Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Troisième partie – La figure royale

Chapitre 1 - La construction de l’exemplarité royale

Texte intégral

1. Le guerrier

  • 1 John Procopé, « Théories politiques grecques et romaines », in : James Henderson Burns, Histoire de (...)
  • 2 Ibid., p. 33.
  • 3 D. E. Luscombe, « La formation de la pensée politique en Occident », in : J. H. Burns, op. cit., p. (...)
  • 4 Ibid., p. 157 : « La royauté reposait sur le consentement des sujets d’un roi. Il ne pouvait y avoi (...)
  • 5 Janet Nelson, « La royauté et l’empire », in : J. H. Burns, op. cit., 202-240, p. 226.
  • 6 M. González Jiménez, op. cit., p. 24.

1Chez les Grecs, le roi a trois fonctions principales : la guerre, la justice et servir les dieux1. Chez les Romains aussi son rôle est de protéger les frontières de l’Empire2. Au Moyen Âge, bien que la société féodale3 limite les pouvoirs du roi4, l’historienne Janet Nelson parle du « leadership [du] guerrier royal »5. Alphonse X lui-même, alors infant mène déjà les troupes de son père pour conquérir le Royaume de Murcia6. Les rédacteurs de la Estoria de España, nourris par les conceptions classiques, les sources historiographiques et leur propre réalité, ne proposent pas une autre vision du roi. Le souverain est en premier lieu un chef de guerre, à la fois protecteur et conquérant, celui qui protège son royaume et son peuple des attaques extérieures, et celui qui conquiert de nouveaux territoires afin d’accroître le prestige de son royaume et de consolider la foi chrétienne. Les vertus guerrières sont donc intrinsèquement liées à la figure royale et sont indispensables à la conservation et à l’éventuelle expansion du royaume. C’est particulièrement vrai en péninsule Ibérique, les rois chrétiens s’efforçant d’agrandir leur royaume aux dépens des royaumes voisins, chrétiens ou musulmans.

De grands guerriers

2Les chefs de guerre, rois et empereurs qui ont successivement exercé leur pouvoir sur la péninsule Ibérique y sont parvenus grâce à leur armée et surtout grâce à leur capacité à guider celle-ci. La grandeur d’un chef militaire se mesure notamment à l’aune des victoires remportées, des territoires conquis, des ennemis vaincus. Et plus l’ennemi est puissant, plus la victoire est éclatante et impressionnante.

  • 7 PCG, 16-38, p. 15-26 et 61-70, p. 44-52.
  • 8 Avant que les Romains soient gouvernés par un empereur, ce sont les généraux qui apparaissent dans (...)
  • 9 Scipion l’Africain et Auguste meurent de mort naturelle, Pompée est trahi par le pharaon Ptolémée X (...)
  • 10 PCG, 79, p. 57, 44b-48b.

3Les différents conquérants qui se sont succédé en Espagne sont décrits comme de grands guerriers, c’est particulièrement le cas des Carthaginois, des Romains et des Wisigoths. Carthage démontre sa valeur en résistant aux Romains lors des Guerres Puniques7. Rome domine le monde connu. Son empire s’étend sur tout le pourtour méditerranéen et l’Europe de l’Ouest, de la Bretagne à l’Égypte. Les généraux8 romains Scipion l’Africain, Pompée et Jules César, ainsi que l’empereur Auguste sont dépeints comme de grands chefs de guerre et des héros des conquêtes romaines. D’ailleurs aucun d’eux ne perd la vie au cours d’un combat9. La chronique décrit ainsi César et Pompée : « eran de grandes coraçones et muy esforçados en armas, et de grandes fechos et bien andantes en guerras et en lides, et uenturados de uencer las mas uezes »10.

  • 11 Ibid., 492, p. 273, 21a-23a : « fue sennor de Espanna enteramientre, lo que non pudo auer ninguno d (...)
  • 12 Ibid., 492, p. 273, 17a-18a.
  • 13 Ibid., 513, p. 283, 39b.
  • 14 Ibid., 553, p. 307, 41a.
  • 15 Voir notre chapitre Chute(s) et temps cyclique. En dehors des fautes de Witiza et Rodrigue, les Got (...)
  • 16 PCG, 557, p. 309, 35b-39b.
  • 17 Ibid., 557, p. 309, 40b.
  • 18 Ibid., 557, p. 310, 34a-37a.

4Quant aux Wisigoths, ils conquièrent une partie de l’Asie et de l’Europe avant d’atteindre la péninsule Ibérique. Le roi Swinthila qui achève la conquête totale de la péninsule11 est décrit comme un homme « sabidor de guerra »12, le roi Wamba est décrit comme « buen cauallero darmas »13. Jusqu’à la fin du Royaume de Tolède, Rodrigue, le dernier roi wisigoth, malgré ses péchés, reste un grand seigneur de guerre puisque les rédacteurs le décrivent ainsi : « era muy fuert omne en batallas »14. La défaite reçoit plusieurs explications matérielles et providentielles15, mais elle n’est pas le fait du roi qui ne démérite pas sur le champ de bataille. Dans la chronique, Rodrigue partant pour la bataille perpétue l’image des grands rois wisigoths : « andaua con su corona doro en la cabeça et uestido de pannos de peso et en un lecho de marfil que leuauan dos mulos, ca assi era entonces costumbre de andar los reys de los godos »16. D’ailleurs là où l’armée des Goths faiblit – la bataille dure huit jours17 –, le roi reste un chef de guerre exemplaire : « el rey Rodrigo estaua muy fuert et sufrie bien la batalla; mas las manos de los godos […] eran encoruadas allí et encogidas »18.

  • 19 Ibid., 4, p. 7, 39b-41b.
  • 20 Ibid., 7, p. 9, 20b-35b.
  • 21 Ibid., 7, p. 9, 50b-53b. Cet épisode correspond à l’un des Dix travaux d’Hercule.
  • 22 Ibid., 408, p. 231-232.

5Les victoires sont d’autant plus grandes, lorsque les vaincus sont de grands guerriers. C’est par exemple le cas d’Hercule. L’étymologie que la chronique prête à son nom montre la prédisposition du Grec au combat « de her e de cleos, que quier dezir batallador onrado o alabado en fuerça y en lit »19. Il vainc le roi Géryon décrit comme un géant cruel qui tyrannise ses sujets20. Le combat dure trois jours avant qu’Hercule ne parvienne à lui couper la tête21. La chronique énumère plus d’une dizaine de ses exploits dont certains sont issus des Douze travaux d’Hercule. Selon la chronique, Hercule triomphe de serpents, de lions, de centaures, de rois, des Amazones… Il est même responsable de la première chute de Troie. Ce même principe s’applique aussi à la victoire romaine contre Carthage à l’issue des Guerres Puniques, ou lorsque le roi Alaric Ier s’empare de Rome en 41022, symbole de puissance s’il en est. La force de l’ennemi accentue le prestige de la victoire. La vertu guerrière n’est cependant pas unidimensionnelle. Elle revêt au contraire plusieurs aspects dans la chronique, car il existe plusieurs façons d’être un bon chef de guerre.

L’honneur et le courage

  • 23 Ibid., 28, p. 20, 42a-14b.
  • 24 Ibid., 28, p. 20, 43b-49b.

6La grandeur d’une armée se mesure par exemple à l’aune de l’honneur et du courage de son chef. Ainsi, le général Scipion l’Africain († 183 av. J.-C.) est décrit comme un homme très courageux. En 216 av. J.-C., après la défaite de Cannes qui ouvre la route de Rome à Hannibal Barca, il est le seul à vouloir se battre et défendre la cité, quand les autres sont prêts à fuir et à reconstruire une cité ailleurs23. Un peu plus loin, il est à nouveau le seul qui veut bien se dévouer pour aller en Espagne24 alors que tous ont peur de s’y rendre. Dès le premier chapitre qui lui est consacré, Scipion l’Africain apparaît donc comme une figure exceptionnelle au milieu des Romains, celle d’un homme digne de devenir chef de guerre.

7Plus loin, les Carthaginois acculés préfèrent mourir plutôt que d’accepter les conditions de reddition proposées par les Romains et jugées indignes. La chronique insiste à plusieurs reprises sur cet aspect :

  • 25 Ibid., 62, p. 46, 9b-10b.
  • 26 Ibid., 62, p. 46, 16b-18b.
  • 27 Ibid., 62, p. 46, 38b-40b.

Mas valie buena muert que uida deshonrada25.
Mas ualie que los matassen en defendendosse que no fincassen a tan mala mesura cuemo era la de los romanos26.
No auien por que temer la muerte, pues meior era que la uida desonrada27.

  • 28 Ibid., 27, p. 20, 2a-6a.
  • 29 Ibid., 27, p. 20, 10a-13a : « que […] ningun romano non se dexasse prender, mas que en todas guisas (...)

8La mort est opposée au déshonneur : elle offre au soldat vaincu, qui préfère continuer de se battre malgré une défaite assurée, l’opportunité de conserver son honneur. Elle est aussi préférable à la fuite, signe de lâcheté. C’est ce qui arrive aux frères Scipion. Numériquement inférieurs, ils refusent pourtant de fuir une mort certaine afin de préserver leur honneur : « non touieron por bien de les foyr la batalla por que les non fuesse tenudo por couardia »28. Ces généraux vont plus loin encore en conseillant à leurs soldats de ne pas se laisser capturer, le combat ne doit avoir que deux issues possibles : la mort ou la victoire29, en l’occurrence la mort, puisqu’en 211 av. J.-C. les deux frères périssent lors de la bataille du Bétis.

  • 30 Ibid., 557, p. 310, 9a-11a.

9Les traîtres comptent d’ailleurs sur cet aspect, caractéristique des grands chefs de guerre, pour précipiter la fin du roi Rodrigue. Le raisonnement des fils de Witiza est le suivant : « Rodrigo […] era omne coraioso, que se dexarie antes matar que foyr »30. Ainsi, ils pensent que le roi périra pendant la bataille et qu’ils prendront aisément sa place sur le trône.

  • 31 Ibid., 97, p. 72, 1b-6b.

10Selon la chronique, ceux qui s’enfuient et finissent tout de même par se faire tuer reçoivent « uil muerte ». Cette mort est aussi déshonorante pour le lâche que pour celui qui lui donne la mort car il ne peut en retirer aucune gloire. César résume ainsi ce principe à ses troupes : « que non puedan morir fuyendo assi como medrosos, ca es uil muert quier pora qui la toma, quier poral qui la da: porque el que la suffre cae en ella uilmientre, et el quil mata no lieua ende complido prez »31.

  • 32 Ibid., 104, p. 80-82. La chronique attribue cet assassinat à Ptolémée XII Dionysos bien qu’il s’agi (...)

11L’honneur du chef de guerre se reconnaît aussi au respect qu’il sait témoigner à son ennemi. Lorsque Pompée est trahi et assassiné par le pharaon Ptolémée XIII dont il avait été le tuteur32, le lexique de la douleur rend la réaction de César poignante.

  • 33 Ibid., 106, p. 83, 1a-9a.

Mas Julio Cesar, quando lo uio, pesol muy de coraçon, ca non quisiera el tanto mal pora Ponpeyo, ni que tan grand uaron cuemo aquel que assi fuesse muerto. Et penso estonces en ell estado deste mundo et en el de los omnes mesquinos cuemo uiuen en el et pasan ; et lloro tanto, quel cayeron las lagrimas por los pechos et por el regaço, et fueron muchas ademas33.

  • 34 Ibid., 106, p. 82-84.

12Le général romain donne ainsi une leçon d’honneur et de justice, car bien que Pompée ait été son ennemi, César reconnaît sa valeur et sa grandeur. Mourir sur le champ de bataille est une chose, être trahi par un allié, assassiné, humilié puis supplicié, en est une autre. César venge alors son défunt ennemi34.

Les tacticiens

  • 35 Ibid., 28, p. 20, 20b-40b.
  • 36 Ibid., 28, p. 21, 32a.
  • 37 Ibid., 29, p. 21, 1b-6b : « entendio que non podrie tomar aquellos nauios sino por algun arte ; e f (...)

13Un bon roi doit aussi être un bon tacticien. La chronique présente par exemple le général Scipion l’Africain comme un grand stratège, artisan des victoires romaines. Il réorganise en effet à lui seul l’armée romaine, d’abord en la divisant en cinq branches égales car Rome se bat alors sur cinq fronts35, ensuite, en résolvant les trois manques dont souffrait l’armée : le manque d’hommes, le manque d’armes et le manque d’argent. Pour ce faire, il recrute les esclaves, gracie les voleurs et réquisitionne les armes et les biens des temples et des hommes. Ces conseils, suivis par la République, lui valent d’être rapidement nommé proconsul36. Il fait preuve de la même intelligence au combat puisque face à la flotte d’Hannibal qu’il ne peut combattre frontalement, il échafaude un plan consistant à creuser des tunnels jusqu’aux bateaux de l’ennemi. Les soldats romains peuvent alors s’en emparer directement avant que d’autres navires carthaginois ne viennent à leur secours37.

  • 38 Ibid., 53, p. 35, 26a.
  • 39 Ibid., 52, p. 33-34.

14D’ailleurs, la conquête ne se fait pas toujours par les armes. La reine Didon qualifiée de « muy sesuda »38, dupe les soldats de son frère Pygmalion afin de sauver son trésor et sa vie avant de s’enfuir39. Elle parvient ensuite à s’imposer en Afrique du Nord, où elle se fait apprécier des autochtones qui lui offrent sans le comprendre un immense terrain où elle établit sa ville :

  • 40 Ibid., 53, p. 35, 25a-43b.

Dido, com era muy sesuda, no les quiso pedir cosa de que ellos mucho se agrauiassen ; ca touo que era meior pedirles poco, e yr todauia creciendo que non pedilles mucho, e auer depues a menguar. E por ende dixoles que no les pidie mas de plaça en aquel puerto de quanto touiesse un cuero de buey ; y ellos otorgaron gelo luego, teniendo que era muy poco. Estonce mando Dido buscar un cuero de buey, el mayor que numqua fallaron, e fizol estender e fazer correas muy delgadas, e cosellas unas con otras, de guisa que semeiasse todo una correa. Depues fizo la fazer cuemo cerco, e quando fue fecho, touo una grand plaça ; e a plazer de todos los daquella tierra, salio ella con toda su companna de las naues, e uino posar con ellos dentro en aquel cerco que auie fecho daquel cuero del buey40.

15Fine stratège, Didon fait montre d’un esprit aiguisé, capable de venir à bout de tous les défis afin de se construire une nouvelle vie, pour elle et ses hommes.

La paix et l’amour

16Néanmoins, être un grand guerrier ne signifie pas forcément être belliqueux ; au contraire, la chronique valorise les rois qui savent aussi faire la paix. En effet, la chronique oppose le roi Récarède, partisan de la paix, à son père, Léovigilde, un roi belliqueux :

  • 41 Ibid., 474, p. 263, 33b-39b.

Quanto el padre fue muy cruel a los de la fe de Cristo et muy guerrero, tanto fue este Recaredo piadoso et de paz contra todos en amar los et querer los bien. El padre acrescento mucho el regno por armas, et este exalçol mucho en la fe derecha de Cristo41.

  • 42 Ibid., 474, p. 263, 48b-50b et 476, p. 264, 24b-39b.
  • 43 Ibid., 476, p. 264, 39b.

17Cependant, cela n’empêche pas Récarède de savoir faire la guerre puisqu’il affronte les Byzantins, les Gascons et les Francs afin de conserver ses territoires et de poursuivre la conquête de la Péninsule42. La chronique insiste d’ailleurs sur le fait que Récarède remporte toujours la victoire : « uencio los siempre »43. Les rédacteurs établissent ainsi une différence entre le fait d’aimer la guerre, assimilé à l’adjectif « guerrero » et à la cruauté, et le fait de simplement faire la guerre, notamment pour se défendre et pour le bien du royaume.

  • 44 Ibid., 476, p. 264, 45b-17b : « puso el rey Recaredo sus pleytos et sus pazes muy grandes con los r (...)
  • 45 Ibid., 476, p. 264, 40b-41b.

18En bon roi, après avoir fait la guerre, Récarède fait la paix avec ses ennemis sur lesquels il a eu le dessus44. Tout autant que la guerre, la paix est donc nécessaire au roi qui veut conserver son royaume intact : « las prouincias que so padre ganara por armas mantouo las este en paz et en derecho »45. Les rédacteurs précisent ainsi, tout en accentuant l’opposition entre le père violent et le fils pacifique, que Récarède préserve son royaume grâce à la paix.

19Plus que conserver l’intégrité de son royaume, la paix se révèle être aussi une autre façon de l’accroître. C’est ainsi que Jules César parvient à conquérir certaines régions de l’Espagne :

  • 46 Ibid., 96, p. 69, 38b-p. 70, 5a.

Puso en so coraçon que de quanto y pudiesse ganar por amor o por abenencia, que lo no leuasse por guerras nin lides nin muertes ni por esparzer sangre. E assi cuemo fue entrando por la tierra, trabaiosse de auer las uillas e los castiellos e la otra yent lo mas en paz que el pudo, dando a los unos sos dones granados et prometiendo a los otros. […] E yendo por Espanna a dentro, tornaua a si las yentes por esta sabiduria, que no fallaua y ninguna grand contienda46.

  • 47 Ibid., 8, p. 10, 38b-39b.
  • 48 Ibid., 9, p. 11, 37a-39a.
  • 49 Carlos HEUSCH, « Polysémie de l’amour dans le Moyen Âge ibérique », Cahiers d’études hispaniques mé (...)

20Les rédacteurs associent cette tactique fondée sur l’amour de la sagesse. Le premier roi de la chronique à faire montre de ce type de sagesse est Hispan. Celui-ci s’empare en effet de la Péninsule grâce à l’affect, contrairement à son oncle Hercule auquel la chronique l’oppose. Si le célèbre héros grec utilise la force, son neveu utilise l’amour : « mas la gano el por premia que por amor »47 et « assi cuemo Hercules se apoderaua de la tierra por fuerça, assi este se apoderaua della por amor »48. Les termes premia et fuerça sont opposés à l’amour politique, notion clé des relations vassaliques49. Si la fin est la même, le moyen diffère. L’amour et la sagesse s’opposent donc au sang et à la force.

  • 50 PCG, 24, p. 19, 35a.
  • 51 Ibid., 24, p. 19, 35a-36a.
  • 52 Ibid., 24, p. 19, 36a.
  • 53 Ibid., 24, p. 19, 36a.
  • 54 Ibid., 24, p. 19, 38a-39a.
  • 55 Ibid., 24, p. 19, 36a.
  • 56 Ibid., 24, p. 19, 37a et 26, p. 19, 34b.
  • 57 Ibid., 23, p. 18, 23b ; 26, p.19, 32b ; 32, p.23, 25a-30a.
  • 58 Ibid., 26, p. 19, 31b-43b.
  • 59 Ibid., 30, p. 22, 23a-27a.
  • 60 Ibid., 30, p. 22, 27a-31a.

21Les rédacteurs sont particulièrement prolixes à propos de Scipion l’Africain, et dans une moindre mesure à propos de son père et de son oncle, les proconsuls Publius et Cnaeus. La chronique utilise le verbe « falagar »50, terme qui signifie apaiser, pacifier, montrer de l’affection, faire preuve si ce n’est de soumission au moins d’humilité, se rendre agréable, plaire, être source de satisfaction, ce que l’on pourrait résumer par s’attirer les faveurs d’autrui en incluant une notion de respect et d’affection de la part de celui qui cherche à séduire. Ce rapprochement passe par la promesse – on lit « prometelles »51 – de leur rendre des services ou de leur apporter ce qu’ils demandent : « fazelles bien »52, « faziendoles mucho de bien »53, et surtout de conserver fidélité à ceux dont ils ont conquis le cœur : « los que pudieron auer por amor no les quisieron fazer mal »54. La chronique utilise alors le terme « amor » à deux reprises pour décrire leurs rapports avec les guerriers locaux. Plus que gagner le cœur des hommes (« ganar los »55 et répétition de « tornaron »56), cette méthode permet de « ganar la tierra »57, c’est-à-dire de reconquérir les territoires perdus et d’en conquérir de nouveaux58. Après leur mort, Scipion l’Africain fait preuve de la même capacité à s’attirer la fidélité des Espagnols. Ceux-ci n’ont pas oublié Publius et Cnaeus, et Scipion l’Africain n’a pas oublié non plus comment son père les avait respectés et aimés et il les traite à son tour de la même façon lorsqu’ils viennent à lui : « uinieron a el los caualleros de Celthiberia, aquellos que ouieran dantes amor con sos tios, y el recibiolos muy bien e pusoles a todos grandes soldadas e fizoles mucho dalgo »59. Ce rapprochement mutuel décrit par la chronique met en scène la fidélité au lignage : fidélité du suzerain aux vassaux du père et de l’oncle, et fidélité des vassaux au descendant du suzerain. Scipion l’Africain montre son respect et sa bienveillance envers les Espagnols en libérant les captifs, au contraire des prisonniers africains – carthaginois – qui résistent jusqu’au bout et qui sont envoyés à Rome ou vendus : « por mostrar mayor amor a los espannoles tomo todos los presos que dellos tenie, e diolos a sos parientes en don; e los otros que tenie dAffrica, que no enuiara a Roma, mandolos todos uender »60.

22La Estoria de España raconte aussi l’histoire d’une jeune fille prisonnière qui n’est pas sans rappeler l’épisode du viol de la fille du comte Julien par le roi Rodrigue, mais avec une attitude et des conséquences diamétralement opposées. En effet, là où Rodrigue viole la jeune noble qu’il avait sous sa garde, Scipion l’Africain libère la jeune fille, la rend à sa famille et s’assure qu’elle épouse bien celui à qui elle avait été promise. Grâce à sa magnanimité et son comportement exemplaire, il gagne encore une fois le respect, la reconnaissance et l’amour des parents des jeunes mariés qui s’empressent de répandre la nouvelle :

  • 61 Ibid., 30, p. 22, 47a-53a.

De guisa que por este fecho que fizo, todos los parientes del nouio e de la nouia guisaron que todos los mas e los meiores omnes dEspanna se uinieron pora el, e partieronse de Asdrubal, e fezieron ques le tornaron muchas uillas e castiellos e todo lo demas de la tierra61.

  • 62 Ibid., 34, p. 24, 40a-41a : « toda la tierra sessegada ».

23Contrairement à Rodrigue que l’historiographie rend responsable de la perte de l’Espagne, Scipion l’Africain lui, la conquiert. Pour la chronique, c’est grâce à cette attitude que Scipion l’Africain réussit ce qu’aucun homme n’avait fait jusque-là et que les Romains après lui auront beaucoup de mal à pérenniser : la conquête totale de la péninsule Ibérique62. Cela semble paradoxal, car les rédacteurs alphonsins disent aussi à propos du roi wisigoth Swinthila qu’il est le premier à conquérir la totalité de la Péninsule. Il faut sans doute y voir l’influence de Jiménez de Rada. En effet, toute la partie consacrée aux Wisigoths est très largement inspirée du De Rebus Hispaniae. Or, la domination romaine n’est pas traitée par le Tolédan et Scipion l’Africain n’apparaît à aucun moment dans le récit. Le fait que le Tolédan fasse de Swinthila le premier homme à régner sur toute la péninsule n’a donc rien de contradictoire. Ensuite, Alphonse X inclut les Romains dans son récit, mais de toute évidence, les rédacteurs chargés de la partie sur les Wisigoths n’ont pas pris note de cet ajout et n’ont pas modifié leur texte source en conséquence. L’élargissement des sources et un probable défaut de communication expliquent ainsi cette contradiction.

