Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Troisième partie – La figure royale

Chapitre 2 - Contre-modèles : une exemplarité à rebours

Texte intégral

1Dans la chronique alphonsine, les rois exemplaires sont guidés par leur sagesse qui leur permet de se comporter en conformité avec la Loi divine. La prudence, la mesure sont des qualités essentielles, ce sont elles qui permettent de trouver le juste milieu entre couardise et témérité déraisonnable, entre libéralité et avarice, entre faiblesse et cruauté… Cependant la Estoria de España met aussi en scène des rois dépourvus de cette prudence et des vertus qui l’accompagnent.

  • 1 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 7-10.

2Ces rois sont associés aux termes « vicios » et « malas costumbres », ainsi que « maldad » qui s’oppose à la « bondat » des rois exemplaires. Bien que le mot « pec(c)ado » soit peu utilisé pour désigner le comportement d’un roi, il ne fait aucun doute que les mots relevés désignent les péchés auxquels s’adonnent les rois. Les péchés capitaux rendus populaires par Grégoire le Grand à travers ses Morales sur Job sont au nombre de sept, la vaine-gloire, l’envie, la colère, la tristesse, l’avarice, la gourmandise et la luxure. Cette armée de péchés est dirigée par un roi, la superbe ou l’orgueil, qui est la racine de tous les maux1 et qui mène le mauvais souverain à causer le malheur de son peuple.

1. Les vices charnels

  • 2 Voir notre chapitre Chute(s) et temps cyclique.
  • 3 Caligula, PCG, 166, p. 116, 5b.
  • 4 Néron ibid., 172, p. 123, 3a, Vitellius 181, p. 131, 1b et Caracalla 245, p. 159, 50b-51b.
  • 5 Commode ibid., 221, p. 155, 42b-44b.
  • 6 Ibid., 174, p. 125, 5a-7a : « con cobdicia de poder yazer con las mugieres, bannauasse en unguentes (...)
  • 7 Ibid., 245, p. 159, 50b-p. 160, 1a : « fue omne de tan grand luxuria, que tomo por mugier a Julia, (...)
  • 8 Ibid., 172, p. 123, 40a : « ouo muy grand sabor de yazer con su madre ».
  • 9 Ibid., 166, p. 116, 16b-19b : « tan sin razón fue la luxuria de Gayo, que yogo con todas sus herman (...)
  • 10 D. LETT, op. cit., p. 95-96 et 99.

3Les sept péchés capitaux peuvent être classés en deux catégories, les vices spirituels et les vices charnels, ces derniers regroupant le péché de gourmandise et la luxure. Nous avons déjà abordé le péché de luxure qui est au cœur du récit de la chute de l’Espagne2. Les rois wisigoths ne sont cependant pas les seuls à se rendre coupables de luxure, la chronique dénonce aussi le comportement de certains empereurs romains. Ainsi, Caligula (empereur de 37 à 41), Néron (54-68), Vitellius (69), Commode (180-192) et Caracalla (211-217), Carin (284-285) puis le Goth, Theudigisel (548-549), incarnent-ils une sexualité déviante. Les rédacteurs utilisent les expressions « omne muy luxurioso »3, « grand luxuria »4 ou encore « omne que se daua mucho a mugieres, tanto que era ademas »5 pour décrire leur comportement. Au-delà d’anecdotes plaisantes – par exemple il est raconté que Néron prenait des bains d’onguents afin de mieux satisfaire les femmes6 –, le récit centré sur ces empereurs s’attarde sur les manifestations et les conséquences de leur luxure. Caracalla épouse la femme de son grand-père7, Néron désire sa mère8 et Caligula a des relations sexuelles avec ses sœurs avant de les tuer9. La chronique montre donc que la luxure, poussée à l’extrême et associée à l’inceste, permet de déverrouiller les plus grands interdits moraux et légaux. Rappelons qu’au Moyen Âge, l’Église est très stricte en matière d’inceste, imposant des mariages exogamiques au septième degré10. Un tel désir ne peut que jeter l’opprobre sur le roi qui s’en rend coupable.

  • 11 PCG, 181, p. 132, 28a-29a.
  • 12 Ibid., 166, p. 116, 16b.
  • 13 Ibid., 288, p. 174, 20a-21a : « desfazie muchos onrrados casamientos, et forçaua las duennas ».
  • 14 Ibid., 455, p. 257, 6a-10a : « manzello, e enlixo los casamientos de muchos omnes poderosos que era (...)
  • 15 La Bible…, 1 Rois 11, particulièrement   Rois 11 :4 : « Quand Salomon fut vieux, ses femmes détourn (...)
  • 16 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 231.
  • 17 Pour rappel, Witiza tue le père de Pelayo car il convoitait sa femme et il souille le clergé toléda (...)

4Quant à Vitellius, il est incapable de faire la guerre et de se défendre tant il est affaibli par la fréquence de ses relations sexuelles « dio todo su poder a Cecina, cabdiello de la su caualleria, et enuio lo contra [Vespasiano], et el fincosse en la cipdat, por que era muy flaco usando mucho las mugieres »11. L’empereur, tel un lâche, reste à l’abri dans la ville et envoie à sa place un de ses lieutenants. La concupiscence rend Vitellius incapable de remplir le devoir le plus élémentaire du roi, celui de protéger son royaume ou sa cité. Le corps de Vitellius, devenu « flaco », est affaibli, tandis que la luxure de Caligula est qualifiée de « tan sin razon »12, ce qui montre que la concupiscence est l’ennemie de la raison, de l’esprit. En ce qui concerne Carin13 et Theudigisel14, ils corrompent les femmes de la noblesse par des relations adultérines, déshonorant ainsi leurs nobles époux. La luxure est donc responsable d’un affaiblissement du corps et de l’esprit. Soumis à leurs plus vils instincts, les souverains en oublient leur devoir et la morale, tout comme Salomon vieillissant se détourne de Dieu au contact de ses 700 épouses et 300 concubines pour qui il fait construire des temples païens15. La chronique rejoint ainsi saint Grégoire qui notait que la luxure était une inversion des rapports hiérarchiques entre l’âme et le corps16. Ces empereurs se laissent entièrement guider par leur corps et déshonorent la fonction royale. En bafouant la loi, ils mettent en péril la société, tout comme Witiza et Rodrigue déshonorent la noblesse et le clergé et provoquent ainsi la chute de l’Espagne17.

5Quant au second vice charnel, s’il n’est pas mentionné chez les rois Wisigoths, il apparaît bel et bien chez les empereurs romains. Pour beaucoup, les empereurs débauchés s’adonnent aussi au péché de gourmandise ou de gloutonnerie, c’est-à-dire à un excès de nourriture et de boisson.

  • 18 PCG, 157, p. 111, 4b-6b : « por que amaua mucho el uino llamauan lo los joglares por escarnio por T (...)
  • 19 Ibid., 167, p. 119, 23b-29b.
  • 20 Ibid., 179, p. 129, 36a-37a : « omne que comie mucho ademas ».
  • 21 Ibid., 172, p. 123, 2a-3a.
  • 22 Ibid., 172, p. 123, 34a-35a : « duraua la yantar desde medio dia fasta media noche ».
  • 23 Ibid., 181, p. 131, 1b-3b : « siempre comie tres uezes et quatro al dia, et fazie grandes yantares (...)
  • 24 Ibid., 181, p. 131, 10b-23b.
  • 25 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 211-212.
  • 26 Saint JÉRÔME, Contre Jovinien, livre II, 2, traduit et publié par F.-Z. COLLOMBET, Mélanges théolog (...)
  • 27 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 199.

6À ce propos, la chronique affirme que Tibère aime beaucoup le vin, ce qui lui vaut le surnom de « biberio mero »18. Claude Ier allie le vin et la nourriture, au point de ne pouvoir se retenir : « era omne muy comedor et muy beuedor ; e tanto que se le antoiasse, en cualquier logar comie et beuie »19. Néron, Galba20 et Vitellius mangent aussi trop. Néron qualifié de « gloton »21 passe la moitié de la journée à table22, et Vitellius qui mange trois ou quatre fois par jour23, organise des repas composés de deux mille poissons et sept mille oiseaux24, une telle exagération ne manquant pas de souligner l’appétit démesuré de ce prince. La concordance entre rois luxurieux et rois gloutons n’a rien d’étonnant si l’on en croit les Pères de l’Église pour qui les deux vices charnels vont de pair. Saint Grégoire affirme ainsi que la proximité entre le ventre et les organes génitaux explique que lorsque le premier est rempli, les seconds sont excités25. Saint Jérôme établit le même parallèle à propos d’Adam : « quamdiu jejunavit, in paradiso fuit ; comedit, et ejectus est ; ejectus, statim duxit uxorem. Qui jejunus in paradiso virgo fuerat, satur in terra matrimonio copulatur »26. La frugalité et la virginité s’opposent ainsi aux excès de chère et de chair, un ventre plein rendant l’homme plus susceptible de succomber aux autres péchés27.

  • 28 PCG, 181, p. 131, 8b-10b.
  • 29 Ibid., 181, p. 132, 29a-31a.

7Comme la luxure, la gloutonnerie ne concerne pas seulement l’empereur, elle entraîne des conséquences néfastes pour le royaume. Vitellius dilapide le trésor romain et oblige ceux qui le reçoivent à faire de même : « no auie a ninguno de costar menos el guisamiento de quaraenta mil dineros de la moneda que corrie »28. De plus, lorsque Vespasien l’attaque et, qu’affaibli par sa sexualité débridée, il reste à l’abri dans la ville, il est assailli par la peur : « enbeudauasse tod el día, esperando qua quando uiniesse su enemigo, que lo fallassen buedo et no sintiesse la muerte »29. Cette peur, conséquence directe de ses vices, le pousse à boire afin d’endormir ses sens et de ne pas sentir venir la mort. Nous sommes loin des frères Scipion qui allaient au-devant de la mort dans une bataille qu’ils savaient pourtant perdue d’avance.

  • 30 Ibid., 157, p. 111, 6b-7b.

8En s’adonnant à la boisson et à la bonne chère de façon excessive, Tibère s’écarte de son rôle : « en uez de castigar los otros, cuemo princep deuie fazer »30. En effet, l’empereur passe deux journées enfermé à boire et manger avec ses amis, et finit par leur attribuer des postes haut placés qu’ils n’auraient pas dû obtenir :

  • 31 Ibid., 157, p. 111, 7b-15b.

Souo una uez dos dias et una noche encerrado con Ponpeyo Flaco et con Lucio Pison, que numqua al fizo sino comer y beuer con ellos ; et estando alli, dio all uno la prouincia de Siria, et all otro fizo adelantado de Roma ; e la dignidat de los questores diola una uegada a un estranno, et no la quiso dar a los que la merecien por linage31.

  • 32 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 211.

9L’empereur, dont l’esprit est appesanti par la gloutonnerie, offre aussi la dignité de questeur à un étranger au lieu de la donner à ceux à qui elle revenait naturellement en raison de leur lignage. C’est donc une habitude pour lui de distribuer les dignités sans tenir compte des mérites ou des règles qui assurent pourtant la stabilité de la Cité32. Une nouvelle fois, un roi porte préjudice à la noblesse et au royaume tout entier en raison de ses excès.

10Il apparaît donc qu’un débauché ne peut être un bon prince puisque les vices charnels brouillent son jugement et nuisent à sa capacité à gouverner. Il finit par distribuer des honneurs immérités – lésant ainsi la noblesse –, gaspille les ressources du royaume, fuit le combat et bafoue les lois. En d’autres termes, il tourne le dos à la sagesse et aux vertus indissociables de la bonne gouvernance.

2. La cruauté

  • 33 PCG, 181, p. 131, 23b-28b.

11La gloutonnerie est aussi associée à la cruauté et à l’iniquité impériale. Selon la chronique, l’absence de modération alimentaire induit une absence de modération dans les autres domaines. L’enchaînement dans la description de Vitellius apporte ainsi un éclairage intéressant : « tan comedor era Vitellio que no podie en ninguna guisa soffrir la fambre, assi que quando yua a los sacrificios de los templos, comie pollas cozinas que fallaua por las carreras. Mataua muy de grado a quiquier por qualquiere razon »33. Vitellius incapable de se retenir de manger se montre d’autant plus effréné quand il s’agit de tuer.

  • 34 Ibid., 181, p. 131, 1b.
  • 35 Ibid., Néron : 173, p. 124, 52a-53a, et Caligula : 166, p. 116, 5b-8b.
  • 36 Ibid., 166, p. 116, 53b-1a.
  • 37 Ibid., 175, p. 125, 24a-39a.
  • 38 Ibid., 177, p. 126, 34a-39a.
  • 39 Ibid., 167, p. 119, 11a-35a.
  • 40 Ibid., 167, p. 119, 17b-22b.
  • 41 Ibid., 157, p. 111, 24b- p. 112, 5a : « en  quanto el regno no passo dia ninguno, por fiesta que fu (...)
  • 42 Ibid., 157, p. 111, 24b-p. 112 : « deffendie que no llorassen los parientes ni los amigos a los que (...)
  • 43 Ibid., 166, p. 117, 1a-15a : « mandaua que uiniessen los padres a la muerte de los fijos; e a uno q (...)
  • 44 Ibid., 166, p. 117, 33b-45b.
  • 45 Ibid., Néron, 176, p. 125, 48b-51b : « ell adelantado de la cibdat auie mal en la garganta, et el p (...)
  • 46 Ibid., 157, p. 111, 24b- p. 112, 5a : « una uez fizo llamar ante si a pleyto una grand companna de (...)
  • 47 Ibid., 189, p. 140, 19b-24b.

