Version classiqueVersion mobile

Une genèse pour l’Espagne

 | 
Soizic Escurignan

Deuxième partie – Construction mentale et physique de l’Espagne : espaces et origines mythiques

Chapitre 1 - L’espace dans la Estoria de España

Texte intégral

1. La présentation géographique

  • 1 En castillan, les termes geográfico et geógrafo sont attestés à partir de 1573 et le terme geografí (...)
  • 2 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 166, « l’Antiquité entendait par topographie exactement ce que (...)
  • 3 Ibid., p. 166.
  • 4 Ibid., p. 167.
  • 5 Ibid., p. 168.
  • 6 Ibid., p. 166, la cosmographie « englobait alors [au Moyen Âge] non seulement ce que nous entendons (...)
  • 7 Ibid., p. 167.
  • 8 Ibid., p. 169.

1Dans la littérature latine, il était d’usage d’inclure une description géographique1, ou plutôt topographique2, dans les ouvrages à vocation historique. L’objectif était de peindre les régions qui allaient être au cœur du récit, de sorte que le lecteur puisse se représenter les évènements plus aisément. Ces digressions devaient servir à plaire au lecteur et à le distraire3. Elles devaient traiter de géographie physique – afin de situer les régions, de délimiter les positions… –, elles devaient aussi décrire les hommes et enfin contenir un éloge4. Dans son Histoire naturelle, Pline l’Ancien (23-79) décrit le monde, parle longuement des pays et des hommes. La Guerre des Gaules de César (100-44 av. J.-C.) ou la Guerre de Jugurtha de Salluste (86-v.35 av. J.-C.) contiennent aussi une longue description de territoires. Chez les Latins, cette description est donc intégrée dans le récit historique5. Au Moyen Âge, la digression topographique, alors souvent qualifiée de cosmographique6, sans disparaître complètement, se fait plus rare, et lorsqu’elle est présente, est généralement très réduite et en quelque sorte affadie, les médiévaux ne reprenant qu’une partie de leur modèle latin7. Si les auteurs latins voulaient plaire à leurs lecteurs en insérant ce type de description, les auteurs médiévaux ne semblent pas goûter les descriptions géographiques autant que leurs prédécesseurs. Elles sont réduites à des listes, à des énumérations de villes, de fleuves…8. Ainsi parmi les chroniques péninsulaires chrétiennes qui ont été utilisées par Alphonse X et ses équipes, la Chronique Prophétique et la Chronique d’Alphonse III ne font aucune description du royaume des Asturies ou de la péninsule Ibérique. En revanche, il y en a une au tout début de la Chronique d’Albelda, mais elle est réduite à des énumérations dont nous donnons une liste ici :

2Présentations préliminaires au récit de la Chronique d’Albelda

    • 9 Albelda, p. 10.
    • 10 Le nombre de provinces est placé en dernier pour le Septentrion.

    « Exquisitio totius mundi »9. Il s’agit d’une étude générale du monde qui présente les quatre régions de la Terre, l’Orient, l’Occident, le Septentrion et le Midi en donnant pour chacune le nombre de mers, d’îles, de montagnes, de provinces10, de places-fortes et de fleuves, de nations.

    • 11 Albelda, p. 10-11.

    « Item, exquisitio Spaniae »11. Il s’agit d’une étude de l’Espagne : qui comprend plusieurs points :

    • Une présentation générale de l’Espagne qui donne l’origine de son nom ainsi que sa position géographique. C’est le seul passage qui soit vraiment rédigé et qui aurait pu s’intégrer dans le corps du récit.

    • Une liste des six provinces espagnoles avec la liste des sièges épiscopaux.

    • Une liste des sièges épiscopaux de la Gaule.

      • 12 Le Guadalquivir, le Tage, le Miño et l’Èbre. Le Guadiana et le Duero ne sont pas mentionnés.

      Une liste des (quatre12) fleuves d’Espagne et leur longueur.

    • 13 Albelda, p. 11.

    « De septeni miracula quae sunt mundi »13. Aucune de ces sept merveilles du monde ne se trouve en Espagne.

    • 14 Albelda, p. 11.

    « Item, de proprietatibus gentium »14. Il s’agit d’une liste de douze nations, associée chacune à un trait de caractère. Les Goths sont présents dans cette liste.

    • 15 Albelda, p. 11-12.
    • 16 Albelda, p. 11-12 : « Polla […] Vini […] Ficos […] Tritricum […] Mulum […] Kabellum […] Ostrea […] (...)

    « Item, causas celebres ex Spaniae »15 qui comprend une liste de treize choses célèbres de l’Espagne associées chacune à une ville ou une région. En réalité, ces choses sont toutes à mettre en rapport avec l’activité humaine, que ce soit l’élevage, l’agriculture, la guerre ou les activités intellectuelles16. Cette liste s’apparente à l’éloge que les latins faisaient dans leurs digressions géographiques.

    • 17 Albelda, p. 12.

    Une présentation de l’alphabet latin17.

    • 18 Albelda, p. 12.

    « Incipit ordo annorum mundi breviter collectim »18. Il s’agit d’un découpage de l’histoire du monde depuis Adam.

    • 19 Albelda, p. 13.

    « Item, de sexta aetate scli »19. Il s’agit aussi d’un découpage de l’histoire du monde depuis Adam mais en fonction des six âges, et qui ne coïncide pas tout à fait avec le découpage précédent.

    • 20 Albelda, p. 13.

    « Item exquisitio miliarios civitatum »20. Cette rubrique présente les distances en milles entre vingt cités romaines.

3Les cinq premières rubriques sont organisées dans un mouvement du général vers le particulier, en l’occurrence du monde vers l’Espagne ; on y trouve d’abord une description topographique (montagnes, fleuves, villes…), puis une description humaine qui concernent à la fois les productions des hommes et leur caractère. Nous pouvons résumer ainsi la progression de ces rubriques :

  • Monde + topographie > Espagne + topographie.

  • Monde + merveilles > Nations + caractère > Espagne + activités humaines.

  • 21 Par exemple, dans la septième rubrique, il s’écoule 938 années depuis Abraham jusqu’au début du règ (...)
  • 22 2242 + 912 + 502 + 40 + 356 + 40 + 13 + 443 + 70 + 510 font 5128 alors que la chronique indique que (...)
  • 23 200 + 220 + 300 + 60 + 80 + 50 + 130 + 40 + 20 + 40 + 15 + 80 + 25 + 102 + 250 + 170 + 316 + 842 + (...)

4Même si l’on peut s’interroger sur la pertinence de citer les Sept merveilles du monde dans la Chronique d’Albelda puisqu’aucune ne se trouve en Espagne, ou de décrire le caractère des Grecs ou des Bretons quand aucun n’apparaît dans le récit qui s’ensuit, ce schéma d’exposition peut tout de même apparaître opportun comme incipit de la chronique. En revanche, la sixième rubrique semble complètement incongrue avec une présentation des lettres de l’alphabet, classées en voyelles, semi-voyelles et muettes. On pense retrouver un peu de cohérence et de pertinence avec les septième et huitième rubriques qui découpent l’histoire du monde. Cependant, c’est sans compter sur les contradictions entre les deux versions qui ne coïncident pas entre elles21. Plus grave encore, les calculs du premier découpage ne tombent pas justes22. Nous avons vu plus haut la volonté médiévale de faire coïncider les différentes chronologies, des erreurs sont donc à prendre en compte. Le chroniqueur aurait dû voir que les différentes périodes ne concordaient pas en plusieurs points. S’il ne pouvait ou ne souhaitait pas corriger les discordances, il aurait tout de même pu les signaler. Soit le chroniqueur a mal calculé, soit il a mal copié, soit l’erreur se trouvait chez sa (ses) source(s). Dans tous les cas cela montre un manque de rigueur et sûrement un désintérêt pour ce passage. Enfin, la dernière rubrique parle des distances entre différentes cités, en partant des villes espagnoles (Cadix, Cordoue…) pour rejoindre l’Europe et terminer par Constantinople. On s’interroge alors sur le mouvement descriptif de l’Espagne vers le général qui est en contradiction avec le schéma des premières rubriques, ainsi que sur le rapport entre la distance d’Héraclée à Constantinople et l’histoire de l’Espagne. Sans oublier que les calculs sont encore erronés23.

5En outre, hormis le court passage de présentation générale de l’Espagne, tous ces éléments sont donnés sous forme de listes et d’énumérations. Ainsi, les différentes rubriques qui servent d’introduction à la Chronique d’Albelda sont indigestes sur le fond et la forme. En effet, bien que l’on comprenne l’intérêt et la logique d’une étude du général vers le particulier et surtout d’une présentation de l’Espagne, certaines de ces listes manquent de pertinence vis-à-vis du reste de la chronique. Elles semblent tellement étrangères à la narration, qu’elles en deviennent artificielles comme s’il avait absolument fallu copier un modèle latin mais sans bien savoir quoi faire de ces éléments, et que le problème avait été évacué en les agglutinant en début de chronique. De plus, le manque de cohérence de certains chiffres indique soit une sévère incompétence soit une négligence certaine qui montre le désintérêt que suscite ce genre d’explication géographique dans l’Occident médiéval chrétien.

  • 24 Ahmad Ibn Muhammad Ibn Musa al-Razi (auteur), Diego Catalán et María Soledad DE Andrés (éd.), Cróni (...)
  • 25 Ibid., p. XII, notamment Claudio Sánchez Albornoz. Diego Catalán précise néanmoins que le texte ne (...)
  • 26 Citons en exemple le titre de quelques chapitres. Ibid., 4 : « De commo parte el termino de Elibera (...)
  • 27 Ibid., 1 : « De commo las Españas son dos partes e quales son ».
  • 28 Les traducteurs qui affirment suivre les écrits d’al-Razi précisent d’ailleurs qu’il y a d’autres v (...)

6Quelques décennies après la rédaction de la Chronique d’Albelda, la Chronique du Maure Rasis24 présente un rapport bien différent à la géographie. La Chronique du Maure Rasis est la version castillane d’un texte arabe, aujourd’hui perdu, intitulé Ajbar Muluk Al-Andalus, ou Histoire des rois d’Al-Andalus. Cet ouvrage a été rédigé dans la première moitié du Xe siècle par le chroniqueur Ahmad Ibn Muhammad Ibn Musa al-Razi. Le texte qui nous est parvenu est une traduction elle-même issue d’une traduction portugaise réalisée au début du XIVe siècle par le Maure Mohamad et le clerc Gil Pérez, sur ordre du roi Denis de Portugal (1279-1325). Malgré les différentes traductions qu’a subies le texte, les chercheurs ont montré que la version castillane, éditée par Diego Catalán en 1975, correspond bel et bien au texte arabe initial25. La Chronique du Maure Rasis s’ouvre sur une longue présentation topographique d’Al-Andalus, et fait ainsi montre d’un plus grand intérêt à l’égard de la géographie que les chroniques chrétiennes. Ce sont d’abord trente-sept chapitres dédiés à la description des différents territoires et de leurs villes principales (chapitres 1 à 37)26, puis onze chapitres consacrés aux fleuves et aux montagnes (chapitres 38 à 48). Al-Razi livre ici un tour d’Espagne d’une grande précision. Sa description part de Cordoue, capitale omeyade, puis monte vers le nord dans le sens contraire des aiguilles d’une montre en passant par Valence, Tarragone, Lérida, jusqu’à Boltaña dans les Pyrénées, avant de redescendre vers le sud en passant par Huesca, Saragosse, Guadalajara, Tolède, Badajoz, Coimbra, Lisbonne, ou encore Séville. Enfin, il termine sa course à Ecija. Néanmoins, ce que la chronique appelle « España » ou « Españas »27 correspond uniquement à Al-Andalus, cette partie de la Péninsule contrôlée par le pouvoir musulman, puisque les bastions de la résistance chrétienne que sont les Asturies ou la Galice sont exclus de la description28. Comme le montre le tableau, sur les 179 chapitres que nous conservons, – le cent-soixante-dix-neuvième relate l’invasion arabe –, un quart est consacré à la description géographique de l’Espagne.

Chapitres

Thèmes

Nombre de chapitres

Proportion

1 à 48

Description géographique

48

26,8 %

49 à 54

Temps bibliques et mythiques

6

3,4 %

55 à 98

Rois romains

44

24,6 %

99 à 179

Rois wisigoths

81

45,2 %

7Al-Razi fait donc la part belle à la géographie, et l’on se demande alors quel rôle une présentation géographique d’une telle extension peut jouer dans le récit historiographique.

  • 29 Ibid., 4, p. 28, 38-39 : « morada de los sotiles maestros de galeas, e de fazer muchos paños de sed (...)
  • 30 Ibid., 4, p. 30, 56-58 : « sale el mejor sirgo de todo el mundo e dende lo lieuan a todas las parte (...)
  • 31 Ibid., 5, p. 32-33, 14 : « fazen y muy buenas telas de paño de seda muy nonbrados, que son llamados (...)
  • 32 Ibid., 14, p. 55, 12-14 : « las gentes de Çaragoça son muy sotiles en sus obras, e mayormente en te (...)
  • 33 Ibid., 7, p. 38, 21-22 : « ay tanto açafran que abondaria a toda España, e dende lo lieuan los merc (...)
  • 34 Ibid., 7, p. 38, 16 : « ha vn palaçio fecho sobre la mar por tan grand maestría, que mucho se marau (...)
  • 35 Ibid., 22, p. 66, 27 : « el muro de Talauera es muy fuerte e muy alto e de muy altas torres ».
  • 36 Ibid., 2, p. 21, 18 : « Homar, fijo de Baalacazis […] fizo sobre este rrio vnas açeñas ».
  • 37 Ibid., 43, p. 114, 4 : « mando fazer el rrey Mahomad sobre este rryo la puente muy preçiada ».
  • 38 Ibid., 22, p. 64, 10 : « fue fecha quando rregno Mahomad el Yuhe ».

8Au cours des premiers quarante-huit chapitres, les traces de présence humaine sont minimes et semblent accidentelles ou en tout cas réduites au strict minimum. Ainsi nous retrouvons des allusions au commerce, qu’il s’agisse de la production, des marchands ou des acheteurs, notamment d’étoffes à Almeria29, à Malaga30, à Baeza31 et à Saragosse32, ou encore de safran à Valence33. La chronique fournit aussi quelques références aux constructions humaines et mentionne le château de Murviedro34 (l’actuelle Sagonte), les fortifications de Talavera de la Reina35, un système d’irrigation36 ou les ponts sur le Guadalquivir37 et à Tolède38. Les hommes surgissent donc au détour d’une description topographique et leurs activités passées ou présentes paraissent uniquement destinées à enrichir la description. Ils ne sont pas les sujets, mais les outils grâce auxquels le chroniqueur brosse le portrait de l’Espagne.

  • 39 Ibid., 26, p. 81, 4, à propos de Beja : « mando en ella Jullio Çesar el que fue primo que començo a (...)
  • 40 Ibid., 4, p. 26, 20-22, à propos de Grenade : « el que llaman Villa de Yudios […] poblaronla los yu (...)
  • 41 Ibid., 23, p. 69, 3, à propos.d’Allariz : « es villa en que moraron los barbaros ».
  • 42 Ibid., 19, p. 60-61, 3-6, à propos de Récopolis : « poblola Lanbilote [Léovigilde] para su fijo, qu (...)
  • 43 Ibid., 2, p. 20-21, 17 : « Hercoles el Valiente, que la mando poblar ».
  • 44 Ibid., 22, p. 65, 5-7 : « fue vna de las buenas quatro çibdades que Hercoles poblo en España. E des (...)
  • 45 Ibid., 26, p. 80-81, 3-4 : « Beja es vna de las antiguas çibdades que ha en España, porque fue en t (...)
  • 46 Ibid., 31, p. 95, 26-28 : « cuando Ercoles poblo a Seuilla, fundola sobre madera e pusole nonbre Ys (...)
  • 47 Ibid., 32, p. 98, 19 : « este arreçife [vía Augusta] mando fazer Ercoles quando fizo fazer los conc (...)
  • 48 Ibid., 34, p. 102, 18-19 : « en Caliz fizo Ercoles vn conçilio qual otro non ha en el mundo. E quan (...)
  • 49 Ibid., 50, p. 121-125.
  • 50 Ibid., 17, p. 58-59, 5-6 : « es vna de las çibdades que Tarif, el fijo de Nazayr, destruyo; e despu (...)
  • 51 Ibid., 13, p. 51, 11 : « fue fundada por mandado de Alhequim ».
  • 52 Ibid., 43, p. 114, 4, à propos d’un pont sur le Guadalquivir : « mando fazer el rrey Mahomad sobre (...)

9La chronique mentionne bien quelques peuples et personnages historiques – ou historiographiques –, essentiellement Hercule, ainsi que plusieurs Maures. Il est aussi fait brièvement mention de Jules César39, des Juifs40, des Barbares41 et des Wisigoths42. L’on note ainsi qu’Hercule a fondé Cordoue43, Tolède44, Beja45, Séville46, qu’il a créé la vía Augusta47 et partagé l’Espagne en trois territoires Cadix, la Galice et Narbonne48. L’on apprend aussi que le premier roi de la Péninsule a fondé Mérida, mais il faut attendre la deuxième partie de la chronique pour découvrir qu’il s’agit d’un certain Hispan49. La chronique mentionne quelques fondations maures (Medinaceli50, Tudela51, plusieurs ponts52…) mais ceux-ci sont surtout associés à l’histoire belliqueuse des villes décrites. Comme le montrent les exemples suivants, le récit fait notamment allusion à l’invasion et aux conquêtes musulmanes :

  • 53 Ibid., 4, p. 29, 49.
  • 54 Ibid., 11, p. 46, 2.
  • 55 Ibid., 13, p. 52, 15.
  • 56 Ibid., 13, p. 52, 19.
  • 57 Ibid., 17, p. 58-59, 5-6.
  • 58 Ibid., 22, p. 65, 12.
  • 59 Ibid., 32, p. 96, 5-6.

A que vino primero la caualgada que fizo Abdurramen53 (Malaga).
Cuando los moros entraron en España54.
Fue muy grand tiempo / camara de los almoxarifes, e fue escogida de los guerreadores55 (Saragosse).
Abdalla, el fijo de Vzion, el que llamauan Abune, el la gano toda por su espada56 (Saragosse/Taragone).
Es vna de las çibdades que Tarif, el fijo de Nazayr, destruyo; e despues a tienpo poblaronla los moros e moraron en ella57 (Medinaceli).
Quando entraron los moros en Toledo58.
Fue defendida fasta que se alço Abdurramen; entonçe vino sobre ella el Miramamolin e destruyola59 (Carmona).

  • 60 Abd al-Rahman Ier, émir de Cordoue de 756 à 788.
  • 61 Musa Ibn Noçaïr et Tariq Ibn Ziyad, protagonistes de la conquête, qu’une erreur de traduction trans (...)

10Le texte se réfère à ces batailles de façon succincte et évasive à travers les verbes « entrar », « defender » et « destruyr », ainsi que des substantifs appartenant au lexique de la guerre tels que « caualgada », « guerreadores » et « espada ». On note ici plusieurs noms, Abdurramen60, Abdalla, Vzion/Abune, Nazayr et Tarif61, de même que plusieurs fonctions « almoxarifes » ou hauts fonctionnaires et « Miramamolin », traduction castillane pour Amir al-Mu’minin ou Commandeur des croyants. Néanmoins, la chronique ne présente aucun de ces personnages ni ne s’intéresse à leurs actions en dehors de ces brèves mentions. Au demeurant, la chronique évoque à peine l’opposition entre chrétiens et Maures :

  • 62 Ibid., 13, p. 53, 25.
  • 63 Ibid., 22, p. 66, 25.

Quando España de moros hera, era Arnit [Arnedo] su estado contra los christianos62.
Fue despues anparamiento de los moros e de los christianos al tienpo que cada vnos la ovieron por sy63 (Talavera de la Reina).

  • 64 Ibid., 4, p. 30, 59-60 : « de Cordoua a Elibera ha setenta mijeros; e de Pliego a Cordoua ha setent (...)
  • 65 Ibid., 6, p. 36, 18 : « de Tudemir a Cordoua ay andadura de siete dias de omnes a cauallo, e catorz (...)

11Ces quelques extraits apportent déjà des éléments de réponse : le premier quart de la Chronique du Maure Rasis ne porte pas sur les hommes qui ont fait l’Espagne, mais uniquement sur sa géographie. La chronique présente d’ailleurs un point commun avec le préambule géographique de la Chronique d’Albelda puisqu’un grand nombre de chapitres se terminent par la distance entre deux villes ou deux territoires, exprimée le plus souvent en milles64 (« mijeros » ou « migeros ») et occasionnellement en jours de cheval ou de marche65.

  • 66 Ibid., 6, p. 35, 9.

12Un autre élément, les références chronologiques, contribue normalement à construire tout récit historique. En effet, que les chroniqueurs choisissent de se référer aux âges du monde, à l’ère romaine, chrétienne, hispanique ou hégirienne, aux chronologies des rois ou des papes, ils inscrivent et situent leur récit dans le temps. Or, ici, une fois de plus, al-Razi se montre imprécis en évoquant le passé lointain. Ainsi, Orihuela est présentée comme « muy antiguo lugar en que moraron los antiguos por luengo tiempo »66. La répétition de l’adjectif « antiguo » associé au superlatif « muy », et l’expression « luengo tienpo » ancrent certes la fondation de la ville dans le passé, mais le repère temporel ne saurait être plus vague. Il en va de même pour plusieurs autres villes :

  • 67 Ibid., 7, p. 37, 12.
  • 68 Ibid., 7, p. 38, 15.
  • 69 Ibid., 17, p. 58, 3.
  • 70 Ibid., 32, p. 96, 3.

Muy antigua villa e muy buena67 (Xàtiva).
Poblaçion muy antigua68 (Murviedro).
Ay muchas señales antiguas que non se pueden desfazer69 (Medinaceli).
Villa muy antigua […] poblada de antiguo tiempo70 (Carmona).

13Pourtant nous relevons bien quelques repères temporels précis :

  • 71 Ibid., 4, p. 29-30, 51-52. L’année hégirienne est manquante dans le texte, mais nous savons que le (...)
  • 72 Ibid., 19, p. 61, 5. La date de 609 est fausse car elle correspond à l’année 571 du calendrier grég (...)
  • 73 Ibid., 22, p. 64-65, 11, c’est-à-dire entre juin 854 et mai 855.
  • 74 Ibid., 43, p. 114, 4, c’est-à-dire entre octobre 840 et octobre 841.

Andaua la hera de los moros……… años, en el mes de Rrabe que llaman los christianos enero. E quando la entro, andaua la hera de los christianos, a que dicen Çesar, en seteçientos e sesenta e tres años71 (arrivée d’Abd al-Rahman Ier en Espagne).
Quando andaua la hera de Çesar en seysçientos e nueue años72 (accession au trône de Léovigilde, roi des Goths de 568 à 586).
Fue quando andaua la hera de los moros en dozientos e quarenta años73 (construction du pont de Tolède).
Quando andaua la hera de los moros en dozientos e veinte e seis años74 (construction d’un pont sur le Guadalquivir).

  • 75 Al-Razi ne mentionne même pas l’année du couronnement de Léovigilde dont il connaît pourtant la dat (...)
  • 76 Par exemple : ibid., 55, p. 132, 17 ; 56, p. 132, 5 ; 57, p. 133, 7 ; 58, p. 134, 4…
  • 77 Par exemple : ibid., 54, p. 129, 1 et 55, p. 130, 1.
  • 78 Par exemple : ibid., 56, p. 133, 1 ; 57, p. 133, 1 ; 58, p. 134, 1 ; 59, p. 135, 1…
  • 79 Par exemple : ibid., 62, p. 141, 1 ; 109, p. 230, 1 ; 116, p. 244, 120, p. 252, 1…

14Ces quatre exemples permettent d’avancer plusieurs conclusions. D’abord, les précisions chronologiques sont loin d’être systématiques dans cette partie de la chronique, elles sont mêmes très rares, tout comme les connecteurs temporels du type « despues » ; quant aux durées de règne, elles sont absentes. Ensuite, le chroniqueur paraît hésiter entre l’ère hispanique, « de Çesar », et le calendrier hégirien. S’il est logique qu’il utilise l’ère hispanique pour situer le règne de Léovigilde qui accède au pouvoir un demi-siècle avant l’Hégire, on comprend moins pourquoi le chroniqueur choisit d’utiliser les deux datations pour marquer l’arrivée du futur Abd al-Rahman Ier en 755. À moins qu’il ne s’agisse pour lui de marquer l’importance de l’émir qui rend Al-Andalus indépendant en ancrant son arrivée dans le calendrier des deux cultures. L’utilisation du système de datation, qu’il soit hispanique ou hégirien, relève d’autant moins d’un système que, même dans la partie historiographique qui suit, al-Razi mentionne très peu de dates75, il précise généralement la durée des règnes76 et enchaîne avec le règne suivant au moyen d’un connecteur temporel du type « luego que fue muerto… »77, « despues de… rreyno/rregno… »78 ou « [despues] exleyeron [por rrey] »79. L’apparition de certaines dates dans la partie géographique semble donc davantage le fruit du hasard que le produit d’une véritable volonté historiographique. Enfin, même lorsque le chroniqueur mentionne des évènements situés dans le temps (invasions, constructions, règnes…), il ne le fait pas dans l’ordre chronologique. Un simple rappel des extraits cités plus haut accompagnés de leur numéro de chapitre et de l’année au cours de laquelle ils se sont déroulés montre qu’ils ne sont pas mentionnés dans l’ordre chronologique :

Arrivée d’Abd al-Rahman Ier en Espagne – chapitre 4 – an 755.
Accession au trône de Léovigilde – chapitre 19 – an 568 (571).
Construction d’un pont à Tolède – chapitre 22 – an 854/855.
Construction d’un pont sur le Guadalquivir – chapitre 43 – an 840/841.

  • 80 À la différence de la Chronique d’Albelda, la Chronique du Maure Rasis présente quand même l’avanta (...)

15Le critère qui structure cette partie n’est donc pas l’histoire, mais surtout et avant tout la géographie. Tout en suivant cette organisation géographique, al-Razi aurait pu insérer des éléments historiographiques, il n’en est rien. Le chroniqueur n’expose pas l’histoire des territoires et des villes qu’il décrit. Les hommes et leur histoire ne surgissent qu’au détour d’un trait caractéristique (construction, commerce, destruction), ou simplement par hasard. La description topographique de l’Espagne omeyade mentionne parfois les êtres humains, mais ils ne deviennent jamais acteurs de la description et demeurent exclusivement au service de celle-ci. Malgré la présence de quelques éléments qui rappellent un récit historiographique comme le nom de certains rois ou la domination des Maures, cette partie du récit n’appartient pas plus à l’historiographie que le catalogue inséré en préambule de la Chronique d’Albelda80.

16Bien que géographie et histoire appartiennent à la même œuvre et bien qu’elles traitent d’un même sujet, l’Espagne, ces deux parties sont donc déconnectées. La géographie semble d’autant plus déconnectée que le titre original de la chronique est Ajbar Muluk Al-Andalus ou Histoire des rois d’Al-Andalus. Or, ici point d’histoire et point de roi. Si géographie et histoire forment un tout pour présenter la Péninsule, elles demeurent bien distinctes pour al-Razi qui au Xe siècle ne ressent pas le besoin ou l’utilité d’unir les deux faces de cette médaille.

  • 81 Dans le De Rebus Hispaniae, point de catalogue hormis un passage dans lequel le Tolédan fait figure (...)
  • 82 De Rebus Hispaniae, I, 1, p. 10, 40-41. DRH trad., p. 62 : « puesto que es mi intención continuar e (...)
  • 83 Ibid., I, 2, p. 10. DRH trad., p. 62 : « Sobre Europa y la descendencia de Jafet ».
  • 84 Ibid., I, 2, p. 12, 59-60. DRH trad., p. 64 : « he contado estas cosas porque la narración que he e (...)
  • 85 Ibid., I, 3, p. 13, 10-25. Cette digression est étrange : le début a du sens, car après avoir expli (...)
  • 86 Ibid., I, 3, p. 13. DRH trad., p. 64 : « sobre los primeros habitantes y el primer nombre de España (...)
  • 87 Ibid., I, 3, p. 13, 2-3 : « Yberes » et « Hyspani ».
  • 88 Ibid., I, 3, p. 13, 7, et DRH trad., note 22, p. 64.
  • 89 Ibid., I, 3, p. 14, 28-29, Èbre se dit Hiberus en latin.
  • 90 Ibid., I, 3, p. 13, 7-10.
  • 91 Ibid., I, 5, p. 17, 50-53.

17Le De Rebus Hispaniae contient également une description géographique placée au début du récit mais la différence est de taille avec la description présente dans la Chronique d’Albelda ou encore avec celle de la Chronique du Maure Rasis. Le Tolédan n’adopte pas le style d’un catalogue81 : pas plus qu’il n’exclut la géographie de l’historiographie, il inclut au contraire ses descriptions de la Péninsule au sein des sept premiers chapitres du livre I. La géographie s’intègre dans la narration des premiers temps du monde et de l’Espagne, comme un élément à part entière du récit. Sur la forme, il n’y a guère que la progression en entonnoir, somme toute courante, qui puisse s’apparenter à la Chronique d’Albelda. La fin du chapitre 1 présente brièvement les continents qu’occupèrent les descendants des trois fils de Noé, Sem, Cham, Japhet. Le Tolédan termine ce chapitre en écrivant ceci : « set quia de generatione Iaphet cura est prosequi in hoc libro, de aliis fratribus hic omito »82. Le chroniqueur montre qu’il est conscient que ce qu’il vient de décrire est général et un peu éloigné de son sujet et prévient le lecteur qu’il va resserrer son propos sur le thème de la chronique. Le chapitre 2, intitulé « De Europa et generationibus Iaphet »83, commence par une description topographique des limites de l’Europe et des îles de la Méditerranée et offre une énumération des descendants de Japhet et des peuples auxquels ils ont donné leur nom. Le Tolédan qui ne parle pas ici de l’Espagne est toujours conscient qu’il n’a pas encore atteint le cœur de son sujet et s’adresse à nouveau au lecteur de cette façon : « hec ideo dixi quia cogit hystoria quam assumpsi de incolis Europe aliqua declarare »84. L’ordre d’exposition de ces éléments fait donc l’objet d’un choix, celui d’être le plus complet, le plus précis possible, ce qui participe des procédés mis en œuvre afin de convaincre le lecteur ou l’auditeur d’accorder sa confiance au chroniqueur. En effet, ce dernier démontre l’étendue de sa culture, de ses connaissances sur le passé du monde, ce qui donne une bonne image de ses compétences et doit inciter le lecteur à se fier à lui pour le reste du récit qui concerne l’Espagne. Il avertit le lecteur que s’il ne pousse pas plus avant dans cette direction ce n’est pas par incompétence mais par souci de cohérence. De plus, les adresses au lecteur et le schéma en entonnoir, d’une vision élargie pour resserrer ensuite son sujet, tel un effet de zoom sur la péninsule Ibérique, permettent de créer un effet d’attente. Le Tolédan a montré qu’il avait beaucoup de connaissances, son lecteur attend alors avec impatience qu’il entre dans le vif du sujet, ce qu’il fait dans le chapitre 3 – malgré une digression sur l’Europe85 au milieu de chapitre –, intitulé « de primis incolis et primo nomine Hyspanie »86. Comme l’indique le titre du chapitre, le Tolédan présente ici les premiers peuples de l’Espagne et apporte aussi une explication étymologique. Selon le Tolédan, les premiers habitants de la péninsule Ibérique étaient les Ibères ou Hispaniques87, appelés Cétubales, de « cetus Tubal », les compagnies de Tubal88, fils de Japhet, lui-même fils de Noé. Par la suite, les Cétubales descendirent des Pyrénées vers les plaines de l’Èbre et leur nom se transforma à nouveau par contamination, ils devinrent alors les Celtibères89. Les Cétubales donnent son premier nom à l’Espagne, Hesperia, en référence à l’étoile Hesperum (la planète Vénus), qui était parfois visible lors du coucher du soleil90. Plus loin, le Tolédan compète son explication étymologique avec le changement d’Hesperia en Hispania. Hercule donne le nom d’un noble dont il s’est occupé depuis l’adolescence91, Hispan et l’Hesperia devient l’Hispanie.

  • 92 DRH trad., note 27, p. 65.
  • 93 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 14, 35-38, DRH trad., p. 65 : « avanzando luego hacia otras partes de (...)