  • 63 Ibid., 34, p. 24, 12a-13a.
  • 64 Ibid., 32, p. 22, 37b et 47, p. 30, 33a.
  • 65 Ibid., 31, p. 22, 36b-39b : « Cipion, que era muy sabidor de guerra e dauer las gentes de so part, (...)

24Une phrase résume l’attitude de Scipion l’Africain envers les Espagnols : « e puso otrossi amiztades con aquellos que touo por que podrie meior acabar so fecho »63. L’amour qui lie le général aux autochtones est un amour politique et militaire. Scipion l’Africain sait utiliser les bons leviers afin de convaincre les familles puissantes et influentes et de s’en faire des alliées en vue de conquérir des terres et d’y maintenir la paix. Il sait mériter la confiance et l’affection des Espagnols. Cela ne fonctionne que parce qu’il tient parole et fait montre de la même confiance à leur égard. L’amour doit être réciproque. Scipion l’Africain est ainsi présenté doté de la même sagesse que Hispan ou César. Après tout, le général romain n’est-il pas lui aussi « sabidor de guerra » ?64 Les conquêtes sont donc aussi affaires de savoir et de sagesse65.

25Tous les Scipion n’en apparaissent pas moins comme de redoutables guerriers, ils sont fidèles à ceux dont ils ont conquis le cœur mais utilisent la force pour contraindre ceux qui leur résistent. Les termes « amor » ou « amistad » sont opposés à cinq reprises à la brutalité dans des structures de phrases semblables :

  • 66 Ibid., 23, p. 18, l.22b-25b.
  • 67 Ibid., 24, p. 19, 38a-41a.
  • 68 Ibid., 26, p. 19, l.31b-43b.
  • 69 Ibid., 30, p. 22, 23a-54a.
  • 70 Ibid., 32, p. 23, 25a-30a.

Espanna no la ganaron de comienço por fuerça darmas, mas por amiztad que pusieron con algunos dellos66.
Los que pudieron auer por amor no les quisieron fazer mal, et a los otros matauan los et astragauan los quanto mas podien
67.
Los romanos començaron a ganar la tierra lo uno por amor, lo al por fuerça
68.
Fezieron ques le tornaron muchas uillas e castiellos e todo lo demas de la tierra, e algunas dellas por lit, pero la mayor partida por amor
69.
Cipion uencie siempre e ganaua la tierra lo uno por amor, e lo al por fuerça
70.

  • 71 Ibid., 27, p. 20, l.30a-35a.
  • 72 Ibid., 27, p. 20, l.30a-35a.
  • 73 La Bible…, Exode 10 :1-20.

26On voit que « amor » et « fuerza » semblent s’opposer, mais pas complètement en réalité. En effet, ces notions sont plutôt complémentaires. Un bon conquérant ou un bon seigneur doit faire appel à la seconde lorsque la première n’a pas fonctionné. En revanche, la force apparaît bien comme élément destructeur et contraire à l’amour si elle est utilisée seule. C’est le cas du général carthaginois Hasdrubal qui conquiert des territoires, « mas por premia que por amor »71, en y semant la destruction : « començaron a tenderse por espanna e a destroyr toda la tierra, assi cuemo la lagosta destruye todos los frutos, de guisa que metieron toda la tierra en so sennorio mas por premia que por amor »72La chronique compare ici les Carthaginois à des sauterelles, ce qui rappelle l’épisode biblique de la huitième plaie d’Égypte73 et renforce l’idée de violence et de dévastation. Cette brève mais frappante description qui prend le contrepied du récit des conquêtes menées par les Scipion, permet de souligner la valeur de ces derniers, d’autant que contrairement à Scipion l’Africain, Hasdrubal finit par perdre tous ses alliés en Espagne.

La guerre juste

  • 74 R. A. MARKUS, « Les Pères latins », in : J. H. Burns, op. cit., p. 88-117, p. 110.

27Il ne s’agit donc pas de condamner la guerre – pour un roi impliqué dans la conquête de la péninsule Ibérique cela n’aurait aucun sens – mais bien d’en donner des exemples édifiants qui servent de modèles et d’autres, honteux et déshonorants, qui servent de contre-modèles. La guerre est parfois inéluctable, mais dans ces cas-là, elle doit tout de même obéir à un certain nombre de règles afin d’être considérée comme juste. Bien que saint Augustin n’ait pas directement théorisé la question de la moralité de la guerre74, c’est essentiellement à lui que l’on doit le concept de la guerre juste. Quatre cas de figures peuvent rentrer dans la conception que l’on se faisait d’une telle guerre au Moyen Âge.

  • 75 Ibid., p. 110.
  • 76 PCG, 476, p. 264, 26b-28b.
  • 77 Ibid., 513-525, p. 284-294.
  • 78 Ibid., 513, p. 283, 39b : Wamba : « era buen cauallero darmas et manso et de paz ».
  • 79 Ibid., 523, p. 292, 51a-4b et 524, p. 293, 50a-51a.
  • 80 Partida II, 23, 1.
  • 81 R. A. MARKUS, « Les Pères latins », p. 110.
  • 82 Ibid., p. 110.
  • 83 I. S. Robinson, « L’Église et la papauté », in : J. H. Burns, op. cit., p. 241-290, cite Grégoire I(...)
  • 84 La Bible…, Matthieu, 28 :19-20 : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les bapt (...)
  • 85 R. A. MARKUS, « Les Pères latins », p. 111.
  • 86 PCG, 485, p. 268, 32b-33b.

28Tout d’abord, la guerre juste doit essentiellement être défensive75 et répondre à une attaque qui met l’intégrité du royaume en danger. C’est par exemple le cas lorsque Récarède défend ses frontières contre les Francs76 ou lorsque Wamba prend les armes pour lutter contre les chevaliers et les évêques félons qui se sont emparés du nord du royaume77. Cela n’empêche pas ces deux rois d’être associés à la paix78, d’autant que lorsque la guerre est terminée, Wamba organise la reconstruction de Nîmes79. C’est la définition que les Partidas donnent à la guerre juste : « llaman en latin justa, que quiere tanto dezir en romance como derechurera. E esta es, quando ome la faze por cobrar lo suyo de los enemigos, o por amparar a si mismos, e a sus cosas dellos »80. Il peut aussi s’agir de « remédier à une injustice grave causée par l’ennemi »81. Une guerre peut également être déclarée juste si elle est « menée sous le commandement d’une autorité publique légitimement établie, non comme une vengeance privée »82. Enfin, la défense et la diffusion de la foi peuvent et doivent aussi être des moteurs puissants de la guerre juste83. L’on parle alors de defensio et de dilatatio. Le Christianisme étant une religion universaliste, l’un des devoirs des croyants est d’accroître le nombre de fidèles84. Bien sûr, la violence gratuite, la cruauté et autres exactions sont à bannir85. Par exemple, la chronique n’approuve pas que Sisebut (roi de 612 à 621) convertisse les juifs de force86.

  • 87 Ibid., 386-408, p. 215-232.
  • 88 Ibid., 408, p. 231-232.

29Dans le récit, on peut distinguer plusieurs phases dans l’histoire belliqueuse des Goths. D’abord les grandes conquêtes qui mènent les Goths de leur Scandinavie natale jusqu’en Europe de l’ouest au terme d’un long périple87. L’un des points d’orgue de cette période étant le sac de Rome par Alaric Ier en 41088. Ensuite, les Wisigoths installés en Gaule d’ennemis deviennent des alliés de Rome et pénètrent en Espagne en tant que bras armé des Romains. Enfin, les Goths installent leur propre royaume en Espagne à la place du pouvoir romain. C’est la fin des grandes conquêtes européennes, ils se concentrent alors sur la Péninsule, complètement conquise à partir de Swinthila. Si la première période échappe au principe de la guerre juste, il n’en va pas de même pour la deuxième et la troisième période. En effet, la chronique, dans la lignée de Jiménez de Rada, justifie l’invasion de l’Espagne.

  • 89 Ibid., 409, p. 232, 21b-25b.

30La chronique explique en effet ce qui a amené les Goths à entrer en Espagne. Ils l’ont fait non par appât du gain, mais mus par la pitié, la compassion. Les rédacteurs mettent en scène les exactions auxquelles se livrent les Vandales, les Sillings et les Alains : « oyo Athaulpho las desmesuras et las crueldades de los barbaros en Espanna, et començo a dolerse de las mezquindades et de los quebrantos de los españoles, et pensó de yr a uedar gelo »89. Le lexique des violences, desmesuras, crueldades, mezquindades, quebrantos, se cristallise dans le verbe « dolerse » qui permet de montrer que les Goths prennent le contre-pied des autres Barbares et qu’ils sont les défenseurs de la Péninsule. Cette évocation rapide des dommages causés à l’Espagne fait écho à une description des maux qu’endurent les habitants de la Péninsule bien plus longue présentée plus tôt dans le récit :

  • 90 Ibid., 366, p. 209, 16b-35b.

Cuemo eran los barbaros gentes muy cruas et much esquiuas, començaron a destroyr toda la tierra, et a matar todos los omnes et las mugieres que y fallauan, et a quemar las uillas et los castiellos et todas las aldeas, et a partir entre si muy cruamientre los aueres que podien auer daquellos que matauan; e a tan grand cueyta de fambre aduxieron a los moradores de la tierra, que prouauan ya de se comer unos a otros. E no abondaua aquesto a la crueza de los barbaros, et tomauan los canes et las otras bestias brauas que son duechas de comer los cuerpos muertos, et echauan las a los uiuos, et fazien ge los matar ; e desta guisa era tormentada la mesquina de Espanna, et destroida de quatro maneras : la una a llagas de bestias fieras, la otra a fambre, la tercera a pestilencia, que murien los uiuos de la fedor de los muertos ; la quarta a fierro que los matauan los barbaros90.

  • 91 Athaulf est cependant rapidement assassiné à Barcelone, Ibid., 409, p. 232, 26b-30b.
  • 92 Ibid., 410, p. 233, 13a-15a : « en este se acabo la contienda de los godos contra los romanos en aq (...)
  • 93 Ibid., 410, p. 233, 26a-27a.
  • 94 Ibid., 411, p. 233, 2b.
  • 95 Ibid., 411, p. 233, 1b et 367, p. 210, 10b : « auie puesto su amor con los emperadores ».
  • 96 Dans la partie du récit consacrée aux Romains, il n’est pas fait mention d’Athaulf, et il est dit q (...)
  • 97 Ibid., 411, p. 233, 9b-12b, ainsi que 367, p. 210.

31L’entrée d’Athaulf (roi goth de 410 à 415) en Espagne est donc légitimée puisqu’il s’agit de mettre fin à la cruauté des autres Barbares qui y ont semé la destruction et la mort91. Sigéric (roi en 415) commence ensuite à s’entendre avec les Romains. Les rédacteurs précisent – Jiménez de Rada ne le disait pas – qu’il est le dernier roi qui les affronte92. On observe ensuite une gradation avec son successeur Wallia (roi de 415 à 418). En effet, Sigéric « començo de poner sus pazes con los romanos »93, et Wallia « firmo sus pazes »94. Mieux, c’est l’amour qui l’unit à l’empereur Flavius Honorius : « pusso so amor con ell emperador »95. La chronique met ainsi en scène le rapprochement progressif vers Rome qui se conclut par une paix officielle. C’est dans le cadre de cet accord de paix que les Wisigoths entrent à nouveau en Espagne96 : « enuio rogar Costancio patricio a Vualia quel fuesse ayudar a las Espannas por razon del amor que auie con los romanos »97. Se fondant sur l’amour politique, c’est-à-dire sur la fidélité qui dorénavant les unit, Rome demande à Wallia d’aller aider l’Espagne. À nouveau, la guerre est justifiée, et même doublement justifiée. Il s’agit, d’une part, de remédier aux injustices commises par les Barbares et, d’autre part, l’invasion est entreprise sous l’autorité de Rome, soit « l’autorité publique légitimement établie » par excellence.

  • 98 Ibid., 416, p. 238, 9a-10a.
  • 99 Ibid., 417, p. 239, 17a.
  • 100 Ibid., 430, p. 245, 25a-26a ; 435, p. 247, 7a ; 436, p. 247, 35a-36a ; 438, p. 248, 41a.
  • 101 Ibid., 385, p. 215, 37b-39b.

32Plus tard dans le récit, un glissement s’opère. Il est d’abord dit que Théodoric II (roi de 453 à 466) exerce le pouvoir en Espagne : « este Theuderico fue el primer godo que ouo el sennorio dEspanna »98, puis qu’il est le seigneur de l’Espagne : « sennor dEspanna »99. Enfin, Alaric II (roi de 484 à 507) est qualifié à plusieurs reprises de « rey de Espanna » ou « rey de las Espannas »100. La prise de pouvoir des Goths en Espagne est donc construite de façon à apparaître comme juste et légitime. Il s’agit de porter secours et, qui plus est, sous couvert de l’autorité de Rome. Après que Scipion l’Africain s’est emparé de l’Espagne grâce à l’amour qu’il a su construire avec les Espagnols, l’amour joue à nouveau un rôle dans l’arrivée des nouveaux maîtres de l’Espagne en justifiant l’invasion des Wisigoths. Comme l’expliquent les rédacteurs dans cette courte phrase : « entraron los godos en Espanna et ganaron el sennorio della »101, les Goths ne volent pas, ne détruisent pas l’Espagne, ils la protègent et gagnent légitimement non pas simplement des territoires comme de quelconques envahisseurs, mais bien le « sennorio », c’est-à-dire la confluence de la possession de la terre et du pouvoir légitime qui s’exerce sur elle et ses habitants.

33Ensuite, lorsque les Wisigoths fondent le Royaume de Tolède suite à la défaite de Vouillé en 507 face à Clovis, ils guerroient pendant un siècle afin d’obtenir le contrôle total de la Péninsule. L’on ne peut invoquer la dilatatio contre les Francs et les Byzantins puisque ceux-ci étaient déjà chrétiens, et la nécessaire agression extérieure n’est pas non plus toujours évoquée. Néanmoins, la conquête n’en est pas moins juste. En effet, Alphonse X a montré dès le début de la chronique que l’Espagne correspondait à la totalité de la Péninsule, et il est aussi dit que les Romains, qui ont encouragé l’arrivée des Goths, possédaient toute l’Espagne. La Péninsule tout entière revient donc légitimement aux Wisigoths. Il est alors naturel et juste que leurs rois veuillent étendre leur royaume sur l’ensemble des territoires qui leur appartiennent. Cette justification de la conquête, à la fois géographique et théorique, est certes utile pour démontrer que les Goths n’étaient pas des barbares sanguinaires, mais elle est surtout utile dans le contexte du XIIIe siècle, car démontrer la légitime possession wisigothique revient à démontrer la légitime possession de leurs successeurs autoproclamés, les rois de Castille et de León.

***

  • 102 Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, Los reyes sabios. Cultura y poder en la Antigüedad Tardía y (...)
  • 103 Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los Reyes Sabios en el De rebus Hispaniae (...)
  • 104 Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, « Imago sapientiae : los orígenes del ideal sapiencial medie (...)

34Depuis l’Antiquité, savoir faire la guerre est bien une qualité inhérente au prince. Cependant, au Moyen Âge il ne s’agit pas seulement de savoir se battre ou d’être courageux, d’autres facteurs que la simple force brute ou strenuitas, entrent en ligne de compte. La paix est ainsi aussi importante que la guerre qui doit être perçue comme juste, car de cela dépend la légitimité de la conquête et l’image du roi. La fortitudo, qui dans son acception romaine dénote vigueur et détermination morale102, convient mieux à la force militaire du bon prince. D’ailleurs, Isidore de Séville affirme qu’en latin, « goth » signifie « fortitudo ». Selon l’historien Kenneth Baxter, l’archevêque cherchait ainsi à transformer la férocité barbare en un courage militaire digne103 bien plus valorisant et acceptable, car le roi doit faire preuve de prudence, c’est-à-dire trouver un équilibre entre excès et faiblesse, entre témérité et lâcheté104.

2. Le juste et le justicier

  • 105 J. Procopé, « Théories politiques grecques et romaines », p. 34. À Rome l’empereur doit préserver l (...)
  • 106 Partida I, 1, 15.

35Une autre fonction topique du roi est de rendre la justice105, un bon roi étant un roi juste et qui s’assure que la justice règne en son royaume. La première des Siete Partidas n’affirme-t-elle pas que le rôle du roi est d’être le garant de la justice : « guardar debe el rey las leyes como a su honra e a su hechura, porque recibe poder e razón para hacer justicia » ?106

Protéger le royaume

  • 107 PCG, 254, p. 161, 48a-49a ; 281, p. 172, 45a-46a ; 286, p. 173, 45a ; 517, p. 286, 27b-34b.
  • 108 Ibid., 502, p. 278, 5a-6a.
  • 109 Ibid., 490, p. 272, 19b-22b.
  • 110 Ibid., 495, p. 275, 53a.
  • 111 Étymologies, IX, 3, 4, p. 764. Traduit p. 765 : « no rige el que no corrige. El nombre de rey se po (...)

36Les rédacteurs de la Estoria de España utilisent ainsi les expressions « (muy) derechurero »107, « derechero en sus juyzios »108, « sabidor de juyzio »109, « justiciero »110 pour décrire empereurs romains et rois wisigoths, particulièrement Sisebut, Swinthila, Tulga et Wamba. Notons que l’adjectif derechurero/derechero fait écho à Isidore de Séville pour qui le mot rex signifie que le roi œuvre avec rectitude : « non autem regit, qui non corregit. Recte igitur faciendo regis nomen tenetur, peccando amittitur. Vnde et apud veteres tale erat proverbium: Rex eris, si recte facias : si non facias, non eris »111.

  • 112 PCG, 490, p. 272, 19b-22b.

37Tout comme la guerre doit permettre au roi de protéger son royaume et son peuple, la justice vise à garantir la protection des sujets. Les rédacteurs synthétisent ainsi ces deux rôles à propos de Sisebut : « muy sabidor de juyzio […] et deffendie bien sus yentes et su regno et uencio muchas lides »112. Quant à Wamba, il exerce conjointement l’art de la guerre et de la justice. Il protège en effet la population de la cupidité et de la luxure de ses soldats :

  • 113 Ibid., 517, p. 286, 27b-34b.

Començaron a fazer por la tierra robos et adulterios con las mugieres casadas, et quemar las casas. El rey como era sennor derechurero, fizo en aquellos tal uengança como si cayssen en culpa de querer matar sennor. E esto fazie el por dar a todos exeimplo que non osassen cometer tal cosa113.

  • 114 Ibid., 9, p. 11, 34a-36a.
  • 115  Ibid., 9, p. 11, 13a-16a : « andudo por la tierra e fizo la poblar y endereçar, ca era muy maltrec (...)
  • 116 Ibid., 190, p. 141, 18b-21b : « torno por sentencia, que enuio escripta por tod el mundo, todos qua (...)
  • 117 Ibid., 191, p. 142, 10a-13a : « endereço en el fecho de Roma et en ell estado dell imperio todo qua (...)
  • 118 Les expressions appropriées sont en réalité « Christianisme nicéen » ou « trinitaire ». Néanmoins, (...)
  • 119 PCG, 474, p. 263, 39b-42b : « luego que començo a regnar enuio por sant Leandro e sant Ffulgencio e (...)
  • 120 Ibid., 477, p. 265, 23a-33a : « torno a los obispos et a la clerizia todos los thesoros et las cosa (...)
  • 121 Ibid., 548, p. 304, 3a-17a.

38Le roi doit donc exercer la justice afin de protéger son royaume et ses habitants et, le cas échéant, réparer les torts subis. Plusieurs rois sont ainsi mis en scène dans le rôle du justicier, lorsque les rois wisigoths pénètrent en Espagne afin de la délivrer des exactions des Barbares ou encore lorsque plusieurs rois réparent les injustices commises par leur père après leur décès. Hispan décrit comme « omne que amaua iusticia e derecho e fazie bien a los omnes114 » reconstruit l’Espagne après les guerres de son oncle Hercule qui a utilisé la force plutôt que l’amour afin de conquérir l’Espagne115. Nerva (empereur de 96 à 98) désireux de réparer les torts causés par Domitien (empereur de 81 à 96), fait revenir ceux que son prédécesseur avait exilés et spoliés116 et plus largement, il répare les erreurs des empereurs qui l’ont précédé117. Il en va de même pour Récarède qui fait revenir les archevêques que son père Léovigilde, hostile aux Catholiques118, avait expulsés119, et il rend les biens confisqués à l’Église120. Rappelons aussi qu’au début de son règne, Witiza rétablit les droits et les possessions de ceux que son père avait injustement exilés et dépouillés121.

  • 122 J. Procopé, « Théories politiques grecques et romaines », p. 31.
  • 123 J. Nelson, « La royauté et l’empire », p. 213.

39Le rétablissement de la justice permet donc de construire l’exemplarité royale : les rois iniques envoient leurs sujets en exil afin d’assouvir leur cupidité tandis que les rois justiciers rappellent ces hommes et leur rendent leurs biens. La générosité est ainsi la compagne de la justice. À Rome, aucun contre-pouvoir ne pouvait s’opposer à l’empereur. Alors, plutôt que d’exiger de lui la justice, « il pouvait être préférable de faire appel à ses vertus royales – sa clementia, sa benignitas, son humanitas et sa beneficentia »122, élevées en dernier rempart contre la tyrannie, comme si la construction d’un devoir moral pouvait remplacer une contrainte légale. Dans la tradition politique romaine, ou plutôt dans la tradition philosophique qui s’y rapporte, les vertus morales doivent compléter, en quelque sorte guider, les vertus politiques, et partant, deviennent elles-mêmes des vertus politiques. La générosité est donc une vertu à la fois politique et morale123.

La générosité

  • 124 PCG, 209, p. 152, 18a-22a : « dauan a muchos grandes dones; e los debdos que deuien las prouincias (...)
  • 125 Ibid., 211, p. 153, 8a-12a : « fizieron quemar en medio de la cibdat en la plaça los libros en que (...)
  • 126 Ibid., 477, p. 265, 28a-29a : Récarède « fazie muchas elmosnas a pobres et a lazrados » ; 495, p. 2 (...)
  • 127 P. D. KING, « Les royaumes barbares », in : J. H. Burns, op. cit., p. 118-147, p. 130.
  • 128 PCG, 495, p. 275, 53a-2b.
  • 129 Ibid., 202, p. 150, 1a-2a.

