Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Quatrième partie – Identité du pouvoir et pouvoir de l’identité

Chapitre 1 - Le gouvernement de l’Espagne

Texte intégral

1Dans son œuvre juridique Alphonse X développe une conception organiciste du pouvoir, ainsi définie dans les Siete Partidas :

  • 1 Partida II, 1, 5.
  • 2 Ibid., 9, 6.

Los santos dixeron que el rey es puesto en la tierra en lugar de Dios para complir la justicia e dar a cada uno su derecho. E porende lo llamaron corazon e alma del pueblo. Ca assi como yaze el alma en el corazon del ome, e por ella biue el cuerpo, e se mantiene, assi en el rey yaze la justicia que es vida e mantenimiento del pueblo de su señorio. E bien otrosi como el corazon es uno e por el reciben todos los otros miembros unidad, para ser un cuerpo, bien assi todos los del reyno, maguer sean muchos, porque el rey es, e deue ser uno, por esso deuen otrosi ser todos unos con el, para seruirle, e ayudarle en las cosas que el ha de fazer. E naturalmente dixeron los sabios que el rey es cabeça del reyno, ca assi como de la cabeça nascen los sentidos por que se mandan todos los miembros del cuerpo, bien assi por el mandamiento que nasce del rey, que es señor e cabeça de todos los del reyno, se deuen mandar a guiar, e auer un acuerdo con el, para obedescerle, e amparar, e guardar, e acrescentar el reyno : onde el es alma e cabeça, e ellos miembros1.
Cabeça del Reyno llamaron los Sabios al Rey, por las razones que de suso son dichas, e a los omes nobles del Reyno pusieron como miembros2.

  • 3 Alexander MAREY, « El rey, el emperador, el tirano: el concepto del poder e ideal político en la cu (...)
  • 4 Ibid., p. 240. Voir aussi Péter Molnár, « Saint Thomas d'Aquin et les traditions de la pensée polit (...)

2Dans ces lois, le roi est clairement défini comme étant la tête, l’âme et le cœur du royaume, tandis que ses sujets sont les membres de ce corps. Cette théorie est, on l’a vu, influencée par le Policraticus3 de Jean de Salisbury et par saint Thomas d’Aquin4, deux auteurs qui ont élaboré le même type de métaphore organiciste. La même définition est présente dans le Fuero Real, doublée cette fois d’une explication religieuse.

  • 5 Fuero Real, I, 2, 2.

Nuestro señor Dios Jesucristo ordenó primeramente la su corte en el cielo ; e puso a sí cabeza e comenzamiento de los angeles e de los arcángeles : et quiso e mandó quel amasen e quel guardasen como a comenzamiento e guarda de todos. Et despues desto fizo el omne a la manera de su corte. Et como a sí avie puesto cabeza e comienzo, puso al ome la cabeza en somo del cuerpo, e en ella puso razon e entendimiento de como se devan guiar los otros miembros, e como deban servir e guardar la cabeza mas que a si mismos. E desí ordenó la corte terrenal en aquella misma guisa, e en aquella manera que era ordenada la suya en el cielo, e puso el rey en su logar cabeza e comenzamiento de todo el pueblo, asi como puso a sí cabeza e comienzo de los angeles e de los arcangeles5.

3Cette loi développe une comparaison entre la cour du Seigneur et la cour des hommes. Jésus est la tête, le commencement même de sa cour céleste. Or, le monde d’en bas a été créé en symétrie du monde d’en haut, donc la cour royale est organisée comme la cour céleste. À partir de ce syllogisme, le lecteur doit déduire qu’à l’image du Christ, le roi est la tête de son royaume.

4Néanmoins, la Estoria de España qui n’est pas un traité de politique, ne définit pas explicitement ce qu’est un royaume, ni les relations que doivent entretenir le roi avec les différents états de son royaume, ni le rôle spécifique de chacun. La chronique n’est pas plus un manuel de gouvernement ou d’organisation de la société qu’elle n’est un manuel de bonne conduite royale. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas d’éléments à partir desquels le lecteur puisse tirer, extraire presque, un certain nombre d’observations sur la noblesse, le clergé, le peuple et le roi, le rôle de chacun et leurs relations. Grâce à l’éclairage apporté par l’idéal politique alphonsin une lecture politique de la Estoria de España est possible.

1. Le Roi, l’Espagne et les nobles

Les mots pour dire la noblesse

  • 6 J. Corominas, « Noble », op. cit., p. 415.
  • 7 PCG, 11, p. 13, 4a : « lauores » ; 56, p. 38, 44a : « sepulcro » ; 57, p. 38, 50b : « bodas » ; 70, (...)
  • 8 Ibid., 10, p. 12, 42a-43a : « Caliz » ; 55, p. 37, 10ª ; 58, p. 39, 38a ; 59, p. 40, 14a et 59, p.  (...)
  • 9 Ibid., prologue, p. 4, 7a-8a.
  • 10 Ibid., 12, p. 13, 15b.
  • 11 Ibid., 80, p. 58, 24ª ; 164, p. 115, 51a-52a ; 172, p. 122, 36b.

5Dans la chronique, les termes « noble » et « nobleza » dérivés du latin nobilis, et attestés respectivement en 1184 et entre 1220 et 12506, désignent essentiellement la qualité honorable d’une personne, d’une action ou d’un objet et non exclusivement le groupe social. Un homme noble possède de grandes qualités morales et c’est par contamination que le terme « noble » finit par désigner le groupe le plus honorable du royaume. Ainsi noble n’est utilisé comme substantif qu’à trois reprises dans la chronique ; utilisé comme adjectif il désigne aussi bien une chose7, une ville8, une bataille9… qu’un homme. L’expression « noble(s) omne(s) » désigne ainsi la noblesse10, parfois le roi11 et entre en concurrence avec d’autres formules qui renvoient à des fonctions militaires, civiles ou simplement à un groupe social élevé.

6Parmi les fonctions militaires, les termes « cabdiello », « caualleria » sont les plus utilisés. Le « cabdiello », du latin caput, la tête, est le chef militaire qui représente le roi et dirige l’armée dans un territoire donné. Il est parfois combiné avec « caualleria » : « cabdiello de la/su caualleria ». On retrouve aussi « alf(i)erez », qui n’apparaît que trois fois et renvoie à un rang inférieur dans l’armée, et « duc » qui désigne surtout les ducs de Cantabrie Ranosindo, rebelle au temps de Wamba, ainsi que les pères de Pelayo et d’Alphonse Ier. « Duc » semble ici avoir conservé le premier sens romain de charge politique et militaire d’une région frontalière, mais n’est employé que pour l’époque des Wisigoths. La Estoria de España mentionne aussi plusieurs « condes », notamment le comte Julien, fonction inférieure à celle de duc dans l’armée des Wisigoths. Dans les chapitres concernant les Romains, les rédacteurs utilisent le mot « adelantado » qui désigne un chef civil et militaire représentant du pouvoir central.

  • 12 Ibid., 167, p. 118, 51a-52a.
  • 13 Ibid., 523, p. 292, 40b-42b : « por mandado de los altos omnes et de los alcaldes del palacio que e (...)
  • 14 Ibid., 564, p. 319, 23a-26a : « los moros pusieran sus alcaldes en cada logar que cogiessen las ren (...)

7D’autres fonctions semblent davantage politiques et civiles. C’est le cas des sénateurs et consuls romains : « eran llamados cort los senadores et los consules »12. « L’ alcalde » est quant à lui associé à l’administration et à la justice. Ainsi le traître Paul est jugé par les « alcaldes del palacio »13 et les musulmans nomment des « alcaldes » pour récolter l’impôt des Chrétiens14.

8Cependant, la noblesse n’est pas qu’une fonction, elle s’obtient aussi et surtout par la naissance. Ainsi l’on retrouve, bien que très rarement, le « fijo dalgo » ou « fidalgo » parfois associé à « linnage », qui témoigne de la haute naissance, comme dans le cas du roi Wamba ou du traître Julien :

  • 15 Ibid., 513, p. 283, 36b-38b.
  • 16 Ibid., 554, p. 307, 35b-37b.

Wamba « era omne bien fidalgo et del meior linnage de los godos »15.
Julien « era un grand fidalgo, et uinie de grand linnage de partes de los godos »16.

9Dans le premier cas il s’agit de glorifier le roi Wamba qui est un parangon de vertus, alors que dans le second cas la haute lignée permet de renforcer la faute de la trahison, tant du roi à l’égard du noble dont il viole la fille, que du noble à l’égard du roi et du royaume. Le mot « uassallo » est aussi très présent dans la chronique, mais il fait indifféremment référence au noble dépendant de son suzerain qu’au peuple entier soumis à un roi étranger comme les Goths qui étaient les vassaux des Romains. Ici ce terme ne suppose aucune fonction particulière, mais implique les devoirs d’obéissance et de loyauté inhérents à la vassalité.

10La chronique utilise aussi d’autres expressions qui ne se réfèrent pas exclusivement à des fonctions particulières mais plutôt au groupe social le plus élevé du royaume, il s’agit de « alto(s) omne(s) », « omne(s) onrado(s) / onrados omnes », « omne(s) bueno(s) », « mayoral(es) », et « ric(os) omne(s) ».

Alto omne

  • 17 Ibid., 10, p. 11, 18b.
  • 18 Ibid., 539, p. 300, 23b-25b.
  • 19 Ibid., 505, p. 279, 20a-21a ; 508, p. 281, 24a-25a ; 509, p. 281, 7b-8b.
  • 20 Ibid., 548, p. 304, 20a-22a.

11L’expression « alto(s) omne(s) » apparaît pour désigner les prétendants de la fille d’Hispan décrits comme « reyes y altos omnes »17 ainsi que certains Wisigoths. Dans le premier exemple, l’expression désigne clairement une haute position sociale, tout comme lorsque les rédacteurs qualifient le futur roi Égica de « alto omne »18. Dans ces deux cas, l’expression reste générale et indique une position sociale et non une fonction. Dans la majorité des occurrences, les « altos omnes » du Royaume de Tolède sont dotés d’une double fonction politique, celle de cooptation et de destitution plus ou moins légale du roi, et celle de représentants du roi. Ainsi, ce sont eux qui élisent le roi Theudis, ce sont eux qui se liguent contre le roi Theudigisel et encore eux qui, aux côtés du primat Quiricus (Julien de Tolède en réalité), déposent le roi Wamba suite à son empoisonnement. Les « altos omnes » participent aussi au procès du traître Paul et aux Conciles de Tolède où l’on suppose qu’ils représentent et assistent le roi. L’expression « altos omnes » est alors accompagnée de la précision « del palacio (del rey) »19 ou « de su regno »20.

Omne onrado

  • 21 Ibid., 12, p. 13, 46a.
  • 22 Ibid., 59, p. 42, 2a.
  • 23 Ibid., 64, p. 48, 8a-9a.
  • 24 Ibid., 5, p. 8, 30b-31b.
  • 25 Ibid., 30, p. 22, 5a-7a.

12Dans la chronique l’expression « omne(s) onrado(s) » ou « onrados omnes » désigne toujours un groupe, sauf lorsqu’elle est employée au singulier où elle peut désigner un homme en particulier : Tharcus, le beau-père du roi Rocas21, ainsi qu’Énée22, Scipion l’Africain23 et César24, héros romains s’il en est. Au pluriel, elle désigne une haute position sociale, la plupart du temps sans précision. Par exemple la chronique dit ceci à propos de Scipion l’Africain après la prise de Carthage : « a Magon enuiol preso a Roma con otros omnes onrados que prisiera en la batalla y en la uilla »25. On voit ici que les « omnes onrados », dont certains ont probablement un rôle important, représentent davantage un groupe social qu’une fonction précise. D’ailleurs les rédacteurs expliquent ce que sont ces « omnes onrados » :

  • 26 Ibid., 22, p. 18, 11a-19a.

E destas dos batallas e de las otras que oyestes que auie uencido annibal. enuio a affrica tres moyos de sortjjas doro que fueran sacadas de los dedos de los senadores e de los otros omnes onrados de Roma que matara. Ca en aquel tiempo non traye ninguno sortija doro si non fues omne de grand cuenta e sennor de caualleros26.

  • 27 Ibid., 318, p. 189, 9a-10a.
  • 28 Ibid., 319, p. 191, 39a-40a.

13Ils peuvent être sénateurs ou occuper une fonction militaire (sennor de caualleros est ici l’équivalent de cabdiello), mais pas nécessairement, en tout cas, ils sont « omne de grand cuenta », c’est-à-dire que ce sont des hommes de rang élevé. Comme les « altos omnes », ils accompagnent les rois aux Conciles. En effet, il est dit de « todos los onrados omnes de la corte »27 qu’ils assistent aux côtés de l’Empereur Constantin Ier et de sa mère Hélène à une disputatio entre Chrétiens et Juifs, puis toujours aux côtés de Constantin Ier ils sont présents lors du Concile de Nicée I28.

Omne bueno

14Les « omnes buenos » font partie de la classe sociale la plus élevée. À Carthage par exemple, ils refusent une aide financière à la reine Didon, ce qui prouve que leur position sociale fait qu’ils sont autorisés, ou plus sûrement qu’ils se sentent autorisés, à opposer un tel refus à leur souveraine. Néanmoins, il s’agit d’une expression ambiguë puisqu’elle peut aussi désigner la qualité humaine sans que cela indique une position sociale. Voyons cet exemple où « bueno » donne un double sens à l’histoire :

  • 29 Ibid., 178, p. 127, 31a-37a.

Una uez auino que un omne bueno a su muerte dexo su fijo pequenno en guarda de un so amigo, a pleyto que si el ninno muriesse, que heredasse aquel que lo auie en guarda todos sos bienes. E ell omne malo, con cobdicia de heredar lo suyo, matolo a pozon29.

15Ici l’on peut penser que l’homme est important car il est riche, mais en même temps « omne bueno » s’oppose à « omne malo » dans une perspective morale.

Mayoral

  • 30 Ibid., 66, p. 50, 11b-12b.
  • 31 Ibid., 84, p. 61, 47a-50a.
  • 32 Ibid., 549, p. 304, 13b-18b.
  • 33 Ibid., 497, p. 276, 10a.
  • 34 Ibid., 499, p. 276, 25b-26b.

16Le terme « mayoral(es) » formé sur le superlatif absolu « mayor » désigne aussi un groupe social. À la suite d’une victoire, Scipion l’Africain fait vendre les captifs, sauf les « mayorales » et la chronique explique son choix de cette façon : « fueras ende los mayorales que non quiso egualallos con los otros »30. On ne sait pas quelle est la fonction précise de ce groupe mais on déduit qu’il s’agit d’une classe supérieure puisque Scipion l’Africain ne veut pas qu’ils soient traités comme les autres vaincus. Ici le terme « otros » n’est pas précisé, mais à deux autres reprises « mayorales » s’oppose à « menores », les uns représentant clairement une élite, tandis que les autres seraient le peuple. Dans la première opposition, les menores sont en désaccord avec les mayorales : « llegando, recibieron le muy bien los mayorales et los otros omnes buenos, et querien le coger en la cibdat. Mas leuantosse el pueblo de los menores contra el »31. Dans le second exemple, les mayorales et les menores, bien que désignés séparément suivent le mauvais exemple du roi Witiza : « daua […] exiemplo a sus ricos omnes et a los mayorales de los godos […] e otrossi los menores del pueblo »32. Néanmoins, le mayoral peut remplir une fonction à la cour, car à deux reprises le mot désigne ceux qui accompagnent ou représentent le roi dans les Conciles de Tolède : les « mayorales de su regno »33 et les « mayorales del palacio »34. On note que la formule est la même que pour les « altos omnes » qui assistent aux Conciles et qui sont appelés « altos omnes del palacio » et « altos omnes de su regno », ce qui indique que « mayorales » et « altos omnes » sont le plus souvent synonymes.

  • 35 Ibid., 78, p. 56, 33b-36b.
  • 36 Ibid., 53, p. 35, 2a-3a.
  • 37 Ibid., 87, p. 63, 12b-13b.
  • 38 Ibid., 423, p. 241, 23a-24a.
  • 39 Ibid., 525, p. 294, 28a.

17Le terme « mayorales » renvoie aussi au commandement, civil ou militaire. En effet, ce mot désigne ceux à qui Pompée délègue son autorité en son absence : « pues que ouo Ponpeyo assessegadas las Espannas, dio les por mayorales, et a quien catassen por sennores en logar del, a estos dos sos fijos »35. S’agissant de ses fils, on devine que « mayoral » désigne un représentant du seigneur qui devient lui-même seigneur en son absence comme l’indique la proposition « quien catassen por sennores en logar del » et qu’il peut s’agir d’un membre de la famille du dit seigneur. L’expression « mayorales de las naues »36 indique qu’un commandant de flotte est aussi qualifié de « mayoral ». César fait assassiner les « mayorales » de ses ennemis car ils sont responsables des révoltes et des résistances de leur peuple respectif ; les rédacteurs précisent par exemple que « los mayorales leuantaron las guerras »37. La ville de Lisbonne est abandonnée à Rémismond (roi des Suèves de 459 à 469) par Lusidio, décrit comme « un cibdadano que y moraua que era el mayoral della »38. Être « mayoral » ne signifie pas pour autant être légitime, puisque le traître Paul qui se rebelle contre le roi Wamba est qualifié de « mayoral de los otros »39, ce qui renvoie surtout ici à la fonction de commandement militaire.

  • 40 Ibid., 70, p. 52, 10a-11a.

18D’autres termes formés sur la racine « mayor » apparaissent également dans la chronique et désignent une fonction politique. En effet, le Sénat est ainsi défini : « el conseio de los mayores omnes, a que llamauan senado »40.

Ric omne

  • 41 Ibid., 210, p. 152, 3b-4b.
  • 42 Partida II, 9, 6.
  • 43 J. Valdeón Baruque, Alfonso X…, p. 89.

19Hormis lorsqu’il s’agit de l’empereur Antonin le Pieux, décrit comme « ric omne » à cause de ses richesses41, ce qui introduit le même d’ambiguïté que pour « omne bueno », les autres occurrences de « ric omne » désignent un groupe social, probablement caractérisé par sa richesse, mais qui occupe une position particulière dans le royaume. Rappelons que c’est sous ce nom que sont désignés les nobles dans les Siete Partidas dans la loi qui leur est consacrée et qui s’intitule « Quales deuen ser los Ricos omes, e que deuen fazer »42. En Castille, les « ricos omnes » sont le plus groupe social qui réunit lignage, patrimoine et charges politiques à la cour du roi43.

20La Estoria de España désignent donc ce que nous appelons aujourd’hui la noblesse au moyen de nombreuses expressions qui font référence au groupe social d’un point de vue général ou à des fonctions civiles, politiques ou militaires plus précises. De primer abord cette diversité lexicale ne permet pas d’appréhender précisément le rôle et les devoirs de la noblesse et seule l’analyse des divers épisodes mettant en scène « altos omnes », « mayorales » ou « ricos omnes »… devrait permettre de comprendre quels étaient, selon la vision alphonsine, les devoirs de la noblesse, ses relations avec le roi et par là-même son influence sur le royaume.

La noblesse idéale

  • 44 PCG, 7, p. 10, 23a-28a.

21Dès le début de la chronique, le rôle des subalternes du prince est précisé : que ce soit sur le champ de bataille, dans les provinces lointaines ou dans la Cité, ils doivent obéir. Ainsi lorsqu’Hercule a quitté le sud de la Péninsule pour poursuivre sa conquête de l’Espagne, il a donné des ordres, en l’occurrence édifier une statue à son image et construire Séville. Lorsqu’il revient, ses ordres ont été exécutés : « fuesse pora Guadalquiuir, al logar o mndara fazer la imagen, e fallola erizada e plogol mucho. Desi fue adelant, alli o mandara fazer la uilla sobre los palos, e pusol nombre Hyspalis, e mandola cercar de muro e de torres »44. La statue a été érigée, et la ville aussi puisqu’il lui donne un nom et la dote d’une enceinte. Le même Hercule qui fonde des villes lors de ses conquêtes, et ordonne à ses hommes de s’y installer. En effet, si c’est au roi que revient le pouvoir et le devoir de fondation, il a tout de même besoin de ses sujets pour peupler ses villes.

  • 45 Ibid., 7, p. 10, 5a-8a.
  • 46 Ibid., 8, p. 10, 27b-32b.
  • 47 Ibid., 8, p. 10, 55b-56b.

Una gran partida de la gente que el traye fueron de Galacia, e mandolos poblar alli, e por esso fue llamada aquella tierra Galizia45.
Poblo una cibdat, al pie de Moncayo, dunas yentes que uinieran con el de Grecia : los unos eran duna tierra que dizien Tiro, los otros dotra que dizien Ausona, e por esso pussso nombre a la uilla Tirasona46.
La poblo [Esperia] daquellas yentes que troxiera consigo47.

  • 48 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 208-209.

22Dans le récit l’onomastique fonctionne comme indice et preuve du passé, alors le fait que certains groupes aient donné leur nom aux villes ou régions fondées (Galacia > Galizia, Tiro et Ausona > Tirasona…) indique que les compagnons d’Hercule lui ont obéi et se sont bel et bien installés dans ces régions. Hercule ne rencontre aucune résistance, il ordonne et ses hommes s’exécutent. Le contraste avec l’époque de rédaction de la chronique est intéressant. Alphonse X qui d’une certaine façon a refondé Séville, a distribué beaucoup de terres afin de repeupler la ville, de lui donner un nouvel essor, de lui redonner vie, tout en affermissant les positions chrétiennes dans le sud de la Péninsule dans la perspective de la poursuite de la Reconquête. Malheureusement, beaucoup de ces colons ne sont pas restés à Séville, ou parfois ne s’y sont même jamais rendus en raison des dangers liés à la guerre, de la révolte mudéjar et des Mérinides. Certains de ceux à qui il a donné des terres ou des maisons les ont revendues et sont repartis48. Bien que plusieurs facteurs aient concouru à cette désertion, les difficultés et très sûrement les déceptions éprouvées par le Roi Sage dans son entreprise contrastent avec l’obéissance avec laquelle chacun se soumet aux ordres d’Hercule.

23Plus loin dans le récit, il est rapporté que quand les frères Scipion sont acculés et qu’ils préfèrent aller à la mort plutôt que perdre leur honneur, ils convainquent leurs soldats de les suivre jusque dans la mort :

  • 49 PCG, 27, p. 20, 7a-14a.

Antes que ouiessen la batalla, fablaron los Cipiones con los romanos, e dixieron que se menbrassen de la postura que auien entre si, y esta era atal que desque entrasen en batalla ningun romano non se dexasse prender, mas que en todas guisas uenciessen o muriesse ; y ellos fizieron lo assi que lidiaron muy ferament49.

24Scipion l’Africain, fils et neveu des deux consuls Scipion, convainc quant à lui les Romains de participer à l’effort de guerre. En effet, l’argent manquant pour défendre l’Empire, le jeune homme ordonne de prendre les richesses là où elles se trouvent, c’est-à-dire dans les temples et chez les citoyens :

  • 50 Ibid., 28, p. 20, 53b-p. 21, 31a.

Del auer pora las soldadas de los caualleros, mando tomar todos los tesoros de los templos e otrossi quanto fallo por las casas de los cibdadanos oro e plata en que lauor ouiesse, que no les dexo ninguna cosa sino sennas onças doro e sennas libras de plata pora sus mugieres e a sus fijas o las bronchas de sus sennales que ellos trayen en los pechos, e desta guisa fueron complidas las huestes de Roma dombres e dauer e darmas e de quanto ouieron menester50.

  • 51 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 110, M. González Jiménez, op. cit., p. 125-127.
  • 52 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 162-165.
  • 53 PCG, 28, p. 20, 7b-10b.
  • 54 Ibid., 28, p. 21, 34a-43a.

25Le royaume a besoin d’argent pour se défendre, le prince prend donc les mesures nécessaires et tous doivent participer, dans un seul élan pour le bien général. Nulle objection, nulle protestation, nulle récrimination, les Romains payent, ils donnent même tout ce qu’ils ont hormis une quantité donnée de métaux précieux. Là encore le parallèle avec les problèmes rencontrés par le Roi Sage est troublant. Sa politique fiscale, en grande partie motivée par le très coûteux fecho del Imperio a rencontré de grandes oppositions parmi la noblesse51, et sa politique monétaire visant à modérer l’inflation a été un échec52, ce qui a aggravé le mécontentement nobiliaire. En 1275, Alphonse X finit par renoncer à se faire élire empereur. Les facteurs sont multiples, mais les blocages provoqués par la noblesse ont rendu plus difficile encore la campagne du roi pour se faire élire. Les Romains mis en scène dans la chronique eux n’ont pas renâclé de la sorte et n’y ont pas mis autant de mauvaise volonté. Au contraire, ils ont juré obéissance à Scipion l’Africain : « fizo los a todos yurar quel ayudassen a defender Roma e so sennorio, e quel fuessen mandados en todas cosas que les el dixiesse »53, et ils l’ont remercié non en se rebellant comme les Castillans, mais en le nommant proconsul54.

  • 55 Ibid., 78, p. 56, 45b-49b ; 85, p. 61, 18b-23b ; 129, p. 100, 48b-52b ; 135, p. 102, 18b-21b…
  • 56 Ibid., 125, p. 99, 19b-23b.

26Les défilés triomphants organisés par le Sénat romain pour célébrer les victoires des empereurs sont autant de preuves de la reconnaissance de Rome à ses princes55. C’est que les Romains, eux, sont loyaux envers l’Empire. En effet, la chronique précise le rôle des impôts : « ell oro para condesar por tesoro que despendiesen los sennores o les grand mester fuese pora guardar et parar bien ell estado dell imperio et asoldadar sus cauallerias »56. Ainsi, si le prince lève un impôt c’est pour protéger le Royaume, refuser de payer l’impôt est donc une forme de trahison envers le royaume. Selon les circonstances, les Romains suivent même leurs princes jusque dans la mort, alors qu’Alphonse X leur demande simplement de le suivre vers l’Empire !

27Les Siete Partidas expliquent d’ailleurs le rôle que les nobles doivent jouer dans le Royaume :

  • 57 Partida II, 9, 6.

Fazen al Reyno noble, e apuesto, e ayudan al Rey a defenderlo, e acrescentarlo.
Por ellos ha de ser
fermosa, e noblescerse la Corte del Rey, e el Reyno
Otrosi deuen los Ricos omes ser
esforçados, e rezios, para amparar su Señor, e a su tierra ; e para acrescentar su Reyno, a honrra del, e dellos57.

28L’idée de défense et de protection du Roi et du Royaume et de son accroissement revêt donc une acception martiale, et aussi financière : comme les Romains, les nobles doivent participer à la guerre en la finançant. Les verbes defender, acrescentar, amparar, associés aux expressions « fazer noble e apuesto », « ser fermosa e noblescerse » et « a honrra del » prennent un autre sens. Le devoir des nobles est de contribuer à protéger le Royaume, et aussi d’accroître son honneur, et quel plus grand honneur que d’en faire la tête d’un Empire ? En outre cette même loi indique que les nobles doivent servir (seruir) le roi, comme les Grecs obéissent à Hercule et les Romains à la lignée des Scipion.

29La partie du récit consacrée aux Romains s’ouvre d’ailleurs sur une explication de la grandeur de Rome :

  • 58 PCG, 23, p. 18, 7b-22b.

Las estorias antiguas cuentan que por tres cosas fueron los romanos sennores de toda la tierra : la primera por saber, la segunda por ser bien acabdellados, la tercera por suffrencia ; ca ellos fueron omnes que sopieron los grandes saberes et ayudaron se bien dellos, […] ; otrossi ellos fueron los meiores cabdiellos del mundo et los que meior sopieron atrae sus yentes acabdelladas et auenidas ; e quando auien la guerra sabien soffrir lazeria mas que otros omnes, et por esso conquirien las tierras et sapoderauan dellas58.

30Pour devenir un grand royaume ou un grand empire, trois qualités sont donc nécessaires : le savoir – Alphonse X a su réaliser une œuvre d’une ampleur inédite –, de bons chefs – Alphonse X a fait ses preuves en tant que chef militaire –, et une armée, ou des sujets capable d’endurer une certaine souffrance et d’accepter les efforts menant à la victoire. Si l’on en croit la chronique, cette formule idéale peut seule assurer la grandeur de l’Espagne. Le Roi Sage remplit les conditions qui lui incombent, à la noblesse de se remettre en question et de participer à l’ennoblissement su Royaume. Or, la noblesse modèle dépeinte dans la chronique et la noblesse castillane contrastent singulièrement.

La noblesse félonne

31La Estoria de España ne met pas seulement en scène une noblesse exemplaire obéissante, reconnaissante et consciente qu’elle n’est rien sans son prince. En effet, en une sorte de miroir inversé, elle rapporte également que certains nobles personnages n’hésitent pas se montrer ingrats envers leur roi, et vont parfois jusqu’à se révolter pour s’emparer du pouvoir.

