Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Deuxième partie – Construction mentale et physique de l’Espagne : espaces et origines mythiques

Chapitre 3 - Chute(s) et temps cyclique

Texte intégral

  • 1 En réalité, le Royaume de Tolède souffrait de dissensions internes graves qui expliquent en grande (...)
  • 2 R. GIRARD, op. cit., voir « Œdipe et la victime émissaire », p. 102-129.

1L’historiographie médiévale a cherché une cause à la défaite du Guadalete en 711 et à la chute du Royaume de Tolède qui s’ensuivit. En effet, comment admettre qu’un royaume en apparence1 aussi puissant puisse s’effondrer aussi soudainement après une seule bataille ? Comment justifier la déroute des Wisigoths, le désordre, la confusion qui régnèrent après la déroute de Guadalete, et comment expliquer que cette défaite ait ouvert les portes du royaume à des envahisseurs infidèles ? Plus qu’une défaite, la fin des Goths est perçue comme une débâcle. Il fallait donc trouver plus qu’une cause, une victime expiatoire, une victime émissaire2 qui portât la responsabilité d’une défaite inexplicable et inacceptable. Chrétiens, Mozarabes et Arabes ont ainsi attribué la chute des Goths à une faute royale en lien avec le providentialisme avec des variantes et des ajouts au cours des siècles. Nous nous proposons ici d’examiner la version retenue et exposée par Alphonse X, ses antécédents, ainsi que sa construction.

1. La faute

  • 3 Voir notre troisième partie sur la figure royale.
  • 4 Nous suivons ici le travail indispensable de Ramón Menéndez Pidal, Floresta de Leyendas…

2Les historiographes sont tous d’accord sur l’exemplarité positive de Wamba3, roi de 672 à 680. Les divergences surgissent en revanche quant au portrait des rois suivants et sur quel(s) roi(s) la faute conduisant à la défaite doit être rejetée. Les choix des différents partis en présence résultent essentiellement des enjeux politiques4 des premiers siècles d’Al-Andalus et de la Reconquête, bien que des facteurs dramatiques ou littéraires soient sans doute aussi entrés en ligne de compte.

La dynamique politique (IXe–XIIe siècles)

  • 5 Frédégaire (auteur), Olivier Devillers et Jean Meyers (éd. et trad.), Chronique des temps mérovingi (...)
  • 6 D. MENJOT, op. cit., p. 27-29.

3Bien avant 711 le royaume wisigoth de Tolède était gangrené par les dissensions entre deux clans de l’aristocratie qui s’affrontaient pour le pouvoir : le clan de Witiza issu de Récarède et celui de Rodrigue issu de Chindaswinthe. Chez les Barbares le pouvoir n’est pas héréditaire. Le roi est élu ou coopté parmi les principales familles aristocratiques et le système fonctionne à condition qu’il y ait alternance du pouvoir. Or, la plupart des familles voulaient conserver le pouvoir pour elles, notamment en assassinant le roi issu d’un clan rival, ce qui a poussé le ou les auteurs de la Chronique de Frédégaire (VIIIe siècle) à qualifier à deux reprises la fréquence du régicide et de la conjuration de « morbum Gothorum »5. À partir des années 670/680 les conflits se sont exacerbés et ont donné lieu à un contexte de guerre civile, réelle ou larvée, conséquence du système de cooptation et de ses dérives6.

  • 7 E. A. THOMPSON, op. cit., p. 286.

4Rodrigue monte sur le trône vraisemblablement un an avant la défaite de 711. Il prend le pouvoir à la mort de Witiza sans que cela n’implique – semble-t-il – l’assassinat de ce dernier. Si Witiza est né dans les années 680 comme on le suppose, ses fils étaient trop jeunes pour hériter du pouvoir qui n’avait de toute façon pas vocation à être héréditaire. Le clan de Rodrigue a donc réussi à l’imposer, d’une façon ou d’une autre, ce qui sans nul doute déplut au clan de Witiza. La cohésion de la noblesse wisigothique est définitivement ébranlée et certaines régions se sont peut-être même soulevées contre l’autorité de Rodrigue7. À la suite de la défaite et de la mort de Rodrigue, le clan Witiza reste en territoire conquis, Al-Andalus, où ils jouissent d’une position élevée, alors que les fidèles de Rodrigue se réfugient dans le nord de la Péninsule, en zone « libre ».

5La Chronique Mozarabe, rédigée en 754, récit le plus proche des évènements qui nous soit parvenu, insiste sur les qualités de Witiza et sur le coup de force de Rodrigue. À partir de là, chaque camp va élaborer au fil du temps une version de la défaite favorable à ses propres intérêts dans le but de rejeter la faute sur le clan adverse. Les récits qui se succèdent au cours des siècles donnent des versions différentes qui s’éloignent de plus en plus de la version primitive. Cependant, les clans choisissent le même modèle : concentrer une faute multiple et diffuse sur un seul bouc-émissaire que l’on accuse du péché de luxure.

  • 8 R. Menéndez Pidal, Floresta de Leyendas…, p. XXIV-XXXVI.

6Dans les royaumes chrétiens, c’est la version rejetant la faute sur Witiza qui prévaut8. Dans la première moitié du IXe siècle, la Chronique de Moissac modifie et altère complètement l’image du roi Witiza en en dressant un portrait très défavorable :

  • 9 Georg Heinrich PERTZ (éd.), Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, 1 Annales et chronica aevi C (...)

His temporibus in Spania super Gothos regnabat Witicha, qui regnavit annis 7 et meses 3. Iste deditus in feminis, exemplo suo sacerdotes ac populum luxuriose vivere docuit, irritans furorem Domini. Sarraceni tunc in Spania ingrediuntur. Gothi super se Rudericum regem constituunt. Rudericus rex cum magno exercitu Gothorum Sarracenis obviam it in proelio ; sed inito proelio, Gothi debellati sunt a Sarracenis, sicque regnum Gothorum in Spania finitur, et infra duos annos Sarracenis pene totam Spaniam subiciunt9.

  • 10 G. Martin, « Un récit… », p. 22.
  • 11 Roi d’Aquitaine à partir de 781 et Empereur d’Occident de 814 à 840. Il était le fils de Charlemagn (...)

7Selon cette version, Witiza s’adonne non seulement à la luxure mais il entraîne aussi le clergé ainsi que le peuple à suivre son exemple. Ce péché capital provoque la colère divine, et pour les punir Dieu envoie les musulmans envahir l’Espagne. Ce n’est qu’au moment de l’invasion que les Wisigoths choisissent Rodrigue, mais il est trop tard. Ce récit qui est une véritable construction idéologique donne donc trois éléments essentiels : 1) une explication de la défaite, 2) un rejet de la faute sur Witiza qui jusque-là était présenté comme un bon roi et 3) la légitimation de l’accès au pouvoir de Rodrigue qui arrive simplement trop tard et à qui on ne peut rien reprocher. Georges Martin suggère que l’élément sexuel a été introduit comme une sorte d’écho au comportement de Charlemagne dont l'historiographe souligne l'appétit sexuel10. Cette chronique a en effet été rédigée sous le règne de Louis le Pieux11 qui œuvrait afin de favoriser la moralisation de la société laïque. Cet élément, qui allait déterminer en grande partie l’explication de la chute du Royaume wisigoth dans les chroniques postérieures, serait finalement dû au moins pour partie à une nécessité politique du royaume franc.

  • 12 Rotense et Érudite, 4, p. 35-36.
  • 13 Rotense, 5, 2, p. 37 : « PostquamVitiza fuit defunctus, Rudericus in regno est perunctus », « Après (...)
  • 14 Rotense et Érudite, 4, p. 36.

8Quoi qu’il en soit, un siècle plus tard, au tout début du Xe siècle, la Chronique d’Alphonse III reprend à son tour la version proposée par la Chronique de Moissac. La chronique dénonce la conduite luxurieuse de Witiza et développe le thème de la décadence de l’Église. En effet, par peur que le clergé ne se dresse contre lui, Witiza fait dissoudre les Conciles et abroger leurs canons et ordonne au clergé de suivre son exemple et de s’adonner à la luxure12. Quant au roi Rodrigue, la Chronique d’Alphonse III suit aussi la version moissagaise en affirmant que son arrivée au pouvoir est légitime13 et que Witiza est mort de mort naturelle, ou « morte propria »14 comme l’écrivent alors les chroniqueurs. Une petite divergence se fait cependant jour vis-à-vis de la Chronique de Moissac. Rodrigue se révèle en effet ne pas être un bon roi, sans que la chronique n’en dise plus, la version Érudite étant cependant un peu plus précise que la version Rotense :

  • 15 Rotense, 5, 2, p. 37. Traduit par : « Rodrigue reçut l’onction royale et sous son règne, la méchanc (...)
  • 16 Érudite, 5, p. 37. Traduit par : « celui-ci marcha dans la voie pécheresse de Witiza. Et non seulem (...)

Version Rotense

Version Érudite

Rudericus in regno est perunctus cuius tempore adhuc in peiori nequitia creuit Spania15.

Iste nempe in peccatis Witiziani ambulauit, et non solum zelo iustitiae armatus huic sceleri finem imposuit, sed magis ampliauit16.

  • 17 Rotense, 4, p. 35. Traduit par : « et cette conduite, en vérité, causa la perte de l’Espagne ».
  • 18 Érudite, 4, p. 36. Traduit par : « ce crime, en vérité, fut la cause de la perte de l’Espagne ».

9Cependant, malgré cet accroc dans le portrait de Rodrigue, la chronique est explicite : la chute du royaume est due à Witiza, que ce soit dans la version Rotense : « istud namque Spaniae causa pereundi fuit »17, ou dans la version Érudite : « istud quidem scelus Hispaniae causa pereundi fuit »18. La Chronique d’Alphonse III accentue encore cette idée en faisant jouer un rôle aux fils de Witiza dans la défaite, impliquant aussi ce faisant la famille de Witiza et non plus seulement lui-même. Il n’est pas surprenant que la Chronique d’Alphonse III développe et amplifie le récit moissagais, puisque la Chronique de Moissac n’a pas pour sujet principal la péninsule Ibérique.

  • 19 Rotense, 5, 2, p. 37. Traduit par : « à cause de la fourberie des fils de Witiza, les Sarrasins env (...)
  • 20 Érudite, 5, p. 37-38. Traduit par : « quant aux fils de Witiza, poussés par la jalousie, parce que (...)

Version Rotense

Version Érudite

Ob causam fraudis filiorum Vitizani, Sarraceni ingressi sunt Spaniam […]
Sed sourum peccatorum clade oppressi et filiorum Vitizani fraude detecti
19.

Filii uero Witizani, inuidia ducti eo quod Rudericus regnum patris eorum acceperat, callide cogitantes, missos ad Africam mittunt, Sarracenos in auxilium petunt, eosque nauibus aduectos Hispaniam intromittunt […]
Sed dicente Scriptura : « In uanum currit quem iniquitas praecedit ». Sacerdotum uero uel suorum peccatorum mole oppressi, uel filiorum Witiziani fraude detecti, omne agmen Gothorum in fugam sunt uersi et gladio deleti
20.

10La chronique affirme ainsi que les fils de Witiza, ont, par vengeance, trahi leur royaume au profit des Sarrasins qu’ils ont fait entrer en Espagne. La version Érudite est plus détaillée, elle parle de navires et surtout elle développe la responsabilité du clergé. En effet, la Chronique de Moissac, tout comme les deux versions de la Chronique d’Alphonse III, affirme que Witiza a poussé le clergé à suivre son exemple. Cependant, la version Érudite étoffe cet épisode en parlant aussi des péchés du clergé qui passe ainsi du statut de victime à celui de coupable. Les clercs n’ont pas été entraînés malgré eux dans le péché, ils en sont à l’origine.

  • 21 Y. BONNAZ, op. cit., p. 129.

11Selon Yves Bonnaz, la construction du récit de la défaite imputant la faute à Witiza ne reflète pas une querelle politique21. Pour affirmer cela, il fonde ses arguments sur la description de Rodrigue qui aurait dû être plus positive s’il s’agissait de le défendre. En effet, la mention de ses péchés peut poser un problème, mais elle ne nous semble pas rédhibitoire pour autant. La légitimité de Rodrigue sur le trône reste intacte alors que la Chronique Mozarabe parlait d’un coup de force, il aurait donc été facile d’en faire un roi usurpateur. De plus, malgré l’évocation des péchés, la faute ne lui est jamais directement imputée, sans compter que la citation « in uanum currit quem iniquitas praecedit » semble au contraire indiquer la fatalité de la défaite : il était déjà trop tard pour sauver les Goths. Peut-être la faillibilité de Rodrigue est-elle évoquée afin d’expliquer pourquoi Dieu a tout de même puni l’Espagne, car s’il avait été en tout point exemplaire la punition divine aurait pu sembler injuste.

  • 22 Ibid., p. 129.
  • 23 Ibid., p. 129.
  • 24 R. Menéndez Pidal, Floresta de leyendas…, p. XXV.
  • 25 En revanche, les Mozarabes ne s’attachent pas à la figure de Pelayo, car ils n’ont que faire de la (...)
  • 26 Ibid., p. XXVI-XXVII, p. XXXI-XXXII.

12Pour Yves Bonnaz, la chronique reflète au contraire « l’animosité d’une partie du clergé tolédan contre Witiza »22, ce qui n’est pas incompatible. Cette thèse renforce même les conclusions de Ramón Menéndez Pidal. La défaite de 711 a en effet causé des dissensions, voire des ruptures au sein de l’Église de Tolède, certains, comme l’évêque Oppa, s’étant ralliés à l’envahisseur, l’archevêque Sindered ayant fui à Rome, et d’autres encore s’étant réfugiés dans les Asturies23. La population chrétienne d’Al-Andalus, qui se sent soumise, humiliée24 par un pouvoir étranger, s’estime trahie par le clan de Witiza qui a préféré livrer l’Espagne plutôt que de perdre le pouvoir. C’est donc la version défavorable à Witiza qui prévaut25. D’ailleurs cette version perdure bien plus longtemps en Al-Andalus que dans les royaumes chrétiens !26

  • 27 Ibid., p. XXXVI-XXXVII. Chez les auteurs arabes, la faute incombe toujours à Rodrigue.

13Parallèlement à cela, les descendants du clan de Witiza qui ont favorisé l’invasion et se sont alliés aux Arabes ne peuvent accepter une telle version de l’histoire. Ils élaborent donc une autre histoire en miroir de la version des Asturies. La faute est déplacée de Witiza à Rodrigue27 et leur trahison ainsi justifiée n’en est plus une.

  • 28 R. Menéndez Pidal, Floresta de leyendas…, p. XXXVII-XXXVIII.

14Au Xe siècle, Ibn Al-Qutiya, l’arrière-arrière-petit-fils de Witiza, écrit Taʾrīkh iftitāḥ Al-Andalus ou Histoire de la Conquête d’Al-Andalus dans laquelle il introduit deux nouveaux épisodes afin d’incriminer Rodrigue. Le premier élément est une anecdote qui lui permet de mettre en scène la luxure de façon plus précise et sûrement plus intéressante pour le lecteur. Rodrigue viole la fille d’un certain Julien, un marchand qui commerçait avec l’Afrique. Julien ne voulant pas laisser sa fille seule pendant son absence, Rodrigue lui propose de s’en occuper et en profite pour la violer. En apprenant ce qui s’est passé, Julien se fait l’intermédiaire entre le clan de Witiza et les Arabes pour préparer l’invasion. Ibn Al-Qutiya rajoute aussi un autre élément. Selon lui, il existait un palais qui abritait un coffre contenant les quatre Évangiles sur lesquels les rois wisigoths prononçaient leur serment. Ce palais n’était ouvert que lorsqu’un roi mourait pour y inscrire son nom et pour que son successeur puisse prêter serment. Or, bien qu’il ne puisse y pénétrer car il avait usurpé la couronne, Rodrigue y entre quand même. Dans le coffre il trouve alors une représentation des Arabes sous forme de peinture accompagnée de ce message : « cuando este palacio sea abierto y se saquen estas figuras, un pueblo semejante a ellas entrará en Andalucía y la dominará »28. C’est alors que l’invasion se produit. Rodrigue, par sa luxure, son orgueil, sa cupidité, est donc présenté comme doublement responsable de l’invasion.