40Conformément à la vision romaine et à la vision médiévale, la vertu de générosité est mise en valeur par la chronique alphonsine, qu’il s’agisse des empereurs ou des rois wisigoths. Ainsi, Antonin le Pieux (empereur de 138 à 161) et son fils adoptif Lucius Aurelius Verus (appelé Comodo dans la chronique) se montrent-ils généreux envers les Romains. Ils annulent même des dettes dont ils brûlent les preuves en public124. Les co-empereurs Marc Aurèle (empereur de 161 à 180) et Lucius Aurelius Verus (empereur de 161 à 169) renouvellent l’opération en détruisant publiquement et par le feu les livres de comptes125. Quant aux rois wisigoths Récarède, Swinthila et Tulga, ils font l’aumône aux pauvres126. Swinthila est même qualifié de « padre de los pobres », ce qui renvoie opportunément à l’empereur Antonin le Pieux qualifié de « padre de la tierra ». Dans le premier cas, le Wisigoth est associé à la pietas, c’est-à-dire à la miséricorde chrétienne127 : « piadoso et mucho elmosnado, de guisa que non era tan solamientre llamado rey, mas padre de los pobres »128. Dans le second cas, le Romain est associé à la bonté : « llamado […] por la su grand bondat, Padre de la tierra »129.

  • 130 Janet COLEMAN, « Propriété et pauvreté », in : J. H. Burns, op. cit., p. 574-614, p. 591.
  • 131 PCG, 210, p. 152, 3b-8b.

41Les chroniqueurs prennent cependant soin de préciser que la libéralité royale n’entraîne pas pour autant la prodigalité, ce qui montre que les rois demeurent mesurés dans leurs actions. En effet, si la libéralité est une vertu – saint Thomas d’Aquin note que la libéralité « provoque chez l’homme une attitude d’indifférence à l’égard de ses propres possessions » et que « la quantité donnée a peu d’importance en comparaison de l’attitude de celui qui donne »130 – la prodigalité est un vice. Ainsi, lorsque Antonin le Pieux partage ses richesses, il n’en affaiblit pas l’empire pour autant : « antes que fuese emperador era muy ric omne, et tenie grandes tesoros, et partio los todos entre sus caualleros et sus amigos ; et pero con todo aquesto quando a su muerte dexo el tesoro dell imperio muy complido »131.

  • 132 Ibid., 201, p. 149, 40b-41b.
  • 133 Ibid., 254, p. 161, 46a-50a.
  • 134 Étymologies, IX, 3, 5, p. 764-765.
  • 135 Philippe BUC, « Pouvoir royal et commentaire de la Bible (1150-1350), Annales, 1989, 44-3, p. 691-7 (...)
  • 136 Ibid., p. 696.
  • 137 Citons Auguste, PCG, 122, p. 97, 16b et 22b : « muy bueno », « su bondat » ; Titus, 186, p. 138, 9a (...)
  • 138 Ibid., 281, p. 172, 45a-46a.
  • 139 Ibid., 490, p. 272, 19b-22b.
  • 140 Ibid., 477, p. 265, 18a.
  • 141 Ibid., 477, p. 265, 25a-26a.

42La générosité, aspect essentiel de la justice royale, est complétée par un certain nombre de vertus, particulièrement la bonté et la pitié. Il apparaît en effet que dans la chronique ces deux vertus sont associées à la capacité du roi à se montrer juste. Ainsi les rédacteurs parlent de « la grand piedat et la grand iusticia »132 d’Antonin le Pieux, et précisent que lorsque Witiza fait revenir les nobles injustement écartés, il fait preuve de « gran piedad ». Sévère Alexandre (Aurelio Alexandre dans la chronique) a d’ailleurs été choisi comme empereur en raison de ces deux qualités : « alçaron lo por emperador, fallando que lo merecie muy bien; ca dizien todos que era dantes omne muy derechurero et muy piadoso, e que assi lo seria estando en el sennorio »133. Il n’est pas étonnant que ces vertus soient associées car selon Isidore de Séville, les vertus cardinales du roi sont la iustitia et la pietas134. En effet, au sens médiéval du terme iustitia renvoie surtout au châtiment et à la vengeance135. Afin de correspondre au modèle du Christ, « dispensateur des pardons et des punitions », ou en d’autres termes pour être un bon roi chrétien, le pouvoir royal doit être associé à la miséricorde136, sans quoi il ne peut être réellement juste. Ces vertus sont aussi associées à la bonté, qualité très souvent citée par la chronique137, sans compter qu’en ancien castillan les bondades sont les vertus. Probus (empereur de 276 à 282) est qualifié de « bueno et derechurero »138, et nous avons vu que Sisebut était « muy sabidor de juyzio, e con tod esto era muy piadoso et bueno »139. Récarède est, quant à lui, décrit comme « muy manso et muy bueno »140 et « tan bueno […] e tan piadoso »141. Rendre la justice dans la chronique, c’est faire preuve de générosité, de bonté et de pitié ou de miséricorde.

L’ordre et la paix

  • 142 R. A. MARKUS, « Les Pères latins », p. 93.
  • 143 PCG, 491, p. 272, 36b-37b.
  • 144 Partidas, Prologue. Ce passage renvoie à La Bible…, Proverbes 20 :8 : « Un roi siégeant au tribunal (...)
  • 145 Ibid., I, 1, 16.

43Ces vertus qui façonnent les bons rois, leur permet de se montrer justes et ainsi de protéger leur royaume. La justice est en effet ce qui garantit les liens de la société142 et son bon fonctionnement. Préserver la justice revient donc à préserver la paix. C’est pour cela que les rédacteurs écrivent à propos de Sisebut : « teniendo su regno en paz et en iusticia »143. On note que paix et justice sont ici étroitement associées. Alphonse X ne dit pas autre chose dans le prologue des Siete Partidas : « que quando el Rey estuuiesse en su cadira de justicia, que ante el su acatamiento se desatan todos los males, ca pues que lo entendiere guardara a si, e a los otros de daño »144. Les lois garanties par le roi le protègent lui et son peuple des maux causés par l’injustice. En revanche, lorsque le roi ne remplit pas son rôle, les conséquences peuvent être désastreuses : « se tornaria á daño comunal del pueblo »145. Selon Gilles de Rome, la justice se divise en deux catégories, la justice générale ou légale, et la justice spirituelle. Ces deux composantes sont indispensables pour protéger un royaume et garantir sa survie :

  • 146 Gilles de Rome, op. cit., I, II, 11, p. 112-113.

Sin la justicia general no pueden mucho durar los reynos […].
Sin la justicia espiritual
[…] no puede mucho durar […].
Salvan el reyno e lo mantienen
146.

  • 147 Ibid., I, II, 11, p. 112-113.

44En effet, lorsque dans la chronique, les lois humaines et spirituelles sont bafouées, l’ordre social et le royaume tout entier sont bouleversés. Au moment où Witiza fait détruire les armes et les défenses du royaume pour se protéger, il ne se comporte pas comme un roi derechero. Quand il s’adonne à la luxure et encourage les prêtres à se marier, il enfreint la Loi de Dieu et altère la société, en tout cas selon les mentalités de la société du XIIIe siècle qui n’accepte pas le concubinage des prêtres. Lorsqu’il fait revenir les juifs et qu’il leur donne une place au sein de la société plus importante que celle des chrétiens, c’est l’équilibre du royaume qu’il met en danger puisque, depuis Récarède, le Royaume de Tolède est un royaume catholique. Quand Rodrigue viole la fille du comte Julien, il enfreint la loi des hommes et celle de Dieu et il manque à tous ses devoirs de roi envers la noblesse. La sentence de Gilles de Rome se révèle alors tout à fait adaptée aux conséquences induites par la conduite de ces deux rois : « do mengua la justica de la ley, conviene que se destruya el pueblo por fuerza derecha »147. De la justice relève donc la survie ou la disparition du royaume. Sans aller jusqu’à la perte du royaume, les souverains iniques qui finissent par être assassinés sont nombreux dans la chronique, et tout particulièrement les empereurs romains.

***

  • 148 Ibid., I, II, 31, p. 22.

45Les rois justes Récarède, Swinthila, Sisebut, Tulga, Wamba… exercent donc la justice et leur générosité en s’appuyant sur la bonté et la miséricorde ou pitié. On voit que les vertus ne sont pas indépendantes les unes des autres, elles forment au contraire un tout, comme l’a écrit Gilles de Rome : « las virtudes han entre si tamanna hermandad e tan grande ayuntamiento que la una no se puede partir de la otra, ni puede ser la una sin la otra »148. Autrement dit, ces qualités forment un cercle vertueux, où chacune d’elles s’appuie sur les autres en même temps qu’elle les renforce.

3. Le champion de la Chrétienté

46Au Moyen Âge, il ne suffit pas d’être un parangon de vertus pour être un grand roi, il faut aussi que le roi soit un bon chrétien. Chez un grand roi, les vertus sont à la fois un prérequis à l’exemplarité chrétienne et une manifestation de cette dernière. Il s’agit donc ici d’examiner les rapports entretenus par les rois avec la religion et Dieu. Deux catégories de rois s’ouvrent alors, les non catholiques, essentiellement les empereurs païens – appelés gentiles dans la chronique –, et les catholiques, essentiellement les rois wisigoths.

Les empereurs romains

47Les rédacteurs peuvent difficilement mettre en valeur la foi des empereurs romains, païens jusqu’à la fin de la proscription par Constantin Ier (empereur de 306 à 337) proclamée par l’Édit de Milan en 313, et la conversion officielle de Théodose Ier (empereur de 379 à 395) en 380, qui fait du Christianisme la religion officielle de l’Empire romain. Néanmoins, la Estoria de España met en exergue certaines qualités compatibles avec les valeurs chrétiennes. C’est le cas des vertus que nous venons d’examiner et c’est aussi le cas du rapport qu’entretiennent certains empereurs avec le Christianisme.

  • 149 Henry CHADWICK, « La doctrine chrétienne », in : James Henderson Burns, op. cit., p. 12-20, p. 17.
  • 150 PCG, 135, p. 103, 15a-24a et 122, p. 97, 72b-p. 8, 8a.
  • 151 Ibid., 262, p. 163, 42b-43b et p. 165, 22a.
  • 152 Ibid., 262, p. 163, 47b-51b.
  • 153 Ibid., 262, p. 165, 29a-34a.
  • 154 Ibid., 262, p. 165, 35a.
  • 155 Ibid., 263, p. 165, 27b-29b.
  • 156 Ibid., 199, p. 149, 16a-21a.

48Les théologiens chrétiens ont très tôt mis le Christianisme en relation avec l’Empire romain. Ainsi, Méliton, évêque de Sardes vers 170, voit un signe de la Providence dans le fait que Jésus Christ soit né alors que le règne d’Auguste était en paix149. La Estoria de España ne manque pas de rappeler cette vision des choses, unissant dès sa naissance le Christianisme au pouvoir politique : « Daua a entender que lo fazie el Nuestro Sennor Dios por que auie a nascer en el so tiempo, et quando el nasciesse que fallasse el mundo todo so un señor et guisado pora recibir la su fe et la su ley »150. À l’occasion des mille ans de la fondation de Rome151, la chronique voit un autre signe dans la conversion de Philippe l’Arabe (empereur de 244 à 249) et de son fils Philippe II, co-empereur152 : « esto todo fue ordenamiento de nuestro Sennor Ihesu Cristo, que quiso que tamanna fiesta cuemo aquella en que se cumplien mil años que fuera poblada Roma, en que auie de ser la cabeça de la cristiandat, que la fiziesse emperador cristiano »153. Les co-empereurs, qui en réalité ne se sont pas convertis, sont qualifiés de « tan buen cristianos »154, ce qui explique selon les rédacteurs qu’il n’y ait pas eu de martyrs pendant leur règne155. Pareillement, l’empereur Hadrien devient instrument de Dieu quand il expulse les juifs de Jérusalem, accomplissant ainsi la volonté divine « se cumplio lo que el Nuestro Sennor Ihesu Cristo dixiera, que serien desterrados et leuados catiuos a todas las partes del mundo »156.

  • 157 Ibid., 193, p. 144, 15b-20b : « quexo el senado de Roma mucho a Traiano ell emperador que diesse a (...)
  • 158 Ibid., 195, p. 145, 34a-47a.
  • 159 Ibid., 198, p. 148, 19a-25b. Saint Quadrat présente effectivement une Apologie des Chrétiens à Hadr (...)
  • 160 Ibid., 204, p. 150, 16a-23b.
  • 161 Ibid., 277, p. 171, 7a-29a.
  • 162 Ibid., 307, p. 180, 7a-12a.
  • 163 C. BEAUNE, op. cit., p. 39.

49D’autres empereurs respectent, voire protègent les chrétiens. C’est le cas de Trajan qui tente d’empêcher sans succès les persécutions contre les chrétiens157 ; d’ailleurs, le pape Grégoire Ier (pape de 590 à 604) prie Dieu de faire sortir son âme de l’Enfer afin qu’elle puisse gagner le Paradis158. Hadrien prend la défense des chrétiens après avoir reçu des livres de saint Quadrat (évêque d’Athènes vers 126) et de saint Aristide (apologiste athénien mort vers 134)159. Antonin le Pieux et ses successeurs Lucius Aurelius Verus et Marc Aurèle reçoivent plusieurs livres de Justin de Naplouse (philosophe fait martyr à Rome vers 165), ce qui poussa Antonin à respecter les chrétiens160. Aurélien (empereur de 270 à 275) aide même les chrétiens à lutter contre Paul de Samosate, considéré comme hérétique par le Concile d’Antioche en 269161. Constance Ier ou Constance Chlore (empereur de 305 à 306), le père de Constantin Ier, ne fait jamais de mal aux chrétiens par ailleurs très nombreux à son service162. À défaut d’être eux-mêmes chrétiens, ces empereurs se montrent cléments, voire protecteurs envers eux. Ce parallèle a posteriori, initié par les auteurs chrétiens des premiers siècles n’est pas un cas unique : en France, vers 1500, les historiographes n’hésitent pas à faire des Gaulois un peuple pratiquant une religion pure, et doté de mœurs très élevées qui préfigurent le Christianisme163.

Les rois wisigoths

  • 164 PCG, 408, p. 231, 39a-40b.

50En 410, le roi arien Alaric Ier s’empare de Rome et détruit la Cité, mais lui et ses soldats respectent les chrétiens, ainsi que leurs lieux et objets saints164. Néanmoins, ce sont les rois catholiques qui font pleinement preuve des qualités que l’on attend d’un roi chrétien. En la matière, le règne de Récarède marque un tournant du paradigme royal dans le récit. Jusque-là certains rois pouvaient se montrer cléments envers les chrétiens mais ils ne pouvaient être de grands rois. Lorsqu’il se convertit en 589 au cours du IIIe Concile de Tolède, Récarède expurge l’hérésie, et permet aux Wisigoths de (re)devenir ce qu’ils auraient toujours dû être.

  • 165 Ibid., 474, p. 263, 42b-44b.
  • 166 Ibid., 476, p. 264, 46a-50a.
  • 167 Ibid., 476, p. 264, 15b-16b.
  • 168 Ibid., 476, p. 264, 19b-23b.

Torno todos los pueblos a la fe de Ihesu Cristo et tiro los dell yerro en que estauan165.
Fizo este rey Recaredo concilio […] pora destroyr et dessaygar la heregia arriana166.
Maldixo ell a aquella secta de Arrio167.
Como dantes eran los uerdaderos cristianos maltrechos et segudados et muertos et desterrados, assi fueron después en tiempo deste rey onrrados et exalçados168.

  • 169 Ibid., 403, p. 227, 10b-p. 228, 3a.
  • 170 De Rebus Hispaniae, II, 1, p. 39-40, 17-49. DRH trad., p. 87.
  • 171 Chronicon Mundi, II, 26-27, p. 137-138. CM trad., p. 167-168.

51En effet, selon le récit, les Goths sont d’abord convertis au Christianisme par l’évêque Ulfilas (Gundila dans le récit, mort en 383), mais dans un second temps, l’empereur Valens (empereur de 364 à 378) les trompe et fait d’eux des ariens169. En réalité, l’évêque Ulfilas était arien, ce qui implique que les Goths n’ont jamais été majoritairement catholiques auparavant et qu’ils n’ont pas été trompés. Sur ce point Alphonse X suit Jiménez de Rada170. En effet, si Lucas de Tuy cite bien Valens et Ulfilas, l’ordre du récit est inversé171. En effet, il place d’abord la conversion à l’arianisme due à l’empereur, puis la présence de l’évêque dont rien ne laisse penser qu’il ait été catholique. En modifiant l’ordre, Jiménez de Rada propose un scénario davantage favorable aux Goths. Dans les deux cas les Wisigoths ont été convertis par traîtrise, mais avec le Tolédan la conversion antérieure leur donne davantage de crédit et une plus grande ancienneté dans la religion catholique.

  • 172 PCG, 495, p. 275, 51a.
  • 173 Ibid., 502, p. 278, 1a-2a.
  • 174 Ibid., 509, p. 281, 13b-17b.
  • 175 Ibid., 513, p. 284, 23a-24a.

52Avec la conversion de Récarède, le Catholicisme devient religion officielle, et les rois wisigoths règnent sur un royaume catholique. À partir de là, cette nouvelle qualité s’ajoute aux qualités du bon roi, juste et habile au combat. Les vertus des rois prennent une autre ampleur, ils sont bons, miséricordieux… dans le sens chrétien du terme. Ainsi, Swinthila était-il « buen cristiano »172 et Tulga « manso et buen cristiano en todos sus fechos »173. Réceswinthe montre de l’intérêt pour l’étude de la Bible : « amaua de coraçon la sancta fe, et auie por costumbre de demandar la Sancta Escriptura mucho a menudo a los que ueye que la sabien et los articulos de la fe »174. Quant à Wamba, le dernier bon roi wisigoth, il s’engage envers Dieu à rester chrétien : « yuro et prometio antell altar de Dios que el ternie la fe católica »175, comme s’il renouvelait l’engagement de Récarède.

  • 176 Voir Patrick HENRIET, « Rite, idéologie, fonction : remarques sur l’onction des rois wisigoths et h (...)

53Wamba est d’ailleurs le seul roi qui reçoit l’onction176, ce qui marque le symbole de l'apogée des rois de Tolède. Un miracle se produit alors, une abeille sort de la bouche du nouveau roi :

  • 177 PCG, 513, p. 284, 26a-34a.

Cuenta la estoria que aquella ora quel ouo ell arçobispo unciado, quel salio de la boca una abeia, et que uolo suso en alto contral cielo, et esto que lo uiron todos ; mas aquellos que lo uiron et pensaron en ello que podrie ser, entendieron que por aquel Rey serie exalçado et onrrado et auenturado el regno de los godos et que se manternien en bien et en paz177.

  • 178 Ibid., 513, p. 284, 31a-34a : « entendieron que por aquel rey serie exalçado et onrrado et auentura (...)

54L’onction est un signe de l’élection divine, en effet, « messie », de l’hébreu maschiakh, signifie « oint du seigneur ». Le roi qui reçoit l’onction devient de fait un roi messie, comme ceux de l’Ancien Testament, David ou Salomon par exemple. Si Wamba a été choisi par les hommes, sa légitimité est indiscutable puisqu’il est consacré par l’archevêque Quiricus, qui remplace les prophètes vétérotestamentaires dans le rôle d’intermédiaire entre Dieu et son représentant sur Terre. Quant à l’abeille qui sort de la bouche du nouveau roi, elle est un signe énonciateur de paix et de prospérité178.

  • 179 Ibid., 509, p. 281, 18b-20b : « onrauua et affeytaua los altares de las eglesias con ricos pannos e (...)
  • 180 Ibid., 490, p. 272, 16b-17b.

55Pour manifester l’attachement des rois au Seigneur, les rédacteurs les montrent participant à la construction ou à la dotation d’églises, suivant l’exemple de Récarède qui bâtit littéralement l’Église Catholique d’Espagne. Réceswinthe embellit les églises et leurs autels179 et Sisebut fait construire la basilique Sainte-Léocadie180. Mais c’est surtout Wamba qui bénéficie de ce topique religieux. Touché par le sort de Nîmes, il fait réparer les outrages commis par Paul contre les lieux sacrés.

  • 181 Ibid., 523, p. 292, 51a-24b.

Pues que el Rey uio la cibdad de Nems depoblada et astragada, ouo duolo della, […]. E mando uuscar a grand priessa quanto auer et quantos tesoros fueran de los sanctuarios, et fizo los guardar muy bien ; e esto non lo fazie el por cobdicia que ouiesse de tomarlos nin de auerlos, mas por fazer dellos reuerencia et onrra a los sanctos et a los logares onde fueran ; ca Paulo el traydor con grand maldad de si, auiendo miedo quel fallesciesse ell auer quel diera el rey, metiera mano en mano en robar las eglesias de uasos, de cruzes, de calzes, de ciriales et de todos los otros adobos que fallara que de oro et plata fuessen, e faziendo sacrilegio metiolo todo en su thesoro. Demas la corona dell oro que el buen rey Recaredo ofresciera en Gironda all altar de sant Felizes, atrouosse Paulo por su  locura a tomarla et poner la en su cabeça et leuarla ende. Pues Bamba, el muy noble rey, quanto desto pudo fallar todo lo mando tornar et leuar a sus logares181.

  • 182 Ibid., 526, p. 294, 13b-16b.
  • 183 Ibid., 526, p. 294, 27b-30b
  • 184 E. A. THOMPSON, op. cit., p. 317-318 : « fueron instrumentos de gobierno típicamente españoles ».

56De retour à Tolède, Wamba fait aussi rénover les fortifications de sa capitale, sur lesquelles il fait graver deux inscriptions en hommage à Dieu et à sa protection : « el noble rey Bamba alço et meioro la cibdad de Toledo con ayuda de Dios pora acrescentar la onrra et la nombradia de su yente »182, ainsi que « vos sanctos de Nuestro Sennor, que sodes onrrados en este logar, saluad et guardad este pueblo et esta cibdad por el poder que auedes »183. Le lien entre les rois et la religion, matérialisé au sens propre par la construction ou l’onction est aussi et surtout symbolisé par un aspect inédit dans le reste de l’Occident médiéval184, la tenue des Conciles de Tolède, organes religieux et politiques.

57Décisions principales des Conciles de Tolède :

    • 185 PCG, 476, p. 264, 46a-41b.

    III (589) – Récarède – Conversion185.

    • 186 Ibid., 497, p. 276, 13a-15a.

    IV (633) – Sisenand – « Este concilio fue fecho por muchas cosas que eran a pro de la tierra, et pusieron en el muchos establescimientos buenos »186.

    • 187 Ibid., 499, p. 276, 19b-22b.

    V (636) – Chinthila – « En este concilio pusieron muchas buenas cosas de que uino despues grand lumbre et grand bien a la cristiandad, tanbien en las cosas temporales como en las espiritales »187.

    • 188 Ibid., 501, p. 277, 18b-20b.

    VI (638) – Chinthila – « En que fue puesto como se deue guardar la fe catholica et otras cosas spiritales »188.

    • 189 Ibid., 505, p. 279, 25a-27a.
    • 190 Ibid., 505, p. 279, 32a-p. 280, 6a.

    VII (646) – Chinthila – « Pusieron en el leys contra los malos clerigos et los malos legos, et desi otras cosas espiritales »189. Recherche d’un manuscrit des Morales sur Job190.

    • 191 Ibid., 507, p. 280, 37b-43b.

