Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Quatrième partie – Identité du pouvoir et pouvoir de l’identité

Chapitre 2 - Quelle mémoire pour l’Espagne ?

Texte intégral

1Les principales sources de la chronique sont, on l’a vu, le Chronicon Mundi et le De Rebus Hispaniae. Or ces deux chroniques participent d’une conception néo-gothiciste de l’histoire de l’Espagne, en accord avec le contexte politique de la première moitié du XIIIe siècle lié à la Reconquête ainsi qu’à la construction et à l’affirmation des différents royaumes chrétiens de la péninsule Ibérique. Néanmoins le nouveau principe organisationnel développé par Alphonse X dans le récit des origines bouscule la représentation traditionnelle des origines de l’Espagne. En plaçant le sennorio et donc le roi, au centre du récit, il redistribue les rôles et la place de chacun des peuples qui a dominé la Péninsule, puisque tous les rois depuis Hispan ont leur place dans la chronique. Les Goths ne sont plus les seuls ancêtres dont peut se prévaloir l’Espagne, les Romains eux aussi occupent une place importante dans la chronique. L’histoire romaine de l’Espagne se fait à partir de la vie de personnages exemplaires illustrant l’idéal politique alphonsin, en tant que modèles ou contre-modèles. Les vertus du prince, les relations de la noblesse ou du clergé avec leur souverain, le rôle de chacun dans le royaume sont autant de thèmes que la domination romaine permet d’aborder. L’importance soudaine que les rédacteurs accordent à Rome dans la Estoria de España modifie-t-elle la mémoire des origines de l’Espagne ? L’essence de la royauté demeure-t-elle néo-wisigothique ou l’idéal du Roi Sage altère-t-il aussi ce modèle historiographique ?

1. Analyse quantitative

Le De Rebus Hispaniae

2Jiménez de Rada construit l’histoire de l’Espagne comme une histoire des Goths. Après avoir présenté les origines bibliques de l’Espagne et l’arrivée d’Hercule et d’Hispan, l’archevêque évoque brièvement et de façon elliptique les évènements qui se succèdent en Espagne après Hispan :

  • 1 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 13-16. DRH trad., p. 71 : « España permaneció sometida a la servid (...)

Grecorum igitur seruitate Hispania remansit oppressa usque ad tempora Romanorum ; medio tempore regno diuiso plurium preda diripiencium uastationem non potuit fugere, que leonum faucibus cogebatur inferri1.

  • 2 Ibid., du chapitre I, 8 jusqu’au chapitre III, 24, soit cinquante-huit chapitres des soixante-cinq (...)

3Le chroniqueur résume ainsi sept siècles d’histoire en à peine quelques lignes, et il passe directement à l'histoire des Goths, depuis leurs origines jusqu’à leur arrivée en péninsule Ibérique, en passant par leurs conquêtes, leur évolution…, ce qui représente quatre-vingt-dix pour cent du récit des origines jusqu’à Pelayo2. Ce parti pris implique deux conséquences majeures. D’une part, la présence des autres peuples qui ont envahi et occupé tout ou partie de la Péninsule est pratiquement passée sous silence. D’autre part, l’Espagne elle-même disparaît pratiquement de la chronique pendant plusieurs chapitres.

  • 3 Inés Fernández-OrdÓñez, « La técnica historiográfica del Toledano. Procedimientos de organización d (...)

4Ainsi, les Carthaginois ne sont jamais mentionnés dans la chronique du Tolédan et la présence romaine est à peine rapportée. Jiménez de Rada cite les Romains à seulement vingt-et-une reprises, deux fois dans le prologue, six fois dans des titres3 et treize fois dans le corps du récit. Six références renvoient ainsi à l’occupation romaine :

  • 4 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 85-86. DRH trad., p. 57 : « los castigos morales que los romano (...)
  • 5 Ibid., I, 7, p. 19, 13-14. DRH trad., p. 71 : « España permaneció sometida a la servidumbre de los (...)
  • 6 Ibid., I, 3, p. 14, 33-34. DRH trad., p. 65 : « fue ocupada por el poderío de los príncipes romanos(...)
  • 7 Ibid., I, 3, p. 14, 46-48. DRH trad., p. 66 : « durante el consulado fueron asoladas África y Españ (...)
  • 8 Ibid., III, 22, p. 106, 9-10. DRH trad., p. 150 : « fue herida por la espada de los romanos ».

Romani mortis iudicia intulerunt4.
Grecorum igitur seruitate Hispania remansit oppressa usque ad tempora Romanorum5.
Uis Romanorum principum occupauit6.
Tempore consulum Affrica et Hyspania a Scipione destructis Tolemon et Brutus duo consules condidere Toletum7.
Romanorum gladio sauciata8.

  • 9 Toutes sauf deux. Une occurrence renvoie à l’hispanité de l’empereur Théodose (Ibid., II, 3, p. 42, (...)

5Les autres mentions9 des Romains renvoient aux combats au cours desquels les Goths se sont battus soit pour eux (deux mentions), soit contre eux (douze mentions en comptant les titres).

  • 10 Ibid., II, 4, p. 44, 42-45. DRH trad., p. 92 : « Honorio […] decidió de acuerdo con el senado ceder (...)
  • 11 Ibid., II, 7, p. 49, 22-23. DRH trad., p. 96 : « reclamado [Valia] en España por el patricio Consta (...)
  • 12 Ibid., I, 17, p. 35. DRH trad., p. 84 : « sobre los emperadores Galo, Volusiano y Claudio y sus com (...)
  • 13 Ibid., I, 18, p. 36. DRH trad., p. 85 : « sobre el emperador Constantino y los reyes godos Geberid (...)
  • 14 Ibid., II, 2, p. 40. DRH trad., p. 88 : « sobre el hambre de los godos y la muerte del emperador Va (...)
  • 15 Ibid., II, 3, p. 42. DRH trad., p. 90 : « sobre algunos saqueos, la paz con los romanos y la muerte (...)
  • 16 Ibid., II, 4, p. 43. DRH trad., p. 91 : « sobre la derrota de Radagaiso y de Estilicón, y el saqueo (...)
  • 17 Ibid., II, 5, p. 45. DRH trad., p. 92 : « sobre la destrucción de Roma y la muerte de Alarico ».
  • 18 Ibid., II, 15, p. 63, 27-28. DRH trad., p. 108 : « guerreó muchas veces haciendo frente a los despl (...)
  • 19 Ibid., II, 16, p. 64, 9-10. DRH trad., p. 110 : « lanzaba la guerra contra los romanos ».
  • 20 Ibid., II, 16, p. 64, 18. DRH trad., p. 110 : « sitió al ejército romano ».
  • 21 Ibid., II, 17, p. 65, 10. DRH trad., p. 110 : « sometió a las ciudades romanas ».
  • 22 Ibid., II, 17, p. 65, 27-28. DRH trad., p. 111 : « logró en persona dos fructíferos triunfos sobre (...)
  • 23 Ibid., II, 18, p. 66, 4-9. DRH trad., p. 112 : « doblegó las fortificaciones de los romanos […], co (...)

Honorius […] inito consilio cum senatu ut eos a finibus Ytalie pelleret, prouincias longe positas, scilicet, Gallias et Hispanias quas pene perdiderant, concesserunt10.
Itaque ad Hispanias per Constancium patricium eucatus, Romani nominis causa barbaris intulit magnas cedes11.

De Gallo et Volusiano et Claudio imperatoribus et pugnis eorum cum Gothis12.
De Constantino imperatore et Geberit et Hermanarico Gothorum regibus et eorum bellis13.
De fame Gothorum et morte Valentis imperatoris14.
De quibusdam vastationibus et pace Romanorum et morte Athanarici et Fridigerni15.
De strage Redagaysi et Stilicionis et vastatione Italie16.
De destructione urbis et morte Alarici17.

Sepe etiam contra insolencias Romanorum (Récarède)18.
Aduersus Romanos bellum (Wittéric)19.
Militem Romanum obsedit (Gundomar)20.
Urbes Romanas sibi subiecit (Sisebut)21.
De Romanis quoque personaliter bis feliciter triumphauit (Sisebut)22.
Domuit Romanorum […]. Postquam uero regni apicem est adeptus, urbes residuas, quas in Hispaniis manus occupauerat Romanorum… (Swinthila)23.

6Malgré la longue présence romaine – les six dernières références concernent Byzance – en Espagne, les allusions à Rome sont donc rares et, dans plus de la moitié des cas, la mention des Romains se fait à travers le prisme de l’histoire des Goths.

  • 24 Ibid., II, 4, p. 43, 8-9 : « sub Theodosio Alani, Vandali et Sueui Hispanias sunt aggressi ». DRH t (...)
  • 25 Ibid., II, 6, p. 47, 22-23. DRH trad., p. 94-95.
  • 26 Ibid., II, 7, p. 49, 23-30. DRH trad., p. 96.
  • 27 Ibid., II, 9, p. 54-56. DRH trad., p. 100-102.
  • 28 Ibid., II, 14, p. 61, 29-32. DRH trad., p. 107.
  • 29 Ibid., III, 19, p. 100-101. DRH trad., p. 145.

7Quant aux peuples barbares, Vandales, Suèves et Alains, qui ont envahi la péninsule Ibérique au Ve siècle en profitant de la faiblesse de Rome, ils apparaissent à plusieurs reprises dans la chronique, mais en dehors d'une exception24, leur présence est toujours subordonnée à l'histoire des Goths qui les affrontent souvent. Ces combats s'organisent d'abord depuis la Gaule, à la demande des Romains ou de leur propre chef, puis depuis Tolède, dans une volonté d'étendre leur pouvoir à toute la Péninsule. Les Barbares apparaissent donc à travers leurs affrontements avec les Goths Athaulf25, Wallia26, Théodoric II27 et Léovigilde28. Les Arabes, quant à eux ne sont pas mentionnés avant l’épisode de la première pénétration29.

  • 30 Rodrigue Jiménez de Rada (auteur), Juan Fernández Valverde et Juan Antonio Estévez sola (éd.), Rode (...)
  • 31 I. Fernández-Ordóñez, « La denotación de “ España ”… », note 26, p. 55.
  • 32 G. Martin, Les Juges de Castille…, p. 333 : « l’histoire d’Espagne était d’abord celle de la rencon (...)

8Il est vrai que le Tolédan a aussi rédigé une Histoire romaine, une Histoire des Ostrogoths, une Histoire des Vandales, des Suèves, des Alains et des Silings, ainsi qu’une Histoire arabe30. Selon Inés Fernández-Ordóñez, ces histoires s’intégraient pleinement dans le De Rebus Hispaniae qui se composait non seulement de l’Histoire des Goths, mais de toutes ces histoires31, ce qui signifie que les Romains n’étaient pas complètement exclus de l’histoire de l’Espagne. Néanmoins, le fait que Jiménez de Rada passe directement des origines bibliques et mythiques de l’Espagne à l’histoire des Goths, puis à la Reconquête, montre bien que les acteurs principaux de l’histoire de l’Espagne sont pour lui les Goths32. D’ailleurs, dans ces histoires dites mineures, les Romains sont placés sur le même plan que les Ostrogoths, les Vandales, les Suèves, les Alains, les Silings (branche des Vandales) et les Arabes. Sous la plume du Tolédan, l’histoire de l’Espagne est donc résolument une histoire des Goths.

  • 33 De Rebus Hispaniae, livre I chapitres 8 à 19, et livre II, chapitre 1 à 3.
  • 34 Hormis ibid., I, 9, p. 23, 67, dans un résumé de l’histoire des Goths.
  • 35 Ibid., II, 4, p. 44-45. DRH trad., p. 91-92.
  • 36 Ibid., II, 6, p. 47-48. DRH trad., p. 94-95.

9C’est ce qui explique aussi que l’Espagne disparaisse provisoirement de la chronique. Entre Hispan et l’arrivée des Goths en péninsule Ibérique, soit seize chapitres33, le chroniqueur ne mentionne plus l’Espagne34. Celle-ci ne reparaît que lorsque les Romains cèdent la Gaule et l’Espagne aux Goths35, et lorsque le roi Athaulf y pénètre et y meurt36. Ces seize chapitres représentent tout de même un quart des soixante-cinq chapitres censés narrer les origines de l’Espagne, du Déluge jusqu’au règne de Pelayo.

La Estoria de España

10Comme on peut le constater dans le tableau suivant, la structure de la Estoria de España est bien différente de celle que proposait Jiménez de Rada.

  • 37 Si l’on décompte les chapitres 49 à 60 consacrés à Didon et à la fondation de Carthage.

Chapitres

Peuples

Nombre de chapitres

Proportion

1 à 13

Fondateurs mythiques

13

2,3%

14 à 15

Almujuces

2

0,4%

16 à 22
(et 49 à 60)

Carthaginois

7
19

1,2%
3,3%

23 à 364

Romains

342
33037

60,5%
58,4%

365 à 385 

Vandales, Silings, Alains et Suèves

21

3,7%

386 à 565 

Goths

180

31,9%

  • 38 PCG, chapitres 466, 467, 469, 471, 472, 475, 478, 483, 486, 487, 488, 489, 493, 494.

11Tous les peuples qui ont envahi ou dominé la péninsule Ibérique sont représentés dans la chronique, dans laquelle les Wisigoths ne correspondent plus qu’à un petit tiers du récit des origines – un peu moins encore si l’on considère que quatorze38 de ces chapitres sont consacrés à l’histoire des Musulmans –, au lieu de pratiquement la totalité chez le Tolédan.

  • 39 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.
  • 40 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 19-26, et « El taller historiografico alfonsi…», p. 9.
  • 41 Lucas de Tuy avait divisé sa chronique en livres, mais pas en chapitres. Le Tolédan était le premie (...)

12La chronique alphonsine regroupe donc en diachronie et en synchronie l’histoire de tous ceux qui y ont exercé le pouvoir, indépendamment de l’ethnie39. Conformément à ce que nous avons montré, l’axe du récit est en effet ce que les rédacteurs appellent le « sennorio ». La continuité du récit s’organise autour de la ligne chronologique du pouvoir, de ceux qui détiennent le sennorio sur l’Espagne40. La chronique est structurée par une suite de dominations exercées par les différents peuples et non par l’histoire des Goths. Il est probable que cette nouvelle conception de l’histoire de l’Espagne n’allait pas de soi pour les contemporains du Roi Sage – comme beaucoup de ses projets –, et c’est sûrement la raison pour laquelle les rédacteurs alphonsins se montrent si pédagogues avec le lecteur qu’ils guident dans la progression du récit. En effet, en plus de la structuration en livres et chapitres41, à partir de l’arrivée des Almujuces, le récit de chaque sennorio est encadré d’une forme d’introduction et de conclusion qui permettent au lecteur de se situer et de comprendre pourquoi la chronique change soudainement de protagonistes.