  • 29 Ibid., p. XXIX, XXX, LX.
  • 30 Ibid., p. LXI.
  • 31 Ibid., p. XXXIII.

15D’où proviennent les deux éléments introduits par l’historiographie musulmane ? Ramón Menéndez Pidal fait état de plusieurs théories proposées par certains chercheurs. Sans entrer dans les détails, il semble que l’épisode du viol puisse provenir ou au moins se développer en parallèle de récits romains et germaniques. Procope de Césarée (v. 500-v. 565) rapporte que Valentinien III, empereur de 424 à 455, utilise un stratagème afin de pouvoir violer l’épouse du sénateur Pétrone Maxime qui se venge ensuite en favorisant la victoire d’Attila29. La Chronique de Frédégaire rapporte également qu’Avitus, empereur de 455 à 456, parvient à violer la femme du sénateur Lucius en se faisant passer pour malade et en ordonnant que les femmes de sénateurs viennent le visiter. Le mari aide alors les Francs à s’emparer de Trèves30. Dans les légendes norvégiennes du XIIIe siècle, le roi Sigurd Sleva viole Olava dont le mari est absent à cause d’une mission qu’il lui a confiée, et Hermanaric, roi des Goths au IVe siècle, viole Odila dans les mêmes conditions31.

  • 32 Ibid., p. XLIV-XLV. Voir aussi Alexander HAGGERTY KRAPPE, « Une version persane de la Maison fermée (...)
  • 33 R. Menéndez Pidal, Floresta de leyendas…, p. XL.
  • 34 Ibid., p. XL-XLIII.

16L’épisode du palais proviendrait quant à lui de la littérature arabe et plus précisément d’écrits narrant des conquêtes. Xerxès Ier et Darius auraient ainsi violé plusieurs tombes avant leur défaite32. Avec le temps, la légende reste sensiblement la même, mais des détails pittoresques et divertissants sont ajoutés pour renforcer l’argument. Deux chroniques arabes Kitab-al-Ictifá et Fatho-al-Aldaluçi, rédigées dans la seconde moitié du XIIe siècle33, font de Julien un comte, gouverneur de Tanger, et non plus seulement un marchand. De plus, si sa fille est restée au palais, c’est parce qu’il était de tradition pour les filles d’être éduquées à la cour, où le roi leur choisissait un mari et leur donnait une dot. Rodrigue viole la fille du comte Julien et la fait surveiller pour qu’elle ne prévienne pas son père ; elle y parvient toutefois en lui envoyant des cadeaux parmi lesquels elle cache un œuf pourri. En voyant l’œuf Julien comprend ce qui s’est passé et rejoint les Arabes. L’intrigue de cette version est plus forte, plus divertissante et plus saisissante et surtout elle dégrade encore plus l’image de Rodrigue. Il n’a pas seulement violé la fille d’un marchand, il a violé la fille d’un noble. Si les nobles ont des devoirs envers leur roi, c’est aussi le cas du roi envers ses nobles et envers leurs filles puisqu’il est responsable de leur éducation et de leur mariage. C’est donc une trahison impardonnable de la part de Rodrigue. L’épisode du palais est aussi quelque peu modifié. Il n’est plus question d’Évangiles mais simplement d’un palais vide sur lequel chaque nouveau roi pose un cadenas. Rodrigue brise les cadenas, pénètre dans le palais et trouve un parchemin représentant des Arabes et délivrant l’avertissement suivant : « estos hombres son los árabes : ellos conquistarán este país cuando los candados de este palacio sean violados ; y el violador se arrepentirá »34. La version change mais l’impression demeure : le roi Rodrigue a provoqué et mérité sa défaite, Julien et le clan de Witiza n’ont fait que se défendre.

  • 35 Ibid., p. XVIII.
  • 36 Ibid., p. XXVII.
  • 37 Ibid., p. XXVII-XXIX.
  • 38 Ibid., p. XXXI-XXXII.

17En Al-Andalus, la légende « anti-Rodrigue » se développe chez les historiographes musulmans, tandis que la légende « anti-Witiza » est durablement implantée dans le milieu populaire mozarabe35. Ramón Menéndez Pidal cite ainsi la Chronica gotorum Pseudo Isidoriana, datant selon lui de la première moitié du XIe siècle et rédigée par un mozarabe tolédan36. Cette chronique continue de raconter que Witiza (Getiço) fait preuve de luxure. Le roi entend parler de la beauté de la fille du comte Julien de Tangitanie. Il fait venir Julien, le fait saouler lors de banquets et séduit sa fille. Lorsque Julien s’en rend compte, il s’enfuit à Ceuta avec sa femme en laissant sa fille. Il rassemble ses richesses et propose au roi Tarec de l’aider à envahir l’Espagne. Cependant, le temps que les musulmans arrivent, Witiza est mort et c’est Rodrigue qui les affronte et qui est trahi par les fils de Witiza37. L’aventure est la même, mais Witiza reste le coupable pour les Mozarabes. Et cette version reste encore longtemps la norme en Al-Andalus, puisque parallèlement à la rédaction de la Estoria de España, l’évêque Pierre Pascal (1227-1300) rédige le Libro contra la Seta de Mahomat, dans lequel il continue d’accuser Witiza du viol de la fille du comte Julien (Yllán) pendant l’absence de ce dernier38.

18À partir du IXe siècle, le schéma qui explique l’invasion de 711 est fixé selon deux versions. Les chrétiens rejettent la faute sur le clan de Witiza et les musulmans et les descendants de Witiza la rejettent sur Rodrigue. Dans les deux cas, il s’agit d’une construction idéologique opérée afin de servir des intérêts politiques : il s’agit avant tout d’expliquer la défaite et de dégager son camp de toute responsabilité. À partir du XIIe siècle, si la version « anti-Rodrigue » n’est pas adoptée par les Mozarabes, elle gagne en revanche la région de León et la Castille.

Contamination littéraire et modification des enjeux politiques (XIIe-XIIIe siècle)

19La légende développée par les auteurs musulmans est plus divertissante, plus « piquante ». Au nord on disait certes de Witiza qu’il s’adonnait à la luxure et qu’il aurait convaincu le clergé d’en faire de même, mais il n’y avait aucun détail et cette version n’était peut-être pas suffisamment distrayante pour que la légende perdure vraiment en touchant les lecteurs. C’est sûrement pour cela que la version des historiographes musulmans a pu être appréciée. De plus, les Asturiens, puis les Léonais et les Castillans ne se revendiquaient pas comme des descendants de tel ou tel clan wisigoth. Leur légitimité néo-wisigothique provenant de Pelayo et d’Alphonse Ier, la querelle entre les deux clans ne constitue donc plus un enjeu. La valeur dramatique, l’évolution des intérêts politiques au cours des siècles et la possible connaissance des épisodes du viol présents dans les légendes germaniques et romaines expliquent sans doute que la version « anti-Rodrigue » conçue au sud finisse par gagner le nord à partir du XIIe siècle, soit 400 ans après l’invasion. L’historiographe de l’Histoire Legionense opère ainsi vers 1115 une sorte de fusion des deux versions. Witiza reste un roi plein de vices, mais Rodrigue l’est également. Pour la première fois, l’histoire du viol est reprise dans les royaumes chrétiens, avec encore une légère variation dommageable à Rodrigue : il devait se marier avec la fille de Julien, mais il la prend comme maîtresse au lieu de l’épouser. À partir de là, dans la Chronique Najerense et dans le Chronicon Mundi, la perte de l’Espagne sera attribuée conjointement aux deux rois.

  • 39 Chronicon Mundi, III, 61, p. 218, 25-29, sauf les murailles de Tolède, León et Astorga.
  • 40 Ibid., III, 62, p. 220, 15-25.
  • 41 R. Menéndez Pidal, « Floresta de leyendas… », p. LI-LIII.

20Lucas de Tuy introduit deux éléments matériels qui expliquent la défaite des Goths pourtant réputés pour leur valeur et la force de leur armée. Witiza fait détruire les murailles afin que les habitants ne puissent résister à son influence39, puis Rodrigue fait envoyer les armes et les chevaux de guerre en Gaule et en Afrique sur les conseils de Julien40. Depuis l’Histoire Legionense la faute morale est partagée par les deux rois, et à partir du Chronicon Mundi, ils partagent aussi une faute matérielle41. De plus, nous avons vu que la version Érudite de la Chronique d’Alphonse III insistait sur la dépravation de l’Église. En revanche, Lucas de Tuy défend l’Église – nous avons vu qu’il limite la comparaison entre Pelayo et Moïse – et s’attache au contraire à montrer que Witiza harcèle, brutalise le clergé avant de finir par le corrompre pour se protéger lui-même :

  • 42 Chronicon Mundi, III, 61, p. 217, 8-12. CM trad., p. 264 : « los obispos e los ministros de las ygl (...)

Sed et episcopi et ecclesie ministri aspernabantur ecclesiastica officia, pro nichilo habebantur synodalia, clausis foribus ecclesiarum, despiciebantur ecclesiastica sacramenta, despiciuntur sancti patris Ysidori instituta, deiciuntur concilia, sacri canones dissoluuntur42.

21Dans le Chronicon Mundi, le clergé apparaît avant tout comme une victime, même si la plupart finissent par être complices de Witiza, bien malgré eux.

La faute dans la Estoria de España

  • 43 Rotense et Érudite, 2, p. 34 : « ut fertur, pius et modestus erga subditos fuit », « ut fertur, erg (...)

22Quelques années après la rédaction du Chronicon Mundi, Jiménez de Rada insère de nouvelles variations, et c’est cette version qu’Alphonse X choisit quelques décennies plus tard de suivre sans la modifier. Tout en reprenant la double attribution morale de la destruction de l’Espagne à Witiza et Rodrigue, Jiménez de Rada introduit en effet une nouvelle dynamique dans la perte de l’Espagne : selon lui, le Royaume wisigoth se trouvait déjà sur une pente fatale bien des années avant l’époque de Witiza et de Rodrigue. En effet, selon le Tolédan, ces deux rois sont en quelque sort l’aboutissement du mauvais comportement de leurs prédécesseurs Ervige et Égica, ce qui a pour effet de renforcer la culpabilité collective des Goths. D’abord Ervige, roi de 680 à 687, s’empare du pouvoir en empoisonnant le roi Wamba qui se retire dans un monastère. Rada n’invente rien, mais les chroniques précédentes attribuaient des qualités43 à Ervige, en plus de rappeler les nombreux Conciles qu’il a organisés. Jiménez de Rada reprend bien l’énumération des Conciles mais on ne trouve dans son récit nulle mention des qualités relevées par les historiographes antérieurs. Cela, ajouté au récit de sa prise de pouvoir malhonnête, assombrit l’image d’Ervige.

  • 44 Rotense et Érudite, 3, p. 35 : « iste quidem sapiens et patiens fuit » / « multumque sapiens et pat (...)
  • 45 De Rebus Hispaniae, III, 14, p. 93, 6-7. DRH trad., p. 137 : « maltrató a los godos con saña y sang (...)
  • 46 PCG, 543, p. 302, 12a-13a.
  • 47 Ibid., 546, p. 303, 5b-9b et 552, p. 306, 10-11.

23Son gendre Égica, roi de 687 à 702, reçoit dans les chroniques le même genre de traitement que son beau-père : il organise plusieurs Conciles et possède certaines qualités44. Jiménez de Rada et Alphonse X reproduisent le même procédé qu’avec Ervige. Le Roi Sage, pas plus que le Tolédan, ne mentionne pas au sujet d’Égica de qualités personnelles et va un peu plus loin en affirmant dès le début de la partie qui lui est consacrée qu’il a été un mauvais roi. Jiménez de Rada écrit « hic Gothos morte fuit et odio persecutus »45, et Alphonse X traduit « este Egica quiso grand mal a los godos, et mato muchos delos »46. Cependant, nos deux auteurs ne décrivent pas les mauvaises actions d’Égica. Seul l’exil forcé de Fafile, le père de Pelayo, est évoqué47, le grand mal qu’il veut aux Goths se traduisant par le mal qu’il veut à la famille de Pelayo. Ici Fafile et, par voie de conséquence, Pelayo représentent l’ensemble des Goths. Égica a maltraité les Goths parce qu’il a maltraité cette famille.

  • 48 Ibid., 548, p. 304, 3a-4a.

24Le Tolédan et le Roi Sage dans son sillon modifient aussi l’image de Witiza grâce à un procédé qu’Alphonse X utilise notamment pour les portraits des empereurs romains. À la différence des rois Ervige et Égica dont ils suppriment les qualités, ils en accordent à Witiza au début de son règne. Ainsi le chapitre 548 s’intitule « de los bienes que Vitiza començo a fazer luego en comienço de su regnado ». Bien que la chronique indique tout de suite la luxure de Witiza, dans un premier temps cela ne semble pas être irrémédiable : « Vitiza era omne muy luxurioso, pero con tod esto de grand piedad »48. La chronique explicite alors la bonté du jeune roi :

  • 49 Ibid., 548, p. 304, 4a-17a.

Ca a los que so padre echara et desterrara de tierra tornolos el y et cogiolos en su gracia, e la premia et el mal fuero que su padre pusiera en la tierra tollio lo ell ende, e los que su padre deseredara tornolo ell a buen estado et dioles lo suyo, e quantas cartas et estrumentos fiziera su padre engannosamientre quemo las ell ante todos en fuego, et dio los omnes por libres de todos los lazos malos et encartamientos, et entrego las heredades que su padre metiera en su cellero et en su rengalengo, e torno en los oficios del palacio los omnes que su padres ende echara49.

25Les rédacteurs répètent ici le même schéma : « a los que su padre + injustice », suivi d’un verbe indiquant le retour à la justice grâce à Witiza : « tornolos el / cogiolos en su gracia / tollio lo el / tornolo ell / dioles / dio / entrego / torno ». Cette répétition permet de mettre en valeur l’esprit de justice dont fait preuve Witiza, tout en l’opposant à l’injustice perpétrée par son père Égica. Si les défauts de ce dernier n’avaient pas été décrits avant, ils apparaissent ici en contraste des bonnes actions de son fils et héritier, il passe alors pour un roi cupide et injuste envers ses sujets qu’il exile et spolie.

  • 50 Ibid., 549, p. 304, 40a-43a.
  • 51 Ibid., 549, p. 304, 51a-2b.

26Cependant, si au début la chronique n’insiste pas sur la luxure de Witiza mais plutôt sur sa grande piété, laissant ainsi présager un bon règne, c’est pour mieux développer ce thème plus loin et le porter à son paroxysme. En effet, la chronique répète à deux reprises l’évolution négative du Witiza grâce au verbe « començar » utilisé dans des constructions semblables : « Vitiza, que luego en comienço de su regnado començara de seer bueno et de darse a bien, començo luego de darse a mal et a uoleza, e echo de la cibdad de Toledo en desterramiento all inffante don Pelayo »50. Cette première construction sert à introduire le thème de l’exil de Pelayo. Tout comme son père avait exilé Fafile, Witiza exile Pelayo. La seconde construction sert à introduire le motif de la luxure du roi : « Vitiza que fasta estonces fiziera su mal et su luxuria a ascuso, començo dalli adelant a fazer lo en descubierto ante todos »51. Cela implique une double gradation, gradation de la gravité des faits – après l’exil de la noblesse, c’est la luxure, péché capital, à laquelle Witiza s’adonne – ainsi que gradation du comportement avec l’opposition entre les expressions « a ascuso » et « en descubierto ante todos ».  Les quatre chapitres suivants brossent ainsi de Witiza un portrait très négatif.

