent, où ils les ont apprises et qui les leur a enseignées. En effet, s’ils y réfléchissaient bien, ils trouveraient que ceux qui sont maintenant les maîtres furent en d’autres temps des disciples et ceux dont ils furent les disciples, un autre maître les leur montra. Et les sciences sont ainsi arrivées entre les mains de ceux qui les détiennent et les connaissent aujourd’hui par l’enseignement des uns aux autres et par l’apprentissage.

  • 28 Sapientia dans le latin de la Vulgate et sapiençia dans le vernaculaire castillan de Thérèse de Car (...)
  • 29 Si 1,1 : « Toute la sagesse est du Seigneur Dieu, elle fut toujours avec Lui et elle préexiste au m (...)
  • 30 Si 1,9-10 : « Lui-même la créa dans l’Esprit Saint, la vit, la compta et la mesura et Il la répandi (...)
  • 31 Si 1,11 : « La crainte du Seigneur est la gloire... ».

42Mais s’ils font bien l’enquête, nous trouverons [sic] que tout, autant le savoir que l’industrie et la grâce pour le montrer et l’apprendre, est descendu et descend d’une source, car le Seigneur des sciences, c’est Dieu seul. Et il me semble même que c’est ce que j’ai lu dans une lecture liturgique que nous avons vers les calendes d’août ou aux alentours, dans le livre qui s’appelle De la Sagesse28, là où il dit : « Toute la sagesse est du Seigneur Dieu... »29; et il dit plus loin : « Lui-même la créa par l’Esprit. En effet, Il la divise et la répartit, la compte et la répand dans toutes ses œuvres et dans toute chair suivant son don et Il la donne à ceux qui l’aiment et à ceux qu’Il aime... »30. Et il apparaît donc déjà que si quelqu’un s’adonnait à cette étude salutaire et sainte, c’est à savoir aimer Dieu, et plantait en son âme la racine de la sagesse, qui est la crainte du Seigneur31, sa grâce ne lui serait pas refusée.

43Et le Père miséricordieux ne dédaigne pas de s’asseoir dans la chaire de l’entendement des simples et de leur lire de merveilleuses leçons. C’est pourquoi tout homme ou toute femme qui voudra s’employer à cette étude deviendra plus sage que Salomon. Et Il ne cesse de nous instruire et de nous dispenser de merveilleux conseils et de saintes inspirations, non seulement à ceux d’entre nous qui L’aiment et qui Le craignent, mais aussi à ceux qui L’offensent continuellement sans Lui rendre le moindre service et sans être dignes de recevoir un bienfait d’un Père aussi saint et élevé ; à tel point que si ma propre malice et ma faiblesse humaine ne dissipaient pas cet enseignement, on pourrait dire que les œuvres que Lui, mon maître souverain, me montre que je dois faire sont meilleures que les mots qu’Il m’a appris à écrire. En effet, y a-t-il une admiration plus indévote que celle de l’homme qui s’étonne tellement d’une chose, parce qu’elle est bonne, qu’il juge impossible ou douteux que Dieu seul l’ait inspirée ou enseignée à la personne qui l’a faite ? Et nous faisons indubitablement plus offense à Dieu que nous ne montrons de révérence envers Lui lorsque nous croyons qu’une personne humaine peut enseigner n’importe quelle science à une autre, mais que nous doutons que le Seigneur des sciences puisse l’enseigner à qui Il le souhaite.

44Et quelqu’un voudra d’aventure discuter ce point en disant que tous croient ceci : que Dieu est à ce point omnipotent qu’Il peut faire d’un homme simple le plus grand lettré qu’il y ait au monde sans qu’il ait suivi un cursus d’études ni appris les lettres ; mais que, de même que son omnipotence peut tout faire, de même, par sa sagesse éternelle et sa providence merveilleuse, Il pourvut et Il pourvoit à toutes les choses en attribuant à chacune d’elles un ordre, une manière et un temps ; et qu’Il fit et Il fait de même pour les sciences naturelles, car il Lui plut et il Lui plaît d’établir l’ordre et la manière que nous voyons pour les apprendre et les enseigner... Ce à quoi je réponds que cette proposition est bonne, mais que je ne dis pas que quiconque aime et sert Dieu doit être subitement transformé en maître ès théologie, docteur ès lois ou bachelier ès canon, ni qu’il doit espérer être pénétré par les arts libéraux. Mais ce que je dis et ce que je veux dire est ceci : que la science et la sagesse que Dieu enseigne et enseignera à tout homme ou à toute femme qui viendra à son école avec amour, révérence et humilité sont telles et de la qualité qui convient au bien-être de chacun, suivant ce que sait son savoir impénétrable et parfait, car Dieu est la parfaite charité.

45Et de même que, de par sa charité parfaite, Il nous aime véritablement, de même, de par sa grande miséricorde et sa grande bonté, Il nous enseigne et instille dans notre entendement et dans notre âme cette sagesse unique dont nous avons besoin pour reconnaître, aimer et réaliser les biens véritables. En effet, ces autres sciences naturelles sont bonnes puisque Dieu les créa et les répandit dans l’entendement des hommes. Mais nous savons que beaucoup de ceux qui connaissaient ces sciences se perdirent et que beaucoup d’autres qui ne les connaissaient pas se sauvèrent. Et donc la seule véritable science est celle qui nous enseigne, nous corrige et nous conduit à connaître, à aimer et à désirer le véritable bien ; et cette sagesse, Dieu ne la refuse pas à celui qui la désire et la recherche avec une sincère sollicitude. Et si vous voulez savoir quelle est l’école où l’on apprend et où l’on vénère cette véritable science, je dis que c’est la mémoire permanente des bienfaits de Dieu.

46Et celui qui serait aussi diligent qu’il se doit pour réussir et bien suivre à l’école susdite, c’est-à-dire en gardant en mémoire et en retournant continuellement dans son entendement les biens qu’il a reçus de Dieu, lui-même se sentirait certainement à ce point obligé et tenu d’aimer et de servir Dieu que, pour le moindre bien qu’il reçoit en ce monde, cela ne lui ferait rien de passer mille ans à son service. Et si les biens que nous avons en ce monde doivent nous incliner à aimer et à servir ce souverain Seigneur, voyez ce que doivent faire les biens et la récompense que nous attendons tant et plus de ce même Seigneur, qui est le bien suprême et parfait et la source abondante de tous les biens. Et que chacun fasse donc dans son âme et dans sa pensée une cellule intérieure où il pourra contempler les bienfaits de Dieu ; et comme, pour ces bienfaits, il se sentira immédiatement obligé de L’aimer, il se sentira ensuite enclin à Le désirer, à Le servir, à Le louer et à raconter aux gens la magnitude ou la grandeur de ses bienfaits et de ses privilèges abondants. Et puisque cette bonne sagesse est très salutaire et très profitable, Dieu ne la refusera à aucune personne qui en aurait besoin.

  • 32 Ps 30,20 : « Qu’elle est grande, Seigneur, la multitude de tes bienfaits que Tu cachas à ceux qui T (...)
  • 33 Jn 1,9 : « La véritable lumière était celle qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme ».
  • 34 Ma 4,2 : « Le soleil de justice se lèvera pour vous qui craignez mon nom ».