    VIII (653) – Réceswinthe – « En este concilio fueron puestas et confirmadas unas leys que fizo este rey Recesuindo, que eran buenas et prouechosas assi pora las temporales como pora las espiritales; e pusieron y et demostraron otrossi de como se deue tener la fe et creer en la sancta Trinidad »191.

    • 192 Ibid., 508, p. 281, 32a-34a.

    IX (655) – Réceswinthe – « Fueron puestas en este concilio muchas buenas cosas que eran a grand pro de la tierra »192.

    • 193 Ibid., 509, p. 281, 11b-13b.

    X (656) – Réceswinthe – « Pusieron en el muchas buenas cosas que fueron pora salud del cuerpo et dell alma »193.

    • 194 Ibid., 536, p. 299, 2a-21a.
    • 195 Ibid., 527-535, p. 294-p. 298.

    XI (675) – Wamba – Désignation de Tolède comme siège de la primatie (décret cum longe lateque). Règle d’Isidore de Séville194. Répartition des évêchés195.

    • 196 Ibid., 539, p. 300, 39b-41b.

    XII (681) – Ervige – « Fueron puestas en aquel concilio muchas buenas cosas pora pro del alma et del cuerpo »196.

    • 197 Ibid., 540, p. 301, 18a-20a.

    XIII (683) – Ervige – « Fueron puestas en aquel concilio muchas buenas cosas pora pro de los cuerpos et de las almas et aun del regno »197.

    • 198 Ibid., 541, p. 301, 45a-47a.

    XIV (684) – Ervige – « Fueron puestas en el muchas buenas cosas que fueron a pro de la tierra »198.

    • 199 Ibid., 543, p. 302, 8a-12a et 32a-35a.
    • 200 Ibid., 543, p. 302, 35a-8b.

    XV (688) – Égica – Égica libéré de son serment envers Ervige199. Livre de saint Julien200.

    • 201 Ibid., 544, p. 302. Rien n’est précisé sur le contenu du Concile.

    XVI (693) – Égica – 201

    • 202 Ibid., 545, p. 303, 18a-23a.

    XVII (694) – Égica – 202

    • 203 Ibid., 548, p. 304, 21a-22a. Les canons conciliaires sont malheureusement perdus : 548, p. 304, 17a (...)

    XVIII (v. 702) – Witiza – « Sobre ordenamiento et gouernamiento de la tierra »203.

58À partir de la conversion de Récarède, l’Église tolédane est devenue une Église politique. En effet, le roi se convertit, en même temps qu’il convertit son royaume tout entier, lors du IIIe Concile de Tolède. Ce jour-là, le politique fait irruption dans le religieux et inversement. Le religieux intervient dans le politique, notamment à travers l’influence de Léandre sur la conversion de Récarède. À partir de là, la Couronne et l’Église continuent de se rencontrer lors de ces Conciles jusqu’à la disparition du Royaume de Tolède.

59Les rédacteurs sont peu loquaces quant au contenu des Conciles de Tolède et aux décrets qui ont été votés. La plupart des décisions prises par les Conciles ne sont pas détaillées, c’est le même type de formule qui revient, construit sur le modèle suivant :

60Si l’on observe le tableau synthétique des Conciles, on s’aperçoit que ces derniers ont bien entendu une vocation religieuse, mais dans le récit seulement trois Conciles contiennent des débats ou décisions uniquement spirituels (Conciles VI, VII, et XI), ce qui ne représente même pas un quart des quatorze Conciles dont les décisions sont exposées, même de façon très générale.

  • 204 Les Conciles généraux sont la plus haute instance religieuse du royaume.
  • 205 E. A. Thompson, op. cit., p. 354-355. Cependant il semble que l’interdiction n’ait pas toujours été (...)

61En revanche, le XVIIIe Concile semble traiter exclusivement d’affaires temporelles, et neuf Conciles traitent à la fois de temporalité et de spiritualité, et deux expressions fondées sur la dualité attirent ici l’attention « temporales / espirituales » (Conciles V et VIII) et « alma / cuerpo » (Conciles X, XII, XIII, XIV). Dans les deux cas, la Estoria de España est explicite. Les décrets votés par les Conciles, organes religieux s’il en est204, concernent aussi bien la doctrine – le spirituel et l’âme – que le siècle – le temporel et le corps. L’expression « a (gran) pro de la tierra » (Conciles IV et IX) renvoie aussi à cette dualité en la dépassant, tout comme les mots « et aun del regno » (Concile XIII). Quant au IIIe Concile, celui de la conversion de Récarède, il va au-delà du simple débat religieux puisqu’il implique la conversion de tout un royaume et l’abolition des barrières sociales liées à la religion, qui interdisaient notamment les mariages mixtes205. Dix Conciles de Tolède, c’est-à-dire les trois quarts des Conciles décrits par la chronique, concernent donc tout à la fois la spiritualité et les affaires temporelles du Royaume.

62Le fait que tous ces Conciles soient systématiquement introduits par le verbe « fizo » implique que le roi est à l’origine de ces Conciles et qu’il a une participation directe, supérieure même dans la chronique au rôle réellement joué par les rois lors de ces Conciles. Cette insistance sur l’implication royale nous renseigne sur deux points. D’une part, sur le rôle religieux du roi qui, à partir de 589, prend la main sur l’Église puisque c’est à lui que revient l’initiative d’organiser des Conciles. D’autre part, cela permet au roi d’endosser le rôle de protecteur du royaume dans un autre contexte que celui de la guerre ou de la justice. En effet, l’expression « a (grand) pro / pora pro » montre que le roi organise les Conciles pour le bien de ses sujets et de son royaume. Dans la chronique, les nombreux Conciles de Tolède sont donc tout à la fois un acte de foi, une marque de la prééminence du politique sur le religieux et une preuve du désir des rois d’œuvrer pour le plus grand nombre.

63Si l’on excepte Ervige, et surtout Égica et Witiza, les rois convocateurs de Conciles sont les rois glorifiés par l’historiographie : Récarède, Sisenand, Chinthila, Chindaswinthe, Réceswinthe et Wamba sont bien de grands et justes guerriers et de bons chrétiens dotés des principales vertus.

Le clergé wisigoth

  • 206 PCG, 474, p. 263, 30b-32b : Récarède « era ensennado de sant Leandro arçobispo de Seuilla quel ense (...)
  • 207 PCG, 536, p. 299, 13a.
  • 208 Ibid., 490, p. 272, 42a-49a.
  • 209 Ibid., 497, p. 276, 10a-12a.

64Dans la chronique plusieurs hommes d’Église sont particulièrement mis en avant pour leur sagesse et leur sainteté. C’est le cas de saint Léandre (archevêque de Séville de 579 à env. 599), et de ses deux frères Fulgence (évêque de Carthagène) et saint Isidore. Ces deux prélats font l'éducation catholique de Récarède et contribuent largement à sa conversion bien que la contribution de Fulgence ne soit pas mentionnée dans la Estoria de España206. La chronique met surtout en exergue le rôle de saint Isidore (archevêque de Séville d’environ 599 jusqu’à 636), qualifié de « sancto padre »207. Il lutte contre les hérésies208 et rédige de nombreux ouvrages : « auie y fechos muchos buenos libros et muchas escripturas »209. Les rédacteurs lui consacrent le chapitre 500, De las buenas obras de sant Esidro et de la su muert, dans lequel ils développent à son propos une importante liste de qualités :

  • 210 Ibid., 500, p. 277, 27a-6b.

Sant Esidro fue  muy noble de spirito pora dezir las cosas que auien de uenir, et muy granado en dar elmosnas, acucioso pora reçebir huéspedes, alegre de coraçon, verdadero en la sentencia que daua, derechero en el iuyzio, auiuado en predigar, en su castigo de buen donario, e en ganar almas a Dios muy agudo, en esponer la Sancta Escriptura atemprado, en el conseio que daua muy prouechoso, en su uestir omildoso, en comer sufrido, en la oracion deuoto, siempre appareiado pora morir por deffendimiento de la uerdad esto es Dios, en todos sus fechos muy onesto. Sin esto, era padre de los clerigos, maestro et mantenedor de los omnes dorden et de las mugieres, consolador de los cuytados et de los que llorauan, amparador de los pobres et de las bibdas, alliuiamiento de los muy cargados, deffendedor de los suyos, crebrantador de los soberuios, perseguidor et maltraedor de las heregias et de los hereges. El mantouo su arçobispado quarenta annos, faziendo Dios por el muchos fremosos miraglos et muchas señales, teniendo el mucho onrradamientre el primado en Espanna et las uezes del papa ; a los reys, a los sacerdotes et a los pueblos andaua les que obedesciessen mucho omildosamientre all apostoligo de Roma e a los que lo non quisiessen fazer daua les el su maldición, et partie los de su companna de los fieles de Dios. E fizo muchas de las escripturas de Nuestro Sennor Dios210.

  • 211 Ibid., 536, p. 299, 11a-15a : « pusieron en aquel [XI] concilio que todos los clerigos que uisquies (...)

65Ce long passage permet de souligner davantage encore son rôle de prédicateur. Isidore répand la foi catholique tout en repoussant les hérésies. Et plus qu’un simple sermonnaire, il marque durablement l’Église d’Espagne en lui laissant une règle qui continue de régir la vie du clergé quarante ans après sa mort211.

  • 212 Ibid., Ve Concile : 499, p. 276, 19b-19b ; VIe Concile : 501, p. 277, 17b-20b ; VIIe Concile : 505, (...)

66À la suite de Jiménez de Rada, les rédacteurs alphonsins mettent particulièrement l’accent sur certains archevêques de Tolède. Eugène est le premier archevêque de Tolède (646-657), et à ce titre, il préside dans la chronique les Conciles de Tolède du Ve au Xe212, soit un tiers d’entre eux. Cependant, il n’est nommé archevêque que lors du VIIe Concile et ne préside réellement les Conciles qu’à partir du VIIIConcile.

  • 213 Ibid., 510, p. 281, 38b-40b.
  • 214 Ibid., 510, p. 281-283.
  • 215 Ibid., 511, p. 283.
  • 216 Ibid., 510, p. 281, 40b-43b.
  • 217 Ibid., 511, p. 283, 22a-25a.
  • 218 Ibid., 510, p. 281, 43b-p. 582, 36a.
  • 219 Ibid., 511, p. 283, 29a-44a.

67Comme pour les rois ou les papes, les rédacteurs précisent la date de la mort de l’archevêque de Tolède et le nom de son remplaçant, par exemple Ildefonse213 est archevêque de 657 à 667. Ce dernier ne préside aucun Concile mais apparaît dans le titre de deux chapitres, De como sancta Maria dio la uestidura a sant Alffonso214 et De como murio sant Alffonsso215. La chronique souligne son engagement et les services qu’il a rendus à l’Église : « sant Alffonsso fue omne de buen linnage, et disciplo de sant Esidro, e fue monge et omne bueno et sancto »216 ou encore « sant Alffonso arçobispo de Toledo fiziera  mucho bien et mucho seruicio a Dios et a sancta Maria  en este mundo »217. Comme preuve de sa sainteté, la Vierge Marie lui apparaît dans une vision et elle lui remet une tunique provenant du trésor du Christ, afin de le remercier de défendre la foi contre les hérétiques218 et d’écrire de nombreux livres219 afin de la célébrer.

  • 220 Ibid., XIIe Concile : 539, p. 300, 29b-34b ; XIIIe Concile : 540, p. 301, 9a-10a ; XIVe Concile : 5 (...)
  • 221 Ibid., 541, p. 301, 50a-7b.
  • 222 Ibid., 543, p. 302, 35a-8b.

68Saint Julien, archevêque de Tolède de 680 à 690, a notamment écrit Historia Rebellionis Pauli adversus Wambam qui nous renseigne sur le règne de Wamba et figure parmi les sources d’Alphonse X. Ce prélat préside les Conciles de Tolède du XIIe au XVe220. Tout comme pour ses prédécesseurs, la chronique met ses qualités en exergue : « fue tan bueno et tan piadoso que mas non lo podrie seer omne […], e fue muy noble et mucho onrrado en todas las tierras por su saber et su enseñamiento […], et fue criado en Toledo et ensennado en todos los saberes »221. Et tout comme pour Isidore et Ildefonse, les rédacteurs insistent sur son savoir et sur l’enseignement qu’il transmet à son tour. Selon la chronique, saint Julien aurait même écrit un livre sur la Trinité, d’abord mal compris par le Pape, puis reconnu à sa juste valeur après que l’archevêque a insisté222.

  • 223 Ibid., XVIe Concile : 544, p. 302, 46b-47b et XVIIe Concile : 545, p. 303, 11a-12a. Rien n’est dit (...)
  • 224 Ibid., 545, p. 303, 12a-13a.
  • 225 Ibid., 549, p. 304, 20b-22b.

69Félix (archevêque de Tolède de 693 à 700), quant à lui, préside les Conciles XVI et XVII223. L’archevêque est loué pour sa sagesse : « omne mucho onrrado et de grand sabiencia »224, tout comme son successeur Gondéric (archevêque de Tolède de 700 à 710), qualifié de « omne casto et de grand santidad et por quien Dios fizo muchas uertudes et muchos miraglos »225.

  • 226 J. FONTAINE, Isidore de Séville…, p. 55.

70Les chroniqueurs mentionnent aussi d’autres clercs, parmi lesquels nous retiendrons Martin de Braga, évêque de 562 à 579 (appelé Martin de Dumio dans la chronique), ainsi que Braule et Tajon, évêques de Saragosse, respectivement de 631 à 651 et de 651 à 664. Martin de Braga, décédé dix ans avant la conversion de Récarède, annonce selon Jacques Fontaine, « l'idéal épiscopal de Léandre et Isidore »226. Les rédacteurs font son éloge :

  • 227 PCG, 459, p. 258, 43b-51b.

Fueron Theodemiro et los sueuos tornados a la fe de Ihesu Cristo por la predicacion de don Martin obispo de Dumio. Este don Martin fue muy sancto omne et de muy sancta uida, e fizo et compuso muchas buenas cosas que oy en dia son tenidas et guardadas por santas en los establescimientos de santa iglesia ; e por la su sancta uida son oy en dia otrossi exalcadas et onrradas las eglesias de Gallizia227.

71La chronique souligne ainsi la sainteté de Martin de Braga et sa capacité à convertir les incroyants. Les rédacteurs ne sont pas moins élogieux à l’égard de Braule :

  • 228 Ibid., 499, p. 276, 28b-36b. Selon Juan Fernández Valverde, le mot cartas fait référence à une lett (...)

En este concilio fue muy preciado et muy onrrado Braulio obispo de Çaragoça, et predigo y muy bien, ca era muy grand clerigo, de guisa que los sus libros et los sus escriptos, que el fizo, oy en dia los ama et los onrra la eglesia. Este obispo fue de tan buena palabra et tan bien demostraua lo que querie, que las sus epistolas fueron muy loadas en la corte de Roma228.

  • 229 PCG, 505, p. 279, 38a-40a.
  • 230 Ibid., 505, p. 279, 32a-p. 280, 6a.
  • 231 Ibid., 505, p. 279, 49b-51b.

72Quant à Tajon de Zaragoza, non moins célébré pour ses écrits, « era sancto omne et muy letrado et amaua mucho libros et escripturas »229, il est le témoin dans la chronique de l'apparition de saint Grégoire à Rome230. Chindaswinthe envoie cet évêque à Rome pour chercher le manuscrit des Morales de saint Grégoire qui avait disparu – c’est par ailleurs l’occasion de préciser que saint Grégoire écrivit cet ouvrage à la demande de Léandre de Séville. En pleine nuit, alors que Tajon prie et pleure dans la basilique Saint-Pierre, il est visité par un cortège composé de Pierre et de ses successeurs à la tête de l'Église. Saint Grégoire s'adresse alors à lui et lui révèle où il peut trouver le manuscrit qu'il cherche. La vision de ce miracle lui permet d'être tenu en haute estime par les dirigeants de l’Église : « conto ell obispo aquella uision al papa et a los cardenales, et dalli adelant fue entrellos onrrado et preciado »231.

73L’évocation de ces éminents hommes d’Église permet de mettre en évidence, d’une part, le paradigme de l’archevêque et, d’autre part, l’aura que ces clercs apportent à l’Église de Tolède. L’éloge des évêques et archevêques repose principalement sur leurs écrits et leur grande sagesse au service de la défense de la foi. La prédication d’Isidore de Séville, de Martin de Braga ou encore de Braule est une façon de protéger et d’étendre le Christianisme. Ces hommes d’Église se distinguent également par une vie sainte et exemplaire, et certains sont même les témoins de miracles ou d’apparitions. Insigne honneur, la chronique précise que les écrits d’Isidore, de Martin et de Braule ont durablement marqué l’Église. De plus, Tajon et Braule sont hautement estimés par Rome et Julien montre sa supériorité sur le Pape qui n’a pas su comprendre dans un premier temps ses écrits.

***

74Le caractère chrétien exemplaire des rois wisigoths repose donc sur trois aspects essentiels, leurs qualités propres, la tenue des Conciles de Tolède et l’exemplarité des clercs. En effet, Récarède, Swinthila, Chindaswinthe, Réceswinthe ou encore Wamba se comportent en bons chrétiens, et ont su insuffler une dimension chrétienne à leur royaume tout entier à travers les Conciles de Tolède qui offrent au Christianisme un rôle puissant au sein du Royaume. La grande sagesse de leurs évêques et archevêques, respectés et influents aussi bien au sein de l’Église tolédane qu’à Rome, contribue tout autant au rayonnement et au prestige du Royaume de Tolède et par là-même de ses rois. D’ailleurs, à la suite de Jiménez de Rada, les rédacteurs alphonsins énumèrent les grands sages espagnols dans le chapitre se référant aux crimes de Witiza, afin de rappeler la grandeur du Royaume au temps des grands rois exemplaires et chrétiens, pas encore corrompus par la luxure :

  • 232 Ibid., 551, p. 305, 48a-8b.

Este regno era […] devoto en religion, concordado et ayuntado en amor de paz, claro e limpio por ell ensennamiento de los concilios que eran fechos espessamientre de los obispos et por la grand onestad de los omnes de orden que y auie et por la su predicacion et de los sanctos obispos Leandro, Esidro, Eladio, Eugenio, Alffonsso, Julian, Ffulgencio, Martin de Dumio, Ydalio de Barcilona, Taion de Çaragoça, et por el rico estudio de la alta philosophia que auie en Cordoua232.

4. Le sage

Sagesse et vertus cardinales

  • 233 La Bible…, Sagesse 8 :7.
  • 234 Voir par exemple Gilles de Rome, op. cit., I, II, 5, p. 88.
  • 235 Ibid., XVII, p. 153 et XVIII, p. 159.
  • 236 Ibid., I, II, 15, p. 137, l’auteur cite quatre circonstances dans lesquelles la tempérance permet a (...)
  • 237 Par exemple Valentinien « era tan mesurado en su comer et en su beuer », PCG, 354, p. 203, 26b-27b.
  • 238 Gilles de ROME, op. cit., I, II, 16, p. 148.
  • 239 PCG, 157, p. 111, 12a-37a.
  • 240 Ibid., 513, p. 284, 4a-7a.

75Au Moyen Âge, les vertus principales sont au nombre de sept, trois vertus théologales – la foi, l’espérance et la charité – et quatre vertus cardinales. Tout comme les péchés capitaux engendrent les autres péchés, les vertus cardinales, du latin cardo, charnière, déterminent les autres qualités. Elles sont citées dans la Bible, il s’agit de la tempérance, la prudence, la justice et la force d’âme233. La justice et la force sont assimilables aux deux fonctions royales que nous venons d’étudier, le roi juste et le roi guerrier. La prudence et la tempérance sont tout autant indispensables au bon roi. Pour les auteurs chrétiens, la prudence est la principale des vertus cardinales, celle qui doit diriger les trois autres234. La prudence permet en effet de discerner le bien du mal et ainsi de savoir ce qui convient de faire en toute circonstance. Grâce à elle le roi choisit la voie intermédiaire entre deux excès, comme par exemple la libéralité qui est la juste attitude entre avarice et prodigalité235. La tempérance est la modération, particulièrement face aux plaisirs236. Les excès de boisson, de bonne chère237 et de relations charnelles, c’est-à-dire les péchés capitaux de gourmandise et de luxure réduisant l’homme à l’état d’animal, comme l’a écrit Gilles de Rome : « destemplanza es pecado muy bestial, ca esta en aquellas cosas en que participamos con las bestias » ou encore « la destemplanza fase a los omnes […] no ser dignos de ser principes »238. L’expression, telle une sentence, est sans appel, un roi dépourvu de prudence et de toutes les vertus que celle-ci apporte, n’est pas un roi. Un roi prudent et tempéré ne se montre pas vindicatif, cruel et belliqueux et ne se laisse pas gouverner par ses passions et ses plaisirs. Bien que la chronique n’évoque pas directement la prudence et la tempérance, les bons rois, ceux qui se montrent justes et mesurés, que ce soit à travers l’exercice de la justice ou à la guerre, incarnent ces vertus. Ils doivent aussi se montrer humbles, comme Tibère au début de son règne : « mostrosse por muy mesurado, assi que non se mostraua mas por sennor que qualquier de los otros omnes, e de muchas onras quel querien fazer las yentes, no recibie si no muy pocas et muy pequennas »239. Le roi qui incarne l’humilité est Wamba, car il refuse d’être élu roi à la mort de Réceswinthe. Suivant la tradition historiographique, les rédacteurs affirment que les Wisigoths sont obligés de le menacer pour qu’il accepte le trône : « quando a este rey Bamba quisieron alçar rey, que lo non quiso el consentir de seerlo ; mas pero al cabo ouo de otorgar lo con miedo et menazas quel fizieron » !240 Si, comme l’a écrit saint Augustin, les vertus sont telles les vêtements de l’âme, alors ceux qui portent les plus beaux atours, c’est-à-dire les rois, doivent aussi posséder toutes les qualité ; leur fonction l’exige, c’est en tout cas ce qu’affirme Gilles de Rome dans son Miroir des Princes :

  • 241 Gilles de ROME, op. cit., I, II, 1, p. 71.

Conviene de notar que las virtudes son muy buenas vestiduras del alma, según que dice San Agustín en el II° libro de la Cibdad de Dios. E si bien conviene a los reyes ser vestidos en los cuerpos más onrradamente que otros ningunos, así les conviene ser vestidos en las almas más notablemente que otros ningunos241.

  • 242 PCG, 538, p. 300, 43a et 49a.

76Notons ainsi que les rédacteurs soulignent les vertus, ou plutôt la vertu de Wamba, le singulier prenant ici une valeur générique : « tan buen señor et rey de tal uertud » et « este buen rey Bamba, rey de uertud »242.

  • 243 La Bible…, Sagesse 8 :7.
  • 244 Voir à ce sujet Adeline RUCQUOI, « El rey sabio : cultura y poder en la monarquía medieval castella (...)
  • 245 La Bible…, Sagesse 6 :1.
  • 246 Ibid., 6 :25.
  • 247 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., note 6, p. 120 : « sabio no es quien sabe mucho sino aquel cu (...)
  • 248 A. RUCQUOI, « El rey sabio… », p. 6-8.
  • 249 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., note 6, p. 120.