12En effet, certains rois aiment tuer et se montrent cruels, tel Vitellius qui fait preuve de « crueza »34, ou Néron et Caligula qualifiés de « cruel »35. Caligula est tellement mauvais que l’on reconnaît sa fille, comparée à un animal féroce, au même comportement cruel : « era braua, […] yua con los dedos a las caras et a los oios de los que iogauan con ella »36. Le portrait de la petite Julia se rapproche donc davantage de l’animal enragé que de l’enfant. Néron, désireux de voir comment Troie a brûlé, met le feu à Rome et observe d’une tour en chantant37. Il s’amuse aussi en livrant des hommes vivants à l’un de ses amis, cannibale, afin que celui-ci les tue et les mange devant lui38. Claude Ier fait mettre à mort les perdants des jeux du cirque et prend plaisir à regarder leur visage quand ils expirent39. Il trouve aussi divertissant de s’étonner de l’absence des hommes qu’il a fait assassiner : « muchas uezes fazie un dia matar los omnes, e otro dia luego, estando a su conseio o iogando a las tablas, demandaua por ellos, et enuiaua les dezir por sus mandaderos que eran dormidores et perezosos »40. Ces empereurs n’éprouvent aucune compassion, bien au contraire, certains prennent même plaisir à tourmenter les familles de leurs victimes. Tibère, dont la chronique dit qu’il n’a pas connu un jour de règne sans perpétrer d’assassinats41, interdit aux familles et amis de ceux qu’il a tués de les pleurer42. Quant à Caligula, il oblige les parents à assister à la mort de leur(s) fils, poussant la cruauté jusqu’à faire transporter les parents malades dans un lit afin d’être sûr qu’ils assistent bien à la mise à mort43. Après sa disparition, on retrouve dans ses coffres un grand nombre de poisons, ainsi que deux livres contenant le nom de tous ceux qu’il avait fait tuer44. Toujours selon la chronique, Néron et Vitellius, particulièrement sadiques, proposent à des malades ayant mal à la gorge ou souffrant de fièvre de les soulager avec un remède ou de l’eau fraîche qui contiennent en réalité du poison45. Claude Ier, Claude II, Néron, Caligula, et autre Vitellius font preuve d’une cruauté froide, ils se jouent de la douleur et du tourment de leur victime, tel Tibère faisant recoudre les plaies des hommes qui, apprenant qu’il voulait les tuer, ont tenté de se suicider plutôt que d’être déshonorés. Tibère s’amuse de les voir comparaître devant lui « medio muertos », car il ne supporte pas l’idée que l’une de ses victimes lui échappent46. Domitien met aussi toute sa ruse au service de sa cruauté : « a los unos fazie meter fuego por logares que no son de decir, et a los otros cortar las manos; e bien cuemo auie grand la crueza, bien assi auie grand arteria con ella por saber guisar de fazer mal a qui quisiesse »47.

  • 48 Ibid., Tibère, 157, p. 111, 24b : « quequier quel dixiesse cada uno, todo lo creye ». Vitellius, 18 (...)
  • 49 Ibid., 157, p. 111, 24b.
  • 50 Ibid., 157, p. 111, 24b : « un gramatigo leyo un dictado en que dizie mal de  Agamennon, et un escr (...)
  • 51 Ibid., 188, p. 139, 32b-36b.
  • 52 Ibid., 166, p. 117, 1a-15a.

13La justice n’a donc pas sa place dans l’exercice du pouvoir de ces empereurs. Certains rendent la justice, dans le sens où ils se font juges, mais il s’agit d’une justice tronquée ou perverse. En effet, lorsque l’on est juge et partie ou lorsque la sentence est rendue sans procès, on ne peut parler de justice. Tibère et Vitellius croient les premières calomnies venues tant que cela leur permet de condamner leurs sujets à mort, qu’ils soient coupables ou innocents48. Les peines infligées par Tibère sont ainsi complètement disproportionnées au regard du délit : « por qual yerro de palaura que omne dixiesse, maguer fuesse muy pequenno, luego lo judgaua el de muerte »49. Il fait aussi enfermer deux innocents malgré les preuves les disculpant50. Domitien fait également assassiner sans raison, « por qualquier cosa muy rafez »51. Une fois de plus le déni de justice est flagrant. Si le bon roi sage est juste, le mauvais roi est inique. Ces empereurs s’opposent à la bonté, à la miséricorde des grands rois. Ainsi, alors que le peuple meurt de faim, Caligula garde la nourriture pour lui : « muchas uezes tenie el mucho pan además, et dexaua al pueblo auer grand mengua et grand fambre »52.

  • 53 Ibid., 173, p. 124, 33a-38a.
  • 54 Ibid., 188, p. 139, 36b-53b.

14La cruauté des empereurs est aussi dirigée contre les sages. Néron les fait brûler à Cordoue53 avant de faire tuer Sénèque et son neveu Lucain, et Domitien ordonne la mort de plusieurs philosophes avant de condamner à l’exil « quantos philosophos auie »54. À l’inverse des rois sages qui soutiennent les différentes formes de sapientia et s’en inspirent, les rois iniques s’en méfient et s’y attaquent violemment.

  • 55 Ibid., 167, p. 119, 11a-35a.
  • 56 Ibid., 279, p. 171, 20b-23b.
  • 57 Ibid., 166, p. 116, 16b-19b et 42b-51b.
  • 58 Ibid., 181, p. 131, 28b-38b.
  • 59 Ibid., 174, p. 124, 35b-p. 125, 4a ; 176, p. 125, 23b-38b et 176, p. 126, 3a-8a.

15Les empereurs se montrent tout aussi cruels envers les membres de leur famille. Claude Ier fait tuer ses gendres55 et Aurélien ses neveux56. Caligula tue ses sœurs et est responsable de la mort de sa grand-mère, de son frère et de son beau-père57. Vitellius a probablement pris part à la mort de sa mère58. Néron tue son frère, sa tante, et s’y prend à plusieurs reprises avant de parvenir à assassiner sa mère. Il tue aussi ses deux épouses successives, Claudia Octavia et Poppée, la seconde d’un coup de pied dans le ventre alors qu’elle est enceinte59.

  • 60 Ibid., 167, p. 119, 11a-35a.
  • 61 Ibid., 188, p. 139, 32b-36b.
  • 62 Ibid., 181, p. 131, 28b-38b.
  • 63 Ibid., 176, p. 125, 51b-3a.
  • 64 Ibid., 228, p. 156, 35b-42b.

16Les empereurs prennent aussi pour cible les nobles, ceux-là mêmes qui ont la tâche de les seconder dans l’administration de l’empire. Au lieu de s’en faire des alliés sur qui compter, tel Scipion l’Africain qui suscite l’amour de ses vassaux, les mauvais empereurs affaiblissent la noblesse sans autre motivation que l’envie, la jalousie ou la peur. Claude Ier fait ainsi tuer trente-cinq sénateurs et trois-cents chevaliers60, et Domitien s’attaque aux consuls et aux sénateurs61. Vitellius, se sentant probablement menacé, fait assassiner ceux qui ont un lignage aussi haut que le sien : « los nobles omnes que eran sus eguales de edat et de linage et que aprisieran con el de so uno, mataua los a qualquiere manera de enganno que el podie »62. Néron fait empoisonner les « afforrados » de son royaume, tous âgés et très riches « maguer que ellos fueran guiadores del su sennorio »63, c’est-à-dire malgré le rôle important que ses victimes jouent dans l’empire. Commode sacrifie des sénateurs qualifiés de « entendudos et sabidores de todo bien » au profit de ses amis « malos et de malas costumbres »64. Ces empereurs manquent à nouveau à leurs devoirs afin de protéger leurs intérêts et ceux de leur entourage malsain, en déshonorant et assassinant une noblesse pourtant précieuse pour leurs territoires.

3. La convoitise et la prodigalité

  • 65 Gilles de Rome, op. cit., XVII, p. 153 et XVIII, p. 159.

17La relation aux biens matériels est une bonne illustration de la nécessaire mesure dont un roi doit faire preuve. En effet, si l’envie et l’avarice sont des vices, la prodigalité est aussi dommageable. La tempérance doit permettre au roi de trouver un juste milieu entre ces deux excès65, ce qui explique que les rois qui en sont dépourvus tombent dans la convoitise ou la prodigalité, voire dans les deux.

  • 66 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 73.
  • 67 Ibid., p. 70.
  • 68 Ibid., p. 79.

18L’envie est une « douleur provoquée par le bien des autres »66, sa racine n’est-elle pas in-videre, c’est-à-dire « voir d’un mauvais œil » ou « mal voir » ?67 Saint Grégoire insiste sur la dimension sociale de ce vice68 qui fragilise les liens au sein des familles et au sein des royaumes, ce qui ne peut mener qu’au conflit et entraîner des dissensions. Le besoin de s’approprier les richesses d’autrui, celles d’autres rois ou de ses sujets, ainsi que la peur de perdre ses biens sont dans la chronique des manifestations de l’envie royale. Il faut ajouter à cela la convoitise du trône qui a permis à certains princes de s’emparer du pouvoir.

  • 69 PCG, 157, p. 112, 36a-41a.
  • 70 Ibid., 188, p. 139, 4b-12b.
  • 71 Ibid., 188, 189, p. 140, 37b-47b.
  • 72 Ibid., 172, p. 123, 3a.
  • 73 Ibid., 166, p. 116, 34b-36b.
  • 74 Ibid., 166, p. 116, 37b-39b.
  • 75 Ibid., 166, p. 116, 19b-24b.

19Ainsi, Tibère fait venir des rois étrangers à Rome qu’il ne laisse repartir qu’à condition qu’ils lui donnent ce qu’il veut : « era muy cobdicioso dauer, et con la grand cobdicia que auie de llegar tesoro, enuio por muchos reyes de muchas tierras, et fizo los uenir a Roma, et no los dexo yr dende fasta quel dieron todo quanto sel quiso »69. Domitien, quant à lui, veut empêcher les proches d’hériter de la fortune d’un défunt afin de s’emparer de ses biens70, « robaua este Dominicano los bienes de los uiuos et de los muertos por cualquier achaque »71. Néron, « muy cobdicioso »72, vole aussi ses sujets afin de garantir son train de vie dispendieux : « quando auie mucho despendido et fallecie ell auer, achacauasse a los omnes et leuaua dellos quant auien a manera de robo »73, et comble du vice, il n’hésite pas à voler les temples : « tomaua de los templos las cosas preciadas que y eran : los idolos doro et de plata fundielos todos pora despender »74. La chronique met aussi en scène l’empereur Caligula se roulant dans ses montagnes d’or : « tan grand sabor auie de ueer ell auer et traello entre manos, que se descalçaua muchas uegadas et andaua por los grandes montones dell oro et de la plata que tenie; et a las uegadas fazie los tender, et uolcauasse desnuyo en ellos »75. Au-delà de l’anecdote, il s’agit d’une image forte, celle d’un prince obnubilé par ses richesses qui perd de vue le rôle qui est le sien, c’est-à-dire la protection de son royaume et de ses sujets.

  • 76 Ibid., 180, p. 130, 5a.
  • 77 Ibid., 172, p. 123, 5b-11b.
  • 78 Ibid., 172, p. 123, 11b-36b.

20Chez certains rois, le corollaire de l’envie et de la convoitise est la prodigalité. En effet, bien que cela puisse paraître paradoxal, la prodigalité semblant peu compatible avec la convoitise, il s’avère que la prodigalité alimente l’envie. Pour pouvoir continuer de dépenser sans compter – certains rois n’ayant aucune retenue en la matière –, il faut en effet combler le déficit laissé dans les caisses. Si Othon (empereur en 69) est sobrement qualifié de « gastador »76, le train de vie dispendieux de Néron suscite davantage l’intérêt des rédacteurs. Ainsi sa philosophie en matière de trésor est simple, il faut le dépenser : « en ell auer dizie que no auie otro bien sino derramallo […], numqua auie el mesura en gastar quanto podie auer »77. Les rédacteurs précisent la façon dont l’empereur dilapide le trésor : Néron achète des vêtements qu’il ne porte jamais deux fois, dépense des fortunes au jeu, accumule les chars, fait construire un palais colossal, garni d’or, d’argent, pierres précieuses et de marbre à profusion78. Alarmé, le Sénat finit même par prendre des mesures drastiques :

  • 79 Ibid., 176, p. 125, 11b-21b.

El senado de Roma, ueyendo cuemo este Cesar Nero echaua ell imperio a mal, despendiendo malamiente et en malos usos todas las rendas et los aueres que ende auie, touieron por bien de ponerle cosa sennalada pora su espesa, et de alçar ellos lo al pora adelantar ell estado dell imperio quando mester fuese, et que el no ouiesse poder de despender mas daquello maguer quisiesse ; e por ende pusieron le cient uezes cient mil marcos pora cadanno79.

21Afin de limiter la prodigalité du prince et de protéger l’empire, la curie romaine lui impose une forme de budget ou de revenu maximum qu’il ne peut dépasser.

  • 80 Ibid., 165, p. 116, 25a-32a : « no andaua uestido a costumbre de Roma ni a manera de omne, ni calça (...)
  • 81 SUÉTONE (auteur), Henri AILLOUD (éd. et trad.), Vies des douze Césars, I-III, Paris : Les Belles Le (...)

22Caligula apparaît aussi comme un être dénaturé envers sa cité et son sexe puisqu’il ne s’habille ni comme un Romain ni comme un homme, et il porte lui aussi des vêtements couverts de pierres précieuses80, ce que Suétone qualifie de prodigalité81. Or, la prodigalité n’est pas un vice comme les autres puisqu’il est associé à la folie. En effet, dans les Siete Partidas, le prodigue est assimilé au fou à onze reprises, comme dans l’exemple suivant :

  • 82 Partida III, 6, 2. On retrouve les expressions « desgastador de lo suyo », « desgastador de sus cos (...)

Todo ome que fuere sabidor de derecho, o del fuero, o de la costumbre de la tierra, porque lo aya vsado de grand tiempo, puede ser Abogado por otri. Fueras ende el que fuesse menor de diez e siete años. O el que fuesse sordo, que non oyesse nada. O el loco. O el desmemoriado. O el que estouiesse en poder ageno, por razon que fuesse desgastador de lo suyo. Ca ninguno destos non deue ser Bozero por si, nin por otro82.

  • 83 E. A. Thompson, op. cit., p. 207.

23Dans la Estoria de España, l’envie ne se traduit pas seulement par l’envie de richesse, mais aussi par une envie de pouvoir. C’est ainsi que plusieurs des princes cités dans la chronique sont arrivés sur le trône par le biais du meurtre, c’est même l’une des caractéristiques des rois wisigoths, atteints, nous l’avons vu, de ce que la Chronique du Pseudo Frédégaire appelle morbus Gothorum, la maladie gothique. Le Royaume de Tolède est une monarchie élective fondée sur l’alternance du pouvoir, mais les grandes familles ont éprouvé des difficultés à accepter que ce pouvoir leur échappe après la mort d’un roi issu de leur lignage respectif. Elles ont souvent tenté de le conserver quoi qu’il en coûte, les conjurations et les meurtres étant légion. Selon l’historien Edward Arthur Thompson, les élections se sont rarement déroulées dans des conditions conformes aux règles, à tel point que Wamba serait le seul roi élu selon les canons du IVe Concile de Tolède censés régir la succession83.