32Prenons l’exemple de la reine Didon qui vient de fonder Carthage dont elle fait, en puisant largement dans l’héritage de son défunt mari, une place forte grâce à la construction de murailles, de tours et de tranchées de protection :

  • 59 Ibid., 55, p. 36, 11b-25b.

Pero por que esto fazie a muy grand costa de si, semeiol que los de la cibdat e de la tierra en derredor quel deuien y ayudar, ca tod el tesoro que ella auie aducho, que fuera de so marido, lo mas dellos auie y despendudo, e lo al quel fincaua no lo querie todo gastar que cayes en pobreza. E por esso enuio por todos los omnes buenos de la tierra, e dixo les quel ayudassen en aquello. Los que uinieran con ella de Tiro dixieron que les plazie ; mas los que eran naturales daffrica, que eran muchos mas que ellos, no lo quisieron fazer; ca dixieron que en su tierra se poblaran, e pora si mismos se pecharien, e non querien pechar a ella pora metello en so tesoro59.

33Le récit pratique une exagération à peine voilée : il semble que la reine est seule à financer toutes ces constructions et qu’elle pourrait bientôt tomber dans la pauvreté si les nobles, « los omnes buenos », ne participent pas davantage. Les Tyriens qui l’accompagnent depuis sa fuite de Tyr sont prêts à participer de bon gré, visiblement reconnaissants et conscients de ce qu’ils doivent à Didon. En revanche, les autochtones qu’elle a largement fait bénéficier de ses richesses, oublieux de ce qu’ils doivent à la reine, sont catégoriques et refusent de contribuer. Officiellement ils refusent d’enrichir le trésor de Didon. Or, Didon est la reine et elle a besoin de cet argent pour le bien commun puisqu’il s’agit des défenses de la ville. Refuser le financement à la reine revient donc à refuser de participer à l’intérêt général de la Cité, ce qui va à l’encontre des devoirs de la noblesse. Pire, l’ingratitude tourne au conflit, conflit qui s’envenime au point que la vie de Didon est en danger.

  • 60 Ibid., 55, p. 36, 25b-30b.

Sobresto fueron tan mouudos contra la reyna, que ella, e los que con ella uinieran, temieron se de muerte ; e ouieron se conseio ella e una partida daquellos que la conseiauan, e quisieranse yr a otra tierra60.

34Pour sauver sa vie et celle de ses fidèles Tyriens, la reine décide de quitter Carthage et de fonder une nouvelle ville, ce sera Carthagène. Néanmoins, les Africains recouvrent la raison et se rendent compte que ce qu’ils ont fait, ou plutôt ce qu’ils n’ont pas fait, constitue une trahison.

  • 61 Ibid., 55, p. 37, 23a-30a.

Pesoles muy de coraçon, ca touieron que dirien los omnes que por alguna traicion que ellos fizieran se yua. E uinieron todos a ella con grand llanto e uestidos de duelo, e pidieron le mercet que se non fuese ni los desamparasse ; ca si no, ellos hermarien la tierra e yrsien con ella, ca non querien fincar con mal prez61.

35La noblesse carthaginoise, contrite, va à la rencontre de Didon. Ils lui demandent pardon et la supplient de rester, et vont jusqu’à déclarer être prêts à la suivre là où elle ira. In extremis, les nobles se souviennent qu’ils aiment leur souveraine et comprennent quel est leur devoir, à savoir participer au financement des projets royaux puisqu’ils sont mis en œuvre pour le bien de tous, et suivre leur prince(sse) là où il/elle juge bon d’aller et quels que soient ses projets.

36Si les Carthaginois se sont souvenus de leur place et de ce qu’ils devaient à leur reine avant de la chasser et que la séparation soit irrémédiable, d’autres n’ont pas cette chance. Ainsi, Scipion l’Africain finit par être abandonné par les Romains.

  • 62 Ibid., 40, p. 27, 25a-34a.

Mas uentura, que numqua dexa las cosas seer en un estado, aguiso assi, que los romanos por enuidia o por alguna otra razon que y acaecio, echaronle de tierra, e andudo desterrado luengo tiempo, assi que […] uino este Scipion al castiello de Literno ; y estando alli echado de tierra, ouo una enfermdat de que murio: e desta guisa fino Cipion Affricano62.

37La chronique affirme qu’il n’y a aucun motif valable qui puisse justifier cet abandon. Ou il s’agit d’envie, ce qui est un péché, ou il s’agit de « alguna otra razon », une façon pour les rédacteurs d’insinuer qu’il doit être question d’un sujet sans importance. La référence à la uentura, renforce l’impression d’injustice. L’idée de bannissement est ensuite martelée au lecteur à travers les expressions « echaronle de tierra », « andudo desterrado » et « echado de tierra ». En revanche pour lui, contrairement à Didon, il n’y a pas de retour possible. Cet exil forcé le conduit à une triste mort. L’expression « desta guisa fino Cipion » cherche à susciter la compassion et le regret pour un exil et une mort injuste, et surtout en totale inadéquation avec le rôle joué par Scipion l’Africain dans l’histoire grandiose de l’Empire.

  • 63 Ibid., 70, p. 52, 1a. En réalité, il n’est pas le petit-fils biologique de Scipion l’Africain, il e (...)

38Le même sort attend Scipion Émilien, le petit-fils de Scipion l’Africain63 (185-129 av. J.-C.). Après un grand succès militaire remporté en Espagne, il s’aperçoit en effet que les Romains se retournent contre lui et il s’empresse de rentrer à Rome afin d’éclaircir la situation.

  • 64 Ibid., 70, p. 52, 6a-13a.

Ante que end uiniesse, fue mal mezclado con los romanos, y esto mas por enuidia que por otra cosa que el mereciesse ; e luego que lo el sopo, uinos pora Roma, e ayunto tod el conseio de los mayores omnes, a que llamauan senado, e conto les tod el trabaio que auie leuado por seruicio de Roma e por grand pro e onra dellos64.

  • 65 Partida II, 9, 6 : « otrosi deuen los Ricos omes ser esforçados, e rezios, para amparar su Señor, e (...)

39Deux points méritent d’être relevés dans cet extrait. D’abord, Scipion Émilien est innocent, ce n’est que l’envie qui lui vaut l’inimitié des Romains, lui n’a pas démérité, au contraire. Ensuite, les rédacteurs mettent en exergue le moteur des campagnes de Scipion Émilien qui agit pour le bien commun, à travers les expressions suivantes : « por seruicio de Roma e por grand pro e onra dellos ». La noblesse censée protéger son prince et agir pour l’honneur du royaume65, réagit en attaquant son prince, celui qui agit justement pour le bien commun et l’honneur de Rome. S’attaquer à lui équivaut donc à contrevenir une nouvelle fois aux devoirs de la noblesse. Encore une fois les intérêts personnels et le manque de clairvoyance de la noblesse, les « mayores omnes », portent préjudice au prince et par là-même à la Cité, puisque s’attaquer au prince qui agit pour le bien commun, revient à s’attaquer à la Cité.

  • 66 PCG, 70, p. 52, 13a-17a.
  • 67 Ibid., 70, p. 52, 24a-27a.
  • 68 Ibid., 70, p. 52, 32a-38a.

40Malheureusement, les Sénateurs sont insensibles à la défense de Scipion et celui-ci, comme Didon, comprend qu’il est en danger de mort : « por la respuesta que ellos le fizieron, entendio que era la mezcla muy grand quel auien fecho, de guisa que se temio de muerte ; ca ell era muy entendudo en todas cosas »66. Dans ce passage, les Sénateurs passent soit pour des envieux, s’ils sont complices de la machination ourdie contre Scipion Émilien, soit pour des idiots, incapables de distinguer le bien fait par le général face aux calomnies des jaloux. Dans les deux cas, la noblesse, coupable d’envie ou de bêtise, ne sort pas grandie de cet épisode, d’autant plus que le contraste est grand entre ces « mayores omnes » et l’homme d’État qualifié de « muy entendudo ». Scipion Émilien parvient tout de même à remporter la victoire contre ses détracteurs, mais il est retrouvé mort dans son lit67. Si les rédacteurs rappellent que son épouse Sempronia est suspectée68, selon eux la faute en revient aux Romains qui ont fait montre d’ingratitude.

  • 69 Ibid., 70, p. 52, 27a-32a.

Esta fue una cosa de que blasmo tod el mundo a los romanos, dombre que tanto seruicio les auie fecho e tan poderoso era en Roma […] de morir tal muerte com aquella […]. Mas cuemo quier que fuese, tal muerte murio Scipion, qua tantos buenos fechos fizo com oyestes69.

41L’opposition entre « tanto seruicio » et « tantos buenos fechos » d’un côté, et « tal muerte com aquella » puis « tal muerte » de l’autre, en plus de conférer un aspect pathétique à la scène, renforce le contraste entre les actions du général et la « récompense » qu’il a reçue en retour.

  • 70 Ibid., titre 120, p. 96.

42Le sort de Jules César est semblable à celui de Scipion l’Africain ou de Scipion Émilien à cette différence près qu’au lieu d’être banni par le Sénat par le premier ou assassiné chez lui, après être tombé en disgrâce comme le second, il est directement trahi et assassiné par les Sénateurs, comme l’indique le titre du chapitre consacré à son meurtre : « fue muerto a traycion en el Capitolio »70. Le récit de l’assassinat met en exergue un César sans défense face à une horde de traîtres armés qui lui infligent vingt-quatre blessures :

  • 71 Ibid., 120, p. 96, 20b-43b.

Entro seguro sin arma ninguna como solie fazer las otras uezes. E dos ricos omnes que y eran, que auien nombre ell uno Bruto et ell otro Cassio, ouieran su fabla et su conseio con otros CC.os et sessaenta caualleros romanos que matassen a Julio Cesar a traycion, et eran y todos uenidos con senos estoques so los mantos ; e tanto que se poso Julio Cesar, fueron lo todos ferir. E el, que uio que non tenie arma ninguna con que se amparasse ni les podrie escapar de muerte por ninguna manera, non metio en al mientes sinon en como cayesse apuesta mientre en tierra con la muerte, et que non pareciesse feo depues que fuesse muerto ; et por ende tomo con la mano diestra la manga de la uestidura que uistie, et cubriosse la cara con ella ; e la mano siniestra leuola a las faldas de sus uestiduras et abaxolas a yuso et cubriosse muy bien con ellas, e nunqua se quexo si non quanto yemio una uez a la primera ferida, maguer que recibio los otros colpes estando uiuo. E los traydores dieronle XXIIII feridas, et assi lo mataron71.

  • 72 Suétone, op. cit., César, 82, p. 57.

43Le contraste entre « seguro sin arma ninguna » et « eran y todos uenidos con senos estoques so los mantos » montre l’injustice de cet assassinat perpétré par les « ricos omnes » qui puisent force et courage dans leur nombre. Face à cela l’isolement de la victime qui ne se plaint pas, mais se préoccupe au contraire de mourir dans la dignité, souligne la couardise des assaillants. Selon Suétone, les Sénateurs portaient des poinçons pour écrire, de même que César qui était certes seul mais pas désarmé72. Soit les rédacteurs alphonsins ont recopié une source qui proposait déjà cette version, soit ils ont modifié le récit afin de renforcer le pathos qui se dégage de la mort de César, victime de sénateurs félons.

  • 73 PCG, 559, p. 314, 32a-10b.

44Dans la chronique, Jules César est loin d’être le seul prince assassiné par un membre de la noblesse, ils sont au contraire nombreux, particulièrement chez les Wisigoths. Ainsi, la Estoria de España, suivant le De Rebus Hispaniae, dresse la liste des rois goths écartés du pouvoir, le plus souvent au moyen du meurtre73. Nous ajouterons le roi Wamba dont le pouvoir a été usurpé par Ervige, soit un total de seize rois.

  • 74 Ibid., 559, p. 314, 34a-7b.

Adaulpho rey de los godos fue muerto a traycion en Barcilona, et matol un su uassallo o seye fablando en su solaz ; a Sigerigo otrossi ; mataronle sus uassallos ; Thurismundo fue muerto en Tolosa et matol un su sergent por conseio de su hermano ; a Theoderigo matol su hermano Eurigo ; a Amalarigo mataron le sus uassallos en Narbona estando en medio de la plaça ; a Theudio matol uno que se fazie sandio por tal de auer entrada a ell ; a Theodisclo matol un su uassallo en Seuilla o seye comiendo ; a Agila mataronle sus uassallos en Merida ; Leouegildo mato a su fijo Ermenegildo por que non querie consentir con ell en su heregia ; Luyba fijo del rey Recaredo, matol Viterigo a traycion ; a Viterigo mataron unos, que se yuraron contra ell, o seye comiendo ; a Vitiza cegol el rey Rodrigo ; al rey Rodrigo cuedan quel mato el cuende Julian ; Ffruela mato a su hermano Vimarano con sus manos – et esto uiene adelante aun en la estoria – e despues sus uassallos mataron a Ffruela en Cangas por uengança dell hermano74.

  • 75 Ibid., 559, p. 314, 4b. Vimara n’est pas un roi et Fruela est le successeur d’Alphonse Ier, son règ (...)

45Dans dix cas (Athaulf, Sigéric, Thorismond, Amalaric, Theudigisel, Agila Ier, Wamba Witiza, Rodrigue et Fruela) le meurtre, ou l’usurpation dans le cas de Wamba, a été perpétré par un ou plusieurs « uassallos », visiblement oublieux de leurs devoirs envers leur roi. Pire, dans quatre cas, le coupable est un membre de la famille. Ainsi, Thorismond est assassiné par ses frères Friteric et Théodoric, afin que Théodoric monte sur le trône. Théodoric périt lui-même assassiné par un autre de ses frères, Euric. Le roi Fruela assassine son frère Vimara « con sus manos »75. Quant à Léovigilde qui partage le pouvoir avec son fils aîné Herménégilde, il le fait assassiner car il n’accepte pas qu’il soit devenu catholique et qu’il lui oppose une résistance.

  • 76 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 104-107.
  • 77 Ibid., p. 266-273.
  • 78 Ibid., p. 309.

46Les récits des trahisons de la noblesse à l’égard du roi sont donc légion dans la chronique. Comment ne pas voir dans ces multiples actes félons une corrélation avec la propre désaffection qui touche les rangs d’Alphonse X ? Le Roi Sage n’a pas été assassiné, mais il est à de nombreuses reprises critiqué, attaqué, menacé par une noblesse rebelle qui lui impose des ultimatums. En 1272-1273, pendant la rédaction de la Estoria de España, la révolte nobiliaire menée par le propre frère d’Alphonse X, Philippe, et Nuño Gonzalez de Lara, pourtant un proche du roi76, pousse ce dernier à renoncer à une partie de son projet juridique et politique77. Les compromis proposés par le monarque ne calment pourtant pas les nobles qui demandent toujours plus d’avantages financiers et légaux, finissent par l’abandonner complètement au profit de son fils Sanche et par voter sa déposition aux Cortès (illégales) de Valladolid en 128278. Alphonse X qui ne manque pas de s’identifier aux qualités d’un Scipion l’Africain finit par épouser son destin. Le temps passant, le parallèle se fait de plus en plus étroit entre les figures de l’histoire, abandonnée par leurs sujets, et le roi d’abord malmené par la noblesse puis déposé par son propre fils. Signe que la chronique se veut une transposition de la réalité – ou de la vérité d’Alphonse X –, le Roi Sage fait réécrire la Estoria de España pendant son repli forcé à Séville où il est assiégé par son fils Sanche. Aussitôt après la mention de l’assassinat de Fruela à Cangas de Onís, la Version critique insère trois noms supplémentaires à la liste des régicides :

  • 79 Ms. Ss, fol. 66v°, cité par I. Fernández-Ordóñez, « Variación en el modelo historiográfico alfonsí… (...)

El infant don Garçia tomo el rregno por fuerça a su padre el rrey don Alfonso el Magno. Al rrey don Sacho matol Velit Adolfez a trayçion siendo su uasallo. Al rrey don Alfonso, fijo del rrey don Fernando el que gano Seuilla, tolliol el rregno su fijo el infante don Sancho. Alçaronse con don Sancho todos los del rreyno e ajuramentaronse contra el rrey para prenderle e echarle de la tierra, mas ayudole Dios e los de Seuilla e el rrey Abenenjufal de los abonmarines a ese rrey don Alfonso, asy commo adelante lo diremos en su lugar79.

47La liste initiale de la Version primitive ne portait que sur les régicides, alors que sur les trois cas ajoutés par la Version critique, seul le premier porte sur un tel crime. Les deux autres sont des usurpations. Deux fils ont trahi leur père et se sont emparés de leur trône, et parmi eux figure le futur Sanche IV. Cet addenda à la liste originale permet de placer sur le même plan l’usurpation et le régicide, de relier Alphonse X aux rois injustement victimes de leurs vassaux ou de leur parentèle, et suggère ainsi que Sanche IV est un tyran. La Version critique accomplit et achève ainsi le parallèle entre les destins infortunés des rois d’hier et celui du présent de rédaction.

La tyrannie

  • 80 Partida II, 1, 10.

48Dans les Siete Partidas, Alphonse X donne deux acceptions au terme « tyrano », le tyran est le mauvais roi qui agit à l’encontre des intérêts du royaume80 et aussi celui qui s’empare du pouvoir illégalement, c’est-à-dire à l’usurpateur :

  • 81 Ibid., 1, 10.

Tyrano tanto quiere dezir, como Señor, que es apoderado en algund Reyno, o tierra, por fuerça o por engaño, o por traicion81.

49La seconde catégorie de tyrannie se manifeste de deux façons dans la chronique : le tyran peut être un usurpateur qui réussit à s’emparer de tout ou partie du royaume alors qu’il existe encore un pouvoir royal légitime ou bien un régicide qui a tué le roi légitime afin d’occuper le trône. Les conséquences sont alors bien différentes.

Le tyran usurpateur

  • 82 À ce sujet voir Suzanne TEILLET, « L'Histoire Wambae est-elle une œuvre de circonstance? », Antigüe (...)
  • 83 PCG, chapitres 513 à 525, p. 583-594.
  • 84 Ibid., 513, p. 284, 18a-20a.

50Dans son récit historiographique, Alphonse X rapporte la rébellion de Paul contre le roi Wamba survenue en 673 et narrée par Julien de Tolède dans son Historia Wambae82. Le Roi Sage consacre treize chapitres83 à cet épisode riche d’enseignements sur l’attitude de la noblesse. Selon la chronique, en 672, Wamba est élu roi par les Wisigoths contre son gré, s’ensuit alors son couronnement à Tolède, au cours duquel le nouveau reçoit, lors de l’onction, le serment de fidélité de ses sujets : « yuraronle et fizieronle omenage e prometieronle de seer leales a ell et al regno »84.

51En 673, un premier tyran se soulève contre l’autorité de Wamba, Hildéric, comte de Nîmes. Comme s’il était réellement roi il fait jurer fidélité à ceux qui l’accompagnent, ce qui est une première perversion du véritable serment royal.

  • 85 Ibid., 513, p. 284, 12b-17b.
  • 86 Ibid., 513, p. 284, 6b-7b.

Por tal que la traycion uenciesse a la lealtad, lo que numqua fue nin sera, fizieron jurar consigo companna dotros traydores muchos ; e aun con tod esto non les abondando su mal et su locura85.
La grand locura de la deslealtad86.

  • 87 Ibid., 513, p. 284, 17b-18b.

52Trahison et déloyauté s’opposent ici à la loyauté que les nobles doivent normalement à leur seigneur, par la loi naturelle et par le serment prêté. La rupture des liens d’allégeance et de fidélité est qualifiée à deux reprises de « locura », puisqu’au Moyen Âge est perçu comme folie tout ce qui contrevient à l’ordre établi et met en danger la société. Non contents de trahir leur roi et de s’emparer du pouvoir, les usurpateurs s’enrichissent aux dépens du peuple qu’ils maltraitent : « tomaron se a robar et a despechar los cibdadanos et los labradores de la tierra »87. Il s’agit là d’une caractéristique du tyran selon les Siete Partidas :

  • 88 Partida II, 1, 10.

E estos atales son de tal natura, que despues que son bien apoderados en la tierra, aman mas de fazer su pro, maguer sea daño de la tierra, que la pro comunal de todos, porque siempre biuen a mala sospecha de la perder. E porque ellos pudiessen complir su entendimiento mas desembargadamente, dixeron los sabios antiguos, que usaron ellos de su poder siempre contra los del pueblo88.

53Ici la question du tyrannicide ne se pose pas, car le roi légitime est toujours en vie et reste seigneur du royaume. Wamba envoie alors Paul, qualifié de « cabdiello », reprendre les territoires tombés aux mains des nobles rebelles. Or, Paul en profite pour se soulever lui-aussi contre son roi.

  • 89 PCG, 514, p. 284, 38b-40b.
  • 90 Ibid., 515, p. 285, 17a-20a.

Crebanto ell omenage que auie fecho al rey Bamba, et demostro su maldad abiertamientre, et trabaiosse de alçar se por rey89.
Mostro llenamientre su traycion, assi como la auie pensada, de alçarse contral rey, ca yuro ante todos et dixo que numqua ternie por su rey a Bamba nil farie seruicio90.

  • 91 Ibid., 514, p. 284, 41b.

54Non seulement Paul trahit son serment, mais il prête à nouveau serment, cette fois-ci de ne pas servir Wamba. Il se fait alors élire et couronner roi dans une parodie de l’élection de Wamba. Si le modèle est bien l’accession au trône de Wamba, celle de Paul en est un miroir inversé et déformant. Au lieu de se faire élire sur la base de ses mérites ou de l’amour qu’il inspire à ses sujets, Paul utilise la tromperie. D’abord il attire à lui les nobles Yldegiso et Ranosindo, respectivement « oficial de palacio » et duc de Cantabrie, en les dupant, la chronique indique cela par l’expression « por sus engannos »91. Ensuite, avec l’aide de ces nobles, il mystifie les chevaliers qui l’élisent roi.

  • 92 Ibid., 515, p. 285, 21a-28a.

Daua por conseio a todos otrosi que escogiesen entressi un omne a que alçassen rey et a que obedesciessen ell et todos los otros. A esto que el dixo respondio el duc Ranosindo que era sabidor de la aleue et de tod el fecho : “ non queremos otro por rey si non a Paulo, et a este esleemos, et a aqueste obedesçremos como a princeps et a sennor92.

  • 93 Ibid., 523, p. 17b-21b.
  • 94 Suzanne Teillet fait néanmoins remarquer qu’il était courant de faire prêter serment à une ville do (...)

55Enfin, Paul qui utilise une couronne offerte par Récarède à Gérone, ce que les rédacteurs qualifient de « locura »93, se fait couronner roi, et les traîtres lui prêtent serment comme ils avaient auparavant prêté serment à Wamba94. Comble du parjure, déjà doublement déloyal (il a trahi son serment et a fait un second serment de ne plus servir Wamba), c’est à lui que l’on doit maintenant prêter allégeance.

  • 95 PCG, 515, p. 285, 32a-38a.

Paulo el traydor, desmendido de lealdad, cobdicioso de onrra, atreuudo en soberuia, consentio et otorgo con aquellos traydores, et fizo se adobar et guarnir todo a manera de rey, e guiso que yurassen todos en la forma et en la guisa que el yurara con los otros al rey Bamba en Toledo95.

  • 96 S. TEILLET, op. cit., p. 591-592.
  • 97 Ibid., p. 592.

56Malgré les apparences d’une élection qui semble symétrique, Wamba et Paul sont deux figures que tout oppose. L’un est légitimement élu, l’autre est un usurpateur, l’un est bon, l’autre est mauvais, l’un est choisi malgré lui, l’autre usurpe le pouvoir par la force et le mensonge. Suzanne Teillet souligne ici la passivité de celui qui reçoit le pouvoir et l’activité de celui qui s’en empare96. La chercheuse poursuit cette analogie et note que « la distance entre actif et passif représente celle qui sépare l'illégalité de la légitimité »97.

  • 98 PCG, 515, p. 285, 44a-52a, et 517-518, p. 286-287.
  • 99 Ibid., 520, p. 288, 36b-37b, et 522, p. 291, 17b-18b.
  • 100 Ibid., 515, p. 285, 2b-14b.

57Rejoint par les premiers rebelles, Hildéric et ses complices, Paul s’empare de la Gallia Gothica et d’une partie de la Celtibérie, notamment de Gérone et de Barcelone98. Afin de s’assurer le succès il fait aussi appel aux Français, aux Gascons et aux Allemands99, ayant ainsi recours à un ennemi étranger pour combattre sa propre patrie et aggravant si c’est possible la trahison dont il est déjà coupable. Les rédacteurs prennent soin de préciser que les Gascons, qui sont rapidement repoussés par Wamba, en profitent pour piller la Cantabrie100.

  • 101 Ibid., 519, p. 287, 15b-16b.
  • 102 Ibid., 520, p. 289, 6b-8b.
  • 103 Ibid., 519, p. 287, 19b-20b.
  • 104 Ibid., 520, p. 289, 47b-48b.

58Rapidement, Wamba regagne du terrain et finit par assiéger ce qui reste des parjures dans les arènes de Nîmes. Si l’armée loyale est courageuse, il n’en va pas de même pour les félons appelés « desleales »101 ; on lit en effet « quanto crescio el coraçon a los que estauan fuera que tenien la uilla cercada, otro tanto crebo a los que yazien dentro cercados »102. L’opposition crescio/crebo met en évidence l’opposition entre les assiégeants légitimes, et les assiégés, fidèles au faux prince ou « princep contrafecho »103. Le lexique de la peur, voire de l’épouvante, est particulièrement présent pour décrire les sentiments de Paul et de ses complices. Le mot « miedo », ainsi que l’expression « perder/crebantar el corazon » servent ainsi à décrire les parjures, comme dans la phrase suivante : « començaron de auer miedo e de perder el coraçon »104.

  • 105 Ibid., 519, p. 287, 20b.
  • 106 Ibid., 519, p. 287, 22b.
  • 107 Ibid., 519, p. 287, 24b-26b.
  • 108 Ibid., 520, p. 289, 12b-13b.
  • 109 Ibid., 520, p. 290, 11a-12a.
  • 110 Ibid., 521, p. 290, 20b-23b.
  • 111 Ibid., 522, p. 292, 16a-22a.
  • 112 Ibid., 519, p. 287, 31b-33b.
  • 113 Ibid., 519, p. 288, 31a-32.
  • 114 Ibid., 519, p. 288, 42a-44a.
  • 115 Ibid., 519, p. 288, 9b-10b.

Paul : Perdio el coraçon105.
Doblosse le el miedo106.
Fue todo desemparado et amortiguado et fuxo de Narbona, ca non oso y esperar la uenida del rey107.
Quando uio la caualleria del rey, crebol el coraçon108.
Cayo en desesperanza, ca muy grand lança de pauor le passaua el coraçon109.
Perdio toda la brauura qua antes auie por la grand cueta et el grand pesar que tenie en su coraçon110.
Ya el mezquino auie el coraçon perdudo, et con el miedo et el pauor que auie non sabie que se fiziesse […] estaua alli muy auiltado et muy desonrrado111.
Ramire : Fuyendo ante que lidiasen la uilla, et salio fuera, et fuxo112.
Victimiro : Fue estonces muy cuetado por la entrada de los godos, et fuxo113.
El mezquino Victimiro , como omne uil et de flaco coraçon, con el grand miedo que ouo del colpe, dexosse caer en tierra114.
Gumild : Crebrol el coraçon et penso de foyr115.

  • 116 Ibid., 521, p. 290, 18b-20b.
  • 117 Ibid., 522, p. 291, 50b-53b.
  • 118 Ibid., 521, p. 290, 39a-20b et 33b-47b.

59Mus par cette peur, tous fuient, jusqu’à se retrouver acculés dans les arènes de Nîmes. L’image de la lâcheté des nobles ne s’arrête pas là, puisque certains se cachent parmi les cadavres116 et d’autres dans les souterrains des arènes dont il faut les extirper de force après les combats117. Sentant leur fin proche, les traîtres réfugiés dans les arènes s’entretuent118. L’imposture s’effondre alors, et le règne reprend son cours normal : le tyran Paul perd toute autorité auprès de ses complices et finit par se dépouiller des attributs royaux qu’il s’était injustement attribués.

  • 119 Ibid., 521, p. 290, 45b-47b.
  • 120 Ibid., 521, p. 290, 47b-49b.

Ya nol preciauan nil temien poco nin mucho assi los suyos como los otros119.
Cayo entonces en desesperança, et tollio desi las uestiduras et ell adobo real que tomara con soberuia120.

  • 121 Ibid., 522, p. 292, 35a-41a.
  • 122 Ibid., 517, p. 286, 2b-10b.
  • 123 Ibid., 522, p. 292, 35a-41a.