47Et donc, le traité que j’ai écrit, les hommes prudents qui l’ont vu savent déjà bien qu’il ne traite ni de philosophie, ni de théologie, ni d’aucune autre science naturelle mais seulement de cette sagesse dévote et salutaire dont nous avons parlé précédemment, qui consiste à savoir reconnaître et garder en mémoire les bienfaits de Dieu, et à savoir reconnaître, scruter et rechercher dans mes maux notoires les miséricordes cachées du Seigneur. C’est pourquoi le prophète dit : « Qu’elle est grande la multitude et la foule de ta douceur, laquelle Tu cachas à ceux qui Te craignent ! »32. Et il semble qu’il donne à comprendre par ces mots que, si nous ne recevons pas avec crainte, révérence et amour les châtiments et les épreuves que Dieu nous envoie et nous donne en ce monde, nous ne pourrons pas connaître et encore moins goûter la douceur de la miséricorde de Dieu ni ressentir la suavité des biens spirituels, lesquels sont inclus et comme cachés dans les épreuves que nous subissons. Et si je n’étais pas digne – et je ne le suis pas – de connaître tant de bien, les bienfaits de Dieu sont malgré tout dignes d’être connus, racontés et loués par toute créature et ce qui se faisait obscur et difficile pour mon entendement féminin, Celui qui est la véritable lumière33 et le soleil de justice34 put le rendre clair et léger.

48Et, de fait, « soleil de justice » est un terme approprié pour le nommer parce que de là-haut, Il diffuse et distribue les rayons de sa clarté là où Il sait et reconnaît que c’est le plus nécessaire. Et où la lumière est-elle plus nécessaire que là où abondent les ténèbres ? Et où la sagesse est-elle plus nécessaire que là où il y a l’ignorance dangereuse ? Et où la grâce est-elle plus nécessaire que là où il y a une multitude de péchés ? Où la consolation est-elle plus nécessaire que là où il y a une grande affliction de l’esprit et de la personne ? Et qui sera l’aide du pauvre et du petit ? Et par « pauvre et petit », il faut entendre la pauvreté de vertus, la petitesse et la grossièreté de l’entendement : car si ceux qui sont pauvres en biens temporels, les riches peuvent les aider, si ceux qui sont de petite et basse condition, les grands peuvent les combler de faveurs, celui qui est pauvre et dénué de vertus et de bons mérites, qui peut le secourir et remédier à une telle pénurie ? Et celui qui est simple et sot, qui peut le rendre prudent et entendu ? Aucune personne humaine, pour vertueuse qu’elle soit, ne peut rendre une autre personne vertueuse et aucun lettré ne peut instruire et rendre savant celui qui a un entendement petit et grossier.

49Et vous voyez donc bien que c’est à l’omnipotence de Dieu qu’il appartient de faire cela. Et ce qu’il convient de faire à son omnipotence, il appartient à son éternelle sagesse de le savoir, car Lui seul sait qui est le pauvre en vertus et Lui seul connaît la grossièreté, la petitesse et l’insuffisance des entendements. Ce qu’il appartient de savoir à cette éternelle sagesse, il appartient à ses inestimables bonté, charité et miséricorde d’y remédier. En effet, si le riche n’est pas obligé de faire l’aumône au pauvre si sa propre charité et sa bonne volonté envers son prochain ne l’y contraignent pas, Dieu serait encore moins obligé de faire ce que peut son omnipotence et ce que son éternelle sagesse sait que nous nécessitons, si sa bonté, sa charité parfaite et sa miséricorde paternelle n’intervenaient pas. En effet, ces trois excellences divines, bonté, charité et miséricorde, sont les intercesseurs et les médiateurs majeurs pour que nous puissions obtenir et avoir les biens, les réconforts et les consolations que seule l’omnipotence de Dieu peut nous donner et dont seule sa sagesse sait qu’ils sont nécessaires en fonction de la qualité et la quantité de nos épreuves.

  • 35 Ps 93, 19 : « Suivant la multitude de mes douleurs dans le cœur, tes consolations réjouirent mon âm (...)
  • 36 Ps 26, 1 : « Le Seigneur est le défenseur de ma vie : qui me fera trembler ? ». Notons que la Vulga (...)

50Et en outre, je crois en vérité que la justice ne dément pas cela et ne nous montre pas son profil gauche : Dieu, lorsqu’il nous flagelle et nous donne des tribulations, est mû par la justice, et le bâton même avec lequel nous, pécheurs, sommes frappés est la justice. Mais dès lors que nous sommes convertis et, par la grâce de Dieu, de pécheurs faits pénitents, qui doute que la justice ne soit notre avocate ? Oui, elle l’est, c’est certain. Et donc puisque Dieu, de par son éternelle sagesse, savait l’extrême pauvreté et le dénuement de vertus de mon âme, et qu’il connaissait également la petitesse et l’insuffisance de mon entendement grossier et la capacité réduite qu’il y avait en moi pour reconnaître, apprécier, savoir et louer ses bienfaits, par son inestimable bonté, il plut à sa grande miséricorde et à sa parfaite charité que son omnipotence – à laquelle seule il appartenait et il appartient de pourvoir mes grands maux d’un soulagement – pourvût une pécheresse de tels soulagements et de consolations si salutaires que je peux indubitablement dire avec le prophète : « Suivant la multitude de mes douleurs dans mon cœur, tes consolations réjouirent mon âme et la remplirent d’allégresse »35. Toi seul examinas ma peine et ma douleur, et c’est à Toi que j’ai révélé ma plainte, Toi, le défenseur de ma vie, Seigneur36, mon Dieu.

 

  • 37 Probablement dans le sens de : « Lui seul me fit la leçon », reformulant la proposition immédiateme (...)
  • 38 Ps 68,2 : « Sauve-moi, Dieu, car les eaux sont entrées jusque dans mon âme ! ».

51Et les gens s’étonnent de ce que j’ai écrit dans le traité, et moi je m’étonne de ce que j’ai tu de la vérité. Mais je ne m’étonne pas en doutant et je ne fais pas grand-chose pour m’étonner en croyant. En effet, l’inspiration me rend certaine et le Dieu de la vérité sait que je n’eus pas d’autre maître, que je ne pris pas conseil auprès de quelque autre lettré et que je ne l’ai pas copié dans des livres, comme certaines personnes ont pris l’habitude de le dire avec une admiration malicieuse. En effet, telle est la seule vérité : que le Dieu des sciences, le Seigneur des vertus, le Père des miséricordes, le Dieu de toute consolation, Celui qui nous console dans chacune de nos tribulations, Lui seul me consola, Lui seul m’enseigna et Lui seul me lut37. Lui inclina son oreille vers moi qui, assiégée par de grandes souffrances et plongée dans les abysses profonds de maux irréparables, l’appelais avec le prophète en disant : « Sauve-moi, Seigneur, car l’eau entre jusque dans mon âme ! »38. Et un flot porteur de grand danger entrait véritablement jusque dans mon âme car je ne reconnaissais pas dans ces miens maux les bienfaits de Dieu, je n’avais pas de patience et je ne savais même pas ce que cela était.

  • 39 Allusion à Lc 18,35 : « Comme Il approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin, e (...)
  • 40 Lc 18,38 : « Et il cria en disant : ‘Jésus, fils de David, aie pitié de moi !’ ».
  • 41 Allusion à Lc 18,39 : « Et ceux qui allaient devant lui intimaient de se taire ».