  • 42 PCG, titre 14, p. 14.
  • 43 Ibid., 15, p. 15, 53a-54a.
  • 44 Ibid., titre 16, p. 15.
  • 45 Ibid., 22, p. 18, 47a-50a.
  • 46 Ibid., titre 23, p. 18.
  • 47 Ibid., 364, p. 207, 28a-35a.
  • 48 Ibid., titre 365, p. 207.
  • 49 Ibid., 385, p. 215, 39b-44b.
  • 50 Ibid., titre 386, p. 215.

Arrivée des Almujuces :
De cuemo los almuiuces ganaron Espanna et fueron sennores della42

Fin des Almujuces – Arrivée des Carthaginois :
Duro este sennorio fasta que uinieron los dAffrica e ganaron Espanna43.
Cuemo entro el sennorio de los dAffrica en Espanna44.

Fin des Carthaginois – Arrivée des Romains :
Mas agora dexa aqui ell estoria de fablar desto e torna a contar de cuemo el poder de los romanos entro en Espanna45.
De cuemo el poder de los romanos entro en Espanna46.

Fin des Romains – Arrivées des Barbares :
Mas por que aquell año de acabo el sennorio de los romanos en Espanna et le ganaron los uandalos et los sueuos et los silingos et los alanos, unas gentes que eran estrannas et muy buenos omnes darmas segund su poder, torna la estoria a contar dellos, onde fueron et de los fechos que fizieron47.
De qual tierra et que gentes fueron los uandalos et los silingos et los alanos et los sueuos, et de los fechos que les auinieron ante que entrassen las Espannas48.

Fin des Barbares – Arrivée des Goths :
Por end dexa aqui la estoria de fablar de los sueuos et de los uandalos et de los fechos que contescieron en Espanna et cuenta de los godos que fueron ende sennores depues aca todauia, cuemo quier que ouieron y los moros yaquanto tiempo algun sennorio49.
Aqui comiença la estoria de los godos et cuenta de que yentes fueron et de quales tierras salieron50.

  • 51 Ibid., chapitres 386 à 408.

13Dans ces passages explicatifs on note la présence systématique du mot Espanna(s), hormis dans le premier titre qui concerne les Goths qui ne pénètrent en Espagne que vingt-trois chapitres plus loin51. Les rédacteurs martèlent en quelque sorte que le fil conducteur du récit est l’Espagne, et non un peuple en particulier qui serait identifié à l’Espagne comme l’étaient les Wisigoths jusqu’à présent. Lorsqu’un peuple s’installe et s’empare de l’Espagne – cela étant signifié dans la chronique par « ganaron » ou « entro » –, il chasse les précédents maîtres. Les conquérants passent, l’Espagne demeure.

  • 52 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.

14La conception de l’histoire ne se fait donc plus à travers un seul peuple, mais à travers plusieurs, dont le point commun est l’Espagne. Comme nous l’avons mis en évidence, le Roi Sage adopte une conception géographique de l’histoire. Dorénavant, le sol prime52, et les Wisigoths n’incarnent plus l’Espagne à eux seuls. L’histoire ne s’articule plus autour d’eux, mais autour de la terre-Espagne. Cette perception diffère radicalement des sources historiographiques d’Alphonse X et, particulièrement sur les deux points mentionnés plus haut : les Goths perdent leur exclusivité, et l’Espagne est au centre du récit. Le critère qui détermine l’hispanité n’est plus l’appartenance à la nation gothique d’Isidore, mais la présence en péninsule Ibérique. Est Espagnol celui qui est né en Espagne, où qui y réside depuis dix ans si l’on se réfère aux Partidas.

  • 53 Rasis, 49, p. 118-121.
  • 54 Ibid., p. XXX : « Al-Razi, en cambio, comienza por definir geográficamente al-Andalus […]. La histo (...)
  • 55 Ibid., p. XXX.

15Néanmoins, affirmer qu’Alphonse X est le premier à adopter ce type de structure du récit n’est pas tout à fait exact. En effet, la Chronique du Maure Rasis, dont nous avons étudié plus haut la présentation géographique, présente ce point commun avec la Estoria de España qu’elle n’a pas pour objet un peuple, une gens en particulier, comme c’est le cas avec les récits d’Isidore de Séville ou de Jiménez de Rada. Comme l’indique son titre original, la Chronique du Maure Rasis, ou Histoire des rois d’Al-Andalus, porte sur tous les rois qui ont un jour gouverné ce territoire depuis Noé53 et donc pas seulement sur les princes maures ou sur les califes omeyyades54. Al-Razi ne fait pas commencer l’histoire de l’Espagne à la Mecque, à Médine, ou à Damas – Muawiya y fonde le Califat omeyyade en 661 –, mais bien en Espagne avec les descendants de Noé, suivis des rois mythiques, des rois romains, des rois goths… Diego Catalán insiste d’ailleurs sur les ressemblances entre la Chronique du Maure Rasis et la Estoria de España : « sólo un Alfonso X volverá, andados los tiempos, a concebir una historia de España de estructura similar »55. Le philologue suppose qu’al-Razi choisit cette structure chronologique centrée sur un territoire donné afin d’ériger la terre en une sorte de bannière capable d’unir les habitants de la Péninsule afin de garantir la stabilité du Califat omeyyade de Cordoue :

  • 56 Ibid., p. XXX.

Esta importancia concedida al suelo, como marco de la historia, responde, posiblemente, a la conciencia que al-Razi tenía de que la autonomía y grandeza del califato Omeya solo era posible gracias a la convivencia en la morada hispánica de gentes muy diversas que se sentían identificadas con esa morada56.

16Effectivement, la terre peut devenir l’un des (rares) points communs pour des hommes pratiquant des religions différentes et parlant des langues différentes, tout comme le sennorio est un élément central de la cohésion du royaume dans la Estoria de España et dans la conception politique alphonsine en général. Toutefois, les deux chroniques demeurent dissemblables aussi bien dans leur structure que dans leurs objectifs. De fait, malgré l’utilisation du mot « España / Españas » la Chronique du Maure Rasis ne porte pas sur toute l’Espagne, mais sur Al-Andalus puisque les régions chrétiennes sont exclues de la longue description géographique qui ouvre la chronique. Si l’on considère, comme Diego Catalán, que cette partie est destinée à présenter la terre commune, de façon à y ancrer le récit qui suit, terre qui est censée fonder l’unité du royaume omeyyade, on peut en conclure, conformément au titre d’ailleurs, qu’il s’agit d’une histoire d’Al-Andalus et non de toute l’Espagne. Partant, on peut en déduire que la description géographique et le territoire auquel elle se rapporte n’ont pas de vocation idéologique au-delà d’être le cadre où se déroule l’histoire qui suit. Contrairement à la Estoria de España, la chronique n’a pas vocation à fonder un sentiment d’appartenance transnational, qui dépasserait les frontières d’Al-Andalus pour englober toute la Péninsule. Géographiquement, al-Razi ne formule pas un projet pour l’Espagne mais un projet pour son royaume, à l’inverse du Roi Sage qui lui, ancre géographiquement ses enjeux politiques et sociétaux.

  • 57 J. LE GOFF, La Civilisation…, p. 196-197.

17De plus, si la structure historiographique choisie par Alphonse X est semblable à celle privilégiée par al-Razi, il existe un point sur lequel les deux chroniques divergent pourtant fondamentalement, et c’est la place accordée à la présentation géographique. Pour l’un géographie et histoire sont unies, pour l’autre elles sont séparées. Conformément à la conception latine, l’espace ne prend réellement vie que s’il a été fondé par un conditor, un fondateur qui transfère sa puissance57 et son prestige à la ville. Or, la description d’al-Razi, bien que très détaillée ne confère pas cette ancienneté et cette noblesse à l’Espagne, car le chroniqueur maure ne poursuit pas le même dessein. Sa description remplit parfaitement son rôle, celui de situer l’action dans un espace défini. En revanche, le Roi Sage, qui a de plus grands projets, rédige sa présentation sous le prisme des fondations et des actions humaines et parvient à prouver la noblesse de l’Espagne et à enraciner au plus profond de l’histoire du monde une translatio regni dont il est le dépositaire. En s’intégrant à l’historiographie, la description géographique cesse d’être une simple mappa mundi et devient un rouage de plus dans la mécanique de l’argumentation et de la démonstration alphonsines. En somme, les divergences de structure entre les deux chroniques ne relèvent pas d’une simple divergence de forme, mais sont au contraire le signe d’une différence de conception de l’historiographie et d’une évolution idéologique fondamentale. Alphonse X est le premier historiographe péninsulaire chrétien qui utilise cette conception centrée sur le sennorio et non sur une gens. Il a probablement emprunté à al-Razi sa structure dans laquelle il a dû voir le vecteur idéal pour construire une translatio regni et développer son argumentaire. Du reste, les deux chroniqueurs se retrouvent sur l’importance qu’ils accordent à la terre commune exaltée. Toutefois, comme vis-à-vis de ses autres sources, le Roi Sage s’inspire, retient les éléments qui servent son propos, les exploite et les magnifie, pour finalement dépasser son modèle.

  • 58 PCG, 107, p. 84, 32b-35b.

18D’ailleurs le fait que l’Espagne soit devenue le noyau du récit n’implique pas qu’elle soit présente à chaque chapitre, lorsque les rédacteurs alphonsins introduisent un nouvel envahisseur, ils présentent ses origines, comme l’indiquent par exemple le premier titre consacré aux Barbares et celui consacré aux Goths. Parfois comme pour les Goths ou pour Didon, la présentation nécessite même plusieurs chapitres, mais dans ces cas-là, l’éloignement de l’Espagne n’a pas les mêmes implications que chez Jiménez de Rada. En effet, il ne s’agit plus uniquement des Goths, puisque les autres peuples aussi sont concernés. Ces digressions ne donnent donc pas une impression de focalisation sur tel ou tel peuple, mais plutôt d’exhaustivité. Elles ne servent pas à établir une généalogie de l’Espagne qui remonterait à tel ou tel ancêtre goth ou tyrien, mais à présenter le peuple qui détient ou va détenir le sennorio de la façon la plus complète possible. Lorsque les rédacteurs donnent les noms des différents types de dirigeants romains, ils rappellent pourquoi ils le font : « por que en los fechos de los romanos tanne mucho de los de Espanna, por esso non podemos escusar que no fablemos dellos »58. Même si de prime abord certaines digressions n’ont pas l’air de se rapporter à l’Espagne, si ces éléments se réfèrent au peuple qui exerce le pouvoir, alors ils concernent l’Espagne.

  • 59 Ibid., 559, p. 312.
  • 60 Ibid., 560, p. 314.

19Malgré les changements de focalisation et quelques digressions, ces rappels structurels, ainsi que l’exposition chronologique en tête de chaque chapitre ou presque, apportent une continuité au récit. Les années de règne se succèdent, les rois se succèdent, et finalement les peuples se succèdent à la tête de l’Espagne dans un enchaînement naturel et logique. La ligne de succession des différents peuples et rois qui ont exercé le sennorio sur l’Espagne dessine ainsi une continuité chronologique depuis la Création jusqu’à Alphonse X. Cependant, cette impression ne résiste pas à un examen plus précis car, malgré les apparences, l’enchaînement littéraire ne signifie ni exhaustivité ni un même traitement pour tous les peuples ayant exercé le sennorio dans la péninsule Ibérique. En effet, les Arabes qui ont exercé leur pouvoir durant un temps long sur une grande partie de la péninsule Ibérique ne bénéficient pas de leur propre sous-partie, alors que les Carthaginois qui n’ont dominé qu’une partie de la Péninsule sont pourtant reconnus comme seigneurs de l’Espagne dans une sous-partie de sept chapitres ainsi que dans douze chapitres successifs insérés dans la sous-partie consacrée aux Romains. Si la logique structurelle initiale avait été suivie jusqu’au bout, les chapitres sur le Prophète auraient dû se trouver en tête d’une partie consacrée au sennorio des Arabes et non pas émailler la partie consacrée aux Wisigoths. Le chapitre 559 intitulé « del duello de los godos de Espanna et de la razon porque ella fue destroyda »59 aurait pu être le dernier chapitre du sennorio des Goths, et le chapitre 560, intitulé « de como Tarif enuio destroyr tierra de Espanna et de como fue presa Cordoua »60, aurait pu être le premier de celui des Arabes. Cependant, tel n’est pas le cas. De plus, tout le récit postérieur à la proclamation de Pelayo se concentre sur le royaume astur-léonais puis sur les royaumes de León et de Castille, à l’exclusion des autres royaumes chrétiens. Tous les peuples qui ont exercé leur pouvoir sur tout ou partie de la Péninsule ne reçoivent donc pas le même traitement dans le récit.

  • 61 Contrairement aux Almujuces, aux Carthaginois ou aux Vandales par exemple.
  • 62 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 24.
  • 63 I. Fernández-Ordóñez, « Evolución del pensamiento alfonsí… », p. 268.

20De plus, certains royaumes sont absents de l’histoire de l’Espagne par la structure même du récit. Par ce choix de construction qui accorde une place toute secondaire au Portugal, à la Navarre à l’Aragon ou à Al-Andalus61, la chronique exclut ces royaumes de la ligne successorale62 du pouvoir exercé sur l’Espagne. L’établissement de la continuité chronologique est donc le fruit de choix, d’inclusions et d’exclusions. C’est ce qu’Inés Fernández-Ordóñez appelle le « señorío natural »63 ; pour la chercheuse, il ne s’agit pas seulement de montrer ceux qui ont dirigé l’Espagne, mais ceux qui l’ont légitimement dirigée. Dans ces conditions, l’histoire de l’Espagne est en fait l’histoire de la Castille…

  • 64 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 24.

La estructura de la Estoria de España manifiesta las aspiraciones de la monarquía castellano-leonesa a ser reconocida como heredera de los derechos al dominio sobre todo el territorio penínsular64.

21En d’autres termes, la structure même de la chronique constitue un élément de revendication et de légitimation. La succession des règnes des seigneurs de l’Espagne n’est donc pas tant une construction chronologique qu’une construction idéologique, et même doublement idéologique. D’une part la structure tend à légitimer les prétentions de la Castille grâce à la continuité chronologique et, d’autre part, la focalisation sur l’Espagne induit un changement radical dans la présentation des origines, et l’introduction de plusieurs autres peuples. En se concentrant sur les Wisigoths même avant leur arrivée en Espagne, les historiographes prédécesseurs du souverain avaient d’une certaine manière excentré le sujet, Alphonse X le recentre.

