Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Quatrième partie – Identité du pouvoir et pouvoir de l’identité

Introduction

Texte intégral

1La Estoria de España en définissant l’Espagne et en mettant en mots les vertus et les crimes royaux rend compte de l’idéel royal du Roi Sage. Ce faisant le récit historiographique construit également une image de la société et du royaume. En effet, l’histoire de l’Espagne ne se réduit pas à une définition du territoire et au portrait moral du prince idéal. Ces éléments, bien qu’essentiels, ne suffisent pas à construire une image complète du royaume. Outre le lieu où s’exerce le pouvoir royal, la terre est aussi un espace de rencontre entre les différents acteurs du royaume et où l’on peut observer le rôle qui est dévolu à chacun.

2La mise en scène des relations entre le roi, la noblesse et le clergé au sein du royaume devrait faire émerger une image du pouvoir, ou plutôt une succession d’images, à divers moments du récit, c’est-à-dire en synchronie. S’agissant d’un récit des origines, la sélection d’une certaine mémoire plutôt que d’une autre, propose, semble-t-il, une vision du pouvoir à travers le temps, en diachronie. L’étude en diachronie et en synchronie des manifestations du pouvoir et des évocations du passé que construit le récit des origines, devrait permettre de mettre au jour ce que furent, selon le Roi Sage, les fondements du pouvoir ainsi que l’essence, l’identité même de l’Espagne.

3En effet, si Alphonse X met bien en histoire la mémoire de l’Espagne, il s’agit de sa conception de la mémoire, et il convient donc de se demander de quelle mémoire il s’agit, et in fine, de déterminer si l’idéal qui apparaît dans le récit des origines correspond au modèle historiographique dont le souverain se veut le continuateur ou s’il s’en éloigne au contraire.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search