77Cela étant dit, les vertus cardinales ne suffisent pas à faire un bon roi chrétien. Revenons en effet sur le verset de la Bible qui fait référence à ces quatre vertus cardinales : « Aime-t-on la sagesse ? Ses labeurs, ce sont les vertus, elle enseigne, en effet, tempérance et prudence, justice et force ; rien de plus utile pour les hommes dans la vie »243, autrement dit, la sagesse est mère de toutes les vertus, elle en est la source indispensable. D’ailleurs le Livre de la Sagesse s’apparente à un miroir des princes qui oriente et explique les actions des rois244. Dans le chapitre 6, Salomon s’adresse directement aux princes : « écoutez donc, rois, et comprenez ! Instruisez-vous, juges des confins de la terre »245, ou encore : « laissez-vous donc instruire par mes paroles : vous y trouverez profit »246. Ici, sagesse a le sens de sapientia, une sagesse qui doit être prise dans une acception morale et religieuse. Il n’est pas a priori question d’érudition, de science ou de ce que nous appellerions aujourd’hui de culture générale. Si sapientia renvoie à la connaissance, c’est celle des vertus morales et de la Vérité247 qui permettent de vivre une vie en accord avec la Loi. La sagesse est à la fois connaissance et amour de Dieu, et c’est de lui qu’elle émane248. Un roi sage est donc un monarque qui aime Dieu et qui régit sa vie et son royaume en fonction des vertus nées de cette sagesse. Comme l’a écrit l’historien spécialiste de la question, Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, « en los hombres sabios hay bondad al igual que en los hombres buenos hay sabiduría »249 ; les vertus mises en scène par la chronique sont ainsi indissociables de la sagesse, le roi sage est vertueux, le roi vertueux est sage.

Sagesse et fortitudo

78Cependant, bien que la sagesse soit un attribut du roi Salomon dans la Bible – d’ailleurs le Livre de la Sagesse est aussi connu sous le nom de Sagesse de Salomon – pendant longtemps la sagesse et la royauté ne sont pas allées de pair. En effet, la fonction guerrière et la fonction sacerdotale sont restés longtemps séparées, la sagesse relevant exclusivement de la fonction sacerdotale.

  • 250 Georges DUMÉZIL, Mythes et dieux des Indo-Européens, Paris : Flammarion, 2011 ; et Mythe et Épopée, (...)
  • 251 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 19-20.
  • 252 p. BUC, art. cit., p. 694.
  • 253 Ibid., p. 694.
  • 254 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 22.
  • 255 Ibid., p. 22.
  • 256 J. TEJADA y RAMIRO, op. cit., p. 346.
  • 257 L’archevêque Julien a vraisemblablement été le complice de cette conjuration. DRH trad., note 20, p (...)
  • 258 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 22.

79Dans l’organisation tripartite des sociétés indoeuropéennes mise en évidence par Georges Dumézil250, la première fonction sociale représente la sagesse (sapientia) à travers l’étude et le culte divin et la seconde représente la force (fortitudo) à travers la guerre251. La noblesse belliqueuse et le sage clergé, le politique et le religieux, assument le pouvoir, s’associent parfois, mais ne se confondent jamais, au moins dans le discours du clergé. L’historien Philippe Buc explique cela par la « mémoire des origines où le peuple de Dieu avait longtemps vécu sa religion en présence d’un pouvoir politique qui lui était extérieur »252. Juifs puis chrétiens ont en effet été marqués par la captivité à Babylone et par les grandes persécutions253. Il s’ensuivit une stricte séparation entre le politique et le religieux, dont l’abolition était perçue comme une transgression254. Dans beaucoup de religions, à commencer par le Christianisme, faire la guerre ou faire couler le sang entraîne pour le clerc une impureté spirituelle255. Inversement, selon une disposition du canon XVII du VIe Concile de Tolède célébré en 638256, un clerc ne pouvait pas monter sur le trône wisigoth, ce qui marquait de fait une séparation infranchissable entre les deux états. C’est ce qui explique que lorsque le roi Wamba est empoisonné et qu’il prend l’habit, il ne puisse plus être roi257. Comme l’a écrit le professeur Rodríguez de la Peña, « a la ausencia de fortitudo se responde con la presencia compensatoria de la sapientia y viceversa »258, ces deux pouvoirs étaient donc complémentaires, voire interdépendants.

  • 259 Ibid., p. 20.

80Au tournant du Moyen Âge, plusieurs facteurs vont néanmoins contribuer à brouiller cette séparation entre les fonctions du roi guerrier et du sage clerc. D’une part, le culte du héros divinisé, comme celui d’Hercule par exemple, trouve sa continuité dans la vénération catholique pour les saints et les martyrs, des hommes désarmés qui remplacent la force militaire par la force spirituelle259. Avec ses propres armes, ou plutôt sans, le héros-saint se substitue à l’ancien héros-soldat et dépasse ainsi la stricte division traditionnelle en empiétant sur la fonction guerrière.

  • 260 S. TEILLET, op. cit., p. 1-112. Les Goths sont évoqués dans la littérature latine à partir de la fi (...)
  • 261 Les empereurs romains pratiquent une politique d’assimilation, notamment depuis Constantin Ier et V (...)
  • 262 Ibid., p. 22-23 et p. 197-244, p. 202 : « el proceso de asentamiento de los pueblos germánicos en l (...)
  • 263 Voir à ce propos Suzanne Teillet, op. cit., p. 113-252, qui décrit avec précision l’évolution de la (...)
  • 264 S. TEILLET, op. cit., p. 116.
  • 265 Sidoine Apollinaire (430-486). Homme politique, évêque et auteur gallo-romain, il fut préfet de Tou (...)
  • 266 S. TEILLET, op. cit., p. 116.
  • 267 Ibid., p. 137.
  • 268 Ibid., p. 190.
  • 269 Ibid., p. 189.
  • 270 Ibid., p. 193.
  • 271 Cassiodore (v. 485-578) rédige une Histoire des Goths, aujourd’hui perdue, qui défend la politique (...)
  • 272 L’Histoire des Goths (en latin, le titre Getica fait allusion aux Gètes et non aux Goths) de Jordan (...)
  • 273 Jordanès et O. DEVILLERS, op. cit., § 39-40, p. 17, § 67-73, p. 28-30 et note 68, p. 136 sur l’orig (...)
  • 274 M. A. Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los reyes sabios… » p. 761-762.

81D’autre part, la chute de Rome et les invasions barbares impliquent que les nouveaux princes de l'Occident sont ces Barbares, sauvages et incultes260 que les clercs vont en quelque sorte essayer de romaniser261 en les instruisant262, transgressant ainsi la séparation des deux fonctions, au moins selon l’historiographie. En effet, au Ve siècle, les auteurs latins modifient radicalement l’image des Goths263. Les Goths sont utilisés dans une charge contre les Romains et deviennent le bras armé de la punition divine contre Rome. Dans un premier temps, les Goths ne sont qu’un instrument au service d’une démonstration264, celle de la chute physique de Rome comme la juste conséquence de sa chute morale, mais ils ne sont déjà plus ces païens à la limite de l’inhumanité. Orose dans Les Histoires contre les païens et Sidoine Apollinaire265, dans sa Correspondance et ses Poèmes, font des Wisigoths des protagonistes à part entière266 et proposent une vision plus favorable de ces derniers267, en les humanisent davantage et en mettant en exergue leur conduite vertueuse et la pureté de leurs mœurs, renouant ainsi avec l’un des anciens topiques du Barbare. Sidoine Apollinaire présente même les Wisigoths comme le « grand peuple de l'époque, appelé à dominer une partie de l'Empire et à s’y substituer aux Romains dans la lutte contre les Barbares »268. Ils apparaissent en fait comme des Romains « régénérés »269, et le royaume de Toulouse comme le « seul royaume barbare susceptible de se mesurer avec l'Empire romain, et même de se substituer à lui »270. Ces deux auteurs à l'origine d'une nouvelle représentation des Goths dans la littérature latine sont ensuite repris par Cassiodore271, Jordanès et Isidore de Séville. Jordanès, dans l’Histoire des Goths rédigée en 551272 construit une image sapientielle des Goths, notamment en introduisant quatre philosophes au contact desquels les Goths se seraient « humanisés ». Selon cet auteur, ces sages modérèrent leurs mœurs barbares et leur enseignèrent la philosophie273. Jiménez de Rada suit Jordanès sur ce point274 et écrit à propos de Dicineus :

  • 275 De Rebus Hispaniae, I, 15, p. 32, 11-17. DRH trad., p. 82 : « les cambió sus costumbres salvajes y (...)

Ipse autem mores eorum barbaricos inmutauit, ipse fere omnem philosophiam, fisicam, theoricam, practicam, logicam, disposiciones XII signorum, planetarum cursus, augmentum lune et decrementum, solis circuitum, astrologiam et astronomiam et naturales sciencias Gothos docuit et ex beluina ferocitate homines et philosophos instaurauit275.

  • 276 Étymologies, I, 39, 9, p. 352-353 : « es que héroes se llamaban aquellos varones, como si se dijera (...)
  • 277 M. A. Rodríguez de la Peña, « Imago sapientiae… » , p. 38. J. de Salisbury, op. cit., IV, 6, p. 247 (...)
  • 278 M. A. Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los reyes sabios… », p. 757-759 et Peter LINEHAN, « O (...)
  • 279 Scipion l’Africain (PCG, 31, p. 22, 36b-39b et 34, p. 24, 30a-33a ), Annibal (38, p. 26, 35a), Pomp (...)
  • 280 Traduction latine de la Bible réalisée par Jérôme de Stridon entre 390 et 405. C’est la version de (...)
  • 281 I Maccabées 4 :7 et 6 :30, cité par M. A. Rodríguez de la Peña, « Imago sapientiae… », p. 20.
  • 282 Cantique des Cantiques 3 :8, cité par M. A. Rodríguez de la Peña, « Imago sapientiae… », p. 20.

82Avec les rois barbares, surtout grâce à l’historiographie qui leur est consacrée, la figure du prince peut dorénavant être associée à la fois à la force et à la sagesse. Isidore de Séville écrit ainsi que les héros méritent le Paradis grâce à leur sagesse et à leur force : « nam heroes appellantur viri quasi aerii et caelo digni propter sapientiam et fortitudinem »276. Jean de Salisbury affirme quant à lui que le rôle militaire du roi n’excuse en rien son ignorance, notamment théologique277. Les professeurs Rodríguez de la Peña et Linehan ont montré que Jiménez de Rada propose un modèle royal alliant sagesse et force278. Dans cette continuité, l’expression « sabidor de guerra »279 rencontrée à plusieurs reprises dans la Estoria de España montre que l’association des deux qualités n’est plus impossible ou contre-nature. Les rois sont forts, courageux et habiles tacticiens, mais ils font aussi preuve de prudence et de tempérance. C’est parce qu’elle est éclairée par la sagesse que la guerre devient juste et qu’il n’y a plus de place pour le roi belliqueux ou violent qui aimerait la guerre plus que la paix. La guerre, loin de s’y opposer devient une preuve supplémentaire de la sagesse royale. D’ailleurs la Vulgate280 met elle-même en scène un lien étroit entre fortitudo et sapientia à travers les expressions « docti ad proelium »281 et « ad bella doctissima »282.

Sagesse et émancipation

  • 283 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 22 : « en los cantares de gesta medievales la figura del sa (...)
  • 284 G. DUBY, Les trois ordres…, p. 49.
  • 285 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 295-296.
  • 286 M. A. Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los reyes sabios… », p. 759.

83Si la limite entre les deux fonctions se brouille, elle n’est pas révolue pour autant. La séparation reste par exemple présente dans les chansons de geste où la figure du sage n’exerce pas la violence283. Les deux ordres demeurent complémentaires, bien qu’il s’agisse plutôt d’une complémentarité asymétrique ou en tout cas concurrentielle. En effet, si les clercs ont certes besoin des nobles pour défendre la société au sens physique du terme, le politique a besoin du religieux pour avoir accès à la sagesse, car l’usage de la force continue d’en éloigner le roi284, de dresser entre lui et la sagesse une barrière infranchissable. La séparation des deux fonctions place donc en réalité de facto la monarchie sous la tutelle de l’Église. Le roi doit se soumettre à la sagesse des clercs, seuls capables d’éclairer son jugement, en le guidant ou en l’instruisant. D’ailleurs, Julien de Tolède dans une vision très orientée de la monarchie exalte les vertus martiales de Wamba et entend éduquer les laïcs dans des valeurs qui correspondent à leur état285. Chez Lucas de Tuy, contrairement à Jiménez de Rada, la sagesse n’est pas du côté de la noblesse, mais bien du côté du clergé. Le Léonais reconnaît la sagesse du roi en ceci qu’il se soumet au clergé dans ce domaine286 :

  • 287 Ibid., p. 759.

La sabiduría no es, en la visión del obispo de Tuy, une virtud personal del monarca, en tanto que hombre instruido (pues ninguna mención se hace de que deba recibir enseñanza), sino une fuerza, controlada por el ordo episcopal, a la que se debe someter. Es sólo entonces cuando deviene en Rex sapiens287.

  • 288 La théorie des Deux Glaives s’appuie sur une lettre de Gélase Ier (pape de 492 à 496) à Anastase Ie (...)
  • 289 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 22-23 : « Por lo general, cuando hablamos de una intellige (...)

84La théorie des Deux Glaives288, cantonnant le roi au pouvoir temporel face au Pape, détenteur du pouvoir spirituel et d’un ascendant moral et politique sur le temporel, ne serait-elle finalement pas la manifestation officielle, institutionnelle de cette séparation très ancienne, remodelée pour mieux perdurer289 ? Malgré l’évolution causée par la dislocation de l’Empire Romain, l’Église n’a pas perdu son ascendant sur le pouvoir temporel qui continue d’avoir besoin d’elle pour s’instruire. D’ailleurs, comme Philippe Buc l’a mis en évidence, l’Église de Rome utilise le lexique de la royauté dans son propre intérêt et concurrence dans une certaine mesure le pouvoir royal :

  • 290 P. BUC, art. cit., p. 694.

L’Église revendique pour elle-même – pour ses membres éminents et ses chefs, pour les réalités morales ou religieuses dont elle est garante – le nom de roi. Fondamentalement, cette revendication repose sur un axiome : le vrai royaume est intérieur. Il consiste en un gouvernement des passions290.

  • 291 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., « Imago sapientiae… », p. 16, 35-36.

85Dans ce contexte de rivalité, la sapientia devient alors un enjeu d’émancipation pour un pouvoir laïque qui entend contrer la domination cléricale. Selon Rodríguez de la Peña, au Moyen Âge l’Idéal Sapientiel se manifeste dans deux domaines, l’un théocratique, l’autre laïque, la sagesse devenant ainsi un nouvel instrument de légitimation dans le conflit qui opposait les Deux Glaives291. En effet, si le pouvoir laïque parvient à s’approprier la sagesse, à la faire sienne, alors cela lui offre la légitimité nécessaire afin de s’émanciper de la tutelle des clercs.

86Malgré les conclusions de Peter Linehan et Rodriguez de la Peña quant à la vision de la sagesse royale de Jiménez de Rada, le De Rebus Hispaniae reste empreint, peut-être malgré lui, du monopole que détient l’Église sur la sagesse, au moins dans le récit concernant le Royaume de Tolède. Si les rois wisigoths sont plus sages, plus chrétiens et plus instruits, ils n’en demeurent pas moins dépendants de l’Église. Ce sont les clercs qui forgent leur mémoire et exaltent leur grandeur à travers des chroniques qui leur sont favorables. Les rois goths sont peut-être sages, mais il s’agit d’une sagesse guidée, qui éclot grâce au clergé. Le prince est placé dans le rôle du disciple qui a besoin de son maître, tout comme Bérangère de Castille avait besoin de Lucas de Tuy et Ferdinand III de Jiménez de Rada pour rédiger l’histoire de la Castille et de León. Car le fait même que la monarchie, le pouvoir politique, fasse appel à des clercs pour rédiger l’histoire, montre le rôle de médiateur du clergé entre la sagesse et les princes. Bien sûr, l’on peut arguer que la royauté, parfaitement consciente du pouvoir de l’historiographie, utilisait les clercs à son profit, mais il n’en demeure pas moins que les monarques continuaient de dépendre de l’Église dans ce domaine, au même titre que les rois wisigoths plusieurs siècles auparavant. Prenons comme exemple le prologue de Jiménez de Rada :

  • 292 De Rebus Hispaniae, dédicace, p. 3. DRH trad., p. 55 : « a su señor, el serenísimo, invicto y siemp (...)

Serenissimo et inuicto et semper augusto domino suo Fernando, Dei gracia regi Castelle et Toleti, Legionis et Gallecia, Cordube atque Murcie, Rodericus indignus cathedre Toletane sacerdos hoc opusculum et Regi rerum perpetuo adherere292.

87On note l’opposition topique de la captatio benevolentiae entre le roi, exalté, « serenissimo et inuicto et semper augusto domino suo Fernando, Dei gracia regi… », et l’archevêque, faussement humble et réduit au rang de « indignus cathedre Toletane sacerdos ». Bien qu’il n’ait écrit qu’une œuvre mineure, « opusculum », et malgré sa modestie appuyée, Jiménez de Rada souligne tout de même que c’est lui qui a écrit cette chronique à destination du roi. Voyons cet autre extrait du prologue, plus explicite encore :

  • 293 Ibid., prologue, p. 6, 53-63. DRH trad., p. 56-57 : « ya que la excelencia de vuestra majestad tuvo (...)

Quia igitur placuit uestre excellencie maiestatis mee requirere ignoranciam paruitatis ut si, qua de antiquitatibus Hispanie […], peticioni uestre describere laborarem, et ua a quibus gentibus calamitates Hispania sit perpessa […] per scriptere mee indaginem ad diligencie uestre noticiam peruenirent, ego uero tanti domini, tam excelsi, non possum precibus contraire et uix possibile cogor ob reuerenciam atemptare293.

88On retrouve l’opposition entre le roi et le chroniqueur. Le premier est à nouveau glorifié : « uestre excellencie maiestatis » et « tanti domini, tam excelsi », alors que le second est à peine capable de remplir la tâche qui lui a été confiée : « ignoranciam paruitatis » et « uix possibile cogor ob reuerenciam atemptare ». Il insiste aussi sur le fait qu’il ne fait que répondre à la demande du roi : « requirere », « peticioni uestre », « precibus » et « cogor ob reuerenciam », mais il s’agit d’un double discours. En effet, tandis qu’il affirme qu’il n’est rien d’autre qu’un humble serviteur, il souligne aussi, incidemment, que le roi a eu besoin de lui. Lorsqu’il écrit « per scriptere mee indaginem ad diligencie uestre noticiam peruenirent », il montre que c’est lui qui a œuvré, qui a cherché et qui a écrit, afin d’instruire le roi qui sans son intervention n’aurait pu avoir accès à l’histoire de son royaume. L’archevêque est le magister, tandis que Ferdinand III, malgré les louanges, est cantonné dans le rôle de l’enseigné.

89Avec le projet alphonsin, la dynamique est modifiée. En prenant la main sur les recherches et la rédaction de sa propre histoire de l’Espagne, le roi Alphonse X refuse la mainmise du clergé sur la sapientia et affirme ainsi sa propre capacité à rechercher, atteindre, personnifier et transmettre à son tour la sagesse. Dans son prologue, le Roi Sage supprime la mention des Évangiles comme garants de la mémoire des hommes.

  • 294 Ibid., prologue, p. 6, 43-45. DRH trad., p. 56 : « una vez que la muerte a eliminado a los testigos (...)
  • 295 PCG, prologue, p. 3, 46b-p. 4, 4a.

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Earum testibus morte sublatis, posset relatione ueridica esse certus, nisi libri canonici aut euangelia testarentur ?294

Ca de tod esto et dotras cosas muchas no sopieramos nada si, muriendo aquellos que eran a la sazon que fueron estos fechos, non dexassen escripturas por que lo sopiessemos295.

  • 296 Ibid., 474, p. 263, 30b-32b : Récarède « era ensennado de sant Leandro arçobispo de Seuilla quel en (...)

90Le roi préfère le terme « escripturas » qui utilisé sans l’adjectif « santas » désigne n’importe quel récit sans exclure la Bible, mais sans se limiter au texte saint pour autant. Au contraire en rédigeant cette histoire, Alphonse X montre que la mémoire des hommes n’est pas l’apanage de l’Église mais qu’elle relève tout autant, si ce n’est plus, de la couronne. En s’emparant de la sagesse, il s’empare de l’autorité et de la légitimité que celle-ci confère. Jiménez de Rada restait quoi qu’il en soit archevêque, à la différence du Roi Sage qui n’a aucune difficulté à franchir la barrière symbolique qui sépare le religieux du politique, la sagesse de la fonction martiale. Néanmoins, on ne peut pas parler d’un changement radical dans le récit, Alphonse X et ses rédacteurs conservant les épisodes dans lesquels des rois goths ont besoin des clercs296. Cependant, d’autres passages et d’autres personnages participent de ce nouveau paradigme royal.

La sagesse royale

  • 297 Dans la mythologie grecque, Atlas est un titan qui soutient la voûte céleste. Il intervient aussi d (...)
  • 298 PCG, 5, p. 8, 50a-52a.
  • 299 Ibid., 5, p. 8, 25b-32b.
  • 300 Ibid., 10, p. 11, 2b-3b.

91Lorsque Hercule arrive en Espagne, il est accompagné du sage Atlas, un astrologue297 : « troxo consigo un muy gran sabio del arte destronomia que ouo nombre Allas »298. Hercule n’est peut-être qu’un chef militaire – la chronique ne fait mention que de ses aptitudes martiales et le présente comme fondateur –, mais il s’attache la compagnie d’un savant qui le conseille lors des fondations qu’il entreprend299 et lui enseigne son savoir, ce qui lui permet à son tour de devenir savant en la matière. En effet, la Estoria de España affirme qu’il instruit son neveu Hispan, aux côtés d’Atlas : « ca lo aprisiera dErcules e de Allas el so estrellero »300. D’enseigné, ou de conseillé, Hercule est devenu à son tour enseignant. Jiménez de Rada ne faisant aucune allusion à ce transfert de connaissance du sage à Hercule puis de Hercule à Hispan, nous devons cette remarque à Alphonse X pour qui le premier seigneur de l’Espagne – dans l’ordre du récit – montre que militia et sapientia ne sont pas incompatibles.

  • 301 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 4-5, DRH trad., p. 71 : « llevó a cabo con gran sabiduría grandes (...)
  • 302 PCG, 9, p. 11, 16a-17a.
  • 303 Ibid., 9, p. 11, 29a-30a.
  • 304 Ibid., 9, p. 11, 25a : « fizo muy marauillosa obra ».
  • 305 Ibid., 9, p. 11, 21a-22a.
  • 306 Ibid., 10, p. 11, 1b-2b.
  • 307 La guerre et la sagesse sont d’ailleurs complémentaires, notamment à travers Hispan ou Scipion l’Af (...)
  • 308 PCG, 10, p. 11, 52a-3b.