  • 52 Ibid., 549, p. 304, 12b-13b.
  • 53 Carla CASAGRANDE et Silvana VECCHIO, Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, Paris : Aubier (Col (...)
  • 54 En réalité, il reprend et modifie les huit vices d’Evagre le Pontique (moine du désert égyptien au (...)
  • 55 Grégoire LE GRAND, Morales sur Job, cité par C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 8-9. La luxu (...)
  • 56 Jean VERDON, Le plaisir au Moyen âge, Paris : Perrin (Collection Tempus), 2010, p. 10.
  • 57 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 21.
  • 58 Contrairement aux Cathares par exemple. Voir Jean-Michel MALDAMÉ, Le péché originel : foi chrétienn (...)
  • 59 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 232.
  • 60 J.-M. MALDAMÉ, op. cit., p. 94-95.

27La chronique met en scène la luxure de Witiza d’abord à travers sa polygamie : « tenie dessouno muchas mugieres ueladas et muchas barraganas »52. Au XIIIe siècle, la luxure a une signification précise et sa mention laisse peu de doutes quant à l’issue du règne du coupable. Depuis le pape Grégoire le Grand au VIe siècle, le terme « luxure » s'est substitué au terme « fornication »53 qui était utilisé jusque-là. La fornication désigne l'union charnelle hors du mariage, mais par métonymie, et c'est aussi le sens que prend le terme de luxure, il peut désigner tous les péchés liés à la sexualité. Pour l'Église, la luxure est l'un des sept péchés capitaux, c'est-à-dire l'un des péchés qui conduisent à d'autres péchés, tout comme la tête (caput) dirige le reste du corps. Ainsi, selon Grégoire le Grand qui est à l'origine de la diffusion de ce concept54, la luxure entraîne « cécité mentale, amour de soi, haine de Dieu, attachement au monde, horreur ou désespoir à l’égard du destin futur »55. Durant le Moyen Âge, la luxure est encore plus terrible que les autres péchés car depuis saint Augustin, l’Église associe la chair au péché originel56, même si en réalité la concupiscence sexuelle est une conséquence parmi d'autres du péché originel et certainement pas sa cause. Si Adam et Ève mangent le fruit défendu, c'est bien par orgueil, par soif de connaissance et non pour assouvir un quelconque désir sexuel57. Bien que saint Augustin ne dise pas que le premier péché était charnel58, sa vision est radicalisée par les théologiens du Moyen Âge59, dans un « contexte où les invasions barbares avaient détruit la civilisation et conduit l’Église à une vision très pessimiste de l’histoire »60.

  • 61 Hormis une fois à propos de l’empereur Néron. PCG, 172, p. 123, 51a-1b.
  • 62 Nous incluons ici les adjectifs dérivés « maldad », « malo » et « mala ».
  • 63 Ibid., 546, p. 303, 9b-12b.
  • 64 L'Église a entrepris, surtout depuis le IVe Concile de Latran de 1215, un contrôle des unions et do (...)
  • 65 Les Siete Partidas condamnent la luxure du clergé (Partida I, 6, 17-44) et consacre un titre (Parti (...)
  • 66 La chronique utilise les termes « mugiere », notamment pour désigner l'épouse officielle, et le ter (...)

28À ce stade du récit, les chroniqueurs introduisent donc un concept qui n'était pas apparu jusque-là pour désigner la conduite royale61 : le péché. La luxure de Witiza n'est plus cachée, c'est-à-dire « a ascuso », mais bien « en descubierto ante todos ». Sa piété, pourtant mise en exergue dans le premier chapitre le concernant ne peut donc plus suffire à la compenser. Les rédacteurs emploient le terme « mal » et ses variantes à dix-neuf reprises62. Les mots « auoleza » et « nemiga » sont employés respectivement cinq et six fois. Quant au terme « peccado », il est employé sept fois. Tous ces termes renvoient à un seul et même péché : la luxure. En effet, ces chapitres n’imputent aucun autre vice à Witiza. Seul, le meurtre du père de Pelayo, futur roi des Asturies, est rapporté, mais Witiza l'a commis par jalousie car il convoitait l’épouse du duc63, ce crime est donc à relier à la luxure. En accord avec les mentalités de l’époque, le désir sexuel est donc perçu de façon négative, à travers l'emploi d'un vocabulaire renvoyant au mal et au péché et jetant l'opprobre sur ceux qui s'y adonnent. Selon le droit canon64, tout comme selon les Siete Partidas65, il s’agit d’un plaisir vécu en dehors des liens du mariage, donc dans l’illégalité66, que ce soit avec des concubines appelées de manière péjorative « barraganas », ou à travers le viol.

29Witiza, conscient de ses péchés craint alors l’Église et ses sujets qui pourraient se retourner contre lui et le détrôner. Le verbe « temer » est utilisé à trois reprises à son sujet, et toujours en lien avec ses mauvaises actions :

  • 67 PCG, 550, p. 304, 42b-44b.
  • 68 Ibid., 550, p. 304, 47b-50b.
  • 69 Ibid., 551, p. 305, 8b-10b.

Se temie de la clerizia et se recelaua por las auolezas que el fazie67.
Temiendosse que uernien contra ell et contra sus maldades, et que farien al pueblo quel non obedesciesse68.
Temiendose
quel toldrien el regno por las auolezas que fazie69.

  • 70 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 79.
  • 71 La Bible…, Jean 3 :19-20 : « les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs œuvre (...)

30Afin de se protéger, Witiza met en danger la stabilité du royaume en créant des dissensions en son sein. Grégoire le Grand insistait d'ailleurs sur la dimension sociale70 du péché, car en empoisonnant les rapports entre les hommes, il rend la loyauté impossible et met en danger la stabilité de la société. L'une des conséquences de la luxure de Witiza, est donc l'apparition en chaîne d'autres péchés : la peur, la méfiance, l'envie et leurs corollaires, c’est là le principe du péché capital. Car selon l'Évangile selon Jean, le péché engendre le péché71.

31Le seul péché de luxure fait donc entrer le Royaume de Tolède dans un cercle vicieux dont il ne sortira pas. Poussé par la peur, Witiza fait détruire les défenses de son royaume, s’attaque à sa noblesse et contamine volontairement l’Église et tous les Goths. En effet, Witiza a peur d'être détrôné et pour palier à une éventuelle révolte, il fait détruire les murailles ainsi que les armes du royaume pour qu'aucune ville ne se soulève contre lui et qu’aucune armée ne puisse se constituer :

  • 72 PCG, 551, p. 305, 8b-21b.

Temiendose quel toldrien el regno por las auolezas que fazie, mando derribar los muros de todas las uillas et de todas las cibdades, saluo ende dunas pocas que non oso derribar, e mando fazer de las armas del fierro reias et açadas [...] por que aquellos que se despagauan dell et de los sus malos fechos que se le non pudiessen alçar nin manparar72.

  • 73 Ibid., 551, p. 305, 21b-23b : « pero diz aqui don Lucas de Thuy que el rey Rodrigo mando desfazer l (...)

32Alphonse X précise ici que selon Lucas de Tuy la destruction des armes est imputable à Rodrigue et non à Witiza73. Le Léonais répartissait la double faute matérielle entre les deux derniers rois, mais Jiménez de Rada et Alphonse X l’imputent exclusivement à Witiza qui porte alors l’entière responsabilité des fautes matérielles. Cela montre l'incapacité de ce roi à exercer sa charge et à faire preuve des vertus chères à Alphonse X et indispensables pour maintenir l'intégrité de son royaume, telle que la prudence. Pour se protéger, Witiza finit par mettre toute l'Espagne en danger, car si ses soldats et ses villes ne peuvent plus l'attaquer, ils ne peuvent plus se défendre non plus d'attaques extérieures.

  • 74 DRH trad., note 38, p. 142.

33En plus d’affaiblir son armée, le roi s’attaque aussi à la noblesse. Nous avons vu qu’avant de monter sur le trône il avait tué le duc Fafile car il convoitait son épouse. Une fois roi, il tente de faire arracher les yeux de Pelayo afin de le priver de toute chance de régner74. Il s’en prend aussi à Théodefrède, le père de Rodrigue. Présenté comme le fils du roi Réceswinthe, Théodefrède est très apprécié de la noblesse, ce qui inquiète Witiza qui voit en lui un rival potentiel. Il le fait alors énucléer.

  • 75 PCG, 550, p. 304, 49b-50b.
  • 76 Ibid., 550, p. 305, 3b-5b.
  • 77 Ibid., 549, p. 304, 4b-8b.
  • 78 Ibid., 549, p. 304, 13b-19b.

34Enfin, Witiza entend contrôler le peuple en utilisant l’Église. En effet, la chronique affirme à deux reprises le pouvoir ou tout du moins l’influence que le clergé exerce sur le peuple : « farien al pueblo quel non obedesciesse »75 et « ca bien cuedaua el que por tales clerigos como aquellos que ternie los pueblos a su mandamiento »76. Contrôler le clergé revient donc à contrôler le peuple. En effet, le roi craignant pour son trône souhaite modeler l’ensemble de ses sujets à son image, les pervertir étant à ses yeux le meilleur moyen qu’ils ne retournent pas contre lui. Citons deux passages qui mettent en scène un mouvement qui part du roi pour s’étendre sur l’ensemble de ses sujets à travers la noblesse et le clergé. Tout d’abord : « mandasse Dios que el solo peresciesse en sus nemigas et non ensuziasse nin mançellasse la nobleza de los godos, assi de la clerizia como dell otro pueblo »77. On note ici les synonymes « ensuziasse » et « mançellasse » qui marquent la souillure que Witiza transmet à son royaume. Et ensuite, la chronique parle de l’exemple donné par le roi : « daua por esta manera exiemplo a sus ricos omnes et a los mayorales de los godos que fiziessen otro tal como el fazie; e otrosi los menores del pueblo por aquella misma manera et por su mandado del firuien en aquel mal et en aquel peccado »78. Quand donner l’exemple ne suffit pas, le roi ordonne que l’on suive son mauvais exemple. On retrouve ainsi le verbe « mandar » ou les mots « mandado » / « mandamiento » à sept reprises dans ce contexte. Pour contrôler l’Église il vient à Witiza deux idées : permettre et ordonner aux clercs qu’ils s’adonnent eux aussi à la luxure et leur interdire d’obéir au Pape, c’est-à-dire à un pouvoir extérieur susceptible d’être plus puissant que le sien :

  • 79 Ibid., 550, p. 304, 47b-p. 305, 3b.

Temiendosse que uernien contra ell et contra sus maldades et que farien al pueblo quel non obedesciesse, dio por ende con su maldad licencia et mandamiento a todos los clerigos que cada uno touiesse muchas mugieres et barrraganas descubiertamientre, siquier una siquier muchas, como se quisiessen o como se trouiessen, cuedando tornar los assi por esta razón ; e de mas mando que non obedesciessen a los establecimientos nin a los posturas de Roma que deffendien tal cosa como aquella que les el mandaua fazer79.

  • 80 Ibid., 552, p. 306,18b-19b.
  • 81 Ibid., 552, p. 306, 25b-30b : « poniendo un mal sobre otro, crebanto todos los priuilegios de las e (...)
  • 82 Ibid., 549, p. 304, 20b-22b.
  • 83 Ibid., 550, p. 304, 34b-35b.
  • 84 Ibid., 550, p. 304, 37b-42b.
  • 85 Ibid., 552, p. 306, 22b-25b.

35La chronique insiste sur les « mugieres » et « barraganas » que prennent les prêtres tolédans, pas tant pour la gravité que cela pouvait représenter au VIIIe siècle, mais bien parce qu'au XIIIe siècle, Rome a durci ses règles en matière de célibat des prêtres. Witiza est donc décrit comme l’ennemi de Dieu et de son Église : « enemigo de Dios et de los degredos de Sancta Eglesia »80. Il va jusqu’à favoriser les juifs au détriment des chrétiens81. Dans un premier temps, l’Église semble avoir résisté à l’exemple et à l’influence du roi pécheur, particulièrement grâce à l’archevêque de Tolède, Gondéric, décrit en ces termes : « omne casto et de grand santidad et por quien Dios fizo muchas uertudes et muchos miraglos »82. Ces quelques mots apparaissent à la fin du chapitre 549 et indiquent qu’il reste en Espagne un obstacle à la luxure du roi. Cependant, dès le début du chapitre suivant, la mort de l’archevêque rebat les cartes. En effet, même si son successeur, Sindered, passe au début pour être un bon choix « fue omne bueno et iusto »83, son attitude change rapidement. Poussé par le roi, gagné par le péché d’envie, il prend aussi pour cible le clergé : « este Sinderedo començo de uuscar mal et agrauiamientos por celo de sanctidad a los omnes ancianos et onrrados que auie en la eglesia de Toledo; e esto non lo fazie el por su seso, mas por conseio et mandado del rey Vitiza »84. Finalement, le roi décide de remplacer l’archevêque de Tolède par son frère Oppa, déjà archevêque de Séville, et les rédacteurs, reprenant l’expression de Jiménez de Rada, font référence à l’adultère charnel et à l’adultère spirituel des deux frères : « seyendo Sinderedo aun uiuo ; e assi como se ell ensuziaua por adulterio carnal, assi ensuzio a su hermano por adulterio espirital »85.

36Ici Jiménez de Rada et Alphonse X ne suivent pas le Chronicon Mundi dans lequel Lucas de Tuy insiste sur le harcèlement du roi à l’égard de l’Église et présente le clergé avant tout comme une victime. Pour le Roi Sage, le clergé, bien que corrompu par Witiza apparaît moins passif que chez le chroniqueur léonais. L’Église, guidée par les archevêques Sindered et Oppa, est aussi corrompue que le roi et participe autant que lui à la destruction de la moralité du royaume en servant de mauvais exemple au peuple.

  • 86 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 231.
  • 87 PCG, 551, p. 305, 29b-31b.
  • 88 Ibid., 552, p. 306, 38a-39a.
  • 89 José Manuel Nieto Soria, Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla (siglos XIII-XV), Madri (...)
  • 90 PCG, 559, p. 314, 7a-8a.
  • 91 Ibid., 559, p. 314, 18a-20a.

37La Estoria de España dépeint donc un Royaume totalement contaminé et une hiérarchie de la société complètement altérée. Lorsqu’il y a péché charnel, le corps prend le dessus sur l’âme, la hiérarchie entre l'âme et le corps s'inverse alors86, déréglant l'homme ou en l'occurrence le Royaume. La couronne et le clergé ne sont plus capables de remplir leur rôle à la tête de l'Espagne. Finalement, les rédacteurs résument ainsi la corruption de tout le royaume : « ca todos los omnes de la tierra auien corrompuda su carrera et ensuçiada su uida »87 et « los peccados del Rey Vitiza et de todas sus yentes »88. Nul ne semble épargné par le péché. Toutes les composantes du royaume sont souillées, contaminées. Les relations avec la noblesse sont gangrénées par la peur, le peuple et le clergé sont corrompus par la luxure, et l’armée est affaiblie à cause des décisions du roi. Dans une conception organiciste89, Witiza apparaît comme la tête et l’âme du royaume, celui qui impulse la vie dans le royaume et qui contamine toutes les sphères de la société par son exemple et son influence. La chronique affirme d’ailleurs que c’est bien le roi qui donne le ton : « todos los omnes del mundo se forman et se assemeian a manera de su rey »90, ou encore : « por ende los otros omnes que fueron otrossi en sus tiempos dellos formaron se con ellos et semeiaron les en los peccados »91.

38Arrivés au récit de tant de dépravations, les rédacteurs interviennent directement pour clamer leur indignation :

  • 92 Ibid., 550, p. 305, 5a-12a.

E porque uos alongaremos la razon mas ?, tanta fue la muchadumbre de los peccados et de las nemigas en tiempo deste Vitiza, que la bondad et la nobleza de los godos que solien mandar reys et regnos et yentes alli fue crebantada et metida en fondon del lixo, et en las auolezas que non conuienen a dezir, et en todo mal92.