60Contrairement à cela Wamba acquiert la stature du prince légitime et exemplaire. En effet, loin d’être vindicatif ou rancunier, il pardonne aux étrangers qui ont prêté main forte à Paul car il comprend que ce sont des chevaliers extérieurs au conflit qui ont simplement été payés pour y participer et qu’ils ne sont donc pas ses ennemis : « ca eran omnes fijos dalgo y uineran por guerrear et ganar sus soldadas et non por otra malquerencia quel ouiessen »121. Il pardonne ainsi d’abord aux Gascons qui se retirent rapidement122, puis aux Français et aux Allemands restés avec Paul jusqu’au bout123. La clémence de Wamba ne s’arrête pourtant pas là. Il accorde en effet la vie sauve aux parjurés suite au discours de l’évêque de Narbonne, Argebaud, emmené de force jusqu’à Nîmes.

  • 124 Ibid., 522, p. 291, 3b-6b.
  • 125 Ibid., 522, p. 292, 28a-32a.

El rey fue mouudo a piedad por estas palabras, et perdonolos en tal guisa que los perdonarie la uida, salua la iusticia que merescien por tan gran culpa como esta124.
La uida uos otorgo agora ; mas pero mando que uos guarden en prision muy bien fasta que seades iudgados por corte et leuedes por iuyzio el gualardon que merecistes125.

  • 126 Ibid., 523, p. 293, 19a-21a.

61Contrairement à Paul, revenu sur sa parole à la première occasion, Wamba est un homme d’honneur, et lorsque les traîtres sont condamnés à mort, le roi commue leur peine en prison à perpétuité : « mas el rey como era uerdadero, membrosse de lo que prometiera all arçobispo et non lo quiso fazer, et mandolos guardar a uida »126. La miséricorde de Wamba n’est cependant pas synonyme de faiblesse ou d’impuissance, au contraire, elle est la manifestation de sa grandeur.

  • 127 Ibid., 525, p. 294, 22a-39a.

Quando llego a dos leguas de Toledo fizo tresquilar en cruz a Paulo et a sus companneros, et raer le las baruas, et sacar les los oios, et uestir les de margas por fonta et desonrra, et poner los en somo dunos camellos, descalços et malandantes. E a Paulo, que era por mayoral de los otros et se alçara por rey, pusieronle una corona de pez en la cabeça, e yua delante todos, et los otros empos el, uno empos otro atodos en una soga ; e assi entraron los mezquinos malandantes en la cibdad de Toledo por traydores et escarnidos et fechos risos et denosto de todos, et fueron metidos en carcel pora siempre. E esto fizo el rey fazer por exiemplo, por que aquellos que se quisieran alçar sobre si mas de su derecho, que yagan et sean sennores en tiniebra et podrescan en mezquindad127.

  • 128 S. TEILLET, op. cit, p. 595.

62Le roi agit avec mesure, il ne se venge pas, il rend la justice, en ne se montrant ni sévère ni faible. En effet, la condamnation est une condamnation à perpétuité, il inflige aussi à Paul une entrée dans Tolède très humiliante. Ce cortège infamant rappelle d’ailleurs les entrées triomphales de l’empereur victorieux à Rome suivi par ses captifs128. Wamba prend aussi la précaution de le faire tonsurer et énucléer, ce qui en cas d’évasion l’empêcherait de prétendre à nouveau au trône.

  • 129 Ibid., p. 517, Sent. 3, 50, 2 « multi aduersus principes coniurationis crimine deteguntur, sed prob (...)
  • 130 M. González Jiménez, op. cit., p. 333.

63Selon Isidore de Séville, qui mourut trente-sept ans avant ces évènements, mais dont les récits inspirèrent peut-être Wamba, « Dieu permet les complots pour éprouver la clémence des princes »129. Isidore et Wamba servirent peut-être à leur tour de modèle au Roi Sage. En effet, il est possible que les exemples de clémence royale présents dans la Estoria de España aient inspiré à Alphonse X sa politique de négociation et de pardon envers la noblesse rebelle. Cette attitude conciliatrice a d’ailleurs amené certains historiens à présenter le Roi Sage comme un roi faible ou dépourvu de sens politique130.

  • 131 PCG, 516, p. 285, 37b ; 519, p. 287, 21b ; 520, p. 288, 35b-36b, 39b, p. 289, 14a ; 522, p. 291, 34 (...)
  • 132 Ibid., 513, p. 284, 1b-4b
  • 133 Ibid., 523, p. 292, 13b-17b.
  • 134 Ibid., 519, p. 288, 32a-38a.

64Quoi qu’il en soit, l’épisode de la rébellion de Paul participe de la construction de l’image de la noblesse dans la chronique, et il s’agit d’une image méprisable, surtout face à l’attitude exemplaire du roi, qui ressort grandi de cette rébellion. En effet, si l’oint du Seigneur est un grand roi, pieux, courageux et miséricordieux, le tyran et la noblesse félonne, associés au terme « nemiga » à sept reprises131, possèdent tous les défauts, particulièrement les vices d’orgueil et d’envie. Ce sont des parjures, des lâches qui fuient alors que le roi va au-devant du danger. Ce sont aussi des sacrilèges qui portent atteinte à l’Église en torturant les clercs récalcitrants, en nommant des évêques tout aussi illégitimes qu’eux132, en pillant les églises133 ou en blasphémant, comme Victimiro qui affirme que le pouvoir de protection de la Vierge n’est rien face à son épée134. D’ailleurs, le fait que le récit ne donne aucun nom en dehors de celui des nobles félons, peu nombreux au bout du compte, contribue à leur attribuer toute la culpabilité de la rébellion : leur nom est répété afin de les accuser. Au contraire, les vassaux de Wamba représentent une masse courageuse et loyale d’où n’émerge aucune figure, ce qui induit une focalisation certaine sur la figure royale toute puissante.

Le tyran régicide

65Si l’anéantissement de la révolte conduite par le tyran Paul et sa déposition vont de soi puisque le roi légitime est encore vivant, tout se complique lorsque le roi légitime a été assassiné. Une question se pose en effet : les nobles peuvent-ils prendre l’initiative de déposer ou d’assassiner le tyran ? En d’autres termes, le tyrannicide est-il permis ?

  • 135 C’est l’avis de José Manuel Nieto Soria, « Rex inutilis y tiranía en el debate político de la Casti (...)

66La loi que consacre Alphonse X à la tyrannie dans les Partidas ne dit rien à ce sujet, car autoriser le tyrannicide reviendrait probablement à encourager le régicide. En effet, en cas de mécontentement des sujets – et Alphonse X a souvent mécontenté ses sujets –, rien ne les empêcherait d’affirmer que le roi leur porte tort en privilégiant ses propres intérêts au détriment de la pro comunal : ce fut le cas par exemple durant le fecho del Imperio lorsque Alphonse X augmenta les impôts. Et si le roi agit comme un tyran ses vassaux peuvent l’éliminer suivant les règles établies par le propre tyran135. On comprend alors l’hésitation du Roi Sage à mentionner le tyrannicide. Au contraire, les textes juridiques défendent l’inviolabilité du roi.

  • 136 Fuero Real, I, 2, 1.
  • 137 Ibid., I, 2, 2.

Cada uno […] sepa como debe temer, e amar, e guardar al rey, e a su señorio, e a todas sus cosas. Onde establecemos que todos sean apercebidos de guardar e de cobdiciar la vida e la salut del rey, e de acrescentar en todas cosas su onra e su señorio, e que ninguno non sea osado por fecho, nin por dicho, nin por conseio de ir contra el rey, nin contra su señorio, nin facera levantamiento nin bollicio contra él nin contra su regno136.
Ninguno non prueve en ninguna guisa traicion nin ningun mal contra la persona del rey137.

67Plus que l’inviolabilité du roi, c’est presque son infaillibilité qui est mise en scène, car la proposition « que ninguno non sea osado por fecho, nin por dicho, nin por conseio de ir contra el rey » insinue que les sujets ne peuvent se rebeller contre leur roi par leurs actes ni par leurs paroles. Dans ces conditions, et si cette loi est appliquée, toute contestation, toute opposition sont impossibles. La peine prévue pour de tels actes est semblable à la sentence que subit Paul pour sa révolte contre Wamba : la mort, éventuellement commuée en énucléation.

  • 138 Ibid., I, 2, 1.

Cualquier que ficier estas cosas o algunas dellas, o ensayare de las facer, muera por ello, e non sea dejado vevir. Et si por aventura el rey fuere de tan grant piedat qual quiera dejar vevir, non lo pueda facer a menos de sacarle los ojos138.

68La chercheuse Irina Nanu explique cette inviolabilité, et la sévérité prescrite par la loi qui la défend, par deux facteurs. D’une part, le pouvoir du roi provient directement de Dieu, et aucun homme ne peut contrevenir à la volonté divine et, d’autre part, le peuple transmet irréversiblement son pouvoir au roi et renonce ainsi à le contester, même s’il est un tyran :

  • 139 Irina Nanu, La « Segunda Partida » de Alfonso X el Sabio y la tradición occidental de los « specula (...)

Los juristas alfonsíes interpretan la lex regia de imperio en el sentido de una cesión irreversible de la soberanía del pueblo a favor del rey, de donde se deduce que, junto con la soberanía, el pueblo renunció también a su derecho a la resistencia y a la rebelión contra el poder político139.

69Alexander Marey, spécialiste des Siete Partidas, propose une autre explication qui complète et éclaire le concept d’inviolabilité du roi, qu’il soit ou non un tyran, en se fondant sur la théorie du corps politique : bien que tyran le roi demeure malgré tout le roi. Or, si la société est bien un corps gouverné par une tête, alors toute tentative de soulèvement contre cette tête est insensée et dangereuse.

  • 140 A. MAREY, art. cit., p. 237.

El tirano no deja de ser el corazón, cabeza y alma de su pueblo, lo que hace absolutamente imposible cualquier tentativa de rebelión contra él. Es imposible que el cuerpo se subleve contra la tiranía de su cabeza, alma o del mismo corazón en este caso, como se entiende, el hombre o se volverá loco o, más bien, morirá, el pueblo se convertirá en una multitud140.

  • 141 Fuero Real, I, 2, 2.
  • 142 A. MAREY, art. cit., p. 241.

70Le Fuero Real ne dit pas autre chose : « ca asi como ningun miembro non puede aver salut sin su cabeza, asi non el pueblo, nin ninguno del pueblo non puede aver bien sin su rey, que es su cabeza »141. Dans ce contexte, malgré tous les crimes et les péchés du tyran celui-ci reste le roi et continue de jouir de la protection inhérente à cette position. La rébellion du corps contre la tête relèverait du suicide142 puisque le corps ne peut vivre sans sa tête.

71Si le tyrannicide n’est pas légalement envisagé et est implicitement mais strictement écarté dans le corpus juridique alphonsin, la Estoria de España ne se prive pas de rapporter plusieurs cas de tyrannicide. L’anathème qui frappe ce type de meurtre y est-il aussi fort que dans les textes juridiques ? A priori oui. En effet, suivant Jiménez de Rada, Alphonse X dresse la liste des régicides wisigoths. Or, cette liste citée plus haut inclut et condamne indifféremment le meurtre des bons rois et des tyrans.

  • 143 PCG, 423, p. 241, 40a-42a.
  • 144 Ibid., 481, p. 267, 35a-38a.
  • 145 Ibid., 600, p. 343, 43a-45a.
  • 146 Ibid., 453, p. 256, 24a-27a.
  • 147 Ibid., 453, p. 256, 22a-23a.
  • 148 Ibid., 453, p. 256, 27a-30a.
  • 149 Ibid., 404, p. 228, 23b-24b.

72Néanmoins, il convient d’apporter une nuance à ce constat. En effet, la condamnation du tyrannicide n’est pas si explicite que cela, d’autant que la mort de certains rois est parfois présentée de façon à donner l’impression qu’il s’agit d’une mort méritée. Citons les assassinats de Théodoric II, monté sur le trône après avoir assassiné son frère Thorismond, et à son tour assassiné par un autre de ses frères, Euric. La précision « assi cuemo el matara a Turismundo su hermano mayor »143 revient à dire que Théodoric reçoit un juste châtiment en réponse à son fratricide. Le roi Wittéric, qui a tué l’innocent Liuva II, est assassiné à son tour « assi como el matara al rey Luyba, que era ninno et sin culpa et que numqual fiziera por que »144, et Fruela, qui a assassiné son frère Vimara, est tué « por uengança dell hermano »145. Le roi Theudis assassiné par un homme qui se fait passer pour fou, fait jurer à ses vassaux de ne pas tuer son meurtrier146 car sa mort est méritée après le meurtre de la reine Amalasunta : « murio de tal muerte qual el merescie »147 et « ca ell a grand derecho prendie aquella muert, ca otrossi mandara el matar a la reyna su sennora en que fiziera muy mal fecho »148. Lorsque l’empereur Valens, responsable de la conversion des Goths à l’arianisme est brûlé par ces derniers, les rédacteurs précisent que cela fut « a grand derecho »149. Ces commentaires évoquent à tout le moins une tolérance vis-à-vis de ce type de justice.

  • 150 D. LETT, op. cit., p. 241.

73Ces meurtres peuvent probablement être rapprochés de la Loi du Talion, appelée faide150 chez les peuples germaniques. Bien que la faide soit normalement une vengeance entre deux familles et non au sein de la même famille, il n’est pas difficile d’imaginer que certains nobles ou certains clans ou sippes soutenaient un frère, tandis que d’autres nobles soutenaient l’autre frère, ce qui expliquerait les représailles. D’ailleurs, on appelle « faide royale » le conflit fratricide qui oppose les fils de Clotaire Ier, Chilpéric Ier et Sigebert Ier de 561 à 613. Ce système de justice privée qui fait partie du droit coutumier s’oppose au système juridique centralisé et homogénéisé que s’efforce d’implanter le Roi Sage, et est contraire à sa vision de l’inviolabilité royale. Persiste donc une ambiguïté entre le concept d’inviolabilité royale, qui implique la condamnation stricte du régicide, et une tendance à, si ce n’est légitimer le tyrannicide, le rendre compréhensible et parfois excusable.

  • 151 PCG, 525, p. 293, 49b-51b.

74Cependant, le régicide n’est pas présenté comme une solution viable. Lorsque dans la chronique le peuple tue le tyran, bien que le comportement du mauvais roi explique les raisons d’un tel acte, les choses ne s’améliorent pas toujours pour autant. Par exemple, si la déposition du tyran par le roi légitime résout les problèmes, comme pour Wamba – « fue toda aquella tierra tornada en paz et en concordia que non finco y rayz de reuellamiento nin de desabenencia »151 –, le meurtre du mauvais roi ne restaure pas la paix et la concorde et peut, dans certains cas, aggraver la situation et déstabiliser le royaume tout entier.

  • 152 Ibid., 167, p. 118, 48a-51a.

75L’assassinat de Caligula en est une parfaite illustration, puisque la chronique précise ceci : « luego que ell emperador Casar Gayo [Caligula] fue muerto, leuantosse grand desauenencia en la cibdat de Roma entre la cort et los caualleros et el pueblo »152. Une foi la tête coupée, le corps – ici la cour, les chevaliers et le peuple – n’est plus capable de fonctionner correctement. Néron, lui-même tyran et mauvais empereur, est acculé au suicide, puis Galba s’empare du pouvoir, devenant lui aussi un tyran, avant d’être assassiné. Loin de rétablir l’ordre, ces deux tyrannicides successifs sont sur le point de provoquer une guerre civile à laquelle Rome n’échappe que grâce à une intervention divine.

  • 153 Ibid., 179, p. 129, 34b-40b.

Renouaronse alli entonce uandos et lides entre los cibdadanos de Roma, bien tales cuemo en el tiempo de Julio et de Pompeyo ; si no por que quiso Nuestro Sennor, segund cuenta Paulo Orosio, guardar la ciudat por onra de sant Pedro que fuera y martiriado153.

76Dans la Estoria de España, le tyrannicide, bien que parfois toléré ne semble donc pas plus légitime que le régicide, au contraire, il mène à la violence et à la guerre civile.

La guerre civile

  • 154 Partida II, 1, 5.

77Selon la théorie organiciste du royaume, tout conflit opposant différents membres de ce corps ne peut qu’être perçu comme une tentative de division, car pas plus que le corps ne peut vivre sans tête il ne peut être bicéphale. En effet, comme l’indiquent les Siete Partidas « el rey es, e deue ser uno »154. La seule conséquence possible de la multiplication des têtes est la division, puis l’implosion du corps.

78La Estoria de España propose plusieurs manifestations de guerre civilis et même plusquam civilis qu’Alphonse X définit ainsi dans les Siete Partidas :

  • 155 Ibid., 23, 1.

La tercera llaman civilis, que quiere tanto dezir, corno guerra que se leuanta entre los moradores de algund Lugar, en manera de bandos, o en el Reyno, por desacuerdo que ha la gente entre si. La quarta llaman plusquam civilis, que quiere tanto dezir, como guerra en que combaten, non tan solamente los Cibdadanos de algund Lugar, mas aun los parientes de un lugar vnos con otros, por razon de bando. Assi como fue entre Cesar, e Pompeo, que eran suegro, e yerno. En la qual guerra los Romanos guerreauan los padres contra los fijos, hermanos contra los hermanos, teniendo los vnos con Cesar e los otros con Pompeo155.

  • 156 PCG, 91, p. 67, 19a-20a.

79Dans le récit, l’exemple le plus frappant de ce type de guerre est justement celui que choisissent les juristes pour illustrer la loi consacrée à la guerre plusquam civilis, c’est-à-dire le conflit entre César et Pompée qui a eu lieu entre 49 et 45 av. J.-C. et qui dans la chronique s’étend du chapitre 78 au chapitre 106. La faute de cette guerre civile, ou « batalla cibdadana de los romanos »156, selon l’expression employée dans la chronique, est essentiellement rejetée sur César accusé de faire montre d’envie et d’orgueil. Il est en effet jaloux des succès et des honneurs reçus par Pompée qui est consul comme lui. Citons quelques passages qui mettent ces sentiments en exergue :

  • 157 Ibid., 78, p. 57, 14b-26b.
  • 158 Ibid., 81, p. 59, 49a-51a.
  • 159 Ibid., 86, p. 62, 8a-17a.

Ouo ende grand enuidia, et pesol muy de coraçon. E andaua ya discordia et mal querencia entrellos, pero encubierta aun ; e auien la començada pieça antes sobre tales razones cuemo estas, et non se podien soffrir ya. […] Destos dos principes non puede soffrir ell uno all otro : ni el Cesar a Ponpeyo que fue primero en el sennorio, ni Ponpeyo al Cesar que era so par. E la discordia et la mal querencia començada dantes entrellos et encubierta fasta alli, daqui se començo a descubrir157.

Todas estas bien andanças de Ponpeyo crecie mas a Julio Cesar la enuidia et la braueza de ser contra el158.

Julio Cesar uio a Ponpeyo en la uenida de sus conquistas recebido en la corte de Roma tan onradamientre cuemo auemos dicho, ouo ende tan grand enuidia, que segund cuentas las estorias, aqui se començo a assannar et a descobrir se contra el. E segund que lo el pudo fazer, assannos aun mas contra la cort por que enuiauan a Ponpeyo a tantos fechos e tantas uezes, e posponien a el159.

  • 160 Ibid., 90, p. 65, 53a-1b.
  • 161 Ibid., 90, p. 65, 31b-34b.
  • 162 Ibid., 90, p. 65, 47b.
  • 163 Ibid., 90, p. 65, 50b-51b.

80Dans un premier temps, César s’efforce de convaincre le Sénat de retirer la charge de consul à Pompée : « trabaiosse quanto pudo quel tolliessen el senado e la cort el poder quel dieran »160. Cependant, les Sénateurs, conscients des motivations de César qui souhaite détenir tous les pouvoirs s’y refusent : « entendieron la soberuia que traye e la cobdicia con que andaua, e otrossi los uandos e el mal que se ende leuantarie si esto fuese »161. Jules César prend très mal le refus du Sénat de faire de lui l’unique consul et échange avec eux ce que les rédacteurs appellent des « palabras brauas »162 et des « palauras fuertes e malas »163.

  • 164 Pompée a épousé Julia, la fille de César, ibid., 79, p. 57, 37b-40b, et 91, p. 66, 12b-14b. Selon l (...)
  • 165 Ibid., 92, p. 67, 44b-48b.

81Renonçant à l’action politique, et bien qu’étant le beau-père de Pompée164, César se résout à prendre les armes contre celui-ci et le Sénat. En franchissant le Rubicon il prononce un discours dans lequel il renonce explicitement aux liens du sang et de l’amitié en enfreignant la loi : « aqui dexo yo las pazes et los derechos crebantados entre nos, e aqui finquen las posturas que eran entre mi et Pompeyo e los otros romanos, et el debdo del parentesco et las amistades »165. Comme nous l’avons déjà évoqué, les péchés ont le pouvoir de faire oublier le bien, la justice et tous les liens qui unissent les hommes :

  • 166 Ibid., 78, p. 57, 26b-32b.
  • 167 Ibid., 79, p. 57, 41b-43b.

Porque ouieron despues a lidiar et a contecer entrellos […], auiendo entre si debdo porque non deuiera seer este mal ni este desamor, si no por enuidia et soberuia que uencen todas cosas, o ellas an poder et bueluen tales fechos cuemo este166.
Non deuiera por ninguna manera contecer lo que oyredes adelant que y contecio167.

82S’ensuit alors une guerre civile et de nombreuses batailles. La campagne de Lérida en 49 av. J.-C. est la plus symbolique de toutes, parce qu’elle se produit en Espagne et parce qu’elle illustre la lutte fratricide. En effet, César installe son campement près de celui de son ennemi, et les soldats se reconnaissent entre eux.

  • 168 Ibid., 97, p. 72, 19b-29b.

Tan de cerca estauan los unos de los otros de amas las huestes, que se ueyen muy bien ; assi que los romanos que y uinien, que eran muchos de cada part, connocieronse ell hermano all hermano et el padre al fijo et cada uno a so parient. E pues que se fueron connociendo et uieron quamanno era el debdo entrellos, entendieron que aquella batalla cibdadana era, et mas que cibdadana ; et que tal nemiga com aquella cibdadanos de Roma la mouien con soberuia et cobdicia168.

83Les amis, les parents sont devenus ennemis de facto en raison des conflits fratricides des consuls. Le doute s’insinue alors en eux.

  • 169 Ibid., 97, p. 72, 30b-40b.

E maguer que eran alli uenidos pora fazer lo que Julio Cesar mandasse, dubdaron entre si los unos et los otros como farien, et estidieron quedados un poco. E en cabo mouiolos el parentesco que auien en uno, et començaron a enuiarse sus saludes por sennales mouiendo las espadas en buena manera. E tanto fue el desseo et ell amor que crecio entrellos, que les fizo crebantar las leyes et los mandamientos de sos sennores que les mandauan lidiar, et no lidiauan169.

84Là où César a renoncé à ce qu’il appelle « el debdo del parentesco et las amistades », les soldats sont justement rattrapés par ce lien de parenté, comme l’expriment les rédacteurs à travers les expressions « el debdo entrellos » et « mouiolos el parentesco » et la phrase suivante :

  • 170 Ibid., 97, p. 72, 44b-54b.

Atrouieron se aqui las cauallerias de amas las partes uenciendo los el grand amor, et passaron los unos a los otros, pero que estauan alli en sus huestes por lidiar et matarse, et recibieron se muy bien como parientes tan de cerca et cibdadanos duna cibdat ; e començaron a fablar en leatad et departir que entre tan parientes aquella nemiga tan grand  non se podrie fazer sin mal estança et sin quebrantamiento de leatad170.

  • 171 Ibid., 97, p. 73, 1a-21a.
  • 172 Ibid., 98, p. 73, 27a-p. 74, 20a.
  • 173 Ibid., 97, p. 73, 18a-20a.

85Les Romains décident alors de ne pas se battre. La famille, « parientes », et l’Empire, « cibdadanos duna cibdat », sont placés sur le même plan. L’amour, qu’il s’agisse du lien de parenté ou de l’appartenance au même royaume l’emporte. Néanmoins, l’amour de la guerre171 et les arguments de Petreius172, le légat de Pompée, ont finalement le dernier mot, car comme le rappelle la chronique, l’envie prend le dessus et dissout les liens qui unissent les hommes : « con la grand cobdicia de la ganancia oluida se a los omnes ell amor et el parentesco muchas uezes, et assi contescio aqui a los romanos »173.

  • 174 Ibid., 98, p. 73, 28b.

86Le raisonnement de Petreius pour convaincre ses soldats est simple et révélateur des enjeux et des conséquences d’une guerre plusquam civilis. En effet, les hommes doivent se battre car ils doivent se montrer loyaux envers leur seigneur : « lidiat como uarones leales »174. Or, en disant cela, Petreius introduit un dilemme. En effet, la loyauté envers les généraux, « leales », fait écho en même temps qu’elle s’oppose à la loyauté naturelle envers la famille et le royaume manifesté par les passages cités plus haut et notamment par les expressions « fablar en leatal » et « quebrantamiento de leatad ». Normalement, lorsque le royaume est uni, la loyauté envers le seigneur, le royaume et la famille existe dans un même élan, mais lorsque le royaume est divisé, lorsque deux têtes cherchent à gouverner ce corps que représente le royaume, alors le royaume se déchire, tiraillé, écartelé entre deux loyautés qui n’auraient jamais dû être disjointes. Pour ces soldats, obéir à son seigneur revient à renoncer à sa famille, et choisir sa famille suppose renoncer à la loyauté envers son seigneur. La faute n’est pas celle des Romains, elle est celle de César, aveuglé par sa jalousie, qui en renonçant à sa propre loyauté, et en se battant pour prendre la tête de l’Empire, l’entraîne tout entier avec lui. Si le seigneur est un bon prince, cet écart infranchissable ne peut advenir. C’est le péché qui introduit une opposition insoluble entre la loyauté au seigneur et la loyauté envers la famille et la société.

87Dans ce contexte, et en accord avec la conception alphonsine du pouvoir, le royaume ne pouvant être bicéphale, devient une hydre monstrueuse à deux têtes, vénéneuse et condamnée à la destruction, comme l’hydre de Lerne. Le lexique utilisé par les rédacteurs pour parler des conséquences de cette guerre fratricide ne dit pas autre chose.

  • 175 Ibid., 90, p. 65, 42a-49a et 11b-17b.
  • 176 Ibid., 90, p. 66, 8a-10a.
  • 177 Ibid., 86, p. 62, 23a-25a.

E diz que fue sennal del crebanto que Roma e so imperio auien a tomar por las lides destos dos principes175.
Fue por ello muy quebrantado e muy abaxado el sennorio dell imperio de Roma176.
Llego a tanto el fecho del et de Ponpeyo, por que si ellos se uoluiessen, que ouiera a ser destroyda Roma177.

88Les mots renvoyant à la destruction, « crebanto » / « quebrantado », « abaxado », « destroyda », montrent que lorsque les hommes ne savent pas rester à la place que la société leur a attribuée, la seule conséquence possible est au mieux l’affaiblissement du royaume, et au pire sa ruine et son anéantissement.

  • 178 Ibid., 117-118, p. 93-94.

89Une fois Pompée traitreusement assassiné sur l’ordre de Pharaon, César se révèle finalement être un bon prince178. C’est comme si en vengeant la mort indigne de Pompée malgré la haine qui les séparait, César avait effacé son crime. Pompée vengé, une certaine forme de loyauté entre les deux hommes retrouvée, l’unité de l’Empire restaurée sous une seule tête, César devient un grand prince. Cette fois-ci, Rome parvient à se sauver de la ruine. Néanmoins, ce n’est pas toujours le cas.

  • 179 Ibid., 341 et 342, p. 199.
  • 180 Ibid., 342, p. 199, 17b-21b.

90En effet, la chronique rapporte que, sous le règne des co-empereurs Constantin II et Constance II, plusieurs nobles se soulèvent contre l’autorité de l’empire et s’autoproclament empereur179, Magnence (soulevé de 350 à 353) et Vétranion (350) sont tous les deux qualifiés de « ric omne », et Népotien (350) est le cousin de Constantin II et de Constance II, ce qui fait qu’il appartient aussi à la plus haute noblesse. Le texte ne s’étend pas sur ses rébellions simultanées, mais la conclusion qu’il leur donne est intéressante : « ouieron muchas batallas muy fuertes et much esquiuas, de guisa que se perdio en aquella guerra la mayor partida del poder de Roma ; tantos caualleros et tantos nobles omnes y murieron »180. Selon la Estoria de España, les guerres civiles qui découlent de ces conflits participent directement de la perte de Rome.

91Le même cas se produit en Espagne en 711. Au-delà des péchés royaux, le royaume est affecté, pour ne pas dire contaminé, par les conflits fratricides.

  • 181 Ibid., 558, p. 312, 5a-13a.

Este regno tan noble, tan rico, tan poderoso, tan onrrado, fue derramado et astragado en una arremessa por desavenencia de los de la tierra que tornaron sus espadas en si mismos unos contra otros, assi como si les minguassen enemigos ; et perdieron y todos, ca todas las cibdades de Espanna fueron presas de los moros et crebantadas et destroydas de mano de sus enemigos181.

92Les participes passés « crebantadas » et « destroydas » sont les mêmes que ceux que les rédacteurs ont employés à propos de la guerre civile romaine. Cependant, cette fois, point de salut pour le royaume, gangrené par les péchés et les régicides.