52Et c’est certain, je crois que mon entendement était alors cet aveugle même qui se trouvait sur le chemin lorsque notre Rédempteur passait près de Jéricho39. Et comme cet aveugle-là qui, incapable de voir la moindre lumière, sentit que Celui par qui la lumière est créée passait près de lui et qu’Il pourrait le délivrer des ténèbres dans lesquelles il se trouvait, mon entendement, aveugle et rempli de ténèbres de péchés, sentit les pas du Sauveur – qui sont les bonnes inspirations qu’Il envoie dans nos âmes avant de venir afin que nous le reconnaissions lorsqu’Il viendra et que nous sachions demander ce que nous devons logiquement demander. Et lorsque mon entendement aveugle sentit par les signes susdits que le Sauveur venait, il commença immédiatement à pousser des cris intérieurs en disant : « Aie pitié de moi, fils de David ! »40. Et ceux qui allaient et venaient intimèrent à mon entendement aveugle de se taire41.

  • 42 « La région dont j’usurpais le nom à ce moment-là » : peut-être Thérèse de Carthagène fait-elle ici (...)
  • 43 Lc 18,39 : « Et celui-ci criait encore beaucoup plus fort : ‘Jésus, fils de David, aie pitié de moi (...)

53Je peux dire sans doute qu’allaient et venaient beaucoup de préoccupations vagabondes et une grande foule de considérations temporelles et humaines qui intimaient à mon entendement de se taire et l’y contraignaient même, car lorsque j’étais sur le chemin près de Jéricho – il faut comprendre que j’avais mis toute mon attention dans la rue de ce monde – et que mon désir était plus proche des affections humaines que des affections spirituelles, il n’était pas étonnant que les pensées qui allaient et venaient et traversaient mon entendement étaient des habitants de Jéricho – c’est-à-dire plus familiers du siècle que de la région dont j’usurpais le nom à ce moment-là42. Ainsi ces pensées et ces mouvements humains intimaient à mon entendement aveugle de se taire mais lui, avec le grand désir qu’il avait de voir la lumière, multipliait de plus en plus ses cris intérieurs en disant : « Aie pitié de moi, fils de David ! »43.

  • 44 Allusion au Ps 123,8 : « Notre secours est dans le nom du Seigneur qui fit le Ciel et la Terre ».
  • 45 Lc 18,41.

54Et il plut au Seigneur d’examiner cette requête insistante, particulièrement éprouvante et fervente, que mon entendement aveugle faisait pour sa propre cause contre ceux qui l’importunaient. Et du fait de sa grande charité, Il voulut s’arrêter et attendre que cet aveugle susdit parvînt à la véritable lumière et qu’il fût conduit et amené en sa présence comme sur son ordre – il faut comprendre « conduit par la grâce divine » –, pressé par une grande nécessité car il ne voyait pas d’autre protection et le secours ne lui venait de nulle part en dehors de Celui qui fit le Ciel et la Terre44. Ainsi mon entendement fut amené en la présence du Sauveur car pour les raisons susdites il avait été contraint et conduit à la prière. C’est lorsque nous prions dévotement et avec attention que nous sommes proprement en présence de Dieu. Et il s’ensuivit alors que par sa grande miséricorde, la même interrogation ou question fut posée à mon entendement que celle que notre Rédempteur posa à cet aveugle qui l’interpellait en criant dans le chemin près de Jéricho, c’est à savoir : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »45.

  • 46 En latin dans le texte. Jn 15,16 : « Je vous ai établis... pour que tout ce que vous demanderez au (...)
  • 47 Allusion au commentaire d’Augustin d’Hippone dans son Traité LXXXVI sur l’Évangile de Jean, intitul (...)

55Et il est vrai que mes désirs naturels et humains m’invitaient et m’inclinaient à demander certaines choses quelque peu contraires au salut spirituel, mais dès que je réalisai que le Seigneur qui m’interrogeait ainsi était mon Sauveur, je sus que si je Lui demandais quelque chose contraire à mon salut, Il ne me la donnerait pas. Et mon entendement s’est également souvenu à ce moment-là de ce que dit saint Augustin à propos de ces mots de l’Évangile : « Tout ce que vous aurez demandé au Père en mon nom... »46, là où il dit qu’il ne le demande pas au nom du Sauveur, celui qui demande quelque chose contraire au salut spirituel47. C’est pourquoi mon entendement, transpercé par ces peurs, cessa de demander ce que demande l’inclination naturelle et demanda seulement ce qu’il sentit qu’il plaisait au Sauveur. Ô combien il plaît à notre Sauveur que nous aimions ce que Lui aima et aime tant, le salut de nos âmes, et que nous désirions ce qu’Il désira tant, Lui qui, amené en personne comme une oblation et une hostie offerte au Père sur l’autel de la Croix, eut soif du salut de nos âmes ! Et donc, quelle demande plus juste, pleine de grâce et acceptable, pouvons-nous faire à notre Sauveur que le salut de notre âme ou ces choses qui relèvent de ce salut ?

  • 48 Les mots de la réponse sont en latin dans le texte. Lc 18,41 : « ‘Que veux-tu que je fasse pour toi (...)
  • 49 Jn 1,9 : « La véritable lumière était celle qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme ».
  • 50 Ma 4,2 : « Le soleil de justice se lèvera pour vous qui craignez mon nom ».

56Et comme mon entendement, dans tout son aveuglement, se sentit interrogé par le Sauveur qui disait : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? », il répondit « Seigneur, Seigneur, que je voie la lumière ! »48. Seigneur, que je voie la lumière par laquelle je reconnaîtrai que Tu es la véritable lumière49 et le soleil de justice50! Que je voie la lumière par laquelle je reconnaîtrai les biens cachés de ta grande miséricorde dans mes maux notoires ! Que je voie la lumière par laquelle, à travers ces miennes souffrances pénitentielles, je Te chercherai et Te désirerai avec une grande ferveur, Toi qui es le véritable médecin des âmes ! Que je voie la lumière par laquelle, dans cette mienne affliction, cette mienne confusion et ces miens tourments, j’aurai le souvenir continuel de Toi qui es la gloire et la béatitude des saints ! Que je voie la lumière par laquelle mon ignorance ténébreuse et féminine sera éclairée par les rayons de ta très haute prudence ! Et envoie, Seigneur, la sagesse depuis le siège de ta merveilleuse grandeur pour qu’elle soit avec moi et que je souffre avec Toi et que je sache tout le temps ce qui est agréable pour Toi !

  • 51 En latin dans le texte. Lc, 18,42 : « Et Jésus lui dit : ‘Vois ! Ta foi t’a sauvé !’ ».

57Et mon entendement aveugle persévérant ainsi dans ces demandes et dans d’autres similaires, il plut à la miséricorde du Sauveur de lui dire : « Vois ! »51. Et ce seul mot fut d’une telle force et d’une telle vertu qu’immédiatement le voile de ténèbres qui aveuglait les yeux de mon entendement se déchira et qu’il vit le Sauveur et Le suivit en magnifiant Dieu. Enfin, ceux qui s’étonnent en doutant du traité que j’écrivis, qu’ils abandonnent le doute et qu’ils s’étonnent en croyant qu’il est un fait que le Seigneur est le refuge du pauvre, l’aide dans les circonstances favorables comme dans les tribulations !

 

58Quelqu’un voudra d’aventure connaître l’explication de ces mots, c’est à savoir comment « mon entendement vit le Sauveur et Le suivit en magnifiant Dieu ». Et pour mieux comprendre cela, je dois d’abord dire quelle est la qualité de la maladie, ce qu’est l’aveuglement de l’entendement et de quelles humeurs proviennent ces ténèbres intellectuelles. Il convient pour cela d’examiner les puissances de l’âme, qui sont l’entendement, la mémoire et la volonté.