  • 93 Ibid., 551, p. 305, titre.
  • 94 Ibid., 551, p. 305, 29a-33a.
  • 95 Ibid., 552, p. 306, 40a-42a.

39Dans ce contexte du XIIIe siècle souiller l'Église n'est pas anodin. La souillure n'est plus seulement charnelle, elle est aussi spirituelle. Pour les chroniqueurs, par le biais de la luxure c'est bien le Diable qui est entré en Espagne, comme l’affirme la chronique à plusieurs reprises. Citons par exemple : « del embotamiento que el diablo metio en los de Espanna »93, « el diablo, que es enemigo dell humanal linnage […] sembro la su mala simient et negra en el regno de Espanna »94 et « por ende metiosse Satanas en la paz que querie Vitiza mostrar por enfinta »95.

40À force de pécher, Witiza finit par provoquer ce qu’il redoutait tant, la noblesse se soulève et se choisit, de son vivant, un nouveau roi, Rodrigue. Sur ce point, Jiménez de Rada et Alphonse X s’écartent de la version habituelle. Selon la Chronique d’Alphonse III, l’Histoire Legionense et le Chronicon Mundi, Rodrigue montait sur le trône après la mort de Witiza. Ce changement dans lequel on peut voir un retour à la Chronique Mozarabe introduit plusieurs points intéressants. Tout d’abord, il s’agit d’une démonstration logique et imparable : le péché amène le péché. Il s’agit bien d’une sorte de cercle vicieux puisque les péchés de Witiza l’ont mené à la peur, peur qui l’a incité à se conduire encore plus injustement, ce qui a ensuite poussé l’aristocratie à se rebeller.

41Ensuite, cela montre que les actions motivées par le péché sont vaines : Witiza s’est attaqué à Théodefrède pour protéger son pouvoir, ce qui cause finalement sa perte lorsque Rodrigue venge son père. De plus, dans cette version, Witiza est puni. Dans les chroniques où il meurt de mort naturelle, il ne reçoit en fait aucune punition pour ses péchés.

42Enfin, dans le récit du déclin wisigoth développé par Jiménez de Rada, cette prise de pouvoir par la force renvoie à la tradition factieuse du royaume de Tolède, renforce l’image négative de Rodrigue et pose la question, essentielle dans le contexte agité du règne d’Alphonse X, des droits de la noblesse quant à l’éviction de son roi.

  • 96 Ibid., 553, p. 307, 41a-42a : « era muy fuert omne en batallas et muy desembargado en las fazienda  (...)
  • 97 Ibid., 553, p. 307, 42a-43a.
  • 98 Ibid., 553, p. 307, 44a-49a.
  • 99 Ibid., 553, p. 307, 6b-12b.
  • 100 Ibid., 553, p. 307, 15b-22b : « en aquel palacio estauan pintados omnes de caras et de parecer et d (...)
  • 101 Ibid., 554, p. 307, 30b-32b.
  • 102 Ce qui n’était qu’insinué dans la Chronique Legionense, l’Histoire de Najera et le Chronicon Mundi.
  • 103 PCG, 554, p. 307, 30b-p. 308, 1a.
  • 104 Ibid., 554, p. 308, 1a-3a : « algunos dicen que fue la mujer et que ge la forço ».
  • 105 Ibid., 554, p. 308, 5a-22a.
  • 106 Ibid., 554, p. 308, 4a-5a.
  • 107 Ibid., 555, p. 308, 3b-5b.
  • 108 Ibid., 555, p. 308, 9b-11b.
  • 109 Ibid., 556, p. 309, 7b-10b.
  • 110 Ibid., 557, p. 309, 16b.
  • 111 Ibid., 557, p. 309, 43b-44b.

43Quoi qu’il en soit, Rodrigue, malgré ses qualités96, se comporte comme Witiza : « mas de mannas semeiauasa bien con Vitiza »97. Il se montre injuste envers les nobles, il se rend coupable du péché de luxure et du péché d’envie. Tout d’abord, il déshonore et exile deux fils de Witiza, Siseberto et Eba, ces derniers se réfugient auprès d’un ami de leur père, le comte Riccila de Tanger98. Ensuite, Jiménez de Rada relate l’épisode du palais de Tolède qui n’aurait pas dû être ouvert. Rodrigue fait ouvrir ce palais, fermé depuis très longtemps, et qu’il pense rempli de richesses. L’édifice est vide, il n’y a qu’un coffre qui contient un message sous forme de prophétie : « que quando aquellas cerraduras fuessen crebantadas et ell arca et el palacio fuessen abiertos et lo que y yazie fuese uisto, que yentes de tal manera como en aquel panno estauan pintadas que entrarien en Espanna et la conqueririen et serien ende sennores »99. Les peintures représentent des cavaliers maures100. Le roi, effrayé, fait refermer le coffre et le palais comme s’il ne s’était rien passé. Enfin, Rodrigue, viole la fille du comte Julien. La chronique – suivant le Kitab-al-Ictifá et le Fatho-al-Aldaluçi du XIIe siècle – explique qu’il était de coutume que les jeunes hommes et jeunes filles de la noblesse, « los donzelles et las donzellas fijos de los altos omnes » soient éduqués au palais101. Le Tolédan ajoute qu’il était déjà convenu que Rodrigue épouse la fille du comte Julien102, mais que malgré cela, le roi envoie le comte en Afrique et viole sa fille en son absence103. Ici Alphonse X, à la suite de Jiménez de Rada, précise qu’il s’agissait peut-être de l’épouse104 du comte, peut-être afin de suivre les légendes germaniques et latines évoquées plus haut et dans lesquelles il s’agit toujours du viol de l’épouse. À son retour, la fille de Julien lui parle du viol, il feint de ne rien savoir pour pouvoir se venger. Il emmène ses biens et son épouse à Ceuta, puis revient chercher sa fille sous le prétexte que sa mère est malade105. Selon la chronique le viol est à l’origine de la perte du Royaume : « desto se leuanto destroymiento de Espanna et de la Gallia Gothica »106. En effet, Julien pour se venger va proposer aux Maures et à leur chef Musa de les aider à s’emparer de l’Espagne. La chronique parle alors de la trahison du comte : « con este Muça ouo el cuende Julian su aleuosia fablada, et prometiol quel darie toda Espanna sil quisiesse creer »107. Il s’agit d’autant plus d’une trahison que les rédacteurs précisent que Julien s’est déjà battu contre Musa : « ca auie ya prouada la fortaleza del cuende en las contiendas et en las faziendas que sus yentes ouieran con el »108. Julien offre donc de trahir sa patrie au profit d’un ennemi reconnu. Sa loyauté ne va plus aux Goths mais aux Maures, on lit : « e el cuende Julian fue dalli adelante tenido entre los moros por bueno et leal por aquello que auie fecho, ca tenien quel auien ya prouado »109 et « Muça, fiandosse ya en el cuende »110. D’ailleurs Julien n’est pas le seul Goth dénaturalisé, d’autres trahissent aussi l’Espagne : « el cuende Julian et los godos que andauan con el »111.

44Dans les trois chapitres qui décrivent les trois invasions successives de l’Espagne par les Maures, le comte Julien se tient toujours aux côtés des envahisseurs. Ces chapitres reprennent le même schéma : le chef maure – Musa, momentanément remplacé par Tariq (appelé Tarif dans la chronique) – donne les ordres, puis Julien, parfois aidé de Tariq, mène l’assaut et ravage la Bétique et la Lusitanie.

  • 112 Ibid., 555, p. 308, 18b-19b.
  • 113 Ibid., 555, p. 308, 42b-45b.
  • 114 Ibid., 556, p. 309, 28a-31a.
  • 115 Ibid., 556, p. 309, 44a-46a.
  • 116 Ibid., 557, p. 309, 16b-18b.
  • 117 Ibid., 557, p. 309, 23b-26b.

Ordres donnés

Invasions et ravages

Première invasion

Muça enuio estonces con ell cuende uno que auie nombre Tarif112.

El cuende Julian fizo estonces grand danna et grand mortandad en la prouincia Bethica, que es tierra de Guadalqueuil, et en la prouincia de Luzenna113.

Deuxième invasion

Este Tarif dio al cuende Julian doze mill omnes pora todo fecho; e el cuende passo los aquend mar ascondudamientre en naues de mercaderos pocos a pocos 114.

El cuende Julian guio los por la prouincia Bethica, que es tierra de Seuilla, et por la prouincia de Luzenna115.

Troisième invasion

Muça […] dio a Tharif et a ell [cuende] una hueste muy mayor que la primera, et enuiolos de cabo a Espanna116.

Tarif et el cuende Julian arribaron en Espanna et començaron de destroyr la prouincia Bethica, esta es Guadalquiuil, et la de Luzenna117.

45Si l’on regarde la première colonne il apparaît que Julien prend une part plus qu’active aux actions menées. Pour la première invasion, Musa envoie Tariq avec lui, ce qui place Tariq dans la position de second et fait de facto de Julien le chef de l’expédition. Pour la seconde invasion, Tariq remplace Musa pendant son absence – ce dernier a été rappelé par le Calife – et Julien dirige seul les opérations. Pour la dernière invasion, Tariq et Julien semblent partager le commandement. Quant à la seconde colonne, les groupes verbaux surlignés montrent le double rôle joué par Julien sur le terrain : il sert de guide aux envahisseurs et il mène les assauts destructeurs. En somme, c’est lui, noble goth, le chef militaire de l’invasion maure. L’analyse quantitative confirme ce constat. Dans ces trois chapitres, le nom du comte Julien apparaît à quatorze reprises, c’est-à-dire plus que celui de Rodrigue (douze fois), de Musa (douze fois) et de Tariq (huit fois). Seul le terme « moros » apparaît plus souvent (quinze). Julien est bel et bien l’instigateur et le protagoniste de l’invasion.

  • 118 Ibid., 557, p. 309, 51b-p. 310, 16a.

46Les fils de Wtiza, jusque-là principaux traîtres et responsables de l’invasion dans l’historiographie antérieure, n’apparaissent aux côtés de Julien qu’au cours de la troisième et dernière invasion. Après avoir juré fidélité à Julien, ils se tiennent aux côtés de Rodrigue qu’ils abandonnent pendant la bataille : « los dos fijos de Vitiza que se yuraran con el cuende Julian estidieron estonces con el rey Rodrigo en aquella batalla, ell uno de la parte diestra et ell otro de la siniestra, et acabdellauan las azes […] E por ende desque la batalla fue mezclada, dieron se ellos a foyr »118. Leur conduite est le fruit de la vengeance, de leur cupidité et aussi de leur bêtise. Ils veulent en effet reprendre le royaume à Rodrigue pour succéder à leur père, car ils pensent que les Maures ne resteront pas en Espagne après leur victoire :

  • 119 Ibid., 557, p. 310, 11a-19a.

Ca ellos asmauan que pues que el rey fuesse muerto que podrien ellos cobrar el regno de su padre que auien perdudo, ca non cuedauan que los moros pudiessen retener la tierra aunque quisiesen […], ca assi lo pusieran con Tarif , et prometiera les el que les farie cobrar quanto fuera de su padre119.

  • 120 Ibid., 554, p. 307, 35b-37b.
  • 121 Ibid., 555, p. 308, 47b – p. 309, 2a : « en esta sazon seyendo Sinderedo, del que dixiemos ya, arço (...)
  • 122 Ibid., 551, p. 305, 44a-8b ; 557, p. 310, 26a-33a et 35a-40a.
  • 123 Ainsi que leurs dérivés « destruccion », « crebantamiento »…

47L’Espagne est donc perdue à cause des péchés commis par les rois wisigoths, particulièrement Witiza et Rodrigue. Tous les deux s’adonnent au péché de luxure et, le péché entraînant le péché, il se rendent responsables du délitement du royaume. Par peur, le premier prend injustement pour cible la noblesse, pervertit l’Église et affaiblit l’armée qui sont trois piliers sur lesquels reposent le royaume. La chronique ne parle pas des relations de Rodrigue avec le clergé, mais ses relations avec la noblesse sont désastreuses puisqu’il la trahit à deux reprises. Une première fois en exilant les fils de Witiza, et une seconde fois en violant la fille d’un comte, placée sous sa garde et promise à lui. Comme pour mieux souligner la vilenie du roi, le récit insiste sur la haute lignée du comte : « era grand fidalgo, et uinie de grand linnage de parte de los godos, et era omne muy preciado »120. De plus, dès la première invasion, l’archevêque corrompu de Tolède, Sindered, prend peur, et il s’enfuit à Rome, manquant à ses responsabilités et abandonnant ses ouailles121. Tous trahissent donc leur devoir, que ce soit envers le peuple, envers la noblesse, envers le roi ou envers Dieu. En outre, que ce soit dans les chapitres consacrés à Witiza ou à Rodrigue, les rédacteurs distillent plusieurs rappels de la grandeur du Royaume de Tolède en parallèle au récit du déclin de celui-ci. Le contraste renforce l’idée de décadence d’abord royale puis générale122. La chute morale et spirituelle des Goths finit par conduire à la chute physique de leurs dirigeants – Witiza et Rodrigue perdent la vie – et du royaume tout entier. Les rédacteurs utilisent les verbes123 « destoyr » et « crebantar » associés à l’Espagne ou aux Goths à quatorze et dix-huit reprises. L’Espagne est littéralement – ou littérairement – détruite.

Quel coupable ?

  • 124 En réalité, au moins un roi succéda à Rodrigue, Agila II. Roger COLLINS, Visigothic Spain, 409-711, (...)
  • 125 Voir les chapitres concernant Ervige et Egica, PCG, 538-547 et 559, p. 314, 5a- 12a : « e digamos a (...)
  • 126 Ibid., 551, p. 305, 28b-29b.
  • 127 Ibid., 552, p. 306, 37a-40a.

48Avec les changements intervenus dans la structure de l’explication de la débâcle de 711, on peut se demander qui la Estoria de España désigne vraiment comme coupable de la conquête musulmane. Il est vrai que les épisodes du viol et de l’ouverture du palais sont plus efficaces d’un point de vue narratif. Les détails sont plus convaincants et suscitent davantage l’intérêt du lecteur, et l’enchaînement semble plus probant, le déclin de la fonction royale atteint son paroxysme avec Rodrigue le dernier roi124. En effet, la structure initiale faisant de l’avant-dernier roi le coupable pouvait sembler bancale, en faisant partager la faute aux deux derniers rois, la structure gagnait ainsi en logique. Cependant, le fait que Jiménez de Rada et Alphonse X transposent la faute matérielle de la destruction des armes de Rodrigue à Witiza, accusant ainsi ce roi de la double faute matérielle indique que malgré les apparences, Witiza et Rodrigue ne sont pas égaux quant à leur responsabilité ou culpabilité. L’annonce de la chute et de Dieu armant le bras du Calife est faite dès le règne de Witiza et fait suite au récit de ses crimes et du déclin wisigoth antérieur125 développé par Jiménez de Rada. L’Espagne était donc déjà condamnée dès l’époque de Witiza. C’est pendant son règne que les Goths s’attirent l’ire du Seigneur. Les rédacteurs se montrent en effet explicites lorsqu’ils écrivent : « mouio los oios de Nuestro Sennor Dios a sanna »126 ou encore « por los peccados del rey Vitiza et de todas sus yentes que quiso Dios crebantar la gloria et el poder de los godos »127.

  • 128 Ibid., ouverture du palais, 553, p. 307 et viol, 554, p. 307-308.
  • 129 M. PARDO, « Le roi Rodrigue… », p. 48.