2. Analyse qualitative

22L’analyse quantitative de la chronique a permis d’établir les changements structurels introduits par le Roi Sage vis-à-vis de ses sources, ainsi que sa conception nouvelle de l’histoire, recentrée sur l’Espagne. Le fait que le rapport de force entre les Romains et les Goths ait été inversé signifie-t-il pour autant que leur image a changé ? Quel peuple constitue désormais le meilleur ancêtre ? Quel peuple est le plus utile à Alphonse X pour légitimer son règne ? Après l’analyse quantitative, une analyse qualitative du récit consacré aux Grecs, aux Romains et aux Wisigoths s’impose.

Isidore de Séville et Rodrigue Jiménez de Rada

  • 65 J. FONTAINE, Isidore de Séville…, p. 373. « L’Empire d’Orient n’était plus seulement indésirable en (...)
  • 66 S. TEILLET, op. cit., p. 464.
  • 67 Ibid., p. 464.
  • 68 S. TEILLET, op. cit. p. 464.

23À l’époque d’Isidore de Séville, les Byzantins possèdent encore de larges territoires dans le sud de la Péninsule et cette présence si proche représente une menace militaire et religieuse pour le Royaume de Tolède. Des combats opposent régulièrement les Byzantins aux rois goths qui veulent s’emparer de toute la Péninsule. L’évolution théocratique de l’Empire byzantin inquiète aussi Isidore qui y voit un danger pour l’Église d’Espagne65. Aux yeux d’Isidore, c’est sans doute l’idéal romain, probablement encore vivace en Espagne66, qui présente le plus grand danger. Il empêche les Wisigoths, barbares et anciens fédérés romains, de construire leur légitimité et les condamne à vivre dans l’ombre de la grandeur de Rome. L’Empire romain d’Occident s’est effondré en 476, soit plus d’un siècle avant la conversion de Récarède, mais c’est justement cela qui le rend plus dangereux. L’on peut vaincre les Byzantins et les bouter hors de la Péninsule, on peut repousser les Francs au-delà des Pyrénées, mais il est plus difficile d’abattre un idéal disparu. Isidore de Séville a donc entrepris d’affirmer le Royaume de Tolède face aux autres barbares67, face aux Byzantins ainsi que face à Rome68.

  • 69 Ibid., p. 467-468, p. 475…
  • 70 Ibid., p. 464 et p. 467.
  • 71 Ibid., p. 467.
  • 72 Ibid., p. 468, notes 40 et 41, p. 469, 475.
  • 73 Ibid., p. 481.
  • 74 Ibid., p. 475.

24Face à ces trois dangers potentiels, Isidore développe une réponse sur mesure à travers son Histoire des Goths. Il y construit l’unité du Royaume à partir de la conversion, compose un mythe des Goths en opposition à celui de Rome, et institue une translatio regni69 qui appuie ce nouveau mythe au détriment de Rome70. En fait l’archevêque tente d’affaiblir l’idéal romain tout en l’utilisant pour établir une translatio regni qui légitime les Goths. En effet, pour qu’il y ait translatio il faut qu’il y ait disparition, on ne peut hériter d’un vivant. Il s’agit donc d’achever littérairement et idéologiquement Rome au profit des Goths. Ainsi, la prise de Rome par Alaric Ier 71, l’expulsion définitive des Byzantins – appelés Romains – par Swinthila72 sont deux étapes clé de la translatio regni entre Rome et Tolède opérée par Isidore. Après le sac symbolique de 410 par la seule armée capable de se mesurer à celle de Rome73, Alaric Ier emporte la potestas romaine avec lui, ses successeurs l’installent en Espagne et Swinthila achève la transition en éliminant la dernière présence romaine. La fin du regnum Romanorum en Espagne coïncide ainsi avec la proclamation du regnum Gothorum74. Rome cesse alors d’être le centre du monde.

  • 75 Ibid., p. 467.

Parallèlement aux âges du monde – au plan religieux de l'histoire –, se succèdent les royaumes – au plan temporel –, de manière irréversible. Ainsi Rome n'occupe-t-elle qu'une place temporaire, relative, et non privilégiée dans l'histoire du monde75.

  • 76 Ibid., p. 464.
  • 77 J. FONTAINE, Isidore de Séville…, p. 224-225.
  • 78 Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, Laus Spaniae, 4, 82 : « jure itaque te jam pridem a (...)
  • 79 S. TEILLET, op. cit., p. 476.
  • 80 Ibid., p. 467.
  • 81 Ibid., note 8, p. 464.

25Isidore remplace le mythe romain par le mythe goth76, en composant notamment un Laus Spaniae, un éloge de l’Espagne, qui précède la version longue de son Histoire77, et dans lequel il célèbre le mariage entre l’Espagne et les Goths, qui succède au premier mariage de l’Espagne avec Rome. Cette métaphore des secondes noces78 participe de cette translatio regni, de ce remplacement de l’Empire romain par le Royaume de Tolède. Il fait aussi figurer la datation de l'ère hispanique avant la datation romaine79, et il n’établit aucun lien entre le règne d'Auguste et la naissance du Christ80. Suzanne Teillet affirme même que l’archevêque « s’attache souvent à détruire sur un plan politique ce monde romain qu'il s'efforce ailleurs de conserver dans l'ordre de la culture et de la langue »81. Non seulement Isidore a rendu ces envahisseurs barbares plus présentables mais il a aussi construit leur légitimité à gouverner l’ancienne province de l’Hispanie. Ils n’ont rien à envier aux Romains, qu’ils soient occidentaux ou orientaux, ni encore moins aux autres Barbares.

26Malgré les siècles écoulés, la chronique de Lucas de Tuy et surtout celle de Jiménez de Rada sont imprégnées de l’œuvre isidorienne. Le contexte politique a changé, mais le mythe goth est devenu plus utile que jamais. En effet, il n’est plus seulement utile à la construction d’un présent idéalisé dans le contexte des royautés barbares, il est désormais indispensable à la construction d’un passé idéalisé justifiant la Reconquête. Dès son prologue, Jiménez de Rada, expliquant son projet de rédiger l'histoire de l'Espagne, présente ainsi les Goths :

  • 82 Ibid., prologue, p. 7, 75-78. DRH trad., p. 57 : « entre todos los príncipes los siglos tuvieron po (...)

Inter omnes autem principes Gothorum reges secula precipuos habuerunt et testamentali edicto Hispanie legauerunt, quorum insigna usque ad tempora que me pretereunt deriuaui82.

  • 83 Ibid., III, 21, p. 104-106. DRH trad., 148-150.

27Cette phrase contient la clé du passé de l’Espagne selon le Tolédan : des racines uniques, reliées à l’exaltation des Goths. Comme l’a montré l’analyse quantitative, Jiménez de Rada exclut tout autre origine possible, l’Espagne n’est que gothique et c’est de là que tire toute sa légitimité Ferdinand III, à travers Pelayo et les rois asturléonais. L’archevêque reprend les mêmes idées qu’Isidore, la glorification des Goths et la dépréciation des Romains. Il reprend aussi son Laus Spanie, qu’il transforme en De destructione Gothorum et conmendatione Hispanie83 qu’il place au moment de la chute des Goths et non plus au début du récit comme Isidore. Les Romains pratiquement inexistants dans le De Rebus Hispaniae, sont présentés comme une plaie – au sens biblique du terme – pour l’Espagne. Ils sont essentiellement présents à travers l’histoire des Goths, ce qui en fait de facto les ennemis du peuple qui incarne l’Espagne. Les autres mentions sont placées sous le signe de l’oppression brutale :

  • 84 Ibid., prologue, p. 7, 85-86. DRH trad., p. 57 : « los castigos morales que los romanos les infligi (...)
  • 85 Ibid., I, 3, p. 14, 33-34. DRH trad., p. 65 : « fue ocupada por el poderío de los príncipes romanos(...)
  • 86 Ibid., I, 3, p. 14, 46-48. DRH trad., p. 66 : « durante el consulado fueron asoladas África y Españ (...)
  • 87 Ibid., III, 22, p. 106, 9-10. DRH trad., p. 150 : « fue herida por la espada de los romanos ».

Romani mortis iudicia intulerunt84.
Uis Romanorum principum occupauit85.
Tempore consulum Affrica et Hyspania a Scipione destructis Tolemon et Brutus duo consules condidere Toletum86.
Romanorum gladio sauciata87.

28Au XIIIe siècle et sous la plume du Tolèdan, l’essence du mythe goth a peu ou pas changé, de même que la perception de la présence romaine toujours présentée comme nocive à l’Espagne. Du reste, les Grecs reçoivent sensiblement le même traitement que les Romains, hormis Hispan, le fondateur éponyme.

  • 88 Ibid., I, 5, p. 16, 15-16. DRH trad., p. 68 : « avanzando luego a través de la provincia Cartaginen (...)
  • 89 Ibid., I, 5, p.17, 46-50. DRH trad., p. 68-69 : « tras conquistar, o mejor, devastar España, que de (...)
  • 90 Ibid., I, 7, p. 19, 2-5. DRH trad., p. 70-71 : « Hispán, a quien Hércules había puesto al frente de (...)
  • 91 Ibid., I, 7, p. 19, 13-14. DRH trad., p. 71 : « España permaneció sometida a la servidumbre de los (...)

Procedensque per Cartaginensem prouinciam occupans deuastauit88.
Optenta Hispania, immo uerius desolata, que a sui principio, quam primo Cetubeles habitarunt, satis prospera felicitate gaudebat, infelices populos, quos longa quies inermes fecerat et ignauos, Grecorum iugo, qui naturaliter subditis sunt infesti, gladius Herculis subiugauit89.
Hyspan autem uir industrius, strenuus et de heroum maioribus, quem Hercules prefecerat genti misere Hesperorum, dissipatam Hispaniam reparauit et opera fortissima prudenter extruxit90.
Grecorum igitur seruitate Hispania remansit oppressa usque ad tempora Romanorum91.

29Le lexique de la désolation « deuastauit », « desolata », et « dissipatam », ainsi que celui du malheur « infelices populos » et « genti misere », renforcés par la métaphore de l’épée venant blesser l’Espagne, la même que pour les Romains, montrent des Espagnols victimes des exactions d’Hercule. L’image du joug associée à la servitude aggrave encore l’image des Grecs.

La Estoria de España

30Comparons dans un premier temps la présentation des Grecs, des Romains et des Goths dans le prologue de Jiménez de Rada et dans celui d’Alphonse X afin d’identifier d’éventuelles discordances.

  • 92 Ibid., prologue, p. 6, 47-48. DRH trad., p. 56 : « los gloriosos combates de los romanos ».
  • 93 PCG, prologue, p. 4, 7a-8a.
  • 94 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 85. DRH trad., p. 57 : « las batallas que Hércules realizo cont (...)
  • 95 PCG, prologue, p. 4, 50a-51a.
  • 96 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 85-86. DRH trad., p. 57 : « los castigos morales que los romano (...)
  • 97 PCG, prologue, p. 4, 51a-52a.
  • 98 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 69-72. DRH trad., p. 57 : « de Pompeyo Trogo, que fue infatigab (...)
  • 99 PCG, prologue, p. 4, 41a-44a.
  • 100 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 75-78. DRH trad., p. 57 : « entre todos los príncipes los siglo (...)
  • 101 PCG, prologue, p. 4, 1b-2b.

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

1

Gloriosa etiam prelia Romanorum92.

Las nobles batallas de los romanos93.

2

Bella Herculis que exercuit super eos94.

Las batallas que Hercoles de Grecia fizo contra los espannoles95.

3

Romani mortis iudicia intulerunt96.

Las mortandades que los romanos fizieron en ellos [los espannoles]97.

4

Pompei Throgi, qui fuit historiarum orientalium sollicitus supputator, et aliis scripturis, quas de membranis et pitaciis laboriose inuestigatas laboriosius compilaui98.

Et de Pompeyo Trogo, et dotras estorias de Roma las que pudiemos auer que contassen algunas cosas del fecho dEspanna, et compusiemos este libro99.

5

Inter omnes autem principes Gothorum reges secula precipuos habuerunt et testamentali edicto Hispanie legauerunt, quorum insigna usque ad tempora que me pretereunt deriuaui100.

Mostrar la nobleza de los godos101.

31La comparaison des prologues indique que, en ce qui concerne les Grecs et les Romains, Alphonse X reste très proche de Jiménez de Rada (extraits 1 à 3). Le quatrième extrait introduit en revanche une précision. Jiménez de Rada indiquait qu’il avait eu accès à d’autres chroniques sans préciser leur sujet, Alphonse X, quant à lui, en profite pour spécifier qu’il utilise plusieurs autres chroniques qui traitent de Rome. Il s’agit là d’une première indication que Rome va occuper une place plus importante dans son récit que dans celui du Tolédan. Le dernier extrait va dans le même sens, en effet. Le Roi Sage parle de la noblesse des Goths mais arrête là son éloge. Contrairement à l’archevêque il ne précise en aucune manière que les Goths sont les personnages principaux de l’histoire de l’Espagne.

32Dans son prologue, Alphonse X suit pas à pas celui de Jiménez de Rada et si l’on excepte la disparition logique de la captation benevolentiae destinée à Ferdinand III et la disparition des Évangiles comme unique garante de la mémoire et de l’histoire humaine, il y a bien peu de différences. L’ajout des histoires romaines et la suppression du monopole goth ne peuvent être le fruit du hasard et confirment au contraire le constat de l’analyse quantitative. Les Goths ne représentent qu’un petit tiers de l’histoire contre quatre-vingt-dix pour cent chez le Tolédan. En revanche, les Romains qui n’avaient même pas un chapitre qui leur était consacré dans le De Rebus Hispaniae occupent désormais près de soixante pour cent du récit des origines. Voyons à présent dans le détail l’image des Grecs, des Romains et des Goths dans la Estoria de España, ainsi que ce que leur présence a apporté à l’Espagne.

Les Grecs

33Les princes grecs de la chronique ne sont pas nombreux ; il s’agit d’Hercule, d’Hispan et de Pyrrus, ce dernier ayant été ajouté par Alphonse X. Comme le De Rebus Hispaniae, la Estoria de España construit une critique d’Hercule en opposition à l’image exemplaire d’Hispan :

  • 102 Ibid., 9, p. 11, 14a-16a.
  • 103 Ibid., 9, p. 11, 34a-39a.

Fizo la poblar y endereçar, ca era muy maltrecha y destroyda por la grand guerra que fiziera Hercules102.
Por que ell era omne que amaua iusticia e derecho e fazie bien a los omnes, amauan le todos tanto, que assi cuemo Hercules se apoderaua de la tierra por fuerça, assi este se apoderaua della por amor103.

  • 104 De Rebus Hispaniae, I, 5, p. 17, 38-39 : « ciuitatem Vrgellum hedificauit ». DRH trad., p. 68 : « l (...)
  • 105 PCG, 8, p. 10, 38b-39b.