18Le Tolédan dessine aussi la carte de ce qu’il appelle la Celtibérie et la Carpétanie, respectivement au nord et au sud de l’Èbre92, qui correspondent en réalité à la région romaine Tarraconaise. Cette région se compose selon le récit de quatre enclaves, Oca, Calahorra, Tarazona et Auripa (devenue César Augusta puis Saragosse) situées sur l’Èbre. Dans ce chapitre, le Tolédan se limite à cette région, même s’il indique qu’ensuite les Celtibères se déplacent vers d’autres parties de la péninsule : « deinde ad alias partes Hesperie procedentes, in terris suis cognationes et nomina uocauerunt et in diuersis prouinciis diuersos principes habuerunt »93. Peut-être cette première approche qui semble limitée est-elle destinée à montrer que toute l’Espagne et tous les Espagnols proviennent de la région de l’Èbre et descendent donc de Tubal, l’ancêtre biblique. Il faut attendre les chapitres suivants et l’apparition d’Hercule dans le récit pour que le Tolédan fasse « visiter » au lecteur le reste de la Péninsule. En effet, la chronique poursuit avec le récit des aventures d’Hercule contre Gérion qui était le prince de trois royaumes dont s’empare Hercule : la Galice, la Lusitanie et la Bétique, avant de traverser la Carthaginoise. La chronique cite aussi plusieurs villes fondées par Hercule ou son entourage, Gades de Hércules (Cadix), Hispalis (Séville), Tarazona, Urgel, Vigo, Barcelone et Ségovie.

  • 94 Ibid., 4, p. 15, 34 : « Gallecia Va prouincia Hyspanie », DRH trad., p. 67 : « Galicia, la quinta p (...)
  • 95 Le Royaume de Tolède comptait une sixième région, la Narbonnaise, située au nord des Pyrénées, que (...)
  • 96 De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 15, 21-22 : « tria regna que nunc dicuntur Gallecia, Lusitania, Bethic (...)

19Ainsi, en présentant les premiers habitants de la Péninsule (chapitre 3) et les aventures d’Hercule (chapitres 4 et 5), le Tolédan permet au lecteur de situer géographiquement les cinq régions94 qui forment selon lui l’Espagne : la Tarraconaise, la Carthaginoise, la Bétique, la Lusitanie et la Galice. Ces régions de l’administration civile et religieuse romaine ont été conservées ensuite par les Wisigoths95, mais n’étaient plus d’actualité au XIIIe siècle puisque de nouveaux royaumes chrétiens étaient nés et s’étaient développés. Cependant, le Tolédan fait comme si ce découpage était toujours en vigueur96.

Carte 1 : l’Espagne selon Jiménez de Rada

Carte 1 : l’Espagne selon Jiménez de Rada
  • 97 P. LINEHAN, « Reflexiones sobre historiografía… ».

20À la fin du chapitre 3, le Tolédan insère une digression chronologique qui part du moment de la dispersion des langues et va jusqu’à Jules César. Jiménez de Rada précise que Tolède a été fondée 108 ans avant le règne de Jules César. Cela n’a rien à voir avec Hercule, mais il s’agit probablement d’une façon d’intégrer la ville de Tolède à la description géographique de l’Espagne, compte tenu du rôle prépondérant de cette ville comme capitale administrative et religieuse du royaume des Wisigoths. Tolède revêtait une double valeur symbolique ancrée dans le passé et dans le présent. Dans l’imaginaire collectif chrétien et castillan, l’ancienne capitale wisigothique représentait l’Espagne unie sous le pouvoir d’un seul roi et d’une seule religion. Au XIIIe siècle, elle était aussi le siège de l’archevêché de Jiménez de Rada qui réclamait la primatie sur l’Église d’Espagne97. Dans cette perspective, il paraît logique que le chroniqueur ait voulu intégrer cette ville si importante dans la présentation de l’Espagne. De plus, le chroniqueur, ne parlant pas de l’époque ou l’Hispanie était romaine, courait le risque de ne jamais parler de la fondation de Tolède. D’un point de vue chronologique, cette ville, fondée 1051 ans après la mort d’Hercule, n’avait donc aucune raison d’apparaître à cet endroit précis du récit si ce n’est pour des raisons idéologiques.

  • 98 Jiménez de Rada ne reprend pas non plus la liste des choses célèbres en Espagne, mais il insère un (...)

21Des chroniques péninsulaires qui contenaient un passage cosmographique, Jiménez de Rada n’a donc pas gardé beaucoup d’éléments, que ce soit sur le fond ou sur la forme. Effectivement, il n’évoque ni les caractères, ni la grammaire ni les distances entre les villes98, et il ajoute au contraire l’étymologie. Il élimine l’effet catalogue de la Chronique d’Albelda et se montre bien moins prolixe que le chroniqueur arabophone al-Razi, tout en parvenant tout de même à embrasser toute la Péninsule à travers les régions romaines, quelques éléments physiques (fleuves et montagnes) et la fondation de plusieurs villes. Le Tolédan se distingue surtout par la place qu’il accorde à la géographie. Celle-ci est pleinement intégrée au récit historiographique. Dorénavant, la description topographique de la Péninsule n’est plus un sujet indépendant, mais bien un élément à part entière de son histoire. À travers ces sept premiers chapitres, mêlant savamment éléments géographiques et évènements historiographiques, Jiménez de Rada révèle donc un véritable changement de conception de la géographie, une nouvelle conception qu’Alphonse X fera prospérer.

22En effet, les rédacteurs de la Estoria de España qui ont eu accès à la Chronique d’Albelda, à la Chronique du Maure Rasis et au De Rebus Hispaniae ont choisi le modèle du Tolédan. Le schéma d’exposition géographique d’Alphonse X semble être un copié-collé, ou plus exactement un « traduit-collé » des premiers chapitres de Jiménez de Rada, puisque nous retrouvons la division du monde en trois continents, la progression en entonnoir vers l’Espagne, les Cétubales devenus Celtibères ou encore Hercule parcourant la péninsule. Cependant, il existe des différences de plusieurs ordres.

  • 99 Chez le Tolédan, la description du monde est dans le chapitre 1, alors qu’Alphonse X en fait un cha (...)

23La Estoria de España suit bien le même modèle en entonnoir que le De Rebus Hispaniae. La chronique commence par présenter la division du monde en trois parties entre les trois fils de Noé, Sem, Cham et Japhet dans le chapitre 2. Le chapitre 3 commence ensuite par une description de l’Europe et se poursuit par une description de l’Espagne. Une présentation chronologique depuis la dispersion des langues jusqu’à Jules César ainsi que la fondation de Tolède marquent le début du chapitre 4. Les deux premiers points, le monde et l’Europe sont sensiblement les mêmes, malgré quelques modifications de l’ordre du commentaire, de la simplification, de l’explication ou du recoupement des sources. L’ordre suivi est aussi le même, on remarque simplement une petite différence de structure qui nous semble presque sans conséquence99. Notons cependant que là où le Tolédan décrit l’Europe et la Péninsule dans deux chapitres différents (respectivement chapitre 2 et chapitre 3), Alphonse X décrit l’Europe et la Péninsule dans un seul chapitre (chapitre 3). L’on se demande alors si ce regroupement ne pourrait pas s’expliquer par les prétentions hégémoniques du souverain dont les ambitions politiques s’étendent bien au-delà des Pyrénées. Montrer que la péninsule Ibérique fait partie intégrante de l’Europe serait alors un argument en faveur de sa politique impériale qui se trouve en quelque sorte légitimée par cette présentation géographique. Non seulement la Péninsule fait partie de l’Europe, mais à travers le texte elle émerge en quelque sorte de l’Europe, comme si elle était prête à en prendre la tête, ou plutôt comme si Alphonse X était prêt à prendre la tête du Saint-Empire Romain.

24On se souvient du commentaire du Tolédan à propos de son chapitre sur l’histoire du monde, Alphonse X, quant à lui, insère un commentaire avant et après avoir parlé du partage du monde, comme pour encadrer son récit, montrer qu’il s’agit d’une parenthèse et annoncer en même temps qu’il va être obligé de parler de l’Europe. Le sens est le même que chez Rada, on peut y voir une volonté d’être toujours plus explicite. Chez le Tolédan, il y a un autre commentaire après avoir parlé du reste de l’Europe qui disparaît chez Alphonse X, ce dernier enchaînant directement sur l’histoire européenne et l’histoire péninsulaire. Les deux commentaires du chapitre sur le monde ne constituent pas une traduction mot à mot mais une adaptation dans laquelle on retrouve les mêmes éléments : l’abandon de l’histoire des frères de Japhet rendue nécessaire par la volonté de parler uniquement de la descendance de Japhet, ainsi que la nécessité de parler de l’Europe pour que le propos sur l’Espagne soit complet.

  • 100 De Rebus Hispaniae, I, 1, p. 10, 40-41, DRH trad., p. 62 : « puesto que es mi intención continuar e (...)
  • 101 Ibid., I, 2, p. 12, 59-60, DRH trad., p. 64 : « he contado estas cosas porque la narración que he e (...)
  • 102 PCG, 2, p. 5, 9a-13a.
  • 103 Ibid., 2, p. 5, 40a-46a.

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Fin du chapitre 1, après la division du monde :
Set quia de generatione Iaphet cura est prosequi in hoc libro, de aliis fratribus hic omito100.

Fin du chapitre 2, après avoir parlé de l’Europe :
Hec ideo dixi quia cogit hystoria quam assumpsi de incolis Europe aliquia declarare101.

Début du chapitre 2 :
De Asia e de Affrica oydo auedes ya en otros libros quamannas son e quales, mas aqui queremos fablar de Europa por que tanne a la estoria de Espanna de que uos queremos contar102.

Fin du chapitre 2 :
Nos non queremos fablar de los otros linages, fueras solamientre de los fijos de Japhet, por que ellos fueron començamiento de poblar Espanna, e por saber mas ciertamientre quantas tierras ouieron, conuiene que uso digamos primero quamanna es Europa e quantas otras tierras se encierran en ella 103.

  • 104

25La structure est donc légèrement modifiée, mais le sens et la progression restent les mêmes. En revanche, certaines modifications structurales atteignent le sens et la cohésion du texte. Ainsi, nous nous étonnions de la digression européenne de Jiménez de Rada au milieu de son chapitre sur les premiers habitants de l’Espagne. Les rédacteurs de la Estoria de España font le choix d’escamoter ce passage, probablement afin que rien ne vienne troubler la fluidité de la présentation de la Péninsule. Seul un élément de cette digression est repris, il s’agit de l’origine du mot « Europe ». Europe serait la fille du roi Agénor, enlevée par le roi Jupiter. Celui-ci aurait donné son nom au troisième continent par amour pour elle. Cette information apparaît à deux reprises dans la Estoria de España, un peu plus loin dans le récit, dans les deux cas pour présenter le roi Agénor et ses fils et non comme une digression104. En revanche, les éléments sur les différentes langues européennes ne sont pas repris par Alphonse X.

26Cette suppression permet d’enchaîner directement sur l’explication de l’origine du nom Esperia et la transformation du nom Cétubale en Celtibère, ce qui permet à la présentation de gagner en cohérence et en efficience : rien ne vient perturber le fil du récit et distraire inopportunément le lecteur.

27Sans modifier la structure du récit de Jiménez de Rada, la Estoria de España apporte des précisions, des explications, le plus souvent par petites touches. Ainsi, la description de la Celtibérie faite par Rada est-elle légèrement amplifiée.

  • 105 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 14, 30-31, DRH trad., p. 65 : « que limita con el océano, el Mediterrá (...)
  • 106 PCG, 3, p. 6, 13b-17b.

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Que Occeano et Tirreno et Hibero et Pireneis montibus terminatur105.

Esta tierra tiene en luengo del mar grand, que es aparte de cierço, fastal mar Mediterraneo, e dancho fasta los montes Pireneos allende dEbro, contra dentro faza la tierra llana106.

  • 107 Ibid., 3, p. 6, 42a-48a.

28Les termes ajoutés ont un rôle descriptif, ils explicitent la première description faite par le Tolédan, et permettent de mieux se représenter les limites de cette région. Cette description a probablement inspiré les rédacteurs de la Estoria de España qui ont ajouté une nouvelle description, celle des Pyrénées, absente chez Rada. Nous pouvons lire : « departen Espanna la mayor de la otra, y estos montes comiençan se a la grand mar mayor cabo la uilla que es llamada Bayona, que yaze en essa mar misma contra cierço, e atrauiessa toda la tierra fastal mar Mediterraneo e acabasse allí cab una villa que dizen Colibre »107. Quant à l’énumération des quatre villes fondées par les Celtibères, la version alphonsine, bien que n’ajoutant aucun élément fondamental, est nettement plus étoffée, plus détaillée d’un point de vue géographique.

  • 108 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 14, 31-35, DRH trad., p. 65 : « comprende cuatro enclaves, a saber: Oc (...)
  • 109 PCG, 3, p. 6, 18b-29b.

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Hanc Carpentaniam, que in se IIIIor habet oppida, scilicet, Aucam, Calagurram, Tirasonan et Auripam, que post Cesaraugusta ab Augusto Cesare fuit dicta, uis Romanorum principum occupauit108.

Poblaron y quatro uillas: la una a nombre Oca que es suso en la montanna que llaman Monte dOca, la otra poblaron cabo Ebro contra parte doriente e llamaron le Calahorra, otra poblaron mas adelante, otrossi cabo Ebro, a que pusieron nombre Taraçona, e desi poblaron la quarta cabo esse rio mismo mas adelant e llamaron la Auripa; mas después, ell emperador Cezar Augusto, quand la gano por fuerça, camiol el nombre e llamol Cezar Augusta, a la que agora dizen çaragoça109.

29L’archevêque se contente de dire que ces quatre villes se trouvent en Celtibérie, là où Alphonse X les situe de façon plus précise.

30L’autre différence notable entre les versions tolédane et alphonsine est l’actualisation des toponymes. En effet, Jiménez de Rada utilise un vocabulaire latin, ce qui n’a rien d’étonnant puisqu’il rédige sa chronique en latin. Cependant, cela entraîne une impression de décalage entre le texte et la réalité du XIIIe siècle, car il utilise les termes Bethis, Tarraconense, Cartaginense, Hispalis, Cesaraugusta, Gades de Hércules, sans jamais préciser leur nom médiéval. Le fait qu’Alphonse X rédige en castillan lui donne une liberté plus grande de ce point de vue-là. Ainsi, s’il reprend le nom latin, c’est pour mieux montrer qu’il est obsolète et que le castillan du XIIIe siècle est capable de nommer les choses ou en l’occurrence les lieux, sans l’aide du latin. Prenons l’exemple des villes, régions et fleuves cités plus haut :

  • 110 Ibid., 3, p. 6, 28b-29b
  • 111 Ibid., 3, p. 7, 3a-5a.
  • 112 Ibid., 5, p. 8, 18b-19b
  • 113 Ibid., 5, p. 8, 15b-16b.
  • 114 Ibid., 6, p. 9, 26a-27a et 7, p. 10, 27a.
  • 115 Ibid., 537, p. 299, 28a.

- Saragosse : « llamol Cezar Augusta, a la que agora dizen çaragoça »110.
- Guadalquivir : « un rio que solien llamar Bethis, al que agora dizen Guadalquiuir »111 et « rio Bethis que agora llaman Guadalquiuir »112.
- Cadix : « ysla Gades Hercules, aquella que oy en dia llaman Caliz »113.
- Séville : n’est appelée (H)Yspalis qu’à deux reprises114 et est appelée Seuilla dans tout le reste de la chronique. « Yspalis es Seuilla »115.

  • 116 Ibid., 3, p. 6, 4a-5a : « pusol nombre Germania, a la que llaman agora Theuthonia » et 3, p. 6, 11a (...)
  • 117 Ibid., chapitre 359 et chapitres 528 à 535.
  • 118 Ibid., 537, p. 299. Citons par exemple la ville de Grenade, 329, p. 196, 35b-36b : « Libiria que es (...)

31Les noms Tarraconaise et Carthaginoise n’apparaissent pas du tout. Cette volonté d’actualisation qui concerne aussi certains toponymes européens116, sert surtout à simplifier la compréhension du récit. Un lecteur du XIIIe siècle était sûrement plus familier des toponymes médiévaux que des toponymes latins. Bien plus loin dans le récit, lorsque la chronique donne des listes d’évêchés117, elle ne manque pas de préciser le nom moderne si elle donne le nom latin, et elle consacre même un chapitre à cette actualisation, intitulé « de las cibdades que an los nombres camiados »118.

32Après la présentation de la Celtibérie et des Celtibères, mais avant le découpage chronologique, la Estoria de España s’écarte provisoirement de son modèle en insérant une autre nouveauté. Alors qu’en dehors de la région de l’Èbre, le lecteur de Jiménez de Rada faisait découvrir la Péninsule à travers les aventures d’Hercule, Alphonse X choisit d’énumérer certaines régions et leurs fondateurs (ou ceux qui leur ont donné leur nom), ainsi que les fleuves de la Péninsule, directement après la présentation de la Celtibérie. Pour les régions, il ne reprend que partiellement l’onomastique romaine (Galice, Lusitanie et Bétique uniquement) ce qui est compréhensible si l’on considère que les termes « Tarraconaise » et « Carthaginoise » n’étaient plus en vigueur au XIIIe siècle. En revanche, il ajoute Alava, le Portugal, l’Andalousie et l’île de Cadix, peut-être pour montrer les limites nord, est et sud de la Péninsule. De plus, les quatre villes dont la fondation est attribuée aux Cétubales présentent l’avantage de renvoyer sans les citer aux royaumes chrétiens contemporains d’Alphonse X, Oca et Calahorra en Castille, Tarazona en Navarre et Saragosse en Aragon. Les principaux fleuves péninsulaires apparaissent dans ce passage, hormis l’Èbre abondamment cité auparavant. Dans l’ordre du récit on trouve : le Sil (affluent du Miño), le Duero, le Miño, le Guadiana, le Jucar, le Tage et le Guadalquivir. La totalité de la Péninsule est ainsi complètement englobée dans cette description.

Carte 2 : l’Espagne selon Alphonse X

Carte 2 : l’Espagne selon Alphonse X

33Alphonse X, en s’inspirant des auteurs latins et de Jiménez de Rada, procède ainsi à une présentation géographique, topographique de ce qu’il appelle l’Espagne. De prime abord, la description du Tolédan et la description alphonsine semblent identiques ou du moins très semblables. Dans un sens elles le sont. Cependant, si l’on se reporte aux cartes proposées, la description du souverain est beaucoup plus complète et certains écarts se font jour. Nous avons relevé trois types de différences entre le texte de l’archevêque et celui du Roi Sage. Il s’agit de suppressions, d’ajouts et de changements structurels.

  • 119 Ibid., 3, p. 7, 13a-16a.

34Le premier procédé touche essentiellement les parties consacrées au monde et à l’Europe et ne change pas le sens du texte. Les passages supprimés le sont très certainement afin de fluidifier le récit et concernent des explications sans doute jugées peu pertinentes, peu claires, obsolètes (tels les noms de villes ou de régions comme Hispalis, la Tarraconaise ou la Carthaginoise) ou douteuses. Le second procédé consiste à ajouter des explications géographiques ou à actualiser certains toponymes, dans un souci de précision et d’accessibilité au lecteur ou auditeur. Quant aux changements structurels, ils permettent d’une part de confirmer et de rationaliser la structure en entonnoir et, d’autre part, de séparer la description géographique préliminaire du récit historique. Alphonse X réutilise pratiquement les mêmes éléments que Jiménez de Rada, mais il les réorganise, les redistribue afin de structurer son récit. Ainsi, alors que le Tolédan décrivait la région de l’Èbre dans un chapitre puis le reste de l’Espagne à travers le récit des aventures d’Hercule, la Estoria de España fait le choix de regrouper toutes les descriptions géographiques ensemble, avant de passer à l’histoire des hommes. En effet, jusque-là, il s’agissait de personnages bibliques et du premier peuple de la Péninsule, de tous les hommes mais d’aucun en particulier. Suite à cette présentation, la chronique va s’attacher à l’histoire des hommes dans leur individualité, comme cela est annoncé en fin de chapitre 3 : « tornaremos a fablar de Hercules, que fue ell omne que mas fechos sennalados fizo en Espanna en aquella sazon »119.

  • 120 Nous empruntons l’expression à Bernard GuenÉe, Histoire et culture…, p. 169.

35Après avoir situé le décor biblique et géographique, l’histoire de l’Espagne peut commencer. Bien que rédigée – on est loin ici de l’énumération mécanique de la Chronique d’Albelda) –, ces trois premiers chapitres font fonction d’introduction, alors que Jiménez de Rada l’avait inséré dans son récit. Ces changements vis-à-vis de la source tolédane ne peuvent être anodins, car s’il y a des modifications structurelles et des ajouts après avoir suivi le texte source pratiquement mot à mot, ils sont nécessairement significatifs. Cela témoigne d’un véritable sens de l’espace120, d’une conscience que l’espace, s’il est bien utilisé, a un rôle à jouer et qu’il peut être porteur d’un message.

  • 121 Georges MARTIN, « Fondations monastiques et territorialité. Comment Rodrigue de Tolède a inventé la (...)
  • 122 Ibid., p. 169.
  • 123 Ibid., p. 169, « Sans une mappa mundi affirme Paulin de Venise qui est ainsi en parfait accord avec (...)

36Non que Jiménez de Rada soit dépourvu de ce sens de l’espace – Georges Martin l’a signalé dans un article consacré au livre V du De Rebus Hispaniae121 et nous avons montré un peu plus haut qu’il est le premier à avoir intégré l’exposition géographique au récit historiographique –, mais Alphonse X développe et, en quelque sorte, magnifie l’introduction géographique du Tolédan. En ce début de chronique, la description topographique réagencée et amplifiée, de même que l’actualisation des toponymes, permettent au lecteur de se représenter la scène de l’histoire qui va suivre. Elle fonctionne comme une carte qui doit faire vivre la géographie sous les yeux du lecteur, ce qui correspond à une mappa mundi, c’est-à-dire la description écrite122 des noms de régions, de villes, de fleuves… Plusieurs auteurs médiévaux considèrent ainsi qu’il est très difficile de se représenter les choses sans cette « mappa mundi »123. Ce désir de rendre le récit plus clair vise à s’assurer de l’attention du lecteur, car un lecteur qui ne comprend pas ou qui ne situe pas bien l’action risque d’être moins attentif. Or un lecteur distrait est moins facile à toucher, à captiver. Il devient alors plus difficile de l’amener à comprendre le message que l’auteur veut lui transmettre, donc in fine de le convaincre. Le Roi Sage renoue avec la tradition latine en trouvant une vraie place à l’explication topographique, mais il ne s’agit pas seulement de plaire au lecteur ou de le distraire, il s’agit de l’instruire, application avant l’heure de l’expression « deleitar aprovechando ». En effet, si le rôle le plus évident de cette introduction est bien de dépeindre une carte de l’Espagne, il ne s’agit pas de construire la carte de n’importe quelle Espagne.

  • 124 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 13, 25-26 : « cetubales itaque in populos dilatati ad plana Hesperie d (...)
  • 125 PCG, 3, p. 6, 29b-31b.
  • 126 Ibid., 3, p. 6, 42a-48a.
  • 127 Ibid., 329, p. 196, 5b-11b.
  • 128 Ibid., 558, p. 311, 41a-46a.
  • 129 Ferdinand III projetait déjà de s’emparer du nord du Maroc actuel pour deux raisons, l’une stratégi (...)
  • 130 PCG, 558, p. 311, 46a-49a.

37Alphonse X, tout comme Jiménez de Rada, accorde une attention particulière à la vallée de l’Èbre, comme s’il s’agissait d’une sorte de croissant fertile, mais l’Espagne ne se limite pas à cette région. Le Tolédan précise qu’à partir de la vallée de l’Èbre, les Celtibères ont avancé vers les autres régions d’Hesperia124 ; Alphonse X se montre plus explicite encore en écrivant : « fueron se tendiendo por las tierras e poblaron toda Espanna »125. Et cette Espagne est aussitôt dessinée par la liste des régions et des fleuves que nous avons vus, il s’agit bien de toute la péninsule Ibérique. Elle s’étend même au-delà de la Péninsule, puisque la description géographique des Pyrénées, qui constitue bien un ajout alphonsin, commence par préciser que la chaîne montagneuse sépare deux Espagne : « departen Espanna la mayor de la otra »126. L’expression « Espanna la mayor » désigne la péninsule Ibérique au sud, et « la otra » ne peut que signifier que l’Espagne s’étend aussi au nord des Pyrénées, ce qui fait référence aux territoires que le royaume wisigothique possédait dans le sud de la Gaule. Cependant, l’expression « la otra » a l’avantage de rester suffisamment vague, elle n’engage à rien et ne ferme aucune porte pour permettre de définir l’Espagne ultérieurement, peut-être en fonction des projets alphonsins. La chronique précise aussi l’étendue de ces territoires lors du récit du règne de l’empereur Constantin Ier qui divise l’Espagne en six archevêchés dont celui de Narbonne127, ainsi que dans la partie consacrée à l’histoire des Goths : « es en esta Espanna la Gallia Gothica que es la prouincia de Narbona dessouno con las cibdades Rodes, Albia et Beders, que en el tiempo de los godos pertenescien a esta misma prouincia »128. Le lecteur est prévenu, l’histoire de l’Espagne, ce sera l’histoire de tous ces territoires, qu’ils soient sous domination castillane ou non, chrétienne ou non. Il est étonnant en revanche que la description géographique en début de chronique ne fasse aucune allusion aux possessions wisigothiques en Afrique, puisqu’elles apparaissent beaucoup plus loin, et qu’elles servent de base idéologique au fecho de allende129 d’Alphonse X : « otrossi en Affrica auie una prouincia sennora de diez cibdades que fue llamada Tingintana, que era so el sennorio de los godos assi como todas estas otras »130.

  • 131 Peut-être parce qu’Alphonse X a définitivement renoncé à ses visées sur l’Algarve en 1264 et 1267. (...)
  • 132 PCG, Prologue, p. 4, 21a-24a : « Nos don Alfonsso, por la gracia de Dios rey de Castiella, de Toled (...)
  • 133 Les rédacteurs, probablement influencés par leurs sources, oscillent parfois entre une Espagne syno (...)
  • 134 M. González Jiménez, op. cit., p. 61 : « va a desplegar una actividad política sin precedentes, ori (...)

38La chronique définit aussi l’Espagne par ce qu’elle ne dit pas. En dehors du Portugal131, aucun des nouveaux royaumes chrétiens n’est cité, même pas celui de Castille ou de León, l’Espagne n’est pas un agrégat de plusieurs entités politiques : elle les précède et les englobe toutes. Dès le début de sa chronique, Alphonse X pose donc implicitement les bases de sa politique extérieure en montrant la légitimité de ses prétentions non seulement sur les territoires musulmans, mais aussi sur les autres royaumes chrétiens : l’Aragon, la Navarre, l’Algarve dont il revendique la souveraineté dans le prologue132 et éventuellement le sud de la France133. L’historien Manuel González Jiménez affirme qu’Alphonse X souhaitait créer une sorte d’empire espagnol134. L’Espagne du Roi Sage, c’est la péninsule Ibérique dans sa totalité, ainsi que certains territoires au nord des Pyrénées. Le rôle de la description topographique de l’Espagne n’est donc pas seulement d’aider à se représenter l’Espagne qui ne constitue d’ailleurs rien de tangible au XIIIe siècle, mais à se représenter l’Espagne telle qu’elle est conçue et projetée par Alphonse X. Il s’agit par conséquent de conditionner le lecteur de façon à orienter sa lecture et sa compréhension de l’histoire, de le mettre en condition de recevoir le message alphonsin et de le convaincre de sa pertinence. Le rôle le plus évident de l’espace est d’aider, d’accompagner le lecteur, mais derrière sa mise en scène, transparaît le rôle idéologique que le Roi Sage entend faire jouer à cette représentation spatiale. Intégrée au récit historiographique par Jiménez de Rada puis par Alphonse X, la géographie perd en quelque sorte son autonomie vis-à-vis de l’histoire, mais en même temps c’est justement cette incorporation qui lui confère toute son importance et qui permet aux rédacteurs de révéler et d’exploiter son potentiel. L’exposition géographique devient une pièce maîtresse du récit d’un point de vue historique et idéologique. D’ailleurs, cela n’a rien d’étonnant puisque l’espace est un personnage à part entière et même primordial dans ce contexte de Reconquête, il est au centre des préoccupations et légitime une grande partie de la politique extérieure des royaumes péninsulaires depuis le VIIIe siècle. Il semble naturel, logique même, que ce personnage extralittéraire ou historique devienne personnage littéraire et historiographique. Le Roi Sage pleinement conscient de l’impact que peut avoir l’espace, l’utilise afin de persuader son lecteur de ce que devrait être les limites géographiques de l’Espagne au regard de ses origines. Nous allons voir que cette construction de la carte de l’Espagne est étroitement associée au récit de la fondation des villes.

2. Des hommes et des villes

Les fondateurs

39La construction d’une image de l’Espagne à travers les villes et régions qui la constituent ne permet pas seulement de forger une carte physique de l’Espagne dans l’imaginaire du lecteur, elle permet aussi de former une carte généalogique. En effet, chaque ville et chaque région citées sont autant d’occasions d’expliquer leurs origines, les circonstances de leur fondation et la valeur de leur(s) fondateur(s).

  • 135 A. Rucquoi, « Les villes d’Espagne… », p. 4.
  • 136 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 55.
  • 137 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Arthaud : Paris, 1964, p.196-197.
  • 138 Colette BEAUNE, Naissance de la nation Espagne, Paris : Gallimard, 1993, p. 34 et A. Rucquoi, « Le (...)
  • 139 J. LE GOFF, La Civilisation…, p. 196-197.
  • 140 TitE-Live, op. cit., I-VIII, p. 8-33.

40Selon le droit romain qui continue d’irriguer le Moyen Âge, une ville doit avoir été fondée pour pouvoir « jouir d’une existence légale »135. Une ville ne peut exister si elle n’a pas été fondée, il lui faut donc un fondateur, un conditor136. Condere du latin, « fonder », « établir », ainsi que « créer », montre que celui qui fonde une ville, c’est celui qui la crée, qui la fait naître. Comme l’explique Jacques Le Goff, au Moyen Âge « n'existe vraiment que ce qui rappelle quelque chose ou quelqu'un, que ce qui a déjà existé »137. Il faut alors identifier un fondateur qui puisse donner vie à une ville, et qui puisse, de préférence, lui apporter gloire et grandeur. Et pour prouver la noblesse des villes et du royaume qu’elles composent, il faut les rattacher à un fondateur à la fois prestigieux et ancien138. Il doit s’agir d’un homme illustre, car il se produit ce que Jacques Le Goff appelle un « transfert de puissance »139 entre le personnage qui a existé, ici le fondateur, et ce qu’il a créé, ici une ville. Tite-Live avait montré la voie dans son Histoire romaine140 au début de laquelle il retrace la fondation de Rome. L’histoire d’Énée quittant Troie avant de fonder Lavinium, puis celle de son fils Ascagne-Iule qui fonde Albe-la-Longue, et enfin celle de Romulus qui fonde Rome, servent de modèle tout au long du Moyen Âge.

  • 141 A. RUCQUOI, «  Le héros avant le saint… », p. 71.

41Au Moyen Âge, la noblesse de la ville se mesure donc à l’aune de son fondateur, ou pour reprendre les mots d’Adeline Rucquoi, « la seule renommée du fondateur suffit à asseoir celle de ses fondations »141. En outre, plus le personnage prestigieux est ancré dans un passé lointain, plus la ville est exaltée. L’aura du personnage héroïque étant en quelque sorte décuplée par la distance temporelle. C’est ce qui explique que bien que les Wisigoths soient particulièrement célébrés par Jiménez de Rada, il ne leur attribue pas un grand nombre de créations de villes : ils étaient trop récents à l’échelle de l’histoire.

42Dans la chronique alphonsine, les rédacteurs utilisent le verbe poblar pour désigner l’action des fondateurs de ville. En espagnol ce verbe possède un double sens et correspond aussi bien à la fondation-création qu’au peuplement. Poblar c’est aussi bien créer une ville que l’habiter, la construire que lui donner des habitants. Les fondateurs qui apparaissent dans la chronique sont aussi bien ceux qui créent les villes, qui « posent la première pierre », que ceux qui y installent des habitants. Les deux sens sont importants, cela explique que la chronique puisse attribuer plusieurs fondateurs à une même ville sans que la cohérence soit remise en cause. En effet, certains personnages trouvent l’emplacement d’une future ville et y édifient une tour, ou quelque chose qui s’y apparente, tout en sachant que ce n’est pas eux qui vont « poblar » cette ville, c’est-à-dire qu’ils ne vont pas la peupler, or ils sont tout de même considérés comme des fondateurs. Ils sont à l’origine de ce que nous appelons des « proto-fondations ». Un autre viendra plus tard et transformera le lieu en une vraie ville. Celui-là est aussi un fondateur. La Estoria de España attribue ainsi le rôle de fondateur à plusieurs hommes et groupes qui correspondent aux différents pouvoirs qui se sont succédé dans la péninsule : Tubal et les Cétubales, Rocas, Hercule, Hispan, les Troyens, les Carthaginois et les Romains.