49Selon l’Estoria de España, Witiza et ses prédécesseurs sont les causes profondes et anciennes de la perte de la péninsule Ibérique, tandis que Rodrigue n’est que la cause immédiate, en quelque sorte l’instrument de la Providence. Le message qu’il découvre dans le palais montre que la fin du Royaume était de toute façon programmée. Il a peut-être précipité les évènements, mais il n’en est point la cause. D’ailleurs, l’épisode du palais est placé juste avant celui du viol128, ce qui laisse entendre que le viol n’est que la voie par laquelle s’accomplit la Providence129. De plus, ses crimes ne provoquent pas explicitement la colère divine dans le récit, contrairement à ceux de Witiza et il n’est pas fait mention de Pelayo pendant son règne, alors que le nom de ce dernier apparaît à plusieurs reprises dans les chapitres consacrés à Witiza.

50La débâcle est bien due à la destruction des institutions représentatives de la grandeur des Goths, l’Église et les défenses militaires, ainsi qu’au délitement des relations entre la noblesse et le roi, dont la responsabilité échoit aux derniers monarques ainsi qu’à la noblesse félonne. Cependant, dans le récit alphonsin, la vengeance de Rodrigue à l’égard des fils de Witiza est motivée – et donc en quelque sorte légitimée – par la violence de Witiza envers Théodefrède. Et l’on peut se demander dans quelle mesure, puisque Witiza avait contaminé tout son peuple, la luxure de Rodrigue n’est pas imputable, en partie au moins, à son prédécesseur. L’impression négative laissée par Rodrigue est certes très forte, notamment à cause des épisodes du viol et du palais, mais ces crimes ne sont que la dernière expression – il s’agirait alors d’un enchaînement fatal – du péché induit par les rois précédents.

  • 130 Pour la disparition mystérieuse de Rodrigue et la découverte de son tombeau supposé, voir R. MENÉND (...)

51Alphonse X, suivant Jiménez de Rada, choisit donc une version qui condamne davantage Witiza et ses prédécesseurs sans pour autant exempter Rodrigue de toute culpabilité. Le dernier roi apparaît comme la conséquence logique du déclin wisigoth et non comme son instigateur. Bien que le roi Rodrigue soit devenu le coupable idéal grâce à l’historiographie d’Al-Andalus, il ne s’agit dans la Estoria de España que d’un vernis dramatique qui contribue à la cohérence du récit et parachève la trajectoire pécheresse des Wisigoths. En profondeur, le fautif reste Witiza, celui-là même que l’historiographie désignait déjà comme coupable au IXe siècle et dont le Tolédan a fait l’incarnation du déclin wisigoth amorcé dès le roi Ervige. Les différents historiographes qui ont manipulé le récit en fonction de leurs intérêts l’ont fait évoluer et l’ont étoffé au cours des siècles, néanmoins, quatre siècles après la rédaction de la Chronique de Moissac, l’explication donnée à la chute du Royaume de Tolède a finalement peu changé dans la Estoria de España130.

2. Le providentialisme, du châtiment divin au Salut

52Dans la tradition historiographique, le déclin wisigoth, attribué tantôt à Witiza, tantôt à Rodrigue, puis aux deux rois et enfin aux quatre derniers rois wisigoths, a provoqué la colère divine et donc la chute de l’Espagne.

  • 131 PCG, 559, p. 313, 24a-25a.
  • 132 Ibid., 561, p. 316, 25b-31b.
  • 133 Ibid., 559, p. 314, 12a-17a.
  • 134 Ibid., 559, p. 314, 30a-7b.

53La Estoria de España est très explicite sur les nombreuses raisons qui ont poussé Dieu à punir ce qu’elle qualifie de « mezquindad et ell aterramiento de los godos »131. La cause la plus souvent évoquée est celle de la luxure : « mas los moros fallando tierra de Espanna […] sin el Dios uerdadero Nuestro Sennor Ihesu Cristo el que dexaran los godos por la luxuria et el grand fornicio et el sacrilegio que y fazien »132. Le régicide, le fratricide voire l’infanticide sont aussi reprochés aux Goths qui, selon la chronique, ne reculent devant rien pour s’emparer du pouvoir : « algunos fueron alçados reys por aleue, algunos por traycion de muerte de sus hermanos o de sus parientes, non guardando la uerdad nin el derecho que deuieran y guardar por quexa de ganar el sennorio mal et torticieramientre como non deuien »133. Les rédacteurs donnent une liste de ces régicides qui part du roi Athaulf et qui va jusqu’au roi Fruela, en passant par Witiza et Rodrigue134. La Estoria de España revient aussi sur l’arianisme des Goths et précise que si Dieu leur a pardonné cet égarement, sa patience a atteint ses limites. Selon le texte, le Seigneur n’entend plus souffrir cette violence ni la présence des Goths en Espagne :

  • 135 Ibid., 559, p. 314, 20a-30a.

E por esta razon auiuose la yra de Dios sobrellos, et desamparoles la tierra que les mantouiera et guardara fasta alli, et tollio dellos la su gracia. E pero que Dios les sofrira en la heregia arriana desdel tiempo dell emperador Valent fastal tiempo del rey Recaredo, como dixiemos ya ante desto en la estoria, essora fue ya yrado por las nemigas de Vitiza et por las auolezas de los otros reys, et non les quiso mas sofrir nin los quiso mantener135.

  • 136 Ibid., 552, p. 306, 30b-35b.
  • 137 Ibid., 559, p. 313, 13b-15b : « andaua predigando a los cristianos que se tornassen con los moros e (...)

54Les raisons invoquées sont nombreuses, les fautes plurielles, mais toutes imputables au(x) roi(s). Le jugement de Dieu, sa vengeance, s’abat alors sur l’Espagne : « mas por que el iuyzio de Dios uiene a aquellos que fazen las nemigas por que sufran la pena de la uengança, por ende aquellos que se non quisieron emendar nin castigar de sus peccados leuaron doble pena de mano de Nuestro Sennor »136. Cette dernière phrase sous-entend que si les Goths s’étaient au moins repentis de leurs péchés, Dieu aurait pu se montrer clément, mais il n’en fut rien. Au contraire, comble du blasphème, Oppa, le frère que Witiza a nommé illégalement archevêque de Tolède en contrevenant aux règles de l’Église, met à profit son sacerdoce pour tromper les Espagnols et les convaincre de se soumettre à l’envahisseur137.

  • 138 Ibid., 551, p. 305, 50b p. 306, 6a.
  • 139 Ibid., 551, p. 305, 42b-45b : « este Vlid era omne de grand sentido et sabie muy bien guisar sus hu (...)
  • 140 Ibid., 551, p. 305, 45b-50b.
  • 141 Ibid., 557, p. 310, 23a-26a.
  • 142 Ibid., 556, p. 309, 48a-3b et 557, p. 309, 46b-50b.
  • 143 Ibid., 557, p. 310, 21a-23a et 35a-40a : « mas las manos de los godos que solien seer fuertes et po (...)
  • 144 Ibid., 561, p. 316, 25b-27b : « los moros fallando tierra de Espanna desamparada sin muros et sin f (...)

55Afin de punir le Royaume de Tolède pour sa dépravation, Dieu se sert des musulmans et de leur Calife, chef politique et religieux, à qui il permet de conquérir une grande partie du monde connu, notamment l’Inde, Jérusalem et Rome138. Les rédacteurs reconnaissent certes des qualités au Calife, c’est un homme sage et un fin stratège139, mais le mérite de ses conquêtes ne lui revient pas. C’est Dieu qui a armé son bras afin que ses hommes finissent par détruire les Goths en Espagne : « e desi por lo que auie de seer que con la uara de Dios, esto es la su senna, aurie el de ferir todos los pueblos de Espanna, ayudaual Dios en todos sus fechos, de guisa que metio so el su sennorio todas las yentes uezinas »140. Dans la bataille Dieu est du côté des Maures et abandonne les Goths : « e la gracia de Dios auie se arredrada et alongada dellos et auie tollido el su poder et el su deffendimiento de los omnes de Espanna »141. Ils perdent la grâce divine qui les accompagnait jusque-là. Cependant, même sans intervention divine, les Goths étaient perdus : l’armée était diminuée en raison d’une trop longue paix142 et d’une famine143 : Witiza a affaibli les défenses du royaume144, perverti les relations avec la noblesse, et Rodrigue a provoqué la trahison de Julien et des fils de Witiza. Tout le récit est donc construit afin de démontrer la culpabilité des Goths vis-à-vis de la chute de l’Espagne.

  • 145 La Bible…, Genèse, 3.
  • 146 Ibid., Genèse 6 :5 : « Yahvé vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre et que son (...)
  • 147 Ibid., Genèse 11 :4 : « Ils dirent : “ Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet (...)
  • 148 Ibid., Exode 32 :7-10 : « Yahvé dit alors à Moïse : "Allons ! descends, car ton peuple que tu as fa (...)
  • 149 Ibid., Jérémie.

56Le parallèle entre les Hébreux et les Espagnols ne s’arrête pas aux notions de peuple élu ou de terre promise. Tout comme le peuple d’Israël, les Goths sont condamnés à subir la colère et le châtiment divins. Le thème de la punition divine est un thème récurrent dans l’Ancien Testament. Adam et Ève commettent le péché d’orgueil et sont chassés du Paradis145, les hommes deviennent méchants et Dieu les punit par le Déluge146, les hommes veulent construire une tour pour toucher le ciel et se faire un nom147 et Dieu les punit en créant plusieurs langues et en les dispersant sur la Terre, les Hébreux sortis d’Égypte adorent un veau d’or alors que Moïse est monté sur le Sinaï chercher les Tables de la Loi et Dieu fait tuer les idolâtres148, les Hébreux continuent d’avoir des idoles et malgré les réformes du roi Josias, Dieu les punit avec la destruction du Temple et l’exil à Babylone149. Dans la Bible, l’histoire du peuple élu est donc associée à un schéma menant à la colère divine.

  • 150 Ibid., I Samuel 12 :14-15.

Si vous craignez Yahvé et le servez, si vous écoutez sa voix et ne vous révoltez pas contre les ordres de Yahvé, vous ainsi que le roi qui règne sur vous, vous suivrez Yahvé, votre Dieu, c’est bien ! Mais si vous n’écoutez pas la voix de Yahvé, et si vous vous révoltez contre les ordres de Yahvé, la main de Yahvé sera sur vous et sur vos pères150.

  • 151 J.-M. MALDAMÉ, op. cit., p. 123-124.

57Selon le théologien Jean-Michel Maldamé, « le récit biblique trace une histoire : don et interdit, oubli du don, défiance, transgression et perte de la vie »151. Le schéma est toujours le même : Dieu donne – le Paradis, une terre, une langue commune, un royaume –, les hommes se détournent de lui en goûtant le fruit défendu, en construisant une tour, en se tournant vers les idoles… et Dieu les punit à travers l’expulsion du Paradis, le Déluge, la multiplication des langues, le démantèlement du royaume d'Israël… Ce schéma est transposé à la péninsule Ibérique, avec l’Espagne et les Espagnols en lieu et place d’Israël et des Hébreux. Ce ne sont pas les Babyloniens qui envahissent Israël, mais les Maures qui conquièrent l’Espagne.

  • 152 La Bible…, 1 Rois 11 :1-3.

58Le récit alphonsin de la chute des Goths est particulièrement frappant au regard de la fin du règne de Salomon. Ce roi s’adonne en effet à la luxure avec ses 700 épouses et 300 concubines, des femmes avec lesquelles Dieu lui avait défendu d’avoir des rapports152 et il laisse se développer l’idolâtrie, reniant ainsi la Loi. Dieu lui annonce alors qu’il va le punir :

  • 153 Ibid., 1 Rois 11 :11-13.

Parce que tu t’es comporté ainsi et que tu n'as pas observé mon Alliance et les prescriptions que je t'avais faites, je vais sûrement t’arracher le royaume et le donner à l’un de tes serviteurs. Seulement je ne ferai pas cela durant ta vie, en considération de ton père David ; c'est de la main de ton fils que je l'arracherai153.

  • 154 Ibid., 1 Rois 12 :1-24.

59À la mort de Salomon, le peuple se rebelle contre les impôts et les corvées que son fils et successeur, Roboam, refuse d’alléger. Une partition se produit alors entre le Royaume d’Israël gouverné par Jéroboam, et le royaume de Juda, aux mains de Roboam154. Comment ne pas voir un parallèle entre Salomon, Witiza et Rodrigue, ainsi qu’entre leurs fautes et la punition qu’ils reçoivent, c’est-à-dire le déchirement puis la destruction du royaume après leur mort ? Le parallèle est d’autant plus probant que les Espagnols sont présentés comme le nouveau peuple élu. L’issue finale est la même que pour les Hébreux, la mort dans la bataille ou l’exil, vers les montagnes.

  • 155 PCG, 1, p. 4, 26b-50b.

60De plus, la Estoria de España, censée narrer l’histoire de l’Espagne commence par résumer une partie de la Genèse. Le choix des épisodes rappelés est intéressant : la Création (sans Création du monde, pas de création de l’Espagne), mais cette Création est relatée de façon très succincte, en seulement seize mots. L’historiographe enchaîne aussitôt sur trois moments clés dont on comprend l’importance au cours de la chronique : la Chute d’Adam et Ève, dont les noms sont remplacés par le générique « omne », procédé dans lequel on peut voir la volonté de dépersonnaliser la Chute pour montrer son caractère général, Chute associée au terme « péché ». La chronique passe ensuite directement au Déluge provoqué par les fautes et les grandes erreurs des hommes. Aussitôt après dans le récit, les hommes se montrent orgueilleux et arrogants et méprisent Dieu en construisant la tour de Babel. Ils sont alors détruits à leur tour155. Il est ainsi rappelé que les hommes qui n’obéissent pas à Dieu, qui fautent ou qui pèchent, sont exclus du Paradis ou tués.

  • 156 La Bible…, Amos 3 :2, ou encore 1 Pierre 4 :17 : « car le moment est venu de commencer le jugement (...)
  • 157 PCG, 565, p. 319, 48b-51b.

61En revanche, sur les débuts du monde et des hommes et sur les personnages fondateurs, rien n’est dit. Abraham, Sarah, Isaac, Jacob ou Ésaü ne sont même pas cités, et Moïse – qui n’apparaît certes pas dans la Genèse – est à peine évoqué. L’évocation de l’histoire biblique, c’est-à-dire universelle dans les mentalités médiévales, est centrée sur les fautes des hommes qui entraînent leur perte et celle de leur royaume. L’historiographie est affaire de choix, et à travers cette sélection qui met en exergue les diverses punitions qui émaillent la Genèse, le texte développe le motif du providentialisme. Alphonse X fait le choix de confronter le lecteur au pouvoir de Dieu sur sa Création. Il s’agit donc là d’une forme de conditionnement. Dès le début de la chronique, le lecteur est ainsi placé dans l’optique vétérotestamentaire du châtiment divin. Consciemment ou inconsciemment, sa lecture est déterminée, ou à tout le moins influencée, par une telle entrée en matière. C’est là la force de cet incipit, l’histoire des hommes est résumée, réduite même, à leurs fautes et aux châtiments qu’ils reçoivent, le lecteur attentif a alors en tête que toute faute mérite punition. La sécheresse consécutive au conflit entre les fils de Rocas et l’élimination des Almujuces sont ainsi des rappels de ce schéma divin qui montrent que le providentialisme a déjà été à l’œuvre en Espagne. La sécheresse permet de faire le lien entre histoire universelle et histoire nationale. Dans le récit alphonsin, l’Espagne remplit certains prérequis, elle est la terre promise d’un peuple élu. Or, Dieu punit les hommes qu’il aime, car être son peuple implique des responsabilités et une exemplarité, comme le précise la Bible : « je vous ai choisis, vous seuls parmi toutes les familles de la terre. C'est pourquoi je vous châtierai pour toutes vos iniquités »156. Pelayo, motivant ses troupes avant la bataille de Covadonga ne dit pas autre chose : « Dios fiere et quebranta los sus fijos por sus pecados, non quiere por eso oluidarlos pora siempre de se non doler dellos »157.

  • 158 J.-M. MALDAMÉ, op. cit., p. 125.
  • 159 Ibid, p. 119.
  • 160 PCG, 564, p. 319, 9a-12a.
  • 161 Ibid., 560, p. 314, 19b-21b.