34À propos d’Urgel, Jiménez de Rada indiquait simplement qu’Hercule avait construit la ville104, mais, étrangement, les rédacteurs alphonsins ajoutent que le héros grec a conquis la terre par la force : « tod aquella tierra las la gano el por premia que por amor »105.

  • 106 De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 15, 31-33. DRH trad., p. 67 : « la parte de Hesperia que conquisto la (...)
  • 107 PCG, 7, p. 10, 5a-8a.

35Néanmoins, en dehors de ces trois extraits, l’image d’Hercule est plus positive que chez le Tolédan. Ainsi, Hercule apparaît comme un grand fondateur dans l’œuvre d’Alphonse X, alors que sous la plume de l’archevêque, les fondations semblent avoir un goût amer. En effet, l’occupation de la Galice selon Jiménez de Rada s’apparente plus à un forfait qu’à une fondation : « partem illam Hesperie populis qui secum a Galacia uenerant captam tradidit habitandam »106. Le chroniqueur donne ici l’impression qu’Hercule est coupable de vol et les Galates de recel et de vol. Alors que la formulation alphonsine, « mandolos poblar alli »107, est dépourvue d’une telle insinuation.

  • 108 De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 15, 19-31. DRH trad., p. 66-67.
  • 109 PCG, 7, p. 9, 25b-28b.

36Surtout, la bataille contre Géryon est l’occasion de rédiger l’éloge d’Hercule. En effet, là où le Hercule tolédan tue le monstre et s’empare de son troupeau108, comme s’il n’était motivé que par l’avidité, le Hercule alphonsin est mû par la compassion. Ainsi, Géryon est-il d’abord dépeint comme un mauvais roi, avide et cruel : « auien le por fuerça a dar los omnes la meatad de quanto auien, tan bien de los fijos e de las fijas cuamo de lo al, e a los que no lo querien fazer mataualos »109. Hercule est ensuite appelé à l’aide par les Espagnols qui ont besoin de son aide pour se défendre du tyran :

  • 110 Ibid., 7, p. 9, 31b-42b.

Cuando sopieron que Hercules uinie, enuiaron le decir, que el, que tantos buenos fechos fiziera e tantos omnes sacara de premia e de mal sennorio, que acorriesse a ellos, e quel darien toda la tierra. Quando esto oyo Hercules, plogol mucho e fuesse pora ella ; ca maguer ell era del linaje de los gigantes e muy fuerte, no era por esso omne cruo ni de mala sennoria, ante era muy piadoso a los buenos e muy brauo e fuert a los malos; e quando oyo las querellas daquellas yentes, doliosse dellas e fuese pora ellos110.

37Dans la Estoria de España, Hercule n’est ni cruel, ni tyrannique, il est au contraire plein de compassion et de pitié pour les Espagnols. L’expression « sacara de premia » contraste d’ailleurs avec les affirmations selon lesquelles Hercule aurait conquis l’Espagne « por premia ».

38Par ailleurs, Hispan est le premier roi d’Espagne, celui qui y apporte et y enracine la monarchie. Il est symboliquement le père de tous les rois qui exercent le pouvoir en Espagne, jusqu’à Alphonse X. Il est aussi celui qui donne son nom, ou plutôt dont Hercule donne le nom, à l’Espagne. Le héros grec éponyme est donc doublement l’ancêtre des rois espagnols, par sa fonction et par son nom. De plus, comme Hercule avant lui qui est arrivé en compagnie du sage Atlas et qui a éliminé le monstre Géryon, Hispan apporte la civilisation à la péninsule Ibérique avec l’assainissement de Cadix – auquel participe Pyrrus –, l’édification de l’aqueduc de Séville ou encore la construction du système très ingénieux du phare de La Corogne. La présence grecque est peu importante d’un point de vue quantitatif, mais les apports de ses trois princes sont non négligeables.

Les Romains

  • 111 Ibid., 40, p. 27, 50a.
  • 112 Ibid., titre 41, p. 27.
  • 113 Ibid., 23-69, p. 18-51.
  • 114 Ibid., 101, p. 78, 16a-17a.
  • 115 Ibid., 41, p. 27, 7b-12b.

39Il est vrai que, comme Jiménez de Rada, les rédacteurs alphonsins rappellent les nombreuses guerres que les Romains livrèrent aux Espagnols pour conquérir la Péninsule et la garder sous leur contrôle. Les expressions « muy porfiosas contiendas »111 ou encore « grandes contiendas »112 ne sont pas sans rappeler les écrits du Tolédan. L’Espagne est aussi le théâtre des guerres puniques113 et de la guerre civile entre César et Pompée dont les Espagnols tentent pourtant de rester à l’écart « mientre ellos andudieron en aquellas contiendas, los de las Espannas fincaron en paz lo mas que ellos pudieron »114. Citons aussi l’exemple suivant pour montrer ce que ressentent, selon la chronique, les Espagnols face aux mauvais traitements infligés par l’envahisseur : « tan grand era el desamor que auien con los otros que les enuiaran por mucho mal que les fizieran, que estauan assi cuemo desesperados, teniendo que numqua de Roma uernie sino mal »115. Le récit exprime ici du désespoir face au comportement des Romains défini à deux reprises par le mot « (mucho) mal ». Face à cela, les motifs et les cas de révoltes ne manquent pas. Par exemple, lorsqu’en 150 av. J.-C. Sergio Galba (Servius Sulpicius Galba) trahit la confiance des Lusitaniens et les massacre, il provoque une rébellion à l’échelle de toute la Péninsule :

  • 116 Ibid., 42, p.28, 30a-36a.

Llamolos todos cuemo para corte, assegurandolos qui uiniessen a saluo, e quando los touo en so poder, matolos todos que non dexo uno a uida. Esta deslealtd fue muy sonada por toda Espanna, e dalli adelante se alboroçaron todos los españoles contra Roma mas que numqua fizieran116.

40Plus loin, c’est Sertorius (126-72 av. J.-C), un rebelle romain, qui convainc les Espagnols de se soulever contre Rome en invoquant leur liberté bafouée qui pourrait être retrouvée :

  • 117 Ibid., 77, p. 55, 23b-28b

Enuio adelant a Espanna sos truiamanes a los espannoles que se alçassen con el contra Roma, et que el los defendrie de los romanos, et fincarien depues libres et quitos de todo sennorio. Los espannoles fizieron lo, et alçaron se con el117.

  • 118 Ibid., 559, p. 312-314.
  • 119 Ibid., 559, p. 312, 36a-40a.

41Dans le Duello de los godos118, les rédacteurs alphonsins, traduisant Jiménez de Rada, reprennent aussi la métaphore de l’épée à l’encontre des Romains : « Espanna que en ell otro tiempo fuera llagada por la espada de los romanos, pues que guaresciera et cobrara por la melezina et la bondad de los godos »119.

42Toutefois, la chronique est bien loin de proposer uniquement cette image sombre de Rome, au contraire. Les rédacteurs décrivent des relations d’amour politique, des empereurs parangons de vertus, dont certains sont même originaires de la Péninsule, et à qui l’Espagne doit beaucoup.

  • 120 Ibid., 34, p. 24, 13a.
  • 121 Ibid., 34, p. 24, 28a.
  • 122 Ibid., 32, p. 22, 38b-39b.
  • 123 Ibid., 77, p. 56, 55a-10b.
  • 124 Ibid., 133, p. 101, 47b-50b.

43Scipion l’Africain et Pompée entretiennent un amour politique très fort avec l’Espagne et ses habitants. Les relations de Scipion l’Africain avec les Espagnols sont qualifiées de « amiztades »120 et « amor »121, et c’est bien grâce à cela que les Espagnols soutiennent les Romains lors de la troisième guerre punique, et non plus les Carthaginois : « sopolo fazer de guisa qua amauan a el y desamauan a Asdrubal »122. Plus tard, la même situation se reproduit avec Pompée auquel les Espagnols se rallient volontiers : « dieron se todas les cibdades et toda tierra de Espanna a Ponpeyo […]. E quedo de guerras estonce Espanna, et fico toda assessegada so el sennorio de los romanos por Pompeyo »123. Le consulat de Pompée est synonyme de paix pour la Péninsule et non de guerre contrairement à l’image que donnait Jiménez de Rada des Romains. D’ailleurs Pompée aurait été le premier romain appelé empereur, même si cela n’était pas officiel, comme nous l’expliquent les rédacteurs, lorsqu’Auguste devient lui-même empereur après avoir vaincu Cléopâtre : « lo llamaron emperador primeramientre, bien cuemo fizieron a Ponpeyo por los granados fechos que fiziera, cuemo de suso oyestes »124.

  • 125 Ibid., 220, p. 155, 29a-34a.

44Marc Aurèle apparaît aussi comme un ami de l’Espagne. La chronique indique qu’il existe deux versions de sa venue en Espagne, et les rédacteurs choisissent celle qui met l’empereur en valeur : « no fallamos escrito ciertamente si se alço Espanna et uino el con hueste por la assessegar, o si lo fizo con sabor de ueer la tierra ; pero las mas hystorias acuerdan que uino y por la ueer et por meiorar ell estado della »125.

45Plusieurs Romains sont aussi présentés comme les sauveurs de l’Espagne. C’est le cas de Constantin Ier qui vient en Espagne pour défendre les Espagnols contre des Barbares :

  • 126 Ibid., 329, p. 196, 31a-5b.

Costantino guiso sus huestes et uino pora Espanna a librar la dunas yentes de barbaros que la tenien apremiada […] et torno los espannoles a sus logares que andauan foydos et alçados por las montannas et por las sierras126.

  • 127 Ibid., 365, p. 208, 35b-43b.
  • 128 Ibid., 365, p. 209, 6a-10a.
  • 129 Ibid., 365, p. 209, 18a-20a.

46L’opposition entre « librar » et « apremiada », ainsi qu’entre « torno » et « foydos » montre le secours qu’apporte l’Empereur. Rome n’apparaît pas du tout comme l’oppresseur mais bien comme le libérateur. Plus loin, ce sont deux frères qui gardent la Vallée d’Aspe et empêchent les Vandales, Silings, Alains et Suèves de passer en Espagne. Le parallèle avec l’invasion de 711 est intéressant, car les Musulmans ont pénétré deux fois en Espagne avant l’invasion de grande envergure, et les Barbares s’y prennent eux aussi à trois reprises pour passer les Pyrénées. En effet, les deux frères les en empêchent une première fois127, puis une deuxième128, et lorsqu’ils reviennent la troisième fois, les deux frères ont été assassinés par Constance, ce qui leur ouvre les portes de la Péninsule129, tout comme la disparition de Rodrigue à l’issue de la bataille du Guadalete ouvre la porte de l’Espagne aux envahisseurs.

  • 130 Notamment par Plutarque, Suétone et Aulu-Gelle. André BERNAND, Alexandrie la Grande, Paris : Fayard (...)

47L’épisode de l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie est aussi digne d’intérêt car la chronique fait de Ptolémée le coupable, alors que César est normalement rendu responsable de cette immense perte130. Et contrairement à Marc Aurèle, les rédacteurs ne mentionnent absolument pas qu’il existe une autre version de cet incendie.

  • 131 PCG, 106, p. 83, 25b-42b.

Estaua la flota del rey Tolomeo daquella parte de la cibdat o posaua Julio Cesar ; et tanto auie Tholomeo a coraçon de cumplir alli lo que querie, que no cato la perdida que el y tomarie ; et enuio so mandado a Achillas que encendiesse aquella su flota et que la fiziesse llegar al muro por que se aprisiesse el fuego a las casas, et ardiendo que llegarie a la posada de Julio Caesar ; et que duna guisa o dotra que se perderie y ell et los sos. E Achillas fizo lo assi, et ardio una grand parte de la uilla que le non pudieron amatar. Et cuenta en este logar la estoria de Paulo Orosio que seyen alli en unos palacios bien quaraenta mil libros condesados en que fueran ayuntadas todas las gestas et todos los buenos fechos de los reyes de Egypto et de los otros nobles uarones et de muchos principes de las otras tierras131.

  • 132 Même si selon la Estoria de España, Dieu intervient afin d’empêcher les livres de brûler. Ibid., 10 (...)
  • 133 Voir notre troisième partie sur la figure royale.

48Qu’il s’agisse ou non d’un épisode inventé, cette version, très commode pour le Roi Sage qui n’est ainsi pas obligé de présenter César comme le coupable d’un tel désastre132, ressemble fort à une manipulation. César était orgueilleux et envieux de Pompée, mais à partir de la mort de celui-ci, il devient exemplaire, comme nombre de princes romains parangons de vertus martiales et morales, tels Scipion l’Africain, Pompée, Auguste, Antonin le Pieux133… D’autant que comme les Grecs, les Romains, eux aussi, ont apporté la civilisation aux Espagnols, et une civilisation encore visible au XIIIe siècle, ce qui, comme pour les fondations mythiques, permet de rendre crédible les assertions de la chronique.

  • 134 PCG, 118, p. 95, 5a-27a.
  • 135 Ibid., 118, p. 95, 1a-2a et 36a-45b ; 135, p. 103, 24a-41a.

49Ainsi, c’est aux Romains que les hommes doivent le calendrier avec une répartition en années de douze mois et en semaines de sept jours. Ce sont aussi eux qui ont donné leur nom aux jours de la semaine134 et aux mois de l’année. Trois mois tirent même directement leur nom des princes romains : janvier (Janus, ici présenté comme un roi et non comme un dieu), juillet (Jules César) et août (Auguste). Les rédacteurs expliquent aussi, que pour que le mois d’août ait trente et un jours, Auguste a pris un jour au mois de février, ce qui explique que celui-ci ne compte que vingt-huit jours135. Ces explications montrent la sagesse des Romains, mais surtout elles font d’eux les maîtres du temps, les détenteurs d’un monopole de savoirs, et l’on sait le grand intérêt que portaient les hommes du Moyen Âge à la chronologie. Non seulement la datation en tête des chapitres se fait d’abord en fonction de la fondation de Rome, y compris lorsqu’il s’agit d’évènements survenus après la naissance du Christ, mais en plus ils ont inventé le calendrier et les mots qui s’y rapportent. Ils ont littéralement donné vie au temps et malgré leur disparition ils continuent encore de l’ordonner au XIIIe siècle.

  • 136 Ibid., 125, p. 99, 42a-43a.
  • 137 Ibid., 125, p. 99, 43a-54a.