24Comme la luxure et la cruauté capables de briser à la fois les liens du sang – certains rois n’hésitant pas à avoir des relations sexuelles avec des parents et à tuer des membres de leur famille –, et les liens maintenant le royaume, la convoitise brise aussi les barrières morales, familiales et sociales. La chronique condamne l’envie, une envie si forte, si injuste qu’elle pousse certains à trahir leur roi ou leur famille. Dans la Estoria de España, convoiter le trône ou vouloir le garder à tout prix, c’est être prêt à tout, y compris au fratricide ou à l’infanticide. L’envie n’est génératrice que de haine et de discorde. Discorde entre le roi et ses sujets, chacun oubliant où se trouve son devoir de protection ou d’obéissance, discorde au sein des familles, comme nous l’avons aussi abordé plus haut avec l’histoire des fils de Rocas, semblables à Caïn et Abel ou à Jacob et Ésaü.

4. Le péché d’orgueil

  • 84 Benoît XVI, Compendium abrégé pratique officiel du catéchisme de l’Église Catholique, Bénin : Libra (...)
  • 85 La Bible…, Si 10 :12-13.

25Enfin, les vices royaux n’existeraient pas sans le péché d’orgueil ou de vaine-gloire qui est le premier et le principal péché. Le premier car c’est le péché originel qu’ont commis Adam et Ève, le principal ou plutôt capital car sans péché d’orgueil les autres péchés n’auraient pas vu le jour. Il est l’origine, il est la racine des maux affectant le monde. L’orgueil mène Adam et Ève ainsi que les habitants de Babel à leur perte. Et tout être humain naît en portant en lui ce péché que seul le baptême peut remettre84. La Bible dit ainsi : « le principe de l’orgueil humain, c’est d’abandonner le Seigneur et de tenir son cœur éloigné du Créateur. Car le principe de l’orgueil c’est le péché, celui qui s’y adonne répand l’abomination »85. Dans la chronique, le péché d’orgueil du roi se traduit par une vanité et un culte de la personnalité qui confinent à l’idolâtrie.

  • 86 PCG, 177, p. 126, 54a-7b.
  • 87 Ibid., 177, p. 126, 54a-7b.
  • 88 Ibid., 224, p. 156, 39a-45a.
  • 89 Ibid., 224, p. 156, 40a-45a : « mas por que era omne malo et de malas costumbres no lo tuou la yent (...)

26Dans la chronique alphonsine, l’orgueil de ces empereurs se manifeste par exemple à travers leur volonté de faire perdurer leur nom, ce que les rédacteurs ne condamnent pas sur le principe, mais en fonction des moyens employés. Ainsi, de Néron il est dit qu’il se comporte en la matière sans aucune mesure ni entendement : « auie Nero grand cobdicia que durasse el su nombre por siempre mas no lo fazie con seso ni con recabdo »86. Si le postulat initial n’a rien de répréhensible, la façon dont il s’y prend l’est davantage. La chronique explique alors qu’il change le nom de beaucoup de lieux et de choses à son profit. Le mois d’avril devient Neroneo et la ville de Rome, Neropolim87. À l’inverse des bâtisseurs qui donnent leur nom aux régions qu’ils ont sauvées ou aux villes qu’ils ont fondées, cet empereur aveuglé par son orgueil se contente de s’emparer des mérites d’un autre et efface même sa mémoire en même temps qu’il l’usurpe. Commode fait de même en donnant son nom au mois de septembre, ce que les citoyens romains n’acceptent pas88. La chronique fait en effet le distinguo avec des princes estimables, César et Auguste, qui eux ont mérité que leur nom soit donné à des mois de l’année89.

  • 90 Ibid., 172, p. 121, 47b-53b : « seyendo ninno aprisiera todas las siet artes. E des que se partio d (...)
  • 91 Ibid., 172, p. 122, 40a-41a.
  • 92 Christophe Hugoniot, « De l’infamie à la contrainte. Évolution du statut de l’acteur sous l’Empire (...)
  • 93 PCG, 172, p. 122, 50a : « por tal que lo catassen las gentes ».
  • 94 Ibid., 172, p. 122, 52b-p. 123, 2a : « a muchos prometie su amor porque lo loauan mucho. a algunos (...)
  • 95 Ibid., 178, p. 127, 1a-2a : « e la cosa de quessel mas dolie era de que enueieciera en jogleria ».
  • 96 Ibid., 177, p. 126, 46a-53a : « a la ora que Nero auie de yr en hueste la primera cosa de que auie (...)

27De plus, selon la Estoria de España, Néron s’écarte des arts libéraux au profit de la peinture et du théâtre90. Cette passion est qualifiée de « desuergonçamiento »91, dans la ligne des auteurs latins et de la position de l’Église sur le sujet. À Rome, les acteurs étaient frappés d’infamie, c’est-à-dire qu’ils perdaient leurs droits politiques et une partie de leurs droits civils et, au IVe siècle, leur condition s’aggrave encore avec l’excommunication prononcée à leur encontre par l’Église92. Néron se montre orgueilleux, il aime qu’on le voie93, qu’on le flatte : « a muchos prometie su amor porque lo loauan mucho »94, et il n’accepte pas que l’âge le diminue95. Son goût pour le théâtre le pousse à se préoccuper davantage de ses instruments de musique que des préparatifs de guerre, et il emmène des femmes déguisées en homme pour se battre96, ce qui contrevient grandement à l’ordre des choses et pervertit la guerre.

  • 97 La Bible…, Exode 32 :7-10.

28En ce qui concerne le culte de la personnalité, rappelons la réaction de Dieu lorsque les Hébreux construisent un veau d’or : il ordonne à Moïse de tuer les idolâtres97. De plus, l’émergence du Christianisme s’est faite en opposition aux différents cultes polythéistes, l’idolâtrie étant fermement condamnée à travers le premier des dix commandements, ce pourquoi les Chrétiens des premiers siècles refusaient de rendre un culte à l’empereur.

  • 98 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 21.
  • 99 M.-F. Auzépy, op. cit., p. 15-30.

29Chez les Chrétiens, le péché d’orgueil prend une ampleur nouvelle qui n’existait ni chez les Juifs ni dans l’Antiquité gréco-romaine98. Les débats au sein de l’Église ont aussi été particulièrement âpres entre les iconodoules et les iconoclastes. En 730, un édit de Léon III l’Isaurien (empereur byzantin de 717 à 741) interdit le culte des images des saints, du Christ et de la Vierge, et en 754, le Concile de Hiéreia durcit la position iconoclaste de l’Église. Cependant, en 787, le Concile de Nicée II, convoquée par Irène (régente de l’Empire byzantin de 780 à 790 puis impératrice de 797 à 802) rétablit la vénération – et non l’adoration – des icônes. En Occident, Charlemagne convoque en 794 le Concile de Francfort qui adopte une position intermédiaire en reconnaissant une fonction pédagogique et décorative aux images mais en refusant la prosternation. Au-delà de la question religieuse, les décisions sont aussi politiques, Charlemagne cherche à se démarquer de Byzance dont il refuse l’autorité, allant jusqu’à se faire couronner empereur, devenant ainsi l’égal d’Irène et provoquant une scission politique et religieuse définitive99.

  • 100 Roland AUGUET, Caligula ou le pouvoir à vingt ans, Paris : Payot, 1975, p. 133.
  • 101 PCG, 166, p. 116, 25b-28b : « faziesse a las yentes aorar por Dios, et llamauasse hermano de Jupite (...)
  • 102 Ibid., 166, p. 116, 28b-33b.
  • 103 Ibid., 166, p. 117, 17a-20a : « tanto crecio la su maldat que se fizo fazer ymagen cuemo a dios, et (...)
  • 104 Ibid., 166, p. 117, 29a-33a.

30Les récits latins relatant le culte de la personnalité des empereurs romains ne pouvaient que choquer les conceptions chrétiennes du XIIIe siècle, fermement opposées à l’idolâtrie. D’ailleurs, même à Rome, la sacralisation de l’empereur de son vivant, normalement impossible100, choque les auteurs. Caligula se fait adorer tel un dieu, fait asseoir sa fille entre les jambes de la statue de Jupiter et dit qu’elle est leur fille à tous deux101, ou s’assoit lui-même entre les statues de Castor et Pollux dans leur temple afin de s’y faire adorer102. Il finit par faire construire sa propre statue103 qu’il envoie à travers le monde afin qu’on lui rende un culte, y compris dans le Temple de Jérusalem104. Cet orgueil est qualifié de « maldat », puisque se faire adorer comme un dieu, c’est-à-dire se considérer sur un plan d’égalité avec un dieu, représente le péché par excellence, le mal par excellence. Le schéma est le même pour Néron et Domitien qui, emportés par leur vaine-gloire, se font appeler Dieu et font ériger des statues les représentant :

  • 105 Ibid., 174, p. 124, 30b-32b.
  • 106 Ibid., 189, p. 140, 48a-50a.
  • 107 Ibid., 189, p. 140, 3b-6b.
  • 108 Ibid., 189, p. 140, 10b-11b.

Con su maldat et con su grand orgul, mandosse llamar dios por tod el mundo105. (Néron)
Fue acrescentando en si tanta soberbuia et tanta loçania, que se mando llamar Dios et Sennor de tod el mundo106. (Domitien)
Mando et deffendio muy caramientre que ninguno no fuese osado dalli delante de lo llamar por carta ni por palaura sino Dios et Sennor107. (Domitien)
Ponien le en el Capitolio ymagenes cuemo a Dios108. (Domitien)

  • 109 Ibid., 295, p. 176, 29a-41a.
  • 110 Ibid., 278, p. 171, 34a-40a.
  • 111 Ibid., 227, p. 156, 26b-28b.

31Dans une moindre mesure, Dioclétien se fait adorer comme un dieu et porte des pierres précieuses sur ses vêtements et ses chaussures109, Aurélien se fait faire une couronne en or et porte des vêtements cousus d’or et de pierres précieuses110 et Commode fait placer sa statue au sommet du Colysée111. Même s’ils ne sont pas chrétiens, la vanité de ces empereurs les pousse à commettre un crime contre Dieu, c’est ce qu’affirme la chronique.

5. Les ennemis de Dieu

  • 112 Ibid., 178, p. 126, 41b-43b. Dans un premier temps les rédacteurs mentionnent douze persécutions « (...)
  • 113 PCG, 178, p. 128, 40b-49b.
  • 114 Ibid., 189, p. 141, 42b-46b.
  • 115 Ibid., 193, p. 144, 15b-22b.
  • 116 Ibid., 215, p. 153, 14b-18b. La chronique ne précise pas qu’il s’agit de la quatrième persécution.
  • 117 Ibid., 238, p. 158, 39b-44b et 244, p. 159, 18b-24b.
  • 118 Ibid., 258, p. 162, 50a-54a.
  • 119 Ibid., 264, p. 166, 1a-12a, 31a-50a. La chronique ne précise pas qu’il s’agit de la septième perséc (...)
  • 120 Ibid., 267, p. 167, 39a-42a et 272, p. 169, 45a-10b.
  • 121 Ibid., 279, p. 171, 36b-51b. La chronique ne précise pas qu’il s’agit de la neuvième persécution.
  • 122 Ibid., 305, p. 178, 9b-p. 179, 46a.
  • 123 Ibid., 178, p. 126, 30b-40b.
  • 124 Ibid., 264, p. 165, 48b-52b.
  • 125 Ibid., 300, p. 177, 38a-41a : « no querien aorar los ydolos; e dalli adelante se fue començando poc (...)

32Dans la chronique alphonsine plusieurs princes, bien que païens ou ariens, respectent, voire éprouvent une certaine empathie pour les chrétiens. Or, nombre d’empereurs, parfois les mêmes qui s’étaient d’abord montrés cléments envers les chrétiens, sont dépeints ensuite comme des princes sanguinaires à l’égard des adeptes de la nouvelle religion. La Estoria de España mentionne les dix grandes persécutions « mas nombradas que fueron en los cristianos »112. Elle dresse ainsi la liste des martyrs provoqués par ces dix vagues de persécutions sous les règnes de Néron113, Domitien114, Trajan115, Marc Aurèle116, Septime Sévère117, Maximin118, Dèce119, Valérien120, Aurélien121 et enfin Dioclétien à qui la chronique attribue la plus longue liste de martyrs122. Les trois persécutions les plus emblématiques dans la chronique sont celles menées par Néron, Dèce et Dioclétien. Néron fait crucifier saint Pierre et décapiter saint Paul. Le martyre des deux apôtres appelés « gloriosos principes de la cristiandat »123 indigne les rédacteurs. Dèce est décrit comme particulièrement sanguinaire : « mouio muy grand persecucion contra la cristiandat ; de manera que no fallamos que fiziesse en todo el tiempo que regno ninguna otra cosa, si no matar cristianos »124. Dioclétien s’acharne lui aussi contre les chrétiens lors d’une répression sanglante. La phrase « martiriaron quantos cristianos auer pudieron »125 traduit cet acharnement, véritable tentative d’anéantissement contre le Christianisme, destiné à faire disparaître les croyants et leurs symboles, puisque les églises sont démolies et les livres brûlés.

  • 126 Ibid., 229, p. 157, 12a-19a.
  • 127 Ibid., 256, p. 162, 7b-12b.
  • 128 Ibid., 255, p. 162, 36a-40a.
  • 129 Ibid., 274, p. 170, 15a-23a.
  • 130 Ibid., 288, p. 174, 29a-35a.
  • 131 Ibid., 332, p. 197, 34b-40b et 346, p. 200, 5b-14b.
  • 132 Ibid., 348, p. 201, 8b-14b.
  • 133 Ibid., 347, p. 200, 40b-45b.
  • 134 Ibid., 348, p. 201, 7a-11a.
  • 135 Ibid., 355, p. 203, 40b-51b.
  • 136 Ibid., 352, p. 202, 52b-p. 203, 2a.