62Cependant, le schéma ne s’arrête pas là. Il est suivi d’un espoir de Salut offert par le Seigneur. Noé préserve l’espèce humaine grâce à son arche, la dispersion des langues n’implique pas la mort, malgré la construction du veau d’or Dieu continue de mener les Hébreux vers Israël… C’est à Babylone que les Hébreux en exil élaborent la Torah – telle que nous la connaissons aujourd’hui – de façon à expliquer la destruction de Jérusalem tout en fournissant un espoir de retour si les hommes se conforment à la Loi divine, notamment en bannissant définitivement les idoles – toujours présentes jusque-là, y compris chez les Israélites censés être monothéistes. Le Dieu vengeur ajoute une sorte de dimension didactique à la punition, car « les prophètes présentent les malheurs advenus dans l’histoire du peuple élu comme un processus pédagogique »158. Le thème de la chute rappelle la notion fondamentale de l’Alliance entre Dieu et sa création, le péché étant la rupture de cette Alliance159, mais Dieu n'abandonne pas son peuple pour autant. Tout comme le Seigneur a ordonné la construction d’une arche, tout comme les Grecs sont venus reconstruire l’Espagne après la sécheresse, le Seigneur met un homme à l’abri du danger incarné par les rois wisigoths décadents. Cet homme, assimilé à Moïse lors de la bataille de Covadonga est aussi un nouveau Noé dont l’arche se trouve dans les Asturies : « fuesse […] pora las Asturias que siquier entre las estrechuras de mas montannas pudiesse guardar alguna lumbrera pora la cristiandad »160. Selon la chronique, Pelayo est le seul refuge, la seule protection dont dispose encore la Chrétienté en Espagne : « por que otro sennor non fincaua en la tierra pora amparamiento de los cristianos si este don Pelayo »161. La dépravation des derniers rois wisigoths est accompagnée dans le récit de références à Pelayo qui permettent au lecteur de replacer la faute dans une perspective providentialiste : chaque péché, chaque entorse à l’Alliance sont contrebalancés par la protection que Dieu accorde à Pelayo.

  • 162  Ibid., 549, p. 304, 42a-44a.
  • 163 Ibid., 549, p. 304, 45a-47a.
  • 164 Ibid., 552, p. 306, 14b-17b.

63À mesure que la contre exemplarité des mauvais rois wisigoths se fait plus évidente, l’aura de Pelayo grandit. Le mouvement descendant affectant les Goths se termine par l’invasion, tandis que le mouvement ascendant correspondant à Pelayo culmine avec la bataille de Covadonga. Le parallèle inversé des deux trajectoires permet de narrer la chute tout en annonçant la restauration future de la monarchie et la Chrétienté. Ainsi, Pelayo apparaît deux fois au cours du récit du règne de Witiza. La première référence fait immédiatement suite à l’annonce du changement négatif du roi : « començo luego de darse a mal et a uoleza, e echo de la cibdad de Toledo en desterramiento all inffante don Pelayo »162. Cet exil est aussitôt suivi de l’assurance du rôle qu’est appelé à jouer Pelayo : « este fue aquel don Pelayo el que despues se alço con los asturianos contra los moros en Asturias »163. La seconde occurrence intervient après l’énucléation de Théodefrède, lorsque Witiza tente de faire de même avec Pelayo, alors que le roi s’attaque à nouveau injustement à l’aristocratie : « mas ell inffante Pelayo fuxol, et amparosse le en Cantabria, ca Dios querie guardar en Espanna donde se leuantasse acorro et libramiento a la tierra »164. La chronique explique ainsi que lorsque le Seigneur a vu les crimes des Goths, il a décidé de les punir certes, mais aussi de leur offrir l’assurance du redressement et du Salut à travers Pelayo et de son refuge. C’est ce qui, selon la chronique, se produit plus tard, lorsque l’Espagne est perdue et que Dieu lui envoie une lueur d’espoir :

  • 165 Ibid., 564, p. 318, 38b-p. 319, 2a.

Dios poderoso de todas las cosas pero que era yrado contra [Espanna], non quiso oblidar la su misericordia, et membrose de la su merced, e quiso por ende guardar all inffante don Pelayo pora ante la su faz, assi como una pequenna centella de que se leuantasse despues lumbre en la tierra165.

  • 166 Ibid., 564, p. 319, 21a-23a.
  • 167 Ibid., 560, p. 314, 25b-26b.

64Pelayo, devenu le chef de la résistance, est comparé à une étincelle qui se transforme en lumière avec le temps. Il incarne l’espoir de l’Espagne et de la chrétienté : « a estos quiso los Dios guardar porque la lumbre de la cristiandad et de los sus sieruos non se amatasse de tod en Espanna »166. Les rédacteurs écrivent encore : « e quando se ell alço a las Asturias et finco por sennor de los cristianos »167.

65L’histoire biblique condensée en quelques lignes au début de la chronique, tel un fil d’ariane qui guide le lecteur dans le récit, se révèle être une clé de lecture de l’histoire proposée par Alphonse X. En effet, l’un des axes directeurs de la Estoria de España est bien celui de la punition divine. Les différentes étapes de l’histoire de l’Espagne narrée par le Roi Sage n’ont de cesse de reprendre cette notion de faute, le récit débouchant sur l’explication de la chute de 711 et du relèvement providentiel promis par l’avènement de Pelayo.

3. Le temps cyclique

66Les trois couples de fondateurs inspirés du schéma de création mythique renvoient au mythe de recréation à la suite d’un comportement contrevenant à la Loi. Les Cétubales ramènent l’humanité en Espagne après le Déluge, Hispan et Hercule ramènent la civilisation après la sécheresse, Pelayo et Alphonse Ier ramènent l’espoir, le Christianisme et la monarchie après la faute des rois wisigoths. La réitération d’un même schéma en forme de chute suivie du relèvement fait émerger une répétition cyclique.

67Flavius Josèphe (v. 37-v. 100) est le premier à faire descendre les Ibères de Tubal dans ses Antiquités judaïques. Quant aux péchés de Witiza, ils sont aussi pleinement exploités depuis plusieurs siècles par l’historiographie. Cependant, un peuplement biblique et un châtiment divin ne constituent ni un schéma ni un cycle. L’ajout par Alphonse X de la sécheresse faisant suite au conflit entre deux frères, ainsi que le recours aux couples de recréation mythique permet par contre d’établir un tel schéma cyclique. C’est donc au Roi Sage que l’on doit l’introduction de la répétition cyclique.

  • 168 Mircea Eliade, Le mythe de l’éternel retour, Paris : Gallimard, 1989, p. 120.

68L’arrivée des Cétubales en Espagne correspond au relèvement qui fait suite au double châtiment consécutif au Déluge et à la construction de la tour de Babel, c’est-à-dire au dernier relèvement de l’Ancien Testament qui concerne la péninsule Ibérique. En même temps, d’un point de vue historiographique, il s’agit du premier relèvement de l’Espagne. Les Cétubales constituent par là-même une charnière entre histoire biblique et histoire hispanique. La structure fait le lien entre les deux histoires qui n’en deviennent qu’une seule. Dans ce cadre élaboré par Alphonse X, qui prend soin de rappeler les différentes chutes de l’Homme depuis la Création, l’histoire de l’Espagne devient une succession de châtiments divins et de recréation : la chute du Paradis, le Déluge, la dispersion des langues, la sécheresse – rappelant opportunément les conditions du Déluge et la rivalité entre Caïn et Abel –, et enfin la défaite de 711, point d’orgue de l’histoire des origines de l’Espagne. Nouveau peuple élu et installé dans la nouvelle terre promise, les Espagnols répètent à leur tour l’histoire des Hébreux qui s’éloignaient périodiquement de la Loi168, et Pelayo et Alphonse Ier, rétablissent l’Alliance brisée par les Wisigoths.

  • 169 Ibid., p. 159.
  • 170 Ibid., p. 113.
  • 171 Ibid., p. 120 et Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée, Paris : Gallimard, (...)

69La répétition des cycles et leur application a posteriori aux nouvelles catastrophes permet d’expliquer et de supporter les évènements historiques169. Comme l’explique l’historien des religions Mircea Eliade, « si de telles souffrances ont pu être supportées, c’est précisément parce qu’elles ne semblaient ni gratuites ni arbitraires »170. Les cycles de punitions divines revêtent aussi un aspect politique, l’explication, voire l’exploitation du passé permettant de contrôler le présent et de penser le futur. Par exemple, les élites hébraïques souhaitaient convaincre leurs coreligionnaires que, s’ils renonçaient aux idoles et suivaient les commandements de Dieu, celui-ci leur garantirait la paix et la prospérité171.

  • 172 M. Eliade, Le mythe de l’éternel retour…, p. 160.
  • 173 Ibid., p. 105.
  • 174 Ibid., p. 154.
  • 175 Ibid., p. 154.
  • 176 Ibid., p. 157. Nous notons cependant que les Romains, sentant venir leur fin, s’inquiétaient a prio (...)

70Les cycles ne sont pas pour autant propres à la tradition vétérotestamentaire. Les théories cycliques et astrales qui justifiaient les souffrances dues aux catastrophes, aux guerres, aux maladies… étaient nombreuses dans les sociétés et religions préchrétiennes172. Par exemple, Bérose a vulgarisé au IIIe siècle avant notre ère dans tout le monde hellénique la doctrine chaldéenne de la « Grande Année ». L’Univers est considéré comme éternel, mais il est anéanti et reconstitué périodiquement chaque « Grande Année » dont le nombre de millénaires varie d’une école à l’autre. Ce concept s’est ensuite transmis à Rome et à Byzance qui y ont été très réceptives173. Mircea Eliade explique que deux mythes annonçant la fin de l’Empire ont préoccupé Rome lors de chaque crise. Le premier considère que la vie de la Cité a une durée limitée liée au nombre mystique révélé par les douze aigles vus par Romulus, et le second considère que la Grande Année mettra fin à l’histoire, donc à celle de Rome174. L’historien souligne que les Romains étaient obsédés par ces mythes crépusculaires, car « chaque fois que les évènements historiques accentuaient leur cadence catastrophique, [ils] croyaient que la Grande Année était sur le point de se terminer et que Rome était à la veille de l’écroulement »175. Ainsi, lorsque Alaric Ier s’empare de Rome, il ne fait qu’accomplir la destinée de la cité176.

  • 177 Ibid., p. 121 et p. 160.

71Cependant, l’avènement du Christianisme propose de facto une autre vision de l’histoire. En effet, il y a une dichotomie à première vue insurmontable entre les répétitions cycliques éternelles et l’histoire chrétienne finie. Avec Jésus Christ, l’histoire est linéaire, elle a un sens177, elle va d’un début, la Création, vers sa fin, la Rédemption. L’essence même du Christianisme réside dans cette notion de Rédemption qui va de pair avec la fin de l’histoire. Jésus est né, a vécu et est mort une seule fois, pour une seule Rédemption finale :

  • 178 Ibid., p. 160-161.

Une ligne droite trace la marche de l’humanité depuis la Chute initiale jusqu’à la Rédemption finale. Et le sens de cette histoire est unique. […] Le déroulement de l’histoire est ainsi commandé et orienté par un fait unique, radicalement singulier. Et, par suite, le destin de l’humanité tout entière, de même que la destinée particulière à chacun d’entre nous, se jouent, eux aussi, en une seule fois, une seule fois pour toutes, dans un temps concret et irremplaçable qui est celui de l’histoire et de la vie178.

  • 179 Ibid., p. 160 : « bien que les premiers auteurs chrétiens s’y soient opposés d’abord avec acharneme (...)

72Néanmoins, la Estoria de España reprend à son compte et exploite la répétition cyclique. C’est que l’histoire linéaire, malgré l’opposition des premiers auteurs chrétiens179, n’empêche pas les « ondulations cycliques », le temps linéaire peut être renouvelé, comme l’explique Mircea Eliade :

  • 180 Ibid., p. 150. « L’année liturgique chrétienne est d’ailleurs fondée sur une répétition périodique (...)

Même dans le cadre des trois grandes religions – iranienne, judaïque et chrétienne – qui ont limité la durée du Cosmos à un nombre quelconque de millénaires et affirment que l’histoire cessera définitivement in illo tempore, il subsiste cependant des traces de l’antique doctrine de la régénération périodique de l’histoire. En d’autres termes, l’histoire peut être abolie, et par conséquent renouvelée, un nombre considérable de fois avant la réalisation de l’eschaton final180.

  • 181 Ibid., p. 162. Mircea Eliade reprend ici une formule de Sorokin (Social and Culture Dynamics, vol.  (...)
  • 182 PCG, 16, p. 15, 9b-17b : « quatro emperios que sennorearon el mundo ».

73D’ailleurs, le Moyen Âge est « dominé par la conception eschatologique (dans ses deux moments essentiels : la création et la fin du monde), complétée par la théorie de l’ondulation cyclique qui explique le retour périodique des événements »181. C’est d’autant plus vrai que la chronique reproduit un autre type de cycle, la succession des empires qui est aussi une conception bien connue au Moyen Âge. Les rédacteurs donnent le nom des quatre grands empires qui ont régné sur le monde, les Babyloniens, les Carthaginois, les Macédoniens et les Romains182. Babylone et la Macédoine n’ont pas exercé leur pouvoir sur l’Espagne et ne sont pas décrits avec précision dans le récit. En revanche, les rédacteurs consacrent de nombreux chapitres à Carthage et à Rome. Ils mettent l’accent sur les origines de Carthage et sa destruction par Rome tout en répétant une formule, presque une maxime, afin d’insister sur la uentura ou la fortuna voltaria, c’est-à-dire le fait que rien n’est jamais acquis, que la roue tourne. La chronique dit cela à plusieurs reprises, particulièrement à propos de Carthage :

  • 183 Ibid., 40, p. 27, 25a-28a.
  • 184 Ibid., 50, p. 32, 4a-15a.
  • 185 Ibid., 58, p. 39, 12a-15a.

Uentura, que numqua dexa las cosas ser en un estado, aguiso assi…183.
Uentura, que non dexa las cosas ficar en un estado, aguiso assi…
184.
Uentura, que pocas uezes dexa a omne ficar en un estado…
185.

  • 186 Nicole HECQUET-NOTI, « Fortuna dans le monde latin : chance ou hasard ? », in : Yasmina FOEHRJANSSE (...)
  • 187 Ibid., p. 18-21.

74On remarque la similitude de la construction de ces maximes qui insistent sur les changements. À l’origine, Fortuna est une déesse italique « individuelle », mais à Rome, à partir du VIe siècle av. J.-C., elle devient une déesse « nationale » où elle symbolise la chance et le hasard. Avec le temps, elle est utilisée par le pouvoir impérial pour fonder sa légitimité religieuse et elle finit par perdre son caractère exclusivement religieux pour devenir une déesse plus politique186. Parallèlement à cela, une autre Fortuna surgit vers la fin de la République, mais cette dernière personnifie « la précarité de l’existence humaine avec ses alternatives de phases heureuses et malheureuses ». La Fortuna adversa, aveugle, inconstante et capricieuse, devient un topique littéraire dans la poésie classique187. C’est cette définition qui apparaît dans les Étymologies d’Isidore de Séville :

  • 188 Étymologies…, VIII, 11, 94, p. 734. Traduction p. 735 : « El nombre de la fortuna dicen que deriva (...)

Fortunam a fortuitis nomen habere dicunt, quasi deam quandam res humanas variis casibus et fortuitis inludentem ; unde et caecam appellant, eo quod passim in quoslibet incurrens sine ullo examine meritorum, et ad bonos et ad malos venit. Fatum autem a fortuna separant ; et fortuna quasi sit in his quae fortuiti veniunt, nulla palam causa; fatum vero adpositum singulis et statutum auint188.