92Hispan, le premier vrai roi de l’Espagne est un personnage introduit par Jiménez de Rada qui le présentait comme un sage en écrivant : « opera fortissima prudenter extruxit »301. Alphonse X reprend cette qualité et la développe : « com era omne sabio y entendudo, soposse apoderar della [Espanna] »302 ou encore « com era omne muy sabidor, fizo fazer por gran sabiduria »303. Sa sagesse lui permet de s’emparer de l’Espagne grâce à l’amour, et elle lui permet aussi de construire l’aqueduc de Ségovie304 ou le phare de la Corogne. Plus largement, tout ce qu’il a accompli en Espagne grâce à la sagesse est qualifié de « lauores marauillosas »305, car il est après tout l’homme le plus sage de la Péninsule : « era ende el mas sabidor que auie en Espanna a essa sazon »306. Si les fondations dépendent en grande partie des aptitudes militaires du héros qui doit d’abord s’emparer des territoires avant d’y fonder une ville, la chronique montre que la sagesse n’est pas pour autant étrangère à ce processus307. En effet, Hercule reçoit les conseils d’Atlas au moment de fonder Séville et c’est parce qu’il est sage qu’Hispan peut réaliser toutes ces constructions. Quant à sa fille, Liberia, elle est elle aussi très entendue grâce à l’instruction qu’elle reçoit de son père, lui aussi devenu magister. La chronique construit ainsi une chaîne symbolique du savoir à la tête de l’Espagne : « era much entenduda e sabidor destrolomia, ca la ensennara el que era ende el mas sabidor que auie en Espanna a essa sazon, ca lo aprisiera dErcules e de Allas el so estrellero »308. Les seigneurs de l’Espagne sont sages de père en fils, ou plutôt d’oncle en neveu et de père en fille. Leurs connaissances sont mises au service du royaume à travers la construction de villes, du phare pour la protection, d’un aqueduc et d’un système d’assainissement pour l’eau potable.

  • 309 Ibid., 186, p. 138, 16a-29a.
  • 310 Ibid., 196, p. 145, 17b-20b.
  • 311 Ibid., Tibère, 152, p. 112, 35a-36a ; Néron, 172, p. 121, 47b-48b ; Vespasien, 185, p. 137, 19b-20b
  • 312 Ibid., 201, p. 149, 31b.
  • 313 Ibid., 211, p. 153, 6a-7a.

93La chronique évoque peu les monarques carthaginois, mais elle met en scène la reine Didon qui, grâce à sa ruse, parvient à sauver sa vie, celle de ses hommes, ainsi que ses richesses, puis à fonder Carthage. En revanche, la Estoria de España s’attarde davantage sur certains empereurs romains instruits et savants. La chronique vante par exemple la mémoire de Titus (empereur de 79 à 81) et affirme qu’il est un lettré : « era omne de tan buena memoria que no auie par. […] E era muy letrado en griego et en latin, quier en fablar et mostrar un pleyto en qualquier lengua dellas, quier en fazer libros de qual natura sel antoiasse »309. Comme Titus, Hadrien (empereur de 117 à 138) maîtrise le grec et le latin, ainsi que les arts libéraux : « fue omne muy sabio en griego et en latin, et no tan solamientre en lo fablar, mas en todas las artes que en estas dos lenguas son »310. La Estoria de España mentionne que les empereurs Tibère (14-37), Néron (54-68) et Vespasien (69-79) sont instruits dans les arts libéraux311. Antonin le Pieux et Marc Aurèle sont décrits comme des sages, l’un étant « muy sabidor a grand marauilla »312 et l’autre « uerdadero philosopho, et que era mas sabio de lo que mostraua »313.

  • 314 Philosophe romain d’origine grecque du Ier siècle.
  • 315 Ibid., 192, p. 142, 40b-45b et p. 143, 33a-36a.
  • 316 Ibid., 196, p. 146, 35b-p. 147, 8b.
  • 317 Apollonios de Chalcédoine, philosophe stoïcien du IIe siècle.
  • 318 Il s’agit probablement de Basilide, un philosophe et théologien paléochrétien qui enseigne à Alexan (...)
  • 319 Ibid., 207, p. 151, 25a-29a.
  • 320 Grammairien et rhéteur romain du IIe siècle, proche de Marc Aurèle.
  • 321 PCG., 214, p. 153, 43a-46a.
  • 322 Ibid., 177, p. 126, 24a-30a.
  • 323 Philosophe romain (4 av. J.-C.-65).
  • 324 Poète romain (29-65).
  • 325 PCG, 173, p. 124, 1b-2b.
  • 326 Ibid., 173, p. 124, 10b-13b.
  • 327 Effectivement construite sur ordre d’Hadrien, la bibliothèque est dévastée en 267 par les Hérules.

94Comme les princes grecs, certains empereurs romains reçoivent un enseignement de la part d’un philosophe. Trajan (empereur de 98 à 117) est instruit par Plutarque314 « ouo Traiano por ayo et por maestro un grand philosopho que auie nombre Plutarco, quel castigaua yl mostraua por palaura et por libros quel fazie todas buenas costumbres por que mantouiesse bien ell imperio »315. La chronique reprend aussi le Capítulo de Segundo filósofo, un traité médiéval d’origine grecque qui narre la formation du philosophe Segundo, la raison pour laquelle il décide de ne plus jamais parler, puis la rencontre avec l’empereur Hadrien et le dialogue qui s’ensuit. Ce dialogue, en forme de questions orales posées par l’empereur et de réponses écrites par le philosophe, porte sur le monde, la grande mer, Dieu, le Soleil, le Lune, le Terre, l’homme, la beauté, la femme, l’amitié, la richesse, la pauvreté316… Antonin le Pieux reçoit les conseils d’Apollonios317 et de Basilide318 : « fueron philosophos de los mas sabios del mundo Apollonio, natural de Calcedonia, e Basilides de Ciropolis, que fueron uerdaderos maestros de Cesar ell emperador »319. Fronton320 enseigne à Marc Aurèle : « era en Roma Fronto, un rethorico mucho onrado et muy noble, que mostro las letras latinas a Marcho Antonino Uero »321. Quant à Néron, bien qu’il finisse par les faire assassiner322, il profite des conseils de Sénèque323 et de son neveu Lucain324 « que eran grandes philosophos et muy sabios »325. Les rédacteurs alphonsins écrivent : « fizoles el Cesar mucho dalgo, et tomo a Seneca por su maestro ; et dalli adelante guiosse por ellos, et en quantolo fizo, ouo ell emperador assessegadamiente et en paz »326. Ainsi, les conseils sages et avisés des philosophes permettent au prince de régner en paix sur son royaume. Certains empereurs ne se contentent pas de recevoir l’enseignement et les conseils des philosophse, ils jouent un rôle dans la transmission du savoir. Titus écrit des livres et Hadrien fait construire une bibliothèque à Athènes327 :

  • 328 PCG, 198, p. 148, 6a-19a.

Cuemo era omne muy letrado et muy sabidor en todas las artes de griego et de latin, segund que desuso oyestes, en los tiempos que se le no mouien guerras, auie muy grand sabor destudiar; et por que eran a aquella sazon en Athenas las escuelas de todos los saberes, moraua y muy de grado; et fuesse aquel anno pora allá, et moro y toda la yuernada; e fizo y muchas fermosas cosas : […] marauillosa obra et de muy grand costa  pora alçar todos sus libros, et llego y muy grand tesoro dellos328.

  • 329 Ibid., 196, p. 145, 15b-16b : « est emperador Adriano fue natural dEspanna, bien cuemo Traiano ».

95Forts de la sagesse qui leur a été transmise, ces empereurs deviennent à leur tour des passeurs en conservant et en transmettent les savoirs, la mémoire, faisant alors écho au prologue de la Estoria de España et aux travaux juridiques, scientifiques et historiographiques d’Alphonse X. Le fait que Trajan et Hadrien soient présentés comme des empereurs « espagnols »329 ne fait qu’accroître le lien symbolique entre princes grecs, romains puis castillans. Dans le récit alphonsin, les empereurs dits « antonins », Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux et Marc Aurèle, sont les empereurs les plus instruits et les plus entourés par les philosophes et les sages. La grandeur et la paix de leur empire se trouvent donc directement liées à leur sapientia.

  • 330 Ibid., 474, p. 263, 30b.
  • 331 Ibid., 490, p. 272, 19b.
  • 332 Ibid., 495, p. 275, 52a.
  • 333 À propos de Sisebut, De Rebus Hispaniae, II, 17, p. 65, 22 : « litterarum sciencia doctus », DRH tr (...)
  • 334 Voir notre chapitre Quelle mémoire pour l’Espagne ?

96En ce qui concerne les Wisigoths, la Estoria de España mentionne aussi l’instruction et l’intelligence de certains de leurs rois. Récarède a reçu l'enseignement de Léandre de Séville330, Sisebut est « muy entendudo en letras »331 et Swinthila est qualifié de « sabio et de gran entendimiento »332. Néanmoins, Alphonse X ne développe pas plus cet aspect de la royauté de Tolède que Jiménez de Rada ne l’avait fait333. Cela contraste certes avec les développements concernant les figures royales d’Hispan ou de sa fille, ou avec l’instruction des empereurs romains, mais plusieurs explications sont possibles. Peut-être Alphonse X pensait-il que l’archevêque avait déjà parfaitement rempli cette tâche et que son récit sur les Wisigoths n’avait pas besoin d’être modifié. Il se peut aussi que des groupes différents aient travaillé sur les Romains et les Goths et que les seconds n’aient pas eu accès aux sources et au travail des premiers. Il est enfin possible que les rédacteurs aient délibérément porté leur attention sur l’histoire romaine334.

  • 335 PCG, 388, p. 217, 44b.
  • 336 Ibid., 388, p. 217, 48b.
  • 337 Ibid., 393, p. 222, 40a.
  • 338 Ibid., 393, p. 222, 25a-28a.
  • 339 Ibid., 388, p. 218, 22a-24a.

97En revanche, les passages repris chez Jordanès puis Jiménez de Rada qui ont donné comme magistri à des Goths brutaux et sans foi ni loi quatre philosophes, Zeuta, Zalmoxis, Dicineus et Eumusico, semblent plus éclairants sur la conception alphonsine de la sagesse royale. Dans la Estoria de España, Zeutan est un « philosopho muy sabio »335, Zalmoxen est « muy sabio a marauilla en la filosofia »336 et Eumusico est « sabidor »337. Comme dans le récit concernant les empereurs romains, les philosophes ont ici pour rôle d’instruire les rois « mandauan se por el non solamientre los medianos et los menores daquella yent, mas los mayores et aun los reyes »338. Leurs conseils modifient et améliorent alors notablement les coutumes des Goths : « dalli adelante començaron a yr meiorando mucho mas en sus costumbres, et a ser mas mansos et mas piadosos et mas sabios »339. Comme chez Jordanès et Jiménez de Rada, c’est Dicineo qui a la plus grande influence sur les Goths :

  • 340 Ibid., 393, p. 222, 9a-25a.

Lo que el les conseiaua et tenie por bien aquello iudgauan por cosa prouechosa et de salut et de sanctidat en las cosas que ellos auien de fazer. E aquel mudo entrellos las costumbres que auien estonçes non tan buenas ; et este Dicineo ensenno a los godos fascas toda la filosophya, et la fisica, et la theorica, et la pratica, et la logica, et los ordenamientos de los doze signos, et los cossos de las planetas, et el cresçer et el descreçer de la luna, et el cosso del sol, et la astrologia, et la astronomía, et las sciencias naturales. Et sacolos duna braueza que trayen antes a manera de bestias saluages, et ensenno los a seer mansos et philosophos ; et ensennandoles los saberes et las buenas costumbres340.

  • 341 Ibid., 388, p. 217, 48b-51b.
  • 342 Ibid., 393, p. 222, 5a-7a.
  • 343 Ibid., 393, p. 222, 40a-43a.
  • 344 M. A. Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los reyes sabios… », p. 761-762.

98Grâce à leur sagesse, ces philosophes parviennent à purger les Goths de leur bestialité pour en faire non seulement des hommes, mais les hommes les plus sages : « dalli adelant non mingo a los godos qui les ensannasse los saberes, et por esta razón fueron los godos mas sabios que todas las otras yentes »341. La sagesse des philosophes les rapproche aussi du pouvoir politique, là où ils sont le plus utiles. Ainsi Dicineo et Eumusico sont pratiquement élevés au rang de rois, le premier par le roi lui-même, « dio Boruista a Dicineo por ello fascas tod el poder del sennorio »342 et le second par tous les Goths, « tanto fue sabidor aqueste que por rey et por obispo le tenien ellos entresi, et iudgaua este en sos pueblos toda iusticia muy complidamientre »343. D’ailleurs, Rodríguez de la Peña les considère comme des rois philosophes344. Cet épisode des quatre philosophes pourrait recevoir une double interprétation. L’on pourrait en effet y voir la nécessaire tutelle d’une caste différente extérieure à la fonction politique, tel le clergé, mais nous sommes d’accord avec Rodriguez de la Peña quand il écarte cette possibilité :

  • 345 Ibid., p. 762.

Salta a la vista que un pasaje rescatado de la Antigüedad Tardía como este, leído con la mentalidad del siglo XIII, podía recibir una interpretación política sapiencialista en dos direcciones opuesta : bien una proclive a la tutela de la Realeza y el pueblo por parte de los custodios clericales de la Sapientia divina […],o bien una favorable a una Realeza sapiencial para la cual la figura del Rex philosophus de los godos resultaría legitimadora. […] Alfonso X y su taller historiográfico no podían menos que sentirse identificados de algún modo con estos antepasados remotos que conjugaban ocupar el trono con la Filosofia345.

99Cette dernière phrase nous semble être un élément clé de l’interprétation du récit. Les rois s’entourent de sages – Atlas, Plutarque, Sénèque, Dicineo… –, ce qui leur permet de devenir sages à leur tour et d’exercer le pouvoir avec sapientia, c’est-à-dire au mieux des intérêts de leur royaume et de leur peuple. L’influence de ces sages, assimilés à des rois démontre, non pas une nécessaire tutelle extérieure, mais bien la possibilité pour le prince d’être à la fois roi et sage, de conjuguer fonction politique et sapientielle. Le monarque s’entoure de traducteurs, de rédacteurs, qui loin d’exercer une quelconque tutelle à son égard, travaillent à son service, comme en témoigne le surnom de Roi Sage qui lui sera attribué par la suite.

  • 346 A. RUCQUOI, « El rey sabio… », p. 7.
  • 347 Ibid., p. 7.
  • 348 PCG, 9, p. 11, 29a-30a.
  • 349 Ibid., 11, p. 12, 37b-41b.

100Alors comment définir la sagesse royale qui se dégage de ces différents portraits royaux ? Selon Adeline Rucquoi, la sapientia exclut l’érudition : « el saber por saber, el saber por placer de saber, propio en particular de los sofistas, ha sido vigorosamente condenado por san Bernardo y ningún monarca, en su obra de propaganda externa, lo airearía merced a un apodo »346. Cette affirmation se verrait par exemple corroborée par le fait que la traduction « Roi Sage » est plus courante en français que « Roi Savant ». Faut-il cependant en conclure qu’Alphonse X n’a été surnommé el Sabio qu’en raison de sa sapientia ou en d’autres termes que son érudition n’a rien à voir avec sa sagesse ? La chercheuse ajoute ceci : « el “ sabio ”, en este contexto, no puede ser, en ningún caso, confundido con el “ letrado ”, “ el sabidor ” dirá Alfonso X, o sea aquél que posee un saber escrito, ni es el filósofo »347. Or, l’analyse du récit montre que justement, « sabidor » et « filosofo », ainsi que dans une moindre mesure letrado, sont utilisés pour définir la sagesse. Plusieurs empereurs et rois wisigoths sont ainsi décrits comme des lettrés. La formation littéraire est associée aux termes « saber » et » sabidor ». Les philosophes font entrer les Goths dans l’humanité et rappelons par exemple que « sabidor » et « sabiduría » définissent pareillement Hispan : « com era omne muy sabidor, fizo fazer por gran sabiduria »348. Et que dire du roi Rocas ? Rocas est un roi sans peuple et sans royaume qui n’a pas réellement l’occasion de gouverner dans le récit. Son unique fonction est la fonction sapientielle qu’il personnifie à travers son voyage. En effet, son départ est motivé par sa soif d’apprendre : « tan grand sabor ouo este rey daprender los saberes, que dexo todo so regno e quanto auie, e començo dir duna tierra en otra, parando mientes a aquellas cosas por que podrie mas saber »349. C’est alors qu’il trouve les soixante-dix piliers recouverts de toutes les connaissances du monde, connaissances qu’il retranscrit dans un livre afin de les conserver. Nous avons vu plus haut que son rôle de chercheur et conservateur faisait écho à plusieurs prologues alphonsins. En cela il est une préfiguration d’Alphonse X qui reproduit son voyage initiatique à travers la traduction. Rocas a quitté l’Orient, est passé par Troie et Rome et a fini par gagner l’Espagne, Alphonse X fait traduire des textes arabes, hébreux, latins en castillan. Le Roi Sage du XIIIe siècle, animé par la même démarche de recherche-conservation à laquelle il ajoute la transmission, parcourt symboliquement le même trajet que le premier Roi Sage d’Espagne.

  • 350 Jean de Salisbury, op. cit., IV, 6, p. 251, 107.

101Selon le récit alphonsin, les grands seigneurs de l’Espagne, de Rocas aux Wisigoths en passant par les Grecs, les Carthaginois et les Romains, sont bien des princes sages et instruits. D’ailleurs la célèbre expression de Jean de Salisbury, « Rex illiteratus est quasi asinus coronatus »350, montre combien il est important qu’un roi soit lettré. De plus, considérant l’œuvre d’Alphonse X, il nous paraît difficile de croire qu’il ait entrepris un travail d’une telle ampleur sans avoir le moindre goût pour l’érudition. Son activité, à la fois morale, juridique, historiographique ainsi que scientifique fait justement du roi quelqu’un qui sait, un sabidor, un letrado et un filosofo. La recherche des savoirs n’est pas incompatible avec l’acception religieuse de la sagesse, au contraire. N’oublions pas qu’au Moyen Âge, le savoir, les sciences, n’ont de sens que dans un contexte chrétien. Connaissance de Dieu, c’est-à-dire sapientia, et connaissances terrestres, eruditio, se développent au sein de l’Église. D’ailleurs, le fait que les termes « culte » et « culture » partagent la même racine n’est sûrement pas anodin. En latin, colere a le sens d’honorer et de cultiver, se cultiver et cultiver son amour pour Dieu sont finalement les deux faces de la même monnaie. La sagesse ne peut donc qu’inclure l’érudition qui est à la fois une manifestation et un moyen d’atteindre la sagesse.

  • 351 À ce sujet voir M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p27-30.

102Selon le professeur Rodríguez de la Peña, il existe au Moyen Âge deux types de modèle royal, la sagesse platonicienne et la sagesse biblique. Dans le premier cas, le roi a recherché la sagesse, notamment à travers l’étude, et le fait de l’avoir trouvée lui donne sa légitimité. Dans le second cas, la sagesse est une révélation de Dieu et non le fruit d’études rationnelles, elle est révélée et non recherchée. Un modèle est ascendant tandis que l’autre est descendant351. Les deux modèles transparaissent dans la Estoria de España. En effet, aussi bien les travaux du Roi Sage que le modèle sapiential royal développé dans la chronique montre que le roi doit être actif dans la recherche du savoir. En tant que roi, c’est à lui d’étudier, de s’entourer d’hommes lettrés et d’accroître ses connaissances. Alphonse X ne rejette pas pour autant le modèle biblique puisque sa sagesse est aussi un don de Dieu dont il est le vicaire sur Terre. En d’autres termes :

  • 352 A. RUCQUOI, « El rey sabio… », p. 11.

La “ obsesión ” del rey por cubrir todos los campos del conocimiento, redactando las leyes, escribiendo la historia del mundo y la de España, dejando bajo su nombre obras de astronomía y astrología, de diversión y de poesía, son la prueba patente de su amicitia con Dios que le ha dado su Sabiduría352.

  • 353 Ibid., p. 8
  • 354 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p29-30.
  • 355 A. RUCQUOI, « El rey sabio… », p. 14.

103Dans le contexte de rivalité sapientielle déjà évoqué, les deux voies, ascendante et descendante, contribuent à construire l’image d’une royauté émancipée, indépendante. D’une part, la recherche active et personnelle du roi montre que celui-ci ne dépend pas du clergé, et d’autre part, le don de Dieu montre qu’Alphonse X est bel et bien un représentant du Ciel sur Terre353. Dans les deux cas, le roi n’a nul besoin des clercs pour accéder à la sagesse, sauf s’ils sont à son service comme traducteurs. Cette émancipation, presque une libération, rapproche Alphonse X du modèle salomonique qui, au contraire du modèle davidique plus fidèle ou dépendant par rapport au clergé, revendique une certaine liberté intellectuelle face à l’Église354. Le parallèle entre Alphonse X, auteur des Cantigas de Santa María, et Salomon, auteur traditionnel du Cantique des Cantiques355 ne peut que renforcer l’identification du Roi Sage avec Salomon.

***

104Dans la chronique, le paradigme royal repose bien sur la Sagesse, mère de toutes les vertus. Sans elle, la vertu martiale est tout à fait insuffisante à faire d’un roi un bon roi. C’est la Sagesse qui permet de distinguer le bien du mal et qui permet de toujours rester mesuré. Le grand roi est tout à la fois juste, expert à la guerre, chrétien et lettré. Ce n’est qu’ainsi qu’il peut protéger son royaume et ses sujets. D’ailleurs, la bonté des rois se mesure aussi à l’aune de l’amour que leur porte le peuple et à la peine que ressent celui-ci lorsqu’il perd son roi.

  • 356 PCG, 10, p. 12, 47a-55a.
  • 357 Ibid., 187, p. 139, 7a-9a.
  • 358 Ibid., 191, p. 142, 21a-22a.
  • 359 Ibid., 491, p. 272, 45b-47b.
  • 360 Ibid., 503, p. 278, 26a-33a.
  • 361 Ibid., 509, p. 281, 28b-29b.

Fue much amado en toda Espanna […], fue mucho llannido de los espannoles, assi que algunos y ouo ques mataron por el y otros que numqua quisieron reyr ni auer alegría ninguna ni uestir panno de color356. (Hispan)
E tanto que fue sabida la su muerte, començaron a llorar todos357. (Titus)
Ouieron todos grand duelo et grand pesar por la su muert358. (Nerva)
Fue la muerte muy llorada, et touo muy grand mingua a las yentes de su tierra359. (Sisebut)
Fizieron grand duelo et grand llanto todos por el […], e llorauan le mucho360. (Tulga)
Fue ell otrossi mucho amado de todos et seruido361. (Réceswinthe)

  • 362 Ibid., 477, p. 265, 19a-21a.
  • 363 Ibid., 120, p. 96, 46b-49b.
  • 364 Ibid., 178, p. 128, 35b-39b.