Tubal

  • 142 Flavius Josèphe est le premier à affirme que la famille de Tubal s’est installée en Hispanie. Flavi (...)
  • 143 PCG, 3, p. 6, 29b-31b.
  • 144 Claude-Gilbert DUBOIS, Récits et mythes de fondation dans l’imaginaire culturel occidental, Bouloc  (...)

43 Les premiers fondateurs qui apparaissent dans le récit sont, comme dans le De Rebus Hiapaniae, les descendants de Tubal142, le cinquième fil de Japhet, les Cétubales. Ces derniers fondent plusieurs villes, en particulier Oca, Calahorra, Tarazona et Saragosse, mais leur rôle dans le récit va bien au-delà. En effet, ils ne sont pas de simples fondateurs, ils sont aussi les premiers habitants d’une péninsule Ibérique encore déserte – rien d’étonnant puisque cela se passe après le Déluge. La chronique est explicite, ce sont eux qui peuplent toute l’Espagne : « estas compannas fueron se tendiendo por las tierras e poblaron toda Espanna »143. Ce sont eux qui la font exister en venant s’y installer et en la parcourant tout entière. Ils lui donnent vie, tels les fleuves qui irriguent et innervent tout le territoire. L’Espagne n’existait pas avant leur arrivée. Si l’on en croit Claude-Gilbert Dubois, beaucoup de mythes fondateurs de nations prennent une forme tripartite : le père, la mère et le fils. La mère « principe matériel, lié à la terre », en l’occurrence l’Espagne, le père qui a la « forme d’un dieu » ou d’un personnage hors du commun et « reçoit, par élection divine, pour mission d’émigrer de sa terre natale pour se rendre vers une terre promise à sa postérité » et le fils, ou ladite « postérité » (parfois des descendants plus lointains) qui « réalise en histoire les vœux parentaux »144.

  • 145 PCG, 558, p. 311, 51a-52a.
  • 146 Ibid., 558, p. 311, 6b-7b.
  • 147 Ibid., 558, p. 311, 4b-6b.
  • 148 Ibid., 558, p. 311, 36a-38a.

44 Ce schéma s’applique parfaitement à cet épisode fondateur du récit. En effet, comment ne pas voir dans la péninsule Ibérique la mère définie par Dubois. Dans le chapitre 558, intitulé « del loor de Espanna como es cumplida de todos bienes » largement inspiré d’Isidore de Séville, l’Espagne est décrite comme la terre nourricière, remplissant donc le rôle de la mère, notamment grâce à l’eau qui y est abondante : « riega se con cinco ríos cabdales »145, ou encore « la mayor parte della se riega de arroyos et de fuentes »146. Toute cette eau qui irrigue la terre et la rend féconde permet aux hommes de ne manquer de rien, et la chronique est très prolixe à ce sujet ; citons plusieurs exemples : « por la bondad de la tierra et ell humor de los rios liuan muchos fructos et son abondados »147 ; « Espanna a una estremança de abondamiento et de bondad mas que otra tierra ninguna »148, ou encore :

  • 149 Ibid., 558, p. 311, 9b-16b.

Espanna es abondada de mieses, deleytosa de fructas, viciosa de pescados, sabrosa de leche et de todas las cosas que se della fazen; lena de uenados et de caça, cubierta de ganados, loçana de cauallos, prouechosa de mulos, segura et bastida de castiellos, alegre por buenos uinos, ffolgada de abondamiento de pan149.

  • 150 Ibid., 559, p. 312, 28a-29a.
  • 151 Ibid., 559, p. 312, 24b.
  • 152 Ibid., 559, p. 312, 28b-29b.

45Dans le chapitre suivant, la chronique fait de l’Espagne, explicitement et à trois reprises, la mère de son peuple, et qui plus est une mère qui pleure la mort de ses fils lors de l’invasion de 711. Ainsi, nous pouvons lire : « dessolada de sus fijos »150, « Espanna llora los sus fijos »151, « los sus fijos et los sus criados todos moriron »152.

  • 153 La Bible…, Genèse 9:1 : « Dieu bénit Noé et ses fils et leur dit : « Soyez féconds, multipliez, emp (...)
  • 154 PCG, 3, p. 6, 29b-30b : « estas compannas fueron se tendiendo por las tierras ».

46Quant à Tubal, s’il n’est pas un dieu, il est un patriarche biblique. De plus, il est le petit-fils de Noé, exemple si l’en est de l’homme choisi par Dieu, et l’arrivée des compagnies de Tubal répond à une double volonté divine. D’un côté, les fils de Noé ont reçu pour mission de peupler la Terre de leur descendance153 et, d’un autre côté, il s’agit aussi d’une punition liée à la dispersion des hommes et donc des langues après la construction de la tour de Babel. À leur arrivée, en s’installant dans la vallée de l’Èbre, image de fertilité s’il en est, et en se répandant à travers la Péninsule154, ils fécondent la terre d’Espagne. Les Espagnols sont le fruit de cette alliance entre les premiers habitants, leurs pères, et l’Espagne, leur mère. La Estoria de España n’est autre que l’histoire de leur descendance, celle qui est appelée à « réalise[r] en histoire les vœux parentaux ». D’ailleurs, les fils que l’Espagne pleure en 711, ce sont les Wisigoths. Les Cétubales ne sont donc pas seulement les fondateurs des premières villes, ce sont aussi les fondateurs du récit et de l’histoire même de l’Espagne. Et nous verrons que plus le récit avance, plus ce schéma se répète.

  • 155 Tout comme J. A. Estévez Sola « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 147 et 151, n (...)
  • 156 A. Rucquoi, « Les villes d’Espagne… », p. 4 : « Isidore avait donc affirmé que la première ville de (...)
  • 157 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 151 : des Cétubales dér (...)
  • 158 Il faut très probablement voir là une source arabe, I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias… note 235, p (...)

47Les ancêtres bibliques fondent ainsi une première parenté155, une première légitimité, et on comprend alors aisément pourquoi Jiménez de Rada et Alphonse X à sa suite se sont écartés d’Isidore qui affirmait que la première ville de la péninsule Ibérique était Cadix, fondée, par les Phéniciens et que Saragosse avait été fondée par les Romains156. Grâce aux Cétubales, l’ancienneté des Espagnols est incontestable – nul ne remettrait en question l’existence de personnages bibliques – et indépassables – tous ceux qui ont existé avant le Déluge ont péri en dehors de la famille de Noé, il est dès lors impossible de se trouver (ou de s’inventer) des ancêtres plus anciens et prestigieux. Les Espagnols, et par conséquent leurs rois, parmi lesquels figure Alphonse X, descendent des Cétubales, de telle sorte que Tubal apparaît comme le « progenitor último de la monarquía hispana »157. Les références bibliques ne se limitent pas aux patriarches. Alphonse X qui s’écarte de toutes les sources chrétiennes que nous lui connaissons158, introduit alors le personnage du roi Rocas.

Rocas, roi de l’Éden

  • 159 PCG, 11, p. 12, 34b-37b.
  • 160 Ibid., 11, p. 12, 37b-41b : « tan grand sabor ouo este rey daprender los saberes, que dexo todo so (...)

48Rocas est présenté comme un roi venant d’Orient, plus précisément de l’Éden. Pour qu’il n’y ait pas de doute, la chronique précise qu’il s’agit bien du lieu où se situerait le Paradis : « era de tierra doriente a la parte que llaman Eden, alli o dizen las estorias que es el paraíso o fue fecho Adam »159. Comme l’indique Alphonse X160, ce roi se caractérise par sa soif d’apprendre, à tel point qu’il abandonne tout ce qu’il possède afin de se consacrer à la recherche de nouvelles connaissances ; à cette fin, il se met à arpenter la Terre. Au cours de son voyage, il trouve soixante-dix piliers :

  • 161 Ibid., 11, p. 12, 41b-50b.

Assi que fallo en una tierra entre orient e cierço, setaenta pilares: los treinta eran da laton e los quaraenta de mármol, y yazien en tierra, e auie escriptas letras en derredor en que yazien escriptos todos los saberes e las naturas de las cosas e cuemo sauien dobrar; e Rocas quando los uio, catolos e trasladolos todos, e fizo ende un libro que traye consigo, por o adeuinaba muchas cosas de las que auien de seer161.

  • 162 G. Fournès, « Le prologue comme pré-texte… ».

49Ces piliers mystérieux, dont trente sont en laiton et quarante en marbre sont donc recouverts de toutes les connaissances du monde. Afin de pouvoir emporter ces savoirs avec lui, c’est-à-dire de les conserver, il les retranscrit et en fait un livre. Ce passage fait écho au prologue de la Estoria de España et à celui du Lapidaire162 qui parlent des anciens sages soucieux de la conservation du savoir et de l’importance de l’écriture dans ce processus. De plus, comment ne pas y voir un lien avec Alphonse X lui-même ? Le Roi Sage est un roi avide de savoirs qui entreprend une démarche active de recherche des connaissances et qui les retranscrit afin de les conserver, tout comme ce roi Rocas que dépeint le récit alphonsin. On ne peut qu’établir un parallèle entre l’expédition de Rocas en quête de savoirs et les recherches commandées par Alphonse X afin de trouver le plus de matériau possible afin de mener à bien son projet historiographique. En outre, nous avons vu le lien que le prologue établissait entre la démarche des anciens sages et celle Alphonse X. Rocas, qui s’apparente à ces sages est une illustration de ce lien, d’autant plus qu’il vient d’Orient, comme certaines des œuvres scientifiques qu’Alphonse X a fait traduire de l’arabe ou de l’hébreu. Rocas est un roi, mais pas n’importe quel roi, c’est un Roi Sage, une préfigure d’Alphonse X.

  • 163 María Rosa LIDA DE MALKIEL, « Las infancias de Moisés y otros tres estudios : en torno al influjo d (...)
  • 164 Flavius Josèphe, op. cit., I, 2, 3.
  • 165 La Bible..., Proverbes 9 :1.
  • 166 M. R. LIDA DE MALKIEL, art. cit., p. 424-426.
  • 167 General Estoria, I, 1, 17.
  • 168 María Rosa Lida de Malkiel avance une hypothèse très intéressante sur l’association des deux person (...)
  • 169 General Estoria, I, 1, 29.

50De plus, les colonnes du savoir découvertes par Rocas, renvoient aussi à des personnages bibliques, notamment à Seth, Jubal et Cham. La philologue María Rosa Lida de Malkiel163 rapporte que, dans ses Antiquités Juives164, Flavius Josèphe attribue aux descendants de Seth l’érection de deux colonnes afin de préserver leurs grandes connaissances pour les générations futures, l’une en brique et l’autre en pierre, de sorte que lorsque le Déluge surviendrait, la colonne de pierre subsiste. Des textes rabbiniques attribuent aussi la construction de colonnes semblables à Hénoch. Les deux sources sont reprises par les commentateurs médiévaux qui attribuent tantôt à Seth tantôt à Hénoch la construction de telles colonnes, parfois au nombre de sept ou quatorze en référence à la Bible165 et aux sept arts libéraux166. Ces colonnes trouvent un écho dans la General Estoria puisqu’Alphonse X y mentionne deux colonnes construites par Jubal pour protéger ses connaissances sur la musique, là aussi l’une en brique et l’autre en pierre167, puis la construction de quatorze colonnes par Cham-Zoroastre168, sept de brique et sept de cuivre en référence aux arts libéraux169.

  • 170 PCG, 11, p. 13, 2a-3a.
  • 171 Ibid., 11, p. 13, 4a-19a.

51Ensuite, Rocas poursuit son voyage et arrive à Troie, avant qu’elle ne tombe la première fois170, où il passe pour un fou lorsqu’il leur annonce que la cité sera bientôt détruite171. Il s’enfuit alors vers l’Italie où il s’arrête à l’endroit où Rome sera construite. Et voici ce que nous dit la chronique à propos du passage de Rocas par l’Italie :

  • 172 Ibid., 11, p. 13, 19a-25a.

E uino por aquel logar o fue depues poblada Roma, y escriuio en un mármol quatro letras de la una parte que dizien Roma ; y estas fallo y depues Romulo quando la poblo, e plogol mucho por que acordauan con el so nombre, e pusol nombre Roma172.

  • 173 La Estoria de Espanna rapporte deux chutes de Troie. Ibid., 5, p. 8, 20a-21a : « destruyo Troya la (...)

52Rocas ne fonde donc pas Rome, mais trouve son futur emplacement et écrit « Roma » sur un marbre. Pourquoi ces lettres-là ? La chronique ne le dit pas. A-t-il anticipé ce qui devait advenir grâce à ce grand savoir acquis qui lui permet de deviner ce qui doit arriver, comme la destruction de Troie ? Où est-ce une paronymie entre son nom et celui de Rome (Roca(s)-Roma) qui pousse Rocas à écrire ces lettres ? Ici, l’écriture joue un rôle fondamental dans la transmission du nom. À plusieurs centaines d’années de distance (442 ans entre la seconde173 chute de Troie et la fondation de Rome par Romulus selon le chapitre 4), c’est l’écriture, gravée à nouveau dans le marbre, comme quarante des piliers de la connaissance trouvés par Rocas, qui permet de transmettre le nom de celle qui deviendra la grande Rome. Cet épisode met en évidence à quel point l’écriture est gardienne et vectrice de savoir à travers le temps. Dans le récit, Alphonse X attribue à Rocas une part symbolique de l’origine de l’Empire romain.

  • 174 Ibid., 12, p. 12, 33a-34a.
  • 175 Ibid., 12, p. 13, 35a-39a.
  • 176 Ibid., 12, p. 13, 46a : « omne onrrado » et 1b : « cauallero ».
  • 177 Ibid., 13, p. 13, 48b-49b : « fizo una torre sobraquella cueua, e moro alli yaquanto ».
  • 178 Ibid., 11, p. 12, 32b.
  • 179 Ibid., 11, p. 12, 32b-33b et 13, p. 13, 52b-53b.

53Rocas arrive ensuite en Espagne qu’il parcourt entièrement, comme les compagnies de Tubal avant lui : « endudola toda enderredor assi cuemo las montannas e los mares la cercan »174. Il arrive au centre de l’Espagne, et comme pour Rome, il trouve le futur emplacement de Tolède. Voici ce que dit la chronique : « uio que aquel logar era mas en medio dEspanna que otro ninguno, e auie y muy grand montanna, y entendio por so saber que alli auie a auer una grand cibdat, mas que no la poblarie el »175. Il s’installe dans une grotte avec un dragon devenu son ami, puis épouse la fille de Tarcus, un homme honorable176 et finit par construire une tour au-dessus de la grotte177, là où se trouve l’Alcázar de Tolède178. Après sa mort, ses fils Rocas et Silvio se disputent et l’un d’eux conserve cette tour tandis que l’autre en construit une autre, toujours selon la chronique à l’emplacement de l’église San Román179 de Tolède. La chronique attribue donc la proto-fondation de Tolède à Rocas.

  • 180 Il est aussi rattaché au temps historique puisqu’il s’intègre dans la chronologie : il est passé pa (...)

54Ce personnage n’est pas un personnage biblique mais il attribue tout de même à Tolède un caractère doublement biblique180. D’une part, son origine permet d’établir un lien entre l’Éden et Tolède et, d’autre part, les colonnes du savoir rappellent plusieurs personnages bibliques. Ces colonnes établissent donc de multiples identifications en favorisant des associations entre sagesse d’Orient et Espagne, entre personnages bibliques et Rocas, entre Rocas et Alphonse X et, finalement, entre les personnages bibliques et Alphonse X lui-même. La relation entre l’Espagne et Dieu est donc renforcée. De ce fait, Alphonse X dote son royaume d’un second fondateur très ancien et plus que prestigieux.

55En outre, Rocas instaure un lien entre l’Espagne, Troie et Rome. En effet, Rocas passe par Troie, et c’est le seul personnage de la chronique présent à Troie et qui plus est qui converse avec le roi Laomédon. Le fait qu’il fuit avant la première destruction de la cité, qu’il se réfugie à Rome puis en Espagne, plus précisément à Tolède, future capitale du Royaume wisigoth et ville de Castille, n’a rien d’aléatoire. Ce parcours physique s’apparente à un parcours chronologique. Le roi Rocas apparaît comme un fil conducteur entre Troie, Rome et finalement Tolède, à la fois capitale du Royaume des Wisigoths et siège de la primatie d’Espagne, opportunément située en Castille. Rocas agit ainsi comme un passeur entre différentes régions du monde et entre différentes époques de l’Histoire. Il personnifie ainsi la translatio imperii.

  • 181 Ibid., 13, p. 14, 1a-35a.

56De plus, bien que la future Tolède ait été découverte après la future Rome, la construction des tours par Rocas et ses fils permet de donner un avantage à l’ancienneté de Tolède puisque Rocas n’a rien construit à Rome où il n’a laissé qu’un marbre gravé. À la suite de Rocas, le récit introduit un épisode qui marque une séparation entre d’un côté les fondations celtibères et les proto-fondations de Rocas, rattachées aux temps bibliques, et, de l’autre, les fondations héroïques. En effet, une sécheresse de vingt-six ans vient s’abattre sur l’Espagne au temps des fils de Rocas. Toute la population quitte la Péninsule avant de revenir à la fin de la sécheresse et de fonder la ville de Niebla181.

Hercule

  • 182 Ibid., 5, p. 8, 3b-16b.
  • 183 Ibid., 5, p. 8, 25b-35b et 6, p. 8, 40b-48b.
  • 184 Ibid., 7, p. 9, 45b-p. 10 5a.
  • 185 Ibid., 8, p. 10, 27b-33b.
  • 186 Ibid., 8, p. 10, 36b-39b.
  • 187 Ibid., 8, p. 10, 40b-48b.
  • 188 Ibid., 7, p. 10, 5a-8a.
  • 189 Ibid., 7, p. 10, 10a-22a.
  • 190 De Rebus Hispaniae, I, 5, p. 16, 5-8. DRH trad., p. 67.
  • 191 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 36-37.
  • 192 PCG, 4, p. 7, 43b-44b.
  • 193 Jupiter apparaît plus loin dans le récit comme un dieu romain, mais pas en tant que personnage, par (...)
  • 194 Comme l’a fait remarquer Adeline Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 60, les chroniqueurs méd (...)
  • 195 PCG, 4, p. 7, 42b.
  • 196 Ibid., 4, p. 7, 39b-41b.
  • 197 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 152.
  • 198 Ibid., p. 144-145. De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 14-15, 2-5 : « cum itaque Hercules fere tota Asia o (...)
  • 199 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 41. Le Tolédan n’est pas le premier à faire cela, Isi (...)
  • 200 PCG, 4, p. 7, 22a-47a. La Estoria de España diffère sur trois points : 1243 ans au lieu de 1273 ent (...)
  • 201 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 56.
  • 202 Voir notre troisième partie sur la figure royale.
  • 203 PCG, 16, p. 15, 29b-30b : « ca los gentiles aorauan a Hercules assi cuemo a santo ».
  • 204 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 41.
  • 205 Ibid., p. 37.

57 La chronique attribue les proto-fondations de Cadix182 et de Séville183, les fondations de La Corogne184 (unique fondation qui n’était pas mentionnée chez Jiménez de Rada), Tarazona185, Urgel186, Barcelone187, ainsi que de la Galice188 et de la Lusitanie189 à Hercule. Jiménez de Rada présentait Hercule comme le fils de Liber, et le petit-fils de Jupiter et Pélops (ce dernier présenté comme le créateur des Jeux Olympiques)190. Alphonse X, quant à lui, s’efforce de préciser les origines du héros grec et de les rendre utiles. Pour ce faire, il s’inspire probablement du philosophe Évhémère de Messine (330-250 av. J.-C.) qui faisait une interprétation rationnelle des mythologies de l’Antiquité. Ce dernier considérait que les dieux n’étaient que des héros, des sages ou des savants aux qualités exceptionnelles, divinisés par l’admiration populaire191. Suivant cette idée, le Roi Sage présente Hercule comme le fils du roi Jupiter de Grèce et de la reine Almena (Alcmène), épouse du roi Amphitryon192. Cette version rationalisée de la mythologie gréco-romaine crédibilise la figure d’Hercule en même temps qu’elle l’exalte. En effet, dans un contexte chrétien, faire de lui le fils d’un dieu à ce moment précis du récit193 aurait été étrange, voire blasphématoire, et le récit aurait alors relevé de la fiction, anéantissant les efforts d’Alphonse X pour faire de la Estoria de España un récit historique. Un demi-dieu aurait discrédité le récit, alors que cette origine royale194 fait d’Hercule un héros humain, bien plus crédible et honorable. La chronique ne précise-t-elle pas qu’Hercule « fue de muy grand linage »195 ? De plus, l’étymologie proposée par la chronique fait de lui un grand guerrier, honoré pour sa force : « de her e de cleos, que quier dezir batallador onrado o alabado en fuerça y en lit »196. Jiménez de Rada avait utilisé ses connaissances bibliques et classiques en les adaptant en fonction de son intérêt197, afin de fournir un glorieux ancêtre à l’Espagne. Il reprend par exemple un passage d’Orose en remplaçant le nom d’Alexandre le Grand par celui d’Hercule198. Le Tolédan inclut aussi Hercule dans le temps historique en le situant par rapport au moment de la dispersion des langues, au temps des Juges d’Israël et de la chute de Troie. L’histoire de l’Espagne passe ainsi de la dispersion des langues aux Cétubales, puis à Hercule et Hispan. Le philologue José Antonio Caballero López parle à ce sujet de syncrétisme biblico-classique199. Cependant, c’est bien Alphonse X qui porte à son paroxysme la vision de Jiménez de Rada en humanisant Hercule. Rada rejetait l’histoire des envahisseurs (carthaginois, romains…) pour passer directement à l’histoire des Goths, ce qui provoquait une rupture dans la fluidité de son récit. En revanche, Alphonse X fait le lien entre Hercule et les Grecs puis avec les Carthaginois et les Romains, tout en réutilisant la même chronologie200 et en synthétisant histoire biblique et histoire classique afin d’inscrire le héros grec dans le temps historique201. Ainsi, la Estoria de España précise qu’Hercule a vécu au temps du Juge d’Israël Gédéon et est mort treize ans avant la seconde chute de Troie, soit 455 ans avant que Romulus ne fonde Rome. À travers le récit alphonsin, Hercule devient un personnage humain d’ascendance royale, un personnage historique doté de qualités chères à Alphonse X202 et adoré comme un saint203. Hercule est l’un des héros les plus caractéristiques du monde classique204 (notamment grâce aux douze travaux). Tout dans la présentation d’Hercule fait de lui un héros prestigieux digne de figurer parmi les fondateurs de l’Espagne à laquelle il apporte son prestige205.

58 Hercule occupe donc une place à part dans le récit des fondations, il est le premier fondateur au sens propre à être identifié et à posséder une individualité. Les Celtibères ne sont pas différenciés, ils forment un peuple mais aucun d’eux ne se démarque. Quant à Rocas, il est clairement identifié, mais il n’a pas à proprement parler fondé Tolède. La chronique va d’ailleurs dans ce sens, lorsqu’elle dit ceci :

  • 206 PCG, 3, p. 7, 8a-16a.

Tod estas tierras sobredichas fueron pobladas assi cuemo uos contamos, e ouo y muchos cabdiellos que fueron sennores dellas e que ouieron grandes guerras entre si, mas porque los sos fechos no fueron muy sennalados pora contar en est estoria, tornaremos a fablar de Hercules que fue ell omne que mas fechos sennalados fizo en Espanna en aquella sazon206.

  • 207 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 60.

59La chronique suggère ainsi qu’Hercule est le premier homme honorable et digne d’intérêt à endosser le rôle de fondateur (après les Celtibères bien sûr). Surtout, la chronologie présente l’avantage d’établir que toutes les fondations attribuées à Hercule remontent à plusieurs siècles avant la fondation de Rome, et même à quelques années avant la chute de Troie. Cadix, Séville, La Corogne, Tarazona, Urgel, Barcelone, la Galice et la Lusitanie sont donc supérieures en ancienneté à toutes les fondations d’Europe, généralement attribuées à des survivants troyens. Leur histoire est « par là-même supérieure en noblesse »207 à tous les royaumes chrétiens voisins et à Rome elle-même.

Hispan

60 Après qu’Hercule est reparti à l’aventure, c’est, selon la chronique alphonsine, son neveu Hispan qui prend la tête de l’Espagne à qui il donne son nom et dont il devient le premier roi. Hispan fonde Ségovie qu’il dote de son aqueduc et fait ériger un phare en Galice, et c’est aussi lui qui fait de Cadix une ville.

  • 208 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 149.
  • 209 H. de Carlos Villamarín, « Mitos fundacionales… », p. 254.
  • 210 Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, dédicace, p. 79 : « primus rex Hispanorum extitit n (...)
  • 211 Voir l’explication d’Adeline Rucquoi à ce sujet, ibid., p. 60-63.
  • 212 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 149-151.
  • 213 Rasis, 50, p. 122, 7.
  • 214 Voir à ce sujet ibid., note 11, p. LXXVII.
  • 215 Ibid., 50, p. 123, 21 et p. 124, 25.
  • 216 Ibid., 50, p. 125, 41 : « ouo çinquenta e tres rreyes de su linaje despues del, ansi como desçendie (...)
  • 217 Ibid., 52, p. 127, 6.
  • 218 Ibid., 52, p. 126-127.
  • 219 Ibid., 53, p. 128, 3.
  • 220 Ibid., 50, p. 124, 25 : « Tú, señor, nos traxiste a esta tierra, e tu eres el primero rrey della e (...)

61Revenons d’abord sur l’origine du personnage d’Hispan qui n’appartient pas à la mythologie gréco-romaine. Il n’apparaît à aucun moment comme le neveu, le fils ou l’ami d’Héraclès (dans la mythologie grecque) ou d’Hercule (dans la mythologie romaine). Alphonse X ne l’a cependant pas inventé puisqu’il a repris le passage le concernant chez Jiménez de Rada. D’après le philologue Juan Antonio Estévez Sola208, la première apparition d’Hispan comme personnage éponyme se fait dans Les Histoires Philippiques de Trogue Pompée (Ier siècle av. J.-C.), que nous ne connaissons qu’à travers la version abrégée de Justin (IIe-IIIe siècle). Ce dernier mentionne un roi Hispalo qui aurait donné son nom à l’Hispanie. Cependant, selon Helena de Carlos Villamarín209, Jiménez de Rada ne connaissait pas ce texte. Ensuite, Hispanus réapparaît chez Isidore de Séville210. Selon Adeline Rucquoi, c’est aux chroniqueurs de l’Espagne musulmane que l’on doit l’existence d’Hispan211, mais Estévez Sola écarte que Jiménez de Rada se soit inspiré directement de sources arabes212. Un roi Hispan apparaît bien dans la Chronique du Maure Rasis, où il est présenté comme le fils de Japhet213 (en lieu et place de Tubal donc214) et le premier roi d’Espagne215. Hispan est ensuite suivi par cinquante-trois rois issus de sa descendance216 jusqu’à ce qu’Helion (Geryon)217 soit tué par un nouveau venu en Espagne, Hercule218, par ailleurs présenté comme le premier roi des Romains219. Jiménez de Rada et Alphonse X utilisent donc les mêmes personnages qu’al-Razi, mais la chronologie est bouleversée, inversée et très dilatée. Selon al-Razi Hispan ne succède pas à Hercule, mais l’inverse, et encore, au terme de plusieurs générations puisque cinquante-trois rois les séparent. Les différents chroniqueurs coïncident tout de même sur un point : Hispan donne son nom à l’Espagne, même si dans la Chronique du Maure Rasis ce sont les hommes d’Hispan qui font ce choix220 et non Hercule.

  • 221 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 151.

62Quoi qu’il en soit, où qu’il ait pu trouver son inspiration, le Tolédan est le premier221 à véritablement relier les personnages d’Hercule et d’Hispan. Adeline Rucquoi propose une explication de l’usage que fait Alphonse X du personnage d’Hispan :

  • 222 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 63.

L’incorporation d’Ishban-Hispan dans l’histoire chrétienne de l’Espagne relève donc du désir d’Alphonse X le Sage de ne négliger aucune source afin d’établir les concordances nécessaires pour que son œuvre fût exhaustive. Ishban-Hispan, personnage fondateur dans l’historiographie hispano-musulmane trouve ainsi sa place dans l’histoire officielle à la suite d’Hercule, dont il devient le successeur et même le neveu222.

  • 223 PCG, 8, p. 11, 6a-7a.
  • 224 C. BEAUNE, op. cit., p. 21-36.

63Toutefois il est peu vraisemblable qu’Alphonse X incorpore Hispan à partir des sources arabes dans un souci d’exhaustivité puisqu’il reprend les passages de Jiménez de Rada. Ces sources ont tout au plus pu le conforter en lui montrant qu’Hispan apparaissait ailleurs que chez le Tolédan. Ce n’est pas non plus Alphonse X qui fait d’Hispan le successeur d’Hercule, c’est Jiménez de Rada, tout au plus le Roi Sage se borne-t-il à préciser leur lien et nous verrons pourquoi. Adeline Rucquoi semble suggérer qu’Hispan est un personnage secondaire, arrivé là presque par hasard, dans un simple souci d’exhaustivité. Selon notre analyse, Hispan est tout sauf un personnage insignifiant, puisque c’est son nom qu’Hercule donne à la Péninsule : « camio el nombre a la tierra qua ante dizien Esperia e pusol nombre Espanna »223. Il est le héros éponyme qui manquait à l’Espagne. En effet, Rome avait Énée et Romulus, les Francs avaient Francion224 et les Anglais avaient Brutus, tous des héros d’origine troyenne – sauf Romulus mais son père était le roi d’Albe-la-Longue, fondée par Ascagne, le fils d’Énée. Grâce à Hispan, Jiménez de Rada puis Alphonse X utilisent les mêmes armes que les autres royaumes chrétiens qui s’étaient déjà trouvés un fondateur éponyme, tout en martelant l’ancienneté de l’Espagne sur ses voisins.

  • 225 PCG, titre du chapitre 9, p. 10 ; 10, p. 11, 51a et p. 12, 36a, 38a, 44a et 47a.
  • 226 Ibid., 8, p. 11, 2a et 9, p. 11, 13a.
  • 227 Ibid., 9, p. 11, 39a-40a : « desque toda la ouo poblada e assessegada, escoio pora su morada Caliz  (...)
  • 228 Ibid., 10, p. 12, 5a-7a : « era el logar que su padre mas amaua, e allí querie fazer cabeça de tod (...)
  • 229 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 62.
  • 230 Ibid., p. 62.

64De plus, Hispan est le premier roi d’Espagne. Les Celtibères et Hercule avaient peut-être conquis toute l’Espagne, mais la chronique ne faisait pas pour autant d’eux des rois, et le roi Géryon, contre qui s’est battu Hercule, n’était pas le roi de toute la péninsule. Hispan est le premier que Jiménez de Rada et Alphonse X désignent comme roi225 ou seigneur de l’Espagne226. Et il est le premier à se comporter comme tel en se choisissant une capitale227, Cadix. La Estoria de España, qui se démarque de Jiménez de Rada en cela, désigne la ville à deux reprises comme « tête » (cabeça) de l’Espagne228. Même si au XIIIe siècle les rois de Castille et León n’ont pas de capitale fixe puisque le monarque doit être mobile pour être efficace229, le concept de capitale est loin d’être inconnu puisque Rome avait été capitale de l’Empire romain et Tolède capitale du Royaume wisigoth. De plus, Alphonse X reste parfois deux ou trois ans dans la même ville230. Hispan devient ainsi l’ancêtre symbolique de tous les rois d’Espagne passés et futurs, ce qui englobe Alphonse X lui-même qui aspire à dominer toute la Péninsule.

  • 231 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 2-3 : « de heroum maioribus », DRH trad., p. 70-71 : « estirpe de (...)
  • 232 PCG, 8, p. 11, 3a.
  • 233 Ibid.., 8, p. 11, 2a-3a : « un so sobrino ».
  • 234 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 45.

65En outre, le fait qu’Alphonse X fasse d’Hispan le neveu d’Hercule n’est pas anodin. Chez Jiménez de Rada, Hispan est un jeune homme noble qu’Hercule a élevé depuis son enfance231, alors que pour la Estoria de España, si Hispan a bien été élevé par Hercule – « criara de pequenno »232 – il est surtout son neveu233. Ce détail n’en est pas tout à fait un. Même si Jiménez de Rada précisait qu’Hispan était noble, cet ajout alphonsin en fait un membre de la famille royale puisqu’Hercule descend du roi Jupiter et de la reine Alcmène. Qu’il soit son neveu du côté paternel ou maternel, ce que la chronique ne précise pas, Hispan a le même sang royal que le grand Hercule. Le lignage d’Hispan est donc garanti par ce lien de parenté proche. L’anoblissement d’Hispan se fait ici dans la lignée de l’anoblissement d’Hercule. De plus, ce lien montre que, dès cette époque-là, la transmission du pouvoir se faisait par le sang, ce qui renvoie à la vision politique d’Alphonse X qui considérait que l’Empire devait se transmettre par le sang234. Les premiers fondateurs espagnols sont des rois comme Rocas ou qui descendent de rois comme Hercule et Hispan roi à son tour. Cet anoblissement – entièrement dû à Alphonse X qui introduit Rocas, fait d’Hercule le fils d’un roi et d’Hispan son neveu – permet d’anoblir l’Espagne à son tour, à la fois par l’ancienneté et par le sang royal.