  • 182 Ibid., 559, p. 314, 12a-21a.

Algunos fueron alçados reys por aleue, algunos por traycion de muerte de sus hermanos o de sus parientes, non guardando la uerdad nin el derecho que deuieran y guardar por quexa de ganar el sennorio mal et torticieramientre como non deuien, […] ; e por esta razon auiuose la yra de Dios sobrellos182.

93Les Espagnols sont doublement concernés par la guerre civile. D’abord avec César et Pompée qui ont tous deux des Espagnols dans leurs rangs, qui pour rester fidèles à leur seigneur doivent s’entretuer. Ensuite ils sont à nouveau concernés par les conséquences désastreuses de la guerre civile durant le Royaume de Tolède. Entre les lignes la chronique suggère que, s’ils n’y prennent pas garde, les vassaux d’Alphonse X, en provoquant continuellement leur roi et en refusant de lui obéir, pourraient bien précipiter la Castille dans le même type de conflit. En effet, soit la contestation se termine à temps et le royaume retrouve son unicité, comme dans le cas de Pompée et César, soit il est trop tard et la guerre fratricide mène à l’anéantissement, comme dans le cas des Wisigoths.

L’image de la noblesse

94La métaphore organiciste du pouvoir fait que le royaume ne peut être gouverné que par une seule tête et elle implique aussi que sans cette tête le royaume n’est plus rien. Dans la chronique alphonsine, tout comme le peuple, les hauts personnages du royaume ont besoin de leur roi pour les diriger. Seuls, ils sont au mieux, incapables de se gouverner, et au pire ils mènent directement le royaume à sa perte.

  • 183 Ibid., 52, p. 33, 23b-27b.

95Prenons d’abord l’exemple des Tyriens, ceux sont les futurs Carthaginois, qui souhaitent abandonner leur tyran Pygmalion, mais qui n’osent le faire car ils ont besoin de l’aide d’un chef, en l’occurrence la reine Didon : « los ombres onrados daquel logar querien mal al rey e auien sabor dir se de la tierra, si fallassen con quien. Estonce fablolo [Dido] con ellos, e pusieron so pleyto que se fuessen todos en uno con ella »183. Ces hommes, ces « ombres onrados », sont incapables de partir seuls malgré leur position. Il n’est pas question de manque d’argent ou d’opportunité, il leur manque explicitement un meneur (on lit « quien »), quelqu’un avec qui partir, quelqu’un qui les guide, les dirige, en d’autres termes, un roi ou une reine.

  • 184 Ibid., 28, p. 20, 48a-52a.

96Un autre épisode, plus tôt dans le récit mais plus tard dans la chronologie, met en scène l’incapacité et même la lâcheté des hommes sans prince. À la suite de la cuisante défaite infligée à Rome par Hannibal Barca lors de la bataille de Cannes (Apulie) en 216 av. J.-C., les rescapés Romains sont en effet tellement désorientés qu’ils sont prêts à abandonner Rome pour se construire une vie ailleurs : « fueron tan desconortados los otros que y fincaron, temiendosse que non podrien defender la tierra, que ouieron so conseio de despoblarla e yr buscar otro logar o poblasen »184. Il faut l’intervention de Scipion l’Africain pour les en dissuader. Les Romains menés par les frères Scipion étaient prêts à mourir plutôt que de renoncer à leur honneur et par là-même à celui de Rome, et par contraste, quelques chapitres plus loin, les Romains livrés à eux-mêmes veulent abandonner Rome, ce qu’ils auraient fait sans l’intervention de Scipion l’Africain. La lâcheté des nobles esseulés constraste avec le courage et l’obéissance de ceux qui sont guidés. Par ailleurs, les verbes « despoblar » renvoie aux fondations du début du récit. Les rois fondent et peuplent, les nobles livrés à eux-mêmes dépeuplent et abandonnent la terre.

  • 185 Ibid., 28, p. 20, 20b-41b.
  • 186 Ibid., 28, p. 20, 49b-52b.

97Lors du même épisode qui voit Scipion l’Africain prendre le pouvoir sur des Romains décidément bien incapables, la noblesse faillit encore. À ce moment-là, l’Empire se bat sur cinq fronts et Scipion l’Africain décide donc de partager l’armée en cinq contingents afin de pouvoir se battre sur tous ces fronts185. Néanmoins, les Romains, visiblement conscients de la supériorité de Scipion l’Africain – « quando esto oyeron, gradecieron gelo por que entendieron que se adelentaua mucho en aquellas cosas que eran su pro e su onra »186 –, rencontrent d’autres difficultés dont ils ne sont pas non plus capables de triompher. Il leur manque en effet, des hommes, des armes et de l’argent pour mener ces guerres. Encore une fois c’est Scipion l’Africain qui leur apporte la solution :

  • 187 Ibid., 28, p. 20, 53b-p. 21, 31a.

Uieron que les minguauan tres cosas : la una que no auie y abondo de yente segundo el cuento que ellos querien enuiar, la otra que no auien armas pora ellos, la tercera que no auien auer pora pagar las soldadas de los caualleros e de los otros omnes darmas que fuessen y. Estonce dixoles Cipion que el les darie conseio pora todo queriendol creer ; ellos dixieron le que farien quant el mandasse. (1) Mando ell essora que troxiessen quantos sieruos auien, e quando fueron aduchos, escoio el todos aquellos que eran pora armas, e fizolos afforrar ; e dixo les que los afforraua sennaladamientre por uengar a Roma o morir por ella ; y esso mismo a todos los que eran echados de Roma, e aun a los ladrones que tenien los caminos, perdono e acoiolos a todos ; e desta guisa ayunto quanta yent ouo mester. (2) E pora las armas que minguauan, mando tomar todas aquellas que fallo en los templos y en las casas de los omnes uieios e flacos, e assi ouo complimiento. (3) Del auer pora las soldadas de los caualleros, mando tomar todos los tesoros de los templos e otrossi quanto fallo por las casas de los cibdadanos oro e plata en que lauor ouiesse, que no les dexo ninguna cosa sino sennas onças doro e sennas libras de  plata pora sus mugieres e a sus fijas o las bronchas de sus sennales que ellos trayen en los pechos, e desta guisa fueron complidas las huestes de Roma dombres e dauer e darmas e de quanto ouieron menester187.

98Scipion l’Africain apparaît comme le seul capable d’avoir des initiatives et de prendre les décisions nécessaires pour solutionner des difficultés insurmontables aux yeux des nobles. Sans lui, sans un seigneur qui les gouverne, le manque d’hommes, d’armes et d’argent – trois choses indispensables à la guerre et donc à la protection du royaume et de ses habitants – aurait pu être fatal à l’Empire.

  • 188 Ibid., 516, p. 285-286.

99Même dans les rares cas où les nobles sont en position de conseiller le roi, ils n’ont en fait aucun pouvoir de décision. Avant de partir affronter le tyran Paul, Wamba alors en Cantabrie prend ainsi conseil auprès des « ricos omnes » et « altos de su palacio » : faut-il retourner à Tolède pour chercher des renforts ou faut-il partir directement à la poursuite des félons ? Le conseil n’est pas unanime, « el conseio partiosse luego en dos guisas », et il revient alors au roi de trancher188. Le conseil semble avoir pour unique rôle de mettre en valeur la sagesse et le pouvoir décisionnaire du roi, seul apte à prendre les décisions liées au combat.

***

100Noblesses militaire et de cour ont beau constituer le groupe social le plus élevé du royaume, en réalité la diversité du lexique – ric omne, mayoral, alto omne, omne onrado, omne bueno – fractionne la noblesse et affaiblit son rôle. La noblesse est, bien sûr, constituée de plusieurs groupes et tous ses membres n’ont pas le même rôle ni ne jouissent de la même position dans la société ou à la cour. Néanmoins, le lexique, finalement peu précis, ne permet pas d’appréhender réellement les différentes fonctions des nobles. De plus, le fait de ne pas donner la plupart du temps les noms des nobles et de passer sous silence les charges et fonctions qu’ils peuvent occuper, relègue cette noblesse à un rôle secondaire dans l’histoire de la Péninsule. Diversité lexicale et anonymat contribuent à un certain effacement de la noblesse dans le récit alphonsin. Malgré cela, certains épisodes permettent tout de même de déduire la fonction principale qui échoie aux nobles : l’obéissance.

101L’image de la noblesse est donc double. D’un côté, les rédacteurs prennent soin de mettre en scène une noblesse idéale qui entretient des relations de vasselage avec le roi et, d’un autre côté, ils dépeignent à de multiples occasions une noblesse rétive et de mauvaise volonté, responsable alors des maux qu’endure le royaume. Mais ce paradoxe n’est qu’apparent, exemples et contre-exemples servant un même objectif qui est d’établir des normes de conduite pour la noblesse castillane, premier destinataire de l’œuvre historiographique du Roi Sage.

102L’image du ric omne se construit ainsi en creux de celle du Roi, plus courageux, plus clairvoyant, en somme le seul apte à prendre les décisions et à assurer la bonne marche du Royaume. C’est donc une relation de dépendance qui se construit tout au long du récit. Une dépendance du type vassalique, les nobles doivent obéissance et loyauté à leur suzerain, et une dépendance plus générale qui, d’une certaine manière, fait des nobles des mineurs qui ont besoin de leur seigneur, tel les membres d’un corps qui ne sont rien sans leur tête.

2. Le Roi, l’Espagne et l’Église

103Au Moyen Âge la théorie des Deux Glaives attribue au roi le pouvoir temporel et au Pape, successeur de saint Pierre, le pouvoir spirituel ainsi qu’un ascendant moral et par là-même politique sur le prince. Le prologue de la Segunda Partida rappelle d’ailleurs cette conception des deux pouvoirs :

  • 189 Partida II, prologue.

Los perlados [prelados -abades, obispos, etc.-] e… toda la clerecía… son puestos para… guardar la fe, no tan solamente de los enemigos manifiestos que en ella no creen, mas aun de los malos cristianos que la no obedesçen ni la quieren creer ni guardar. E porque esto es cosa que se deve vedar e escarmentar crudamente, a lo que ellos no pueden fazer porque el su poderio es espiritual, que es todo lleno de piadad [piedad] e de merçed, por ende nuestro Sennor Dios puso otro poder tenporal en la tierra con que esto se cumpliese, assi como la iustiçia que quiso que se fiziese en la tierra por mano de los enperadores e de los reyes. E estas son las dos espadas porque se mantiene el mundo : la primera espiritual, e la otra tenporal. La espiritual taja los males ascondidos [escondidos] e la tenporal los manifiestos189.

104Néanmoins, Alphonse X dénie à l’Église la possibilité d’interférer dans le domaine temporel et tient à préserver l’autorité de la couronne. La Sagesse royale déployée à travers son œuvre scientifique et historiographique, mise en scène et revendiquée dans les portraits royaux de la Estoria de España est déjà un moyen d’émancipation du pouvoir politique vis-à-vis de l’Église, traditionnelle détentrice de la sapientia. Et au-delà de l’autonomie du pouvoir royal, le Roi Sage entend en fait exercer sa propre autorité sur le pouvoir spirituel, ou du moins sur l’Église castillane. Cette revendication s’appuie sur deux fondements, l’un légal et l’autre théologique. D’une part, le roi en tant que tête du royaume exerce son autorité sur l’ensemble de ce royaume :

  • 190 Ibid., 1, 5.
  • 191 Ibid., 1, 6

El rey es cabeça del reyno […] es señor e cabeça de todos los del reyno190.
Juez sobre todos los del reyno191.

  • 192 Partida I, 2, 5.
  • 193 A. MAREY, art. cit., p. 233.

105Le texte est sans appel, le pouvoir du roi s’applique à tous ses sujets. D’ailleurs le peuple est ainsi défini : « pueblo tanto quiere decir como ayuntamiento de gentes de todas las maneras de aquella tierra do se allegan. E desto no sale home ni muger, ni clerigo, ni lego »192. Le clergé fait donc partie intégrante du peuple, et partant, il est placé sous la juridiction royale193. Le Roi ne peut admettre qu’une partie du peuple échappe à son autorité.

106D’autre part, nous avons vu qu’Alphonse X développe dans le Fuero Real une analogie entre le Royaume céleste et le Royaume terrestre et compare explicitement le roi au Christ. Si la cour d’Alphonse X est bien l’équivalent terrestre de la cour du Christ, il va de soi – en tout cas pour le Roi Sage – que le monarque possède les mêmes pouvoirs. En ce sens, les Partidas affirment que le roi est le vicaire de Dieu :

  • 194 Partida II, 1, 5.

Vicarios de Dios son los Reyes, cada uno en su Reyno, puestos sobre las gentes, para mantenerlas en justicia […]. E los Santos dixeron, que el Rey es puesto en la tierra en lugar de Dios, para complir la justicia, e dar a cada vno su derecho194.

107Le terme vicaire, du latin vicarius, remplaçant, suppléant, indique que Dieu lui a délégué son pouvoir sur Terre. En d’autres termes Alphonse X remplace le Seigneur auprès des hommes. Bien que « vicarius Christi » soit l’un des titres des papes, Alphonse X revendique l’exercice du pouvoir spirituel pour lui-même. D’ailleurs, il précise qu’auparavant, les rois exerçaient bien le double pouvoir temporel et spirituel :

  • 195 Ibid., 1, 6.

En el tiempo de Gentiles el Rey non tan solamente era guiador e Cabdillo de las huestes, e Juez sobre todos los del Reyno, mas aun era Señor en las cosas espirituales […]. E porende los llamauan Reyes, porque regian tambien en lo temporal como en lo espiritual195.

  • 196 S. TEILLET, op. cit., p. 520.

108L’origine divine du pouvoir était déjà proclamée dans la Bible, et Isidore de Séville affirmait lui aussi l’origine divine du pouvoir monarchique196.

  • 197 La Bible…, Épître aux Romains 13 :1.
  • 198 Isidore de Séville, Sententiae, 3, 48, 5, cité par S. TEILLET, op. cit., note 124, p. 520.
  • 199 Ibid., 3, 49, 3, cité par S. TEILLET, op. cit., note 124, p. 520.

Que chacun se soumette aux autorités en charge. Car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent sont constituées par Dieu197.
Potestas bona est, quae a Deo donante est198.
Dedit Deus principibus praesulatum pro regimine populorum, illis eos praeesse uoluit199.

  • 200 La Bible..., Apocalypse 17 :14 et 19 :16. Partida II, 1, 6 : « señaladamente tomo el Rey nome de nu (...)

109Ce vicariat a deux conséquences. D’abord il autorise Alphonse X à inclure l’Église dans sa juridiction. Ensuite, puisque son pouvoir lui est directement délégué par Dieu et que le Christ est le « Roi des rois »200, le souverain n’a pas à reconnaître d’autre autorité que celle du Seigneur.

110Au vu de cette théorie politique du Roi Sage une question se pose, la rivalité entre les Deux Glaives affleure-t-elle dans le récit des origines de la Estoria de España, et si oui, de quelle manière ? Quel est le rôle dévolu au clergé dans cette partie de la chronique, et quelles sont ses relations avec le pouvoir temporel ?

La direction de l’Église

111Si dans les textes juridiques écrits sous son égide, le Roi Sage s’affirme en tant que vicaire de Dieu le récit des origines se fait aussi l’écho de cette volonté en narrant comment certains princes jouent un rôle dans l’organisation, voire dans la direction de l’Église, et détiennent à la fois un pouvoir temporel et une autorité spirituelle.

L’organisation de l’Église

  • 201 PCG, 441, p. 249, 37b-40b.

112La Estoria de España met en scène des princes jouant un rôle dans l’organisation même de l’Église. Par exemple, l’empereur Justinien donne l’ordre de construire des églises : « mando a todos los obispos cristianos que fiziessen las eglesias et que fuessen mantenidas et seruidas por clerigos de la santa fe »201. Ce n’est pas à ses sujets qu’il demande ces constructions, mais bien aux évêques qu’il enjoint par ailleurs d’en assurer l’organisation et le fonctionnement, afin que la liturgie y soit célébrée.

  • 202 Ibid., 329, p. 196, 30a-5b.
  • 203 Ibid., 329, p. 196, 7b-40b.
  • 204 Ibid., 329, p. 196, 5b-7b.
  • 205 Ibid., 459, p. 258, 43b-45b.
  • 206 Ibid., 527, p. 295, 30a-17b.

113Il est rapporté, qu’après avoir vaincu des barbares qui opprimaient les Espagnols202, l’empereur Constantin Ier prend l’initiative de partager l’Espagne en six archevêchés dont les sièges sont Narbonne, Braga, Tarragone, Tolède, Mérida et Séville203. Il n’est nullement question d’une intervention extérieure, c’est l’empereur en personne qui a donné ses archevêchés à l’Espagne : « cuemo auie grand sabor de adelantar la cristiandat, partio toda Espanna en seis arçobispados »204. Deux siècles plus tard, Théodemir, roi des Suèves de 559 à 570, abandonne l’arianisme sous l’influence de Martin de Braga205 et établit les archevêchés et évêchés de Galice et du Portugal206. Cette fois-ci, le roi n’est pas le seul à intervenir. On lit en effet :

  • 207 Ibid., 527, p. 295, 21a-30a.

Fizo fazer concilio en Gallizia en la cibdad de Lugo, e fue en este concilio Adaulpho obispo de Leon con todos los otros obispos que eran y de Gallizia pora confirmar el escripto del departimiento de los arçobispados et de los obispados que el rey querie fazer, ca el departio los arçobispados et los obispados de tierra de Gallizia et de Portogal207.

  • 208 Ibid., 527, p. 295, 29a-30a.
  • 209 Ibid., 528-535, p. 295-298.
  • 210 Ibid., 535, p. 298, 35b-36b.
  • 211 Ibid., 536, p. 298, 43b-45b.

114Néanmoins, on note que l’impulsion et la décision viennent bien du roi qui a par ailleurs convoqué le Concile. Enfin, deux siècles après, c’est au tour de Wamba de définir la carte épiscopale de son royaume. Il confirme la répartition de Théodemir208 qu’il complète pour les autres archevêchés209. Comme l’indique la phrase « con conseio et consentimiento de los arçobispos et de los obispos dellas »210, le roi a pris le conseil des clercs pour l’organisation spatiale de son Église, mais ensuite il la présente directement au Concile qui n’a visiblement plus son mot à dire : « todas estas cosas que de suso son escriptas fizo leer el muy noble rey Bamba en el concilio »211. Constantin Ier, Théodemir puis Wamba sont dépeints comme les chefs de l’Église. Sur les territoires de leur royaume – Empire romain, Royaume suève ou Royaume wisigoth – ces princes exercent le pouvoir temporel et spirituel.

  • 212 Ibid., 504, p. 278, 6b-10b.

115Il en va de même lorsque Chindaswinthe fait expulser Théodiscle, primat d’Espagne et qu’il fait transférer le siège de la primatie de Séville à Tolède. Bien que quelques lignes plus haut la chronique rapporte que le roi demande au Pape l’autorisation d’établir la primatie à Séville212, cette fois le roi prend la décision seul. Le Pape est bien reconnu comme chef de l’Église, il ne s’agit pas de contester l’autorité du Saint Siège, mais dans le contexte péninsulaire, le roi est le chef de l’Église d’Espagne. Cette affirmation – ou revendication ? – est plus patente encore dans le récit de la représentation des Conciles.

Les Conciles

  • 213 Ibid., 319, p. 190, 52b-53b.

116Dans la chronique, il est précisé que c’est le roi qui convoque les Conciles. Ainsi, Constantin Ier convoque le Concile de Nicée I en 325. L’expression « mando llegar concilio »213 ne laisse aucun doute sur celui qui prend l’initiative. Cependant, avant même que le Concile ne commence, son bon déroulement est mis en danger par des disputes entre les évêques. Voyant le Concile menacé, Constantin Ier s’empare de la question.

  • 214 Ibid., 319, p. 191, 1a-32a.

Ante que fablassen ninguna cos adel fecho de la fe sobre que fueran legados, començaron los obispos a querellarse le ell uno dell otro de los tuertos que se fazien en seyendo uezinos. E el santo princep, que uio que se enbargarie por aquellas contiendas el grand fecho por que uinieran, sennaloles dia en que uiniessen todos antel, et quel troxiesse cada uno todas sus querellas en escripto. E ellos fizieron lo assi. E quando uino aquel dia, dieron le todos por escripto quantas querellas auien unos dotros. E ell encerrolas en su seno, et ante que leyesse ninguna dellas, començo a fablar et dixo : “ Obispos, assi es que el Nuestro Sennor Dios uso establecio por sus sacerdotes e uos dio poder de judgar a nosotros, e por ende podemos nos con ser iulgados de uso ; mas a uso no uos pueden iudgar los omnes, e conuiene que esperedes el iuyzio de Dios tan solamientre […]. E por ende, hermanos, dexat todas estas querellas agora, et departid en judgar sin toda malquerencia la contienda de la fe sobre que sodes aqui venidos214.

117L’on pourrait penser que lorsque Constantin Ier dit que les clercs ne sont en quelque sorte pas placés sous sa juridiction, il s’agit d’un aveu de faiblesse ou qu’il reconnaît ne pas avoir d’autorité sur la sphère religieuse. Néanmoins, cet aveu n’est autre qu’une prétérition, car en disant cela il met fin de facto aux conflits du clergé. Tout en refusant d’arbitrer, il montre son autorité et leur signifie que les querelles internes sont terminées. Il y a un contraste favorable à Constantin Ier entre d’un côté les clercs, davantage occupés à leurs affaires personnelles qu’à la défense de la foi contre l’arianisme – pourtant présenté comme une dangereuse hérésie dans la chronique –, et de l’autre côté un roi supérieurement sage qui n’a pas de mal à rappeler les clercs à l’ordre. Dans ce contexte, l’expression « santo princep » n’est pas anodine et rappelle opportunément que le roi a le premier rôle dans les affaires spirituelles du royaume. Et son rôle ne s’arrête pas là : à la fin de l’assemblée, les évêques lui présentent leurs travaux, et c’est l’empereur qui ordonne que leurs décisions soient respectées par tous les chrétiens.

  • 215 Ibid., 319, p. 192, 11b-20b.

Los santos obispos dieron en escripto all emperador Costantino todas las cosas que fueron establecidas en aquel concilio: et la primera dellas fue el Credo in unum Deum que cantan a la missa cada fiesta […]. E ell emperador mando las todas tener et creer tan bien cuemo los quatro Euangelios, et mando que fuessen echados de tierra quantos las no creyesen215.

118Constantin Ier joue donc un rôle direct dans l’application du Concile – on pourrait presque en déduire que sans son intervention les conclusions du Concile seraient restées lettre morte – ainsi que dans la question du dogme, puisqu’il impose aux chrétiens de réciter le Credo, ou profession de foi, prière toujours en vigueur au XIIIe siècle.

  • 216 Les Acéphales appartenaient à un courant du monophysisme, une doctrine qui ne reconnaît que la natu (...)
  • 217 PCG, 490, p. 272, 45a-49a.
  • 218 Ibid., 490, p. 272, 42a-44a.

119Ensuite, se tient un Concile à Séville en 619 (la chronique donne la date de 621) pour lutter contre l’hérésie acéphale216. C’est Isidore de Séville qui remporte la dispute contre l’évêque acéphale217, mais c’est le roi Sisebut qui a convoqué le Concile : « fizo concilio »218, c’est à lui que revient l’initiative de lutter contre l’hérésie.

  • 219 E.A THOMPSON, op. cit., p. 265 et p. 319-320.

120Cela dit, les Conciles les plus importants narrés dans la chronique sont les Conciles de Tolède. Là encore, c’est le roi qui convoque ces Conciles, ce que nous signalent les rédacteurs en utilisant systématiquement le verbe « fizo ». Le fait que dans la Tolède catholique tous les Conciles soient convoqués par le roi – les rois ariens n’ont logiquement pas convoqué les deux premiers Conciles –, implique qu’un Concile ne peut qu’être organisé à la demande d’un roi. En fait, certains rois wisigoths comme Réceswinthe ont même interdit la tenue de Conciles pendant leur règne219. Si les rédacteurs le savaient ils se sont bien gardés de l’écrire car même si cela avait montré que les rois dominaient nettement l’Église, il aurait fallu expliquer pourquoi des rois chrétiens exemplaires empêchaient la tenue de telles rencontres.

  • 220 E. A. Thompson, op. cit., p. 208-212, 264-265, 320.

121Depuis la conversion de Récarède survenue officiellement lors du IIIe Concile de Tolède en 587, ces Conciles sont autant des rencontres politiques que religieuses. Selon le récit historiographique, seulement trois Conciles donnèrent lieu à des débats ou décisions uniquement d’ordre spirituel (Conciles VI, VII, et XI), ce qui ne représente même pas un quart des quatorze Conciles dont les décisions sont toutes exposées, même si cela est fait de façon très générale. En réalité, la tenue de nombre de Conciles témoigne avant tout des troubles de l’époque. En effet, plusieurs rois convoquèrent des Conciles dans le but d’asseoir leur pouvoir et dans un effort – souvent vain – d’empêcher les révoltes nobiliaires qui secouent régulièrement le royaume220. Si les Conciles débattent de politique, il est évidemment aussi question de religion. Par exemple, il est question de décrets contre les mauvais clercs, de la désignation de Tolède comme siège de la primatie ou encore de l’adoption de la règle de saint Isidore… Toutefois, absolument rien dans la chronique n’indique que le roi se contente d’assister ou de ratifier seulement les canons concernant les affaires temporelles du royaume. Cela signifie donc que pour le roi ces Conciles sont là encore l’occasion d’exercer tout à la fois son pouvoir temporel et son autorité spirituelle.

  • 221 Ibid., p. 334-335.
  • 222 PCG, 497, p. 276, 10a.
  • 223 Ibid., 499, p. 276, 25b-26b.
  • 224 Ibid., 507, p. 280, 24b.
  • 225 Ibid., 539, p. 300, 33b.
  • 226 Ibid., 505, p. 279, 20a-21a.
  • 227 Ibid., 508, p. 281, 24a-25a.
  • 228 Ibid., 509, p. 281, 7b-8b.
  • 229 Ibid., 548, p. 304, 20a-22a.
  • 230 Ibid., 499, p. 276, 25b-26b.

122L’intromission du politique dans le religieux lors des Conciles de Tolède s’exprime donc de trois façons dans la chronique : par la présence de fonctionnaires laïques aux Conciles, par le tomus et par la confirmation royale des canons conciliaires. En effet, des fonctionnaires assistent aux Conciles de Tolède dès la conversion de Récarède, bien qu’Alphonse X ne les mentionne pas pour ce Concile, et à partir du VIIe Concile ces fonctionnaires royaux doivent en signer les actes221. Dans le récit, la présence nobiliaire apparaît à partir du IVe Concile, le premier convoqué par Chinthila, et lors de huit autres Conciles. Ces fonctionnaires royaux sont appelés « mayorales de su regno/del palacio » (Conciles IV222 et V223), « omnes buenos » (Conciles VIII224 et XII225), et « altos omnes del palacio (del rey) / de su regno » (Conciles VII226, IX227, X228 et XVIII229). Ces trois expressions montrent la haute position de ces hommes ainsi que leur appartenance au palais, ce qui indique qu’ils devaient rendre des comptes au roi. Le chapitre sur le Ve Concile de Tolède indique même ceci à propos des envoyés royaux : « los mayorales del palacio los que eran pora concilio »230, comme si certains nobles se consacraient spécialement aux Conciles ou aux relations avec le clergé. Cette présence nobiliaire indique tout à la fois une surveillance du déroulement du Concile par le pouvoir politique et une participation de ce même pouvoir. L’influence du temporel sur le spirituel est donc patente dans la chronique.

  • 231 E. A. Thompson, op. cit., p. 320.
  • 232 PCG, 545, p. 303, 21a-23a.
  • 233 Ibid., 543, p. 302, 32a-35a.
  • 234 E. A. THOMPSON, op. cit., p. 321.

123Les fonctionnaires étaient particulièrement vigilants quant au traitement accordé au tomus du roi. À partir du premier Concile de Réceswinthe en 653, les rois donnent un tomus regio à l’assemblée des évêques. Il s’agit d’une sorte de déclaration programmatique dans laquelle le roi mentionne les sujets qu’il souhaite voir traités par le Concile ou les questions qu’il leur demande de résoudre231. Même si le mot tomus n’apparaît pas, la chronique explique précisément de quoi il s’agit : « [Egica] mostro un escripto all arçobispo de Toledo et a tod el concilio, et rogo los quel tornassen respuesta sobre las cosas que y yazien »232. Lorsque le même Égica demande au XVe Concile de le délier de la parole donnée à Ervige, il s’agit du même mécanisme : « demando a tod el concilio quel absoluiessen de muchas cosas, et des yuramiento que fiziera al rey Eruigio »233. Égica peut visiblement demander ce genre de chose sans risque de se voir opposer un refus, car selon E. A. Thompson, spécialiste des Wisigoths, les Conciles soutiennent toujours le roi : « de las dos partes que formaban los concilios, la Corona y la Iglesia, la Corona era la dominante y la Iglesia la dominada »234.