105La répétition du verbe « llorar » montre à quel point ces rois devaient être bons pour être ainsi aimés par leurs sujets. Comble de la reconnaissance, Récarède était si bon que même les mauvais l’aimaient : « amauan le et preciauan le por ende, no tan solamientre los buenos, mas en uerdad aun los malos »362. Et lorsque César est assassiné, les Romains aveuglés par leur tristesse tentent de le venger en brûlant les coupables : « quando lo sopo el pueblo de Roma, ouieron muy grand pesar por ende, et quisieran quemar el Capitolio con todos los fazedores de la nemiga »363. À l’inverse, lorsque le roi est mauvais, la population se réjouit de son décès, comme c’est le cas après la mort de Néron : « quando sopieron en Roma cuemo era muerto, tan grand alegria ouo tod el pueblo, que andauan todos por la cibdat con guirlandas en las cabeças, faziendo muy grand fiesta »364.

106Néanmoins, une conduite juste n’est pas la garantie d’un règne exemplaire, car le comportement d’un roi peut changer. C’est le cas d’Aurélien favorable aux chrétiens dans un premier temps et qui finit par lancer la neuvième grande persécution contre eux. Le cas est rapporté à plusieurs reprises dans la chronique. La construction fondée sur le substantif « comienço » et le verbe « començo » est semblable dans plusieurs récits de règne :

  • 365 Ibid., 157, p. 111, 10a-11a.
  • 366 Ibid., 166, p. 116, 3a-4a 
  • 367 Ibid., 172, p. 121, 53b-54b.
  • 368 Ibid., 188, p. 139, 35a-36a.
  • 369 Ibid., 221, p. 155, 51b-52b.
  • 370 Ibid., 341, p. 199, 20a-24a.
  • 371 Ibid., 549, p. 304, 40a-43a.

En comienço del su regno mostrosse por muy mesurado365. (Tibère)
Dexada la bondat que mostrara en el comienço de su regno366. (Caligula)
Mostrosse por muy piadoso en el comienço del su imperio367. (Néron)
En el comienço de su imperio mostrose Domiciano por muy piadoso368. (Domitien)
En comienço mostrosse por fazedor de bien369. (Commode)
Avino assi que ell emperador Constante, que regnara en paz et a placer de los omnes fasta alli, començo a ser de malas costumbres370. (Constant Ier)
En comienço de su regnado començara de seer bueno et de darse a bien, començo luego de darse a mal et a uoleza371. (Witiza)

107Le contraste introduit par le terme « comienço », sous forme substantive ou verbale, permet de souligner le contraste entre les débuts positifs d’un roi et ce qu’il devient par la suite. La chronique propose aussi un autre modèle d’inconstance avec des rois qui alternent bonne et mauvaise conduite. Bien que fondée sur un autre schéma, l’inconduite n’en est pas moins patente :

  • 372 Ibid., 167, p. 119, 6a-11a
  • 373 Ibid., 179, p. 129, 41a-44a.

En entender las cosas et departirlas marauillosamientre se le mudaua el coraçon; ca a las uegadas era en ello much entendudo et muy sabio, a las uezes muy rebatoso et muy sin conseio et cuemo si no ouiesse entendimiento372. (Claude Ier)
A las uezes era muy cruo, a las uezes de grand piadat, a oras tan syn cuydado que no conuinie a princep373. (Galba)

108Les expressions « a las uegadas », « a las uezes » et « a oras » soulignent l’instabilité de l’humeur et du comportement de ces rois qui se montrent tantôt justes, tantôt iniques sans aucun motif. Ce procédé renforce le contraste entre des débuts prometteurs et un changement désastreux et souvent funeste. La versatilité de ces rois montre une nouvelle fois leur inconséquence et prouve que la constance est une qualité qui doit être ajoutée aux vertus indispensables aux bons rois. En effet, à quoi sert d’être le meilleur des rois si ce n’est que transitoire ?

Notes

1 John Procopé, « Théories politiques grecques et romaines », in : James Henderson Burns, Histoire de la pensée médiévale, Paris : Puf, 1993, p. 21-36, p. 26.

2 Ibid., p. 33.

3 D. E. Luscombe, « La formation de la pensée politique en Occident », in : J. H. Burns, op. cit., p. 151-166, p. 153-154 : « Le gouvernement féodal est l’exercice du pouvoir par des rois ou des seigneurs, avec l’appui d’une classe militaire (comitatus) de chevaliers liés à leurs seigneurs, comme ceux-ci pouvaient l’être au roi, par des serments de fidélité en vue d’un vasselage permanent ». Bien que le terme féodalité soit une « étiquette commode, à caractère général et abstrait », il n’en désigne pas moins un grand nombre de rapports entre les puissants.

4 Ibid., p. 157 : « La royauté reposait sur le consentement des sujets d’un roi. Il ne pouvait y avoir aucune succession dans la fonction royale […], sans une certaine reconnaissance de la capacité de gouverner du roi, ni sans l’élection par certains segments de la communauté, ni sans la promesse de sauvegarder la loi et la coutume. D’une manière générale, toute action gouvernementale importante supposait une consultation. Le roi était soumis à l’autorité de la loi et de la coutume, et la dépendance de la coutume par rapport à la communauté qui y adhérait signifiait que le gouvernement avait un caractère contractuel ou collectif, au moins de façon implicite, de même que représentatif, car la consultation et le consentement furent fréquemment requis bien avant que ne soient formulées les théories de la représentation. […] Les rapports horizontaux et les procédures délibératives ont donc une importance qui devrait nuancer l’importance concomitante du rapport vertical de la royauté, de la seigneurie et de la sujétion ».

5 Janet Nelson, « La royauté et l’empire », in : J. H. Burns, op. cit., 202-240, p. 226.

6 M. González Jiménez, op. cit., p. 24.

7 PCG, 16-38, p. 15-26 et 61-70, p. 44-52.

8 Avant que les Romains soient gouvernés par un empereur, ce sont les généraux qui apparaissent dans la chronique comme les représentants de Rome. Bien qu’ils ne soient pas rois, ils personnifient le pouvoir et le royaume.

9 Scipion l’Africain et Auguste meurent de mort naturelle, Pompée est trahi par le pharaon Ptolémée XIII dont il avait été le tuteur, et César est assassiné par des sénateurs romains.

10 PCG, 79, p. 57, 44b-48b.

11 Ibid., 492, p. 273, 21a-23a : « fue sennor de Espanna enteramientre, lo que non pudo auer ninguno de los otros reys que ante del fueron ».

12 Ibid., 492, p. 273, 17a-18a.

13 Ibid., 513, p. 283, 39b.

14 Ibid., 553, p. 307, 41a.

15 Voir notre chapitre Chute(s) et temps cyclique. En dehors des fautes de Witiza et Rodrigue, les Goths doivent leur défaite à une trop longue paix, à la famine, à l’affaiblissement de leurs défenses, ainsi qu’à la trahison le jour de la bataille des fils de Witiza.

16 PCG, 557, p. 309, 35b-39b.

17 Ibid., 557, p. 309, 40b.

18 Ibid., 557, p. 310, 34a-37a.

19 Ibid., 4, p. 7, 39b-41b.

20 Ibid., 7, p. 9, 20b-35b.

21 Ibid., 7, p. 9, 50b-53b. Cet épisode correspond à l’un des Dix travaux d’Hercule.

22 Ibid., 408, p. 231-232.

23 Ibid., 28, p. 20, 42a-14b.

24 Ibid., 28, p. 20, 43b-49b.

25 Ibid., 62, p. 46, 9b-10b.

26 Ibid., 62, p. 46, 16b-18b.

27 Ibid., 62, p. 46, 38b-40b.

28 Ibid., 27, p. 20, 2a-6a.

29 Ibid., 27, p. 20, 10a-13a : « que […] ningun romano non se dexasse prender, mas que en todas guisas uenciessen o muriesse ».

30 Ibid., 557, p. 310, 9a-11a.

31 Ibid., 97, p. 72, 1b-6b.

32 Ibid., 104, p. 80-82. La chronique attribue cet assassinat à Ptolémée XII Dionysos bien qu’il s’agisse de son fils et successeur, Ptolémée XIII Philopator.

33 Ibid., 106, p. 83, 1a-9a.

34 Ibid., 106, p. 82-84.

35 Ibid., 28, p. 20, 20b-40b.

36 Ibid., 28, p. 21, 32a.

37 Ibid., 29, p. 21, 1b-6b : « entendio que non podrie tomar aquellos nauios sino por algun arte ; e fizo fazer cauas so tierra que saliessen acerca del nauio, de guisa que assoora firiessen en ellos et los desbaratassen antes que a la flota se uuiassen a coier. E assi cuemo lo mando, fue fecho ».

38 Ibid., 53, p. 35, 26a.

39 Ibid., 52, p. 33-34.

40 Ibid., 53, p. 35, 25a-43b.

41 Ibid., 474, p. 263, 33b-39b.

42 Ibid., 474, p. 263, 48b-50b et 476, p. 264, 24b-39b.

43 Ibid., 476, p. 264, 39b.

44 Ibid., 476, p. 264, 45b-17b : « puso el rey Recaredo sus pleytos et sus pazes muy grandes con los reys de Francia ».

45 Ibid., 476, p. 264, 40b-41b.

46 Ibid., 96, p. 69, 38b-p. 70, 5a.

47 Ibid., 8, p. 10, 38b-39b.

48 Ibid., 9, p. 11, 37a-39a.

49 Carlos HEUSCH, « Polysémie de l’amour dans le Moyen Âge ibérique », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 18, 2015/1, p. 11-27, et Georges MARTIN, « Amour (Une notion politique) », Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11, 1997, p. 169-206.

50 PCG, 24, p. 19, 35a.

51 Ibid., 24, p. 19, 35a-36a.

52 Ibid., 24, p. 19, 36a.

53 Ibid., 24, p. 19, 36a.

54 Ibid., 24, p. 19, 38a-39a.

55 Ibid., 24, p. 19, 36a.

56 Ibid., 24, p. 19, 37a et 26, p. 19, 34b.

57 Ibid., 23, p. 18, 23b ; 26, p.19, 32b ; 32, p.23, 25a-30a.

58 Ibid., 26, p. 19, 31b-43b.

59 Ibid., 30, p. 22, 23a-27a.

60 Ibid., 30, p. 22, 27a-31a.

61 Ibid., 30, p. 22, 47a-53a.

62 Ibid., 34, p. 24, 40a-41a : « toda la tierra sessegada ».

63 Ibid., 34, p. 24, 12a-13a.

64 Ibid., 32, p. 22, 37b et 47, p. 30, 33a.

65 Ibid., 31, p. 22, 36b-39b : « Cipion, que era muy sabidor de guerra e dauer las gentes de so part, sopolo fazer de guisa que amauan a el y desamauan a Asdrubal », ou encore 34, p. 24, 30a-33a : « e tod esto fazie por sabor dauelle de la su part mas enteramient; ca entendio que era omne con que podrie la tierra apoderar e auella mas asso mandado ».

66 Ibid., 23, p. 18, l.22b-25b.

67 Ibid., 24, p. 19, 38a-41a.

68 Ibid., 26, p. 19, l.31b-43b.

69 Ibid., 30, p. 22, 23a-54a.

70 Ibid., 32, p. 23, 25a-30a.

71 Ibid., 27, p. 20, l.30a-35a.

72 Ibid., 27, p. 20, l.30a-35a.

73 La Bible…, Exode 10 :1-20.

74 R. A. MARKUS, « Les Pères latins », in : J. H. Burns, op. cit., p. 88-117, p. 110.

75 Ibid., p. 110.

76 PCG, 476, p. 264, 26b-28b.

77 Ibid., 513-525, p. 284-294.

78 Ibid., 513, p. 283, 39b : Wamba : « era buen cauallero darmas et manso et de paz ».

79 Ibid., 523, p. 292, 51a-4b et 524, p. 293, 50a-51a.

80 Partida II, 23, 1.

81 R. A. MARKUS, « Les Pères latins », p. 110.

82 Ibid., p. 110.

83 I. S. Robinson, « L’Église et la papauté », in : J. H. Burns, op. cit., p. 241-290, cite Grégoire Ier et saint Augustin, p. 279. Grégoire Ier, Registrum, I, 73 « Dilatandae causa rei publicae, in qua Deum coli conspicimus », c’est-à-dire mener la guerre « dans le but d’agrandir la res publica à l’intérieur de laquelle Dieu est honoré », et saint Augustin : De civitate Dei, V, 24 : « Ad Dei cultum maxime dilatandum ».

84 La Bible…, Matthieu, 28 :19-20 : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit ».

85 R. A. MARKUS, « Les Pères latins », p. 111.

86 PCG, 485, p. 268, 32b-33b.

87 Ibid., 386-408, p. 215-232.

88 Ibid., 408, p. 231-232.

89 Ibid., 409, p. 232, 21b-25b.

90 Ibid., 366, p. 209, 16b-35b.

91 Athaulf est cependant rapidement assassiné à Barcelone, Ibid., 409, p. 232, 26b-30b.

92 Ibid., 410, p. 233, 13a-15a : « en este se acabo la contienda de los godos contra los romanos en aquella cibdat [Roma] et en todas aquellas tierras ».

93 Ibid., 410, p. 233, 26a-27a.

94 Ibid., 411, p. 233, 2b.

95 Ibid., 411, p. 233, 1b et 367, p. 210, 10b : « auie puesto su amor con los emperadores ».

96 Dans la partie du récit consacrée aux Romains, il n’est pas fait mention d’Athaulf, et il est dit que c’est avec le roi Wallia que les Goths entrent en Espagne pour la première fois, ibid., 367, p. 210, 19b-20b.

97 Ibid., 411, p. 233, 9b-12b, ainsi que 367, p. 210.

98 Ibid., 416, p. 238, 9a-10a.

99 Ibid., 417, p. 239, 17a.

100 Ibid., 430, p. 245, 25a-26a ; 435, p. 247, 7a ; 436, p. 247, 35a-36a ; 438, p. 248, 41a.

101 Ibid., 385, p. 215, 37b-39b.

102 Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, Los reyes sabios. Cultura y poder en la Antigüedad Tardía y la Alta Edad Media, Madrid : Actas, 2008, note 5, p. 19.

103 Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los Reyes Sabios en el De rebus Hispaniae de Rodrigo Jiménez de Rada », in : Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ (éd.), Sevilla 1248 : Congreso internacional conmemorativo del 750 aniversario de la conquista de la ciudad de Sevilla por Fernando III, rey de Castilla y León, Madrid : Centro de estudios Ramón Areces, 2000, p. 757-765, p. 760 : « San Isidoro, en una de sus curiosas interpretaciones etimológicas, llegaba a establecer el significado del nomen gentilicio godo : in lengua nostra significatur Fortitudo ». Kenneth BAXTER, Conquerors and chroniclers of Early Medieval Spain, Liverpool : Liverpool University Press, 1999, p. 16 : « beyond the search for ennobling origins, Isidore sought to translate the “ barbaric ferocity ” of the Goths into laudable military prowess ».

104 Manuel Alejandro Rodríguez de la Peña, « Imago sapientiae : los orígenes del ideal sapiencial medieval », Medievalismo, 7, 1997, p. 11-39, p. 20.

105 J. Procopé, « Théories politiques grecques et romaines », p. 34. À Rome l’empereur doit préserver la justice.

106 Partida I, 1, 15.

107 PCG, 254, p. 161, 48a-49a ; 281, p. 172, 45a-46a ; 286, p. 173, 45a ; 517, p. 286, 27b-34b.

108 Ibid., 502, p. 278, 5a-6a.

109 Ibid., 490, p. 272, 19b-22b.

110 Ibid., 495, p. 275, 53a.

111 Étymologies, IX, 3, 4, p. 764. Traduit p. 765 : « no rige el que no corrige. El nombre de rey se posee cuando se obra rectamente; y se pierde cuando se obra mal. De aquí aquel proverbio que corría entre los antiguos : serás rey si obras con rectitud; si no obras así, no lo serás ».

112 PCG, 490, p. 272, 19b-22b.

113 Ibid., 517, p. 286, 27b-34b.

114 Ibid., 9, p. 11, 34a-36a.

115  Ibid., 9, p. 11, 13a-16a : « andudo por la tierra e fizo la poblar y endereçar, ca era muy maltrecha y destroyda por la grand guerra que fiziera Hercules ».

116 Ibid., 190, p. 141, 18b-21b : « torno por sentencia, que enuio escripta por tod el mundo, todos quantos Domiciano desterrara a sus tierras et a sus logares, et fizo les cobrar todo lo suyo ».

117 Ibid., 191, p. 142, 10a-13a : « endereço en el fecho de Roma et en ell estado dell imperio todo quanto auien mal parado los otros emperadores que fueran ante del ».

118 Les expressions appropriées sont en réalité « Christianisme nicéen » ou « trinitaire ». Néanmoins, dans la conception du XIIIe siècle, l’opposé de l’arianisme est le Catholicisme, nous faisons donc le choix délibéré d’utiliser les termes « catholiques » et « Catholicisme » pour nous conformer au lexique utilisé et connu par Alphonse X, ses rédacteurs et leurs lecteurs.

119 PCG, 474, p. 263, 39b-42b : « luego que començo a regnar enuio por sant Leandro e sant Ffulgencio e por Mausona, los arçobispos et por todos los que fueran desterrados ».

120 Ibid., 477, p. 265, 23a-33a : « torno a los obispos et a la clerizia todos los thesoros et las cosas que el pudo saber que su padre tomara de las eglesias […] pora emendar los tuertos et las brauuras que su padre y fiziera ».

121 Ibid., 548, p. 304, 3a-17a.

122 J. Procopé, « Théories politiques grecques et romaines », p. 31.

123 J. Nelson, « La royauté et l’empire », p. 213.

124 PCG, 209, p. 152, 18a-22a : « dauan a muchos grandes dones; e los debdos que deuien las prouincias all emperador, soltauan gelos todos, et quemauan ende las cartas en medio del mercado de Roma ».

125 Ibid., 211, p. 153, 8a-12a : « fizieron quemar en medio de la cibdat en la plaça los libros en que seyen escriptos los debdos que les deuien a ellos ».

126 Ibid., 477, p. 265, 28a-29a : Récarède « fazie muchas elmosnas a pobres et a lazrados » ; 495, p. 275, 53a-2b : Swinthila « piadoso et mucho elmosnado, de guisa que non era tan solamientre llamado rey, mas padre de los pobres », et 502, p. 278, 6a : Tulga « ranado en dar de su auer ».

127 P. D. KING, « Les royaumes barbares », in : J. H. Burns, op. cit., p. 118-147, p. 130.

128 PCG, 495, p. 275, 53a-2b.

129 Ibid., 202, p. 150, 1a-2a.

130 Janet COLEMAN, « Propriété et pauvreté », in : J. H. Burns, op. cit., p. 574-614, p. 591.

131 PCG, 210, p. 152, 3b-8b.

132 Ibid., 201, p. 149, 40b-41b.

133 Ibid., 254, p. 161, 46a-50a.

134 Étymologies, IX, 3, 5, p. 764-765.

135 Philippe BUC, « Pouvoir royal et commentaire de la Bible (1150-1350), Annales, 1989, 44-3, p. 691-713, p.  696.

136 Ibid., p. 696.

137 Citons Auguste, PCG, 122, p. 97, 16b et 22b : « muy bueno », « su bondat » ; Titus, 186, p. 138, 9a-10a : « fue marauilloso en toda manera de bondades » ; Antonin le Pieux, 210, p. 152, 42a-44a : « acrecie ell emperador Antonino todauia mas en su bondat » ; Swinthila 495, p. 275, 52a et 14b : « bueno » ; Tulga, 502, p. 278, 5a-6a : « buen sennor » ; et Wamba, 517, p. 286, 42a : « buen rey ».

138 Ibid., 281, p. 172, 45a-46a.

139 Ibid., 490, p. 272, 19b-22b.

140 Ibid., 477, p. 265, 18a.

141 Ibid., 477, p. 265, 25a-26a.

142 R. A. MARKUS, « Les Pères latins », p. 93.

143 PCG, 491, p. 272, 36b-37b.

144 Partidas, Prologue. Ce passage renvoie à La Bible…, Proverbes 20 :8 : « Un roi siégeant au tribunal dissipe tout mal par son regard ».

145 Ibid., I, 1, 16.

146 Gilles de Rome, op. cit., I, II, 11, p. 112-113.

147 Ibid., I, II, 11, p. 112-113.

148 Ibid., I, II, 31, p. 22.

149 Henry CHADWICK, « La doctrine chrétienne », in : James Henderson Burns, op. cit., p. 12-20, p. 17.

150 PCG, 135, p. 103, 15a-24a et 122, p. 97, 72b-p. 8, 8a.

151 Ibid., 262, p. 163, 42b-43b et p. 165, 22a.

152 Ibid., 262, p. 163, 47b-51b.

153 Ibid., 262, p. 165, 29a-34a.

154 Ibid., 262, p. 165, 35a.

155 Ibid., 263, p. 165, 27b-29b.

156 Ibid., 199, p. 149, 16a-21a.

157 Ibid., 193, p. 144, 15b-20b : « quexo el senado de Roma mucho a Traiano ell emperador que diesse a los gentiles poder de fazer ml a los cristianos; et ell ouo gelo a otorgar a grand pesar dessi ».

158 Ibid., 195, p. 145, 34a-47a.

159 Ibid., 198, p. 148, 19a-25b. Saint Quadrat présente effectivement une Apologie des Chrétiens à Hadrien lors de son séjour à Athènes vers 125-126.

160 Ibid., 204, p. 150, 16a-23b.

161 Ibid., 277, p. 171, 7a-29a.

162 Ibid., 307, p. 180, 7a-12a.

163 C. BEAUNE, op. cit., p. 39.

164 PCG, 408, p. 231, 39a-40b.

165 Ibid., 474, p. 263, 42b-44b.

166 Ibid., 476, p. 264, 46a-50a.

167 Ibid., 476, p. 264, 15b-16b.

168 Ibid., 476, p. 264, 19b-23b.

169 Ibid., 403, p. 227, 10b-p. 228, 3a.

170 De Rebus Hispaniae, II, 1, p. 39-40, 17-49. DRH trad., p. 87.

171 Chronicon Mundi, II, 26-27, p. 137-138. CM trad., p. 167-168.

172 PCG, 495, p. 275, 51a.

173 Ibid., 502, p. 278, 1a-2a.

174 Ibid., 509, p. 281, 13b-17b.

175 Ibid., 513, p. 284, 23a-24a.

176 Voir Patrick HENRIET, « Rite, idéologie, fonction : remarques sur l’onction des rois wisigoths et hispaniques du haut Moyen Âge (VIIe-XIe siècle) », in : Giles CONSTABLE et Michel ROUCHE (éd.), Auctoritas. Mélanges offerts à Olivier Guillot, Paris : PUPS, 2006, p. 179-192.

177 PCG, 513, p. 284, 26a-34a.

178 Ibid., 513, p. 284, 31a-34a : « entendieron que por aquel rey serie exalçado et onrrado et auenturado el regno de los godos et que se manternien en bien et en paz ».

179 Ibid., 509, p. 281, 18b-20b : « onrauua et affeytaua los altares de las eglesias con ricos pannos et ricos adobios ».