  • 235 PCG, 9, p. 11, 43a-44a : « en el logar no auie poblança ninguna sino la torre que Hercules fiziera  (...)
  • 236 Ibid., 9, p. 11, 35b-36b : « fiios de reyes muy ricos e con grand algo : ell uno era de Grecia » et(...)
  • 237 C.-G. DUBOIS, op. cit., p. 12-13.
  • 238 Généralement on attribue l’origine des Pyrénées à la jeune Pyrène, amoureuse d’Hercule qu’il enterr (...)

66 La Estoria de España s’éloigne également du récit de Jiménez de Rada sur un autre point, le peuplement de Cadix (Jiménez de Rada ne parlait que de la construction d’une tour) à la suite de l’érection d’une tour par Hercule235. Ce dernier parvient à rendre l’île habitable grâce aux conseils de sa fille Liberia et au travail des prétendants et du futur époux de celle-ci, Pyrrhus, lui-même fils d’un roi grec236. Hispan est le successeur de son oncle par le sang et les actions. Encore une fois, le schéma de fondation mythique ressurgit. Hercule est le père (oncle) qui n’est certes plus un demi-dieu chez Alphonse X mais qui reste un personnage hors du commun, qui laisse le royaume à son fils (neveu) qui est donc appelé à « réaliser en histoire les vœux parentaux ». Claude-Gilbert Dubois précise que, dans ce schéma, le fils « implante les éléments formateurs de l’ordre social, qui seront développés et précisés par la société future »237, et c’est exactement ce que fait Hispan en se choisissant une capitale. En devenant le premier roi d’Espagne il enracine les bases du futur ordre social, la monarchie, et il devient à son tour le père dans un nouveau schéma. En effet, ni Liberia ni Pyrrhus n’apparaissaient chez Jiménez de Rada. À la mort d’Hispan, c’est Pyrrhus son gendre qui devient roi, fonde à son tour plusieurs villes dont Osuna et Grenade (Libiria) à laquelle il donne le nom de son épouse, et qui peuple Tolède. Contrairement à la tradition, la chronique affirme aussi que c’est lui qui donne son nom aux Pyrénées238. Le nouveau couple père-fils, Hispan et Pyrrhus n’est pas non plus sans rappeler le plus célèbre couple père-fils de l’histoire de l’Espagne, Pelayo et son gendre Alphonse Ier qui donnent naissance à un nouveau royaume chrétien appelé à réincarner l’Espagne.

  • 239 PCG, 13, p. 14, 42a-45a : « quando uido aquellas torres, fizo y fazer dos castiellos muy fuertes, e (...)
  • 240 Ibid., 526, p. 294, 13b-16b.
  • 241 Ibid., 526, p. 294, 27b-30b.

67 La Estoria de España établit aussi un lien entre Pyrrhus et le roi Rocas : c’est en trouvant les deux tours construites par Rocas et ses fils que Pyrrhus décide de construire deux châteaux-forts qui demeurent debout jusqu’à l’arrivée des Romains239. De plus, le roi Wamba fait reconstruire les fortifications de Tolède et inscrire un message sur ses murs : « el noble rey Bamba alço e meioro la cibdad de Toledo con ayuda de Dios pora acrescentar la onrra et la nombradia de su yente »240, et un autre message sur les tours qui encadrent les portes de la ville « vos sanctos de Nuestro Sennor, que sodes onrrados en este logar, saluad et guardad este pueblo et esta cibdad por el poder que auedes »241. Ces nouvelles constructions et inscriptions à l’emplacement de la future Tolède permettent d’établir un lien entre Rocas, Pyrrhus et Wamba, entre le roi venu de l’Éden, les Grecs et les Wisigoths.

  • 242 Ibid., 7, p. 9, 9b-17b.

68 Pour que la liste des fondations grecques soit complète, il faut ajouter à cela d’autres fondations, moins développées et qui se trouvaient déjà chez Jiménez de Rada. Les soldats de Galatie, de Tyr et d’Ausone qui accompagnent Hercule donnent leur nom à la Galice pour les premiers et à Tarazona pour les autres (Tirausonia). Il faut aussi citer le petit-fils d’Ulysse qui porte le même nom que son illustre aïeul et qui fonde Lisbonne, ainsi que sa fille Buena qui donne leur nom à la ville (Ulysse-Buena > Lisbona)242. La chronique attribue donc un rôle de fondateurs aux Grecs et particulièrement à Hercule, Hispan et à Pyrrhus.

  • 243 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 37.
  • 244 PCG, 5, p. 8, Cadix ; 6, p. 8-9, Séville ; 7, p. 9-10, Lisbonne, La Corogne, la Galice, la Lusitani (...)

69 La Estoria de España développe, ajoute des éléments au récit de Jiménez de Rada afin d’étayer la solidité, l’ancienneté et la noblesse de ces villes. L’inclusion du héros mythologique Hercule et la création d’Hispan par Jiménez de Rada puis les ajouts d’Alphonse X élargissent le fonds d’histoire antique à disposition243 des rédacteurs. En effet, sans Hercule et les autres Grecs l’histoire du peuplement de l’Espagne serait bien plus réduite, puisqu’ils jouent un rôle dans la fondation ou l’attribution du nom de la moitié244 des villes ou régions citées par la chronique.

Les Troyens

  • 245 Ibid., 58, p. 39, 38a-39a : « tan noble cibdat » et « tantos omnes buenos ».
  • 246 Ibid., 59, p. 41, 33a-38a : « deuies lo fazer por Julio to fijo, que es tan pequeño, que lieuas con (...)
  • 247 Ibid., 3, p. 6, 22a-24a : « Bretanna poblo Brutho, que fue del linaje de los de Troya, e por essol (...)
  • 248 Ibid., 3, p. 5, 48b-p. 6, 22a.
  • 249 Ibid., 57, p. 38, 56a-1b : « Eneas, que escapara del destroymiento de Troya », et 3, p. 5, 48b-50b  (...)

70Au contraire des Romains dans l’Antiquité et des Français et des Anglais au Moyen Âge, les chroniqueurs castillans n’ont semble-t-il pas cherché à se rapprocher des Troyens pour expliquer et anoblir leurs origines ou celles de leurs villes. Toutefois, ils n’ignoraient pas la grandeur de Troie245 qui n’était plus à présenter, ni le recours qu’en faisaient certains royaumes chrétiens. La chronique cite les Troyens Énée et ses fils Ascagne et Iule246 ainsi que Brutus247 et Priam248, respectivement à l’origine de Rome, de la Bretagne, de la Germanie et de la France. Énée, Ascagne, Priam et son frère Anténor sont présentés comme des rescapés de la destruction de Troie249. De plus, la seconde chute de Troie représente un jalon dans la chronologie donnée en tête du chapitre 4 et les deux chutes servent de référence pour situer Rocas ou la mort d’Hercule et Hispan. En outre, le roi Rocas est mis en scène à Troie en présence du roi Leomedon. Il ne peut donc s’agir de méconnaissance. Alors pourquoi les Castillans et en particulier Alphonse X qui, nous l’avons vu, n’hésitent pas à faire de petits ajouts très opportuns, n’ont-ils pas fait appel aux Troyens pour prouver leurs hautes origines ?

  • 250 Ibid., 192, p. 142, 41a-47a : « Este Traiano fue español, cuemo dessuso es dicho, et natural duna u (...)

71La Estoria de España, ne fait qu’une seule allusion à une fondation troyenne dans la péninsule Ibérique. Il s’agit de Pedraza en Extrémadure, ville d’origine de l’empereur Trajan qui doit son nom aux Troyens (Troya-Traiano)250 selon le récit.

  • 251 Selon l’expression de J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 37.
  • 252 C. BEAUNE, op. cit., p. 53.
  • 253 Ibid., p. 56-57.
  • 254 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 45.

72Sans doute les rédacteurs ne voulaient-ils pas se réclamer des mêmes origines que leurs voisins européens, ce qui revenait à souligner la singularité de l’Espagne. Et surtout, les Cétubales, le roi Rocas, Hercule et Hispan antérieurs à la chute de Troie, suffisent à prouver une ancienneté supérieure à celle des voisins européens. En effet, les héros fondateurs ont réchappé de la destruction de Troie (hormis Brutus pour lequel la chronique ne précise pas de chronologie), et ils se sont ensuite établis en Europe, où ils ont été à l’origine de Rome et de la Germanie. Or, ces fondations postérieures à la seconde chute de Troie prouvent de facto que l’Espagne et la monarchie espagnole sont plus anciennes que ses puissants voisins français et germaniques, puisque nombre de villes et de régions sont antérieures à cette seconde destruction. Le rappel des nobles origines françaises est peut-être moins le signe de l’exhaustivité de la Estoria de España qu’une preuve permettant une comparaison bien utile. Sans compter qu’Hispan, devenu le progéniteur éponyme251 de tous les rois d’Espagne, apporte une éponymie plus ancienne qu’Énée, Brutus ou Francion. Alphonse X réalise le doublet prestige-ancienneté en se dotant de glorieux ancêtres symboliques et en situant les origines de la monarchie espagnole (castillane) avant celle des autres royaumes européens que les historiographes attribuent à des survivants de la chute de Troie, survenue treize ans après la mort d’Hercule, donc après l’arrivée d’Hispan à qui Hercule avait laissé le pouvoir avant sa mort. L’Espagne prend donc le premier rang parmi les nations européennes252 en même temps que le Roi Sage lui assure l’indépendance, particulièrement vis-à-vis de la papauté et du Saint-Empire Germanique qui revendiquent l’héritage de Rome253. Il s’agit d’ailleurs d’un lieu commun au XIIIe siècle, résumé par la formule latine « rex non recongnoscat superiorem in temporalibus », les rois cherchant à se protéger d’éventuelles ingérences du Pape ou de l’empereur254.

73Cela dit, le récit ne se prive pas complètement d’établir une relation entre Troie et l’Espagne à travers Rocas et Trajan qui font en quelque sorte office de passeurs, de liens. En effet, comme nous l’avons déjà évoqué, Rocas passe par Troie, puis par Rome, avant de rejoindre l’Espagne. Il en va presque de même pour Trajan qui apparaît dans le récit comme un empereur romain né en Espagne avec des origines et un nom troyens. En résumé, même si Troie est loin d’être autant exploitée par les chroniqueurs castillans que par les Français ou les Anglais au même moment, ils n’ignorent pas sa renommée et son importance et utilisent d’autres procédés que la fondation afin de la relier à l’Espagne.

Les Carthaginois

  • 255 PCG, 7, p. 10, 31a-39a : « Carthagena, que ouo este nombre de Cartago la grand, que es en Affrica, (...)
  • 256 Ibid., 7, p. 10, 31a-32a : « Carthagena, que ouo este nombre de Cartago la grand ».

74Carthage est également mentionnée dans la Estoria de España qui lui attribue la fondation de Carthagène255. La chronique donne deux étymologies différentes pour cette ville. La première, la plus évidente, Carthagène doit son nom à Carthage256 et son surnom de Spartaria au sparte cultivé dans la région (il s’agit du nom que la ville a reçu sous l’occupation byzantine de 550 à 622). Quarante-huit chapitres plus loin, la chronique donne une étymologie totalement différente, ce qui laisse penser que ce ne sont pas les mêmes rédacteurs qui ont travaillé sur les deux chapitres. Dans cette version, Carthagène devrait son nom à un esclave de Didon, Carthon.

  • 257 Ibid., 67, p. 50, 21b-31b : « Algunos dixieron que la puebla de Carthago fue fecha en tiempo del re (...)
  • 258 Ibid., 16, p. 15, 9b-17b : « quatro emperios que sennorearon el mundo ».
  • 259 Ibid., 66, p. 50, 44a-45a.
  • 260 Ibid., 61, p. 44, 1b-3b.
  • 261 Ibid., 55, p. 36, 3b-6b.
  • 262 Ibid., 69, p. 51, 24b-25b.
  • 263 Ibid., 61, p. 45, 20a-21a.
  • 264 Ibid., 69, p. 51, 23a-28a.
  • 265 Ibid., 61, p. 44, 16b-19b.

75La description que le récit fait de Carthage permet d’établir que sa fondation et sa grandeur sont largement antérieures à celles de Rome257 puisque, comme nous le rappelle habilement la chronique, Énée est passé par Carthage où il a épousé Didon avant de rejoindre l’Italie. De plus, la chronique exalte la grandeur de l’empire carthaginois qui fait partie des quatre empires qui ont gouverné le monde avec les Babyloniens, les Macédoniens et les Romains258. La chronique souligne les qualités de la ville : « fue tan noble uilla e tan fuert e tan rica »259, et son pouvoir. Nous pouvons lire : « este [empereur] Pago crecio tanto ell imperio, el puso en tamanna onra, que fue contado por uno de los mayores sennorios del mundo »260, ou encore « todas las otras tierras que eran en Affrica tremien antel so nombre, e aun las dAsia e de Europa que eran sobrel mar Mediterraneo »261. La chronique exalte aussi Carthage, faisant de la ville l’égale de Rome. Carthage est décrite comme « espeio e resplandor de Roma »262. Plusieurs passages, dans lesquels l’on trouve le terme « igual » ou des mots de la même racine, sont particulièrement significatifs. Ainsi la chronique rapporte que Romains et Carthaginois étaient des rivaux : « se querien eguar con ellos en cibdat y en poder y en fechos »263. Chaque cité ne peut supporter d’avoir une égale, c’est ce que nous dit la chronique : « punnaron ellos e los que depues uinieron de fazer aquella cibdat de Roma atal que no fallassen otra que fuesse egual della ; e porque Carthago era como contrasto de Roma mas que otro logar »264, ou encore : « esta guerra mas la ouieron por enuidia que por otra cosa ninguna, por ueer qual era la meior daquellas dos cibdades : Roma o Carthago »265. Selon la Estoria de España, c’est cette rivalité qui a fini par pousser Rome à détruire Carthage, car deux empires ne pouvaient coexister de la sorte :

  • 266 Ibid., 66, p. 49, 2a-8a.

Mayor pesar auien por el nombre que ganauan los de Carthago e que se fazien eguales con ellos ; assi que quand algunos alabassen a Roma, otrossi podrien alabar a Carthago ; e por esta egualeza les pesaua a ellos tanto que no podrie mas, por que egual sobre egual no a sennorio266.

  • 267 Ibid., 55, p. 36, 11b-p. 37, 37a.

76En soulignant ainsi la puissance et la richesse de Carthage, comparée à Rome, la chronique montre que cet empire combine ancienneté et noblesse, et que toutes les conditions sont donc réunies pour y voir un fondateur hautement prestigieux qui contribue à la grandeur de l’Espagne. De plus, la chronique prend soin de relier les Carthaginois aux Espagnols en soulignant leurs origines communes. En effet, certains des compagnons d’Hercule venaient de Tyr, tout comme la reine Didon et ses partisans qui ont fondé Carthage, ce qui établit un nouveau parallèle entre Carthage et l’Espagne, toutes deux peuplées ou fondées par un personnage prestigieux et ses compagnons. En outre, les rédacteurs affirment que Didon souhaitait déplacer sa cité de Carthage à Carthagène267. Même si elle ne le fait pas car les habitants de Carthage la convainquent de rester, cette anecdote montre que l’Espagne avait déjà vocation à devenir la tête d’un empire, l’un des quatre plus grands au monde.

Les Romains

  • 268 Ibid., 4, p. 7, 52a-2b.
  • 269 Ibid., 6, p. 8-9.
  • 270 Ibid., 192, p. 144, 32a-37a.
  • 271 Ibid., 119, p. 96, 25a-26a : « descendie del linnage de Julo el fijo de Eneas ».

77La chronique rattache aussi l’histoire de ses villes à l’Empire romain en attribuant la fondation de Tolède à deux consuls romains, Tholemon et Bruto qui lui donnent leur nom268 (Tholemon et Bruto > Toledo). Jules César fonde Séville après avoir trouvé les piliers d’Hercule269 et il donne son nom à Saragosse (Cesar Augusta). L’empereur Trajan fonde León270. Dans les deux derniers cas, la chronique établit une origine troyenne en précisant que César et Trajan descendent de Troyens271. De plus, Saragosse ayant été fondée dans un premier temps par les Cétubales (Auripa) et Tolède par le roi Rocas, la chronique instaure aussi une continuité entre les personnages à caractère biblique et les Romains. La Estoria de España construit donc un double lien entre Romains et temps bibliques et Romains et Troyens.

  • 272 Ibid., 329, p. 196, 5b-40b.
  • 273 Même si officiellement Alphonse X considère que le temporel et le spirituel doivent être séparés, c (...)

78Suivant la tradition, la chronique attribue la division métropolitaine à Constantin Ier. Ce dernier n’a pas fondé de nouvelles villes au sens propre, mais il a symboliquement refondé toute l’Espagne en la divisant en six archevêchés et soixante-et-onze évêchés272. Cette refondation spirituelle permet ainsi de renouer avec l’histoire biblique des fondations : Dieu a envoyé les Cétubales peupler l’Espagne, il envoie ensuite Constantin Ier pour lui donner une organisation chrétienne. Cette figure de l’Empereur organisant l’administration ecclésiastique montre que, dès les premiers siècles de l’Église, ce chef temporel exerçait son pouvoir sur les affaires spirituelles de son empire. Cet exemple particulièrement fort sert les projets politiques d’Alphonse X qui entend bien s’immiscer dans l’organisation de l’Église castillane, ce qui lui refusent les Papes successifs et les évêques273. L’exemple de Constantin Ier est d’autant plus intéressant pour Alphonse X, que l’empereur a institué cette organisation territoriale. Dans cette logique, il est normal que le pouvoir temporel, Alphonse X en l’occurrence, puisse continuer d’intervenir dans les affaires de l’Église.

  • 274 PCG, 470, p. 263, 6a-8a.

79Après les Romains, ce sont les Wisigoths qui se sont emparés de l’Espagne, mais la chronique ne leur attribue qu’une seule fondation, celle de Recopolis par le roi Léovigilde en l’honneur de son fils Récarède274.

  • 275 Certains chercheurs (R. Menéndez Pidal, I. Fernández-Ordóñez) affirment que ces deux chapitres se f (...)

80Au cours du récit, la chronique établit aussi des correspondances étymologiques entre Alava et les Alains, le fleuve Cil et les Sillings, l’Andalousie et les Vandales, mais à notre sens, ces rapprochements ne font que marquer les invasions successives et non une volonté d’anoblissement à travers ces peuples, comme c’est le cas avec les Grecs ou les Romains. C’est aussi le cas pour les fondations attribuées aux Almujuces275, décrits comme des païens adorateurs du feu. Les deux chapitres (14 et 15) que leur consacre la chronique ne participent pas d’une glorification de l’histoire péninsulaire.

***

  • 276 Comme Jiménez de Rada avant lui.
  • 277 A. Rucquoi, « Les villes d’Espagne… », p. 5.
  • 278 Ibid., p. 11.
  • 279 Ibid., p. 10.
  • 280 Ibid., p. 11.
  • 281 Gilles de Rome (v. 1243-1316) est un archevêque, théologien et philosophe.
  • 282 Gilles de ROME (auteur) et Juan BENEYTO PÉREZ (éd.), Glosa castellana al Regimiento de príncipes de (...)
  • 283 A. Rucquoi, « Les villes d’Espagne… », p. 23.
  • 284 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 152.

81La chronique attribue ainsi les fondations à des personnages bibliques ou de hauts rangs appartenant aux civilisations les plus nobles : Troyens, Grecs, Carthaginois et Romains. De plus, nombre de villes ont été fondées ou peuplées avant la chute de Rome, car une conséquence logique du principe d’ancienneté est qu’il permet « d’établir une indiscutable hiérarchie entre les fondations ». De ce fait, les royaumes européens qui se sont forgés sur les cendres de l’Empire romain se lancent dans une « course » à l’ancienneté afin de surpasser leurs voisins. La noblesse se construit donc aussi au regard de celle des autres. Alphonse X276 s’est servi de ses sources bibliques et classiques et de son imagination afin de se tailler des origines sur mesure pour lui-même et son royaume. Les rédacteurs racontent « le peuplement de la Péninsule comme un récit de fondation de villes »277, et opèrent une identification278 entre ces villes et le royaume. Plus que l’origine de ces villes dans leur individualité, c’est l’origine du royaume qui est mise en scène et exaltée. Ces villes appartiennent non pas à la mémoire de leur royaume respectif mais à la mémoire d’un ensemble plus large, l’Espagne279. Elles fonctionnent comme une métonymie de l’Espagne, raconter leur histoire revient à raconter l’histoire de l’Espagne. Cette identification peut s’expliquer par l’héritage classique, car dans l’Antiquité il y avait « confusion entre la ville et l’empire, entre la cité et le royaume »280. Dans les années 1340, le franciscain Juan García de Castrojeriz, dans le commentaire en castillan qu’il fait du De regimine principum de Gilles de Rome281, explique par exemple qu’un royaume n’est rien d’autre que le rassemblement de beaucoup de villes sous un roi282. Ainsi, selon Adeline Rucquoi, « la memoria des cités constitua toujours en Espagne celle du royaume »283. En établissant la noblesse des origines de l’Espagne et en faisant remonter la monarchie espagnole, c’est-à-dire la monarchie qu’il incarne, aux héros de l’Antiquité284, Alphonse X façonne non seulement la noblesse de l’Espagne, mais il construit aussi celle de ses rois qui descendent tous, symboliquement, d’Hispan.

Les schémas opératoires de transmission mythique

82En effet, en examinant les différentes fondations mises en scène dans la chronique, il apparaît que certains schémas se répètent et se chevauchent afin de relier les fondateurs à leur(s) fondation(s) et de relier les fondateurs entre eux.

Le lignage

  • 285 PCG, 12, p. 13, 46a : « omne onrrado » et 1b : « cauallero ».
  • 286 Ibid., 16, p. 15, 50b-52b.
  • 287 Didier LETT, Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Ve-XVsiècle, Paris : Hachette, 2000, p. (...)
  • 288 Ibid., p. 23. La première généalogie connue date du milieu du Xe siècle et a été rédigée par Witige (...)
  • 289 Ibid., p. 24. La généalogie est aussi rendue nécessaire par la politique grégorienne matrimoniale q (...)

83L’un de ces schémas opératoires est la transmission par le sang, l’héritage à travers la lignée qui se mêle au motif de fondation mythique. Plus qu’à un homme ou à une femme certaines villes doivent leur fondation à une famille, à une lignée. Ulysse, Rocas et surtout Hercule s’établissent en Espagne et laissent leur héritage, en l’occurrence des villes, des régions, un pays, à leurs descendants directs. Buena succède à son père Ulysse (le petit-fils du héros de l’Odyssée) à la tête de Lisbonne, les fils de Rocas héritent de sa tour à Tolède et en construisent une seconde ; on ne connaît pas la famille de Rocas, mais la chronique cite son beau-père, Tarcus, un chevalier honorable285. La famille la plus remarquable par le nombre de fondations reste celle d’Hercule dont la lignée se perpétue à travers son neveu Hispan, puis la fille et le gendre de celui-ci, Liberia et Pyrrhus. Dans ces trois cas, la chronique établit une généalogie d’au moins trois générations (Ulysse > ? > Ulysse > Buena ; Tarcus > Rocas > Rocas et Silvio ; Hercule > Hispan > Liberia – Pyrrhus) et dépasse le couple père-fils des fondations mythiques. Elle établit de véritables lignées, deux lignées grecques et une lignée mixte originaire d’Orient et d’Espagne. Les rédacteurs établissent aussi un lien de parenté entre les Carthaginois et les Gaditans, puisque les deux villes ont été peuplées par des hommes originaires de Tyr. Ils affirment alors que ces deux peuples ne font qu’un, grâce à leurs ancêtres communs : « los de Caliz, teniendo que los daquel logar [Carthagène] y ellos eran una cosa por razon de parentesco »286. À partir du Xe siècle, de profonds changements affectent les structures de parenté, le lignage (structure verticale) se substitue au cousinage (structure horizontale)287. D’abord les rois, puis les nobles tentent de démontrer et d’affirmer leur lignage, c’est-à-dire leur descendance en droite ligne d’un ancêtre commun, connu et prestigieux, ici Rocas, Hercule, Ulysse ou les hommes venus de Tyr. Ce « resserrement vertical de la parenté sur le père et le fils aîné » provoque l’émergence de la généalogie288 qui répond à plusieurs besoins, parmi lesquels celui de prouver la force du lignage, de justifier une possession et par là-même de légitimer un pouvoir grâce à l’ancienneté et au prestige289. Dans une certaine mesure, à travers la Estoria de España, Alphonse X a mis son pouvoir et son savoir au service de la rédaction de son arbre généalogique.

  • 290 Ibid., p. 24.
  • 291 Ibid., p. 23.
  • 292 C. Beaune, op. cit., p. 53.
  • 293 D. LETT, op. cit., p. 26.
  • 294 Ibid., p. 26.

84Comme en France où les nobles ont cherché à légitimer leur pouvoir après l’effondrement carolingien au IXe siècle290, les nobles et les rois péninsulaires ont cherché à démontrer leur pouvoir après l’effondrement wisigoth. Comme nous l’avons vu plus haut, Alphonse II et Alphonse III en sont les premiers exemples. De plus, comme le souligne l’historien Didier Lett, « la naissance du lignage est exactement contemporaine de la territorialisation de la noblesse qui, désormais, fait souche autour d’un château »291. Le pouvoir s’appuie notamment sur la possession de la terre, il est donc absolument nécessaire de prouver que la terre appartient bien à la lignée, ce que fait Alphonse X à l’échelle de l’Espagne par petites touches, tel un peintre impressionniste qui constelle la carte de la Péninsule des possessions de ses ancêtres symboliques. Ainsi, selon Colette Beaune, la construction des origines nationales « reflète les mêmes soucis que les généalogistes nobiliaires contemporaines »292. De plus, l’attachement à la terre et la fondation d’abbayes293 permettent d’enterrer tous les ancêtres au même endroit, garantissant ainsi une » cohésion du groupe familial »294 entre les vivants et les morts. Cet ancrage territorial facilite aussi la conservation de la mémoire, mémoire qui garantit l’ancienneté et la grandeur du lignage. Les motivations que prêtent les rédacteurs à Hercule lorsqu’il choisit ceux qui lui succèdent à la tête des régions conquises sont à ce sujet très éclairantes :

  • 295 PCG, 8, p. 10, 52b-p. 11, 4a.

Non quiso que fincasse la tierra sin omnes de so linage, en manera que por los que el y dexasse, fuese sabudo que el la ganara ; e pos esso la poblo daquellas yentes que troxiera consigo que eran de Grecia, e puso en cada logar omnes de so linaje. E sobre todos fizo señor un so sobrino, que criara de pequeño, que auie nombre Espan…295

  • 296 D. LETT, op. cit., p. 34-35.
  • 297 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 50 : l’historien définit ainsi la seigneurie : « la suma del poder (...)

85La chronique insiste à deux reprises sur le fait qu’Hercule nomme des hommes de son lignage. Et il le fait pour une raison essentielle, garantir la mémoire. En transmettant ainsi ses possessions, il unit sa famille et sa terre, son lignage et ses fiefs. Les descendants d’Hercule sont donc les seigneurs légitimes de ses terres. Le rattachement d’une famille à un lieu, à la fois source et caution de son pouvoir, marque le « triomphe de la seigneurie »296. On ne peut d’ailleurs s’empêcher de remarquer qu’Alphonse X a organisé le récit des origines de l’Espagne en une succession de seigneuries, conjonction d’une terre et du pouvoir et de l’autorité297 exercés sur celle-ci. Le choix alphonsin, certes original au regard des œuvres antérieures, traduit l’évolution politique de la noblesse et de la royauté.

L’onomastique

  • 298 PCG, 4, p. 7, 53a-2b.
  • 299 Ibid., 7, p. 10, 31a-32a.
  • 300 Ibid., 7, p. 10, 5a-8a.
  • 301 Ibid., 8, p. 10, 27b-33b.
  • 302 Ibid., 11, p. 13, 20a-22a.
  • 303 Ibid., 11, p. 13, 22a-25a.
  • 304 Ibid., 3, p. 6, 30b-32b.

86Le lien par le sang est renforcé par le pouvoir de l’onomastique qui permet à la fois de confirmer la lignée et à la fois de créer une parenté symbolique en fournissant une explication étymologique. Tolède doit son nom à deux consuls romains, Tholemon et Bruto298, ce qui rattache la ville à l’Empire romain, Carthagène doit son nom à Carthage299, la Galice aux Galates300 qui accompagnaient Hercule, Tarazona aux compagnons d’Hercule originaires de Tyr et d’Ausona301. La chronique établit aussi un lien paronymique entre Rocas et Rome302. La même paronymie séduit ensuite Romulus lorsqu’il décide d’utiliser les quatre lettres gravées par Rocas pour nommer sa cité303. D’ailleurs, la première explication étymologique concernant les villes de la péninsule, bien que d’ordre général, est une explication onomastique : « poblaron toda Espanna, e las tierras que poblauan ponienles nombres dessi mismos »304. Cette remarque montre que le nom des hommes et celui de leurs terres sont inextricablement liés, ce qui entre de plain-pied dans la vision médiévale de la justification des noms, ou « razón de nombres » que nous avons abordée plus haut. Cette paronymie entre héros et ville présente donc deux avantages qui sont en fait les deux faces d’une même médaille. D’une part, elle satisfait la conception de l’époque, et d’autre part, elle apporte une preuve de l’origine des villes. Si Tarazona prend son nom de Tyr et Ausone, si l’Espagne prend son nom d’Hispan, si Carthagène prend son nom de Carthage… alors cela prouve que ces villes ont bien été fondées par ces glorieux personnages.

  • 305 Roland BARTHES, Sade, Fourier, Loyola, Paris : Seuil, 1971, p. 70.
  • 306 Ibid., p. 70.
  • 307 Marie-France AUZÉPY, L’iconoclasme, Paris : PUF, 2006.
  • 308 R. BARTHES, op. cit., p. 70.

87L’onomastique présente aussi l’avantage d’être le lien le plus évident qui soit puisqu’il saute aux yeux ou plutôt aux oreilles. Nul besoin de savoir lire ou d’être cultivé pour entendre (dans tous les sens du terme) le lien entre Hispan et Hispania. Sans compter qu’au Moyen Âge, l’ouïe occupe le premier rang dans la hiérarchie des cinq sens, devant le toucher et la vue305. Cela s’explique par la prédominance de l’oral dans la transmission et par la méfiance suscitée par la vue, parfois trompeuse et surtout « procuratrice du toucher » et donc associée au désir de chair306, malgré la victoire des iconodoules sur les iconoclastes307. Il faut attendre le XVIe siècle avec la Contre-Réforme et Ignace de Loyola (1491-1556) et ses Exercices Spirituels pour que la vue soit réhabilitée et supplante l’ouïe, et que l’œil devienne « l’organe majeur de la perception »308.

  • 309 Ernst CASSIRER, Langage et mythe : à propos des noms de dieux, Paris : Les Éditions de Minuit, 1973 (...)
  • 310 Ibid., p. 67-68.
  • 311 Ibid., p. 68.
  • 312 D. LETT, op. cit., p. 62.
  • 313 Ibid., p. 18.
  • 314 Ibid., p. 37.
  • 315 Ibid., p. 62.
  • 316 Ibid., p. 18, le nom étant devenu patrimoine de la famille.
  • 317 Ibid., p. 18.

88En outre, donner son nom c’est créer, c’est donner la vie comme dans la Genèse lorsque Dieu crée en les nommant les différents éléments composant le monde, ou encore comme lorsque l’on baptise un enfant à sa naissance et que son nom le fait exister aux yeux et au sein de la communauté. Dans beaucoup de cultures, le nom est porteur de sens. Chez les anciens Égyptiens, la déesse Isis parvient à s’emparer du pouvoir du dieu Râ après avoir découvert son nom secret par la ruse309, et détruire le nom d’une personne ou d’un dieu revient à détruire cette personne et à annihiler son existence, surtout après sa mort. À Rome, les esclaves n’ont pas de nom car ils ne « peuvent valoir pour des personnalités autonomes »310. Le nom fait de l’homme un individu311 et l’intègre dans la société et dans sa famille, en particulier au Moyen Âge ou le fils aîné prend souvent le nom de son père ou de son grand-père. Il n’est d’ailleurs pas rare que le même prénom se répète dans une fratrie312 ou que le fils puîné prenne le prénom de son aîné décédé313, que celui-ci meure avant la venue au monde de son frère, ou bien après, l’Église autorisant le changement de nom jusqu’à la confirmation314. La répétition d’un même prénom dans une lignée fait fonction d’intégration plus que d’individualisation315 et la répétition dans une fratrie offre de meilleures chances de transmettre le nom patrimonial316 compte tenu du taux de mortalité317. C’est le cas du lignage d’Alphonse X dans lequel les fils aînés héritent du prénom de leur grand-père ainsi que du trône de León :

  • Alphonse VII de León (1126-1157)

  • Ferdinand II de León (1157-1188)

  • Alphonse IX de León (1188-1230)

  • Ferdinand III (1230-1252, roi de Castille depuis 1217)

  • Alphonse X.