124En fait, ce n’est pas tellement aux clercs de confirmer les décisions royales mais plutôt le contraire. La chronique montre en effet à plusieurs reprises que les rois confirment les canons des Conciles. Ainsi, Récarède confirme-t-il le décret de la conversion :

  • 235 PCG, 476, p. 264, 10b-15b.

Pues que los arçobispos et los obispos ouieron fechas sus posturas et sus establecimientos, uino entonces el rey Recaredo al concilio, et oyo tod aquello que pusieran, et touolo por bien et pagosse ende et confirmolo235.

  • 236 Ibid., 507, p. 280, 37b-41b.

125Les évêques ont pris des dispositions, mais c’est finalement au roi que revient le dernier mot. Une précision sur un Concile convoqué par Réceswinthe introduit cependant une ambiguïté : « en este concilio fueron puestas et confirmadas unas leys que fizo este rey Recesuindo, que eran buenas et prouechosas assi pora las temporales como pora las espiritales »236. Cela signifie-t-il que le roi a besoin que le clergé confirme ses lois, ou impose-t-il au contraire au clergé d’adhérer à ses lois, l’obligeant ainsi à s’y tenir ? La seconde option nous semble plus vraisemblable au vu des autres éléments.

126Il arrive aussi que les rois qui n’ont pas encore convoqué de Concile confirment les canons des assemblées antérieures.

  • 237 Ibid., 502, p. 278, 7a-9a.
  • 238 Ibid., 513, p. 284, 24a-26a.

[Tulga] confirmo todas las posturas que los reys dante del pusieran en los concilios que fizieran237.
[Wamba] confirmo las leys et las costumbres quantas eran derechas238.

127Il est probable qu’il s’agisse là d’une tradition, d’une simple formalité, mais cette confirmation, cette autorisation à continuer de les suivre, sous-entend que le roi a le choix de le faire et que s’il ne le faisait pas, les canons ne seraient plus en vigueur. D’ailleurs la chronique ne dit pas seulement que Tulga ratifie les Conciles antérieurs, mais bien qu’il confirme les lois édictées par les rois dans des Conciles réunis par les rois.

  • 239 Les rois n’assistaient pas toujours aux débats (E. A. Thompson, op. cit., p. 216-218). La chronique (...)
  • 240 E. A. Thompson, op. cit., p. 317-318.

128Les rois dirigent donc les Conciles, de leur convocation à leur approbation en passant par les sujets abordés. Non que le clergé risquât d’aller à l’encontre de leurs intérêts ou de leurs volontés, mais ces détails permettent de montrer qui est le chef de l’Église d’Espagne, et selon la Estoria de España ce n’est visiblement pas l’archevêque de Tolède, mais bien le roi. Présents ou non aux débats239 – les représentants du roi sont là de toute façon –, en lisant la chronique il semble bien que ce sont les rois qui ont gouverné l’Église, et non l’inverse, ce qui est d’ailleurs une image assez proche de la réalité. Véritables instruments de gouvernement, les Conciles de Tolède sont un cas unique, nulle part ailleurs en Europe aux VIe et VIIe siècles, le pouvoir politique n’a eu autant d’emprise sur l’Église240.

  • 241 Partida I, 5, 17-27.
  • 242 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 78-79 et p. 93.

129Dans le récit, le schéma convocation > intervention dans les débats > confirmation est sensiblement le même pour le Concile de Nicée I ou pour les Conciles de Tolède. La permanence de l’intervention du temporel dans le spirituel tendrait à montrer que le rôle du prince n’a pas changé depuis l’Empire romain, qui a vu naître le Christianisme, jusqu’au temps des Wisigoths. Charge ensuite au lecteur d’en déduire que cela rend légitime l’intervention d’Alphonse X dans les affaires de l’Église. Par exemple, alors que c’est au Chapitre de la cathédrale d’élire les évêques, comme le prévoient d’ailleurs les Siete Partidas241, Alphonse X entend nommer lui-même les nouveaux évêques. Considérant notamment que ce sont les rois qui ont reconquis la terre, converti les mosquées en églises, créé et doté de nouvelles églises, il exige de pouvoir intervenir dans les nominations. Il tente par exemple d’imposer ses frères, les infants Philippe et Sanche. Ce bras de fer entre le Roi, le Pape et les Chapitres fait que certains sièges restent vides plusieurs années durant242. Au regard du récit, habilement orienté, les revendications du Roi Sage n’ont rien de déraisonnable ou d’absurde, elles semblent être le fruit d’une tradition millénaire que le monarque entend faire perdurer dans son récit historiographique comme dans la réalité.

Exemplarité et contre-exemplarité cléricale

130La chronique fait la part belle aux clercs exemplaires. Les portraits de Martin de Braga, de Léandre et d’Isidore de Séville ou encore d’Alphonse de Tolède dépeignent des évêques et archevêques au service de l’Église et de Dieu. Leur prédication, leurs écrits ont contribué à évangéliser l’Espagne et à y faire briller la lumière du Christianisme. Néanmoins, aux côtés de ces modèles, la chronique propose aussi quelques portraits à rebours de l’exemplarité épiscopale.

Théodiscle

131On se souvient que, dans le contexte du conflit sur la primatie, Lucas de Tuy a inventé un mauvais archevêque, Théodiscle, qui aurait été responsable du transfert du siège de la primatie de Séville à Tolède. Si Jiménez de Rada reprend cet épisode afin de le réorienter à son avantage, il est possible qu’Alphonse X, qui ne s’intéresse pas à ce conflit, soit plus intéressé par le contenu de la faute de Théodiscle. En effet, le portrait de cet apostat prend le contre-pied systématique des images topiques des bons prélats.

  • 243 PCG, 504, p. 278, 21b-p. 279, 1a.

Fizo echar dell arçobispado de Seuilla por sentencia del concilio all arçobispo Theodisto por esta razon : este Theodisto era  natural de Grecia, et sabia fablar muchos lenguajes, e en la palabra que el dizie et demostraua semeiaua muy blando et muy manso, mas dentro en el coraçon era lobo uerdaderamientre que  yazie so piel de oueia, assi como lo el demostro después ; e libros que fiziera san Esidro et compusiera muy fremosamientre, et que non eran aun leydos nin oydos, que fablauan de las  naturas et de la natura de la física et de la sciencia que llaman notaoria, corrompiolos el como en  razon de fe, et tiro dellos las cosas uerdaderas, et escriuio y las falsas, e fizo las otras trasladar de  latin en arauio a uno que auie nombre Auiscennian. E pues en esto et en otras cosas muchas seyendo el falso et mintroso a Dios, et sabiendo lo ya todos, et seyendol prouado que era contrallo et torticiero en las articulos de la fe et herege, fue echado de la dignidad del arçobispado ; ca el dizie que Nuestro Sennor Ihesu Cristo de souno con el Padre et ell Spirito Sancto non era un Dios uerdadero, mas era como por fiio. Pues que este Theodisto fue echado dell arçobispado, assi como dixiemos, paso la mar et fuesse pora los alaraues, et touosse a la secta de Mahomat, et predigo muchas falsas cosas243.

  • 244 Ibid., 504, p. 278, 18b-21b.

132Les saints ont écrit des livres et Théodiscle les traduit, mais en les corrompant ; les saints prêchent et combattent les hérésies, lui les répand et finit par se convertir à l’Islam. Comme les évêques de Nicée I qui auraient pu faire échouer le Concile, Théodiscle met en danger l’Espagne en tant que royaume chrétien. Il est donc un traître qui a trahi les fidèles, c’est-à-dire tout le royaume et donc le roi. Cela permet aux rédacteurs de développer deux arguments. D’une part, les clercs ne sont pas moins faillibles que les autres hommes dont les actes sont rapportés dans la chronique et ils peuvent mettre le royaume en danger. D’autre part, Chindaswinthe, comme Constantin Ier, est placé en position de supériorité morale et légale. Supériorité morale car sa foi est intacte, d’autant plus que, juste avant cet épisode, le récit indique qu’il fait chercher et protéger les écrits des saints, ce qui fait de lui l’exact opposé de Théodiscle : « fizo uuscar los libros de los sanctos Padres muy de femencia, et que guardassen muy bien todos los establescimientos que sant Esidro fiziera »244. Et supériorité légale car c’est lui qui met fin aux agissements de l’hérétique. Certes l’Église y participe, « por sentencia del concilio », mais c’est au roi que le verbe d’action « fizo » est attribué, le même verbe qui annonce la tenue des Conciles.

Les rébellions contre Wamba

  • 245 Ibid., 513, p. 284, 34a-12b.
  • 246 Ibid., 513, p. 284, 2b-4b.
  • 247 Ibid., 513, p. 284, 4b-5b.
  • 248 Ibid., 519, p. 287, 29b (Ramire), 519, p. 288, 7b (Gumild) et 515, p. 285 48a-49a (tous les deux).

133Théodiscle trahit directement son Seigneur et indirectement son roi. Les clercs qui accompagnent Hildéric puis Paul dans leur rébellion contre Wamba trahissent à la fois Dieu, le Roi et le royaume. Lors de la première révolte, Hildéric, comte de Nîmes, est soutenu par deux clercs, Gumild, évêque de Maguelone de 654 à 673, et l’abbé Ramire ordonné évêque de Nîmes en lieu et place du véritable évêque, Arejius (672-675), ce dernier refusant de participer à la conjuration est livré aux Français et torturé245. Deux autres conjurés les accompagnent, eux aussi évêques246. La Estoria de España ajoute ici que ces agissements sont contraires aux canons des Conciles : « esto era contral derecho de los degredos »247. Cette précision dispensable accentue encore la gravité du crime de ces clercs qui ont trahi leur serment envers le roi et sali l’Église en ordonnant indûment des évêques. D’ailleurs Gumild et Ramire sont qualifiés de faux évêques, « falso(s) obispo(s) », à trois reprises248. Ce n’est pas tout, ces clercs ne sont pas simplement des suiveurs ou des simples d’esprit victimes d’une manipulation, non, ils prennent une part active aux côtés d’Hildéric, le conseillent et semblent diriger la rébellion à ses côtés :

  • 249 Ibid., 519, p. 288, 8b-9b.
  • 250 Ibid., 513, p. 284, 11b-15b.

[Gumildo] fuera siempre conseiero de toda aquella nemiga249.
Partieron la tierra entressi desde mont Camelo fasta Nems. E por tal que la traycion uenciesse a la lealtad, lo que nunqua fue nin sera, fizieron jurar consigo companna dotra traydores muchos250.

  • 251 On pourrait même parler d’un triple crime puisque les Conciles de Tolède interdisaient les rébellio (...)

134Gumild et Ramire poussent la trahison jusqu’à exiger qu’on leur prête serment, comme s’ils étaient rois. Il s’agit d’une double trahison. D’abord, il y a parjure, comme pour les autres nobles qui se rebellent contre Wamba, et, ensuite, il y a crime contre les décrets des Conciles de Tolède251 qui établissent qu’un clerc ne peut devenir roi. Même s’il n’est pas dit explicitement qu’ils se considèrent comme roi, la prestation de serment rappelle immanquablement le serment prêté à Wamba qui est le seul serment de ce type qui apparaisse dans la chronique. Comme Hildéric, les deux évêques poursuivent leur félonie et se joignent à Paul lorsqu’il se soulève à son tour.

La perte de l’Espagne

  • 252 PCG, 550, p. 304, 37b-40b.
  • 253 Ibid., 568, p. 324, 2a-3a.
  • 254 Ibid., 552, p. 306, 20b-22b et 568, p. 324, 4a-6a.

135Selon la chronique, Sindered, archevêque de Tolède sous le règne de Witiza, et semblable à son roi, se montre jaloux des saints hommes de l’Église espagnole qu’il n’hésite pas à persécuter : « començo de uuscar mal et agrauiamentos por celo de sanctidad a los omnes ancianos et onrrados que auie en la eglesia de Toledo »252. Bien que cet évêque soit rapidement remplacé par Oppa, le frère de Witiza253, ses péchés ne s’arrêtent pas là. Celui qui malgré tout est encore officiellement primat – Witiza n’a pas le droit de remplacer un archevêque encore vivant254 –, montre rapidement sa lâcheté. Dès la première incursion des musulmans et alors que la bataille du Guadalete se déroule après la troisième incursion des Maures, il fuit l’Espagne pour se réfugier à Rome.

  • 255 Ibid., 555, p. 308, 49b-p. 309, 2a.

Quando uio la entrada de los moros en Espanna temiosse, e con el miedo que ouo et con el mal quel fiziera Vitiza fuesse pora tierra de Roma et desamparo las oueias que auie de guardar como allegadizo et malo, ca non como buen pastor255

136Certes victime de Witiza – décédé à ce moment-là –, le prélat fuit surtout par peur des envahisseurs comme le souligne l’emploi des deux synonymes peu flatteurs « temiosse/con el miedo ». Ce que les rédacteurs font surtout remarquer c’est que l’archevêque abandonne les Espagnols à leur sort au lieu de rester pour les protéger et de lutter contre les infidèles qui vont bientôt envahir toute la Péninsule. La mention au berger/pasteur et à ses brebis est évidemment une référence à une métaphore biblique :

  • 256 La Bible…, Jean 10 :11-12.
  • 257 Ibid., Psaume 23 (22).

Moi, je suis le bon pasteur ; le bon pasteur dépose sa vie pour ses brebis.
Le mercenaire, qui n’est pas le pasteur et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit-il venir le loup, il laisse les brebis et s’enfuit, et le loup s’en empare et les disperse256.
Yahvé est mon berger, rien ne me manque.
Sur des près d’herbe fraîche il me fait reposer.
Vers les eaux du repos il me mène257.

  • 258 PCG, 552, p. 306, 23b-25b.

137Dans ce contexte, le primat d’Espagne devient le « mercenaire » que la Bible décrit et qui abandonne ses brebis menacées par le loup, en l’occurrence les musulmans. Son remplaçant, Oppa, ne fait pas mieux. D’abord archevêque de Séville puis faux archevêque de Tolède, il est donc tout à la fois prince du Royaume et prince de l’Église et sur lui pèse une double responsabilité. Lorsque Witiza le nomme illégalement archevêque de Tolède la chronique accuse le roi de commettre un « adulterio espiritual »258 puisque Sindered est encore en vie. Comme nous l’avons déjà noté, Oppa est donc dès le début très loin de se conformer à l’exemplarité exigée d’un archevêque, mais sa bassesse se manifeste pleinement après la défaite de Rodrigue. Oppa participe en effet activement à l’invasion et à l’occupation de l’Espagne en apportant son aide aux Maures pour conquérir les villes.

  • 259 Ibid., 559, p. 313, 13b-21b.
  • 260 Ibid., 566, p. 321, 27b-29b.

Andaua predigando a los cristianos que se tornassen con los moros et uisquiessen so ellos et les diessen tributo […]. Et por tal encubierta fueron los omnes engannados, e dieron los castiellos et las fortalezas de las uillas; et fincaron los cristianos mezclados con los alaraues259.
Por la su nemiga fueran los godos engannados et destroydo […] quando les fizo dar las fortalezas260.

138L’utilisation de « predigando » est intéressante car ce verbe appartient au lexique religieux et rappelle ainsi le rang et les devoirs d’Oppa. Le primat d’Espagne, continue de prêcher auprès des Espagnols, mais il ne prêche plus pour les Saintes Écritures, il les trompe afin de les mener à la reddition. En livrant les villes à l’ennemi, la défaite n’est pas que militaire, elle est aussi religieuse puisque c’est aussi ouvrir la porte à l’Islam. Déloyal envers son sang goth, déloyal envers sa foi, déloyal envers son royaume, déloyal envers son Dieu, Oppa est l’exemple parfait du traître, littéralement sans foi ni loi. D’ailleurs, le prologue de la chronique l’inclut dans la liste des responsables de la perte de l’Espagne :

  • 261 Ibid., prologue, p. 4, 7b-11b.

Como por el desacuerdo que ouieron los godos con so sennor el rey Rodrigo et por la traycion que urdio el conde do Yllan et ell arçobispo Oppa, pasaron los dAffrica et ganaron todo lo mas dEspanna261.

  • 262 Ibid., 566, p. 321, 21b-25b.

139On se souvient que Witiza avait persécuté et tué le père de Pelayo avant d’essayer de faire de même avec Pelayo, sans succès d’ailleurs. C’est maintenant au frère de Witiza de s’attaquer à Pelayo. Tariq envoie en effet Oppa dans les Asturies afin de mettre fin à la rébellion de Pelayo, que ce soit par la négociation ou par les armes262. L’archevêque tente alors d’user des mêmes expédients avec le roi asturien que ceux qu’il a mis en œuvre précédemment avec les places fortes qui résistaient aux envahisseurs.

  • 263 Ibid., 568, p. 322, 30b-35b.

Començo de dezir a don Pelayo con sus palabras mansas et falagueras pero engannosas, assi como sil pessasse del crebanto de los cristianos, cuendandol engannar assi como fiziera ya a muchos cristianos263.

140Oppa tente alors de convaincre Pelayo de le rejoindre car les Goths sont selon lui vaincus. Il lui promet honneur et richesses, comme si l’honneur et la loyauté d’un roi pouvaient s’acheter.

  • 264 Ibid., 568, p. 322, 35b-p. 323, 7a.

¡ Ay Pelayo !, bien sabes tu quan grand fue siempre el prez et el poder de los godos en Espanna, ca maguer que ouieron guerra con los romanos et los barbaros nunqua fueron uençudos ; mas agora sonlo ya por el iuyzio de Dios, et toda su fuerça crebantada et aterrada. Pues di agora ¿ en que te esfuerças ? por que assi te encerreste aqui en esta cueua con unos pocos de omnes et cuedas reuallar et deffenderte a los alaraues, quando el rey Rodrigo con toda la caualleria et la yente de los godos non los pudo sofrir. Acuerdate agora de como el regno de los godos fue siempre abondado de grand sabiduria et de mucha nobleza et de grand poder que siempre ouo en el, et agora en cabo es todo perdido et destroydo et tornado a nada ; pues toma conseio de tu uida et de tu fazienda et de la daquellos que contigo son, et non quieras morir mala muert, e metete en poder de Tarif aquel princep tan onrrado que nunqua fue uençudo, et auras onrra tu et los que contigo son, et seras tu et ellos ricos et onrrados en toda uuestra uida264.

141Le rappel de la grandeur, de la force et de l’honneur des Goths, pour l’heure disparus, trouve son pendant dans l’éloge de l’honneur et la force de Tariq, appelé « princep ». Dans son discours Oppa établit un parallèle entre les Goths et les musulmans : « mucha nobleza / tan onrrado », « nunqua fueron uençudos + de grand poder / nunqua uençudo ». Lorsqu’il exhorte Pelayo à abandonner les Goths pour passer du côté des musulmans, il établit une continuité entre le pouvoir wisigothique et la domination musulmane. À travers ce discours, le primat s’efforce en fait de construire une translatio regni. Cependant, les rédacteurs ont prévenu le lecteur, le discours d’Oppa est mensonger. La répétition « engannosas / engannar » fait que le raisonnement de l’archevêque ne convainc pas : il s’agit d’un raisonnement fallacieux. Et l’image de Pelayo en ressort bien sûr valorisée puisque ce dernier veut restaurer le royaume chrétien des Goths tandis que le lâche clerc/prince se soumet à un ennemi infidèle à qui il livre le royaume.

142Dans la chronique, les défaillances de la part du clergé sont certes peu nombreuses mais elles peuvent être très graves. Elles vont des querelles peu flatteuses des participants de Nicée I que le roi doit rappeler à l’ordre, jusqu’aux crimes des prélats félons qui se révoltent contre Wamba et ensuite contre Rodrigue et qui finissent par abandonner ou livrer le Royaume, reniant ainsi leur foi. Dans la Estoria de España le clergé est ou plutôt peut être, autant que le roi, responsable du délitement de l’Église, contrairement au Chronicum Mundi de Lucas de Tuy qui dépeint un clergé victime de la mauvaise influence royale.

  • 265 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 82-88. Depuis Ferdinand III, la Couronne prélevait un tiers de la d (...)
  • 266 H. S. Martínez, op. cit., p. 351. Le ius spolii est le droit qu’avait le roi à s’approprier les bie (...)
  • 267 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 88.
  • 268 Ibid., p. 92.

143Malgré cela, dire que dans la chronique alphonsine l’image du clergé est négative serait aller trop loin tant les portraits de saints évêques contrebalancent les représentations négatives. On retiendra que le texte historiographique offre du clergé une image contrastée. S’il participe à la grandeur du Royaume goth, il participe aussi à sa ruine. S’il participe à la grandeur de l’Église, il la met aussi en danger. Les clercs et prélats ne sont ni dangereux ni corrompus par nature, cependant ils ne remplissent pas toujours leur rôle ou le dénature. Surtout leur loyauté envers le roi et le royaume, pourtant essentielles, n’est pas acquise, comme l’a appris le Roi Sage à ses dépens. L’Église a en effet contrarié les projets alphonsins en s’opposant à ses politiques juridiques et fiscales et en refusant son intervention dans leurs affaires. Les clercs réclamaient notamment l’abolition des tercias reales265 et du ius spolii266, refusaient d’être jugés par des tribunaux laïques267 et se plaignent des ingérences royales dans le fonctionnement interne de l’Église. En 1282, la plupart des abbés et certains évêques forment une hermandad pour défendre leurs privilèges et soutenir ouvertement Sancho dans sa rébellion268. Cela remet en cause la capacité du clergé à remplir son rôle de berger. Sindered n’a pas joué son rôle de berger et a abandonné son troupeau, et Oppa a fait pire encore en se servant de son statut pour livrer ses brebis au loup. Ces prélats dénaturent et corrompent leur rôle de gardien, et l’on en vient à se demander qui est dans le récit des origines le véritable berger de l’Espagne.

Le roi pasteur269

  • 269 Nous empruntons cette expression à Suzanne Teillet, op. cit., p. 513.

144Dans la Estoria de España, plusieurs rois peuvent être considérés comme des rois pasteurs en raison de leur rôle de guides et de protecteurs du troupeau que Dieu leur a confié.

Récarède et la conversion

  • 270 E. A. THOMPSON, op. cit., p. 329.
  • 271 Ibid., p. 354-355.

145Comme nous l’avons déjà évoqué, lorsque Récarède se convertit en 589, ce n’est pas une conversion personnelle mais collective. Avec lui, c’est tout un royaume qui se convertit, ou plutôt la partie du royaume qui était arienne, puisque les Hispano-romains eux, étaient déjà catholiques. Cet acte va bien au-delà de la personne royale ou de l’acte de foi. En se convertissant, Récarède réalise l’unité religieuse de son royaume, et par là-même son unité politique. Les Goths ariens représentaient sûrement beaucoup moins de dix pour cent de la population270, et jusque-là, ils vivaient à l’écart des Hispano-romains. Les deux ethnies étaient gouvernées par un seul roi, mais séparément. Il s’agissait d’une double société : chaque groupe avait ses églises, ses tribunaux, sa culture… En théorie les mariages mixtes étaient interdits, mais ce n’était vraisemblablement pas respecté. Si le palais était sûrement majoritairement goth, il y avait aussi sûrement des Hispano-romains, notamment dans l’administration fiscale. E. A. Thompson affirme ainsi : « Puede decirse que a lo largo de su historia hasta la época de Recesvinto, el reino estuvo bajo la administracion y el control conjuntos de la nobleza barbara y romana »271.

  • 272 Ibid., p. 356.
  • 273 S. Teillet, op. cit., p. 553. E. A. Thompson, op. cit., p. 356-357. Les règnes de Chindaswinthe et (...)
  • 274 S. TEILLET, op. cit., p. 499.

146À partir de la conversion, tous les habitants du royaume ont la même religion. Même les vêtements et l’art romains se substituent aux vêtements et à l’art goths272. L’origine ethnique cesse d’importer, et sauf exception, dès la fin du VIe siècle, gothi désigne tous les habitants du royaume, indifféremment de leurs origines ethniques273. C’est à partir de là qu’Isidore de Séville imagine et élabore l’union de l’Espagne et des Wisigoths, union rendue possible par la conversion. S. Teillet précise qu’il « contribue à formuler et par là-même à réaliser une fusion, une assimilation idéologique entre les Goths et l'Espagne, qui n'existait pas chez Grégoire de Tours entre les Francs et la Gaule »274. Et effectivement dans la Estoria de España, « godo » désigne un habitant du Royaume de Tolède, sans que rien n’indique son origine et, plus que cela, à partir du règne de Léovigilde et jusqu’à celui de Pelayo le mot « espannol » n’apparaît plus dans le récit, « godo » et dans une moindre mesure « los de Espanna », sont les seuls gentilés qui désignent les habitants du royaume.

  • 275 PCG, 476, p. 264, 8b-10b.
  • 276 De Rebus Hispaniae, II, 15, p. 62, 14-15. DRH trad., p. 108 : « renegando, junto con los obispos, l (...)
  • 277 À propos des intérêts pro-nobiliaires de Jiménez de Rada, voir Amaia ARIZALETA, « Ut lector agnosce (...)
  • 278 Chronicon Mundi, II, 72, p. 156. CM trad., p. 190.
  • 279 S. Teillet, op. cit., p. 527.

147La chronique indique bien qu’à partir du Concile de 589 tout le royaume est devenu catholique : « e daquel concilio adelant ficaron los godos en la uerdadera et derecha fe de Cristo »275. Néanmoins Jiménez de Rada insiste davantage sur le fait que tout le royaume était concerné : « abdicans, pontificibus et palacii primioribus, clero et milicia aprobantibus cum populo uniuerso »276. Cette énumération montre que le roi est entouré de tout le peuple, notamment la noblesse et le clergé. Faut-il y voir une manifestation pro-nobiliaire de Jiménez de Rada277 ou simplement la volonté du Tolédan d’insister sur la conversion de tout le Royaume ? Toujours est-il que la Estoria de España choisit la version de Lucas de Tuy qui ne fait mention de personne en dehors du roi et des évêques278. Puisque l’ajout de Jiménez de Rada insistait sur l’union dans la conversion, ce qui correspond quand même au sens du récit alphonsin, l’on peut supposer que sa suppression n’est pas anodine. En effet, le schéma du Concile est le suivant : conclusion des évêques > confirmation par le roi, et uniquement par le roi. La mention de la présence des nobles en tant que délégués du roi, preuve de l’intromission de temporel dans le spirituel, apparaît dès le Concile suivant, mais pour le Concile fondateur, le roi doit être l’unique protagoniste, l’unique pasteur qui « conduit son peuple à la vraie foi »279. Lorsque Chindaswinthe expulse l’évêque Théodiscle pour avoir notamment prêché que le Christ n’était pas de nature divine, le roi poursuit en quelque sorte l’œuvre de Récarède, même si l’évêque apostat n’est pas explicitement accusé d’être arien. En effet, après la conversion, il n’est plus du tout fait mention de l’arianisme dans la chronique. Le Concile avait d’ailleurs pour but de détruire cette hérésie :

  • 280 PCG, 476, p. 264, 49a-50a.
  • 281 Ibid., 476, p. 264, 2b-4b.
  • 282 Ibid., 476, p. 264, 15b-16b.

Destoyr et derraygar la heregia arriana280.
En este concilio fue escodrinnada et echada de toda Espanna la heregia de Arrio
281.
Maldixo ell a aquella secta de Arrio
282.

148Dans le récit c’est chose faite, cette hérésie n’existe plus, et s’il apparaît une trace de survivance d’antitrinitarisme, le terme « arriano » est soigneusement évité et le roi Chindaswinthe expulse le coupable. Par sa conversion, Récarède a éradiqué cette hérésie. Le geste de Récarède construit en réalité l’unité et l’identité chrétienne de l’Espagne. Cette même unité chrétienne qui est l’un des fondements de la construction de la Reconquête et des Royaumes chrétiens. L’année 589 est bien le point de départ de l’unité de l’Espagne et par là-même le point de départ de la justification de la Reconquête.

  • 283 Chronicon Mundi, II, 72, p. 156-157, 10-27. CM trad., p. 191.
  • 284 Ibid., II, 71, p. 156, 2-3. CM trad., p. 190.

149Par ailleurs, la Estoria de España a privilégié, afin de mettre en exergue le rôle du roi, Lucas de Tuy plutôt que Jiménez de Rada, elle fait exactement le contraire lorsque Lucas de Tuy accorde une trop large place à Léandre de Séville dans son récit. En effet, le Tudense raconte en détail le voyage de Léandre à Constantinople et ses prédications283. Reconnaître l’enseignement de Léandre de Séville est une chose284, lui consacrer plus de la moitié du chapitre sur la conversion en est une autre. Dans le Chronicon Mundi le primat vole en quelque sorte la vedette au roi : Récarède convoque le Concile et se convertit puis Léandre prêche :

  • 285 Ibid., II, 72, p. 157, 20-24. CM trad., p. 191 : « a los godos les amonestó que creyesen el Padre y (...)