50En plus du calendrier, le monde doit aussi l’argent à Rome. En effet, selon la chronique, Numa Pompilius, le successeur de Romulus a le premier fait battre monnaie136, preuve en est qu’il a donné son nom au terme « moneda »137. L’étymologie établit là encore la dette de l’Espagne vis-à-vis de Rome qui lui a apporté sagesse et civilisation. C’est aussi l’occasion d’établir une continuité et une légitimité entre les rois romains et Alphonse X.

  • 138 Ibid., 125, p. 99, 54a-16b.

Ante deste rey no auien las yentes moneda ninguna que fuese de ninguna sennal ; et las cosas que mester euien, mercaun las unas por otras. Despues desto a luengo tiempo fueron los regnos saliendo de so el sennorio de Roma, et fizieron los reyes sus monedas, et amenguaron los dineros, et mandaron les fazer cada unos sus señales, et pusieron sus nombres departidos, a los unos de los sennores que los fizieran, a los otros de las cibdades en que los fazien ; bien cuemo dicen agora en Castiella al marauedi “ alfonsí ” del nombre del rey don Alfonso, que gano Toledo de moros, quel fizo fazer primero ; e “ burgaleses ” a los de la cibdat de Burgos, por que los fizieron y ante que en otro logar ; e a los de la cibdat de Leon “ leoneses ” ; et assi a los de las otras tierras138.

  • 139 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 162-165.

51La démonstration part du roi Numa Pompilius, élargit le champ d’application en parlant des rois au pluriel, puis se resserre sur le règne d’Alphonse X grâce aux exemples des maravédis frappés par Alphonse VI (roi de León de 1065 à 1109, de Castille de 1072 à 1109, et de Galice de 1090 à 1109), et ceux frappés à Burgos et León. La chronique affirme qu’à la suite de Numa Pompilius, battre monnaie, et donc créer la monnaie, relève des prérogatives royales. De plus, le « maravedi alfonsi » rappelle opportunément la politique monétaire d’Alphonse X qui, tentant de réduire la crise inflationniste de son royaume, a créé plusieurs monnaies qui sont bien loin de faire l’unanimité139.

52Selon la chronique, l’Espagne doit encore le droit à Rome, ce qui est aussi une occasion de mettre en exergue l’ancienneté de cette prérogative impériale, et donc la légitimité pour les rois de légiférer et d’imposer les lois à leurs sujets.

  • 140 PCG, 131, p. 101, 41a-46a.
  • 141 Ibid., 139, p. 105, 9b-13b.
  • 142 Ibid., 151, p. 108, 54a-56a.

Octauiano Cesar con grand sabor que auie de uenir a las Espannas por las assessegar en el sennorio de Roma mas de los que eran assessegadas, e por les dar sus fueros et sus leyes et les fazer ueuir a todos a una manera segund las leyes romanas140.
Dio ell emperador Cesar Octauiano sus leyes a los españoles de amas las Espannas, et mando les a todos que uiuiessen a una manera de ley et por unos fueros141.
Compuso ell emperador Octauiano muchas leyes por que se mantouiessen las tierras et uisquiessen las yentes en paz142.

53Dans le récit des origines, il s’agit là des toutes premières lois que reçoivent les Espagnols. Ils les doivent à Rome, et plus particulièrement à l’empereur Auguste. Comme l’indique le verbe « compuso », c’est le prince lui-même qui édicte les lois, c’est-à-lui qu’échoit le droit et le devoir de le faire, car les lois sont la seule garantie de la paix et le prince est le protecteur du royaume. L’insistance des rédacteurs qui répètent à plusieurs reprises ce qu’Auguste apporte à l’Espagne relève autant d’une volonté de souligner ce que le royaume doit à Rome que de mettre en exergue l’une des fonctions royales souvent contestée par les sujets du Roi Sage. La ressemblance entre Auguste et Alphonse X ne s’arrête pas là. L’empereur souhaite imposer un code unique à toute l’Espagne, ce que certains refusent.

  • 143 Ibid., 136, p. 103, 9b-37b.

E a aquella sazon no auien todas [las Espanna] un fuero ; e desque Octauiano llego alla et lo sopo, no lo touo por bien, e asmo de fazer ueuir a todos a manera et a fuero dunas leyes. E entrando el por tierras de occident et aprendiendo lo que y  fizieran los sennores de Roma fastal su tiempo, touo por poco lo que auien fecho en dozientos  annos ante del, si los pueblos de Cantabria et los de las costeras de la mar, que son muy fuertes dos  tierras en Espanna, assi los dexasse el usar de sus leyes et de sus fueros que ouieran fasta estonce  apartados de las otras gentes ; ca est apartamiento mantenien ellos por soberuiar et forçar et fazer  tuertos a sus uezindades, mas que por ueuir en justicia et en paz. E eran aquel tiempo Cantabria et las Asturias una partida de la prouincia de Gallizia, e comiençasse assi cuemo tienen los collados de los montes dAspa, no alexos de la segunda mar de so septentrion. E estauan estas dos yentes de Cantabria et de Asturias muy guisadas, no tan solamientre pora deffender los usos et los fueros por que uiuien et sus franquezas, mas pora leuar de todos sus uezinos quequier que les alcançassen, e por esto robauan et destruyen todel dia a las yentes a que llamauan vacceos, et a los turmagos et a los autrianos143.

54Le parallèle avec les difficultés rencontrées par le Roi Sage pour faire appliquer sa réforme légale est patent. Les rédacteurs expliquent alors pourquoi il est dangereux que les régions ne soient pas toutes régies par les mêmes lois. En effet, un tel écart sépare les hommes les uns des autres, ce qui n’est pas souhaitable pour un royaume censé être constitué d’un seul corps, qu’ils en viennent à s’attaquer mutuellement. Seule une homogénéité juridique peut garantir la justice et la paix. À travers les verbes « soberuiar », « forçar », « fazer tuertos », « robauan », et « destruyen », la chronique fait la démonstration que les lois locales n’apportent que la désolation, à l’inverse du droit romain unique. De plus, la réforme alphonsine consiste justement à réintroduire le droit romain en Castille et León. En lisant ces lignes insistantes, le lecteur est censé faire le lien entre les lois d’Auguste et celles d’Alphonse X et en conclure qu’il s’agit des mêmes, ou au moins que les secondes sont les héritières des premières. En quelques lignes, la chronique montre l’ancienneté du droit romain et l’ancienneté de cette prérogative royale, et par là-même la légitimité du monarque à légiférer.

  • 144 Mauricio Pastor Muñoz, Viriato, la lucha por la libertad, Madrid : Alderabán Ediciones, 2000, p. 10
  • 145 Ibid., p. 10.
  • 146 OROSE, op. cit., V, 4, 1-14, p. 89-92.

55Ces nombreux apports romains à l’Espagne sont probablement ce qui explique le traitement que reçoit la figure de Viriathe. Au IIe siècle avant notre ère, Viriathe (mort en 139 av. J.-C) mène la révolte des Lusitaniens contre les Romains. Selon l’archéologue Mauricio Pastor Muñoz, auteur d’un ouvrage sur Viriathe, ce chef de guerre promeut une certaine unification militaire et politique en mobilisant les peuples voisins contre Rome. Sa mort marque la fin de la résistance ibérique face à Rome qui s’impose dans toute la Péninsule144. La tradition historiographique latine le présente comme un homme vertueux et un grand chef militaire : « lo presentaban como un hombre sobrio, enérgico, justo y fiel a la palabra dada, con absoluto desprecio por el lujo y las comodidades y, sobre todo, como un excelente estratega milita »145. En revanche, la Estoria de España, suivant Orose146, en fait un voleur :

  • 147 PCG, 43, p. 28, 53a-6b.
  • 148 Ibid., 44, p. 28, 52b-p. 29, 2a.
  • 149 Ibid., 45, p. 29, 11a.

Se leuanto en Espanna un omne muy guerrero, que llamauan Viriato, y era natural de tierra de Luzenna, e fuera primeramientre pastor, e depues tenedor de caminos, et desi ayunto muy grand gente e començo a fazer mal descubiertamientre por las tierras, robandolas e destruyendolas todas147.
Uiriato, aquel ladron que de suso oyestes, guerreo con los romanos catorze años, e desbaratoles muchas huestes, e mato muchos omnes onrados dellos148.
Uiritao el ladron149.

  • 150 M. Pastor Muñoz, op. cit., p. 55-56.
  • 151 PCG, 43, p. 28, 6b-41b.
  • 152 Ibid., 44, p. 29, 2a-6a.

56Le récit présente donc Viriathe comme un berger devenu bandit de grand chemin, la répétition à trois reprises du mot « ladron » ne laisse aucun doute sur la valeur accordée à ce chef rebelle. Sa rébellion a beau faire suite à la traîtrise de Sergio Galba et au massacre qui s’ensuivit, il n’est pas du tout présenté comme un défenseur de la liberté contre un envahisseur déloyal et cruel. Soit les ateliers alphonsins n’ont pas eu accès à une autre version, ce qui semble étonnant compte tenu du fait que nombre d’auteurs romains mentionnent la révolte des Lusitaniens (tels Appien, Tite Live, Diodore de Sicile ou encore Dion Cassius)150, soit les rédacteurs ont délibérément choisi de suivre Orose et de faire de ce résistant un simple brigand, afin de refuser le moindre crédit, la moindre légitimité à cette révolte. D’autant que les rédacteurs ne précisent pas qu’il a lui-même réchappé au massacre perpétré par Sergio Galba, comme pour mettre une distance entre les actes condamnables du Romain et la révolte que rien ne doit venir justifier. Après de nombreuses victoires remportées contre les Romains151, Viriathe est trahi et assassiné par ses hommes : « encabo mataron le los sos a traycion, aquellos en que se el mas fiaua ; e cuydaron auer de los romanos gualardon, mas ellos non gele quisieron dar por la traycion que fizieran en matar so señor »152.  Il apparaît ici que non seulement les Romains ne sont pas les personnages négatifs de l’histoire, mais qu’en plus ils se comportent avec honneur : ainsi ils refusent de récompenser les amis de Viriathe qui l’ont trahi, vengeant ainsi la mort de leur ennemi, tel César vengeant la mort de Pompée. Si Galba s’est montré déloyal et cruel, Viriathe, dépeint comme un voleur, permet aux Romains de briller à nouveau grâce à cette noble attitude. Si Alphonse X avait suivi la vision de Jiménez de Rada, il aurait pu faire du Lusitanien un héros de la résistance contre l’oppresseur romain. Cependant, il n’en est rien, bien au contraire. Il fait de lui un brigand avide qui s’oppose à Rome et ainsi à tous les bienfaits que l’Empire apporte par la suite à l’Espagne. Loin d’être le sauveur de l’Espagne, sa rébellion la met en danger. S’il avait triomphé, il l’aurait privée de la sagesse romaine, de ses lois et même du Christianisme ! En effet, selon la chronique ce sont les Romains qui ont christianisé l’Espagne. Dieu a d’abord choisi le règne d’Auguste pour y faire naître son fils. Titus a ramené l’Arche à Rome et Constantin Ier a doté l’Espagne d’archevêchés. Sans domination romaine, l’Espagne ne serait pas devenue chrétienne et les Goths seraient restés ariens.

  • 153 G. Le Morvan, op. cit., p. 474.

57Par ailleurs, Rome présente également le gros avantage d’être un Empire. Grâce à cela, l’Espagne a déjà été gouvernée par des empereurs, dont certains, Trajan et Hadrien, étaient issus de la Péninsule. La relation avec Rome n’est donc pas une relation à sens unique, mais de réciprocité. Dès l’Empire, l’Espagne a donné des empereurs à Rome, se hissant ainsi à son niveau. L’Espagne et ses rois sont « associés au destin impérial »153. C’est d’autant plus important pour Alphonse X qu’il cherche lui-même à devenir empereur du Saint-Empire Germanique. Par la démonstration de la tradition impériale de l’Espagne Alphonse X montre tout à la fois qu’il est l’héritier de cette tradition et que l’Espagne serait tout à fait à sa place à la tête d’un empire. Le rejet de Rome par Jiménez de Rada aurait rendu très difficile une vraie continuité entre l’Empire romain et le règne du Roi Sage.

58Dans le récit des origines, l’Empire romain apporte donc de nombreux bienfaits à l’Espagne. Les Romains structurent en effet le temps, ils inventent la monnaie mettant ainsi fin au troc, autant d’avancées qui sont toujours en usage au XIIIe siècle, ce qui fait la preuve de la sagesse romaine et du fait que les apports de l’Empire sont bénéfiques plus de mille ans après. Rome donne aussi à l’Espagne ses premières lois, des lois qu’Alphonse X tente justement de réimplanter dans son royaume pour le plus grand bien de tous. Le Christianisme et l’Empire sont aussi deux apports fondamentaux que les Espagnols doivent à Rome. Loin de l’image véhiculée par Jiménez de Rada, Rome représente un jalon fondamental de l’histoire de l’Espagne.

Les Wisigoths

59Tous les efforts de la tradition historiographique antérieure à Alphonse X tendaient vers la démonstration de l’importance de l’imperium wisigoth dans l’histoire culturelle, religieuse, institutionnelle de la péninsule Ibérique. La représentation radicalement différente des Romains ne signifie pas pour autant que les Wisigoths soient dépréciés puisque la Estoria de España reprend le De Rebus Hispaniae dans la partie du récit qui concerne les Wisigoths.

  • 154 PCG, 428, p. 244, 16a-20a.

60Ainsi, sur le plan juridique, les rois Euric, Léovigilde et Réceswinthe promulguent des lois dans la chronique. Euric n’édicte pas de lois à proprement parler, le Code d’Euric est davantage une compilation qu’un texte nouveau, mais il joue tout de même un rôle essentiel : « en su tiempo deste rey Eurigo començaron los godos de meter en escripto sus leyes et sus usos et sus costumbres, ca antes desto non uiuien si non por su aluidrio »154. La mise par écrit des lois des Wisigoths montre qu’ils ne sont plus des hordes barbares, mais qu’ils ont fondé un royaume dirigé par un roi lettré qui assume ses fonctions législatives et fait donc régner la justice. Il prend la suite d’Auguste en donnant à son tour des lois à l’Espagne.

  • 155 Ibid., 470, p. 263, 8a-10a.
  • 156 Ibid., 470, p. 263, 2a-6a.
  • 157 Ibid., 172, p. 122, 26b ; 174, p. 124, 33b ; 270, p. 168, 31a ; 291, p. 175, 46a-47a : « uistiosse (...)