180 Ibid., 490, p. 272, 16b-17b.

181 Ibid., 523, p. 292, 51a-24b.

182 Ibid., 526, p. 294, 13b-16b.

183 Ibid., 526, p. 294, 27b-30b

184 E. A. THOMPSON, op. cit., p. 317-318 : « fueron instrumentos de gobierno típicamente españoles ».

185 PCG, 476, p. 264, 46a-41b.

186 Ibid., 497, p. 276, 13a-15a.

187 Ibid., 499, p. 276, 19b-22b.

188 Ibid., 501, p. 277, 18b-20b.

189 Ibid., 505, p. 279, 25a-27a.

190 Ibid., 505, p. 279, 32a-p. 280, 6a.

191 Ibid., 507, p. 280, 37b-43b.

192 Ibid., 508, p. 281, 32a-34a.

193 Ibid., 509, p. 281, 11b-13b.

194 Ibid., 536, p. 299, 2a-21a.

195 Ibid., 527-535, p. 294-p. 298.

196 Ibid., 539, p. 300, 39b-41b.

197 Ibid., 540, p. 301, 18a-20a.

198 Ibid., 541, p. 301, 45a-47a.

199 Ibid., 543, p. 302, 8a-12a et 32a-35a.

200 Ibid., 543, p. 302, 35a-8b.

201 Ibid., 544, p. 302. Rien n’est précisé sur le contenu du Concile.

202 Ibid., 545, p. 303, 18a-23a.

203 Ibid., 548, p. 304, 21a-22a. Les canons conciliaires sont malheureusement perdus : 548, p. 304, 17a-23a : « este concilio non yaz en el libro de los degredos ».

204 Les Conciles généraux sont la plus haute instance religieuse du royaume.

205 E. A. Thompson, op. cit., p. 354-355. Cependant il semble que l’interdiction n’ait pas toujours été respectée.

206 PCG, 474, p. 263, 30b-32b : Récarède « era ensennado de sant Leandro arçobispo de Seuilla quel ensennara a creer en la fe de Nostro Sennor Dios ». Jiménez de Rada cite Léandre et Fulgence. De Rebus Hispaniae, II, 15, p. 62, 7-9 : « sui exordiis per Leandrum et Fulgencio in fide catholica institutus ». DRH trad., p. 108 : « instruido en la fe católica por Leandro y Fulgencio ».

207 PCG, 536, p. 299, 13a.

208 Ibid., 490, p. 272, 42a-49a.

209 Ibid., 497, p. 276, 10a-12a.

210 Ibid., 500, p. 277, 27a-6b.

211 Ibid., 536, p. 299, 11a-15a : « pusieron en aquel [XI] concilio que todos los clerigos que uisquiessen segund la regla de sant Esidro el sancto padre, assi como manda el libro que el fizo de la honestad de los clerigos ». Isidore de Séville est mort en 636 et le XIe Concile a eu lieu en 675.

212 Ibid., Ve Concile : 499, p. 276, 19b-19b ; VIe Concile : 501, p. 277, 17b-20b ; VIIe Concile : 505, p. 279, 18a-24a ; VIIIe Concile : 507, p. 280, 21b-30b ; IXe Concile : 508, p. 281, 21a-32a et Xe Concile : 509, p. 281, 52a-3b.

213 Ibid., 510, p. 281, 38b-40b.

214 Ibid., 510, p. 281-283.

215 Ibid., 511, p. 283.

216 Ibid., 510, p. 281, 40b-43b.

217 Ibid., 511, p. 283, 22a-25a.

218 Ibid., 510, p. 281, 43b-p. 582, 36a.

219 Ibid., 511, p. 283, 29a-44a.

220 Ibid., XIIe Concile : 539, p. 300, 29b-34b ; XIIIe Concile : 540, p. 301, 9a-10a ; XIVe Concile : 541, p. 301, 30a-32a et XVe Concile : 543, p. 302, 30a-32a.

221 Ibid., 541, p. 301, 50a-7b.

222 Ibid., 543, p. 302, 35a-8b.

223 Ibid., XVIe Concile : 544, p. 302, 46b-47b et XVIIe Concile : 545, p. 303, 11a-12a. Rien n’est dit sur le XVIIIe Concile dont les actes ont été perdus.

224 Ibid., 545, p. 303, 12a-13a.

225 Ibid., 549, p. 304, 20b-22b.

226 J. FONTAINE, Isidore de Séville…, p. 55.

227 PCG, 459, p. 258, 43b-51b.

228 Ibid., 499, p. 276, 28b-36b. Selon Juan Fernández Valverde, le mot cartas fait référence à une lettre que Braule envoya au pape Honorius Ier en réponse à l'envoi d'un délégué par celui-ci au sixième Concile de Tolède pour inciter les évêques du royaume à s'engager dans la conversion des Juifs. Voir DRH trad., note 43, p. 113, et Administration pontificale, op. cit., p. 33.

229 PCG, 505, p. 279, 38a-40a.

230 Ibid., 505, p. 279, 32a-p. 280, 6a.

231 Ibid., 505, p. 279, 49b-51b.

232 Ibid., 551, p. 305, 48a-8b.

233 La Bible…, Sagesse 8 :7.

234 Voir par exemple Gilles de Rome, op. cit., I, II, 5, p. 88.

235 Ibid., XVII, p. 153 et XVIII, p. 159.

236 Ibid., I, II, 15, p. 137, l’auteur cite quatre circonstances dans lesquelles la tempérance permet au roi de se modérer : la nourriture, la boisson, la punition et les plaisirs charnels.

237 Par exemple Valentinien « era tan mesurado en su comer et en su beuer », PCG, 354, p. 203, 26b-27b.

238 Gilles de ROME, op. cit., I, II, 16, p. 148.

239 PCG, 157, p. 111, 12a-37a.

240 Ibid., 513, p. 284, 4a-7a.

241 Gilles de ROME, op. cit., I, II, 1, p. 71.

242 PCG, 538, p. 300, 43a et 49a.

243 La Bible…, Sagesse 8 :7.

244 Voir à ce sujet Adeline RUCQUOI, « El rey sabio : cultura y poder en la monarquía medieval castellana », in : Repoblación y reconquista. Actas del III Curso de Cultura Medieval, Aguilar de Campoo, septiembre de 1991, Palencia : Centro de estudios del románico, p. 77-87, p. 8-10.

245 La Bible…, Sagesse 6 :1.

246 Ibid., 6 :25.

247 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., note 6, p. 120 : « sabio no es quien sabe mucho sino aquel cuya vida es ejemplar en tanto reflejo de su conocimiento íntimo de la Verdad ».

248 A. RUCQUOI, « El rey sabio… », p. 6-8.

249 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., note 6, p. 120.

250 Georges DUMÉZIL, Mythes et dieux des Indo-Européens, Paris : Flammarion, 2011 ; et Mythe et Épopée, I : L'Idéologie des trois fonctions dans les épopées des peuples indo-européens ; II : Types épiques indo-européens : un héros, un sorcier, un roi ; et III : Histoires romaines, Paris : Gallimard, 1995. Le modèle de Dumézil reste théorique, mais le cadre général de cette théorie permet de nourrir notre réflexion car il correspond à notre objet d’étude.

251 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 19-20.

252 p. BUC, art. cit., p. 694.

253 Ibid., p. 694.

254 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 22.

255 Ibid., p. 22.

256 J. TEJADA y RAMIRO, op. cit., p. 346.

257 L’archevêque Julien a vraisemblablement été le complice de cette conjuration. DRH trad., note 20, p. 136.

258 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 22.

259 Ibid., p. 20.

260 S. TEILLET, op. cit., p. 1-112. Les Goths sont évoqués dans la littérature latine à partir de la fin du IVe siècle, lors du passage du Danube (376), mais les barbares du nord, les Scythes, les Gètes, les Daces et les Sarmates sont évoqués dès le Ier siècle av. J.-C. Les Gètes, puis les Goths inspirent la crainte et leur force est rapprochée de la férocité et de la sauvagerie. Ils ne connaissent ni la paix ni le droit. Ils sont décrits comme des monstres possédant une tête humaine et un corps de bête, parfois ils sont même anthropophages. Ce sont des nomades, vêtus de peaux de bêtes, et ils sont associés aux paysages sombres et froids, aux fleuves pris par les glaces sur lesquels roulent leurs chariots, aux immenses étendues de neige et à la nuit quasi perpétuelle qui y règne. Toutefois, le topique du barbare gète/scythe/goth est paradoxal puisqu'ils sont aussi décrits comme des hommes vertueux, d'une grande sagesse et représentant un modèle d'austérité.

261 Les empereurs romains pratiquent une politique d’assimilation, notamment depuis Constantin Ier et Valens, politique accentuée par Théodose (379-395) qui amplifie une certaine « romanisation ». M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 83.

262 Ibid., p. 22-23 et p. 197-244, p. 202 : « el proceso de asentamiento de los pueblos germánicos en la Romania propició una ósmosis sociocultural entre dos modelos de civilización. Esta ósmosis romano-germánica tendría como consecuencia la transformación de las élites germánicas en «portadores de cultura» (kulturträger), lo cual les permitiría abandonar su condición marginal de salvaje horda invasora o mercenariado del imperio. No hay que olvidar, en este sentido, que muchos reyes bárbaros de Occidente nunca dejarían de ser más que meros magistri militum, mercenarios, desde el punto de vista bizantino ».

263 Voir à ce propos Suzanne Teillet, op. cit., p. 113-252, qui décrit avec précision l’évolution de la vision des Goths dans la littérature.

264 S. TEILLET, op. cit., p. 116.

265 Sidoine Apollinaire (430-486). Homme politique, évêque et auteur gallo-romain, il fut préfet de Toulouse et évêque d'Arverne. Il était aussi le gendre et le poète officiel de l'empereur Avitus créé par les Wisigoths.

266 S. TEILLET, op. cit., p. 116.

267 Ibid., p. 137.

268 Ibid., p. 190.

269 Ibid., p. 189.

270 Ibid., p. 193.

271 Cassiodore (v. 485-578) rédige une Histoire des Goths, aujourd’hui perdue, qui défend la politique de l’Ostrogoth Théodoric c’est-à-dire la collaboration entre Goths et Romains. Jordanès (auteur), Olivier DEVILLERS (éd. et trad.), Histoire des Goths, Paris : Les Belles Lettres, 2008, p. XIII-XV.

272 L’Histoire des Goths (en latin, le titre Getica fait allusion aux Gètes et non aux Goths) de Jordanès résume l’Histoire des Goths de Cassiodore. L’œuvre de Jordanès a été éditée par Antonino Grillone, Gética, Paris : Les Belles Lettres, 2017 et traduite en français par Olivier DEVILLERS, Histoire des Goths, Paris : Les Belles Lettres, 2008. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 225 : « Ello fue debido a una arbitraria identificación de los Godos con los antiguos Getas, una etnia del mar Negro emparentada con los Escitas y los Dacios. Parece ser que fue el emperador Juliano el Apóstata el primero en utilizar los términos Godos y Getas como sinónimos aunque sabía que no eran el mismo pueblo, confusión en la que sí caerían en el siglo V Claudiano, Prudencio y Paulo Orosio. Finalmente, Jordanes hará canónica esta confusión y entroncará a los Godos con los pueblos bíblicos de Gog y Magog, descendientes de Jafet, uno de los tres hijos de Noé (Génesis, 10), haciéndolos participar en la guerra de Troya y ser nada menos que los esposos de las legendarias amazonas ».

273 Jordanès et O. DEVILLERS, op. cit., § 39-40, p. 17, § 67-73, p. 28-30 et note 68, p. 136 sur l’origine de leur nom.

274 M. A. Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los reyes sabios… » p. 761-762.

275 De Rebus Hispaniae, I, 15, p. 32, 11-17. DRH trad., p. 82 : « les cambió sus costumbres salvajes y les enseñó casi toda la filosofía, la física, la teórica, la práctica, la lógica, la ordenación de los doce signos, el curso de los planetas, el crecimiento y la mengua de la luna, el giro del sol, la astrología, la astronomía y las ciencias naturales, y de aquel estado fiero y animalesco los convirtió en hombres filósofos ».

276 Étymologies, I, 39, 9, p. 352-353 : « es que héroes se llamaban aquellos varones, como si se dijera, “ aéreos ”, dignos del cielo por su sabiduría y su bravura ».

277 M. A. Rodríguez de la Peña, « Imago sapientiae… » , p. 38. J. de Salisbury, op. cit., IV, 6, p. 247-254.

278 M. A. Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los reyes sabios… », p. 757-759 et Peter LINEHAN, « On further thought : Lucas of Tuy, Rodrigo of Toledo and the alfonsine histories », Anuario de estudios medievales, 27, 1997, p. 415-436, p. 427.

279 Scipion l’Africain (PCG, 31, p. 22, 36b-39b et 34, p. 24, 30a-33a ), Annibal (38, p. 26, 35a), Pompée (82, p. 59, 32b), Swinthila (492, p. 273, 17a-18a).

280 Traduction latine de la Bible réalisée par Jérôme de Stridon entre 390 et 405. C’est la version de la Bible utilisée au Moyen Âge.

281 I Maccabées 4 :7 et 6 :30, cité par M. A. Rodríguez de la Peña, « Imago sapientiae… », p. 20.

282 Cantique des Cantiques 3 :8, cité par M. A. Rodríguez de la Peña, « Imago sapientiae… », p. 20.

283 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 22 : « en los cantares de gesta medievales la figura del sabio nunca ejerce la violencia, erigiéndose únicamente en consejero pasivo: «el sabio es concebido como alguien intrínsecamente no violento ».

284 G. DUBY, Les trois ordres…, p. 49.

285 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 295-296.

286 M. A. Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los reyes sabios… », p. 759.

287 Ibid., p. 759.

288 La théorie des Deux Glaives s’appuie sur une lettre de Gélase Ier (pape de 492 à 496) à Anastase Ier (empereur byzantin de 491 à 518) en 494. Le Pape notait qu’il existait « deux pouvoirs par lesquels le monde était gouverné, l’autorité sacrée (auctoritas sacra) des pontifes et le pouvoir (potestas) des rois », voir D. E. LUSCOMBE, « La formation de la pensée politique en Occident », p. 161. Cette théorie est ensuite développée en adéquation avec les enjeux du XIIe siècle, notamment par Bernard de Clairvaux (1090-1153), voir I. S. ROBINSON, « L’Église et la papauté », p. 285-290.

289 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p. 22-23 : « Por lo general, cuando hablamos de una intelligentsia (intelectualidad orgánica a partir de la conceptualización de Antonio Gramsci), estamos hablando de un grupo de pensadores (intelectuales) cuyo predominio sobre la sociedad sería anímico y no fruto del ejercicio de la violencia. Este predominio anímico, bautizado recientemente como noocracia, de los intelectuales sobre el resto de los hombres y el enorme poder social consiguiente provendría a un tiempo de un hipermoralismo y del hecho de constituirse en la instancia suprema que otorga sentido a la realidad, esto es, que otorga una cosmovisión a la civilización que lidera. Obviamente, este predominio anímico de los intelectuales orgánicos los asimila a una casta sacerdotal, sean coincidentes (como ocurrió en la Edad Media) o no, como sucede en la actualidad. Fue Friedrich Nietzsche quien primero llamó la atención sobre el proceso de toma del poder por parte de los intelectuales en el Occidente medieval. El filósofo alemán señaló en su Genealogía de la Moral que la Iglesia católica habría domesticado la voluntad de poder de los invasores bárbaros, « los rubios animales de presa codiciosos de botín », canalizándola hacia la cultura. El predominio anímico de los intelectuales clericales sobre los bárbaros se habría obtenido a partir de la veneración de la inteligencia y la sabiduría como la más alta condición de la existencia en lo que fue un desplazamiento de la fuerza bruta (fortitudo). De esta forma, la cultura habría sido el instrumento de lo que Nietzsche bautiza como « rebelión de los esclavos », esto es, la victoria espiritual final que alcanzó el clero cristiano-romano sobre sus conquistadores germánicos » et p. 23 : « en la Edad Media cristiana este conflicto funcional se habría dado entre clérigos y caballeros, así como entre el papa y el emperador. Un conflicto que marcó la vida intelectual a lo largo del Medievo ».

290 P. BUC, art. cit., p. 694.

291 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., « Imago sapientiae… », p. 16, 35-36.

292 De Rebus Hispaniae, dédicace, p. 3. DRH trad., p. 55 : « a su señor, el serenísimo, invicto y siempre augusto Fernando, por la gracia de Dios rey de Castilla y Toledo, León y Galicia, Córdoba y Murcia, Rodrigo, indigno sacerdote de la silla de Toledo, [dedica] esta obrita, y al Rey de reyes con eterna devoción ».

293 Ibid., prologue, p. 6, 53-63. DRH trad., p. 56-57 : « ya que la excelencia de vuestra majestad tuvo a bien recurrir a la ignorancia de mi pobre persona para que me afanara en relatar, a petición vuestra, lo que viniese a mi memoria de las antigüedades de España […], y para que a través de la investigación de mis escritos hiciera llegar a conocimiento de vuestra curiosidad los pueblos de los que España sufrió calamidades […], yo ciertamente, me siento incapaz de negarme a los ruegos de tal y tan magnífico señor, y, por respeto, me veo obligado a intentar lo que a duras penas me es posible ».

294 Ibid., prologue, p. 6, 43-45. DRH trad., p. 56 : « una vez que la muerte a eliminado a los testigos, ¿ quién podría saber algo con exactitud si no dejaran fe de ellos las obras canónicas o los Evangelios » ?

295 PCG, prologue, p. 3, 46b-p. 4, 4a.

296 Ibid., 474, p. 263, 30b-32b : Récarède « era ensennado de sant Leandro arçobispo de Seuilla quel ensennara a creer en la fe de Nostro Sennor Dios », 509, p. 281, 13b-17b : Réceswinthe « amaua de coraçon la sancta fe, et auie por costumbre de demandar la Sancta Escriptura mucho a menudo a los que ueye que la sabien et los articulos de la fe ».

297 Dans la mythologie grecque, Atlas est un titan qui soutient la voûte céleste. Il intervient aussi dans les Douze Travaux d’Hercule, ce qui explique probablement sa présence aux côtés du héros grec. Dans une vision évhémériste, Alphonse X, comme Jiménez de Rada avant lui, en fait un astrologue.

298 PCG, 5, p. 8, 50a-52a.

299 Ibid., 5, p. 8, 25b-32b.

300 Ibid., 10, p. 11, 2b-3b.

301 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 4-5, DRH trad., p. 71 : « llevó a cabo con gran sabiduría grandes obras ».

302 PCG, 9, p. 11, 16a-17a.

303 Ibid., 9, p. 11, 29a-30a.

304 Ibid., 9, p. 11, 25a : « fizo muy marauillosa obra ».

305 Ibid., 9, p. 11, 21a-22a.

306 Ibid., 10, p. 11, 1b-2b.

307 La guerre et la sagesse sont d’ailleurs complémentaires, notamment à travers Hispan ou Scipion l’Africain qui conquièrent des territoires grâce à l’amour, vertu christique par excellence.

308 PCG, 10, p. 11, 52a-3b.

309 Ibid., 186, p. 138, 16a-29a.

310 Ibid., 196, p. 145, 17b-20b.

311 Ibid., Tibère, 152, p. 112, 35a-36a ; Néron, 172, p. 121, 47b-48b ; Vespasien, 185, p. 137, 19b-20b.

312 Ibid., 201, p. 149, 31b.

313 Ibid., 211, p. 153, 6a-7a.

314 Philosophe romain d’origine grecque du Ier siècle.

315 Ibid., 192, p. 142, 40b-45b et p. 143, 33a-36a.

316 Ibid., 196, p. 146, 35b-p. 147, 8b.

317 Apollonios de Chalcédoine, philosophe stoïcien du IIe siècle.

318 Il s’agit probablement de Basilide, un philosophe et théologien paléochrétien qui enseigne à Alexandrie au IIe siècle.

319 Ibid., 207, p. 151, 25a-29a.

320 Grammairien et rhéteur romain du IIe siècle, proche de Marc Aurèle.

321 PCG., 214, p. 153, 43a-46a.

322 Ibid., 177, p. 126, 24a-30a.

323 Philosophe romain (4 av. J.-C.-65).

324 Poète romain (29-65).

325 PCG, 173, p. 124, 1b-2b.

326 Ibid., 173, p. 124, 10b-13b.

327 Effectivement construite sur ordre d’Hadrien, la bibliothèque est dévastée en 267 par les Hérules.

328 PCG, 198, p. 148, 6a-19a.

329 Ibid., 196, p. 145, 15b-16b : « est emperador Adriano fue natural dEspanna, bien cuemo Traiano ».

330 Ibid., 474, p. 263, 30b.

331 Ibid., 490, p. 272, 19b.

332 Ibid., 495, p. 275, 52a.

333 À propos de Sisebut, De Rebus Hispaniae, II, 17, p. 65, 22 : « litterarum sciencia doctus », DRH trad., p. 111 : « sabio en el conocimiento de las letras ». À propos de Swinthila, II, 18, p. 66, 22 : « prudentia », p. 112 : « sabiduría ».

334 Voir notre chapitre Quelle mémoire pour l’Espagne ?

335 PCG, 388, p. 217, 44b.

336 Ibid., 388, p. 217, 48b.

337 Ibid., 393, p. 222, 40a.

338 Ibid., 393, p. 222, 25a-28a.

339 Ibid., 388, p. 218, 22a-24a.

340 Ibid., 393, p. 222, 9a-25a.

341 Ibid., 388, p. 217, 48b-51b.

342 Ibid., 393, p. 222, 5a-7a.

343 Ibid., 393, p. 222, 40a-43a.

344 M. A. Rodríguez de la Peña, « El paradigma de los reyes sabios… », p. 761-762.

345 Ibid., p. 762.

346 A. RUCQUOI, « El rey sabio… », p. 7.

347 Ibid., p. 7.

348 PCG, 9, p. 11, 29a-30a.

349 Ibid., 11, p. 12, 37b-41b.

350 Jean de Salisbury, op. cit., IV, 6, p. 251, 107.

351 À ce sujet voir M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p27-30.

352 A. RUCQUOI, « El rey sabio… », p. 11.

353 Ibid., p. 8

354 M. A. Rodríguez de la Peña, op. cit., p29-30.

355 A. RUCQUOI, « El rey sabio… », p. 14.

356 PCG, 10, p. 12, 47a-55a.

357 Ibid., 187, p. 139, 7a-9a.

358 Ibid., 191, p. 142, 21a-22a.

359 Ibid., 491, p. 272, 45b-47b.

360 Ibid., 503, p. 278, 26a-33a.

361 Ibid., 509, p. 281, 28b-29b.

362 Ibid., 477, p. 265, 19a-21a.

363 Ibid., 120, p. 96, 46b-49b.

364 Ibid., 178, p. 128, 35b-39b.

365 Ibid., 157, p. 111, 10a-11a.

366 Ibid., 166, p. 116, 3a-4a 

367 Ibid., 172, p. 121, 53b-54b.

368 Ibid., 188, p. 139, 35a-36a.

369 Ibid., 221, p. 155, 51b-52b.

370 Ibid., 341, p. 199, 20a-24a.

371 Ibid., 549, p. 304, 40a-43a.

372 Ibid., 167, p. 119, 6a-11a

373 Ibid., 179, p. 129, 41a-44a.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/3372/img-1.png
Fichier image/png, 10k

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search