59Le premier pouvoir est l’entendement et il me semble que nous devons ainsi lui donner la primauté, car nous ne pouvons nous souvenir de ce que nous ne savons pas et nous ne pouvons pas non plus aimer quelque chose que nous ne connaissons ni ne comprenons. Il s’ensuit que, par nécessité, l’entendement agit et fait son office le premier et, une fois qu’il aura compris, su et reconnu quelque chose, la mémoire et la volonté pourront alors exercer leur office habituel et naturel, rappeler et aimer ce que l’entendement comprend, reconnaît et sait.

60Et ces trois puissances de l’âme sont naturellement disposées et données à l’homme par l’omnipotence et la sagesse de Dieu de façon à ce qu’elles ne puissent être oisives un seul moment, car il est nécessaire que l’entendement réfléchisse à quelque chose et que, par conséquent, la mémoire se rappelle de ce que l’entendement comprend et que la volonté s’incline à aimer ou à abhorrer, suivant la qualité de ce que l’entendement et la mémoire lui présentent. Et puisque nous sommes tous, hommes et femmes, appelés globalement « créatures raisonnables », il semble bien que ce surnom, et la vérité avec lui, nous obligent et nous inclinent naturellement à aimer notre propre bien et à nous y complaire, et à abhorrer le mal et à ce qu’il nous déplaise lorsqu’il nous arrive. Et comme cette inclination naturelle est très intimement propre à tout animal raisonnable, il convient tout à fait et il est nécessaire que l’entendement soit sain et qu’il ait la vue bien saine et claire afin qu’il puisse comprendre, reconnaître et discerner ce qui est bon de ce qui est mal, car il est évident que ce qu’il présentera à la mémoire, la volonté le recevra tel quel en sa grâce.

61Et je me rappelle avoir entendu des docteurs en médecine dire que le corps humain est dirigé par quatre humeurs et que lorsque l’une d’entre elles s’altère et se trouble excessivement, le corps tombe tout de suite gravement malade. Et il semble se produire la même chose pour l’entendement et pour les humeurs par lesquelles il est dirigé et gouverné. Et je crois avec certitude que les humeurs sont les cinq sens. Et si ceux-ci sont bien commandés et dirigés, l’entendement de celui qui les dirigera bien sera en bonne santé. Mais s’il arrive que les cinq sens corporels se dérèglent et s’emploient excessivement dans les choses du siècle, l’entendement tombe malade et, devenu souffrant, il ne peut plus assurer son office qui est d’être la première et principale puissance de l’âme. Et la dissolution de ces humeurs intellectuelles peut être si excessive qu’elle peut conduire l’entendement à perdre la vue.

62Et l’entendement tombe certainement malade à cause des sens, car qui pourra interdire à son entendement de comprendre ce que son œil a vu et ce que son oreille a entendu ? Et si ce qu’il voit et ce qu’il entend est néfaste et perçu comme dissolu, la santé de l’entendement se détériore et la vue intérieure s’obscurcit. Et à partir du moment où l’entendement est malade, je crois en vérité que la mémoire et la volonté ne sont plus saines. En effet, si les puissances de l’âme s’affaiblissent, qui fortifiera l’esprit ? Qui reconnaîtra Dieu ? En effet, l’entendement qui nous est donné pour le reconnaître a perdu la vue. Qui se souviendra de celui qui nous accorde tant de bienfaits si la mémoire est malade et absorbée par des souvenirs mondains ? Qui aimera Celui qui doit être aimé souverainement si notre volonté est atteinte et occupée à des affections contraires à l’amour de Dieu par les yeux de l’entendement ?

63Et de cette manière, à cause des sens, les yeux de l’entendement sont aveuglés : car on peut dire qu’il est aveugle, l’entendement de celui qui voit la lumière passagère du cours de la journée, mais qui ne voit ni ne considère les ténèbres de la nuit de son existence obscure qui l’écartent de la véritable lumière et l’emportent à pas comptés vers les ténèbres éternelles. Et il a donc la vue bien claire celui qui voit les ténèbres et la dissimulation de ses péchés, connaît la misère dans laquelle il vit et la bonté de Dieu qui l’attend pour sa pénitence. Et une grande lumière brille certainement dans l’entendement de celui qui se connaît lui-même et qui connaît Dieu.

  • 52 Tb 4,23 : « ‘N’aie pas peur, mon fils, du fait que nous menions une vie pauvre, car nous aurons bea (...)
  • 53 GRÉGOIRE LE GRAND, Homélies sur les Évangiles, I, 15 (PL76, col. 1132A) : « Si donc, très chers frè (...)

64Et c’est cette lumière que voyait l’aveugle Tobie lorsqu’il enseignait à son fils une doctrine aussi claire et qu’il l’admonestait en disant : « N’aie pas peur, mon fils, du fait que nous menions une vie pauvre, car nous aurons beaucoup de biens si nous craignons Dieu... »52. Par « la vie pauvre », il faut comprendre la pauvreté spirituelle, car il mène une vie pauvre celui qui vit plein de vices et vide de vertus, car les vertus sont les véritables richesses de l’âme. C’est pourquoi saint Grégoire dit : « Si vous voulez être véritablement riches, aimez les véritables richesses ! »53. Mais même ceux d’entre nous qui menons une vie pauvre avec ces véritables richesses, nous aurons beaucoup de biens si nous craignons Dieu.

  • 54 Ps 33,12. J’ai rectifié la seconde phrase, qui signifie littéralement « La crainte du Seigneur vous (...)
  • 55 Ps 33,13 : « Quel est l’homme qui veut la vie et désire voir de bons jours ? ».
  • 56 Ps 33,13.
  • 57 Ps 83,11 : « Parce qu’il vaut mieux un jour dans tes demeures que mille autres... ».

65Craindre Dieu, c’est se détourner du mal et faire le bien. C’est pourquoi le prophète, montrant que la crainte de Dieu consiste en ces deux choses, dit : « Venez, mes enfants, écoutez-moi ! Je vous enseignerai la crainte du Seigneur »54. Et avant de nous enseigner la crainte, il soulève une question et dit, comme s’il interrogeait : « Quel est l’homme qui veut la vie... ? »55. « Vouloir la vie » n’est rien d’autre qu’abhorrer la mort – qui est le péché – et désirer la vertu – qui est la vie de l’âme. En effet, de même que le corps vit par l’esprit, l’esprit vit par la vertu et par la pratique des œuvres vertueuses. Est ajouté directement après : « et qui désire voir les bons jours... »56. Et quels sont « les bons jours » sinon ceux dont parle ce même prophète en ajoutant : « Mieux vaut un seul jour dans tes demeures... » ?57

  • 58 Ps 33,15 : « Détourne-toi du mal et fais le bien, recherche la paix et poursuis-la ! ».
  • 59 Jn 1,9 : « La véritable lumière était celle qui, en venant dans le monde, éclaire tous les hommes »

66Et nous ne pouvons donc monter vers ces demeures et cette habitation céleste autrement que par l’échelle des œuvres vertueuses, pourvue de bons mérites. Et, il est vrai, le prophète enseigne avec une très grande maturité et une très grande prudence la discipline de la crainte de Dieu : car avant de l’énoncer, il soulève toutes ces questions comme une préparation et une mise en garde pour recevoir cette dite crainte. Et immédiatement après, il révèle son enseignement et sa doctrine en disant : « Détourne-toi du mal et fais le bien... »58. Mais comment celui qui ne connaît pas encore le véritable bien – qui ne peut pas se voir avec les yeux corporels mais seulement avec les yeux intellectuels de l’âme – peut-il se détourner du mal ? Et si ces yeux s’obscurcissent à cause de nos péchés et sont aveuglés par la poussière des convoitises terrestres, nous sommes dans les ténèbres et nous ne pouvons voir le chemin de notre patrie, la cité de Jérusalem, si Celui qui est la véritable lumière59 n’éclaire pas notre entendement.