89Et si Ferdinand de la Cerda n’était pas décédé avant son père, on peut supposer qu’Alphonse X aurait été suivi par un Ferdinand IV puis un Alphonse XI (Alphonse de la Cerda, le fils aîné de Ferdinand). C’est cependant Sanche IV (1284-1295) qui lui succède, puis le fils de celui-ci, Ferdinand IV (1295-1312) et son petit-fils Alphonse XI (1312-1350) dont le fils aîné décédé très tôt s’appelait Ferdinand.

  • 318 Ibid., p. 18 et p. 35 : « le patronyme se crée lorsqu’un individu cesse de s’inscrire exclusivement (...)
  • 319 Ibid., p. 29.

90En prenant le nom du père ou du grand-père, le fils héritier prend la responsabilité de perpétuer la lignée318 ainsi que de protéger et faire fructifier le patrimoine familial. L’indivision devient en effet de plus en plus courante à partir du XIe siècle afin d’éviter le morcèlement des richesses et des terres319. Tout cela montre la puissance associée au nom, chargé plus que d’une symbolique, d’un véritable pouvoir, celui de garantir la légitimité de la succession, la transmission à l’intérieur de la lignée. X est le fils de son père parce qu’il est né de son épouse, mais il est reconnu comme tel et apparaît comme successeur car il porte le nom de son père ou de son grand-père.

  • 320 PCG, 8, p. 11, 5a-7a.
  • 321 Ibid., 470, p. 263, 6a-8a.

91La transmission du nom à la ville ou à la région marque ainsi l’appartenance du territoire à un homme (Pyrrhus donne son nom aux Pyrénées) mais surtout à une famille. Buena mélange son nom et celui de son père pour nommer la ville qu’ils ont fondé Lisbonne. Hercule donne le nom d’Hispan à l’Espagne « por amor del »320, et Léovigilde fonde une ville qu’il appelle Recopolis en l’honneur de son fils Récarède321. Dans le premier cas, la fille mélange les deux noms et dans les deux derniers cas, la ville ou le pays doit son nom au fils mais le nom est donné par le père, ce qui montre qu’au-delà du héros éponyme, c’est son lignage qui est impliqué. Dans ces exemples, l’onomastique est associée au sang et renforce donc le pouvoir du lignage.

L’écriture et l’architecture

92Un aspect original des fondations selon la chronique est le recours aux proto-fondations qui permettent d’associer dans une même action plusieurs héros. Ces fondateurs ne sont pas seulement réunis par leurs actes fondateurs, ils le sont aussi par deux procédés, généralement combinés, l’architecture et l’écriture, qui sont un autre moyen de renforcer les lignages et d’en créer de symboliques. Au total, cinq villes sont concernées : Rome, Séville, Tolède, Cadix et La Corogne, à travers la construction de cinq tours (une à Séville, deux à Tolède, une à Cadix et une à La Corogne) et de six colonnes (à Séville) ainsi qu’à travers la rédaction de cinq textes (deux à Séville, un Cadix, un à La Corogne et un à Rome).

  • 322 Ibid., 6, p. 8, 40b-48b.
  • 323 Ibid., 7, 10, 27a-28a.
  • 324 Ibid., 5, p. 8, 7b-13b.
  • 325 Cependant la chronique ne précise pas s’il les fait inscrire sur la tour.
  • 326 Ibid., 7, p. 9, 53b-p. 10, 5a.
  • 327 Ibid., 5, p. 8, 7b ; 6, p. 8, 40b-41b et 7, p. 9, 54b.
  • 328 Ibid., 13, p. 13, 48b-52b. Cependant, un peu avant, la chronique affirme que les tours ont été cons (...)

93L’écriture est plusieurs fois utilisée alliée au motif récurrent de la tour. C’est le cas pour les villes de Séville et Cadix et La Corogne. À Séville, Hercule fait construire six colonnes surmontées d’une statue en pierre où il fait graver deux messages « aqui sera poblada la gran cibdat » et « fasta aqui llego Hercules »322 , ainsi que d’autres tours et des murs323 sur lesquels nous n’avons aucun détail. Il fait aussi construire une tour surmontée d’une statue en cuivre à Cadix où il fait graver « estos son los moiones de Hercules »324. À La Corogne il fait construire un phare, sans statue et sans message, mais il fait tout de même inscrire le nom des premiers habitants325 à la manière d’une première généalogie ou d’un acte de fondation, et donne le nom de l’une d’entre elle, Crunna, à la ville326. La verticalité de ces constructions, leur lien avec Hercule et le fait qu’elles soient toutes qualifiées de « muy grand(es) »327 permet d’établir un lien entre ces monuments et d’y voir un motif discursif. Deux autres tours apparaissent dans le récit et sont érigées à Tolède par Rocas et l’un de ses fils328.

  • 329 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 19 : « Ces archives – recueils de chartes, textes, registres, doc (...)
  • 330 PCG, 5, p. 8, 32b-35b.

94Les écrits laissés par Hercule sont à chaque fois associés à la mémoire. Inscrire le nom des premiers habitants de La Corogne s’apparente à une généalogie qui conserverait la mémoire des familles fondatrices, comme les archives médiévales, en particulier monastiques, conservent la trace des actes de vente, de donation…329 Les deux messages gravés dans les mains des statues d’Hercule à Séville et Cadix sont eux liés au voyage du héros grec et ont une fonction structurante de la représentation de l’espace : « fasta aqui llego Hercules » et « estos son los moiones de Hercules ». L’historiographie gréco-latine a fait d’Hercule le voyageur qui est allé aux confins du monde puisqu’au-delà de la Péninsule s’étend la mer infinie. L’Espagne marque alors les limites de l’Europe et du monde connu, et ces statues matérialisent d’une part cet aspect topographique et, d’autre part, la mémoire du grand Hercule. La chronique est d’ailleurs explicite à ce sujet lorsqu’elle utilise l’expression « farie remembrança » pour expliquer la décision d’Hercule d’ériger les six piliers de Séville. Le fait que la mémoire soit associée au verbe d’action « hacer » montre que la mémoire est une démarche active, entreprise non pas en aval, par les hommes qui souhaitent se souvenir de leurs devanciers – comme c’est le cas de la généalogie –, mais bien en amont, par celui qui est concerné par cette mémoire et qui, de son vivant, prend l’initiative de mettre en scène, de construire, au sens figuré comme au sens propre, sa mémoire. De plus, la mémoire acquiert ici une valeur plus forte encore en fonctionnant comme un pont vers l’avenir. Hercule veut faire acte de mémoire pour influencer le futur en marquant l’endroit où César devra ériger Séville : « farie remembrança por que, quando uiniesse aquel, que sopiesse el logar o auie de ser la cibdat »330. Comme pour les deux statues, les six colonnes sont accompagnées d’un message qui explique leur présence : « aqui sera poblada la gran cibdat ».

  • 331 Étymologies…, XV, 1, 71, p. 224-225.
  • 332 De Rebus Hispaniae, I, 5, p. 16, 10-11 : « ciuitatem Hispalim populauit, nomen adaptan seo quod pri (...)
  • 333 PCG, 6, p. 9, 28a : « fue poblada sobre estacas de palos », et 7, p. 10, 26a-27a : « alli o mandara (...)
  • 334 Faut-il y voir une évolution dans la transmission du savoir, des piliers des monuments aux livres ?

95La mémoire n’est pas seulement garantie par l’écrit : le motif architectural n’est en effet pas moins important. Loin d’être anodin, cet élément original a toute son importance dans la démonstration alphonsine des origines de l’Espagne. Les colonnes sont l’un des supports historiques de l’écriture, en particulier sur les vestiges gréco-romains. Elles sont généralement les derniers éléments à s’effondrer et peuvent demeurer plusieurs siècles après la disparition des toits ou des murs, plus fragiles ; elles étaient peut-être aussi l’image la plus évidente qu’avaient les hommes du Moyen Âge des constructions de l’Antiquité. De plus, on expliquait le nom d’Hispalis par sa construction palafittique, puisqu’elle aurait été construite sur des pieux en raison du sol boueux. C’est ce qu’écrit Isidore de Séville dans ses Étymologies : « Hispalis autem a situ cognominata est, eo quod in solo palustri suffixis in profundo palis locata sit, ne lubrico atque instabili fundamente cederet »331. C’est aussi la version de Jiménez de Rada332 et d’Alphonse X333. Peut-être Alphonse X s’est-il inspiré de ces piliers qui supportaient les maisons, comme les colonnes ou les tours supportent physiquement les statues d’Hercule et symboliquement la mémoire qui y est rattachée. Par ailleurs, Rocas trouve les connaissances du monde inscrites sur soixante-dix colonnes. Le roi s’empresse alors de les retranscrire dans un livre qu’il emporte avec lui334. Alphonse X associe donc ouvertement ce type de constructions à la sagesse, à la mémoire et à leur conservation, dont la préoccupation est un élément essentiel du prologue de la Estoria de España.

  • 335 Fernando Olmedo, Anselmo Valdés, Antonio Torremacha, Daniele GRAMMATICO, Ruta de los almorávides y (...)
  • 336 Amira K. Bennison, Almoravid and Almohad Empires, Edinburgh : Edinburgh University Press, 2016, p.  (...)
  • 337 Actuellement trois colonnes sont toujours sur place, deux ont été déplacées vers la Alameda de Hérc (...)
  • 338 PCG, 11, p. 12, 32b-33b et 13, p. 13, 52b-53b.
  • 339 Ibid., 11, p. 12, 32b.

96Le rôle mémoriel de l’architecture, et nous pensons que c’est là que réside l’originalité et l’efficacité d’Alphonse X, prend vie sous les yeux du lecteur, dans sa propre réalité du XIIIe siècle. Tout d’abord, la référence à ces tours permet d’ancrer le passé narré par Alphonse X dans le présent. En effet, certaines des constructions décrites sont toujours visibles au XIIIe siècle ou l’étaient encore quelques décennies auparavant. C’est particulièrement le cas du phare de La Corogne, appelé aujourd’hui « Tour d’Hercule », ainsi que de l’aqueduc de Ségovie attribué à Hispan. À Cadix, un phare surmonté d’une statue d’Hercule est attesté dans plusieurs chroniques musulmanes335, en particulier celle du géographe al-Zuhri, qui a visité l’édifice plusieurs fois. Édifié sur l’Île de León par les Romains probablement au IIe siècle de notre ère, le phare à vocation commémorative était surmonté d’une statue anthropomorphique, possiblement celle d’un empereur romain selon l’archéologue Antonio García y Bellido. Ali b. Isa b. Maymun détruisit le phare en 540 de l’ère hégirienne (soit entre juin 1145 et juin 1146 de notre ère) car il pensait que la statue était en or et souhaitait financer sa révolte (il avait trahi les Almoravides au profit des Almohades336). Quant aux six colonnes de Séville, il peut s’agir de celle du temple de la rue Marmoles à Séville337, et en ce qui concerne les deux tours de Tolède, la chronique prend soin de préciser que l’une d’elles se situait à la place de l’église San Román338, et l’autre à la place de l’Alcazar339 auquel Alphonse X a rajouté quatre tours d’angle.

  • 340 De toutes ces tours ou colonnes, seules quatre apparaissent chez Jiménez de Rada, les deux première (...)
  • 341 Iñaki Bazán, « La condition du témoin dans le droit castillan et navarrais médiéval », in : Benoît (...)

97Alphonse X, sûrement inspiré par la symbolique des piliers, utilise toute la matière qu’il a à disposition – les détails déjà présents chez Jiménez de Rada mais dont le Tolédan ne tire pas profit340, les sources de Al-Andalus et l’architecture existante – afin de forger de nouveaux épisodes de l’histoire de la Péninsule qu’il met au service de sa démonstration. En effet, l’utilisation de ces tours, toujours présentes physiquement, symboliquement ou dans les mémoires, permet de faire vivre le passé sous les yeux du lecteur. Le récit fait ainsi irruption dans le présent des lecteurs qui deviennent alors témoins de ce passé. Ces tours deviennent une preuve incontestable selon un déroulement logique. La chronique – s’appuyant par ailleurs sur des Autorités – affirme que ces héros ont construit ces tours. Or, ces tours sont visibles et sont la preuve de ce passé glorieux. Donc les héros décrits par la chronique ont bel et bien existé, construit ces tours et fondé ces villes. Bien que la vue ne soit pas le sens le plus valorisé au Moyen Âge on ne peut douter de l’existence d’une tour que l’on a sous les yeux. Par ailleurs, le XIIIe siècle marque le début de la règlementation du statut de témoin, en particulier sous les règnes d’Alphonse X et d’Alphonse XI341. L’historien spécialiste du droit Iñaki Bazán définit ainsi le témoin :

  • 342 Ibid., 1.

En droit, le mot « témoin » a deux acceptions, d'une certaine manière liées entre elles : il désigne d’une part la personne nécessaire à la célébration et à la légitimation de certains actes juridiques tel l’établissement d’un testament, et d’autre part la personne qui dépose sur un fait dont elle a une connaissance véridique. Dans le premier cas, le témoin constitue une solennité et dans le second, un moyen probatoire342.

  • 343 PCG, 9, p. 11, 26a-27a.
  • 344 De Rebus Hispaniae, à propos de l’aqueduc : I, 7, p. 19, 9-10 : « qui miro opere ciuitati aquarum i (...)

98Dans les passages de la Estoria de España qui décrivent les constructions, le lecteur est placé dans la position de témoin, puisqu’il peut avoir « connaissance véridique » des tours ou colonnes. Il constitue donc un « moyen probatoire ». Les rédacteurs utilisent d’ailleurs cet argument en précisant à propos de l’aqueduc de Ségovie « assi cuemo oy dia parece »343, même si Jiménez de Rada s’était montré plus explicite encore344. Les rédacteurs se montrent habiles en insinuant que le lecteur peut se faire témoin de cette histoire ; le lecteur passe alors du statut de spectateur à celui d’autorité. On fait confiance aux Autorités qui témoignent de ce qu’elles ont vu ou de ce qu’elles tiennent de source sûre ; le lecteur se retrouve placé dans la même position, il peut voir lui-même ces constructions – ou en avoir entendu parler – et de ce fait, il légitime le récit de la Estoria de España.

  • 345 PCG, 6, p. 9, 19a-26a.
  • 346 Ibid., 116, p. 92, 20a-22a.
  • 347 Ibid., 11, p. 12, 31b.
  • 348 Ibid., 11, p. 13, 22a-25a.

99En outre, en plus de servir de pont entre le passé et le présent, l’architecture et l’écriture jouent aussi le rôle de fil conducteur ou de relais entre les proto-fondateurs – Hercule et Rocas – et leurs successeurs – César, Pyrrhus, Romulus. En effet, César fonde Séville à son emplacement car il trouvé les piliers et le message d’Hercule345 et il relève aussi le phare de La Corogne construit par Hercule346, Pyrrhus construit deux châteaux à Tolède car il a trouvé les deux tours construites par Rocas et ses fils347, Romulus nomme Rome ainsi car il a trouvé les quatre lettres gravées par Rocas348. Dans ces trois cas, la chronique établit une parenté symbolique grâce à l’architecture, à l’écriture ou bien grâce aux deux procédés combinés. Le récit associe les proto-fondateurs aux fondateurs, fournissant une double origine – gréco-romaine pour Séville et gréco-édénienne pour Tolède – grâce à l’écriture et à l’architecture. Par le même procédé, le récit crée opportunément un lien entre le roi sage Rocas et Alphonse X qui a fait construire les quatre tours d’angle de l’Alcazar de Tolède, c’est-à-dire à l’emplacement supposé de la tour construite par Rocas.

  • 349 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 5-6.
  • 350 PCG, 9, p. 11, 27a-28a.
  • 351 Ibid., 9, p. 11, 29a-32a.
  • 352 Ibid., 10, p. 12, 1a-42a.
  • 353 Cette construction intervient à la suite d’une mésentente entre les deux frères. Nous reviendrons p (...)

100L’architecture permet aussi de conforter la parenté réelle, car à la différence de Jiménez de Rada qui attribue le phare de La Corogne à Hispan349, Alphonse X affirme que c’est Hercule qui a commencé à construire le phare et qu’Hispan l’a terminé350. Loin de dévaloriser le rôle d’Hispan, à qui il attribue par ailleurs un ingénieux système de miroir351, ce changement permet surtout d’établir une continuité dans l’édification. C’est aussi le cas à Cadix où Hispan, aidé de sa fille et de son gendre, assainit l’île et la rend habitable352. L’un des fils de Rocas construit une deuxième tour353, et la fille d’Ulysse continue de bâtir Lisbonne après la mort de son père. La construction permet donc aussi de concrétiser la continuité. En reprenant et en améliorant les œuvres de leurs prédécesseurs, les fondateurs prolongent leurs actions et par là-même s’inscrivent dans une chaîne lignagère ou symbolique, tout comme le fils reprend les propriétés ou la fortune de son père et les fait fructifier.

101À travers le récit de fondation de ces quelques villes, il apparaît donc que construire, tout autant qu’écrire, c’est faire œuvre de mémoire et de transmission. C’est matérialiser la continuité de la lignée réelle ou symbolique. Les constructions fonctionnent comme un pont vers le futur pour celui qui bâtit et comme un pont vers le passé pour celui qui contemple le résultat plusieurs décennies ou siècles plus tard. Elles fonctionnent comme une preuve qui s’impose, ou plutôt qu’Alphonse X impose au lecteur.

  • 354 M.-P. CAIRE-JABINET, p. 19 : « Les archives ne sont pas toujours sûres car elles contiennent un cer (...)

102En observant les schémas opératoires développés par Alphonse X, le sang, l’onomastique, l’écriture et l’architecture, deux mécanismes essentiels se font jour, la répétition et le recours à certains concepts médiévaux. En effet, le récit des fondations dans la chronique fait appel aux catégories de pensée du XIIIe siècle, et plus particulièrement à celles de la noblesse. La transmission par le sang et le nom est un outil utilisé par les nobles afin de légitimer leur ancienneté et leur pouvoir. L’écriture, au-delà de l’importance « scientifique » que lui confère le prologue, est un élément essentiel pour prouver les droits sur une terre. Les actes souvent conservés par les monastères, font l’objet d’une attention particulière : ils sont gardés jalousement et parfois maquillés354.

103L’ancrage du passé dans le présent rend l’écriture alphonsine efficiente. Les modèles de fondations s’articulent autour de procédés connus et employés par les lecteurs du XIIIe siècle. C’est parce qu’ils font écho au monde réel dans lequel ils sont synonymes de puissance qu’ils peuvent être reconnus et devenir efficaces sur le plan littéraire. En d’autres termes, la construction du passé fonctionne car elle repose sur des modèles du présent. La démonstration alphonsine repose bien sur un jeu de dépendances : le présent tire son pouvoir du passé et on re-construit le passé en fonction des catégories du présent. Grâce à son pouvoir – centraliser les connaissances et disposer d’équipes de traducteurs et de rédacteurs – Alphonse X reproduit en quelque sorte le travail légitimateur de la noblesse à l’échelle de l’Espagne, sur une période plus longue et un territoire plus étendu que ne peuvent le faire les familles de la noblesse. De plus, la répétition de ces schémas au cours du récit permet de créer des renvois à l’intérieur de la chronique. C’est notamment le cas du couple de fondateur père/fils. Tout le Moyen Âge croit à la fondation mythique de Rome qui constitue donc un antécédent extratextuel en même temps qu’intratextuel puisqu’Énée, Ascagne et Romulus sont évoqués dans la chronique. La Estoria de España n’a eu qu’à exploiter ce modèle et à le répéter pour expliquer la fondation de l’Espagne et de ses villes. Si le schéma de la fondation de Rome est opérant, c’est-à-dire s’il est perçu comme vrai, il doit en être de même pour les autres fondations calquées sur ce modèle. Si une version est acceptée, il n’y a pas de raison pour que les autres ne le soient pas. L’antécédent et la répétition, combinés par la logique, fournissent la preuve. Les modèles utilisés par Alphonse X fonctionnent donc grâce à des renvois intratextuels et extratextuels. Le roi se sert des idées et des connaissances de son temps, des chroniques à disposition, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes, afin d’étoffer et de réélaborer le récit hérité de Jiménez de Rada.

***

  • 355 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 13, 24-25 : « Vascones et Nauarri ».
  • 356 Ibid., I, 3, p. 13, 2-3: « quintus autem filius Iaphet fuit Tubal, a quo Yberes, qui et Hyspani ». (...)
  • 357 PCG, 3, p. 6, 36a-38a.

104Plus que des fondateurs, la chronique met en scène un réseau de fondateurs, qui, tel un entrelacs, forment le tissu du passé et des origines de l’Espagne. Chacun des héros fondateurs fait sens séparément par son prestige et son ancienneté, mais la force de la répétition des schémas opératoires permet qu’ils fassent aussi sens ensemble. Le récit des fondations construit la carte de l’Espagne, et les fondateurs mis en scène étant bien antérieurs à l’émergence des royaumes chrétiens, portugais, aragonais…, Alphonse X peut remettre en question la légitimité de ces royaumes. Ceux-ci sont dépourvus de passé et de présent puisque leurs villes appartiennent à l’Espagne et qu’aucune sous-partie ne leur est consacrée. Leur existence n’a ainsi aucune légitimité passée, présente et donc future. Le traitement qui leur est accordé est finalement le même que celui accordé aux Maures. Dans la chronique, rien dans le traitement topographique ne doit faire apparaître de dissensions dans l’unité de l’Espagne. Il n’est plus temps de se disputer la primatie comme Jiménez de Rada et Lucas de Tuy l’avaient fait par chroniques interposées. Et contrairement à Jiménez de Rada, Alphonse X ne cite pas les Basques ni les Navarrais355. La topographie, à la fois science physique et science sociale, se fait idéologique. Chez Jiménez de Rada, ce sont les Ibères356 qui descendent de Tubal, alors que chez Alphonse X, ce sont les Espagnols357. Un peu plus loin, il parle bien des Cétubales et des Celtibères mais ils lui permettent de rattacher les Espagnols à Tubal et à l’Èbre, origine biblique et ancrage territorial, berceau de l’Espagne. Les habitants de la Péninsule ont toujours été des Espagnols, aucune autre expression ne peut venir parasiter cette vérité proclamée par le Roi Sage. Une telle affirmation de l’unité passée laisse penser qu’Alphonse X s’adresse à toute la Péninsule, mais il s’adresse aussi à ses sujets. D’un côté, il se tourne vers l’extérieur en fondant l’ancienneté et la légitimité de l’Espagne et, d’un autre côté, il se tourne vers l’intérieur en tentant de fomenter ce que l’on pourrait appeler une « conscience nationale », en regroupant ses sujets autour d’ancêtres fédérateurs. Les Espagnols sont Espagnols parce qu’ils descendent de ces personnages glorieux par parenté réelle ou symbolique, parce qu’ils vivent en Espagne et parce qu’ils entretiennent une relation privilégiée avec Dieu qui a envoyé les descendants de Tubal peupler la Péninsule. Le monarque construit la mémoire d’une communauté soudée par son origine et ancrée au sens propre dans un territoire qui est le sien depuis le Déluge. La conscience que le Roi Sage espère éveiller est à la fois ethnique et territoriale, elle résulte de la concomitance d’un peuple et d’un territoire. Alphonse X tente de conditionner ses lecteurs en construisant trois identités clés : qu’est-ce que l’Espagne, qui sont les Espagnols, et de qui descendent les rois castillans. La mise en scène de la mémoire doit éveiller et entretenir une cohésion du royaume. En effet, derrière la construction d’un passé et d’un royaume idéalisés existent des enjeux politiques : le monarque entend convaincre ses sujets qu’ils sont Espagnols et que, partant, ils doivent soutenir tous les efforts entrepris par leur roi espagnol afin de reconstruire cette unité perdue.

3. Du passé lointain au XIIIe siècle

105Les lignées réelles et symboliques développées et étayées par le Roi Sage dans la Estoria de España ne prennent-elles pas tout leur sens lorsqu’elles sont mises en parallèle avec le présent de la rédaction ? C’est-à-dire lorsqu’elles sont étudiées au regard des réalités politiques, sociales, religieuses et culturelles du XIIIe siècle et plus précisément du règne d’Alphonse X.

Les fondations mythiques et Alphonse X

106Hormis leurs origines prestigieuses et anciennes, les fondateurs mis en scène par la Estoria de España ont d’autres points communs. En effet, étudiés dans leur ensemble, un profil se fait jour, particulièrement pour les fondateurs les plus importants : Rocas, Hercule et Hispan.

  • 358 Ibid., 11, p. 12, 49b-50b : « adeuinaua muchas cosas de las que auien de seer » et il sait que Troi (...)
  • 359 Ibid., 4, p. 8, 41a-43a.
  • 360 Ibid., 5, p. 8, 50a-52a : « troxo consigo un muy gran sabio del arte destronomia que ouo nombre All (...)
  • 361 Ibid., 10, p. 11, 1b-3b.
  • 362 Ibid., 10, p. 11, 52a-53a.
  • 363 Ibid., 10, p. 11, 19b.
  • 364 Ibid., 10, p. 11, 34b-p. 12, 41a.
  • 365 Ibid., 51 et 52, p. 33-34.

107Ainsi, beaucoup de fondateurs sont des souverains, Rocas (Éden), Hispan, Pyrrhus (Espagne), Didon (Carthage), César (Rome), Léovigilde (Wisigoths), ou des fils de roi comme Hercule (fils du roi Jupiter). Il apparaît donc que c’est au roi que revient le pouvoir de fonder des villes. Pour la plupart, ces rois sont associés par la chronique à la sagesse. Rocas, est un roi sage s’il en est : il arrive de l’Orient qui symbolise la sagesse, il trouve les colonnes couvertes de toutes les connaissances qu’il transcrit dans un livre, et grâce à cela, il peut même anticiper l’avenir358. Hercule est décrit comme un spécialiste des astres : « fue tan buen maestro dell arte de las estrellas que dixieron los sabios que sostiene el cielo en los ombros »359, et il est surtout accompagné du sage Atlas, savant astronome, lorsqu’il s’embarque pour la Péninsule360. Hispan est, quant à lui, dépeint comme le plus sage de tous car il a suivi les enseignements d’Hercule et d’Atlas. La chronique dit ainsi : « era el mas sabidor que auie en Espanna a essa sazon »361. Liberia, la fille d’Hispan, est aussi décrite comme savante dans ce domaine, très cher à Alphonse X, qu’est l’astronomie. Les rédacteurs la décrivent comme « much entenduda e sabidor destronomia »362 et « sesuda »363. Elle doit ses connaissances à son père Hispan qui lui a tout appris. L’astuce avec laquelle elle parvient à se choisir un époux digne d’elle et à faire assainir et construire Cadix est un exemple de cette intelligence364. Elle choisit trois princes et leur promet d’épouser celui qui terminera le premier l’une des trois tâches suivantes : construire des tours, des murs et des maisons, construire un pont pour les hommes et pour l’eau potable, et construire des routes pour pouvoir se déplacer malgré la boue. Pyrrhus, le grec, termine le premier, mais elle lui demande de ne rien dire tant que les autres n’ont pas fini. Elle gagne ainsi un mari et une ville. L’intelligence de la reine Didon est aussi mise en valeur dans l’épisode célèbre que reprend la chronique et au cours duquel elle échappe, elle et sa fortune, à son frère Pygmalion365 en faisant croire que les sacs contenant ses richesses sont tombés à l’eau alors qu’il ne s’agissait que de sacs de sable. Cette caractéristique de sagesse royale est un écho à Alphonse X lui-même qui est un sage, entouré de sages, notamment chargés de traduire des textes d’astronomie, et impliqué dans la transmission des savoirs comme le furent Rocas, Hercule et Hispan, le premier à travers son livre et les derniers en enseignant à leur descendant.

108« Poblar » une ville c’est la fonder, c’est-à-dire la faire naître, lui donner la vie et un nom, et c’est aussi, comme nous l’avons dit, la peupler, la doter d’habitants, comme Hercule qui installe ses compagnons venus de Tyr ou d’ailleurs dans certaines régions de la Péninsule. Les deux actions sont donc inextricablement liées. Au XIIIe siècle, il n’est plus tellement temps d’insister sur la fondation de nouvelles villes qui pourraient difficilement bénéficier du prestige et de l’ancienneté des fondations attribuées à des héros grecs. En revanche, une activité essentielle de la Reconquête est le repeuplement des villes et régions conquises aux Musulmans.

109La reconquête militaire ne suffit pas et ne signifie d’ailleurs pas grand-chose si elle n’est pas accompagnée d’une restructuration afin de transformer la ville musulmane en une ville chrétienne, car une ville ne devient pas chrétienne uniquement parce que les chrétiens ont emporté la victoire. Le repeuplement est un processus essentiel mais lent et difficile, en particulier en Andalousie puisqu’il s’agit d’occuper des territoires très peuplés et proches des zones de conflit. Un certain nombre de mesures est nécessaire afin de mener à bien la transformation profonde, réelle et effective de la ville reconquise. Le repeuplement s’articule autour de plusieurs axes, l’implantation d’une population chrétienne bien sûr (Castillans, Basques, Asturiens, Cantabres…), la répartition des terres et surtout la restructuration religieuse et juridique de la ville ou de la région. Certaines mosquées sont ainsi transformées en églises, comme la grande mosquée aujourd’hui détruite – il reste le minaret, la Giralda – ou l’église du Divin Sauveur de Séville consacrées en 1248 lorsque Ferdinand III reconquiert la ville. Alphonse X restaure pour sa part le diocèse de Carthagène en 1252.

110Ceux qui ont pris part à la Reconquête se voient remerciés par un système de récompenses, le « repartimiento », qui prévoit le partage des terres et des biens immeubles, essentiellement entre la noblesse et les ordres militaires. Une restructuration légale est aussi nécessaire pour pallier le vide juridique causé par la chute des autorités musulmanes. Les rois octroient alors des fors et des chartes de peuplement afin de codifier la vie locale. Ces chartes sont souvent accompagnées de privilèges fiscaux afin de favoriser le déplacement de population vers le sud. L’entreprise juridique d’Alphonse X – le Fuero Real, le Setenario, l’Espéculo de las leyes, les Siete Partidas rédigées sous l’égide du monarque entre 1254 et 1265 –, née de la volonté d’harmoniser la vie juridique du royaume et de ses habitants est d’ailleurs une conséquence de cela. Les circonstances de la naissance et de l’expansion du royaume de Castille et León ont conduit à un agglomérat de systèmes juridiques divers dû à l’existence de fors, de droit coutumier, de droit applicable uniquement à la noblesse ou bien à l’Église… Aux yeux du Roi Sage il est nécessaire de donner une base juridique uniforme à tous les territoires qui intègrent le royaume, même si ses sujets, en particulier les nobles se montrent rétifs à accepter cette harmonisation. Le conquérant apportant la justice est d’ailleurs mis en scène dans la chronique puisque l’empereur Auguste est explicitement présenté dans ces quelques lignes comme celui qui apporte le droit romain à l’Espagne afin de l’intégrer dans son empire :

  • 366 Ibid., 131, p. 101, 40a-46a.

Auino assi que Octauiano Cesar con grand sabor que auie de uenir a las Espannas por las assessegar en el sennorio de Roma mas de lo que eran assessegadas, e por les dar sus fueros et sus leyes et les fazer ueuir a todos a una manera segund las leyes romanas366.

111Tout comme Auguste, Alphonse X souhaite que tout son royaume, en particulier les nouveaux territoires (re)conquis se placent sous les mêmes lois. Et plus qu’un repeuplement réel (ces zones n’étant pas à proprement parlé dépeuplées, puisque les populations musulmanes ne sont pas toutes parties ou n’ont pas été expulsées), le repeuplement est une réorganisation du territoire afin d’incorporer les territoires conquis dans le royaume de Castille et León et de consolider leur intégration. Le terme repeuplement appliqué au XIIIe siècle est donc à comprendre dans un sens bien plus large que le simple transfert de population, tout comme le verbe « poblar » appliqué aux fondations des origines. Une phrase de la Estoria de España concernant Ferdinand III est à ce sujet très révélatrice :

  • 367 Ibid., 1130, p. 770.

Desque el Rey don Fernando ouo ganada Seuilla, et la ouo poblada et aforada et asesegada bien, et ouo ordenadas todas sus cosas a onrra et a nobleza del et de la çipdat et de su regno367.

  • 368 Ibid., 3, p. 7, 8a-17a.