Gotis predicando suasit ut Patrem et Filium et Spiritum Sanctum trinum secundum personarum distinctionem et unum secundum nature diuinitatem Deum esse crederent. Illis credentibus prior dedit precepta et ecclesiastica officia quibus fruerentur285.

  • 286 Ibid., II, 72, p. 157, 25-27. CM trad., p. 191 : « Leandro, después de muchos trabajos que sofrió p (...)

150Pire, Lucas de Tuy écrit aussi ceci : « Leander uero post multos labores, quos pro fide Christi pertulit, ecclesie pace adepta spiritum celo reddidit »286. Le chroniqueur affirme ici que Léandre a gagné la paix de l’Église espagnole, c’est-à-dire la réconciliation entre les Goths puisqu’ils pratiquent désormais la même forme de Christianisme. On comprend aisément qu’Alphonse X n’ait pas repris ce passage. Dans la Estoria de España la conversion royale vaut conversion nationale effective et c’est en cela que Récarède devient « roi pasteur ». Léandre a été son conseiller, certes, et les évêques se sont réunis en Concile, mais le monarque une fois converti n’a nul besoin de l’intercession du clergé pour convertir son royaume. L’intercesseur entre Dieu et le peuple c’est lui. La conversion fait de Récarède un vicaire de Dieu en son royaume.

Wamba et l’onction

  • 287 S. TEILLET, op. cit., p. 509, 590.
  • 288 PCG, 470, p. 263, 2a-6a.
  • 289 Ibid., 513, p. 284, 22a-23a.

151Même si Isidore de Séville a décrit dans ses écrits l’onction royale287, c’est Wamba qui le premier – et le dernier aussi –, reçoit selon la chronique l’onction durant son couronnement. Jusqu’alors il n’y avait pas d’ornement ou de rituel particulier lors d’un couronnement en dehors des vêtements et des couleurs, probablement la couleur pourpre, que Léovigilde a institués pour se différencier de ses vassaux288, la chronique appelle ces vêtements le « guarnimiento real »289 de Wamba.

152Toujours est-il que l’onction que reçoit Wamba marque une double sacralisation, la sacralisation du Roi qui devient l’Oint du Seigneur, et la sacralisation du Royaume tout entier. Par cette onction le peuple d’Espagne devient officiellement le peuple élu de Dieu. Toutes les comparaisons entre l’Espagne et la Terre Promise, entre les Espagnols et les Hébreux cessent d’être symboliques et deviennent réalité.

  • 290 S. TEILLET, op. cit., p. 609
  • 291 Ibid., p. 613.

153En effet, en devenant l’Oint du Seigneur, Wamba reçoit l’esprit de Dieu et participe de sa puissance, lui qui est le Roi des Rois290. Cette onction confirme que Wamba a été choisi par Dieu, elle « rend présente et efficace une réalité d'ordre spirituel, en l'occurrence le fondement religieux du pouvoir »291.

  • 292 À propos de cette double onction, voir ibid., p. 609.
  • 293 La Bible…, ISamuel 16 :13.
  • 294 Ibid., II Samuel 2 :4.
  • 295 Étymologies, VII, 2, 2, p. 632.

154L’onction royale possède une double fonction, elle est à la fois réalité intérieure et signe extérieur292. En tant que réalité intérieure elle a une valeur constitutive et confère la puissance royale. En tant que signe extérieur elle a une valeur déclarative et désigne celui qui la reçoit comme le roi. En cela elle reproduit en fait les deux onctions du roi David, une première secrète et constitutive, et la seconde publique et déclarative. En effet, Dieu envoie d’abord Samuel chercher David alors qu’il est encore un enfant et lui demande de lui donner l’onction royale : « Samuel prit la corne d’huile et l’oignit au milieu de ses frères. L’esprit de Yahvé fondit sur David à partir de ce jour-là et dans la suite »293. Cette onction, clairement constitutive montre que le futur roi est en quelque sorte habité par Dieu. David est ensuite oint publiquement et officiellement à Hébron, ce qui fait effectivement de lui le roi : « les hommes de Juda vinrent et là, ils oignirent David comme roi sur la maison de Juda »294. Wamba ne reçoit qu’une seule onction, mais, comme le baptême qui est signe extérieur d’appartenance à l’Église et réalité intérieure, elle possède ces deux fonctions. Isidore qui a préparé, théorisé la sacralité du Royaume goth écrit : « illis unctio sacri unguenti nomen ac potestatem regiam conferabat »295. Dans le récit, Wamba est donc désigné comme roi sacré choisi par Dieu en même temps qu’il en reçoit sa puissance.

  • 296 S. TEILLET, op. cit., p. 617.
  • 297 Ibid., p. 620

155Plus prosaïquement, il s’agit aussi pour Wamba de protéger son pouvoir en renforçant les multiples anathèmes prononcés par les Conciles à l’encontre des usurpateurs et des régicides. Le serment prêté au roi prend en effet une dimension religieuse296, les traîtres ne sont plus seulement parjures envers le monarque mais aussi envers le Seigneur. Malheureusement cela ne lui sera pas plus utile que les canons conciliaires297 puisqu’Hildéric et Paul se soulèvent contre lui moins d’un an après son sacre, et il est déposé en 680 par Ervige.

  • 298 S. TEILLET, op. cit., p. 615. 

156Le récit affirme aussi qu’une abeille sort de la bouche du roi, ce qui est interprété comme un signe de gloire pour le roi et son royaume. Étonnamment les rédacteurs ne reprennent pas la version de Julien de Tolède qui incluait aussi une colonne de nuée, alors qu’il s’agit d’une référence biblique qui symbolise Dieu guidant les Hébreux298 :

  • 299 La Bible…, Nombres 9 :17-18.

Lorsque la nuée s'élevait au-dessus la Tente, alors les Israélites levaient le camp ; au lieu où la nuée s’arrêtait, là campaient les Israélites. Les Israélites partaient sur l'ordre de Yahvé et sur son ordre ils campaient. Ils campaient aussi longtemps que la nuée reposait sur la Demeure299

  • 300 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 47-48. Voir aussi Adeline RUCQUOI, « De los reyes que no son taumat (...)

157Les chroniques précédentes (Alphonse III, Najerense, Chronicon Mundi, De Rebus Hispaniae…) citent l’abeille mais non le miracle de la nuée. Les rédacteurs alphonsins ont probablement lu la chronique de Julien de Tolède au travers du prisme de ces chroniques, mais il est aussi possible qu’ils aient choisi de ne pas sélectionner cet épisode pour les mêmes raisons que celles pour lesquelles les rois de Castille n’ont pas eu recours à des attributs théocratiques pour légitimer leur monarchie. Les Rois de Castille et de León, en effet, ne sont pas oints, pas plus qu’ils ne sont déclarés thaumaturges300.

  • 301 S. TEILLET, op. cit., p. 613-614, et M. González Jiménez, op. cit., p. 267.
  • 302 Robert FOLZ, Le couronnement impérial de Charlemagne, Paris : Gallimard, 2008, p. 183-189. En 1804, (...)

158C’est qu’en réalité, bien que le sacre confère une dimension divine au roi et à son pouvoir, il s’agit d’une reconnaissance à double tranchant. Le sacre présente le très net inconvénient de dépendre du clergé, puisque c’est l’archevêque qui doit oindre le roi. Ce faisant, l’Église s’immisce dans la création d’un roi301 et prend l’ascendant sur lui puisqu’il lui devrait son pouvoir autant, si ce n’est plus, qu’à Dieu. Alphonse X sait-il par exemple qu’en l’an 800 le Pape Léon III avait posé la couronne sur la tête de Charlemagne, par surprise et sans s’être prosterné au préalable, montrant ainsi que c’était l’Église qui faisait du roi un empereur302 ?

  • 303 PCG, prologue, p. 4, 21a-22a.
  • 304 À ce sujet voir Ghislaine Fournès, « Alphonse X, auteur et acteur des Cantigas de Santa María », Ca (...)
  • 305 S. TEILLET, op. cit., p. 610.

159Si le Roi Sage se bat pour imposer son autorité au clergé castillan ce n’est pas pour leur devoir ensuite son pouvoir. En se présentant comme le vicaire de Dieu en son royaume, Alphonse X construit au contraire l’image d’une monarchie qui tient directement son pouvoir de Dieu. Le prologue de la chronique ne dit pas autre chose en disant du Roi Sage qu’il est « por la gracia de Dios rey de Castilla… »303. Ce faisant il se dispense d’intermédiaire et devient lui-même intermédiaire entre Dieu et les hommes304. De manière complémentaire, dans la Estoria de España le récit transmet l’image d’une Église au service du roi et du royaume, donc l’intervention cléricale est acceptable d’autant qu’elle participe de la gloire du roi et du royaume. De plus, l’onction royale rappelle aussi l’onction épiscopale305, ce qui consacre la gouvernance spirituelle du roi sur son peuple. Wamba, oint du Seigneur et roi pasteur, rejoint finalement l’idéal alphonsin du vicariat royal.

160De plus, lors du sacre, il y a une double prestation de serment. Le déroulé du récit est le même que chez Jiménez de Rada – Lucas de Tuy ne mentionne aucun des deux serments –, mais les rédacteurs alphonsins utilisent les mêmes verbes yurar et prometer pour les deux engagements. La répétition crée ainsi une sensation de continuité dans l’action.

  • 306 De Rebus Hispaniae, III, 1, p. 120, 12-15. DRH trad., p. 120 : « fue consagrado rey […]. Y todos co (...)
  • 307 PCG, 513, p. 284, 13a-24a.

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

[…] consecratur. Et omnes in electione eius promissione spontanea subscripserunt et fidem ei et patrie iurauerunt […]. Iam et regio cultu insignitus ante altare diuinum fidem catholicam est professus306.

Consagrol […], e yuraronle et fizieronle omenage e prometieronle de ser leales a ell et al regno […]. E el rey Bamba, estando ya guarnido del guarnimiento real, yuro et prometio antell altar de Dios que el ternie la fe catolica307.

161La chronologie est importante, d’abord les hommes jurent fidélité au roi, et ensuite le roi jure fidélité au Seigneur. C’est comme si après avoir reçu le serment des Goths, Wamba se retournait vers l’autel pour prêter serment à Dieu. Le lecteur voit se dessiner une progression verticale de la fidélité, dans laquelle le roi est un échelon entre les hommes et le seigneur.

162Wamba a bien été sacré par un clerc, mais avant le premier serment. Ainsi le clergé n’a pas sa place dans ce schéma et n’intervient dans aucun des deux serments successifs, hormis peut-être pour jurer fidélité au roi aux côtés de tous les Goths. Rien ni personne ne se place entre le roi et ses sujets, ou entre le roi et Dieu.

Pelayo et Covadonga

  • 308 Ibid., 552, p. 306, 16b-17b.
  • 309 Ibid., 560, p. 314, 19b-21b.
  • 310 La Bible…, Genèse 8 :4 : « et, au septième mois, au dix-septième jour du mois, l’arche s’arrêta sur (...)

163Comme nous l’avons déjà évoqué, de nombreux éléments du récit de la vie de Pelayo, le sauveur de l’Espagne, le rapprochent des héros de la Bible. Pelayo est d’abord assimilé à Noé. Dieu ordonne à ce dernier de construire l’arche pour sauver les hommes, et il sauve Pelayo de la persécution de Witiza pour les mêmes raisons : « ca Dios querie guardar en Espanna donde se leuantasse acorro et libramiento a la tierra »308, et plus loin on lit : « otro sennor non fincaua en la tierra pora amparamiento de los cristianos si este don Pelayo »309. Noé préserve l’espèce humaine grâce à son arche et depuis les Asturies l’arche de Pelayo préserve les Espagnols/chrétiens. D’ailleurs, les deux arches ne sont pas si différentes puisque l’arche de Noé s’arrête sur les monts d’Ararat lors de la décrue310, et la grotte de Covadonga se situe sur les contreforts du Mont Auseva. Ensuite, justement lors de la bataille de Covadonga, et après que Pelayo en a appelé à l’intercession du Christ et de la Vierge, les deux miracles qui se produisent rappellent l’Exode hors d’Égypte : le renforcement de la grotte devenue imprenable, et le glissement de terrain qui précipite les ennemis dans la rivière.

  • 311 PCG, 567, p. 322, 5b-7b.
  • 312 Ibid., 568, p. 323, 33b-40b.

164Rappelons que dans un premier temps, Dieu renforce les murs de la grotte, la rendant imprenable : « e es mui seguro logar bien como si Dios se le fiziesse pora esto »311. Tous les projectiles lancés par les ennemis leur reviennent et les tuent. Cette péripétie rappelle, dans un écho inversé, la prise de Jéricho, au cours de laquelle Dieu abat les murs de la Cité pour permettre aux Hébreux d’y entrer. Dans un second temps, les musulmans survivants, pris en étau, sont ensevelis par le glissement de terrain provoqué par Dieu et qui les précipite au fond de la rivière Deva. Même si ce n’est pas la mer qui se referme sur eux mais la montagne, l’issue est la même, la mort. Les rédacteurs comparent explicitement l’aide apportée par Dieu à Pelayo à celle apportée aux Hébreux lors du passage de la Mer Rouge : « e este nueuo miraglo daquell affogamiento fizo Dios a pro de los cristianos de Espanna […], assi como fizo a los fijos de Israel quando les saco del catiuerio de Pharaon rey de Egipto et affogo a ell et a todos los suyos en la mar »312.

  • 313 P. HENRIET, « Le jour où la “ reconquête ” commença… », 9.
  • 314 PCG, 565, p. 320, 11a.

165La victoire de Covadonga, bien que placée sous le signe de la résistance et de la restauration chrétiennes, ne doit rien au clergé. Pelayo n’a recours à l’intercession de personne pour prier Dieu, demander l’intercession de la Vierge et du Christ, et surtout pour l’obtenir. Aucun clerc n’apparaît dans cet épisode en dehors d’Oppa dans le camp adverse où il abuse les Chrétiens et les incite à se rendre à l’ennemi. Le seul membre du clergé présent avilit donc son rôle de pasteur et se sert de son sacerdoce pour faire le mal. Face à lui, le roi choisi est protégé par le Seigneur. On l’a vu, Patrick Henriet conclut que « le Salut de l’Espagne est opéré par des laïcs et l’Histoire, si elle est chrétienne, n’est pas cléricale »313. Si la chute est bien le fait des rois et du clergé, la restauration – ou son impulsion en tout cas – est le fait exclusif du roi. La monarchie alphonsine prend ainsi racine au VIIIe siècle, lorsque les Espagnols renouent avec Dieu et sa Loi à travers leur roi pasteur et non à travers l’Église. Contrairement à Lucas de Tuy qui rejette presque exclusivement la faute de la dépravation sur la monarchie et qui ne reprend pas la comparaison entre Covadonga et la Mer Rouge, défendant ainsi les intérêts de l’Église, Alphonse X choisit de suivre une version qui correspond davantage à ses revendications politiques. Pelayo, appelé « mandadero de Dios »314, est donc l’unique intercesseur des Espagnols auprès de Dieu, et leur unique guide. Dans le récit, il incarne tour à tour les nouveaux Noé, Josué et surtout Moïse, berger au sens propre comme au figuré. Pelayo devient à son tour roi berger ou roi pasteur pour son troupeau.

  • 315 Ibid., 575, p. 328, 32a-33a.

166Par ailleurs, le récit assimile directement la figure royale au Seigneur. Ainsi, les combats de Pelayo sont appelés les « batallas de Nuestro Sennor Dios »315, ce qui fait de Pelayo le bras de Dieu en Espagne. En se battant pour l’Espagne, Pelayo se bat pour Dieu. Et les Espagnols qui ont rejoint Pelayo se battent donc pour le roi et pour Dieu. Ainsi, les Espagnols rejoignent Pelayo après la bataille de Covadonga car ils ont appris que Dieu lui venait en aide.

  • 316 Ibid., 570, p. 325, 10a-20a.

[Quando las yentes] oyron dezir el bien et la merçed que Dios fiziera al rey don Pelayo, uinieron se todos pora ell a furto et a paladinas, cada unos lo meior que podien. E auiendo todos a coraçon de seruir a Dios et de morir por la su sancta ley, assi como fizieran en otro tiempo los Macabeos316.

167Le lien entre Pelayo et Dieu pourrait difficilement être plus explicite, les Espagnols rejoignent le roi – « uinieron se todos pora ell » – pour servir Dieu – « auiendo todos a coraçon de seruir a Dios ». Ici les rédacteurs insistent sur l’indissociabilité de la monarchie et du Ciel. Ni Jiménez de Rada, ni encore moins Lucas de Tuy n’étaient allés si loin. Regardons ce même passage dans les deux sources de la Estoria de España.

  • 317 Chronicon Mundi, IV, 5, p. 228, 10-18. CM trad., p. 278 : « mas la gente de los godos, asi como qui (...)
  • 318 De Rebus Hispaniae, IV, 4, p. 120, 12-16. DRH trad., p. 165 : « los godos que no habían tenido posi (...)

Chronicon Mundi

De Rebus Hispaniae

Ceterum Gotorum gens uelut a somno surgens cepit patrum ordinem paulatim requirere et consuetudines antiquorum iurium obseruare, in bello sequi signa, in regno legitimum seruare imperium, in pace fundare ecclesias et studio deuotissimo exornare. Primo et principaliter Deum, qui eis paucissimis de multitudine hostium dederat triumphare, collaudabant toto mentis affectu. Conueniebant ad eos omnes Goti qui dispersi erant per Gallias et per ceteras regiones, et Caldeos in manu ualida expugnabant317.

Gothi autem quibus fuge facultas affuerat, audientes quod a Gothis manus Domini non discesserat, clanculo se furantes ad Pelagium principem aduenerunt et zelantes legem et Machabeorum iusticiam emulantes pro fide conmori elegerunt318.

168Chez Lucas de Tuy, il n’y a aucun lien entre Pelayo et le Seigneur pour la bonne raison que Pelayo n’est même pas mentionné. Ce sont les Goths en général qui sortent tout seuls de leur sommeil et entreprennent de résister et de restaurer les anciennes coutumes. On suppose que Pelayo en fait partie, mais son rôle est tellement limité qu’il n’apparaît pas.

169Chez le Tolédan, le Seigneur et Pelayo sont bien mentionnés, mais la relation qui les unit est tout de même moins explicite que dans la Estoria de España. Les Espagnols rejoignent le roi car ils ont compris que le Seigneur ne les a pas abandonnés. « Los suyos » marque la protection de Dieu sur l’ensemble des hommes et pas seulement sur Pelayo qui fait donc moins figure d’unique intermédiaire, de trait d’union entre Dieu et ses sujets. Ceux-ci rejoignent Pelayo car il incarne la résistance mais non la protection divine.

170La Estoria de España, dans laquelle servir Dieu et son roi sont un seul et unique devoir, diffère sur ce point. Il est difficile de ne pas voir dans ce genre de logique une corrélation avec la politique d’Alphonse X. Au XIIIe siècle, tout autant qu’au VIIIsiècle, servir Dieu revient à servir le roi, et inversement servir le roi c’est servir Dieu. Les sujets, quelle que soit l’époque ou leur position dans la société, se doivent donc de suivre leur roi et de le soutenir quelles que puissent être les circonstances et les combats de leur souverain, car ce faisant c’est Dieu qu’ils servent.

***

  • 319 PCG, 184, p. 136, 48b-53b.
  • 320 Le Pape Boniface III (607) obtient de Phocas (empereur byzantin de 602 à 610) que Rome devienne « c (...)
  • 321 Ibid., 564, p. 318, 41b-p. 319, 3a : « quiso por ende guardar all infante don Pelayo pora ante la s (...)
  • 322 Fuero Real, I, 1, 2.

171Dans la Estoria de España on assiste au renversement de la hiérarchie topique entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel. Le pouvoir politique est non seulement indépendant du pouvoir spirituel, mais c’est le prince qui exerce sa tutelle sur l’Église, à tel point que c’est lui qui incarne, au moins en partie, le pouvoir spirituel, et ce dès les origines du Christianisme. En effet, la chronique affirme qu’il faut voir un signe de la volonté divine dans le fait que le Christ soit né durant le règne d’Auguste, ce qui relie le Christianisme à l’Empire romain dès ses origines. De plus, après la destruction de Jérusalem en 70, Titus s’empare de l’Arche d’Alliance : « leuara consigo de Iherusalem ell Archa del Testamento que seye en el templo o es agora la eglesia de san Johan que dizen de Letran »319. Titus n’est pas chrétien, mais le fait qu’il rapporte ainsi cet emblème religieux à Rome, ville du martyre de saint Pierre et de saint Paul, futur centre religieux malgré une rivalité avec Byzance320, permet d’opérer une première translatio entre l’ancienne religion et la nouvelle, de la Jérusalem détruite vers Rome. Ensuite Constantin Ier donne à la péninsule Ibérique sa division épiscopale, amorçant ainsi une nouvelle translatio, de l’Empire à l’Espagne, puis Récarède achève la translatio en se convertissant lui-même et en convertissant ainsi de facto tout son peuple avec lui. Sous l’ère wisigothique, l’Église d’Espagne, brillante, rayonne jusqu’à Rome, reste sous l’autorité du roi qui participe ainsi de sa grandeur. Wamba confirme alors l’Alliance entre Dieu et l’Espagne en recevant l’onction. Enfin, Pelayo incarne la résistance et la restauration chrétienne, en même temps qu’il sert de relais entre l’Espagne wisigothique et l’Espagne de la Reconquête. Tout au long du récit, les rédacteurs mettent en évidence le rôle que les rois jouent dans l’implantation puis le développement du Christianisme, et insistent sur le fait que ce sont les rois qui intercèdent entre Dieu et les hommes. Le clergé n’est pas complètement exclu de ce processus, mais il est loin d’y jouer le rôle principal. Notons ainsi que l’évangélisation réalisée en Espagne par saint Jacques est passée sous silence. L’Église d’Espagne doit tout à ses rois pasteurs qui lui ont apporté la lumière du Christ321. Ces vicaires de Dieu, dotés de la sapientia et doubles terrestres du Christ dans leur royaume, remplissent une mission de transmission et d’intercession entre le Ciel et la Terre. Ce vicariat rend alors légitime, non l’ingérence royale dans les affaires de l’Église, mais la conduite naturelle des affaires spirituelles par le roi, chef temporel et spirituel dans son royaume. N’en déplaise à l’Église du XIIIe siècle, l’organisation des Conciles, la répartition des évêchés, la nomination de évêques sont autant d’attributions royales. De plus, lorsque les archevêques dirigeaient les débats des Conciles de Tolède, ne se mettaient-ils pas justement au service du roi qui les avait convoqués ? Jusqu’à un certain point, le récit fait parfois apparaître le primat d’Espagne comme un délégué du roi aux affaires spirituelles. Puisque les rois ont été placés sur Terre pour faire progresser le bien et éradiquer le mal322, lorsque les évêques luttent contre les hérésies et rédigent des ouvrages théologiques, ils aident en fait le roi à accomplir sa mission et l’assistent dans ses fonctions spirituelles. Comme l’indique la chronique à propos de Pelayo, servir le roi c’est servir Dieu, en d’autres termes, pour servir Dieu il faut servir le roi.

3. Le Roi et l’Espagne

Le roi législateur

172Le récit des origines construit donc l’image d’un roi pasteur et ne cesse d’établir des parallèles entre le prince et le Seigneur, faisant du premier le représentant du second sur Terre. Le vicariat royal est fondé sur le mimétisme, chacun régnant sur des royaumes parallèles, l’un céleste l’autre terrestre. Et puisque le Seigneur est le garant de la justice, le roi a donc pour fonction de préserver la justice dans son royaume, ce que le premier titre de la Partida Segunda répète à plusieurs reprises :

  • 323 Siete Partidas, prologue.
  • 324 Partida II, 1, 5.
  • 325 Ibid., 1, 6.
  • 326 Ibid., 1, 7.

Segund dixo el Rey Salomon, que fue sabio y muy justiciero, que quando el Rey estuuiesse en su cadira de justicia, que ante el su acatamiento se desatan todos los males, ca pues que lo entendiere guardara a si, e a los otros de daño323.

Vicarios de Dios son los Reyes, cada uno en su Reyno, puestos sobre las gentes, para mantenerlas en justicia […]. E los Santos dixeron, que el Rey es puesto en la tierra en lugar de Dios, para complir la justicia, e dar a cada vno su derecho324.

Señaladamente tomo el Rey nome de nuestro Señor Dios, ca assi como el es dicho Rey sobre todos los Reyes, porque del han nome, e los gouierna, e los mantiene en su lugar en la tierra, para fazer justicia e derecho ; assi ellos son tenudos de mantener, de guardar en justicia e en verdad a los de su Señorio325.

E otra razon y a spiritual, segun dicho de los Profetas, e de los Santos, porque fueron los Reyes, e es esta : que la justicia que nuestro Señor Dios auia a dar en el mundo, porque biniessen los omes en paz e en amor, que ouiesse quien la fiziesse por el en las cosas temporales, dando a cada vno su derecho segund su merescimiento. E tiene el rey lugar de Dios, para fazer justicia, e derecho, en el Reyno en que es Señor326.

  • 327 La Bible…, Proverbes 20 :8.
  • 328 Fuero Real, I, 2, 2.

173Les parallèles établis par les rédacteurs entre la justice céleste et la justice terrestre sont nombreux et renforcés par les expressions « en lugar de Dios / en su logar » ou « quien la fiziesse por el ». Quant à l’expression « cadira de justicia… », elle renvoie directement au proverbe biblique « un roi siégeant au tribunal dissipe tout mal par son regard »327. Le roi siégeant sur le trône de la justice remplace Dieu, comme Salomon avant lui. La dernière loi précise que l’autorité du roi s’exerce dans les affaires temporelles du royaume. Néanmoins, le Fuero Real indique ceci : « puesto por Dios para adelantar el bien, e para vengar e vedar el mal »328. Les termes « bien » et « mal » peuvent se référer à la justice temporelle, mais ils appartiennent aussi et surtout au lexique religieux. La responsabilité morale du roi s’étend donc bien au-delà de la justice ordinaire.

174De plus, Alphonse X ne reconnaît à personne le droit de légiférer en son royaume :

  • 329 Partida I, 1, 12.

Emperador o rey puede hacer leyes sobre las gentes de su señorío ; e otro ninguno no ha poder temporal, salvo si lo hiciese con otorgamiento de ellos. E las que de otra manera fuesen hechas no han nombre ni fuerza de leyes329.

175Le roi ne partage pas le pouvoir et n’a pas à le faire puisque c’est le Seigneur qui le lui a transmis. Le monarque incarne la loi et le pouvoir de légiférer lui échoit à lui et uniquement à lui.

  • 330 Ibid., 151, p. 108, 54a-56a.
  • 331 Ibid., 209, p. 152, 24a-26a.
  • 332 Ibid., 211, p. 153, 13a-15a.
  • 333 Ibid., 513, p. 284, 24a-26a.

176La Estoria de España se prononce régulièrement sur le caractère juste ou injuste des rois, mais met très peu en scène la fonction législative, hormis à propos d’Auguste puisqu’il est écrit : « compuso ell emperador Octauiano muchas leyes por que se mantouiessen las tierras et uisquiessen las yentes en paz »330. Néanmoins, les rédacteurs précisent à plusieurs reprises que les rois confirment les bonnes lois de leurs prédécesseurs et modifient ou abrogent celles qui doivent l’être, comme le font les empereurs romains Antonin le Pieux, Commode et Marc Aurèle. On lit en effet : « tollieron todas las malas leyes por el mundo, et mudaron las malas en nueuas et buenas »331 et « tollieron a los romanos unas leyes fuertes et malas que auie y, et meioraron las, et dieron les de nueuo otras de que se pagaron todos »332, ou encore pour Wamba lors de son sacre : « confirmo las leys et las costumbres quantas eran derechas »333. Même si les exemples sont rares, on note que les verbes sont toujours conjugués au singulier, le prince seul compose, confirme et modifie les lois.

Le roi face à ses sujets

177En tant que représentant de Dieu sur Terre, c’est au roi que revient le devoir de protéger son royaume, et c’est ce que mettent en scène les portraits royaux de la chronique. Les vertus martiales et surtout morales comme la sagesse, l’humilité, la miséricorde… construisent, on l’a vu, l’idéal royal alphonsin et construisent le paradigme du bon roi. Même les portraits des tyrans participent de cette dynamique, car ils mettent en exergue le rôle central, prépondérant du roi, qui, s’il n’y prend pas garde et se détourne des vertus, précipite son royaume à sa perte. Les rois de la chronique, qu’ils soient de bons rois ou des tyrans, dessinent le portrait idéal du roi qui exerce son autorité dans tous les domaines : militaire, politique, sapientiel et spirituel. Ils ne sont pas primus inter pares, car étant les vicaires de Dieu, ils ne peuvent avoir de pairs, ce qui en fait à la fois le cœur et la tête de leur royaume.