33La chronique dresse d’autres listes de martyrs qui n’entrent pas dans le cadre de ces grandes persécutions mais qui contribuent à l’image négative des empereurs Commode126, Sévère Alexandre127 (empereur de 222 à 235) – qui aurait assassiné sa propre mère devenue catholique128 –, Claude II (268-270)129, Carus et ses fils Carin et Numérien130, les co-empereurs Constantin II (337-340), Constance II et Constant Ier131, Julien 132– qui retourne à l’idolâtrie133 et promet à ses dieux des sacrifices du sang des Chrétiens134 –, ou encore Valens135 – qui a choisi de devenir arien alors qu’il était catholique136.

  • 137 Ibid., 403, p. 227, 10b-p. 228, 3a.
  • 138 On pourrait aussi citer Athanaric, ibid., 353, p. 203, 43a-46a.
  • 139 Ibid., 445, p. 251, 45b-51b.
  • 140 Ibid., 470, p. 262, 18b-24b.
  • 141 Ibid., 465, p. 260, 33b-46b.
  • 142 Ibid., 470, p. 262, titre.

34Cet empereur Valens est celui que la chronique accuse d’avoir traîtreusement converti les Goths à l’arianisme137. Valens est donc indirectement responsable des exactions commises par les Wisigoths ariens contre les Catholiques. Citons comme exemple138 les rois Amalaric et Léovigilde que l’hérésie pousse à s’attaquer à un membre de leur famille. Amalaric maltraite ainsi son épouse Clotilde, la fille du roi Clovis, qui refuse de se convertir à l’arianisme139. Quant à Léovigilde, il entre en conflit avec son fils aîné Herménégilde, converti au Catholicisme par son épouse, fille de Sigebert Ier (roi d’Austrasie de 561 à 575). La colère du roi est telle qu’il le fait capturer puis exécuter, faisant ainsi de lui un « martir de Dios140 ». On lit en effet : « cayo en la yra del padre por ende et desamol mucho además et fizol mucho pesar »141. Ses crimes, « males que fizo contra la cristiandat »142, ne s’arrêtent cependant pas là :

  • 143 Ibid., 470, p. 262, 31b-p. 263, 2a.

Este Leouegildo fue omne muy cruel et muy sin piedad, et demas que era el de la secta arriana ; e quando se mouio la persecucion de los cristianos, echo de la tierra a sant Leandro arçobispo de Seuilla, e a Mausona arçobispo de Merida, et a otros muchos, et tomo el pora si las rendas de las eglesias, et tollio les los priuilegios ; et torno muchos a la secta de Arrio, los unos por miedo lo otros por dones et auer que les daua ; e fizo batear a muchos cristianos que eran de la fe catholica otra uez, que es cosa mucho contra Dios et contra la fe, e fizo assi a los clerigos de missa como a los legos tornar de la fe derecha a la secta de la heregia ; assi como fizo  fazer a un obispo de Çaragoça, que auie nombre Viçent, quel tiro de la fe de Cristo et fizol seer herege. Este rey fue muy cruo escontra algunos de los suyos, ca a los que eran nobles et poderosos, si non querien tornar a la su secta, o los descabeçaua o les tomaua luego los aueres, et echaua los de la tierra. Este fue el qui primero se enriquescio de los robos de las eglesias et de los cibdadanos, et fizo thesoros dello143.

35À l’instar de Néron prenant deux des plus grands symboles du Christianisme pour cible, Léovigilde s’attaque à saint Léandre, symbole de l’Église d’Espagne et l’envoie en exil. Au travers des baptêmes ariens forcés et des persécutions qui n’ont visiblement rien à envier à celles des Romains, le roi parvient à forcer la conversion d’un certain nombre de Catholiques. Il s’attaque particulièrement aux églises ainsi qu’aux nobles qu’il fait exécuter avant de s’emparer de leurs biens, afin d’accroître sa richesse, cumulant ainsi crimes envers Dieu, envie et cruauté.

6. La folie royale ?

  • 144 Muriel LAHARIE, La Folie au Moyen Âge, XIe-XIIIe siècles, Le Havre : Le Léopard d’Or, 1991, p. 30.
  • 145 Ibid., p. 153.
  • 146 Ibid., p. 45.
  • 147 Bernard Guenée ne dit pas autre chose à propos de la folie de Charles VI, roi de France de 1380 à 1 (...)

36Si au Moyen Âge la folie peut concerner toute la société, que ce soit les hommes, les femmes, les enfants, les chevaliers, le peuple ou le clergé…144 – elle opère d’ailleurs « un nivellement social »145 car les représentations et comportements sont semblables, peu importe la catégorie sociale à laquelle appartient le fou –, elle ne peut cependant s’appliquer aux rois. En effet, selon Muriel Laharie, « l’idéologie royale qui s’est mise en place aux XIe et XIIe siècles fait que la possible folie du roi est rejetée en tant que maladie »146, maladie qui pourrait le rendre inapte à gouverner ou qui assimilerait son image à n’importe lequel de ses sujets. À la limite, le roi peut être frappé de folie – passagère ou non – comme châtiment divin, ou être accusé d’un comportement qui l’écarte de ses devoirs, mais pas de dérèglement mental car cela porte atteinte à l’essence même de la royauté147.

  • 148 Ibid., p. VIII.
  • 149 La Bible…, Psaume 53 (52) : « L’insensé a dit en son cœur : Non plus de Dieu ! », p. 839 : la numér (...)
  • 150 M. LAHARIE, op. cit., p. 53, et Huguette LEGROS, La Folie dans la littérature médiévale. Études des (...)
  • 151 H. LEGROS, op. cit., p. 37.
  • 152 M. LAHARIE, op. cit., p. 53 ; H. LEGROS, op. cit., p. 37 et 41.
  • 153 M. LAHARIE, op. cit., p. 60.
  • 154 Ibid., et Jean-Marie FRITZ, Le Discours du fou au Moyen Âge, Paris : PUF, 1992, p. 56.
  • 155 M. LAHARIE, op. cit., p. 61, illustration 17 : psautier de St Louis, illustration de l’initiale D d (...)

37Cependant, cela n’empêche pas quelques rois de la chronique de présenter certains aspects de la folie au sens médiéval du terme. Le Psaume 52148 définit en effet le fou comme celui qui nie l’existence de Dieu149, ce qui peut désigner l’athée, l’apostat, le juif et le Sarrasin150. De ce fait, est fou celui qui ne se soucie pas de son Salut151. À partir des XIIe et XIIIe siècles, la folie est de plus en plus perçue comme ayant une origine satanique, faisant ainsi du fou un possédé, ce qui provoque une confusion entre folie et péché152, car bien que la folie ne fasse pas partie des sept péchés capitaux, les théologiens et les artisans – en particulier sur les bas-relief des cathédrales de Paris, d’Amiens et de Chartres153 – des XIIe et XIIIe siècles, ajoutent la folie à la cohorte des péchés en l’opposant à la prudence154 ou à la sagesse155. La vision moralisante de l’époque médiévale préfère donc envisager la faute du roi comme une folie-péché plutôt que comme une folie-maladie.

  • 156 Ibid., p. 31 et 156.
  • 157 J.-M. FRITZ, op. cit., p. 169.
  • 158 H. LEGROS, op. cit., p. 179 et 1, p. 29.
  • 159 Ibid., p. 179 et 1, p. 159.
  • 160 J.-M. FRITZ, op. cit., p. 169.
  • 161 Ibid., p. 40.
  • 162 Ibid., p. 169.
  • 163 M. LAHARIE, op. cit., p. 245.
  • 164 J.-M. FRITZ, op. cit., p. 169 et M. LAHARIE, op. cit., p. 29.
  • 165 Michel ZINK, « Révélations de la mémoire et masques du sens dans la poétique médiévale », in : id., (...)
  • 166 M. LAHARIE, op. cit., p. 159.
  • 167 J.-M. FRITZ, op. cit., p. 25.
  • 168 M. LAHARIE, op. cit., p. 157.
  • 169 Francisco López Estrada (éd.), Poema del Cid, Madrid : Castalia, 1999, 83, p. 60-61, 1470-1472 : « (...)

38Cette folie se traduit par un dérèglement du comportement se caractérisant par l’excès ou l’insuffisance, c’est-à-dire par la perte de la mesure. Le fou cesse de boire et de manger156 ou au contraire il s’adonne à la boisson et à la gourmandise157. Il perd la parole158 comme un animal, ou au contraire il est bavard et incohérent159. Il peut être colérique160, fiévreux161, très agité, hargneuxou au contraire hébété162. Il peut aussi être prodigue, ce qui peut être un vrai danger pour les grandes familles163 ou le royaume quand il s’agit du roi. Enfin, la perte de la mémoire164 empêche le fou de se souvenir de sa famille, de sa parenté, de son rang, c’est-à-dire de sa place dans le monde. Michel Zink rappelle à ce propos qu’au Moyen Âge, la mémoire est « le propre de la raison humaine, par opposition à l’instinct »165. Car la folie éloigne du monde, comme lorsque le fou fuit vers la forêt, topique de la fuga mundi166, où il retrouve un comportement primitif, animal167. Il erre, tel un être asocial, ce qui est inconcevable au Moyen Âge où il faut être intégré à un groupe social, à une famille168. Il oublie ou trahit sa famille et son rôle dans la société. Ce terme est par exemple déjà présent dans le Cantar de mio Cid dans lequel il désigne le comportement irresponsable du chevalier qui refuse les obligations de son état169.

  • 170 H. LEGROS, op. cit., p. 22.
  • 171 Ibid., p. 22 et 347.
  • 172 Ibid., p. 12.
  • 173 Ibid., p. 407-408, l’auteur cite l’exemple du roi Louis dans Raoul de Cambrai.
  • 174 Ibid., p. 415-420, l’auteur cite l’exemple d’Alexandre le Grand dans le Roman d’Alexandre.

39Cette conception de la folie n’exclut donc pas les fautes du roi dont les devoirs envers la société sont primordiaux. Le monarque est le garant de l’ordre établi, et tout manquement peut mettre tout le royaume en péril. Pour Huguette Legros « si son statut protège le roi de la folie, il peut néanmoins pécher par démesure et/ou par oubli de sa fonction ; alors, il est considéré comme “ fou ” »170. Le concept de folie peut donc aussi être lié à diverses déviances sociales, à un comportement déréglé pouvant à son tour dérégler l’équilibre du royaume. Dans ces cas-là, le fou n’est pas tant celui qui perd la raison que celui qui fait preuve de démesure ou qui se montre outrecuidant envers Dieu171, un écart s’opérant alors entre les attentes de la société172 et ses actions réelles. Les romans de chevalerie ou les chansons de geste dénoncent ainsi par exemple l’injustice, le parjure, le refus d’assistance173, l’ambition démesurée de conquête, le mépris de Dieu, ou encore le fait de faire passer leurs intérêts avant ceux de l’humanité174.

  • 175 La folie peut aussi être perçue comme une forme de « véridiction », une forme de vérité sortant de (...)

40Au Moyen Âge, on peut donc distinguer deux grandes acceptions175 de la folie en dehors de ce que nous qualifierions aujourd’hui de maladie mentale, le crime contre Dieu et la déviance sociale qui convergent en fait vers la notion de péché.

  • 176 J. COROMINAS, « Loco », op. cit., p. 364.
  • 177 Loco apparaît à quarante-sept reprises et locura à vingt-quatre reprises.

41Alphonse X précise les manifestations et les conséquences de la folie dans les Siete Partidas. Comme les autres textes juridiques de l’époque, aucun titre n’est consacré spécifiquement au fou, mais il apparaît chaque fois qu’une loi peut s’appliquer différemment si le sujet est atteint de folie. Les termes loco – attesté à partir de 1140176 – et locura y apparaissent à soixante-et-onze reprises177, dans cinquante-deux lois.

  • 178 Partida III, 9, 7.
  • 179 Partida I, 1, 21 et Partida VII, 1, 9.
  • 180 Tantôt fixée à 25 ans, tantôt à 14 et tantôt à 10 ans et demi.

42Dans trente-neuf de ces lois, ces termes désignent les personnes atteintes de folie dans le sens où elles ont perdu ou n’ont jamais eu la capacité de réfléchir. Cette inaptitude est exprimée à l’aide d’expressions telles que « mengua de seso »178 ou « non aber entendimiento »179, mais elle ne peut pas concerner le roi ici, puisque l’idée d’un roi déficient mental n’est pas envisageable. Dans un tiers de ces lois, le fou est associé à l’orphelin, dans la moitié, il est associé à la minorité d’âge180, et dans les trois quarts à l’amnésique (« desmemoriado »). Dans une moindre mesure, le fou peut aussi être associé au « desgastador » ou prodigue, au sourd ou au muet. Ce qui ressort, c’est que, d’une part, le fou est associé à l’incapacité : l’incapacité à raisonner, à comprendre, à se souvenir et, d’autre part, à la faiblesse : la faiblesse d’un mineur ou d’un orphelin. Ces deux infirmités ont deux conséquences : l’interdiction et la protection. Le fou ne peut donc devenir chevalier, ni plaider devant la justice, ni se marier, ou encore tester. On peut en déduire qu’il est à plus forte raison interdit de trône. De plus, la loi prévoit l’obligation de s’occuper du fou : un curateur qui doit rendre des comptes doit être désigné, et une famille qui ne s’occuperait pas d’un parent fou serait privée d’héritage. Si les Siete Partidas s’occupent de la protection du fou face à la justice des hommes et face à la justice de Dieu, cette protection ne peut s’appliquer au roi. Il n’est en effet pas concevable que le roi ne soit pas responsable de ses actes ou qu’il est besoin d’un curateur pour gérer les affaires du royaume !

  • 181 Partida II, 23, 27, et 23, 18.
  • 182 Ibid., 4, 4.
  • 183 Ibid., 14, 2 et Partida III, 20, 10.
  • 184 Partida VII, 9, 5.
  • 185 Partida II, 8, 8.

43De plus, sur les cinquante-deux lois mentionnant la folie, les treize autres ne renvoient pas directement au fou mais à ce que peut représenter la folie dans la société, comme par exemple la désobéissance d’un chevalier à la guerre181, le fait de déshonorer Dieu182 ou le roi183, la corruption de femmes honnêtes184 ou encore la colère irraisonnée185. D’après le droit, peut donc être qualifié de folie tout ce qui contrevient à l’ordre établi de la société et ce qui se rapporte aux péchés. Le prince qui s’en rend coupable mérite donc l’opprobre.