  • 60 Sg 7,26 : « ... parce que [la sagesse] est l’éclat de la lumière éternelle, le miroir sans tache de (...)
  • 61 Ma 4,2 : « Le soleil de justice se lèvera pour vous qui craignez mon nom ».
  • 62 Is 22,21-22 : « Je remettrai ton pouvoir dans sa main et il sera comme le père des habitants de Jér (...)
  • 63 Mt 16,24-25 : « Alors Jésus dit à ses disciples : ‘Que celui qui veut venir à ma suite renonce à lu (...)

67Ô, Lumière éternelle60 et Soleil de justice61, Clef de David et Sceptre de la maison d’Israël62, viens et libère mon âme tourmentée de ces ténèbres et de cette ombre de mort ! Et donc, le véritable Médecin, lorsqu’Il sut la nature de ma souffrance spirituelle, que fit-Il pour m’en guérir ? Il ferma les portes de mes oreilles par où la mort entrait dans mon âme et Il ouvrit les yeux de mon entendement, et je vis et je suivis le Sauveur. Je vis mes mains privées de tous les plaisirs humains et vains, je vis mes épaules chargées de souffrances douloureuses, je vis la justice du juge juste qui me frappa de sa main puissante et je vis la miséricorde du père très clément qui m’attendait pour faire pénitence ; et je suivis le Sauveur. Et l’on peut comprendre « suivre le Sauveur » de beaucoup de manières, mais la plus appropriée et la plus véridique, c’est celle que Lui-même dit dans l’Évangile : « Celui qui veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa propre croix et qu’il me suive... »63.

68Et si renoncer à soi-même n’est autre chose que contredire et combattre sa propre volonté, y renoncer totalement et suivre la volonté de Dieu, moi, à quoi est-ce que je passe mon temps sinon à cette lutte et à cet éprouvant conflit, à savoir contredire ma volonté et y renoncer, et suivre la volonté de Celui qui, de par sa grande miséricorde, me rendit digne d’être flagellée de sa main ? Ainsi, parfois par la grâce infuse de la bonté supernelle de Dieu, parfois par la force manifeste de la rigueur de la justice, j’étouffe continuellement ma propre volonté, je renonce véritablement à moi-même avec une grande difficulté et je m’efforce de prendre ma propre croix – qui est le tourment de ce mien fléau quotidien – entre les mains du contentement intérieur.

69Et en la portant à grand-peine sur les épaules de ma fragile humanité, que fais-je d’autre sinon suivre le Sauveur, non avec des pas corporels mais avec les passions de l’âme qui courent dans l’odeur de ses onguents –  qui sont ses précieuses plaies dont Il voulut être couvert dans sa grande charité et dont Il veut couvrir ceux qu’Il choisit pour Lui ? Et de cette manière, mon entendement aveugle vit, suivit et suit le Sauveur en le magnifiant. Et je dois magnifier Dieu et célébrer avec diligence la grandeur de ses bienfaits, de ses miséricordes et de ses grâces, et les faire connaître aux gens en les racontant à la gloire et à la magnificence de son saint nom, ce que je fis, bien qu’avec peu de dévotion et encore moins de prudence, mais selon mes petites capacités féminines.

  • 64 Ps 144,5 : « Ils parleront de la magnificence de ta gloire et de ta sainteté et raconteront tes mir (...)
  • 65 Ps 18,2 : « Les cieux racontent la gloire de Dieu et le firmament annonce les œuvres de ses mains »
  • 66 Is 12,5 : « Chantez le Seigneur, car Il l’a fait de façon magnifique ! Annoncez cela par toute la T (...)

70Et c’est ce que j’écrivis dans ce traité, qui traite de cette lumière intellectuelle et de cette science susdite qui consiste à louer et à connaître Dieu, à me connaître moi-même, à renoncer à ma volonté et à me conformer à sa volonté, à prendre entre les mains de mon entendement intérieur la croix de la souffrance dont je suis affligée, à aller à la suite du Sauveur au pas de l’affliction spirituelle, à magnifier Dieu par la confession de ma langue en rendant los et louange à son saint nom et à raconter aux gens l’équité de sa justice, la grandeur de sa miséricorde, sa magnificence et sa gloire. C’est pourquoi le prophète dit à propos de la gloire de son royaume : « Ils racontent ta magnificence et ta gloire »64, ou encore : « Les cieux racontent la gloire de Dieu »65. Et la Terre, c’est-à-dire la créature humaine, raconte sa gloire et sa magnificence en disant : « Chantez le Seigneur, car Il l’a fait de façon magnifique ! Annoncez cela par toute la Terre ! »66.

 

71C’est pourquoi ces trois puissances de l’âme qui se troublent et deviennent oisives en cas de dissolution excessive des sens corporels, peuvent devenir et deviennent rigoureuses et diligentes dans leurs offices respectifs par la stricte abstinence de ceux-ci. Et il semble se produire pour l’entendement, la mémoire et la volonté, ce qu’il se produit pour certaines femmes communes qui sortent très souvent de leur maison et se promènent dans les maisons des autres. Celles-ci, par cette mauvaise habitude, deviennent si négligentes et si paresseuses dans le travail féminin et les tâches domestiques du foyer qu’elles ne valent pas plus pour autant, mais que leur propriété et leur maison valent moins.

72C’est par conséquent ce qu’il semble se produire pour l’entendement, lorsqu’il abandonne et délaisse trop souvent sa propre maison, qui est l’étude intérieure de la méditation privée entre les parois du cœur. En effet, de même que les femmes qui restent enfermées entre les portes de leur maison s’emploient à leurs offices propres et honnêtes, l’entendement, soustrait aux choses de l’extérieur et enfermé entre les portes de la méditation privée, s’emploie avec plus de force à son office naturel. Mais l’entendement qui se promène hors de son logis – l’étude intérieure – et se mêle très souvent des affaires mondaines, celui-là ne vaut pas plus pour autant, mais sa propriété – qui est l’âme – vaut moins.

73Ainsi, il se produit pour l’entendement la même chose que pour la femme baladeuse contrainte de rentrer chez elle par l’approche de la nuit, qui revient si troublée et mal disposée à travailler que dans le peu de temps qu’il lui reste, elle ne peut s’employer à quoi que ce soit de ce qui conviendrait à son bien ou à l’utilité de sa maison : car à l’heure où les sens s’apaisent et cessent leurs efforts du fait de la tombée de la nuit, dans laquelle toutes les affaires et les sollicitations extérieures sont réduites au silence, l’entendement, comme contraint par la nécessité, est obligé de se retirer dans sa propre maison – qui est la méditation privée et le soliloque de sa pensée intérieure. Mais il revient si altéré, si troublé par l’oisiveté de la journée, qu’il ne peut profiter du calme de la nuit et comprendre quelque chose qui conviendrait à son bien et à l’utilité de sa maison et de sa propriété mal gouvernées – c’est-à-dire la santé spirituelle.