61La chronique mentionne ensuite les lois du roi Léovigilde : « de las leys que establescio el rey Eurigo tollio el muchas delas, et acrescento y de las que se el fizo »155. Le Code de Léovigilde, dont nous ne conservons que des traces indirectes à travers le Liber Iudiciorum, abroge notamment l’interdiction des mariages mixtes. Léovigilde est aussi le premier roi qui prend l’habitude de s’habiller différemment de ses sujets afin de marquer une différence entre le roi et ses vassaux : « este fue otrossi qui primero souo en siella appartadamientre uestido de pannos reales ; ca los otros reys que fueran ante del, comunalmientre se uistien como los otros caualleros »156. Cette nouvelle coutume rappelle évidemment la pourpre des Romains, mentionnée à plusieurs reprises dans la chronique157 et permet de conférer un attribut impérial à la royauté wisigothique.

  • 158 Ibid., 507, p. 280, 37b-41b.

62Enfin, la Estoria de España cite les lois promulguées par Réceswinthe : « fueron puestas et confirmadas unas leys que fizo este rey Recesuindo, que eran buenas et prouechosas assi pora las cosas temporales como pora las espiritales »158. Bien que la chronique ne le précise pas, le Liber Iudiciorum est en fait une initiative du père de Réceswinthe, Chindaswinthe, décédé avant d’avoir pu achever son projet. Même si la chronique ne mentionne pas la participation de Chindaswinthe à l’édifice juridique espagnol, ni celle d’Alaric II, instigateur du Bréviaire d’Alaric, Euric, Léovigilde et Réceswinthe sont un jalon non négligeable entre l’empereur Auguste et Alphonse X et prouvent qu’au cours du temps et indifféremment de l’identité du pouvoir, les rois espagnols ont toujours fait les lois en Espagne. De plus, la convocation des Conciles de Tolède, la mainmise royale sur les affaires de l’Église, et la figure du roi pasteur sont autant de clés de la légitimation des prétentions politiques d’Alphonse X.

63En outre, les Wisigoths continuent de légitimer le rôle de la Castille dans la Reconquête, que ce soit à travers leur entrée légitime en Espagne, la lutte pour faire de l’entité géographique une seule entité politique, ou bien grâce à la continuité établie entre d’un côté le Royaume de Tolède et Pelayo et, de l’autre, Alphonse Ier et leurs successeurs. L’éloge de Rome n’entraîne donc en aucune façon une dépréciation des Wisigoths. Au contraire, leurs vertus et leur mode de gouvernement entrent en résonnance avec ceux des Romains.

3. Les Espagnols descendent-ils des Goths ou des Romains ?

64Comment expliquer la place prépondérante que les rédacteurs alphonsins accordent dorénavant à Rome ? L’on peut avancer l’argument d’exhaustivité, plusieurs siècles d’histoire ne sont ainsi plus passés sous silence, mais cela n’explique pas le changement d’image et la mention insistante des avancées que l’Espagne leur devrait selon la chronique.

  • 159 Nous avons par exemple montré plus haut qu’en seulement quelques décennies, le contexte avait chang (...)
  • 160 Alphonse X entretient des relations cordiales avec la France depuis les fiançailles de sa fille Bér (...)

65Tout récit historique est le fruit de l’époque où il est conçu, or le contexte de rédaction a nécessairement évolué159. Si Isidore de Séville voyait Rome et Byzance comme des dangers pour son royaume, les choses ont bien changé pour Alphonse X. L’Empire romain d’Occident n’est plus qu’un lointain souvenir et l’Empire romain d’Orient est moribond depuis le sac de Constantinople par les Croisés en 1204. L’Antique Rome ne représente donc plus du tout une menace ; au contraire, l’Empire mort, il ne reste de lui que le souvenir de sa gloire. Les Romains ne peuvent plus faire d’ombre à l’Espagne, ils ne peuvent que la grandir. La France non plus n’est plus une ennemie160. Ceux qui représentent une menace, ceux qui fractionnent l’Espagne, ce sont désormais les Musulmans, ainsi que les autres royaumes chrétiens le plus souvent rivaux. Il n’est donc plus l’heure de rejeter Rome, qui de statut d’ennemie, passe à celui d’argument utile aux desseins d’Alphonse X.

66Selon Jiménez de Rada et ses prédécesseurs, les Espagnols descendaient des Wisigoths qui étaient les seuls à incarner les origines de l’Espagne. Cependant, avec l’historiographie alphonsine, on assiste au renforcement du rôle de la royauté grecque et surtout à l’introduction de l’histoire romaine de la Péninsule, changements qui bouleversent la structure du récit et les codes préétablis. Dans ce nouveau système quel peuple est l’ancêtre des Espagnols ? Où va la préférence du Roi Sage ? De quelle origine se réclame-t-il ? En d’autres termes, l’histoire conçue par Alphonse X participe-t-elle du néo-gothicisme ou inaugure-t-elle un « néo-romanisme » ?

67À la fin de la partie consacrée aux Barbares, les rédacteurs annoncent l’histoire des Goths et affirment que cette histoire perdure jusqu’au moment où ils rédigent cette chronique :

  • 161 PCG, 385, p. 215, 39b-44b.

Por end dexa aqui la estoria de fablar de los sueuos et de los uandalos et de los fechos que contescieron en Espanna et cuenta de los godos que fueron ende sennores depues aca todauia, cuemo quier que ouieron y los moros yaquanto tiempo algun sennorio 161.

68Cette phrase affirme donc que l’histoire continue de courir jusqu’au XIIIe siècle, en d’autres termes que le Royaume de Castille et León est une survivance du Royaume de Tolède, comme le prétendaient les rois Alphonse II et Alphonse III en leur temps. D’ailleurs, les rédacteurs présentent les résistants chrétiens comme des survivants goths :

  • 162 Ibid., 561, p. 316, 34b-38b.
  • 163 Ibid., 564, p. 319, 14a-23a.

Los godos que fincaran alçaran se los mas que pudieron, assi como dixiemos, por estorcer de la muert a las montannas de los montes Pireneos et a las Asturias et a Gallizia162.
Crebantaron el poder de los godos de guisa que non auie y ninguno que se les deffendiesse, sinon unos pocos que fincaran et se alçaran otrossi en las Asturias et en Vizcaya et en Alaua et en Guipuzcua porque son mui grandes montannas, et en los montes Rucones et en Aragon. E a estos quiso los Dios guardar por que la lumbre de la cristiandad et de los sus sieruos non se amatasse de tod en Espanna163.

69Plus loin, après que Pelayo est devenu roi, les rédacteurs se réclamant de Sigebert de Gembloux, moine, hagiographe et chroniqueur bénédictin mort en 1112, et affirment que le Royaume wisigoth a été détruit, mais seulement provisoirement :

  • 164 Ibid., 566, p. 322, 24a-32a.

Cuenta Sigeberto en su estoria que tan grandes poderes de moros passaron con el de tierra de Affrica, que toda la tierra conqueriron et astragaron et metieronla so el su sennorio ; e diz que dalli adelante fue el regno de los godos et de los sueuos destroydo et astragado por un mui grand tiempo, et assi como el dize fueron bien trezientos et sesaenta et seys annos164.

  • 165 Ibid., 568, p. 323, 34a-40a.

70Ces quelques lignes sont placées dans le récit de l’année 719, et si l’on ajoute les 366 ans au cours desquels le royaume wisigoth est réputé perdu, nous arrivons en 1085, année de la reconquête de Tolède par Alphonse VI. Effectivement, Tolède est restée sous domination musulmane pendant tout ce temps. Pelayo lui-même affirme qu’il compte remplacer les Goths morts au combat : « creemos que con estos pocos que aqui somos que cobraremos toda la yente de los godos que es perduda, assi como de los pocos granos se crian las muchas miesses »165.

  • 166 Hormis à sept reprises où ils les appellent « espannoles » ou « los de Espanna », dont trois fois p (...)

71Néanmoins, les deux derniers extraits, qui se situent pendant le règne de Pelayo, ont de quoi nous laisser perplexes. En effet, la victoire d’Alphonse VI à Tolède signifie-t-elle que ce sont les Goths qui ont repris leur ancienne capitale, ou cela veut-il simplement dire que la ville n’est plus sous domination ennemie ? Et le vœu en forme d’affirmation de Pelayo signifie-t-il qu’il compte remplacer les Goths parce que lui et ses hommes se considèrent comme des Goths ou qu’ils vont les remplacer en tant qu’Espagnols ? En effet, alors que le récit sur le Royaume de Tolède utilise presque exclusivement le mot « godo » pour se référer aux habitants du royaume166, le récit sur les évènements postérieurs à l’élection de Pelayo (719) ne fait pas de même. Les habitants de la Péninsule ne sont plus appelés les Goths, ce qui marque une différence avec Lucas de Tuy et Jiménez de Rada qui continuent, au moins dans un premier temps, à appeler les habitants de la péninsule, les Goths. Voyons ce passage commun aux trois chroniques :

  • 167 Chronicon Mundi, IV, 5, p. 228, 10-18. CM trad., p. 278 : « mas la gente de los godos, asi como qui (...)
  • 168 De Rebus Hispaniae, IV, 4, p. 120, 12-16. DRH trad., p. 165, « los godos que no habían tenido la po (...)
  • 169 PCG, 570, p. 325, 10a-20a.

Chronicon Mundi

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Ceterum Gotorum gens uelut a somno surgens cepit patrum ordinem paulatim requirere et consuetudines antiquorum iurium, in pace fundare ecclesias et studio deuotissimo exornare. Primo et principaliter Deum, qui eis paucissimis de multitudine hostium dederat triumphare, collaudabant toto mentis affectu. Conueniebant ad eos omnes Goti qui dispersi eran per Gallias et per ceteras regiones, et Caldeos in manu ualida expugnabant167.

Gothi autem quibus fuge facultas affuerat, audientes quod a Gothis manus Domini non discesserat, clanculo se furantes ad Pelagium principem aduenerunt et zelantes legem et Machabeorum iusticiam emulantes pro fide conmori elegerunt168.

Quando las yentes que fuxieran et derramaran por muchos logares por cueta de guardar sus uidas, oyron dezir el bien et la merçed que Dios fiziera al rey don Pelayo, uinieron se todos pora ell a furto et a paladinas, cada unos lo meior que podien. E auiendo todos a coraçon de seruir a Dios et de morir por la su sancta ley, assi como fizieran en otro tiempo los Macabeos169.

72Les rédacteurs alphonsins évitent d’appeler les habitants de l’Espagne les Goths, comme si l’élection de Pelayo marquait une frontière rupture. Bien que Pelayo soit présenté comme un Wisigoth, et son gendre Alphonse Ier – à qui tous les rois sont apparentés par la généalogie –, comme un descendant direct de Récarède, une distance s’établit entre être goth et être espagnol. Les rois de Castille et León et à plus forte raison les rois astur-léonais sont des descendants des Goths, mais ils ne sont plus Goths. C’est comme si l’élection de Pelayo modifiait l’essence de la royauté. Malgré la continuité dynastique entre Récarède et Alphonse Ier, la nouvelle royauté astur-léonaise est d’essence espagnole et non d’essence wisigothique.

73De plus, la Version enmendada de la chronique, qui présente peu de différences avec la Version primitive, comporte tout de même deux ajouts intéressants qui séparent l’histoire des Goths de la suite du récit :

  • 170 Ms. T, fol. 61v°, cité par Diego Catalán, De la silva textual…, p. 195.
  • 171 Ms. T, fol. 92, ibid., p. 195.

Aqui se acaba la Estoria de los godos, en que a contados todos los sus fechos e de los sus rreyes desde que salieron de tierra de Scançia fasta que peresçio el su fechos en tienpo del rrey Rrodrigo que fue el postrimero rrey en las Espannas170.

Aqui se comiença la Estoria de los fechos de los rreyes de Espanna que fueron despues de la destruycion de los reyes godos que pereçieron en tienpo del rei Rodrigo, que fue el su postrimero rrey, segunt cuenta la Estoria de los godos171.

  • 172 G. LE MORVAN, op. cit., p. 495.

74Gaël Le Morvan considère que cette version ne constitue pas un « nouveau modèle historiographique très abouti »172. Il est vrai que cette version conserve malgré tout la phrase qui ouvre le récit sur les Goths et affirme que leur sennorio dure jusque dans le présent de rédaction, et que la Version critique ne reprend pas l’ajout de la Version enmendada, peut-être parce que cela représentait un changement trop important vis-à-vis du modèle historiographique traditionnel. Nous ne croyons pas non plus qu’il s’agisse d’un nouveau modèle historiographique, car selon nous, le nouveau modèle historiographique est déjà contenu dans la Version primitive. N’oublions pas en effet que le prologue de la Estoria de Espanna, pourtant très fidèle à celui de Jiménez de Rada, parle de la noblesse des Goths mais n’affirme pas qu’ils soient les principaux rois de l’Espagne :

  • 173 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 75-78. DRH trad., p. 57 : « entre todos los príncipes los siglo (...)
  • 174 PCG, prologue, p. 4, 1b-2b.

De Rebus Hispaniae

Estoria de Espanna

Inter omnes autem principes Gothorum reges secula precipuos habuerunt et testamentali edicto Hispanie legauerunt, quorum insigna usque ad tempora que me pretereunt deriuaui173.

Mostrar la nobleza de los godos174.

  • 175 G. LE MORVAN, op. cit., p. 480-486.
  • 176 Ibid., p. 481. En revanche, nous ne sommes pas d’accord avec elle lorsqu’elle conclut que les Wisig (...)
  • 177 PCG, titre 558, p. 310.
  • 178 De Rebus Hispaniae, III, titre 21, p. 104.

75Sans parler de rupture dans le modèle historiographique, nous pensons qu’Alphonse X opère tout de même glissement du modèle. Gaël Le Morvan175 a étudié les modifications apportées par la Estoria de España à l’éloge de l’Espagne de Jiménez de Rada. La chercheuse fait remarquer la place beaucoup plus importante que les rédacteurs accordent à l’Espagne avec douze occurrences contre seulement trois chez Jiménez de Rada176. Le récit est désormais recentré sur l’Espagne. Le titre même du chapitre Del loor de Espanna como es complida de todos bienes177 indique ce changement de focalisation, puisque ce même chapitre chez Jiménez de Rada s’intitule De destructione Gothorum et conmendatione Hispanie178. Les Goths ne sont ni revalorisés ni dévalorisés, mais ils ne sont simplement plus l’unique centre du récit.

76Pelayo et Alphonse Ier sont légitimes, comme les Goths étaient légitimes lorsqu’ils sont entrés en Espagne et y ont fondé leur royaume, et ils inaugurent une nouvelle ère, proprement espagnole. Ils bénéficient de la légitimité et de l’héritage politique grecs, romains et goths, renforcé par le sang wisigoth qui coule dans leurs veines, mais ils n’ont plus besoin d’aide ou de domination extérieures. À partir de 719, l’Espagne appartient aux Espagnols, le seul peuple qui y est présent depuis le début de l’humanité. En effet, chez Jiménez de Rada, les premiers habitants de l’Espagne étaient les Ibères, alors que chez Alphonse X, ce sont les Espagnols, même avant l’arrivée d’Hispan.