  • 186 Loco apparaît à trois reprises et locura à dix-sept reprises.
  • 187 PCG, Prologue, p. 3, 22b-24b et 14, p. 14, 22b- 25b.
  • 188 Ibid., 11, p. 13, 14a.
  • 189 Ibid., 50, p. 32, 13b.
  • 190 Ibid., 14, p. 14. Peuple de magiciens.
  • 191 Ibid., 281, p. 172, 20b-21b. Religion fondée par le prophète Mani au IIIe siècle et qui sépare le m (...)
  • 192 Ibid., 316, p. 185, 50a et 318, p. 188, 17a.
  • 193 Ibid., 403, p. 228, 3a.
  • 194 Ibid., 493, p. 274, 16a-17a.
  • 195 Ibid., 340, p. 199, 2a. Le terme « sandio » qualifie celui qui tue le roi Theudis 453, p. 255, 39b (...)
  • 196 C’est le cas de Maximien qui tente de déposer son fils Maxence au IVe siècle, ibid., 308, p. 180, 3 (...)
  • 197 C’est le cas du duc Paul qui se rebelle contre le roi Wamba au VIIe siècle, ibid., 513, p. 284, 6b  (...)
  • 198 Ibid., 188, p. 139, 29b-31b : Domitien « dizie por ende muchas uezes que loco era el sennor que no (...)

44Dans la Estoria de España, les termes loco ou locura apparaissent à vingt reprises186. Le fou y apparaît opposé au sage dans le couple topique sabio/loco187, même si dans deux cas, celui qui est traité de fou est en fait le sage. En effet, ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas voir la vérité et la sagesse là où elles se trouvent inversent les rôles et font du sage le fou afin de se protéger de ce qui les effraie, la mort ou leur propre ignorance. Ainsi, les Troyens traitent Rocas de fou lorsqu’il leur annonce leur fin prochaine188, et les serviteurs tyriens font de même face à la sagesse, inaccessible pour eux, de l’un de leurs seigneurs189. Les hommes se moquent de ceux dont ils ne comprennent pas la sagesse. La folie désigne aussi les hérésies, celles des Almujuces190, des manichéistes191, des dieux romains192, des ariens193 ou des musulmans194. Enfin, la folie peut aussi désigner les attitudes qui vont à l’encontre des règles de la société et la mettent en danger, précisément lorsque des soldats causent la mort de leur roi195, qu’un père tente de déposer son fils196, qu’un duc se rebelle contre son roi197, ou encore lorsqu’un seigneur ne punit pas celui qui doit l’être198. La conception alphonsine de la folie, qu’elle soit historiographique ou juridique, rejoint donc la codification que le Moyen Âge en donne dans la littérature, la théologie et le droit.

  • 199 En dehors de Rodrigue jugé responsable de la chute de l’Espagne (ibid., 557, p. 310, 17b), mais on (...)
  • 200 Ce sont essentiellement Dion Cassius, Suétone, Sénèque et Philon d’Alexandrie qui ont décrit la fol (...)

45Nombre des comportements des mauvais rois se rapprochent de la définition de la folie, bien qu’ils ne soient pas désignés comme tels. Néanmoins, malgré le nombre élevé de rois cruels, luxurieux, imprudents… que la Estoria de España dépeint, les rois n’y sont jamais directement accusés de folie199, quoique disent les sources, c’est le cas notamment des empereurs Caligula et Néron que l’historiographie latine a dépeints comme des fous furieux200.

  • 201 SÉNÈQUE (auteur), Pierre Maréchaux (éd. et trad.), La constance du sage, Paris : Payot et Rivages, (...)
  • 202 Roland AUGUET, op. cit., p. 55 et 164.
  • 203 Chronicon Mundi, I, 106, p. 98, 22 : « tantam prorupit uesaniam ». CM trad., p. 117 : « tanta locur (...)
  • 204 SUÉTONE, op. cit., Caligula, L, p. 100-101 ; PCG, 165, p. 116.

46Quel traitement réserve alors la chronique à la folie royale si celle-ci ne peut être nommée expressément ? Les historiographes latins sont d’accord sur la folie201 de Caligula et sur son origine : une maladie qu’il aurait contractée environ six mois après le début de son règne202. Même Lucas de Tuy parle de folie pour Caligula203. Il est donc presque certain que les ateliers d’Alphonse X avaient connaissance de cette maladie, d’autant que chez Suétone, la mention de la folie se situe au milieu d’un chapitre, entre deux passages que la chronique recopie presque mot pour mot204. Le fait que ni la folie ni la maladie qui l’aurait causée ne soient mentionnées par l’historiographie castillane ne saurait donc être un hasard, et l’on peut en déduire que le roi ne peut être explicitement traité de fou. Cependant, beaucoup d’éléments tendent à insinuer que les empereurs Caligula et Néron, ainsi que bien d’autres étaient bel et bien des fous dans le sens médiéval du terme.

47Par exemple, la Estoria de España n’affirme pas que Caligula est fou, mais les éléments de son portrait physique et moral indiquent bien qu’il se conduit comme tel. En effet, les motifs développés correspondent aux acceptions du fou : le péché et la déviance sociale. De plus, certains détails de son portrait font écho aux attributs du fou au Moyen Âge :

  • 205 PCG, 165, p. 116, 7a-20a. Voir M. LAHARIE, op. cit., p. 155.

Muy grand de cuerpo, et de color amariello ; pero el cuerpo era feo, ceruiz et las piernas muy delgadas, e las quexadas et los oios encouados, e la frente ancha et toruada, el cauello auie ralo, et en somo de la cabeça no auie ninguno, et esso que auie, era todo espeluzrado […]. E la cara auie la por natura espantosa et oscura, et faziela aun mas por maestria, ca se cataua en ell espeio et punnaua de la componer de gestos much espantosos205.

  • 206 PCG, 166, p. 116, 39b-42b.
  • 207 M. LAHARIE, op. cit., p. 124-125.
  • 208 Ibid., p. 245.
  • 209 Voir J.-M. FRITZ, op. cit., p. 37, et surtout Anne-Marie LECOQ, « PHYSIOGNOMONIE », Encyclopædia Un (...)
  • 210 PCG, 290, p. 175, 10a-14a.
  • 211 Ibid., César (117, p. 92, 47b-p. 93, 28a , 24b-26b et p. 94, 45a-26b) ; Claude Ier (167, p. 119, 36 (...)
  • 212 Le portrait de Claude Ier se situe à la fin de son règne, celui de Néron au début et celui de Domit (...)

48La rareté de ses cheveux, son attrait pour la lune206 qui est réputée causer la folie207, sa prodigalité dont le Moyen Âge se méfie autant que l’époque romaine208, sont autant de signes de sa folie. Néanmoins, il ne faut pas chercher dans la chronique une réelle volonté physiognomonique, cette « science » héritée de l’Antiquité gréco-romaine et des Arabes et de nouveau connue en Occident à partir du XIIe siècle. Selon cette théorie, le corps serait l’expression de l’âme, en d’autres termes, l’aspect extérieur serait le reflet de la bonté ou de la noirceur intérieures209. Malgré les correspondances du portrait de Caligula avec les attributs de la folie ou encore ce commentaire à propos de Maximien : « la aspereza del so engenno et la braueza del so coraçon mostrauala en la cara que auie muy sannuda et much esquiua »210, ces portraits ne semblent pas significatifs compte tenu du fait que seuls quelques empereurs211 sont décrits physiquement et qu’il n’y a pas de schéma d’exposition unique212. Quoi qu’il en soit, en méprisant, souillant, déshonorant l’aristocratie, le peuple, les dieux romains et Dieu, Caligula s’écarte complètement de ses devoirs d’empereur.

49Ainsi, dans la Estoria de España, pas plus que dans les autres sources médiévales, la folie du roi ou du gouvernant ne semble être explicitement envisagée ou envisageable. Cependant, si le terme est prudemment évité, le récit n’en décrit pas moins les effets. Dans la Estoria de España, Alphonse X se conforme à l’idéologie médiévale concernant le fou, en même temps qu’il élabore dans les Siete Partidas un cadre juridique pour les cas de folie. L’impossibilité de parler explicitement de folie à propos d’un souverain entraîne l’élaboration de stratégies du discours qui tendent à l’évoquer de façon indirecte et détournée. Ainsi, en utilisant les topiques littéraires, théologiques, juridiques et iconographiques de la représentation de la folie, l’historiographe dépeint les effets néfastes de la folie des princes, tout en évitant d’utiliser à leur encontre les termes de folie ou de fou. La chronique, tout en respectant ses sources et autorités, essentiellement Suétone et Sénèque, effectue donc une réappropriation de l’histoire antique afin, d’une part, de s’adapter à la vision médiévale de la folie et, d’autre part, de conforter par une exemplarité à rebours la conception de la royauté véhiculée par l’ensemble de l’œuvre d’Alphonse X : une royauté sacralisée et donc intangible.

7. Les conséquences de l’inconduite royale

  • 213 PCG, 279, p. 171, 20b-24b.
  • 214 Néron, ibid., 178, p. 128, 2a-3a : « ni uinieron los amigos, ni tornaron los mandaderos » et Galba, (...)

50En faisant l’exact opposé de ce que font les bons gouvernants, les rois cruels provoquent les réactions inverses. Les bons s’attirent l’amour de leurs hommes, tel Hispan conquérant l’Espagne, alors que les mauvais rois suscitent le désamour de leurs sujets. C’est ainsi qu’Aurélien s’attire les foudres de ses hommes : « mato muchos de los nobles omnes de la cibdat, et dio sentencia de muerte contra muchos otros […], et fue mui cruel en matar las yentes, assi que lo desamaron todos »213. Le lien entre amour politique et bonté se fait encore plus fort au regard de la corrélation entre cruauté et désamour. Les crimes de ces princes les détournent même de leurs amis qui, même s’ils ne participent pas directement à la conjuration, ne leur viennent pas en aide lorsque la révolte éclate. C’est le cas pour Néron et Galba à qui tous tournent le dos214.

  • 215 Ibid., 166, p. 117, 1a-15a : « una uez fizo llamar uno que fuera desterrado, et preguntol que fazie (...)
  • 216 Ibid., 188, p. 139, 1b.
  • 217 Ibid., 167, p. 119, 39a-53a.
  • 218 Ibid., 157, p. 112, 31a-35a : « auie del trueno grand miedo sin mesura ; cada que uey el cielo annu (...)
  • 219 Ibid., 166, p. 116, 33b-37b : « quando oye algunos truenos pequennos, auie muy grand miedo et enuol (...)

51Conscients de leur inconduite, les empereurs ressentent d’ailleurs de la peur, une peur incontrôlée et incontrôlable, à la mesure de leurs crimes. Un épisode du règne de Caligula est à ce propos particulièrement éclairant. Inquiet à l’idée que ceux qu’il a expulsés puissent prier pour sa mort, il décide de tous les faire abattre215. Dans le même esprit les rédacteurs associent explicitement la cruauté de Domitien à sa peur : « fue con miedo muy cruel »216. Claude Ier, qualifié de « tan medroso »217, vit aussi dans la peur d’être assassiné, à tel point qu’il se fait toujours escorter pour se rendre au palais ou pour manger. Il va jusqu’à faire fouiller le lit des malades à qui il rend visite. Il est si craintif qu’il envisage même d’abandonner le pouvoir. Tibère218 et Caligula219 ont une peur irrationnelle de l’orage, « miedo sin mesura » pour le premier, et « muy gran miedo » pour le second. Pour se protéger Tibère se coiffe d’une couronne de laurier et Caligula enfouit la tête dans sa cape ou se cache sous son lit. Encore une fois, l’image du prince courageux est plus qu’écornée. Le mauvais prince se caractérise ainsi par sa couardise.

52Néanmoins, bien que la peur irrationnelle de certains rois rende leur conduite ridicule et risible, elle n’en est pas pour autant complètement injustifiée. Si les Siete Partidas protègent le fou considéré comme faible et incapable de comprendre, les princes ne sont ni des faibles ni des innocents. Le comportement mauvais, dangereux, littéralement nocif pour le royaume et ses habitants de certains princes trouve parfois son terme dans la réponse sans appel de ceux qu’ils ont tyrannisés : la révolte et la mort.

53En effet, si l’on examine les règnes de Marc Aurèle, Commode ou Gallien, les conséquences de leur conduite vont au-delà d’eux-mêmes et provoquent des maux plus grands qui touchent l’Empire. Les habitants ne s’y trompent pas et attribuent ces infortunes au comportement des empereurs. Regardons ce que les rédacteurs écrivent à propos de Marc Aurèle, Commode ou encore Gallien :

  • 220 Ibid., 217, p. 153, 49b-53b.
  • 221 Ibid., 225, p. 156, 50a-54a.
  • 222 Ibid., 270, p. 168, 12a-18a.

Sopieron las yentes de las tierras las grandes pestilencias que uinieran en tierra de Roma et los destruymientos que auie recebido ell imperio220. (Marc Aurèle)
Por las grandes maldades que ell emperador Comodo auie en si, touieron las yentes que todas las pestilencias que en la tierra uinien, todas eran por los sus merecimientos221. (Commode)
Echo se a vicio et a folgar et a usar de todas malas costumbres, no auiendo cuidado del estado dell imperio que començaua a yr a mal de muchas guisas222. (Gallien)

  • 223 Ibid., 217, p. 153, 49b-53b. À propos de Marc Aurèle.
  • 224 Ibid., 270, p. 168, 12a-18a. À propos de Gallien.

54Les « pestilencias » causées par ces princes attisent le ressentiment et la haine des Romains qui finissent par se soulever. Les révoltes contre l’empereur, manifestées par le verbe « alçar » et dans une moindre mesure par « leuantar », sont nombreuses au cours du récit. La chronique les attribue systématiquement aux nombreux péchés du prince. La description des malheurs que provoquent Marc Aurèle et Gallien sont suivis des mêmes conséquences : « alçaron se por ende contrall emperador »223 et « se alçauan muchas tierras contral sennorio de Roma, et tollieron le las rendas et los pechos et nol quisieron obedecer »224.

  • 225 Ibid., 157, p. 113, 43a-47a.
  • 226 Ibid., 173, p. 124, 7a-13a.
  • 227 Ibid., 178, p. 126, 43b-45b.
  • 228 Ibid., 174, p. 125, 8a-9a.