178Comme corollaire de son pouvoir à la fois temporel et spirituel, le roi doit répondre à des impératifs moraux, qu’il respecte grâce à la Sagesse et aux vertus qu’elle confère, et il agit dans l’intérêt général, la pro comunal. Ses sujets, et en particulier la noblesse et le clergé lui doivent obéissance. C’est là la seule forme de réciprocité possible, car les relations n’ont rien de symétrique, la tête gouverne, et le corps obéit selon la théorie organiciste. L’une des versions de la mort de Didon illustre justement ce qui arrive lorsque le roi, ou la reine, est placé sur un pied d’égalité avec ses sujets. Quand la reine autorise les femmes à se marier avec des étrangers, les émissaires d’un roi étranger lui font alors remarquer qu’elle doit elle-même s’exécuter :

  • 334 Ibid., 56, p. 37, 42b-53b.

Dixieron le que pues que ella dizie que las mugieres dalli pudiessen casar con omnes dotras tierras, que ella deuie luego començar primero que todas las otras […]. E por end los mandaderos cuytaron la mucho que los que ella dixiera, que lo cumpliesse334.

  • 335 Ibid., 56, p. 38, 1a-14a. C’est aussi l’occasion de poser la question du pouvoir au féminin et de s (...)

179Ne pouvant se résoudre à un tel mariage, Didon préfère se suicider au terme de l’ultimatum335. Considérer le roi primus inter pares revient donc selon la chronique à le mettre dans une position indigne de son rang et surtout intenable politiquement.

  • 336 PCG, 109, p. 87, 31b-35b.

180La diversité lexicale qui qualifie la noblesse en même temps que son anonymat construit, nous l’avons vu, une image floue et lointaine de celle-ci. Et lorsque ses traits se précisent c’est pour mieux laisser percevoir sa dépendance vis-à-vis du roi ou, dans quelques cas, sa félonie. Les ricos omnes de la chronique ne semblent pas avoir un grand rôle à jouer dans la marche du royaume qui dépend entièrement du roi. D’ailleurs, les rédacteurs n’hésitent pas à le dire : « mas de todos estos sennorios et priuanças no fablaremos nos mas daqui adelant, si no de los principes por quien se mantouo el fecho de Roma »336. Le verdict est sans appel, c’est le prince qui fait exister le royaume, et non ses conseillers ou les nobles. Ces derniers n’ont finalement d’autre fonction que celle d’obéir, d’aimer et de soutenir le roi, car si d’aventure ils se montrent désobéissants, les liens qui cimentent la société s’effondrent et le royaume avec lui. Cela ne signifie pas que les catégories sociales disparaissent, que le clergé et la noblesse n’ont réellement aucun rôle à jouer. Pour Alphonse X, il ne s’agit pas de nier leur existence ni leur importance en tant que défenseurs du royaume mais de s’affranchir de leurs ingérences, voire de leur tutelle. Chacun, quel que soit son rang, doit ainsi rester à la place que la chronique lui assigne et rester fidèle au souverain.

  • 337 Ibid., 513, p. 284, 18a-20a.
  • 338 Ibid., 520, p. 288, 44b.
  • 339 Ibid., 523, p. 38b-40b.

181Lorsque ses sujets jurent fidélité au roi, ils jurent en même temps fidélité au royaume : « yuraronle et fizieronle omenage e prometieronle de seer leales a ell et al regno »337. Roi et royaume sont donc deux éléments indissociables, et trahir le roi c’est trahir tout le royaume, et même trahir Dieu. En effet, Wamba est un roi oint, de plus le double serment réalisé durant son sacre fait de lui l’intermédiaire entre le peuple et le Seigneur dans une fidélité verticale. Ceux qui rompent leur serment envers le roi brisent toute la chaîne de fidélité. La loyauté est une vertu tandis que la déloyauté est un péché. Les traîtres sont appelés « companna peccador »338, et lorsque Wamba demande à Paul d’expliquer sa trahison, celui-ci répond que c’est le diable qui en est responsable : « quanto el fiziera todo fuera por el diablo que gelo metiera en coraçon »339. La fidélité due au roi est donc aussi placée sous le signe de la religion. Le récit des évènements de 711 corrobore et illustre cette vision politique d’Alphonse X : Rodrigue mort c’est tout le royaume qui s’effondre. Le roi est bel et bien la tête du corps que constitue le royaume, une fois la tête coupée, le corps meurt. Trahir le roi c’est donc bien trahir le royaume. Or, la défaite de Rodrigue représente aussi la fin ou du moins le recul du Christianisme. La fin du Royaume de Tolède prouve que livrer le roi à ses ennemis revient à livrer le royaume et se détourner de Dieu. La Estoria de España contribue ainsi à construire et illustrer les liens indéfectibles et fondés sur l’amour entre le roi et Dieu et, dans un enchaînement parfait, entre le royaume et le roi.

Le concept de naturaleza

  • 340 C. HEUSCH, « Polysémie de l’amour… », p. 18.
  • 341 Georges MARTIN, « Le concept de “ naturalité ” (naturaleza) dans les Sept parties d’Alphonse X le S (...)

182L’amour vertical est déjà un élément clé de la dépendance féodale et vassalique, relation politique de caractère personnel et volontaire qui s’établit entre un vassal et son suzerain340. Alphonse X, quant à lui, fait évoluer ce modèle d’amour politique d’une relation personnelle et volontaire vers une dépendance obligatoire pour l’ensemble de ses sujets. Dorénavant, c’est tout le royaume qui doit aimer le roi. Les Siete Partidas fondent cette obligation sur le concept de « naturaleza », terme que Georges Martin traduit par « naturalité »341. Alphonse X n’invente pas ce concept, mais il est le premier à lui donner une ampleur tout à la fois juridique, politique et philosophique.

183Les Partidas définissent ainsi les liens de naturalité :

  • 342 Partida IV, 24, 3.

Diez maneras pusieron los Sabios antiguos, de naturaleza. La primera, e la mejor es, la que han los omes a su Senior natural : porque tamhien ellos, como aquellos de cuyo linaje descienden, nascieron, e fueron raygados, e son, en la tierra onde es el Señor. La segunda es, la que auiene por vasallaje. La tercera, por criança. La quarta, por caualleria. La quinta, por casamiento. La sexta, por heredamiento. La setena, por sacarlo de captiuo, o por librarlo de muerte, o deshonrra, La octaua, por aforramiento de que non rescibe precio el que lo aforra. La nouena por tornarlo Christiana. La dezena, por morança de diez años, que faga en la tierra, maguer sea natural de otra342.

  • 343 G. MARTIN, « Le concept de “ naturalité ”… », § 11-13.

184Comme l’a fait remarquer Georges Martin, les liens que cette loi établit, sont de deux natures. Les liens 2 à 9, que nous laisserons de côté, appartiennent à l’histoire de chacun, il s’agit de « liens personnels noués au cours d’événements engageant deux acteurs : entrée en vasselage, éducation (« nourriture »), adoubement, mariage, héritage, libération ou sauvegarde, affranchissement, conversion au Christianisme »343. En revanche, le lien 1 fonde la relation sur la naissance. C’est la naissance dans un endroit donné sous le règne d’un seigneur donné qui fonde le lien qui doit unir le peuple à son roi :

  • 344 Ibid., § 13.
  • 345 Ibid., § 14.

Cette naturalité-là, les hommes l’ont à leur naissance ; par toute autre voie, la « naturalité » ne fait que leur advenir344.
[Elle] ne relève plus de l’engagement personnel, actif ou passif, mais de l’appartenance territoriale, de la naissance345.

185Le dixième lien complète le premier, car celui qui réside depuis dix ans sur le territoire finit par acquérir la naturalité. Cette façon d’obtenir la naturalité, non par la naissance mais par la résidence – soit par migration, soit que la terre ait été conquise par le roi – s’apparente aussi aux liens 2 à 9 puisqu’il s’agit d’une relation nouée au cours de la vie.

  • 346 Carlos Heusch, « La construction de la naturalité dans les Parties d’Alphonse X », in : Jean-Pierre (...)
  • 347 G. MARTIN, « Le concept de “ naturalité ”… », § 15.

186Le terme naturaleza ne se forme pas sur natura346, mais sur natural, du roman « natif », « né quelque part »347. Le seigneur naturel de ses sujets est donc le seigneur que la naissance leur a octroyé. Et ce qui fait que l’on naît sous la seigneurie de tel ou tel roi, c’est la terre où l’on naît. Le rapport au territoire est donc primordial, dans tous les sens du terme. C’est le premier et le plus fondamental.

  • 348 Ibid., § 15.

Le seigneur [est] naturel moins à cause d’une caractéristique qui lui serait propre qu’en vertu d’une caractéristique du sujet : la naissance de celui-ci sur la terre où ce seigneur exerce son pouvoir. En d’autres termes : il semble que le seigneur ne soit pas conçu comme « naturel » en lui-même, mais comme « naturel » du point de vue de son sujet. Sans doute cette focalisation sémantique traduit-elle un glissement notionnel profond du concept de « seigneur naturel » du dynastique au territorial348.

187Alphonse X réinvente la dépendance du peuple vis-à-vis de son roi. Il n’est plus question d’engagement personnel ou volontaire, la dépendance existe de fait parce que les naturales sont nés là où ils sont nés. Même si le lien d’engagement est d’une nature différente, la naturalité reste donc une notion d’amour vertical.

  • 349 Partida II, 13, 11.

Deue el Pueblo auer siempre en su memoria, e en su remembranca, al Señorío e la naturaleza que el Rey ha sobre ellos ; e el bien que han recebido del, e gradescergelo, e fazerle seruicio por ello349.

  • 350 G. MARTIN, « Le concept de “ naturalité ”… », § 5.

188Dans le sens descendant la naturalité est la seigneurie que le roi exerce sur le peuple, et dans le sens ascendant elle est l’amour et la reconnaissance que le peuple doit au roi350. Les Partidas exposent d’ailleurs les devoirs du peuple à l’égard du roi :

Todos los del reyno, maguer sean muchos, porque el rey es, e deue ser uno, por esso deuen otrosi ser todos unos con el, para seruirle, e ayudarle en las cosas que el ha de fazer.
Todos los del reyno,
se deuen mandar a guiar, e auer un acuerdo con el, para obedescerle, e amparar, e guardar, e acrescentar el reyno.
Quel
amasen e quel guardasen como a comenzamiento e guarda de todos.
Guardar la cabeza mas que a si mismos.

  • 351 A. MAREY, art. cit., p. 240.

189Les verbes en gras relèvent essentiellement de deux notions différentes : l’obéissance et la protection qui se rejoignent dans le verbe « amasen ». Cette conception augustinienne351 unit le roi et son peuple par l’amour, ciment indispensable du corps/royaume.

190Ne s’agissant pas d’un texte officiellement politique ou juridique, le récit des origines ne fait pas de référence explicite au concept de naturalité. Toutefois, la peinture détaillée des relations entre les différents personnages de la chronique, particulièrement entre les princes et la noblesse permet de discerner que la naturalité fait bien partie intégrante du modèle proposé par le récit des origines. Qu’ils appartiennent à la noblesse ou au clergé, les acteurs mis en scène dans la chronique ont tous un point commun : chacun a le devoir d’aimer son roi et seigneur naturel, et de lui obéir, ce qui traduit bel et bien cette notion d’amour vertical.

191Les extraits précédents mettent aussi en évidence le nombre et la diversité des sujets du roi à travers les expressions suivantes « todos los del reyno », « muchos » et « todos unos », face à l’unicité du roi « deue ser uno », « el ». Qu’est-ce qui fait que malgré ce grand nombre les sujets forment un peuple et non une multitude ? C’est justement le point commun de leurs devoirs envers le roi qui les unit, et l’amour politique est leur devoir premier, celui qui conditionne obéissance et protection.

  • 352 Partida IV, 24, prologue.
  • 353 Ibid., 24, 1.

Uno de los grandes debdos que los omes pueden auer, vnos con otros, es naturaleza. Ca bien como la naturaleza los ayunta por linaje, assi la naturaleza los faze ser como vnos, por luengo vso de leal amor352.
Naturaleza tanto quiere dezir, como debdo que han los omes vnos con otros, por alguna derecha razon en se amar, e en se querer bien353.

  • 354 C. Heusch, « La construction de la naturalité… », p. 614.

192La naturalité est donc ce qui permet l’existence de la communauté354, c’est ce qui fait que les hommes ne sont pas une multitude mais forment un corps, un royaume. La naturalité fonde l’amour et les devoirs du peuple envers le souverain et permet en même temps aux sujets de former une communion dans ce même amour. Ils ne sont pas liés individuellement au roi, ils font partie d’un groupe, d’un corps qui est lui-même lié au roi. La naturalité est à la fois le fondement de la communauté et la relation de celle-ci au roi : elle est en fait à la fois amour vertical et amour horizontal.

193Dans la chronique, les scènes de tristesse à la mort de certains princes participent de l’exposition de cet amour politique. Bien sûr, il s’agit d’un topique littéraire qu’Alphonse X n’a pas inventé et qui est destiné depuis longtemps à souligner les qualités du roi. Toutefois, la mention des manifestations de deuil du peuple à la mort de son seigneur, illustre la communion nationale créée par la naturalité.

Le roi et la terre

  • 355 Partida IV, 24, 4, titre.

194La naturalité attache les sujets à leur seigneur naturel tout autant qu’à la terre sur laquelle ils sont nés. Il n’est évidemment pas anodin que la même loi traite des devoirs qui incombent aux hommes envers leur seigneur et envers leur terre : « del debdo que han los naturales con sus Señores, e con la tierra en que biuen; e como decae ser guardada esta naturaleza entrellos »355.

  • 356 Ibid., 24, 4.

A los Señores deuen amar todos sus naturales, por el debdo de la naturaleza que han con ellos ; e seruirlos, por el bien que dellos resciben, e esperan auer ; e honrrarlos, por la hourra que resciben dellos ; e guardarlos, porque ellos, e sus cosas son guardadas por ellos ; e acrescentar sus bienes, porque los suyos se acrescientan porende, e rescibir buena muerte por los Señores, si menester fuere, por la buena, e honrrada vida, que ouieron con ellos.
E a la
tierra han gran debdo, de amarla, e de acrescentarla, e morir por ella, si menester fuere ; en la manera, e por las razones que diximos en la segunda Partida deste libro, en las leyes que fablan en esta razon.
E esta naturaleza que han los naturales con sus
Señores, deue siempre ser guardada con lealtad356.

  • 357 G. Martin, « Le concept de “ naturalité ”… », § 19.

195Comme l’écrit Georges Martin, les « naturales contractent spontanément et indissociablement, à la naissance, une double obligation envers un pays et envers un seigneur »357. Par exemple, lorsque la Estoria de España montre des Romains qui obéissent aux ordres de Scipion l’Africain et donnent presque tout ce qu’ils possèdent, elle illustre en quelque sorte cette théorie politique. Les nobles obéissent au roi parce qu’il est leur seigneur naturel – relation verticale –, et parce qu’il s’agit de défendre leur territoire ainsi que toute la communauté – relation horizontale. La notion d’intérêt général, ou de pro comunal, trouve sa place dans la naturalité car elle regroupe tout à la fois défense du roi, de la terre et de la communauté.

196Le concept de dépendance naturelle ne serait pas complet sans Dieu, puisque Dieu est le Créateur sans qui ni le roi, ni sa terre, ni les hommes n’existeraient.

  • 358 Partida IV, 24, 3.

Con Dios ha ome el mejor debdo, que con otra cosa que ser pueda. E este debdo desciende de natura, porque lo fizo nascer, e le mantiene la vida, e la espera auer del en el otro mundo para siempre, segund su merescimiento: e deuele conoscer, e amar, e temer, por aquellas razones358.

  • 359 C. HEUSCH, « Polysémie de l’amour… », p. 18.

197Carlos Heusch parle à ce sujet des « trois objets de l’amour des citoyens », Dieu, le roi et la terre et précise que « en aimant Dieu ils apprennent à s’aimer les uns les autres dans la concorde ; en aimant leur roi ils acceptent le lien de dépendance naturelle et en aimant la terre ils la rendent prospère »359. En réalité cette trinité construit la communauté, le royaume. Sans Dieu, Alphonse X et la terre-Espagne – plus exactement le royaume de Castille et León –, et la naturalité qui y lie les hommes, il ne peut y avoir de royaume-Espagne.

  • 360 Partida I, 1, 10.

Muy grande es a maravilla el pro que aducen las leyes a los hombres. Pues ellas muestran conocer a Dios, e conociéndole sabrán en que manera lo deben amar e temer. Otrosí les muestra como conocer su señor natural e en qué manera le deben ser obedientes e leales360.

198Les principes qui unissent les hommes à leur roi sont les mêmes que ceux qui les unissent à Dieu. Ils sont fondés sur la connaissance et le respect réunis dans l’amour. Le monarque est le seigneur naturel en son royaume tout comme Dieu est le seigneur naturel de toute le terre.

Vers une définition du royaume-Espagne

199Au terme de sa longue étude justement intitulée Des Goths à la nation gothique, Suzanne Teillet affirme que le regnum Gothorum théorisé et construit par Isidore de Séville constitue une nation, même si le terme peut sembler anachronique pour l’époque.

  • 361 S. TEILLET, op. cit., p. 644.

Après maintes vicissitudes, et beaucoup plus tard, au déclin du Moyen Âge, l'idée de nation réapparaîtra plus solide, apte à se détacher de l'idée de monarchie à laquelle elle était restée liée jusque-là. On peut cependant affirmer qu'elle est déjà présente ainsi que le sentiment national qui l'exprime, dans les textes wisigothiques des VIe et VIIe siècles. Et l'on peut affirmer que c'est à cette époque qu'est née, première des nations d'Europe, dans les provinces romaines de la péninsule Ibérique occupées par les Goths et sous l'influence déterminante d'Isidore de Séville, la nation hispanique361.

  • 362 Ibid., p. 503.
  • 363 Ibid., p. 527.

200En 633, lors du IVe Concile de Tolède, Isidore de Séville définit le Royaume goth, le regnum Gothorum comme « Rex, gens et patria Gothorum »362, c’est-à-dire une patrie commune au roi et au peuple ou à la communauté politique363.

  • 364 Ibid., p. 524-525.
  • 365 Ibid., p. 528 et p. 530.
  • 366 Ibid., p. 528 et p. 625.
  • 367 Ibid., p. 625.

201La gens Gothorum prend vie dans le sens abstrait de « collectivité » ou de « communauté d'intérêts » grâce à la nouvelle unité interne née de la conversion au Catholicisme364. Selon Suzanne Teillet, « le regnum n’est pas seulement la propriété du rex, mais aussi celle de la gens […] qui se partagent en quelque sorte le regnum »365. Chez Isidore, contrairement au royaume franc défini par la formule « rex et gens sua », les Goths ne sont pas uniquement envisagés par rapport au roi et semblent jouir d’une certaine souveraineté politique366. Néanmoins, la gens continue d’exister en référence au roi, surtout que la formule « gens et patria » finit par assimiler le peuple et la terre qui doivent être défendus par le prince367.

  • 368 Ibid., p. 529.
  • 369 Ibid., p. 471.
  • 370 Ibid., p. 532-533, p. 630.

202Quant à la patria, Isidore est le premier à utiliser ce concept en relation avec la « réalité politique wisigothique »368. L’archevêque fait coïncider le début du regnum Gothorum avec l'installation des Goths en Espagne369, le sol d’Espagne constitue donc une part indissociable du Royaume puisqu’il a contribué à lui donner vie, tout comme la conversion a donné vie à la gens. Patria et gens sont parfois substitués par le terme Hispania(s) qui englobe le facteur géographique et le facteur humain pour désigner la nation gothique370.

203Isidore est ainsi le premier à avoir élaboré une idéologie de la communauté humaine qui vivait dans la péninsule Ibérique et son œuvre constitue l’une des principales sources indirectes de la Estoria de España. La conception du royaume qui se détache de notre chronique est-elle pour autant la même ? Le royaume est-il rex, gens et patria ?

Espanna

  • 371 J. Corominas, « Padre », op. cit., p. 432.
  • 372 Étymologies, XIV, 5, 19, p. 190.
  • 373 S. TEILLET, op. cit., p. 531.

204Les législateurs alphonsins n’utilisent pas le mot patria mais tierra, et pour cause patria n’est attesté en castillan qu’au XVe siècle371, mais cela ne signifie pas que le sens qu’ils donnent à tierra soit différent. Isidore définissait ainsi la patrie : « vocata quod communis sit omnium, qui in ea nati sunt »372. Selon cette définition, la patrie est la terre commune à tous ceux qui y sont nés. Patria prend le sens concret de lieu de naissance, comme la petite patrie des poètes latins – in ea nati sunt – ainsi que le sens abstrait de communauté d’intérêt – communis373. On retrouve tout à fait le sens que les Partidas donnent au mot « tierra » qui est le territoire du royaume où les naturales naissent, à la fois point commun et trait d’union, et qui crée la communauté du Royaume et qui fait que les sujets ne sont pas une multitude mais un corps uni.

205Dans la chronique, « tierra » est remplacé par Espanna que les législateurs ne sont pas censés utiliser puisque Alphonse X ne règne pas sur l’Espagne, c’est-à-dire sur la totalité de la péninsule Ibérique. Contrairement aux juristes, les historiographes ne semblent pas tenus de limiter le territoire national aux frontières « étriquées » du royaume de Castille et León – pas si étriquées que cela par rapport aux autres royaumes chrétiens surtout si l’on considère les difficultés pour repeupler les territoires (re)conquis, mais étriquées quand même si l’on considère les aspirations du Roi Sage. Le territoire de la Estoria de España recouvre donc toute la péninsule Ibérique et s’épanouit même au-delà des Pyrénées et de la Méditerranée. Même si les limites de l’Espagne varient parfois, Espanna prend le sens concret et abstrait de la patrie isidorienne. La réalité géographique donne une réalité communautaire à ceux qui naissent sur le sol dEspanna. Espanna est même plus fort que patria et tierra, car elle se substitue et désigne le royaume tout entier. Espanna recouvre la terre, le roi et ses sujets et les personnifie tout à la fois.

Espannoles

206Juristes et historiographes utilisent encore afin de désigner l’ensemble des habitants un vocabulaire différent. Le peuple est souvent appelé dans le récit des origines « espannoles » ou « los de Espanna », tandis que les Partidas utilisent l’expression vague de « los del reyno ».

  • 374 Ibid., p. 528.

207Suzanne Teillet indique que pour Isidore la gens avait un sens politique en tant que communauté active à côté du roi. Elle parle même au sujet de la gens d’une certaine « autonomie »374 dans le sens où cette gens forme une communauté à part entière dans la formule tripartite rex, gens et patria. Dans la Estoria de España par contre, il n’y a pas de place pour une quelconque communauté politique. Le roi capte tous les pouvoirs, toute la lumière, et il surplombe tout le royaume. Le peuple espagnol ne peut donc en aucun cas être compris comme la gens gothorum définie par Isidore. Toutefois, le roi ne peut exercer son pouvoir s’il n’a pas de sujets. C’est là le paradoxe du terme « espannoles » dans la chronique. D’un côté ils sont effacés, délibérément gommés : ces « espannoles » ont une existence floue et restent cantonnés à l’arrière-plan de la scène historique, réservée aux rois. Parfois la noblesse apparaît, soit par son exemplarité soit par sa félonie, mais elle ne joue pas vraiment un rôle déterminant et retourne ensuite à son anonymat. D’un autre côté, il faut bien que le peuple existe, qu’il forme le corps du royaume, et pas n’importe quel corps puisqu’il s’agit du nouveau peuple élu. En fait, ils sont même indispensables, mais on ne les voit pas ou peu, on les devine en filigrane. Les Espagnols ne sont pas une communauté politique, ce sont des naturales que la Providence a en quelque sorte fait naître en Espagne sous la seigneurie de ses rois.

208Le concept de naturalité est bien une des clés de la Estoria de España. Bien sûr la terre crée la communauté, dans le sens où elle unit ceux qui y sont nés, et bien sûr les Espagnols constituent le corps du royaume, mais dans la chronique plus qu’avec les hommes, la terre fait surtout sens avec le roi. La terre-Espagne ne suffit pas à donner vie aux Espagnols. Les Espagnols existent, l’histoire du royaume-Espagne existe, uniquement parce qu’il y a un roi à leur tête. D’ailleurs, le tout premier devoir des rois dans la chronique est bien de donner vie. Dieu a créé la terre et les hommes, mais ce sont les rois qui lui ont donné une histoire, qui l’ont fondée, nommée, structurée et peuplée. C’est parce qu’il y a eu ces rois fondateurs, que l’Espagne a une histoire et qu’elle existe. Tout cela est rendu possible par la figure royale, primordiale, centrale et totalisatrice du récit.

  • 375 Voir le chapitre suivant.
  • 376 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333 : « l’histoire d’Espagne était d’abord celle de la rencon (...)

209Il existe donc une dichotomie entre d’un côté Isidore de Séville et Jiménez de Rada, et de l’autre Alphonse X. Pour les deux premiers chroniqueurs, c’étaient les Goths qui comptaient et qui donnaient vie à l’Espagne, qui l’incarnaient375. Alors que dans la Estoria de España, c’est le sol qui « prime »376, l’histoire ne s’articule plus autour des Goths, mais autour de la terre-Espagne.

  • 377 PCG, 107, p. 84, 32b-35b.
  • 378 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.
  • 379 I. Fernández-ordóñez, Las Estorias…, p. 19-26.

210Les rédacteurs expliquent d’ailleurs eux-mêmes pourquoi ils parlent des Romains : « por que en los fechos de los romanos tanne mucho de los de Espanna, por esso non podemos escusar que no fablemos dellos »377. La chronique regroupe donc en diachronie et en synchronie l’histoire de tous ceux qui y ont exercé le pouvoir, indépendamment de l’ethnie378. L’axe du récit est en effet ce que les rédacteurs appellent le « sennorio ». La continuité du récit s’organise autour de la ligne chronologique du pouvoir, de ceux qui détiennent le sennorio sur l’Espagne379.

  • 380 PCG, 107, p. 84, 32b-33b.

211La chronique parle de « fecho(s) de los romanos »380, « fecho(s) de los godos » mais en réalité le sujet n’est ni les Romains ni les Goths, mais bien les princes romains et les princes goths. Le roi est la tête du royaume, il est donc naturellement le critère, le principe organisateur de la chronique. Le principe fondamental de l’organisation de la Estoria de España, le fil conducteur, ce qui donne du sens à cette disparité ethnique, est le couple « terre / roi ». D’une certaine façon la chronique est une mise en scène de la naturalité au cours du temps. La naturalité fonde le sennorio (et la loyauté qui doit l’accompagner) en tant que coïncidence de la terre et du pouvoir que le roi exerce sur celle-ci. L’histoire de l’Espagne existe au travers du pouvoir que les rois ont exercé sur la terre, en d’autres termes, c’est le pouvoir du roi sur la terre-Espagne qui donne vie au royaume-Espagne et aux Espagnols.

Notes

1 Partida II, 1, 5.

2 Ibid., 9, 6.

3 Alexander MAREY, « El rey, el emperador, el tirano: el concepto del poder e ideal político en la cultura intelectual alfonsina », Cuadernos de historia del derecho, 21, 2014, p. 229-242, p. 234 : « Juan de Salisbury en el texto del Policraticus, citando a Plutarco, afirma que el príncipe ocupa el lugar de la cabeza de su república mientras que el senado tiene el papel del corazón de ella (Policraticus, V. 6 : Sequitur ut eius imitantes vestigia de membris reipublicae dispiciamus. Dictum est autem principem locum obtinere capitis, et qui solius mentis regatur arbitrio) ».

4 Ibid., p. 240. Voir aussi Péter Molnár, « Saint Thomas d'Aquin et les traditions de la pensée politique », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 69, 2002, p. 67-113.

5 Fuero Real, I, 2, 2.

6 J. Corominas, « Noble », op. cit., p. 415.

7 PCG, 11, p. 13, 4a : « lauores » ; 56, p. 38, 44a : « sepulcro » ; 57, p. 38, 50b : « bodas » ; 70, p. 51, 43b : « cosas » ; 105, p. 82, 30a « fechos »…

8 Ibid., 10, p. 12, 42a-43a : « Caliz » ; 55, p. 37, 10ª ; 58, p. 39, 38a ; 59, p. 40, 14a et 59, p. 42, 32a : « Carthago »…

9 Ibid., prologue, p. 4, 7a-8a.

10 Ibid., 12, p. 13, 15b.

11 Ibid., 80, p. 58, 24ª ; 164, p. 115, 51a-52a ; 172, p. 122, 36b.

12 Ibid., 167, p. 118, 51a-52a.

13 Ibid., 523, p. 292, 40b-42b : « por mandado de los altos omnes et de los alcaldes del palacio que estauan en iuyzio » et 523, p. 293, 12a-14a : « todos los ricos omnes et los altos sennores et los alcaldes del palacio dieron por iuyzio et por sentencia ».

14 Ibid., 564, p. 319, 23a-26a : « los moros pusieran sus alcaldes en cada logar que cogiessen las rendas et los tributos de los omnes ».