74Et pour que l’entendement, au repos et bien installé, comprenne ce qui convient à son bien et à l’utilité de sa propriété – qui est la santé de son âme –, il lui est nécessaire de se calmer et de se tenir tranquille dans sa susdite demeure. Et plus il se retournera vers l’intérieur de lui-même, plus rigoureusement il comprendra et s’améliorera dans son office propre, qui est de connaître Dieu, de connaître les bienfaits de Dieu, de connaître les défauts et les fautes de l’âme et de savoir comment elle est prostrée et tombée dans la fosse des péchés par sa grande négligence. Ô, quelle haute sagesse de connaître Dieu et quelle véritable prudence de connaître et de reconnaître les bienfaits de Dieu ! Et quelle science salutaire et profitable de se connaître soi-même et de connaître ses propres défauts et ses fautes ! En effet, la véritable connaissance de Dieu engendre dans l’âme la charité parfaite, la connaissance des bienfaits de Dieu engendre dans l’âme la gratitude du cœur et la connaissance de ses propres défauts et fautes engendre dans l’âme la compréhension et l’humilité.

75En effet, tel est l’office propre des trois puissances de l’âme et particulièrement de l’entendement : en effet, à partir du moment où il veut se mettre entièrement à s’employer dans sa maison à cette sainte pratique susdite, qui est son office propre, la mémoire et la volonté sont immédiatement avec lui et les trois puissances s’entraident et s’efforcent ensemble de prendre le nom qui leur est propre, c’est à savoir être de fait les puissances de l’âme, comme elles le sont par le nom – car elles sont appelées « puissances de l’âme » parce qu’avec ces trois pouvoirs, l’entendement, la mémoire et la volonté, notre âme s’élève tout en haut et s’efforce de monter, malgré la faiblesse humaine, et d’obtenir et de recevoir le véritable bien pour lequel elle fut créée.

  • 67 D’après l’hymne marial Salve Regina : « Vers toi nous élevons nos cris, pauvres enfants d’Ève exilé (...)

76Mais dès lors que l’entendement, la mémoire et la volonté sortent de leur cellule et se répandent beaucoup dans les choses corporelles et vaines, on ne peut plus les appeler puissances mais faiblesses de l’âme, car ils s’amenuisent et deviennent grossiers et l’âme s’affaiblit beaucoup par leur absence et leur négligence. Et il s’ensuit que lorsqu’ils sont tenus à l’écart des occupations du siècle, ils sont plus soucieux de leurs offices spirituels propres et plus diligents. Quand l’entendement, la mémoire et la volonté s’accordent à l’unisson et s’adonnent de bon gré à cette pratique méritoire et bonne, le Seigneur souverain ne refuse pas sa sainte grâce et observe plutôt avec les yeux de l’amour paternel et de la véritable charité les carences de ses enfants exilés dans cette vallée de misère et de larmes67. Et lorsqu’Il voit l’insuffisance et la capacité réduite de l’entendement humain qui ne peut s’élever là où l’âme aspire, Il ouvre sans aucun retard la porte de son arche très sacrée et distille, depuis la source souveraine de sa grande miséricorde, de merveilleuses gouttes sur la Terre disposée à Le recevoir – ce qu’il faut comprendre comme la disposition de la créature humaine aux biens spirituels.

  • 68 Ps 67,36 : « Dieu est merveilleux dans ses saints. Le Dieu d’Israël donnera lui-même vertu et force (...)
  • 69 Lc 15,7 : « Il y aura plus de joie dans le Ciel pour un seul pécheur qui fait pénitence que pour qu (...)

77En effet, même si le prophète et saint roi David dit : « Dieu est merveilleux dans ses saints »68, il semble bien qu’il était et qu’il est l’un de ces saints, car il s’émerveillait de ce que Dieu est merveilleux dans ses saints pour ce qu’il sentait en lui-même de la magnificence divine. Si toutefois nous, pécheurs, voulons parler selon ce que nous sentons en nous-mêmes de la magnificence des bienfaits de Dieu, nous pouvons bien dire : « Dieu est merveilleux dans ses pécheurs », car bien que nous soyons pécheurs, nous sommes siens. En effet, si de par le fait d’être pécheurs nous étions rejetés d’entre les siens, la souveraine vérité ne dirait pas : « Il y aura plus de joie dans le Ciel pour le pécheur qui fait pénitence... »69.

  • 70 Ps 67,36.

78Et si nous voulons savoir combien Dieu est merveilleux dans ses pécheurs, considérons avec combien de patience Il nous soutient, avec combien de sollicitude Il nous protège, avec combien de longanimité Il nous attend, avec combien de charité il nous corrige, avec combien de miséricorde Il nous console, avec combien de bénignité Il nous visite, avec combien de libéralité Il nous comble, avec combien de familiarité Il nous instruit. Dieu est donc merveilleux dans ses saints car Il donne Lui-même vertu et force70 et Dieu est merveilleux dans ses pécheurs car Il donne la miséricorde et la grâce.

  • 71 Jl 2,13 : « Convertissez-vous au Seigneur, votre Dieu, car il est bienveillant et miséricordieux, p (...)

79Et Dieu donne la miséricorde et la grâce au pécheur quand Il le flagelle et le corrige dans la vie présente car c’est le temps de la miséricorde et de la grâce, et celui que nous attendons est le temps du jugement et de la justice. En effet, qui use de justice pendant le temps de la miséricorde envoie le signe qu’il usera de miséricorde et sauvera pendant le temps de la justice. Et qui montrera au lignage des pécheurs comment échapper à la colère à venir, c’est à savoir la rigueur du Jugement Dernier, sinon la miséricorde et la grâce de Dieu ? Et la miséricorde qui nous rend dignes d’être avertis et corrigés dans cette vie, et la grâce qui éclaire notre entendement, connaissons-les et reconnaissons-les et convertissons-nous à Dieu, car il est bienveillant et miséricordieux... !71

  • 72 Jl 2,12 : « Maintenant donc, dit le Seigneur, convertissez-vous à moi en tout votre cœur, par le je (...)
  • 73 Ps 67,36.
  • 74 Ps 144,21 : « Ma bouche dira la louange du Seigneur et que son saint nom soit béni par toute chair, (...)

80Les épreuves, les afflictions, les fléaux que Dieu veut infliger aux pécheurs, même si, de l’extérieur, ils paraissent montrer la rigueur de sa justice, poussent à l’intérieur des cris de miséricorde et de charité. Et ils nous admonestent comme avec une langue humaine en disant : Convertissez-vous à Dieu en tout votre cœur72... Donc Dieu est merveilleux dans ses saints car Il donne lui-même vertu et force73 et Dieu est merveilleux dans ses pécheurs car Il donne Lui-même la miséricorde et la grâce pour les soutenir et les supporter, et Il donne Lui-même nos maux pour reconnaître ses grands biens. Et pour savoir cela, le louer et le raconter aux gens, celui qui a un désir fervent et une soif pressante d’apprendre et de connaître une science salutaire, qu’il vienne à l’école du Dieu des patiences et il recevra le Seigneur, pain de vie et d’entendement, et il lui donnera à boire l’eau de la sagesse salutaire et il puisera à volonté l’eau dans les sources du Sauveur. Et ce jour-là, ils diront : Confessez le Seigneur et invoquez son saint nom, qui est béni pour les siècles des siècles !74 Ainsi soit-il !