112À travers les termes « ganada » et « poblada », les deux actions de conquérir et repeupler sont associées, mais le travail de reconquête ne s’arrête pas là puisque les mots « aforada » et « ordenadas todas sus cosas » montrent bien que peupler une ville c’est aussi et surtout la réorganiser, notamment juridiquement. Cette phrase située dans la deuxième partie de la chronique fait écho à plusieurs personnages de la première partie, Auguste et Hercule. En effet, dans l’extrait concernant le premier, l’action de l’empereur romain est elle aussi associée aux termes « assessegar » et « fuero », c’est-à-dire à la pacification et à la législation. Un autre parallèle s’établit avec la phrase suivante concernant Hercule, le héros grec : « fue ell omne que mas fechos sennalados fizo en Espanna en aquella sazon, lo uno en conquerir las tierras, lo al en poblando las »368. L’action du héros fondateur est bien une double démarche : conquérir la terre et la peupler. La structure de la phrase « lo uno… lo al… » suggère que les deux termes sont associés et doivent fonctionner ensemble, en tous cas si l’on veut que ses actions soient remarquables. Le parallèle avec le présent des rédacteurs et des lecteurs devient alors évident, à travers les actes de Ferdinand III décrits dans la chronique (et à coup sûr encore présents dans les mémoires) et ceux d’Alphonse X, concomitants à la rédaction. Les rois castillans du XIIIe siècle sont des continuateurs des héros fondateurs issus des civilisations grecques et romaines. Tout comme eux ils conquièrent et (re)peuplent et (ré)organisent la vie juridique.

  • 369 Ibid., 3, p. 6, 29b-31b : « fueron se tendiendo por las tierras e poblaron toda Espanna ».
  • 370 Ibid., 12, p. 13, 33a : « andudola toda enderredor » et 35a-36a : « uio que aquel logar era mas en (...)
  • 371 Ibid., 8, p. 10, 49b : « ouo conquista toda Espanna ».
  • 372 Ibid., 9, p. 11, 39a-40a : « desque toda la ouo poblada e assessegada ».
  • 373 Ibid., 6, p. 9, 15a : « conquirio toda Espanna ».
  • 374 Ibid., 492, p. 273, 21a-22a : Swinthila « fue señor de Espanna enteramientre ».
  • 375 Hormis pour Rocas qui parcourt l’Espagne avant de s’installer à Tolède, mais il n’est pas réellemen (...)

113Un autre point commun entre de nombreux fondateurs est leur conquête totale de l’Espagne. C’est le cas des Cétubales369, de Rocas370 – qui parcourt toute l’Espagne sans toutefois la conquérir –, d’Hercule371, d’Hispan372, de César373 et des Goths374. La fondation locale est donc aussi associée à l’occupation totale, notamment en tant que point de départ375. En effet, les Cétubales commencent par s’installer dans la plaine de l’Èbre avant de se répandre à travers la Péninsule, et Hercule commence par fonder Séville avant de conquérir toute l’Espagne. Si Alphonse X est bien l’héritier de ces fondateurs, s’il marche sur les traces de ses prédécesseurs, ces refondations de villes ne peuvent être, ne doivent être, qu’un point de départ pour la reconquête totale de la Péninsule.

114Alphonse X suit à la fois les traces de ses ancêtres symboliques et lointains et celle de ses ancêtres réels et immédiats dont l’histoire est narrée dans la chronique, son arrière-grand-père, Alphonse VIII de Castille, qui a remporté la victoire de Las Navas de Tolosa en 1212, et son père Ferdinand III. Ce dernier réalise l’union définitive des royaumes de Castille et de León en 1230, reconquiert la capitale omeyyade Cordoue en 1236, ainsi que le royaume de Murcie en 1243 – Alphonse X alors infant y participe activement – gagnant ainsi le premier accès à la Méditerranée de la Castille et stoppant l’avancée de l’Aragon. Le Roi Sage poursuit à son tour cette progression, notamment avec les conquêtes de Cadix (1261) et de Niebla (1262). Ces victoires sont des étapes importantes dans la progression de la (re)conquête de la Péninsule.

  • 376 Ibid., 329, p. 196, 22b-24b.
  • 377 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 208-209 : Alphonse X rencontre des difficultés à repeupler Séville, (...)

115Un double écho se fait jour entre les fondations lointaines et le XIIIe siècle : le profil des fondateurs alliant royauté, sagesse et désir de conquête totale, ainsi que les villes concernées. En effet, plusieurs des villes dont les fondations sont décrites en début de chronique sont des villes repeuplées (au sens large du terme) par Alphonse X. C’est le cas de Carthagène, reconquise en 1245 par Alphonse X encore infant et dont il restaure le diocèse en 1252, comme Constantin Ier qui avait partagé l’Espagne en six archevêchés dont celui de Tolède dont dépendait Carthagène376. Il participe aussi à la reconquête de Séville en 1248 alors que son père est malade et la repeuple ensuite avec difficulté377. C’est aussi le cas de Cadix ou Niebla qu’il reconquiert une fois devenu roi en 1261 et 1262. Rappelons aussi que le Roi Sage fait ajouter quatre tours à l’Alcazar de Tolède.

  • 378 M. González Jiménez, op. cit., p. 345 et J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 172.
  • 379 PCG, prologue, p. 4, 33a.

116Son attachement à Séville n’est pas sans rappeler l’attachement d’Hispan à Cadix sur lequel insiste la chronique. C’est d’ailleurs là qu’Alphonse X crée en 1254 une école de latin et d’arabe, les Estudios e Escuelas Generales de latín e de arábigo378 et, comme son père, il est enterré dans la cathédrale de Séville. D’ailleurs Séville lui reste fidèle pendant la révolte nobiliaire et sa devise témoigne encore aujourd’hui de la fidélité de la ville à son égard, « NO 8 DO », « no me ha dejado ». Par ailleurs, Séville est aussi la ville de saint Isidore, évêque de Séville, revendiqué comme une source, une autorité, dans le prologue379 de la Estoria de España.

117Les parallèles qu’un lecteur du XIIIe siècle ne pouvait manquer d’établir entre le récit des origines et son présent, permettent d’étoffer les lignées symboliques mises en place par la chronique et d’y insérer le nom d’Alphonse « repoblador », reconstructeur et « re-civilisateur ». Ainsi Séville doit son existence passée et actuelle à Hercule, César, Léandre et Isidore, Ferdinand III et Alphonse X ; Cadix à Hercule, Hispan et Alphonse X ; Carthagène à Didon et Alphonse X ; et Tolède à Rocas, Pyrrhus, Rome et Alphonse X. Dès le récit des plus lointaines origines, le Roi Sage met donc en scène son propre rôle à travers celui de ces préfigures.

Le symbolisme de Tolède : siège du pouvoir civil et du pouvoir épiscopal

  • 380 D. Menjot, op. cit., p. 36.
  • 381 Ibid., p. 34-36.

118Il est aussi un autre lien très présent entre le passé et le présent, celui que constitue Tolède. En effet, comme dans le De Rebus Hispaniae, Tolède bénéficie dans le récit historiographique alphonsin d’un traitement à part car elle était la capitale royale et religieuse du royaume wisigoth. Depuis la conversion de Récarède en 589, les Conciles qui se tenaient à Tolède étaient des assemblées à la fois politiques et religieuses puisqu’il s’agissait aussi bien d’appuyer les politiques royales que de trancher les questions religieuses. Tolède incarne ainsi la culture et la sagesse dans une Europe dominée par les « temps obscurs »380. D'après Denis Menjot, « l'église wisigothique atteint un niveau culturel, doctrinal et religieux exceptionnel, très supérieur à celui de toutes les autres Églises contemporaines »381, et cet essor culturel est qualifié de « renaissance isidorienne ». Plusieurs siècles plus tard, cet ancien rôle de la ville a causé une querelle entre les évêques de la Péninsule à propos de l’attribution de la primatie.

Les Conciles de Tolède382

  • 382 À propos du rôle des Conciles dans la Estoria de España voir aussi nos chapitres La construction de (...)

119Initialement les termes « Concile » (du latin concilium, assemblée) et « synode » (du grec sunodos, réunion) pouvaient désigner indistinctement les réunions d'évêques ou les réunions d'un évêque avec son évêché. En 1215, le Concile de Latran IV introduit une différence. Le Concile est l'assemblée des évêques et des théologiens portant sur des questions de dogme, de liturgie et de discipline ecclésiastique, alors que le synode est l'assemblée de l'évêque avec son diocèse.

  • 383 PCG, 356, p. 204.
  • 384 Le Tolédan le place sous le règne de Theudis dans le chapitre 12 du livre II mais correctement dans (...)

120Il y eut en tout dix-huit Conciles de Tolède entre 397 et 702. Tous eurent lieu pendant la domination wisigothique sauf le premier. La Estoria de España, tout comme le De Rebus Hispaniae, ne traite que des dix-sept derniers Conciles. Le premier Concile est survenu sous le règne des coempereurs Flavius Honorius (Occident) et Flavius Arcadius (Orient) et s’il est logique qu’il n’apparaisse pas dans le De Rebus Hispaniae puisque Jiménez de Rada ne traite pas de la domination romaine, on peut se demander pourquoi il n’est pas réintroduit dans la Estoria de España qui fait pourtant le récit du règne de ces empereurs383, mais sans faire la moindre référence à ce Concile. Peut-être les rédacteurs de cette section n’étaient-ils pas les mêmes que ceux de la section wisigothique et n’ont pas eu accès aux actes des Conciles ou peut-être n’ont-ils pas fait le rapprochement avec la période qu’ils traitaient et la tenue de ce Concile. Le IIe Concile, bien que mentionné, est très peu exploité par Jiménez de Rada et Alphonse X, probablement parce que les Wisigoths n’étaient pas encore convertis au Catholicisme et qu’il ne s’agissait donc pas d’un Concile général. Tout comme le Tolédan, les rédacteurs alphonsins placent erronément ce Concile sous le règne de Theudis au lieu de celui d’Amalaric384.

  • 385 PCG, 474, p. 263, 30b-32b.
  • 386 Ibid., du chapitre 476 au chapitre 548.
  • 387 Le contenu du VIIe Concile apparaît cependant dans le titre, ibid., 505, p. 279, « De como el rey C (...)
  • 388 Par exemple certains évêques n’ont pas pu assister au XVIIIe Concile à cause d’une maladie : « cayo (...)
  • 389 Ibid., 543, p. 302, 14a-18a : « que todas las posturas daquel concilio que fuessen leydas et recebi (...)

121Alphonse X, à la suite de Jiménez de Rada, commence la présentation de ces Conciles, parfois minutieuse, à partir du troisième (celui de 589) qui marque la conversion des Wisigoths : leur roi Récarède renie l'arianisme au nom de son royaume. Dans le récit, la conversion se passe en deux temps, d’abord le chapitre 474 intitulé « de como el rey Recaredo enuio por los arçobispos que su padre echara en desterramiento » annonce le revirement du roi qui a reçu l’enseignement de Léandre, l’archevêque de Séville385. Ensuite, le chapitre 476, intitulé « del concilio que fizo el rey Recaredo en Toledo sobre fecho de la creencia de los cristianos », marque la conversion officielle et fonctionne comme un acte fondateur qui tire un trait sur le passé hérétique et ouvre une nouvelle ère. Il s’agit d’un acte autant religieux que politique puisque le Catholicisme devient religion d'état. Les Conciles deviennent généraux et la population hispano-romaine, catholique, est pleinement intégrée dans une société qui était jusque-là arienne. Tolède, déjà capitale administrative, s'impose comme capitale religieuse. Bien que ne revêtant pas le même symbolisme, la description des quinze Conciles suivantsoccupe une place importante dans la chronique. De Recarède à Witiza, c’est-à-dire du IIIe au XVIIIe Concile, il y a en tout 73 chapitres386, dont 16 contiennent le mot « concilio », soit presque vingt pour cent d’entre eux. Tous ces Conciles apparaissent dans le titre du chapitre qui leur est consacré, sauf deux, le VIIe387 et le XVIIIe et dernier Concile. Leur tenue n’est pas régulière, mais répond à une nécessité concrète. Ils réunissent normalement tous les évêques du royaume – comme les rédacteurs le précisent388, sauf en cas de maladie ou de dispense, leur présence était obligatoire. Les prélats représentent l'autorité maximale dans l'Église wisigothique et tous sont obligés de se conformer aux décisions qui y sont prises389, sous peine d'excommunication. C’est le roi qui convoque l'assemblée, lit le discours d'introduction (tomus regius) et confirme les décisions prises par les évêques. Cependant, le Concile est présidé par un archevêque, d’abord ceux de Séville (Léandre et Isidore) puis par celui de Tolède. Les rédacteurs alphonsins sont un peu moins systématiques que Jiménez de Rada en ne reprenant pas toujours le nombre et le nom des évêques et archevêques qui participaient aux Conciles, ils se contentent souvent du nom du roi et de l’archevêque de Tolède.

122Les deux rôles de Tolède, à la fois capitale politique et capitale religieuse, sont donc inextricablement liés, et c’est ce qui va poser un problème aux royaumes chrétiens du XIIIe siècle. En effet, si Tolède ne peut plus être capitale politique de la Péninsule, elle entend tout de même redevenir la capitale religieuse de la péninsule Ibérique.

La primatie

  • 390 P. Linehan, « Reflexiones sobre historiografía... », p. 102 : « desde 1230 Castilla había tenido la (...)
  • 391 Le pouvoir primatial avait disparu avec l'invasion de 711 avant de renaître après la formation des (...)
  • 392 p. Linehan, « Reflexiones sobre historiografía… », p. 103.
  • 393 L’intérêt particulier de Rada pour Tolède apparaît aussi à travers la description de l'architecture (...)

123Au moment où Lucas de Tuy et Jiménez de Rada rédigent leur chronique respective, les royaumes de León et de Castille viennent d’être réunis par le roi Ferdinand III qui donne la suprématie politique à la Castille390. S’ensuit alors une tension, une rivalité entre les deux anciens royaumes rivaux, notamment pour la primatie391. L’archevêque de Tolède revendique ce statut afin d’exercer son autorité sur tout le clergé séculier des royaumes chrétiens ; l’évêque de Tuy refuse alors de se soumettre à Tolède et tente de démontrer, notamment au moyen d’une source fictive, le pseudo Ildefonse392, que la primatie doit revenir à Séville. Quant au récit de Jiménez de Rada, Tolède y acquiert une grande importance en raison des intérêts personnels de l’auteur, en tant qu’archevêque et en tant que castillan393.

124Examinons les divers arguments des plaidoiries respectives de Lucas de Tuy et de Jiménez de Rada, ainsi que ce qu’en ont retenu les rédacteurs alphonsins.

  • 394 Chronicon Mundi, III, 9, p. 170, 4-7, CM trad., p. 208 : « alcançó preuillejo del papa romano que, (...)
  • 395 De Rebus Hispaniae, II, 21, p. 71, 4-6. DRH trad., p. 116 : « consiguió del Papa Romano el privileg (...)
  • 396 PCG, 504, p. 278-279.

Chronicon Mundi

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Iste a Romano Papa obtinuit priuilegium ut secundum beneplacitum pontificum Yspanorum primacie dignitas esset Yspalis uel Toleti, et per multa synoda firmata cum episcopis erudiuit ecclesiam394.

Iste a Romano Papa optinuit priuilegium ut secundum beneplacitum pontificum Hispanorum primacie dignitas esset Toleti, sicut fuerat ab antiquo395.

Enuio pedir all apostoligo un priuilegio tal, a plazer de los obispos de Espanna, que la dignidad del primado que

fuesse en Toledo o en Seuilla, o el uiesse que era meior; et el papa otorgogelo. E pues que este priuilegio fue confirmado por muchos concilio de los obispos, mantouo el la eglesia mucho en paz396.

  • 397 L’accord des évêques du VIIe siècle (« el visto bueno ») qui soutiennent le primat contraste singul (...)

125Sur cet épisode, on voit que les trois auteurs partent du même point de départ, l’autorisation du Pape de choisir le siège de la primatie. Le résultat, en revanche, diverge complètement. Selon Lucas de Tuy, le roi Chindaswinthe a simplement demandé de pouvoir choisir entre Séville et Tolède, alors que Jiménez de Rada se saisit de l’opportunité pour affirmer que le roi avait déjà tranché en faveur de Tolède, et précise une première fois l’ancienneté de Tolède dans cette position grâce à l’expression « ab antiquo »397. Alphonse X adopte ensuite la version de Lucas de Tuy.

  • 398 Chronicon Mundi, III, 9, p. 170, 10-12. CM trad., p. 208 : « desterró al porfiado Theodisclo, obisp (...)
  • 399 De Rebus Hispaniae, II, 21, p. 71, 11-14. DRH trad., p. 116 : « mediante una decisión del Concilio (...)
  • 400 PCG, 504, p. 278-279.

Chronicon Mundi

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Hic perfidum Theodistum Yspalensem episcopum sinodali sentencia exulauit, et dignitatem primacie transtulit ad ecclesiam Toletanam398.

Hic perfidum Theodistum Hispalensem episcopum synodali sentencia exulauit, et dignitatem primacie quam ab antiquo habuerat tocius aprobatione concilii Toletane ecclesie confirmauit399.

Fizo echar dell arçobispado de Seuilla por sentencia del concilio all arçobispo Theodisto […] fue echado de la dignidad del arçobispado […] fue echado dell arçobispado […]. E por esta razon torno el rey la dignidad del primado que auie la eglesia de Seuilla a la siella de Toledo, assi como la ouiera de antiguo400.

  • 401 p. LINEHAN, « Reflexiones sobre historiografía… », p. 102-103.
  • 402 Ibid., p. 104.
  • 403 Ibid., p. 105.

126Un peu plus loin dans le même chapitre, Lucas de Tuy affirme, en inventant au passage un archevêque de Séville, qui se serait appelé Théodiscle401, que la primatie a été transférée à Tolède à cause de la conduite de cet évêque apostat et non pour une quelconque question de légitimité ou d’ancienneté. Quelques années plus tard, Jiménez de Rada est obligé de reprendre les mêmes évènements que son homologue et prédécesseur léonais, ou pour reprendre la formule de Peter Linehan « Lucas ya había impuesto la agenda, y el Toledano no tuvo más remedio que seguir sus pasos y discutir el tema »402. Le Tolédan réutilise alors le même évêque apostat, qui lui est tout de même utile puisqu’il lui permet de jeter le discrédit sur Séville403. De plus, comme le chroniqueur avait déjà annoncé la décision du roi avant, le comportement de Théodiscle ne change rien à l’affaire. Le chroniqueur utilise donc le verbe « confirmauit » qui montre bien l’antériorité de la décision, contrairement au verbe « transtulit » qui est utilisé par Lucas de Tuy, ce dernier verbe n’indiquant que le changement. Le Tolédan rappelle aussi l’ancienneté en répétant l’expression « ab antiquo ». Dans ce passage, le Roi Sage semble plutôt privilégier la version de l’archevêque. En effet, n’ayant pas indiqué la décision préalable du roi Chindaswinthe, il ne peut utiliser le verbe « confirmar », mais le verbe « tornar » indique tout de même un retour aux origines, renforcé par l’expression « assi como la ouiera de antigo » qui reprend clairement les mots de Jiménez de Rada. Dans le même chapitre Alphonse X favorise donc tantôt une source tantôt l’autre.

127Dans les passages qui suivent, les ateliers alphonsins reprennent aussi des passages qui n’existent que chez Lucas de Tuy ou que chez Jiménez de Rada. L’évêque de Tuy insiste sur deux points, l’indépendance de l’Église de León ainsi que la primatie historique de Séville.

  • 404 Chronicon Mundi, 12, p. 173, 11-13. CM trad., p. 212 : « por el papa romano goza de perpetua libert (...)
  • 405 PCG, 528, p. 295.
  • 406 Chronicon Mundi, 16, p. 179, 4-5. CM trad., p. 218 : « nunca sean subietas a algún arçobispo o prim (...)

Chronicon Mundi

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

À propos de León :
Per Romanum Papam gaudet perpetua libertate, et a nostris predecessoribus extat sedes regia, atque alicui metropoli nunquam fuit subdita404.

Por franqueza dell apostoligo es libre pora siempre de toda subiection, et que siempre fue siella real daquellos que ante de nos uinieron et numqua obedescio a arçobispado ninguno, tenga por sus terminos aquellos que siempre ouo et uso405.

Le roi Wamba dit à propos de León :
Nulli umquam subdantur archiepiscopo uel primati406.

128Ces deux passages montrent la préoccupation de Lucas de Tuy de démontrer l’indépendance de son diocèse vis-à-vis des autres diocèses péninsulaires, c’est-à-dire son indépendance vis-à-vis de Tolède. Afin de donner du poids à ses propos, il attribue ce qu’il présente comme un état de fait à deux figures inattaquables, le Pape et le roi Wamba. Cette liberté intrinsèque vise à protéger León de sa rivale Tolède mais présente aussi l’avantage opportun de garantir la liberté de León même après la future reconquête de Séville. Ainsi si cette ville voulait faire valoir ses droits face à Tolède, par exemple en utilisant le travail de Lucas de Tuy, León resterait indépendant puisque sa liberté lui a été garantie, quelles que soient les circonstances, par un Pape et par le plus grand roi wisigoth. Jiménez de Rada omet opportunément ces deux passages embarrassants puisque son combat est justement d’imposer son autorité et de se faire reconnaître primat par toute l’Église, y compris celle de León. Alphonse X reprend la version selon laquelle le Pape aurait confirmé la liberté du diocèse de León et réutilise la même opposition entre toujours et jamais (« (pora) siempre / numqua »). Cependant, nulle trace de la décision de Wamba, ce qui peut laisser penser que les rédacteurs n’ont pas jugé utile d’insister sur ce point.

129Passons maintenant aux passages qui désignent Séville comme siège historique de la primatie.

  • 407 Chronicon Mundi, III, 14, p. 177, 1-2. CM trad., p. 217 : « metropoli de Seuilla, que fasta aqui au (...)
  • 408 PCG, 531, p. 297.
  • 409 Chronicon Mundi, III, 13, p. 176. CM trad., p. 216 : « diziendo en esta manera : Toledo, real çibda (...)
  • 410 PCG, 530, p. 296.

Chronicon Mundi

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

Yspalensi metropoli, que actenus prima fuit sedes Yspaniarum407.

All arçobispado de Seuilla, que fue la primera siella de las Espannas408.

Wamba :
Sic dicens : Toletum metropolis, regia sedes, inter ceteros Yspanie (quandiu huic sancto cetui placuerit) metropolitanos teneat primaciam409.

Tenga el primado entre todos los otros arçobispados de Espanna, e obedezcan le estos obispados410.

  • 411 Il s’agit du manuscrit S. Voir E. Jérez Cabrero, op. cit., p. 347.

130Le premier extrait, repris par Alphonse X affirme que Séville avait été le siège de la primatie avant Tolède, ce qui irait dans le sens des droits de Séville, puisque, comme nous l’avons vu plus haut, l’ancienneté confère la légitimité. Le second passage précise que la décision de Wamba d’attribuer la primatie à Tolède n’est que passagère. Or, la version alphonsine reprend certes la décision de Wamba contrairement à Jiménez de Rada, mais sans mentionner la restriction temporelle. Cependant, le passage entre parenthèses qui mentionne la restriction temporelle ne figure que dans un seul des manuscrits conservés aujourd’hui411. Nous ne savons donc pas si les rédacteurs ont choisi de ne pas traduire ce passage parce que cela ne les intéressait pas de faire pencher la balance en faveur de Séville, ou s’ils n’ont tout simplement pas eu accès à une version présentant cet ajout.

131Au vu de ces quelques extraits, l’on pourrait penser que le Roi Sage reprend Lucas de Tuy au détriment de la cause de Rada, mais Rada ne reprenant pas ou ne corrigeant pas ses passages, il n’offre pas de version différente et laisse en quelque sorte le champ libre aux arguments du Léonais que rien ne vient contredire. Les ateliers alphonsins ont peut-être moins choisi d’adhérer à la vision de Lucas de Tuy que voulu être exhaustifs en utilisant toutes les sources qu’ils avaient à disposition. Rada n’offrant aucune contestation sur ces points, la version est reprise telle quelle. Si l’on considère que les rédacteurs alphonsins n’ont pas complètement tout repris de Lucas de Tuy, c’est cette dernière explication qui est la plus convaincante. D’autant plus que lorsque Jiménez de Rada ajoute un élément que Lucas de Tuy ne mentionne pas, comme c’est le cas dans les exemples suivants, Alphonse X suit la version du Tolédan.

  • 412 Chronicon Mundi, II, 72, p. 156, 10. CM trad., p. 191 : « primado ».
  • 413 De Rebus Hispaniae, II, 15, p. 63, 47-49. DRH trad., p. 109 : « fue presidido por Eladio y asistier (...)
  • 414 PCG, 476, p. 264, 50a-2b.
  • 415 Chronicon Mundi, III, 2, p. 163, 2-3. CM trad., p. 198 : « fizo sinodos de obispos ».
  • 416 De Rebus Hispaniae, II, 19, p. 68, 10-11. DRH trad., p. 113 : « bajo la presidencia de Justo, prima (...)
  • 417 PCG, 497, p. 276, 15a-16a.
  • 418 De Rebus Hispaniae, II, 19, p. 68, 17-18. DRH trad., p. 113 : « bajo la presidencia de Eugenio, pri (...)
  • 419 PCG, 499, p. 276, 18b-19b.
  • 420 Chronicon Mundi, III, 11, p. 171, 2. CM trad., p. 210 : « fue ungido rey en Toledo ».
  • 421 De Rebus Hispaniae, III, 1, p. 75, 10-12. DRH trad., p. 120 : « fue consagrado rey en la iglesia pr (...)
  • 422 PCG, 513, p. 284, 13a-15a.
  • 423 De Rebus Hispaniae, III, 12, p. 91, 20-21. DRH trad., p. 135 : « fue aprobado el cum longe lateque  (...)
  • 424 PCG, 536, p. 299.

Chronicon Mundi

De Rebus Hispaniae

Estoria de España

IIIConcile : Léandre est désigné comme « primas »412.

Fuit sub Helladio, et interfuerunt Mausona Emeritensis, Eufemius Terrachonensis, Leander Hispalensis, Migecius Narbonensis, Partardus Bracarensis413.

Mausona arçobispo de Merida, Euphimio arçobispo de Tarragona, sant Leandro arçobispo de Seuilla, Migestro arçobispo de Narbona e Partardo arçobispo de Bragana414.

IVet Ve Conciles
Sisenand « iste sinoda episcoporum egit »415.

IVConcile :
Concilium celebrauit sub Iusto urbis regie primate416.

Era entonces arçobispo de Toledo don Yusto417.

VConcile :
Sub Eugenio regie urbis primate418.

Era don Eugenio estonces arçobispo de Toledo419.

Wamba « hic Toleto ea hora, qua unctus est in regem »420.

In primate ecclesia beate Virginis a Quirico eiusdem pontifice in regem omnibus annuentibus consecratur421.

Consagrol ell arçobispo Quirigo […] en la mayor iglesia de Sancta Maria, qne es en la seeia arçobisbal422.

XIConcile :
Illud Concilium constitutum « cum longe lateque »423.

Fizieron el degredo que se comiença : cum longe lateque424.

  • 425 C’est ce qui explique que Juste et Eugène soient qualifiés de primats en 633 (IVe Concile) et 636 ( (...)

132Lucas de Tuy désigne Léandre comme primat lors du IIIe Concile (589) ce qui sous-entend qu’il a présidé le Concile, ce qui est vrai. Jiménez de Rada, suivant son plan, attribue la présidence à Eladius, qui ne devient évêque de Tolède qu’en 615. Alphonse X ne tranche pas vraiment, et donne une liste de cinq archevêques parmi lesquels Léandre, mais Eladius n’est pas mentionné. En revanche, le traitement des IVe et Ve Conciles est plus parlant. Ils ont été présidés par Isidore de Séville, mais Jiménez de Rada affirme que c’est le primat de Tolède qui a tenu ce rôle425. Lucas de Tuy restant muet à ce sujet, Alphonse X retient la version du Tolédan pourtant erronée.

  • 426 P. Linehan, « Reflexiones sobre historiografía… », p. 105.

133Le cas de l’onction de Wamba est aussi significatif. Julien de Tolède affirme que l’onction, à laquelle il a assisté, a eu lieu en l’église prétorienne de Tolède426. Lucas de Tuy ne précise pas le nom de l’église, mais Jiménez de Rada choisit de situer l’évènement en l’église (cathédrale) Sainte-Marie de Tolède, siège de la primatie. Entre l’absence de détail du Léonais et la précision du Tolédan, Alphonse X choisit la précision et situe la cérémonie à l’église Sainte-Marie, siège de l’archevêché, c’est-à-dire de la primatie.

  • 427 Ibid., p. 105.
  • 428 Ibid., p. 108.

134En 681, le XIIe Concile de Tolède entérine le décret du cum longe lateque qui fait de Tolède le siège de la primatie d’Espagne. Lucas de Tuy ne parle pas de ce décret alors que Jiménez de Rada s’en empare et le fait même remonter au XIe Concile427, convoqué en 675 probablement car le XIIe Concile a été présidé par le roi Ervige, accusé d’avoir empoisonné le grand roi Wamba, et que le XIe Concile a été présidé par Wamba lui-même ce qui ne peut donner que plus de poids au décret. Alphonse X reprend la même version que le Tolédan, y compris en ce qui concerne la datation erronée alors qu’il avait probablement accès aux archives des Conciles. Alors Alphonse tranche-t-il en faveur de Rada ou comme dit précédemment, se contente-t-il de reprendre fidèlement les informations dont il dispose ? Si l’on analyse tous les tableaux, on a l’impression que les rédacteurs ont voulu tout utiliser. Si un passage n’est présent que chez un seul des devanciers, alors il est reproduit, si le passage est présent chez les deux mais présente des versions différentes, il leur faut faire un choix. Notre analyse nous conduit donc à être moins catégorique que Peter Linehan qui affirme qu’Alphonse X a privilégié la version de l’évêque de Tuy428. En reprennent la version de Lucas de Tuy et celle de Jiménez de Rada, les rédacteurs font donc à la fois de Séville et de Tolède les sièges de la primatie d’Espagne.

  • 429 Peter Linehan compare d’ailleurs le dynamisme apporté par la primatie à celui apporté par la Coupe (...)

135Un tel manque de cohérence peut surprendre, d’autant plus Séville a été reconquise entre temps et que, connaissant l’affection du Roi Sage pour Séville, on s’attendrait à ce qu’il préfère lui attribuer la primatie, sans compter que la primatie aurait contribué à dynamiser cette région difficile à repeupler429. Plusieurs explications peuvent être avancées, l’une d’ordre littéraire et les autres, plus satisfaisantes, d’ordre politique.

  • 430 Il devient roi de Castille en 1217 et roi de León en 1230.

136Il est possible que des rédacteurs différents aient travaillé sur les passages analysés, ce qui expliquerait un décalage qui se produit parfois dans d’autres parties de la chronique. Cependant, les contradictions se produisant dans des chapitres qui se succèdent, voire au sein d’un même chapitre, et non entre deux blocs distincts, cela semble une explication peu plausible. En revanche, l’on peut supposer qu’Alphonse X ne voulait pas affronter ses évêques, avec lesquels il rencontrait déjà des difficultés, à propos d’un sujet dont l’enjeu était bien moindre qu’à l’époque de Lucas de Tuy et du Tolédan. En effet, bien que nous ne soyons qu’une trentaine d’années après les chroniques de Jiménez de Rada et du Léonais, le contexte a changé. Alphonse X a hérité des deux couronnes en même temps, contrairement à son père qui avait d’abord été roi de Castille pendant treize ans430 avant de devenir aussi roi de León, non sans avoir d’abord résolu le conflit causé par son père Alphonse IX qui avait souhaité l’écarter du trône. Alphonse X a donc la même légitimité sur les deux royaumes et il n’est pas question de les séparer à sa mort. Le Roi Sage est le souverain de tout son royaume et n’a aucun intérêt particulier à soutenir León ou Tolède, contrairement à Lucas de Tuy et Jiménez de Rada, qui, et c’est le cas de le dire, prêchaient pour leur paroisse. La question ne se pose donc plus, le siège de la primatie se trouve dans le royaume dont Alphonse X est le roi, peu importe la ville, sans compter qu’il entend que son pouvoir l’emporte sur le pouvoir de l’Église puisqu’il se présente comme le vicaire de Dieu sur Terre. L’objectif du monarque est de récupérer l’Espagne, non de favoriser ou d’alimenter des dissensions internes. D’ailleurs, l’harmonisation du droit à tous les territoires et à tous ses sujets montre qu’il ne souhaite pas qu’une ville ou qu’une institution puisse exercer un pouvoir sur les autres. Sa volonté de (re)conquérir la Péninsule et d’accéder au titre d’Empereur traduisent sa volonté de se tourner vers l’extérieur. Ses royaumes et ses sujets doivent donc présenter un front commun, même si ces plans ne marchent finalement pas comme il le souhaite, notamment en raison du décès de son fils aîné, d’une noblesse rétive et de son renoncement à l’empire.