55L’envie de Tibère finit par offenser sérieusement les provinces qui se révoltent : « con la grand cobdicia que en si auie, despechaua mucho las tierras; et por esta razon alçaron se muchas prouincias all imperio de Roma, de guisa que numqua despues fueron suyas »225. Les vexations imposées par l’empereur provoquent une rébellion puis la perte des territoires qui se sont sentis offensés. Le schéma est identique avec Néron. Ses exactions provoquent des révoltes et la perte de territoires : « con las grandes cruezas et con estas desmesuras dell emperador Nero, començaron a bollecer entressi por se leuantar contral sennorio de Roma »226, ou encore : « e las tierras que eran so el sennorio de Nero, quando uieron cuemo fazie el mal su fazienda, alçaronse todas »227. Les rédacteurs établissent aussi un lien direct entre le meurtre des sénateurs par Néron et la perte des provinces : « mato otrossi muchos senadores ; e perdio muchas prouincias del sennorio de Roma »228. Il en ressort donc que certains empereurs, non seulement incapables de protéger leur empire, ne parviennent qu’à provoquer son morcellement.

  • 229 Ibid., 272, p. 169, 41a-45a.
  • 230 Ibid., 288, p. 174, 25a-26a.
  • 231 Ibid., 310, p. 181, 14b-16b.
  • 232 Ibid., 181, p. 132, 32a-12b.
  • 233 Ibid., 355, p. 204, 4a-7a.

56Dans d’autres cas, les maux qui résultent du comportement du prince sont si grands que les sujets le tuent pour endiguer les calamités qui les touchent. Ainsi Gallien rendu responsable des malheurs de Rome finit-il par être assassiné : « tanto se dio alli a malas costumbres, et a yr por su talente, non se castigando por los quabrantos que auie passados et por los males que ueye en la tierra, que lo mataron por y »229. Il en va de même pour Carin : « por estos fechos tales perdio ell imperio »230, ou pour Maximien, en révolte contre Constantin Ier « a grand derecho recibio tal muerte omne tan cruo et tan cobdicioso et sin uerdat »231. Vitellius, qui a envoyé ses hommes se battre à sa place par peur, finit par être vaincu par Vespasien qui lui réserve une mort honteuse qu’il n’aurait pas connue s’il s’était battu, c’est-à-dire s’il ne s’était pas adonné au péché232. Et que dire de Valens, rendu responsable de la conversion des Goths, brûlé par ces mêmes Goths233 ? Chez les Goths justement, de nombreux meurtres de rois sont attribués à leur mauvaise gouvernance.

  • 234 Ibid., 416, p. 237, 54b-p. 238, 7a.
  • 235 Ibid., 455, p. 257, 5a-15a : « quando esto uiron los altos omnes des regno, iuraron de todos contra (...)
  • 236 Ibid., 458, p. 258, 15a-20a.
  • 237 Ibid., 423, p. 241, 40a-42a
  • 238 Ibid., 481, p. 267, 35a-38a.
  • 239 Ibid., 600, p. 343, 43a-45a.

57La mort de Thorismond, bien qu’ourdie par ses frères, résulte aussi de son comportement « brauo »234. Theudigisel est assassiné par les nobles pour mettre fin à sa luxure qui déshonorait leurs épouses235, et Agila Ier est tué lorsque les Goths se rendent compte qu’il est responsable des conflits qui les opposent et que le fait qu’il soit roi met tout le royaume en danger : « quando uieron que non murien sus yentes por al si non por la desavenencia que auien entre si mismos, temiendosse que uernien los romanos sobrellos et que perderien la tierra de Espanna por esta razon, mataron entonces a Agila »236. Théodoric II, l’un des frères conspirateurs de Thorismond, monté sur le trône, est à son tour assassiné par un autre de ses frères, Euric, « assi cuemo el matara a Turismundo su hermano mayor »237, c’est-à-dire que Théodoric II reçoit un juste châtiment en réponse à son fratricide. Le roi Wittéric, qui a tué l’innocent Liuva II, est assassiné à son tour « assi como el matara al rey Luyba, que era ninno et sin culpa et que numqual fiziera por que »238, et Fruela, qui a assassiné son frère Vimara, est tué « por uengança dell hermano »239.

  • 240 Ibid., 264, p. 166, 12a-13a.
  • 241 Ibid., 216, p. 153, 26b-41b.
  • 242 Ibid., 265, p. 166, 21b-31b.

58Parfois, la réponse aux péchés des princes provient du Ciel. Ainsi le mal causé par Dèce provoque des maladies terribles : « por este mal que ellos fazien, uino muy grand pestilencia de enfermedades »240. Les persécutions que mène Marc Aurèle (A) à l’encontre des Chrétiens provoque maladies, guerres, tremblements de terre et invasion de sauterelles241. La chronique précise aussi que tant que les chrétiens priaient pour Rome tout était pour le mieux, mais lorsque les empereurs (B) ont commencé à les persécuter, les conséquences pour l’Empire ont été terribles242. Comme le montre le tableau ci-dessous, les malheurs provoqués par les crimes des princes s’apparentent aux calamités que l’on trouve dans la Bible, particulièrement les plaies d’Égypte, avec la mention des sauterelles et de la maladie qui touche chaque maison.

  • 243 Ibid., 216, p. 153, 26b-41b.
  • 244 La Bible…, Exode 10 :15.
  • 245 PCG, 265, p. 166, 21b-31b.
  • 246 La Bible…, Exode 12 :29-30.

A. Por la persecucion que los emperadores fazien en los cristianos, uino tan grand pestilencia en toda la tierra, que destruyo muchas prouincias et mayormientre quebranto toda la tierra de Italia […], eran muy grandes las guerras […]. E a todas partes tremie la tierra, et destruyense por y muchas cibdades. Et auinien los rios et fazien muy esquiuos dannos en muchos logares. La lagosta era tanta que destruye los panes et todos los otros fruytos243.

Les sauterelles (huitième plaie) :
Elles couvrirent toute la surface du pays et le pays fut dévasté. Elles dévorèrent toute l’herbe du pays et tous les fruits des arbres qu’avait laissés la grêle ; rien de vert ne resta sur les arbres ou sur l’herbe de champs, dans tout le pays d’Égypte244.

B. El imperio de Roma que solie ante seer much onrado, et quel yua bien en todos sus fechos por las oraciones que los santos cristianos fazien por el, e desque començaron los malos sennores a mouer las persecuciones contra ellos et atormentallos de muchas guisas, fue todauia mal all imperio. Assi que aquel anno no finco ninguna prouincia de Roma ni ninguna cibdat ni casa ninguna en que tan grand pestilencia no cayesse, que adur escapo y omne uiuo245.

La mort des premiers-nés (dixième plaie) :
Au milieu de la nuit, Yahvé frappa tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, aussi bien le premier-né de Pharaon qui devait s’asseoir sur son trône, que le premier-né du captif dans la prison et tous les premiers-nés du bétail. […] il n’y avait pas de maison où il n’y eût pas un mort246.

59Dans la Bible, ces calamités sont provoquées par Dieu dans le but de faire pression sur Pharaon afin qu’il permette aux Hébreux de recouvrer leur liberté, ou en d’autres termes, qu’il cesse ses exactions à l’encontre du Peuple Élu. La même dynamique s’applique dans la chronique : les cataclysmes touchent les Romains en réponse aux mauvais traitements qu’ils infligent parfois aux juifs et surtout au nouveau Peuple Élu. Encore une fois, la punition et la Providence sont des notions clés de la Estoria de España. Les calamités sont une manifestation providentielle signalant que quelque chose est déréglé dans le royaume, l’empereur en l’occurrence. Si la conduite du prince ne change pas, et elle ne change pas, une intervention divine plus contondante se profile alors, infligeant une punition définitive et sans retour possible.

  • 247 PCG, 166, p. 117, 29a-38b.
  • 248 Ibid., 264, p. 166, 28a-30a.
  • 249 Ibid., 267, p. 167, 40a-46a.
  • 250 Ibid., 268, p. 167, 19b-26b.
  • 251 Ibid., 445, p. 251-252. Dans une autre version, 559, p. 314, 40a-41a, il est assassiné par ses vass (...)
  • 252 Ibid., 348, p. 201, 11a-7b.

60Caligula se montre injuste envers Petronius (gouverneur de Syrie de 39 à 42), qui ne veut pas obliger les Juifs à installer et à adorer sa statue dans le Temple de Jérusalem. Alors qu’il est sur le point de faire tuer son légat, l’empereur est assassiné, et voici ce que les rédacteurs écrivent à propos de sa mort : « ordenolo Dios dotra manera […]. E assi fue, ca ell emperador Gayo fazie muchos males, et tenie en coraçon de fazer muy mayores »247. Dèce est tué « por juyzio de Dios por quanto mal ello fizieron a los critianos »248. La huitième grand persécution orchestrée par Valérien provoque aussi la colère divine : « fue tan fuerte et tan esquiua, que por la grand crueldat della ouo el Nuestro Sennor Ihesu Cristo a tomar grand uengança dell imperio de Roma »249, ou encore : « por la uertud del Nuestro Sennor Ihesu Cristo, que quiso tomar uengança dell emperador Valeriano por quanto mal fiziera en los sus sieruos »250. La répétition de l’expression « tomar uengança » est significative, l’empereur doit sa fin à la vengeance divine. Bien qu’il n’y ait pas d’expression équivalente à propos de la fin d’Amalaric, on peut aussi voir dans sa mort une intervention divine. Il maltraite en effet son épouse parce qu’elle est catholique, et finit par être tué par Childéric Ier (roi de Paris de 511 à 558 et d’Orléans de 524 à 558), le frère de cette dernière, venu à son secours251. Quant à Julien, redevenu païen il promet à ses dieux de leur sacrifier du sang de Chrétiens pour obtenir la victoire, ce que Dieu ne permet pas : « mas el Nuestro Sennor, que guardo siempre los sus amigos, ordenolo dotra guisa ». Il est alors tué par saint Mercure revenu d’entre les morts252.

***

  • 253 La Bible…, Jc 4 :4. Ce verset est repris par Gilles de Rome dans plusieurs chapitres, op. cit., I, (...)
  • 254 PCG, 439, p. 248, 48b-p. 249, 1a.
  • 255 Ibid., 440, p. 249, 43a-46a.

61Dans la Estoria de España, Alphonse X stigmatise nombre de princes pour leur comportement en lien avec les péchés capitaux d’orgueil, d’envie et d’avarice, de luxure, de colère et de gourmandise, ainsi qu’à la folie, car « qui veut donc être ami du monde, se rend ennemi de Dieu »253. La construction d’une contre-exemplarité royale, ou d’une exemplarité à rebours, se fait en miroir de l’éloge des bons princes. En effet, les critères sont finalement essentiellement les mêmes que ceux sur lesquels se fondent l’éloge, ils sont simplement inversés, dans une sorte de symétrie malveillante. Ainsi, les vertus et la Sagesse s’opposent-t-elles aux péchés. Pour le bon prince il n’y a qu’une voie, celle de la Sagesse, tracée par la mesure qui lui permet de s’écarter des excès. Si la tempérance et la mesure poussent les uns à se montrer justes et font d’eux de grands guerriers, l’intempérance et la démesure poussent les autres à l’iniquité et à la lâcheté. Les uns sont de bons chrétiens et les autres sont des persécuteurs sanguinaires. Les uns sont abstinents et les autres s’adonnent aux vices de la chair. Les uns sont humbles et les autres se font adorer tels des dieux vivants. Les uns sont miséricordieux et les autres sont iniques, cruels et ne se servent de leur position qu’à des fins personnelles. Oublieux de leur devoir de protection envers le royaume et leurs sujets, ils appliquent un modèle de gouvernance exclusivement fondé sur leur bénéfice personnel et leurs plaisirs. Cette conduite les disqualifie dans leur rôle et leur fait mériter l’opprobre et le châtiment divin. La seule conséquence possible des vices chez les rois est la perte du contrôle sur eux-mêmes et in fine sur leur royaume. Les conclusions des rédacteurs à propos de Geisalic (roi de 507 à 511), qui n’est certes pas le roi le plus important, sont représentatives de cette dynamique : « perdio despues por esta razon la onrra et el sennorio del regno »254 et plus loin : « perdio primeramientre la onrra del regno, como dixiemos ya, et despues la uida »255. La sentence est sans appel, le roi pécheur ne peut que perdre l’honneur, la vie et son royaume. Tel un vade-mecum ou un guide illustré des dangers qui guettent le prince s’il s’adonne au péché ou oublie où est son devoir, la Estoria de España assume le rôle d’un Miroir du prince. La chronique avertit en effet le prince des conséquences de sa démesure. Les portraits dépréciatifs permettent, d’une part, de construire un contremodèle et de montrer le chemin qu’il ne faut pas suivre et, d’autre part, renforcent les modèles positifs qui se retrouvent d’autant plus valorisés et mis en lumière par leur dissemblance avec les mauvais rois. Le contraste entre les deux types de gouvernance, saisissant, favorise la préhension et aide le lecteur à prendre la mesure de ce que doit être un bon roi.

Notes

1 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 7-10.

2 Voir notre chapitre Chute(s) et temps cyclique.

3 Caligula, PCG, 166, p. 116, 5b.

4 Néron ibid., 172, p. 123, 3a, Vitellius 181, p. 131, 1b et Caracalla 245, p. 159, 50b-51b.

5 Commode ibid., 221, p. 155, 42b-44b.

6 Ibid., 174, p. 125, 5a-7a : « con cobdicia de poder yazer con las mugieres, bannauasse en unguentes calientes et frios. E yogo con su hermana, et desi matola ».

7 Ibid., 245, p. 159, 50b-p. 160, 1a : « fue omne de tan grand luxuria, que tomo por mugier a Julia, que fuera mugier de su auuelo ». Julia était sa mère et régnait avec lui.

8 Ibid., 172, p. 123, 40a : « ouo muy grand sabor de yazer con su madre ».

9 Ibid., 166, p. 116, 16b-19b : « tan sin razón fue la luxuria de Gayo, que yogo con todas sus hermanas, et al cabo mato las, diciendo les que se yazien con otros, et que eran en conseio de matar a el ».

