Version classiqueVersion mobile

Bosquet des malades - Admiration des œuvres de Dieu

 | 
Thérèse de Carthagène

Principes de traduction

Texte intégral

1Les présentes traductions ont été réalisées à partir de l’édition critique des deux textes établie par Clara Esther Castro Ponce, d’après le manuscrit h-III-24 de l’Escurial, pour sa thèse doctorale dirigée par Mercedes Vaquero et soutenue à la Brown University de Rhode Island en 2001 : Teresa de Cartagena. Arboleda de los enfermos. Admiraçión operum Dey. Edición crítica singular.

2Cette version française a été conçue en suivant autant que cela a été possible la logique d’une traduction littérale. L’unique manuscrit subsistant comportant des erreurs de copie et probablement des omissions de mots ou de lignes, j’ai systématiquement opté pour la formulation la plus intelligible des idées de Thérèse en français contemporain, en indiquant les doutes éventuels.

3Les emprunts de Thérèse de Carthagène signalés ici avaient été en très grande majorité repérés par les précédents éditeurs. J’en ai ajouté quelques autres. Philippe Le Maître, que je remercie ici pour sa relecture vigilante et ses conseils avisés, m’en a indiqué plusieurs. Les passages placés en italiques sont des fragments de textes latins que l’auteure avait elle-même traduits en vernaculaire castillan – à l’exception de quelques mots ou phrases qu’elle a laissés en latin, dûment signalés dans la note correspondante. Les citations explicites sont entre guillemets, à l’inverse des emprunts implicites. J’ai à chaque fois proposé en note ma propre version française de la citation latine d’origine et, lorsque cela était nécessaire, du texte environnant. Les références bibliques sont indiquées par les abréviations conventionnelles ; je les ai collationnées à partir du texte de la Vulgate, dans la version utilisée par Gutenberg pour son impression de 1455. Pour les Pères de l’Église et les autres auteurs médiévaux, j’ai utilisé l’édition de la Patrologia Latina, référencée par l’abréviation PL suivie du numéro de volume. Pour les proverbes castillans, j’ai cherché dans la bibliographie la plus ancienne version connue.

4Le découpage en paragraphes répond avant tout à des besoins pratiques et, en particulier, au souci de proposer des repères numérotés. Aussi ne correspond-il pas aux découpages proposés dans les précédentes éditions.

5Rien ne prouve que les copistes du manuscrit de l’Escurial aient respecté la mise en page du texte originel de Thérèse de Carthagène, car l’emploi des alinéas semble défier toute logique. J’ai tout de même signalé spécifiquement ces derniers par un saut de ligne.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search