  • 431 Nous suivons ici les travaux de Julio-César Santoyo qui a montré que ce que l’on a longtemps appelé (...)

137De plus, diminuer le pouvoir de Tolède, c’est aussi prendre le risque de réduire son aura en tant que capitale politique et culturelle des Wisigoths et symbole de leur grandeur. On ne peut pas réduire l’importance accordée à Tolède à une querelle entre deux royaumes autrefois séparés. Tolède ne perd ainsi rien de sa superbe dans la version alphonsine. Au contraire, la chronique reprend l’étymologie de Jiménez de Rada qui fait dériver le nom de la ville de deux consuls romains et mentionne la reconstruction par Wamba, ce qui s’insère parfaitement dans sa narration et construction des origines anciennes et glorieuses de l’Espagne. Le fait que le Roi Sage relie les rois Rocas et Pyrrhus à la fondation de Tolède est la preuve de l’importance que conserve la ville dans la chronique. En effet, Alphonse X met en scène une continuité intellectuelle dans l’histoire de Tolède. La ville symbolise la culture dès ses origines avec Rocas, ce roi sage par excellence qui vient d’Orient et qui a parcouru le monde. Son étape wisigothique est l’occasion de mettre en scène – en suivant les traces de Jiménez de Rada – le rayonnement intellectuel, politique et spirituel de la capitale tolédane, qui font à nouveau écho au présent des rédacteurs et des lecteurs. La primatie de Tolède et les traducteurs qui s’y trouvent431, particulièrement ceux qui travaillent pour ou avec Alphonse X, établissent ainsi une continuité entre l’époque wisigothique et le XIIIe siècle.

***

138À travers l’évocation des origines de l’Espagne et des jeux de correspondance établis grâce à l’onomastique, aux liens du sang ou encore à l’architecture et à l’écriture, les rédacteurs alphonsins parviennent à créer un réseau de proto-fondations et de fondations qui procurent à l’Espagne une unicité ainsi qu’une ancienneté et une grandeur supérieure à ses voisins européens. La chronique démontre la relation entre les fondateurs des origines, ainsi qu’entre eux et le Roi Sage. Ce faisant ils dessinent une continuité et une transmission depuis les origines jusqu’à Alphonse X.

Notes

1 En castillan, les termes geográfico et geógrafo sont attestés à partir de 1573 et le terme geografía à partir de 1615. Joan Corominas, « Geo- », Breve diccionario etimológico de la lengua castellana Corominas, Madrid : Editorial Gredos, 1987, p. 296. En français, le terme géographie est attesté à partir de 1513. « Géographie », Le Grand Robert, en ligne, consulté le 25.07.2018. B. Guenée, Histoire et culture… p. 166 : « En 1482, une traduction italienne de Ptolémée était intitulée Géographie. L’édition latine du même Ptolémée parue en 1490 adoptait elle aussi le titre de Geographia. Telles furent, du moins dans le titre d’une œuvre, les deux premières apparitions du mot “ géographie ”. » Au Moyen Âge, les langues romanes ne connaissaient donc pas le terme géographie.

2 B. Guenée, Histoire et culture…, p. 166, « l’Antiquité entendait par topographie exactement ce que nous entendons par géographie. Quelques auteurs du Moyen Âge, comme Giraud le Cambrien par exemple, l’utilisèrent ».

3 Ibid., p. 166.

4 Ibid., p. 167.

5 Ibid., p. 168.

6 Ibid., p. 166, la cosmographie « englobait alors [au Moyen Âge] non seulement ce que nous entendons par cosmographie, mais aussi les disciplines que nous appelons géographie physique, géographie humaine, géographie descriptive ».

7 Ibid., p. 167.

8 Ibid., p. 169.

9 Albelda, p. 10.

10 Le nombre de provinces est placé en dernier pour le Septentrion.

11 Albelda, p. 10-11.

12 Le Guadalquivir, le Tage, le Miño et l’Èbre. Le Guadiana et le Duero ne sont pas mentionnés.

13 Albelda, p. 11.

14 Albelda, p. 11.

15 Albelda, p. 11-12.

16 Albelda, p. 11-12 : « Polla […] Vini […] Ficos […] Tritricum […] Mulum […] Kabellum […] Ostrea […] Lanceas […] Mel […] Disciplina atque scientia », c’est-à-dire, la poule, les vins, les figues, le blé, le mulet, le cheval, les huîtres, les lances, le miel, l’enseignement et la science.

17 Albelda, p. 12.

18 Albelda, p. 12.

19 Albelda, p. 13.

20 Albelda, p. 13.

21 Par exemple, dans la septième rubrique, il s’écoule 938 années depuis Abraham jusqu’au début du règne de David, alors que dans la huitième, il s’en écoule 911.

22 2242 + 912 + 502 + 40 + 356 + 40 + 13 + 443 + 70 + 510 font 5128 alors que la chronique indique que cela fait 5169. Puis 5169 + 883 font en réalité 6052 alors que la chronique indique 6082.

23 200 + 220 + 300 + 60 + 80 + 50 + 130 + 40 + 20 + 40 + 15 + 80 + 25 + 102 + 250 + 170 + 316 + 842 + 316 + 130 font 3386, alors que la chronique affirme que cela fait 3281.

24 Ahmad Ibn Muhammad Ibn Musa al-Razi (auteur), Diego Catalán et María Soledad DE Andrés (éd.), Crónica del moro Rasis, Madrid : Gredos, 1975. Diego Catalán reproduisant trois manuscrits différents, nous utiliserons le manuscrit Es.

25 Ibid., p. XII, notamment Claudio Sánchez Albornoz. Diego Catalán précise néanmoins que le texte ne peut être tout à fait identique : « con la fidelidad e infidelidad esperadas en una versión de su tiempo ».

26 Citons en exemple le titre de quelques chapitres. Ibid., 4 : « De commo parte el termino de Elibera con el de Cabra, e que tierra es Elibera » ; 5 : « De commo parte el termino de Elibera con el de Jahen, e que noblezas a en Jahen » ; VI : » De commo parte el termino de Jahen con el de Tudemir, e que noblezas a en Tudemir » ; VII : « De commo parte el termino de Tudemir con el de Valençia, e que cosa es Valençia ».

27 Ibid., 1 : « De commo las Españas son dos partes e quales son ».

28 Les traducteurs qui affirment suivre les écrits d’al-Razi précisent d’ailleurs qu’il y a d’autres villes en Espagne que celles qui ont été citées par le Maure : ibid., « Fasta aqui vos avemos ya contado de las villas de España. E non vos las conte todas, mas de las que falle en escrito que escriuio Rrasyn, que muchas ay otras e muy nobles, mas el non conto de las que los moros auian ya perdidas non otras muchas que fincaron / yermas quando los christianos fuxeron a las Asturias e a Castilla Vieja », 37, 10-12, p. 109-110.

29 Ibid., 4, p. 28, 38-39 : « morada de los sotiles maestros de galeas, e de fazer muchos paños de seda con oro y muy nobles ».

30 Ibid., 4, p. 30, 56-58 : « sale el mejor sirgo de todo el mundo e dende lo lieuan a todas las partes de España; e otrosy el mejor lino que ha en todo el mundo e mas preçiado entre las mugeres ».

31 Ibid., 5, p. 32-33, 14 : « fazen y muy buenas telas de paño de seda muy nonbrados, que son llamados tapetes ».

32 Ibid., 14, p. 55, 12-14 : « las gentes de Çaragoça son muy sotiles en sus obras, e mayormente en telas de paños de seda e de / estrumentos e de fazer espadas, e fazen y paños muy preçiados en bondad que todo el mundo los preçia entre otros mejores ».

33 Ibid., 7, p. 38, 21-22 : « ay tanto açafran que abondaria a toda España, e dende lo lieuan los mercadores a todas las partes del mundo ».

34 Ibid., 7, p. 38, 16 : « ha vn palaçio fecho sobre la mar por tan grand maestría, que mucho se marauillan las gentes ».

35 Ibid., 22, p. 66, 27 : « el muro de Talauera es muy fuerte e muy alto e de muy altas torres ».

36 Ibid., 2, p. 21, 18 : « Homar, fijo de Baalacazis […] fizo sobre este rrio vnas açeñas ».

37 Ibid., 43, p. 114, 4 : « mando fazer el rrey Mahomad sobre este rryo la puente muy preçiada ».

38 Ibid., 22, p. 64, 10 : « fue fecha quando rregno Mahomad el Yuhe ».

39 Ibid., 26, p. 81, 4, à propos de Beja : « mando en ella Jullio Çesar el que fue primo que començo a quartear e a partir la tierra ».

40 Ibid., 4, p. 26, 20-22, à propos de Grenade : « el que llaman Villa de Yudios […] poblaronla los yudios ».

41 Ibid., 23, p. 69, 3, à propos.d’Allariz : « es villa en que moraron los barbaros ».

42 Ibid., 19, p. 60-61, 3-6, à propos de Récopolis : « poblola Lanbilote [Léovigilde] para su fijo, que auia nonbre Rracupel [Récarède], e por eso puso a la çibdad el nonbre del fijo. E Lanbilote fue rrey de los godos quando andaua la hera de Çesar en seysçientos e nueue años, e en este tiempo lo esleyeron los godos por rrey de España ».

43 Ibid., 2, p. 20-21, 17 : « Hercoles el Valiente, que la mando poblar ».

44 Ibid., 22, p. 65, 5-7 : « fue vna de las buenas quatro çibdades que Hercoles poblo en España. E despues siempre los çesares la touieron por camara ».

45 Ibid., 26, p. 80-81, 3-4 : « Beja es vna de las antiguas çibdades que ha en España, porque fue en tienpo de Ercoles el valiente ».

46 Ibid., 31, p. 95, 26-28 : « cuando Ercoles poblo a Seuilla, fundola sobre madera e pusole nonbre Ysla de Palos ; e despues a grandes tienpos pusyeronle nonbre Seuilla, que quiere tanto decir como adeuina, porque las ouo primeramente poblada el mayor sabidor de todo el mundo de las cosas que auian de venir ».

47 Ibid., 32, p. 98, 19 : « este arreçife [vía Augusta] mando fazer Ercoles quando fizo fazer los concilios en el cabo de España ».

48 Ibid., 34, p. 102, 18-19 : « en Caliz fizo Ercoles vn conçilio qual otro non ha en el mundo. E quando Ercoles partio a España, fizo este e el de Galizia e el de Narbona, porque fue syenpre sabidor ».

49 Ibid., 50, p. 121-125.

50 Ibid., 17, p. 58-59, 5-6 : « es vna de las çibdades que Tarif, el fijo de Nazayr, destruyo; e despues a tienpo poblaronla los moros e moraron en ella ».

51 Ibid., 13, p. 51, 11 : « fue fundada por mandado de Alhequim ».

52 Ibid., 43, p. 114, 4, à propos d’un pont sur le Guadalquivir : « mando fazer el rrey Mahomad sobre este rryo la puente muy preçiada » ; 22, p. 64, 10, à propos d’un pont à Tolède : « fue fecha quando rregno Mahomad el Yuhe ».

53 Ibid., 4, p. 29, 49.

54 Ibid., 11, p. 46, 2.

55 Ibid., 13, p. 52, 15.

56 Ibid., 13, p. 52, 19.

57 Ibid., 17, p. 58-59, 5-6.

58 Ibid., 22, p. 65, 12.

59 Ibid., 32, p. 96, 5-6.

60 Abd al-Rahman Ier, émir de Cordoue de 756 à 788.

61 Musa Ibn Noçaïr et Tariq Ibn Ziyad, protagonistes de la conquête, qu’une erreur de traduction transforme en père et fils. Voir Rasis, note 5, p. 59.

62 Ibid., 13, p. 53, 25.

63 Ibid., 22, p. 66, 25.

64 Ibid., 4, p. 30, 59-60 : « de Cordoua a Elibera ha setenta mijeros; e de Pliego a Cordoua ha setenta mijeros » ; 5, p. 34, 27 ; 7, p. 38, 23 ; 8, p. 40, 12 ; 9, p. 42, 16 ; 10, p. 45, 47-48 ; 11, p. 47, 16 ; 12, p. 50, 22 ; 13, p. 53, 31-37 ; 15, p. 57, 7-11 ; 16, p. 58, 12 ; 24, p. 79, 70 ; 26, p. 82, 16 ; 27, p. 84, 10-11 ; 28, p. 86, 15 ; 29, p. 87, 14 ; 34, p. 99, 9 ; 37, p. 110, 13 ; 43, p. 114, 7 ; 44, p. 115, 5 ; 44bis, p. 116, 3 ; 45, p. 116, 4 ; 47, p. 117, 4 ; 48, p. 118, 4… Parfois les distances sont données au milieu du chapitre : 9, p. 41, 8 ; 31, p. 95, 25 ; 32, p. 98, 17 ; 46, p. 117, 3…

65 Ibid., 6, p. 36, 18 : « de Tudemir a Cordoua ay andadura de siete dias de omnes a cauallo, e catorze a huestes ».

66 Ibid., 6, p. 35, 9.

67 Ibid., 7, p. 37, 12.

68 Ibid., 7, p. 38, 15.

69 Ibid., 17, p. 58, 3.

70 Ibid., 32, p. 96, 3.

71 Ibid., 4, p. 29-30, 51-52. L’année hégirienne est manquante dans le texte, mais nous savons que le futur émir débarque sur la Péninsule en 755, c’est-à-dire en 138 du calendrier hégirien. La date de 763 de l’ère hispanique mentionnée ici est fausse car elle correspond à l’année 725 du calendrier grégorien.

72 Ibid., 19, p. 61, 5. La date de 609 est fausse car elle correspond à l’année 571 du calendrier grégorien, alors que Léovigilde est devenu roi en 568.

73 Ibid., 22, p. 64-65, 11, c’est-à-dire entre juin 854 et mai 855.

74 Ibid., 43, p. 114, 4, c’est-à-dire entre octobre 840 et octobre 841.

75 Al-Razi ne mentionne même pas l’année du couronnement de Léovigilde dont il connaît pourtant la date, il conserve au contraire le même schéma que pour les autres rois : ibid., 120, p. 252, 7 : « [Liuva (Lorian)] rregno tres años » et 121, p. 253, 1 : « despues esleyeron por rrey los godos a Labanbilote [Léovigilde] ».

76 Par exemple : ibid., 55, p. 132, 17 ; 56, p. 132, 5 ; 57, p. 133, 7 ; 58, p. 134, 4…

77 Par exemple : ibid., 54, p. 129, 1 et 55, p. 130, 1.

78 Par exemple : ibid., 56, p. 133, 1 ; 57, p. 133, 1 ; 58, p. 134, 1 ; 59, p. 135, 1…

79 Par exemple : ibid., 62, p. 141, 1 ; 109, p. 230, 1 ; 116, p. 244, 120, p. 252, 1…

80 À la différence de la Chronique d’Albelda, la Chronique du Maure Rasis présente quand même l’avantage de se concentrer exclusivement sur la péninsule Ibérique.

81 Dans le De Rebus Hispaniae, point de catalogue hormis un passage dans lequel le Tolédan fait figurer un découpage du temps de la dispersion des langues jusqu’à César (I, 3, p. 14, 39-50).

82 De Rebus Hispaniae, I, 1, p. 10, 40-41. DRH trad., p. 62 : « puesto que es mi intención continuar en este libro con la descendencia de Jafet, dejo de lado en este punto a los otros hermanos ».

83 Ibid., I, 2, p. 10. DRH trad., p. 62 : « Sobre Europa y la descendencia de Jafet ».

84 Ibid., I, 2, p. 12, 59-60. DRH trad., p. 64 : « he contado estas cosas porque la narración que he emprendido me obliga a decir algo sobre los habitantes de Europa ».

85 Ibid., I, 3, p. 13, 10-25. Cette digression est étrange : le début a du sens, car après avoir expliqué d’où venait le premier nom de l’Espagne, Hesperia, il explique d’où vient le nom de l’Europe, cependant le Tolédan poursuit avec une digression sur les différentes langues parlées en Europe. Peut-être a-t-il trouvé ces informations après ou a-t-il oublié de les retranscrire plus haut. Si elles lui semblaient importantes, il aurait pu les placer là plutôt que de tout recommencer. Ensuite le chroniqueur enchaîne comme s’il n’y avait pas eu de digression : « Cetubales itaque in populous dilatati », DRH trad., p. 65 : « Y extendidos de esta forma los cetúbales en distintos pueblos… ».

86 Ibid., I, 3, p. 13. DRH trad., p. 64 : « sobre los primeros habitantes y el primer nombre de España ».

87 Ibid., I, 3, p. 13, 2-3 : « Yberes » et « Hyspani ».

88 Ibid., I, 3, p. 13, 7, et DRH trad., note 22, p. 64.

89 Ibid., I, 3, p. 14, 28-29, Èbre se dit Hiberus en latin.

90 Ibid., I, 3, p. 13, 7-10.

91 Ibid., I, 5, p. 17, 50-53.

92 DRH trad., note 27, p. 65.

93 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 14, 35-38, DRH trad., p. 65 : « avanzando luego hacia otras partes de Hesperia, legaron a las tierras sus nombres y costumbres, y en las distintas provincias, tuvieron distintos jefes ».

94 Ibid., 4, p. 15, 34 : « Gallecia Va prouincia Hyspanie », DRH trad., p. 67 : « Galicia, la quinta provincia de España ».

95 Le Royaume de Tolède comptait une sixième région, la Narbonnaise, située au nord des Pyrénées, que Jiménez de Rada ne reprend pas ici.

96 De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 15, 21-22 : « tria regna que nunc dicuntur Gallecia, Lusitania, Bethica », DRH trad., p. 66 : « los tres reinos que ahora se llaman Galicia, Lusitania y Bética ».

97 P. LINEHAN, « Reflexiones sobre historiografía… ».

98 Jiménez de Rada ne reprend pas non plus la liste des choses célèbres en Espagne, mais il insère un éloge bien plus développé, fondé sur l’éloge écrit par Isidore de Séville, au moment où le récit traite de la chute des Wisigoths.

99 Chez le Tolédan, la description du monde est dans le chapitre 1, alors qu’Alphonse X en fait un chapitre 2 à part entière. Le Tolédan place le découpage chronologique à la fin du chapitre 3, Alphonse X le place au début du chapitre 4. Ce changement n’a donc aucune incidence sur le sens.

100 De Rebus Hispaniae, I, 1, p. 10, 40-41, DRH trad., p. 62 : « puesto que es mi intención continuar en este libro con la descendencia de Jafet, dejo de lado en este punto a los otros hermanos ».

101 Ibid., I, 2, p. 12, 59-60, DRH trad., p. 64 : « he contado estas cosas porque la narración que he emprendido me obliga a decir algo sobre los habitantes de Europa ».

102 PCG, 2, p. 5, 9a-13a.

103 Ibid., 2, p. 5, 40a-46a.

104 Image 10000000000003CE00000145E7C4C2A8B446EBCF.png

105 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 14, 30-31, DRH trad., p. 65 : « que limita con el océano, el Mediterráneo, el Ebro y los montes Pirineos » .

106 PCG, 3, p. 6, 13b-17b.

107 Ibid., 3, p. 6, 42a-48a.

108 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 14, 31-35, DRH trad., p. 65 : « comprende cuatro enclaves, a saber: Oca, Calahorra, Tarazona y Auripa, que después fue llamada Cesaraugusta por Augusto César – fue ocupada por el poderío de los príncipes romanos ».

109 PCG, 3, p. 6, 18b-29b.

110 Ibid., 3, p. 6, 28b-29b

111 Ibid., 3, p. 7, 3a-5a.

112 Ibid., 5, p. 8, 18b-19b

113 Ibid., 5, p. 8, 15b-16b.

114 Ibid., 6, p. 9, 26a-27a et 7, p. 10, 27a.

115 Ibid., 537, p. 299, 28a.

116 Ibid., 3, p. 6, 4a-5a : « pusol nombre Germania, a la que llaman agora Theuthonia » et 3, p. 6, 11a-18a : « all una dicen Lotharingia, que es Loharenna […], la otra Frisia, a la que agora dizen Frisa […], la otra Sasonia, que llaman agora Sansonna, all otra Sueuia, e dizenle agora Suaua […] la otra Austria. que dizen agora Astarrica ».

117 Ibid., chapitre 359 et chapitres 528 à 535.

118 Ibid., 537, p. 299. Citons par exemple la ville de Grenade, 329, p. 196, 35b-36b : « Libiria que es Granada », 531, p. 297, 26a : « Elberri, esta es Granada », et 537, p. 299, 29a : « Alberri : Granada ».

119 Ibid., 3, p. 7, 13a-16a.

120 Nous empruntons l’expression à Bernard GuenÉe, Histoire et culture…, p. 169.

121 Georges MARTIN, « Fondations monastiques et territorialité. Comment Rodrigue de Tolède a inventé la Castille », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 15, 2003, p. 243-261.

122 Ibid., p. 169.

123 Ibid., p. 169, « Sans une mappa mundi affirme Paulin de Venise qui est ainsi en parfait accord avec Primat, “ je dirais qu’il est difficile, je dirais même qu’il est tout à fait impossible de se représenter ” les choses ».

124 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 13, 25-26 : « cetubales itaque in populos dilatati ad plana Hesperie descenderunt et iuxta fluuium », DRH trad., p. 65 : « extendidos de esta forma los cetúbales en distintos pueblos, bajaron a las llanuras de Hesperia ».

125 PCG, 3, p. 6, 29b-31b.

126 Ibid., 3, p. 6, 42a-48a.

127 Ibid., 329, p. 196, 5b-11b.

128 Ibid., 558, p. 311, 41a-46a.

129 Ferdinand III projetait déjà de s’emparer du nord du Maroc actuel pour deux raisons, l’une stratégique – contrôler le détroit de Gibraltar et empêcher de nouvelles invasions – et idéologique – à l’époque romaine puis wisigothique le nord de l’Afrique occidentale était rattaché à l’Hispanie. J. F. O’CALLAGHAN, op. cit., p. 211.

Malgré des préparatifs importants, la grande invasion planifiée se limite à quelques expéditions, et en 1264, la révolte mudéjar met un terme au fecho de allende, ibid., p. 214.

130 PCG, 558, p. 311, 46a-49a.

131 Peut-être parce qu’Alphonse X a définitivement renoncé à ses visées sur l’Algarve en 1264 et 1267. J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 199-206 et H. S. Martínez, op. cit., 2003, p. 332-334.

132 PCG, Prologue, p. 4, 21a-24a : « Nos don Alfonsso, por la gracia de Dios rey de Castiella, de Toledo, de Leon, de Gallizia, de Seuilla, de Cordoua, de Murcia, de Jahen et dell Algarue ».

133 Les rédacteurs, probablement influencés par leurs sources, oscillent parfois entre une Espagne synonyme du Royaume des Goths ou synonyme de péninsule. Ibid., 458, p. 258, 24b-25b : « el rio que dizen Ruedano, que es entre la Gallia Gothica et Espanna » ; 461, p. 259, 2b-4b : « ell estaua en el regno de Gallia Gotica, que es allend los puertos dAspa, e Leouegildo su hermano en el otro dEspanna la de contra occident » ; 554, p. 308, 4ª-5ª : « destroymiento de Espanna et de la Gallia Gothica ». Néanmoins, considérant le soin qui est apporté à la description géographique au début du récit, il nous semble plus logique de retenir cette description qui inclut le sud de l’ancienne Gaule dans l’Espagne.

134 M. González Jiménez, op. cit., p. 61 : « va a desplegar una actividad política sin precedentes, orientada a dejar establecido en el marco de la Península el papel hegemónico de la Corona castellano-leonesa, tratando de crear una suerte de “ imperio hispánico ” ».

135 A. Rucquoi, « Les villes d’Espagne… », p. 4.

136 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 55.

137 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Arthaud : Paris, 1964, p.196-197.

138 Colette BEAUNE, Naissance de la nation Espagne, Paris : Gallimard, 1993, p. 34 et A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 55.

139 J. LE GOFF, La Civilisation…, p. 196-197.

140 TitE-Live, op. cit., I-VIII, p. 8-33.

141 A. RUCQUOI, «  Le héros avant le saint… », p. 71.

142 Flavius Josèphe est le premier à affirme que la famille de Tubal s’est installée en Hispanie. Flavius Josèphe (auteur), Etienne NODET (éd. et trad.), Les Antiquités juives, Paris : Cerf, 1990, I, 6, 1 (124), p. 20 (latin) et p. 31 (traduction). Ses affirmations sont ensuite reprises par saint Jérôme et Isidore de Séville. José ÁLVAREZ JUNCO et Gregorio DE LA FUENTE MONGE « Orígenes mitológicos de España », document de travail du séminaire d’histoire de l’Université Complutense de Madrid, session du 4 novembre 2010. Consulté en ligne le 22.07.2018, https://www.ucm.es/data/cont/docs/297-2013-07-29-7-10.pdf, p. 3.

J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 39.

143 PCG, 3, p. 6, 29b-31b.

144 Claude-Gilbert DUBOIS, Récits et mythes de fondation dans l’imaginaire culturel occidental, Bouloc : PUB, 2009, p. 12-13.

145 PCG, 558, p. 311, 51a-52a.

146 Ibid., 558, p. 311, 6b-7b.

147 Ibid., 558, p. 311, 4b-6b.

148 Ibid., 558, p. 311, 36a-38a.

149 Ibid., 558, p. 311, 9b-16b.

150 Ibid., 559, p. 312, 28a-29a.

151 Ibid., 559, p. 312, 24b.

152 Ibid., 559, p. 312, 28b-29b.

153 La Bible…, Genèse 9:1 : « Dieu bénit Noé et ses fils et leur dit : « Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre », et 9:7 : « Pour vous, soyez féconds, multipliez, pullulez sur la terre et la dominez ».

154 PCG, 3, p. 6, 29b-30b : « estas compannas fueron se tendiendo por las tierras ».

155 Tout comme J. A. Estévez Sola « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 147 et 151, nous rejetons les conclusions de Robert Brian Tate, « Mythology in spanish historiography of the Middle Ages and the Renaissance », Hispanic Review, XXII, 1954, p. 1-18, p. 3, selon lesquelles Hercule apparaît comme progéniteur (originator) de la monarchie espagnole.

156 A. Rucquoi, « Les villes d’Espagne… », p. 4 : « Isidore avait donc affirmé que la première ville de la Péninsule ibérique était Cadix, fondée, disait-il, par les Phéniciens avant même leur arrivée à Carthage ».

157 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 151 : des Cétubales dérive la lignée des rois espagnols, de telle sorte que Tubal est le « progenitor último de la monarquía hispana ».

158 Il faut très probablement voir là une source arabe, I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias… note 235, p. 196-197. W. L. JONXIS-HENKEMANS, Bijdrage tot de bronnenstudie der Primera Cronica General, Rotterdam : Van Waesberge, Hoogewerff & Richards N.V., 1947, p. 44, 58-59, 62, suggère tout de même une identification de Rocas avec le roi Procas mentionné par Orose, cité par I. Fernández-Ordóñez, Las Estorias… note 235, p. 196-197. Jeneze Riquer, « Iberia legendaria (24). La leyenda del rey Rocas », 2017, https://cvc.cervantes.es/el_rinconete/anteriores/septiembre_17/08092017_01.htm, consulté le 06.08.2018. Jeneze Riquer fait remarquer que ce récit contient « motivos de consabida raigambre mítica: el abandono de un estado primordial por las ansias de conocimiento, la sabiduría hiperbórea, la iniciativa constructiva, el viaje a un centro del mundo, la montaña sagrada, el descenso a la caverna infernal, el sometimiento del monstruo, el hombre salvaje, la recuperación de la centralidad humana, etc ».

159 PCG, 11, p. 12, 34b-37b.

160 Ibid., 11, p. 12, 37b-41b : « tan grand sabor ouo este rey daprender los saberes, que dexo todo so regno e quanto auie, e començo dir duna tierra en otra, parando mientes a aquellas cosas por que podrie mas saber ».

161 Ibid., 11, p. 12, 41b-50b.

162 G. Fournès, « Le prologue comme pré-texte… ».

163 María Rosa LIDA DE MALKIEL, « Las infancias de Moisés y otros tres estudios : en torno al influjo de Josefo en la literatura española », Romance Philology, 23, 4, 1970, p. 412-448, p. 424.

164 Flavius Josèphe, op. cit., I, 2, 3.

165 La Bible..., Proverbes 9 :1.

166 M. R. LIDA DE MALKIEL, art. cit., p. 424-426.

167 General Estoria, I, 1, 17.

168 María Rosa Lida de Malkiel avance une hypothèse très intéressante sur l’association des deux personnages, voir M. R. LIDA DE MALKIEL, art. cit., note 17, p. 425. Cham est considéré par la Bible comme l’ancêtre de l’Égypte (à travers son fils Misraïm), royaume associé à l’astronomie et à la magie, et Zoroastre est présenté comme magicien et astronome, la philologue suppose donc que ces points communs que sont la magie et l’astronomie sont à l’origine l’association Cham-Zoroastre.

169 General Estoria, I, 1, 29.

170 PCG, 11, p. 13, 2a-3a.

171 Ibid., 11, p. 13, 4a-19a.

172 Ibid., 11, p. 13, 19a-25a.

173 La Estoria de Espanna rapporte deux chutes de Troie. Ibid., 5, p. 8, 20a-21a : « destruyo Troya la primera uegada », ou 11, p. 13, 2a-3a : « llego a Troya antes que fuess destroyda la primera uez », et : 4, p. 7, 33a : « la segunda prision de Troya », ou encore 7, p. 9, 9b-10b : « e fue depues poblada que Troya fue destroida la segunda uez ».

174 Ibid., 12, p. 12, 33a-34a.

175 Ibid., 12, p. 13, 35a-39a.

176 Ibid., 12, p. 13, 46a : « omne onrrado » et 1b : « cauallero ».

177 Ibid., 13, p. 13, 48b-49b : « fizo una torre sobraquella cueua, e moro alli yaquanto ».

178 Ibid., 11, p. 12, 32b.

179 Ibid., 11, p. 12, 32b-33b et 13, p. 13, 52b-53b.

180 Il est aussi rattaché au temps historique puisqu’il s’intègre dans la chronologie : il est passé par Troie sous le roi Laomédon de Troie, avant la première destruction, ibid., 11, p. 13, 9a.

181 Ibid., 13, p. 14, 1a-35a.

182 Ibid., 5, p. 8, 3b-16b.

183 Ibid., 5, p. 8, 25b-35b et 6, p. 8, 40b-48b.

184 Ibid., 7, p. 9, 45b-p. 10 5a.

185 Ibid., 8, p. 10, 27b-33b.

186 Ibid., 8, p. 10, 36b-39b.

187 Ibid., 8, p. 10, 40b-48b.

188 Ibid., 7, p. 10, 5a-8a.

189 Ibid., 7, p. 10, 10a-22a.

190 De Rebus Hispaniae, I, 5, p. 16, 5-8. DRH trad., p. 67.

191 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 36-37.

192 PCG, 4, p. 7, 43b-44b.

193 Jupiter apparaît plus loin dans le récit comme un dieu romain, mais pas en tant que personnage, par exemple, ibid., 92, p. 67, 14b et 21b.

194 Comme l’a fait remarquer Adeline Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 60, les chroniqueurs médiévaux « brodèrent une histoire d’Hercule » à partir de leurs « connaissances antiques ».

195 PCG, 4, p. 7, 42b.

196 Ibid., 4, p. 7, 39b-41b.

197 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 152.

198 Ibid., p. 144-145. De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 14-15, 2-5 : « cum itaque Hercules fere tota Asia ocupata peruenisset ad saxum mire et excelse magnitudinis, ut saxum et populos qui se inibi receperant expugnaret et incolas in deditionem cogeret, terre motu repulsus in Libiam nauigauit ». Orose, op. cit., III, 19, 2 : « Peregrata perdomitaque Alexander India cum ad saxum mirae asperitatis et altitudinis, in quod multi populi confugerant, peruenisset, cognoscit Herculem ab expugnatione eiusdem saxi terrae motu prohibitum. Aemulatione permotus, ut Herculis acta superaret ».

199 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 41. Le Tolédan n’est pas le premier à faire cela, Isidore de Séville avait utilisé des héros mythologiques qu’il avait situés au même niveau que les personnages bibliques. Ibid., p. 37.

200 PCG, 4, p. 7, 22a-47a. La Estoria de España diffère sur trois points : 1243 ans au lieu de 1273 entre la dispersion des langues et Gédéon, 443 ans au lieu de 463 entre les consuls et Jules César, et fondation de Tolède 107 ans avant l’arrivée au pouvoir de César au lieu de 108.

201 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 56.

202 Voir notre troisième partie sur la figure royale.

203 PCG, 16, p. 15, 29b-30b : « ca los gentiles aorauan a Hercules assi cuemo a santo ».

204 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 41.

205 Ibid., p. 37.

206 PCG, 3, p. 7, 8a-16a.

207 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 60.

208 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 149.