  • 179 Ibid., I, 3, p. 13, 2-3. DRH trad., p. 64 : « el quinto hijo de Jafet fue Tubal, de quien descendie (...)
  • 180 PCG, 3, p. 6, 36a-38a.
  • 181 De Rebus Hispaniae I, 7, p. 19, 2. DRH trad., p. 70-71 : « el desdichado pueblo de los hésperos ».
  • 182 PCG, 9, p. 11, 12a.

De Rebus Hispaniae

Estoria de Espanna

Quintus autem filius Iaphet fuit Tubal, a quo Yberes, qui et Hyspani179.

Del quinto fijo de Japhet, que ouo nombre Thubal, donde uinieron los espannoles180.

Genti misere Hesperorum181.

Finco por sennor en Espanna182.

77Les habitants de la Péninsule sont des Espagnols depuis l’installation des Cétubales, c’est-à-dire depuis l’installation des premiers hommes après le Déluge. Et dès lors, ils restent espagnols. Les Espagnols, malgré leur absence de rôle politique, sont le fil conducteur du récit. Ce sont eux qui sont indissociables de l’Espagne, et non les Wisigoths. Ces derniers ne perdent rien de leur gloire, ils ne sont simplement plus les seuls héros de l’histoire de l’Espagne. La chronique se détache du modèle néo-wisigothique, mais ne l’abandonne pas. Elle glisse plutôt vers ce que nous qualifierions de « néo-gothicisme non exclusif », allié à du néo-romanisme.

***

78Dans la Estoria de España, Alphonse X bouscule et altère le récit des origines de l’Espagne tel qu’il avait été établi depuis plus de six siècles par Isidore de Séville. Même si le récit concernant les Wisigoths est sensiblement le même que chez Jiménez de Rada, ces Barbares, devenus champions de la Chrétienté, ne détiennent plus le monopole des racines espagnoles. Ils ne représentent même pas un tiers du récit. Il ne s’agit cependant pas de déprécier les Goths pour leur préférer un nouvel ancêtre plus prestigieux, Le Roi Sage ne rejette pas les racines wisigothes de l’Espagne, mais recentre son récit sur l’Espagne dont il complète et renforce les origines.

  • 183 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.

79Si les chroniques précédentes légitimaient les royaumes astur-léonais, puis castillan, ainsi que la Reconquête à travers leurs (supposées) origines wisigothiques, le Roi Sage ne s’inscrit pas dans la même démarche. Il ne s’agit pas de trancher, entre quel peuple est le plus intéressant, lequel est le plus sage, lequel a été le plus apporté à l’Espagne… En multipliant les ancêtres, la chronique est certes plus exhaustive et ne passe plus sous silence plusieurs siècles d’histoire, mais le propos alphonsin n’est pas là, ou plutôt n’est pas uniquement là. En réalité, il ne faut pas chercher dans cette chronique une logique des origines biologiques de l’Espagne, mais plutôt une logique de ses origines politiques183. En effet, ce qui se dessine est du ressort de la continuité symbolique.

80D’ailleurs, si l’historiographie propose une continuité entre les Goths et les Astur-léonais, une telle parenté ne fonctionne pas avec les empereurs Romains. La seule façon de se prévaloir d’une légitimité romaine est d’adopter une filiation symbolique. Alphonse X établit ainsi une continuité sapientielle, religieuse et politique entre les différents sennorios qu’il met en scène dans le récit des origines. Le roi sage Rocas qui a le premier recopié tous les savoirs dans un livre, les rois grecs et les empereurs romains instruits par des sages, les rois goths éclairés par les saints évêques sont autant d’image de la sagesse royale. D’autant que d’enseignés, ces princes sont devenus à leur tour enseignants de leurs contemporains ou de leurs successeurs. Ils constituent une ligne sapientielle qui puise ses racines directement dans l’Éden et qui se perpétue jusqu’à Alphonse X, comme s’il était le dépositaire de toute la sagesse et de tous les savoirs de ces princes exemplaires.

81La chronique développe également une translatio religieuse, opérée d’abord par les empereurs romains qui sont les seuls artisans de l’arrivée du Christianisme en Espagne. Les rois de Tolède magnifient l’héritage romain avec la conversion générale de Récarède et l’organisation des Conciles de Tolède. Cette continuité ancrée dans le glorieux passé de la Péninsule permet au Roi Sage de se prévaloir de cette tradition royale de pilotage religieux afin de se libérer de la tutelle cléricale.

82Enfin, Alphonse X se présente comme le garant d’un héritage politique prestigieux. Hispan a apporté la monarchie en Espagne, les Romains ont ennobli la royauté en la transformant en empire. L’implantation de l’Empire romain en Espagne, qui à son tour donne des empereurs à Rome, permet d’unir solidement le royaume et l’Empire et contribue à légitimer les ambitions impériales du Roi Sage. Même si les Goths ne sont pas empereurs, l’image de roi pasteur conférée à Récarède puis perpétuée et accrue par Wamba et Pelayo, justifie et légitime les fonctions et les prérogatives politiques, juridiques et spirituelles dont se prévaut Alphonse X.

83Chaque sennorio se nourrit des avancées précédentes et nourrit à son tour la continuité politique de ses propres caractéristiques. Loin de diviser les origines, la multiplicité des sennorios permet d’agglutiner leurs différentes qualités afin de constituer la légitimité du Roi Sage. Les sources de la Estoria de España n’établissaient pas de continuité entre les origines mythiques et la suite du récit. Les Goths et l’Espagne qu’ils avaient construite semblaient déconnectés des fondations mythiques par ailleurs peu étoffées. Alphonse X développe les fondations mythiques qui permettent d’ancrer solidement les racines de l’Espagne et déroule ensuite naturellement son récit jusqu’à 711 puis jusqu’au règne de son père.

  • 184 Voir notre chapitre L’espace dans la Estoria de España.
  • 185 Voir notre troisième partie sur la figure royale.  

84Le récit des origines met donc en place un double jeu de transferts. D’une part, des transferts successifs s’établissent dans le temps, sur toute la longueur de l’histoire et permettent de mettre en scène plusieurs translatio regni. D’autre part, des transferts directs s’établissent également à chaque étape du récit entre le(s) prince(s) mentionné(s) et Alphonse X. Ces ponts entre le passé et le présent de la rédaction de la chronique se traduisent par exemple par le rappel des fondations mythiques prouvées par l’onomastique ou par l’architecture qui sont autant de traces visibles du passé dans le présent184 ; ou encore par les portraits textuels des princes et le récit de leur gouvernement : en faisant montre des vertus militaires, de justice, de miséricorde et de sagesse ces princes sont autant de pré-figures du Roi Sage et lui permettent de construire un ethos royal185.

85Le développement des fondations mythiques et l’introduction de l’histoire romaine permettent bien de décupler l’héritage politique d’Alphonse X et de magnifier le transfert de puissance dont le souverain est le dépositaire. Il entend ainsi tirer sa légitimité de cette translatio multiple. C’est là que se déploie l’originalité du monarque. La continuité par le sang n’est pas la clé des origines de l’Espagne ni de la légitimité selon Alphonse X, ou en tous cas, elle n’est plus la seule clé. La continuité ne se fait pas des terres de Scythie vers la Castille en passant par le Royaume de Tolède, mais à travers un transfert politique fondé sur la territorialité. Sa légitimité est donc avant tout politique et en lien direct avec le territoire péninsulaire. Sans l’Espagne qui fait le lien entre les sennorios, cet héritage serait caduc. Le concept du sol permet au Roi Sage de concentrer tout l’héritage politique de ceux qui ont dominé et façonné l’Espagne.

Notes

1 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 13-16. DRH trad., p. 71 : « España permaneció sometida a la servidumbre de los griegos hasta los tiempos de los romanos; durante un período intermedio el reino, roto, quedó al arbitrio del saqueo de cuantos querían y no pudo evitar su devastación, como la presa que a dentelladas se disputan los leones ».

2 Ibid., du chapitre I, 8 jusqu’au chapitre III, 24, soit cinquante-huit chapitres des soixante-cinq qui constituent le récit des origines.

3 Inés Fernández-OrdÓñez, « La técnica historiográfica del Toledano. Procedimientos de organización del relato », Cahier de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales, 26, 2003, p. 187-221. Le découpage en livres du De Rebus Hispaniae a été ajouté par Nebrija au XVIe siècle et il n’est utilisé que pour des raisons pratiques (p. 187), en revanche, le découpage en chapitre, qui constituait une nouveauté à l’époque, reprise par Alphonse X, est le fait de Jiménez de Rada (p. 203).

4 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 85-86. DRH trad., p. 57 : « los castigos morales que los romanos les infligieron [los antepasados] ».

5 Ibid., I, 7, p. 19, 13-14. DRH trad., p. 71 : « España permaneció sometida a la servidumbre de los griegos hasta los tiempos de los romanos ».

6 Ibid., I, 3, p. 14, 33-34. DRH trad., p. 65 : « fue ocupada por el poderío de los príncipes romanos ».

7 Ibid., I, 3, p. 14, 46-48. DRH trad., p. 66 : « durante el consulado fueron asoladas África y España por Escipión, y dos cónsules, Tolemón y Bruto, fundaron Toledo ».

8 Ibid., III, 22, p. 106, 9-10. DRH trad., p. 150 : « fue herida por la espada de los romanos ».

9 Toutes sauf deux. Une occurrence renvoie à l’hispanité de l’empereur Théodose (Ibid., II, 3, p. 42, 4-6, DRH trad p. 90) et l’autre aux glorieuses batailles des Romains (prologue, p. 6, 47-48. DRH trad., p. 57).

10 Ibid., II, 4, p. 44, 42-45. DRH trad., p. 92 : « Honorio […] decidió de acuerdo con el senado cederles [a los godos] provincias más distantes, esto es, las Galias y España, que estaban en trance de perder ».

11 Ibid., II, 7, p. 49, 22-23. DRH trad., p. 96 : « reclamado [Valia] en España por el patricio Constancio, infligió graves pérdidas a los barbaros en nombre del pueblo romano ».

12 Ibid., I, 17, p. 35. DRH trad., p. 84 : « sobre los emperadores Galo, Volusiano y Claudio y sus combates con los godos ».

13 Ibid., I, 18, p. 36. DRH trad., p. 85 : « sobre el emperador Constantino y los reyes godos Geberid y Hermanarico, y sus guerras ».

14 Ibid., II, 2, p. 40. DRH trad., p. 88 : « sobre el hambre de los godos y la muerte del emperador Valente ».

15 Ibid., II, 3, p. 42. DRH trad., p. 90 : « sobre algunos saqueos, la paz con los romanos y la muerte de Atanarico y Fridigerno ».

16 Ibid., II, 4, p. 43. DRH trad., p. 91 : « sobre la derrota de Radagaiso y de Estilicón, y el saqueo de Italia ».

17 Ibid., II, 5, p. 45. DRH trad., p. 92 : « sobre la destrucción de Roma y la muerte de Alarico ».

18 Ibid., II, 15, p. 63, 27-28. DRH trad., p. 108 : « guerreó muchas veces haciendo frente a los desplantes de los romanos ».

19 Ibid., II, 16, p. 64, 9-10. DRH trad., p. 110 : « lanzaba la guerra contra los romanos ».

20 Ibid., II, 16, p. 64, 18. DRH trad., p. 110 : « sitió al ejército romano ».

21 Ibid., II, 17, p. 65, 10. DRH trad., p. 110 : « sometió a las ciudades romanas ».

22 Ibid., II, 17, p. 65, 27-28. DRH trad., p. 111 : « logró en persona dos fructíferos triunfos sobre los romanos ».

23 Ibid., II, 18, p. 66, 4-9. DRH trad., p. 112 : « doblegó las fortificaciones de los romanos […], conquistó y sometió mediante combates a las demás ciudades que las fuerzas romanas habían ocupado en España… ». Cette victoire marque l'expulsion définitive des Byzantins de la Péninsule.

24 Ibid., II, 4, p. 43, 8-9 : « sub Theodosio Alani, Vandali et Sueui Hispanias sunt aggressi ». DRH trad., p. 91 : « durante el gobierno de Teodosio los alanos, vándalos y suevos irrumpieron en España ». Cette exception correspond à leur première apparition dans l'œuvre. Il s'agit du moment où ils pénètrent en Espagne et s'installent chacun dans une région de la Péninsule.

25 Ibid., II, 6, p. 47, 22-23. DRH trad., p. 94-95.

26 Ibid., II, 7, p. 49, 23-30. DRH trad., p. 96.

27 Ibid., II, 9, p. 54-56. DRH trad., p. 100-102.

28 Ibid., II, 14, p. 61, 29-32. DRH trad., p. 107.

29 Ibid., III, 19, p. 100-101. DRH trad., p. 145.

30 Rodrigue Jiménez de Rada (auteur), Juan Fernández Valverde et Juan Antonio Estévez sola (éd.), Roderici Ximenii de Rada Historia de rebus hispanie minores, Turnhout : Brepols, 1999.

31 I. Fernández-Ordóñez, « La denotación de “ España ”… », note 26, p. 55.

32 G. Martin, Les Juges de Castille…, p. 333 : « l’histoire d’Espagne était d’abord celle de la rencontre d’un espace géographique et du peuple wisigoth. Une approche localiste et ethnique : faits des Romains, des Suèves, Alains et Vandales, des Arabes, n’étaient convoqués qu’à la périphérie d’une histoire d’Espagne dont l’axe était la destinée des Goths ».

33 De Rebus Hispaniae, livre I chapitres 8 à 19, et livre II, chapitre 1 à 3.

34 Hormis ibid., I, 9, p. 23, 67, dans un résumé de l’histoire des Goths.

35 Ibid., II, 4, p. 44-45. DRH trad., p. 91-92.

36 Ibid., II, 6, p. 47-48. DRH trad., p. 94-95.

37 Si l’on décompte les chapitres 49 à 60 consacrés à Didon et à la fondation de Carthage.

38 PCG, chapitres 466, 467, 469, 471, 472, 475, 478, 483, 486, 487, 488, 489, 493, 494.

39 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.

40 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 19-26, et « El taller historiografico alfonsi…», p. 9.

41 Lucas de Tuy avait divisé sa chronique en livres, mais pas en chapitres. Le Tolédan était le premier à structurer son récit en chapitres, mais il ne l’a pas découpé en livres. Alphonse X est le premier à construire son récit en livres et chapitres. I. Fernández-Ordóñez, « La técnica historiográfica del Toledano… ».