  • 189 N. HECQUET-NOTI, art. cit., p. 15.
  • 190 Ibid., p. 27-29.
  • 191 PCG, 62, p. 46, 29b-38b : « e si por auentura fuessen uençudos, que ellos e su cibdat que se perdie (...)
  • 192 Ibid., 65, p. 48, 33b-39b.
  • 193 Ibid., 558, p. 311, 4a-8a.
  • 194 Ibid., 558, p. 311, 8a-14a.

75Fortuna renvoie donc aux « vicissitudes de l’existence humaine telle qu’elle est vécue subjectivement par l’individu »189 et, en cela, elle s’oppose normalement aux conceptions des Chrétiens pour qui le monde est régi par la Providence divine190. Néanmoins, dans le cas précis du récit des origines, Fortuna et Providence ne sont pas incompatibles, au contraire, elles se complètent car elles permettent d’expliquer et d’insister sur la chute inéluctable des empires et des royaumes. C’est particulièrement vrai dans le domaine militaire en général191. L’armée victorieuse finit toujours par être vaincue, le plus grand des empires finit toujours par être dominé… L’idée de renversement de toute situation se double dans la chronique d’une mise en garde contre l’arrogance qui tourne à la désinvolture : « ca la muy grand segurança aduze a los omnes muchas uezes a muerte o a muy grand danno, porque no meten en si mientes, ni se guardan cuemo deuen »192. C’est ce qui a perdu les Carthaginois qui se pensaient plus forts que les Romains en raison de leurs nombreuses victoires, et c’est ce qui a perdu les Goths qui ont surestimé leurs forces193. Suivant Jiménez de Rada, la Estoria de España reprend ce constat au moment de la chute du Royaume de Tolède : « todos deuen por esto aprender que non se deua ninguno preciar : nin el rico en riqueza, nin el poderoso en su poderío, nin el fuert en su fortaleza, nin el sabio en su saber, nin ell alto en su alteza, nin en su bien; mas quien se quisiere preciar, preciese en seruir a Dios »194. Plus loin, la chronique récapitule les grands empires qu’elle compare et unit à travers leur fin tragique :

  • 195 Ibid., 559, p. 313, 32b-p. 314, 2a.

Quanto mal sufrio aquella grand Babilonna, que fue la primera et la mayoral en todos los regnos del mundo, quando fue destroyda del rey Ciro et del rey Dario […] ;
e quanto mal sufrio Roma, que era sennora de todas las tierras, quando la priso et la destruxo Alarigo et despues Adaulpho reys de los godos […] ;
e quanto mal sufrio Iherusalem que segund la prophecia de Nuestro Sennor Ihesu Cristo fue derribada et quemada que non finco en ella piedra sobre piedra ;
e quanto mal sufrio aquella noble Cartago quando la priso et la quemo Scipio consul de Roma, dos tanto mal et mas que aqueste sufrio la mezquina de Espanna195.

  • 196 Ibid., 559, p. 312.

76La dernière proposition de ce passage compare explicitement la fin de ces grandes puissances à la chute des Goths, ce qui permet de hisser le Royaume de Tolède au même rang que ces empires. Les rédacteurs reprennent ici Jiménez de Rada, à cette différence près que Jiménez de Rada n’inclut aucun des empires dans sa chronique. Un lecteur qui ne connaîtrait l’histoire de la Péninsule qu’à travers le Tolédan ne saurait pas que les Carthaginois s’y sont un jour installés et pourrait à peine déduire la présence des Romains à travers l’histoire des Goths. En revanche, la Estoria de España intègre Carthage, Rome ou la destruction de Jérusalem. Lorsque le rappel de la succession et surtout de la destruction des empires intervient dans le chapitre intitulé « del duello de los godos en Espanna et de la razon porque ella fue destroyda »196, l’histoire de ces empires et les commentaires moralisateurs des rédacteurs acquièrent un autre sens. Le cycle de la grandeur et de la destruction successives se fait alors évident.

77Les deux conceptions du temps se combinent donc dans la Estoria de España qui va d’un début, la Création, ou plus concrètement l’arrivée des Cétubales, vers le présent de rédaction qu’est le règne d’Alphonse X. De plus, le cycle des empires et le cycle des châtiments divins convergent dans la chute des Goths. La défaite de 711, à la fois punition et fin d’un empire, permet en effet de faire coïncider les deux ondulations cycliques. Le Roi Sage ne se contente pas là de replacer des épisodes et des conceptions antiques réduits au rang de topiques dénués de sens. La répétition des mêmes schémas du déclin, qu’ils soient dus à une faute ou à la fortuna voltaria, sert directement la démonstration alphonsine.

***

78Les schémas de création et de recréation mythique qui s’insèrent dans la continuité biblique permettent de construire un récit cohérent et argumentatif. La répétition de mêmes arcs narratifs et de mêmes schémas est sûrement moins le signe de l’adhésion d’Alphonse X à une vision cyclique de l’histoire que l’expression de sa maîtrise de la narration et de la démonstration. En entrelaçant les fils issus de sources aussi hétérogènes que la Bible, l’historiographie latine, chrétienne et musulmane ou encore le folklore médiéval, le Roi Sage parvient à tisser le récit des origines de l’Espagne, où beaucoup d’éléments, de prime abord étrangers les uns aux autres, entrent en résonnance et font sens en trouvant leur place dans le système plus vaste du récit. Il utilise des canevas connus et reconnus qui participent de la vraisemblance du récit grâce aux séries d’analogies qu’ils permettent d’établir. Les proto-fondations, les schémas de fondation, les schémas de punition et de relèvement, le temps cyclique sont autant de procédés qui permettent aux rédacteurs de relier les fondateurs entre eux et de les relier également à Alphonse X. Ils permettent notamment d’expliquer et de légitimer plusieurs concepts du XIIIe siècle tels que la royauté ou la Reconquête. Véritable mythe de création ce récit des origines définit l’Espagne et les Espagnols. L’Espagne est présentée comme un ensemble géographique qui recouvre toute la péninsule Ibérique et dont le Roi Sage n’exclut pas une extension au-delà des Pyrénées et du détroit de Gibraltar. Dans ces conditions les autres royaumes chrétiens n’ont pas plus leur place que les royaumes musulmans. Même si l’Espagne est fractionnée depuis 711, l’unité des origines justifie à elle seule que l’on se batte pour la retrouver. Cette unité perdue ne demande qu’à être restaurée, de préférence sous l’égide d’Alphonse X. L’unité géographique contribue donc aussi à construire une unité politique. En effet, Hispan ou encore les Wisigoths n’étaient pas les rois d’une entité géographique, mais bien d’un royaume, c’est-à-dire d’une entité politique. L’unité géographique sous la bannière d’un seul roi crée du même coup une unité politique. Alphonse X fait donc coïncider entité géographique (même si les frontières en sont variables) et entité politique de l’Espagne.

79L’Espagne est également un ensemble humain qui se définit par sa religion et sa grandeur inégalable. Les Espagnols doivent leur existence à des ancêtres et des fondateurs glorieux qui leur apportent une légitimité supérieure à tous les royaumes européens grâce à leur ancienneté et leur prestige, et qui hissent l’Espagne au rang des grands empires de l’Antiquité. De plus, les Espagnols sont catholiques depuis la conversion de Récarède et la résistance providentielle de Pelayo, et ils sont surtout depuis toujours un peuple unique aux yeux de Dieu, ce qui leur apporte la légitimité suprême. Malgré la réalité politique du XIIIe siècle, il résulte donc de ces 585 chapitres l’idée d’une unicité originelle du territoire et de ses habitants, unicité qui participe de l’idéal alphonsin.

Notes

1 En réalité, le Royaume de Tolède souffrait de dissensions internes graves qui expliquent en grande partie son affaiblissement. Voir E. A. THOMPSON, op. cit., p. 208-212, p. 219, p. 227, p. 261…

2 R. GIRARD, op. cit., voir « Œdipe et la victime émissaire », p. 102-129.

3 Voir notre troisième partie sur la figure royale.

4 Nous suivons ici le travail indispensable de Ramón Menéndez Pidal, Floresta de Leyendas…

5 Frédégaire (auteur), Olivier Devillers et Jean Meyers (éd. et trad.), Chronique des temps mérovingiens, Turnhout : Brepols, 2001, IV, 82, p. 184-185 et p. 186-187.

6 D. MENJOT, op. cit., p. 27-29.

7 E. A. THOMPSON, op. cit., p. 286.

8 R. Menéndez Pidal, Floresta de Leyendas…, p. XXIV-XXXVI.

9 Georg Heinrich PERTZ (éd.), Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, 1 Annales et chronica aevi Carolini, Hannover : Impensis Bibliopolii avlici Hahniani, 1826, p. 280–313, p. 290, 31-37.

10 G. Martin, « Un récit… », p. 22.

11 Roi d’Aquitaine à partir de 781 et Empereur d’Occident de 814 à 840. Il était le fils de Charlemagne.

12 Rotense et Érudite, 4, p. 35-36.

13 Rotense, 5, 2, p. 37 : « PostquamVitiza fuit defunctus, Rudericus in regno est perunctus », « Après la mort de Witiza, Rodrigue reçut l’onction royale », et Érudite, 5, p. 37 : « Witiziane defuncto, Rudericus a Gothis eligitur in regno », « Witiza défunt, Rodrigue est élu par les Goths à la royauté ».

14 Rotense et Érudite, 4, p. 36.

15 Rotense, 5, 2, p. 37. Traduit par : « Rodrigue reçut l’onction royale et sous son règne, la méchanceté de l’Espagne empira encore ».

16 Érudite, 5, p. 37. Traduit par : « celui-ci marcha dans la voie pécheresse de Witiza. Et non seulement il (ne) mit (pas) fin à ce crime en s’armant du zèle de la justice, mais il l’aggrava encore ».

17 Rotense, 4, p. 35. Traduit par : « et cette conduite, en vérité, causa la perte de l’Espagne ».

18 Érudite, 4, p. 36. Traduit par : « ce crime, en vérité, fut la cause de la perte de l’Espagne ».

19 Rotense, 5, 2, p. 37. Traduit par : « à cause de la fourberie des fils de Witiza, les Sarrasins envahirent l’Espagne […]. Mais accablés par le fléau de leurs péchés et se trouvant privés de protection par la trahison des fils de Witiza ».

20 Érudite, 5, p. 37-38. Traduit par : « quant aux fils de Witiza, poussés par la jalousie, parce que Rodrigue avait recueilli la royauté de leur père, ils méditent un dessein perfide : ils envoient des messages vers l’Afrique, appellent les Sarrasins à l’aide, et les introduisent en Espagne à bord des navires […]. Mais, comme disent les Écritures : “ il court en vain celui que l’iniquité précède ”. Accablées par le poids des péchés, ceux des prêtres en vérité et les leurs, et se trouvant privés de protection par la trahison des fils de Witiza, toutes les troupes des Goths furent mises en fuite et détruites par l’épée ».

21 Y. BONNAZ, op. cit., p. 129.

22 Ibid., p. 129.

23 Ibid., p. 129.

24 R. Menéndez Pidal, Floresta de leyendas…, p. XXV.

25 En revanche, les Mozarabes ne s’attachent pas à la figure de Pelayo, car ils n’ont que faire de la restauration d’un sauveur qui ne les a pas sauvés. En réalité, les Asturiens ont eu assez peu d’influence parmi les chrétiens d’Al-Andalus. R. Menéndez Pidal, Floresta de leyendas…, p. XXV.

26 Ibid., p. XXVI-XXVII, p. XXXI-XXXII.

27 Ibid., p. XXXVI-XXXVII. Chez les auteurs arabes, la faute incombe toujours à Rodrigue.

28 R. Menéndez Pidal, Floresta de leyendas…, p. XXXVII-XXXVIII.

29 Ibid., p. XXIX, XXX, LX.

30 Ibid., p. LXI.

31 Ibid., p. XXXIII.

32 Ibid., p. XLIV-XLV. Voir aussi Alexander HAGGERTY KRAPPE, « Une version persane de la Maison fermée de Tolède », Bulletin hispanique, 30 (2), p. 182-184 et id., « La légende de la Maison fermée de Tolède », Bulletin hispanique, 26 (4), 1924, p. 305-311.

33 R. Menéndez Pidal, Floresta de leyendas…, p. XL.

34 Ibid., p. XL-XLIII.

35 Ibid., p. XVIII.

36 Ibid., p. XXVII.

37 Ibid., p. XXVII-XXIX.

38 Ibid., p. XXXI-XXXII.

39 Chronicon Mundi, III, 61, p. 218, 25-29, sauf les murailles de Tolède, León et Astorga.

40 Ibid., III, 62, p. 220, 15-25.

41 R. Menéndez Pidal, « Floresta de leyendas… », p. LI-LIII.

42 Chronicon Mundi, III, 61, p. 217, 8-12. CM trad., p. 264 : « los obispos e los ministros de las yglesias eran maltratados, y los offiçios ecclesiasticos e sinodales eran auidos por nada, y los ecclesiasticos sacramentos eran menospreciados, çerradas las puertas de las yglesias; fueron desechados y despreçiados los estatutos del padre sancto Ysidoro ; fueron desatados los conçilios de la sagrada regla ».

43 Rotense et Érudite, 2, p. 34 : « ut fertur, pius et modestus erga subditos fuit », « ut fertur, erga subditos modestus fuit » ; Chronicon Mundi, III, 59, p. 216, 9-10 : « pius et modestus erga súbditos fuit ». CM trad., p. 263 : « fue piadoso y mesurado cerca de sus subditos ».

44 Rotense et Érudite, 3, p. 35 : « iste quidem sapiens et patiens fuit » / « multumque sapiens et patiens fuit » ; Chronicon Mundi, III, 60, p. 216, 1-2 : « sapiens quidem et paciens fuit ». CM trad., p. 263 : « fue sabio y paciente ».

45 De Rebus Hispaniae, III, 14, p. 93, 6-7. DRH trad., p. 137 : « maltrató a los godos con saña y sangre ».

46 PCG, 543, p. 302, 12a-13a.

47 Ibid., 546, p. 303, 5b-9b et 552, p. 306, 10-11.

48 Ibid., 548, p. 304, 3a-4a.

49 Ibid., 548, p. 304, 4a-17a.

50 Ibid., 549, p. 304, 40a-43a.

51 Ibid., 549, p. 304, 51a-2b.

52 Ibid., 549, p. 304, 12b-13b.

53 Carla CASAGRANDE et Silvana VECCHIO, Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, Paris : Aubier (Collection historique), 2002, p. 234.

54 En réalité, il reprend et modifie les huit vices d’Evagre le Pontique (moine du désert égyptien au IVe siècle) qui plaçait la fornication en deuxième position. C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 9-10.

55 Grégoire LE GRAND, Morales sur Job, cité par C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 8-9. La luxure est le dernier des 7 péchés capitaux après la vaine-gloire, l’envie, la colère, la tristesse, l’avarice et la gourmandise. Saint Thomas d’Aquin lui, place la luxure en 4e position après l’acédie (ou la paresse spirituelle), l’orgueil, la gourmandise, et avant l’avarice, la colère et l’envie.

56 Jean VERDON, Le plaisir au Moyen âge, Paris : Perrin (Collection Tempus), 2010, p. 10.

57 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 21.

58 Contrairement aux Cathares par exemple. Voir Jean-Michel MALDAMÉ, Le péché originel : foi chrétienne, mythe et métaphysique, Paris : Éd. du Cerf, 2008, p. 66-67 et p. 90-91.

59 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 232.

60 J.-M. MALDAMÉ, op. cit., p. 94-95.

61 Hormis une fois à propos de l’empereur Néron. PCG, 172, p. 123, 51a-1b.

62 Nous incluons ici les adjectifs dérivés « maldad », « malo » et « mala ».

63 Ibid., 546, p. 303, 9b-12b.

64 L'Église a entrepris, surtout depuis le IVe Concile de Latran de 1215, un contrôle des unions et donc du mariage devenu un sacrement.