 

  • 75 Cette seconde apprécation, placée après un saut de ligne dans le manuscrit de l’Escurial, semble bi (...)

81Grâces à Dieu pour toujours et à jamais !75

Notes

1 Ces deux derniers mots sont en latin dans le texte.

2 Sic : le copiste a omis ici le nom de l’ordre sans laisser de blanc ni utiliser le moindre signe d’abréviation.

3 Ce chapeau de présentation a manifestement été composé par le copiste Pierre Lopez del Trigo.

4 Allusion à Mt 7,17 : « Ainsi tout bon arbre donne de bons fruits, mais le mauvais arbre donne de mauvais fruits ».

5 Ps 121,1 : « J’ai levé les yeux vers les montagnes d’où me viendra le secours ».

6 Il est impossible de savoir si l’on doit ce titre à Thérèse de Carthagène ou bien au copiste Pierre Lopez del Trigo.

7 Ps 32,5 : « la Terre est remplie de la miséricorde du Seigneur ».

8 AUGUSTIN D’HIPPONE, Sermons sur les Écritures, sermon CXXX (PL38, col. 725) : « C’est un grand miracle, très chers, que cinq mille hommes soient rassasiés avec cinq pains et deux poissons. Mais nous ne nous en étonnerions pas si nous considérions Celui qui le fait. Celui qui multiplia dans les mains les morceaux de cinq pains, c’est Celui qui multiplie les semences qui germent dans la terre afin que peu de grains semés puissent remplir les greniers ». Il s’agit du commentaire de Jn 6,9-13 : « ‘Il y a ici un enfant qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant d’hommes ?’ Jésus dit alors : Faites asseoir ces hommes’. Et il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit, et les hommes s’assirent donc au nombre d’environ cinq mille. Jésus prit donc les pains et, après avoir rendu grâces, les distribua à ceux qui étaient assis, ainsi que des deux poissons, autant qu’ils en voulurent. Lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples : ‘Rassemblez les morceaux qui restent afin qu’ils ne se perdent pas !’. Ils les ramassèrent donc et remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge qu’avaient laissés ceux qui avaient mangé. »

9  Ibid. : « Le fait n’étonne pas, non pas à cause de sa faible importance, mais parce qu’il se répète ».

10 2Cor 3,5 : « Non que nous soyons capables de concevoir quelque chose par nous-mêmes, comme venant de nous-mêmes, car notre capacité vient de Dieu. »

11 Allusion à Gn 2,18 : « Le Seigneur Dieu dit : ‘Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Faisons-lui une aide qui lui soit semblable !’ ».

12 Citation approximative d’un texte de Paschase Radbert qui, au Moyen Âge, était attribué à Jérôme de Stridon : « ...parce qu’Il est grand, bon et immense, à un point et de telle manière que Lui seul se connaît » (PL30, col. 128).

13 Ps 103,24 : « Seigneur, tu as fait toutes les choses dans ta sagesse, la Terre est remplie de tes biens ».

14 Gn 2,7 : « Le Seigneur Dieu forma donc l’homme avec le limon de la terre et Il insuffla sur son visage l’esprit de la vie ».

15 Gn 2,18 : « Le Seigneur Dieu dit : ‘Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Faisons-lui une aide qui lui soit semblable !’ ».

16 Allusion au livre vétérotestamentaire de Judith (Jdt). Pour sauver sa ville de Béthulie assiégée par les armées du roi de Babylone Nabuchodonosor, la pieuse Judith séduisit le général Holopherne puis parvint à lui couper la tête pendant son sommeil.

17 Ac 10,34 : « Dieu ne fait pas de favoritisme mais dans toute nation, celui qui Le craint et œuvre à la justice Lui est agréable ».

18 Sg 11,24-25 : « Mais tu prends pitié de tous puisque tu peux tout et tu dissimules les péchés des hommes par la pénitence ; car tu aimes tout ce qui existe et tu ne détestas rien de ce que tu créas ».

19 Ps 8,2 : « Seigneur, notre Seigneur ! Que ton nom est admirable dans toute la Terre ! ».

20 Thérèse de Carthagène a repris ces deux métaphores (en les détournant du culte marial) de l’hymne du XIIe siècle en l’honneur de la Vierge, Salve Regina : « Vers toi nous élevons nos cris, pauvres enfants d’Ève exilés / Vers toi nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes ».

21 Ps 8,7-8 : « Tu l’as établi sur les œuvres de tes mains, tu les as toutes mises à ses pieds ».

22 Rm 5,20.

23 Ps 8,2.

24 Allusion à la suite du Ps 8 (3-9) : « Ta majesté s’élève au-dessus des cieux. Par la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle, Tu as fondé ta gloire pour confondre tes adversaires, pour imposer silence à l’ennemi et au vindicatif. Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, la lune et les étoiles que Tu as créées : qu’est-ce que l’homme, pour que Tu te souviennes de lui ? Et le fils de l’homme, pour que Tu prennes garde à lui ? Tu l’as fait de peu inférieur à Dieu et Tu l’as couronné de gloire et de magnificence. Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains, Tu as mis toutes les choses à ses pieds, les brebis comme les bœufs et les animaux des champs, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, tout ce qui parcourt les sentiers des mers. »

25 Ps 8,10.

26 Ps 115,8(17) : « Tu m’honoreras par le sacrifice de la louange et j’invoquerai le nom du Seigneur ».

27 « Études » : à comprendre sans doute ici dans le sens latinisant de « studia » (generalia), c’est-à-dire comme le lieu des études et non comme la période de formation.

28 Sapientia dans le latin de la Vulgate et sapiençia dans le vernaculaire castillan de Thérèse de Carthagène sont des mots englobant les deux sens de « savoir » et de « sagesse » que distingue le français contemporain. Ici l’auteure joue sur ce double sens, parlant d’abord du savoir scientifique, puis se référant à l’Ancien Testament où le sens de « sagesse » semble l’emporter dans la Vulgate. La référence ne renvoie pas à notre actuel Livre de la Sagesse mais au Siracide, ou L’Ecclésiastique (de Sirach), dont le titre grec, communément utilisé par les Pères de l’Église, était (De) la Sagesse de Jésus, fils de Sirach (en abrégé : (De) la Sagesse de Sirach, ou (De) la Sagesse). En grec, le mot « sophia » recouvrait également le double sens de « savoir » et « sagesse ».

29 Si 1,1 : « Toute la sagesse est du Seigneur Dieu, elle fut toujours avec Lui et elle préexiste au monde ».

30 Si 1,9-10 : « Lui-même la créa dans l’Esprit Saint, la vit, la compta et la mesura et Il la répandit sur toutes ses œuvres et sur toute chair suivant son don, et Il l’offrit à ceux qui sont diligents envers lui ».

31 Si 1,11 : « La crainte du Seigneur est la gloire... ».

32 Ps 30,20 : « Qu’elle est grande, Seigneur, la multitude de tes bienfaits que Tu cachas à ceux qui Te craignent ! ».

33 Jn 1,9 : « La véritable lumière était celle qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme ».

34 Ma 4,2 : « Le soleil de justice se lèvera pour vous qui craignez mon nom ».

35 Ps 93, 19 : « Suivant la multitude de mes douleurs dans le cœur, tes consolations réjouirent mon âme » (ou, de manière moins littérale : « Tes consolations réjouirent mon âme en proportion de la multitude des douleurs dans mon cœur »).