42 PCG, titre 14, p. 14.

43 Ibid., 15, p. 15, 53a-54a.

44 Ibid., titre 16, p. 15.

45 Ibid., 22, p. 18, 47a-50a.

46 Ibid., titre 23, p. 18.

47 Ibid., 364, p. 207, 28a-35a.

48 Ibid., titre 365, p. 207.

49 Ibid., 385, p. 215, 39b-44b.

50 Ibid., titre 386, p. 215.

51 Ibid., chapitres 386 à 408.

52 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.

53 Rasis, 49, p. 118-121.

54 Ibid., p. XXX : « Al-Razi, en cambio, comienza por definir geográficamente al-Andalus […]. La historia propiamente dicha, que sigue a continuación, ya no es la de un pueblo, que después de actuar en escenarios varios acaba por encontrar su asiento en al-Andalus, sino la de los muy varios linajes de moradores establecidos en ese solar que previamente se ha definido y descrito. La historia de los Omeyas de Córdoba no se inicia en Oriente, sino con la prehistoria de al-Andalus, con los primeros pobladores del triángulo hispánico ».

55 Ibid., p. XXX.

56 Ibid., p. XXX.

57 J. LE GOFF, La Civilisation…, p. 196-197.

58 PCG, 107, p. 84, 32b-35b.

59 Ibid., 559, p. 312.

60 Ibid., 560, p. 314.

61 Contrairement aux Almujuces, aux Carthaginois ou aux Vandales par exemple.

62 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 24.

63 I. Fernández-Ordóñez, « Evolución del pensamiento alfonsí… », p. 268.

64 I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias…, p. 24.

65 J. FONTAINE, Isidore de Séville…, p. 373. « L’Empire d’Orient n’était plus seulement indésirable en Espagne pour des raisons politiques, il était aussi devenu une terre d’hérésies, soumise aux options religieuses d’un empereur qui se prenait pour un théologien. Les interventions brutales de Justinien contre certains évêques d’Afrique du Nord […], ne laissaient augurer rien de bon de la réintégration éventuelle de l’Espagne dans un Empire où la foi orthodoxe elle-même était asservie aux options de l’autocrate sacré et de ses représentants ».

66 S. TEILLET, op. cit., p. 464.

67 Ibid., p. 464.

68 S. TEILLET, op. cit. p. 464.

69 Ibid., p. 467-468, p. 475…

70 Ibid., p. 464 et p. 467.

71 Ibid., p. 467.

72 Ibid., p. 468, notes 40 et 41, p. 469, 475.

73 Ibid., p. 481.

74 Ibid., p. 475.

75 Ibid., p. 467.

76 Ibid., p. 464.

77 J. FONTAINE, Isidore de Séville…, p. 224-225.

78 Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, Laus Spaniae, 4, 82 : « jure itaque te jam pridem aurea Roma caput gentium concupivit, et licet te sibimet eadem Romulea virtus primum victrix spoponderit, denuo tamen Gothorum florentissima gens post multiplices in orbe victorias certatim repuit et amavit, fruiturque hactenus inter regias infulas et oves largus, imperii felicitate secura ». Traduction p. 10-11 : « autrefois déjà, la Rome rayonnante, la première des nations, t’a convoitée : les fils de Romulus, grâce à leur honneur victorieux, t’ont épousée une première fois. Mais maintenant, le très brillant peuple des Goths, après avoir récolté à l’envi de multiples victoires dans le monde, jouit dans un bonheur tranquille des insignes royaux et des œuvres généreuses de ton empire ».

79 S. TEILLET, op. cit., p. 476.

80 Ibid., p. 467.

81 Ibid., note 8, p. 464.

82 Ibid., prologue, p. 7, 75-78. DRH trad., p. 57 : « entre todos los príncipes los siglos tuvieron por principales a los reyes de los godos y los transmitieron de generación en generación, y sus grandezas las he continuado hasta el tiempo que me precedió ».

83 Ibid., III, 21, p. 104-106. DRH trad., 148-150.

84 Ibid., prologue, p. 7, 85-86. DRH trad., p. 57 : « los castigos morales que los romanos les infligieron [los antepasados] ».

85 Ibid., I, 3, p. 14, 33-34. DRH trad., p. 65 : « fue ocupada por el poderío de los príncipes romanos ».

86 Ibid., I, 3, p. 14, 46-48. DRH trad., p. 66 : « durante el consulado fueron asoladas África y España por Escipión, y dos cónsules, Tolemón y Bruto, fundaron Toledo ».

87 Ibid., III, 22, p. 106, 9-10. DRH trad., p. 150 : « fue herida por la espada de los romanos ».

88 Ibid., I, 5, p. 16, 15-16. DRH trad., p. 68 : « avanzando luego a través de la provincia Cartaginense, la devastó tras ocuparla ».

89 Ibid., I, 5, p.17, 46-50. DRH trad., p. 68-69 : « tras conquistar, o mejor, devastar España, que desde sus orígenes, tan pronto como la habitaron los cetúbales, disfrutaba de una pacifica prosperidad, la espada de Hércules les puso bajo el yugo de los griegos a sus desgraciadas gentes ».

90 Ibid., I, 7, p. 19, 2-5. DRH trad., p. 70-71 : « Hispán, a quien Hércules había puesto al frente del desdichado pueblo de los hésperos, como era hábil, valeroso y de estirpe de héroes, reconstruyó la devastada España y llevó a cabo con sabiduría grandes obras ».

91 Ibid., I, 7, p. 19, 13-14. DRH trad., p. 71 : « España permaneció sometida a la servidumbre de los griegos hasta los tiempos de los romanos ».

92 Ibid., prologue, p. 6, 47-48. DRH trad., p. 56 : « los gloriosos combates de los romanos ».

93 PCG, prologue, p. 4, 7a-8a.

94 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 85. DRH trad., p. 57 : « las batallas que Hércules realizo contra los antepasados ».

95 PCG, prologue, p. 4, 50a-51a.

96 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 85-86. DRH trad., p. 57 : « los castigos morales que los romanos les infligieron [los antepasados] ».

97 PCG, prologue, p. 4, 51a-52a.

98 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 69-72. DRH trad., p. 57 : « de Pompeyo Trogo, que fue infatigable descifrador de las historias orientales, y de otros escritos que, leídos con trabajo en pergaminos y pieles, con más trabajo recopilé ».

99 PCG, prologue, p. 4, 41a-44a.

100 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 75-78. DRH trad., p. 57 : « entre todos los príncipes los siglos tuvieron por principales a los reyes de los godos y los transmitieron de generación en generación, y sus grandezas las he continuado hasta el tiempo que me precedió ».

101 PCG, prologue, p. 4, 1b-2b.

102 Ibid., 9, p. 11, 14a-16a.

103 Ibid., 9, p. 11, 34a-39a.

104 De Rebus Hispaniae, I, 5, p. 17, 38-39 : « ciuitatem Vrgellum hedificauit ». DRH trad., p. 68 : « levantó la ciudad de Urgel ».

105 PCG, 8, p. 10, 38b-39b.

106 De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 15, 31-33. DRH trad., p. 67 : « la parte de Hesperia que conquisto la entrego a las gentes que habían venido con él desde Galacia para que la habitaran ».

107 PCG, 7, p. 10, 5a-8a.

108 De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 15, 19-31. DRH trad., p. 66-67.

109 PCG, 7, p. 9, 25b-28b.

110 Ibid., 7, p. 9, 31b-42b.

111 Ibid., 40, p. 27, 50a.

112 Ibid., titre 41, p. 27.

113 Ibid., 23-69, p. 18-51.

114 Ibid., 101, p. 78, 16a-17a.

115 Ibid., 41, p. 27, 7b-12b.

116 Ibid., 42, p.28, 30a-36a.

117 Ibid., 77, p. 55, 23b-28b

118 Ibid., 559, p. 312-314.

119 Ibid., 559, p. 312, 36a-40a.

120 Ibid., 34, p. 24, 13a.

121 Ibid., 34, p. 24, 28a.

122 Ibid., 32, p. 22, 38b-39b.

123 Ibid., 77, p. 56, 55a-10b.

124 Ibid., 133, p. 101, 47b-50b.

125 Ibid., 220, p. 155, 29a-34a.

126 Ibid., 329, p. 196, 31a-5b.

127 Ibid., 365, p. 208, 35b-43b.

128 Ibid., 365, p. 209, 6a-10a.

129 Ibid., 365, p. 209, 18a-20a.

130 Notamment par Plutarque, Suétone et Aulu-Gelle. André BERNAND, Alexandrie la Grande, Paris : Fayard, 1998, p. 137.

131 PCG, 106, p. 83, 25b-42b.

132 Même si selon la Estoria de España, Dieu intervient afin d’empêcher les livres de brûler. Ibid., 106, p. 83, 47b-52b.

133 Voir notre troisième partie sur la figure royale.

134 PCG, 118, p. 95, 5a-27a.

135 Ibid., 118, p. 95, 1a-2a et 36a-45b ; 135, p. 103, 24a-41a.

136 Ibid., 125, p. 99, 42a-43a.

137 Ibid., 125, p. 99, 43a-54a.

138 Ibid., 125, p. 99, 54a-16b.

139 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 162-165.

140 PCG, 131, p. 101, 41a-46a.

141 Ibid., 139, p. 105, 9b-13b.

142 Ibid., 151, p. 108, 54a-56a.

143 Ibid., 136, p. 103, 9b-37b.

144 Mauricio Pastor Muñoz, Viriato, la lucha por la libertad, Madrid : Alderabán Ediciones, 2000, p. 10.

145 Ibid., p. 10.

146 OROSE, op. cit., V, 4, 1-14, p. 89-92.

147 PCG, 43, p. 28, 53a-6b.

148 Ibid., 44, p. 28, 52b-p. 29, 2a.

149 Ibid., 45, p. 29, 11a.

150 M. Pastor Muñoz, op. cit., p. 55-56.

151 PCG, 43, p. 28, 6b-41b.

152 Ibid., 44, p. 29, 2a-6a.

153 G. Le Morvan, op. cit., p. 474.

154 PCG, 428, p. 244, 16a-20a.

155 Ibid., 470, p. 263, 8a-10a.

156 Ibid., 470, p. 263, 2a-6a.

157 Ibid., 172, p. 122, 26b ; 174, p. 124, 33b ; 270, p. 168, 31a ; 291, p. 175, 46a-47a : « uistiosse pannos de porpola, que era sennal del emperio » ; 295, p. 176, 38a ; 299, p. 177, 23a ; 316, p. 184, 50b-51b ; 341, p. 199, 6b ; 427, p. 243, 13b.

158 Ibid., 507, p. 280, 37b-41b.

159 Nous avons par exemple montré plus haut qu’en seulement quelques décennies, le contexte avait changé au point que ce qui était un enjeu majeur pour Lucas de Tuy et Jiménez de Rada, la primatie de l’Église d’Espagne, n’est plus une question capitale pour Alphonse X, du moment que la primatie se situe dans son royaume.

160 Alphonse X entretient des relations cordiales avec la France depuis les fiançailles de sa fille Bérangère avec Louis de France, le fils et héritier de saint Louis, malheureusement décédé en 1260, avant le mariage (J. F. O’CALLAGHAN, op. cit, p. 196-197). En 1269, Ferdinand de la Cerda, héritier d’Alphonse X, épouse Blanche de France, la fille de saint Louis. Malgré des désaccords survenus après la mort de Ferdinand, Alphonse X et Philippe III tentent de s’entendre sur une éventuelle succession au trône de Castille du fils de l’infant défunt, Alphonse de la Cerda (ibid., p. 299, et M. González Jiménez, op. cit., p. 178-182).

161 PCG, 385, p. 215, 39b-44b.

162 Ibid., 561, p. 316, 34b-38b.

163 Ibid., 564, p. 319, 14a-23a.

164 Ibid., 566, p. 322, 24a-32a.

165 Ibid., 568, p. 323, 34a-40a.

166 Hormis à sept reprises où ils les appellent « espannoles » ou « los de Espanna », dont trois fois pour les opposer aux Francs.

167 Chronicon Mundi, IV, 5, p. 228, 10-18. CM trad., p. 278 : « mas la gente de los godos, asi como quien se leuanta de su sueño, escomençó a buscar poco a poco por el orden de los padres (de buscar) las costumbres de los antiguos derechos y guardarlos, en la batalla, [seguir] (en) las señales y [en] el reyno [guardar] el mandamiento legítimo, y en la paz de fundar las yglesias y de orar con estudio muy deuoto ; y primeramente y principal alaba [ban] a Dios con toda affiçion de voluntad que dio a ellos muy pocos vençer la muchedumbre de los enemigos. Venian a ellos todos los godos que eran esparzidos por las Gallas y por las otras comarcas, y combatian los caldeos con mano valiente ». Et IV, 8, p. 228, 1-2 : « Adefonsus catholicus ab uniuerso populo Gotorum in regen eligitur ». CM trad., p. 279 : « Alfonso Catholico fue elegido por rey del pueblo de los godos ».

168 De Rebus Hispaniae, IV, 4, p. 120, 12-16. DRH trad., p. 165, « los godos que no habían tenido la posibilidad de huir, al oír que la mano del Señor no había abandonado a los suyos ».

169 PCG, 570, p. 325, 10a-20a.

170 Ms. T, fol. 61v°, cité par Diego Catalán, De la silva textual…, p. 195.

171 Ms. T, fol. 92, ibid., p. 195.

172 G. LE MORVAN, op. cit., p. 495.

173 De Rebus Hispaniae, prologue, p. 7, 75-78. DRH trad., p. 57 : « entre todos los príncipes los siglos tuvieron por principales a los reyes de los godos y los transmitieron de generación en generación, y sus grandezas las he continuado hasta el tiempo que me precedió ».

174 PCG, prologue, p. 4, 1b-2b.

175 G. LE MORVAN, op. cit., p. 480-486.

176 Ibid., p. 481. En revanche, nous ne sommes pas d’accord avec elle lorsqu’elle conclut que les Wisigoths acquièrent dans ce chapitre « un plus grand prestige » (p. 482). Selon nous, rien ne le laisse présager.

177 PCG, titre 558, p. 310.

178 De Rebus Hispaniae, III, titre 21, p. 104.

179 Ibid., I, 3, p. 13, 2-3. DRH trad., p. 64 : « el quinto hijo de Jafet fue Tubal, de quien descendieron los iberos, que también se llaman hispanos ».

180 PCG, 3, p. 6, 36a-38a.

181 De Rebus Hispaniae I, 7, p. 19, 2. DRH trad., p. 70-71 : « el desdichado pueblo de los hésperos ».

182 PCG, 9, p. 11, 12a.

183 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.

184 Voir notre chapitre L’espace dans la Estoria de España.

185 Voir notre troisième partie sur la figure royale.  

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search