65 Les Siete Partidas condamnent la luxure du clergé (Partida I, 6, 17-44) et consacre un titre (Partida VII, 17) à l’adultère, qualifié de « uno de los mayores errores que los omes pueden fazer ». .La Loi 16 du même titre condamne par exemple les bigames à un exil de 5 ans ainsi qu'à la perte de leurs biens.

66 La chronique utilise les termes « mugiere », notamment pour désigner l'épouse officielle, et le terme « barraganas » pour les maîtresses. La « barraganía » est une union sous forme d'un contrat privé, c'est à dire non reconnu par l'Église (Adeline RUCQUOI, Aimer dans l'Espagne médiévale : plaisirs licites et illicites, Paris : Les Belles Lettres (Réalia), 2008, p. 51-52). Une autre forme d'union privée est l'« amancebamiento » ou union libre qui faisait de la femme une maîtresse officielle (ibid., p. 43-49). Ce terme n’est pas employé dans la Estoria de España, peut-être parce que le roi Alphonse X lui-même avait eu une « manceba », doña Mayor de Guillén, et que le roi ne souhaitait pas se voir assimilé à un roi qui causa la perte de l'Espagne.

67 PCG, 550, p. 304, 42b-44b.

68 Ibid., 550, p. 304, 47b-50b.

69 Ibid., 551, p. 305, 8b-10b.

70 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 79.

71 La Bible…, Jean 3 :19-20 : « les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs œuvres étaient mauvaises. Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient démontrées coupables ».

72 PCG, 551, p. 305, 8b-21b.

73 Ibid., 551, p. 305, 21b-23b : « pero diz aqui don Lucas de Thuy que el rey Rodrigo mando desfazer las armas et que en su tiempo fue ».

74 DRH trad., note 38, p. 142.

75 PCG, 550, p. 304, 49b-50b.

76 Ibid., 550, p. 305, 3b-5b.

77 Ibid., 549, p. 304, 4b-8b.

78 Ibid., 549, p. 304, 13b-19b.

79 Ibid., 550, p. 304, 47b-p. 305, 3b.

80 Ibid., 552, p. 306,18b-19b.

81 Ibid., 552, p. 306, 25b-30b : « poniendo un mal sobre otro, crebanto todos los priuilegios de las eglesias, et torno los iudios en tierra et dioles priuilegios et franquezas, et mas onrrados et mas cotados eran los iudios que non las eglesias ».

82 Ibid., 549, p. 304, 20b-22b.

83 Ibid., 550, p. 304, 34b-35b.

84 Ibid., 550, p. 304, 37b-42b.

85 Ibid., 552, p. 306, 22b-25b.

86 C. CASAGRANDE et S. VECCHIO, op. cit., p. 231.

87 PCG, 551, p. 305, 29b-31b.

88 Ibid., 552, p. 306, 38a-39a.

89 José Manuel Nieto Soria, Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla (siglos XIII-XV), Madrid : Eudema, 1988, p. 90-98 et José Ángel García de Cortázar y Ruiz de Aguirre, « Alfonso X y los poderes del reino », Alcanate : Revista de estudios Alfonsíes, 9, 2014-2015, p. 11-40, p. 18 : « Si, a tenor de sus ideas organicistas, el rey Alfonso X era la cabeza, el corazón y el alma del reino, los habitantes de éste constituían el cuerpo del mismo en cuanto miembros dotados de un sentimiento de pertenencia a aquél que, precisamente, el monarca procuró fortalecer ». Voir aussi notre quatrième partie.

90 PCG, 559, p. 314, 7a-8a.

91 Ibid., 559, p. 314, 18a-20a.

92 Ibid., 550, p. 305, 5a-12a.

93 Ibid., 551, p. 305, titre.

94 Ibid., 551, p. 305, 29a-33a.

95 Ibid., 552, p. 306, 40a-42a.

96 Ibid., 553, p. 307, 41a-42a : « era muy fuert omne en batallas et muy desembargado en las fazienda ».

97 Ibid., 553, p. 307, 42a-43a.

98 Ibid., 553, p. 307, 44a-49a.

99 Ibid., 553, p. 307, 6b-12b.

100 Ibid., 553, p. 307, 15b-22b : « en aquel palacio estauan pintados omnes de caras et de parecer et de manera et de uestido assi como agora andan los alaraues, e tenien sus cabeças cubiertas de tocas, et seyen en cauallos, et los uestidos dellos eran de muchos colores, e tenien en las manos espadas et ballestas et sennas alçadas ».

101 Ibid., 554, p. 307, 30b-32b.

102 Ce qui n’était qu’insinué dans la Chronique Legionense, l’Histoire de Najera et le Chronicon Mundi.

103 PCG, 554, p. 307, 30b-p. 308, 1a.

104 Ibid., 554, p. 308, 1a-3a : « algunos dicen que fue la mujer et que ge la forço ».

105 Ibid., 554, p. 308, 5a-22a.

106 Ibid., 554, p. 308, 4a-5a.

107 Ibid., 555, p. 308, 3b-5b.

108 Ibid., 555, p. 308, 9b-11b.

109 Ibid., 556, p. 309, 7b-10b.

110 Ibid., 557, p. 309, 16b.

111 Ibid., 557, p. 309, 43b-44b.

112 Ibid., 555, p. 308, 18b-19b.

113 Ibid., 555, p. 308, 42b-45b.

114 Ibid., 556, p. 309, 28a-31a.

115 Ibid., 556, p. 309, 44a-46a.

116 Ibid., 557, p. 309, 16b-18b.

117 Ibid., 557, p. 309, 23b-26b.

118 Ibid., 557, p. 309, 51b-p. 310, 16a.

119 Ibid., 557, p. 310, 11a-19a.

120 Ibid., 554, p. 307, 35b-37b.

121 Ibid., 555, p. 308, 47b – p. 309, 2a : « en esta sazon seyendo Sinderedo, del que dixiemos ya, arçobispo de Toledo et primado de las Espannas, quando uio la entrada de los moros en Espanna temiosse, et con el miedo que ouo et con el mal quel fiziera Vitiza fuesse pora tierra de Roma et desamparo las oueias que auie de guardar como allegadizo et malo, ca non como buen pastor ».

122 Ibid., 551, p. 305, 44a-8b ; 557, p. 310, 26a-33a et 35a-40a.

123 Ainsi que leurs dérivés « destruccion », « crebantamiento »…

124 En réalité, au moins un roi succéda à Rodrigue, Agila II. Roger COLLINS, Visigothic Spain, 409-711, Blackwell Publishing, 2004, p. 132 et p. 139-140 ; et E. A. THOMPSON, op. cit., p. 286. Un certain Agila II a été roi après Rodrigue ou même sûrement en même que lui sur une partie du Royaume. On a notamment retrouvé deux types de monnaie qui attestent de sa présence dans le nord-est de la Péninsule ainsi qu’à Narbonne. Il serait mort quelques années après l’invasion de 711. Aucune chronique chrétienne ne mentionnant ce roi, nous ferons de même et considèrerons Rodrigue comme le dernier roi des Goths.

125 Voir les chapitres concernant Ervige et Egica, PCG, 538-547 et 559, p. 314, 5a- 12a : « e digamos agora onde le uino esta cueta et este mal et por qual razón […] del rey Vitiza et del rey Rodrigo, que fue el postrimero rey de los godos, et de los otros reys que fueron ante dellos » et 27a-29a : « fue ya yrado por las nemigas de Vitiza et por las auolezas de los otros reys ».

126 Ibid., 551, p. 305, 28b-29b.

127 Ibid., 552, p. 306, 37a-40a.

128 Ibid., ouverture du palais, 553, p. 307 et viol, 554, p. 307-308.

129 M. PARDO, « Le roi Rodrigue… », p. 48.

130 Pour la disparition mystérieuse de Rodrigue et la découverte de son tombeau supposé, voir R. MENÉNDEZ PIDAL, Floresta de leyendas…, p. XLVIII ; et M. PARDO, « Le roi Rodrigue… », p. 39-41.

131 PCG, 559, p. 313, 24a-25a.

132 Ibid., 561, p. 316, 25b-31b.

133 Ibid., 559, p. 314, 12a-17a.

134 Ibid., 559, p. 314, 30a-7b.

135 Ibid., 559, p. 314, 20a-30a.

136 Ibid., 552, p. 306, 30b-35b.

137 Ibid., 559, p. 313, 13b-15b : « andaua predigando a los cristianos que se tornassen con los moros et uisquiessen so ellos et les diessen tributo ».

138 Ibid., 551, p. 305, 50b p. 306, 6a.

139 Ibid., 551, p. 305, 42b-45b : « este Vlid era omne de grand sentido et sabie muy bien guisar sus huestes quando las auie de sacar, et ordenar sus azes ».

140 Ibid., 551, p. 305, 45b-50b.

141 Ibid., 557, p. 310, 23a-26a.

142 Ibid., 556, p. 309, 48a-3b et 557, p. 309, 46b-50b.

143 Ibid., 557, p. 310, 21a-23a et 35a-40a : « mas las manos de los godos que solien seer fuertes et poderosas, eran encoruadas alli et encogidas; e los godos que solien uerter la sangre de los otros, perdieron ellos alli la suya, en poder de sus enemigos ».

144 Ibid., 561, p. 316, 25b-27b : « los moros fallando tierra de Espanna desamparada sin muros et sin fortaleza ».

145 La Bible…, Genèse, 3.

146 Ibid., Genèse 6 :5 : « Yahvé vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre et que son cœur ne formait que de mauvais desseins à longueur de journée ».

147 Ibid., Genèse 11 :4 : « Ils dirent : “ Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet pénètre les cieux ! Faisons-nous un nom et ne soyons pas dispersés sur la toute la terre ! ” ».

148 Ibid., Exode 32 :7-10 : « Yahvé dit alors à Moïse : "Allons ! descends, car ton peuple que tu as fait monter du pays d'Égypte s'est perverti. Ils n’ont pas tardé à s’écarter de la voie que je leur avais prescrite. Ils se sont fabriqué un veau en métal fondu et se sont prosternés devant lui. Ils lui ont offert des sacrifices et ils ont dit : voici ton Dieu, Israël, qui t'a fait monter du pays d'Égypte […] Maintenant laisse-moi, ma colère va s'enflammer contre eux et je les exterminerai ; mais de toi je ferai une grande nation » et 32:26-28 : « Moïse se tint à la porte du camp et dit : “ Qui est pour Yahvé, à moi ! ” Tous les fils de Lévi se groupèrent auprès de lui. Il leur dit : “ Ainsi parle Yahvé, le Dieu d'Israël : ceignez chacun votre épée sur votre hanche, allez et venez dans le camp, de porte en porte, et tuez qui son frère, qui son ami, qui son proche ”. Les fils de Lévi firent ce que Moïse avait dit, et du peuple, il tomba ce jour-là environ trois mille hommes ».

149 Ibid., Jérémie.

150 Ibid., I Samuel 12 :14-15.

151 J.-M. MALDAMÉ, op. cit., p. 123-124.

152 La Bible…, 1 Rois 11 :1-3.

153 Ibid., 1 Rois 11 :11-13.

154 Ibid., 1 Rois 12 :1-24.

155 PCG, 1, p. 4, 26b-50b.

156 La Bible…, Amos 3 :2, ou encore 1 Pierre 4 :17 : « car le moment est venu de commencer le jugement par la maison de Dieu », et Genèse 18 :19 : « car je l'ai distingué, pour qu'il prescrive à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de Yahvé en accomplissant la justice et le droit ; de la sorte, Yahvé réalisera pour Abraham ce qu’il lui a promis ».

157 PCG, 565, p. 319, 48b-51b.

158 J.-M. MALDAMÉ, op. cit., p. 125.

159 Ibid, p. 119.

160 PCG, 564, p. 319, 9a-12a.

161 Ibid., 560, p. 314, 19b-21b.

162  Ibid., 549, p. 304, 42a-44a.

163 Ibid., 549, p. 304, 45a-47a.

164 Ibid., 552, p. 306, 14b-17b.

165 Ibid., 564, p. 318, 38b-p. 319, 2a.

166 Ibid., 564, p. 319, 21a-23a.

167 Ibid., 560, p. 314, 25b-26b.

168 Mircea Eliade, Le mythe de l’éternel retour, Paris : Gallimard, 1989, p. 120.

169 Ibid., p. 159.

170 Ibid., p. 113.

171 Ibid., p. 120 et Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée, Paris : Gallimard, 2004, p. 13-15.

172 M. Eliade, Le mythe de l’éternel retour…, p. 160.

173 Ibid., p. 105.

174 Ibid., p. 154.

175 Ibid., p. 154.

176 Ibid., p. 157. Nous notons cependant que les Romains, sentant venir leur fin, s’inquiétaient a priori des évènements jugés catastrophiques, alors que les rédacteurs de l’Ancien Testament expliquaient la catastrophe de l’exil a posteriori.

177 Ibid., p. 121 et p. 160.

178 Ibid., p. 160-161.

179 Ibid., p. 160 : « bien que les premiers auteurs chrétiens s’y soient opposés d’abord avec acharnement, elle a fini pourtant par pénétrer dans la philosophie chrétienne ».

180 Ibid., p. 150. « L’année liturgique chrétienne est d’ailleurs fondée sur une répétition périodique et réelle de la Nativité, de la Passion, de la mort et de la résurrection de Jésus, avant tout ce que ce drame mystique implique pour un chrétien ; c’est-à-dire la régénération personnelle et cosmique par la réactualisation in concreto de la naissance, de la mort et de la résurrection du Sauveur ».

181 Ibid., p. 162. Mircea Eliade reprend ici une formule de Sorokin (Social and Culture Dynamics, vol. II, New York 1937). « Ce double dogme commande la spéculation jusqu’au XVIIe siècle, bien que, parallèlement, commence à se faire jour une théorie du progrès linéaire de l’histoire ».

182 PCG, 16, p. 15, 9b-17b : « quatro emperios que sennorearon el mundo ».

183 Ibid., 40, p. 27, 25a-28a.

184 Ibid., 50, p. 32, 4a-15a.

185 Ibid., 58, p. 39, 12a-15a.

186 Nicole HECQUET-NOTI, « Fortuna dans le monde latin : chance ou hasard ? », in : Yasmina FOEHRJANSSENS et Emmanuelle METRY (éd.), La Fortune. Thèmes, représentations, discours, Genève : éd. Librairie Droz, 2003, p. 13-29, p. 15-17.

187 Ibid., p. 18-21.

188 Étymologies…, VIII, 11, 94, p. 734. Traduction p. 735 : « El nombre de la fortuna dicen que deriva de lo “fortuito”, como si fuera una diosa que con sus acciones variadas y fortuitas se burlara de las cosas humanas. Por eso aseguran que es ciega, porque acá y allá llega a unos y a otros sin tener en cuenta alguna sus méritos, y lo mismo alcanza a los buenos que a los malos. Suelen diferenciar el “hado” de la “fortuna”, en el sentido de que la fortuna llega sobre la gente de manera fortuita; en cambio, el hado – según dicen – está fijado y es inamovible para cada uno de nosotros ».

189 N. HECQUET-NOTI, art. cit., p. 15.

190 Ibid., p. 27-29.

191 PCG, 62, p. 46, 29b-38b : « e si por auentura fuessen uençudos, que ellos e su cibdat que se perdiessen en uno, ca esto era cosa que contecie muchas uezes en guerra: uencer los unos, e depues cobrar los otros, e seer aquellos uençudos : e aquellos que una sazon fueran sennores e onrados, uenir depues en seruidumbre y en desonra, e seer los otros sennores dellos; y esto era cosa natural que fuera siempre en el mundo e serie ».

192 Ibid., 65, p. 48, 33b-39b.

193 Ibid., 558, p. 311, 4a-8a.

194 Ibid., 558, p. 311, 8a-14a.

195 Ibid., 559, p. 313, 32b-p. 314, 2a.

196 Ibid., 559, p. 312.

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search