10 D. LETT, op. cit., p. 95-96 et 99.

11 PCG, 181, p. 132, 28a-29a.

12 Ibid., 166, p. 116, 16b.

13 Ibid., 288, p. 174, 20a-21a : « desfazie muchos onrrados casamientos, et forçaua las duennas ».

14 Ibid., 455, p. 257, 6a-10a : « manzello, e enlixo los casamientos de muchos omnes poderosos que eran sus uasallos, faziendo les conçeieramientre nemiga con las mugieres a guisa de mal princep ».

15 La Bible…, 1 Rois 11, particulièrement   Rois 11 :4 : « Quand Salomon fut vieux, ses femmes détournèrent son cœur vers d’autres dieux et son cœur ne fut plus tout entier à Yahvé son dieu comme avait été celui de son père David ».

16 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 231.

17 Pour rappel, Witiza tue le père de Pelayo car il convoitait sa femme et il souille le clergé tolédan jusqu’alors exemplaire. Quant à Rodrigue, il viole la fille du comte Julien.

18 PCG, 157, p. 111, 4b-6b : « por que amaua mucho el uino llamauan lo los joglares por escarnio por Tiberio Nero, ‘biberio mero’, que quier dezir beuedor de uino ».

19 Ibid., 167, p. 119, 23b-29b.

20 Ibid., 179, p. 129, 36a-37a : « omne que comie mucho ademas ».

21 Ibid., 172, p. 123, 2a-3a.

22 Ibid., 172, p. 123, 34a-35a : « duraua la yantar desde medio dia fasta media noche ».

23 Ibid., 181, p. 131, 1b-3b : « siempre comie tres uezes et quatro al dia, et fazie grandes yantares et grandes cenas et a menudo ».

24 Ibid., 181, p. 131, 10b-23b.

25 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 211-212.

26 Saint JÉRÔME, Contre Jovinien, livre II, 2, traduit et publié par F.-Z. COLLOMBET, Mélanges théologiques, historiques et moraux, empruntés des œuvres de Saint Jérome, Paris, 1842, p. 118. Traduction p. 119 : « tant qu’il jeûna, il fut dans le Paradis ; quand il mangea, il fut chassé ; et chassé, il prit aussitôt une épouse. Celui qui, à jeun dans le Paradis, avait été vierge, celui-là, rassasié, contracta sur la terre un mariage ». Le jeûne auquel fait référence saint Jérôme est en fait l’interdiction de consommer certaines viandes.

27 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 199.

28 PCG, 181, p. 131, 8b-10b.

29 Ibid., 181, p. 132, 29a-31a.

30 Ibid., 157, p. 111, 6b-7b.

31 Ibid., 157, p. 111, 7b-15b.

32 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 211.

33 PCG, 181, p. 131, 23b-28b.

34 Ibid., 181, p. 131, 1b.

35 Ibid., Néron : 173, p. 124, 52a-53a, et Caligula : 166, p. 116, 5b-8b.

36 Ibid., 166, p. 116, 53b-1a.

37 Ibid., 175, p. 125, 24a-39a.

38 Ibid., 177, p. 126, 34a-39a.

39 Ibid., 167, p. 119, 11a-35a.

40 Ibid., 167, p. 119, 17b-22b.

41 Ibid., 157, p. 111, 24b- p. 112, 5a : « en  quanto el regno no passo dia ninguno, por fiesta que fuese, en que no matasse algun omne ».

42 Ibid., 157, p. 111, 24b-p. 112 : « deffendie que no llorassen los parientes ni los amigos a los que el mataua ».

43 Ibid., 166, p. 117, 1a-15a : « mandaua que uiniessen los padres a la muerte de los fijos; e a uno que se escusaua una uez que era doliente, enuiol su lecho en que lo troxiessen ».

44 Ibid., 166, p. 117, 33b-45b.

45 Ibid., Néron, 176, p. 125, 48b-51b : « ell adelantado de la cibdat auie mal en la garganta, et el prometiol quel darie con que sanasse ; et diol pozon con que murio ». Vitellius, 181, p. 131, 28b-38b : « a uno que  auie la fiebre et demandaua agua fria que beuiesse, dio gela el mismo por su mano, et diol en ella  pozon con que murio ».

46 Ibid., 157, p. 111, 24b- p. 112, 5a : « una uez fizo llamar ante si a pleyto una grand companna de omnes; et una partida dellos, por que sabien que morrien, mataron se en sus casas; e los otros por tal de desfoyr la desonra et ell enxeco del pleyto, beuieron poçon por tal de se matar. E Tiberio que lo sopo, fizo atar las llagas a los feridos, et tales, medio muertos, mando los echar todos en la carcel. A los que querien morir no les dexaua, ca tenie que era muy ligero tormiento la muerte; onde auino una uegada que quisiera el matar a uno que auie nombre Carnullo, et matosse el ante; e Tiberio que lo sopo, dixo con grand pesar : “ Carnullo me escapo ” ».

47 Ibid., 189, p. 140, 19b-24b.

48 Ibid., Tibère, 157, p. 111, 24b : « quequier quel dixiesse cada uno, todo lo creye ». Vitellius, 181, p. 131, 28b-38b : « solamiente quel dizien dalguno que fiziera algun mal, mataualo a menos de  lo oyr ».

49 Ibid., 157, p. 111, 24b.

50 Ibid., 157, p. 111, 24b : « un gramatigo leyo un dictado en que dizie mal de  Agamennon, et un escreuidor de estorias leyo una estoria en que dizie que Bruto et Cassio fueran los peores de todos los romanos, et fueron por ello acusados ant el ; et maguer que mostrauan que no  fizieran ellos aquellos escriptos, mas que auie dias que fueran fechos et leydos ante Octauiano  Agusto, no les ualio nada; ante los metio en prisión, et deffendio les que numqua estudiasen, et que  numqua fablasen ».

51 Ibid., 188, p. 139, 32b-36b.

52 Ibid., 166, p. 117, 1a-15a.

53 Ibid., 173, p. 124, 33a-38a.

54 Ibid., 188, p. 139, 36b-53b.

55 Ibid., 167, p. 119, 11a-35a.

56 Ibid., 279, p. 171, 20b-23b.

57 Ibid., 166, p. 116, 16b-19b et 42b-51b.

58 Ibid., 181, p. 131, 28b-38b.

59 Ibid., 174, p. 124, 35b-p. 125, 4a ; 176, p. 125, 23b-38b et 176, p. 126, 3a-8a.

60 Ibid., 167, p. 119, 11a-35a.

61 Ibid., 188, p. 139, 32b-36b.

62 Ibid., 181, p. 131, 28b-38b.

63 Ibid., 176, p. 125, 51b-3a.

64 Ibid., 228, p. 156, 35b-42b.

65 Gilles de Rome, op. cit., XVII, p. 153 et XVIII, p. 159.

66 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 73.

67 Ibid., p. 70.

68 Ibid., p. 79.

69 PCG, 157, p. 112, 36a-41a.

70 Ibid., 188, p. 139, 4b-12b.

71 Ibid., 188, 189, p. 140, 37b-47b.

72 Ibid., 172, p. 123, 3a.

73 Ibid., 166, p. 116, 34b-36b.

74 Ibid., 166, p. 116, 37b-39b.

75 Ibid., 166, p. 116, 19b-24b.

76 Ibid., 180, p. 130, 5a.

77 Ibid., 172, p. 123, 5b-11b.

78 Ibid., 172, p. 123, 11b-36b.

79 Ibid., 176, p. 125, 11b-21b.

80 Ibid., 165, p. 116, 25a-32a : « no andaua uestido a costumbre de Roma ni a manera de omne, ni calçado otrossi; ca traye unas uestiduras pintadas, todas cubiertas de piedras preciosas, et los dedos llenos de aniellos, et las monnecas darmellas doro ; et assi andaua a las uezes ante toda la yente ; otras uegadas todo sirgado et en çuecos de mugieres ».

81 SUÉTONE (auteur), Henri AILLOUD (éd. et trad.), Vies des douze Césars, I-III, Paris : Les Belles Lettres, 1989-1993, Caligula, XXXVII, p. 90.

82 Partida III, 6, 2. On retrouve les expressions « desgastador de lo suyo », « desgastador de sus cosas » ou « (des)gastador de sus bienes », Partida III, 11, 3 et 7 ; 13, 1 ; 23, 8 ; 29, 11 et 30, 4. Partida V, 4, 1 et 14, 4. Partida VI, 1, loi 9 et 2, 2.

83 E. A. Thompson, op. cit., p. 207.

84 Benoît XVI, Compendium abrégé pratique officiel du catéchisme de l’Église Catholique, Bénin : Librairie éditrice vaticane et Éditions catholiques du Bénin, 2005, 258 p. 88 et 263, p. 89.

85 La Bible…, Si 10 :12-13.

86 PCG, 177, p. 126, 54a-7b.

87 Ibid., 177, p. 126, 54a-7b.

88 Ibid., 224, p. 156, 39a-45a.

89 Ibid., 224, p. 156, 40a-45a : « mas por que era omne malo et de malas costumbres no lo tuou la yente por bien, nin quisieron que fuese adelant el su fecho; et nol prouecio cuemo a Julio nin cuemo a Octauiano, et ouo siempre el mes aquel nombre que antes ouiera ».

90 Ibid., 172, p. 121, 47b-53b : « seyendo ninno aprisiera todas las siet artes. E des que se partio daquel estudio; fue muy sotil en assacar de suyo cosas nueuas. assi que trobaua muy de grado. et fazielo sin tod affan. E fue de pintar muy maestro a marauilla. et de fallar de nueuo muchas estrannas pinturas ».

91 Ibid., 172, p. 122, 40a-41a.

92 Christophe Hugoniot, « De l’infamie à la contrainte. Évolution du statut de l’acteur sous l’Empire romain », in : Christophe Hugoniot, Frédéric Hurlet et Silvia Milanezi (éd.), Le statut de l’acteur dans l’Antiquité grecque et romaine, Actes du colloque de Tours 3 et 4 mai 2002, Tours : Presses universitaires François Rabelais, 2004, p. 213-240, p. 214.

93 PCG, 172, p. 122, 50a : « por tal que lo catassen las gentes ».

94 Ibid., 172, p. 122, 52b-p. 123, 2a : « a muchos prometie su amor porque lo loauan mucho. a algunos prometiogelo cuemo por encubierta. porque lo no loauan tanto cuemo el querie ».

95 Ibid., 178, p. 127, 1a-2a : « e la cosa de quessel mas dolie era de que enueieciera en jogleria ».

96 Ibid., 177, p. 126, 46a-53a : « a la ora que Nero auie de yr en hueste la primera cosa de que auie cuydado. era de guisar sus carretas en que leuasse sus organos et sus estrumentos et las cosas que auie mester pora su iogleria. E de fazer uestir todas sus amigas a manera de omnes et de las mostrar a ferir de segures et mayor mientre a tirar dardos a manera de las amazonas ».

97 La Bible…, Exode 32 :7-10.

98 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 21.

99 M.-F. Auzépy, op. cit., p. 15-30.

100 Roland AUGUET, Caligula ou le pouvoir à vingt ans, Paris : Payot, 1975, p. 133.

101 PCG, 166, p. 116, 25b-28b : « faziesse a las yentes aorar por Dios, et llamauasse hermano de Jupiter; assi que una fija que auie, poniela muchas uezes entre les piernas de Jupiter, et dizie que damos era fija ».

102 Ibid., 166, p. 116, 28b-33b.

103 Ibid., 166, p. 117, 17a-20a : « tanto crecio la su maldat que se fizo fazer ymagen cuemo a dios, et enuio la por tod el mundo, et mando que la aorassen todas las yentes ».

104 Ibid., 166, p. 117, 29a-33a.

105 Ibid., 174, p. 124, 30b-32b.

106 Ibid., 189, p. 140, 48a-50a.

107 Ibid., 189, p. 140, 3b-6b.

108 Ibid., 189, p. 140, 10b-11b.

109 Ibid., 295, p. 176, 29a-41a.

110 Ibid., 278, p. 171, 34a-40a.

111 Ibid., 227, p. 156, 26b-28b.

112 Ibid., 178, p. 126, 41b-43b. Dans un premier temps les rédacteurs mentionnent douze persécutions « començo en Nero la primera de las doce persecutiones mas nombradas que fueron en los cristianos », mais ils s’arrêtent à dix, ce qui correspond au chiffre retenu par Orose qui fait correspondre les dix persécutions aux dix plaies d’Égypte. Certains auteurs ont retenu des décomptes différents, mais inférieurs à dix, nous supposons donc que le chiffre douze est une erreur. Voir Christiane Saulnier, « La persécution des chrétiens et la théologie du pouvoir à Rome (Ier-IVe s.) », in : Revue des Sciences Religieuses, 58 (4), 1984. p. 251-279, notamment note 84, p. 269.

113 PCG, 178, p. 128, 40b-49b.

114 Ibid., 189, p. 141, 42b-46b.

115 Ibid., 193, p. 144, 15b-22b.

116 Ibid., 215, p. 153, 14b-18b. La chronique ne précise pas qu’il s’agit de la quatrième persécution.

117 Ibid., 238, p. 158, 39b-44b et 244, p. 159, 18b-24b.

118 Ibid., 258, p. 162, 50a-54a.

119 Ibid., 264, p. 166, 1a-12a, 31a-50a. La chronique ne précise pas qu’il s’agit de la septième persécution.

120 Ibid., 267, p. 167, 39a-42a et 272, p. 169, 45a-10b.

121 Ibid., 279, p. 171, 36b-51b. La chronique ne précise pas qu’il s’agit de la neuvième persécution.

122 Ibid., 305, p. 178, 9b-p. 179, 46a.

123 Ibid., 178, p. 126, 30b-40b.

124 Ibid., 264, p. 165, 48b-52b.

125 Ibid., 300, p. 177, 38a-41a : « no querien aorar los ydolos; e dalli adelante se fue començando poc a poco la persecution mas braua que numqua ante ni despues fue », et 304, p. 178, 30a-39a : « duro diez annos, et fue mas fuerte et mas esquiua de quantas ante fueran; assi que en los dias de la Pasqua mandaron derribar quantas yglesias por tod el mundo auie, et quemaron todos los libros que fallauan de la fe de Ihesu Cristo et martiriaron quantos cristianos auer pudieron, cuydandolos derraygar por aquesta razon ».