209 H. de Carlos Villamarín, « Mitos fundacionales… », p. 254.

210 Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, dédicace, p. 79 : « primus rex Hispanorum extitit nomine Hispanus », traduction p. 8 : « le premier roi d’Espagne se nommait Hispanus ». Hispalo apparaît aussi dans les Etymologies, IX, 2, 109, p. 760-761 et XIV, 4, 28, p. 186-187, mais comme le fait remarquer Adeline RUCQUOI, « Le héros avant le saint… », p. 60 : « on trouve dans les Étymologies d’Isidore de Séville qui suit en cela l’Epitome de Justin le nom d’Hispalus, qui aurait donné son nom aux anciens Iberi, devenus Hispani, mais sans que soit précisé si Hispalus désignait un fleuve comme l’Èbre, une montagne ou un homme ».

211 Voir l’explication d’Adeline Rucquoi à ce sujet, ibid., p. 60-63.

212 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 149-151.

213 Rasis, 50, p. 122, 7.

214 Voir à ce sujet ibid., note 11, p. LXXVII.

215 Ibid., 50, p. 123, 21 et p. 124, 25.

216 Ibid., 50, p. 125, 41 : « ouo çinquenta e tres rreyes de su linaje despues del, ansi como desçendien de padre en fijo en nieto ».

217 Ibid., 52, p. 127, 6.

218 Ibid., 52, p. 126-127.

219 Ibid., 53, p. 128, 3.

220 Ibid., 50, p. 124, 25 : « Tú, señor, nos traxiste a esta tierra, e tu eres el primero rrey della e has nombre Yspan, tenemos por bien que aya nombre España ».

221 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 151.

222 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 63.

223 PCG, 8, p. 11, 6a-7a.

224 C. BEAUNE, op. cit., p. 21-36.

225 PCG, titre du chapitre 9, p. 10 ; 10, p. 11, 51a et p. 12, 36a, 38a, 44a et 47a.

226 Ibid., 8, p. 11, 2a et 9, p. 11, 13a.

227 Ibid., 9, p. 11, 39a-40a : « desque toda la ouo poblada e assessegada, escoio pora su morada Caliz ».

228 Ibid., 10, p. 12, 5a-7a : « era el logar que su padre mas amaua, e allí querie fazer cabeça de tod el regno » et 10, p. 12, 43a-45a : « tanto la amaua el rey Espan que alli puso su siella e se corono, e fizo la cabeça de toda su tierra ».

229 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 62.

230 Ibid., p. 62.

231 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 2-3 : « de heroum maioribus », DRH trad., p. 70-71 : « estirpe de héroes » et I, 5, p. 17, 50-51 : « Hispan quodam nobili qui secum ab adolescencia fuerat conuersatus », DRH trad., p. 69 : « un noble al que había criado desde la adolescencia ».

232 PCG, 8, p. 11, 3a.

233 Ibid.., 8, p. 11, 2a-3a : « un so sobrino ».

234 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 45.

235 PCG, 9, p. 11, 43a-44a : « en el logar no auie poblança ninguna sino la torre que Hercules fiziera ».

236 Ibid., 9, p. 11, 35b-36b : « fiios de reyes muy ricos e con grand algo : ell uno era de Grecia » et 10, p. 12, 25a-26a : « el de Grecia, que auie nombre Pirus ».

237 C.-G. DUBOIS, op. cit., p. 12-13.

238 Généralement on attribue l’origine des Pyrénées à la jeune Pyrène, amoureuse d’Hercule qu’il enterra après sa mort. Il entassa des pierres sur sa tombe formant ainsi les Pyrénées. Voir Silius Italicus, La Guerre punique, livre III, consulté le 06.08.2018 en ligne sur http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/Silius_puniquesIII/texte.htm. Diodore de Sicile explique en revanche le nom Pyrénées à partir du grec ancien πῦρ (pŷr, feu) à cause d'un immense incendie qu'auraient provoqué des bergers, Histoire universelle, livre V, 24, consulté le 06.08.2018 en ligne sur http://remacle.org/bloodwolf/historiens/diodore/livre5.htm. C’est peut-être de cet épisode du feu (du grec πυρο, pyro) qu’Alphonse X s’inspire pour nommer le personnage Pyrrhus, ou bien d’Isidore de Séville qui mentionne un Pyrrhus dans son Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves, mais il le présente comme un ennemi des Goths sans aucun rapport avec l’Espagne : 2, p. 83 : « isti enim sunt quos etiam Alexander vitandos pronuntiavit, Pyrrhus pertimuit, Caesae exhorruit ». Traduction, p. 14, « ils sont ceux qu’Alexandre appelait indestructibles, ceux que Pyrrhus redoutait, ceux que César craignait par-dessus tout ».

239 PCG, 13, p. 14, 42a-45a : « quando uido aquellas torres, fizo y fazer dos castiellos muy fuertes, e metio y gentes que los poblasen, e estudieron assi fasta que los romanos ganaron Espanna ».

240 Ibid., 526, p. 294, 13b-16b.

241 Ibid., 526, p. 294, 27b-30b.

242 Ibid., 7, p. 9, 9b-17b.

243 J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 37.

244 PCG, 5, p. 8, Cadix ; 6, p. 8-9, Séville ; 7, p. 9-10, Lisbonne, La Corogne, la Galice, la Lusitanie ; 8, p. 10-11, Tarazona, Urgel, Barcelone, l’Espagne ; 9, p. 11, Ségovie ; 10, p. 11-12, Cadix ; 11, p. 12-13, Osuna, Grenade (Libira) ; 13, p. 13-14, Tolède, Les Pyrénées. Les autres villes ou régions sont Oca, Calahorra, Saragosse, León, Carthagène, Pedraza, Niebla, Alava, Sigüenza, Pampelune, Cordoue, le Sil, Porto, le Portugal, l’Andalousie.

245 Ibid., 58, p. 39, 38a-39a : « tan noble cibdat » et « tantos omnes buenos ».

246 Ibid., 59, p. 41, 33a-38a : « deuies lo fazer por Julio to fijo, que es tan pequeño, que lieuas contigo; e tengo que assaz auie de matar a mi sola, e porque quieres matar a el ? Ni otrossi ¿que merecio Ascanio, ell otro to fijo que lieuas contigo, por que muera en el mar ? » En réalité, Ascagne-Iule n’est qu’un seul personnage.

247 Ibid., 3, p. 6, 22a-24a : « Bretanna poblo Brutho, que fue del linaje de los de Troya, e por essol puso assi nombre ».

248 Ibid., 3, p. 5, 48b-p. 6, 22a.

249 Ibid., 57, p. 38, 56a-1b : « Eneas, que escapara del destroymiento de Troya », et 3, p. 5, 48b-50b : « depues que Troya fue destroyda salieron ende dos hermanos ; all uno dizien Priamo e all otro Anthenor ».

250 Ibid., 192, p. 142, 41a-47a : « Este Traiano fue español, cuemo dessuso es dicho, et natural duna uilla de Estremadura que a nombre Pedraza ; e dixieronle Traiano porque era del linage de Troya que uinieron poblar a aquella tierra, ca el Vlpio Crinito auie nombre, et por sobre nombre Traiano ».

251 Selon l’expression de J. A. Caballero López, « Desde el mito… », p. 37.

252 C. BEAUNE, op. cit., p. 53.

253 Ibid., p. 56-57.

254 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 45.

255 PCG, 7, p. 10, 31a-39a : « Carthagena, que ouo este nombre de Cartago la grand, que es en Affrica, que poblo la reyna Dido ; e algunos dizen que, por despecho quel fizieron los daquella tierra, que passo aquend mar en Espanna e poblo otra uilla que dizen Carthagena, e solien le llamar antiguamientre Carthagena Espartera, por que toda la tierra o es ell esparto, que llaman agora Montaragon, obedecie a ella ».

256 Ibid., 7, p. 10, 31a-32a : « Carthagena, que ouo este nombre de Cartago la grand ».

257 Ibid., 67, p. 50, 21b-31b : « Algunos dixieron que la puebla de Carthago fue fecha en tiempo del rey Salomon, e otros que en tiempo del rey Dauid, so padre; otrossi dixieron algunos que fue poblada en tiempo de Jair, que fue iuez de Israel yaquantos annos antes que Paris, fijo del rey de Troya, leuasse de Grecia Elena, muger del rey Menalao. Y en esto se acuerdan los mas que fablaron en estas estorias, e semeia cosa mas con guisa por el casamiento de la reyna Dido e de Eneas, que fue fecho despues que Troya fue destroyda » et 69, p. 51, 19a-36a : « la cibdat de Carthago fue poblada ante que Roma ».

258 Ibid., 16, p. 15, 9b-17b : « quatro emperios que sennorearon el mundo ».

259 Ibid., 66, p. 50, 44a-45a.

260 Ibid., 61, p. 44, 1b-3b.

261 Ibid., 55, p. 36, 3b-6b.

262 Ibid., 69, p. 51, 24b-25b.

263 Ibid., 61, p. 45, 20a-21a.

264 Ibid., 69, p. 51, 23a-28a.

265 Ibid., 61, p. 44, 16b-19b.

266 Ibid., 66, p. 49, 2a-8a.

267 Ibid., 55, p. 36, 11b-p. 37, 37a.

268 Ibid., 4, p. 7, 52a-2b.

269 Ibid., 6, p. 8-9.

270 Ibid., 192, p. 144, 32a-37a.

271 Ibid., 119, p. 96, 25a-26a : « descendie del linnage de Julo el fijo de Eneas ».

272 Ibid., 329, p. 196, 5b-40b.

273 Même si officiellement Alphonse X considère que le temporel et le spirituel doivent être séparés, certaines de ses décisions montrent qu’il entend bien exercer son pouvoir sur toutes les composantes de son royaume. Sa politique de séparation servait surtout à empêcher le pouvoir spirituel de se mêler de ses propres affaires. Il a notamment gardé en mémoire l’intervention du pape Innocent IV qui avait déposé le roi de Portugal, Sanche II. Alphonse X était alors encore infant et avait aidé le roi portugais contrevenant ainsi aux ordres de Ferdinand III. M. González Jiménez, op. cit., p. 28-29.

274 PCG, 470, p. 263, 6a-8a.

275 Certains chercheurs (R. Menéndez Pidal, I. Fernández-Ordóñez) affirment que ces deux chapitres se fondent sur une source aujourd’hui disparue, probablement arabe, notamment en raison d’éléments fantastiques ou magiques. Cependant, cette source demeure introuvable. Francisco Javier González García propose une autre explication : les rédacteurs se seraient appuyés sur différents récits historiographiques qu’ils auraient mal compris – à propos d’une incursion viking – ou légendaires – en particulier arabes et irlandais – afin de servir la structure de la chronique : « son un pueblo inventado por los autories alfonsíes […] con la finalidad de llenar el período intermedio entre las etapas de control peninsular de griegos y cartagineses que posibilita la articulación en seis sennoríos del relato ». Francisco Javier González García, « Las fuentes del relato de la invasión de los almujuces en la Estoria de Espanna de Alfonso X el Sabio », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-1, 2012, p. 185-203, et id. « La invasión de los “ almujuces ” : un posible tema mítico de origen celta en la Primera Crónica General de Alfonso X el Sabio », Gallaecia, 20, 2001, p. 333-372.

276 Comme Jiménez de Rada avant lui.

277 A. Rucquoi, « Les villes d’Espagne… », p. 5.

278 Ibid., p. 11.

279 Ibid., p. 10.

280 Ibid., p. 11.

281 Gilles de Rome (v. 1243-1316) est un archevêque, théologien et philosophe.

282 Gilles de ROME (auteur) et Juan BENEYTO PÉREZ (éd.), Glosa castellana al Regimiento de príncipes de Egidio Romano, Madrid : Centro de estudios políticos y constitucionales, 2005. Malheureusement, cette édition est une traduction du XIVe siècle. III, I, 5, p. 690 : « reyno no es otra cosa sino ayuntamiento de muchas cibdades so un rey ».

283 A. Rucquoi, « Les villes d’Espagne… », p. 23.

284 J. A. Estévez Sola, « Aproximación a los orígenes míticos de Hispania », p. 152.

285 PCG, 12, p. 13, 46a : « omne onrrado » et 1b : « cauallero ».

286 Ibid., 16, p. 15, 50b-52b.

287 Didier LETT, Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Ve-XVsiècle, Paris : Hachette, 2000, p. 9 et 23.

288 Ibid., p. 23. La première généalogie connue date du milieu du Xe siècle et a été rédigée par Witiger, moine de Saint-Bertin à Saint-Omer, à propos du comte Arnulf de Flandre, descendant des Carolingiens.

289 Ibid., p. 24. La généalogie est aussi rendue nécessaire par la politique grégorienne matrimoniale qui est très pointilleuse sur le degré de consanguinité. La généalogie servait donc aussi à légitimer ou invalider les mariages.

290 Ibid., p. 24.

291 Ibid., p. 23.

292 C. Beaune, op. cit., p. 53.

293 D. LETT, op. cit., p. 26.

294 Ibid., p. 26.

295 PCG, 8, p. 10, 52b-p. 11, 4a.

296 D. LETT, op. cit., p. 34-35.

297 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 50 : l’historien définit ainsi la seigneurie : « la suma del poder y de la autoridad que el rey tenía en el reino ».

298 PCG, 4, p. 7, 53a-2b.

299 Ibid., 7, p. 10, 31a-32a.

300 Ibid., 7, p. 10, 5a-8a.

301 Ibid., 8, p. 10, 27b-33b.

302 Ibid., 11, p. 13, 20a-22a.

303 Ibid., 11, p. 13, 22a-25a.

304 Ibid., 3, p. 6, 30b-32b.

305 Roland BARTHES, Sade, Fourier, Loyola, Paris : Seuil, 1971, p. 70.

306 Ibid., p. 70.

307 Marie-France AUZÉPY, L’iconoclasme, Paris : PUF, 2006.

308 R. BARTHES, op. cit., p. 70.

309 Ernst CASSIRER, Langage et mythe : à propos des noms de dieux, Paris : Les Éditions de Minuit, 1973, p. 65-67.

310 Ibid., p. 67-68.

311 Ibid., p. 68.

312 D. LETT, op. cit., p. 62.

313 Ibid., p. 18.

314 Ibid., p. 37.

315 Ibid., p. 62.

316 Ibid., p. 18, le nom étant devenu patrimoine de la famille.

317 Ibid., p. 18.

318 Ibid., p. 18 et p. 35 : « le patronyme se crée lorsqu’un individu cesse de s’inscrire exclusivement dans un rapport de filiation pour songer à s’insérer dans une lignée : l’émergence du patronyme souligne et accentue la patrilinéarité ».

319 Ibid., p. 29.

320 PCG, 8, p. 11, 5a-7a.

321 Ibid., 470, p. 263, 6a-8a.

322 Ibid., 6, p. 8, 40b-48b.

323 Ibid., 7, 10, 27a-28a.

324 Ibid., 5, p. 8, 7b-13b.

325 Cependant la chronique ne précise pas s’il les fait inscrire sur la tour.

326 Ibid., 7, p. 9, 53b-p. 10, 5a.

327 Ibid., 5, p. 8, 7b ; 6, p. 8, 40b-41b et 7, p. 9, 54b.

328 Ibid., 13, p. 13, 48b-52b. Cependant, un peu avant, la chronique affirme que les tours ont été construites par les deux fils de Rocas, 11, p. 12, 33b-34b.

329 M.-P. CAIRE-JABINET, op. cit., p. 19 : « Ces archives – recueils de chartes, textes, registres, documents fiscaux, etc. – sont conservées dans les monastères, les châteaux, les chancelleries épiscopales ou royales. Elles ont été conservées non par souci “ historique ” mais pour justifier des titres de propriété, ou pour prouver l’ancienneté des droits d’un monastère ou encore les origines illustres d’une famille ».

330 PCG, 5, p. 8, 32b-35b.

331 Étymologies…, XV, 1, 71, p. 224-225.

332 De Rebus Hispaniae, I, 5, p. 16, 10-11 : « ciuitatem Hispalim populauit, nomen adaptan seo quod prima habitacula palis suppositis tegimen susceperunt ». DRH trad., p. 67 : « dándole este nombre porque los primeros habitáculos sostenían su techo mediante el apoyo de palos ».

333 PCG, 6, p. 9, 28a : « fue poblada sobre estacas de palos », et 7, p. 10, 26a-27a : « alli o mandara fazer la villa sobre los palos, e pusol nombre Hyspalis ».

334 Faut-il y voir une évolution dans la transmission du savoir, des piliers des monuments aux livres ?

335 Fernando Olmedo, Anselmo Valdés, Antonio Torremacha, Daniele GRAMMATICO, Ruta de los almorávides y almohades : de Algeciras a Granada por Cádiz, Jerez, Ronda y Vélez-Málaga, Gran itinerario cultural del Consejo de Europa, Fundación El legado andalusí, 2006. Antonio Torremacha cite Al-Bakri, Al-Zuhri, Al-Idrisi, Al-Garnati, Al-Himyari, Al Mas’udi, Ibn al-Wardi, Yuqut…, p. 84-85.

336 Amira K. Bennison, Almoravid and Almohad Empires, Edinburgh : Edinburgh University Press, 2016, p. 75.

337 Actuellement trois colonnes sont toujours sur place, deux ont été déplacées vers la Alameda de Hércules au XVIe siècle et la dernière aurait été détruite lors de son transport. Voir P. B., « Las columnas de la calle Mármoles, hermanas de las de la Alameda », SevillaCiudad por ABCdeSevilla, 2015, http://sevillaciudad.sevilla.abc.es/reportajes/casco-antiguo/cultura-casco-antiguo/las-columnas-de-la-calle-marmoles-hermanas-de-las-de-la-alameda, consulté le 06.08.2018. Voir aussi Antonio MARROCO, « Sevilla ayer y hoy: la Alameda de Hércules », ABCdeSevilla, 2016, https://sevilla.abc.es/sevilla/sevi-sevilla-ayer-y-alameda-hercules-201611091422_noticia.html, consulté le 06.08.2018.

338 PCG, 11, p. 12, 32b-33b et 13, p. 13, 52b-53b.

339 Ibid., 11, p. 12, 32b.

340 De toutes ces tours ou colonnes, seules quatre apparaissent chez Jiménez de Rada, les deux premières érigées par Hercule à Cadix (De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 15, 17-18), les deux autres érigées par Hispan à Cadix et en Galice (ibid., I, 7, p. 19, 5-6). Aucun des messages écrits n’est cité.

341 Iñaki Bazán, « La condition du témoin dans le droit castillan et navarrais médiéval », in : Benoît Garnot (éd.), Les témoins devant la justice, une histoire des statuts et des comportements, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 43-53, 2.

342 Ibid., 1.

343 PCG, 9, p. 11, 26a-27a.

344 De Rebus Hispaniae, à propos de l’aqueduc : I, 7, p. 19, 9-10 : « qui miro opere ciuitati aquarum iniectionibus famulatur », DRH trad., p. 71 : « continúa sirviendo a la ciudad en el suministro de agua » ; à propos des tours de Galice et Cadix attribuées à Hispan : I, 7, p. 19, 6 : « quas etiam moderna tempora admirantur », p. 71 : « que todavía admiran los tiempos presentes » ; et réflexion générale : I, 7, p. 19, 10-12 : « in multis etiam aliis locis inueniuntur opera ab operibus nostri temporis aliena, que tanto amplius admiramur quanto ab antiquiori tempore adhuc extant », p. 71 : « también en otros muchos lugares se pueden hallar obras ajenas a nuestro tiempo, que admiramos mucho más en cuanto que aún siguen en pie desde las más antiguas épocas ».

345 PCG, 6, p. 9, 19a-26a.

346 Ibid., 116, p. 92, 20a-22a.

347 Ibid., 11, p. 12, 31b.

348 Ibid., 11, p. 13, 22a-25a.

349 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 5-6.

350 PCG, 9, p. 11, 27a-28a.

351 Ibid., 9, p. 11, 29a-32a.

352 Ibid., 10, p. 12, 1a-42a.

353 Cette construction intervient à la suite d’une mésentente entre les deux frères. Nous reviendrons plus loin sur cet épisode.

354 M.-P. CAIRE-JABINET, p. 19 : « Les archives ne sont pas toujours sûres car elles contiennent un certain nombre de faux, forgés pour mieux assurer les droits de leurs propriétaires, appuyer une origine légendaire ou renforcer le prestige d’un sanctuaire ».

355 De Rebus Hispaniae, I, 3, p. 13, 24-25 : « Vascones et Nauarri ».

356 Ibid., I, 3, p. 13, 2-3: « quintus autem filius Iaphet fuit Tubal, a quo Yberes, qui et Hyspani ». DRH trad., p. 64 : « el quinto hijo de Jafet fue Tubal, de quien descienden los iberos, que también se llaman hispanos ».

357 PCG, 3, p. 6, 36a-38a.

358 Ibid., 11, p. 12, 49b-50b : « adeuinaua muchas cosas de las que auien de seer » et il sait que Troie va être détruite, 11, p. 13, 6a-12a.

359 Ibid., 4, p. 8, 41a-43a.

360 Ibid., 5, p. 8, 50a-52a : « troxo consigo un muy gran sabio del arte destronomia que ouo nombre Alla ».

361 Ibid., 10, p. 11, 1b-3b.

362 Ibid., 10, p. 11, 52a-53a.

363 Ibid., 10, p. 11, 19b.

364 Ibid., 10, p. 11, 34b-p. 12, 41a.

365 Ibid., 51 et 52, p. 33-34.

366 Ibid., 131, p. 101, 40a-46a.

367 Ibid., 1130, p. 770.

368 Ibid., 3, p. 7, 8a-17a.

369 Ibid., 3, p. 6, 29b-31b : « fueron se tendiendo por las tierras e poblaron toda Espanna ».

370 Ibid., 12, p. 13, 33a : « andudola toda enderredor » et 35a-36a : « uio que aquel logar era mas en medio dEspanna que otro ninguno ».

371 Ibid., 8, p. 10, 49b : « ouo conquista toda Espanna ».

372 Ibid., 9, p. 11, 39a-40a : « desque toda la ouo poblada e assessegada ».

373 Ibid., 6, p. 9, 15a : « conquirio toda Espanna ».

374 Ibid., 492, p. 273, 21a-22a : Swinthila « fue señor de Espanna enteramientre ».

375 Hormis pour Rocas qui parcourt l’Espagne avant de s’installer à Tolède, mais il n’est pas réellement question de conquête, contrairement aux autres.

376 Ibid., 329, p. 196, 22b-24b.

377 J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 208-209 : Alphonse X rencontre des difficultés à repeupler Séville, notamment en raison des dangers liés à la guerre, de la révolte mudéjar et des Mérinides. Certains de ceux à qui il a donné des terres ou des maisons les ont revendues et sont repartis ou ne sont même jamais venus.

378 M. González Jiménez, op. cit., p. 345 et J. F. O’Callaghan, op. cit., p. 172.

379 PCG, prologue, p. 4, 33a.

380 D. Menjot, op. cit., p. 36.

381 Ibid., p. 34-36.

382 À propos du rôle des Conciles dans la Estoria de España voir aussi nos chapitres La construction de l’exemplarité royale et Le gouvernement de l’Espagne. Les Conciles de Tolède sont édités par Juan TEJADA Y RAMIRO, Colección de Cánones, La iglesia española, 2, Madrid, 1850. https://books.google.es/books?id=0Mj41Zl8U58C&pg=PA325&hl=fr#v=onepage&q&f=true.

383 PCG, 356, p. 204.

384 Le Tolédan le place sous le règne de Theudis dans le chapitre 12 du livre II mais correctement dans le chapitre 15 du Livre II dans lequel il précise que le IIe Concile a eu lieu 62 ans avant le IIIe, ce qui le fait remonter à 527, c’est-à-dire sous le règne d’Amalaric. DRH trad., op. cit., note 33, p. 109.

385 PCG, 474, p. 263, 30b-32b.

386 Ibid., du chapitre 476 au chapitre 548.

387 Le contenu du VIIe Concile apparaît cependant dans le titre, ibid., 505, p. 279, « De como el rey Cindasuindo enuio pedir al papa el libro que dicen Moralia Job ».

388 Par exemple certains évêques n’ont pas pu assister au XVIIIe Concile à cause d’une maladie : « cayo una emfermedad, que dizen mal de las ingres, en la prouincia de Narbona, e po resta occasion fueron los obispos daquella prouincia escusados de non uenir al concilio », ibid., 543, p. 302, 14a-18a.

389 Ibid., 543, p. 302, 14a-18a : « que todas las posturas daquel concilio que fuessen leydas et recebidas en todas las eglesias obispales, et ell obispo que esto non quisiesse otorgar que fuese descomulgado et pechasse la quinta parte de todas sus rendas ».

390 P. Linehan, « Reflexiones sobre historiografía... », p. 102 : « desde 1230 Castilla había tenido la primacía secular sobre León » et « Toledo y Castilla gozaban de la enorme ventaja de una supremacía política ».

391 Le pouvoir primatial avait disparu avec l'invasion de 711 avant de renaître après la formation des royaumes chrétiens. En effet, à l'époque du chroniqueur, il n'y a plus un primat mais quatre : à Braga pour le Portugal, à Santiago de Compostelle pour le royaume de León, à Tarragone pour l'Aragon et à Tolède pour la Castille. Les archevêques de Tolède en général, et Jiménez de Rada en particulier, veulent donc faire reconnaître la primatie de Tolède sur tous les autres archevêchés. Face à lui, les autres primats régionaux rejettent cette idée et s'opposent au chroniqueur à plusieurs reprises. Dans le but d’obtenir cette primatie sur toute la Péninsule, l’archevêque voyage plusieurs fois à Rome : fin 1209 ou début 1210, puis en novembre 1215. Juste avant Latran IV (1215), le pape veut profiter de la présence des évêques hispaniques à Rome pour régler le problème de la primatie, et la plaidoirie du Tolédan fait semble-t-il sensation, mais la question n’est pas pour autant réglée. Cependant chacune des bulles que l'archevêque demande lui est accordée même si elles sont immédiatement contestées par les autres archevêques. DRH trad., introducción, p. 13-29.

392 p. Linehan, « Reflexiones sobre historiografía… », p. 103.

393 L’intérêt particulier de Rada pour Tolède apparaît aussi à travers la description de l'architecture religieuse et militaire de la ville, notamment à travers le récit de la construction de l'église Sainte-Léocadie par Sisebut (De Rebus Hispaniae, II, 17, p. 65, 27) ou la reconstruction de la capitale par Wamba qui donne même lieu à un Concile (IV, 12, p. 91, 13-15). Cette volonté de bâtir fait sans doute écho à la propre action du Tolédan qui pose en 1226, en compagnie du roi Ferdinand III, la première pierre de la Cathédrale de Tolède. Cependant il ne la verra jamais finie puisque même si la partie la plus importante des travaux est achevée en 1300, la cathédrale n’est terminée qu’au XVe siècle.

394 Chronicon Mundi, III, 9, p. 170, 4-7, CM trad., p. 208 : « alcançó preuillejo del papa romano que, según quisiesen los obispos de España, fuese la primaçia o en Toledo o en Seuilla, y por muchos si(g)nodos que tractó con los obispos enseñoreó la iglesia ».

395 De Rebus Hispaniae, II, 21, p. 71, 4-6. DRH trad., p. 116 : « consiguió del Papa Romano el privilegio de que, con el visto bueno de los obispos españoles, la dignidad de la primacía radicase en Toledo, como había sido desde antiguo ».

396 PCG, 504, p. 278-279.

397 L’accord des évêques du VIIe siècle (« el visto bueno ») qui soutiennent le primat contraste singulièrement avec l’opinion des prélats du XIIIe siècle qui refusent ce statut à Rada.

398 Chronicon Mundi, III, 9, p. 170, 10-12. CM trad., p. 208 : « desterró al porfiado Theodisclo, obispo de Seuilla, por sentencia sinodal, e traspasó la dignidad de la primacia a la yglesia de Toldedo ».

399 De Rebus Hispaniae, II, 21, p. 71, 11-14. DRH trad., p. 116 : « mediante una decisión del Concilio condenó a Teodisto, malvado obispo de Sevilla, y con el beneplácito de todo el concilio confirmó a la iglesia de Toledo la dignidad de la primacía que había poseído desde antiguo ».

400 PCG, 504, p. 278-279.

401 p. LINEHAN, « Reflexiones sobre historiografía… », p. 102-103.

402 Ibid., p. 104.

403 Ibid., p. 105.

404 Chronicon Mundi, 12, p. 173, 11-13. CM trad., p. 212 : « por el papa romano goza de perpetua libertad, e fue para silla real de nuestros antecessores y nunca fue sojuzgada a ninguna metropoli ».

405 PCG, 528, p. 295.

406 Chronicon Mundi, 16, p. 179, 4-5. CM trad., p. 218 : « nunca sean subietas a algún arçobispo o primado ».

407 Chronicon Mundi, III, 14, p. 177, 1-2. CM trad., p. 217 : « metropoli de Seuilla, que fasta aqui auia seydo prima sede de las Españas ».

408 PCG, 531, p. 297.

409 Chronicon Mundi, III, 13, p. 176. CM trad., p. 216 : « diziendo en esta manera : Toledo, real çibdad y metropolitana, tenga la primaçia entre estas sillas metropilitanas de España [tant que cela convient à cette sainte assemblée] ».

410 PCG, 530, p. 296.

411 Il s’agit du manuscrit S. Voir E. Jérez Cabrero, op. cit., p. 347.

412 Chronicon Mundi, II, 72, p. 156, 10. CM trad., p. 191 : « primado ».

413 De Rebus Hispaniae, II, 15, p. 63, 47-49. DRH trad., p. 109 : « fue presidido por Eladio y asistieron Másona de Mérida, Eufemio de Tarragona, Leandro de Sevilla, Migecio de Narbona, Partardo de Braga ».

414 PCG, 476, p. 264, 50a-2b.

415 Chronicon Mundi, III, 2, p. 163, 2-3. CM trad., p. 198 : « fizo sinodos de obispos ».

416 De Rebus Hispaniae, II, 19, p. 68, 10-11. DRH trad., p. 113 : « bajo la presidencia de Justo, primado de la ciudad regia ».

417 PCG, 497, p. 276, 15a-16a.

418 De Rebus Hispaniae, II, 19, p. 68, 17-18. DRH trad., p. 113 : « bajo la presidencia de Eugenio, primado de la ciudad regia ».

419 PCG, 499, p. 276, 18b-19b.

420 Chronicon Mundi, III, 11, p. 171, 2. CM trad., p. 210 : « fue ungido rey en Toledo ».

421 De Rebus Hispaniae, III, 1, p. 75, 10-12. DRH trad., p. 120 : « fue consagrado rey en la iglesia primada de la Santa Virgen por Quirico ».

422 PCG, 513, p. 284, 13a-15a.

423 De Rebus Hispaniae, III, 12, p. 91, 20-21. DRH trad., p. 135 : « fue aprobado el cum longe lateque ».

424 PCG, 536, p. 299.

425 C’est ce qui explique que Juste et Eugène soient qualifiés de primats en 633 (IVe Concile) et 636 (Ve Concile), alors que Tolède ne devient un archevêché qu’en 646, au cours du VIIe Concile, même si Eugène devient bien le premier archevêque de Tolède à ce moment-là.

426 P. Linehan, « Reflexiones sobre historiografía… », p. 105.

427 Ibid., p. 105.

428 Ibid., p. 108.

429 Peter Linehan compare d’ailleurs le dynamisme apporté par la primatie à celui apporté par la Coupe du Monde de football, ibid., p. 102 : « el asunto de la primacía eclesiástica era importante en el siglo XIII por las mismas razones por las que importa hoy obtener la sede del Mundial de fútbol o de los Juegos Olímpicos: por el prestigio y los beneficios económicos ».

430 Il devient roi de Castille en 1217 et roi de León en 1230.

431 Nous suivons ici les travaux de Julio-César Santoyo qui a montré que ce que l’on a longtemps appelé « l’école des traducteurs de Tolède » n’a en réalité jamais existé en tant que telle. Julio-César SANTOYO, « Sobre la historia de la traducción en España, algunos errores recientes », Hermeneus : Revista de la Facultad de Traducción e Interpretación de Soria, 6, p. 169-182, p. 3 : « Ni hubo tal escuela en esos siglos ni la hubo tampoco en Toledo. Pero ese qué y ese dónde han demostrado ser uno de mitos recientes más perdurables de la historia de España », et p. 5 : « Hubo traductores que, bien individualmente, bien en pequeños grupos, desarrollaron su trabajo bajo el patronazgo y directrices de un mecenas, traductores a veces itinerantes, permanentes otras en un único lugar ». Et du même auteur, La traducción medieval en la Península Ibérica, siglos III-XV, León : Universidad de León, 2009.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : l’Espagne selon Jiménez de Rada
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/3352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Carte 2 : l’Espagne selon Alphonse X
URL http://books.openedition.org/esb/docannexe/image/3352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© e-Spania Books, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search