36 Ps 26, 1 : « Le Seigneur est le défenseur de ma vie : qui me fera trembler ? ». Notons que la Vulgate, dans la version de Gutenberg comme dans la dernière version de la Nova Vulgata, emploie le terme « protecteur » au lieu de « défenseur ». Le terme de « défenseur » a cependant été transmis dans le texte vétérotestamentaire par plusieurs commentaires des Psaumes, dont celui attribué à Jérôme de Stridon (PL26, col. 894) ou celui de Cassiodore (PL70, col. 188). Thérèse de Carthagène devait connaître les deux versions et a sans doute préféré ce terme de « défenseur » parce qu’il renvoyait au registre judiciaire dans lequel elle écrivait ce paragraphe : il peut en effet signifier « avocat » chez les Pères de l’Église.

37 Probablement dans le sens de : « Lui seul me fit la leçon », reformulant la proposition immédiatement antérieure.

38 Ps 68,2 : « Sauve-moi, Dieu, car les eaux sont entrées jusque dans mon âme ! ».

39 Allusion à Lc 18,35 : « Comme Il approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin, en train de mendier. »

40 Lc 18,38 : « Et il cria en disant : ‘Jésus, fils de David, aie pitié de moi !’ ».

41 Allusion à Lc 18,39 : « Et ceux qui allaient devant lui intimaient de se taire ».

42 « La région dont j’usurpais le nom à ce moment-là » : peut-être Thérèse de Carthagène fait-elle ici allusion à ses années passées dans le couvent des clarisses de Burgos.

43 Lc 18,39 : « Et celui-ci criait encore beaucoup plus fort : ‘Jésus, fils de David, aie pitié de moi !’ ».

44 Allusion au Ps 123,8 : « Notre secours est dans le nom du Seigneur qui fit le Ciel et la Terre ».

45 Lc 18,41.

46 En latin dans le texte. Jn 15,16 : « Je vous ai établis... pour que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, Il vous le donne ».

47 Allusion au commentaire d’Augustin d’Hippone dans son Traité LXXXVI sur l’Évangile de Jean, intitulé Sur ce que dit le Seigneur depuis « Mais je vous ai appelés amis » [Jn 15,15] jusqu’à « Afin que ce que vous aurez demandé au Père en mon nom, Il vous le donne » [Jn 15,16] (traité 86, PL35, col. 1851-1852). Le traité se termine ainsi : « Mais ce qui ne contribue pas à notre salut, ne croyons pas que nous le demandons au nom du Sauveur, car ce que nous demandons au nom du Sauveur, c’est ce qui relève du salut ».

48 Les mots de la réponse sont en latin dans le texte. Lc 18,41 : « ‘Que veux-tu que je fasse pour toi ?’ Il répondit : ‘Seigneur, que je retrouve la vue !’ ».

49 Jn 1,9 : « La véritable lumière était celle qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme ».

50 Ma 4,2 : « Le soleil de justice se lèvera pour vous qui craignez mon nom ».

51 En latin dans le texte. Lc, 18,42 : « Et Jésus lui dit : ‘Vois ! Ta foi t’a sauvé !’ ».

52 Tb 4,23 : « ‘N’aie pas peur, mon fils, du fait que nous menions une vie pauvre, car nous aurons beaucoup de biens si nous craignons Dieu, si nous nous éloignons de tout péché et si nous faisons le bien’ ».

53 GRÉGOIRE LE GRAND, Homélies sur les Évangiles, I, 15 (PL76, col. 1132A) : « Si donc, très chers frères, vous désirez être riches, aimez les véritables richesses ! ». Il s’agit d’un commentaire de Lc 8,4-15.

54 Ps 33,12. J’ai rectifié la seconde phrase, qui signifie littéralement « La crainte du Seigneur vous instruira », ce qui représentait un contresens sur le texte du psaume. La suite du commentaire montre cependant que Thérèse avait bien compris le texte latin. Il s’agit donc manifestement d’une erreur de copie, enseñará ayant été écrit au lieu de enseñaré dans « el temor del Señor enseñará a vos ».

55 Ps 33,13 : « Quel est l’homme qui veut la vie et désire voir de bons jours ? ».

56 Ps 33,13.

57 Ps 83,11 : « Parce qu’il vaut mieux un jour dans tes demeures que mille autres... ».

58 Ps 33,15 : « Détourne-toi du mal et fais le bien, recherche la paix et poursuis-la ! ».

59 Jn 1,9 : « La véritable lumière était celle qui, en venant dans le monde, éclaire tous les hommes ».

60 Sg 7,26 : « ... parce que [la sagesse] est l’éclat de la lumière éternelle, le miroir sans tache de la majesté de Dieu et le reflet de sa bonté ».

61 Ma 4,2 : « Le soleil de justice se lèvera pour vous qui craignez mon nom ».

62 Is 22,21-22 : « Je remettrai ton pouvoir dans sa main et il sera comme le père des habitants de Jérusalem et de la maison de Juda, et je mettrai la clef de la maison de David sur son épaule... ». Ap 3,7 : « Voici ce que dit le saint et le véritable, Celui qui a la clef de David, Celui qui ouvre et que personne ne pourra fermer, Celui qui ferme et que personne ne pourra ouvrir ». Plutôt que ces passages bibliques, Thérèse de Carthagène cite probablement directement l’antienne grégorienne Ô clef de David et sceptre de la maison d’Israël. Notons que les deux surnoms précédents du Christ, « Lumière éternelle » et « Soleil de justice », apparaissent également dans des pièces liturgiques chantées du Moyen Âge et qu’il pourrait s’agit d’un autre cas de citation liturgique.

63 Mt 16,24-25 : « Alors Jésus dit à ses disciples : ‘Que celui qui veut venir à ma suite renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive ; car celui qui voudrait sauver son âme la perdra et celui qui perdrait son âme à cause de moi la retrouvera’ ».

64 Ps 144,5 : « Ils parleront de la magnificence de ta gloire et de ta sainteté et raconteront tes miracles ».

65 Ps 18,2 : « Les cieux racontent la gloire de Dieu et le firmament annonce les œuvres de ses mains ».

66 Is 12,5 : « Chantez le Seigneur, car Il l’a fait de façon magnifique ! Annoncez cela par toute la Terre ! ».

67 D’après l’hymne marial Salve Regina : « Vers toi nous élevons nos cris, pauvres enfants d’Ève exilés / Vers toi nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes ».

68 Ps 67,36 : « Dieu est merveilleux dans ses saints. Le Dieu d’Israël donnera lui-même vertu et force à son peuple ».

69 Lc 15,7 : « Il y aura plus de joie dans le Ciel pour un seul pécheur qui fait pénitence que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de pénitence ».

70 Ps 67,36.

71 Jl 2,13 : « Convertissez-vous au Seigneur, votre Dieu, car il est bienveillant et miséricordieux, plein de miséricorde et enclin à pardonner les péchés ».

72 Jl 2,12 : « Maintenant donc, dit le Seigneur, convertissez-vous à moi en tout votre cœur, par le jeûne, les pleurs et les lamentations ».

73 Ps 67,36.

74 Ps 144,21 : « Ma bouche dira la louange du Seigneur et que son saint nom soit béni par toute chair, maintenant et pour les siècles des siècles ». Thérèse de Carthagène a laissé en latin la seconde partie de la citation (« ... qui est béni pour les siècles des siècles »).

75 Cette seconde apprécation, placée après un saut de ligne dans le manuscrit de l’Escurial, semble bien avoir été rajoutée par le copiste.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/3420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8M

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search