126 Ibid., 229, p. 157, 12a-19a.

127 Ibid., 256, p. 162, 7b-12b.

128 Ibid., 255, p. 162, 36a-40a.

129 Ibid., 274, p. 170, 15a-23a.

130 Ibid., 288, p. 174, 29a-35a.

131 Ibid., 332, p. 197, 34b-40b et 346, p. 200, 5b-14b.

132 Ibid., 348, p. 201, 8b-14b.

133 Ibid., 347, p. 200, 40b-45b.

134 Ibid., 348, p. 201, 7a-11a.

135 Ibid., 355, p. 203, 40b-51b.

136 Ibid., 352, p. 202, 52b-p. 203, 2a.

137 Ibid., 403, p. 227, 10b-p. 228, 3a.

138 On pourrait aussi citer Athanaric, ibid., 353, p. 203, 43a-46a.

139 Ibid., 445, p. 251, 45b-51b.

140 Ibid., 470, p. 262, 18b-24b.

141 Ibid., 465, p. 260, 33b-46b.

142 Ibid., 470, p. 262, titre.

143 Ibid., 470, p. 262, 31b-p. 263, 2a.

144 Muriel LAHARIE, La Folie au Moyen Âge, XIe-XIIIe siècles, Le Havre : Le Léopard d’Or, 1991, p. 30.

145 Ibid., p. 153.

146 Ibid., p. 45.

147 Bernard Guenée ne dit pas autre chose à propos de la folie de Charles VI, roi de France de 1380 à 1422. Bernard Guenée, La folie de Charles VI, Paris : CNRS Éditions, 2019. L’historien écrit en effet ceci : « “ fol ”, le mot impossible » p. 28, ou encore : « il y a donc des brutes, des gens de peu, de grossiers personnages qui osent dire que le roi est fou. Mais les gens de bien s’en gardent. Ils savent que ce n’est pas convenable. Presque tous, même le Religieux de Saint-Denis [Michel Pintoin], ne doutent pas qu’un fou est le plus souvent possédé du démon. Et comment admettre qu’un roi sacré puisse être possédé du démon ? », p. 34.

148 Ibid., p. VIII.

149 La Bible…, Psaume 53 (52) : « L’insensé a dit en son cœur : Non plus de Dieu ! », p. 839 : la numérotation de la Bible hébraïque, suivie par notre édition, est en avance d’une unité sur celle de la Bible grecque et de la Vulgate qui réunissent les Psaumes 9 et 10.

150 M. LAHARIE, op. cit., p. 53, et Huguette LEGROS, La Folie dans la littérature médiévale. Études des représentations de la folie dans la littérature des XIIe, XIIIe et XIVe siècles. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 21.

151 H. LEGROS, op. cit., p. 37.

152 M. LAHARIE, op. cit., p. 53 ; H. LEGROS, op. cit., p. 37 et 41.

153 M. LAHARIE, op. cit., p. 60.

154 Ibid., et Jean-Marie FRITZ, Le Discours du fou au Moyen Âge, Paris : PUF, 1992, p. 56.

155 M. LAHARIE, op. cit., p. 61, illustration 17 : psautier de St Louis, illustration de l’initiale D du psaume 52 qui représente deux scènes : en haut David ou saint Louis agenouillé contemplant le Christ en majesté inscrit dans une mandorle, donnant la bénédiction de la main droite et tenant le globe de la gauche ; en bas « deux personnages s’affrontent avec fougue ». L’immobilité et la sérénité sont opposées au mouvement et à la hargne.

156 Ibid., p. 31 et 156.

157 J.-M. FRITZ, op. cit., p. 169.

158 H. LEGROS, op. cit., p. 179 et 1, p. 29.

159 Ibid., p. 179 et 1, p. 159.

160 J.-M. FRITZ, op. cit., p. 169.

161 Ibid., p. 40.

162 Ibid., p. 169.

163 M. LAHARIE, op. cit., p. 245.

164 J.-M. FRITZ, op. cit., p. 169 et M. LAHARIE, op. cit., p. 29.

165 Michel ZINK, « Révélations de la mémoire et masques du sens dans la poétique médiévale », in : id., Les voix de la conscience, parole du poète et parole de Dieu dans la littérature médiévale, Caen : Paradigme, 1992, p. 309-318, p. 309.

166 M. LAHARIE, op. cit., p. 159.

167 J.-M. FRITZ, op. cit., p. 25.

168 M. LAHARIE, op. cit., p. 157.

169 Francisco López Estrada (éd.), Poema del Cid, Madrid : Castalia, 1999, 83, p. 60-61, 1470-1472 : « Yo me quedo aquí en Valencia, que tanto costó ganar / Pues sería gran locura, desamparar la ciudad. / Pues por heredad la tengo, en Valencia he de quedar ». Après la conquête de Valence, le Cid envoie ses hommes chercher son épouse et ses filles. Il ne peut le faire lui-même, car ce serait locura que de laisser la ville sans protection après les efforts déployés pour la conquérir. En tant que chevalier, son rôle est de protéger Valence, l’abandonner reviendrait donc à refuser les obligations que son état lui impose et c’est là que résiderait la folie.

170 H. LEGROS, op. cit., p. 22.

171 Ibid., p. 22 et 347.

172 Ibid., p. 12.

173 Ibid., p. 407-408, l’auteur cite l’exemple du roi Louis dans Raoul de Cambrai.

174 Ibid., p. 415-420, l’auteur cite l’exemple d’Alexandre le Grand dans le Roman d’Alexandre.

175 La folie peut aussi être perçue comme une forme de « véridiction », une forme de vérité sortant de la bouche du fou. En effet, dans la tradition chrétienne, bien que le fou soit dépourvu de raison, son discours « est rarement un discours du non-sens » (J.-M. FRITZ, op. cit., p. 367) : au contraire, bien que naïf, il peut révéler des vérités (M. LAHARIE, op. cit., p. 81). Dans les romans arthuriens, le fou est persécuté pour ses paroles exactement comme les saints le sont dans les récits hagiographiques (J.-M. FRITZ, op. cit., p. 282). À partir du XIIIe siècle, le fou peut même devenir un fou à gage à la cour d’un puissant où sa charge symbolique en fait un personnage autorisé à parler très directement au roi. Dans certaines enluminures, le Christ et le fou se regardent, « tandis que le roi assiste, respectueux ou étonné, à cet échange qui le dépasse » (M. LAHARIE, op. cit., p. 277).

176 J. COROMINAS, « Loco », op. cit., p. 364.

177 Loco apparaît à quarante-sept reprises et locura à vingt-quatre reprises.

178 Partida III, 9, 7.

179 Partida I, 1, 21 et Partida VII, 1, 9.

180 Tantôt fixée à 25 ans, tantôt à 14 et tantôt à 10 ans et demi.

181 Partida II, 23, 27, et 23, 18.

182 Ibid., 4, 4.

183 Ibid., 14, 2 et Partida III, 20, 10.

184 Partida VII, 9, 5.

185 Partida II, 8, 8.

186 Loco apparaît à trois reprises et locura à dix-sept reprises.

187 PCG, Prologue, p. 3, 22b-24b et 14, p. 14, 22b- 25b.

188 Ibid., 11, p. 13, 14a.

189 Ibid., 50, p. 32, 13b.

190 Ibid., 14, p. 14. Peuple de magiciens.

191 Ibid., 281, p. 172, 20b-21b. Religion fondée par le prophète Mani au IIIe siècle et qui sépare le monde entre la lumière et les ténèbres.

192 Ibid., 316, p. 185, 50a et 318, p. 188, 17a.

193 Ibid., 403, p. 228, 3a.

194 Ibid., 493, p. 274, 16a-17a.

195 Ibid., 340, p. 199, 2a. Le terme « sandio » qualifie celui qui tue le roi Theudis 453, p. 255, 39b et 41b.

196 C’est le cas de Maximien qui tente de déposer son fils Maxence au IVe siècle, ibid., 308, p. 180, 37b.

197 C’est le cas du duc Paul qui se rebelle contre le roi Wamba au VIIe siècle, ibid., 513, p. 284, 6b ; 522, p. 292, 26a ; 523, p. 292, 20b.

198 Ibid., 188, p. 139, 29b-31b : Domitien « dizie por ende muchas uezes que loco era el sennor que no castigaua los mezcladores ».

199 En dehors de Rodrigue jugé responsable de la chute de l’Espagne (ibid., 557, p. 310, 17b), mais on comprend qu’il s’agit d’un cas à part.

200 Ce sont essentiellement Dion Cassius, Suétone, Sénèque et Philon d’Alexandrie qui ont décrit la folie de ces empereurs à travers leurs œuvres.

201 SÉNÈQUE (auteur), Pierre Maréchaux (éd. et trad.), La constance du sage, Paris : Payot et Rivages, 2004, XVIII, 1, p. 92 ; SUÉTONE, op. cit., Caligula, L, p. 100.

202 Roland AUGUET, op. cit., p. 55 et 164.

203 Chronicon Mundi, I, 106, p. 98, 22 : « tantam prorupit uesaniam ». CM trad., p. 117 : « tanta locura ».

204 SUÉTONE, op. cit., Caligula, L, p. 100-101 ; PCG, 165, p. 116.

205 PCG, 165, p. 116, 7a-20a. Voir M. LAHARIE, op. cit., p. 155.

206 PCG, 166, p. 116, 39b-42b.

207 M. LAHARIE, op. cit., p. 124-125.

208 Ibid., p. 245.

209 Voir J.-M. FRITZ, op. cit., p. 37, et surtout Anne-Marie LECOQ, « PHYSIOGNOMONIE », Encyclopædia Universalis [en ligne].

210 PCG, 290, p. 175, 10a-14a.

211 Ibid., César (117, p. 92, 47b-p. 93, 28a , 24b-26b et p. 94, 45a-26b) ; Claude Ier (167, p. 119, 36b-47b) ; Néron (172, p. 121, 40b-47b) ; Galba (179, p. 129, 30a-36a) ; Othon (180, p. 129, 50b-52b) ; Domitien (188, p. 140, 1a-9a) et Maximien ( 290, p. 175, 10a-14a).

212 Le portrait de Claude Ier se situe à la fin de son règne, celui de Néron au début et celui de Domitien au milieu.

213 PCG, 279, p. 171, 20b-24b.

214 Néron, ibid., 178, p. 128, 2a-3a : « ni uinieron los amigos, ni tornaron los mandaderos » et Galba, 179, p. 129, 17b-20b : « fue grans marauilla que ni quisieron uenir en su ayuda aquellos por que ell enuiara, nil ayudaron los que estauan con el ».

215 Ibid., 166, p. 117, 1a-15a : « una uez fizo llamar uno que fuera desterrado, et preguntol que fazie quando estaua en desterramiento ; et el dixol que oraua por la muerte de Tiberio, que lo desterrara, et por el que fuesse rey. E cuemo quier que lo aquel dixiesse por losenia, cuydo el que assi orauan por su muerte los que el desterrara, et fizo los todos matar por las insulas o estauan ».

216 Ibid., 188, p. 139, 1b.

217 Ibid., 167, p. 119, 39a-53a.

218 Ibid., 157, p. 112, 31a-35a : « auie del trueno grand miedo sin mesura ; cada que uey el cielo annublado, numqua estarie sin corona de laurer en la cabeça, et esto por quel fazien entender que numqua el rayo firie en ramo de laurer ».

219 Ibid., 166, p. 116, 33b-37b : « quando oye algunos truenos pequennos, auie muy grand miedo et enuoluie la cabeça con el manto; et quando los grandes, calle dell estrado y escondiesse so el lecho ».

220 Ibid., 217, p. 153, 49b-53b.

221 Ibid., 225, p. 156, 50a-54a.

222 Ibid., 270, p. 168, 12a-18a.

223 Ibid., 217, p. 153, 49b-53b. À propos de Marc Aurèle.

224 Ibid., 270, p. 168, 12a-18a. À propos de Gallien.

225 Ibid., 157, p. 113, 43a-47a.

226 Ibid., 173, p. 124, 7a-13a.

227 Ibid., 178, p. 126, 43b-45b.

228 Ibid., 174, p. 125, 8a-9a.

229 Ibid., 272, p. 169, 41a-45a.

230 Ibid., 288, p. 174, 25a-26a.

231 Ibid., 310, p. 181, 14b-16b.

232 Ibid., 181, p. 132, 32a-12b.

233 Ibid., 355, p. 204, 4a-7a.

234 Ibid., 416, p. 237, 54b-p. 238, 7a.

235 Ibid., 455, p. 257, 5a-15a : « quando esto uiron los altos omnes des regno, iuraron de todos contra ell et prisieron le en la cibdad de Seuilla, o seye comiendo, et dieron en el grandes feridas, de manera quel mataron ».

236 Ibid., 458, p. 258, 15a-20a.

237 Ibid., 423, p. 241, 40a-42a

238 Ibid., 481, p. 267, 35a-38a.

239 Ibid., 600, p. 343, 43a-45a.

240 Ibid., 264, p. 166, 12a-13a.

241 Ibid., 216, p. 153, 26b-41b.

242 Ibid., 265, p. 166, 21b-31b.

243 Ibid., 216, p. 153, 26b-41b.

244 La Bible…, Exode 10 :15.

245 PCG, 265, p. 166, 21b-31b.

246 La Bible…, Exode 12 :29-30.

247 PCG, 166, p. 117, 29a-38b.

248 Ibid., 264, p. 166, 28a-30a.

249 Ibid., 267, p. 167, 40a-46a.

250 Ibid., 268, p. 167, 19b-26b.

251 Ibid., 445, p. 251-252. Dans une autre version, 559, p. 314, 40a-41a, il est assassiné par ses vassaux.

252 Ibid., 348, p. 201, 11a-7b.

253 La Bible…, Jc 4 :4. Ce verset est repris par Gilles de Rome dans plusieurs chapitres, op. cit., I, I, 6, p. 30 « que no conviene al rey de poner su bienandanza en las delectaciones carnales », 7, p. 35 : « el rey no debe poner su bienandanza en las riquezas temporales », 8, p. 40, « no conviene al rey de poner su bienandanza en las onrras mundanales » et 9, p. 45, « como el rey no debe poner su bienandanza en fama ni en vanagloria del mundo ».

254 PCG, 439, p. 248, 48b-p. 249, 1a.

255 Ibid., 440, p. 249, 43a-46a.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search