Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Troisième partie – La figure royale

Introduction

Texte intégral

  • 1 À partir du Mukhtár al-hilam wa-mahásin al-kali d’Abu-e-Wafa' al-Mubashshir b. Fátik (1019-1097). B (...)
  • 2 Ghislaine Fournès, « La construction du paradigme royal des Bocados de oro à la Segunda Partida d’A (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.

1La Estoria de España narre l’histoire des différents rois qui ont gouverné la péninsule Ibérique sans pour autant brosser un portrait moral de chacun d’entre eux. Il ne faut donc pas y chercher des listes de vertus à imiter ou de défauts à proscrire. Par sa nature historiographique la Estoria de España semble en effet peu propice à une théorisation politique explicite, contrairement aux textes juridiques. La Segunda Partida offre par exemple une systématisation des rôles et des devoirs du roi. Les Bocados de oro, traduits1 en castillan sur l’ordre d’Alphonse X, proposent aussi des exemples à suivre en matière de sagesse, mais cette fois en alternant narrations biographiques et parties didactiques destinées à instruire le lecteur2. Il ne s’agit pas pour autant d’un catalogue. Selon Ghislaine Fournès, « le savoir, ou plus exactement la sagesse – concept englobant la vérité, la justice, la piété, le conseil… –, est délivré par petites touches, souvent répétitives à travers les Fechos et Dichos »3. Aussi bien les Siete Partidas que les Bocados de Oro sont à rapprocher de la littérature sapientiale et du Miroir des Princes, ou speculum principium, qui servaient généralement au Moyen Âge à instruire un jeune roi ou un futur roi. D’une manière générale, la finalité didactique ou normative détermine presque entièrement au Moyen Âge l’écriture et la traduction4. L’objectif d’un Miroir des Princes est de construire l’image de ce que doit être la figure royale. En ce sens, la Estoria de España qui décrit le règne de dizaines de rois et d’empereurs de la mythologie grecque jusqu’au XIIIe siècle, s’apparente à ce genre littéraire puisque en faisant le récit des règnes elle donne nécessairement une certaine coloration, positive ou négative, de chaque roi. La Estoria de España serait alors une troisième voie, ni théorique ni mixte, mais uniquement narrative, le travail de théorisation n’incombant alors pas aux rédacteurs, mais bien au lecteur. Charge lui revient de déceler dans le récit ce qui relève, d’une part, de la bonne gouvernance et, d’autre part, de l’exercice erroné du pouvoir. Le prologue n’indique-t-il pas que la vie et les actes des princes sont mis par écrit pour servir d’exemples et de contre-exemples aux hommes ?

  • 5 PCG, prologue, p. 3, 28b-33b.

Escriuieron otrossi las gestas de los principes, tan bien de los que fizieron mal cuemo de los que fizieron bien, por que los que despues uiniessen por los fechos de los buenos punnassen en fazer bien et por los de los malos que se castigassen de fazer mal5.

2Alphonse X laisse cependant suffisamment d’indices pour que la tâche soit aisée. Certains thèmes comme la justice, la guerre, la foi ou les péchés d’orgueil et de chair, sont récurrents et fonctionnent comme des topiques qui permettent au lecteur de se repérer parmi une galerie de rois si fournie. Les conséquences des décisions et des comportements royaux, qui entraînent tantôt prospérité et bonne fortune, tantôt calamités et échecs, sont autant d’indicateurs et de clés qui permettent d’avoir accès à l’imaginaire politique alphonsin.

  • 6 Ibid., 559, p. 314, 7a-8a : « todos los omnes del mundo se forman et se assemeian a manera de su re (...)

3La figure du monarque est en effet primordiale pour la direction de ses sujets et donc pour l’avenir des territoires réunis sous sa couronne. Sa conduite n’engage pas que lui, elle engage tout le royaume. Il doit prendre les bonnes décisions afin de ne pas causer leur perte et de ne pas mécontenter Dieu. Sa conduite implique aussi des conséquences plus morales, la chronique n’affirme-t-elle pas que le peuple imite et ressemble à son souverain ?6 Conformément à la théorie défendue par Jean de Salisbury dans son Policraticus vers 1156 et reprise par Alphonse X, le royaume constitue un corps dont le roi est la tête. Ainsi, il est celui qui doit montrer la conduite idoine à ses sujets et leur garantir le Salut. À l’inverse, un roi vil engage tout son royaume dans une voie funeste, par son mauvais exemple et par ses décisions erronées. Quels sont donc les critères qui permettent au Roi Sage de construire le paradigme royal à travers l’exemplarité des uns et la déviance des autres ?

Notes

1 À partir du Mukhtár al-hilam wa-mahásin al-kali d’Abu-e-Wafa' al-Mubashshir b. Fátik (1019-1097). Bocados de oro. Kritische Ausgabe des altspanischen Textes von Mechthild Crombach, Bonn, Romanisches Seminar der Universität Bonn (Romanistische Versuche und Vorarbeiten, 37), 1971. Désormais Bocados. Deux manuscrits sont parvenus jusqu’à nous : le mss E-III-10 de la Bibliothèque du monastère de l’Escorial et le mss H III 6 de la Bibliothèque Nationale de Madrid. Une version latine des Bocados, le Liber philosophorum moralium antiquorum, a été réalisée par Giovanni de Procida à la fin du XIIIe siècle, assurant ainsi sa diffusion dans l’Occident médiéval. Enfin, une version remaniée et amplifiée des Bocados de oro fut publiée sous le titre de Bonium à Séville (Meinardus Ungut et Stanislaus Polonus, 16 mai 1495), puis à Valladolid en 1527 et enfin à Tolède en 1560.

2 Ghislaine Fournès, « La construction du paradigme royal des Bocados de oro à la Segunda Partida d’Alphonse X le Sage », Las Siete Partidas : une codification normative pour un nouveau monde, colloque international organisé par Stéphane Boisselier, Jérôme Devard et Charles García, du 2 au 4 novembre 2017, à paraître.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 PCG, prologue, p. 3, 28b-33b.

6 Ibid., 559, p. 314, 7a-8a : « todos los omnes del mundo se forman et se assemeian a manera de su rey ».

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search