15 Ibid., 513, p. 283, 36b-38b.

16 Ibid., 554, p. 307, 35b-37b.

17 Ibid., 10, p. 11, 18b.

18 Ibid., 539, p. 300, 23b-25b.

19 Ibid., 505, p. 279, 20a-21a ; 508, p. 281, 24a-25a ; 509, p. 281, 7b-8b.

20 Ibid., 548, p. 304, 20a-22a.

21 Ibid., 12, p. 13, 46a.

22 Ibid., 59, p. 42, 2a.

23 Ibid., 64, p. 48, 8a-9a.

24 Ibid., 5, p. 8, 30b-31b.

25 Ibid., 30, p. 22, 5a-7a.

26 Ibid., 22, p. 18, 11a-19a.

27 Ibid., 318, p. 189, 9a-10a.

28 Ibid., 319, p. 191, 39a-40a.

29 Ibid., 178, p. 127, 31a-37a.

30 Ibid., 66, p. 50, 11b-12b.

31 Ibid., 84, p. 61, 47a-50a.

32 Ibid., 549, p. 304, 13b-18b.

33 Ibid., 497, p. 276, 10a.

34 Ibid., 499, p. 276, 25b-26b.

35 Ibid., 78, p. 56, 33b-36b.

36 Ibid., 53, p. 35, 2a-3a.

37 Ibid., 87, p. 63, 12b-13b.

38 Ibid., 423, p. 241, 23a-24a.

39 Ibid., 525, p. 294, 28a.

40 Ibid., 70, p. 52, 10a-11a.

41 Ibid., 210, p. 152, 3b-4b.

42 Partida II, 9, 6.

43 J. Valdeón Baruque, Alfonso X…, p. 89.

44 PCG, 7, p. 10, 23a-28a.

45 Ibid., 7, p. 10, 5a-8a.

46 Ibid., 8, p. 10, 27b-32b.

47 Ibid., 8, p. 10, 55b-56b.

48 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 208-209.

49 PCG, 27, p. 20, 7a-14a.

50 Ibid., 28, p. 20, 53b-p. 21, 31a.

51 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 110, M. González Jiménez, op. cit., p. 125-127.

52 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 162-165.

53 PCG, 28, p. 20, 7b-10b.

54 Ibid., 28, p. 21, 34a-43a.

55 Ibid., 78, p. 56, 45b-49b ; 85, p. 61, 18b-23b ; 129, p. 100, 48b-52b ; 135, p. 102, 18b-21b…

56 Ibid., 125, p. 99, 19b-23b.

57 Partida II, 9, 6.

58 PCG, 23, p. 18, 7b-22b.

59 Ibid., 55, p. 36, 11b-25b.

60 Ibid., 55, p. 36, 25b-30b.

61 Ibid., 55, p. 37, 23a-30a.

62 Ibid., 40, p. 27, 25a-34a.

63 Ibid., 70, p. 52, 1a. En réalité, il n’est pas le petit-fils biologique de Scipion l’Africain, il est devenu son petit-fils par adoption en étant adopté par le fils aîné de ce dernier et en épousant sa petite-fille Sempronia.

64 Ibid., 70, p. 52, 6a-13a.

65 Partida II, 9, 6 : « otrosi deuen los Ricos omes ser esforçados, e rezios, para amparar su Señor, e a su tierra ; e para acrescentar su Reyno, a honrra del, e dellos ».

66 PCG, 70, p. 52, 13a-17a.

67 Ibid., 70, p. 52, 24a-27a.

68 Ibid., 70, p. 52, 32a-38a.

69 Ibid., 70, p. 52, 27a-32a.

70 Ibid., titre 120, p. 96.

71 Ibid., 120, p. 96, 20b-43b.

72 Suétone, op. cit., César, 82, p. 57.

73 PCG, 559, p. 314, 32a-10b.

74 Ibid., 559, p. 314, 34a-7b.

75 Ibid., 559, p. 314, 4b. Vimara n’est pas un roi et Fruela est le successeur d’Alphonse Ier, son règne est donc postérieur à la chute du Royaume wisigoth. Néanmoins, Jiménez de Rada et le Roi Sage l’incluent dans cette liste, probablement pour renforcer les crimes dont certains ont été capables afin de monter sur le trône.

76 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 104-107.

77 Ibid., p. 266-273.

78 Ibid., p. 309.

79 Ms. Ss, fol. 66v°, cité par I. Fernández-Ordóñez, « Variación en el modelo historiográfico alfonsí… », § 33.

80 Partida II, 1, 10.

81 Ibid., 1, 10.

82 À ce sujet voir Suzanne TEILLET, « L'Histoire Wambae est-elle une œuvre de circonstance? », Antigüedad y cristianismo, Los visigodos, historia y civilización, 3, 1986, p. 415-424 ; Isabel VELÁZQUEZ SORIANO, « Wamba y Paulo: dos personalidades enfrentadas y una rebelión », Revistas Espacio, Tiempo y Forma, Serie II, Historia Antigua, 2, 1989, p. 213-222 ; Gregorio GARCÍA HERRERO, « El reino visigodo en la concepción de Julián de Toledo », Antigüedad y cristianismo : Monografías históricas sobre la Antigüedad tardía, 12, 1995, p. 385-422 ; et id. « Julián de Toledo y la realeza visigoda », Antigüedad y cristianismo : Monografías históricas sobre la Antigüedad tardía, 8, 1991, p. 201-256.

83 PCG, chapitres 513 à 525, p. 583-594.

84 Ibid., 513, p. 284, 18a-20a.

85 Ibid., 513, p. 284, 12b-17b.

86 Ibid., 513, p. 284, 6b-7b.

87 Ibid., 513, p. 284, 17b-18b.

88 Partida II, 1, 10.

89 PCG, 514, p. 284, 38b-40b.

90 Ibid., 515, p. 285, 17a-20a.

91 Ibid., 514, p. 284, 41b.

92 Ibid., 515, p. 285, 21a-28a.

93 Ibid., 523, p. 17b-21b.

94 Suzanne Teillet fait néanmoins remarquer qu’il était courant de faire prêter serment à une ville dont on vient de s'emparer : S. TEILLET, op. cit., p. 592.

95 PCG, 515, p. 285, 32a-38a.

96 S. TEILLET, op. cit., p. 591-592.

97 Ibid., p. 592.

98 PCG, 515, p. 285, 44a-52a, et 517-518, p. 286-287.

99 Ibid., 520, p. 288, 36b-37b, et 522, p. 291, 17b-18b.

100 Ibid., 515, p. 285, 2b-14b.

101 Ibid., 519, p. 287, 15b-16b.

102 Ibid., 520, p. 289, 6b-8b.

103 Ibid., 519, p. 287, 19b-20b.

104 Ibid., 520, p. 289, 47b-48b.

105 Ibid., 519, p. 287, 20b.

106 Ibid., 519, p. 287, 22b.

107 Ibid., 519, p. 287, 24b-26b.

108 Ibid., 520, p. 289, 12b-13b.

109 Ibid., 520, p. 290, 11a-12a.

110 Ibid., 521, p. 290, 20b-23b.

111 Ibid., 522, p. 292, 16a-22a.

112 Ibid., 519, p. 287, 31b-33b.

113 Ibid., 519, p. 288, 31a-32.

114 Ibid., 519, p. 288, 42a-44a.

115 Ibid., 519, p. 288, 9b-10b.

116 Ibid., 521, p. 290, 18b-20b.

117 Ibid., 522, p. 291, 50b-53b.

118 Ibid., 521, p. 290, 39a-20b et 33b-47b.

119 Ibid., 521, p. 290, 45b-47b.

120 Ibid., 521, p. 290, 47b-49b.

121 Ibid., 522, p. 292, 35a-41a.

122 Ibid., 517, p. 286, 2b-10b.

123 Ibid., 522, p. 292, 35a-41a.

124 Ibid., 522, p. 291, 3b-6b.

125 Ibid., 522, p. 292, 28a-32a.

126 Ibid., 523, p. 293, 19a-21a.

127 Ibid., 525, p. 294, 22a-39a.

128 S. TEILLET, op. cit, p. 595.

129 Ibid., p. 517, Sent. 3, 50, 2 « multi aduersus principes coniurationis crimine deteguntur, sed probare oulens Deus clementiam principum, illos male cogitare permittit, istos non deserit ».

130 M. González Jiménez, op. cit., p. 333.

131 PCG, 516, p. 285, 37b ; 519, p. 287, 21b ; 520, p. 288, 35b-36b, 39b, p. 289, 14a ; 522, p. 291, 34a et 523, p. 292, 32b.

132 Ibid., 513, p. 284, 1b-4b

133 Ibid., 523, p. 292, 13b-17b.

134 Ibid., 519, p. 288, 32a-38a.

135 C’est l’avis de José Manuel Nieto Soria, « Rex inutilis y tiranía en el debate político de la Castilla bajomedieval », in : François Foronda, Jean-Philippe Genet et José Manuel Nieto Soria (éd.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid : Casa de Velázquez, 2005, p. 73-92.

136 Fuero Real, I, 2, 1.

137 Ibid., I, 2, 2.

138 Ibid., I, 2, 1.

139 Irina Nanu, La « Segunda Partida » de Alfonso X el Sabio y la tradición occidental de los « specula principum ». Thèse de doctorat soutenue en 2013, p. 271-272.

140 A. MAREY, art. cit., p. 237.

141 Fuero Real, I, 2, 2.

142 A. MAREY, art. cit., p. 241.

143 PCG, 423, p. 241, 40a-42a.

144 Ibid., 481, p. 267, 35a-38a.

145 Ibid., 600, p. 343, 43a-45a.

146 Ibid., 453, p. 256, 24a-27a.

147 Ibid., 453, p. 256, 22a-23a.

148 Ibid., 453, p. 256, 27a-30a.

149 Ibid., 404, p. 228, 23b-24b.

150 D. LETT, op. cit., p. 241.

151 PCG, 525, p. 293, 49b-51b.

152 Ibid., 167, p. 118, 48a-51a.

153 Ibid., 179, p. 129, 34b-40b.

154 Partida II, 1, 5.

155 Ibid., 23, 1.

156 PCG, 91, p. 67, 19a-20a.

157 Ibid., 78, p. 57, 14b-26b.

158 Ibid., 81, p. 59, 49a-51a.

159 Ibid., 86, p. 62, 8a-17a.

160 Ibid., 90, p. 65, 53a-1b.

161 Ibid., 90, p. 65, 31b-34b.

162 Ibid., 90, p. 65, 47b.

163 Ibid., 90, p. 65, 50b-51b.

164 Pompée a épousé Julia, la fille de César, ibid., 79, p. 57, 37b-40b, et 91, p. 66, 12b-14b. Selon la chronique, Julia aurait maintenu la paix entre son père et son mari jusqu’à sa mort (en 54 av. J.-C.), 91, p. 66, 51b-56b.

165 Ibid., 92, p. 67, 44b-48b.

166 Ibid., 78, p. 57, 26b-32b.

167 Ibid., 79, p. 57, 41b-43b.

168 Ibid., 97, p. 72, 19b-29b.

169 Ibid., 97, p. 72, 30b-40b.

170 Ibid., 97, p. 72, 44b-54b.

171 Ibid., 97, p. 73, 1a-21a.

172 Ibid., 98, p. 73, 27a-p. 74, 20a.

173 Ibid., 97, p. 73, 18a-20a.

174 Ibid., 98, p. 73, 28b.

175 Ibid., 90, p. 65, 42a-49a et 11b-17b.

176 Ibid., 90, p. 66, 8a-10a.

177 Ibid., 86, p. 62, 23a-25a.

178 Ibid., 117-118, p. 93-94.

179 Ibid., 341 et 342, p. 199.

180 Ibid., 342, p. 199, 17b-21b.

181 Ibid., 558, p. 312, 5a-13a.

182 Ibid., 559, p. 314, 12a-21a.

183 Ibid., 52, p. 33, 23b-27b.

184 Ibid., 28, p. 20, 48a-52a.

185 Ibid., 28, p. 20, 20b-41b.

186 Ibid., 28, p. 20, 49b-52b.

187 Ibid., 28, p. 20, 53b-p. 21, 31a.

188 Ibid., 516, p. 285-286.

189 Partida II, prologue.

190 Ibid., 1, 5.

191 Ibid., 1, 6

192 Partida I, 2, 5.

193 A. MAREY, art. cit., p. 233.

194 Partida II, 1, 5.

195 Ibid., 1, 6.

196 S. TEILLET, op. cit., p. 520.

197 La Bible…, Épître aux Romains 13 :1.

198 Isidore de Séville, Sententiae, 3, 48, 5, cité par S. TEILLET, op. cit., note 124, p. 520.

199 Ibid., 3, 49, 3, cité par S. TEILLET, op. cit., note 124, p. 520.

200 La Bible..., Apocalypse 17 :14 et 19 :16. Partida II, 1, 6 : « señaladamente tomo el Rey nome de nuestro Señor Dios, ca assi como el es dicho Rey sobre todos los Reyes ».

201 PCG, 441, p. 249, 37b-40b.

202 Ibid., 329, p. 196, 30a-5b.

203 Ibid., 329, p. 196, 7b-40b.

204 Ibid., 329, p. 196, 5b-7b.

205 Ibid., 459, p. 258, 43b-45b.

206 Ibid., 527, p. 295, 30a-17b.

207 Ibid., 527, p. 295, 21a-30a.

208 Ibid., 527, p. 295, 29a-30a.

209 Ibid., 528-535, p. 295-298.

210 Ibid., 535, p. 298, 35b-36b.

211 Ibid., 536, p. 298, 43b-45b.

212 Ibid., 504, p. 278, 6b-10b.

213 Ibid., 319, p. 190, 52b-53b.

214 Ibid., 319, p. 191, 1a-32a.

215 Ibid., 319, p. 192, 11b-20b.

216 Les Acéphales appartenaient à un courant du monophysisme, une doctrine qui ne reconnaît que la nature divine du Christ. À la différence des Monophysites, et comme l’indique leur nom, les Acéphales n’ont pas de chef spirituel.

217 PCG, 490, p. 272, 45a-49a.

218 Ibid., 490, p. 272, 42a-44a.

219 E.A THOMPSON, op. cit., p. 265 et p. 319-320.

220 E. A. Thompson, op. cit., p. 208-212, 264-265, 320.

221 Ibid., p. 334-335.

222 PCG, 497, p. 276, 10a.

223 Ibid., 499, p. 276, 25b-26b.

224 Ibid., 507, p. 280, 24b.

225 Ibid., 539, p. 300, 33b.

226 Ibid., 505, p. 279, 20a-21a.

227 Ibid., 508, p. 281, 24a-25a.

228 Ibid., 509, p. 281, 7b-8b.

229 Ibid., 548, p. 304, 20a-22a.

230 Ibid., 499, p. 276, 25b-26b.

231 E. A. Thompson, op. cit., p. 320.

232 PCG, 545, p. 303, 21a-23a.

233 Ibid., 543, p. 302, 32a-35a.

234 E. A. THOMPSON, op. cit., p. 321.

235 PCG, 476, p. 264, 10b-15b.

236 Ibid., 507, p. 280, 37b-41b.

237 Ibid., 502, p. 278, 7a-9a.

238 Ibid., 513, p. 284, 24a-26a.

239 Les rois n’assistaient pas toujours aux débats (E. A. Thompson, op. cit., p. 216-218). La chronique précise d’ailleurs qu’Egica s’est présenté en personne au XVIIe Concile, ce qui peut sous-tendre que cela sort de l’ordinaire, PCG, 545, p. 303, 18a-19a.

240 E. A. Thompson, op. cit., p. 317-318.

241 Partida I, 5, 17-27.

242 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 78-79 et p. 93.

243 PCG, 504, p. 278, 21b-p. 279, 1a.

244 Ibid., 504, p. 278, 18b-21b.

245 Ibid., 513, p. 284, 34a-12b.

246 Ibid., 513, p. 284, 2b-4b.

247 Ibid., 513, p. 284, 4b-5b.

248 Ibid., 519, p. 287, 29b (Ramire), 519, p. 288, 7b (Gumild) et 515, p. 285 48a-49a (tous les deux).

249 Ibid., 519, p. 288, 8b-9b.

250 Ibid., 513, p. 284, 11b-15b.

251 On pourrait même parler d’un triple crime puisque les Conciles de Tolède interdisaient les rébellions.

252 PCG, 550, p. 304, 37b-40b.

253 Ibid., 568, p. 324, 2a-3a.

254 Ibid., 552, p. 306, 20b-22b et 568, p. 324, 4a-6a.

255 Ibid., 555, p. 308, 49b-p. 309, 2a.

256 La Bible…, Jean 10 :11-12.

257 Ibid., Psaume 23 (22).

258 PCG, 552, p. 306, 23b-25b.

259 Ibid., 559, p. 313, 13b-21b.

260 Ibid., 566, p. 321, 27b-29b.

261 Ibid., prologue, p. 4, 7b-11b.

262 Ibid., 566, p. 321, 21b-25b.

263 Ibid., 568, p. 322, 30b-35b.

264 Ibid., 568, p. 322, 35b-p. 323, 7a.

265 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 82-88. Depuis Ferdinand III, la Couronne prélevait un tiers de la dîme pour financer la Reconquête. Alphonse X avait promis d’y renoncer mais il ne l’a pas fait. Il demande aussi au clergé de l’aider à payer sa dette au Pape.

266 H. S. Martínez, op. cit., p. 351. Le ius spolii est le droit qu’avait le roi à s’approprier les biens du diocèse à la mort de l’évêque.

267 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 88.

268 Ibid., p. 92.

269 Nous empruntons cette expression à Suzanne Teillet, op. cit., p. 513.

270 E. A. THOMPSON, op. cit., p. 329.

271 Ibid., p. 354-355.

272 Ibid., p. 356.

273 S. Teillet, op. cit., p. 553. E. A. Thompson, op. cit., p. 356-357. Les règnes de Chindaswinthe et Réceswinthe marquent de ce point de vue là une rupture. Ils balayent le droit romain et les Hispano-romains expulsés du gouvernement perdent leur pouvoir, peut-être même au sein de l’Église mais ce n’est pas sûr. En tout cas cette purge indique qu’il demeurait un antagonisme entre les deux ethnies, mais rien ne le montre dans les sources. L’auteur se demande ce qui pouvait encore les séparer ou les opposer et envisage une éventuelle distinction linguistique.

274 S. TEILLET, op. cit., p. 499.

275 PCG, 476, p. 264, 8b-10b.

276 De Rebus Hispaniae, II, 15, p. 62, 14-15. DRH trad., p. 108 : « renegando, junto con los obispos, los cortesanos, el clero, el ejército y todo el pueblo ».

277 À propos des intérêts pro-nobiliaires de Jiménez de Rada, voir Amaia ARIZALETA, « Ut lector agnosceret: discurso y recepción en la obra de Rodrigo Jiménez de Rada (primera mitad del siglo XIII) », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 26, 2003, p. 163-186, p. 176-181.

278 Chronicon Mundi, II, 72, p. 156. CM trad., p. 190.

279 S. Teillet, op. cit., p. 527.

280 PCG, 476, p. 264, 49a-50a.

281 Ibid., 476, p. 264, 2b-4b.

282 Ibid., 476, p. 264, 15b-16b.

283 Chronicon Mundi, II, 72, p. 156-157, 10-27. CM trad., p. 191.

284 Ibid., II, 71, p. 156, 2-3. CM trad., p. 190.

285 Ibid., II, 72, p. 157, 20-24. CM trad., p. 191 : « a los godos les amonestó que creyesen el Padre y el Hijo y el Spiritu Sancto, tres cosas según la distinción de las personas y vna cosa según la diuinidad de la natura, ser vn Dios; y después que ellos lo creyeron, primeramente les dio mandamientos y oficios ecclesiasticos de que vsasen ».

286 Ibid., II, 72, p. 157, 25-27. CM trad., p. 191 : « Leandro, después de muchos trabajos que sofrió por la fee de Christo, y después que ganó la paz de la yglesia, dio el spiritu al cielo ».

287 S. TEILLET, op. cit., p. 509, 590.

288 PCG, 470, p. 263, 2a-6a.

289 Ibid., 513, p. 284, 22a-23a.

290 S. TEILLET, op. cit., p. 609

291 Ibid., p. 613.

292 À propos de cette double onction, voir ibid., p. 609.

293 La Bible…, ISamuel 16 :13.

294 Ibid., II Samuel 2 :4.

295 Étymologies, VII, 2, 2, p. 632.

296 S. TEILLET, op. cit., p. 617.

297 Ibid., p. 620

298 S. TEILLET, op. cit., p. 615. 

299 La Bible…, Nombres 9 :17-18.

300 J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 47-48. Voir aussi Adeline RUCQUOI, « De los reyes que no son taumaturgos: los fundamentos de la realeza en España », Relaciones, Estudios de Historia y Sociedad, 51, XIII, 1992, p. 55-100.

301 S. TEILLET, op. cit., p. 613-614, et M. González Jiménez, op. cit., p. 267.

302 Robert FOLZ, Le couronnement impérial de Charlemagne, Paris : Gallimard, 2008, p. 183-189. En 1804, lors de son sacre en présence du Pape Pie VII, Napoléon Ier se pose lui-même la couronne sur la tête.

303 PCG, prologue, p. 4, 21a-22a.

304 À ce sujet voir Ghislaine Fournès, « Alphonse X, auteur et acteur des Cantigas de Santa María », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23, 2000, p. 349-361.

305 S. TEILLET, op. cit., p. 610.

306 De Rebus Hispaniae, III, 1, p. 120, 12-15. DRH trad., p. 120 : « fue consagrado rey […]. Y todos confirmaron espontáneamente esta elección y juraron lealtad a él y a la patria […]. Y una vez revestido de la pompa real hizo profesión de la fe católica ante el altar divino ».

307 PCG, 513, p. 284, 13a-24a.

308 Ibid., 552, p. 306, 16b-17b.

309 Ibid., 560, p. 314, 19b-21b.

310 La Bible…, Genèse 8 :4 : « et, au septième mois, au dix-septième jour du mois, l’arche s’arrêta sur les monts d’Ararat ».

311 PCG, 567, p. 322, 5b-7b.

312 Ibid., 568, p. 323, 33b-40b.

313 P. HENRIET, « Le jour où la “ reconquête ” commença… », 9.

314 PCG, 565, p. 320, 11a.

315 Ibid., 575, p. 328, 32a-33a.

316 Ibid., 570, p. 325, 10a-20a.

317 Chronicon Mundi, IV, 5, p. 228, 10-18. CM trad., p. 278 : « mas la gente de los godos, asi como quien se leuanta de su sueño, escomençó a buscar poco a poco por el orden de los padres (de buscar) las costumbres de los antiguos derechos y guardarlos, en la batalla, [seguir] (en) las señales y [en] el reyno [guardar] el mandamiento legítimo, y en la paz de fundar las yglesias y de orar con estudio muy devoto ; y primeramente y principal alaba[ban] a Dios con toda affiçion de voluntad que dio a ellos muy pocos vençer la muchedumbre de los enemigos. Venian a ellos todos los godos que eran esparzidos por las Gallas y por las otras comarcas, y combatian los caldeos con mano valiente ».

318 De Rebus Hispaniae, IV, 4, p. 120, 12-16. DRH trad., p. 165 : « los godos que no habían tenido posibilidad de huir, al oír que la mano del Señor no había abandonado a los suyos, se marcharon junto al príncipe Pelayo a escondidas y con disimulo, y en su celo por la ley y su emulación por la justicia de los Macabeos prefirieron morir en defensa de la fe ».

319 PCG, 184, p. 136, 48b-53b.

320 Le Pape Boniface III (607) obtient de Phocas (empereur byzantin de 602 à 610) que Rome devienne « cabeça de todas las eglesias de los cristianos », ibid., 476, p. 265, 6a-9a.

321 Ibid., 564, p. 318, 41b-p. 319, 3a : « quiso por ende guardar all infante don Pelayo pora ante la su faz, assi como una pequenna centella de que se leuantasse después lumbre en la tierra. Este don Pelayo fuxiera ante Vitiza quandol quisiera cegar ». La métaphore est d’autant plus forte que Witiza voulait énucléer Pelayo. Celui qui aurait dû devenir aveugle devient la lumière des Espagnols.

322 Fuero Real, I, 1, 2.

323 Siete Partidas, prologue.

324 Partida II, 1, 5.

325 Ibid., 1, 6.

326 Ibid., 1, 7.

327 La Bible…, Proverbes 20 :8.

328 Fuero Real, I, 2, 2.

329 Partida I, 1, 12.

330 Ibid., 151, p. 108, 54a-56a.

331 Ibid., 209, p. 152, 24a-26a.

332 Ibid., 211, p. 153, 13a-15a.

333 Ibid., 513, p. 284, 24a-26a.

334 Ibid., 56, p. 37, 42b-53b.

335 Ibid., 56, p. 38, 1a-14a. C’est aussi l’occasion de poser la question du pouvoir au féminin et de ses éventuelles limites. À ce sujet voir Ghislaine FOURNÈS, « Didon dans l’historiographie alphonsine », e-Spania, 1, 2006.

336 PCG, 109, p. 87, 31b-35b.

337 Ibid., 513, p. 284, 18a-20a.

338 Ibid., 520, p. 288, 44b.

339 Ibid., 523, p. 38b-40b.

340 C. HEUSCH, « Polysémie de l’amour… », p. 18.

341 Georges MARTIN, « Le concept de “ naturalité ” (naturaleza) dans les Sept parties d’Alphonse X le Sage », e-Spania, 5, juin 2008, § 7.

342 Partida IV, 24, 3.

343 G. MARTIN, « Le concept de “ naturalité ”… », § 11-13.

344 Ibid., § 13.

345 Ibid., § 14.

346 Carlos Heusch, « La construction de la naturalité dans les Parties d’Alphonse X », in : Jean-Pierre Jardin, Patricia Rochwert-Zuili, Hélène Thieulin-Pardo (éd.), Histoires, femmes et pouvoirs. Péninsule Ibérique (IXe-XVe siècle). Mélanges offerts au Professeur Georges Martin, Paris : Classiques Garnier, 2018, p. 603-617, p. 610. Dès la fin du XIIe et pendant tout le XIIIe siècle, les juristes européens et, notamment bolonais, réfléchissent à ce qu’on pourrait appeler une « naturalisation » du droit, à la manière dont on peut penser un droit fondé justement sur la natura (p. 603 et p. 609). L’on peut avancer à cela une raison pratique. La natura intervient beaucoup dans les textes scientifiques du Roi Sage (p. 108), ce qui aurait pu entraîner une éventuelle confusion avec la nature physique des choses. Natura se réfère ainsi à l’ordre physique du monde, tandis que naturaleza se réfère à la dépendance politique. Ces deux termes permettent de « distinguer organisation physique et organisation politique du monde, même si, comme il le dira lui-même, celle-ci découle, en quelque sorte, de celle-là » (p. 110). Partida IV, 24, 1 : « e el departimiento que ha entre natura e naturaleza es este: ca natura es una virtud que faze ser todas las cosas en aquel estado que Dios las ordeno. Naturaleza es cosa que semeja a la natura e que ayuda a ser e mantener todo lo que desciende della ».

347 G. MARTIN, « Le concept de “ naturalité ”… », § 15.

348 Ibid., § 15.

349 Partida II, 13, 11.

350 G. MARTIN, « Le concept de “ naturalité ”… », § 5.

351 A. MAREY, art. cit., p. 240.

352 Partida IV, 24, prologue.

353 Ibid., 24, 1.

354 C. Heusch, « La construction de la naturalité… », p. 614.

355 Partida IV, 24, 4, titre.

356 Ibid., 24, 4.

357 G. Martin, « Le concept de “ naturalité ”… », § 19.

358 Partida IV, 24, 3.

359 C. HEUSCH, « Polysémie de l’amour… », p. 18.

360 Partida I, 1, 10.

361 S. TEILLET, op. cit., p. 644.

362 Ibid., p. 503.

363 Ibid., p. 527.

364 Ibid., p. 524-525.

365 Ibid., p. 528 et p. 530.

366 Ibid., p. 528 et p. 625.

367 Ibid., p. 625.

368 Ibid., p. 529.

369 Ibid., p. 471.

370 Ibid., p. 532-533, p. 630.

371 J. Corominas, « Padre », op. cit., p. 432.

372 Étymologies, XIV, 5, 19, p. 190.

373 S. TEILLET, op. cit., p. 531.

374 Ibid., p. 528.

375 Voir le chapitre suivant.

376 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333 : « l’histoire d’Espagne était d’abord celle de la rencontre d’un espace géographique et du peuple wisigoth. Une approche localiste et ethnique : faits des Romains, des Suèves, Alains et Vandales, des Arabes, n’étaient convoqués qu’à la périphérie d’une histoire d’Espagne dont l’axe était la destinée des Goths ». Voir le chapitre suivant.

377 PCG, 107, p. 84, 32b-35b.

378 G. MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 333.

379 I. Fernández-ordóñez, Las Estorias…, p. 19-26.

380 PCG, 107, p. 84, 32b-33b.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/3387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5k

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search